Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 7-12


Texte intégral

1Les historiens ne liraient que les histoires écrites par leurs contemporains immédiats. Derrière cette boutade qui circule dans le milieu universitaire se cache une réalité : celle de l’omniprésence de l’actualité, de la quête de l’information la plus neuve et la poursuite de la diffusion la plus importante, perçues comme indispensables à la recherche dite « d’excellence » dans les laboratoires et les institutions scientifiques. Les résultats exigés par les financeurs et par les évaluateurs prennent la forme d’articles, de livres et d’actes de colloques. À l’abondance imposée des productions historiques correspond une multiplication des revues – papiers ou en ligne –, des séminaires et des journées d’études. Avec la présence d’Internet et des réseaux sociaux professionnels, ces échanges et productions s’accélèrent et démultiplient le champ de la connaissance. Une profusion de documents, d’archives numérisées, de bases de données, de banques d’images, s’offre à tous, à un moment où les frontières matérielles et nationales sont abolies par le réseau et où l’ardente obligation de mondialiser les résultats s’impose.

2Dès lors, quelle place reste-t-il pour un retour réflexif sur le passé ? Quel intérêt y aurait-il à se pencher sur les concepts avancés par nos prédécesseurs devant les demandes d’actualisation si pressantes qu’exige le monde contemporain pour comprendre les problèmes qui se posent à lui ? Les écrits du passé deviennent-ils de plus en plus rapidement caducs ? Y aurait-il une date de péremption pour leur consommation ?

3Or, l’un des enjeux cruciaux de l’histoire réside dans la connaissance de sa propre place au sein de la société, de l’évolution de ses pratiques, de ses méthodes et de ses objets qui composent autant de reflets des inflexions subies par la société présente. Sans une lecture attentive des historiens antérieurs, il devient difficile de comprendre l’origine des interrogations actuelles. Des lectures de travaux des historiens défunts jaillissent des éléments d’histoire – d’historiographie – qui mettent en valeur les permanences, les mutations, les disparitions de concepts utilisés jusqu’alors, les thématiques choisies et les procédures employées par les historiens actuels.

4L’œuvre de Pierre Chaunu n’échappe pas au temps. Elle appartient à cette catégorie produite par les historiens défricheurs voire, dans son cas, des historiens-agitateurs, ce qui est un apparent paradoxe pour le détracteur de l’agitation estudiantine de 68. Comme il l’affirma à plusieurs reprises, Chaunu était un véhément, et son impétuosité s’est traduite par plusieurs dizaines d’ouvrages, des centaines d’articles, par des recherches dans des directions variées aux thématiques très diverses. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, il se trouve aussi à l’origine de la formation de cohortes de chercheurs, en une époque marquée par un puissant engouement pour les sciences sociales, en particulier pour la discipline historique, que confirmait la domination de l’école des Annales à laquelle il avait appartenu, ouvrant ainsi un vaste espace créatif à ses élèves.

5Le temps a passé. Un quart de siècle nous sépare des dernières thèses dirigées par Chaunu1 et de son départ de l’université. Ses deux derniers livres, publiés en 2001 et 2003, portent l’empreinte des inquiétudes de leur auteur en matière démographique et traduisent fortement ses appréhensions religieuses2.

6« Juger ou comprendre ? », interrogeait Marc Bloch dans Apologie pour l’Histoire. Le parti pris des auteurs des contributions ici présentes vise à rendre intelligible le passé de l’histoire écrite par un des historiens importants du XXe siècle : cette intelligibilité est indispensable pour, à son tour, comprendre les mutations de notre temps. En 2009, les élèves, collègues et proches de Pierre Chaunu réalisèrent un très bel hommage à l’occasion de sa disparition par la publication d’un bilan de l’ensemble de son abondante production historique3. À ces chercheurs succède maintenant une nouvelle approche par une nouvelle génération d’historiens – une troisième génération âgée d’environ 30 à 50 ans à ce jour. La plupart d’entre eux, trop jeunes, n’ont pas connu l’auteur de Séville et l’Atlantique. Leur formation n’a été influencée qu’indirectement par son enseignement et, parfois, ses livres leur sont mal connus, d’autant qu’à l’image du savant s’est superposée celles du parfois polémiste du Figaro – le journal dans lequel il a aussi multiplié les comptes rendus d’ouvrages de collègues historiens de tous horizons historiographico-politiques – et du militant chrétien conservateur. D’autant encore que leur prolifération quantitative et leur dispersion thématique ont en quelque sorte créé un écran empêchant d’aller facilement à l’essentiel de sa créativité.

