Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Les horizons mondiaux d’un historien : l’empire hispanique de Pierre Chaunu

The world horizons of a historian: the Hispanic empire of Pierre Chaunu

p. 15-26

Résumés

Français
English

La première phase de l’œuvre de Pierre Chaunu interroge l’Espagne dans sa dimension globale et mondiale. Sa thèse monumentale, Séville et l’Atlantique (1504-1650), parue de 1955 à 1960, demeure un ouvrage de référence dont les méthodes et les analyses mettent au jour la place de l’Espagne et de son empire dans l’économie-monde européenne aux XVIe et XVIIe siècles. Cette œuvre, ainsi que les ouvrages qui suivirent, préfiguraient un large mouvement d’approfondissement de l’histoire des espaces océaniques qui déboucha par la suite sur les concepts d’Atlantic History et de World History.

The first phase of Pierre Chaunu’s work focuses on Spain on the global stage. His monumental PhD dissertation, Séville et l’Atlantique (1504-1650), published from 1955 to 1960, remains a reference work whose methods and analyses reveal the place of Spain and its empire in the European “world-economy” in the sixteenth and seventeenth centuries. This work, and the following ones, foreshadowed a growing interest in the study of the history of oceans as historical locations that eventually led to the concepts of Atlantic History and World History.


Texte intégral

1Dans une conférence prononcée en novembre 1999 à la Casa de Velázquez, intitulée « Mes Espagnes », Pierre Chaunu s’exprimait en ces termes :

Je ne suis pas un hispaniste – vous n’avez pas besoin de preuves, tant c’est évident –, tout au plus un pauvre petit hispanisant par raccroc. Ce qui n’implique pas que la fière et généreuse Espagne n’ait pas été dans notre vie [à Huguette et à Pierre, je ne sépare pas] une chance. Que même si je ne lui ai pas été très fidèle – nous ne sommes pas elle [l’Espagne] et moi mariés, je l’étais déjà quand nous nous sommes rencontrés et elle n’eût pas consenti –, je lui ai écorché les oreilles1.

L’historien faisait ici allusion à la place de l’Espagne dans son parcours et sa démarche scientifique. Pierre Chaunu a consacré peu d’ouvrages à l’Espagne stricto sensu. Elle correspond, pour l’essentiel, à sa première vie scientifique. Cependant, l’Espagne n’en demeura pas moins l’un des fils d’Ariane de sa carrière, dépassant largement les premières années. Il le rappelait lors de la conférence prononcée à la Casa de Velázquez : « […] au moment où je m’écartais de ce qui avait été mon premier champ de recherche, la présence de l’Espagne, sous des formes discrètes, allait m’aider »2. Séville, Madrid et Simancas furent en effet des observatoires de choix pour l’historien.

2Preuve de cette place constante de l’Espagne, elle conserva une place importante dans nombre de ses écrits. Ainsi, la recension de l’ouvrage La civilisation de l’Europe classique, rédigée par Joseph Pérez pour le Bulletin hispanique en 1967, remarquait tout ce que ce livre apportait aux hispanistes3. Selon Joseph Pérez, l’auteur y montre comment l’Espagne participait à l’Europe classique et comment elle s’en éloignait. Autre preuve de cette place constante de l’Espagne, elle demeura au cœur du magistère de Pierre Chaunu. Une génération d’historiens et d’hispanistes a en effet travaillé avec l’historien entre 1970 et 1980. Que l’on songe aux thèses d’Annie Molinié, Christian Hermann, Guy Lemeunier, René Quatrefages, Michèle Escamilla ou Bernard Grunberg : ces travaux témoignent de l’influence que l’historien a exercée sur l’hispanisme4.

3Cette influence rend alors pertinent le fait d’interroger la portée et la place de l’Espagne de Pierre Chaunu dans les évolutions historiographiques récentes. Il s’agit de se demander ce que le monde hispanique de Pierre Chaunu des XVIe et XVIIe siècles raconte à l’historien du XXIe siècle. Ce questionnement est d’autant plus légitime que ce monde hispanique constitue l’espace d’une première mondialisation ibérique qui connecta l’Espagne à de vastes territoires extra-européens. Héritage des aventures maritimes du XVe siècle, ces territoires américains et asiatiques apparaissaient comme les horizons lointains des sociétés occidentales de l’époque moderne. Dès lors, dans un contexte de mondialisation contemporaine, de globalisation de la recherche, d’élargissement des échelles d’analyse de l’historien, en quoi l’Espagne de Pierre Chaunu permet-elle de penser les évolutions récentes de la recherche ? Une telle interrogation, qui lie passé et présent, se trouve d’ailleurs pleinement en prise avec la conception et la vocation que Pierre Chaunu attribuait à l’historien. Cette vocation est celle d’une histoire engagée et utilitariste, permettant d’éclairer le temps présent, sans néanmoins tomber dans l’écueil déterministe et téléologique. En effet, dans ses entretiens avec François Dosse de 1994, il affirmait qu’il n’y a pas de passé en soi car l’histoire est une réécriture constante qui se fait en fonction du présent5.

