Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les voyages de Gulliver

 | 
François Boulaire
, 
Daniel Carey

Gulliver : voyages et véracité

Jan Borm

Texte intégral

  • 1 Jonathan Swift, Gulliver’s Travels (1726), Paul Turner (éd.), Oxford, Oxford University Press (Oxf (...)

1Tout au long de son récit, Gulliver ne cesse d’affirmer sa véracité1. Or, comme l’explique René Rivara dans une étude récente :

  • 2 René Rivara, La Langue du récit : Introduction à la narratologie énonciative, Paris, L’Harmattan ( (...)

[…] le problème de la croyance ne se pose pas à propos des assertions de fiction : il est sans objet et sans signification de discuter la véracité du narrateur de fiction […]2.

2Ceci étant, on peut tout de même s’interroger sur les affirmations de véracité de Gulliver. Pourquoi les trouve-t-on de façon répétée dans le récit alors qu’elles sont apparemment sans objet ? Il nous semble qu’elles font partie d’une stratégie narrative visant à donner l’impression que le narrateur représente un univers référentiel et que cette stratégie s’intègre dans une autre, plus vaste, consistant à imiter le récit de voyage (travel book ou travelogue en anglais), genre à dominante présupposée référentielle. Si cette présupposition s’applique d’une manière générale au récit de voyage, certains auteurs semblent avoir eu recours à un usage massif de l’hyperbole, voire du récit mensonger (tall tale et traveller’s tale – voir infra) qui fait que la réputation du genre a varié à différentes époques. Ainsi, Paul Fussell :

  • 3 Paul Fussell, Abroad : British Literary Traveling Between the Wars, Oxford, Oxford University Pres (...)

In the 17th century the travel book was so commonly regarded as a repository of wonderful lies that in 1630 Captain John Smith felt obliged to modify the word s Travels with the word True when he published The True Travels, Adventures and Observations of Captain John Smith3.

  • 4 Une autre notion clef de l’écriture de voyage à considérer dans Gulliver est bien évidemment l’alt (...)

3Quoi qu’il en soit, il est manifeste que le roman de Swift se présente comme un récit de voyage. Dès lors, on peut s’interroger sur les liens entre Gulliver et le genre du récit de voyage ainsi que sur l’écriture de l’histoire pour répondre à plusieurs questions que nous poserons ici. Étant donnée la dimension intertextuelle du roman, quels sont les principaux modèles de notre voyageur (modèles aussi bien explicites qu’implicites) ? Comment le texte de Swift se situe-t-il par rapport à ces modèles et comment la notion de véracité fonctionne-t-elle dans le roman ? Pour ce faire, nous considérerons deux voyageurs qui nous semblent être, chacun à sa manière, les principaux repères de Gulliver quant à sa véracité et la représentation du voyage, à savoir Hérodote et Lucien de Samosate, puis nous aborderons la relation de Gulliver avec, comme il le dit lui-même, son « cousin » Dampier (« A Letter from Captain Gulliver to his Cousin Sympson » (xxxiii)). Quant à la notion de véracité, nous l’aborderons en considérant à la fois le statut et le propos des voyageurs4.

Représenter des histoires : Hérodote et ses merveilles

4Un des voyageurs les plus célèbres de l’Antiquité est Hérodote, considéré généralement comme le premier historien du monde occidental. Or, ses Histoires contiennent à la fois des éléments véridiques, vérifiés éventuellement sur place par le narrateur et un certain nombre de merveilles qui depuis ont provoqué des réactions diverses. Comme le note John Marincola,

  • 5 John Marincola, « Introduction » à Hérodote, The Histories, Aubrey de Sélincourt (trad.), John Mar (...)

It is because of his love for marvels and the unusual that his reputation, even in antiquity, was tarnished, and he was often reproved as a tall-story teller: he was both «father of history» and «father of lies»5.

