Version classiqueVersion mobile

Corps, gestes et vêtements dans l’Antiquité

 | 
Jean-Baptiste Bonnard
, 
Caroline Blonce

Incarnation corporelle et vestimentaire du pouvoir et mise en scène politique : quelques pistes de réflexion, entre passé et présent

Florence Gherchanoc et Valérie Huet

Texte intégral

  • 1 Les deux journées ont été publiées dans De la théâtralité du corps aux corps des dieux dans l’Antiq (...)
  • 2 Les actes de la Celtic Conference in Classics d’Edimbourg, des 25-28 juin 2014, paraîtront en 2019 (...)

1Dans le cadre du programme Corps, gestes et vêtements dans les mondes anciens initié en 2010, qui associe le centre ANHIMA (Paris) et le CRBC (Brest), nous nous sommes attachés successivement aux formes théâtrales et à la théâtralité du corps (Paris, 2011), aux divinités (Brest, 2012)1, aux formes rituelles (Édimbourg, 2014)2 et aux manifestations du politique (Caen, 2013) dans une perspective d’anthropologie historique.

  • 3 Pour une présentation de l’historiographie et de notre programme de recherche, voir F. Gherchanoc, (...)

2Cette recherche collective pluridisciplinaire, diachronique et comparatiste est née du constat que nombre d’ouvrages portant sur le corps ou sur les gestes ont négligé l’importance des vêtements et ornements qui déterminent le sens comme l’interprétation des attitudes et des gestes et qu’inversement les livres analysant des types particuliers de vêtements ne se préoccupent pas nécessairement des gestes qui peuvent leur être associés ni des comportements qu’ils déterminent3.

  • 4 Le politique est compris comme une manifestation de souveraineté et de puissance à travers la répar (...)
  • 5 Sur l’hupokrisis, voir l’article de N. Villacèque, « Brailler, se débrailler. La rhétorique de l’ou (...)
  • 6 Voir, par exemple, V. Azoulay, « The Medo-Persian Ceremonial : Xenophon, Cyrus and the King’s Body  (...)
  • 7 Plutarque, Démétrios, XLI, 5-6 ; XVIII, 5 ; XXXIV, 4 ; XLIV, 9 ; cf. aussi Athénée, XII, 535f.
  • 8 Voir C. Baroin, « Les cicatrices ou la mémoire du corps », in Corps romains, P. Moreau (éd.), Greno (...)
  • 9 Voir, entre autres, V. Huet, « Jeux de vêtements chez Suétone dans les Vies des Julio-Claudiens », (...)

3Normes politiques et manifestations de puissance mobilisent le corps, ses gestuelles et le vêtement dans des démonstrations de pouvoir diversifiées, souvent théâtralisées, en fonction des sociétés et des époques4. Ces pratiques politiques associant corps, gestes et vêtement définissent des comportements et une idéologie ; elles véhiculent des discours et sont elles-mêmes l’objet de discours élogieux comme critiques. Ainsi, le fait de brailler et de se débrailler à l’instar de Cléon5, de jouer sur des formes d’ostentation vestimentaire et corporelle comme dans le cérémonial médo-perse6, d’être qualifié de roi de théâtre, sorti d’une tragédie, comme l’est Démétrios Poliorcète en raison de son faste vestimentaire7 ou, encore, d’exhiber ses blessures ou cicatrices au forum8, pour un empereur de respecter ou non les insignes et signes vestimentaires de sa dignité9 montre que les manifestations de/du pouvoir relèvent de codes politiques qu’il convient de décrypter pour mieux comprendre une société donnée, ses liens avec le politique et ses hiérarchisations, de même que les relations des citoyens ou des sujets à la figure du chef.

  • 10 Sur charis et politique, voir V. Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charis (...)

4Ces manifestations servent aussi bien l’assise du pouvoir, qu’elles soient des formes de séduction politique ou des formes de contrainte et d’exercice d’une domination10.

5Il nous a donc paru utile, dans cette perspective, de ne pas négliger l’importance des vêtements et ornements qui changent les attitudes corporelles et les gestes possibles, tout en qualifiant des comportements de façon codifiée dans des contextes politiques précis, entre normes et transgressions. Ainsi, à partir de textes littéraires et épigraphiques et de sources visuelles, les différentes contributions permettent d’appréhender comment s’articulent corps, gestes et vêtements dans un contexte ou une situation politiques donnés.

6Deux articles, fondés principalement sur des sources littéraires, posent la question de la norme de l’apparence en public et de son respect ou de sa transgression par des hommes politiques de premier plan.