4Afin de répondre à ces questionnements, nous montrerons en premier lieu que le monde hispanique de Pierre Chaunu s’inscrit dans une ambition scientifique pionnière : écrire l’histoire du désenclavement planétaire et des contacts. En second lieu, nous reviendrons sur la méthode de l’historien, afin d’en comprendre la portée : la Monarchie Catholique de Pierre Chaunu constitue un monde mesuré et quantifié. Soucieux de construire une preuve appuyée par le chiffre, Pierre Chaunu valide ses hypothèses par la mesure. Enfin, nous esquisserons certaines directions de recherche actuelles. Il s’agira de comprendre en quoi ces directions s’inscrivent dans l’héritage, la continuité ou le dépassement des analyses de Pierre Chaunu.

Écrire l’histoire d’une mondialisation : l’espace et le temps d’un historien

5En premier lieu, l’Espagne de Pierre Chaunu s’inscrit dans un espace et une temporalité particulière. Nous en dessinerons ici les contours, afin de comprendre les problématiques et la démarche scientifique de l’historien. Pour ce faire, nous partirons d’un paradoxe. Pierre Chaunu joua un rôle pionnier, et néanmoins parfois oublié, dans l’écriture d’une histoire qui cherche à comprendre les dynamiques d’un monde globalisé. Il est en effet étonnant de constater combien la World History passe parfois sous silence les apports de l’historiographie française en la matière, et de Pierre Chaunu en particulier. Si, quand on parle d’histoire-monde, Fernand Braudel est encore couramment cité, l’œuvre de Pierre Chaunu n’a pas encore connu ce destin. Or, dès sa thèse, le monde constitua l’horizon de ses travaux. L’Espagne de Pierre Chaunu n’est alors pas seulement péninsulaire et européenne : elle est d’abord l’Espagne hors de l’Espagne, l’Espagne désenclavée.

L’Espagne aux quatre vents

6Pierre Chaunu soutint en 1960 en Sorbonne deux thèses : les douze volumes de Séville et l’Atlantique (1504-1650), et la thèse complémentaire, Les Philippines et le Pacifique des Ibériques6. Cette soutenance était l’aboutissement d’un immense travail commencé onze ans plus tôt, en 1949, dans les archives de la Casa de Contratación à Séville. Dans la conférence intitulée « Mes Espagnes », Pierre Chaunu revenait sur la genèse de son sujet de thèse :

Le Pacifique est à prendre. Quel que soit le sujet, c’est avec Braudel que j’ai envie de travailler. Le Pacifique, après Legazpi, sur l’axe Acapulco-Manille. Pourquoi ? […] Braudel m’avait mis sous les yeux une phrase de l’ami connu à Simancas, Earl Jefferson Hamilton7 [qui] accuse la concurrence déloyale chinoise qui pompe l’argent (métal blanc) de la Nouvelle-Espagne. En peu de mots, un problème de dynamique des flux est posé. On cherche à mieux comprendre, dans des économies anciennes d’après le désenclavement planétaire mais d’avant la spirale des innovations de la fin du XVIIIe et du XIXe, ce qui peut mouvoir les différences d’accélération que les rares indices dont nous disposons semblent mettre en valeur sans que l’on ose en contester la leçon8.

Dans ce travail, qui relève d’abord de l’histoire économique, l’historien cherche à comprendre les rythmes à long terme des activités économiques et leurs répercussions sur de vastes ensembles. Plus précisément, Pierre Chaunu fait du monde hispanique un terrain d’analyse des mécanismes des grandes crises économiques. La question qu’il se pose en 1947, avant de partir pour Séville, est alors résumée en 1984 dans un entretien réalisé avec Edgar Morin :

[…] il y a un certain nombre de grandes cassures dans le temps, de grandes flexions : il y en a une qu’on comprend très mal, c’est celle qui est au début du XVIIe siècle : si on arrive à comprendre ces flexions antérieures, peut-être aura-t-on plus de prise sur celles qui risquent de se produire : peut-on faire quelque chose pour éviter que cela recommence9 ?

Avouant être hanté à cette époque par la crise de 1929, il confesse que son ambition est de comprendre les flexions antérieures, pour anticiper les risques à venir.

