Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La violence et les violences de l’Ancien et du Nouveau mondes (XVIe-XXe siècles)

Violence and Violent Acts in the Old and New Worlds (16th-20th centuries)

p. 165-176

Résumés

Français
English

L’histoire de la violence n’est pas au centre des travaux de Pierre Chaunu. Il était historien de la structure et de la longue durée, des « pesées globales » et de la foi dans l’informatique. Ici, il s’agit moins de réfléchir à la discrétion du thème de la violence et des violences que de se demander ce que, méthodologiquement, les travaux chaunusiens peuvent nous apporter à l’analyse de ces phénomènes. Sans être centrales, celle-là et celles-ci constituent une périphérie riche en réflexion entre les travaux menés sur les empires espagnol et portugais (années 1960) et les États territoriaux travaillant sur eux-mêmes et les deux guerres mondiales (années 1990).

The history of violence is not central to Pierre Chaunu’s work. He was a historian of structure, long duration, “global assessment” and faith in computer science. Here, I don’t want to question why he virtually ignored the theme of violence and violent acts, but ponder on what, methodologically speaking, Chaunu’s works can bring to the analysis of these phenomena. Without being central, violence and violent acts provide food for thought, with Chaunu’s work on the Spanish and Portuguese empires and their violent acts (1960s) and on the concept of violence in the history of territorial states and the two world wars (1990s).


Texte intégral

1A contrario de l’espace, de la population et de la mort, l’histoire de la violence et des violences n’est pas le cœur de l’œuvre de Pierre Chaunu. Sa génération est celle, avant tout, des chiffres, des structures et de la longue durée, des « pesées globales » et de la foi dans le progrès de l’informatique. Dans le cadre de cet article, il s’agit moins de réfléchir à la discrétion du thème de la violence et des violences que de se demander ce que, méthodologiquement, les travaux chaunusiens peuvent nous apporter à l’analyse de ces phénomènes. Sans être centrales, celle‑là et celles-ci constituent une périphérie riche en réflexions. Au sein d’une œuvre aussi longue et complexe, je me suis concentré sur deux moments, comme deux clés possiblement intéressantes pour nous, historiens et historiennes d’aujourd’hui : d’une part, les empires espagnol et portugais étudiés dans les années 1960 et, d’autre part, les États territoriaux travaillant sur eux-mêmes et les deux guerres mondiales auxquels P. Chaunu s’intéresse dans les années 19901.

2Au cours de la décennie 1960, son regard considère les violences comme corollaires de dynamiques démographiques. La violence serait un produit, un marqueur, un signe, un indice de l’histoire collective en marche, bien plus qu’un objet d’histoire en tant que tel. Il est donc question de longue durée et de structure. Les violences de la Conquista procéderaient d’un rapport entre le « nombre des hommes » et un espace ; elles seraient donc, avant tout, une affaire de densité, d’intensité, de distance, de durée, donc de vitesse. La violence serait quantifiable et mesurable en courbes, tendances, variables, constantes, effectifs et intensités. Les années 1990 donnent lieu à une réflexion nouvelle, non plus sur les violences, mais centrée sur la violence, à l’occasion de travaux liés au Mémorial de Caen. Considérée pour elle-même, la violence humaine passe au filtre de la nature, de la culture et de l’éthique, voire même de la philosophie de l’histoire. Plus enclin à considérer comme profitables les analyses relatives aux violences, mais sans être d’accord avec ses propositions sur la violence, cet article rappelle à l’historien.ne qu’il fait partie de la Cité et qu’il est légitime à penser le présent. Nous essaierons d’en rendre compte ici.

Les Amériques. Conquista, longue durée, espaces et violences

Une modalité de Chrétienté dévoreuse d’espace2

La Conquista ne vise pas la terre, mais uniquement les hommes3

3Dès l’avant-propos de Conquête et exploitation des nouveaux mondes (1969), Pierre Chaunu rappelle le dogme braudélien :

L’histoire de la dilatation planétaire de l’Occident latin, celle, indissociable, du désenclavement planétaire des univers isolés s’inscrit, presque tout entière, dans la longue durée, une fois que l’on va au-delà de l’écume scintillante des choses4.

