Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Le Charles Quint de Pierre Chaunu : les risques d’une biographie

The Charles Quint of Pierre Chaunu: the risks of a biography

p. 27-36

Résumés

Français
English

L’article de Juan Carlos d’Amico analyse les spécificités du regard que Pierre Chaunu porta sur l’empereur Charles Quint, souvent identifié comme le maître d’un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais. Selon l’historien, Charles Quint était un protagoniste essentiel de la première mondialisation et allait durablement marquer un avenir que, paradoxalement, il refusait. Bien qu’il accorde une large place aux événements, le récit de Chaunu prend rapidement l’allure d’une réflexion théorique, historique, interprétative, parfois même intemporelle. Sa lucidité dans l’analyse des événements, parfois surprenante, parfois dérangeante, voire provocatrice, est sans compromis avec les lieux communs transmis par les différentes histoires nationales autour de Charles Quint. Une lucidité qui cherche à éviter un mal pouvant frapper les biographes, lesquels à force de vouloir bien parler de leur personnage finissent par donner une représentation partiale de la réalité.

Juan Carlos d’Amico’s article analyses the specificities of Pierre Chaunu’s view of Emperor Charles V, often identified as the master of an empire on which the sun never set. According to the historian, Charles V was an essential protagonist of the first wave of globalization, and lastingly marked a future that he, paradoxically, refused. Although it gives a great deal of attention to events, Chaunu’s narrative quickly takes on the appearance of a theoretical, historical, interpretative, sometimes even timeless reflection. His shrewd analysis of events, sometimes surprising, sometimes disturbing, even provocative, is uncompromising with the commonplace ideas passed down through the various national biographies of Charles V. His lucidity seeks to avoid an evil that sometimes strikes biographers, who by dint of wanting to speak well of their character, end up giving a partial representation of reality.


Texte intégral

1Cet article se propose d’étudier les spécificités du regard que l’historien Pierre Chaunu avait porté sur l’empereur des deux mondes en s’appuyant sur son livre tout simplement intitulé Charles Quint, écrit en binôme avec Michèle Escamilla, et publié chez Fayard en 2000 puis chez Tallandier en 20121. Dans un ouvrage consacré à Pierre Chaunu, Michèle Escamilla a écrit un remarquable article sur les sentiments que « la haute figure » de Charles Quint inspirait à l’historien. Elle cite, parmi de nombreux témoignages, celui de François Dosse, lequel écrivait à propos des affinités entre l’historien et l’empereur : « C’est un chevalier que j’ai rencontré, qui voue d’ailleurs à Charles Quint une véritable vénération ». Une vénération qui, ajoutait l’auteure de l’article, « n’offusquait pas sa lucidité d’historien »2. Il nous a semblé donc intéressant de voir comment Pierre Chaunu manifeste cette lucidité historique, parfois surprenante, parfois dérangeante, voire provocatrice, mais qui est toujours le fruit d’une réflexion personnalisée et sans compromis avec les lieux communs transmis par les récits des différentes histoires nationales autour de la personne de Charles Quint. Une lucidité dont il fait preuve dans l’analyse de l’objet de son étude, mais qui est aussi conscience des risques qu’encourt le biographe lui-même. Quelques exemples montrent de manière significative la spécificité de cette biographie et les aspects innovants du regard de Chaunu sur un personnage qu’il définissait comme un « homme-univers ». Charles Quint était à ses yeux un protagoniste essentiel de la première mondialisation, qui, paradoxalement, appartenait au passé « plus que quiconque », mais qui avait marqué durablement un avenir « qu’il refusait »3.

2Le premier aspect qui mérite d’être souligné est que Pierre Chaunu a longuement réfléchi avant de se décider à entreprendre cette biographie :

Longtemps, comme un mauvais cheval, j’ai renâclé. Charles Quint m’intimide, et j’aurais fait demi-tour si Michèle Escamilla, comme le bon Samaritain sur la route de Jéricho, n’était venue à mon secours4.

