Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Pierre Chaunu, homo ego-historicus

Pierre Chaunu, homo ego-historicus

p. 249-262

Résumés

Français
English

Quand on s’intéresse à l’histoire, plus encore à l’historiographie, et particulièrement à l’ego-histoire, Pierre Chaunu est incontournable : parce que c’est un récidiviste du retour sur sa propre histoire, sous des formes et des formats divers ; parce que ces textes, qui font écho aux thèmes qui traversent les travaux de l’historien (la mémoire, la mort, la foi, le temps) et révèlent l’étroite intrication entre la conception de la vie et l’œuvre de leur auteur, interrogent la possibilité d’une réelle étanchéité entre les deux ; parce que, enfin, cette manière de revenir sur son parcours personnel s’inscrit dans un mouvement d’ensemble, dont la publication des Essais d’ego-histoire (dirigée par Pierre Nora en 1987) est, à partir des années 1980, la manifestation la plus visible et l’un des embrayeurs, tout en présentant ses propres spécificités, au premier chef desquelles un souci de vérité, tant sur soi que sur l’histoire de l’humanité.

For anyone interested in history, historiography and especially ego-histoire, Pierre Chaunu is essential: first he’s a serial ego-historian who published a vast range of autobiographical texts of various kinds; these texts, whose main themes (memory, death, faith, time) echo Chaunu’s academic work too, also highlight the very close links between the historian’s life and his work, and question the possibility for both of them to be strictly kept apart; and finally, even if this kind of self-reflection has become more usual since the 1980s, particularly after the publication of Essais d’ego-histoire (ed. Pierre Nora, 1987), Chaunu’s way of doing this remains specific, above all with his acute longing for truth, be it about the historian himself or about the history of mankind.


Texte intégral

1Pour quiconque s’intéresse à l’histoire, plus encore à l’historiographie, et particulièrement à l’ego-histoire, le cas de Pierre Chaunu présente un grand intérêt, entre autres parce que l’historien moderniste fait figure de récidiviste du retour sur sa propre histoire, sous des formes et des formats divers, comme nous le verrons dans un premier temps. Les textes dans lesquels Pierre Chaunu revient sur son parcours retiennent l’attention à plus d’un titre : parce qu’ils entrent assez largement en écho avec les thèmes qui traversent les travaux de l’historien et qu’ils soulignent une étroite intrication entre la vie (ou plus exactement la conception de la vie) et l’œuvre de Pierre Chaunu, interrogeant la possibilité d’une réelle étanchéité entre les deux ; mais aussi parce que cette manière de revenir sur son parcours personnel s’inscrit dans un mouvement d’ensemble, dont la publication des Essais d’ego-histoire1 est, en 1987, la manifestation la plus visible et l’un des déclencheurs, et en même temps, s’en distingue par des caractéristiques qui lui sont propres, mélange de traits communs, voire de topoï, et de spécificités qui occupera le dernier temps de notre propos.

Pierre Chaunu, un récidiviste du récit de soi. Diversité des formes et des formats

2Avant toute chose, un constat s’impose : si Pierre Chaunu a été un historien prolifique2, il a aussi été un ego-historien très disert. De fait, il ne sera pas possible de prendre ici en compte l’ensemble des textes dans lesquels Pierre Chaunu énonce ses convictions de tous ordres, et celles-ci traversent l’ensemble de ses écrits et de ses prises de parole. J’entendrai de plus ici l’ego-histoire dans un sens plus large que celui défini par Pierre Nora lorsqu’il a demandé à six historiens et une historienne, Michelle Perrot, de se faire les historiens d’eux-mêmes, ou plus précisément de produire un texte qui respecte le cahier des charges suivant :

Ni autobiographie faussement littéraire, ni confessions inutilement intimes, ni profession de foi abstraite, ni tentative de psychanalyse sauvage. L’exercice consiste à éclairer sa propre histoire comme on ferait l’histoire d’un autre, à essayer d’appliquer à soi-même, chacun dans son style et avec les méthodes qui lui sont chères, le regard froid, englobant, explicatif qu’on a si souvent porté sur d’autres. D’expliciter, en historien, le lien entre l’histoire qu’on a faite et l’histoire qui vous a fait3.

3Pierre Chaunu donne à Pierre Nora un texte, « Le fils de la morte »4, sans doute l’un des plus émouvants du recueil – avec celui, très personnel aussi, et à l’écriture très travaillée, de Michelle Perrot5. Le texte est publié en 1987, mais il est prêt depuis 1982, comme en attestent les lettres échangées entre les deux historiens et notamment consultées par François Dosse dans la préparation de sa biographie du directeur éditorial de Gallimard6. La date est ici importante parce que ces années 1980 sont, pour Pierre Chaunu, celles au cours desquelles se multiplient les occasions saisies ou provoquées par l’historien de retour sur son propre parcours.

4Avant même la rédaction de l’essai d’ego-histoire, Pierre Chaunu contribue, en 1982, à la collection « Ce que je crois », inaugurée chez Grasset en 1953 par Jean Rostand, et dont Chaunu mentionne le « bouleversant » volume de Maurice Clavel, publié en 19757 ; il dit sa fierté de trouver place dans une telle collection et de s’inscrire dans une succession prestigieuse :

Quand Françoise Verny me l’a demandé, je n’ai pas hésité un seul instant. Qui, dans notre métier, le soir venu, n’a pas souhaité, au secret de soi-même, se voir confier cette responsabilité ? J’en fais l’aveu, sans fausse honte. L’honneur est grand8.

1975 est justement l’année où Pierre Chaunu livre à Max Gallo, directeur de la collection « La vie selon… » chez Robert Laffont, un « autoportrait » et ses réflexions toutes personnelles sur quelques grands thèmes qui l’occupent, dans son œuvre et dans sa vie, on y reviendra9.

