Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

De la formation d’un concept à l’invention d’une tradition : les avatars de l’histoire sérielle

From the formation of a concept to the invention of a tradition: the avatars of serial history

Résumés

Français
English

L’histoire sérielle a été une notion et une proposition centrale en histoire et dans les sciences sociales dans les années 1960. Portée par Pierre Chaunu qui avait l’ambition d’en faire le programme rénovateur et fédérateur de la discipline, l’histoire sérielle n’est pas parvenue à s’imposer et a disparu des méthodes et du vocabulaire des historiens à partir des années 1970. Cette étude se propose d’examiner, à partir d’analyses lexicométriques et en s’inspirant de l’histoire sociale des concepts, comment Pierre Chaunu a tenté, en vain, d’imposer l’histoire sérielle comme une démarche scientifique puis l’a transformée et inscrite dans l’histoire de la discipline comme une tradition inventée..

Serial history was a key concept in history and in the social sciences in the 1960s. Put forward by Pierre Chaunu as a renovating and federating programme, serial history failed to impose itself and progressively disappeared from the methods and vocabulary of historians as from the 1970s. This study based on lexicometric analyses and inspired by the social history of concepts, aims to examine how Pierre Chaunu vainly tried to impose serial history as a scientific approach and then transformed it and made it into an invented tradition of the discipline.


Texte intégral

1Pourquoi revenir aujourd’hui sur la question de l’histoire sérielle ? La cause semble entendue de longue date. Promue en particulier par Pierre Chaunu pour redéfinir les champs de la recherche à partir des années 1960, l’histoire sérielle a aujourd’hui à peu près complètement disparu du vocabulaire des historiens1. Quelques notices dans les dictionnaires historiographiques lui accordent encore un peu de crédit ; elle fait désormais partie des outillages relégués au musée des techniques historiennes.

2Faut-il réécrire une ixième version de la relégation de l’histoire sérielle qui a accompagné la relégation des techniques quantitatives depuis une trentaine d’années qui se sont manifestées d’ailleurs de manière très paradoxale, au moment où les technologies informatiques prenaient le relais des lourdes infrastructures des années 1960-1970 et semblaient ainsi offrir aux historiens des techniques plus accessibles à leur mesure ? Ou à leur démesure, si l’on songe au travail de Pierre Chaunu secondé par sa femme Huguette mais aussi avec le soutien de Jacques Bertin à la Sixième section des hautes études pour reconstituer les séries du commerce transatlantique qui ont fait l’objet de la thèse la plus volumineuse de l’histoire de la discipline. Était-ce vanité méthodologique et positiviste que de consacrer autant d’efforts à la construction de ces séries pour ensuite pratiquement les abandonner au musée des évidences ? Chaunu le confesse lui-même : « Elles marquent, aujourd’hui, une étape utile et heureusement dépassée. Je pense qu’elles n’ont plus guère d’intérêt que pour l’histoire de l’histoire quantitative »2.

3En m’inspirant très librement des propos de Reinhart Koselleck3, qui a proposé une méthode d’analyse des concepts qui ne se situe pas uniquement sur le plan du vocabulaire et de ses variations mais aussi sur les tensions entre les concepts et les réalités sociales, je souhaite revenir sur le concept d’histoire sérielle, en examinant les modalités par lesquelles Chaunu a tenté d’en faire précisément autre chose qu’une formule, en y investissant également une ambition historiographique et philosophique. En d’autres termes, je voudrais interroger le parcours qui a conduit de la création d’un néologisme à l’invention d’une tradition. Koselleck propose une démarche inspirée de la philosophie, mais il considère également qu’une élucidation historique des concepts ne se limite pas à l’histoire des mots, à l’histoire de la langue, cherchant à intégrer aussi des données sociales de l’époque. Je ne suivrai pas Koselleck dans ses démarches onomasiologiques ou sémasiologiques, ma démarche sera plus tâtonnante et plus expérimentale, recourant à des méthodes que Pierre Chaunu n’aurait peut-être pas dédaignées ; ces méthodes seront graphiques et lexicométriques, donc d’une certaine manière sérielles.

Du registre à la série. L’invention d’un néologisme

4Repérer aujourd’hui dans la littérature scientifique, grâce aux moteurs de recherche puissants qui parcourent des bases de données considérables, l’émergence d’une occurrence n’est pas encore une opération simple et précise. Persée donne la première référence en 19604 pour le compte rendu dans les Annales de Normandie de la thèse de Pierre Goubert sur le Beauvaisis, dans lequel Chaunu ne fait qu’évoquer l’« utilisation sérielle des documents » et la possibilité d’une histoire sérielle des prix5. En l’absence d’algorithmes puissants et précis susceptibles de retracer la chronologie d’un concept dans la littérature spécialisée proposant des résultats sous une autre forme que d’utiles mais fastidieuses listes bibliographiques (Gallica, Persée, Cairn, Isidore), il faut se rabattre sur les outils commerciaux du Web. Google propose un instrument qui permet de repérer l’apparition et le développement de notions, de noms, d’événements en moissonnant l’immensité des données du Web. L’outil, qui demeure une véritable boîte noire6, n’est sans doute guère fiable au-delà d’une simple valeur indicative, mais il confirme bien l’apparition de l’expression dans les années 1950. Cela me paraît suffisant.

Fig. 1 – Analyse de fréquences des occurrences « histoire sérielle », « histoire quantitative » et « Pierre Chaunu » sur GoogleBooks, Ngramm, mai 2020

Image

5Les trois courbes superposées des occurrences « histoire sérielle », « histoire quantitative » et « Pierre Chaunu » sont assez évocatrices. Il me semble possible d’en retenir quelques indications. L’expression « histoire sérielle » apparaît au cours des années 1950. Elle suit et accompagne dans une certaine mesure le développement de l’histoire quantitative qui est plus important cependant et qui s’infléchit nettement au milieu des années 1970 alors que l’histoire sérielle marque le pas plus tardivement, au début des années 1980.

6Chaunu utilise l’expression en 1955 dans deux comptes rendus de travaux portant sur l’Amérique latine. Rendant compte du livre d’Irving Leonard qui s’est « placé à l’intersection de l’histoire littéraire pure et de la sociologie historique », il souligne que, dès lors que l’on s’intéresse à l’histoire culturelle sous l’angle de la pénétration et de la diffusion, « plus rien ne s’oppose désormais à l’emploi des méthodes sérielles de l’histoire statistique », même si l’auteur n’a pas su le faire de manière convaincante. Le livre recensé a été rédigé à partir de l’exploitation d’une source qui se prête « aux méthodes fructueuses d’analyses sérielles »7. Le compte rendu de la publication du Diario de Gregorio Martin de Guijo par Manuel Romero de Terrero lui donne l’occasion de proposer une analogie avec le Journal de l’Estoile : « L’intérêt de telles sources vient de ce qu’elles se prêtent aux méthodes fructueuses d’analyse sérielle » ; ajoutant « pour leur introduction en histoire, on sait ce que Lucien Febvre aura fait »8. En 1959, Frédéric Mauro utilise l’expression dans un compte rendu de la thèse de Pierre Chaunu sur Séville et le monde atlantique, qu’il intitule précisément « Une histoire sérielle de l’Amérique espagnole », et publié dans le Journal of Inter-American Studies. Il souligne les « facilités exceptionnelles » offertes par les documents et ajoute que les résultats marquent le triomphe de cette « histoire sérielle » : histoire fondée sur « l’analyse patiente des séries numériques »9.