3Mais ce n’est pas uniquement la « haute figure historique » qui le freine. Il existe assurément d’autres réticences, plus théoriques, plus méthodologiques. C’est tout d’abord « l’excommunication » que l’École des Annales, l’école de laquelle il était issu, avait prononcée à l’égard de la biographie historique des grands personnages. Il parle d’ailleurs de cet anathème dans la conclusion générale de l’ouvrage : « Cette école avait prononcé l’excommunication majeure comme un pape de la Renaissance, un Farnèse ou un Carafa, à tort et à travers »5.

4Mais pour lui, il s’agit d’un mauvais procès puisque la biographie des grands ne noie pas dans le brouillard l’homme pluriel, ne frustre pas les petits, et que, au contraire, les grands n’étant pas différents de l’ensemble de la nature humaine, ils constituent, à ses yeux, « notre meilleur accès au tout venant »6. D’autre part, l’historien refuse l’objection ontologique selon laquelle « il faudrait une vie au moins pour rendre compte d’une vie »7. Il ne la trouve pas sérieuse, ou tellement sérieuse qu’alors il faut l’appliquer à toute la connaissance. Selon lui, jamais la connaissance « n’atteint l’être en soi »8. Et il cite le philosophe espagnol Ortega y Gasset qui écrivait : « je suis moi et ma circonstance » pour affirmer que la connaissance est fonctionnelle, schématique, qu’elle relie les apparences, qu’on ne saisit jamais l’individu « planté devant nous »9 :

C’est pourquoi beaucoup de biographies historiques s’apparentent plus au roman qu’au récit. Mais le cas de Charles Quint est diamétralement opposé : il faudrait plusieurs vies pour prendre connaissance de tout ce que les archives, bibliothèques et musées ont conservé sur les 58 ans, 7 mois et 21 jours de cette vie10.

5Sur cet aveu, presque d’impuissance, on comprend mieux pourquoi l’historien hésite à écrire une biographie de Charles Quint. Le prétexte pour surmonter ces obstacles lui est fourni par Michèle Escamilla, son amie et collègue, laquelle, dit Chaunu, « m’a incité à relever le défi » d’écrire une biographie sur Charles Quint. Et, à propos des deux contributions séparées dans l’ouvrage, il ajoute : « Nous proposons deux regards. Nous les croyons accordés »11.

6Le Charles Quint de Chaunu n’est pas un ouvrage de vulgarisation. Il regorge de parcours mentaux. Bien qu’il accorde une large place aux événements, son récit prend rapidement l’allure d’une réflexion théorique, historique, interprétative, parfois presque intemporelle. C’est peut-être, là aussi, un besoin de compromis, un moyen d’éviter « l’histoire / bataille » et de se consacrer à un genre, qu’il craignait de ne pas bien maîtriser. Bien conscient de ne pas pouvoir rivaliser avec le plus grand biographe de Charles Quint, Karl Brandi, lequel a utilisé une quantité considérable de documents présents dans les archives de toute l’Europe, il va tout de même l’utiliser comme fil rouge de son récit. Il va analyser le travail de l’historien allemand, ses considérations, les comparer avec les écrits d’autres biographes pour, finalement, en tirer des conclusions tout à fait personnelles. Une partie de ce travail sera consacrée aux aspects les plus surprenants, à mon sens, de son point de vue historique sur la vie de l’empereur. Je reviendrai aussi sur les réflexions que Pierre Chaunu place en différents endroits de son récit pour évoquer les risques encourus par quiconque se lance dans l’écriture d’une biographie.

Bourguignon avant tout

L’Espagne n’est qu’un morceau de l’espace de cet homme-univers que fut Charles Quint. L’Espagne de Charles Quint, donc, n’est pas Charles Quint, et Charles Quint est bien peu espagnol au début de sa vie12.

7Cette phrase nous permet de mieux comprendre l’apport de Chaunu à l’histoire de l’empereur. Charles Quint est un homme-univers, et tel est le biais par lequel il faut approcher son histoire, en sortant des récits nationaux parfois partiels et très souvent partiaux. Avant d’être espagnol, son héritage est bel et bien bourguignon, par son éducation, par sa formation, puisque Charles de Habsbourg est l’arrière-petit-fils de Charles le Téméraire et donc membre d’une branche cadette de la maison des Valois. L’histoire de Charles Quint prend ses racines dans l’histoire de France et en particulier dans la lutte entre les Valois de France et les Valois de Bourgogne. Ces deux familles, écrit Chaunu, ont fonctionné comme une famille corse du XIXe siècle : « Un bon siècle et demi de rancœurs et de haine récurrente »13.

