Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Miroirs de la filiation

 | 
Bertrand Cardin

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Sean O’Faolain, The Irish [1947], Londres, Penguin, 1980, p. 45.

1La place prépondérante qu’occupe la figure du père dans la littérature irlandaise contemporaine, digne héritière de Yeats, Joyce, Synge et d’autres noms prestigieux, n’est plus à démontrer. Le personnage paternel cristallise toute figure d’autorité, car, comme le souligne justement Sean O’Faolain : « It is, undeniably, easier to fight one’s own battle with one’s father than to fight it with some remote “father” »1. Que ce père soit géniteur, père symbolique ou prédécesseur littéraire, il est à remarquer qu’il exerce chez le fils un mouvement constant de répulsion et d’attraction, confirmant le lien de l’un avec l’autre comme un reflet spéculaire, un jeu de miroirs, qui duplique et inverse à la fois. En effet, dans chacune des parties précédemment développées, la même problématique de mise à distance-réappropriation se constate :

  • la mise en place d’une opposition symétrique et systématique de la part du fils, doublée par une caractérisation paternelle négative, témoigne d’une volonté filiale de se démarquer de son père, de s’éloigner de lui au maximum, de se détacher du passé, alors que finalement, le fils revient vers son géniteur pour finalement constater une ressemblance troublante entre eux ;
  • il rompt de façon violente, par le blasphème, le sacrilège, avec les valeurs chrétiennes qu’il associe étroitement à l’univers paternel, mais finalement se les approprie et les réinvestit pour son propre compte ;
  • l’auteur-narrateur cherche à étouffer en lui l’angoisse de l’influence, à se distancier de ses prédécesseurs, mais se réclame néanmoins de la tradition littéraire par des réappropriations intertextuelles allusives, citationnelles ou parodiques.
  • 2 Murray Bowen, La Différenciation du soi. Les triangles et les systèmes émotifs familiaux [1978], P (...)
  • 3 Jorge Luis Borges, Fictions [1956], Paris, Gallimard, 1983, p. 102.

2Cette réappropriation du passé serait-elle le signe de la guérison des blessures, des souffrances liées à la répression ? Le travail psychanalytique arriverait-il à son terme, avec le cut-off du sujet, c’est-à-dire « la manière de se séparer de son passé pour s’engager dans la vie au niveau de sa propre génération »2 ? Il semble en effet que le conflit œdipien soit définitivement surmonté. Le passé symbolisé par la prédominance du pouvoir patriarcal paraît enfin digéré. Cette thématique récurrente de la mise à distance et de la réappropriation met en évidence l’ambiguïté constante de la relation père-fils composée de haine mais aussi d’amour, même si ce dernier sentiment demeure inexprimé. L’inconscient de ces textes écrits par des fils révèle peut-être ce qu’ils ignorent. Car comment aimer celui-là même qui a contrarié la pulsion ? Comment, sur fond de conflit, revenir au père pour en faire le ressort même de son désir ? On peut néanmoins voir dans la réappropriation du père et de ses valeurs une preuve d’amour de la part de ces narrateurs. Même si ces derniers ne le reconnaissent pas, la loi du père est convertie en amour du père. C’est ce dont parlent les romans sans le dire. Ils donnent à lire leurs blancs, leurs béances, leurs failles, leurs ouvertures. « Omettre toujours un mot […] est peut-être la façon la plus démonstrative de l’indiquer »3. Philippe Hamon, dans Texte et Idéologie, voit dans le concept d’absence un concept clé dans le discours théorique sur les rapports entre texte et idéologie :

  • 4 Philippe Hamon, Texte et Idéologie [1984], Paris, PUF (Quadrige), 1997, p. 11-12.

Signifier, nous le savons tous, c’est exclure, et inversement. Toute production de sens est exclusion, sélection, différence, opposition, toute marque est démarquage, et inversement, toute figure est présence et absence, tout posé suppose présupposés. Là-dessus le linguiste, le psychanalyste, l’anthropologue, le rhétoricien, le poéticien et le sociologue semblent s’accorder totalement. Ce dernier semblant actuellement préférer à la postulation : « Tout le texte (le tout du texte) est idéologie », la postulation symétrique : « C’est l’absence qui est (qui signale) l’idéologie ». Et c’est ce concept même d’absence […] qui semble bien promu au rang de concept fondamental, pluridisciplinaire et œcuménique par excellence, passe-partout explicatif pour toutes les analyses et universel méthodologique pour tous les métalangages, ouvrant toutes les serrures textuelles4.

