Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

L’Amérique et les Amériques de Pierre Chaunu au XXIe siècle : forces et faiblesses d’une grammaire des espaces

L’Amérique et les Amériques de Pierre Chaunu in the 21st century: strengths and weaknesses of a grammar of spaces

p. 37-56

Résumés

Français
English

L’ouvrage de Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours (1964), est un ouvrage qu’il convient de relire avec attention. Nous avons voulu démontrer qu’il illustre la dimension pionnière et l’ampleur de vue de cet historien, au demeurant parfois excessif dans ses jugements historiques. Chaunu a su relever le défi consistant à dresser une fresque de belle envergure, qui saisit les grands enjeux spatiaux et les dynamiques historiques des peuplements américains en s’adossant à une culture exceptionnelle. Rien de plus roboratif pour un jeune historien aujourd’hui que de lire cet ouvrage qui met à l’épreuve la puissance du savoir et de l’esprit critique.

Pierre Chaunu’s book, America and the Americas, from prehistory to the present day (1964), is a book one should read again carefully. Our intention here is to show that it illustrates the pioneering dimension and breadth of vision of this historian although some of his historical judgments may be excessive. Chaunu rose to the challenge of putting together a large-scale work which captures the major spatial issues and historical dynamics of American settlements, drawing on his exceptional culture. Nothing is more stimulating for a young historian today than to read this book, which tests the power of knowledge and of critical thinking.


Texte intégral

Introduction

1Prendre pour objet d’étude un ouvrage de Pierre Chaunu est une proposition qui présentait un grand intérêt pour plusieurs raisons. D’une part la carrure de l’historien, pionnier dans sa façon de considérer que l’expansion européenne a pour principale motivation « le besoin, souvent inconscient d’espace ». D’autre part, c’est toujours stimulant de reprendre un texte déjà ancien pour réfléchir à ses possibles relectures, en particulier lorsque les questions d’histoire globale et de mondialisation traversent depuis les années 1990 les études des mondes ibériques à l’époque moderne. C’était aussi une façon de nouer ou renouer avec un historien qui, avec Marcel Bataillon de vingt ans son aîné, s’était attaché à l’histoire de l’Espagne moderne, l’empire de Charles Quint et la Monarchie Catholique. Chaunu a été membre de l’École des hautes études hispaniques (1948-1951) tandis que Bataillon avait dirigé l’Institut hispanique dans la délicate période de la post guerre civile et de l’Espagne franquiste1. Le premier était un historien démographe, le second un historien des idées, hispaniste et philologue. C’était donc l’occasion de prolonger ce travail de relecture que j’avais proposé pour Marcel Bataillon dans le cadre de la célébration du centenaire de l’Institut d’études ibériques et latino-américaines de la rue Gay-Lussac au cours de l’année 20182.

2L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours3 n’est peut-être pas l’ouvrage le plus lu ni repris de l’imposante et abondante bibliographie de Pierre Chaunu (1923-2009). L’œuvre se situe entre, d’une part, deux productions majeures des années 1950 – l’Histoire de l’Amérique latine en 1949, opuscule de la collection « Que sais-je ? » aux PUF, petit in-8° de 126 pages aux multiples rééditions (la dernière en 2009), et la thèse monumentale Séville et l’Atlantique4 (1955) – et, d’autre part, les deux volumes parus en 1969 : Conquête et exploitation des nouveaux mondes et L’expansion européenne du XIIIe au XVe siècle, remarquable synthèse utile pour tout étudiant américaniste, encore rééditée cinquante ans plus tard5.

3En 1964 donc, entre ces deux massifs textuels, Pierre Chaunu rédige L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours. Dans la postface, il dit de « ce petit livre » (qui sans les index compte malgré tout 392 pages dans sa version brochée) qu’il ne fut pas le fruit « d’un mince effort » et assurément on peut le croire car cette ambitieuse chronique supposait la maîtrise de problématiques historiques sur la très longue durée et sur de vastes espaces. Un mince livre qui n’est pas une mince affaire.

4Le propos diffère des œuvres qui l’ont précédé et suivi. Il s’en distingue par son volume médian, ni trop condensé ni cyclopéen, par l’espace concerné (Amériques au pluriel dans leur diversité géographique historique et culturelle sans perdre de vue son unité6), par la nature des documents iconographiques qui l’accompagnent, moins les images que les cartes (il a fait appel à l’atelier cartographique de l’EPHE7). Les ouvrages de Chaunu sont aujourd’hui encore une source iconographique pédagogique d’immense valeur. Enfin sur plus de 150 pages, Chaunu présente un appareil critique complexe, outre les bibliographies raisonnées, les index, le glossaire, on trouve des tableaux synoptiques chronologiques qui vont de - 35 000 ans à 1962 dans lesquels entrent en rapport de synchronie l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud avec le reste du monde (le monde et l’Amérique)8.

5L’Amérique et les Amériques est-il un ouvrage d’histoire globale avant que cela ne devienne à la mode ? Je ne pense pas utile d’ouvrir une discussion théorique historiographique : histoire globale, histoires connectées, globalisation, mondialisation avec tous les glissements et les querelles qui peuvent en découler. Ce qui semble indiscutable, c’est que l’étude du XVIe siècle et de l’élargissement du monde qui conduisit à sa circumnavigation fut une première mondialisation effective et l’on peut sans trop se tromper affirmer que cette dimension fut perçue par Pierre Chaunu et avant lui par Marcel Bataillon. Lorsque ce dernier, dans son cours au Collège de France sur l’histoire des Indes, analysait la première partie de La Historia de las Indias du chroniqueur castillan López de Gómara, il remarquait :

Deux notions nouvelles auxquelles Gómara consacre une suite de chapitres et qui passent pour avoir exercé une influence plus révolutionnaire sur les esprits : la notion que la terre est toute entière habitable, la notion des antipodes et de la communication humaine entre les points diamétralement opposés de la terre. Notions qui s’imposent en dépit de toutes les autorités contraires par la force de l’expérience9.

6Mais une chose est d’observer dans les textes et dans les cartes une première mondialisation effective qui coiffe la totalité du globe et d’en faire une analyse magistrale comme celle de Bataillon, une autre de construire depuis le XXe siècle une histoire globale du continent américain, bien avant que la mondialisation actuelle née des nouvelles technologies n’ait révélé l’importance opératoire du concept. Dès le premier XVIe siècle, les chroniques des Indes (Fernández de Oviedo ou López de Gómara), la cartographie (de Diego de Ribeira à Fernão Vaz Dourado) et les grandes chroniques, portugaises comme celle d’un Joao de Barros ou italiennes comme les Navigationi et viaggi de G.B. Ramusio, regardent le monde en surplomb, le plus souvent à partir de l’axe privilégié de la géographie des épices. Non seulement l’expérience de la navigation sur les océans du monde permet d’en mesurer la grandeur, mais on voit aussi se former une « conscience-monde » largement scrutée par un José de Acosta en particulier, et chez les érudits du temps en général : politiques, humanistes et marchands (sans que ces trois catégories ne s’excluent).

7Pierre Chaunu expose davantage et autrement10.