8Pour la mémoire bourguignonne, c’est l’assassinat du duc de Bourgogne, Jean Sans Peur, en 1419, sur le pont de Montereau (en réponse à la mort de Louis d’Orléans) qui avait fait échouer le contrôle du royaume par la branche cadette14, mais c’est surtout la manière dont Louis XI malmena la grand-mère paternelle de Charles Quint, qui explique la rancune de celui-ci :

Comment un roi de France parmi les plus grands a-t-il pu s’abaisser à ce point en frappant sa filleule, sa vassale qui venait naïvement lui demander son aide – ce roi qui touche les écrouelles et qui prononce la parole christique : « Le roi te touche, Dieu te guérit » ?
Aucun événement n’a marqué aussi profondément la rancuneuse mémoire de Charles Quint. Pas même le meurtre de Montereau15.

9Cette considération amène Chaunu à consacrer de nombreuses pages à cet héritage, à la présence constante de la « mémoire historique » dans l’éducation du prince et à une revendication de la Bourgogne qui était presque obsessionnelle, du moins jusqu’à la Paix des Dames de 1529. Une mémoire historique, mais aussi une « mémoire génétique », laquelle – affirme Chaunu – « pèse sûrement plus qu’on ne le dit, mais nous ignorons comment »16. Ce manque de délicatesse envers la maison capétienne cadette constitue « une grande bolée de haine renouvelée et difficilement expiable »17. Ainsi, la rivalité entre François Ier et Charles Quint, qui dura plus d’un quart de siècle, ne commença pas avec l’élection impériale de 1519 : « la querelle est née du double assassinat d’Orléans et de Bourgogne (1407 et 1419) »18. Et donc, selon Chaunu, lorsque Charles de Habsbourg naît, il est déjà vieux de cent ans :

Tout cela nourrit l’âme de la saga, indissociable du vécu. Notre mémoire est ainsi faite : ce qui est conté dans l’enfance finit par se mêler inextricablement à l’existentiellement vécu. Voilà pourquoi nous naissons déjà vieux de plusieurs décennies19.

10De nombreuses réflexions surprenantes ou à contre-courant frappent le lecteur qui parcourt les pages consacrées à l’enfance de l’empereur. Tout d’abord, un aveu qui explique le regard de sympathie que l’historien porte sur l’objet de son étude. Après avoir fait remarquer qu’il n’est pas facile d’être le fils d’un mort et d’une folle, il accompagne cette réflexion d’un souvenir autobiographique qui le porte à s’identifier au jeune orphelin, avec les risques que cela comporte :

Peut-être suis-je inconsciemment victime d’une expérience personnelle. Même si la distance est énorme, le danger de la biographie vient du risque de l’autobiographie. Né en 1923 au pied de la côte de Meuse, orphelin de naissance, fils de la bataille qui venait de s’y dérouler, je sais ce que je risque de transposer à mon insu sur cet orphelin que berçaient les souvenirs de bataille où les siens avaient été directement impliqués20.

11En même temps, c’est par des phrases succinctes qu’il est capable de mettre en évidence les vrais enjeux qui étaient au centre de l’éducation d’un prince :

Bien que cette tête fût destinée à porter plusieurs couronnes, l’éducation qu’il reçut fut exclusivement celle d’un chevalier. Chose assez rare et cruel handicap pour un souverain, Charles Quint ne sut jamais vraiment le latin. […] La faute revient à Guillaume de Croÿ, M. de Chièvres, son gouverneur. Sans doute parce que lui-même ne voyait pas l’intérêt d’apprendre le latin21.

12En effet, Charles avait plutôt une inclination pour les armes, les chevaux, la dépense physique. Cependant, s’il faut en croire Chaunu, cette absence sera même un atout pour Charles Quint puisqu’elle lui permit de développer une mémoire prodigieuse22.