7Anton Powell s’attache ainsi à analyser la propagande corporelle des Spartiates, comme forme d’impérialisme politique. Corps, vêtements et attitudes expriment la bravoure des Spartiates, leur aptitude militaire à la fois vis-à-vis de l’extérieur et de manière interne face aux hilotes aux cheveux courts, aux bonnets fabriqués dans la peau de chiens, aux habits de cuir et à l’attitude « humble ». Les Spartiates font de leur corps un spectacle permanent témoignant de leur force supérieure.

  • 11 Voir aussi C. Baroin, « Intégrité du corps, maladie, mutilation et exclusion chez les magistrats et (...)

8Jean-Noël Allard montre que les normes qui règlent la vie des citoyens athéniens à l’époque classique, leurs apparences et attitudes, et qui correspondent à l’idéal du kalos kagathos, pouvaient s’assouplir selon les individus : ainsi des défauts physiques ou la laideur peuvent-ils être tournés en dérision et exploités par leurs propriétaires pour devenir un atout politique. Cela transparaît également dans l’utilisation de certains cognomina par des aristocrates et hommes politiques romains11.

9Les autres contributions interrogent les mises en scène iconiques du pouvoir politique et leur originalité en analysant finement le contexte dans lequel elles sont élaborées.

10Brigitte Lion s’intéresse à la façon dont les vêtements brodés du roi d’Assyrie sont mis en abyme dans une scénographie politique probablement très réfléchie sur les reliefs du palais du roi Aššurnaṣirpal II à Kahlu (Nimrud). Alors que nombre de vêtements représentés sont ornés de figures géométriques ou végétales, de véritables scènes historiées décorent les vêtements du roi et des génies dans des salles spécifiques consacrées aux rituels, notamment la pièce G. La magnificence et la variété des ornements et broderies des vêtements du roi par rapport aux habits des génies affirment sa place centrale dans le système politique et religieux ; les génies, eux, accompagnent, entourent et protègent le roi.

11Catherine Bustany-Leca se demande pourquoi la statue équestre en bronze doré de Sylla sur le Forum est présentée comme une transgression par rapport au mos maiorum alors que des statues équestres d’hommes et d’une femme illustres y étaient déjà présentes. Malgré la disparition de la statue et l’imprécision des mentions des sources littéraires, l’auteur propose une hypothèse convaincante de restitution de la statue en costume de magistrat, à savoir en toge, sur un cheval qui rappellerait la qualité de chevalier de Sylla, l’ensemble mettant en exergue son loyalisme républicain. Cette statue équestre ne serait donc ni transgressive ni signe de « mauvaises mœurs » de la part de Sylla.

12Anthony Hostein s’interroge sur les choix qui ont présidé aux différentes figurations de Caracalla, en imperator ou en habits civils, pour sacrifier à Asklépios, sur les émissions monétaires évoquant sa visite à Pergame, son adventus dans le cadre de sa tournée orientale et de son voyage dans les cités de la province d’Asie en 213-215 apr. J.-C. L’émission de M(arkos) Kairelios Attalos datée de l’hiver 214-215 est particulièrement remarquable par la diversité des scènes figurées qu’elle offre sur les revers et qui retracent la visite de Caracalla, de son arrivée à son départ. Quand l’empereur est figuré en imperator, il verse une libation sur un autel tandis que, lorsqu’il est en tunique et manteau, il effectue tête nue la praefatio dans le cadre d’un sacrifice sanglant. La série iconique énonce subtilement un acte de légitimation réciproque entre la cité et l’empereur.

13Caroline Blonce démontre comment corps, gestes et vêtements des deux groupes statuaires tétrarchiques conservés à Venise et au Vatican incarnent le système politique mis en œuvre par Dioclétien. L’originalité de ces portraits réside dans l’utilisation du porphyre, une pierre dure, leur petite taille, leur composition par couple Auguste-César, le geste de l’accolade qui se substitue au geste habituel de la dextrarum iunctio pour exprimer la concordia, leurs vêtements militaires « orientaux » ornés de pierres précieuses. Ces deux portraits de groupe qui expriment la virtus militaire et le pouvoir civil ont dû être élaborés à l’occasion des vicennales et des triomphes célébrés à Rome en 303.

14L’ensemble du dossier propose des réflexions non seulement pertinentes, mais aussi novatrices sur les façons dont le pouvoir est incarné et mis en scène dans des stratégies différenciées, réfléchies et adaptées aux circonstances. Il conduit également à s’interroger sur la fragilité de ce type de dispositif politique, dans l’Antiquité comme de nos jours.