7Les courbes montrent moins que l’apparition de l’histoire sérielle est corrélée à Pierre Chaunu : les références bibliographiques concernent en effet presque toute sa production scientifique ou les commentaires de son œuvre. Les années 1960-1980 couvrent une période d’une vingtaine d’années pendant lesquelles Chaunu a réfléchi, écrit et beaucoup publié sur la notion d’histoire sérielle10.

8Alors que la courbe de l’histoire quantitative demeure très proche de celle de Chaunu jusqu’au milieu des années 1970, la présence de ce dernier se distancie nettement de l’histoire sérielle à partir de ces mêmes années. Si l’histoire sérielle demeure attachée à sa signature, en revanche sa production intellectuelle a pris d’autres directions.

9L’allure de ces courbes renforce mon propos qui consiste à montrer comment Chaunu a proposé le concept d’histoire sérielle à partir du début des années 1960, maintenant son effort pendant près de deux décennies, pour promouvoir non seulement un concept mais aussi une méthode et un champ de recherche (références croissantes) qui se transforme ensuite en un discours prioritairement historiographique (références décroissantes).

10On peut effectivement s’étonner de cette consécration précoce d’une démarche – l’histoire sérielle – qui n’a pas encore fait l’objet d’une véritable mise en forme théorique ou méthodologique, la notion semble encore associée à la source, à sa qualité propre, qui permet un traitement statistique. Cet attachement à la source ne s’est pas limité aux sources économiques mais aussi à des sources culturelles.

11L’immense travail statistique effectué par Huguette et Pierre Chaunu paraît à partir des années 1950 en huit volumes précédant la publication des « interprétations » en trois volumes qui constituent la thèse que Pierre Chaunu signe seul. L’expression d’histoire sérielle y est encore rare. Dans le premier volume de Séville et l’Atlantique consacré à une méticuleuse analyse critique des sources utilisées, des registres des navires et des séries du commerce de la Casa de Contratación, les Chaunu ne proposent aucun développement particulier sur l’histoire sérielle11. Si le chiffre est au cœur de leur entreprise pour tirer tout ce qui « était possible de déduire des séries, au demeurant assez diverses, que nous avions à notre disposition », il ne vient pas encore signifier ou du moins nommer une démarche spécifique. Chaunu la mentionne, furtivement, dans la troisième partie sur la « Construction des statistiques »12. Dans sa thèse, elle apparaît à quelques reprises sans être définie dans aucune des introductions aux trois volumes. La parcimonie, la prudence et les réserves qu’il avoue pour limiter son « étude quantitative et sérielle » sont assez déconcertantes. Les rares commentaires figurent souvent en notes et ne déploient nullement l’importance et les réussites de l’histoire sérielle qu’il attribue, en note toujours, à « l’admirable équipe des historiens de Berkeley ».

12C’est Fernand Braudel, rendant compte de la thèse de son élève, qui propose de qualifier plus explicitement l’histoire sérielle comme la formule qui signifie la nouveauté d’une « œuvre monumentale » et qui en « éclaire la perspective majeure », lui donne du sens, et justifie ses limitations :

Cette histoire réclame, exige la série, qui lui donne son nom et sa raison d’être, une série c’est-à-dire une succession cohérente, ou rendue cohérente, de mesures liées les unes aux autres, soit une fonction du temps historique dont il faudra avec patience établir le cheminement, puis la signification, d’autant que le tracé en est parfois incertain, que le calcul qui intervient dans sa genèse ne la fixe jamais à l’avance de façon automatique13.

13Ainsi faut-il retenir que la série n’est pas simplement une suite cohérente de documents mais une succession de mesures liées, qui tracent des courbes « reconstruites, inventées parfois, corrigées souvent »14. Le « triomphe de l’histoire sérielle » se manifeste par cet « immense effort » pour « fixer une échelle chronologique avec ses multiples et ses sous-multiples ». Braudel emprunte la formule à un article publié par Chaunu au début de cette même année dans une revue économique belge peu connue sans doute des historiens français. Pour promouvoir ses propositions, Chaunu s’adresse en effet d’abord aux économistes et peut-être même aux praticiens de l’économie. En 1960, il publie dans la revue Industrie un article intitulé : « Dynamique conjoncturelle et histoire sérielle »15. Il leur présente l’histoire sérielle comme une histoire utile, comme « une promesse réfugiée encore dans un avenir imprécis ». Ce n’est pas sous un angle « épistémologique », cette « morbide Capoue »16 « qu’il faut résolument savoir écarter », qu’il en définit l’utilité. « Concrètement à la charnière de la première et de la seconde décennie du deuxième vingtième siècle », une histoire utile, c’est tout simplement une histoire sérielle. L’ambition est clairement annoncée : « l’histoire peut être utile, parce que sérielle, doit être considérée comme […] la recherche fondamentale, par excellence, dans les sciences et techniques sociales ».

Fig. 2 – « Dynamique conjoncturelle et histoire sérielle » (1960)

Image

Dans sa première intervention sur l’histoire sérielle17, Chaunu se concentre sur un thème précis, celui de la définition de l’histoire sérielle et de sa démarcation avec l’histoire quantitative économique qui se trouvent ici soulignées par le lien entre les occurrences histoire, à gauche du graphe, et économie, à droite. À chacune de ces configurations thématiques sont associés des arguments les spécifiant : l’histoire des prix comme référent économique de l’histoire, conjuguée avec des temporalités différenciées et des exigences scientifiques ; l’économie, discutée dans ses problématiques propres (les fluctuations, les cycles, la conjoncture), mais aussi les espaces et les périodes qui pourraient la confronter à l’histoire. Mais ce graphe ne laisse pas voir complètement l’enjeu de l’article qui qualifie la distinction entre histoire sérielle et histoire quantitative économique.

© B. Müller, Analyse de similitudes, Iramuteq

Chaunu ne se résigne donc pas aux limites que lui assigne Braudel, il engage un double combat. D’une part, contre ces sciences de l’homme qui « cherchent à démanteler l’histoire en se l’annexant », il pointe ici essentiellement ce que Pierre Vilar appelle l’« économétrie rétrospective »18. D’autre part, un second combat vise l’histoire elle-même, cette histoire qu’il désigne comme « traditionnelle », ou même « l’histoire humaniste », revendiquant aussi une « promotion dangereuse où certains verront un recul »19.

14Le champ d’intervention de l’histoire sérielle est encore complètement celui de l’économie, de l’histoire de la conjoncture, de l’« économique de la conjoncture ».