5Ces trois exemples dessinent d’ores et déjà quelques caractéristiques de la manière dont Pierre Chaunu aborde le récit de sa propre histoire : régulièrement, sous des formats et des formes variables, qui entrent en écho les uns avec les autres, et dans une démarche dynamique, donnant une histoire à cette histoire de soi. La régularité et le rythme dense des publications transparaissent dans la bibliographie et il n’est nul besoin de s’y appesantir. Signalons toutefois qu’au début des années 1980, manifestement la période la plus dense dans ce domaine, l’historien publie presque chaque année un texte dans lequel, de manière plus ou moins développée mais toujours très explicitement, il revient sur son parcours personnel. Le rythme ralentit par la suite et la part laissée au récit personnel s’estompe. Pour Danse avec l’histoire, publié avec Éric Mension-Rigau10, l’essentiel du dialogue qui se tient dans le petit bureau de Pierre Chaunu à la Sorbonne en 1997 consiste en une traversée vagabonde de l’œuvre de l’historien en même temps qu’une « vaste fresque historique »11, écrit Jacqueline Amphoux dans Autres temps. La dimension autobiographique, quoique présente, est éparse et ne constitue alors pas le cœur du propos. Récurrente, elle est aussi diverse.

6La bibliographie constitue, là encore, un outil simple et éloquent : le format des textes autobiographiques de Pierre Chaunu varie de quelques pages à quelques… centaines de pages12. Cette diversité transparaît aussi et avant tout dans les mots mêmes, changeants, parfois au sein d’un même texte, utilisés par Pierre Chaunu pour définir ce qu’il écrit, qui, il est vrai, prend des formes différentes : La mémoire de l’éternité présente ainsi un premier chapitre en forme d’« autoportrait », qu’il annonce « parfaitement sincère et franchement impossible », car dit-il, « on se connaît à travers l’Autre et l’Autre, c’est Dieu »13. Pierre Chaunu souligne dès les premières pages de l’ouvrage la difficulté de l’exercice : manifestement les questions reçues de Max Gallo en avril 1975 ne portent pas sur cet « autoportrait » demandé, pour lequel il manque de lignes directrices et Chaunu écrit :

J’aime les règles parce qu’elles ne parviennent jamais à m’atteindre dans ma liberté […] il est facile de répondre à un questionnaire, beaucoup plus facile que de conduire de bout en bout sa confession14.

De fait, pour les textes suivants, la demande est un peu clarifiée : encore modérément, pour Ce que je crois qui s’inscrit dans une collection dont la ligne éditoriale est fixée par des années d’existence, mais laisse une grande liberté à ses auteurs. Pierre Chaunu, l’auteur de plus de 35 000 pages, ressent alors « pour la première fois peut-être l’angoisse d’écrire » et s’en explique : « j’aime les règles. Elles ne me gênent pas. Ma liberté y trouve son appui. Or voilà qu’elles me manquent ». La règle dans cet exercice est de faire ce qui lui plaît, comme il le rappelle à la première page de l’ouvrage15. La demande de Pierre Nora, on l’a vu, pose un cadre, certes très souple, mais néanmoins présent et qui permet de combiner contraintes et liberté ; en 1985, Pierre Chaunu publie dans Rétrohistoire un texte qui préfigure presque exactement celui publié deux ans plus tard dans les Essais d’ego-histoire – cela lui est permis par le temps mis par l’entreprise lancée par Nora pour aboutir à la publication effective, en raison des atermoiements des auteurs sollicités et ayant ou non accepté16. Ses hésitations sur la manière de désigner ce type d’écrit sont alors éclatantes : le volume s’intitule Rétrohistoire, le chapitre consacré au récit personnel « Auto-histoire »17 ; Pierre Chaunu y évoque une « Rétro / Auto / Histoire »18… Le terme d’auto-histoire est en effet celui qu’emploie Pierre Nora avant d’inventer celui, finalement choisi pour la publication des essais, d’ego-histoire. Le flottement de Pierre Chaunu ne reflète en effet rien d’autre que celui qui entoure alors ce type de textes, en marge de la production historienne. L’entrée par les « colères » est en revanche un guide qui laisse Pierre Chaunu apparemment moins démuni pour écrire son autobiographie intellectuelle et lui permet d’entrer dans un genre plus calibré19

7Sans prétendre dresser ici une liste exhaustive des écrits à dimension autobiographique de Pierre Chaunu20, le dernier type de retour sur soi que l’on peut mentionner parce qu’il a été pratiqué à plusieurs reprises par Pierre Chaunu est l’entretien, grâce auquel l’historien retrouve un cadre, et le fameux questionnaire manquant évoqué dans Rétrohistoire. La diversité est de mise ici aussi : celle des interlocuteurs de Pierre Chaunu (un historien spécialiste de l’époque contemporaine, François Dosse, aussi différent que possible de Pierre Chaunu, quoique21… ; un moderniste, Éric Mension-Rigau22, un philosophe, Olivier Abel23, et même un mathématicien, Gérard Kuntz24). Comme il le dit à propos de ses convictions religieuses, dans les entretiens avec Emmanuel Laurentin enregistrés pour l’Institut national de l’audiovisuel, Pierre Chaunu est donc « très œcuménique »25, en histoire aussi. L’interlocuteur fait office de maïeuticien, voire, pour reprendre les termes de François Dosse, de grand « inquisiteur »26. Pour L’instant éclaté, les questions sont préparées avec soin et Pierre Chaunu remercie à plusieurs reprises son interlocuteur pour la qualité de son questionnaire dans l’introduction de l’ouvrage27.

