Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les voyages de Gulliver

 | 
François Boulaire
, 
Daniel Carey

Jonathan Swift : Angleterre, Irlande et patriotisme protestant, 1688-1735

François Boulaire

Texte intégral

Introduction

  • 1 Édition utilisée : Gulliver’s Travels, Paul Turner (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1998. N (...)

1Pour universelle que soit la portée des Voyages de Gulliver (1726), l’ouvrage ne s’en inscrit pas moins profondément dans son époque. Il semble donc indispensable de connaître l’arrière-plan politique, économique, social et surtout intellectuel dans lequel Swift (1667-1745) se situe pour commencer à comprendre son état d’esprit au moment où, de 1720 à 1735, il rédige, puis révise son œuvre la plus célèbre1.

2L’Âge d’Auguste : c’est le nom que, par analogie avec l’époque où les lettres latines connaissent leur apogée, on donne à la période qui couvre en gros les règnes de Guillaume III (1689-1702), d’Anne (1702-1714), de George I er (1714-1727) et, éventuellement, de George II (1727-1760). Cette appellation flatteuse est justifiée par le fait que bien des auteurs comme Swift, Pope ou Defoe publient des œuvres qui deviendront rapidement célèbres dans le monde entier. Ceci ne doit pas cacher le fait que cette époque est aussi marquée par de profondes incertitudes, tant sur le plan politique que dans le domaine des idées.

3Âgé de dix-huit ans au moment où Jacques II monte sur le trône en 1685, Swift se trouve pris, bien malgré lui, dans les événements qui secouent toute cette période.

Jacques II et Guillaume III. La Glorieuse Révolution et le triomphe de Guillaume d’Orange

4Voulant placer tous ses sujets, qu’ils soient anglicans, presbytériens ou catholiques, sur un pied d’égalité vis-à-vis de la loi, Jacques multiplie les maladresses et s’aliène ceux qu’il souhaitait s’attacher. Héritier de la dynastie Stuart, qui aurait voulu instaurer en Angleterre le modèle français d’une monarchie héréditaire absolue de droit divin, Jacques le catholique fait promulguer, de sa propre autorité, deux déclarations d’indulgence qui visent à ouvrir toutes grandes les portes des emplois civils, militaires et même universitaires aux catholiques et aux dissidents. Jaloux de ses prérogatives, le Parlement prend sur lui d’appuyer les responsables de l’Église établie lorsqu’ils s’insurgent contre la seconde déclaration d’indulgence ; la Haute Cour de justice elle-même n’hésite pas à désavouer le roi.

5C’est alors qu’un petit groupe d’opposants farouches au souverain catholique invite la princesse Marie – fille aînée de Jacques – et son époux Guillaume d’Orange, gouverneur de Hollande, tous deux bons protestants, à venir remplacer le roi « papiste ». Prompt à réagir, le prince débarque à Torquay le 5 novembre 1688 à la tête d’une solide armée. Abandonné par la plupart de ses officiers et de ses sujets, Jacques doit alors s’enfuir et trouver refuge, avec son épouse et son fils Jacques, qui vient juste de naître, auprès de Louis XIV.

  • 2 François Boulaire, « L’Irlande, la France et l’Europe en 1689-1690 : les négociations de M. le Com (...)

6En mars 1689 néanmoins, s’étant assuré du soutien sans faille des catholiques irlandais et ayant reçu des troupes, de l’argent et du matériel de la part de son « cousin » le roi de France, Jacques se rend en Irlande. Il est accueilli à Dublin par Richard Talbot, comte de Tyrconnell, qui avait été nommé Lord Deputy d’Irlande en remplacement du protestant Clarendon. Très vite, en dépit des efforts de Tyrconnell et du comte d’Avaux, ambassadeur de Louis XIV, des divisions éclatent au sein de l’armée catholique. Jacques, s’avérant incapable d’organiser l’action de ses partisans et de les unir derrière sa bannière, va, en juillet 1690, subir sa célèbre défaite de la Boyne2.

  • 3 Sur le Traité en général, et la question de la clause manquante en particulier, voir John G. Simms (...)

7La guerre ne s’arrête pas là pour autant. Elle va, en l’absence de Jacques qui est reparti en France, se poursuivre jusqu’à la victoire totale des troupes de Guillaume et la signature, le 3 octobre 1691, du Traité de Limerick3. C’est ce document qui scelle le sort des catholiques irlandais pour bien des années à venir. Il établit les termes de la reddition des combattants jacobites et garantit en principe la liberté de culte pour les catholiques. Trouvant les dispositions de ce traité trop généreuses, les membres de l’Église établie d’Irlande s’efforcent, par le vote de plusieurs lois, de restreindre son application.

8C’est la question des droits des uns et des autres à la possession des terres qui occasionne le plus de frictions. La politique qui consiste à confisquer les terres des Irlandais « rebelles » à la volonté du gouvernement de Londres et à les remplacer par de bons Anglais avait commencé dès le début de la conquête au xiie siècle. Mais après l’arrivée du roi George, qui distribue des domaines à ses maîtresses et à ses divers protégés, la proportion des terres arables qui se trouve entre les mains de protestants atteint 90 à 95 % des terres cultivables. Circonstance aggravante : les propriétaires de ces domaines ne résident pratiquement jamais sur place mais vont dilapider à Londres les revenus qu’ils perçoivent en Irlande. En conséquence, ils confient la gestion de leurs terres à des régisseurs dont le principal souci est de tirer des profits immédiats de la propriété. C’est à cette fin qu’ils transforment fréquemment des terres céréalières en pâturages, qui exigent beaucoup moins de main d’œuvre. En outre, la laine irlandaise est exportée à l’état brut vers l’Angleterre où les artisans locaux gagnent leur vie en la transformant. Par contre, les tisserands irlandais sont réduits au chômage.

9On voit donc à quel point les propriétaires non-résidents (absentee landlords) se soucient peu des paysans qui vivent sur leurs domaines ou des artisans qui dépendent de la filière textile pour survivre. On comprend mieux, dès lors, la portée historique de la description que Swift peut faire des rapports entre l’île flottante de Laputa et le continent de Balnibarbi (157-170).

10Mais revenons à l’histoire officielle de la période. Voulant avant tout se consacrer à ses luttes continentales contre son vieil adversaire Louis XIV, Guillaume III s’efforce d’apaiser les querelles politiques et religieuses internes à l’Angleterre. C’est ainsi qu’il convoque rapidement le Parlement qui vote la Loi des droits (Bill of Rights), qui fixe les limites du pouvoir royal et les droits des deux Chambres ; et l’Acte de tolérance (Toleration Act), dont le but est de définir les droits restreints dont peuvent jouir dissidents et catholiques dans l’exercice de leurs cultes et dans leur participation à la vie de la cité.

11De façon caractéristique, le premier gouvernement que forme Guillaume est composé à la fois de tories et de whigs. Pourtant, cet accord de surface entre les deux partis ne dure guère, tant sont vifs les antagonismes entre les dirigeants des deux camps. Très vite, les whigs l’emportent dans cette lutte pour le pouvoir que Swift place au centre de la plupart de ses œuvres et qu’il met en scène avec tant de mordant dans son premier Voyage (33-37).