8Malgré son titre aux allures d’histoire continentale, il s’agit assurément d’un ouvrage d’histoire globale ou plus exactement d’un ouvrage dans lequel Chaunu pense l’Amérique dans une constante relation avec le reste du monde au point de conclure le livre en parlant, plutôt que d’une histoire américaine, d’« une modalité américaine de l’histoire du Monde »11. Une telle réflexion finale, si elle peut susciter bien des discussions, pose de façon très précoce l’idée centrale qu’il existe une histoire du monde à partir du continent américain. Cela fait penser à ce que nous avions appelé avec Serge Gruzinski et Boris Jeanne « les processus d’américanisation ». Nous mentionnions l’avant-gardisme de la pensée de Chaunu par rapport aux actuels penseurs de l’histoire globale et de l’introduction de la Chine face à l’Europe12. Chaunu a bien vu qu’une histoire-monde exclusivement bâtie sur un face-à-face entre l’Europe occidentale et la Chine tendrait à escamoter le poids et l’impact du Nouveau Monde et de l’Islam. En 1969, il mettait en garde son lecteur : « La polarité Chine-Méditerranée, cette tentation de demain, risque, en effet, de renforcer notre européocentrisme latent en l’élargissant à une dimension supérieure : celle des 45 % véritablement favorisés de l’humanité ». Et Chaunu d’ajouter : « Restent 55 %, au moins, de l’humanité. Leur rôle n’est pas purement passif. Cette moitié a le droit d’être un peu mieux qu’un objet »13.

9Nous avions ainsi commenté la perspective ouverte par Chaunu : « À partir du dévoilement de l’Amérique, l’histoire (celle des Occidentaux mais aussi celle des autres continents) s’édifie dans le cadre d’une inscription de l’espace de l’Amérique dans un espace mondial »14. Il semble bien que Pierre Chaunu ait tracé l’importance de cette dynamique des espaces à l’échelle du globe bien plus tôt.

10Mais finalement, ce qui compte c’est que l’histoire nationale qui, s’agissant de l’Amérique, est sans doute un des plus grands maux qui peut affecter l’historien, ne peut rendre compte de ce qui s’est joué au XVIe siècle ibérique, ce que Chaunu démontre avec la vigueur qu’on lui connaît.

11Qu’est-ce que la lecture de cet ouvrage peut apporter aujourd’hui à la connaissance et à l’analyse que les historiens et historiennes contemporains font de la narrative américaine15, comment en définir et en mesurer l’actualité ? Une telle question est délicate car elle suppose à la fois une attentive relecture de la dimension pionnière de l’ouvrage mais elle impose aussi de mesurer la distance qui nous sépare d’une telle fresque diachronique. L’œuvre se terminant sur le tableau de l’Amérique des années 1960, elle signale des bilans et des perspectives et pose des jugements qui étaient une prise de risque dont on voit aussi les faiblesses. Bien que périlleuse, la question mérite pourtant d’être posée non pas tant en vertu d’un coefficient de vérité, d’une justesse des pronostics, mais du point de vue de l’ambition ou la puissance de la vision qui est proposée et des connexions mises en œuvre. Ne souhaitant pas faire une analyse des cinq livres qui composent l’ouvrage, j’ai choisi de l’envisager selon trois axes : celui de la perspective spatiale continentale, le poids de la démographie comme une clé de compréhension et enfin l’histoire culturelle ou des mentalités qui inscrit la pluralité de l’Amérique moderne.

12Bien des réserves vont être émises devant ce livre paradoxal, mais en tout état de cause Chaunu opère un décloisonnement absolument saisissant et peut être le plus important fut-il de réussir à tisser une histoire commune et plurielle, ce que signale le titre. L’idée ne va pas de soi encore aujourd’hui : il reste très difficile de restituer l’unité de ce que les histoires partielles ou nationales fractionnent.

13Jean Pierre Berthe, au lendemain de la parution du livre, s’interrogeait sur le sens d’une histoire qui englobe tout le continent : les Amériques ont-elles une histoire commune ? N’y a-t-il pas un piège à vouloir construire un objet qui réduise la diversité humaine et géographique du continent ? Certains historiens contemporains de Chaunu comme Edmundo O’Gorman ou, avec une autre perceptive, Arthur P. Whitaker16 remettent en cause la valeur explicative d’une telle proposition. Pourtant les hommes du XVIe siècle ont bel et bien pensé l’Amérique dans sa globalité, et ont cherché à trouver une origine commune au peuplement américain sans opérer de discrimination ni géographique ni culturelle. L’unité de l’Amérique (à commencer dans sa dimension géopolitique impériale et spirituelle) ne faisait guère de doute à leurs yeux.

14Pierre Chaunu, pour sa part, croit cette idée féconde dans son principe. Les premières pages posent les fondements de l’histoire américaine : on y trouve la base géographique, l’importance concédée à la démographie, sans laquelle rien de sérieux ne peut être expliqué et enfin ce que nous appellerions el ideario de Chaunu, l’ensemble des valeurs qui vont lui permettre d’orchestrer les Amériques entre elles et avec le reste du monde. C’est à ces pages surtout que je vais m’intéresser.

Un continent méridien : « L’espace américain commande »17

15Avec Pierre Chaunu, grammairien des espaces, la prééminence de l’espace entre en décalage avec une tradition historiographique qui tend à privilégier le temps et la chronologie. Il aborde l’Amérique et l’histoire du monde qui lui est associée par le paradigme de l’espace continental qui se mondialise avec l’arrivée des Européens. Comme on peut le voir sur cette carte (fig. 1), il met en rapport les distances, les temps de connexion et les implications politiques et structurelles que ces distances ont générées avec la méridianité de l’Amérique et les variations de son éloignement par rapport à l’Europe.

Fig. 1 – Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours, Paris, Armand Colin, 1964, p. 89

Image

16Cet accrochage des continents fait de l’histoire de l’Amérique une histoire du monde en Amérique et une histoire de l’Amérique dans le monde, au prix, nous allons le voir, d’un incontestable sacrifice des époques précolombiennes.

17Quand on parle d’Amérique, l’espace est premier étant donné la singularité du continent américain. Chaunu présente, dès les premières pages, une carte pionnière fabriquée par l’atelier cartographique de l’EPHE de Paris, une carte qui manifeste la verticalité du continent arc-bouté de pôle à pôle et dont la position bi-hémisphérique est exceptionnelle ; sans être le plus grand, sans être le plus large, il est le plus long. C’est cela même qui a conditionné non seulement le peuplement préhispanique, mais aussi toute l’histoire continentale, une fois que les Européens ont touché les côtes des Antilles. C’est pourquoi ces premières pages ont une telle importance (fig. 2).

Fig. 2 – Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours, Paris, Armand Colin, 1964, p. 12

Image

Entre le 71e degré Nord et le 56e degré Sud, sur plus de 15 000 km du NNO au SSE, l’Amérique, ce double continent méridien, faiblement incliné par rapport à une verticalité parfaite, forme, de l’un à l’autre des bassins polaires, un cran entre les deux océans, l’Atlantique prolongé par l’Indien d’une part, l’océan Pacifique de l’autre18.

18Ce continent constitue une barrière pour atteindre l’Asie, une barrière désespérante sur plus de 30 000 km de côtes sinueuses qui contrarie l’inter-océanité mais offre la plus grande et la plus rapide diversité de paysages et de climats. Elle est responsable du rythme de la conquista qui est une modalité particulière d’occupation du sol. Chaunu ne rentre pas dans les détails des chroniques primitives des Indes castillanes rédigées par Pierre Martyr d’Anghiera, jusqu’à Gómara et Herrera en passant par José de Acosta. Pourtant toutes exhibent cette quête du passage (el paso), et la hâte – que Chaunu qualifiera ailleurs de névrotique – avec laquelle on commanda les expéditions avec parfois de stupéfiantes accélérations comme celles armées depuis La Corogne, Séville et la Nouvelle-Espagne après la découverte de la passe magellanique. Bien plus, les Anglais et les Français seront eux aussi saisis par cette obsession del paso. Dès la fin du XVe siècle, le Vénitien Giovanni Caboto cherche le détroit septentrional pour le compte du roi d’Angleterre. Cette connexion avec l’Asie explique la protomondialisation que dessine Chaunu avec vigueur, il est impossible de penser l’Amérique sans penser la totalité du monde. Et la meilleure preuve en est sûrement le traité de Tordesillas de 1494, qui partage le monde dans sa totalité entre l’Espagne et le Portugal : la géopolitique virtuelle rencontrait la dilatation des mondes.