8Finalement, sous la plume de Pierre Chaunu le terme le plus fréquent pour désigner l’ensemble de ces textes est celui, déjà mentionné, de confession. C’est d’ailleurs celui qu’il choisit d’énoncer lorsqu’il fait le récit de son itinéraire devant l’École Polytechnique de Zurich en juin 1995, discours publié dans la revue Commentaire l’année suivante28. D’une manière plus générale, l’historien reprend le terme pour désigner les différentes occasions auxquelles il revient sur son histoire : au début de Rétrohistoire (« Je commencerai par une sorte de confession »29) ou même « autoconfession »30, ou encore lorsqu’il évoque, quelques années après leur publication, les échanges avec François Dosse dans L’instant éclaté, désignés comme « confession » dans l’article de Commentaire31… Le choix du terme est mûrement réfléchi et fait écho à l’allusion aux Confessions de saint Augustin, quelques lignes plus loin32 ; le mot apparaît ici comme un nom générique qui subsume en quelque sorte tous les autres, probablement par la familiarité que l’historien entretient avec la notion, qui renvoie à une dimension très présente dans sa vie, dans ses écrits personnels et dans ses écrits académiques, la vie spirituelle et la foi.

9Soulignons enfin que si l’expérience autobiographique se répète chez Pierre Chaunu, elle n’est pas exactement répétitive et les textes résonnent les uns dans les autres ; l’historien évoque lui-même les « confessions gigognes » qu’on trouve dans ses livres33, qui se citent les uns les autres34. Ils ne constituent pour autant pas une forme circulaire, mais semblent faire avancer l’historien dans la connaissance qu’il a de lui-même : dès 1985, Pierre Chaunu a conscience que ce qu’il appelle son « auto-histoire », ici dans Rétrohistoire, change au moment où on la fait35. Dans l’entretien qu’il accorde à Olivier Abel en 1994, il revient sur la manière dont l’expérience répétée du retour sur soi a pu enrichir la perception et la compréhension de sa propre histoire : « je crois l’avoir dit, je suis à la fois le fils de la morte et le fils de l’absent. Le fils de l’absent, c’est François Dosse qui me l’a fait découvrir »36, tandis que c’est la rédaction de l’essai d’ego-histoire qui lui fait découvrir qu’il est « fils de la morte », comme il le suggère dans les premières pages de Colère contre colère37. L’ego-histoire, au sens générique, ne semble ainsi pas, chez Pierre Chaunu, le résultat d’un cheminement, mais le cheminement lui-même, toujours en construction. Le regard de Christian Delacroix sur L’instant éclaté peut d’ailleurs éclairer les autres textes autobiographiques de Pierre Chaunu, qu’il s’agisse ou non d’entretiens :

François Dosse ne dévoile pas un secret, il le “fabrique” avec Pierre Chaunu. Ce n’est pas une capacité particulière de François Dosse à “lever le lièvre” qui explique que Pierre Chaunu délivre le quasi-secret du père absent qui, avec celui de la mère morte, est un élément essentiel à la compréhension de son besoin d’histoire. C’est bien la rencontre qui produit cette reconfiguration de l’historisation de la vie de Pierre Chaunu38.

Les récits de soi de Pierre Chaunu, une manière originale pour une pratique de plus en plus répandue

10Si l’on tente désormais de replacer ces écrits dans leur temps, il n’est pas inutile de revenir à ce qu’en dit Pierre Chaunu lui-même : dans le texte pour Commentaire, l’historien relève que « dans un monde tellement encombré d’informations alléchantes, l’intérêt pour l’autohistoire, l’egohistoire, d’une catégorie sociale aussi naturellement effacée, en retrait, est un trait de notre époque »39. Il est vrai que si Pierre Chaunu fait en quelque sorte office de visionnaire dans sa propension à s’expliquer sur sa propre histoire, il n’est de loin pas le seul : les années 1980 voient une véritable floraison d’écrits autobiographiques d’historiens et d’historiennes, au-delà des Essais d’ego-histoire40 qui en sont la part émergée. Au cours des trente années qui suivent, la tendance ne se dément pas. Ces textes (dont certains cités ici en note), tout aussi variés en formats et en formes que ceux de Pierre Chaunu, mais plutôt dominés par le genre des Mémoires, partagent néanmoins un certain nombre de traits communs.

11Y figurent ainsi des sortes de topoï, ainsi identifiés par les études littéraires consacrées aux écrits autobiographiques41. Parmi ceux-ci, figure en bonne place le récit d’enfance42, en particulier quand cette enfance a baigné dans les traces de la guerre. C’est bien évidemment le cas pour Pierre Chaunu, qui fait de l’enfance le déterminant absolu de son histoire et de son équation personnelles. Dans Rétrohistoire, l’historien laisse ainsi entendre que dès 1934, lorsque lui vient, en classe de sixième, le désir de faire de l’histoire, une partie de son histoire personnelle est tracée : « Ce qui s’est passé après, je l’ai confié ici et là à la plume, n’a plus d’incidence aussi directe sur mon autohistoire d’historien »43. Au récit d’enfance se mêle d’ailleurs, chez Pierre Chaunu comme chez ses confrères et – plus rares – consœurs, le récit de vocation, même si le terme n’est pas toujours utilisé. Dans Colère contre colère, où figure un chapitre portant le titre de son essai d’ego-histoire, l’historien revient ainsi sur la mort de son « plus que père », déchirure, expérience du « vide absolu », dont « toute [sa] vie a été marquée », à la fois peut-être origine « du meilleur de [lui]-même » et de ses colères d’adulte, justifiant ainsi le long récit de sa « deuxième enfance » :

Je n’ai pas perdu le but, je suis tenu de vous expliquer mes colères, mais comment vous expliquer mes colères, si je n’arrive pas à remonter jusqu’à la racine de mon angoisse44 ?

Le titre même et la fin de son essai d’ego-histoire redisent cette permanence du poids de l’enfance :

Jusqu’en ce mois de septembre de ma vie, je suis resté le petit garçon qui parcourt, la main dans la main d’un adulte, le champ de bataille de Verdun, le fils de la Dame blanche dont on ne doit pas dire le nom et qui, les yeux grands ouverts, a promis de ne pas oublier45.