15Histoire sérielle et non histoire quantitative pour laquelle Braudel, dans « le brillant essai qu’il nous a fait l’honneur de consacrer à notre modeste travail, nous en donnait acte récemment », précise Chaunu. Son propos est ainsi de marquer les limites des modèles quantitatifs de l’économie, et en particulier celui de la comptabilité nationale qui ne permet guère de remonter au-delà de 1867. L’histoire sérielle s’inscrit ainsi dans un effort de distinction avec l’économie quantitative rétrospective et se propose de reconfigurer le champ de l’histoire historienne de l’économie dont le secteur avait été initié par François Simiand puis Ernest Labrousse à partir d’une histoire des prix qui a « toujours vingt ou trente ans d’avance ». Ce que vise Chaunu, c’est une histoire des cycles, des phases, des inter-cycles, dont les amplitudes sont pour les périodes anciennes beaucoup plus accusées que pour la période moderne ou contemporaine.

Le périmètre sémantique d’une idée

16Les Cahiers Vilfredo Pareto organisent en 1964 un premier numéro sur l’histoire quantitative, donnant ainsi l’occasion d’un bref échange entre Chaunu, qui propose une contribution sur « Histoire quantitative ou histoire sérielle »20, et Jean Marczewski, nommé professeur à la faculté de droit et d’économie quelques mois plus tard21. Celui-ci estime les efforts des historiens économiques, en particulier ceux de Labrousse ou de Braudel, insuffisants pour définir et développer un véritable programme scientifique d’histoire économique quantitative.

17Déplorant les débuts timides de l’histoire quantitative et de l’histoire économique, Marczewski plaide pour une démarche articulée sur des variables statistiques, privilégie une explication scientifique fondée sur l’élaboration de modèles économiques et estime que les applications de la statistique [par les historiens] ne constituent pas une modification fondamentale des méthodes traditionnelles de l’histoire économique dont il défend par ailleurs une conception proche de l’économie rétrospective :

L’histoire quantitative peut donc être définie comme une méthode d’histoire économique qui intègre tous les faits étudiés dans un système de comptes interdépendants et qui en tire des conclusions sous forme d’agrégats quantitatifs déterminés, entièrement et uniquement, par les données du système22.

18Réagissant aux propos de Chaunu dont il prend connaissance lors de la rédaction du numéro, il reconnaît à l’histoire sérielle quelques vertus. D’abord celle d’être une première étape vers l’histoire quantitative et non pas d’être toute l’histoire quantitative. « Condition préalable et indispensable » d’une histoire quantitative à trois dimensions dont les colonnes sont construites précisément par l’histoire sérielle, les séries chronologiques verticales qui représentent l’évolution d’une même catégorie de phénomènes dans le temps. Mais il y manque la troisième dimension horizontale, celle de la synthèse que propose la comptabilité nationale. « Les séries chronologiques doivent être longues, homogènes et exhaustives » pour que l’histoire sérielle puisse contribuer à sa conception de l’histoire quantitative23.

19Cette brève prise de position amorce un « débat courtois » (Chaunu) qui ne se développe pas véritablement, mais que Chaunu évoque à de très nombreuses reprises dans ses textes. Il reconnaît les qualités et le sérieux d’une « histoire quantitative à laquelle aspirent les économistes [, qui] pourrait, par conséquent, se définir comme comptabilité nationale régressive, histoire quantitative globale, voire quantitative circulaire »24 qui, si elle pouvait se réaliser totalement, serait pleinement une histoire utile et mériterait le titre de « science auxiliaire de l’économique »25.

20« Face à l’histoire sérielle des historiens, une histoire quantitative des économistes ? Est-ce bien là la cassure ? »26. Le débat n’est pas seulement théorique ou méthodologique, il se place aussi au niveau des mots. Les distinctions opérées par Marczewski sur la véritable histoire quantitative qui est unique permet à Chaunu de baliser l’espace sémantique du côté des historiens :

Nous aurions pu hésiter, hier. Aujourd’hui, le doute n’est plus possible. Il sera commode de dire histoire sérielle, quand, dans l’ordre du quantitatif, nous autres historiens nous voudrons bien marquer notre démarche par rapport à l’effort de nos amis, les économistes, en procès de remontée du temps27.

21Mais si Chaunu admet avec son collègue le terme quantitatif pour une « quantification totale, circulaire, en forme de comptabilité […] comptabilité nationale, […] régionale, voire macrospatiale »28, il demeure sceptique sur la « réalisation » et, lorsqu’il balise ailleurs, du côté de la géographie, les limites de l’histoire sérielle, il déplore que l’équipe de Marczewski n’ait pas vu l’importance décisive de « l’espace » : la quantification globale, pour « l’ère proto- et préstatistique », passe par l’espace, quelles qu’en soient les difficultés.

Fig. 3 – « Histoire quantitative ou histoire sérielle » (1964)

Image

Quelques années plus tard, en 1964, la confrontation organisée par les Cahiers Vilfredo Pareto prend une autre dimension. Histoire sérielle et histoire quantitative s’inscrivent dans le même espace de discussion, de même que l’historien et l’économiste sont confrontés dans leur rôle respectif. Sont pointées cependant les modalités qui séparent l’histoire et l’économie : l’usage des statistiques et le sens de la modélisation économique.

© B. Müller, Analyse de similitudes, Iramuteq

22Toutefois, selon Chaunu, la véritable mutation pour les historiens n’est pas la conversion à la comptabilité nationale, autrement dit à l’histoire économique quantitative, qu’il désigne parfois comme une « économie régressive », elle est à un niveau plus général celui de « la constitution systématique de séries auxiliaires des sciences de l’homme »29. C’est là que réside la « grande mutation de l’histoire », moins dans l’objet que dans un « état d’esprit, un ensemble de méthodes, une approche »30.

23S’interrogeant plus tard sur la forme de l’histoire, Chaunu reste persuadé que l’histoire va « s’efforcer d’obtenir une connaissance chiffrée du passé ». La « pesée globale », d’une part, qui est l’« ordre de la grandeur », la « série transposable sur un historiogramme », d’autre part, « graphicable », intégrant les éléments répétés dans des séries homogènes susceptibles d’être traitées mathématiquement et surtout d’être raccordées « aux séries qu’utilisent couramment les autres sciences de l’homme ». Ce « tournant de la connaissance historique », Chaunu propose de l’appeler « histoire sérielle » : terme « plus modeste, plus clair et plus intégrant »31.

24Si la terminologie demeure mesurée, l’ambition est plus grande de redéfinir ainsi une histoire consignée parfois à une technique mais aussi assignée à la « construction d’une vaste “sociologie” » disposant désormais « d’une masse beaucoup plus considérable de séries très longues »32.

25L’espace sémantique de l’histoire sérielle ne se borne pas aux tensions entre l’histoire économique des économistes et l’histoire quantitative des historiens, il s’élargit assez rapidement aux sciences sociales et porte ainsi une définition de l’histoire qui affirme ses ambitions comme science sociale du présent. L’élargissement des champs d’intérêts des historiens vers les domaines de la démographie33, de la religion, de la culture, l’histoire des représentations et « des contenus de civilisations », entraîne également la constitution de « séries statistiques », préservant le souci d’une double interrogation du document : en soi, et par rapport à sa position dans une série homogène.