12Les whigs mettent alors en place non seulement les instruments qui vont permettre à la royauté parlementaire de fonctionner, ainsi que les outils économiques qui vont asseoir le pouvoir des milieux d’affaires de la Cité de Londres. Fondée en 1694, la Banque d’Angleterre donne au pays les moyens financiers nécessaires à son développement. Par ailleurs, diverses lois sont votées dans le domaine commercial. Elles visent à régir non seulement les échanges entre l’Angleterre, ses colonies et le continent, mais également ceux entre l’Irlande, l’Angleterre, les colonies du Nouveau Monde et le continent.

Discours sur la sujétion de l’Irlande de William Molyneux

  • 4 En Irlande, le terme de « patriote » est parfois utilisé pour désigner une instance catholique, qu (...)

13Cette tendance du parlement de Westminster à vouloir légiférer non seulement pour ce qui touche à l’Angleterre, mais également à l’Irlande, provoque une vive réaction de la part de ceux que l’on peut, par anticipation, appeler les « patriotes » irlandais4. Un certain nombre de protestants conformistes irlandais s’offusquent en effet de ce que Westminster ait une fâcheuse tendance à vouloir réduire le parlement de Dublin au rang d’une simple chambre d’enregistrement des décisions prises de l’autre côté de la mer d’Irlande. C’est le cas, en particulier, de William Molyneux.

  • 5 Il faut d’ailleurs noter que, contrairement à sa sœur de Londres, la Société dublinoise ne durera (...)

14Né à Dublin en 1656, ce descendant d’une famille bien installée en Irlande depuis plusieurs générations poursuit ses études au Trinity College de Dublin. Là, n’appréciant guère le contenu des cours qui sont dispensés, il se tourne vers l’étude des mathématiques et de l’astronomie et se passionne pour les travaux de la toute nouvelle Royal Society, fondée à Londres en 1660. C’est sur le modèle de cette institution qu’il va contribuer à organiser la Dublin Philosophical Society dont il va devenir, en 1684, le premier secrétaire. Cette société va compter dans ses rangs, outre quelques savants reconnus, comme Molyneux ou William Petty, des ecclésiastiques proches de Swift : William King, futur archevêque de Dublin ; ou encore St. George Ashe, ancien tuteur de Swift à Trinity College et futur évêque de Cloyne, puis de Clogher, et enfin de Derry. L’estime ou l’amitié qui, à des titres divers, lie ces hommes au doyen de Saint-Patrick n’empêchera pas ce dernier d’associer dans la même satire mordante de l’Académie de Laputa les savants de Londres et ceux de Dublin5.

  • 6 John Locke, Two Treatises of Government (1690), intr. W.S. Carpenter, Londres, Dent (Everyman’s Li (...)

15Ayant fui l’Irlande en 1689 pour se réfugier en Angleterre durant la période du gouvernement de Tyrconnell, Molyneux rencontre Locke dont il va devenir l’ami. Il semble donc naturel que lorsque le philosophe anglais publie, en 1690, ses deux Traités du gouvernement civil6, ces ouvrages marquent le penseur irlandais. Pour essayer de faire passer ses idées, Molyneux se fait, en 1692 et 1695, élire à la Chambre des communes irlandaises en qualité de représentant de l’université de Dublin.

  • 7 William Molyneux, The Case of Ireland’s Being Bound by Acts of Parliament in England Stated, Londr (...)

16En 1698, Molyneux fait paraître son Discours sur la sujétion de l’Irlande7. Il est clair que ce traité, considéré pendant plus d’un siècle comme la classique assertion de l’indépendance législative de Dublin par rapport à Londres, ne saurait renier l’influence de Locke et de son exposé sur la théorie du contrat de gouvernement entre le peuple et son souverain.

17Depuis longtemps déjà, le parlement anglais prétendait avoir le droit de légiférer pour l’Irlande et de confisquer ainsi le pouvoir qui était en principe réservé au parlement souverain qui siégeait à Dublin. En effet même si, en raison de circonstances historiques – Jacques VI d’Écosse devient Jacques Ier d’Angleterre à la mort d’Élisabeth – les royaumes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande sont unis sous la même couronne, les trois parlements de Westminster, d’Édimbourg et de Dublin restent encore des entités distinctes. Comme nous allons le voir un peu plus tard, l’Écosse perd son parlement à la suite de l’Acte d’union de 1707. Dublin cependant garde ses deux assemblées législatives propres pendant encore un siècle, puisque l’Acte d’union avec l’Irlande n’entrera en vigueur que le 1er janvier 1801. Or, la Chambre des communes de Westminster prétend imposer ses lois commerciales aux royaumes voisins, et cherche en particulier à interdire l’exportation directe de lainages irlandais vers les marchés étrangers. Dans le même temps, la Chambre des lords anglaise se présente, elle, à l’occasion de plusieurs procès, comme la cour d’appel suprême dans les litiges opposant deux plaignants irlandais. Elle passe ainsi outre aux jugements déjà rendus par la Chambre des lords irlandaise siégeant en appel dans ces mêmes procès.

18Les récents débats sur la dévolution au sein du Royaume-Uni, qui ont remis sur pied des assemblées en Écosse et au Pays de Galles et ont posé la question des pouvoirs exacts à attribuer à chaque assemblée régionale par rapport au parlement de Westminster, peuvent nous aider à mieux comprendre l’importance des enjeux dans cette lutte entre les diverses assemblées, en principe souveraines, qui existaient à l’époque de Swift.

19C’est donc dans un contexte très passionné que William Molyneux se décide à publier son traité dans lequel il reprend un certain nombre d’arguments déjà utilisés par d’autres avant lui. Il les développe de manière systématique, tout en cherchant à dépassionner le débat. Son ouvrage, pourtant très raisonnable, rencontre une réaction très hostile à Londres, la Chambre des communes décrétant que ce livre est dangereux pour la couronne et le peuple anglais, car il refuse de reconnaître que l’autorité du roi et du parlement anglais lie le royaume et le peuple irlandais. Par ailleurs, Molyneux refuse également d’admettre que l’Irlande dépend de l’Angleterre et doit se soumettre à elle, puisqu’elle est unie et annexée à la couronne impériale d’Angleterre.

20Molyneux fait reposer sa défense du parlement irlandais sur deux piliers : le statut historique de cette institution d’une part ; le principe des droits naturels des gouvernements représentatifs d’autre part. La première partie de l’ouvrage consiste en une étude détaillée de l’histoire législative du royaume d’Irlande. L’auteur remonte au règne de Henri II pour prouver que ce dernier avait accordé un parlement aux habitants de l’île. Il démontre ensuite que c’est simplement à l’époque de la République puritaine que le parlement de Westminster avait commencé à outrepasser ses droits en légiférant à la place de celui de Dublin. La thèse de Molyneux est donc que ce sont les protestants d’Irlande (et non les Anglais en général) qui héritent des droits accordés aux Irlandais par Henri II, puis par ses successeurs.