Dans la continuité de l’opera magna de Séville et l’Atlantique réalisée avec Huguette Chaunu5, la Conquête et exploitation des nouveaux mondes n’est pas une anthologie des violences européennes en Amérique. L’heure est au « traitement sériel de sources sérielles »6. Certes, ici et là, des faits de violence sont relatés, mais jamais en tant qu’objets d’histoire, discours, pratiques et rituels mais en tant qu’arguments assertissant une thèse plus générale : le ratio allochtones / autochtones conditionnerait la conquête, la possession et l’exploitation des ressources sur un espace désenclavé et en expansion. Il est notable que ces Espagnols qui s’estiment en dette d’espace métropolitain se contraignent à franchir l’Atlantique et atteignent des contrées où ils sont noyés, à nouveau, dans une densité démographique. Toutefois, ce qu’ils ne pouvaient faire en Europe, ils le font en Amérique : se tailler une place au sommet de la société.

4Selon P. Chaunu, la mathématique du nombre produirait, par conséquent et en conséquence seulement, des violences : conquérir en exploitant ; exploiter en conquérant. La violence est fonction de la spatialité rencontrée : en ville ou à la campagne, sur la plaine ou dans les monts, ses possibilités de déploiement sont contraintes, et donc structurées, par l’environnement alentour. À l’échelle d’une expansion en armes, P. Chaunu détermine une dynamique générale et un tempo : les premiers affrontements dans les îles caribéennes, la vraie conquête (Mexique et Pérou), la structuration économique, sociale et politique, la régression de la population indigène. Ce processus prend un nom : la Conquista, à savoir « cette modalité unique de rapport entre l’homme et l’espace [qui] s’oppose, dans une certaine mesure […] à conquête et très certainement à “frontière” »7. Cette dernière, ou frontera, représenterait « une frange toujours indécise, créatrice, un front d’attaque de la colonisation en direction des terres vierges égratignées par des populations clairsemées »8. Cependant, un de ses lecteurs a relevé l’opposition probablement trop forcée entre Conquista et frontera ainsi que la faible place réservée aux autochtones dans le cadre d’analyse9.

5Le paradoxe de la Conquista serait celui d’une projection dans l’espace sans désir d’enracinement ni possibilité immédiate de territorialisation :

La Conquista, non la conquête. La Conquista, à nos yeux, c’est sans doute ce qui s’oppose le mieux à la conquête. La Conquista n’implique aucune action sur le sol ; elle n’entraîne aucun effort en profondeur pour entamer un nouveau dialogue entre l’homme et la terre. La Conquista ne vise pas la terre, mais uniquement les hommes. Elle rappelle les premiers raids à travers le Cibao, conduits, désormais, à l’échelle de l’humanité dense des plateaux américains. Elle s’arrête quand elle franchit les limites des zones les plus compactes de peuplement10.

6C’est pourquoi P. Chaunu propose une comparaison avec l’invasion mongole de la Chine au XIIIe siècle : « Peut-on poser comme règle que la violence du choc est inversement proportionnelle au nombre des dominants face aux dominés ? »11. À le suivre, les chiffres seraient têtus : division par deux de la population chinoise ; par huit des populations des plateaux amérindiens. Quant au rythme de cette décrue, la conquête espagnole de l’outre-mer serait affaire de courbe exponentielle jusqu’à Cortès ; la Conquista a donc à faire avec la démographie :

Pour la Chrétienté latine bloquée sur terre au Sud et à l’Est et travaillée en profondeur par la montée en puissance, de richesses et de besoins que lui vaut la crue des hommes, deux issues possibles : la Reconquête et la mer12.