5Dans la perspective de notre étude, notons qu’une allusion à ces critiques se trouve dans l’Histoire vraie de Lucien. Les voyageurs de son récit se trouvent à un moment sur une île malodorante, réservée au châtiment, autrement dit, en enfer :

  • 6 Lucien de Samosate, « A True Story », in Lucian (1913), Austin M. Harmon (trad.), réimpr. Cambridg (...)

The guides told the life of each, and the crimes for which they were punished ; and the severest punishment of all fell to those who told lies while in life and those who had written what was not true, among whom were Ctesias of Cnidos, Herodotus and many more6.

6Rappelons que le mensonge est au cœur du propos de Gulliver, au point que les Houyhnhnms n’ont pas de terme pour le désigner, tellement ils l’abhorrent. Ainsi, ils ne disposent que de la périphrase « the thing which is not » (227) pour en exprimer l’idée. Quant à Hérodote, il convient de souligner également la dimension didactique de son dessein, comme le fait John Marincola en commentant son propre travail éditorial :

  • 7 John Marincola, « Preface » à Hérodote, The Histories…, p. vii.

[…] where I felt the translation had the wrong tone, I have made minor alterations. This, naturally, is more subjective, but I hope the effect will be to underline the seriousness of Herodotus’ purpose without taking anything away from the delightfulness of his narrative7.

7Hérodote semble justement apprécier le sérieux de l’éducation perse :

  • 8 Hérodote, The Histories…, I, 336, p. 57.

[…] they [the boys] are taught three things only: to ride, to use the bow, and to speak the truth. […] In my view this is a sound practice8.

8Concernant la véracité et les Perses, il note également :

  • 9 Ibid., I, 138, p. 57.

They consider telling lies more disgraceful than anything else […]9.

9Nous voilà proche des Houyhnhnms à nouveau.

10Que cette remarque soit juste en termes ethnographiques nous importe peu ici. Elle nous permet de souligner une première fois que la notion de véracité est centrale dans le propos d’Hérodote. Ainsi, l’historien se prononce parfois sur la vraisemblance d’une histoire rapportée :

  • 10 Ibid., I, 214, p. 84.

There are many accounts of Cyrus’ death; I have given the one which I think most plausible10.

11À d’autres moments, il précise l’origine de ces renseignements, comme dans ce passage concernant l’Égypte :

  • 11 Hérodote, The Histories…, II, 29, p. 95.

As far as Elephantine I speak as an eye-witness, but farther south from hearsay11.

12Le fait que le narrateur se déclare témoin oculaire n’est évidemment pas une preuve en soi que des éléments rapportés soient véridiques : nous y reviendrons à propos de Gulliver. En effet, comme le souligne René Rivara :

  • 12 René Rivara, La Langue du récit…, p. 149-150, note 6.

Aucun critère proprement linguistique ne permet de distinguer le récit historique du récit de fiction. Bien des énoncés extraits d’un roman historique […] pourraient, hors contexte, être attribués à un historien. Il n’est guère que le « récit de pensées » qui puisse caractériser certains énoncés comme relevant de la fiction et non de l’histoire12.

13Ceci étant, Hérodote commente sa propre méthode d’enquêteur en avertissant son public :

  • 13 Hérodote, The Histories…, VII, 152, p. 421.

My business is to record what people say, but I am by no means bound to believe it – and that may be taken to apply to this book as a whole13.

  • 14 René Rivara, La Langue du récit…, p. 281.

14Cette remarque nous semble centrale quant à la question de la réception de son texte. Ainsi, l’historien ne s’engage en rien par rapport au « degré de vraisemblance pragmatique »14 éventuel de telle ou telle histoire.

  • 15 À ce propos, voir les remarques de Jacques Lacarrière sur Hérodote dans L’Été grec : Une Grèce quo (...)