19Chaunu n’entre pas, comme il le fait ailleurs, dans le détail des connexions entre navigation, cosmographie et géopolitique qui se mettent en place à la fin du XVIe siècle, ceinturant la totalité du globe, mais il en fait des synthèses aussi brillantes qu’efficaces. Par la vigueur de son tracé continental et des dynamiques qui s’y appliquent, il ouvre l’histoire de la première mondialisation en la fondant sur la construction de l’espace continental américain par l’Europe.

20Il voit dans cette méridianité géographique le facteur de « la vocation atlantique » de l’Amérique, un Atlantique transversal en même temps qu’il constitue l’obstacle majeur à l’unité et aux communications interaméricaines. C’est là une des idées fondatrices des premières pages. Il n’y a pas une ou deux Amériques, mais trois continents – on peut préférer « sous-continents » – qui s’articulent à partir d’une Amérique tropicale. Chaunu construit le premier espace colonial majeur autour de Saint-Domingue dans toute son extension (irradiante) et voit en Saint-Domingue la capitale d’un empire de 300 000 km219. Une telle vision en surplomb lui permet de distinguer en les articulant des unités évènementielles qui trop souvent sont éclipsées par le morcellement historiographique. Et de part et d’autre une Amérique du Nord et une Amérique du Sud. Une fois encore, l’espace commande comme facteur de l’histoire sur la longue durée : ces Amériques ont entre elles des liaisons toujours difficiles, et qui sont le plus souvent passées par l’Europe20. Il faut attendre la révolution des transports maritimes de la deuxième moitié du XIXe siècle pour que les choses changent. Cette discontinuité contraignante de l’espace a pesé dès l’origine sur l’histoire des civilisations, en imposant au peuplement amérindien et colonial un morcellement en archipels, tandis que se renforçaient les solidarités atlantiques de l’ère moderne et contemporaine. Des morceaux d’Amérique qui se rattachent à des morceaux d’Europe plus facilement que des morceaux d’Amérique entre eux. Telle serait la clé de l’histoire des pactes coloniaux jusqu’à l’histoire contemporaine.

21Cette grammaire historique des espaces est un des outils les plus incisifs pour tout historien travaillant sur l’émergence géographique du continent américain et que je trouve largement confirmée par ma propre recherche depuis de nombreuses années21. C’est que l’Amérique, quand elle commence à exister pour l’Europe, est d’abord hydrographique, des espaces saisis depuis les côtes. Ce sont les premières frontières tracées sur la carte, appréhendées ensuite par l’expérience de la marche ou de la navigation fluviale et dont les rythmes d’occupation sont inégaux : rapides voire névrotiques le long des côtes à partir des Antilles en six décennies seulement, ou bien lents voire pluriséculaires dans l’intérieur du continent ; décalés et progressifs en Amérique du Nord par rapport à l’Amérique « ibérique ». C’est bien ce mouvement de conquista et son pendant, l’apparition de la frontière en Amérique du Nord, qui se trouvent au fondement de l’histoire américaine. Les textes lui donnent raison. Il n’y a pas d’écriture de l’histoire coloniale espagnole sans une prose cartographique : Pedro Mártir, Fernández de Oviedo, López de Gómara, le Bachiller Fernández de Enciso dans la Suma de geographia, Bartolomé de Las Casas, José de Acosta, tous prennent à bras-le-corps « el nuevo mundo » et tracent côtes et chantiers des terres à venir. Jusqu’aux Relaciones geográficas de Juan López de Velasco du dernier tiers du XVIe siècle et à la chronique générale de Antonio de Herrera au début du XVIIe siècle, la géographie est un passage obligé.

22Contrairement à ces textes qui, tous, articulent, selon différentes modalités, le continent américain et l’extension asiatique à travers le Pacifique jusqu’aux Moluques22, dans le livre de Pierre Chaunu, la continentalité de l’Amérique n’est pas mise en rapport avec l’Asie pour en démontrer l’importance de l’enjeu géopolitique. Cette déconnection n’est pas une éclipse mais un choix méthodologique. En 1960, Chaunu publia une sorte de complément à sa thèse : Les Philippines et le Pacifique des Ibériques (XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles). Introduction méthodologique et indices d’activités, qui est plutôt un gros dossier d’histoire économique. Il y voit, là encore de façon pionnière, un cas de colonisation au deuxième degré, les Philippines étant la colonie de la Nouvelle-Espagne et la « plus occidentale des terres d’Extrême Orient ». Chaunu, dans son introduction, observe en effet que le catholicisme hispano-malais a survécu à tous les accidents de l’histoire. Certes cette disjonction semble s’inscrire aujourd’hui à contre-courant de l’énorme quantité d’études sur les rapports entre l’Amérique, les Philippines et l’Asie. Ici Chaunu mentionne les Chinois (culies) présents en Amérique mais la projection asiatique est la grande absente de l’histoire américaine dans ce livre, elle ne pèse presque rien, et est évoquée par raccroc pour dire de façon lapidaire que l’argent de Potosi y est avalé. Ouvrir cet espace pacifique et asiatique oblige à poser la question des Portugais et des Moluques. Cette séparation des espaces entre plusieurs ouvrages ne doit pas choquer. Chaunu a sous les yeux une Amérique sans intégration régionale, sans Alliance Pacifique, sans Chine investissant massivement dans les territoires d’Amérique du Sud au Brésil, en Équateur ou au Venezuela, sans milliardaire chinois achetant une bande de territoire nicaraguayen pour y doubler le canal de Panama ! Revenons donc à ce que fait le livre, aux décloisonnements qu’il opère, à ses mises en rapports audacieuses et lucides bien utiles plus pour la manière de s’y prendre que pour la pérennité de ses affirmations.

Les pesées démographiques

23L’espace n’est rien sans les hommes qui s’y inscrivent et il est immédiatement lié à la deuxième grille de lecture de Chaunu : la démographie, et en particulier le lien entre les dynamiques démographiques et la discontinuité de l’occupation des sols et de leurs transformations23. Le rapport démographique est donc le deuxième axe étroitement lié à l’espace. Ce recours à la démographie historique de façon systématique permet de mettre en évidence la plasticité de l’occupation territoriale et des accrochages humains qui s’y opèrent, selon les différentes régions et les différentes périodes. Tout repose sur l’idée d’archipel et d’inégalité de peuplement. Chaunu constate qu’il existe une forte discontinuité de départ dans le peuplement de l’Amérique. Par exemple, il pose que pendant la période préhispanique, 5 % de la surface concentrent 90 % de la population24, ce qui n’exclut nullement des zones de haute densité démographique (plateaux centraux et Antilles) mais présuppose de vastes espaces « vides ». Il est un des premiers à souligner l’importance des conucos, la technique agricole des Tainos largement décrite par les premiers chroniqueurs, et à en déduire leur haute capacité à nourrir des gens, ce qui fait revoir les estimations démographiques25 : Las Casas avait raison… Le premier évènement que souligne Chaunu est bien l’effondrement démographique des Amérindiens, reprenant les estimations contemporaines de l’École de Berkeley. Rappelons que c’est dans les années 1960 qu’apparaissent les premières études de démographie historique établies à partir de statistiques : elles sont en plein développement au moment où Chaunu rédige ces pages26.

