Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Systèmes de civilisation et crises dans le paysage démographique indien du Pérou (1532-1980)

Systems of civilization and crises in the Indian demographic landscape of Peru (1532-1980)

p. 57-70

Résumés

Français
English

Selon Pierre Chaunu, il y a des moments clés de cassure dans l’économie d’une région de la planète qui auront des répercussions sur la croissance ou la diminution de sa démographie. Chaunu a consacré quelques années de ses recherches à l’étude de la démographie amérindienne et mis en évidence la relation de cause à effet entre le système d’exploitation introduit par les Espagnols et le déclin de la population autochtone. Partant de cette prémisse et d’autres considérations de l’historien, nous présentons une analyse de l’évolution de la démographie péruvienne à partir de l’étude de trois grandes crises dans l’économie de ce pays correspondant à trois périodes déterminantes de son histoire : l’empire inca, le début de la période coloniale et les années 1950-1980.

According to Pierre Chaunu, there are decisive turning points in the economy of a region of the planet that subsequently affect its demographic growth or decline. Chaunu devoted a few years of his research work to the subject of Amerindian demography, and showed that the exploitation system introduced by the Spaniards caused the decline of indigenous populations. Keeping in mind this premise and some of the historian’s other considerations, we present an analysis of the Peruvian demographic evolution based on three major economic crises that took place in the course of Peruvian history at key times: during the Inca Empire, the early colonial period and the years 1950-1980.


Texte intégral

Introduction

1Pierre Chaunu se disait un « historien spatialisé » dans la mesure où les problèmes le menaient dans un lieu, là où il fallait mener l’observation1. Ses recherches réalisées dans les années 1960 avec les historiens de l’École de Berkeley2, l’avaient conduit à travailler sur le dépeuplement des Indiens de l’Amérique espagnole aux XVIe-XVIIe siècles. En s’appuyant sur la théorie malthusienne qui consiste à voir l’économie comme moteur principal de la démographie et la population comme moteur de l’économie, Chaunu arrive à la conclusion que l’effondrement de l’économie planétaire à cette période est dû à la chute démographique provoquée par la « panne des mines » où « il fallait voir les hommes mourir en deux générations »3. C’est en étudiant ce contexte de crise planétaire que Chaunu observe qu’« il y a un certain nombre de grandes cassures dans le temps, de grandes flexions [et que] si on arrive à comprendre ces flexions antérieures, peut-être aura-t-on plus de prise sur celles qui risquent de se produire »4.

2Cette remarque nous incite à étudier le rapport existant entre les périodes de crise, c’est-à-dire de profondes transformations d’ordre économique, politique et culturel, et les « grandes cassures » démographiques que le Pérou a subies entre 1532 et les années 1970. En effet, lorsque nous dessinons une courbe pour illustrer l’évolution de la population péruvienne pendant ces quatre siècles, nous constatons que cette courbe prend la forme de la lettre « U » et révèle que les « grandes cassures » démographiques correspondent à trois périodes clés de l’histoire économique et sociale de ce pays : d’abord, la période de la consolidation de l’empire inca vers les années 1530, avec une politique d’État qui visait à créer « une machine à hommes » ; puis la période coloniale et la déstructuration de la société indigène, entre les XVIe et XVIIIe siècles, qui provoqua un effondrement démographique ; et enfin, l’explosion démographique du XXe siècle.

3L’étude de ces périodes historiques nous apportera des indices précieux pour comprendre l’étendue des périodes de cassures socio-économiques et sur la démographie péruvienne.

La consolidation de l’empire inca vers les années 1530 et sa politique d’État pour créer « une machine à hommes »

4Dans le cadre de ses recherches avec les historiens de l’École de Berkeley, Pierre Chaunu mesure le poids démographique de l’Amérique préhispanique5 et, dans les années 1960, il estime que l’empire inca aurait été peuplé d’environ 8 à 10 millions d’habitants6. Calcul corroboré quelques années plus tard par D.N. Cook7, qui estime une population d’environ 9 millions vers 1520, et par N. Wachtel8, qui chiffre à 10 millions d’habitants la population de l’empire inca à la veille de la conquête en 1530. Comment les Incas ont-ils réussi à façonner un empire si peuplé dans un environnement contrasté et souvent peu propice au développement humain ? Nous nous demandons, à l’instar de ce que Chaunu avait observé, quels éléments expliquent cette première grande flexion démographique dans l’ancien empire inca.

5Le Pérou est un pays particulièrement cloisonné, divisé en trois régions géographiques : costa, sierra et selva, qui ont façonné une répartition inégale de la population et rendu pénible la communication naturelle entre ces régions. L’historien E. Romero signale à ce propos que dans cet espace l’homme « dut lutter, sur la côte, contre un climat nuageux pendant la majeure partie de l’année, dans les vallées il dut lutter contre les moustiques transmetteurs de la malaria et, dans les Andes, il dut adapter son cœur et ses poumons aux altitudes vertigineuses »9. Ce cloisonnement explique l’existence d’une diversité de cultures qui, pendant la période pré-incaïque, n’avaient aucune cohésion entre elles. D’après Romero, la civilisation inca incarnait le paradigme de l’habileté des gouvernants à dépasser ces limites géographiques et naturelles10. Ainsi, cette civilisation atteignit un haut niveau de progrès et d’expansion grâce à la conception étatique de ses chefs et à la mise en place d’une politique économique favorable à la croissance contrôlée de la population11. Car les Incas étaient contraints de vivre dans un territoire pourvu de ressources limitées et inégalement réparties et, de ce fait, ils anticipaient les famines en collectant et en stockant des vivres, et en distribuant les surplus alimentaires à la population qui en avait besoin.