Encerclement et image de François Ier

13À travers son écriture, Chaunu aime surprendre, provoquer, déclencher la polémique et contrer les lieux communs. Sortir des biographies nationales et avoir un regard européen, cela signifie aussi donner sa juste valeur à la rivalité entre François Ier et Charles Quint et rectifier, si possible, la vision des historiens français et espagnols. Selon lui, la France du début du XVIe siècle est déjà un État national autour d’un roi sacré. Il voit là la conséquence de la loi salique, qui aurait accéléré « la consolidation d’un État proportionnellement plus centralisateur »23. En revanche, l’Espagne « est loin d’être achevée », souligne Chaunu. La grand-mère de Charles Quint, Isabelle la Catholique, « a pris le pouvoir à la suite d’un coup d’État réussi », qui eut comme conséquence une longue guerre et, au début du siècle, les Rois Catholiques « n’ont pas sorti intégralement l’Espagne d’un chaos persistant »24. On voit ici comment l’analyse historique de Pierre Chaunu a comme ligne de mire le récit national espagnol, le mythe d’Isabelle et les biographes qui plaident en faveur d’une Monarchie Catholique déjà bien établie à l’époque des Roi Catholiques et synonyme d’un État moderne.

14Mais la nouveauté de ses vues tient aussi à ce qu’il réfute des lieux communs présents dans une bonne partie de l’historiographie française à propos du règne de François Ier, par exemple à propos de l’encerclement dont serait victime le royaume de France. En face de ce royaume, rappelle-t-il, il y a dix unités politiques dispersées, sans continuité territoriale25. Il s’agit d’« une chaîne de territoires disparates dont les politiques ne sont et ne peuvent être totalement accordées et dont l’éloignement du prince naturel constitue un handicap »26. Selon l’historien, « l’encerclement de la France par Charles Quint est la projection, par les politiques et les historiens, d’une réalité très postérieure dans un passé mythique »27. C’est plutôt le contraire d’après Chaunu puisque « tant que la France est relativement unifiée et prospère, c’est sa présence au centre qui inquiète et qui a encouragé les systèmes d’alliances préservatrices d’où procède l’empire de Charles Quint »28. Ainsi, pour lui, ce mythe de la France encerclée est l’une des causes de la longue rivalité entre les Habsbourg et les rois de France :

Une image est à écarter de notre mémoire, qui a joué de bien mauvais tours : celle de la « France encerclée ». Le mythe qui s’est construit autour de l’encerclement a été, en Europe, l’un des plus dangereux fauteurs de guerre29.

15Il en ressort une image ternie de François Ier, à la fois à cause de son comportement et de son entêtement, obsessionnel, à vouloir à tout prix le duché de Milan. C’est à lui que Chaunu impute les années de guerre en Europe. Au moment de l’élection impériale de 1519, François Ier considérait que la perspective du couronnement de Charles Quint par le pape représentait un véritable danger puisqu’il lui facilitait le passage en Italie et donc la probable invasion de Milan avec son armée. C’est la folie de François Ier qui a engendré les guerres d’Italie : « La France est solide et insécable ; la folie d’un prince peut la pousser vers des aventures sans véritable enjeu, telle l’aberrante candidature à l’élection impériale »30.

16Chaunu renverse entièrement l’interprétation fréquente dans l’historiographie française à propos du duel entre les deux monarques. La responsabilité de la guerre incombe à François Ier, sa candidature à l’élection impériale apparaissant comme le péché originel :

François Ier est entré dans cette compétition par jeu – avant d’être pris par le jeu. Il n’a presque rien à gagner et énormément à perdre. Il transforme un partenaire en adversaire, réveillant plus d’un siècle de haine que Chièvres a voulu éteindre31.

17Il s’agit d’une faute impardonnable du roi de France, semblable à celle – écrit Chaunu – « qui allait conduire ce médiocre stratège à la défaite de Pavie »32. Avec Marignan, François Ier a mis Charles Quint dos au mur, et son entêtement à propos du duché de Milan en est la cause principale. Alors que tout aurait pu s’arranger, selon l’historien, en obtenant en échange le Piémont et la Savoie et en laissant le Milanais à l’empereur, car il était vital pour la connexion entre tous ses territoires. Mais ce n’est pas uniquement une question de stratégie politique. Le roi français apparaît dans cette biographie comme un personnage médiocre. Il n’est pas à la hauteur de la tâche qui lui incombe car il est incapable d’analyser les difficultés du contexte et la qualité des temps, et « c’est ainsi que, sur un coup de tête, par vanité froissée, le chevalier grisé par le coup de poker de Marignan fonce comme le taureau sur la muleta, sans évaluer les enjeux et les risques »33.