26Si, en 1964, Chaunu admet encore que « nous sommes loin du compte » malgré les « progrès incontestables dans la conceptualisation d’une pratique » qui permettrait un « authentique dépassement dialectique », il n’hésite pas ou plus à donner à cette histoire qui aimait hier se dire « histoire quantitative » « ce nom qui ne prête pas à amphibologie »34. L’ambition de Chaunu n’est pas ou plus seulement sémantique :

L’histoire sérielle englobe toutes les histoires quantitatives, mais elle les dépasse, elle est, presque par définition, l’histoire de demain, partie à la conquête du troisième niveau, tâtonnant aux limites des systèmes de civilisation35.

27Ainsi, au fil de ses interventions, Chaunu ne cesse de préciser l’espace sémantique d’une forme d’histoire pour laquelle il espère un grand avenir :

Modeste auxiliaire, au départ, l’approche sérielle en histoire déborde rapidement le champ étroit de la technique. L’histoire sérielle implique [une] structuration historique des sciences de l’homme. […] Science auxiliaire polytechnicienne de toutes les sciences humaines, à leur tour servantes de l’histoire, l’histoire sérielle accomplit volontiers une mission fédératrice dans la grande famille des sciences humaines36.

28Sollicité par un chercheur de l’université de Montréal pour illustrer le structuralisme en histoire, Chaunu n’hésite pas dans sa brève contribution à opposer l’« histoire positiviste » qui « pousse à son point d’authentique perfection les méthodes critiques d’établissement du texte et du fait », mais « pour rien » sinon « pour collectionner des faits », à l’histoire sérielle d’abord « humble artisane » de l’ère préstatistique mais qui étend son emprise sur l’ensemble des séries sur lesquelles travaillent les sciences de l’homme et qui est amenée à dialoguer avec « les puissantes écoles nord-américaines attentives à d’autres aspects, maîtresses d’autres techniques »37.

Ce qui n’était, hier, qu’exploration, tentative, recherche, devient brusquement grand dessein de l’histoire. L’histoire, au seuil de la décennie 70, se donne pour but d’atteindre, dans sa totalité, une structure de civilisation38.

29Histoire utile, l’histoire sérielle n’est pas seulement une meilleure et plus scientifique connaissance du passé, elle est aussi une connaissance qui peut et même doit aux yeux de Chaunu contribuer à la résolution des problèmes du présent. Au troisième niveau, avec un « inévitable retard », l’histoire sérielle répond aux « angoisses d’une crise, d’une mutation, qui n’affecte pas seulement les rapports des secteurs géographiques moteurs du développement avec le Tiers Monde, comme il y a quinze ans, mais les équilibres mêmes de civilisation des secteurs mutants »39.

Fig. 4 – « Les dépassements de l’histoire quantitative » (1972)

Image

© B. Müller, Analyse de similitudes, Iramuteq

Fig. 5 – « Le quantitatif au troisième niveau » (1973)

Image

Au début des années 1970, l’histoire sérielle s’impose aux yeux de Chaunu comme une référence en histoire et dans les sciences sociales, référence programmatique « L’histoire sérielle englobe toutes les histoires quantitatives », bientôt « histoire des systèmes de civilisation », ou référence méthodologique « technique », « science auxiliaire » ou mutation documentaire. Histoire quantitative et histoire sérielle ne s’opposent plus et s’intègrent dans le cœur de la discipline d’où se démarquent les nouveaux objets du « quantitatif de troisième niveau » : « à savoir l’essentiel, l’affectif, le mental, le psychique collectif ».

© B. Müller, Analyse de similitudes, Iramuteq

30En quinze ans, les propos de Chaunu sur l’histoire sérielle se modifient profondément. Toutefois, l’opportunité des bilans des années 1970 n’ouvre pas encore les frustrations des sentiments d’échec. La problématique de l’histoire sérielle s’est élargie aux principaux domaines de recherche de l’histoire de troisième niveau et s’est ainsi recentrée sur la discipline elle-même. Les graphes ci-dessus l’attestent : l’histoire sérielle est fondue dans un espace sémantique plus général et très autocentré sur l’histoire, aucune forme particulière d’histoire, pas même l’histoire économique ou l’histoire quantitative, n’émerge.

31Chaunu modifie également le sens de ses interventions. Il ne s’agit plus de clarifier le débat avec l’histoire économique – il y revient encore souvent – mais, en évoquant un débat passé et dépassé, de profiler le concept unifiant et mobilisateur d’histoire sérielle. Il s’agit d’en commenter les développements et de l’inscrire dans une configuration d’un autre ordre : non plus celui de la recherche à organiser mais celui de la tradition.

L’invention d’une tradition40

32Chaunu n’a pas réussi – il n’en a pas eu les moyens – à imposer l’histoire sérielle, « cette fausse modeste »41, comme un nouveau programme unificateur de la discipline, comme un nouveau paradigme. Il le reconnaît lui-même :

Quand j’ai parlé d’histoire sérielle, c’est essentiellement ce que je désignais, une sorte de science auxiliaire, employée comme technique. C’est là-dessus que nous nous sommes opposés avec Braudel42.

33Pour autant, ses interventions multipliées sur les enjeux de l’histoire sérielle et sa généralisation au troisième niveau montrent qu’il n’y renonce pas rapidement. Après les efforts de clarification sémantique, le balisage de l’histoire sérielle par rapport à la conception braudélienne de l’histoire qu’il désigne d’abord par la formule d’« histoire géographique », puis de « pesée globale », l’intégration dans l’histoire sérielle des mentalités « quantitatif de troisième niveau », les élargissements thématiques de l’histoire quantitative, la démographie, le climat, la culture, la civilisation, Chaunu multiplie les récits d’invention d’une tradition intellectuelle. Celle-ci prend au moins deux formes particulières : l’inscription de l’histoire sérielle dans la tradition d’histoire quantitative française, d’une part, et, de l’autre, le développement d’un discours de nature historiographique qui vise ainsi à définir la place de l’histoire sérielle dans l’historiographie.

34La mise en forme la plus spectaculaire de la tradition d’histoire est proposée par Chaunu dans le livre qu’il publie en 1974 sous le titre Histoire, science sociale. La durée, l’espace et l’homme à l’époque moderne43, dans lequel il propose une histoire de la discipline qu’il fait remonter au VIe siècle avant J.-C., l’intégration du « miracle historiographique » au « miracle de la connaissance » et dont l’histoire sérielle constitue l’un des chapitres à part entière44.

35Chaunu publie en 1978 un recueil de ses principaux textes sur l’histoire quantitative et l’histoire sérielle non pas comme un manifeste ni un manuel, mais comme « un dialogue avec moi-même ». Si « l’histoire sérielle commence à peine », Chaunu se présente déjà comme le « témoin » et « le spectateur [de] la grande mutation de notre discipline »45.

36La perspective de Chaunu n’est d’ailleurs nullement passéiste ni traditionnaliste. Lorsqu’il s’adonne à l’exercice du bilan sur l’histoire économique en 1975, il le fait dans la perspective historique qui est la sienne : revenir sur les expériences passées pour dégager les voies d’avenir ; la rétrohistoire est d’abord et principalement orientée vers la prospective.