3Il y a non-dit initial à la base des textes, reflet de la pudeur masculine : le fils aime son père sans jamais le dire. Il ne peut manifester cet amour qu’en revenant vers lui, en reconstruisant son père, en retraçant son histoire, ce qui témoigne de la fascination qu’il éprouve à son égard. Le fils fusionne avec son père en incarnant sa mémoire. Dans Songdogs, par exemple, le protagoniste ne fait que marcher dans les pas de son père, à la recherche d’un âge d’or à jamais disparu. Il aimerait avoir le passé de son père, comme ce dernier aimerait avoir l’avenir du fils. Père et fils ont deux identités distinctes, mais aussi tant de caractéristiques communes qu’il s’agit véritablement d’une relation spéculaire. Les identifications successives sont intégrées, la crise œdipienne résolue, le complexe de castration surmonté, le fils, désormais habilité au pouvoir, apparaît dans sa maturité. Ayant achevé le processus d’hominisation par l’accès à son propre désir, l’atteinte de sa propre identité, il est identique à lui-même. Il est maintenant son propre père et peut donc revenir chez son égal, son géniteur, lequel donne lieu à une réconciliation favorisée par l’affaiblissement du patriarche :

  • 5 Paul-Laurent Assoun, « La réconciliation avec le père », Esquisses psychanalytiques, n o 19, print (...)

Se réconcilier avec le père, c’est, pour le fils, mettre fin à un certain combat, à un conflit […] de façon à rétablir, avec l’ennemi paternel, une relation bienveillante ou du moins, et au sens le plus fort, viable […]. Pour fonder un désir de réconciliation, le père doit avoir été perçu comme vulnérable en quelque sorte 5.

4Ce retour, dont la thématique est étroitement associée et consécutive à celle de l’éloignement, est motivé par la prise de conscience du protagoniste qui, après être allé jusqu’au bout de ses initiatives, après avoir tout sacrifié pour assumer seul ses multiples désirs de conquête et de plaisir, s’aperçoit finalement qu’ils ne lui suffisent pas et qu’il a besoin d’autre chose. Tout au long de ses séparations créatrices d’autonomie, de ces mises à distance, épreuves mais aussi apprentissage de sa responsabilité, il se révèle à sa propre identité et se construit aimant. Tel le fils prodigue, dans la parabole de l’Évangile dont la construction présente une analogie remarquable avec la structure narrative des romans de notre corpus, le protagoniste, mû par un désir ardent, une nostalgie du père, réintègre le domicile paternel dans un esprit pacifique. Sa réconciliation avec le personnage paternel permet de faire la jonction entre la « fonction » et la « personne » du père. Il « adopte » le père réel pour remplir sa fonction et fait de lui-même un héritier. Il fallait que le père meure pour que le fils pratique son autofondation, pour qu’il devienne un homme. La mise à mort du père par les fils était nécessaire à la réconciliation. Après avoir été destitué, le père est réinstitué par les fils qui mettent sur pied une sorte de contrat social répondant à la volonté du père. La relation au père demeure fortement prégnante dans une collectivité de fils, comme on a pu le constater tout au long de ce travail.

5Parallèlement à la relation des auteurs avec leurs prédécesseurs, qui est, encore une fois, assimilable à une relation spéculaire de fils avec leur père, le lien unissant les auteurs de notre corpus entre eux a quelque chose de fraternel s’apparentant à un jeu de miroirs obliques. C’est peut-être à cela que servent les pères : à réunir les fils. En effet, des relations extra-et intratextuelles sont repérables dans les liens qu’entretiennent les auteurs entre eux :

  • Il est intéressant de constater que c’est Neil Jordan qui a adapté à l’écran le roman de McCabe, The Butcher Boy, et que les deux auteurs ont écrit ensemble le scénario, ce qui signifie qu’ils se connaissent, apprécient leurs œuvres respectives et mettent en commun leurs idées dans un processus créatif. En outre, sur ce même roman, Dermot Bolger porte un jugement critique très favorable en l’honorant d’hommages et de louanges, comme en témoigne la couverture de The Butcher Boy, dans l’édition Picador : « A startling tour de force, laced with the sharpest black humour, a powerful and deeply shocking novel ». Dans cette même édition du roman de McCabe, la quatrième de couverture cite encore des propos de Bolger, mais aussi de Doyle. Le même Bolger a, en 1997, publié un ouvrage collectif, Finbar’s Hotel, auquel ont participé sept auteurs6 parmi lesquels Roddy Doyle et Dermot Bolger lui-même attestant, encore une fois, une certaine unité corporatiste. Interrogé sur ses fonctions d’écrivain, Michael Collins fait mention de propos échangés avec Colum McCann7. Il est indéniable que les liens unissant les huit auteurs de notre corpus sont clairement fraternels.
  • Un autre chaînon significatif du lien qui unit ces écrivains se repère dans l’effet d’écho littéraire suscité par la présence des noms d’auteurs de notre corpus dans les romans de leurs confrères. Même si ces dénominations se limitent à leurs acceptions les plus réductrices et désignent des personnages très secondaires, faisant office d’adjuvants éloignés dans les œuvres, le choix de Collins d’attribuer à un des personnages de son roman le nom de Bolger (Emerald Underground, 141), le choix de Connaughton de doter un de ses personnages du nom de MacKenna (The Run of the Country, 92) ou de McCann (The Run of the Country, 95) ne semble toutefois pas anodin. Bien que ces noms typiquement irlandais soient assez répandus sur l’ensemble de l’île, il s’agit peut-être d’un clin d’œil à des auteurs de la même génération. Michael Collins, par exemple, n’a pas pu ne pas penser à son collègue et confrère Dermot Bolger lorsqu’il a évoqué ce patronyme dans Emerald Underground. Même s’il ne pensait pas à l’homme de lettres spontanément, ce nom est nécessairement enfoui, plus ou moins consciemment, dans sa mémoire comme étant celui d’un confrère. Du reste, l’homonymie entre Michael Collins, écrivain né en 1964, avec l’illustre homme politique et chef militaire irlandais (1890-1922), sur lequel Neil Jordan a réalisé un film en 1997, est d’autant plus troublante que le nom de Michael Collins est mentionné à plusieurs reprises dans les romans des contemporains de l’auteur d’Emerald Underground8.

