Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Notes sur les auteurs

p. 327-330


Texte intégral

1Juan Carlos d’Amico, professeur à l’université de Caen Normandie, est l’auteur de nombreux articles consacrés à la civilisation italienne du XVIe siècle. Il a coordonné plusieurs ouvrages sur les mythes politiques, les formes du pouvoir ou les révoltes à la même époque et a publié deux ouvrages sur les relations entre le Saint-Empire et la péninsule italienne : Charles Quint maître du monde : entre mythe et réalité et Le mythe impérial et l’allégorie de Rome (PU Caen, 2004 et 2009).

 

2Lucien Bély, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, docteur ès lettres, est, depuis 1997, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université. Il a consacré de nombreux ouvrages à l’histoire des relations internationales et de la diplomatie, dont Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV (Fayard, 1990), Les relations internationales en Europe XVIIe-XVIIIe siècles (PUF, 1992), La société des princes (Fayard, 1999) et L’art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, XVIe-XVIIIe siècle (PUF, 2007). Il a dirigé le Dictionnaire de l’Ancien Régime (PUF, 1996) et le Dictionnaire Louis XIV (Robert Laffont, 2015). Il a organisé sur les grandes paix européennes plusieurs colloques internationaux dont les actes sont publiés. Il a publié environ 180 textes dans des revues ou des ouvrages collectifs.

 

3Louise Bénat-Tachot, ancienne élève de l’ENS, professeur à Sorbonne Université depuis une dizaine d’années, actuellement professeur émérite, fut titulaire de la chaire des études de l’Amérique coloniale. Responsable de la composante CHAC / CLEA (cultures et histoire de l’Amérique coloniale), elle est aussi chercheuse associée dans l’équipe de Serge Gruzinski depuis 1994. Ses recherches portent sur « la modernité ibérique », en particulier l’historiographie (les chroniques des Indes), la cosmographie, la cartographie et la navigation, la circulation des historias dans l’aire européenne et enfin la géopolitique de la première globalisation au XVIe siècle. Auteur de plusieurs ouvrages comme Passeurs culturels. Mécanismes de métissage (dir. avec Serge Gruzinski, PU Marne-la-Vallée – Maison des sciences de l’homme Paris, 2002) et L’Amérique de Charles Quint (avec Bernard Lavallé, PU Bordeaux, 2005), des éditions critiques des Singularités du Nicaragua de Gonzalo Fernández de Oviedo (Chandeigne, 2002) et de la Historia de las Indias de Francisco López de Gómara (1re partie), ainsi que d’une soixantaine d’articles, elle est aussi fondatrice et co-directrice de la collection « Fabrica Mundi » et co-directrice de la revue e-Spania.

 

4Caroline Callard est directrice d’études à l’EHESS et membre du CéSor (Centre d’études en sciences sociales du religieux). Ses premiers travaux ont porté sur l’Italie moderne et plus spécialement sur les enjeux politiques de l’histoire, les savoirs antiquaires, la culture écrite et la mémoire des individus et des groupes (Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au XVIIe siècle, PUPS, 2004). Son dernier ouvrage, Le temps des fantômes. Spectralités de l’âge moderne (XVIe-XVIIe siècle) (Fayard, 2019), propose une enquête d’anthropologie historique centrée sur la figure du fantôme comme acteur du commerce des vivants et des morts, et plus largement sur l’expérience de la hantise.

 

5Denis Crouzet, professeur à Sorbonne Université, spécialiste du XVIe siècle, a publié de nombreux travaux, dont sa thèse monumentale sur la violence lors des guerres de religion (Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610, Champ Vallon, 2005). Élève de Pierre Chaunu, il a ouvert de nombreuses pistes par des approches anthropologiques de la violence, de la religion et de la culture durant la première modernité à travers un grand nombre de livres, dont Au péril des guerres de religion (avec Jean-Marie Le Gall, PUF, 2015) et Charles Quint. Empereur d’une fin des temps (Odile Jacob, 2016).

 

6Séverin Duc, agrégé et docteur en histoire, est membre de l’École française de Rome et chercheur associé au Centre Roland Mousnier (UMR 8596). Il a publié récemment La guerre de Milan. Conquérir, gouverner, résister dans l’Europe de la Renaissance (1515-1530) (Champ Vallon, 2019). Actuellement, il s’intéresse à l’histoire sociale et familiale des pouvoirs en France et en Italie.