7P. Chaunu est historien de la rencontre des masses démographiques, des avancées, des poussées, des chocs, des métissages aussi : une macro-violence euro-américaine serait induite donc par la poussée démographique européenne. Sur la frange des rencontres, des violences se produisent et parfois se déchaînent. Des violences de frottement et de pénétration, des violences structurelles : « La première colonisation de la Méditerranée américaine est avide plus encore d’hommes que d’espace »13. Du fait des modalités de production des richesses, l’hyper-consommation démographique des conquérants, pour ne pas dire le gigantesque gaspillage de vies humaines, est une fuite en avant, de raids et d’exploitations en déportations ; ainsi la population des Bahamas vers Saint-Domingue : « Commencé, sans doute, en 1508, l’odieux trafic culmine sous le gouvernement de Diego Colomb »14. Peut-être 40 à 50 000 individus déportés en 4 à 5 ans. Las Casas ayant déjà fait œuvre de description, P. Chaunu s’arrête au seuil des chasses à l’homme, des opérations de capture et de convoyage. L’épaisseur, les gestuelles et les imaginaires de violence sont ignorés. Doit-on pressentir un désir à tout crin de s’en extraire, par la mise en série et la mathématisation du réel plutôt que de qualifier ces violences, ou bien, plus simplement, une approche qui n’est pas encore dans le cahier des charges des historien.ne.s ?

8Il ne reste pas moins que l’histoire sérielle confirme la fuite en avant prédatrice. Elle établit une corrélation entre vitesses et violences : que le groupe des conquérants soit ample ou réduit, il progressera avec plus ou moins de fulgurance à partir d’une équation (in)consciente entre l’exploitation agricole et la razzia tous azimuts. Moyennant le cas portugais, depuis la projection métropolitaine vers Madère, les Açores et les Canaries, P. Chaunu insiste, comment « dans cette lente et précieuse avance, la canne à sucre joue un grand rôle. Cette culture réclame une main-d’œuvre servile »15. Elle conduit à l’asservissement des autochtones Guanche, ensuite à l’achat d’esclaves au Maghreb, enfin à la fixation de comptoirs directement en Afrique subsaharienne. Dans le cas espagnol, dès le 14 octobre 1492, Christophe Colomb envisage, dans son Journal, la déportation des Arawaks en Europe16. La dynamique est la suivante : occupation des Canaries (8 000 km2 en un siècle), conquêtes de Saint-Domingue (78 000 km2 en 10 ans) puis de la Terre Ferme (des centaines de milliers de km² en quelques années). Indexée à un rythme exponentiel, « [la conquête] s’accompagne de violences sans nom ». Ainsi, « au début de 1495 le tournant est pris : l’exploration conduit à la colonisation, puis la colonisation à la conquête. Tout est sacrifié à l’or »17.

9En Amérique espagnole, la mise en place des encomiendas suggère une pensée économique autant qu’une modalité de domination et un dispositif de violences. L’exploitation des Indiens serait la condition de réalisation de l’Amérique et d’intégration de celle-ci à une économie moderne : « Cette marche en avant s’accompagne, si l’on en croit Las Casas, de violences jamais égalées »18. L’encomienda suppose, en effet, un système d’exploitation de la main-d’œuvre qui, épuisée, s’effondre, et appelle toujours des renforts venus d’ailleurs, puis de nouveaux colons débarquent, enclenchent par pression démographique de nouvelles marches en avant et, à la mesure de leurs attentes, de nouvelles quêtes de main-d’œuvre :

Sans l’exploitation féroce des Indiens et déjà des Noirs, pas d’Amérique possible avant le XVIIIe siècle ; les échecs des colonisations pacifiques promues par Las Casas sont même là pour le démontrer. Pour faire entrer de force les Indiens dans une économie moderne, pour les contraindre à créer des richesses susceptibles d’annexer l’Amérique à l’Europe, pour dégager une production disponible pour une capitalisation à long terme, deux solutions seulement sont possibles au départ, qui dans la pratique se confondent : l’esclavage […] et cette solution intermédiaire qui s’appelle l’encomienda, la commende, dirons-nous, d’Indiens répartis19.

