Version classiqueVersion mobile

Traduire les Anciens en Europe (XIXe-XXe siècles)

 | 
Laurence Bernard-Pradelle
, 
Claire Lechevalier

Avant-propos

Laurence Bernard-Pradelle et Claire Lechevalier

Texte intégral

  • 1 G. Mounin, Les Belles Infidèles, Paris, Cahiers du Sud, 1955.
  • 2 Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle, Y. Chevrel, L. D’hulst, C. Lombez (dir.) (...)

1Le déclin des études grecques et latines dans l’Europe d’aujourd’hui conduit souvent les lecteurs à ne connaître des textes antiques que les représentations qu’en délivrent les traductions. Lorsque la connaissance, voire l’idée de la langue ancienne, s’efface progressivement jusqu’à n’être plus qu’une ombre, que certains pourraient croire vain de vouloir embrasser, la traduction devient l’unique moyen d’accès au texte d’origine, dont elle semble même parfois faire oublier le caractère singulier. L’illusion de la transparence, que Georges Mounin évoquait en son temps dans Les Belles Infidèles1, risque dès lors de mener à l’illusion d’un rapport direct aux textes, sans que soit pris en compte le caractère éminemment historique des traductions. Et pourtant, on sait combien celles-ci sont périssables ; combien chaque époque, chaque éditeur, chaque metteur en scène, considère comme nécessaire de « re-traduire », d’« actualiser », voire de « dépoussiérer » un texte dont on affirme alors vouloir retrouver, par-delà le glacis des traductions précédentes, la jeunesse et la vie. Mais l’on sait aussi que certaines traductions ont fait date et traversé des décennies sans être détrônées, qu’il s’agisse de l’Homère de Voss ou de celui de Jaccottet, des Tragiques de Leconte de Lisle ou du Sophocle de Paul Mazon auquel les programmes de terminale se référaient encore récemment. Comme le suggère la publication actuellement en cours d’une Histoire des traductions en langue française, sous la direction d’Yves Chevrel et Jean-Yves Masson2, une traduction s’inscrit dans une histoire, dont elle est le produit et qu’elle contribue en même temps à constituer. Elle s’élabore au croisement d’une singularité (celle du traducteur) et d’une communauté (celle de la société dans laquelle il vit), et met en œuvre une conception de la langue, du texte, du genre, de la culture, qui leur sont propres. Elle relève alors de choix, qui peuvent avoir valeur de polémique, tout en se construisant selon des marges de contrainte et de liberté sans cesse renouvelées. C’est donc à débusquer l’« illusion de la transparence » que nous voudrions travailler ici, en abordant les traductions des textes antiques comme des objets historiques dont il est nécessaire de reconstituer les conditions de production, voire l’inscription dans une tradition de traduction dont on pourrait peut-être tenter de dessiner les contours.

2Ces enjeux, propres à toute traduction en général, se font plus précis lorsque l’on aborde la question des textes anciens. D’une part la traduction s’y trouve difficilement distincte de la version, avec laquelle on la confond souvent. La connaissance du latin et du grec se forgeant presque exclusivement dans le domaine scolaire et universitaire, à travers, notamment, la pratique de la version, les méthodes d’apprentissage de cette dernière restent fondatrices, instaurant une forme de socle, voire de pesanteur avec laquelle l’historien de la traduction doit compter. D’autre part, les textes anciens font partie – même si c’est de moins en moins le cas aujourd’hui – du patrimoine scolaire et participent de la valeur d’autorité – qu’on la respecte ou qu’on la rejette – que ce dernier véhicule. En cela, ils suscitent des réactions (admiration ou dégoût, révérence ou désacralisation), qui leur sont peut-être propres, et c’est l’un des enjeux que l’on voudrait examiner dans ce livre.

3Ainsi, du début du XIXe siècle à aujourd’hui, une même question se pose en définitive : quelle est l’actualité de quelque chose d’inactuel, voire de radicalement autre ? pourquoi et comment ressusciter des voix, des formes, des procédés disparus ? À travers deux siècles de traductions, c’est en effet toujours une même dialectique qui se perpétue, entre ancien et nouveau, mort et vivant, tandis que se trouve réaffirmée la rupture avec ce qui est pourtant aussi considéré comme une origine, la distance et la nécessité d’une réappropriation.

4La réflexion sur les modalités des pratiques de traduction devrait alors permettre de s’interroger sur le statut dévolu aux textes antiques dans les pays de l’Europe occidentale qui se sont longtemps appuyés sur la culture gréco-latine : les textes antiques doivent-ils être considérés comme des modèles à exhumer et à mettre en lumière de façon parfaite, voire anhistorique, ou bien sont-ils des objets de connaissance qu’il s’agit de replacer dans leur époque de production avec leurs qualités et leurs défauts ? Doivent-ils être traduits comme des monuments à conserver, des exemples à imiter, des originaux vers lesquels se ressourcer, dans une perspective muséographique qui ferait du texte antique le témoignage à préserver d’une culture historiquement révolue ? Ou bien la traduction a-t-elle au contraire pour rôle de les faire revivre dans et par la culture et les langages modernes, l’actuel jouant avec l’ancien, voire la mémoire de l’ancien – la distance se trouvant éventuellement thématisée comme telle dans les traductions mêmes –, pour produire du nouveau ?