Fig. 6 – « Faut-il privilégier une forme de l’histoire ? » (1974)

Image

© B. Müller, Analyse de similitudes, Iramuteq

Fig. 7 – « Histoire et sciences humaines. L’histoire sérielle » (1974)

Image

Ces deux graphiques montrent la transformation des propos de Chaunu autour de préoccupations historiographiques, mais ils ne montrent pas l’inscription temporelle des traditions proposées dans leurs différentes versions. Le graphique de droite rattache plus nettement l’histoire aux préoccupations du temps présent. Celui de gauche met mieux en évidence différentes filiations qui composent la tradition de l’histoire sérielle.

© B. Müller, Analyse de similitudes, Iramuteq

37L’histoire sérielle prend sa place d’abord dans la généalogie de l’histoire économique, celle des historiens principalement, en opposition à celle des économistes. Progressivement, les révérences à Simiand ou Labrousse deviennent des références d’une première forme d’histoire quantitative. Puis c’est l’histoire sérielle qui fait l’objet d’une mise en forme généalogique : « La première histoire sérielle avait ses alliés privilégiés, l’économie politique, la seconde histoire quantitative avait ses alliés de prédilection, les systèmes complexes de comptabilité, l’économétrie […] », auxquels va s’ajouter une troisième couche, celle des systèmes de civilisation46.

38Cette filiation s’entrelace donc de manière plus complexe et plus profonde dans une généalogie propre. Néologisme des années 1960, l’histoire sérielle est dotée d’un passé propre, de moments de fondation : l’histoire économique des premières Annales ; ses pères fondateurs : Simiand, Labrousse, et aussi, plus largement, d’autres pères comme Lucien Febvre, mais elle a également sa préhistoire dans les développements de l’économie politique au XVIIIe siècle et l’émergence timide au seuil des années 1890 d’une « préoccupation économique » chez les historiens47.

39Cette construction « traditionnante » s’opère également sur le plan d’une assimilation méthodologique : l’histoire sérielle est rapportée d’abord à la « nouvelle histoire » qui privilégie les faits répétés, anonymes, les documents sériels et les données mises en série, mais aussi à l’histoire traditionnelle, dont elle revendique la critique des sources. Plus précisément, Chaunu souligne que si l’histoire sérielle a introduit « l’exigence de la pesée fine », elle n’en a pas moins maintenu « l’exigence critique rigoureuse d’une tradition érudite qui se place sur l’horizon 1680 des Lumières » (la tradition mauriste), relayée par « la remarquable érudition allemande du XIXe siècle »48. C’est « l’horizon borné de l’histoire positiviste épuisée »49 qui est visé par Chaunu, non seulement parce qu’elle est une histoire politique, mais surtout parce qu’elle s’est épuisée à collectionner des faits. Pour rien. Ce moment positiviste marque ainsi non point une origine mais un moment de fondation d’une nouvelle tradition historiographique, qui se développe non seulement sur de nouveaux objets (l’économie, le social, bientôt le culturel), mais aussi sur une nouvelle élaboration des sources.

40L’histoire que « j’ai proposé d’appeler sérielle » est née dans les années trente et l’a emporté massivement dans les années 1950-1960, « dates rondes »50. Elle a ainsi sa propre chronologie qui s’adapte en fonction de ses développements. Chaunu distingue « trois grands courants qui marquent trois grandes étapes » : l’histoire sérielle et l’histoire géographique « difficilement dissociables », l’histoire quantitative, et l’histoire au « troisième niveau », « qui marque un retour du sériel ». À chacune de ses étapes, ses acteurs : Simiand, la longue durée et son référant économique, Keynes. Dans les années 1940-1950, Labrousse, avec son référant Rostow. D’autres variantes généalogiques sont possibles : l’histoire géographique (Braudel, Gouhier), l’histoire de la nature (Le Roy Ladurie), l’histoire du nombre des hommes (Goubert, Sauvy, Henry, Fleury), qui a été la « plus précieuse de toutes les extensions », lui ouvrant « ses possibilités presque illimitées » qui débouchent avec les ordinateurs sur le « champ privilégié de la psychologie collective » (Dupront, Vovelle, Gouesse).

41L’histoire sérielle a aussi ses « lointains cheminements », elle envisage un « système d’alliances privilégiées avec les sciences humaines », et si elle a semblé au départ « émietter l’histoire », « [e]lle rend, pour finir, à l’homme, son unité, dans une diversité, qui signifie totalité »51.

42Dans ses nombreuses interventions52, Chaunu revisite et recompose la tradition, varie à la marge le récit de la tradition, retouche le paysage, recompose le tableau des portraits, en fonction de la commande mais aussi des impératifs qu’imposent les bilans et prospectives, refait les exemples.

Faut-il, une fois encore, reprendre et retoucher cet historique bien trop rapide pour être convainquant ? Dans la mesure où il situe l’historiographie sérielle dans la longue durée d’une histoire déjà ancienne, ce rappel du cheminement de l’histoire, dans son temps, était nécessaire53.

43La tradition s’articule sur la perception de la conjoncture, « elle trouve d’abord ses correspondances dans les angoisses du temps présent ». L’histoire de la crise dans les années trente qui « affectionne la pesée fine, nerveuse » et tend vers une « géohistoire » et une histoire démographique. Le développement dans les années 1960 d’une « histoire quantitative stricto sensu des économistes historiens », « apparemment concurrente, résolument polémique »54, « excroissance sur le grand tronc de l’histoire sérielle » qu’elle n’a pas chassée, n’est plus qu’une histoire de la croissance confondue à tort avec le « développement ». Avant de basculer à la fin des années soixante sur une interrogation inquiète sur les « possibilités même de la croissance » et le retour des « frontières statiques d’un monde clos ». Le recours aux « modèles théoriques » d’une histoire plus « globalisatrice et quantificatrice » marque ainsi une troisième étape d’histoire sérielle, « quantitatif de troisième niveau », avec l’apparition des ordinateurs de la troisième génération. Mais pour Chaunu, ce troisième niveau correspond aussi, dans « le développement de la crise de civilisation que nous vivons », à la recherche d’un « système qui concilie la conservation de l’héritage, condition de progrès, avec le progrès lui-même »55.

Histoire sérielle et conjoncture scientifique

441947 semble avoir été une année particulière pour Chaunu : il passe l’agrégation d’histoire, rencontre sa future femme et Fernand Braudel, qui oriente ses choix de recherche sur l’Amérique latine et l’Atlantique et le conduit à Séville entre 1948 et 1951. Chaunu a souvent raconté ce moment, « peut-être le meilleur moment » de sa vie. Il entreprend avec sa femme et dans des conditions financières difficiles ses travaux de dépouillement des archives,

copiant, lisant, aux Archives, aux bibliothèques, empruntant, photocopiant [sic] – afin de prolonger, l’été, les lectures d’archives – par quatorze heures par jour de lecture de microfilm au péril des yeux, brûlant deux ou trois lampes par semaine sur un lecteur portatif de l’âge de pierre56.

Travail titanesque, « océanique » (Braudel) de dépouillement de données de l’ère « préstatistique » à un âge pré-informatique.

