Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume II

 | 
Armand Frémont

Lexique

Texte intégral

I. — SIGLES

1A.N.E.R.A. Association normande d’économie rurale appliquée.

2A.P.P.C.A. Assemblée permanente des Présidents de Chambre d’agriculture.

3B.V.O. Bétail et Viande de l’Orne. (Marque des S.I.C.A.-Viande de l’Orne).

4C.E.T.A. Centre d’étude technique agricole.

5C.L.A.N.O.R. Coopérative laitière normande (coopérative laitière de Seine-Maritime).

6C.N.J.A. Centre national des Jeunes Agriculteurs.

7C.U.M.A. Coopérative d’utilisation du matériel agricole.

8D.D.A. Direction départementale de l’agriculture.

9D.S.A. Direction des services agricoles (supprimée en 1965).

10D.S.V. Direction des services vétérinaires.

11F.A.O. Food and Agricultural Organisation (Organisation des

12Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture).

13F.A.S.A.S.A. Fonds d’action sociale pour l’aménagement des structures agricoles.

14F.F.P.N. Française Frisonne Pie Noire (Race bovine d’origine hollandaise).

15F.N.O.C.P.A.B. Fédération nationale des organismes de contrôle des performances des animaux de boucherie.

16F.O.R.M.A. Fonds d’orientation et de régularisation des marchés agricoles. (Créé en 1959, apporte son concours financier aux interventions destinées à régulariser les prix des produits agricoles).

17G.A.E.C. Groupement agricole d’exploitation en commun.

18G.N.A. Groupement national agricole des centres d’insémination utilisateurs de taureaux normands. (Se charge de l’achat groupé des taureaux pour le compte des centres d’insémination).

19G.R. Génie rural.

20G.V.A. Groupement de vulgarisation agricole.

21H.B.N. Herd-Book Normand. (Créé en 1883, regroupe les éleveurs qui se livrent à la sélection des animaux de race normande, tient les livres généalogiques de ceux-ci).

22I.F.O.C.A.P Institut de formation pour les cadres paysans.

23I.N.S.E.E Institut national de la statistique et des études économiques.

24Interlait Société interprofessionnelle du lait et de ses dérivés.

25(Créée en 1953, exécute ou fait exécuter des opérations de stockage ou d’import-export afin de régulariser les marchés des produits laitiers).

26J.A.C. Jeunesse agricole chrétienne.

27M.R.J.C. Mouvement rural de la jeunesse catholique (nouvelle expression de la J.A.C).

28N.E.A. Nouvelle entreprise agricole.

29Nestal Nestlé Alimentana S.A. (une des deux firmes principales du groupe Nestlé).

30O.N.I.C. Office national interprofessionnel des céréales.

31P.I.N.E.A Produits industriels nécessaires à l’agriculture.

32S.A.F.E.R. Société d’aménagement foncier et d’établissement rural. (société mixte, gérée par des représentants de la profession agricole, contrôlée et subventionnée par l’État. Intervient sur le marché foncier afin d’améliorer la structure des exploitations agricoles. La S.A.F.E.R. de Basse-Normandie a été créée en 1963. N’a pas d’équivalent en Haute-Normandie).

33S.A.F.R. Société anonyme des fermiers réunis (filiale principale du groupe laitier Genvrain).

34S.A.P.I.E.M. Société de participation dans l’industrie alimentaire.

35(Deuxième groupe privé de l’industrie laitière française, plus communément appelé Superlait).

36S.A.U. Surface agricole utile. (En Normandie, pratiquement la somme des labours et des prairies permanentes).

37S.C.T.N. Société mutuelle pour le choix et l’étude de la descendance des taureaux normands, (créée en 1952, se charge du testage des taureaux destinés à l’insémination artificielle).

38S.F.P. Surface fourragère principale, (ensemble des surfaces consacrées à l’alimentation du bétail, à l’exception des cultures dérobées).

39S.H.R. Société hippique rurale.

40S.H.U. Société hippique urbaine.

41S.I.B.E.V. Société d’intervention pour le bétail et les viandes.

42(créée en 1953, chargée de régulariser les prix du bétail et de la viande porcine et bovine).

43S.I.C.A. Société d’intérêt collectif agricole.

44S.I.V.O.M. Syndicat intercommunal à vocation multiple.

45SOFIDECA Société pour le financement et le développement de l’économie agricole.