7Pour ce faire, sa démarche consiste à mettre au jour les facteurs du retournement de tendance économique au début du XVIIe siècle. Partant de l’hypothèse d’un rôle moteur des nouvelles routes et des circulations métalliques, il pense initialement mettre en évidence un processus de compensation planétaire. Autrement dit, il songeait à démontrer qu’il y aurait eu, au début du XVIIe siècle, un phénomène de compensation entre le Pacifique et l’Atlantique. Il souhaitait vérifier l’idée que le système commercial s’était effondré dans l’Atlantique, en raison de sa captation par le Pacifique, via Acapulco et Manille. Les Chinois auraient capté l’argent de l’Amérique, et provoqué ainsi la panne dans l’Atlantique. Cependant, l’entreprise de l’historien contredit l’hypothèse de départ. La corrélation entre le Pacifique et l’Atlantique était une corrélation positive et non négative. Les causes du retournement de tendance étaient donc ailleurs : il s’agissait des hommes et de leur mort.

8Pierre Chaunu met alors en exergue l’importance de l’effondrement de la population indienne après 1492. Cet effondrement, de 70 millions à 10 millions en une cinquantaine d’années – soit une baisse d’environ 15 % de la population mondiale – causa ce qu’il nomme « la panne des mines ». La baisse de la main-d’œuvre indienne freina la capacité d’extraction des métaux précieux américains et leur arrivée en Europe. Dès lors, la conclusion suivante s’imposait : l’homme, qu’il soit libre ou dépendant, était le moteur de la richesse. Par conséquent, par le prisme hispanique, américain et économique, la démographie et la mort faisaient leur entrée dans les chantiers de cet historien.

9Dans la lignée de ces premiers travaux, Pierre Chaunu fut l’auteur de vastes synthèses. Il publia, dans la collection « Nouvelle Clio », deux volumes consacrés à l’expansion européenne. Ces travaux constituent des œuvres pionnières dans le tournant global en histoire. Dans ces ouvrages, l’historien tonnait en effet contre une forme d’européocentrisme. Il y dénonçait dès 1969 « l’oubli de 55 % de l’humanité »10. Il invitait alors à écrire « l’histoire du désenclavement planétaire des civilisations et des cultures, des contacts ». Son monde hispanique est par conséquent un espace interconnecté, et à l’horizon géographique élargi.

10En effet, pour Pierre Chaunu, l’Espagne et l’Amérique étaient indissociables. Dans l’ouvrage Séville et l’Amérique aux XVIe et XVIIe siècles, publié en 1977, il explique en quoi l’étude du port andalou ne se comprend que dans une approche multiscalaire, qui connecte les échelles locale et globale. Il déclare présenter « un morceau de l’Amérique telle qu’on pouvait la voir de Séville », et d’ajouter : « À partir du Guadalquivir, on voit l’Amérique comme dans le miroir d’un télescope que Newton n’a pas encore inventé »11. Lieu de départ et d’aboutissement des flottes des Indes, le port andalou était ainsi conçu comme un lieu de connexion de l’Espagne au monde, un espace intermédiaire entre l’économie-monde européenne et les perspectives transatlantiques.

11Si l’Amérique constitue une voie majeure de ce désenclavement, elle n’en est pas néanmoins l’issue ultime. L’Espagne de Pierre Chaunu s’ouvre également aux horizons pacifiques et asiatiques. En effet, à la lecture de Conquête et exploitation des nouveaux mondes, on comprend bien que l’Amérique et le marché asiatique, chinois en particulier, représentaient des objectifs indissociables pour les Castillans. Pierre Chaunu rappelle d’ailleurs dans cet ouvrage que l’un des premiers gestes de Cortés, après la chute de Mexico, consista à envoyer ses émissaires contrôler la côte Pacifique afin de repérer des sites portuaires12.

La rugosité de l’espace et du temps

12Si Pierre Chaunu insiste sur les interactions, les connexions et raisonne à échelle globale, il n’en insiste pas moins sur la rugosité de l’espace et du temps nécessaire pour le parcourir. L’historien montre une attention extrême aux conditionnements de l’espace et des temps de parcours. Dans son Charles Quint, co-écrit avec Michèle Escamilla, il précise :

[Les hommes du temps] n’ont pas besoin d’Einstein pour savoir que l’espace ne se sépare pas du temps […]. L’espace que nous a légué Fernand Braudel et que nous avons étudié, Huguette et moi, dans Séville et l’Atlantique et Le Pacifique des Ibériques, nous a servi. Ne jamais compter en lieues, mais en heures et jours, mois et années13.

13Pierre Chaunu dévoile ainsi combien ces réalités spatio-temporelles déterminent le possible. Les contraintes de l’espace et du temps jouèrent en effet un rôle majeur dans les rapports économiques et commerciaux entre les deux rives de l’Atlantique. Songeons par exemple à ces cartes et graphiques qui parsèment le Séville et l’Atlantique, que Pierre Chaunu tira du relevé des temps de parcours et des temps d’escales. Ils révèlent à quel point, malgré le caractère décisif du « désenclavement planétaire », les espaces maritimes demeuraient très imparfaitement maîtrisés. En effet, la navigation transatlantique, tributaire des vents, des courants, des aléas inhérents aux conditions matérielles de l’époque, était confrontée à de lourds handicaps. Par exemple, un voyage aller et retour de deux ans voyait disparaître 15 à 20 % des équipages. Le voyage était de surcroît fort onéreux et consommait une part importante des bénéfices escomptés.