  • 8 William Molyneux, Discours…, p. 127.

21Puis, plus habilement encore, l’auteur s’inspire directement de Locke, le chantre des positions whigs si bien représentées à Westminster sous le règne de Guillaume III. Il démontre que le fait d’assujettir l’Irlande aux lois du parlement anglais est contraire à la raison et aux droits d’usage de l’humanité tout entière, puisque « tous les hommes sont, par nature, égaux devant la juridiction et l’autorité »8. En conclusion, il est clair que si le parlement de Westminster décide d’imposer ne serait-ce qu’une seule loi à l’Irlande sans le consentement de l’assemblée qui représente légalement les protestants de l’île, il pourrait tout aussi bien le faire pour l’ensemble des lois. Le parlement de Dublin deviendrait alors totalement inutile.

22Mal accueilli à Londres, ce traité devient par contre un des livres de chevet de tous ceux qui, en Irlande ou dans les colonies américaines, cherchent à lutter contre l’hégémonie de l’Angleterre colonisatrice. Benjamin Franklin y fait encore allusion soixante-quinze ans plus tard. Swift, lui, ne manque pas de chanter les louanges de cet ouvrage dans sa quatrième Lettre du Drapier, qui reprend précisément le même combat contre les diktats du parlement de Westminster.

Le règne de la reine Anne (1702-1714)

23Le principal changement qu’apporte l’arrivée d’une nouvelle reine sur le trône concerne les affaires religieuses. Contrairement à son beau-frère, Anne est une femme profondément dévote et très attachée à la tendance haute de l’Église établie.

  • 9 Il ne faut pas confondre, bien sûr, la haute Église, qui indique une position doctrinale, avec le (...)

24En effet, depuis la restauration de Charles II, deux tendances étaient nées au sein de l’Église anglicane. Les partisans de positions doctrinales très claires, reposant sur les 39 articles qui forment la base de la constitution de l’Église établie, représentaient l’orientation haute Église9. Ils voulaient avant tout se démarquer des dissidents, des presbytériens en particulier. Ils estimaient en effet que ceux-ci représentent l’héritage des puritains républicains. Ils défendaient également un certain faste dans le déroulement des cérémonies. Sur le plan politique, ils étaient en général favorables aux tories. Les défenseurs de la basse Église mettaient, eux, davantage l’accent sur la vie morale. Ils collaboraient avec les dissidents au sein des sociétés charitables qui fleurissent au cours du xviiie siècle, comme les associations d’aide aux écoles de charité, la Société pour la réforme des mœurs ou encore la Société pour la propagation de l’Évangile. Assez ouverts dans leurs positions doctrinales, ils se recrutaient souvent parmi les whigs qui, dans les milieux marchands de la Cité, étaient amenés à travailler étroitement avec les non-conformistes.

25Sur le plan politique, les données sont plus compliquées. Les élections à la Chambre des communes en juillet-août 1702 permettent aux tories de reprendre le dessus. Au début de son règne néanmoins, Anne subit l’influence de sa grande amie, la duchesse de Marlborough, dont l’époux continue à occuper le poste de général en chef des armées royales. Ceci lui donne, à lui et à ses amis whigs, un grand pouvoir. Ainsi, bien qu’ils détiennent la majorité à la Chambre des communes, les tories doivent se contenter de faire partie d’un gouvernement d’union qui comprend, non seulement des gens de leur camp, mais également des whigs modérés. Les tories ne peuvent pas réellement imposer les mesures législatives qui auraient permis aux petits hobereaux de province et aux pasteurs de l’Église établie d’assurer une domination durable sur le parti des marchands et des affairistes de la Cité de Londres. Ce demi-échec des tories ne se fera jamais mieux sentir que dans la difficulté qu’ils éprouvent à faire voter une loi contre le conformisme occasionnel. Cette pratique permettait à des dissidents peu scrupuleux d’occuper des emplois officiels comme la charge de maire de Londres. Ils devaient simplement, pour ce faire, accepter de communier au moins une fois par an selon le rite de l’Église établie. Cette attitude ouvertement hypocrite et guidée par des motifs purement mercantiles était bien entendu dénoncée non seulement par des hommes d’Église comme Swift, qui ne manque pas à plusieurs reprises d’attaquer toutes sortes d’attitudes pharisiennes, mais également par des non-conformistes comme Daniel Defœ par exemple.

L’union de l’Angleterre et de l’Écosse (1707)

26Un événement fort important à l’époque est l’Acte d’union de l’Angleterre et de l’Écosse. Depuis l’accession de Jacques VI d’Écosse sur le trône d’Angleterre le 24 mars 1603, le même souverain régnait à la fois sur ces deux royaumes ainsi que sur l’Irlande. Mais chaque pays avait un parlement distinct. Or, à la suite des longues tractations menées à Londres et à Édimbourg par divers émissaires, l’union est finalement ratifiée par les deux pays en 1707. Le parlement d’Édimbourg est alors incorporé dans celui de Westminster, moyennant le paiement d’une somme de 400 000 £ versée aux parlementaires écossais. Nombreux sont ceux qui protestent, mais en pure perte, contre cette manœuvre, considérée comme une pure subornation des élus par l’Angleterre corruptrice.

27Ce sentiment d’avoir été trahi par leurs représentants explique sans doute en partie pourquoi certains Écossais continueront longtemps à soutenir la cause jacobite. Jacobites : c’est ainsi que leurs adversaires nomment les partisans de Jacques II ; puis ceux de son fils, reconnu en France comme Jacques III, roi légitime d’Angleterre, mais appelé le « Prétendant » dans son pays d’origine ; ceux enfin de Charles Édouard Stuart, le « Jeune Prétendant » qui sera surnommé « Bonnie Prince Charlie » par les Écossais des Highlands. Le but de ce mouvement est de rétablir sur les trônes d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande ceux que leurs partisans considèrent comme les seuls héritiers légitimes de la couronne, les Stuarts. C’est sans doute parce que Anne est elle-même une représentante de cette famille que les jacobites vont attendre sa mort pour organiser leur premier véritable soulèvement. En 1715, le comte de Mar va, dans les Highlands, rassembler tous les partisans des Stuarts qui pourraient prêter main forte aux troupes françaises envoyées par Versailles pour aider Jacques à reconquérir son trône. Néanmoins, avant même que Jacques débarque en Écosse, ses fidèles ont déjà perdu la partie. Et ce n’est pas ce falot prétendant qui pourra ranimer l’esprit combattant qui a, dès le départ, fait défaut à cette rébellion avortée. Par contre lorsque, trente ans plus tard, l’Écosse se soulèvera derechef et que le jeune Prétendant, Charles Édouard prendra la tête de la dernière tentative jacobite pour rétablir les Stuarts sur le trône, l’enthousiasme du jeune prince saura galvaniser les énergies de ses partisans. Ils remporteront quelques belles victoires avant d’être définitivement vaincus par des troupes plus nombreuses et mieux organisées.