Polémique et défense de son héros

18Les adjectifs péjoratifs utilisés pour qualifier le roi de France sont nombreux dans cet ouvrage. L’image traditionnelle de François Ier comme un « prince nouveau » de la Renaissance à la tête d’un État moderne, bien conscient du vent de l’histoire et faisant face à un homme qui s’est trompé de siècle et qui se perd dans son rêve médiéval – presque inconscient, lui, du vent de l’histoire – est grandement mise à mal dans cette biographie. Roi chevalier ou roi saltimbanque, se demande Chaunu, à propos de la rencontre du Drap d’or avec Henri VIII : « François Ier, croyant avoir bien joué, ne se rend pas compte qu’il a été joué »34. L’historien se réfère au fait que le jour même où le roi de France quitte le lieu de l’entrevue, Henri VIII rencontre Charles Quint à Gravelines, où ils s’entendent pour ne pas signer séparément de traité avec la France.

19Et Chaunu d’ajouter : « l’indulgence de l’historiographie française là-dessus est affligeante », concluant avec une note qui reflète bien le fond de sa pensée : « Chacun de ces princes chrétiens a de la loyauté de l’autre une piètre opinion »35. Alors Pavie « est la juste punition de la forfanterie, de la vanité et d’une série de provocations qui consternaient ceux qui dans les deux camps souhaitaient l’apaisement »36. Au passage, il mène une réflexion sur les risques, pour l’historien, de tomber dans le déterminisme ou la téléologie. Les obstacles qu’un historien doit surmonter sont innombrables. Parmi eux, le piège du déterminisme : « Charles Quint a réussi, donc il ne pouvait pas ne pas réussir ». « Eh bien non ! – s’insurge Pierre Chaunu – le destin est indéterminable. Il fallait un bon joueur – mieux, une équipe. Or celle qui encadre le jeune prince et lui enseigne le jeu est bonne »37.

20En parlant de « l’éloquence de collège » du chancelier Gattinara et de sa « musique » humaniste nourrie d’Antiquité, à laquelle Charles Quint, « bardé d’un solide réalisme », ne croit pas du tout, Chaunu s’en prend au plus grand biographe contemporain de François Ier, l’historien Robert Knecht, en soulevant un problème attenant aux risques pour un biographe de succomber au charme de son héros. Il accuse l’historien anglais d’être victime d’un « mal » qui souvent frappe les biographes, lesquels, à force de vouloir bien parler de leur personnage, finissent par passer à côté de la réalité. Il cite un passage de la biographie de Knecht sur François Ier pour ensuite démanteler sa thèse. Voici le passage qui mérite d’être cité en entier :

Knecht enchaîne : « François Ier ne créditait pas son rival de la moindre modération. […] La propagande de Charles Quint a longtemps berné les historiens, qui ont souvent décrit un empereur d’une grande rigueur morale. Ses contemporains avaient de lui une tout autre image : impatient, agressif et avide de pouvoir, ce prince ignorait à sa convenance les droits dynastiques, et la méfiance de François Ier était donc justifiée ». On peut se demander auxquels de ses contemporains Knecht fait allusion. L’historien biographe est soumis à une rude épreuve, comment ne pas se prendre d’affection pour son héros, et n’avoir pas pour lui les yeux de Chimène ?
Charles Quint, avide de pouvoir ? Allons donc ! Il délègue, il ne tente jamais de centraliser ni de moderniser – par loyauté, par sagesse, par réalisme38.