14Cette rugosité de l’espace s’exprime alors par un souci de Pierre Chaunu, de ne pas faire de l’Espagne un ensemble parfaitement cohérent, uniforme et connecté. En effet, les processus de désenclavement apparaissent ambivalents chez l’historien : ils intègrent autant qu’ils excluent, ils connectent autant qu’ils hiérarchisent les espaces et les sociétés. Preuve en est, l’Espagne de Pierre Chaunu demeure foncièrement plurielle. Le pluriel « les Espagnes » est d’ailleurs récurrent sous sa plume. Il apparaît au chapitre IV du tome VIII de Séville et l’Atlantique14. Parmi les nombreuses publications, on retrouve ce vocable notamment dans un article de 1963, intitulé « Les Espagnes périphériques dans le monde moderne »15. De même, dans L’expansion européenne du XIIIe au XVe siècle, il distinguait trois Espagnes, dont les rapports oscillaient entre collaboration et inévitables rivalités : l’Espagne méditerranéenne exclue du monopole des Indes, l’Espagne cantabrique et basque qui participe au financement et aux armements maritimes, et l’Espagne andalouse du monopole sévillan16. Cette Espagne plurielle, hiérarchisée, n’est alors pas seulement actrice de la mondialisation : elle en est aussi l’objet. À cet égard, Pierre Chaunu décrit un glissement du centre de gravité de l’économie espagnole vers le Sud, du cœur de la Castille vers Séville. Cette évolution est à porter à l’actif de deux facteurs : l’ouverture de la route américaine, d’une part, et la colonisation des terres gagnées sur les Maures, d’autre part.

15Ainsi, à partir du terrain hispanique, l’histoire-monde de Pierre Chaunu était avant tout une histoire globale. Elle ouvrait la piste des désenclavements, et démontrait ce qui fait qu’au XVIe siècle, la terre devint un globe que l’on pouvait parcourir, penser et exploiter.

De chiffres et d’hommes

Quantifier la Carrera de Indias

16Cette histoire du monde hispanique, ou histoire-monde de l’Espagne, est construite par des méthodes d’analyse spécifiques. Dès son Séville et l’Atlantique, Pierre Chaunu est soucieux de construire une preuve appuyée par le chiffre. Il est nourri de l’idée que la nature s’écrit dans un langage mathématique. Dès lors, les hypothèses formulées par un chercheur doivent être validées par la mesure17. Pierre et Huguette Chaunu collectent ainsi une documentation gigantesque pour une étude sérielle. Cette étude entend mesurer les fluctuations du commerce atlantique en tonnage et en valeur. Ce faisant, il s’agit d’approcher les grandes tendances et les grands mouvements économiques. Pierre et Huguette Chaunu se lancent plus précisément dans l’analyse sérielle des sources comptables de la série contaduria des archives des Indes à Séville. Cette série contient notamment les livres de registres. Ils renferment, pour chaque navire engagé dans la route des Indes, une description du navire, une liste des hommes, des marchandises transportées et des impositions. Au total, plus de 30 000 liasses de 1 000 à 2 000 folios en moyenne.

17Par la suite, ces études quantitatives furent un temps contestées en raison des critiques dont elles furent l’objet dans les années 1980. Certaines critiques dénonçaient une formalisation abusive des sources et un recours excessif à la « pesée globale ». Par exemple, Jacques Revel mettait en avant l’écueil d’une « fossilisation du réel » et de catégories « reçues plutôt que critiquées, décrites plus souvent qu’analysées »18. Pierre Chaunu lui-même évoquait en 1986 dans sa Rétrohistoire le dépassement de cette méthode :

Passionné par la dynamique cyclique, à la tête d’une gerbe impressionnante de séries statistiques nouvelles, maniant avec gourmandise des techniques d’analyse que j’étais fier, dans la foulée de notre bon maître Ernest Labrousse, d’appliquer à des périodes plus anciennes et à des séries qui n’étaient plus seulement des séries de prix, je m’étais lancé dans une étude descriptive de la conjoncture qui me paraît, aujourd’hui, bien inutilement gonflée. […] Les conclusions tiennent en trente pages, je ne suis plus tenté, aujourd’hui, de relire les 2 000 pages de preuves que j’ai assénées. Elles sont là. Et comme plus personne ne met en doute l’existence de ces fluctuations que tout corrobore, elles peuvent dormir en paix. Elles marquent, aujourd’hui, une étape utile et heureusement dépassée19.