15Il est évidemment malicieux de la part d’Hérodote de rapporter des histoires merveilleuses, étant donné leur potentiel divertissant. Cependant il tient compte de leur fonction anthropologique et emmène ses lecteurs aux antipodes pour permettre aux Grecs de mieux se définir15. De même, les commentateurs relèvent un certain nombre de passages où l’historien fait usage d’hyperboles. Ainsi, au septième livre, la guerre opposant Xerxès aux Grecs est représentée selon le mode épique : les forces du premier sont par exemple exagérées pour souligner le courage et l’intelligence des Grecs face à un tel ennemi. Autrement, une lecture attentive du texte montre que l’historien est plutôt sceptique quant à la véracité de la plupart des merveilles rapportées, comme le montrent ces deux exemples :

  • 16 Hérodote, The Histories…, III, 116, p. 198.
  • 17 Ibid., IV, 191, p. 276.

I refuse to believe in one-eyed-men who in other respects are like the rest of men [« the one-eyed Arimaspians »]16.
The latter – that is, eastern Lybia – is low-lying and sandy […] It is here that the huge snakes are found…, not to mention dog-headed men, headless men with eyes in their breasts (I merely repeat what the Lybians say)17.

16Quoi qu’il en soit, ces merveilles ont terrifié et enchanté le public depuis. Elles ont également inspiré de nombreux auteurs, tels More et son Utopia, et même si l’on relève peu d’allusions directes à Hérodote dans Gulliver, son influence ne peut être mise en doute ici, étant donné le rôle qu’il joue dans l’histoire de la représentation de l’ailleurs et de l’autre. Ce que nous relevons chez l’historien grec en dernier lieu est une approche relativement critique du matériel abordé. Son goût pour le merveilleux ne l’empêche en rien de rester neutre la plupart du temps (à quelques exceptions près). Nous sommes là, bien évidemment aux antipodes de Gulliver, comme nous le verrons dans notre dernière partie.

17En attendant, regardons un des autres modèles de Swift. Nous entrons ainsi dans l’univers de l’Histoire véritable de Lucien de Samosate, où nous rencontrons les premiers voyageurs sur la lune.

Raconter des histoires : Lucien et la lune

18Les allusions à Lucien sont beaucoup plus nombreuses que celles à Hérodote. On peut y voir un fléchage intéressant, étant donné que Gulliver s’appuie ainsi davantage sur un narrateur qui d’entrée en jeu se déclare menteur. Voici comment le narrateur de Lucien évoque la genèse de son récit :

  • 18 Lucien de Samosate, « A True Story »…, vol. 1, p. 251-253.

Therefore, as I myself, thanks to my vanity, was eager to hand something down to posterity, that I might not be the only one excluded from the privileges of poetic licence, and as I had nothing true to tell, not having had any adventures of significance, I took to lying18.

19Le narrateur se donne l’occasion de préciser le statut dès le début :

  • 19 Ibid., p. 253.

[…] I am writing about things which I have neither seen nor had to do with nor learned from others – which, in fact, do not exist at all […] Therefore my readers should on no account believe in them19.

  • 20 Lucien de Samosate, « A True Story »…, vol. 1, p. 357.
  • 21 Notons que l’autre titre du Voyage dans la lune de Cyrano de Bergerac – encore un intertexte privi (...)

20Son récit est donc à recevoir comme une œuvre de fiction. Ainsi, il peut divertir son public avec le voyage le plus fabuleux qu’il puisse imaginer – son voyage dans l’autre monde (« in the other world »20), sur la lune21. Du coup, le titre – A True Story – fonctionne comme un fléchage supplémentaire : pour rester fidèle à la promesse de mentir d’un bout à l’autre, il faut bien un titre mensonger.

  • 22 Nous reviendrons sur les termes littérature de voyage et récit de voyage en conclusion.

21On peut donc en déduire l’idée suivante : des affirmations de véracité à répétition fonctionnent en fait comme un fléchage du contraire, ou, autrement dit, plus un narrateur se borne à affirmer sa véracité, plus le lecteur se méfie. C’est évidemment le cas de Gulliver, une des figures espiègles (trickster) célèbres de la littérature de voyage22. Pour ne donner qu’un seul exemple, rappelons les propos que « l’éditeur » du récit de « Mr Gulliver » adresse au lecteur :

There is an Air of Truth apparent through the whole; and indeed the Author was so distinguished for his Veracity, that it became a Sort of Proverb among his Neighbours at Redriff, when any one affirmed a Thing, to say, it was as true as if Mr Gulliver had spoke it (xxxvii).