5Dans un premier volume consacré à la traduction des Anciens en Europe entre la Renaissance et la Révolution française, la réflexion avait fait apparaître combien

  • 3 Traduire les Anciens en Europe du Quattrocento à la fin du XVIIIe siècle, L. Bernard-Pradelle, C. L (...)

[…] il est difficile de parler, dans la période et dans les lieux considérés, d’un cours linéaire, encore moins d’un progrès, dans l’histoire de la traduction. On peut néanmoins observer une évolution entre des époques de transition (le Quattrocento en Italie, le XVIe siècle en France et en Allemagne), où le rapport aux Anciens joue un rôle dans l’établissement des cultures nationales, et des époques de stabilisation (le XVIIe et le XVIIIe siècle) où ces derniers ne sont plus convoqués que comme enjeux internes à ces mêmes cultures. Ainsi, au-delà du parallèle entre deux ruptures (le Quattrocento et la fin du XVIIIe siècle), qui mettent toutes deux à distance et replacent dans le lointain les Anciens, l’on passe, de manière progressive et irrémédiable, d’une culture chargée de sève et vécue comme lieu d’un dialogue vivant aux prémices d’un monde définitivement détaché du présent – comme le souligne la décadence du latin –, aussi passionnant qu’il puisse rester3.

6Le présent volume s’attache à poursuivre la réflexion, en analysant les pratiques traductives de l’époque contemporaine. Depuis la période qui suivit la Révolution, tout en prenant acte du fait que le monde antique avait irrémédiablement changé de statut, on a pu constater une nouvelle interpellation des Anciens dont il s’agit ici d’étudier les enjeux et les modalités. Loin de se fossiliser dans une admiration ou un rejet figés, la culture antique a en effet donné lieu à de nouvelles pratiques de traduction, dont les postulats théoriques sont sans cesse repensés. Ainsi, comme pourrait le symboliser la pluie d’or fécondant Danaé dans le tableau de Gustav Klimt, la fertilité des textes anciens dans la littérature européenne moderne reste toujours aussi présente, voire aussi vive, même si elle connaît de nouvelles formes et de nouveaux modes de réappropriation dont l’imaginaire de Klimt est le témoin : le monde ancien ne cesse d’être invité à livrer des secrets toujours à redécouvrir, à dispenser, par toute une gamme de diaprures et de bigarrures, ses richesses de sérénité, de beauté, de raison, mais aussi de sensorialité, voire de folie et d’ivresse, bref à offrir un aperçu de sa capacité à incarner le monde dans son unité et sa diversité.

7C’est donc à parcourir quelques-unes de ces multiples explorations, parfois nouvelles et propres au monde contemporain, parfois reprises aux périodes antérieures que le présent volume entend se consacrer, en s’attachant plus précisément à quelques grandes figures de traducteurs, retenues ici pour avoir laissé à la fois des traductions et des réflexions fécondes sur leur pratique.

Notes

1 G. Mounin, Les Belles Infidèles, Paris, Cahiers du Sud, 1955.

2 Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle, Y. Chevrel, L. D’hulst, C. Lombez (dir.), Lagrasse, Verdier, 2012.

3 Traduire les Anciens en Europe du Quattrocento à la fin du XVIIIe siècle, L. Bernard-Pradelle, C. Lechevalier (dir.), Paris, PUPS, 2012, p. 13.

Auteurs

Université de Limoges

Laurence Bernard-Pradelle est maître de conférences en langue et littérature latines à l’université de Limoges. Ses travaux portent essentiellement sur le premier humanisme florentin. Elle est l’auteur de Leonardo Bruni Aretino. Histoire, éloquence et poésie à Florence au début du Quattrocento (Champion, 2008).

Université de Caen Basse-Normandie

Claire Lechevalier est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Caen Basse-Normandie. Ses recherches portent sur l’histoire de la réception du théâtre antique du XVIIIe siècle à nos jours, en France et en Allemagne notamment. Elle a publié : L’Invention d’une origine. Traduire Eschyle en France de Lefranc de Pompignan à nos jours : le « Prométhée enchaîné » (Champion, 2007) et a codirigé les ouvrages Agamemnon (CNDP, 2009), Traduire les Anciens en Europe du Quattrocento à la fin du XVIIIe siècle (PUPS, 2012) et Le Théâtre antique entre France et Allemagne (XIXe-XXe siècles). De la traduction à la mise en scène (Presses universitaires François-Rabelais, 2012).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search