18Cependant, après avoir un temps quitté le devant de la scène historiographique, les approches quantitatives ont aujourd’hui pleinement retrouvé leur place20. Les méthodes de codification et d’exploitation sérielle des informations restent à l’ordre du jour, notamment pour les historiens de l’économie espagnole. Preuve en est, des entreprises scientifiques actuellement menées sont fondées sur la mise en série et attestent du dynamisme de cette méthode historique. Par exemple, le projet Navigocorpus met en série les itinéraires de navires21. Il s’agit d’une base de données portant sur les itinéraires effectués par des navires de commerce entre les XVIIe et XIXe siècles. Elle recense plusieurs données relatives à ces voyages : les trajets, les cargaisons, les armateurs et les capitaines.

Une épaisseur existentielle

19Si Pierre Chaunu construit son histoire-monde de l’Espagne sur des séries de chiffres, il ne sacrifie pas pour autant les dimensions humaines, culturelles et spirituelles. Son écriture historique est aussi chargée d’une épaisseur existentielle. Une évolution marquée s’observe d’ailleurs dans le parcours scientifique de Pierre Chaunu. L’acteur et l’individu sont beaucoup plus présents dans des publications plus tardives, telles que Charles Quint et Christophe Colomb22.

20Ainsi, dans son Christophe Colomb publié en 1993, il commence à élaborer ce qu’il nomme « la logique de l’imprévisible ». Cette « logique de l’imprévisible » réévalue le poids des hommes dans le déroulement de l’histoire et rejette tout déterminisme. Elle est l’affirmation de la liberté individuelle comme moteur de l’histoire, qui fait de l’événement quelque chose d’imprévisible. Pierre Chaunu montre en l’occurrence en quoi la découverte de l’Amérique est le fruit d’un concours de circonstances difficilement prévisible. Cet événement, ainsi que sa portée considérable, apparaît comme la résultante de la combinaison de plusieurs coïncidences. Première coïncidence, des erreurs scientifiques : Colomb croit atteindre l’Asie mais il sous-estime la taille du globe. Le navigateur génois pense que 5 / 6e du globe sont constitués de terres émergées. Deuxième coïncidence, l’existence d’un homme, qualifié de « marin hors pair », décidé à passer à l’acte. Autre coïncidence, la rencontre entre un homme et une société sensible aux signes de la venue du Christ. Or Pierre Chaunu explique combien Colomb se conçoit comme celui que Dieu a choisi pour porter aux peuples la parole du Christ. Enfin, dernière coïncidence, sa force de conviction auprès d’Isabelle la Catholique. Toutes ces coïncidences mises bout à bout créent cette « logique de l’imprévisible ». Ainsi, par cette notion, Pierre Chaunu réconcilie longue durée et événement, les tendances longues, d’une part – les cycles économiques – et les individus, la biographie, d’autre part.

Entre passé et présent : héritages, influences et dépassement

21Dix ans après la disparition de Pierre Chaunu, son héritage intellectuel demeure important. L’histoire du désenclavement, qu’il appelait de ses vœux, se poursuit dans différentes directions qu’il convient alors d’esquisser.

Les interactions entre deux mondes

22De manière générale, il n’est plus possible d’étudier la Monarchie Catholique sans tenir compte de l’ensemble de ses composantes. Ainsi, les travaux de John Elliott, Tamar Herzog ou encore Serge Gruzinski, insistent sur les interactions politiques, sociales et culturelles entre les différentes entités constitutives de la Monarchie Catholique23. Ils ne s’en tiennent pas aux seules possessions européennes ou américaines, étudiées de manière séparée. Ainsi, l’historien britannique John Elliott écrivait déjà en 2006, dans l’introduction de son livre Imperios del Mundo Atlántico, qu’il lui semblait venu le moment de « s’écarter de l’histoire de l’Espagne de los Austrias et de l’Europe, et de regarder sans retard l’interaction espagnole avec ses possessions ultramarines »24.

23Si Pierre Chaunu faisait déjà des circulations économiques le moteur de ces interactions, l’approche économique et commerciale continue de susciter une riche production historiographique. Dans la lignée de ses travaux pionniers, les études ayant trait au fonctionnement, à l’organisation et à l’évolution du commerce entre l’Espagne et l’Amérique espagnole sont nombreuses. Que l’on songe aux ouvrages de Horst Pietschmann, Isabel Lobato Franco ou Antonio Miguel Bernal, ces études continuent d’interroger la place singulière de l’Espagne dans l’économie mondiale du XVIe au XVIIIe siècle25. Ils mettent l’accent sur les fluctuations commerciales de ces échanges et sur l’importance des capitaux nécessaires au bon déroulement de cette entreprise. Ces travaux interrogent surtout la nature et les modalités d’un système atlantique espagnol. Ils présentent ce système atlantique comme le fondement d’un réseau dense d’échanges économiques, politiques et culturels.