45Dans les années 1960, les historiens en sont encore au stade des « trieuses » avant que ne soit mise au point à la fin de la décennie une nouvelle « méthodologie mécanographique » proposée par Marcel Couturier57, puis la généralisation de l’ordinateur. C’est donc au prix d’un effort personnel considérable et de ressources modestes que les Chaunu parviennent à accumuler les données avec lesquelles ils élaborent un outil statistique qui constitue les huit premiers volumes de Séville et l’Atlantique. Toutefois c’est aussi une conjoncture scientifique nouvelle marquée par la création du CNRS et de la 6e section de l’EPHE en 1947 qui s’ouvre et offre ainsi d’autres perspectives de carrière que celles sanctionnées par l’université. La création du Centre de recherche historique vise à soutenir le développement d’une histoire économique et sociale quantitative, accompagnée de la mise en place d’un laboratoire de cartographie dirigé par Serge Bertin et dont Chaunu a pu bénéficier.

46Chaunu semble en effet inscrire sa carrière hors de l’université et de l’enseignement. Il est certes professeur d’histoire au lycée (1951-1956), mais une bourse, modeste, de la Casa de Velázquez (ce n’est pas inhabituel), puis un détachement de trois ans au CNRS (1956-1959) lui permettent, assisté de sa femme, de s’engager pleinement dans des travaux de recherches qui ne préfigurent pas nécessairement ses thèses qu’il réalise et publie sous son seul nom après la parution des volumes de statistiques.

47Cette publication en deux temps oblitère une inflexion dans sa trajectoire universitaire provoquée par une crise avec Braudel qui survient une première fois en 1951, mais plus gravement en 1953-195458, et dont les raisons personnelles ne doivent pas occulter les enjeux scientifiques. Braudel, qui soutient sa thèse en 1947 et accède au Collège de France en 1950, accumule pendant ces années de nombreuses positions de pouvoir : le Collège de France, l’agrégation, le Centre de recherche historique, bientôt après la mort de Lucien Febvre, la direction des Annales, pouvoir sans véritable partage, en particulier pour ce qui concerne deux éléments clés : la direction des Annales dont il écarte Robert Mandrou, et la définition de l’agenda discuté et disputé d’une « histoire science sociale actuelle »59, dont il trace le plan notamment dans « Histoire et sciences sociales. La longue durée ». Les ambitions du jeune historien se confrontent à l’autorité de son mentor (« le chef de presque tous les orchestres de la recherche historique »60), qui recouvre bientôt le champ des sciences sociales en France.

Nous avons négocié avec Braudel de puissance à puissance : moi comme de Gaulle, et lui comme Churchill, avec le même rapport de forces, et il s’est comporté comme Churchill. Il est au moins aussi honorable d’être Churchill que d’être de Gaulle61.

48Chaunu exagère sa position, il n’a pas la puissance de son aîné ; il n’est pas reçu à la 6e section alors qu’il avait été le « secrétaire bénévole » de Lucien Febvre au moment de la création du Centre de recherche historique en 1948, mais surtout sa femme recalée au CNRS sacrifiera sa carrière. Braudel assure cependant la publication des quatorze volumes de Séville et l’Atlantique dans la collection « Ports, routes et trafics », qui est aussi l’une des quatre thématiques de recherche du Centre de recherche historique.

49C’est Pierre Renouvin, bienveillant, et « avec l’autorité souveraine qui était la sienne », qui facilite sa « reconversion comme maître de conférences »62 à Caen, où il arrive par « hasard », grâce aussi au soutien de Michel de Bouärd. Tournant capital de son « ego-histoire », de sa carrière et aussi de l’avenir de l’histoire sérielle. À Caen où il se replie pendant vingt ans, « refusant obstinément Paris chaque fois qu’on me le proposait », il établit une « ligne de partage » entre ses recherches personnelles (espagnoles) et celles de ses étudiants, mais ne renonce pas à tenter de reconstruire une position qui lui a été refusée dans la capitale : il crée le Centre de recherches d’histoire quantitative (1966), la revue Histoire, économie & société (1982) et multiplie les interventions publiques (chronique dans Le Figaro), sans renoncer à la recherche : il consacre la plupart de son temps à la « lecture de la recherche des autres ». La démographie historique devient « sa préoccupation scientifique dominante ». En 1970, il revient à la Sorbonne dans la chaire d’histoire moderne et dirige un nombre impressionnant de thèses (près de 400) et participe à de nombreux jurys, mais, du côté de l’histoire sérielle, les choses sont jouées.

50Le destin de l’histoire sérielle est scellé par la publication de l’étude de François Furet sur l’histoire quantitative qui paraît simultanément en anglais dans Daedalus et en français dans les Annales63. Si l’histoire sérielle apparaît comme « une des voies les plus fécondes du développement de la connaissance historique », elle reste toutefois « par nature, impuissante à traiter et même à aborder […] d’importants secteurs de la réalité historique » et, plus gravement, si elle permet de mesurer le changement, elle s’avère incapable de penser le changement : « parce qu’elle privilégie le long terme et l’équilibre d’un système, [elle] me paraît donner une sorte de prime à la conservation »64.

51C’est moins comme programme de recherche que pour son impact sur la discipline que Furet reconnaît les mérites de l’histoire sérielle. En proposant de décomposer l’analyse de la réalité « en niveaux de descriptions » et en suivant quantitativement les rythmes d’évolution de ces niveaux, l’histoire sérielle a « disloqué le vieil empire soigneusement clos de l’historiographie classique »65. Toutefois cette « révolution de la conscience historiographique » appartient désormais à une tradition anonyme, elle est sécularisée et appartient au bien commun de la discipline, et Chaunu, qui n’est cité qu’une seule fois comme auteur du mot « histoire sérielle », se voit dépossédé du titre d’acteur de la « révolution du “sériel” »66.

L’historiographie sérielle d’aujourd’hui doit reconstituer ses archives en fonction de la double révolution méthodologique et technique qui a transformé les procédures et les règles de la discipline67.

Fig. 8 – François Furet, « L’histoire quantitative et la construction du fait historique » (1971)

Image

L’inscription de l’histoire sérielle dans l’outillage de l’historien se traduit dans ce graphe par la présence des items série dans la sphère de l’historien et de l’histoire sérielle dans les données.

© B. Müller, Analyse de similitudes, Iramuteq

52En 1989, dans « L’histoire quantitative : deux ou trois choses que je sais d’elle »68, Bernard Lepetit ne cite pas Chaunu, et en 1992 dans un article sur « Séries longues, histoire longue »69, il se contente d’une seule référence en note. L’histoire sérielle est devenue une tradition anonyme, voire une simple référence historiographique.

53C’est un philosophe, Michel Foucault, qui a reconnu très tôt, dans L’archéologie du savoir, sans citer Chaunu, sans nommer l’histoire sérielle, l’importance des mutations documentaires de la discipline :

Le document n’est donc plus pour l’histoire cette matière inerte à travers laquelle elle essaie de reconstituer ce que les hommes ont fait ou dit, ce qui est passé et dont seul le sillage demeure : elle cherche à définir dans le tissu documentaire lui-même des unités, des ensembles, des séries, des rapports70.