  • 10 Il faut néanmoins remarquer que certains historiens ont récemment démontré qu’une petite classe di (...)

28Cependant, ce qui nous intéresse sans doute plus directement ici est le fait que, après la signature du Traité de Limerick, l’Irlande ne participera plus à un seul des soulèvements jacobites. Il faut dire que les catholiques sont privés de leurs chefs traditionnels, qui ont dû se réfugier en France ou ailleurs en Europe. En outre, ils sont écrasés par les lois pénales comme celle de 1703 intitulée « An Act to prevent the further growth of Popery ». Ils ne songent donc guère à se révolter en faveur d’un roi qui les a un peu vite abandonnés10. Les autorités whigs ont tendance à entretenir la crainte permanente d’un soulèvement possible en Irlande, ceci afin de pouvoir y faire stationner des troupes à moindres frais. Mais les paysans catholiques songent tout simplement à survivre dans un environnement naturel rude – celui du Connaught où beaucoup d’entre eux ont été repoussés ; dans une situation économique défavorable, l’Angleterre accaparant la majeure partie des richesses et la famine sévissant dans les années 1720 ; dans un contexte politique hostile, le poids du Code pénal pesant sur leurs épaules.

29La situation reste à vrai dire tellement calme que les troupes stationnées en Irlande vont simplement servir à renforcer les armées gouvernementales, lors des soulèvements de 1715, 1722 et 1745 en Écosse et en Angleterre.

30Ici encore, les grandes parades militaires de l’empereur de Lilliput (25-37) puisent en partie leur origine dans la situation vécue au jour le jour par les Irlandais. Il en va de même des rodomontades de Gulliver lorsqu’il propose au roi de Brobdingnag de lui fournir des armes redoutables (122-123) ; ou des rapports tendus entre les habitants de l’île flottante et ceux du continent situé en dessous (161-162).

Histoire des quatre dernières années du règne de la reine Anne11

  • 11 Jonathan Swift, The History of the Four Last Years of the Reign of Queen Anne, in The Prose Works (...)

31C’est là le titre d’un traité de Swift qui va y défendre le bilan de l’action de ses amis tories. En effet, ce n’est finalement qu’en 1710 que Harley, comte d’Oxford et St. John, vicomte Bolingbroke vont l’emporter sur leurs rivaux. Leur premier souci est de chercher à imposer une paix que les propriétaires terriens souhaitent ardemment. Par contre, les militaires et marchands dans la mouvance de Marlborough veulent poursuivre la lutte contre la France. La paix va être signée dans des conditions jugées trop favorables à une France qui semblait au bord de l’asphyxie. En conséquence lorsque, à l’arrivée de George Ier sur le trône, ils auront été chassés du pouvoir, les dirigeants tories vont connaître bien des déboires. Ils vont même, comme d’autres à Lilliput, être assignés en justice.

32En Irlande, les Lords Lieutenants se succèdent. En fonction de la composition du gouvernement central de Londres, ils sont de tendance tory ou whig, mais n’apportent en général rien au pays. En principe, ils y représentent le pouvoir royal. En réalité, ils sont quasiment contraints de faire voter par le parlement de Dublin les mesures souhaitées par celui de Westminster.

33Le Lord Lieutenant est souvent rappelé à Londres pour consultation. Il cède alors la place à trois Lords Justices, choisis parmi les personnalités politiques, judiciaires ou, comme c’est très souvent le cas pendant toute cette période, ecclésiastiques. C’est ainsi que Thomas Lindsay, archevêque tory d’Armagh et William King, archevêque whig de Dublin occupent ce poste en alternance. Souvent, un deuxième prélat de l’Église d’Irlande remplit également cette fonction, le troisième Lord Justice étant alors un noble ou une personnalité judiciaire ou militaire locale. L’avantage de cet arrangement est que, contrairement aux Lords Lieutenants qui arrivent directement de Londres, les Lords Justices connaissent bien la situation sur place. Ils sont donc capables d’apprécier l’impact que pourra avoir l’application de telle ou telle mesure décrétée à Londres sans consultation préalable. L’inconvénient est que, déjà bien occupés par l’administration de leurs diocèses, les prélats ne peuvent pas consacrer tout le temps qu’ils souhaiteraient aux affaires de l’Irlande, ce dont King se plaindra par moments dans des lettres à Swift.

34Sous les règnes de Guillaume et de la reine Anne, la personnalité la plus en vue en Irlande est le duc d’Ormonde. Contrairement à la plupart des autres nobles qui ne font qu’y passer, il a, lui, de profondes attaches dans le pays. Il compte des parents dans les rangs des catholiques aussi bien que dans celui des protestants. De plus, si ses obligations militaires l’obligent souvent à s’absenter de son domaine, son épouse, la duchesse d’Ormonde, y réside très souvent. Elle s’occupe de ses dépendants d’une façon tout à fait remarquable pour l’époque. Il n’est pas impossible là encore de découvrir, dans cette donnée historique, une sorte d’influence indirecte sur la peinture que Swift donnera du Lord Munodi. Ce dernier, qui avait été Gouverneur de Lagado avant l’arrivée de Gulliver dans le pays, faisait à présent fructifier sa propriété de Balnibarbi (166-167). Lors du changement de règne le duc d’Ormonde, qui avait supplanté Marlborough comme général en chef, sera lui aussi victime de la disgrâce qui va toucher le gouvernement Harley.

35Néanmoins, la question essentielle qui se pose pendant tout le règne de la reine Anne est celle de la succession. Marie et Guillaume n’avaient pas laissé de descendance ; Anne elle-même allait mourir sans laisser d’héritier. Elle avait pourtant connu de nombreuses grossesses, mais tous ses enfants arrivés à terme étaient morts en bas âge. Le dernier, le petit duc de Gloucester, s’éteint en 1700. Politiciens et juristes n’avaient pas attendu le dernier moment pour se pencher sur cet épineux problème. Dès 1701, le Parlement avait craint qu’une fois devenue reine, Anne ne se prononce, par piété filiale, en faveur du descendant Stuart. Les députés avaient alors voté l’Acte de succession (Act of Settlement) qui écartait de la succession au trône le fils de Jacques II, catholique et, aux dires de certains, illégitime. Après la princesse Anne, l’Acte de succession déclarait donc que

the most excellent Princess Sophia, Electress and Dowager Duchess of Hanover, daughter of Elizabeth, late Queen of Bohemia, daughter of James Ist, shall be next in succession to the Crown.

36En réalité, ce sera George-Louis, fils de Sophie, décédée entre temps, qui montera sur le trône en 1714. Mais, pendant tout le règne de la reine Anne, la polémique ira bon train entre partisans d’une succession héréditaire directe et adversaires inconditionnels de tout roi « papiste ». Les premiers voulaient reconnaître Jacques III. Les seconds préféraient à tout prendre un souverain ne parlant pratiquement pas anglais mais, grâce au ciel, protestant, même si membre de l’Église luthérienne. À la fin du règne d’Anne, ces derniers l’emporteront.