24Cependant, d’autres approches ont élargi la démarche. Ces dernières années, l’étude de la structuration de la Monarchie Catholique autour de l’espace atlantique a été profondément renouvelée. Ainsi, l’idée d’un « système atlantique », longtemps dominante, a été remise en cause, notamment par l’historienne américaine Alison Games26. Cette remise en cause ne conteste pas l’existence même de ce « système atlantique », mais elle en nuance certains aspects. Les études les plus récentes traitent un peu moins le poids du commerce et des échanges économiques. Les relations entre la monarchie hispanique et les Indes sont davantage étudiées sous l’angle des interactions entre la société métropolitaine et les sociétés coloniales. Ces travaux réévaluent à la hausse le transfert de normes et de valeurs, comme celles liées à la monogamie, la propriété privée ou encore la famille nucléaire comme modèle. À cet égard, l’Atlantique ibérique questionne l’organisation des mouvements de migrations à échelle planétaire, intercontinentale, transocéanique. Ceci est l’objet du récent ouvrage d’Alain Hugon, La grande migration, qui interroge les conditions et les moteurs du départ de l’Espagne vers l’Amérique entre 1492 et 1700, ainsi que l’attitude des autorités face à ces déplacements de personnes27. Parmi ses nombreux apports, cette étude montre que les autorités hispaniques étaient moins soucieuses des étrangers qui arrivaient, que des gens qui partaient de la Péninsule. Les autorités souhaitaient moins contrôler l’immigration que l’émigration.

Le politique dans la mondialisation

25Enfin, une dernière piste de recherche permet d’interroger l’Espagne de Pierre Chaunu au regard des évolutions historiographiques récentes. Si Pierre Chaunu en appelait à « rompre avec les États », des travaux récents réintègrent au contraire le rôle du politique et de l’État mais dans une approche globale. Deux exemples sont alors révélateurs de cette orientation. En premier lieu, le projet de recherche conduit par Lucien Bély, intitulé « Une histoire internationale de l’Europe et du monde », se situe au cœur de cette dynamique28. Il s’agit d’appréhender le désenclavement de l’Europe par le prisme des relations internationales, dans une approche globale. À partir de la notion de « diplomatie-monde », le projet explore les horizons extra-européens de la diplomatie européenne à l’époque moderne. Il analyse la présence des réalités coloniales et mondiales dans la diplomatie européenne. Il insiste en particulier sur la construction et la structuration des relations entre les sociétés et les États à l’échelle du monde, qu’il s’agisse de rapports de domination ou de soumission, d’échange ou d’interactions.

26En second lieu, une autre piste de recherche consiste à réévaluer le rôle du politique dans la mondialisation en interrogeant le rôle de l’institution consulaire dans la pénétration commerciale des puissances européennes sur les marchés latino-américains. Ainsi, le projet porté par Xavier Huetz de Lemps et Martín Rodrigo Alharilla, relatif aux « expériences espagnole et française de l’accès aux marchés extra-européens (XVIIIe-XIXe siècles) », ambitionne d’étudier l’institution consulaire en termes de projection et de connexions29. Il se propose notamment d’analyser la manière dont les négociants européens mobilisaient les réseaux consulaires et diplomatiques, pour soutenir leur pénétration commerciale sur les marchés latino-américains. Autrement dit, il s’agit de comprendre en quoi les consuls européens œuvrèrent en faveur d’une interconnexion plus affirmée entre les espaces économiques ibérique et américain. S’inscrivant dans la lignée des travaux néo-institutionnalistes, le projet réévalue le poids des institutions publiques dans le désenclavement du monde.

 

27Pour conclure, le monde hispanique de Pierre Chaunu se mesure moins en nombre d’articles et de pages noircies, que par l’influence que l’historien a exercée sur une génération de chercheurs. Espagne aux quatre vents, elle est l’actrice d’une première mondialisation ibérique. Influencé par le modèle braudélien d’une histoire désenclavée, Pierre Chaunu porte un regard global sur l’histoire du monde hispanique. Autrement dit, il pense l’Espagne comme un espace interconnecté au monde. Ce faisant, il s’attache à comprendre les processus d’accrochage et de mise en relation. L’historien fait alors de l’océan un territoire, c’est-à-dire un espace délimité et en voie d’appropriation. Il pense l’Atlantique et le Pacifique moins comme des coupures entre les continents, mais plutôt comme des traits d’union. Il ne néglige pas pour autant les effets de distanciation. En outre, Pierre Chaunu ne sépare pas les tendances longues, les fluctuations cycliques, des hommes. De chiffres et d’hommes, son Espagne est chargée d’une épaisseur existentielle qui laisse toute sa place à l’imprévisible. Ne cherchant pas à ordonner les événements selon une logique mécanique, l’historien met au jour les hasards et les coïncidences. Il donne à voir leur part de mystère.