Conclusion

21Pour conclure cet aperçu sur le Charles Quint de Pierre Chaunu, nous pourrions nous poser la même question. L’historien a-t-il été lui aussi victime d’une affection excessive envers son personnage ? Sommes-nous face à une sorte de biographie apologétique, voire hagiographique ? La question nous semble légitime, puisque, de toute évidence, il y a une forte dose d’indulgence de la part de l’historien vis-à-vis de l’action politique et militaire de l’empereur, de son projet politique de suprématie européenne ainsi que de ses prises de position, parfois très intolérantes, dans le domaine religieux. Revenons à la déclaration que Chaunu aurait faite à François Dosse à propos de Charles Quint :

Charles Quint est un être pour lequel je sens une immense sympathie. […] Le personnage me fascine et, dans le fond, j’aime aussi chez Charles Quint la volonté de paix et la haine du parjure. Il n’y a rien de pire pour lui que le mensonge et le parjure. C’est l’anti-Machiavel. Et la façon dont il quitte le pouvoir ! Pour moi, c’est une figure magnifique. Comme Colomb, il est d’un autre temps. Mais, à force d’être dans le passé, il est dans l’avenir39.

22Volonté de paix, haine du parjure, anti-machiavélisme, voilà les qualités que Chaunu apprécie chez l’empereur. De plus, Charles Quint est un grand acteur qui joue sur un échiquier européen, voire mondial40. Il est doté d’une excellente mémoire, il fait preuve d’une « méritoire modestie et manifeste son respect instinctif des aînés »41 et il donne sa « parole de chevalier » à Luther. Pour Chaunu, « le respect de la parole et la générosité sont sans nul doute le sommet de l’habileté politique. C’est sûrement grâce à ces deux qualités que cet acteur au départ assez moyen réussit l’impossible »42. Ces valeurs partagées avec son héros permettent au biographe d’avoir un regard indulgent vis-à-vis d’un personnage qui, de son vivant, avait été très controversé non seulement en France, mais aussi en Espagne, en raison de la révolte des Comuneros, ou en Italie, où ses adversaires l’accusaient d’être responsable du sac de Rome et de vouloir s’emparer de la péninsule, ou encore en Allemagne, où on l’accusait d’avoir pactisé avec l’Antéchrist de Rome pour mettre fin à la Réforme. D’autre part, sa volonté de paix proclamée était démentie par la réalité des faits, car, à plusieurs reprises, l’empereur avait montré comment, dans certains contextes, « une bonne guerre » valait mieux qu’une mauvaise paix43. Toutefois, malgré l’immense sympathie et la fascination ressenties pour une figure magnifique considérée comme un héros des temps modernes à l’instar de Christophe Colomb, Chaunu garde sa lucidité historique et n’hésite pas à critiquer certaines décisions politiques de l’empereur : une politique matrimoniale influencée par la raison d’État, les exécutions inutiles des Comuneros qui s’étaient rendus, le dur traitement infligé au prisonnier royal au lendemain de Pavie ainsi qu’à ses deux enfants gardés en otage44. D’autre part, Chaunu refuse de participer à l’euphorie collective, qui, en l’an 2000, année de l’anniversaire de la naissance de l’empereur, s’était emparée de nombreux historiens des Habsbourg, lesquels, avec une bonne dose d’anachronisme, voyaient dans Charles Quint un précurseur de la construction européenne :

[…] jamais Charles ne cherchera à modifier quoi que ce soit à l’intérieur de chaque parcelle ; il n’est pas centralisateur et – sauf en ce qui concerne l’outil de l’armée espagnole – assez peu modernisateur. C’est pourquoi la construction de l’empire hétéroclite de Charles Quint n’a pas été, à long terme, un facteur favorable à une Europe rassemblée45.

23Enfin, au-delà de la sympathie et de la fascination pour son héros, il y a chez Pierre Chaunu une liberté de penser l’histoire, au-delà des écoles, au-delà des idéologies, au-delà des interprétations plus ou moins cohérentes, plus ou moins officielles, une place accordée à la réflexion et à la théorie interprétative tout à fait salutaire pour la dialectique historique entre passé et présent. Aussi le travail de Chaunu sur Charles Quint est-il une référence incontournable pour quiconque se penche sur l’Europe du début du XVIe siècle, au-delà des biographies nationales, dans une logique d’histoire globale voire d’histoire partagée, ainsi que pour tous les chercheurs qui sont amenés à faire des études plus circonstanciées sur l’époque en question.

Notes de bas de page

1 Pierre Chaunu et Michèle Escamilla, Charles Quint, Paris, Fayard, 2000.

2 Michèle Escamilla, « Pierre Chaunu et Charles Quint », in Pierre Chaunu historien, Jean-Pierre Bardet, Denis Crouzet, Annie Molinié-Bertrand (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2012, p. 106.