George Ier (1714-1727). Le règne de Walpole

  • 12 William Makepeace Thackeray, The Four Georges (Cornhill Lectures, 1855), The English Humorists ; C (...)

37Pourtant, lorsque la reine meurt le 1er août 1714, le changement de dynastie se déroule dans une atmosphère étrangement calme et même un peu surréaliste. Si l’ironie mordante avec laquelle Thackeray décrira plus tard, dans The Four Georges12, la cérémonie du couronnement fait sans doute la part belle à l’exagération, il n’empêche qu’on doit sans doute y lire une part de vérité.

38Le roi George Ier et son successeur George II ne parlent pas bien anglais et se préoccupent davantage de leur principauté du Hanovre que de leurs royaumes des îles britanniques. La plupart du temps, ils en laissent la gestion aux mains des principaux ministres. Eux-mêmes se contentent de profiter de la fortune nouvelle qui leur est offerte et distribuent généreusement titres et terres à leurs courtisans les plus fidèles.

39Le gouvernement tory doit immédiatement laisser la place aux whigs qui, après avoir obtenu une très nette majorité au Parlement, détiennent tous les pouvoirs.

40Pour mieux assurer leur triomphe, les dirigeants whigs entament une campagne de calomnies contre le gouvernement tory qui avait signé, avec la France, une paix jugée indigne. Se rendant compte qu’ils n’ont aucune chance de subir un procès impartial, les deux principaux accusés optent pour des tactiques différentes. Tandis qu’Oxford décide de faire face et est emprisonné quelque temps à la Tour de Londres, Bolingbroke, lui, choisit de se réfugier en France. Il semble ainsi justifier les accusations portées contre lui de collusion avec l’ennemi. De plus, dans la mesure où quelques autres dirigeants tories décident de suivre son exemple, c’est bientôt l’ensemble du parti tory qui est suspecté de sympathies jacobites. Le choc est particulièrement rude en Irlande où le deuxième duc d’Ormonde, le héros de bien des Irlandais, s’enfuit vers la France. Il refuse de subir le procès infamant que ses adversaires veulent lui intenter. Ils lui reprochent la façon dont il avait mené la lutte contre la France dans les dernières années de la reine Anne. Tous les amis proches ou lointains de ces personnalités tories vont être écartés des affaires. Le doyen de Saint-Patrick lui-même sera accusé d’entretenir des sympathies jacobites.

41Après s’être débarassés de leurs adversaires politiques, les whigs commencent à rivaliser entre eux pour occuper les premières places. La période qui va de 1715 à 1721 voit se développer une lutte sans merci entre deux clans. C’est tout d’abord la faction menée par Stanhope, favori du roi et par Sunderland, qui est bien vu des maîtresses allemandes du souverain, qui dirige le débat politique. Ces deux hommes mènent une politique très agressive dans plusieurs domaines. Pour mieux asseoir l’emprise du parti whig sur le pays, ils font voter le Septennial Act. Cette loi stipule que, au lieu d’être renouvelés tous les trois ans, les membres du Parlement ne seront désormais élus qu’une fois tous les sept ans. Ainsi, le gouvernement évite de subir les conséquences d’un mécontentement éventuel des électeurs. Par ailleurs, sous la pression de la Cité et des banquiers, le gouvernement fait institutionnaliser la dette nationale, une disposition qui provoquera la surprise et même l’indignation du roi de Brobdingnag (119). Pour mener à bien leur politique, Stanhope et Sunderland cherchent à exclure leurs rivaux Walpole et Townshend du gouvernement. Dès lors, ces derniers cherchent à s’assurer l’appui du Parlement et parviennent à donner du fil à retordre à l’équipe au pouvoir. Le gouvernement fait abroger la Loi du schisme (Schism Act) et la Loi sur la conformité occasionnelle (Occasional Conformity Act), qui interdisaient aux non-conformistes l’accès aux emplois publics. Mais il ne réussit pas à faire annuler la Loi du test (Test Act) et la Loi sur les Conseils municipaux (Corporation Act) qui formaient les dernières barrières dressées par l’ancienne majorité tory sur le chemin des dissidents qui auraient souhaité s’emparer du pouvoir politique. L’alliance des modérés des deux partis permet également de faire échec à la politique extérieure agressive de Stanhope, qui aurait conduit à une nouvelle guerre et à des difficultés financières accrues. Le premier ministre est alors obligé de reprendre l’habile Walpole et son équipe dans son gouvernement. Or, à peine ces derniers sont-ils arrivés au pouvoir qu’éclate, en août 1720, le scandale politico-financier le plus grave de la période, le krach des mers du Sud, cet effondrement bancaire provoqué par les spéculations intempestives de la South Sea Company. Or, pratiquement tous les membres de l’équipe Stanhope ainsi que bon nombre de courtisans, y compris les deux maîtresses royales et peut-être bien le roi lui-même, se trouvent impliqués dans ces malversations. On voit là encore comment les remarques du roi de Brobdingnag sur la gestion du Trésor en Angleterre pourraient avoir été en partie inspirées par les pratiques contemporaines. Cependant, la portée universelle de cette attaque contre des malversations politico-financières permettrait de l’appliquer à n’importe quelle époque.

42Tout fraîchement arrivé au gouvernement, et donc miraculeusement protégé de toute implication dans ce scandale, Walpole est alors poussé en avant pour résoudre la crise. Ses adversaires espèrent qu’il va y perdre son crédit politique. Grâce à son habileté stratégique et aux appuis qu’il a su se forger au sein du parlement, Walpole parvient, par sa détermination sans faille, à protéger les membres de la famille royale et une partie de l’équipe gouvernementale du scandale. Son vieil adversaire Stanhope meurt d’apoplexie et Sunderland se voit contraint de démissionner, avant d’avoir la bonne idée de mourir à son tour en 1722. Walpole, qui a été nommé chancelier de l’Échiquier et premier lord du Trésor se retrouve donc faisant office de premier ministre, même si ce titre et la fonction ne sont pas aussi clairement définis qu’à l’époque actuelle.

43La faction au pouvoir va peu à peu mettre en place le système qui permettra à Walpole de se maintenir au gouvernement en éliminant soigneusement tout effort d’organisation de la part d’une quelconque opposition. Pour ce faire, le premier ministre et les siens n’hésitent pas à utiliser le clientélisme, le népotisme, l’intimidation et la corruption pour mieux servir leurs intérêts. Ils se gardent par exemple de rayer de la carte les « cantons pourris » (rotten boroughs). Ces circonscriptions campagnardes se sont dépeuplées. Mais les quelques propriétaires qui possèdent encore des domaines sur le territoire de ces communes disposent toujours de leur droit d’élire des députés au Parlement. Ces derniers, souvent assez pauvres, se laissent facilement acheter par les agents d’un gouvernement dont ils suivent docilement les consignes. En revanche, les grandes villes nouvelles comme Birmingham ou Manchester n’élisent aucun représentant à la Chambre.