24L’histoire coloniale se fonde sur les facteurs d’occupation (main-d’œuvre et richesses du sol et du sous-sol) dont dépendent les noyaux de peuplement, d’où l’existence d’un monde colonial lui aussi en archipel avec des espaces pleins et des espaces vides. Le concept d’espace vide est sans doute à débattre. D’un point de vue philosophique et anthropologique, il n’y a pas d’espace vide, tout espace est investi, traversé, incorporé par des groupes culturels tant sur le plan des déplacements, de l’économie que sur le plan spirituel. Chaunu adopte ici le point de vue des Européens face au nomadisme, vu comme une forme de barbarie, privative des droits du sol.

25Dans le traçage de ces processus d’occupation du sol américain par les Européens, la frontière et ses différentes modalités est un concept clé. Bien plus que l’édification des vice-royautés comme ensemble administratifs institutionnels, Chaunu est intéressé par les frontières, qui naissent de processus différenciés dans leurs rythmes, leur nature et leurs effets. Il procède ainsi à la présentation des temps coloniaux dans la totalité du continent et en rapport les uns avec les autres (Brésil, Amérique espagnole, Amérique anglophone, Amérique française). Comme toujours, ce qui caractérise le style de Chaunu c’est la clarté de l’exposition et son art de la formulation ! Il sait créer des eaux-fortes qui permettent de saisir de grands phrasés historiques. Par exemple, il oppose dans les formes de colonisation la conquista et la « frontière »27. Certes l’idée n’est pas neuve : Turner avait déjà développé cette ligne de frontière comme un « go west » qui régit et l’histoire et la nature même de l’homme étasunien. Mais Chaunu les illustre de quelques séries d’images et les caractérise en opposant le conquistador et le défricheur, « Cortés et Davy Crockett », puis Buffalo Bill qui repousse la frontière de la grande et insolite Prairie : le tout au rythme lent de 100 km par an28 ! L’opposition conquista / front de colonisation peut évidemment fournir un schéma commode à la comparaison des colonisations ibérique et anglo-saxonne.

D’un côté la conquista, l’exploration rapide à la recherche d’une issue, d’un dépôt minier à très haut rendement et la substitution au sommet d’une autorité européenne à une autorité indigène antérieure. De l’autre, la « frontière » […], une occupation du sol plus lente, accompagnée d’une transformation en profondeur derrière le front continu de colonisation29.

26Cela n’empêche pas de signaler les nuances et les exceptions mais l’architecture centrale est là. Ou plutôt le livre d’images : Pierre Chaunu convient d’ailleurs que les deux notions qu’il se plaît à opposer sont « dépourvues de nuances comme les images enfantines des bandes dessinées »30.

27Entre ces deux visions, il n’y a guère de place dans l’analyse de Chaunu pour les marges de l’empire colonial espagnol. La seule ligne explorée est la progression de la frontière luso-brésilienne, qui peu à peu gagne l’espace intérieur du continent sud. Mais pour ce qui concerne les marges chiliennes, ando-argentine, l’Amazonie occidentale ou l’espace des Chichimèques dans le nord du Mexique, on note une réduction du regard. Cela a pour conséquence la vision d’un empire colonial espagnol immobile, retranché. Dans les années 1960, il est vrai, ces espaces ne faisaient pas l’objet d’études affinées et c’est par l’anthropologie historique qu’ils étaient considérés. Ce sont les historiens de l’Amérique du Nord qui ont commencé à considérer comme axe de l’histoire des États-Unis la progression de la frontière vers l’Ouest, laquelle est étroitement liée à l’histoire des migrations, comme le souligne Chaunu. Ce lien entre espace et migration n’est pas aussi puissant pour l’Amérique espagnole, les confins sont indéfinis, relégués dans les interstices de la narrative historique ; il faudra attendre la fin du XXe et le XXIe siècle pour que ces espaces périphériques et ceux qui les traversent (captifs et transfuges) fassent l’objet d’une étude approfondie et nécessairement interdisciplinaire31.

28Il n’empêche : la pensée de Chaunu excelle par l’ampleur de vue et par l’originalité des mises en rapports qu’il propose. C’est le cas de son analyse originale du Brésil.

29Le Brésil, nous dit-il, « tourne le dos à l’Amérique espagnole »32. Plus proche de l’Europe (Gómara faisait remarquer dès 1552 que le cap Saint-Augustin est le point le plus proche du Vieux Monde33 !), il se distingue aussi par sa chronologie puisque son essor est postérieur à celui de l’Amérique espagnole, mais surtout l’idée novatrice est de raccorder le processus brésilien à l’histoire de l’Amérique du Nord (fig. 3). Ce qui les conjugue, c’est à la fois les rythmes de croissance démographique et la « mutation spatiale »34. Dans cette progression vers l’intérieur du territoire, Chaunu voit comme pour les États-Unis la force du front pionnier en mouvement, associé au cycle de l’exploitation de l’or à partir duquel le Brésil intérieur se construit. Là encore la perspective est large, l’or brésilien est une révolution à l’échelle du monde jusqu’à la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Plus loin, Chaunu manifestera la même audace en liant le destin des planteurs sudistes nord-américains à celui des planteurs sucriers brésiliens au XIXe siècle35. Cette ruée vers l’or brésilien, tout comme le conflit franco-anglais en Amérique du Nord et le conflit luso-espagnol au Brésil36, sont autant de raccordements entre ces deux macro-régions qui illustrent la vigueur des grands horizons que trace l’œuvre37.

Fig. 3 – Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours, Paris, Armand Colin, 1964, p. 135

Image

Les rythmes et basculements de l’histoire

30La troisième dimension de l’ouvrage est la conséquence de cette vision globale de l’espace américain et de ses dynamiques humaines pour opérer la captation de l’ensemble de ses histoires. Chaunu organise l’histoire à partir de matrices spatiales, ce qui lui permet de mettre en exergue les décalages chronologiques et surtout les différences de rythme (celui-là même des fluctuations économiques et démographiques). Il définit du coup différents modèles de sociétés et de développement. Ce qui lui paraît être la singularité de l’histoire américaine réside dans l’entrelacement de trois facteurs : l’importance de l’espace, la complexité de l’histoire de son peuplement (entre effondrement démographique et phénomènes migratoires) et la spécificité d’un temps historique précipité.

31Les dynamiques spatiales (territoriales et de circulation) et démographiques enracinent les valeurs culturelles des sociétés décrites, il s’agit d’établir le poids de l’action des hommes selon une échelle de valeurs et de jugements, Chaunu y expose aussi son propre ideario d’historien. C’est la partie parfois la plus discutable de la fresque diachronique qui nous est proposée. Plusieurs affirmations tranchées ont provoqué de sérieuses polémiques. C’est le cas de l’explication qu’il donne de l’extrême rapidité du cataclysme démographique américain. Sa pensée se fonde sur l’idée de supériorité indiscutable et indiscutée de la civilisation européenne38. Densité démographique (25 millions d’habitants sur le plateau mexicain dit-il, en reprenant les chiffres de W.W. Borah et S.F. Cook) ne signifie pas haute civilisation (c’est une condition « nécessaire mais non suffisante »).

32Le bâti des temporalités américaines repose sur une fracture radicale entre le temps préhispanique et le temps de l’arrivée des Européens. Cette fracture fonde une périodisation unique dans l’histoire de l’humanité : le temps américain, après trente ou quarante millénaires de protohistoire et d’histoire préhispanique, est devenu fondamentalement, depuis la découverte – nous dit Chaunu – un temps court, et affecté d’une série de décalages par rapport au rythme de l’histoire de l’Ancien Monde.