46SOLAIPA Société laitière du Pays d’Auge, (société privée groupant les principaux industriels laitiers du Pays d’Auge, traite en poudre de lait les excédents des fromageries).

47S.O.P.A.D. Société des produits alimentaires et diététiques, (filiale principale en France du groupe Nestlé).

48S.T.H. Surface toujours en herbe (synonyme de prairie permanente).

49SYNCOPEX Syndicat national des coopératives d’exportation.

50U.C.A.E.N. Union des coopératives pour l’amélioration de l’élevage en Normandie (regroupe les coopératives d’insémination artificielle de la Manche et du Calvados).

51U.C.A.L.B. Union des coopératives agricoles laitières du Bessin.

52U.C.A.L.E.X. Union des coopératives agricoles laitières de l’Eure, de la Seine-Maritime et de la Seine-et-Oise.

53U.C.A.L.MA. Union des coopératives agricoles laitières de la Manche.

54U.F. Unité fourragère, (équivalent énergétique d’un kg d’orge).

55U.G.B. Unité de gros bétail, (unité servant au calcul des chargements de bétail, équivalent d’une vache laitière produisant 3 000 1 de lait par an).

56U.G.B.B. Unité de gros bétail bovin, (unité de gros bétail ne comprenant que des bovins).

57U.L.N. Union Laitière Normande. (Union des coopératives laitières bas-normandes du groupe Elle-et-Vire).

58U.N.I.B.E.V. Union nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes.

59U.N.I.C. Union nationale interprofessionnelle du cheval.

60U.T. Unité de traction (équivalent du travail d’un cheval de 700 kgs pendant un an ou de 7 C.V. à la barre d’un tracteur à pneus).

61U.T.H. Unité de travail humain, (quantité de travail fournie par un homme adulte et valide pendant un an).

II. — ANIMAUX

62La liste exclut les mots du vocabulaire général (exemple : génisse, vêlage, porcelet, etc) pour ne retenir que quelques termes courants dans le langage des techniciens et des éleveurs mais peu utilisés en dehors de ce milieu. Lorsque l’usage d’un mot semble géographiquement limité, on a indiqué entre parenthèses la région où il a été entendu.

63amouillante : vache ou génisse sur le point de vêler.

64génisse amouillante : avant le premier vêlage,

65vache amouillante : avant les autres vêlages.

66baby-beef : (mot d’origine anglo-américaine).

67jeune bovin précoce, engraissé de façon accélérée en 12 mois ou en 16-18 mois. Technique moderne d’engraissement.

68bête : (Normandie) bovin.

69béton : (Normandie) jeune bête, jeune bovin.

70bourri : (Normandie) âne.

71les ânes sont particulièrement nombreux en Basse-Normandie où, traditionnellement, on les utilise pour transporter le lait des lieux de traite à la ferme.

72bringé : couleur spécifique de la robe des bovins de race normande : mélange de bringeures noires sur fond blond ou caille (voir ces mots).

73bringeure : un des traits spécifiques de la robe des bovins de race normande : zébrure noire. Les bringeures se rencontrent de façon plus ou moins dense sur des fonds blonds ou, en taches, sur des fonds caille (voir ce mot). Les bringeures sont particulièrement denses sur les animaux du Cotentin.

74caille : une des couleurs de la robe des bovins de race normande : désigne en fait l’absence de couleur, c’est-à-dire un blanc imparfait. S’accompagne toujours de taches blondes ou noires. Les fonds caille sont fréquents chez les animaux originaires de Seine-Maritime.

75casse : « mettre à la casse » : destiner à l’abattoir. En élevage bovin, se dit surtout à propos de femelles de souche médiocre, mauvaises génisses ou vaches taries, que l’on destine à l’abattoir après engraissement.

76cob : (mot anglais).

77cheval de selle et d’attelage, de taille moyenne, ayant une forte et courte encolure.

78crevard : bovin à viande d’allure très médiocre.

79croisé : bovin issu du croisement de deux races. Actuellement, désigne particulièrement le bovin issu du croisement d’une vache normande avec un taureau charolais, d’où le synonyme : un « jaune » (couleur de la robe intermédiaire entre celle de la Normande et du charolais).

80croisement industriel : croisement de vaches normandes avec des taureaux charolais dont les produits sont systématiquement destinés à la boucherie.