6Aussi, pour mettre un terme aux conflits provoqués par les nouvelles conquêtes ou pour favoriser la création de systèmes d’irrigation ou de cultures plus adaptés, l’Empereur inca pouvait encourager un peuplement plus élevé là où celui-ci manquait, ou, au contraire, faire diminuer la population en l’incitant à se déplacer ou en la décimant après une conquête12. Ainsi, c’est en mobilisant la population pour surmonter les carences en denrées propres aux régions les plus froides ou les plus chaudes que l’État pouvait plus facilement surmonter les obstacles d’une géographie hostile au développement humain. Comme Louis Baudin le souligne, grâce à ce système « l’Inca réglait tous les déplacements, il installait de bons agriculteurs là où ceux-ci faisaient défaut […]. Il disposait, en définitive, ses sujets comme des pions sur un échiquier »13.

7Il ne fait aujourd’hui aucun doute que l’une des motivations de ces déplacements de colonies d’agriculteurs était de garantir la subsistance de la population. C’est pourquoi les Incas veillaient aussi à ce que ces déplacements ne menacent pas l’équilibre physiologique des populations transférées, en assurant leur adaptation climatique. L’Inca exigeait donc que « lorsque les Indiens étaient ainsi transplantés d’une province à une autre, les régions devaient toujours être comparables et qu’elles devaient être du même climat, afin que la différence de température ne leur porte pas préjudice car sinon ils mouraient »14. Par ailleurs, l’Inca faisait attention à ce que toutes les provinces de l’empire soient peuplées et ravitaillées avec tout ce qui était nécessaire pour la vie humaine et il veillait aussi à équilibrer les populations afin d’éviter que certaines régions soient excessivement peuplées et d’autres désertes15.

8C’est dans ce contexte que la phrase de Louis Baudin, « l’empire inca était une machine à hommes », prend tout son sens. À cet égard, Baudin souligne que la population était pour les Incas le facteur principal de la puissance économique et militaire et que personne ne pouvait s’affranchir de son devoir de fournir à l’État de la main-d’œuvre16. Par conséquent, il est légitime de penser que l’État devait encourager la natalité, car les enfants étaient considérés comme un actif à offrir dans le contexte de l’aide mutuelle – l’ayni – entre les membres de la communauté, et entre celle-ci et l’Inca. Mais paradoxalement, l’État ne tenait pas à ce que la population s’accrût de façon incontrôlable, car les terres étaient rares aussi17. Nous savons aujourd’hui que certaines pratiques préhispaniques limitaient la croissance de la population en établissant une sorte de malthusianisme naturel. Le génie de la politique nataliste de l’État Inca résida donc dans le fait de considérer la population comme le moteur de l’économie et l’économie comme le moteur du comportement démographique. Ce constat corrobore l’idée de Pierre Chaunu pour qui l’homme est le pilier de l’économie car « c’est lui qui crée la richesse »18.

9Ainsi, pour les Incas, le travail était obligatoire et l’empire exigeait un rendement maximal car il fallait entretenir l’empereur, la noblesse, financer les travaux publics, les guerres, etc. Les communautés ethniques devaient envoyer des colonies (mitimaes) dans des régions riches et fertiles pour approvisionner en denrées les communautés les plus pauvres. Les hommes des communautés qui avaient entre 18 et 50 ans devaient également réaliser la prestation personnelle de travail temporaire périodique, la mita, due à l’État : l’empereur enrôlait, à tour de rôle, des hommes qui partaient pendant des mois pour effectuer des travaux publics, par exemple la construction d’un gigantesque réseau routier et l’édification de palais et de forteresses.

10Mais l’État cherchait toujours un équilibre entre la terre, les ressources et la population et s’inspirait du principe des obligations mutuelles et réciproques des communautés ethniques qui composaient le Tawantinsuyu19, connues et comprises de tous leurs membres20. C’était sur la base de cette entraide que se développait un système d’obligations réciproques, d’abord entre les membres de la communauté, puis entre l’État et les communautés. Les communautés fournissaient donc l’énergie humaine nécessaire à la prospérité de l’État et, en échange, celui-ci mettait en place les ressources nécessaires pour garantir la subsistance des communautés impliquées21. Cependant, l’équilibre démographique trouvé par les souverains incas s’effondra à l’arrivée des Espagnols.

La période coloniale et la déstructuration de la société indigène

11L’arrivée dans le Nouveau Monde de nouvelles pathologies (oreillons, scarlatine, diphtérie…) jusque-là inconnues est, d’après Chaunu, à l’origine d’environ 80 % des décès de la population amérindienne, constituant la première cause de la chute démographique survenue immédiatement après la conquête22.

12Selon Chaunu, la conquista espagnole ne visait pas la terre, mais uniquement les hommes, ce qui explique que les conquistadors ne se soient pas préoccupés de l’agriculture mais de mobiliser la main-d’œuvre indigène pour l’exploitation minière23. Pour mieux imposer le travail obligatoire et recevoir le tribut, les autorités espagnoles décidèrent de dénombrer les tributaires éventuels (hommes mariés entre 18 et 50 ans). Dans ce but, Juan de Matienzo, juge de la Audiencia de Charcas, réalise un recensement et compte, en 1561, environ 535 000 indiens tributaires, ce qui correspond au chiffre de 2 675 000 habitants24. Ce chiffre révèle un dépeuplement de 73,3 % par rapport aux 10 millions d’Indiens estimés pour 1530, ce qui équivaut à une baisse moyenne annuelle de 3,73 %.