6Par ces ponts, ces passerelles, les auteurs contemporains donnent une image de cohésion corporatiste et forment une solide association confirmée, comme ce travail a tenté de le démontrer, par leurs nombreux points communs, en particulier la représentation paternelle. La focalisation sur le personnage du père est, selon Declan Kiberd, signe d’un manque de conviction, d’un manque de confiance en soi et dans l’avenir :

  • 9 Declan Kiberd, Inventing Ireland, Londres, J. Cape, 1995, p. 389.

This constant preoccupation with father-figures in revival texts is the tell-tale sign of a society which is unsure of itself and of its ultimate destiny9.

7Qu’en sera-t-il désormais ? Le personnage du père est-il appelé à rester dans l’ombre, dans les romans à venir ? Sera-t-il dépeint positivement ? Car enfin, la même thématique ne peut être ressassée indéfiniment, la figure paternelle ne peut être constamment limitée dans une même caractérisation. De surcroît, les protagonistes, à la fin des romans, semblent parvenir à instaurer un nouveau type de relation avec le père et ses valeurs, ce qui laisse entrevoir l’épanouissement de leur identité masculine. Les sept chapitres de Songdogs, les sept sections de The Butcher Boy sont symboliques de l’accomplissement d’un cycle, d’une formation achevée, arrivée à son terme. Or, en cette période charnière entre deux millénaires, si la littérature irlandaise, à l’image des protagonistes de ses romans, parvient à régler ses comptes avec son passé, si elle se débarrasse de l’homme ancien, elle ne peut que confirmer la tendance actuelle en se montrant exceptionnelle dans sa vitalité et sa modernité, animée d’un souffle nouveau.

Notes

1 Sean O’Faolain, The Irish [1947], Londres, Penguin, 1980, p. 45.

2 Murray Bowen, La Différenciation du soi. Les triangles et les systèmes émotifs familiaux [1978], Paris, ESF, 1996, p. 88.

3 Jorge Luis Borges, Fictions [1956], Paris, Gallimard, 1983, p. 102.

4 Philippe Hamon, Texte et Idéologie [1984], Paris, PUF (Quadrige), 1997, p. 11-12.

5 Paul-Laurent Assoun, « La réconciliation avec le père », Esquisses psychanalytiques, n o 19, printemps 1993, p. 12-16.

6 Par ordre alphabétique, D. Bolger, R. Doyle, A. Enright, H. Hamilton, J. Johnston, J. O’Connor, C. Toibin ont participé à la rédaction du roman Finbar’s Hotel (Dublin, New Island Books, 1997), sur lequel nous avons rédigé un article : « Une représentation d’un hôtel dublinois : Finbar’s Hotel », in L’Irlande et ses Représentations (Actes du colloque tenu à l’Université de Caen Basse-Normandie en septembre 2002), sur CD Rom.

7 « I know a lot of Irish emigrants, like Colum McCann who is an Irish writer who went over to America, and he was telling me before he went there that he never thought of being a writer or anything like this. It is just moments of sadness and joy he wanted to capture. And the easiest thing is to just write them down » (« Michael Collins at the Sorbonne », 11 mai 2001, Centre ERCLA (Écritures du roman contemporain de langue anglaise), Interview avec François Gallix et Vanessa Guignery, p. 5).

8 Cf. The Run of the Country, 180, A Star Called Henry, 93.

9 Declan Kiberd, Inventing Ireland, Londres, J. Cape, 1995, p. 389.

© Presses universitaires de Caen, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540