 

7Natividad Ferri Carreres est docteure en langues et littératures étrangères de l’université de Caen Normandie, membre de l’équipe ERLIS (EA 4254), où elle enseigne. Elle est l’auteure de différents articles portant sur le processus de formation, au XVIe siècle, de l’identité culturelle des Indiens péruviens et des morisques du royaume de Valence. Elle travaille également, dans une perspective diachronique, sur les mécanismes d’insertion des Indiens péruviens dans l’économie coloniale et mondiale et sur les enjeux socio-économiques qui ont favorisé la mobilité géographique des populations indigènes.

 

8Michaël Gasperoni est chargé de recherche au CNRS (Centre Roland Mousnier, UMR 8596). Il travaille sur l’histoire des populations juives d’Italie à l’époque moderne. Il s’intéresse en particulier aux aspects démographiques, économiques et sociaux des ghettos ainsi qu’aux normes juridiques de la ségrégation sociale des populations juives.

 

9Vincent Gourdon est directeur de recherche au CNRS, au sein du Centre Roland Mousnier (UMR 8596). Spécialiste de démographie historique et d’histoire de la famille, il s’intéresse en particulier à l’histoire des relations intergénérationnelles, de la mortinatalité ou des mobilités urbaines, mais aussi aux interactions entre pratiques familiales et ritualisation religieuse (cérémonies baptismales, stratégies de parrainage, mariages interconfessionnels, etc.), en France et en Italie. Il a été rédacteur en chef de la revue Annales de démographie historique de 2010 à 2018.

 

10Cyril Grange est directeur de recherche au CNRS (Centre Roland Mousnier, UMR 8596). Il a longtemps travaillé sur l’histoire sociale des élites en France aux XIXe et XXe siècles. Sur cette thématique, il a notamment publié Les gens du Bottin Mondain, 1903-1987. Y être c’est en être (Fayard, 1996) et Une élite parisienne. Les familles de la grande bourgeoisie juive (1870-1939) (CNRS, 2016). Il mène actuellement une recherche comparative sur les élites juives dans quatre capitales européennes – Berlin, Londres, Paris et Vienne – entre 1850 et 1940. Depuis 2015, il a lancé avec Vincent Gourdon une enquête sur la question des mariages mixtes à Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle.

 

11Thomas Hippler a fait des études de philosophie, histoire et musique à Berlin, Paris, Florence et Berkeley. Après avoir enseigné à Oxford et à Sciences Po Lyon, il est actuellement professeur d’histoire contemporaine à l’université de Caen Normandie. Il est l’auteur de Soldats et citoyens. Naissance du service militaire en France et en Prusse (PUF, 2006), Bombing the People. Giulio Douhet and the Foundations of Air-Power Strategy, 1884-1939 (Cambridge University Press, 2013) et Le gouvernement du ciel. Histoire globale des bombardements aériens (Les Prairies ordinaires, 2014).

 

12Alain Hugon, ancien membre de la Casa de Velázquez, est professeur d’histoire moderne à l’université de Caen Normandie. Après avoir travaillé sur les relations souterraines entre les monarchies française et espagnole (1598-1635), puis sur les processus révolutionnaires en Europe au milieu du XVIIe siècle, il s’est attaché à l’importance des usages politiques du culturel (Philippe IV – Le siècle de Vélasquez, Payot, 2014). Ses derniers travaux portent sur la question de la première vague migratoire intercontinentale, lors de la première mondialisation (La grande migration. De l’Espagne à l’Amérique (1492-1700), Vendémiaire, 2019).

 

13Isabelle Lacoue-Labarthe est maîtresse de conférences à Sciences Po Toulouse. Elle co-dirige la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire. Elle a notamment publié Femmes, féminisme, sionisme dans la communauté juive de Palestine avant 1948 (L’Harmattan, 2012) ; « Écrire au quotidien », Clio. Histoire, femmes, sociétés, 35, 2012, dir. avec Sylvie Mouysset et Agnès Fine ; « Écrire sa vie », Diasporas. Histoire et sociétés, 22 / 2013, dir. avec Sylvie Mouysset ; « Récits de femmes en Méditerranée. Genre, écriture, réflexivité (XXe-XXIe siècle) », Rives méditerranéennes, 52, 2016, dir. avec Randi Deguilhem et Isabelle Luciani. Elle a rédigé une douzaine de notices pour le Dictionnaire biographique des féministes. France, XVIIIe-XXIe siècles (dir. Christine Bard et Sylvie Chaperon, PUF, 2017). Elle travaille actuellement sur les écrits autobiographiques de chercheur·e·s en France depuis les années 1980.