12De la même manière, chez Raoul Girardet, dont Pierre Chaunu évoque d’ailleurs l’expérience46, l’enfance occupe une place centrale, marquée par le souvenir de la guerre ; il ouvre son essai en ces termes : « Le temps de mon enfance fut celui où les monuments aux morts étaient encore neufs »47. Vécue dans les deuils, la peur, le drame, l’enfance est au cœur des récits autobiographiques de Mona Ozouf48, Rita Thalmann49, Pierre Vidal-Naquet50 et bien d’autres. Mais, heureuse, elle n’est pas moins présente51.

13Un autre trait commun entre les textes à dimension autobiographique de Pierre Chaunu et des autres historiens et historiennes français réside dans la place de quelques événements marquants du XXe siècle qui, au-delà des positionnements politiques, font figure d’incontournables et marquent les ancrages générationnels, selon la manière dont ils sont vécus : la Seconde Guerre mondiale, objet d’un long développement dans L’instant éclaté52, mais dont la centralité est plus marquée encore dans les écrits des historiens et historiennes directement touchés par ses effets tragiques53 ; la guerre d’Algérie, marqueur politique puissant, présent chez Pierre Chaunu mais plus encore chez ceux et celles qui se sont engagés dans un camp ou dans l’autre54 ; mai 68 par exemple, objet d’une détestation toute particulière de Pierre Chaunu et évoquée dans Colère contre colère, L’instant éclaté, l’essai d’ego-histoire55, etc., épisode longuement abordé aussi dans les textes de Raoul Girardet, René Rémond – hormis son essai d’ego-histoire –, Pierre Riché, François Crouzet, Annie Kriegel56 et bien d’autres.

14L’effet de ces incontournables, à peine esquissés ici, consiste à produire ce qui est d’ailleurs en partie recherché par les auteurs ou par Pierre Nora, avec les Essais d’ego-histoire57 : un tableau de groupe, celui d’une profession, dans sa diversité, ses pratiques, ses réseaux, sa sociologie aussi, son caractère genré… bref un tableau de la communauté historienne, notamment dans ce qu’il faudrait bien appeler, par différents aspects, son âge d’or. Le métier y occupe une place de premier choix. Pierre Chaunu souligne à quel point le portrait individuel nourrit le portrait du groupe ; c’est ce qu’il précise dans Ce que je crois, affirmant qu’au chemin qui va du général au particulier, il préfère celui qui va « du particulier au général, du certain à l’incertain. L’induction me paraît une démarche plus sûre que la déduction »58. De son côté, René Rémond justifie, au-delà de son ego-histoire, ses différents retours sur son propre parcours lorsqu’il écrit dans le recueil de Pierre Nora :

Autre chose en effet est de se décrire dans sa singularité comme si elle était un objet unique au monde et autre chose de prendre place à côté d’autres dans une série dont la diversité plurielle relativise ipso facto chaque expérience. La lecture de ces vies parallèles fera peut-être apparaître des convergences, surgir des parentés dont la perception échappait à la conscience de chacun59

15Ici intervient l’une des spécificités de Pierre Chaunu : quand l’intérêt, presque ethnographique, de l’effet de groupe vient justifier, pour certains historiens et historiennes, de surmonter leurs réticences quasi omniprésentes à se dire, chez Pierre Chaunu, le désir ou même le besoin de revenir sur son passé l’emporte. S’il rappelle que tous ses textes proches de l’ego-histoire ont répondu à des commandes, il est l’un des premiers à rendre sa copie, pour l’ouvrage initié par Pierre Nora, quand d’autres ont refusé, parfois après tergiversations, se font tirer l’oreille ou même, après l’avoir écrite, ne souhaitent plus voir leur contribution publiée60. Autre témoin de la posture ouverte de Pierre Chaunu face à l’ego-histoire, dans la conférence publiée en 1996 dans la revue Commentaire, l’historien explique s’être donné une règle : « toujours répondre à une question quand elle [est] courtoisement formulée, même quand elle [peut] être désagréable, voire pénible »61. D’ailleurs, revenant sur la genèse de L’instant éclaté, François Dosse souligne que Pierre Chaunu n’a demandé ni correction, ni biffures autres que pour des raisons de format62.

16Plusieurs raisons sont avancées par l’historien lui-même pour expliquer cette disposition relativement originale parmi ses confrères et consœurs. Dès Ce que je crois, en 1982, puis dans nombre de textes suivants, Pierre Chaunu met en avant son âge qui l’autorise désormais à parler librement63 ; il a certes 59 ans pour Ce que je crois et 73 pour la conférence publiée dans Commentaire, mais La mémoire de l’éternité, l’un de ses textes les plus personnels, est écrit respectivement sept et vingt-et-un ans plus tôt. D’autres ego-historiens et historiennes s’y livrent certes aussi tôt64, mais Pierre Chaunu se situe bien en deçà de l’âge moyen observable pour une soixantaine de textes autobiographiques d’historiens et historiennes, qui se place un peu au-delà de 69 ans. L’on peut ainsi souligner une certaine précocité de Pierre Chaunu, probable traduction de son intérêt pour l’exercice et de son sentiment de légitimité à le réaliser.

17Ce qu’offre l’âge, selon Pierre Chaunu, c’est en effet la liberté, l’absence de filtre, dans une aspiration à la vérité de soi, du sens, ce qu’exprime l’historien dans les premières pages de Rétrohistoire – il est alors âgé de 62 ans : « plus rien ne me dicte je ne sais quel devoir de réserve et d’onctueuse discrétion. Je m’octroierai donc une totale liberté d’expression »65. Pierre Chaunu évoque la proximité de la retraite. La carrière est faite et ne craint plus rien. Cette liberté, il en fait l’expérience au même moment dans les chroniques qu’il rédige alors pour Le Figaro66. Il est temps de dire sa vérité, sans censure ni autocensure67.

18Bien plus, ce rapport à la vérité s’articule avec le nom générique que Pierre Chaunu donne à ses textes d’ego-histoire, la confession : comme au tribunal, qui ne saurait être autre que spirituel, Pierre Chaunu énonce avec force sa sincérité et demande au lecteur de croire à sa bonne foi – le terme ici s’impose tant la dimension religieuse est sous-jacente. Dans « Confession d’un historien », il dit / écrit ainsi :

Quand nous nous confessons à Dieu, nous sommes tenus de tenter de dévoiler toute la vérité. Me confessant à mes lecteurs – comme je l’ai fait dans mes entretiens avec François Dosse – je prends l’engagement de ne dire que la vérité, non de dire toujours toute la vérité. Ce serait vraiment trop long68.

19Mais, dans le même temps, il semble présenter cette vérité de soi comme toujours inaccessible : « Faire son autoportrait, c’est reconnaître son échec », écrit-il dans La mémoire de l’éternité. Un autoportrait ne peut aller au fond des choses. « Le fond ne nous appartient pas, le fond des choses est à Dieu »69. Est-ce parce que cette connaissance de soi est sans cesse empêchée que Pierre Chaunu, en quête de sens, multiplie ces écrits autobiographiques auxquels nous nous intéressons ? Toujours est-il que cette quête permanente l’incite à tenter d’analyser en profondeur les leviers de son histoire personnelle, dans un temps le plus long possible (dès les premiers temps de la vie utérine70) et avec une dimension psychanalytique explicite. Soulignons d’ailleurs le rôle d’intermédiaire de tiers (interlocuteurs de ses livres d’entretien, éditeurs qui lui confient une sorte de cahier des charges, Pierre Nora dans le cas des Essais d’ego-histoire) dans la réalisation de ce retour sur soi. En cela, Pierre Chaunu ne se trompe par lorsqu’il relève à maintes reprises la forme psychanalytique que prend son ego-histoire, tout en évoquant l’intérêt qu’il aurait pu trouver à cette forme d’introspection. Interrogé par François Dosse sur le dégoût que dit lui inspirer l’homosexualité dans L’Espagne de Charles Quint, Pierre Chaunu écrit ainsi, en se replaçant dans ses dispositions de 1973 : « Le dégoût, je l’ai en moi, donc j’ai du mal à comprendre. Il faudrait une psychanalyse très profonde »71. Ce substitut de psychanalyse, Pierre Chaunu semble le trouver dans ses textes autobiographiques qui lui permettent de remonter aux causes premières, aux traumas oubliés, aux souvenirs occultés. Voici les termes dans lesquels il présente sa « profession de foi » chez Grasset :

À mi-chemin de cette autopsychanalyse, je découvre que tout se passe comme si je renouais avec la première enfance, l’enfance heureuse. […] J’ai presque honte de ces riens. Je veux seulement comprendre, me comprendre et expliquer. Quatre flashs encore et je tourne enfin la page. Bien étranges jeux de la mémoire. Pourquoi une telle scène totalement oubliée, enfouie, pendant vingt ans et plus, jaillit et s’impose désormais72.

20On est ici près de la théorie du refoulement énoncée par Sigmund Freud dans ses Cinq leçons sur la psychanalyse73. L’évocation, à plusieurs reprises, du travail de l’inconscient, de la part de ses angoisses (du temps, de la mort74), des traumas et de la réactivation des traumas du passé (notamment à l’occasion de la mort de Marc, son fils aîné75), la place qu’il accorde à l’enfance dans la construction de soi, de la psyché rapprochent Pierre Chaunu également des terres psychanalytiques. Cette profondeur d’introspection distingue les écrits autobiographiques de Pierre Chaunu de ceux de la plupart de ses collègues.

21La place considérable laissée non seulement à l’histoire personnelle mais aussi à l’expression des convictions religieuses et politiques s’explique aussi par le refus de Pierre Chaunu de la distinction énoncée par Paul Ricœur76 entre un « moi de recherche » et un « moi pathétique ». Elle tient encore à la conception que Pierre Chaunu énonce de l’objectivité / subjectivité de l’historien et de l’historienne, par exemple dans le chapitre de L’instant éclaté en partie dédié à ce sujet :

Il faudrait que l’historien soit dans le royaume de Dieu pour s’abstraire de ses sentiments. Je pense quant à moi qu’il y a une subjectivité qui est tolérable : celle qui est avouée. […] Ce qu’il faut s’interdire, c’est la fausse objectivité, celle qui serait hypocrite77.

22Pierre Chaunu résume la conception de l’objectivité qu’il partage avec Pierre Vilar : « Voilà la couleur. Je vous propose quelque chose d’honnête, mais dans une perspective donnée… »78. Qu’écrits personnels et prises de position dans le débat public s’amplifient semble cohérent : il y a, pour Pierre Chaunu, plus que jamais besoin de dire d’où il parle. L’on ne saurait dès lors s’étonner de l’accord si vite donné à Pierre Nora à l’entreprise de l’ego-histoire et de sa rapidité d’exécution, au point de publier d’autres versions du texte avant la publication chez Gallimard en 1987. Pierre Chaunu est en parfaite adéquation avec la « Présentation » que donne Pierre Nora des Essais d’ego-histoire, comme naissant notamment de « l’ébranlement des repères classiques de l’objectivité historique » et du fait que l’historien des années 1980

[est prêt à] la différence de ses prédécesseurs, à avouer le lien étroit, intime et tout personnel qu’il entretient avec son travail. Nul n’ignore plus qu’un intérêt avoué et élucidé offre un abri plus sûr que de vaines protestations d’objectivité79.

23En cela, Pierre Chaunu contribue à rapprocher et à montrer comment l’histoire s’est rapprochée des sciences sociales dans lesquelles la question de la neutralité ou de l’objectivité des chercheurs ainsi que la nécessité d’une autoréflexivité est très tôt présente80, a été remise en perspective à nouveaux frais par Pierre Bourdieu dans Science de la science et réflexivité et Esquisse pour une auto-analyse81 et a trouvé une forme d’aboutissement dans la mise en place du mémoire de synthèse des activités scientifiques exigé par l’arrêté du 23 novembre 1988 fixant les contours de l’habilitation à diriger des recherches82, un an tout juste après les Essais d’ego-histoire, dans une belle et significative concordance des temps…

24Dans le cas de Pierre Chaunu intervient peut-être également dans ce faisceau de facteurs favorisant l’autoréflexivité la mutation épistémologique qui a vu l’historien quantitativiste83 contribuer à la réintégration de l’individu dans l’histoire, en écho avec l’évolution générale de l’histoire en France, comme ce qu’on a parfois appelé le retour du sujet ou l’intérêt pour les formulations du discours savant sur le passé, hérité du tournant linguistique84. Danse avec l’histoire est ainsi l’occasion pour l’historien de revenir sur ses positionnements historiographiques successifs, sa prise de distance par rapport à l’école des Annales dont il ne renie pas, au contraire, l’influence et le rôle sur ses travaux, et qui ne s’est traduite d’ailleurs par aucune vraie rupture, mais néanmoins sa redécouverte des « hommes », grands et petits de l’histoire, qu’il a souhaité réintégrer à son discours savant sur le passé85. À propos de L’instant éclaté, Christian Delacroix voit par ailleurs l’intégration à la démarche de l’historien d’un « souci de défatatalisation et de ré-événementialisation qui anime de nombreux historiens aujourd’hui »86.

 

25Pour conclure et sans aucune prétention à une quelconque exhaustivité, soulignons à nouveau la particularité de Pierre Chaunu qui, quand il est de bon ton de détester l’ego-histoire, l’appréhende non seulement sans fausse retenue (il est l’un des rares historiens et historiennes à laisser tant de place aux bonheurs et aux drames familiaux, à la foi, à l’angoisse de la mort, pourtant si souvent au cœur du travail des historiens), mais avec un vrai souci d’aller au fond des choses avec curiosité et même enthousiasme, non par une forme d’égocentrisme87 mais parce qu’elle permet et accompagne une vraie réflexion sur l’histoire, une histoire consciente de ses soubassements, de ses résonances, de ses limites aussi. En ce sens, pour Pierre Chaunu, « c’est sans nul doute l’histoire qui, à travers les historiens, est promue »88.

26Enfin, relevons la cohérence entre la manière dont Pierre Chaunu semble concevoir le métier et sa pratique de l’ego-histoire : quête intranquille de vérité, ouverture à des thématiques ou des interprétations nouvelles, travail de transmission, place de la mémoire longue, rôle de l’historien toujours en prise avec et sur le monde présent, interrogeant le passé à partir de ses questionnements du présent. Il aurait fallu ici montrer aussi la manière dont les thèmes de recherche et ceux qui traversent son ego-histoire sous toutes ses formes entrent en parfaite résonance. Le titre du volume de « Mélanges » offerts à Pierre Chaunu par ses amis et collègues, dirigé par Jean-Pierre Bardet et Madeleine Foisil, en donne un précipité : La vie, la mort, la foi, le temps89. Il semble bien dire là l’essentiel du « fils de la morte », qui confesse sa hantise du temps90, sait « l’impossibilité théorique de la concrétisation du rêve fou d’une mémoire intégrale », « ne désire que l’Éternité »91, mais pense avant tout à « ceux qui après nous vivront »92.

Notes de bas de page

1 Essais d’ego-histoire, Pierre Nora (dir.), Paris, Gallimard, 1987.

2 Sa bibliographie complète comprend environ 65 titres, comme le rappelle Emmanuel Laurentin dans les entretiens qu’il a enregistrés avec Pierre Chaunu ; au début du premier entretien, Emmanuel Laurentin entame la séance par une adresse à l’historien : « On a coutume aujourd’hui, après plus de cinquante ans de travaux universitaires, de vous présenter comme le recordman de la page noircie, 35 000 feuillets, dit-on, écrits et publiés ». Voir https://entretiens.ina.fr/paroles-d-historiens/Chaunu/pierre-chaunu/transcription.

3 Pierre Nora, « Présentation », in Essais d’ego-histoire, p. 7.

4 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », ibid., p. 61-107.

5 Michelle Perrot, « L’air du temps », ibid., p. 241-292.

6 François Dosse, Pierre Nora. Homo historicus, Paris, Perrin, 2011, p. 394-395.

7 Pierre Chaunu, Ce que je crois, Paris, Grasset, 1982, p. 7.

8 Ibid.

9 Pierre Chaunu, La mémoire de l’éternité, Paris, Robert Laffont, 1975.

10 Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, Danse avec l’histoire, Paris, Éditions de Fallois, 1998.

11 Jacqueline Amphoux, « Pierre Chaunu et Éric Mension-Rigau, Danse avec l’histoire », Autres temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, n° 58, 1998, p. 118-119.

12 Pierre Chaunu, « Confession d’un historien », Commentaire, n° 75 / 3, 1996, p. 631-635 est le plus court de ces textes ; les livres d’entretiens avec un tiers présentent une longueur plus importante : L’instant éclaté, entretiens avec François Dosse (Paris, Aubier, 1994), comprend 332 pages ; le dialogue avec Éric Mension-Rigau, Danse avec l’histoire, en compte 316. Il faut néanmoins être prudent dans ce domaine : la partie autobiographique ne représente qu’une part minime de plusieurs des ouvrages retenus dans la bibliographie. Ainsi, Rétrohistoire : racines et jalons, portraits et galerie (Paris, Economica, 1985) totalise certes 1 027 feuillets, mais seules les 41 premiers abordent le parcours de l’historien, au sein de ce recueil de 43 articles.

13 Pierre Chaunu, La mémoire de l’éternité, p. 17.

14 Ibid.

15 Pierre Chaunu, Ce que je crois, p. 7.

16 Pierre Nora doit relancer Georges Duby, Michelle Perrot refuse de publier son texte après l’avoir pourtant remis, etc. Voir les exemples donnés par François Dosse, Pierre Nora…, p. 393-395.

17 Pierre Chaunu, Rétrohistoire…, p. 15-41.

18 Ibid., p. 14 (chapitre introductif, intitulé « Envoi »).

19 Pierre Chaunu, Colère contre colère, Paris, Seghers, 1991.

20 Il aurait fallu explorer en détail la totalité de sa production pour y débusquer les notations autobiographiques dispersées ici et là ; cela n’a pas été possible dans le cadre restreint de cet article.

21 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté…, s’ouvre sur le propos de l’éditrice Monique Labrune, qui retrace le contexte de la rencontre des deux historiens : « C’est en 1993 que Pierre Chaunu et François Dosse se sont rencontrés », le dialogue ayant mis « face à face deux intellectuels également préoccupés par l’histoire (quoique dans des perspectives très différentes), diamétralement opposés dans leurs choix politiques, séparés par une génération » (p. 7). François Dosse entame quant à lui l’avant-propos en soulignant l’espèce d’incongruité de la rencontre : « D’aucuns, connaissant mes convictions, seront très certainement étonnés par la parution de ce livre d’entretiens avec Pierre Chaunu. Tout semblait nous opposer et cette rencontre était à la fois imprévisible et improbable » (p. 11). De fait, au terme du dialogue, les divergences demeurent ; elles laissent néanmoins place à un espace commun : « au-delà de ces divergences, il y a plus profondément ce rapport à la finitude de l’existence, cette présence intense de la mort dans la vie qui nous est commune dans notre souci de l’écriture historienne » (p. 12). Pierre Chaunu revient lui aussi sur la combinaison entre divergences fondamentales et affinités émergentes, à la fin de l’introduction (p. 22).

22 Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, Danse avec l’histoire.

23 Olivier Abel, Paul Ricœur, Jacques Ellul, Jean Carbonnier, Pierre Chaunu. Dialogues, Genève, Labor et Fides, 2012.

24 Pierre Chaunu, Le chemin des mages. Entretiens avec Gérard Kuntz, Lausanne, Presses bibliques universitaires, 1983.

25 Voir https://entretiens.ina.fr/paroles-d-historiens/Chaunu/pierre-chaunu/transcription.

26 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté…, p. 11.

27 Ibid., p. 19 : « J’ai beaucoup apprécié, beaucoup aimé votre plan et votre questionnaire. Nous allons le suivre ».

28 Pierre Chaunu, « Confession d’un historien ».

29 Pierre Chaunu, Rétrohistoire…, p. 14.

30 Le terme figure dans le premier chapitre de l’ouvrage, ibid., p. 10.

31 Pierre Chaunu, « Confession d’un historien », p. 631.

32 Ibid., p. 632.

33 Ibid., p. 631.

34 Dans l’article pour Commentaire (1996), Pierre Chaunu en établit même une liste sélective en note de bas de page (ibid., p. 631, n. 2).

35 Pierre Chaunu, Rétrohistoire…, p. 24.

36 Olivier Abel, Paul Ricœur…, p. 99.

37 Pierre Chaunu, Colère contre colère, p. 24.

38 Christian Delacroix, « Du dialogique en actes. Pierre Chaunu et François Dosse, L’instant éclaté », Espaces Temps, 57-58, 1995, France : contrôle d’identités. Lectures du « modèle républicain », p. 99.

39 Pierre Chaunu, « Confession d’un historien », p. 631.

40 Essais d’ego-histoire, Pierre Nora (dir.).

41 Voir par exemple l’ouvrage de Damien Zanone, L’autobiographie, Paris, Ellipses, 1996.

42 Voir Le récit d’enfance et ses modèles, Anne Chevalier, Carole Dornier (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2003.

43 Pierre Chaunu, Rétrohistoire…, p. 21.

44 Pierre Chaunu, Colère contre colère, p. 48.

45 Pierre Chaunu, Rétrohistoire…, p. 41.

46 Pierre Chaunu, Colère contre colère, p. 11. L’ouvrage s’ouvre sur la référence au livre d’entretiens donnés par Raoul Girardet à Pierre Assouline, Singulièrement libre, Paris, Perrin, 1990. Signalons d’ailleurs à ce propos que les historiens qui reviennent sur leur parcours se lisent souvent entre eux, tout en affirmant parfois le moindre intérêt qu’ils accordent à ce type d’écrits ; ils se placent volontiers sous les figures tutélaires des modèles de l’écriture autobiographique, à l’instar de saint Augustin – voir Pierre Chaunu lui-même, note 33 – ou Jean-Jacques Rousseau, et parfois en dépit de toute modestie !

47 Raoul Girardet, « L’ombre de la guerre », in Essais d’ego-histoire, Pierre Nora (dir.), p. 139.

48 Mona Ozouf, Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2009. Le titre dit bien cette centralité du récit d’enfance – marqué par la disparition précoce du père – dans l’ouvrage.

49 Rita Thalmann, Tout commença à Nuremberg, Paris, Berg International, 2004. Le récit de l’historienne commence dans son pays natal, l’Allemagne, que sa famille est contrainte de quitter à l’arrivée au pouvoir du régime nazi, et se termine en 1954, alors que la jeune femme s’apprête à entrer dans la fonction publique française.

50 Les Mémoires (Paris, Le Seuil, 1995-1998) de Pierre Vidal-Naquet sont marqués par la disparition des parents du jeune garçon, en 1944, et par l’attente de nouvelles sur leur sort (leurs enfants n’apprennent leur disparition dans les camps de la mort qu’en octobre 1945 et leur décès n’est inscrit au livret de famille qu’en 1948) ; le premier tome s’intitule d’ailleurs « La brisure et l’attente (1930-1955) ». Il est occupé par le récit des années d’enfance et de jeunesse, traversées par ce drame familial.

51 Elle occupe ainsi près du tiers des mémoires de Pierre Goubert : Un parcours d’historien. Souvenirs 1915-1995, Paris, Fayard, 1996, en particulier les chapitres I à VIII.

52 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté…, au moins p. 49-65.

53 C’est en particulier le cas des historiens et historiennes issus de familles juives et pour cette raison victimes des politiques antisémites. Rita Thalmann perd par exemple son père, déporté ; Annie Kriegel et sa famille échappent à la rafle du Vel d’Hiv mais doivent se réfugier dans la région grenobloise pour éviter les arrestations (voir Ce que j’ai cru comprendre, Paris, Robert Laffont, 1991) ; pour le cas de Pierre Vidal-Naquet, voir n. 50.

54 Raoul Girardet du côté des soutiens à l’Algérie française, en particulier incarnée par l’Organisation de l’armée secrète (voir Singulièrement libre, p. 159-167 par exemple) ; Pierre Vidal-Naquet et Michelle Perrot dans le camp opposé (respectivement Mémoires, t. II, au long des cinq premiers chapitres, sur les douze du volume, et « L’air du temps », p. 282-284).

55 Respectivement Colère contre colère, p. 168 ; L’instant éclaté…, p. 90 et 202 ; « Le fils de la morte », p. 91-93.

56 Respectivement Raoul Girardet, Singulièrement libre, p. 180-193 ; René Rémond, La règle et le consentement. Gouverner une société, Paris, Fayard, 1979, largement consacré à la direction de l’université de Nanterre, après mai 1968 ; Pierre Riché, C’était un autre millénaire, Paris, Tallandier, 2008, p. 165-179 ; François Crouzet, De mémoire d’historien. Chroniques d’un XXe siècle disparu, Paris, Payot & Rivages, 2012, p. 209-238 et Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, p. 704-713.

57 Pierre Nora écrit ainsi dans la conclusion de l’ouvrage : « Il se dégage de ces ego-histoires, qu’on voudrait plus nombreuses, la figure ébauchée d’une génération intermédiaire » (Essais d’ego-histoire, p. 368).

58 Pierre Chaunu, Ce que je crois, p. 75.

59 René Rémond, « Le contemporain du contemporain », in Essais d’ego-histoire, Pierre Nora (dir.), p. 295.

60 François Dosse revient sur ces points dans sa contribution « Quand Pierre Chaunu se racontait », in Pierre Chaunu historien, Jean-Pierre Bardet, Denis Crouzet, Annie Molinié-Bertrand (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2012, p. 211-222. Pierre Nora avait lui-même décrit les réticences rencontrées lorsqu’il avait sollicité différents historiens et historiennes pour une éventuelle contribution aux Essais d’ego-histoire : voir sa « Présentation », p. 6-7.

61 Pierre Chaunu, « Confession d’un historien », p. 631.

62 Entretien téléphonique avec François Dosse le 17 mars 2009.

63 Pierre Chaunu, « Confession d’un historien ». Par exemple, il y écrit : « J’ai pensé que le soir venu on peut accepter de se faire plaisir, et prendre le risque même de déplaire… » (p. 635).

64 Emmanuel Le Roy Ladurie écrit Paris-Montpellier, PC-PSU 1945-1963 (Paris, Gallimard) en 1982, à l’âge de 53 ans, âge auquel Benjamin Stora, historien de la génération suivante, fait retour sur son engagement trotskyste (Une génération d’octobre, Paris, Stock, 2003).

65 Pierre Chaunu, Rétrohistoire…, p. 10.

66 Il tient ces chroniques à partir de 1981 ; elles sont réunies dans différents volumes – et dans leur intégralité – comme par exemple Au cœur religieux de l’Histoire, Paris, Perrin, 1986.

67 On a évoqué le témoignage de François Dosse dans le cas de L’instant éclaté, et le refus de Pierre Chaunu de corriger ou de refuser des questions.

68 Pierre Chaunu, « Confession d’un historien », p. 631.

69 Pierre Chaunu, La mémoire de l’éternité, p. 18.

70 Voir Pierre Chaunu, Ce que je crois, p. 75.

71 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté…, p. 276.

72 Pierre Chaunu, Ce que je crois, p. 57-59.

73 Paris, Payot, 1921 [en allemand : 1910].

74 Voir par exemple la contribution à ce volume de Caroline Callard, « L’historien, la mort, l’amas. Quelques remarques sur La mort à Paris de Pierre Chaunu », p. 137-150.

75 Ainsi dans Rétrohistoire…, p. 19 ; « Le fils de la morte », p. 67-68, 91.

76 Paul Ricœur, Histoire et vérité, Paris, Le Seuil, 1955, p. 34.

77 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté…, p. 277.

78 Ibid., p. 278.

79 Pierre Nora « Présentation », in Essais d’ego-histoire, p. 6.

80 Chez Max Weber, par exemple, voir Le savant et le politique, Paris, Armand Colin, 1959 [en allemand : 1917-1919].

81 Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité et Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2001 et 2004 ; le sociologue y rejette cependant de manière explicite toute forme de « confessions » autres qu’impersonnelles (voir Science de la science…, p. 186).

82 Voir https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000298904&dateTexte.

83 Voir la contribution à ce volume de Bertrand Müller, « De la formation d’un concept à l’invention d’une tradition : les avatars de l’histoire sérielle », p. 205-228.

84 Sur l’évolution historiographique française, voir Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Les courants historiques en France, XIXe-XXe siècles [1999], Paris, Gallimard, 2007.

85 Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, Danse avec l’histoire, p. 72.

86 Christian Delacroix, « Du dialogique en actes… », p. 98.

87 Critique la plus courante adressée aux écrits autobiographiques. Voir Philippe Vilain, Défense de Narcisse, Paris, Grasset, 2005.

88 Pierre Chaunu, « Confession d’un historien », p. 632.

89 La vie, la mort, la foi, le temps. Mélanges offerts à Pierre Chaunu, Jean-Pierre Bardet, Madeleine Foisil (dir.), Paris, PUF, 1993.

90 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », p. 61.

91 Pierre Chaunu, Colère contre colère, p. 112.

92 Voir par exemple https://entretiens.ina.fr/paroles-d-historiens/Chaunu/pierre-chaunu/transcription, chapitre 35.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.