33Le temps précolonial, parent pauvre de l’ouvrage, sorte d’antichambre de l’histoire, est évoqué de façon très succincte : pour preuve le titre du chapitre « L’Amérique avant l’histoire ». C’est une protohistoire de 35 000 ans avant notre ère et le scénario historique de ce peuplement sous la plume de Chaunu retient une évidente charge polémique. Résumons.

34Les hommes qui passent par le détroit de Béring après le pont glaciaire engagent une avancée lente et progressive depuis le nord du continent mais ces groupes humains sont pris dans une « nasse » car il n’y a pas possibilité de faire marche arrière : les eaux se réchauffent et plus aucun passage n’est possible. Or ce qui compte dans une voie de communication et ce qui garantit l’échange, ce n’est pas seulement d’aller mais de pouvoir revenir. Ainsi la grande force de Colomb, ce n’est pas d’être allé en Amérique mais d’en être revenu. D’où l’idée d’un continent-nasse où l’on peut pénétrer mais sans pouvoir en sortir. Chaunu y voit la malédiction de l’Amérique préhispanique et l’échec de l’humanité indienne. Dans un style qui peut choquer nos sensibilités, il déclare : « La faiblesse de l’homme américain en Amérique, la dégradation irréversible de l’Indien est une des règles les plus importantes de ce premier passé humain du Nouveau Monde »39.

35Si les civilisations amérindiennes se sont écroulées si vite, c’est parce que l’homme américain a été trahi par l’espace, l’humanité américaine n’a pas pu profiter de l’expérience des autres hommes du monde. Chaunu présuppose ainsi que la civilisation naît des contacts et meurt de l’isolement.

36D’où ce paradoxe fondateur (tout à fait discutable) : « L’Amérique, malgré ses dimensions, n’est qu’un satellite »40 ; le continent ne naît que des expériences fractionnées du fait de cet étirement géographique, cette méridianité : les Amériques « semblent n’avoir communiqué que dans un sens et s’être refermées, l’une après l’autre, sur l’envahisseur ». Ceci explique donc « l’infériorité fondamentale des Amérindiens », dont les « épaules fragiles »41 ont été écrasées par le défi de l’espace : Chaunu ira jusqu’à parler d’indigestion d’espace.

37Cette infériorité est déclinée de mille manières : démographique, linguistique (éclatement de multiples langues, ce qui constitue un obstacle aux grandes communications, ignorance du monde aztèque par le monde inca), infériorité matérielle (la roue pour la locomotion, la métallurgie du fer, le soufflet de forge…), idée que tous frôlent la civilisation sans y parvenir. Mais Chaunu va plus loin, homme des paradoxes et des polémiques : cette « infériorité dans presque tous les aspects de la vie matérielle »42 est aussi infériorité spirituelle. Les civilisations aussi brillantes que celle des Mayas « ont joué la complication contre l’ordre, le luxe contre la puissance »43. Les Mayas excellent dans la carte du ciel mais sont incapables de naviguer, fascinés qu’ils étaient par le temps et paralysés par les attentes cataclysmiques : des civilisations peuvent être brillantes mais d’une extrême « fragilité »44.

38Chaunu élabore ainsi à partir de l’espace américain, cause de tous les maux précolombiens, une sorte de chronique géographique d’une mort annoncée. Il croit à l’échec de l’humanité amérindienne qui n’a pas résisté au choc de la rencontre avec les avant-gardes de l’Europe chrétienne. Elle n’a pas surmonté le double handicap de l’isolement et du cloisonnement : son drame, « c’est [de] n’avoir pu profiter de l’expérience des autres hommes, de l’Ancien Monde »45, à la façon de Sisyphe : « Chaque civilisation indienne s’est épuisée à gravir des sentiers analogues depuis les mêmes bas-fonds sans offrir à d’autres le secours d’un point de départ meilleur »46.

39L’affirmation est péremptoire et manque aujourd’hui cruellement de fondements. Sans développer les études anthropologiques qui déclinent le haut degré de sophistication des civilisations des hauts plateaux, d’autres recherches plus récentes par exemple sur l’espace amazonien font état d’ensembles culturels connectés sur de vastes distances47. De la même façon, il n’est guère possible d’ignorer l’empire comanche qui, durant plus d’un siècle, dans un espace comprenant une partie du Mexique, le Texas et le Nouveau-Mexique, fut un empire d’un type inédit qui, loin de végéter aux marges des colonies européennes de la région (Espagne, France, Angleterre), fut la puissance dominante avec laquelle ces nations durent composer48.

40Que retenir de cette première vision de l’espace américain qui semble ne tenir aucun compte de l’éclat culturel, de la complexité spirituelle, de l’intelligence matérielle (l’industrie, dirait Fernandez de Oviedo) des cultures indigènes ? Comment comprendre ces « points aveugles » dans la marqueterie des mondes amérindiens ? Chaunu, qui s’est rangé aux thèses de Berkeley, met l’accent sur le fait marquant de l’historiographie du temps. Il trouve une explication rapide d’un passé englouti par le cataclysme démographique. À ses yeux, l’histoire qu’il se sent en capacité de reconstruire est une histoire commandée par la « poussée » atlantique de l’Amérique. Il est certain que pour le lecteur contemporain, le poids des cultures amérindiennes est en quelque sorte sacrifié. Cela est à coup sûr dommageable car l’importance des cultures préhispaniques dans la construction du monde colonial, ces multiples expériences d’américanisation des Européens se trouvent également passées à la trappe. Pour preuve, les acteurs indigènes sont les grands absents de l’histoire américaine : on ne compte que la mention de Moctezuma, Atahualpa Cuauhtémoc et Tupac Amaru et Lautaro dans le corps du texte.

L’Amérique qui gagne et l’Amérique qui perd

41La première Amérique est donc l’Amérique de la conquista ibérique, dont l’expansion se prolonge jusqu’au début du XVIIe siècle. Ce n’est que dans les « vides », au demeurant nombreux, qu’elle laisse sur le continent que commencent à se mettre en place d’autres Amériques, portugaise, anglaise, hollandaise, française, aux débuts modestes et difficiles. La tendance commence à se renverser avec un XVIIe siècle de dépression, que Pierre Chaunu étend jusqu’au-delà de 1763. Les limites chronologiques de cette deuxième phase, dont la principale victime est l’Amérique espagnole, « Amérique stagnante » par opposition aux autres « Amériques en marche », peuvent évidemment être discutées mais il est vrai que « le temps ne coule pas toujours au même rythme » d’un bout à l’autre du continent.

42Le grand basculement, selon lui, s’opère avec les mouvements de l’indépendance. Et là Chaunu est redoutable dans ses affirmations tranchantes, à l’heure de considérer les mouvements latino-américains. Il façonne une forte opposition entre l’Amérique du Nord, vigoureuse gagnante, et l’Amérique espagnole, une Amérique catastrophique. On peut adopter son analyse des phases de construction du monde nord-américain dans sa voracité territoriale et conquérante, mais il semble victime de ses emportements dans la critique virulente de l’histoire nationale latino-américaine, qu’il juge coupable et fallacieuse.