54Désormais, précise-t-il, le « problème est de constituer des séries », et la tâche de l’histoire générale est « de déterminer quelle forme de relation peut être décrite entre ces différentes séries »71. À l’occasion d’une conférence prononcée à l’université de Keio, Foucault, commentant les discussions sur les rapports entre structuralisme et histoire, appelle à « revenir à l’histoire » et s’appuie notamment sur l’histoire sérielle et la thèse de Chaunu qu’il cite. Son originalité réside dans le traitement des données et dans son refus des catégorisations préalables « en période, époques, nations, continents, formes de culture » pour établir à travers les documents et les données « concernant un objet déterminé et une époque déterminée, […] les relations internes ou externes de ce corpus ». Ainsi l’histoire sérielle, en « faisant apparaître des couches d’événements », met en évidence un « enchevêtrement de discontinuités superposées à l’intérieur de l’histoire des types de durées différentes »72. Foucault théorise ainsi, mieux que Chaunu qui se refuse à le faire, les implications qui sont aussi épistémologiques de l’histoire sérielle. Pierre Vilar le perçoit dès 1965 lorsqu’il interroge le débat entre histoire et économie ouvert par Chaunu « sûrement l’historien de la jeune génération qui a manifesté la plus grosse masse de données historiques chiffrées ». Pierre Vilar le souligne : le « débat est épistémologique » car l’histoire comme « mode d’analyse de la matière sociale et humaine » est une « méthode de pensée » et une démarche « fondamentale » et pas seulement une technique auxiliaire documentaire73.

55Au début du XXe siècle, Charles Péguy, autre philosophe obsédé par l’histoire, en rupture avec l’histoire historienne des « historiens professionnels », imaginait également une nouvelle forme d’histoire fondée sur les séries pour penser le cours, continu et discontinu, de l’histoire, non pour restituer une chronologie, ou noter des influences, mais bien pour « décrire les possibilités offertes à une même manière de vivre le temps »74. Foucault et Péguy nous renvoient à une autre interrogation sur l’histoire des concepts : l’organisation des espaces d’énoncés où se forment et circulent les concepts ne concerne pas seulement leur performativité intellectuelle ou scientifique, elle engage leurs contingences sociales, institutionnelles ou politiques. Koselleck avait suggéré de placer les concepts selon trois perspectives : les concepts de tradition dont « le sens persiste partiellement et dont la portée théorique se laisse encore aujourd’hui vérifier empiriquement », ceux « dont le contenu a si fondamentalement évolué que, malgré l’identité du terme même, les significations sont à peine comparables et ne sont récupérables que sur un plan historique », ceux enfin (les néologismes) qui « surgissent à certains moments, en réaction à des situations politiques ou sociales données, dont ils cherchent à retenir ou parfois même à provoquer la nouveauté »75. L’histoire sérielle recouvre alternativement et en même temps ces trois aspects sans jamais être parvenue à désigner le programme de transformation de l’histoire et des sciences sociales, comme « la recherche fondamentale, par excellence, des sciences et techniques sociales »76.

Notes de bas de page

1 Voir cependant Cyril Grange, « Pierre Chaunu et l’histoire quantitative », in Pierre Chaunu historien, Jean-Pierre Bardet, Denis Crouzet, Annie Molinié-Bertrand (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2012, p. 73-82. L’histoire quantitative n’a pas disparu des outillages de l’historien et fait un retour dans l’univers des Humanités numériques : voir notamment Claire Lemercier, Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008. Voir aussi les sites « Devenir historien » (https://devhist.hypotheses.org/3692#more-3692) et « La boîte à outils des historiens » (https://www.boiteaoutils.info).

2 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », in Essais d’ego-histoire, Pierre Nora (dir.), Paris, Gallimard, 1987, p. 84. D’autant que les statistiques de Chaunu ont été depuis contestées par Michel Fontenay : voir à ce sujet Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 64.

3 Reinhart Koselleck, « Histoire des concepts et histoire sociale », in Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS, 1990, p. 99-119.

4 L’information est reprise par Isidore.science, qui ne donne pas de date antérieure ; Cairn ou Historical Abstract ne donnent aucune indication significative. Les données ont été saisies le 15 mai 2019.

5 Pierre Chaunu, « En marge du Beauvaisis exemplaire. Problèmes de fait et de méthode », Annales de Normandie, 10e année, n° 4, 1960, p. 337-365.

6 Il s’agit de Ngram.viewer, qui puise dans la base Google.books. Le programme n’est plus mis à jour depuis 2010 et semble sujet à de nombreux biais. Seul le mouvement des courbes reproduites ici indique des mouvements que les recherches bibliographiques et la lecture des textes semblent confirmer.

7 Pierre Chaunu, « Les romans de chevalerie et la conquête du Nouveau Monde », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 10e année, n° 2, 1955, p. 216-228.

8 Pierre Chaunu, « Pour un tableau triste du Mexique au milieu du XVIIe siècle. Le “Diario” de Gregorio Martín de Guijo », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 10e année, n° 1, 1955, p. 79-85.

9 Frédéric Mauro, « Une histoire sérielle de l’Amérique espagnole », Journal of Inter-American Studies, vol. 1, n° 2, 1959, p. 223-236.

10 J’ai renoncé à une analyse bibliométrique trop imprécise et trop fastidieuse.

11 Huguette et Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), Première partie : Partie statistique, Tome premier : Introduction méthodologique, Paris, Armand Colin, 1955.

12 Ibid., p. 263. « Seules les circonstances particulières ont permis, en rendant possibles l’application des méthodes sérielles, de bâtir sur l’Atlantique espagnol et hispano-américain la construction statistique que l’on soumet au lecteur ».

13 Fernand Braudel, « Pour une histoire sérielle : Séville et l’Atlantique (1504-1650) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 18e année, n° 3, 1963, p. 541.

14 Ibid., p. 548.

15 Pierre Chaunu, « Dynamique conjoncturelle et histoire sérielle : point de vue d’historien », Industrie, t. 4, n° 6, 1960, p. 370-376.

16 Pierre Chaunu, « Histoire quantitative ou histoire sérielle », Cahiers Vilfredo Pareto, t. 2, n° 3, 1964, p. 166.

17 Mon objectif est de visualiser les espaces sémantiques et les items mobilisés par Chaunu dans quelques-unes de ses principales interventions de promotion de l’histoire sérielle. L’analyse des similitudes effectuée à l’aide du logiciel Iramuteq souligne des classes de termes sous forme d’arbre maximum qui permet de repérer les thématiques qui structurent les différents articles.

18 Pierre Vilar, « Pour une meilleure compréhension entre économistes et historiens. “Histoire quantitative” ou économétrie rétrospective ? », Revue historique, t. 233, fasc. 2, 1965, p. 293-312, et ci-dessous, p. 219.

19 Citations de Pierre Chaunu, « Dynamique conjoncturelle… ».

20 Pierre Chaunu, « Histoire quantitative ou histoire sérielle », Cahiers Vilfredo Pareto, t. 2, n° 3, 1964, p. 165-176.

21 Jean Marczewski, « Buts et méthodes de l’histoire quantitative », ibid., p. 125-164, suivi de « Quelques observations sur l’article de Monsieur Chaunu », p. 177-180.