Bibliographie

Azoulay V., « The Medo-Persian Ceremonial : Xenophon, Cyrus and the King’s Body », in Xenophon and his World, C. J. Tuplin (éd.), Stuttgart, F. Steiner (Historia Einzelschriften ; 172), 2004, p. 147-173.

Azoulay V., Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale ; 77), 2004.

Azoulay V., Ismard P., « Les lieux du politique dans l’Athènes classique. Entre structures institutionnelles, idéologie civique et pratiques sociales », in Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé, P. Schmitt Pantel et F. de Polignac (éd.), Paris, A. Michel (Bibliothèque A. Michel Histoire), 2007, p. 271-309.

Baroin C., « Les cicatrices ou la mémoire du corps », in Corps romains, P. Moreau (éd.), Grenoble, J. Millon (Horos), 2002, p. 27-46.

Baroin C., « Intégrité du corps, maladie, mutilation et exclusion chez les magistrats et les sénateurs romains », in Handicaps et sociétés dans l’Histoire. L’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes, F. Collard et E. Samama (éd.), Paris, L’Harmattan, 2010, p. 49-68.

Cordier P., Nudités romaines. Un problème d’histoire et d’anthropologie, Paris, Les Belles Lettres (Collection d’études anciennes. Série latine ; 63), 2005.

Gherchanoc F., Huet V., « Pratiques politiques et culturelles du vêtement. Essai historiographique », Revue historique, t. DCXLI, janvier 2007, p. 3-30.

Gherchanoc F., Huet V., « Pour une lecture anthropologique du corps, des gestes et du vêtement », in De la théâtralité du corps aux corps des dieux dans l’Antiquité, V. Huet et F. Gherchanoc (éd.), Brest, CRBC – Université de Bretagne occidentale, 2014, p. 10-19.

Huet V., « Jeux de vêtements chez Suétone dans les Vies des Julio-Claudiens », in S’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, F. Gherchanoc et V. Huet (éd.), dossier publié dans Mètis, numéro spécial, 6, 2008, p. 127-158.

Meister J. B., « Corps et politique : l’exemple du corps du prince. Bilan historiographique », in L’histoire du corps dans l’Antiquité. Bilan historiographique, F. Gherchanoc (dir.), dossier publié dans Dialogues d’histoire ancienne, t. XLI, n° 1, 2015, p. 109-125.

Veyne P., L’Empire gréco-romain, Paris, Seuil (Des travaux), 2005.

Villacèque N., « Brailler, se débrailler. La rhétorique de l’outrance, le théâtre et la démocratie athénienne », in De la théâtralité du corps aux corps des dieux dans l’Antiquité, V. Huet et F. Gherchanoc (éd.), Brest, CRBC – Université de Bretagne occidentale, 2014, p. 23-35.

Ouvrages collectifs

Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé, P. Schmitt Pantel et F. de Polignac (éd.), Paris, A. Michel (Bibliothèque A. Michel Histoire), 2007.

Corps romains, P. Moreau (éd.), Grenoble, J. Millon (Horos), 2002.

De la théâtralité du corps aux corps des dieux dans l’Antiquité, V. Huet et F. Gherchanoc (éd.), Brest, CRBC – Université de Bretagne occidentale, 2014.

Handicaps et sociétés dans l’Histoire. L’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes, F. Collard et E. Samama (éd.), Paris, L’Harmattan, 2010.

L’histoire du corps dans l’Antiquité. Bilan historiographique, F. Gherchanoc (dir.), dossier publié dans Dialogues d’histoire ancienne, t. XLI, n° 1, 2015.

Rituel et performance dans l’Antiquité grecque, étrusque et romaine. À propos de vêtements, de gestes, de paroles et d’odeurs, F. Gherchanoc et V. Huet (éd.), à paraître.

Notes

1 Les deux journées ont été publiées dans De la théâtralité du corps aux corps des dieux dans l’Antiquité, V. Huet et F. Gherchanoc (éd.), Brest, CRBC – Université de Bretagne occidentale, 2014.

2 Les actes de la Celtic Conference in Classics d’Edimbourg, des 25-28 juin 2014, paraîtront en 2019 sous le titre Rituel et performance dans l’Antiquité grecque, étrusque et romaine. Vêtements, gestes, paroles et odeurs, F. Gherchanoc et V. Huet (éd.).