7Le changement générationnel et l’éloignement temporel déplacent les regards que l’on porte sur l’œuvre, sur les concepts et méthodes que la science historique pouvait déployer dans la deuxième moitié du XXe siècle. Les rivalités d’écoles entre historiens se sont déplacées, et peut-être estompées ; la Weltanschauung à laquelle les auteurs prennent part se trouve profondément bouleversée par rapport à « l’univers chaunusien », par la disparition de la guerre froide, par la généralisation de la mondialisation économique, par l’essor asiatique et plus généralement par la connexion du monde.

8Ainsi, le regard sur le passé d’une œuvre définit les écarts, les éloignements et les glissements qui constituent autant d’indications de l’actuel positionnement historiographique et méthodologique des historiens, de leurs pratiques d’écriture et sur les identités institutionnelles actuelles. En cela, il est indispensable de lire les historiens qui nous précèdent pour mieux nous connaître. Il est encore nécessaire de ne pas perdre le fil du temps de l’écriture, car, comme Pierre Chaunu le répétait, l’histoire est le rapport anthropologique à la durée. Et perdre le savoir des modalités historiennes d’analyse de la durée, c’est perdre ou occulter une part de la durée, rentrer dans une forme subreptice de négation.

9Si de nombreux contributeurs de ce volume n’ont jamais connu Pierre Chaunu, la majeure partie appartient néanmoins à deux universités qui furent des lieux de prédilection dans la vie de l’historien. D’abord l’université de Caen Normandie, où il enseigna en premier lieu pour y occuper une chaire de professeur jusqu’en 1970. Là, il fonda en 1966 un laboratoire de recherches historiques qui porte encore sa marque par une prédilection pour l’usage des bases de données : le CRHQ (Centre de recherches et d’histoire quantitative), devenu en 2017 l’équipe HisTeMé (Histoire, Territoires, Mémoires). L’université Paris Sorbonne (ex. Paris IV et désormais Sorbonne Université) est la seconde et dernière maison de Pierre Chaunu, de 1972 à 1992. Il accepte d’y venir à l’appel de François Crouzet. Il y anima avec ses collègues la structure – qui allait ensuite devenir le Centre Roland Mousnier – à l’essor de laquelle il contribua fortement par sa puissance d’attraction tout en travaillant directement avec Madeleine Foisil et Annick Pardailhé-Galabrun. Bien que les deux équipes parisiennes et caennaises soient fortement représentées dans ce volume, plusieurs collègues d’autres universités ont accepté de participer à ces réflexions historiographiques : qu’ils en soient vivement remerciés. Par ailleurs, cet ouvrage doit beaucoup à l’appui du Mémorial de Caen, qui a accueilli ces travaux lors de rencontres tenues les 6 et 7 février 2019.

10Plusieurs thèmes apparaissent dans ce volume, issus des orientations de la production de Pierre Chaunu et réexaminés à la lumière des évolutions historiographiques de ces premières décennies du XXIe siècle : la globalisation ; la démographie ; les mentalités ; l’histoire quantitative et sérielle et les « ego-histoires ».

11Dans quelle mesure le « désenclavement » de l’espace européen au XVIe siècle préfigure-t-il la mondialisation du XXIe siècle ? Ce premier thème interroge les travaux de Chaunu sur l’expansion européenne à l’époque moderne, ce que l’on qualifie désormais de « première mondialisation ibérique ». Il replace cette question au sein des différents courants historiographiques de l’histoire coloniale et globale nés à partir des années 1990 (world history, global history, histoire atlantique, histoire hémisphérique, etc.). Si la thèse Séville et l’Atlantique doit beaucoup au choc de la crise économique de 1929, les bouleversements géopolitiques de la fin du XXe siècle et les interrogations issues de la globalisation états-unienne ont un impact profond sur les historiens contemporains et leurs travaux. Les textes de Sylvain Lloret, Natividad Ferri Carreres et Louise Benat-Tachot examinent les continuités et les décalages entre ces historiographies (d’une approche macro-économique à la lecture socio-culturelle des colonial studies), tout en analysant les concepts employés par Pierre Chaunu : les origines du désenclavement du monde, la prééminence de l’Europe sur la Chine, la conquista comme modèle alternatif à la frontière turnerienne nord-américaniste, etc. Pour sa part, Juan Carlos d’Amico examine la dimension impériale que Pierre Chaunu, avec Michèle Escamilla Collin, réserve à Charles Quint : une biographie planétaire ou bien une « rétro-autobiographie » de Pierre Chaunu ?