13En 1620, les estimations sur la population indigène donnent le chiffre de 680 000 habitants25. Cette évaluation laisse penser à une diminution démographique d’environ 74,6 %, par rapport à la population de 1561, avec un taux moyen de dépopulation de 2,02 % par an. Le déclin démographique continuait mais il était moins rapide.

14À propos de cette chute démographique prolongée, Pierre Chaunu reconnaissait que dans les civilisations amérindiennes l’homme américain avait été trahi « moins par le temps que par l’espace »26, car pour lui la chute démographique était plutôt consécutive au choc entre deux mondes qui jusque-là s’ignoraient. Chaunu notait que ce déclin continu de la population de l’empire inca ne pouvait pas être expliqué seulement par le choc microbien, ni parce que c’était la fin naturelle d’un cycle expansionniste. Pour lui, ce déclin était largement imputable au « changement des pyramides de domination, à l’adaptation des sociétés closes à une extraversion généralisée, à l’accélération d’une phase descendante normale d’un cycle endogène de population, mais surtout… à la fin du cloisonnement traditionnel » de la société inca27. C’est sur la rupture de cet équilibre que nous allons baser notre analyse de la deuxième crise démographique au Pérou.

15En effet, la réorganisation de l’espace andin menée par les Espagnols et l’introduction de nouvelles structures ont entraîné la fin de ce cloisonnement et favorisé la chute démographique. À partir de 1570, le vice-roi Toledo établit des reducciones, des villages d’Indiens complètement séparés de ceux des Espagnols. Ces reducciones devaient favoriser la conversion des Indiens au christianisme et faciliter la tasa28 des tributaires contraints à réaliser la mita coloniale29. Mais elles accélérèrent le processus de déstructuration et de réaménagement de la société inca : les Espagnols « réinventèrent » un nouvel espace andin car ni l’enclavement géographique ni la composition des communautés agricoles d’origine, basée sur des liens de parenté, n’étaient plus respectés avec le système des reducciones.

16Par ailleurs, la mise en place de la mita coloniale brisa aussi la réciprocité qui existait entre l’État inca et les communautés car elle mettait à contribution, sans obtenir une compensation de la part des autorités hispaniques, un grand nombre d’Indiens comptabilisés à cet effet. Ces Indiens tributaires avaient ainsi l’obligation de payer le tribut à l’encomendero, à l’Église et aux corregidores pour le maintien de leurs reducciones. Ils devaient en plus s’acquitter, à leurs propres frais, de l’obligation d’aller travailler dans les mines de Potosí et de Huancavelica30.

17Tous les Indiens tributaires des reducciones étaient donc soumis à l’obligation de la mita coloniale par le biais de leurs récoltes, de leurs produits manufacturés ou de leur travail, sans obtenir une compensation économique de la part des autorités. Par conséquent, pendant la période coloniale, les coûts de déplacement, de nourriture des Indiens ainsi que les coûts de production des Espagnols devaient être assumés par la communauté indienne d’origine elle-même31. En outre, la mita coloniale entraîna l’absorption de la main-d’œuvre indigène qui était « arrachée » aux travaux des terres agricoles, à l’élevage et à la fabrication de produits pour la consommation domestique. C’était, comme Karen Spalding l’a dit, un système basé sur une économie de prédation au détriment des Indiens des reducciones32.

18La vie matérielle et quotidienne des Indiens se déroulait au rythme de l’organisation économique des reducciones mais aussi à celui qu’imposait l’économie du système de marché colonial33. Si la nouvelle organisation coloniale tirait avantage des structures de l’État inca, elle ne respectait pas les principes géo-économiques incas. Ainsi, la force de travail indienne consacrée à l’agriculture fut détournée au profit de l’exploitation minière. De plus, les troupeaux appartenant aux conquistadors envahissaient les pâturages et souvent même les zones cultivées. Les systèmes de terrassement et d’irrigation furent abandonnés ou soustraits à l’usage de la population autochtone, et de vastes étendues de terre redevinrent irrémédiablement arides34. La disparition de cet équilibre amplifia l’effet létal des nouvelles maladies et la chute démographique.

19La société autochtone, désarticulée, devant fournir de la main-d’œuvre pour le travail forcé et victime des déplacements obligatoires, souffrit de la faim, de la fatigue et du désespoir, ce qui entraîna un affaiblissement physique et psychologique et une plus grande fragilité face aux maladies introduites par les Espagnols.