81culard : type de bovin de boucherie qui se distingue par une

82croupe particulièrement rebondie. Se rencontre surtout en race charolaise ou Maine-Anjou, plus rarement en race normande.

83débourrage : début du dressage d’un poulain : premier entraînement pour la course (cheval de course) ; premier entraînement avec collier mais sans selle (cheval de selle).

84demi-sang : cheval provenant du croisement d’un pur-sang (de race anglaise) avec une jument d’une autre race. En Normandie, croisement avec des juments normandes qui donnent des produits de type « selle » ou « trotteurs » (voir ces mots).

85driver : (mot anglais) substantif : conducteur d’un cheval dans une course au trot attelé.

86verbe : conduire un cheval dans une course au trot attelé.

87extra : viande extra : qualité supérieure en matière de viande bovine.

88Fécondité : aptitude à produire des petits (veaux, agneaux, poulains, poussins, porcelets, etc.), qualité des femelles de souche particulièrement recherchée des éleveurs.

89Chez les bovins, se mesure au nombre de lactations et à l’intervalle moyen qui sépare deux lactations. Chez les porcins, se mesure au nombre de porcelets produits en un an.

90F.F.P.N. : Française Frisonne Pie Noire.

91race bovine d’origine hollandaise.

92flock-book : (mot anglais) livre généalogique pour les races ovines.

93foal : (mot anglais) très jeune poulain. Se dit surtout des pur-sang.

94géniteur : mâle reproducteur (taureau, bélier, étalon, verrat, etc.).

95Un bon géniteur se distingue par l’aptitude à transmettre ses propres qualités à sa descendance.

96grèvin : (Avranchin). Mouton élevé sur les grèves de la Baie du Mont-St-Michel. On dit souvent « petit grèvin ».

97herbager : 1. — Type d’éleveur (voir ce mot, rubrique III).

982. — Bœuf herbager, génisse herbagère, (on dit simplement c un herbager », « une herbagère ») : bovins de 6 mois à 3 ans. destinés à l’engraissement et élevés à l’herbage.

99herd-book : (mot anglais) livre généalogique pour les races bovines. Exemple : le H.B.N. (voir ce sigle, rubrique I).

100insémination artificielle : technique moderne de fécondation consistant à introduire dans les voies génitales d’une femelle le sperme préalablement recueilli sur un mâle à la suite d’une éjaculation provoquée. Le sperme peut être conservé pendant quelques jours (technique traditionnelle par conservation à + 5°) ou pendant plusieurs années (conservation à très basse température). L’insémination artificielle est surtout pratiquée chez les bovins

101noble : (Bocage Normand) surnom anciennement donné au porc

102papier : « avoir du papier » ou « avoir des papiers » (sous-entendu : du Herd-Book Normand). Se dit d’un taureau ou d’une vache qui possède une belle ascendance authentifiée par des papiers (certificats) du H.B.N.

103persillé : viande persillée : viande de boeuf parsemée de très fines infiltrations graisseuses.

104pig-book : (mot anglais) livre généalogique pour les races porcines. Souvent remplacé par « herd-book », comme pour les bovins.

105porc-charcutier : porce de 80 à 100 kg à viande maigre, particulièrement recherché actuellement.

106porc gras : porc de plus de 100 kg, à viande grasse, peu recherché actuellement.

107poulinière : jument particulièrement destinée à la reproduction.

108précocité : aptitude d’un animal à atteindre rapidement l’âge adulte, à pouvoir reproduire, à avoir des formes développées.

109pur-sang : cheval de pure race, d’origine anglaise, courses de galop avec ou sans obstacles.

110roussin : (La Hague) mouton des landes de la Hague, en voie de disparition.

111rusticité : aptitude d’une race à vivre en plein air en exigeant le minimum de soins. Une des qualités les plus remarquables de la race bovine normande.

112saucisse : bovin à viande de très médiocre qualité.

113selle : cheval de selle, cheval « type selle » : demi-sang destiné aux concours hippiques ou aux sociétés hippiques.

114souche : femelle de souche, cheptel de souche : destiné à la reproduction et, pour les bovins, à la production laitière.

115standard : modèle, type descriptif auquel se rapportent les éleveurs et les techniciens pour caractériser une race. Le standard comprend des caractères extérieurs obligatoires et des caractères éliminatoires.

116stud-book : (mot anglais) livre généalogique pour les chevaux.