  • 23 Voir la note de Paul Turner, « Veracity » (291).

22Retenons deux idées de ce passage. D’une part, on peut y voir une allusion au titre du récit de Lucien23. D’autre part, il nous semble que cet avant-propos fonctionne aussi comme un avertissement au lecteur. En insistant sur la véracité proverbiale, en vérité fictive, du voyageur, on tente de masquer l’œuvre de fiction. Or, il s’agit bien d’apparences de vraisemblance (« an air of truth apparent »). Gulliver parodie ainsi l’avertissement du narrateur de Lucien. Enfin, cette façon de souligner d’emblée le statut fictif du propos fonctionne également comme un garde-fou dans le dessein satirique du roman. Le lecteur met de côté ses doutes quant à la véracité (suspension of disbelief) et vogue la satire !

  • 24 Comme l’explique René Rivara dans La Langue du récit…, p. 51, parmi une liste de six fonctions du (...)
  • 25 Lucien de Samosate, « A True Story »…, vol. 1, p. 309. La question de savoir si Homère a réellemen (...)

23Mais revenons encore à Lucien. Une fois que le statut fictif de son récit est annoncé, il n’y a plus de limites, ni spatiales, ni diachroniques, ni ontologiques à l’univers que son narrateur traverse. Ainsi, on trouve des exemples de fonctionnement référentiel24 dans son récit. Le narrateur rencontre Homère dans la ville où habitent des hommes fabuleux, appelés dans la traduction anglaise les Corkfeet – d’où le nom de leur ville : Cork (« a city built on a great round cork »25). Nous retrouvons bien sûr ce type de voyage vers le passé dans Gulliver lorsque le héros rencontre Alexandre le Grand à Glubbdubdrib (187-188). Ce qui nous importe dans cette allusion est l’usage de la fonction référentielle dans un récit fictif. On en trouve un autre exemple intéressant dans le roman de Swift, lorsque Gulliver évoque William Dampier. Tournons-nous à présent vers ces deux voyageurs.

Affinités sélectives : Gulliver et Dampier

24Dans son introduction, Paul Turner souligne l’influence de Lucien et d’autres modèles narratifs sur Gulliver :

A closer definition would be to call the book a parody of a traveller’s tale. This ancient genre goes back to Lucian’s True History (2nd century AD), a riotous take-off of the traveller’s tales current in classical times […]; but Swift is more concerned to parody the genuine travellers’ tales of his own period, particularly those of the pirate and explorer William Dampier (xv-xvi).

25Retenons de ces remarques l’idée que l’objet principal à parodier dans Gulliver est le récit du voyage de Dampier ainsi que d’autres de la même époque, des textes que Paul Turner nomme ainsi : « the genuine travellers’ tales of his own period » (xvi). Cette expression nous semble problématique à plusieurs égards. Qu’est-ce qu’on entend par traveller’s tale ? En quoi ce type de récit peut-il être « authentique » (genuine) ? Et de quelle manière peut-on envisager l’authenticité dans le récit de Dampier ?

  • 26 Un exemple notoire chez nos contemporains se retrouve dans En Patagonie (1977), le premier livre d (...)

26Il s’agit de questions complexes auxquelles nous nous contenterons de ne donner que quelques éléments de réponse. Concernant la première d’entre elles, il nous semble que le terme traveller’s tale donne un statut fictif au récit concerné (comme pour l’expression « a sailor’s yarn »). Dès lors, que signifie exactement une histoire « authentique » d’un voyageur ? Il est entendu que l’on peut intercaler des récits fictifs dans un récit de voyage26.

  • 27 William Dampier, A New Voyage Round the World : The Journal of an English Buccaneer (1697), Mark B (...)
  • 28 Voir de nouveau la note 3.
  • 29 Dans les récits de voyage officiels, l’indication d’un itinéraire continu constituait un des éléme (...)