10Par conséquent, autant la Découverte serait un succès, pour P. Chaunu, autant la colonisation échouerait dans un « déchaînement des violences »20 :

La première vague de peuplement colonial déferle en 1511 […]. L’implantation est menée rapidement derrière un front combattant, par un système éprouvé à Saint-Domingue de points d’appui et de places […]. Elle a poussé le noyau le plus dense de la population dominante de Saint-Domingue à glisser en direction de Cuba21.

11Les autochtones constituent « une population moins nombreuse et, en outre, une population avertie du sort qui l’attend, par l’exemple proche de Saint-Domingue, et qui se dérobe »22. Ralentissement de croissance à partir de 1508 puis reflux en 1513 ; dès 1515-1517, c’est la crise et la recherche d’un « nouvel exutoire. Elle le trouve en Nouvelle-Espagne…, où elle s’engouffre en masse derrière Cortés »23. « Conséquence de l’agression microbienne dissipatrice de la main-d’œuvre indienne, [elle] entraîne la fuite en avant de 1519 » : « manque d’Indiens mais surpeuplement relatif de Blancs »24, peut-être 2 000 individus, conjugué aux déchirements entre Espagnols ; projections de Cortés puis de Pizarro ; « La marche en avant des conquistadores sème leurs arrières d’une série de guerres civiles dont les vaincus, après coup, alimentent la marche en avant de nouvelles conquistas »25. Vers le Pérou, le système se déploie et se démultiplie :

Mirage de l’or, rivalités civiles, luttes de partis, au sens ancien de clientèle, incapacité à se fixer d’hommes mus par la soif d’horizons nouveaux et de rapines, rôle des colonies transformées immédiatement en métropoles-relais d’autres colonies26.

12Parvenue à ce stade, l’analyse de structure atteint son plus grand profit et, paradoxalement, ses limites. P. Chaunu ne peut faire l’économie d’un récit de violence pour rendre compte de l’histoire des hommes et des femmes qu’il étudie. La spécificité de ce récit est double : stylistiquement, une certaine poétique de l’action fulgurante se fait jour ; dans le fond, le « seul contre tous » ressurgit dans le temps court, l’obsidionalité hante des collectifs en mouvement, comme si le ratio démographique ne pouvait jamais être marginalisé. Dépouillée de considérations morales, l’aventure Cortés est détaillée avec souffle. Après avoir pris Mexico, l’Espagnol doit partir vers la côte au-devant des troupes de Narvaez venues l’arrêter :

Isolées et affaiblies, les troupes laissées à Tenochtitlán sous le commandement de Pedro de Alvarado se sont affolées. Elles ont procédé par traîtrise au massacre, le 23 mai 1520, de l’élite de la noblesse aztèque réunie, à l’occasion de la grande fête annuelle du tóxcalt, dans la cour du Grand Temple de Tenochtitlán27.

13Aussi, « quand Cortés victorieux de ses compatriotes [rentre] à Mexico, le 24 juin 1520, c’est pour rejoindre des compagnons isolés et assiégés au milieu d’une population unanimement hostile et décidée à combattre ». Puis, c’est la Noche triste du 30 juin : « ils parviennent à fuir au prix de 50 % de perte, par la digue occidentale »28. À ce propos, il est un point étonnant : aucune cité des bords du lac de Texcoco n’accompagne la capitale Mexico dans sa révolte ; de la même manière en Lombardie en 1526, les Espagnols ont dû affronter la révolte de la capitale Milan, mais pas celle des cités secondes qui, elles, prêtent serment. Une intelligence des pouvoirs secondaires est à questionner chez les Espagnols. L’ensemble de ces problématiques se retrouve dans la seconde Conquista, celle du Pérou :

Plus que le Mexique, le Pérou colonial est le pays de la peur. A côté du pouvoir officiel subsiste, dans la montagne, un pouvoir officieux. Le soulèvement massif ayant échoué, Manco s’installe dans une interminable guerre d’usure, à partir des positions fortifiées29.