117testage : méthode de sélection des reproducteurs (notamment des taureaux) qui se fonde sur le contrôle et l’étude statistique des qualités de la descendance. destiné aux

118traverse : (Normandie) achat à la traverse : technique d’achat du bétail où la marchandise est appréciée à l’estime, sans pesée.

119trembleur : (Normandie) jeune bœuf, destiné à l’engraissement, passant l’hiver en plein air chez l’emboucheur.

120trotteur : cheval demi-sang destiné aux courses de trot attelé ou monté.

121troupe : (Plaine, Haute-Normandie) troupeau de moutons.

122U.G.B. : Unité de gros bétail. Unité servant au calcul des chargements de bétail, équivalent d’une vache laitière qui produit 3 000 l de lait par an.

123U.G.B.B. : Unité de gros bétail bovin. Unité de gros bétail ne comprenant que des bovins.

124veau de boucherie : veau léger, engraissé et forcé aussitôt après sa naissance, abattu avant 5 mois. Donne une viande blanche.

125veau d’élevage : veau destiné à l’embouche, mâle castré ou génisse, vendu à des emboucheurs entre 1 an 1/2 et 2 ans 1/2. Synonyme : veau « à remettre ».

126villager : (Normandie) pour un marchand de bestiaux, aller de « village » en « village », c’est-à-dire, dans le Bocage Normand, de hameau en hameau, à la recherche de transactions et spécialement de bétail maigre. Synonyme : « battre la campagne ».

127yearling : (mot anglais) cheval de 18 mois environ.

III. — ALIMENTATION DES ANIMAUX UTILISATION DU SOL

128arusselage : (Bocage Normand) utilisation comme fumure pour les herbages des produits de curage des ruisseaux.

129baignage : (vallées du Pays d’Auge et du Pays d’Ouche, Orbiquet notamment) irrigation contrôlée des prés.

130bani : bani d’herbage (Cotentin) : vente d’herbe sur pied pour une saison.

131bisaille : (Plaines de Normandie centrale) fourrage annuel composé de vesces et de pois gris d’automne ou de printemps.

132blé noir : expression traditionnelle qui désigne

  1. soit du froment altéré (Pays d’Ouche)
  2. soit, sens plus fréquent, du sarrazin (Bocage Normand).

133bocage : paysage agraire où chaque parcelle est entourée d’une haie. Recouvre en Normandie le Bocage Normand (bocage à « petites mailles » de P. Brunet) et les régions de tradition herbagère (bocage à « grandes mailles

134bocage : région agricole, située au sud-ouest de la Basse-Normandie et qui comprend la plus grande partie du département de la Manche, le Bocage ornais (Orne) et le Bocage virois (Calvados).

135bouverie : 1. — (sens commun très peu utilisé en Normandie) étable à bœufs.

1362. — (Pays de Bray) exploitation d’embouche.

1373. — (Normandie centrale) petit bâtiment situé au centre des grandes parcelles d’embouche et qui abrite des réserves de foin.

138casser ou recasser : (Ouest de la Normandie) mettre en labour un herbage permanent, passer de la prairie permanente à la prairie temporaire.

139Synonyme : culbuter (Pays de Caux).

140chargement : 1. — Opération consistant à mettre des bœufs dans une parcelle d’embouche (contraire : levée). 2. — Densité de bétail dans une parcelle ou dans une exploitation. Se mesure en U.G.B. ou en U.G.B.B. par ha S.A.U. ou par ha S.F.P.

141clair : herbage clair : non planté de pommiers

142compost : 1. — (sens commun) mélange de matières organiques et minérales servant de fumure.

1432. — (Pays de Caux) synonyme de sole, partie d’une terre soumise à l’assolement.

144coucher en herbe : transformer une parcelle de labour en herbage permanent.

145couchis : parcelle de labour transformée en herbage permanent.

146cru herbager : (on emploie aussi l’expression « cru beurrier ») expression empruntée au vocabulaire du vignoble, parfois utilisée en Normandie par les éleveurs. Le cru désigne une petite région privilégiée qui se distingue par la qualité de ses herbages « naturels » et de ses techniques traditionnelles d’exploitation. Sa réputation est établie par la saveur particulière des produits : fromages (Pays d’Auge), viande (Normandie centrale) et surtout beurre (Isigny, Cotentin).