44Un exemple frappant des manœuvres douteuses de Walpole, qui va devenir la bête noire de Swift, concerne l’Irlande précisément. Parmi les adversaires potentiels du chancelier de l’Échiquier se trouvait le ministre des Affaires étrangères (Secretary of State), Lord Carteret, qui était un des rares rescapés de l’équipe gouvernementale précédente. Sur les conseils de la duchesse de Kendal, l’une des maîtresses allemandes de George Ier, Walpole avait accordé à un certain Wood, industriel de Birmingham, licence pour frapper les pièces de petite monnaie en cuivre dont l’Irlande avait grand besoin. Pour acquérir ce droit, dont il espérait tirer de substantiels bénéfices, Wood avait versé des sommes importantes au Trésor public, mais également des pots de vin à des personnes comme la duchesse de Kendal, précisément. Cherchant à se venger de Walpole, qui avait tant œuvré contre le gouvernement précédent, Carteret avait commencé à travailler de concert avec les tories irlandais, au premier rang desquels se trouvait bien entendu son ami, le doyen de Saint-Patrick. Grâce à ses Lettres du Drapier, publiées anonymement – mais dont l’auteur est immédiatement reconnu et célébré par les tories irlandais –, Swift parvient à faire échouer ce qu’il considère comme une simple spéculation financière au détriment de l’Irlande. Dès lors, Wood lui-même mais, bien plus encore, les nobles qu’il a entraînés dans cette aventure coûteuse, tiennent absolument à avoir leur revanche. Dans la mesure où ils ne peuvent pas faire grand chose contre Swift, déjà exilé dans son île, ils tournent leur ire contre Carteret. Heureux de se débarrasser ainsi d’un adversaire trop entreprenant à son goût, Walpole ne trouve rien de mieux que de nommer Carteret Lord Lieutenant en Irlande, où il va avoir pour mission de calmer la tempête soulevée par les Lettres du Drapier.

Le statut colonial de Swift

  • 13 Jonathan Swift, A Tale of a Tub (1704), in The Prose Works…, vol. 1.

45En 1714, juste avant la mort de la reine Anne, Swift obtient la charge de doyen de la cathédrale de Saint-Patrick à Dublin. Il sait alors que son avenir est compromis et qu’il n’obtiendra probablement jamais l’un des postes qu’il avait convoités jusque là, à savoir un siège d’évêque ou, à la rigueur, de doyen d’une cathédrale anglaise. Il sait que, bien qu’il compte un certain nombre d’amis parmi les hommes politiques les plus puissants de l’époque, il a eu, en publiant son très peu orthodoxe Conte du Tonneau13, le malheur de s’attirer les foudres de la souveraine qui avait été profondément choquée par ce qu’elle considérait comme l’immoralité de cet ouvrage. Il faut bien dire qu’il n’y ménageait guère plus l’Église établie que les Églises catholique et presbytérienne. La reine, qui choisissait ses évêques sur des critères doctrinaux et moraux stricts – même si elle se laissait parfois abuser par de simples apparences – n’aurait pour rien au monde nommé sur un poste important en Angleterre cet Irlandais, dont elle se demandait s’il pouvait encore se dire chrétien. En l’occurrence, la charité et le pardon des offenses n’étant certainement pas le fort de Swift, il n’hésitera pas à emprunter à la défunte reine le caractère vindicatif qu’il attribuera à l’impératrice de Lilliput. C’est du moins ainsi que bon nombre de ses contemporains, y compris son propre éditeur, interpréteront les conséquences, pour Gulliver, de la façon dont il avait éteint le feu qui avait embrasé le palais impérial. De même, les premiers lecteurs du Voyage à Lilliput devineront, dans les oppositions entre Tramecksans et Slamecksans, entre hauts et bas-talons ou entre Gros-Boutiens et Petits-Boutiens des allusions plus ou moins lointaines non seulement aux factions politiques mais également aux affinités religieuses des partisans de la haute et de la basse Église.

46Lorsque les whigs arrivent au pouvoir, Swift sait qu’il n’a plus la moindre chance de se voir nommer évêque d’un des diocèses irlandais dont le titulaire est décédé ou a été promu. Même s’il s’efforce encore à plusieurs reprises d’obtenir un tel poste, il s’apercevra bien vite que, plus encore que du temps des tories, les promotions, sous l’empire des whigs, s’opèrent sur des critères à la fois politiques et nationaux.

47Dans l’esprit de Walpole et de ses acolytes en Irlande, il est essentiel de remettre au pas tous ces protestants irlandais trop épris de liberté. Il convient de contrer toute initiative trop nationaliste du « parti de l’archevêque de Dublin ». C’est pourquoi dans ce domaine comme dans les autres, le pouvoir whig assure sa mainmise sur l’ensemble des rouages du pouvoir, y compris la hiérarchie de l’Église établie, en ne nommant quasiment que des pasteurs anglais whigs – souvent les chapelains des Lords Lieutenants successifs – sur les postes épiscopaux vacants.

48C’est donc contraint et forcé que Swift avait repris le chemin de cette Irlande qu’il avait toujours cherché à fuir. Après être resté quasiment silencieux de 1714 à 1720, pendant les premières années de son exil, il reprend la lutte. Et c’est pratiquement malgré lui qu’il devient le champion de la cause irlandaise. Ou plutôt, d’une certaine cause irlandaise, celle du droit des protestants conformistes irlandais à gérer leur île comme ils l’entendent, sans avoir à passer par les fourches caudines des politiciens de Westminster.

49Même si ce n’est pas le poste dont il rêvait, la charge de doyen de Saint-Patrick n’est pas sans présenter certains avantages. Le premier point positif est tout simplement que, la cathédrale se trouvant sise à Dublin, Swift se retrouve là où se prennent toutes les décisions importantes touchant à l’Irlande. C’est là en effet que réside le Lord Lieutenant ainsi que son gouvernement ou sa cour ; là également que siège le Parlement. Enfin, point essentiel pour Swift, pasteur de l’Église d’Irlande, il a pour supérieur hiérarchique immédiat l’archevêque de Dublin. Or, de 1703 à 1729, le prélat en question est William King qui, nous l’avons vu, est le véritable chef de file de tous les protestants irlandais patriotes même si, officiellement, le primat de toute l’Irlande est bien sûr l’archevêque d’Armagh.

50L’Irlande partage avec l’Angleterre certaines divisions religieuses et politiques. Viennent s’y ajouter, comme nous venons de le voir, les critères nationaux, « raciaux » pourrait-on presque dire, entre natifs de l’île et Anglais de naissance, ces derniers se voyant favorisés en tout.

51Il est clair que tout est toujours différent dans le contexte particulier de l’Irlande. Après une période de cohabitation difficile, on voit le whig William King s’unir au tory Swift, pourtant soupçonné de sympathies jacobites. Toute l’action de Swift et du parti irlandais va donc consister à lutter point par point contre les mesures que prennent le gouvernement anglais et le parlement de Westminster pour assujettir l’Irlande, devenue simple colonie.