43Tout vient, selon Chaunu, de ces « ratés », de ces terribles échecs qui sont appelés grandes victoires dans l’historiographie nationale latino-américaine. L’Amérique espagnole qui se décompose fait l’objet, au fur et à mesure que l’on s’approche du monde contemporain, de propos de plus en plus stigmatisants. Après le temps colonial, c’est un mouvement de descente aux enfers que celui des sombres années de l’indépendance. Peu de sauvés et encore moins d’élus. Donc entre l’échec de l’humanité préhispanique et l’effondrement de l’Amérique émancipée, s’exhibent les temps plus heureux de la colonie. Non sans raison, Chaunu refuse de voir dans les mouvements de l’Indépendance une version ibéro-américaine de la Révolution des Insurgents des treize colonies et, de façon iconoclaste, il rejette toutes les explications habituelles. L’indépendance ou plutôt l’illusion de l’indépendance n’est pour lui ni l’aboutissement d’un Siècle des Lumières américain – la participation de l’Amérique aux Lumières n’est pas douteuse, mais reste limitée à l’élite urbaine d’une minorité créole –, ni la révolte contre les abus du régime colonial.

44La raison profonde de la rupture des Empires ibériques est donnée par un retour à la démographie. C’est évidemment « la croissance numérique des Créoles »49 (et la croissance démographique globale), plus nombreux et plus riches qui supportent moins que jamais les Espagnols péninsulaires. Ceux-ci gardent une place privilégiée au sommet de « la cascade ethnique et sociale des mépris »50 qui domine les rapports internes d’une « société en proie au mal aristocratique »51. Il est vrai qu’il est plus juste de parler d’émancipation que de révolution de l’Indépendance. Mais Chaunu est plus corrosif dans son style en déclarant une indépendance faite à contretemps de l’extérieur donc en décalage avec la capacité de ces mêmes élites à se gouverner : en d’autres termes une erreur chronologique. Il oppose donc les deux mouvements d’émancipation : celui du Nord, celui du début d’une grande nation, et celui de l’Amérique espagnole (le Brésil est encore à part)52. Le vocabulaire est implacable : morcellement, ruine, désillusion, violences inouïes, les Amériques indiennes sont des Amériques catastrophées53. Chute démographique drastique : la chance du XIXe siècle a déserté l’Amérique hispanique ; il s’agit d’une émancipation fallacieuse, elle est mal préparée : « Elle n’a aucune expérience politique d’un self government à large extension »54, et son économie extravertie est un facteur de dépendance et non d’autonomie.

45Pour l’Amérique du Nord, celle de la frontière, l’Indépendance a été l’occasion d’un nouvel élan ; pour l’Amérique espagnole, elle est le désastre qui inaugure « le temps des catastrophes » du XIXe siècle, à commencer par le cycle des guerres civiles. Tout est venu du retrait de l’Europe : la chute du Portugal, la coupure des communications atlantiques de l’Espagne, l’absence de la métropole, si bien que les quatorze années de guerre d’émancipation sont en réalité une guerre de l’Amérique contre elle-même. Ce chapitre vise à déconstruire l’histoire nationale. Point de grandeur : face à la morgue des péninsulaires super blancs godos, le créole veut acquérir la grandeur et est atteint du mal aristocratique : « Dans l’ordre des vanités nobiliaires, l’Amérique espagnole est à la fin du XVIIIe siècle la province privilégiée de la plus vaine des Europes »55.

46Cette thèse virulente peut largement être discutée ; on pourrait faire remarquer que beaucoup de mouvements révolutionnaires ou d’émancipation ont bénéficié in fine à de petits groupes, à des élites souvent éclairées qui l’ont confisquée : ce n’est pas le seul cas de l’Amérique espagnole.

47On peut aussi observer que la conscience d’être américain est un processus idéologique et culturel puissant depuis Clavijero, en passant par Caldas, ou la Carta a los americanos de Vizcardo y Guzman dont Chaunu ne tient pas grand compte. Bolivar est à peine évoqué pour ses échecs ou ses massacres comparables à ceux des loyalistes ! Le portrait de Miranda relève de la caricature : « commensal de la Grande Catherine, il exhiba son visage de bellâtre préromantique dans le Paris révolutionnaire après avoir fait la preuve de son inaptitude militaire dans l’armée Dumouriez à Neerwinden en 1793 »56, sans parler de l’échec complet de sa tentative de soulèvement au Venezuela !

48Le soulèvement dont Hidalgo prit la tête est vu comme « un hoquet des profondeurs », une meute hurlante aux instincts élémentaires (la vengeance, la terre)57.

49Chaunu procède ici par raccourcis plus brutaux que convaincants et, dans le droit fil des premières pages, il affirme que « l’autorité de l’Espagne était le ciment contre l’insurmontable espace »58 américain. Avec l’indépendance, l’Amérique espagnole a perdu pied !

Conclusion

50Ces dernières réserves ne doivent pas réduire la dimension roborative de l’ouvrage, qu’il faut prendre avec ses synthèses brillantes et ses brutaux coups de menton idéologiques. Il ramasse avec vigueur et une grande clarté les phrasés de l’histoire américaine, en souligne les logiques, et en montre les basculements en convoquant une masse documentaire exceptionnelle et tout à fait de son temps.

51Je me suis concentrée sur les premiers chapitres qui coiffent les mondes coloniaux américains, résolument mis en tension et comparés selon une perspective à la fois eurocentrée et globale. On mesure la vigueur de cette pensée capable d’élargir, recomposer, comparer des ensembles géographiques et démographiques avec des outils solides : les « règles de l’espace », les dynamiques démographiques et la conjugaison des temps et des espaces.

52Ces outils sont d’une indiscutable efficacité pour les XVe et XVIe siècles, qui sont des siècles de croissance spatiale ; Chaunu s’est fait le chantre du désenclavement planétaire, désenclavement qui part de l’Europe (densément peuplée qui prend corps sur le plan technologique) et se trouve marqué par la suppression de deux verrous, Vasco de Gama d’un côté, Colomb et Magellan de l’autre, qui donc à l’Ouest et à l’Est exhibent le terme de l’univers-temps méditerranéen.

53À partir de l’image d’un continent aujourd’hui fragmenté qui peine à développer des politiques d’intégration régionale, on peut poser une série de questions sur les spatialités de l’Amérique et les facteurs historiques qui unissent et distendent les Amériques, ce qui relance la thématique tracée par Chaunu. De ce point de vue, c’est un précurseur. L’histoire de l’Amérique est celle de sa fragmentation en Amériques plurielles (d’où le titre) ; la plus grande naissant au XIXe siècle. D’ailleurs la dernière partie du livre, du coup, retombe dans les chausse-trappes de l’histoire nationale pour l’Amérique latine59. Chaunu est plus vif et manifeste plus d’acuité lorsqu’il évoque la folle expansion impériale des États-Unis jusqu’à l’Amérique victorieuse des années 1950 et 1960. Du coup, dans le dernier chapitre intitulé « Vers une Amérique sans rivage », il a opéré cette usurpation sémantique contre laquelle nous croyons bon de batailler. « L’Amérique », ici, ce sont les seuls États-Unis, affirmation à peine voilée de leur hégémonie60. Face au danger explicite de l’Union soviétique, c’est l’Amérique à la conquête de l’Amérique, l’Amérique qui fabrique en son sein son propre nouveau monde. Lucide, Chaunu affirme qu’il ne s’agit pas tant d’une conquête territoriale (les vastes espaces qu’elle occupe dans la vente à la découpe du Mexique par exemple ou en achetant l’Alaska) que de la conquête de la puissance, dont le ressort profond est encore la démographie : entre 1820 et 1930, les États-Unis ont absorbé à eux seuls 75 % des 50 millions d’hommes dispersés par l’Europe.