147culbuter : (Haute-Normandie) culbuter un herbage : synonyme de casser ou recasser un herbage (voir ces mots).

148deffens : en deffens : dans l’ancienne coutume de Normandie, parcelle non soumise à la vaine pâture.

149delles : (Plaine de Caen, Bessin) quartiers de champs couverts et lanières. Disparus avec le remembrement, subsistent dans la toponymie.

150dépouille : (Normandie) passage de bovins sur un herbage. Entre avril et septembre, le même herbage peut subir plusieurs dépouilles.

151dépouiller : pâturer.

152dérobée : cultures dérobées ou cultures en dérobée : s’intercalent entre deux cultures d’une rotation normale. Pratique courante dans le Pays de Caux.

153dragée : (Pays de Caux) fourrage annuel, mélange d’une céréale (généralement avoine) et d’une légumineuse (vesces, pois). Synonyme : mangeaille.

154effarapage : (Bocage Normand) utilisation comme fumure pour les herbages des déchets obtenus par le nettoyage des haies, des talus et des chemins.

155empommer : s’empommer : se dit d’un bovin qui ne parvient pas à avaler le fruit qu’il a saisi et qui l’étouffé. Accident assez fréquent dans les herbages plantés.

156ensilage : fourrage (maïs, seigle, trèfle, herbe, etc..) conservé frais dans des silos-tours ou dans des silos-tranchées avec ou sans addition d’acides minéraux.

157finissage : dernière phase, la plus difficile, de l’engraissement d’un bœuf de trois ans.

158gardien d’herbage : (Pays d’Auge surtout) domestique chargé de la surveillance du bétail bovin dans des herbages ou des exploitations isolés. Rémunéré par des avantages en nature (logement, cidre, lait) et par le salaire de menus travaux (traite, taille des haies). En voie de disparition.

159graton (ou gratou) : (La Hague) arête de pierre dressée verticalement au milieu de chaque herbage et que les bêtes viennent lécher.

160herbage : en Normandie, nom le plus communément donné à la prairie. permanente. Désigne de préférence une prairie surtout consacrée au pâturage (par opposition au pré de fauche).

161herbager : 1. — en Normandie, éleveur de bovins utilisant presque exclusivement des prairies permanentes et se livrant volontiers au commerce du bétail. En Normandie centrale, presque synonyme d’emboucheur. 2. — bovin destiné à l’engraissement sur herbage (voir ce mot, rubrique II).

162herbe : mélange, naturel ou non, de graminées, de légumineuses et de plantes adventices destiné à l’alimentation des animaux.

163herbe sûre ou herbe dure : touffe de dactyle, pâturée trop tardivement, et refusée par les animaux.

164herbu : pelouse rase à espèces halophiles qui occupe une partie des grèves de la Baie du Mont-St-Michel. Appelé aussi « pré salé ».

165heurrible : Pays de Caux) hâtif. Se dit surtout de certains trèfles.

166infra-structure fourragère : ensemble des pacages, prairies permanentes, cultures fourragères principales et dérobées qui servent de base alimentaire à l’élevage d’une région ou d’une exploitation.

167légumes : (Bocage Normand) racines fourragères (carottes, raves, betteraves, etc.).

168lévée : opération de déchargement, partielle ou complète, d’une parcelle d’embouche. Les principales levées ont lieu à l’automne.

169Contraire : chargement (voir ce mot).

170mangeaille : voir « dragée »

171marias : le marais, en Normandie, n’est généralement plus marécageux. Des travaux d’aménagement en ont fait un type d’herbage, « baigné » ou « blanchi » en hiver (submergé), sec du printemps à l’automne. On distingue des marais privés (Pays d’Auge), communaux (Cotentin et Marais Vernier), d’État (basse vallée de la Seine en aval de Tancarville).

172marnage : (spécialement, Pays de Caux) apport d’amendement calcaire dans les champs ou dans les herbages. La « marne » est extraite des carrières sur les versants des vallées ou des « marnières » qui, sur le plateau, ont été creusées pour traverser le limon et l’argile et atteindre la craie.

173mélée : (Bocage Normand) mélange d’orge et d’avoine.

174mixed-farming : (mot anglais) système agricole qui associe la polyculture et l’élevage.

175mouiller : (Cotentin, Marais de la Dives) submerger.

176Le marais est « mouillé » (ou « baigné » ou « blanchi ») en hiver.