28Les travaux de Pierre Chaunu, les chemins empruntés ainsi que les intuitions formulées, constituent ainsi une invitation pour l’historien du XXIe siècle. Invitation à poursuivre l’écriture d’une histoire des désenclavements, des connexions et des contacts, sans préjugés historiographiques ou méthodologiques. Invitation à mêler les échelles d’analyse, du local au global, en privilégiant les situations de contact, mais sans négliger les effets de distanciation. Ce faisant, invitation également à dépasser les frontières nationales et impériales sans séparer de manière systématique les empires britannique, français, hollandais ou ibérique en fonction des sujets abordés. Une telle démarche fait écho aux mots par lesquels Pierre Chaunu concluait Les Philippines et le Pacifique des Ibériques : « Atlantique et Pacifique, Europe et Extrême-Orient ne s’expliquent donc pas l’un par l’autre. Ils sont, l’un et l’autre, solidaires d’un même destin qui, incommensurablement, les transcende »30.

Notes de bas de page

1 Pierre Chaunu, « Mes Espagnes », in La historiografía francesa del siglo XX y su acogida en España, Benoît Pellistrandi (dir.), Madrid, Casa de Velázquez, 2002, p. 255.

2 Ibid., p. 260.

3 Joseph Pérez, « Recension de l’ouvrage de Pierre Chaunu, La civilisation de l’Europe classique, Paris, Arthaud, 1966 », Bulletin hispanique, t. LXIX, n° 1-2, 1967, p. 278-280.

4 Annie Molinié-Bertrand, Au siècle d’or : l’Espagne et ses hommes. La population du royaume de Castille au XVIe siècle, Paris, Economica, 1985 ; Christian Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834). Essai d’ecclésiologie politique, Madrid, Casa de Velázquez, 1988 ; Guy Lemeunier, Economía, sociedad y política en Murcia y Albacete (siglos XVI-XVIII), Murcie, Academia Alfonso X el Sabio, 1990 ; René Quatrefages, Los Tercios españoles, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1979 ; Michèle Escamilla, Crimes et châtiments dans l’Espagne inquisitoriale. Essai de typologie délictive et punitive sous le dernier Habsbourg et le premier Bourbon, Paris, Berg International, 1992, 2 vol. ; Bernard Grunberg, L’univers des conquistadores : les hommes et leur conquête dans le Mexique du XVIe siècle, Paris, L’Harmattan, 1993.

5 Pierre Chaunu, François Dosse, L’instant éclaté. Entretiens, Paris, Aubier, 1994, p. 201.

6 Pierre et Huguette Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), Paris, Armand Colin puis SEVPEN, 1955-1960 ; Id., Les Philippines et le Pacifique des Ibériques (XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles), Paris, SEVPEN, 1960-1966.

7 Earl J. Hamilton, American Treasure and the Price Revolution in Spain, 1501-1650, Cambridge, Harvard University Press, 1934.

8 Pierre Chaunu, « Mes Espagnes », p. 256-257.

9 Pierre Chaunu, Edgar Morin, « Histoires locales, histoire globale », Communications, 41, 1985, p. 219.

10 Pierre Chaunu, L’expansion européenne du XIIIe au XVe siècle et Conquête et exploitation des nouveaux mondes, Paris, PUF, 1969.

11 Pierre et Huguette Chaunu, Séville et l’Amérique aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Flammarion, 1977, p. 14.

12 Pierre Chaunu, Conquête et exploitation…, p. 209-210.

13 Pierre Chaunu et Michèle Escamilla, Charles Quint, Paris, Fayard, 2000, p. 732.

14 Pierre et Huguette Chaunu, Séville et l’Atlantique…, deuxième partie (1959) et Les structures géographiques, t. VIII, 1, second livre, chapitre IV, p. 275.

15 Pierre Chaunu, « Les Espagnes périphériques dans le monde moderne (notes pour une recherche) », Revue d’histoire économique et sociale, t. XLI, n° 2, 1963, p. 145-182.

16 Pierre Chaunu, L’expansion européenne…

17 Pierre Chaunu, Histoire quantitative, histoire sérielle, Paris, Armand Colin, 1978 ; Id., « Un nouveau champ pour l’histoire sérielle : le quantitatif au troisième niveau », in Méthodologie de l’histoire et des sciences humaines. Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, Toulouse, Privat, 1973, p. 109.

18 Jacques Revel, « Préface » à Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Giovanni Levi, Paris, Gallimard, 1989, p. VI.