 

14Emmanuel Laurentin, journaliste d’histoire, a animé pendant plusieurs décennies l’émission « La Fabrique de l’histoire », qu’il a produite jusqu’en 2019. Il est à l’origine de nombreux entretiens avec plusieurs historiens majeurs de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle, disponibles dans la série « Paroles d’historien – Grands entretiens » de l’Institut national de l’audiovisuel.

 

15Clara Lefèvre est étudiante à l’ESSEC, tout en suivant un cursus d’histoire à Sorbonne Université, au sein du Centre Roland Mousnier. Elle a mené une première recherche sur les courriers publiés par le Daily Telegraph en 1888 en réponse à une question ouverte posée par le quotidien anglais : « Is marriage a failure ? ». Son mémoire de Master 2e année porte sur les mariages interconfessionnels de Paris en 1885.

 

16Sylvain Lloret, ancien membre scientifique de la Casa de Velázquez, est docteur en histoire moderne et ATER de Sorbonne Université. Il a soutenu en 2018 une thèse de doctorat sous la direction du professeur Lucien Bély, intitulée « Entre princes et marchands : les agents généraux de France à Madrid dans les interstices de la diplomatie (1702-1793) ». Son travail s’inscrit dans le champ de l’histoire des relations internationales, des pratiques diplomatiques et des consuls. Il porte sur la place des intérêts marchands et de l’expertise économique dans la diplomatie franco-espagnole au XVIIIe siècle.

 

17Davide Mano est chercheur associé au Centre de recherches historiques (EHESS), au Centre Roland Mousnier (UMR 8596) et au Groupe d’études orientales (université de Strasbourg). Hébraïsant, il travaille sur l’histoire sociale, politique et culturelle des juifs italiens aux XVIIIe-XIXe siècles.

 

18Benoit Marpeau est maître de conférences à l’université de Caen Normandie. Auteur du livre Gustave Le Bon : parcours d’un intellectuel, 1841-1931 (CNRS, 2000) et d’un ouvrage sur L’affaire Dreyfus : dynamique, lectures, empreinte (Ellipse, 2017), il travaille dans le domaine de l’histoire culturelle : il a consacré plusieurs recherches aux relations entre les historiens et leurs éditeurs.

 

19Bertrand Müller, historien, est directeur d’études au Centre Maurice Halbwachs, où il est responsable de l’axe « Pratiques d’écriture et matérialité des connaissances ». Ses travaux portent sur l’histoire de l’histoire, l’histoire des sciences sociales et désormais sur une histoire longue des régimes documentaires. Il a consacré sa thèse à Lucien Febvre, lecteur et critique (Albin Michel, 2003) et publié la Correspondance Lucien Febvre-Marc Bloch (Fayard, 1994-2004, 3 vol.).

 

20Antoine Roullet est chargé de recherches au Centre de recherches historiques, CNRS / EHESS, agrégé d’histoire et ancien membre de l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid). Il s’intéresse à l’histoire du monde ibérique et à l’anthropologie historique, en particulier du corps, des pratiques dévotionnelles et du genre. Il a publié en 2016 Corps et pénitence. Les carmélites déchaussées (ca. 1560 – ca. 1640) (Casa de Velázquez, 2016).

 

21Nathalie Szczech, agrégée et docteure en histoire, est maîtresse de conférences en délégation à l’université Bordeaux Montaigne et membre de l’Institut universitaire de France (promotion 2019). Elle s’est spécialisée dans l’étude de la Réforme et de la naissance des protestantismes au XVIe siècle. En 2016, elle a publié l’ouvrage Calvin en polémique. Une maïeutique du verbe (Classiques Garnier). Elle travaille actuellement sur les premiers réformateurs francophones des années 1520-1540 et le réseau de prédicateurs alors organisé par Guillaume Farel pour diffuser la Réforme en terrain francophone.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.