177mouture : mélange de froment, de seigle et d’orge, destiné à l’alimentation des animaux.

178parc : 1. — (Merlcrault) très grand herbage enclos, ombragé de quelques arbres et consacré à l’élevage des chevaux ou à l’embouche.

1792. — (Plaines) enclos pour les moutons que le berger déplace sur les chaumes ou sur les jachères : moutons de parc.

180pâturage rationné : technique moderne qui consiste à limiter chaque jour ou plusieurs fois par jour, grâce à une clôture électrique mobile, la surface offerte au pâturage des animaux dans une parcelle.

181paillasson : état de la prairie après une longue sécheresse.

182pâturage tournant ou herbage tournant ou rotation des herbages : technique moderne de pâturage qui consiste à

1831. — Diviser une exploitation en un nombre variable de parcelles homogènes.

1842. — Réaliser une rotation rationnelle des animaux dans les parcelles, en relation avec la croissance de l’herbe.

1853. — Diviser le cheptel en 2 ou 3 groupes homogènes, classés selon les besoins des animaux et faire passer les groupes les plus exigeants en tête de la rotation (exemple : vaches laitières, veaux, moutons).

1864— Effectuer des apports importants d’engrais et des herbages s’assurer l’entretien de la prairie (hersage, débousage, etc..) entre chaque passage.

187plaine : 1. — paysage agraire de champs ouverts. En Normandie, s’oppose au bocage. Synonyme de « campagne », mais beaucoup plus en usage.

1882. — dans une exploitation, désigne les terres : aller « en plaine », « faire un tour en plaine ».

189plant : (Bocage Normand) parcelle d’herbage, complantée de pommiers ou de poiriers en rangs serrés, et où se trouvent la maison et les bâtiments d’exploitation.

190planté : herbage planté : herbage planté de pommiers.

191prairie : mot assez peu utilisé en Normandie. Terme cependant le plus commode pour désigner de façon générale une parcelle d’exploitation recouverte d’herbe (voir ce mot).

192prairie artificielle : prairie cultivée où domine une légumineuse : luzerne, trèfle, sainfoin

193prairie naturelle : expression le plus souvent abusive qui désigne une prairie permanente (voir ce mot).

194prairie permanente : prairie qui n’est jamais labourée et réensemencée, prairie non cultivée. La plupart des prairies permanentes ont cependant été créées, à partir des landes, des marais ou des labours (voir « couchis »). Bien peu sont donc * naturelles ».

195prairie temporaire : prairie cultivée, pouvant alterner avec des cultures non fourragères, et composée d’une association simple de légumineuses et de graminées que dominent une ou deux graminées.

196pré : en Normandie, désigne généralement une prairie permanente, souvent humide, parfois baignée, consacrée à la fauche.

197pré salé : voir « herbu ».

198redresser : redresser un labour en herbage : remettre en herbage un labour anciennement consacré à l’herbe ou non (Pays de Caux).

199refus : touffe d’herbe que les animaux refusent de pâturer, le plus souvent à l’endroit des déjections.

200sous-pâturage : utilisation insuffisante d’une pâture par un nombre trop faible d’animaux.

201stabulation libre : stabulation sous abri largement aéré donnant sur une petite aire, cimentée ou non, où les bêtes sont libres de leurs mouvements. Pour les vaches laitières, en communication avec une salle de traite mécanique. Groupe des unités de production de 15 à 100 têtes de bétail.

202surpâturage : utilisation excessive d’une pâture, pouvant aller jusqu’au grattage, par un nombre trop élevé d’animaux. Se manifeste dans la composition floristique de la prairie par des signes de dégradation.

203terre écalée ou terre nue : (Pays de Caux) parcelle détachée du corps d’exploitation principal, parcelle démembrée.

204tière : piquet auquel on attachait les vaches dans le Pays de Caux (sur les trèfles), dans le Cotentin et dans le Bessin (sur herbages) ainsi que les chevaux dans la Plaine de Caen. Permettait un pâturage méthodique des parcelles, les bêtes étant alignées et déplacées (« remuées », « pioquées ») à intervalles réguliers. Remplacée par la clôture électrique, cette technique de pâturage rationné avant la lettre, complètement disparue dans les régions herbagères (sauf pour les taureaux) est en voie de disparition dans le Caux.