27Or, si l’ouvrage entier se compose de semblables anecdotes ou mini-récits fictifs, a-t-on encore affaire à un récit de voyage ? Il nous semble que non. Ainsi, Gulliver et le récit de Dampier, A New Voyage Round The World27, ne sont pas reçus de la même manière. Dampier est bien une personne ayant réellement existé, ce qui n’est pas le cas de Mr Gulliver, narrateur de Gulliver. Il convient donc de distinguer entre les deux récits, l’un étant en effet un récit fictif (traveller’s tale) – en l’occurrence un roman – consacré aux voyages (fictifs) de Gulliver (narrateur-personnage), l’autre étant le récit de voyage (travel book ou travelogue) de Dampier. Cela dit, rien n’empêche ce dernier d’exagérer, voir d’inventer certains épisodes. Toutefois, avec son récit, nous restons dans le domaine du récit de voyage et donc dans le domaine d’un texte à dominante présupposée référentielle. Or, au xviie siècle, le récit de voyage avait la réputation d’être un genre littéraire qui accueillait sans férir des mensonges fabuleux, comme le suggère Paul Fussell28. Selon lui, la plupart des récits de voyage de l’époque furent alors reçus comme des récits fictifs, tellement leur diégèse semblait invraisemblable. En ce qui concerne Dampier, tel ou tel élément rapporté peut paraître exagéré. Néanmoins, avec A New Voyage, on reste dans le domaine du référentiel de façon prédominante. Pour ne donner qu’un exemple, l’itinéraire de Dampier peut être retracé, ce qui n’est évidemment pas le cas de celui de Gulliver29. Bref, il nous semble peu heureux d’envisager le récit de Dampier comme un conte de voyageur « authentique » (« genuine traveller’s tale »), ni de parler de Gulliver’s Travels comme d’un récit de voyage sans préciser qu’il s’agit là d’un récit fictif (en anglais, on pourrait alors parler de travel fiction).

  • 30 Sur les cartes de Gulliver Lilliput se trouve au sud de Sumatra, Brobdingnag est rattaché à l’Amér (...)
  • 31 C’est en tout cas ce que suggère Paul Turner dans une note : « […] converts him into a psychopathi (...)
  • 32 Paul Turner précise que le même portrait figure dans la seconde édition de 1735, accompagné cette (...)

28Ceci étant, d’un point de vue formel, l’imitation (ou la parodie) systématique du récit de voyage dans Gulliver est bien sûr frappante. Ainsi, nous avons affaire à un narrateur à la première personne qui ne fait pas usage du « récit de pensées » pour rapporter les pensées d’autres personnages. De plus, son itinéraire est présenté globalement de façon continue (en partant du Royaume-Uni), tout comme la chronologie de ses périples. Cependant, nous ne sommes pas face à un journal racontant au jour le jour les différents voyages. Néanmoins, l’illusion d’une certaine continuité est créée. Par ailleurs, les dates précises données par Gulliver contribuent à créer un effet de « réel ». Cet effet de « réel » est renforcé, dans Les Voyages de Gulliver par l’adjonction des cartes dont le tracé imite fidèlement celui de la main de Dampier. En outre, trois des quatre pays découverts par Gulliver sont situés par rapport à des lieux existant réellement30. Seul le pays des Houyhnhnms fait exception. Il s’agit sans doute d’un des indices que, dans la dernière partie de l’ouvrage, Gulliver perd de plus en plus ses repères d’origine, ce qui explique qu’à la fin il devient un misanthrope psychopathe31. Enfin, nous disposons d’une lithographie représentant le Capitaine Lemuel Gulliver32.

  • 33 Voir la note de Paul Turner (351).