12Dans le sillage des transformations scientifiques et médicales, les changements démographiques ont bouleversé les équilibres à tous les niveaux planétaires entre les continents – l’Europe passant de 22 % de la population mondiale en 1950 à moins de 10 % en 2019. Ce sont aussi des changements à l’échelle des individus et des structures familiales, par les mutations de la condition féminine, les recompositions des familles, les phénomènes migratoires, autant de processus à réévaluer par rapport aux cadres conceptuels de la deuxième moitié du XXe siècle. La longue durée des comportements démographiques, le « monde plein », le retard au mariage comme « grande arme contraceptive de l’Europe classique », sont des notions propres aux travaux de Pierre Chaunu. Le second thème porte donc sur les catégories et les méthodes de la démographie historique en tant qu’héritage, prolongation et contradiction aux suggestions émises il y a plus de trente ans. Les changements d’approches et l’usage de traitements informatiques transforment ce domaine de l’histoire. Clara Lefèvre, Vincent Gourdon et Cyril Grange réalisent une étude de cas sur les mariages mixtes à Paris au XIXe siècle par « une histoire religieuse sérielle », telle que Pierre Chaunu l’appelait de ses vœux en 1965. Mickaël Gasperoni et Davide Mano utilisent les archives notariales pour souligner le poids des discours testamentaires produits dans la communauté juive romaine au XVIIIe siècle. Le prolongement des analyses démographiques rejoint « l’histoire des mentalités » que Pierre Chaunu pratiquait par une anthropologie des problèmes dits « religieux » : il infirme la possibilité d’un désenchantement complet du monde. Cette anthropologie amène à reconsidérer l’œuvre et le legs nés du Temps des réformes, et surtout de sa vaste enquête sur La mort à Paris, travaux qui questionnèrent l’angoisse du monde qui a pu se résoudre par et dans la piété, via les rites et les croyances, autant que par le désir de réforme, de pénitence et l’aspiration à la violence. Qu’une société ou un collectif plus restreint s’assigne une identité de foi unique et militante, qu’il désigne d’autres groupes comme inassimilables au corps social, que la conversion, la mission ou la violence soient envisagées pour résoudre des tensions et, supposément, pacifier une société, tous ces éléments entrent en forte résonance avec le monde d’aujourd’hui. Pour interroger les réalités religieuses de l’époque moderne, Chaunu s’était fait non seulement « historien des mentalités » sensible aux apports de la sociologie, de l’ethnologie et de la psychologie, recourant aux méthodes quantitatives, mais aussi attentif aux états d’âme des individus étudiés, à leur inscription dans l’espace et le temps, façonnant une forma mentis, à leur participation à des collectifs dotés d’identités fortes et de référents culturels forts, qu’ils soient d’élites ou populaires, laïcs ou confessionnels. Pour cela, la méthode sérielle pour étudier les mentalités ne voile pas la présence de son approche intellectuelle, à la fois théologique et philosophique. Nathalie Szczech présente la diversité des approches de la Réforme et de la « contre-réforme » religieuse, Caroline Callard démonte les mécanismes qui hantent ces travaux sur la mort, et Antoine Roullet souligne la présence même d’une « mystique chaunusienne » au cœur de ses travaux.

13L’évolution des pratiques vers une histoire que l’on qualifie de « culturelle » est esquissée dans une troisième partie. Que peut apporter à l’histoire conceptuelle (Begriffsgeschichte) la lecture de ces différents travaux ? L’emploi des notions et outils méthodologiques par Pierre Chaunu a-t-il permis d’interpréter les sociétés passées ? Le succès éditorial de la prestigieuse collection « Histoire des civilisations » et ses derniers écrits autour de la question de la paix – analysée ci par Thomas Hippler – conduisent à réfléchir sur ses rapports à la notion de violence qu’examine Séverin Duc et, plus généralement, au concept de civilisation qu’analyse Lucien Bély, terme si important aux XIXe et XXe siècles.

14Une quatrième et dernière partie confirme ce passage de l’histoire quantitative à une histoire culturelle, où l’historien lui-même occupe une place importante. Bertrand Müller inscrit l’ensemble des dépouillements quantitatifs dans une histoire longue de ces méthodes en étroite relation avec les transformations de l’histoire et des sciences sociales. Au-delà des concepts et techniques, la diffusion de la culture historique par le biais des relations entretenues par Chaunu avec les éditeurs est décrite par Benoit Marpeau. La question des filiations intellectuelles et celle de l’entremise des responsabilités institutionnelles dans la communauté universitaire (doctorats, laboratoires, CNRS, etc.) soulignent des capacités de rayonnement. Les divers entretiens réalisés par Pierre Chaunu – Emmanuel Laurentin l’indique clairement – permettent de s’interroger sur « l’atelier de l’histoire » grâce aux nombreuses versions « d’egohistoire » qu’il a produites et grâce à ses interventions dans la cité comme historien. Par ces parcours, l’historien est amené à réfléchir sur son propre rôle dans la société, sur ses positions dans les institutions, sur sa mise en scène de l’écriture de l’histoire comme sur sa propre existence. Isabelle Lacoue-Labarthe souligne cette inscription du temps de l’historien dans son cursus par ses productions intellectuelles.