14Si l’on revient au Mexique, le massacre de Tenochtitlán (mai 1520) serait le produit d’un ratio démographique défavorable, de la peur obsidionale : « Peut-on poser comme règle que la violence du choc est inversement proportionnelle au nombre des dominants face aux dominés ? »30. Il faudrait ajouter, il me semble, l’habituation à la violence déchaînée et une probable valorisation des soldats les plus cruels par la troupe elle-même. Le personnage de Cortés et ses Espagnols prennent le pas sur tout le reste ; ils forment un cristal incassable par la masse en révolte. L’histoire fait corps avec la violence : après le massacre du 20 mai, interviennent la Noche Triste, la bataille d’Otumba et la mort du général adverse des mains de Cortés (7 juillet) ; Tlaxcala demeure fidèle ; la variole (« la mort épidémique ») et la famine frappent « plus que les arquebuses »31 ; la place de Segura de la Frontera est fondée comme pour conjurer les peurs sur le front avancé des violences ; le siège et les assauts sont donnés en mai-août 1521 contre Tenochtitlán ; une guérilla urbaine est menée (« pour désarmer les lanceurs des toits, chaque quartier conquis est rasé au fur et à mesure »32) ; le 13 août 1521, « le dernier quartier se rend »33.

15Une fois brossée, l’épopée cède la place à la pesée : « Héritier de la Confédération, Cortés étend sa domination, à la fin de 1521, sur près de 300 000 km² »34. C’est l’appel d’air :

Début 1523, le pays nahualt semble assez bien tenu pour servir de base de départ à une nouvelle Conquista. Elle est alimentée par l’humanité blanche des îles qui bascule littéralement sur le continent. Elle aboutit, en quelques années, à l’annexion sommaire d’un nouveau demi-million de kilomètres carrés. […] 1525 marque la fin de la fiction aztèque avec l’exécution de Cuauhtémoc. […] 1525 marque encore, si l’on veut, la fin de la Conquista en Amérique du Nord. Les surfaces contrôlées s’accroissent jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, mais le rythme est brisé35.

16Ce serait par une « une espèce d’indigestion d’espace », donc un déficit démographique, que le point de blocage est atteint. S’il n’y a de richesses que d’hommes, les conquistadores « en éprouvent […] les raisons »36. Succinctement, P. Chaunu rappelle les conditions démographiques de l’expansion espagnole au Mexique :

[…] entre les fourmilières des plateaux et le vide des cultures démunies des zones barbares, 4 à 5 millions d’hommes au total, peut-être sur 3 ou 4 millions de km2. Ce sont elles qui ont d’ordinaire constitué les arrêts les plus efficaces à la pénétration de la colonisation européenne. Sur ces zones de peuplement intermédiaire, se situe logiquement le grand échec de la colonisation espagnole37.

17Une fois le sud du Pérou atteint, l’expansion parvient à son extension maximale : « Au milieu du XVIe siècle, les vraies limites de l’empire possible sont dépassées »38. La dynamique s’enraye à ne pas trouver d’opposition monolithique pour finalement se dissoudre « dans ce monde morcelé, vide ou presque, sans tête à saisir »39. Après l’empire aztèque destructible car trop visible, après la masse mexicaine inabsorbable car trop nombreuse, il est question au Pérou d’allongement maximal de la chaîne logistique, notamment d’épuisement des colonnes enchaînées de porteurs indiens. La révolte autochtone de 1536 « marque l’approche d’un point de saturation, d’une certaine chute de prestige des vainqueurs. En tout cas, plus de surprise ; le terme atteint est la limite des humanités indiennes nombreuses directement assimilables » : « une espèce d’indigestion d’espace »40. La fin de la Conquista signifie l’arrêt du front des violences au profit de sa concentration dans la profondeur du corps social pour plusieurs siècles et enfin reconduites par les Indépendances des créoles.

La violence en Europe

Si la violence est naturelle […] il convient plus efficacement de mettre l’accent, de diriger le faisceau lumineux sur les facteurs culturels de paix41.