29Mais revenons encore à son « cousin » Dampier – Gulliver étant bien entendu son faux cousin. Un des personnages du roman, le Capitaine Pocock (214) est censé avoir été inspiré par Dampier33. Quoi qu’il en soit, dans le paragraphe qui suit, Gulliver doit affronter son équipage :

I had several Men died in my Ship of Calentures, so that I was forced to get Recruits out of Barbadoes […] I found afterwards that most of them had been Buccaneers […]. These Rogues whom I had picked up, debauched my other men, and they all formed a Conspiracy to seize the Ship and secure me […] (213-214).

30Dampier se retrouve dans une situation semblable, en tant que membre de l’équipage et non pas comme Capitaine. Nous sommes sur la côte australienne :

  • 34 William Dampier, A New Voyage…, p. 223.

While we lay here I endeavoured to persuade our Men to go to some English Factory, but was threatened to be turned ashore and left here for it34.

31Dès lors, Dampier attend une occasion pour « s’échapper ». Nous sommes sur l’isle de Nicobar :

  • 35 Ibid., p. 228.

I thought now was my time to make my Escape, by getting leave, if possible, to stay here. For it seemed not very feasible to do it by stealth, and I had no reason to despair of getting leave, this being a place where my stay could probably do our Crew no harm, should I design it […] I had here a prospect of advancing a profitable Trade for Ambergreece35.

  • 36 Voir note 32.

32Bien que la mutinerie du début de la quatrième partie de Gulliver reprenne donc en partie cet épisode du périple de Dampier, nous sommes, en ce qui concerne le dernier, dans le domaine de l’aventure bien réelle. Or, ce que nos deux voyageurs ont ainsi en commun est l’idée de se retrouver à la merci de boucaniers (des coquins rogues – comme le dit Gulliver – l’ironie étant que Gulliver lui-même est un coquin splendide, pour paraphraser la légende accompagnant son portrait dans la seconde édition36. À propos de coquins, notons au passage que Dampier participa lui-même aux raids des boucaniers et que la véracité de certains de ses propos de « pirate » peut être sujette à caution.

33Quoiqu’il en soit, et pour revenir à son cousin Gulliver, ce dernier correspond de plus en plus à l’image d’un splendide mendax tout au long de la diégèse. Un certain nombre de passages et de remarques soulignent le côté raconteur et vantard du narrateur, mettant en question toujours davantage sa véracité. D’une part, Gulliver accuse son « autre cousin », Sympson, d’avoir autorisé l’omission de certains passages :

But I do not remember I gave you Power to consent, that any thing should be omitted, and much less that any thing should be inserted (xxxiii).

34D’autre part, il pratique lui-même cette technique. Nous sommes à Brobdingnag :

But the whole Scene of this Voyage made so strong an Impression on my Mind, and is so deeply fixed in my Memory, that in committing it to Paper, I did not omit one material Circumstance: However, upon a strict Review, I blotted out several Passages of less Moment which were in my first copy, for fear of being censured as tedious and trifling, whereof Travellers are often, perhaps not without Justice, accused (82).

35Cette dernière remarque fait allusion à une fonction précise du récit de voyage : il peut servir de guide pour les navigateurs professionnels car il contient toutes les indications pouvant les aider pendant leur propre voyage (les conditions météorologiques, la profondeur des eaux, etc.), renseignements techniques bien ternes et de peu d’intérêt pour le non-spécialiste. Mais l’essentiel n’est pas là. Ce qui nous importe davantage est l’idée que Gulliver a bien retravaillé son texte et qu’il a notamment supprimé des éléments. Ainsi, le lecteur doit-il se demander quelle est en fait la version qu’il nous présente (question sans réponse bien entendu), d’autant plus qu’il a recours au mensonge, voire au récit mensonger de façon repétée, selon ses propres « aveux ». Voici trois exemples : à un moment, il trouve un mensonge (« [I] coined some Lye not worth remembering » (106)) pour cacher sa chute dans un trou de taupe ; à d’autres moments il divertit la cour avec des histoires « ridicules » (« I was every Day furnishing the Court with some ridiculous Story », (112)), voire, il se sort d’une situation difficile en racontant des histoires :

I made up a Story as short and probable as I could, but concealed the greatest Part. I knew many Persons in Holland; I was able to invent Names for my Parents, whom I pretended to be obscure People in the Province of Guelderland (209).