15Et dans la représentation de cette existence, surgit le souci – on pourrait parler de l’utopie chaunuesque renouant avec les obsessions de Lucien Febvre – de procéder dans une tension totalisante d’englobement des savoirs, sans exclusives et sans limites, de faire donc de la connaissance un espace de liberté euristique. C’est le programme scientifique qu’en 1982 Pierre Chaunu donne à la revue HES au nom du comité de rédaction, dans les quelques pages qui ouvrent le numéro I et qui semblent résumer en réalité son œuvre dans toutes ses composantes et l’identifier à une forme de voyage toujours recommencé :

Nous nous appelons Histoire, Economie et Société. Histoire, cela veut dire que nous n’exclurons rien de la mémoire des hommes, de la mémoire du passé qui nous aide à vivre le présent où nous sommes et à façonner l’avenir où nous allons.
[…] Nous n’excluons rien a priori, mais nous avons nos préférences. Au discours sur le discours – il a son intérêt – nous préférons les faits, les réalités concrètes, mesurables et leur interprétation. Nous avons senti au cours des dix dernières années, au sein de l’historiographie de langue française, au-delà de la conquête infiniment féconde du « troisième niveau », une dérive vers une anthropologie molle, sans méthode rigoureuse et sans problématique clairement définie.
[…] L’histoire apporte aux sciences sociales la durée. Nous sommes une revue d’histoire. Nous nous situons dans la durée. Nous croyons que l’histoire a vocation à travailler avec toutes les disciplines scientifiques, les sciences sociales et les sciences humaines, mais aussi, et de plus en plus, avec la biologie et la médecine4.

16Pierre Chaunu concluait enfin sur un point qui était essentiel selon lui dans les objectifs qu’il fixait à HES : le souhait de donner « la parole » aux jeunes chercheurs dont les thèses de 3e cycle avaient tendance à demeurer, après le temps bref de leurs soutenances, clandestines ou inédites. Il s’agissait de faire de HES un lieu où il serait possible de

palper le pouls de la production historique afin de tenter de l’orienter des zones où joue la loi des rendements décroissants vers les secteurs de la plus haute rentabilité. Nous n’excluons aucune période de l’histoire. Nous sommes ouverts à toutes les bonnes volontés, à toutes les expériences… et, d’approches en essais, nous l’espérons aussi à toutes les réussites5.

17En donnant la parole à une génération d’universitaires qui ne l’ont pas connu, en leur proposant de s’interroger de manière critique et sans obséquiosité sur un Pierre Chaunu que nombre de chercheurs ne lisent plus aujourd’hui comme ils ne lisent plus Michelet ou Quinet, Bloch ou Duby, parce qu’une course est engagée désormais portant à aller vers le plus récent ou médiatisé – et souvent le plus gris et « mou » –, le colloque de 2019 a voulu faire référence aussi à ce souhait d’un historien qui voulait espérer que l’écriture de l’histoire soit la forge d’une chaîne ininterrompue de questionnements et d’expériences épistémologiques. Et qu’elle ait aussi un sens non seulement pour le devenir nécessairement instable des savoirs mais aussi pour aider à penser dans le cadre d’une communauté historienne transcendant les frontières de la mort…

Notes de bas de page

1 Dominique Bourel, Le dernier Moïse : Moses Mendelssohn et la fondation du judaïsme moderne en Prusse, thèse sous la direction de Pierre Chaunu, Université Paris IV, 1995 (paru sous le titre Moses Mendelssohn, la naissance du judaïsme moderne, Paris, Gallimard (NRF), 2004).

2 Pierre Chaunu, La femme et Dieu : réflexions d’un chrétien sur la transmission de la vie, Paris, Fayard, 2001 ; Huguette Chaunu, Pierre Chaunu et Jacques Renard, Essai de prospective démographique, Paris, Fayard 2003.

3 Pierre Chaunu historien, Jean-Pierre Bardet, Denis Crouzet et Annie Molinié-Bertrand (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2012.

4 Pierre Chaunu, « Introduction », Histoire, Économie, Société, 1re année, n° 1, 1982, p. 4-5.

5 Ibid., p. 5-6.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.