18Les années 1960 ont formé une manière de maturité de la pensée américaine de P. Chaunu. Au cours des décennies suivantes, l’historien va envisager plus directement l’Europe et ses problématiques, notamment à Paris. Au soir de sa carrière, sans jamais se départir du temps long, l’historien de la donnée sérielle, de plus en plus engagé dans les débats de société, devient philosophe de l’histoire ou plutôt, pour être parfaitement précis, d’une certaine vision de l’histoire au sein de laquelle la guerre canaliserait la violence. La pacification de la société serait fonction de la capacité de l’État à détourner la violence dans des opérations belliqueuses. Ce postulat structure deux introductions données à l’occasion de colloques organisés au Mémorial de Caen, en 1994 et 199642. Le contexte n’est pas innocent. Moments de joie, la chute de Mur et la dislocation du bloc de l’Est laissent place à une amère désillusion et aux sanglantes guerres balkaniques. Pour un homme né au lendemain de la Grande Guerre, il est alors difficile de ne pas en tirer des conclusions anthropologiques.

19Afin de répondre à la question « L’armement facteur de paix ou facteur de guerre ? », Pierre Chaunu recourt au triptyque violence, guerre et paix. L’historien de l’Amérique devient philosophe de l’histoire de la violence. Il rappelle son étymologie : du latin classique vis, « force en action », « sans vis, pas de vie », c’est le « zéro énergie » ; cependant, « dans violent et violence, vis dérive vers l’excès : le violent est pour le moins impétueux, mal contrôlé. Si la violence est partout où il y a de la vie, elle est à la fois indissociable de la vie et la menace »43. Si P. Chaunu refuse de mener une quête des origines de la violence intra-humanité, c’est qu’il est habité par une certitude : la violence « accompagne la vie, elle est la manifestation, la condition même de la vie ». Dans ces conditions, « si la violence est naturelle et les occasions de l’exercer fonction de la proximité (d’où la mutation du néolithique), … il convient plus efficacement de mettre l’accent, de diriger le faisceau lumineux sur les facteurs culturels de paix »44. Il ne tranche pas dans les origines de la violence, mais réfléchit à ce qu’on peut faire quand on est attaqué : « il faut agir en raison du risque », donc au « clivage dans la longue durée entre Nous et les Autres »45. Ainsi, « nos moyens culturels de nous rapprocher s’accroissent au rythme des moyens de nous détruire »46 :

Premier point, convoquez la violence, bien sûr, et non la guerre. C’est la violence qui s’oppose à la paix. Au cours de l’histoire, la guerre a fonctionné, mutatis mutandis, comme un processus de canalisation, d’ordonnancement, de finalisation de la violence médiocrement efficace, parfois dangereusement inefficace. Il est arrivé, sous nos yeux, qu’elle soit prétexte à pousser aux extrêmes toutes formes de violence…, mais il ne suffit pas de terminer la guerre pour déboucher sur la paix, pour éteindre d’un coup toute forme de violence47.

20Par-delà ses origines, la violence serait donc « nécessaire », tant au sens philosophique qu’utilitaire. P. Chaunu souhaite tenir ensemble « deux volets », le rationnel et la métaphysique. La question n’est pas l’éradication illusoire de la violence mais « sa maîtrise », « sa subordination à un but supérieur ». La seule éradication possible est celle de « la violence anomique, spontanée, celle contre laquelle nous font cruellement défaut ces conduites complexes instinctives »48. P. Chaunu évoque la violence nécessaire et juste à opposer à celle des gens sans raison. En l’espèce, l’historien recourt à la formule hobbesienne qui relie la prise de conscience de la violence interhumaine comme une donnée structurelle des humains entre eux, entre nature et culture, à la perte, au cours de l’évolution, de l’interdit de la violence intraspécifique. Fidèle à ses idées des années 1960 voire captif de son schème d’analyse, la violence est, toujours et encore, un rapport, une mise en regard de groupes humains et de ressources (peu / beaucoup de groupes et de ressources). Il y a indifférence, convoitise, stress de ressources et conflits :

C’est, historiquement, au moment d’une proximité plus grande et d’une richesse (modeste) accessible, disponible, convoitée, fruit d’un effort plus fourni marqué par la malédiction / bénédiction du « gagner son pain, sa nourriture, à la sueur de son front ». Alors explosent, simultanément, la violence anomique (d’abord sans règles définies) et la régulation, la finalisation de cette violence vers un but précis. Ce progrès, c’est la guerre. La guerre qui est une violence réglée, orientée, au service d’un but, finalisée49.