36Gulliver est littéralement un raconteur.

Histoires de cousins

37Qu’en est-il alors des liens de Gulliver avec le récit de Dampier et de ces deux textes avec la littérature de voyage ? Comme nous l’avons vu, la parodie du récit de voyage est systématique du point de vue formel et efficace en ce sens qu’elle permet un propos à la fois instructif et divertissant, grâce, notamment, à la dimension anthropologique, sans oublier bien sûr le travail de la satire et les aventures du narrateur. La parodie permet de faire de Gulliver une contrefaçon du voyageur éclairé (ou – du moins – qui le devient de plus en plus), un contre-exemple à ne pas suivre. Gulliver n’a évidemment pas pour fonction de guider, d’être une référence. En sa qualité de « misanthrope psychopathe », il sert de faire-valoir à l’esprit de tolérance (présupposé ou espéré) du lecteur.

38Deuxièmement, nous avons noté un certain nombre de fonctionnements analogues entre Gulliver, l’Histoire véritable de Lucien, le récit de voyage de Dampier et les Histoires d’Hérodote. Nous avons commencé notre étude par ce dernier pour montrer comment la question de la véracité est essentielle dans ce que l’on appelle l’écriture de voyage (travel writing). D’autre part, il nous semblait important de souligner la présence des merveilles dans son texte pour montrer que le référentiel et le fabuleux se mêlent dans cette écriture de voyage depuis l’Antiquité. En ce sens, la frontière étanche que la théorie propose parfois entre fiction et non-fiction ne l’est pas de façon absolue dans notre champ d’étude. En fait, on rencontre les mêmes figures (le paradis, l’enfer, les merveilles, l’exotique, etc.) partout dans ce champ, qu’il convient aussi d’appeler la littérature de voyage (travel literature/the literature of travel) – partout au sens où cette littérature comprend des œuvres correspondant, pour l’essentiel, à des « genres » différents. Y figurent donc entre autres des poèmes épiques, des récits de voyage, des romans, des témoignages et des ouvrages anthropologiques (l’ethnographie narrative notamment). Nous avons rapprochés quelques-uns de ces textes dans une perspective double, à la fois intertextuelle et interdisciplinaire. Ils s’y retrouvent – pour adapter l’expression de Gulliver – entre cousins, en quelque sorte.

Notes

1 Jonathan Swift, Gulliver’s Travels (1726), Paul Turner (éd.), Oxford, Oxford University Press (Oxford World’s Classics), 1998. Par la suite, nous renverrons à cette édition par un simple numéro de page entre parenthèses.

2 René Rivara, La Langue du récit : Introduction à la narratologie énonciative, Paris, L’Harmattan (sémantiques), 2000, p. 280.

3 Paul Fussell, Abroad : British Literary Traveling Between the Wars, Oxford, Oxford University Press, 1980, p. 165.

4 Une autre notion clef de l’écriture de voyage à considérer dans Gulliver est bien évidemment l’altérité.

5 John Marincola, « Introduction » à Hérodote, The Histories, Aubrey de Sélincourt (trad.), John Marincola (éd. et trad.), Harmondsworth, Penguin (Penguin Classics), 1996, p. xv. Nous avons également consulté cette édition pour nos références à Hérodote.

6 Lucien de Samosate, « A True Story », in Lucian (1913), Austin M. Harmon (trad.), réimpr. Cambridge (Mass.), Heinemann et Harvard University Press, 2000, 8 vol., vol. 1, p. 337.