54On dirait que de l’Amérique malheureuse il ne reste que peu ou presque rien à dire : elle semble immobile, obsolète et même dangereuse (Cuba et surtout la Guyane anglaise qui seraient les têtes de pont de l’Union soviétique).

55À la fin du livre, l’Amérique dite ibérique a disparu comme dissoute, tandis que l’Amérique en titre s’étale et porte le white man’s burden de par le monde, mais quoi nous sommes en 1960…

Notes de bas de page

1 Marcel Bataillon fut membre du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes de 1934 à 1939. Il dirigea l’Institut hispanique puis fut nommé professeur au Collège de France après la Seconde Guerre mondiale. Il avait soutenu une thèse de doctorat majeure en 1937, Érasme et l’Espagne. Recherches sur l’histoire spirituelle du XVIe siècle, soit plus de vingt ans avant la thèse de Chaunu (1959-1960). Ses travaux sur des auteurs espagnols et portugais l’avaient rendu célèbre. Une génération sépare les deux maîtres.

2 Voir le site http://www.hispanistes.fr/index.php/accueil/40-shf/1190-activites-dans-le-cadre-du-centenaire-de-l-institut-d-etudes-hispaniques.

3 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques, de la Préhistoire à nos jours, Paris, Armand Colin, 1964.

4 Huguette et Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), Paris, Armand Colin puis SEVPEN, 1955-1960.

5 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation des nouveaux mondes et L’expansion européenne du XIIIe au XVe siècle, Paris, PUF (Nouvelle Clio), 1969.

6 Il y a d’autres histoires de l’Amérique, comme celle réalisée sous la direction d’Antonio Ballesteros Beretta, Historia de América y de los pueblos americanos, Barcelone (depuis 1935), 25 volumes prévus, 23 parus, par des historiens espagnols en majorité. Sous la direction de Ricardo Levene, la Historia de América, Buenos Aires (à partir de 1940), 14 vol., réunit une équipe d’historiens hispano-américains. Francisco Morales Padrón a assumé, seul, la rédaction des deux gros volumes consacrés à l’Amérique dans le Manual de Historia universal, t. V : Historia general de América, Madrid, Espasa Calpe, 1962 (pour l’histoire précolombienne et coloniale) et t. VI : Historia general de América, Madrid, Espasa Calpe, 1962 (pour la période de l’Indépendance et les XIXe et XXe siècles ; avec l’index des deux volumes). Les chapitres consacrés à l’Amérique dans les cinq volumes dirigés par Jaime Vicens Vives, Historia social y económica de España y América, Barcelone, Teide, 1957-1959, constituent une œuvre très originale et de tout premier plan ; mais elle ne concerne que l’Amérique espagnole. Tous ces ouvrages sont soit énormes (plusieurs tomes), soit limités à certains siècles, soit limités à l’Amérique espagnole.

7 Chaunu, dans la postface, remercie Guy Arbellot et l’équipe du laboratoire de cartographie de la VIe section de l’EPHE.

8 Chaunu n’invente pas : c’était une pratique en usage dans de nombreuses collections : pour simple exemple, le tome Civilisation de la Renaissance, de Jean Delumeau, publié chez Arthaud en 1967. La comparaison de cet outil et des catégories choisies révèle le « point de vue » choisi par chaque auteur : la colonne « évènements dans le reste du monde », qui pourrait correspondre à « Le monde et l’Amérique » chez Chaunu, est significative : l’un regarde surtout l’Europe, l’autre regarde le monde.

9 « L’habitabilité du monde et les Antipodes », cours de Marcel Bataillon, Archives du Collège de France (1956-1957) cote : BTL, 19-4 (3).

10 Nous nous sommes adossée pour écrire cette étude à l’excellent compte rendu que Jean-Pierre Berthe rédigea dès la parution du livre de Chaunu : « “L’Amérique” de Pierre Chaunu », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 21e année, n° 5, 1966, p. 1091-1102. Nous sommes en accord avec bon nombre de ses remarques ou de ses réserves. Nous avons tenté de dégager d’autres axes qui, aujourd’hui, nous ont paru démontrer l’ampleur de vues et la dimension pionnière de Pierre Chaunu.

11 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 348 : c’est la dernière phrase du livre.

12 Roy Bin Wong, China Transformed : Historical Change and the Limits of European Experience, New York, Cornell University Press, 1997, ou Kenneth Pomeranz, The Great Divergence : Europe, China, and the Making of the Modern World Economy, Princeton, Princeton University Press, 2000.

13 Pierre Chaunu, L’expansion européenne…, p. 260.

14 Louise Bénat-Tachot, Serge Gruzinski, Boris Jeanne, Les processus d’américanisation, t. I : Ouvertures théoriques, Paris, Le Manuscrit (Fabrica Mundi), 2012, Introduction, p. 2.

15 Narrative au sens du grand récit de l’histoire américaine : par grand récit, j’entends la dimension exceptionnelle de cette histoire et à laquelle Chaunu était très sensible.

16 Arthur P. Whitaker, historien de l’université de Pennsylvanie, spécialiste de l’Amérique latine et de l’histoire des États-Unis, a montré les dessous et les fragilités, en travaillant en particulier sur les frontières des empires espagnol et anglais à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles. Il a tenté de démontrer que l’idée de l’unité américaine est plutôt une gêne qu’une aide pour l’historien qui veut s’en servir comme élément d’explication : il s’est opposé sur ce point à Chaunu. Voir Arthur P. Whitaker, « The Enlightenment in Spanish America », Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 102, n° 6, décembre 1958, p. 555-559 et The Western Hemisphere Idea : Its Rise and Decline, Ithaca, Cornell University Press, 1954.

17 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 11.

18 Ibid. On pourrait ajouter « lui-même prolongé par la mer de Chine ». Rappelons que la dimension asiatique est tout à fait intégrée dans l’analyse globale de Chaunu, qui a consacré un volume entier aux Philippines.

19 Ibid., p. 76.

20 Ibid., p. 12-13. Il est intéressant que ce peuplement précolombien repose sur l’idée d’archipel et de discontinuité. Ailleurs, il la comparera à celui de la Chine ancienne : Pierre Chaunu, Histoire, science sociale. La durée, l’espace et l’homme à l’époque moderne, Paris, Sedes, 1974, p. 140.

21 Louise Bénat-Tachot, « Cristóbal de Haro, un marchand judéo convers entre trois mondes au XVIe siècle ou le défi d’une “globalisation” avant l’heure », in Les Sépharades. Histoire et culture du Moyen Âge à nos jours, Esther Benbassa (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2011, p. 135-160 ; « Une herbe qui relie les parties du monde… », e-Spania [en ligne], 12, décembre 2011 : http://e-spania.revues.org/21429 ; « Les voix / voies de la carte », e-Spania [en ligne], 14, décembre 2012 : Écritures des espaces, écritures de l’histoire, Louise Bénat-Tachot (dir.) : http://e-spania.revues.org/21829 ; « Augustin, l’Amérique et la máquina mundial », in Augustin en Espagne, XVIe-XVIIIe siècle, Marina Mestre Zaragozá, Jesús Pérez Magallón, Philippe Rabaté (éd.), Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2015, p. 157-182.

22 Cette vision élargie n’est pas sans raison : la question sensible est bien celle du tracé de l’antiméridien qui sépare la zone castillane de la zone portugaise à la hauteur des Moluques. Il s’ensuivit une véritable « guerre » des cartes, qui illustre la dimension géopolitique de ce conflit. La rétrovente des Moluques au roi du Portugal par Charles Quint (1529) ne fit pas taire le conflit. Dès que les Espagnols purent trouver la route du retour des Moluques avec Legazpi et le pilote Urdaneta (1566), le lien entre l’Amérique et l’Asie (les Philippines) fut définitivement établi.