21La guerre serait donc la solution à la violence. Sa très longue durée impose sa présence autour du concept de « guerre régulatrice réglée au moindre coût en vies »50. P. Chaunu est convaincu que le renforcement des États est facteur d’une moindre mortalité jusqu’à la veille des deux guerres mondiales : « le progrès de l’armement aboutit (historiquement, sur le long terme) à la diminution des pertes »51. Il identifie trois grandes phases : montée de la violence du galet éclaté au néolithique ; recul sur 10 000 ans grâce aux structures canalisatrices et guerre réglée ; rupture d’équilibre et cycle court qui confirme la règle posée et vérifiée de la corrélation esquissée entre le progrès de l’armement et la diminution des pertes. À l’époque moderne, la guerre royale aurait favorisé une décrue des violences :

A côté de la guerre royale, demeure la guerre privée. Elle laisse peu de traces dans les documents. […]. Elle se distingue parfois mal du brigandage. Apparemment peu sanglante, unitairement, mais foisonnante, elle entraîne de lourdes pertes qui ne laissent que peu de traces. […] Le seigneur, chef d’une minuscule politie avec ou sans l’autorisation royale ou princière, se livre à l’incendie des récoltes et des masures des gens de l’adversaire. Combien de victimes du feu et de la faim sont imputables à cette violence rampante qui n’est pas tout à fait la guerre ? Le recul, puis l’élimination, de la guerre privée des VIIIe-IXe siècles aux XVe-XVIIe siècles sont, en chrétienté latine, le plus grand réducteur de la violence52.

22Une histoire qui prendrait le chemin de la guerre étatique se dirigerait-elle vers la paix ? De 1550 à 1914, à la suite des travaux d’André Corvisier, Pierre Chaunu soutient la thèse d’une « tendance lourde à la réduction du volume des pertes imputables à la violence spécifique interhumaine ». Il s’explique ainsi :

[…] ce gain a été réalisé en dépit d’opérations coûteuses : entendez la construction des grandes monarchies administratives, ces ébauches des Etats territoriaux, archétypes des Etats-nations ; la quête lourde de conflits de points d’équilibre entre de nouveaux ensembles (le conflit entre Habsbourgs et Bourbons) et… courte flambée des guerres de religions, conséquence de la montée conflictuelle des hautes eaux religieuses au sein de la chrétienté latine. La guerre de religions qui est un progrès par rapport à la phase initiale de violence religieuse anomique cède la place à des formes diverses de persécution, lourdement chargée de souffrances mais peu coûteuse en vies humaines53.

23Cela dit, P. Chaunu ne questionne pas la corrélation entre la réduction de pertes humaines dans les périodes de paix en Europe et l’accroissement des pertes dans les terres coloniales (par exemple, les conquêtes / pacifications du Transvaal, de l’Algérie, de l’Indochine, etc.), voire même postule que « la paix coloniale est le premier facteur de la croissance démographique en dehors de l’Europe »54. Cependant, comment expliquer qu’au moment où il y a le plus d’État dans la politique, les guerres et les violences atteignent des seuils inédits ? P. Chaunu n’y répond pas. Son regard se reporte sur la foi dans une tendance à la décrue des violences de guerres en Europe et « un transfert de la violence interétatique des Grands à la violence intraétatique »55.