3 Pour une présentation de l’historiographie et de notre programme de recherche, voir F. Gherchanoc, V. Huet, « Pratiques politiques et culturelles du vêtement. Essai historiographique », Revue historique, t. DCXLI, janvier 2007, p. 3-30 ; F. Gherchanoc, V. Huet, « Pour une lecture anthropologique du corps, des gestes et du vêtement », in De la théâtralité du corps…, p. 10-19 ; L’histoire du corps dans l’Antiquité. Bilan historiographique, F. Gherchanoc (dir.), dossier publié dans Dialogues d’histoire ancienne, t. XLI, n° 1, 2015.

4 Le politique est compris comme une manifestation de souveraineté et de puissance à travers la répartition des honneurs et du pouvoir à l’intérieur d’un groupe de dieux comme d’un groupe d’humains, par la mise en exergue de comportements spécifiques attachés à des charges, à des privilèges et à un statut ou encore l’instauration ou bien le rétablissement de l’ordre dans la cité par différents rituels sociaux. Pour une approche anthropologique du politique, voir entre autres Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé, P. Schmitt Pantel et F. de Polignac (éd.), Paris, A. Michel (Bibliothèque A. Michel Histoire), 2007 et, en particulier dans ledit volume, l’article de V. Azoulay et P. Ismard, « Les lieux du politique dans l’Athènes classique. Entre structures institutionnelles, idéologie civique et pratiques sociales », p. 271-309. Du côté romain, on se réfèrera notamment à P. Cordier, Nudités romaines. Un problème d’histoire et d’anthropologie, Paris, Les Belles Lettres (Collection d’études anciennes. Série latine ; 63), 2005.

5 Sur l’hupokrisis, voir l’article de N. Villacèque, « Brailler, se débrailler. La rhétorique de l’outrance, le théâtre et la démocratie athénienne », in De la théâtralité du corps…, p. 23-35.

6 Voir, par exemple, V. Azoulay, « The Medo-Persian Ceremonial : Xenophon, Cyrus and the King’s Body », in Xenophon and his World, C. J. Tuplin (éd.), Stuttgart, F. Steiner (Historia Einzelschriften ; 172), 2004, p. 147-173.

7 Plutarque, Démétrios, XLI, 5-6 ; XVIII, 5 ; XXXIV, 4 ; XLIV, 9 ; cf. aussi Athénée, XII, 535f.

8 Voir C. Baroin, « Les cicatrices ou la mémoire du corps », in Corps romains, P. Moreau (éd.), Grenoble, J. Millon (Horos), 2002, p. 27-46.

9 Voir, entre autres, V. Huet, « Jeux de vêtements chez Suétone dans les Vies des Julio-Claudiens », in S’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, F. Gherchanoc et V. Huet (éd.), dossier publié dans Mètis, numéro spécial, 6, 2008, p. 127-158 ; J. B. Meister, « Corps et politique : l’exemple du corps du prince. Bilan historiographique », in L’histoire du corps dans l’Antiquité…, p. 109-125.

10 Sur charis et politique, voir V. Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale ; 77), 2004 et, à propos du charisme d’Auguste, P. Veyne, L’Empire gréco-romain, Paris, Seuil (Des travaux), 2005.

11 Voir aussi C. Baroin, « Intégrité du corps, maladie, mutilation et exclusion chez les magistrats et les sénateurs romains », in Handicaps et sociétés dans l’Histoire. L’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes, F. Collard et E. Samama (éd.), Paris, L’Harmattan, 2010, p. 49-68.

Auteurs

Université Paris-Diderot

Florence Gherchanoc est professeure d’histoire grecque à l’université Paris-Diderot – Paris 7, USPC. Elle appartient à l’équipe de recherche ANHIMA, UMR 8210. D’abord spécialiste de l’histoire de la famille, ses travaux de recherche portent plus spécifiquement depuis une dizaine d’années sur le corps et le vêtement en Grèce ancienne dans une perspective d’anthropologie historique. Elle a notamment publié L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne aux Publications de la Sorbonne, à Paris, en 2012 et Concours de beauté et beautés du corps en Grèce ancienne. Discours et pratiques, aux éditions Ausonius, à Bordeaux, en 2016.

Université de Bretagne occidentale

Valérie Huet, ancienne élève de l’École du Louvre, est docteur en histoire et histoire de l’art de l’EHESS. Spécialiste de religion romaine et des images, elle est professeur des universités en histoire ancienne à l’université de Bretagne occidentale, membre du CRBD (Centre de recherche bretonne et celtique) - EA 4451 et membre associée de l’équipe de recherche ANHIMA-UMR 8210.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search