205tombe : vieille technique du Bessin, et accessoirement du Cotentin, disparue entre 1930 et 1950. Mélange de terre, de fumier, de chaux et parfois de tangue, répandu sur les herbages afin d’améliorer la composition physique et chimique du sol. Désigne maintenant le fumier (Bessin).

206trémaine : (Bocage Normand) prairie artificielle traditionnelle, mélange de ray-grass et de trèfle violet.

207vergée : (Basse-Normandie) mesure agraire encore en usage à l’ouest de la Basse-Normandie : 0,2 ha.

208zéro-grazing : (mot anglais parfois francisé en « zéro-pâturage) technique moderne consistant à supprimer le pâturage et à alimenter les bêtes (le plus souvent en stabulation libre) avec de l’ensilage ou de l’herbe récoltée.

IV. — DIVERS (PRINCIPALEMENT, LAIT ET DERIVES)

209On a groupé sous cette rubrique :

  1. Quelques mots appartenant au très riche vocabulaire de la laiterie.
  2. Des mots du vocabulaire culinaire ayant un rapport avec le sujet.
  3. Quelques autres termes inclassables.

210affinage : fabrication des fromages : dernière opération qui consiste à laisser certaines flores bactériennes se développer dans la pâte pour lui donner sa saveur et son aspect définitif. Se fait en cave. Durée variable selon les fromages.

211angelot ou augelot : premier nom donné au fromage de Pont-l’Evêque.

212babeurre : sous-produit de la fabrication du beurre : liquide restant après le barattage lorsque les particules de beurre ont été séparées. Synonyme : lait de beurre.

213beurre fermier : beurre fabriqué à la ferme.

214beurre laitier : beurre fabriqué en laiterie.

215beurre pasteurisé : fabriqué avec de la crème dont la flore naturelle a été détruite et qui a été réensemencée avec une flore sélectionnée.

216boisson (ou besson) : cidre de qualité médiocre coupé d’eau.

217bondon : (Pays de Bray) fromage de Neufchâtel.

218bouilleur (ou bouilleux) : bouilleur de cru, distillateur.

219caillé : fabrication des fromages augerons : produit obtenu après la coagulation du lait par emprésurage avec la « caillette ».

220caillette : quatrième estomac du veau d’où est extraite la présure.

221canne : (Normandie) récipient traditionnel servant au transport du lait.

222caveur : fabrication du fromage de Livarot : affineur.

223chaudin : plat du Bocage Normand : fraise de veau ou de porc cuite â l’eau.

224fleurette : (Pays d’Auge) crème très parfumée issue d’un premier écrémage du lait frais.

225gâche : (Bocage Normand) sorte de crêpe.

226goutte : calvados, eau-de-vie de cidre ou de poiré.

227haloir : (Pays d’Auge) appartement très aéré où les fromages sont mis à sécher.

228hatmaker : procédé de fabrication de la poudre de lait par dessiccation.sur des cylindres tournants chauffés à 120°.

229horsain : (Normandie, spécialement Basse-Normandie) étranger, étranger à la Normandie.

230lait condensé (ou concentré) : lait auquel on a enlevé 50 % de son volume d’eau, (ou conservé dans des boîtes scellées et stériles.

231lait de beurre : voir babeurre

232lait écrémé : lait d’où a été extrait, après écrémage, la plus grande partie de la crème.

233lait pasteurisé : lait chauffé à 70° environ puis brusquement refroidi (la plus grande partie de la flore microbienne a ainsi disparu).

234lait standardisé : lait dont la teneur en matière grasse a été uniformément portée à 34 g par litre.

235lait stérilisé : lait porté à plus de 110° pendant plus de 10 minutes et dont la flore microbienne a été ainsi éliminée.

236louée : (Normandie) louage. Se disait notamment à propos de l’engagement des domestiques.

237petit-lait : terme très utilisé mais mal défini. Désigne soit le lait écrémé (dans les régions de fabrication beurrière traditionnelle), soit le sérum (dans les régions d’industrie fromagère). Dans l’un et l’autre cas, utilisé pour l’alimentation des jeunes veaux.

238rincette : dernière rasade de « goutte » versée dans la tasse encore chaude après le café.

239sauce normande : sauce à base de crème ou de cidre.

240sérum : fabrication des fromages : sous-produit obtenu après égouttage du caillé. Utilisé pour l’alimentation des veaux ou des porcs

241spray : procédé de fabrication de la poudre de lait par concen Iration suivie d’un séchage par pulvérisation dans de hautes tours où circulent des courants d’air chaud.