52Sous le règne de la reine Anne, Swift s’était déjà rendu en Angleterre pour quémander, à la demande de King et d’autres dignitaires ecclésiastiques, l’exemption de droits que le clergé devait normalement payer à la couronne. En effet, la reine Anne avait accepté, en 1704, d’exempter l’Église d’Angleterre de la dîme et des annates, à condition que les quelque 16000 £ ainsi économisées et versées dans le don de la Reine Anne (Queen Anne’s Bounty) soient distribuées aux plus nécessiteux des membres du bas clergé. Mais l’Église d’Irlande n’avait pas été incluse dans cette démarche généreuse. Elle se voyait donc toujours contrainte de payer des taxes équivalentes, à savoir le vingtième (twentieth) et les prémices (first fruits).

53Pour que la reine accepte de renoncer aux malheureuses 500 £ que rapportaient ces droits au Trésor royal, il faudra attendre qu’une délégation soit reçue en 1711 par le premier ministre Harley. Elle est composée de John Hartstong, évêque d’Ossory, de Thomas Lindsay, évêque de Killaloe et de Jonathan Swift, pourtant encore simple curé de paroisse, mais fort influent auprès des autorités en place. Ces hommes n’obtiennent même pas de la reine qu’elle renonce également aux 1 400 £ environ que lui rapportaient les loyers des bénéfices qui, n’ayant pas de titulaires suite au décès du pasteur en place et avant la nomination de son remplaçant, étaient versés au Trésor royal.

54Le second motif de mécontentement des protestants d’Irlande était que, chaque fois que le titulaire d’un bénéfice important – évêché, doyenné de cathédrale ou autre – décédait, l’habitude semblait prise de le remplacer par un Anglais. Ceci ne laissait plus aux membres du clergé nés et éduqués en Irlande que les miettes d’un festin qui, à une époque où le haut clergé vivait bien, n’était pas dédaignable.

55On peut prendre à titre d’exemple le cas du supérieur hiérarchique de Swift. Au début de 1714, à la mort de Narcissus Marsh, archevêque d’Armagh, William King, déjà archevêque de Dublin et donc successeur naturel de Marsh pour le poste de primat de toute l’Irlande s’était vu préférer Thomas Lindsay, alors simple évêque, mais tory modéré, alors que King lui-même était de tendance whig. Quand Thomas Lindsay meurt à son tour en 1724, William King se voit à nouveau écarté de la primature qui ira à Hugh Boulter, évêque de Bristol, whig comme lui mais Anglais d’origine. Ce dernier offre donc la certitude d’une fidélité sans faille au gouvernement anglais. Par contre, parce qu’il est né et a toujours résidé dans le pays, King paraît trop ancré dans la terre irlandaise.

56Swift lui-même déclare :

  • 14 Jonathan Swift, « Swift to the Earl of Peterborough, April 28, 1726 », in The Correspondence of Jo (...)

[…]several of the bishops sent over to Ireland, having been clergymen of obscure condition, and without other distinction than that of chaplains of the governors, do frequently invite over their old acquaintance of kindred, to whom they bestow the best preferments in their gift14.

57On trouve le même genre de remarque sous la plume de William King. Il fait remarquer que ces prélats nommés pour des raisons essentiellement politiques ou financières sont souvent à la fois des cumulards et des absentéistes. Ils touchent en effet les revenus de plusieurs paroisses dans lesquelles ils nomment un simple vicaire auquel ils ne versent qu’un fort maigre salaire. Et ils passent le plus clair de leur temps au mieux à Dublin, où ils cherchent à obtenir quelques avantages supplémentaires auprès des autorités en place ; et au pire à Londres, où ils se savent encore plus près de la véritable source des promotions.

  • 15 William King, « Letter from Archbishop King to Swift, May 16th, 1713 » in The Correspondence…, vol (...)

I know not whether I shall be obliged to go to London before I return. I will not if I can avoid it, for considering the great number of Irish Bishops and clergy that are there, I am ashamed to add to the number15,

58déclare William King dans une lettre à Swift datée de 1713.

59Même si Swift lui-même n’a jamais donné l’exemple en matière de résidence, il est clair que les deux hommes estiment que cet absentéisme, qui touche aussi bien les membres du clergé que l’aristocratie ou les propriétaires terriens d’origine anglaise ou irlandaise, nuit énormément à la cause de l’Église établie. Elle est en effet considérée comme une institution qui s’est mise au service d’une puissance étrangère, l’Angleterre. Or cette dernière considère l’Irlande non comme une nation sœur qu’il faut aider à se développer mais comme une colonie, une source de revenus supplémentaires.

60Monseigneur Gilbert Burnet, évêque anglais de Sarum, pourtant grand partisan du parti whig, en arrive lui aussi à stigmatiser la conduite de certains des responsables de son propre bord, nommés en Irlande :

  • 16 Gilbert Burnet, Bishop Burnet’s History of His Own Times, Oxford, Oxford University Press, 2e éd., (...)

In Ireland, the three Lords Justices did not agree long together; the Lord Capel studied to render himself popular, and espoused the interests of the English against the Irish, without any nice regard to justice and equity […] The other two were men of severe tempers, and studied to protect the Irish, when they were opprest ; nor did they try to make themselves otherwise popular, than by a wise and just Administration; so Lord Capel was highly magnified, and they were as much complained of, by all the English in Ireland16.

61Le choix des Lords Justices s’avère parfois délicat. Dans ce cas précis il n’y a pas, ce qui est rare, d’ecclésiastique parmi eux. Mais Sir Cyril Wyche et Mr Duncombe représentent ici ceux que l’on pourrait appeler les « patriotes » protestants irlandais, le parti de l’archevêque de Dublin.

62C’est à cette faction que, en dépit de divergences politiques, Swift le tory, devenu doyen de Saint-Patrick, vient prêter main-forte. Ayant, après 1720, perdu toutes ses illusions, le satiriste n’hésitera plus à publier ses œuvres, même si c’est encore sous le couvert d’un anonymat qui ne tiendra jamais bien longtemps. Il se trouve en effet que, après l’écrasement de la rébellion jacobite de 1715 et grâce aux lois pénales qui ont été votées depuis la Glorieuse Révolution, la menace catholique semble définitivement écartée. De plus, les droits politiques des non-conformistes sont très strictement limités. De ce fait, les membres de l’Église établie se sentent suffisamment en sécurité pour se permettre de s’insurger contre l’exploitation coloniale à laquelle sa voisine veut soumettre l’Irlande.

63Scandalisé par les pratiques politiques, économiques et sociales des dirigeants, Swift ne cessera pas de tourner en dérision les travers de la classe politique, que ce soit dans les Lettres du Drapier (1724), Les Voyages de Gulliver (1726) ou la Modeste Proposition (1729). Il est clair que les abus qu’il dénonce sont ceux dont se rendent coupables certains politiciens à toutes les époques.

  • 17 C’est Charles C. Boycott, régisseur anglais d’un domaine en Irlande, qui va laisser son nom à cett (...)
  • 18 Jonathan Swift, « A Proposal For the universal Use Of Irish Manufacture, in Cloths and Furniture o (...)