7 John Marincola, « Preface » à Hérodote, The Histories…, p. vii.

8 Hérodote, The Histories…, I, 336, p. 57.

9 Ibid., I, 138, p. 57.

10 Ibid., I, 214, p. 84.

11 Hérodote, The Histories…, II, 29, p. 95.

12 René Rivara, La Langue du récit…, p. 149-150, note 6.

13 Hérodote, The Histories…, VII, 152, p. 421.

14 René Rivara, La Langue du récit…, p. 281.

15 À ce propos, voir les remarques de Jacques Lacarrière sur Hérodote dans L’Été grec : Une Grèce quotidienne de 4000 ans, Paris, Plon (Terre humaine), 1975 et 1993, notamment p. 286.

16 Hérodote, The Histories…, III, 116, p. 198.

17 Ibid., IV, 191, p. 276.

18 Lucien de Samosate, « A True Story »…, vol. 1, p. 251-253.

19 Ibid., p. 253.

20 Lucien de Samosate, « A True Story »…, vol. 1, p. 357.

21 Notons que l’autre titre du Voyage dans la lune de Cyrano de Bergerac – encore un intertexte privilégié par Gulliver – est… L’Autre Monde.

22 Nous reviendrons sur les termes littérature de voyage et récit de voyage en conclusion.

23 Voir la note de Paul Turner, « Veracity » (291).

24 Comme l’explique René Rivara dans La Langue du récit…, p. 51, parmi une liste de six fonctions du langage que dresse Jakobson, la fonction référentielle permet à la langue de parler du monde.

25 Lucien de Samosate, « A True Story »…, vol. 1, p. 309. La question de savoir si Homère a réellement existé ne cesse de préoccuper les spécialistes. La première question que pose le narrateur de l’Histoire vraie à Homère lors de leur rencontre concerne son lieu de naissance : « Above all, said I, where do you come from ? This point in particular is being investigated even yet at home »(ibid., p. 323).

26 Un exemple notoire chez nos contemporains se retrouve dans En Patagonie (1977), le premier livre de Bruce Chatwin. Parmi les sources que donne Chatwin pour certains de ses mini-récits, il cite l’un de ses cousins éloignés (encore un), le Captain Charles Amherst Milward, dont il a « adapté » les récits.

27 William Dampier, A New Voyage Round the World : The Journal of an English Buccaneer (1697), Mark Beken (éd.), préface de Giles Milton, Londres, Hummingbird Press, 1998. Paul Turner donne les dates suivantes pour la vie de Dampier : 1652-1715. Mark Beken est moins affirmatif en suggérant dans son introduction que Dampier est probablement né en 1651.

28 Voir de nouveau la note 3.

29 Dans les récits de voyage officiels, l’indication d’un itinéraire continu constituait un des éléments que les lecteurs s’attendaient à trouver. Elle remplissait ainsi une fonction de guidage importante. Au retour, le chef de l’expédition devait rendre compte de l’itinéraire choisi et dans certain cas il fallait le justifier. Quant à Dampier, l’itinéraire de son tour du monde en 12 ans est le fil conducteur du récit sans que l’on retrouve le détail de ses déplacements dans une région donnée. Par ailleurs, n’oublions pas la dimension anthropologique de son récit. Dampier inclut systématiquement des informations à intérêt ethnographique, plus ou moins précises et – éventuellement – vérifiables par d’autres voyageurs ethnographes après lui.

30 Sur les cartes de Gulliver Lilliput se trouve au sud de Sumatra, Brobdingnag est rattaché à l’Amérique du Nord et Laputa est à chercher à l’est du Japon (sans précisions en termes de longitude et de latitude bien entendu).

31 C’est en tout cas ce que suggère Paul Turner dans une note : « […] converts him into a psychopathic misanthrope ». Jonathan Swift, Gulliver’s Travels…, (351, n. 213).

32 Paul Turner précise que le même portrait figure dans la seconde édition de 1735, accompagné cette fois-ci de la légende « Splendide mendax » – menteur splendide (voir la note de Turner consacrée au nom de Gulliver (289)).

33 Voir la note de Paul Turner (351).

34 William Dampier, A New Voyage…, p. 223.

35 Ibid., p. 228.

36 Voir note 32.

Auteur

Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

© Presses universitaires de Caen, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540