19 Pierre Chaunu, Rétrohistoire : racines et jalons, portraits et galerie, Paris, Economica, 1986, p. 30.

20 Historiographies : concepts et débats, Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Paris, Gallimard, 2010, p. 412-419 ; Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008, p. 8-18.

21 Plusieurs projets ANR fondés sur la mise en série ont vu le jour au cours de ces dernières années. Outre Navigocorpus (http://navigocorpus.org/), nous pouvons citer Marprof (http://marprof.univ-paris1.fr/) et Pétitions (http://acp.u-pem.fr/ressources-en-ligne/petitions/).

22 Pierre Chaunu et Michèle Escamilla, Charles Quint ; Pierre Chaunu, Christophe Colomb ou la logique de l’imprévisible, Paris, François Bourin, 1993.

23 « La perspective “globale” dans laquelle nous nous engageons est imposée par l’espace que couvre notre objet, la Monarchie Catholique ». Serge Gruzinski, « Les mondes mêlés de la Monarchie Catholique et autres “connected histories” », Annales. Histoire, sciences sociales, 56e année, n° 1, 2001, p. 117. Voir aussi Tamar Herzog, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven – Londres, Yale University Press, 2003.

24 « El tiempo de apartarme de la historia de la España de los Austrias y Europa, y mirar con mayor detenimiento la interacción española con sus posesiones de ultramar ». John E. Elliott, Imperios del Mundo Atlántico : España y Gran Bretaña en América, 1492-1830, Madrid, Taurus Historia, 2006, p. 19 [1re éd. : Empires of the Atlantic World : Britain and Spain, 1492-1830, New Haven, Yale University Press, 2006].

25 Atlantic History. History of the Atlantic System, 1580-1830, Horst Pietschmann (dir.), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002 ; El sistema comercial español en la economía mundial (siglos XVII-XVIII), Isabel Lobato Franco, José María Oliva Melgar (dir.), Huelva, Universidad de Huelva, 2013 ; Antonio Miguel Bernal, La financiación de la Carrera de Indias, 1492-1824. Dinero y crédito en el comercio colonial español con América, Séville – Madrid, Tabapress, 1992.

26 Alison Games, « Atlantic History : Definition, Challenges and Opportunities », American Historical Review, t. CXI, n° 3, 2006, p. 741-757 ; Major Problems in Atlantic History, Alison Games, Adam Rothman (dir.), Boston, Houghton Mifflin, 2007. Voir aussi El sistema atlántico español (siglos XVII-XIX), Carlos Martínez Shaw, José María Oliva Melgar (dir.), Madrid, Marcial Pons, 2005 et Pieter Emmer, « The Myth of Early Globalisation : The Atlantic Economy, 1500-1800 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2008 [en ligne] : http://nuevomundo.revues.org/42173.

27 Alain Hugon, La grande migration. De l’Espagne à l’Amérique (1492-1700), Paris, Vendémiaire, 2019.

28 Un séminaire de recherche intitulé « Histoire internationale de l’Europe et du monde », coordonné par Lucien Bély, Laura de Mello e Souza, Géraud Poumarède et Éric Schnakenbourg et organisé par David Chaunu, Indravati Félicité, Pauline Ferrier-Viaud, Matthieu Gellard, Bertrand Haan, Julien Wilmart et Sylvain Lloret, se tient au Centre Roland Mousnier à Sorbonne Université. Sur les enjeux globaux de la diplomatie à l’époque moderne, voir également le colloque intitulé « Utrecht 1713. Une paix pour l’Europe et le monde » organisé par le groupe de recherche Diplomatie et Paix, qui s’est tenu les 24, 25 et 26 octobre 2013 à Paris. De plus, un ouvrage collectif dirigé par Éric Schnakenbourg et François Ternat vient de paraître : Une diplomatie des lointains : la France face à la mondialisation des rivalités internationales (XVIIe-XVIIIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020. Sur les intermédiaires dans les diplomaties interculturelles, voir notamment : Gilles Havard, La Grande Paix de Montréal de 1701 : les voies de la diplomatie franco-amérindienne, Montréal, Recherches amérindiennes au Québec, 1992 et Empire by Treaty. Negotiating European Expansion, 1600-1900, Saliha Belmessous (dir.), Oxford, Oxford University Press, 2014.

29 Projet de recherche IMERLIB (Impérialisme, mercantilisme, libéralisme. Les expériences espagnole et française concernant l’accès aux marchés extra-européens, 1770-1890) de l’université Pompeu Fabra (Barcelone) et de la Casa de Velázquez, dirigé par Xavier Huetz de Lemps (Université Côte d’Azur) et Martín Rodrigo y Alharilla (Université Pompeu Fabra).

30 Pierre Chaunu, Les Philippines…, p. 269.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.