64J’ai eu l’occasion d’évoquer plus haut les polémiques déclenchées par l’ouvrage de Molyneux, ainsi que la tempête qu’avaient provoquée les Lettres du Drapier contre le demi-penny de Wood. Mais c’est de façon systématique que les mesures prises par le parlement de Westminster visent à favoriser les intérêts commerciaux et financiers de la Cité de Londres, au détriment des marchands et artisans irlandais. Habitant dans le quartier des Libertés qui entourent la cathédrale de Saint-Patrick, Swift est chaque jour confronté à la misère des ouvriers catholiques ou protestants qui tissent la laine. C’est alors qu’il écrit une série de pamphlets dans lesquels il demande aux membres de la haute société irlandaise de boycotter – avant même que le terme lui-même n’existe17 – les produits anglais. Il demande au contraire à ses lecteurs de favoriser l’industrie textile locale en achetant exclusivement des vêtements et autres produits tissés en Irlande18. Malheureusement, même si ces écrits ont un certain retentissement, seules quelques grandes dames d’Irlande, comme Mrs Delany, épouse du doyen du diocèse de Down et grande amie de Swift, suivent ce conseil. L’exportation de la laine irlandaise risque de poser des problèmes de concurrence aux éleveurs anglais. Le parlement de Westminster décide alors d’imposer des restrictions telles sur le commerce des lainages en provenance d’Irlande que l’industrie textile locale périclite très vite.

65C’est donc rempli d’une amertume sans cesse grandissante que Swift va lentement sombrer dans les accès de démence qui vont ternir la fin de sa vie, à une époque où il aura cessé d’écrire. Mais sa popularité ne fera que croître après sa disparition, le 19 octobre 1745.

Notes

1 Édition utilisée : Gulliver’s Travels, Paul Turner (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1998. Nous renverrons désormais à cette édition par un numéro de page entre parenthèses dans le corps du texte. Pour un panorama plus complet sur l’arrière-plan, voir par exemple Clive T. Probyn, Jonathan Swift : The Contemporary Background, Manchester, Manchester University Press (Literature in Context), 1978.
L’emploi du terme « arrière-plan » est parfois remis en question dans la mesure où l’œuvre contribue elle-même à définir l’arrière-plan. Voir Margaret Anne Doody, « Swift and Romance », in Walking Naboth’s Vineyard. New Studies of Swift, Christopher Fox et Brenda Tooley (éd.), South Bend (Indiana), University of Notre Dame Press, 1995, p. 99.

2 François Boulaire, « L’Irlande, la France et l’Europe en 1689-1690 : les négociations de M. le Comte d’Avaux en Irlande », Études irlandaises, 26, 1, 2001, p. 71-83.

3 Sur le Traité en général, et la question de la clause manquante en particulier, voir John G. Simms, War and Politics in Ireland, 1649-1730, Londres, The Hambledon Press, 1986, chap. 16.

4 En Irlande, le terme de « patriote » est parfois utilisé pour désigner une instance catholique, quand on parle du parlement patriote de 1689 par exemple ; parfois plus généralement pour désigner les actions des Irlandais de naissance ou d’adoption qui cherchent à assurer un certain degré d’autonomie au pays vis-à-vis de l’Angleterre. C’est en ce sens qu’on appelle parfois Swift un « patriote irlandais ». Dans Ireland in the Empire, 1688-1770, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1973, chap. IV, p. 83, Francis G. James parle des origines d’un parti patriote.

5 Il faut d’ailleurs noter que, contrairement à sa sœur de Londres, la Société dublinoise ne durera guère puisque, après s’être réunis de façon assez régulière entre 1683 et 1700, les membres se disperseront et la Société disparaîtra complètement en 1708. Voir K. Theodore Hoppen, The Common Scientist in the 17th Century : A Study of the Dublin Philosophical Society, 1683-1700, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1970.

6 John Locke, Two Treatises of Government (1690), intr. W.S. Carpenter, Londres, Dent (Everyman’s Library), 1986.

7 William Molyneux, The Case of Ireland’s Being Bound by Acts of Parliament in England Stated, Londres, 1698 ; réimpression, avec une introduction de James G. Simms, et une postface de Denis Donoghue, Dublin, The Cadenus Press, 1977. Traduction française : Discours sur la sujétion de l’Irlande aux lois du parlement d’Angleterre, Jacqueline Genet, Élisabeth Hellegouarc’h (dir.), présentation de Pierre Gouhier, Caen, Presses universitaires de Caen, 1995.

8 William Molyneux, Discours…, p. 127.

9 Il ne faut pas confondre, bien sûr, la haute Église, qui indique une position doctrinale, avec le haut clergé, qui ne désigne que la position hiérarchique des évêques ou doyens de cathédrales par rapport aux simples curés ou vicaires qui représentent le bas clergé. En fait, sous Guillaume III, se sont souvent les évêques qui sont de tendance basse Église, le bas clergé penchant plutôt pour la position haute Église. Les termes « dissident » ou « non-conformiste » couvrent tous les protestants qui n’appartiennent pas à l’Église établie, les presbytériens constituant la principale des Églises non conformistes.

10 Il faut néanmoins remarquer que certains historiens ont récemment démontré qu’une petite classe dirigeante catholique subsiste pendant le xviiie siècle. Mais ces propriétaires s’occupent avant tout de cultiver leurs terres. Voir Thomas Bartlett, The Fall and Rise of the Irish Nation : The Catholic Question, 1690-1830, Dublin, Gill et Macmillan, 1992.

11 Jonathan Swift, The History of the Four Last Years of the Reign of Queen Anne, in The Prose Works of Jonathan Swift, vol. 7, Herbert Davis (éd.), Londres, Blackwell, 1939-1968 (14 vol.).

12 William Makepeace Thackeray, The Four Georges (Cornhill Lectures, 1855), The English Humorists ; Charity and Humour ; The Four Georges, Intr. Roy Ridley, Londres et New York, Dent et Dutton, 1968.

13 Jonathan Swift, A Tale of a Tub (1704), in The Prose Works…, vol. 1.

14 Jonathan Swift, « Swift to the Earl of Peterborough, April 28, 1726 », in The Correspondence of Jonathan Swift, D.D. (4 vol.), David Woolley (éd.), Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, vol. II, 1999-…, p. 643.

15 William King, « Letter from Archbishop King to Swift, May 16th, 1713 » in The Correspondence…, vol. I, p. 485.

16 Gilbert Burnet, Bishop Burnet’s History of His Own Times, Oxford, Oxford University Press, 2e éd., 1833, vol. IV, p. 284.

17 C’est Charles C. Boycott, régisseur anglais d’un domaine en Irlande, qui va laisser son nom à cette tactique coercitive non violente. Il naît en 1837 et meurt en 1897.

18 Jonathan Swift, « A Proposal For the universal Use Of Irish Manufacture, in Cloths and Furniture of Houses etc. utterly Rejecting and Renouncing Every Thing wearable that comes from England », Dublin, 1720, et « A Proposal that All the Ladies and Women of Ireland Should Appear Constantly in Irish Manufactures », Dublin, 1729.

Auteur

Université de Bretagne occidentale

© Presses universitaires de Caen, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540