22 Jean Marczewski, « Buts et méthodes… », p. 129.

23 « […] l’histoire sérielle, sans la synthèse horizontale fournie par l’histoire quantitative, n’est qu’un gros œuvre inachevé » (Jean Marczewski, « Quelques observations… », p. 178).

24 Pierre Chaunu, « Les sources statistiques de l’histoire de France (Basse-Normandie). Problème de méthode », Annales de Normandie, 15e année, n° 1, 1965, p. 5.

25 Pierre Chaunu, « Histoire quantitative… », p. 168.

26 Ibid., p. 172.

27 Ibid., p. 169.

28 Pierre Chaunu, « Histoire économique : dépassement et perspective », Cahiers internationaux d’histoire économique et sociale, t. 5, 1975, p. 333-356 ; repris dans Histoire quantitative, histoire sérielle, Paris, Armand Colin, 1978, p. 146.

29 Pierre Chaunu, « Histoire quantitative… », p. 170.

30 Pierre Chaunu, « Histoire économique… », p. 148. Les arguments de Chaunu sont partagés par Pierre Vilar, « Pour une meilleure compréhension… ».

31 Pierre Chaunu, « Faut-il privilégier une forme de l’histoire ? », contribution au colloque de Pampelune, mai 1972, reprise dans Pierre Chaunu, Histoire, science sociale. La durée, l’espace et l’homme à l’époque moderne, Paris, SEDES, 1974, p. 115.

32 Ibid.

33 Pierre Chaunu, introduction à Henri Hauser, La prépondérance espagnole, 1559-1660, 3e éd., Paris – La Haye, Mouton, 1973, p. XXXIX : « La principale conséquence novatrice de la démographie historique aura été de faire muter l’histoire sérielle en direction d’une approche intégrante des systèmes de civilisation ».

34 Pierre Chaunu, « Histoire quantitative… », p. 171.

35 Pierre Chaunu, « Les dépassements de l’histoire quantitative : rétrospective et perspective », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. VIII, 1972, p. 666.

36 Pierre Chaunu, « L’histoire sérielle », in Roland Lamontagne, Pierre Chaunu et Frédéric Mauro, « Opinions en histoire », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 21, n° 2, 1967, p. 183.

37 Ibid., p. 182-183.

38 Pierre Chaunu, « Les dépassements de l’histoire quantitative… », p. 671.

39 Ibid., p. 672.

40 Voir Bertrand Müller, « Le passé au présent. Tradition, mémoire et histoire dans les sciences sociales », Les Annuelles, n° 8, 1997, p. 173-190.

41 Pierre Chaunu, « Un nouveau champ pour l’histoire sérielle : le quantitatif au troisième niveau », in Méthodologie de l’histoire et des sciences humaines. Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, Toulouse, Privat, 1973, p. 217.

42 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté. Entretiens, Paris, Aubier, 1994, p. 147.

43 Pierre Chaunu, Histoire, science sociale. La durée, l’espace et l’homme à l’époque moderne, Paris, SEDES, 1974.

44 Il revient à l’histoire sérielle de résoudre la question du es de la célèbre formule de Ranke : « wie es eigentlich gewesen [ist] », ibid., p. 51. Le titre du chapitre « Histoire et sciences humaines. L’histoire sérielle » fait curieusement écho à l’article de Fernand Braudel « Histoire et sciences sociales. La longue durée », paru dans les Annales. Histoire, sciences sociales, 13e année, n° 4, 1958, p. 725-753.

45 Pierre Chaunu, Histoire quantitative, histoire sérielle, p. 6-7.

46 Pierre Chaunu, « Faut-il privilégier une forme de l’histoire ? », p. 119.

47 Pierre Chaunu, Histoire, science sociale…, p. 54.

48 Pierre Chaunu, « L’histoire sérielle. Bilan et perspectives », Revue historique, t. 243, n° 2 (494), 1970, p. 306.

49 Pierre Chaunu, « Les dépassements de l’histoire quantitative… », p. 657.

50 Pierre Chaunu, « Faut-il privilégier une forme de l’histoire ? », p. 116.

51 Pierre Chaunu, « L’histoire sérielle. Bilans et perspectives », p. 320.

52 « Ces textes vous donnent la chronologie d’une aventure intellectuelle, une aventure qui déborde, très largement, l’expérience d’un homme ». Pierre Chaunu, « Histoire et sciences humaines. L’histoire sérielle », in Histoire, science sociale…, p. 57.

53 Pierre Chaunu, « Un nouveau champ pour l’histoire sérielle : le quantitatif au troisième niveau », in Histoire quantitative, histoire sérielle, p. 218, repris des Mélanges Fernand Braudel, p. 218.

54 Pierre Chaunu, « Faut-il privilégier une forme de l’histoire ? », p. 117.

55 Ibid., p. 119.

56 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », p. 81.

57 « Un dictaphone, une dactylo moyennement experte, une machine à écrire spécialement équipée. Et la machine fait, elle-même, son propre codage ». Pierre Chaunu, « La pesée globale en histoire », Cahiers Vilfredo Pareto, t. 6, n° 15, 1968, p. 135-164.

58 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », p. 87.

59 Voir Olivier Lévy-Dumoulin, « L’enquête collective en lieu d’identité », Cahiers du Centre de recherches historiques [en ligne], 36, 2005 : http://journals.openedition.org/ccrh/3062.

60 Pierre Chaunu, « La pesée globale en histoire », p. 138.

61 François Dosse, Pierre Chaunu, L’instant éclaté…, p. 81.

62 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », p. 87.

63 Dans un numéro spécial de Daedalus (Historical Studies Today), sous le titre « Quantitative History », vol. 100, n° 1, 1971, p. 151-167 ; « L’histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 26e année, n° 1, 1971, p. 63-75.

64 Ibid., p. 65-66.

65 Ibid., p. 71.

66 Pierre Chaunu, « L’histoire sérielle. Bilan et perspectives », p. 310.

67 François Furet, « L’histoire quantitative… », p. 68.

68 Bernard Lepetit, « L’histoire quantitative : deux ou trois choses que je sais d’elle », Histoire & Mesure, t. IV, n° 3 / 4, 1989, p. 191-199.

69 Bernard Lepetit, « Séries longues, histoire longue », Genèses. Histoire & sciences sociales, n° 9, 1992, p. 102-106.

70 Michel Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 14.

71 Ibid., p. 18.

72 « Revenir à l’histoire », conférence prononcée le 9 octobre 1970, publiée en japonais en 1972, et rééditée, en français, dans Dits et écrits, vol. II, Paris, Gallimard, 1994, p. 268-281. Je remercie Christian Delacroix qui m’a signalé ce texte précieux.

73 Pierre Vilar, « Pour une meilleure compréhension… », p. 297-298.

74 À ce sujet, voir l’étude ingénieuse de Françoise Gerbod, « Péguy philosophe », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 20, 2002, p. 9-34.

75 Reinhart Koselleck, « Histoire des concepts… », p. 107.

76 Pierre Chaunu, « Dynamique conjoncturelle… », p. 12.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.