23 Pierre Chaunu, Histoire, science sociale…, p. 140 (les règles de l’espace) ; je renvoie également à son article « Démographie historique et système de civilisation », Mélanges de l’École française de Rome, n° 86-2, 1974, p. 301-321, où il rend compte de ses travaux aux côtés des tenants de l’École de Berkeley et de leur estimation du cataclysme démographique amérindien entre 1495 et 1510, soit en une génération.

24 Ibid., p. 141.

25 Les conucos furent bien décrits par Gonzalo Fernández de Oviedo dans la Historia General y natural de las Indias (1535). C’est une technique agricole de semailles sans utiliser la charrue, mais utilisant engrais et système d’irrigation.

26 Maria Luiza Marcilio, « La démographie historique en Amérique latine : un bilan », Annales de démographie historique, n° 2, 2000, p. 111-125.

27 Chaunu reprend ici les termes de Frederick Jackson Turner et de son brillant ouvrage, traduit en français en 1963 seulement et paru aux PUF : The Significance of the Frontier in American History, que nous ne reprendrons pas ici mais qui permet que Chaunu mette en tension la conquista versus le front pionnier, consubstantiel de l’histoire étasunienne. La notion de frontière est centrale dans le dispositif de Turner. Chaunu s’en inspira largement sans pour autant reprendre les conclusions plus discutables de Turner sur la démocratie et la liberté de l’homme américain de l’Ouest.

28 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…., p. 33.

29 Ibid., p. 34.

30 Ibid.

31 Une des références pionnières majeures est sans doute le travail de Thierry Saignes : L’Inca, l’Espagnol et les sauvages, Paris, Recherche sur les civilisations, 1986, où sont étudiés les rapports entre les sociétés amazoniennes et andines du XVe au XVIIe siècle en s’attachant au piedmont amazonien. Voir un ouvrage plus récent : La indianización. Cautivos, renegados, « hommes libres » y misioneros en los confines americanos S. XVI-XIX, Salvador Bernabéu, Christophe Giudicelli, Gilles Havard (dir.), Madrid – Paris, Ediciones Doce Calles – EHESS, 2012. De nombreux chercheurs européens et latino-américains (chiliens, argentins ou mexicains) ont travaillé ces dernières années sur les confins ou les marges pour les réévaluer comme zones à la fois de conflits et d’échanges dont il convient de mesurer et l’importance pour le monde colonial et les effets.

32 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 133.

33 Francisco López de Gómara, Historia de las Indias [1552], Madrid, BAE (t. 22), 1946, chap. 12 « El sitio de las Indias » : « El cabo de San Agustín es lo más cerca de África y de España por aquella parte de Indias, no hay más de quinientas leguas de Cabo Verde allá, según cuenta común de mareantes, aunque otros la disminuyen ».

34 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 133.

35 Ibid., p. 221.

36 Ibid., p. 136 : « Comme l’Amérique anglaise par rapport à l’Amérique française, le Brésil intérieur bénéficie, par rapport à l’Amérique espagnole, de l’avantage d’une position centrale et de lignes de communication plus courtes ».

37 Chaunu aime à opérer ces grands enjambements dans l’espace américain et il souligne « le caractère arbitraire des frontières purement politiques » (ibid., p. 221). On peut remarquer qu’il ne fait pas cas des thèses de Sergió Buarque de Holanda et en particulier dans Raizes do Brazil (1939), dans lequel le grand historien brésilien faisait la comparaison de la colonisation brésilienne avec celle de l’Amérique espagnole, tandis que Frédéric Mauro fait partie de sa bibliographie. Doctorant de Braudel avec Chaunu, ils ont « partagé les océans » : Frédéric Mauro, Le Portugal et l’Atlantique au XVIIe siècle (1570-1670), thèse soutenue en 1957 et publiée en 1960.

38 Pierre Chaunu, Histoire, science sociale…, p. 180.

39 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 15.

40 Ibid., p. 16.

41 Ibid., p. 17.

42 Ibid., p. 18. Chaunu, curieusement, se retrouve ici sur les mêmes positions que López de Gómara qui, dans son introduction, affirmait à propos des indigènes : « Mas no tienen letras, ni moneda, ni bestias de carga, cosas principalísimas para la policía y vivienda del hombre » (Historia de las Indias…, p. 136).

43 Ibid.

44 Ibid., p. 19.

45 Ibid., p. 16.

46 Ibid., p. 18.

47 Ce sont les découvertes archéologiques qui permettent aujourd’hui d’estimer différemment les mondes amazoniens. Voir les travaux de l’archéologue Stéphen Rostain, directeur de recherche au CNRS, qui étudie les grandes civilisations précolombiennes dans la forêt amazonienne. Mais dès les années 1960, l’anthropologue Pierre Clastres étudiait les indiens Guayaki de la bande orientale du Paraguay, dont il remettait en cause l’isolement (L’Homme, vol. 7, n° 4, 1967, p. 5-24). Jean-Pierre Chaumeil a étudié la filiation entre chamanisme et « prêtrise », décloisonnant ainsi l’étude des sociétés amazoniennes et reposant la question de l’exercice du pouvoir (Voir, savoir, pouvoir. Le chamanisme chez les Yagua du Nord-Est péruvien, Paris, EHESS, 1983), etc. On notera également la critique de l’idée de « société froide » ahistorique : Georges Balandier, Sens et puissance. Les dynamiques sociales, Paris, PUF, 1971.

48 Outre le livre fameux de facture littéraire de Pekka Hämäläinen, L’empire comanche, trad. fr. Frédéric Cotton, Toulouse, Anacharsis, 2012, voir Fabrice Delsahut, « L’empire comanche du XVIIIe au XIXe siècle », communication aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 10 octobre 2015.

49 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 195.

50 Ibid., p. 197.

51 Ibid., p. 198.

52 Dans le chapitre « L’Amérique ibérique : le temps des catastrophes (1800-1860 / 1880) » (ibid., p. 191-192), Chaunu va dénoncer l’historiographie traditionnelle en trompe-l’œil qui voit « le temps joyeux de l’indépendance ». C’est faux, nous dit Chaunu, « c’est une révolution manquée » et c’est une histoire écrite selon un stéréotype qui ne cherche qu’à écrire le passé pour justifier le présent. Ce stéréotype ne tient aucun compte de l’espace et se calque sur le modèle nord-américain. On lit dans les « bons livres » les abus du régime colonial mais – nous dit Chaunu – c’est en réalité une affaire de blancs, de créoles dont les pratiques sont calquées sur celle de l’Espagne (presse, loges maçonniques, lectures). L’historien signale que les esprits éclairés ne sont que 2 à 3 % de l’élite urbaine et que demeure en place le grand édifice scolastique.

53 Ibid., p. 225.

54 Ibid., p. 202.

55 Ibid., p. 198.

56 Ibid., p. 204.

57 Ibid., p. 207.

58 Ibid., p. 211.

59 Chaunu y suit les pays entre 1930 et 1960 à la façon d’un petit livre d’histoire, il semble qu’il y perde sa fougue audacieuse et devienne beaucoup plus idéologique. L’analyse est souvent rapide, peu proportionnée avec l’importance socio-politique des évènements : la guerre du Chaco fait l’objet d’une mention et avant elle la guerre du Pacifique est expédiée en quelques lignes.

60 Pierre Chaunu, L’Amérique et les Amériques…, p. 329 : « une Amérique sans rivage, modalité essentiellement américaine d’une civilisation universelle ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.