24Dans l’œuvre de P. Chaunu, la violence et les violences, de part et d’autre de l’Atlantique, sont loin d’être absentes, sans être, pour autant, centrales. Seule une lecture ciblée met à jour, sinon un fil conducteur, du moins le motif récurrent de la violence, en tant que concept philosophique, et les violences comme pratiques. Aujourd’hui, quels sorts peut-on faire aux points de vue développés par Pierre Chaunu ? Moins étayé par un travail de fond, son point de vue philosophique sur la violence est celui qui convainc le moins, probablement parce qu’une fois formulé dans la très longue durée (10 000 ans), nous demeurons bien en peine de le replacer dans la complexité des temps moyen et court. En outre, le point de vue vitaliste de la violence qui est défendu n’est probablement pas le meilleur moyen de la comprendre. C’est du côté de son champ d’expertise, les Amériques, que le legs herméneutique de P. Chaunu est le plus à considérer. Contraint de penser les effets démographiques et spatiaux de la Conquista avec des unités de durées plus réduites (l’année et la décennie), l’historien affirme avec force combien le ratio allochtones / autochtones conditionne la conquête, la possession et l’exploitation des ressources sur un espace désenclavé et en expansion. Le sentiment d’obsidionalité par effet démographique qu’il postule pourrait être mis sur le métier pour repenser aussi bien les violences médiévales – que l’on pense aux Vêpres siciliennes – que celle du monde contemporain, notamment dans ses poussées coloniales, ainsi au Congo belge.

Notes de bas de page

1 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours, Paris, Armand Colin, 1964 ; Conquête et exploitation des nouveaux mondes [1969], Paris, PUF, 2010 ; « Nous et les leçons de l’Histoire », in Les enjeux de la paix. Nous et les autres, XVIIIe-XXIe siècle (Actes du 2e colloque du Mémorial, Un musée pour la paix, 8-9 décembre 1994), Pierre Chaunu (dir.), Paris – Caen, PUF – Mémorial Caen-Normandie, 1995, p. 1-37 ; « Violence, guerre et paix », Politique étrangère, n° 4, 1996, p. 887-898.

2 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 58.

3 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation…, p. 135.

4 Ibid., p. 5.

5 Huguette et Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), Paris, Armand Colin puis SEVPEN, 1955-1960.

6 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation…, p. 121, n. 1.

7 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 55.

8 Ibid., p. 36.

9 Jean-Pierre Berthe, « “L’Amérique” de Pierre Chaunu », Annales. Économies, sociétés et civilisations, 21e année, n° 5, 1996, p. 1091-1102.

10 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation…, p. 135.

11 Ibid., p. 136.

12 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 57.

13 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation…, p. 129.

14 Ibid.

15 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 60.

16 Ibid., p. 64.

17 Ibid., p. 75.

18 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation…, p. 133.

19 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 100.

20 Ibid., p. 66.

21 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation…, p. 130-131.

22 Ibid., p. 131.

23 Ibid.

24 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 78.

25 Ibid., p. 80.

26 Ibid., p. 85.

27 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation…, p. 154.

28 Ibid., p. 156.

29 Ibid., p. 169.

30 Ibid., p. 136.

31 Ibid., p. 157.

32 Ibid., p. 158.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 159.

36 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 67.

37 Ibid., p. 69.

38 Ibid., p. 85.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Pierre Chaunu, « Nous et les leçons de l’Histoire », p. 6.

42 Introductions du colloque Les enjeux de la paix (1994, actes publiés en 1995) et de la session du Centre des hautes études de l’armement au Mémorial (1996-1997).

43 Pierre Chaunu, « Violence, guerre et paix », p. 888.

44 Pierre Chaunu, « Nous et les leçons de l’Histoire », p. 6.

45 Ibid., p. 7.

46 Ibid., p. 5.

47 Ibid., p. 2-3.

48 Ibid., p. 6.

49 Pierre Chaunu, « Violence, guerre et paix », p. 889-890.

50 Pierre Chaunu, « Nous et les leçons de l’Histoire », p. 22.

51 Pierre Chaunu, « Violence, guerre et paix », p. 890.

52 Ibid., p. 892.

53 Pierre Chaunu, « Nous et les leçons de l’Histoire », p. 19.

54 Ibid., p. 23.

55 Pierre Chaunu, « Violence, guerre et paix », p. 897.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.