20Les femmes étaient particulièrement touchées par les travaux pénibles. Elles devaient aider à assurer les obligations fiscales que supportait l’unité domestique, aussi bien en accompagnant les mitayos dans leurs déplacements pour assurer leur subsistance qu’en s’occupant du bétail dans les reducciones, ou en cherchant l’argent nécessaire pour payer les produits de consommation35. À cause des corvées excessives et des nouveaux rapports de servitude que les Indiens subissaient, les femmes ne considéraient plus les enfants comme une valeur pour l’économie familiale et pour celle de la communauté. Les comportements reproductifs furent donc bouleversés, entraînant une réduction significative du taux de natalité connue comme le desgane vital, le manque d’envie d’avoir des enfants36. En 1745, le père jésuite José Gumilla soulignait que, pour les femmes indigènes, les enfants nés de l’union entre Indiens avaient un destin sombre et dramatique car « […] ceux-ci seront pauvres, délaissés par les autres personnes, forcés de servir même les esclaves noirs [et] de payer un tribut »37. Cet obscur avenir conduisait souvent les femmes à avoir recours à des pratiques antinatalistes. Nombreux sont les témoignages qui font allusion aux pratiques de stérilisation avec des herbes et des boissons afin de « ne pas donner naissance à des serviteurs pour ces étrangers »38. De même, en 1582 l’archevêque de Lima prenait connaissance de cas de suicides par la prise d’herbes empoisonnées pour échapper aux mauvais traitements, et également d’infanticides car « les mères tuaient leurs enfants à l’accouchement pour les libérer des tourments qu’elles subissaient »39. Ainsi, de nombreuses femmes indiennes, connaissant le destin qui les attendait avec leurs maris et les pénibles conditions de vie pour elles et pour leurs enfants, préféraient épouser l’homme européen, car elles considéraient que le fruit de cette union pouvait espérer une vie meilleure. José Gumilla observait à ce propos que ces indiennes mariées à des Européens « […] sont si fertiles et procréent tellement […] parce que leurs enfants ne sont plus des Indiens, ils ne sont plus tenus de payer le tribut, ils améliorent leur couleur de peau ainsi que leur fortune et sont mieux considérés que les Indiens »40.

21En définitive, la population de l’ancien empire inca passa de 10 millions en 1530 à 680 000 en 1620, soit une décroissance de l’ordre de 93 % en 90 ans. Cette décroissance se traduisit par un effondrement démographique dont la cause primaire fut le choc microbien survenu pendant la conquête. Mais le déclin démographique, qui dura plusieurs siècles, fut aussi le résultat de la diminution de la natalité et d’une mortalité élevée, provoquées par la désarticulation de la société inca et le réaménagement de la population indigène dans le système colonial. Ce contexte se prolongea jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, moment où s’instaura une certaine stabilité démographique.

22À la suite de la réorganisation de l’espace andin menée par la colonisation, la majorité des Indiens péruviens habitait dans les régions de la Sierra, occupant les maigres terres communautaires attribuées lors de la mise en place des reducciones. La plupart de la population criolla d’origine européenne, en revanche, s’installa traditionnellement dans les nouvelles villes du littoral, centres politiques et pôles économiques. Mais, en dépit de ces considérations, il ne faut pas oublier que, depuis le XVIIe siècle, la ville de Lima agit comme un pôle d’attraction sur les Indiens migrants. Certes, selon les chiffres du recensement réalisé en 1614 sous l’autorité du vice-roi le marquis de Montesclaros, la population indienne ne représentait que 8 % du total de la population de Lima, mais 98 % de ces Indiens étaient d’origine migrante. Ces migrants indiens de la période coloniale se sont assimilés rapidement à la société hispanique, non seulement en adoptant ses modes de vie mais aussi les métiers caractéristiques de l’économie urbaine, plus répandus chez les Espagnols : ils exerçaient des métiers qui impliquaient plus ou moins d’habileté comme la couture, la fabrication de chaussures ou la filature de la soie, en laissant de côté ceux qui exigeaient un grand effort physique41. Malgré cela, la réalité sociale au Pérou était marquée par le dualisme ethno-spatial. Ce dualisme perdura jusqu’aux années 1940-1960, quand une nouvelle rupture dans l’évolution démographique, résultat d’une transformation économique sans précédents, se produisit au Pérou, entraînant une croissance démographique spectaculaire aux retombées d’ordre socio-spatial inouïes.

L’explosion démographique du XXe siècle et la migration vers les villes

23Entre les dernières décennies de l’époque coloniale et le début de l’ère républicaine, après l’indépendance du Pérou, la population connaît une faible reprise à cause d’une natalité élevée mais aussi d’une mortalité également très importante42. En effet, en l’espace de 50 ans, entre 1800 et 1850, cette population avait à peine augmenté de 0,58 % par an, passant de 1 400 000 habitants43 à 1 880 000 selon le recensement officiel44.

24Mais, en 1876, un nouveau recensement affiche une population de 2 699 000 habitants45. Pendant ces 26 années, elle s’était accrue de 1,37 % par an, taux de croissance le plus élevé pour le XIXe siècle péruvien. En effet, le développement économique favorisé par l’exploitation du guano46 entraîna des bénéfices qui permirent la modernisation des haciendas côtières exportatrices de sucre et de coton, augmentant significativement leur productivité. Le pays entra dans une période de fièvre commerciale qui attira de nombreux migrants étrangers et favorisa l’essor de Lima. Durant cette période, la Sierra andine, qui connaissait aussi une légère croissance démographique, devint un réservoir de main-d’œuvre bon marché47, capable de fournir une force de travail aux entreprises côtières en cas de difficulté ou de crise48. Or, si cette région andine possédait certains centres d’exploitation des mines et de production de laine, elle ne bénéficia guère de cet essor économique et resta dominée par les haciendas traditionnelles, qui maintenaient des relations de travail serviles et des niveaux bas de production et de productivité49.

25Il faut attendre le XXe siècle pour constater un net accroissement démographique50 : entre 1890 et 1940, la population passe de 2 900 000 à 6 440 000 habitants51, augmentant de 1,6 %, par an. Les villes de la côte se développent davantage sous l’impulsion de la production du sucre et du coton destinés à l’exportation. L’exploitation minière ainsi que la production de laine provoquent également un certain dynamisme dans quelques provinces de la Sierra52. Mais le Pérou reste encore un pays très éloigné du processus d’urbanisation et de croissance que traversait l’Amérique Latine à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Comme la modernisation du pays repose notamment sur le développement de l’exploitation agricole exportatrice de la côte, les rapports de domination et le clivage entre la côte et la Sierra continuent de s’accentuer jusqu’aux années 1940-1960, où le Pérou expérimente un processus de croissance démographique et de développement urbain accélérés.

26En effet, en 1961, le recensement affiche 10 millions d’habitants, avec un taux de croissance moyenne annuelle par rapport à 1940 de 2,2 %. La population du Pérou atteint pour la première fois en quatre siècles la population qu’elle avait à la veille de la conquête. Le taux de mortalité diminue aussi de manière drastique, passant de 28 pour mille habitants en 1940 à 16 pour mille en 1960, alors que celui de la natalité reste élevé. En 1972, la mortalité est de 13 pour mille habitants, la natalité de 42, et la population atteint près de 14 millions, ayant augmenté depuis 1961 d’environ 3 % par an53.

27Cette explosion démographique, cette nouvelle cassure dans la démographie péruvienne, est une fois de plus favorisée par une transformation profonde de ses structures socio-économiques, notamment par un développement économique.

28En effet, entre les années 1940 et les années 1960, l’économie du pays entre dans un processus de croissance accélérée, avec un PIB qui croît de 5,5 % par an, taux deux fois plus élevé que celui des quatre premières décennies du XXe siècle54. Cet essor économique, résultant des exportations agricoles, de la pêche et des matières premières, permit de développer davantage les industries et les services sociaux, tels que l’éducation et la santé. Les infrastructures routières se développent aussi, ce qui favorise le transport des marchandises, particulièrement la production des haciendas côtières vers les principaux ports55. Par ailleurs, avec l’amélioration du système de transports et de communications, la circulation d’aliments vers les régions rurales de la Sierra devient plus importante et rapide, ce qui favorise un meilleur apport nutritionnel pour la population de ces régions. Ces zones ont aussi connu un développement important de la scolarité (primaire, secondaire et même supérieure) et une diffusion significative des styles de vie urbains, grâce aux médias.

29En outre, l’accès aux soins de santé, surtout aux vaccinations et à l’eau potable, augmente de manière sensible. Ainsi, la résistance aux maladies infectieuses, la première cause de mortalité, se renforce et le taux de mortalité, surtout infantile, décline rapidement. Mais, comme la natalité reste toujours élevée, la population du Pérou, dans les villes et dans la campagne, croît à un rythme soutenu.

30Cependant, les régions rurales de la Sierra sont peuplées principalement par des paysans des communautés indigènes qui ne possèdent pas de terres suffisantes pour absorber la croissante population active ni pour satisfaire la demande grandissante de produits vivriers.

31Les paysans andins ayant également appris le castillan ont commencé à partir de leurs communautés vers les villes les plus importantes de leurs régions où ils trouvent du travail et commencent à expérimenter une mobilité sociale ascendante. Ils possèdent donc une capacité de déplacement importante et jouissent d’une grande liberté par rapport à leurs modèles traditionnels de vie communautaire. Ainsi les conditions socio-économiques des zones rurales agissent sur la population andine comme mécanismes d’expulsion de migrants et le progrès des villes intervient comme facteur d’attraction de ces migrants56. Ces nouveaux migrants, appelés cholos57, une fois dans les villes, deviennent d’excellents intermédiaires entre la culture créole occidentale et la culture indigène58.

32L’exode rural, facilité par le développement des communications, devient massif au cours des années 1960. En effet, en 1940, ce processus affecte 591 000 personnes, en 1961 près de 2 280 000 et en 1972 environ 3 577 00059. Elles se dirigent vers les villes de la côte, notamment vers la capitale, Lima. Ainsi, si en 1940 cette ville abritait 10 % de la population totale du pays, en 1981 elle en concentre 27 %60. Le Pérou connaît alors un processus de « littoralisation » et d’« urbanisation »61. Si en 1940 la majorité de la population habitait dans la Sierra (65 %), en 1981 la plupart réside sur la côte (50 %) alors que la Sierra n’abrite que 39 %62 de la population, et la population urbaine passe de 27 % en 1940 à 65 % en 198163.

33Les villes de la côte, surtout Lima, acquièrent donc un nouveau visage, marqué par l’absorption de certaines traditions culturelles de milliers de migrants cholos en quête de travail et de mobilité sociale.

34Le processus de migration massive né dans les années 1960 façonne la société péruvienne, créant un nouveau type d’habitat urbain, appelé barriadas ou Pueblos Jóvenes64. Peu à peu apparaît dans les villes côtières un phénomène « d’indianisation ». Une fois installés dans les barriadas de ces villes, les migrants cholos tissent de nouvelles relations sociales et adoptent certaines formes culturelles occidentales urbaines, tout en conservant des éléments fondamentaux de leur culture traditionnelle. Dans cet espace, les anciennes traditions communautaires andines font irruption et interagissent avec le monde urbain de manière significative : par exemple la pratique de la minka, c’est-à-dire l’aide par le travail conjoint et solidaire de tous les membres d’un groupe social pour la construction d’une œuvre à usage commun ou familial, comme des maisons et des écoles, par exemple.

35Par ailleurs, face à l’incapacité de l’État et du système économique à absorber la masse migrante, cette population fait appel au modèle andin des liens familiaux et des réseaux de compadrazgo (relations de parrainage) pour s’adapter à la vie urbaine. Ces migrants intègrent ainsi une économie parallèle et informelle qui déborde les normes institutionnelles65. C’est ce que J. Matos Mar avait appelé le « desborde popular », qui a entraîné une transformation profonde dans la société péruvienne. Les villes de la côte subissent alors un processus de cholificacion, c’est-à-dire qu’elles témoignent de la naissance d’une nouvelle culture marquée par la présence des valeurs andines et occidentales.

36Ainsi, le processus de cholification des villes côtières atténue les différences socio-culturelles entre la Sierra et la côte et fait dissiper la crainte de certaines élites politiques progressistes qui, dans les années 1940-1950, mettaient en cause le dualisme ethno-spatial de la société péruvienne et craignaient une potentielle révolte violente indienne contre la société des Blancs et des Métis66. Ces élites considéraient alors que l’acculturation de l’Indien et son intégration à la vie nationale pourraient éviter cette situation67. Pierre Chaunu, lui aussi, percevait ce dualisme ethno-spatial. Il écrivait que, dans les années 1940-1950, au Pérou se ressentait encore le poids d’une géographie isolée, d’une inégale composition ethnique car « 40 % de Blancs et de Métis [vivaient] sur la côte et 60 % d’Indiens et de Métis foncés sur les plateaux de langue et de culture quechua jusqu’ici tenus à l’écart de la vie publique »68. Chaunu remarquait que ce dualisme était un problème socio-politique difficile à résoudre, car il était dû aussi bien à la résistance des classes sociales dominantes à accepter la nécessité d’intégrer l’Indien à la vie nationale, qu’au manque de prise de conscience de la « masse indienne » des bienfaits de cette intégration69. Mais Chaunu pensait aussi que si on mettait des moyens pour l’intégration, l’acculturation des Indiens viendrait d’eux-mêmes et se ferait de manière naturelle car pour lui « les Indiens […] chaque fois qu’ils ont science et pouvoir, ne cherchent qu’à sortir de leur indianité »70. Néanmoins, nous observons que l’acculturation n’a pas eu lieu et que les Indiens furent et restent des acteurs d’une nouvelle indianité urbaine qui s’est manifestée pour la première fois dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Conclusion

37À la lumière des écrits de Pierre Chaunu, nous avons examiné les trois grandes cassures que la population péruvienne a subies entre 1530 et 1972. Notre étude révèle qu’elles ont été déterminées par de fortes convulsions et transformations socio-économiques.

38La recherche ethno-historique révèle que le principe de réciprocité propre au fonctionnement des communautés agricoles avait contribué à la consolidation de l’empire inca. Grâce à ce principe, les communautés fournissaient de l’énergie humaine nécessaire à la prospérité de l’État et, en échange, celui-ci mettait en place les ressources nécessaires pour garantir la subsistance de ces communautés. Ainsi, cet empire a pu surmonter la géographie hostile et forger un État qui visait l’équilibre entre la terre, les ressources et la population. Il était capable de nourrir environ 10 millions de personnes, réparties très inégalement sur son territoire.

39Les maladies, mais surtout la désarticulation provoquée par le système d’économie coloniale, furent, comme Pierre Chaunu l’avait annoncé, les causes de l’effondrement démographique et du cantonnement des Indiens dans les régions rurales andines. Un siècle après la conquête, sur une population estimée de 10 millions d’habitants, il ne restait que 680 000 Indiens. Il a fallu attendre le XVIIe siècle pour voir une certaine stabilité démographique, et trois siècles de plus pour que le pays puisse compter à nouveau 10 millions d’habitants.

40Par ailleurs, c’est en 1960 que l’explosion démographique se fait jour à la suite d’un essor économique soutenu depuis les années 1940. Cette nouvelle transformation économique et démographique entraîne une migration des paysans andins vers les villes côtières qui atténue le clivage ethno-spatial traditionnel entre la Sierra et la côte. Le lien que Chaunu avait établi entre les cassures économiques et la démographie a été à nouveau corroboré. La dernière grande cassure démographique que le Pérou a subie confirme les observations de Chaunu en 1962, selon lesquelles en Amérique latine se préparait depuis un siècle une masse critique de transformations qui l’entraînerait, le moment venu, dans une explosion démographique généralisée71.

41Nous commencions par une affirmation de Pierre Chaunu selon laquelle « si on arrive à comprendre les flexions antérieures, peut-être aura-t-on plus de prise sur celles qui risquent de se produire ». Reprenant cette hypothèse, pourrions-nous prévoir d’autres cassures démographiques provoquées par des mutations socio-économiques actuelles ?

Notes de bas de page

1 Pierre Chaunu, Edgar Morin, « Histoires locales, histoire globale », Communications, 41, 1985, p. 223.

2 Il s’agit surtout de W.W. Borah et S.F. Cook. Voir Sherburne Friend Cook, Lesley Byrd Simpson, The population of central Mexico in the sixteenth century, Berkeley, University of California Press, 1948 ; Woodrow Wilson Borah, Sherburne Friend Cook, The population of central Mexico in 1548 ; an analysis of the Suma de vistas de pueblos, Berkeley, University of California Press, 1960 ; Woodrow Wilson Borah, « The historical demography of Latin America : Sources, Techniques, Controversies, Yields », in Population and Economics (Proceedings of section V of the fourth Congress of the International Economic History Association), Paul Deprez (éd.), Winnipeg, University of Manitoba Press, 1970, p. 173-205 ; Id., « The historical demography of aboriginal and colonial America : an attempt at perspective », in The native population of the Americas in 1492, William M. Denevan (éd.), Madison, University of Wisconsin Press, 1976, p. 13-34.

3 Pierre Chaunu, Edgar Morin, « Histoires locales, histoire globale », p. 223.

4 Ibid., p. 219.

5 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours, Paris, Armand Colin, 1964, p. 67.

6 Ibid., p. 69.

7 David N. Cook, Demographic collapse, Indian Peru : 1520-1620, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p. 114.

8 Nathan Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole, Paris, Gallimard, 1971, p. 140.

9 Emilio Romero, Historia económica del Perú, Lima, Fondo editorial de la Universidad San Marcos, 2006, p. 27.

10 Ibid., p. 40.

11 Louis Baudin, L’empire socialiste des Inka, Paris, Institut d’ethnologie, 1928, p. 48.

12 David N. Cook, Demographic collapse…, p. 7.

13 Louis Baudin, L’empire socialiste…, p. 135-136. Néanmoins, il est aujourd’hui prouvé que, vers les années 1500, le Tawantinsuyu fonctionnait sur la base de deux structures qui étaient interconnectées : la communauté ethnique agricole – l’ayllu – et la structure du pouvoir économique et social de l’État inca. Les gouvernants incas accordèrent une très large marge de manœuvre aux communautés ethniques avec lesquelles ils devaient négocier en permanence afin d’obtenir la « paix inca ». Par sa propre nature complexe, le monde andin avait besoin de ces deux modèles qui a priori semblaient opposés : d’un côté une gouvernance centrale étatique et d’un autre une gouvernance indirecte à travers les ayllus. Ana María Lorandi et Lorena Rodríguez ont souligné la capacité d’adaptation dont faisaient preuve les gouvernants du Tawantinsuyu. Voir « Yanas y mitimaes. Alteraciones incaicas en el mapa étnico andino », in Los Andes : cincuenta años después (1953-2003). Homenaje a John Murra, Ana María Lorandi, Carmen Salazar-Soler, Nathan Wachtel (éd.), Lima, PUCP, 2003, p. 145.

14 Inca Garcilaso de la Vega, Comentarios Reales [1609], Ayacucho, Biblioteca de Ayacucho, 1985, t. 1, Livre III, chap. XIX, p. 161-162. Des études récentes ont montré que la règle de l’équivalence écologique n’était pas toujours respectée et que les chefs incas transféraient souvent des colons dans des endroits très éloignés, à environ 2 000 kilomètres de distance. Voir France-Marie Renard-Casevitz, Thierry Saignes, Anne-Christine Taylor, Al Este de los Andes. Relaciones entre las sociedades amazónicas y andinas entre los siglos XV y XVII, Paris Ediciones Abya-Yala – IFEA, 1988, t. I, p. 72-74.

15 Ibid., Livre VII, chap. I, p. 85.

16 Louis Baudin, L’empire socialiste…, p. 48.

17 Ibid., p. 53.

18 Pierre Chaunu, « Mes Espagnes », in La historiografía francesa del siglo XX y su acogida en España, Benoît Pellistrandi (éd.), Madrid, Casa de Velázquez, 2002, p. 260.

19 Tawantinsuyu signifie « la terre des quatre régions » et c’est le nom que les Incas attribuèrent à l’organisation politique et spatiale en quatre parties administratives de l’État inca : Chinchaysuyo, Antisuyo, Contisuyo et Collasuyo

20 John Murra, « En torno a la estructura política de los Inka », in Formaciones económicas y políticas del mundo andino, Lima, IEP, 1975, p. 27.

21 Ibid., p. 31.

22 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 104.

23 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation des nouveaux mondes, Paris, PUF, 1969, p. 135.

24 Juan de Matienzo, Gobierno del Perú, Buenos Aires, Cia. Sudamericana de Billetes de Banco, 1910, p. 55. Cité par David N. Cook, « La Población Indígena en el Perú Colonial », Anuario del Instituto de Investigaciones Históricas, vol. 8, 1965, p. 85. Un tributaire représente une famille de 5 individus.

25 David N. Cook, Demographic collapse…, p. 118.

26 Pierre Chaunu, « Pour une géopolitique de l’espace américain », Anuario de Historia de América Latina, n° 1, 1964, p. 7.

27 Ibid., p. 13.

28 Le mot tasa indique le décompte d’Indiens tributaires qui devaient partir pour faire la mita. Les tributaires étaient les hommes mariés, âgés de 18 à 50 ans.

29 La mita coloniale correspondait aux obligations de travail imposées aux Indiens tributaires vis-à-vis des encomenderos, de l’Eglise, des corregidores, des Alcaldes mayores et de la Couronne. La mita coloniale impliquait aussi le travail dans les mines.

30 À cet effet, le vice-roi Toledo établit seize provinces de mita avec obligation pour un septième des tributaires de se rendre à Potosí. Là-bas, les Indiens étaient divisés en trois groupes qui effectuaient chacun une semaine de travail dans la mine (la journée commençait une heure et demie après le lever du soleil et finissait au coucher du soleil avec une pause de juste une heure à midi) avant de se reposer pendant deux semaines. Après une année, ils retournaient dans leurs villages et étaient exemptés de mita pendant sept ans. Voir Francisco de Toledo, « Repartimiento General de Indios para trabajar en las minas e ingenios de Potosí », in Disposiciones Gubernativas para el virreinato del Perú, 1575-1580, Séville, Publicación conmemorativa del V Centenario del Descubrimiento de América. Escuela de Estudios Hispano-americanos, CSIC, 1989, t. II, chap. 80, p. 359.

31 Garci Díez de San Miguel, Visita hecha a la provincia de Chucuito por Garci Diez de San Miguel en el año 1567, Lima, Ediciones de la Casa de la Cultura del Perú, 1964, p. 215.

32 Carlos Contreras, Compendio de Historia económica del Perú. Economía del periodo colonial temprano, Lima, IEP, 2009, t. 2, p. 23.

33 Luis Miguel Glave, « Resistencia y adaptación en una sociedad colonial. El mundo andino peruano », Norba. Revista de Historia, vol. 18, 2005, p. 56.

34 Fernando Fuenzalida, « Estructura de la comunidad andina », in Hacienda, comunidad y campesino en el Perú, Lima, IEP, 1976, p. 230.

35 Jacques Poloni, « Mujeres indígenas y economía urbana. El caso de Cuenca durante la colonia », in Mujeres de los Andes : Condiciones de vida y salud, Lima, Institut français d’études andines, 1992, p. 202.

36 Massimo Livi Bacci, « Las múltiples causas de la catástrofe : consideraciones teóricas y empíricas », Revista de Indias, vol. LXIII, n° 227, 2003, p. 41.

37 José Gumilla, El Orinoco ilustrado y defendido : Historia natural, civil, y geográfica de este gran río y de sus caudalosas vertientes, Madrid, Impresa por Manuel Fernández, 1745, p. 364.

38 Ibid., p. 363.

39 Cité par Nathan Wachtel, La vision des vaincus…, p. 146.

40 José Gumilla, El Orinoco ilustrado…, p. 367.

41 Paul J. Charney, « El indio urbano : un análisis económico y social de la población India de Lima en 1613 », Histórica, vol. XII, n° 1, 1988, p. 11-12.

42 Juan Wicht, « Realidad demográfica y crisis de la sociedad peruana », in Problemas poblacionales peruanos, II, Roger Guerra-García (éd.), Lima, AMIDEP, 1986, p. 11.

43 Chiffre estimé sur la base de l’analyse des archives réalisée par Alexander von Humboldt et Aimé Bonpland, Personal Narrative of Travels to the Equinoctial Regions during the years 1799-1804, Londres, George Routledge and Sons, 1851, vol. III, p. 129.

44 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 318. Dans cette faible croissance, il faudrait aussi considérer la division du territoire de la Vice-royauté du Pérou lors de la création des nouveaux États pendant le XIXe siècle. Cependant, le Pérou garda les terres les plus peuplées de cette ancienne vice-royauté.

45 Juan Wicht, « Realidad demográfica… », p. 13.

46 Le guano, mot quechua qui signifie excrément, est notamment employé pour désigner les déjections des oiseaux. Entre 1840 et 1879, le guano du Pérou engendra d’énormes richesses, car l’État péruvien, propriétaire exclusif des dépôts de guano, détenait le monopole mondial de ce fertilisant.

47 Un nombre considérable d’Indiens furent déplacés vers les haciendas de la côte comme travailleurs saisonniers moyennant le contrat appelé el enganche. Cette pratique se généralisa à partir des années 1910 et se poursuivit jusqu’aux années 1930.

48 Olivier Dollfus, El reto del espacio andino, Lima, IEP, 1981, p. 112.

49 Ibid.

50 La timide croissance démographique de la fin du XIXe siècle fut stoppée par la guerre contre le Chili entre 1879 et 1883. En effet, entre 1876 et 1890, le taux de croissance par an recula à 0,51 %, étant inférieur de presque un tiers à celui de la période 1850-1876. Cette guerre détruisit le système de communications et fit diminuer la production sucrière. Les revenus de l’État chutèrent de manière considérable car le Chili s’appropria la commercialisation du guano et du nitrate. Le nombre de pauvres augmenta considérablement ainsi que leur degré de pauvreté. Julio Cotler, Clases, estado y nación en el Perú, Lima, IEP, 1978, p. 114-118. Voir aussi Olivier Dollfus, El reto…, p. 113.

51 Juan Wicht, « Realidad demográfica… », p. 13.

52 Olivier Dollfus, El reto…, p. 112.

53 Entre 1961 et 1972, la natalité diminue de manière importante et continue à décliner depuis. En 1981, le taux est de 37,6 pour mille. Juan Wicht, « Realidad demográfica… », p. 13 et p. 36-38.

54 Juan Wicht, « Realidad demográfica… », p. 19.

55 Olivier Dollfus, El reto…, p. 113.

56 Sur le schéma théorique du push and pull, voir Remi Jedwab, Luc Christiaensen, Marina Gindelsky, Demography, urbanization and development : Rural push, urban pull and… urban push ?, The World Bank, 2015 : https://openknowledge.worldbank.org/handle/10986/29357.

57 Pour tout ce qui concerne le cholo, voir François Bourricaud, Changements à Puno, Paris, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, 1962.

58 Olivier Dollfus, El reto…, p. 129.

59 Censos Nacionales de Población, cité par Héctor Martínez, « Expansión demográfica, migración y desarrollo en el Perú », in Problemas poblacionales peruanos, II, Roger Guerra-García (éd.), Lima, AMIDEP, 1986, p. 121.

60 Héctor Martínez, « Expansión demográfica… », p. 120.

61 Ibid., p. 121.

62 Ibid., p. 120.

63 Juan Wicht, « Realidad demográfica… », p. 27.

64 José Matos Mar, Desborde popular y crisis del Estado, Lima, IEP, 1984, p. 28 et p. 34-35.

65 Ibid., p. 77.

66 Luis E. Valcárcel, Tempestad en los Andes [1928], Lima, Universo, 1972. C’était certaines élites dirigeantes des années 1920-1930 qui craignaient ces révoltes.

67 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 319.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 Pierre Chaunu, « Pour une géopolitique… », p. 12.

71 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 296.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.