242tirer les vaches : (Normandie) traire.

243triolette : (Basse-Normandie, spécialement Bessin et Cotentin) jeune fille ou jeune femme employée à la traite dans les grandes fermes laitières et dont les chants égayaient les déplacements et les travaux. En usage au xixe siècle.

244trou normand : interruption au milieu des repas de fête les plus chargés (à base de viande, de crème et de beurre) rehaussée par la consommation d’un verre de calvados.

245vendue : (Normandie) vente aux enchères.

V. — GESTION ET ECONOMIE RURALE

246Définitions essentielles tirées de Chombart de Lauwe (J.), Poite vin (J.)’et Tirel (J.-C.) (79, 1963), marquées par les initiales C.P.T. Quelques mises au point personnelles.

247auto-approvisionnement : produits de l’exploitation utilisés pour la fabrication - d’autres produits sur l’exploitation même (C.P.T.). En urinent système d’élevage, comprend notamment l’ensemble des fourrages.

248auto-consommation : produits de l’exploitation consommés par les travail- leurs de l’exploitation et leurs familles (C.P.T.).

249capital d’exploitation valeur du cheptel mort, du cheptel vif, des capitaux circulants et, éventuellement, du droit de cession de fermier à fermier (« pas de porte » ou « dessous de table ») (C.P.T.).

250capital foncier : valeur de la propriété du sol et des bâtiments d’exploitation.

251capitaux circulants : part du capital d’exploitation qui comprend les avances aux cultures (engrais, semences, façons culturales), les stocks et les sommes en caisse ou en banque (C.P.T.).

252charges calculées : « rémunération des moyens de production que l’agriculteur ne paye pas mais qui ne sont pas gratuits pour autant » (C.P.T.) : fermage du propriétaire exploitant, travail de direction, travail familial, rémunération du capital d’exploitation.

253charges globales : ensemble des charges calculées et des charges réelles (C.P.T.).

254charges réelles : dépenses réellement effectuées pour l’exploitation (C.P.T.).

255cheptel mort : matériel agricole et installations fixes réalisées par l’exploitant.

256cheptel vif : ensemble des animaux d’une exploitation.

257productivité : 1. — (sens général, C.P.T.) rapport entre la production totale obtenue pendant un temps donné et un ou plusieurs facteurs de la production, surface, travail, capital...

2582. — (sens restrictif utilisé dans le texte) rapport entre la production totale obtenue pendant un temps donné et le travail.

259produit brut : valeur de l’ensemble de la production pendant une année (C.P.T.).

260profit : voir revenu net.

261rendement : production par bête ou par unité de surface dans une année.

  1. par bête
    • rendement laitier (nombre de litres de lait par vache et par an)
    • croit de viande (rarement calculé et mesuré), etc.
  2. par unité de surface
    • pour les productions végétales : en qx, ou en T. par ha.
    • pour les productions animales : en litres de lait, en U.F., en U.G.B., etc.. par ha (évaluation plus difficile).
    • pour les productions animales et végétales combinées : produit brut par ha.

262revenu agricole : différence entre le produit brut agricole et les charges réelles : revenu réellement disponible pour l’exploitation (C.P.T.).

263revenu brut : voir produit brut.

264revenu net (ou profit) : différence entre le produit brut agricole et les charges globales (C.P.T.).

265structure : ce mot souvent employé est rarement bien défini. On doit rappeler :

  1. (sens général) manière dont les différentes parties qui composent un ensemble sont disposées les unes par rapport aux autres.
  2. (mathématiques) « la structure d’ensemble est définie par les opérations et les relations qui y sont utilisées » (Warusfel, dictionnaire raisonné des mathématiques, 1966).
  3. Dans le monde agricole on emploie l’expression « les structures » pour désigner tout à la fois la répartition des exploitations (selon leurs tailles) et les rapports entre les types d’exploitations, entre la propriété foncière et l’exploitation, entre la production et la commercialisation. Ainsi désigne-t-on de façon remarquable un faisceau de rapports interdépendants, relativement stables, lentement mûris par l’action des hommes et sur lequel les individus ont une faible emprise.
  4. De la même manière, peut-on parler de « structures régionales » pour désigner les rapports les plus fondamentaux de la combinaison régionale.

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter