Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Pierre Chaunu et le monde de l’édition

Pierre Chaunu and the world of edition

p. 235-248

Résumés

Français
English

Pierre Chaunu a fortement investi le champ éditorial par la massivité et la diversité de ses publications et aussi comme directeur de collections. Cet investissement a été un élément important de sa position au sommet de la hiérarchie universitaire et de sa présence dans les débats intellectuels et politiques. Le monde de l’édition a en retour contribué à infléchir ses interventions.

Pierre Chaunu played an important part in the French publishing world through the large number, and diversity of, his publications and his role as director of collections. Such an involvement was essential for him to reach the top of the academic hierarchy as well as play a part in intellectual and political debates. On the other hand, the publishing world exerted an influence on his contributions.


Texte intégral

1Parmi les historiens qui, dans les années 1980 et 1990, se sont prêtés à l’exercice de l’ego-histoire, Pierre Chaunu occupe une sorte de position médiane entre ceux qui valorisent fortement le rôle des éditeurs dans leur parcours, comme Pierre Vidal-Naquet, François Bluche ou plus encore Georges Duby, et ceux semblant le tenir pour très secondaire, voire négligeable, comme Maurice Agulhon, René Rémond, Raoul Girardet ou même un éminent spécialiste de l’histoire du livre comme Daniel Roche1. Pierre Chaunu oscille lui entre deux types de remarques. Interrogé en 1994 par François Dosse sur l’intérêt en tant que travail historique de « l’immense entreprise des Lieux de mémoire, dirigée par Pierre Nora », il répond d’abord : « Pierre Nora connaît bien son métier d’éditeur et son entreprise est assez réussie. Il faut dire que sa collection “La bibliothèque des histoires” est une grande réussite ». Comme François Dosse insiste, Pierre Chaunu précise, sans changer de registre :

Je trouve que l’entreprise arrive à un bon moment. Nora a incontestablement senti quelque chose qu’il a contribué à mettre en valeur. J’ai toujours eu de bons rapports avec Pierre Nora qui a de l’intuition. C’est un bon accoucheur, il est à l’écoute2.

Il marque ainsi sa considération pour le travail de l’éditeur, tout en lui prêtant des qualités – l’intuition, le sens des relations, le professionnalisme – qui le rattachent à une autre sphère que celle du « créateur » intellectuel que l’historien aspire à être. Dans sa contribution antérieure aux Essais d’ego-histoire de Pierre Nora, il mettait en valeur une autre facette du rôle de l’éditeur, en rappelant comment sa propre réflexion sur les thèmes de la décadence et de la prospective l’avait conduit à créer chez Perrin et aux PUF deux collections.

2On a ainsi une forme de tension entre la retenue de ses propos sur l’édition et l’intensité extraordinaire de son activité éditoriale, par ses très nombreux livres mais aussi par son rôle de directeur de collections : « Histoires » aux PUF, fondée en 1980, « Histoire et décadence » (1981) et « Pour l’histoire » (1984), toutes deux chez Perrin, auxquelles il faudrait ajouter un rôle de premier plan dans la dynamique de la collection « Histoire » chez Economica. Cette tension amène à essayer de préciser la place des structures éditoriales dans un parcours exceptionnel d’historien et d’intellectuel.

Chaunu en tant qu’auteur

Les publications de Pierre Chaunu (1948-2006)

Image

3Le premier caractère que le graphique de ses publications de livres fait apparaître est la massivité : on peut recenser 64 titres entre 1948 et 2006. Ils ont pour la plupart été écrits par Chaunu seul, même si figurent également ici une dizaine de livres avec un co-auteur, deux ouvrages collectifs qu’il dirige seul3 et deux autres où il joue un rôle majeur4. Sont à l’inverse laissés de côté les mélanges Labrousse de 1973, dont les archives conservées aux Archives départementales du Calvados montrent qu’il a été l’initiateur et le maître d’œuvre avec François Crouzet, ainsi que les versions nouvelles de titres anciens, comme l’Histoire de l’Amérique latine de la collection « Que sais-je ? », publiée dès 1949 et largement réécrite ensuite5. Cette massivité va avec un flot continu de publications, surtout entre 1973 et 1998 où aucune année sans parution de livre n’est observable. Les sommets sont atteints en 1975, 1977, 1986 – quatre livres dans l’année – et plus encore 1978, où cinq titres sont publiés. Si on a globalement à partir de 1948, année des 25 ans de Pierre Chaunu, une moyenne d’un peu plus d’un livre par an, elle s’élève pendant la phase la plus intense à presque deux livres par an pendant vingt-six ans (1973-1998). Ce flot ne va pas sans une solide implantation dans le monde éditorial.

4Le troisième caractère de la position d’auteur de Chaunu est qu’il n’est pas un auteur de best-sellers. Sur ce point, il faut regretter des données fragmentaires. Les archives montrent néanmoins la médiocre diffusion de certains titres : L’historien en cet instant (Hachette, 1985), que l’éditeur doit pilonner en 19906, ou Lettre aux Églises (Fayard, 1977), dont l’éditeur écrit : « Il va de soi que ce titre dont les ventes étaient depuis quelque temps extrêmement faibles, va être supprimé de notre catalogue »7. À l’inverse, Le grand déclassement (Robert Laffont, 1989), en phase avec le débat sur le bicentenaire de la Révolution, est tiré à 7 000 exemplaires en février et connaît deux réimpressions de 3 000 la même année : au moins 10 000 exemplaires ont donc été vendus en quelques mois. Le cas d’Histoire et décadence (Perrin, 1981) est intéressant, car le lancement est soigné, avec un important service de presse, des annonces dans les revues et les quotidiens, ainsi qu’un passage de l’auteur à l’émission télévisée « Apostrophes » le 19 février 1982. Les chiffres sont bons : le livre, lancé le 20 novembre 1981, atteint les 5 000 exemplaires vendus fin décembre et 7 800 en avril. Il figure plusieurs semaines dans la liste des meilleures ventes, dans la catégorie « essais », au début 19828. La même année, La France : histoire de la sensibilité des Français à la France (Robert Laffont), tirée à 9 700 exemplaires, est réimprimée à 5 000 au bout de quatre mois9. L’élection de Pierre Chaunu à l’Académie des sciences morales et politiques en janvier 1982 favorise la diffusion de ses livres dans cette période faste. Il reste que les niveaux de vente atteints – au mieux 15 000 exemplaires des titres cités – interdisent de parler de best-sellers. Et les réactions des éditeurs montrent que ces réussites n’étaient pas habituelles.

5Le quatrième trait concerne la nature des publications. La distinction incluse dans le graphique entre « réflexion sur l’histoire » et « essais politiques » est certes discutable, mais elle peut s’appuyer sur deux critères : ont été inclus dans la deuxième catégorie les ouvrages faisant une place déterminante soit à une forme de défense du christianisme, soit à ce que Chaunu appelle « la politique de la vie », avant tout l’engagement pour des politiques démographiques expansives en Occident. À partir de là, il faut souligner le basculement des années 1970 : avant 1975-1978, les ouvrages universitaires l’emportent largement ; après 1978, ils deviennent très minoritaires dans un flux de livres porteurs d’interrogations sur l’histoire et la politique, où figurent de nombreux recueils d’articles.

6Ceci amène à relever la singularité du parcours éditorial de Chaunu au regard de ceux d’autres historiens majeurs de la période10. Fernand Braudel publie relativement peu de livres de son vivant. Leur diffusion est continue et croissante : selon son biographe Pierre Daix, les tirages cumulés de La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (Armand Colin, 1949) atteignent à la fin des années 1960 les 50 000 exemplaires et la diffusion totale au décès de Braudel (1985) de Civilisation matérielle, économie et capitalisme (Armand Colin, 1979) se situe entre 50 000 et 42 000 exemplaires pour chacun des trois tomes11. Mais le tirage total de La Méditerranée semble ici très surestimé : Peter Burke, qui souligne pourtant le succès de l’ouvrage, parle lui de 8 500 exemplaires vendus entre 1949 et 198512. Emmanuel Le Roy Ladurie, comme François Furet et Jacques Le Goff, sont les auteurs chacun d’un best-seller, avec respectivement Montaillou, village occitan (Gallimard, 1975, tirage de 231 000 exemplaires), Penser la Révolution française (Gallimard, 1978, 70 000) et Saint-Louis (Gallimard, 1996, 66 000)13. Reste le cas de Georges Duby, qui enchaîne les succès avec des niveaux de diffusion dépassant de son vivant – il meurt en 1996 – les 50 000 exemplaires vendus pour quatre de ses ouvrages publiés : 144 000 pour Guillaume le Maréchal (Fayard, 1984), 101 000 pour Le Moyen Âge, de Hugues Capet à Jeanne d’Arc, 987-1460 (Hachette, 1987), 98 000 pour Le chevalier, la femme et le prêtre (Hachette, 1981) et 84 000 pour Le temps des cathédrales (Gallimard, 1976)14. Aucun de ces historiens ne consacre, contrairement à Chaunu, une part très importante de ses publications à la réflexion sur l’histoire, encore moins à l’essai politique.

7Ce parcours éditorial assez singulier ne peut être compris sans interrogation sur l’usage fait par l’historien des structures éditoriales. Il semble revêtir deux aspects.

L’édition au service d’une position universitaire

8Pierre Chaunu occupe d’évidence, pendant plus de trente ans, une position éminente parmi les historiens au sein de l’institution universitaire. Professeur à la Sorbonne à partir de 1970, membre de la commission d’histoire du CNRS dès la fin des années 1950, instance qu’il préside ensuite, il est en situation de peser sur les carrières et les trajectoires intellectuelles de nombreux jeunes historiens. De ce fait, les structures éditoriales peuvent apparaître à la fois comme un point d’appui et comme la traduction de la position dominante occupée par Chaunu dans ce monde des historiens universitaires français. On en repère plusieurs traits.

9Le plus évident relève de ce que Duby appelait dans un texte autobiographique « l’engrenage » qui a suivi son élection au Collège de France, ou comment les cours et le séminaire nourrissaient les livres, selon un cheminement dont Patrick Boucheron a montré la fausse simplicité15. Dans le cas de Chaunu, un exemple est fourni par le rapport d’activité 1978-1979 de son séminaire à la Sorbonne :

[La méthode] consiste à utiliser des travaux d’étudiants élaborés et conduits au sein d’un séminaire de recherches. Menée dans le cadre du L.A. 100 elle a abouti grâce à la précieuse collaboration de Mme Annik Pardailhé-Galabrun qui a assuré, entre autres, les calculs, à l’aide de Mlle Madeleine Foisil et à la collaboration de cinquante étudiants de maîtrise qui ont conduit les dépouillements dans les dépôts du minutier et dans le fonds des estampes de la B. N. à la publication, à la fin janvier 1978 du volume annoncé. Pierre Chaunu, La mort à Paris, XVIe-XVIIe-XVIIIe siècle, Arthème Fayard, 545 pages. Cet ouvrage est le fruit des dépouillements et de la réflexion que j’ai conduite, dans mon séminaire de recherches pendant cinq ans, de 1972 à 197716.

La mobilisation de toute une équipe autour du maître permet à ce dernier de signer un nouveau livre, dont l’origine et le principe de construction sont du reste exposés au lecteur au début de l’ouvrage.

10Le deuxième aspect concerne ce que l’on pourrait appeler la reproduction du savoir académique. Pierre Chaunu a dirigé un grand nombre de thèses. Entre 1966 et 1995, 65 ont été recensées, en y incluant une thèse de 1981 d’histoire religieuse avec André Latreille et Xavier de Montclos17. Sur cet ensemble, 28 (soit 43 %) donnent lieu à publication, 37 autres restant non publiées. Les supports éditoriaux de ces thèses sont variés. Trois éditeurs universitaires à proprement parler sont impliqués, toujours pour des thèses d’État, celles de Hugues Neveux (Éditions de l’EHESS / Mouton, 1980), Jean-Pierre Bardet (SEDES, 1983) et de Jacques Solé (Presses universitaires de Saint-Étienne en 1997 seulement). S’y ajoutent deux éditeurs régionaux et cinq maisons d’édition ou collections spécialisées dans les domaines de la religion, des études militaires, ou de l’économie du développement. Dans ces dix cas, l’adaptation de la thèse au support éditorial semble naturelle et l’implication de Chaunu plus limitée. Elle est en tout cas peu visible.

11La situation est différente pour les dix-huit restantes. Cinq sont éditées à l’étranger : deux en Allemagne et trois en Espagne, soit en français soit dans la langue concernée. Ces possibilités de publications sont liées aux spécialisations reconnues de Chaunu que sont l’espace ibérique et les réformes protestantes. Des relations universitaires, renforcées par le protestantisme dans le cas allemand, en sont inséparables. La thèse de Christian Hermann est ainsi publiée à Madrid en 1988 sous le titre L’Église d’Espagne sous le patronage royal par la Casa de Velázquez, au conseil d’administration de laquelle siège Pierre Chaunu. Il faudrait sans doute ajouter à ces thèses publiées en Espagne celles de Bernard Grunberg sur l’univers des conquistadores et d’Éric Roulet sur Mariano Veitia, toutes deux soutenues en 1992. Elles paraissent respectivement en 1993 et en 2000 chez L’Harmattan dans la collection « Recherches et documents Amériques latines ». On est là au cœur du domaine de spécialité de Pierre Chaunu. Cinq autres trouvent place dans les collections dirigées ou impulsées par ce dernier. Mais cette possibilité est limitée, comme le relève un courrier adressé à Chaunu par François-Xavier Vivié, directeur littéraire de Perrin, en octobre 1987 :

C’est à propos de vos collections que je vous écris afin que les choses soient claires.
1°) – POUR L’HISTOIRE : Vous connaissez mes réticences à l’égard des sujets de thèse trop spéciaux, traités dans des livres trop épais et non préparés par l’auteur pour l’édition courante. Ils impliquent en effet des tirages trop restreints, d’où des prix de vente prohibitifs. En revanche, la collection n’est pas éteinte dans mon esprit et je me réjouirais – en attendant l’Histoire de l’Ecriture de Martin – si vous continuiez de nous proposer des auteurs et des sujets qui ne soient pas trop “pointus”18.

Ce type d’échange traduit l’écart entre la logique proprement universitaire, qui valorise très fortement la thèse, thèse le plus souvent fort volumineuse en histoire, et les exigences d’un débouché économique portées ici par l’éditeur. Pour les cinq autres thèses d’élèves de Chaunu, éditées ni chez Perrin, ni aux PUF, ni chez Economica, le maître n’est pas resté passif. En vue de la publication de la thèse de Raymond Sala sur « La mort dans le Haut-Vallespir », soutenue en 1989, Chaunu échange plusieurs lettres avec Jean Bécat, directeur du Centre de recherches des études catalanes de l’université de Perpignan, au printemps 1990. Il lui écrit notamment :

Voici enfin le devis que je vous avais annoncé en vue de la publication souhaitée du très beau livre de notre collègue Raymond Sala, “La mort dans le Haut-Vallespir”. Pour que nous puissions aboutir rapidement, il faudrait qu’Economica pût disposer d’une fraction importante du concours indiqué comme indispensable. Je pense qu’avec une somme oscillant entre 60 et 70 000 F. la chose serait possible. Le Centre des Études Catalanes co-éditeur pourrait disposer d’une partie proportionnelle du stock pour diffusion dans le cadre local19.

L’enjeu des échanges est donc d’obtenir une aide financière permettant l’édition de la thèse chez Economica. Chaunu prend l’affaire en main, jusque dans des aspects matériels sans doute rendus familiers par son expérience de directeur de collections et d’auteur prolixe. La thèse paraît en 1991 dans la collection « Histoire », en co-édition avec le Centre de recherches et d’études catalanes sous le titre : Le visage de la mort dans les Pyrénées catalanes : sensibilités et mentalités religieuses en Haut-Vallespir, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

12La thèse de Denis Crouzet a été soutenue la même année que celle de Raymond Sala. Enthousiasmé par ce travail, Pierre Chaunu s’attache à lui trouver un éditeur. Il sollicite notamment trois universitaires étrangers : K. Glamann de l’université de Copenhague, Jacques Freymond de l’université de Genève et Nancy Roelker de celle du Rhode Island. Il écrit à cette dernière :

Je viens de connaître la plus grande joie professionnelle de ma longue carrière. La Violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610) de Denis Crouzet, (texte bref de 5 millions de signes, je dis bien bref et concis) constitue l’événement universitaire et historiographique le plus important survenu en France depuis au moins deux décennies20.

L’allusion à la taille du texte, qui couvre plus de 1 700 pages, éclaire le problème de l’édition : Economica, chez qui Chaunu voudrait voir paraître le livre, ne peut l’envisager qu’avec le fort appui d’une fondation étrangère. Les démarches entreprises dans cette direction n’aboutirent pas. Mais dès 1990 Les guerriers de Dieu : la violence au temps des troubles de religion, vers 1525-vers 1610 paraissent aux éditions Champ Vallon, en deux volumes de 792 et 737 pages, avec une préface de Pierre Chaunu.

13Dans le cas de la thèse de Michèle Escamilla sur l’inquisition espagnole, les choses vont encore plus vite. Chaunu profite du fait d’avoir été sollicité fin octobre 1990 par Daniel Tollet, directeur de la collection « Faits et représentations » des Éditions Berg International21. L’historien rédige une préface pour le livre de Béatrice Leroy, L’expulsion des Juifs d’Espagne, publié cette même année. Il demande en retour à l’éditeur d’accepter le texte de la thèse de son élève dans la même collection, ce avant même la soutenance. Daniel Tollet écrit en décembre 1990 à Michèle Escamilla une lettre qu’elle transmet à Chaunu :

Monsieur le Professeur Pierre CHAUNU m’a fait savoir que vous cherchez un éditeur pour votre thèse de doctorat sur l’inquisition espagnole. La collection “Faits et représentations” où nous venons de publier l’ouvrage de B. LEROY : “L’expulsion des Juifs d’Espagne” […] serait fière de pouvoir publier vos travaux. Je me tiens donc à votre disposition pour en discuter22.

La thèse soutenue en 1991 peut ainsi être publiée en 1992 sous le titre : Crimes et châtiments dans l’Espagne inquisitoriale.

14L’investissement très fort de Pierre Chaunu, la mobilisation de ses réseaux dans le monde éditorial contribuent à un résultat remarquable. Près de la moitié des nombreuses thèses qu’il a dirigées sont éditées, alors que la proportion de thèses d’histoire éditées après soutenance est certes en progression entre les années 1970 et les années 1990 mais reste à un niveau très inférieur : elle passe de 14,3 % en 1974 à 21,1 % en 199923. Il faut toutefois noter que l’implantation de Pierre Chaunu dans les structures d’édition n’est pas le seul facteur de cet écart à la moyenne : sa position proprement universitaire, la reconnaissance de ses travaux attirent à lui des doctorants de très haut niveau et il est en situation de choisir entre eux.

15Il reste à évoquer une autre dimension du rôle de l’universitaire dans l’édition : celui de l’expert. Les papiers de Pierre Chaunu en fournissent des exemples. En juillet 1990, lorsque Marie-Thérèse de Martel, qui prépare une publication du catalogue des actes de François II, reçoit du chef de fabrication des Éditions du CNRS des photocopies de pages déjà réalisées et une lettre lui demandant ses observations pour poursuivre la composition, elle adresse le tout à Pierre Chaunu. Elle y ajoute un petit dossier intitulé « Exposé des sources et abréviations », les tapuscrits de l’avant-propos et de la table des matières, et des textes de quatrième de couverture. Elle sollicite son expertise :

J’ai reçu hier un nouvel exemplaire d’essai de composition. Il s’agit d’une disposition différente, car elle concerne la première partie des actes incomplètement ou approximativement datés. Je m’empresse de vous envoyer une photocopie du jeu. […] J’aimerais évidemment avoir votre opinion. Je vous ai envoyé mes deux versions des “quatrièmes de couvertures”. J’espère que vous les aurez bien reçues et que vous voudrez bien me faire savoir, là encore, si cela va ou non24.

16Tous ces éléments établissent l’importance du système éditorial pour le volet universitaire de l’activité de Pierre Chaunu. Mais ses interventions sont aussi, ses livres le montrent, celles d’un intellectuel impliqué dans les grands débats sociétaux et politiques. En ce domaine également, le système éditorial revêt pour lui de l’importance. Et il est intéressant de saisir comment ce système peut interagir avec les prises de position de l’historien.

Édition et affirmation d’une sensibilité intellectuelle

17La dimension plus politique – au sens plus étymologique du terme – de l’œuvre de l’historien s’affirme dans les années 1970. La triple publication de 1975 – De l’histoire à la prospective et La mémoire de l’éternité chez Robert Laffont, Le refus de la vie chez Calmann-Lévy – marque le tournant de son implication dans le débat public autour des questions de la famille et de l’avortement. Du point de vue de l’édition, elle se traduit par la publication accélérée de livres mais aussi par l’implication plus forte de Chaunu dans les structures éditoriales. Entre 1980 et 1984, il fonde trois collections : « Histoires » aux PUF en 1980, « Histoire et décadence » (1981) et « Pour l’histoire » (1984) chez Perrin. Toutes sont fortement personnalisées : elles débutent par un ouvrage de Chaunu, qui porte le nom de la collection dans les deux derniers cas. Dans le cas de « Histoires », la préface de Chaunu est systématique. Et cette pratique est pour Michel Prigent, qui dirige les PUF, une règle. Encore en 1997, il écrit à Philippe Bernard :

Pour éviter tout risque de malentendu, je crois utile de vous préciser que nous ne pourrions pas confirmer notre accord sur la publication de ce titre si vous refusiez la préface de Monsieur CHAUNU25.

L’auteur est visiblement affecté par ce rappel à l’ordre :

Je connais le professeur Chaunu de longue date, et j’ai pour lui la plus haute estime. Les commentaires qui vous ont été rapportés proviennent de ce que je ne savais pas au début de janvier que le texte de présentation dont il m’avait parlé devait constituer une préface ; que je n’ai noté que quelques jours plus tard que l’usage était tel dans la collection dans laquelle j’ai l’honneur d’être accepté ; et que je n’avais pas encore lu le texte de cette préface auquel je n’ai rien à objecter et qui, comme tout ce qui vient de la plume de M. Chaunu, est des plus vigoureux et intéressants26.

Philippe Bernard envoie une copie de cette réponse à Pierre Chaunu et l’assure de nouveau de son dévouement. L’échange montre bien l’autorité, au plein sens du mot, du directeur d’une collection qui est pour lui un outil d’expression et d’intervention dans le débat public.

18Les trois collections dirigées par Chaunu déclinent de manière complémentaire un même projet intellectuel. Il s’agit de permettre aux historiens universitaires de contribuer à la réflexion d’ensemble, en assumant « la mission de décloisonnement de tant de savoirs utiles » dans le cas de « Histoires », en fournissant « l’ingrédient indispensable d’une prédiction valable » dans les deux autres collections. Le projet porte donc à la fois sur des objectifs, en termes de redressement d’une évolution jugée inquiétante, et sur l’attribution d’un rôle, d’une place de l’historien « scientifique ».

19Il est intéressant de relever que ce projet émane en partie du monde de l’édition. Dans les propos confiés à la presse spécialisée, Chaunu laisse entendre que l’idée de ses deux collections d’histoire chez Perrin venait d’Hélène Bourgeois, alors directrice de la maison d’édition. Il aurait répondu avec enthousiasme à ses sollicitations :

Le projet ne pouvait que me séduire – répond en écho Pierre Chaunu. Cette maison représente pour moi la fidélité à l’histoire dans son absolue diversité. Une diversité synonyme de richesse, de largeur de vues. Je fais bien sûr partie de l’École des Annales, mais le public ignore peut-être que nos recherches vont aussi dans le sens de la redécouverte de la valeur de l’histoire racontée. Quand nous proposons de ne pas nous en tenir au récit pur, de le dépasser, notre pensée n’est pas de l’exclure. Dans la collection “Histoire et décadence”, créée en 1981, dont j’ai moi-même signé le premier ouvrage pour en donner le ton, je souhaite réunir des essais historiques ou littéraires traitant de la décadence à toutes les époques […]. Avec “Pour l’histoire” que nous lançons en ce moment, mon projet est similaire : publier de jeunes auteurs ou des auteurs confirmés mais avant tout ouvrir des débats. L’histoire est une matière vivante en constante évolution27.

20Dans le cas de « Histoires », le rôle de Michel Prigent aux PUF est à relever. Il y a chez lui une dimension d’engagement qui le rapproche de Chaunu. En 1979, il est président des Cercles universitaires, créés en 1977, qui définissent ainsi l’esprit de leur action, « celui d’une libre discussion avec un pouvoir dont nous approuvons les grandes orientations mais dont nous ne sommes pas des agents »28. Chaunu semble adhérent du Cercle de Caen. En mars 1979, alors que lui et Prigent échangent sur le colloque « Les intellectuels et la démocratie » organisé en mai par les Cercles universitaires, où Chaunu doit parler sur le thème « Familles et communautés, fondements historiques de la démocratie », le directeur des PUF écrit :

Dans le prolongement de notre récent entretien, je vous confirme que je serais très heureux de pouvoir vous rencontrer afin de faire le point sur l’orientation de nos collections historiques et de vous soumettre un certain nombre de projets qui nous tiennent à cœur29.

On a donc une vraisemblable coopération entre l’historien et l’éditeur pour concevoir une nouvelle collection dont la dimension politique est affirmée.

21Ces remarques permettent de souligner que le système éditorial n’est pas un instrument passif entre les mains d’un intellectuel comme Chaunu. Il le sollicite fréquemment et peut venir constituer un élément d’infléchissement de son discours. Deux exemples tendraient à le montrer.

22Le premier concerne un sujet intéressant dans la trajectoire éditoriale de Chaunu, l’histoire de France. Il a été en effet le premier des héritiers des Annales à s’y lancer en 1982, si on laisse de côté l’ouvrage collectif dirigé par Duby dès 1970 chez Larousse. De multiples éléments intellectuels ont pu favoriser ce choix d’objet historique. Mais on peut aussi repérer des incitations éditoriales, intéressantes dans la mesure où Chaunu n’écrit pas, en apparence, de livres sur commande mais seulement des textes courts. En 1970, il reçoit une proposition de Paul Viallaneix, de Clermont, autour du projet de réédition des œuvres complètes de Michelet. Il suggère à Chaunu d’écrire un texte :

Il s’agirait moins, bien entendu, de critiquer minutieusement l’interprétation et les thèses de l’Histoire de France (en ce qui concerne “votre” siècle) que d’apprécier, en la comparant à votre interprétation et en la situant peut-être dans le contexte de la culture romantique et du républicanisme, la vision de Michelet. S’est-elle évanouie, après un siècle, ou s’est-elle métamorphosée ? L’Histoire de France, en entrant à son tour dans l’histoire, s’y est-elle abîmée tout entière30 ?

On a là une approche qui correspond assez bien à un axe de celle de Chaunu, tel que l’exprime le sous-titre : « Histoire de la sensibilité des Français à la France ». Plus proche et plus déconcertante est la demande faite en 1980 par Jean-Claude Lamy pour le compte de la sélection du Reader’s Digest. Il s’agit d’une préface à 2000 ans de vie quotidienne en France. Chaunu rédige cette préface qu’il conclut sur les raisons d’espérer :

Puisque nous sommes la plus vieille nation d’Europe, fédérer l’Europe des nations, retrouver le chemin du courage tranquille qui nous vient de nos ancêtres, chasseurs et guerriers, avec les moyens que l’intelligence technicienne met à portée de notre main, pour autant que nous le voulions. Inventer une politique dans la ligne de celle qui nous ressuscite au lendemain de la deuxième guerre mondiale, retrouver le sens à la source judéo-chrétienne ou dans quelques transpositions laïques, développer les points d’excellence qui porteront la vocation à l’universel de notre langue… et retrouver la fierté d’être ce que nous sommes, au service de la communauté des hommes, dans l’espérance même contre toute espérance et l’attente de l’éternité31.

Dans la forme comme dans les thématiques évoquées, on a des jalons vers le livre qui est publié quelques mois plus tard. Qu’on les retrouve dans un segment du monde éditorial aussi éloigné de la Sorbonne n’est pas inintéressant à relever.

23Le dernier exemple concerne les traductions en allemand des ouvrages de Chaunu. Les échanges avec son traducteur, Hermann Kusterer, ont une forte dimension personnelle qui passe notamment par leur protestantisme évangélique. « Quelle force créatrice – c’est surhumain. Vraiment, le Saint Esprit vous a choisi pour une de ses voix »32, écrit ainsi le traducteur en août 1982. Hermann Kusterer fait un véritable travail d’éditeur. Il traduit des ouvrages qu’il admire pour les proposer à des éditeurs allemands. Ainsi, en janvier 1983, il écrit :

Jamais je ne vous dirai assez mon émotion ravivée et combien plus profonde encore à la traduction qu’à la lecture de Ce que je crois. Je viens de terminer le brouillon du chapitre “le travail”. J’irai à la recherche d’un éditeur seulement quand je disposerai de la traduction entière. En effet, ce n’est qu’alors que l’on peut valablement les approcher (à mon sens). Mais il est peut-être bon que vous le sachiez. Parallèlement, je retravaille un peu Histoire et Imagination dont je n’ai pas encore désespéré de pouvoir le placer33.

Pour favoriser les publications en allemand, il condense certaines parties des ouvrages concernés, avec l’aval de Pierre Chaunu auquel les modifications sont soumises :

Sous pli séparé, vous recevrez un exemplaire d’Histoire et imagination un peu condensé. J’ai surtout regroupé en une introduction les trois premiers chapitres, la raison étant que j’ai supprimé tout ce qui a trait à la Collection pour en faire un livre “indépendant”. Mais, comme, en coupant un peu par-ci, par-là, au risque toujours de rompre le fil, j’ai essayé – en réordonnant un peu – de garder la suite des idées, n’utilisant que vos propres paroles34.

Dans le même temps, Hermann Kusterer s’adresse aux éditeurs français de Chaunu pour leur signaler ses initiatives en direction de leurs confrères allemands et annoncer la disponibilité de ses traductions. En mai 1982, il expédie à Hélène Bourgeois, directrice de Perrin, une traduction allemande de l’avant-propos d’Histoire et décadence, paru l’année précédente, et mentionne les six éditeurs allemands auxquels il l’a fait parvenir35. Le mois suivant, il annonce aux éditions France-Empire qu’il a achevé la traduction d’Histoire et foi, et en a envoyé de larges extraits à sept maisons d’édition allemandes dont il donne la liste, extraits accompagnés d’une lettre dont il fournit la copie à l’éditeur français. Il explique cette démarche par son désir de promouvoir la pensée de Pierre Chaunu, laissant au second plan ses propres intérêts financiers.

24Au début des années 1980, les efforts d’Hermann Kusterer pour faire connaître la pensée de Pierre Chaunu le font entrer en contact avec une fondation suisse préoccupée de questions éthiques, la Stiftung für Abendländische Besinnung. Son président, le Docteur Hans Jenny, écrit alors à Chaunu afin de lui dire son intérêt pour Un futur sans avenir qui a été traduit en allemand et publié à Stuttgart par Seewald :

J’ai remis votre livre à quelques amis, entre autres à Monsieur le Professeur Werner Kägi, qui se trouve à la tête d’un comité d’initiative désirant introduire dans notre constitution un “Droit de vivre”, afin d’empêcher en premier lieu la légalisation des avortements et l’euthanasie active.

Il ajoute :

Depuis longtemps déjà, je suis en contact avec votre traducteur, Monsieur Hermann Kusterer ; aussi je serais très honoré de pouvoir correspondre également avec vous-même36.

Il envoie en même temps la lettre circulaire de la fondation qui fait l’éloge du livre. Chaunu lui dit sa joie et sa reconnaissance :

Je n’ai jamais eu une critique et une présentation aussi généreuses que celles que vous avez données dans votre lettre circulaire n° 62. Je me réjouis, à titre personnel et également pour mon ami Hermann Küsterer. Je suis infiniment reconnaissant à Hermann Küsterer de tout ce qu’il fait pour faire connaître mon œuvre en allemand ; il y a consacré énormément de temps, ses suggestions me sont infiniment précieuses et mes livres sont enrichis par son travail qui est beaucoup plus et bien mieux qu’un travail de traducteur. Je suis très heureux que son effort généreux soit enfin reconnu37.

L’importance donnée au traducteur, qui enrichit les livres de l’historien, ne vient sans doute pas seulement de la courtoisie et de la générosité de Chaunu, peu avare de compliments dans ses lettres comme dans ses interventions dans la presse. Elle peut aussi renvoyer à la prise en compte des réflexions induites par les échanges autour du texte à traduire, qui sont réinvesties dans les travaux qui suivent. Bien entendu, le poids exact de ces échanges intellectuels dans l’élaboration de l’œuvre de l’historien est difficile à mesurer. Ils sont de l’ordre du diffus, avec vraisemblablement des effets différés, des résurgences, dans un mode de circulation non linéaire des représentations, rendant des catégories traditionnelles d’analyse comme l’influence ou l’emprunt particulièrement inadaptées ici. Pour autant, on ne peut ignorer l’existence de tels échanges. Ils participent des effets indirects des structures éditoriales non seulement sur la circulation du propos historien savant mais aussi sur son élaboration.

 

25Le système éditorial joue ainsi un rôle incontestable dans la trajectoire exceptionnelle de l’historien Pierre Chaunu. Auteur de plus de soixante livres, directeur ou inspirateur de quatre collections éditoriales chez Perrin, Economica et aux PUF, Chaunu est fortement présent, malgré l’absence de best-seller dans le flux continu de ses publications.

26L’édition est d’abord pour Chaunu un point d’appui important de sa position au sommet de la hiérarchie universitaire et il ne néglige en cette matière aucune des opportunités offertes, qu’il s’agisse de la valorisation de son activité de chercheur ou de l’impulsion donnée à la carrière de ses nombreux élèves. Plus encore, l’édition lui permet à partir de la fin des années 1970 de construire une position d’intellectuel impliqué dans les grands débats de la fin du XXe siècle. Il y intervient surtout contre l’avortement et les politiques démographiques restrictives, et dans la défense des valeurs d’un christianisme traditionnel, s’exprimant avec une intensité particulière autour de certains événements, comme la loi Veil de 1975 ou la commémoration de la Révolution en 1989.

27L’édition n’est pas pour Chaunu un simple instrument. Elle est une structure vivante, dont il intègre en partie les logiques, prend en compte les sollicitations, les contraintes et les opportunités. Les relations sont donc complexes, avec d’intéressants phénomènes d’interaction. De ce point de vue, Pierre Chaunu partage une expérience commune, même si elle a des modalités singulières, avec d’autres historiens universitaires fortement impliqués dans le monde de l’édition du second XXe siècle comme Emmanuel Le Roy Ladurie ou Georges Duby.

Notes de bas de page

1 Sur ces positionnements, je renvoie à mon article « Quand l’historien parle de son éditeur : la place de l’édition dans les récits autobiographiques d’historiens contemporains », Les cahiers du CRHQ [en ligne], n° 3, 2012, p. 81-98.

2 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté : entretiens, Paris, Aubier, 1994, p. 319-320.

3 L’aventure de la Réforme. Le monde de Jean Calvin, Pierre Chaunu (dir.), Paris, Hermé – Desclée de Brouwer, 1986 et Les enjeux de la paix. Nous et les autres, XVIIIe-XXIe siècle, Pierre Chaunu (dir.), Paris – Caen, PUF – Mémorial Caen-Normandie, 1995.

4 Histoire économique et sociale du monde, Pierre Léon (dir.), t. I : L’ouverture du monde : XIVe-XVIe siècles, Bartolomé Bennassar et Pierre Chaunu (dir.), Paris, Armand Colin, 1977 et Histoire économique et sociale de la France, t. I : De 1450 à 1660, premier volume : L’État et la ville, Pierre Chaunu et Richard Gascon (dir.), Paris, PUF, 1977.

5 La correspondance relative aux mélanges Labrousse figure dans le carton 68J449 des Archives départementales du Calvados (désormais AD14), sous-chemise « Correspondance à propos des Mélanges -1972 sq ».

6 Lettre d’Olivier Degos à P. Chaunu, 6 novembre 1990. AD14, 68J409, Dossier « Courrier 1990 / 2000 – Varia. Articles disséminés. Lettres. Rapports ».

7 Lettre de Jean Nithard à P. Chaunu, 19 février 1986. AD14, 68J425, chemise « Courrier 1986 de janvier, fév, mars ».

8 Lettres d’Hélène Bourgeois à P. Chaunu des 20 janvier et 20 avril 1982, ainsi que le dossier de presse constitué par l’auteur. AD14, 68J550, chemise « Histoire et décadence – Presse I – 1982 ».

9 Lettre de Claude Jean à P. Chaunu, 2 juin 1982. AD14, 68J550, chemise « La France – juin 1982 ».

10 Majeurs en termes de reconnaissance et d’audience : il ne s’agit pas d’un jugement de valeur, évidemment.

11 Pierre Daix, Fernand Braudel, Paris, Flammarion, 1995, p. 379, n. 1 et p. 382, n. 1.

12 Peter Burke, The French Historical Revolution. The Annales School 1929-1989, Stanford, Stanford University Press, 1990, p. 92.

13 Ces chiffres, arrondis ici, sont donnés par Philippe Carrard et couvrent la période allant de la parution du livre à l’été 2012. Voir Philippe Carrard, Le passé mis en texte. Poétique de l’historiographie française contemporaine, Paris, Armand Colin, 2013, p. 169-172.

14 Sont ici laissés de côté les grands ouvrages collectifs dirigés par Duby, du type Histoire de la France (Larousse), Histoire de la France rurale (Éditions du Seuil), Histoire des femmes (Plon), etc., dont le niveau de diffusion est très élevé. Les chiffres proviennent de relevés dans le fonds Duby de l’IMEC. Philippe Carrard donne des chiffres supérieurs pour Le temps des cathédrales, mais la période de diffusion considérée est plus longue.

15 Patrick Boucheron, « Du cours au livre : l’“engrenage” du Collège de France », in Georges Duby, portrait de l’historien en ses archives, Patrick Boucheron, Jacques Dalarun (dir.), Paris, Gallimard, 2015, p. 219-245.

16 Extrait du Rapport scientifique dactylographié du laboratoire associé LA 040100, année 1978-1979, séminaire de Pierre Chaunu. AD14, 68J364 / Partie 1, chemise « CNRS 77-81 ».

17 Il s’agit de la thèse d’État de Jacques Solé : « Au temps de l’Édit de Nantes : le débat entre protestants et catholiques français de 1598 à 1685 », Université Lyon 2, 1981.

18 Lettre de François-Xavier Vivié à Pierre Chaunu, 23 octobre 1987. AD14, 68J425, chemise « Courrier octobre 87 ». La lettre fait allusion au livre d’Henri-Jean Martin, Histoire et pouvoir de l’écrit, publié par Perrin en 1988.

19 Lettre de Pierre Chaunu à Jean Bécat, 30 mai 1990. AD14, 68J464, chemise « Correspondance Édition d’avril à octobre 1990 », sous-chemise « Contrat pour l’édition de la thèse de Raymond Sala ».

20 Lettre de Pierre Chaunu à Nancy Roelker, 10 janvier 1989. AD14, 68J425, chemise « Fonds Pierre Chaunu – janvier 89 ».

21 Lettre de Daniel Tollet à Pierre Chaunu, 24 octobre 1990. AD14, 68J360, chemise « 1990-janv.1991 carton W ».

22 Lettre de Daniel Tollet à Michèle Escamilla, 11 décembre 1990. AD14, 68J409, dossier « Courrier 1990-2000 – Varia. Articles disséminés. Lettres. Rapports ».

23 Bruno Auerbach, « Publish and perish. La définition légitime des sciences sociales au prisme du débat sur la crise de l’édition SHS », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 164, 4 / 2006, p. 75-92, chiffres p. 83.

24 Lettre de Marie-Thérèse de Martel à Pierre Chaunu, 12 juillet 1990. AD14, 68J464, chemise « Correspondance Édition d’avril à octobre 1990 », sous-chemise « Pour le catalogue de François II ».

25 Lettre de Michel Prigent à Philippe J. Bernard, 24 février 1997. AD14, 68J390 / 1, chemise « Courrier Varia Janv-juillet 1997 ».

26 Lettre de Philippe J. Bernard à Michel Prigent, 1er mars 1997. AD14, 68J390 / 1, chemise « Courrier Varia Janv-juillet 1997 ».

27 Danièle Neumann, « L’histoire sérieuse et vivante à la Librairie académique Perrin », Livres-Hebdo, 6 février 1984, p. 76-77. Une photocopie de l’article figure dans AD14, 68J550, chemise « Pierre Chaunu – Pour l’Histoire ».

28 Lettre circulaire du « Cercle universitaire de Caen », 12 mars 1979. AD14, 68J364 / 1, chemise « Rencontres, colloques et congrès 1979-1982 ».

29 Lettre de Michel Prigent à Pierre Chaunu, 2 mars 1979. Même source.

30 Lettre de Paul Viallaneix à Pierre Chaunu, 17 février 1970. AD14, 68J465, dossier « 1970 – Projet : réédition des œuvres complètes de Michelet ».

31 Tapuscrit de Pierre Chaunu. AD14, 68J361, dossier « 2000 ans de vie quotidienne en France – J.C. Lamy Sélection du Reader’s Digest – 13 / 01 / 1980 ».

32 Lettre d’Hermann Kusterer à Pierre Chaunu, 7 août 1982. AD14, 68J364 – Partie 1, Chemise « Editeur 77-83 », Sous-chemise « Edition 1982 – Hermann Kusterer ».

33 Lettre d’Hermann Kusterer à Pierre Chaunu, 16 janvier 1983. Même source.

34 Lettre d’Hermann Kusterer à Pierre Chaunu, 29 mars 1983. Même source.

35 La lettre à Hélène Bourgeois accompagne celle d’Hermann Kusterer à Pierre Chaunu du 22 mai 1982. AD14, 68J550, Chemise « Pierre Chaunu – Juin 82 – Histoire et décadence – Éditions Perrin III »

36 Lettre dactylographiée signée du Dr Hans Jenny à Pierre Chaunu, 8 octobre 1982. AD14, 68J364 – Partie 1, Chemise « Éditeur 77-83 », Sous-chemise « Édition 1982 – Hermann Kusterer ».

37 Lettre dactylographiée non signée de Pierre Chaunu au Dr Hans Jenny, 12 octobre 1982. AD14, 68J364 – Partie 1, Chemise « Éditeur 77-83 », Sous-chemise « Édition 1982 – Hermann Kusterer ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.