3 Pierre Chaunu et Michèle Escamilla, Charles Quint, Avant-propos, p. 17.

4 Ibid.

5 Ibid., p. 729.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 729-730.

11 Ibid., p. 730.

12 Ibid., p. 17.

13 Ibid., p. 35.

14 Ibid. : « Ce qui est impardonnable dans le “crime” de Montereau, pour la mémoire bourguignonne, ce n’est pas d’avoir substitué à Jean sans Peur, décidément encombrant, l’excellent Philippe le Bon (duc de 1419 à 1467), c’est d’avoir fait échouer si près du but le contrôle du royaume par la branche cadette ».

15 Ibid., p. 47.

16 Ibid., p. 24.

17 Ibid., p. 45. Voir aussi p. 93-94 : « La Bourgogne a été pour Charles l’enjeu presque unique. Ses mots : “Rendez-moi ma Bourgogne” n’ont rien de rationnel ; ils ne mettent aucun intérêt politique en jeu. Charles s’est résigné à cette perte, mais ne l’a jamais acceptée et la vivra comme une souffrance ».

18 Ibid., p. 124.

19 Ibid., p. 50.

20 Ibid., p. 31.

21 Ibid. La question des langues parlées par Charles Quint a toujours été un point de discorde pour les historiens. Après la proclamation de Charles comme roi de Castille et d’Aragon, Chaunu écrit : « On devrait s’interdire de parler de croisade, de défense contre la pression turque, tant que, la main dans la main, ces deux jeunes princes n’auront pas scellé leur accord – eux qui n’ont pas besoin d’interprète, puisqu’ils parlent depuis l’enfance la même langue et qu’ils n’en ont jamais parlé d’autre » (ibid., p. 97).

22 « Dans une civilisation où l’oral l’emporte encore sur l’écrit, la mémoire joue un rôle essentiel. S’il est peu lettré, Charles est doté d’une excellente mémoire… » (ibid., p. 61).

23 Ibid., p. 59.

24 Ibid., p. 87.

25 Ibid., p. 63-64.

26 Ibid., p. 73.

27 Ibid., p. 60-61.

28 Ibid., p. 73.

29 Ibid. Selon Chaunu, le péril pour la France du XVIe siècle ne vient pas de l’encerclement, mais, éventuellement, d’une crise interne.

30 Ibid., p. 109.

31 Ibid., p. 127.

32 Ibid., p. 130.

33 Ibid., p. 131.

34 Ibid., p. 154.

35 Ibid.

36 Ibid., p. 83.

37 Ibid., p. 61.

38 Ibid., p. 157.

39 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté. Entretiens, Paris, Aubier, 1994, p. 192-193.

40 Il faut « connaître l’échiquier, donc, pour mieux apprécier le joueur ». L’échiquier au XVIe siècle est « la plus grande mutation de l’espace humain » (Pierre Chaunu et Michèle Escamilla, Charles Quint, p. 61-62).

41 Ibid., p. 152.

42 Ibid., p. 87.

43 « Me mettant à penser en mes affaires m’a samblé que la première parolles que devois dire et le meilleure remède, sy plaisoit à Dieu l’envoyer, estoit cest pais. C’est une chose fort bonne à dire et mal à recouvrer, car checun set que sans le consentement de l’ennemy la partie ne la peut avoir. […] Le remède peut sambler estre une bonne guerre. De quoy la poura l’on faire ? ». Il s’agit de notes autographes de Charles Quint écrites entre février et mars 1525 et conservées aux Archives de Vienne. Voir Karl Brandi, « Berichte und Studien zur Geschichte Karl V », Nachrichten von der Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, IX, 1933, p. 256 et Federico Chabod, Carlo V e il suo impero, Turin, Einaudi, 1985, p. 133.

44 « Il faudra, lors de la pesée globale en fin de parcours, garder ces signes en mémoire… à côté d’autres plus sinistres : les exécutions inutiles de comuneros s’étant rendus, les lendemains de Pavie, le traitement infligé au prisonnier royal et surtout à ses enfants » (Pierre Chaunu et Michèle Escamilla, Charles Quint, p. 104).

45 Ibid., p. 107.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.