Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume II

 | 
Armand Frémont

Quatrième partie. Les Marchés des Produits de l'Élevage Normand

Chapitre premier. Les marchés des animaux d’Élite et des Élevages Secondaires

Texte intégral

1Les deux grands marchés de l’élevage bovin, celui de la viande et celui des produits laitiers, dominent les débouchés de l’agriculture normande. On ne saurait cependant négliger l’étude du mode de commercialisation de deux autres types de produits, très différents l’un de l’autre, qui englobent un volume commercial inférieur à celui des deux grands marchés, mais qui jouent un rôle important dans le développement de systèmes d’élevage originaux. Les marchés des produits d’élite, chevaux et bovins de sélection, intéressent une minorité d’éleveurs, répartis dans des régions bien délimitées, et solidement organisés autour d’associations où la volonté de progrès le dispute à la tradition. Tout au contraire, les marchés des élevages secondaires (porcins, ovins, volailles) s’inscrivent à l’aval d’une production fluide et dispersée qui oppose une faible résistance aux à-coups de la conjoncture.

— I — LES MARCHES DES ANIMAUX D’ELITE.

2Bien des traits permettent de rapprocher le marché des chevaux et celui des bovins sélectionnés. Dans les deux cas, il s’agit de produits aux prix unitaires très élevés qui accusent de fortes variations en fonction de la qualité. Dans les deux cas, les débouchés restent très étroits. Dans les deux cas, une petite élite d’éleveurs domine le secteur de production, tandis que le Herd-Boock normand et l’Administration des Haras garantissent la qualité des animaux. Une différence essentielle sépare cependant ces deux élevages. Haras et fermes poulinières, en effet, produisent des animaux dont une partie de plus en plus faible et négligeable est destinée au service de l’agriculture (chevaux de trait) ; l’élevage du cheval vend maintenant l’essentiel de ses produits à des secteurs extérieurs à l’agriculture (sports hippiques) et peut donc être considéré comme une activité de production. Tout au contraire, les fermes de sélection bovine cèdent leurs génisses amouillantes et leurs jeunes taureaux à d’autres agriculteurs, directement ou indirectement, et n’apparaissent ainsi que comme une sorte de service spécialisé, un rouage intermédiaire, à l’intérieur du secteur de production. Cette opposition fondamentale permet de mieux comprendre les orientations actuelles des deux marchés.

1°) LE MARCHE DES CHEVAUX

  • 1 Pour connaître la définition des principaux termes, très particuliers, du vocabulaire de l’élevage (...)

3Jusqu’à la guerre de 1940-45, trois débouchés assurèrent la vitalité de l’élevage du cheval en Normandie : les besoins de traction des exploitations elles-mêmes et la vente de produits à d’autres régions agricoles ; le service des armées spécialement pour l’artillerie et la cavalerie (cheval d’arme) et celui des transports routiers, portuaires, et fluviaux (chevaux de roulage et de halage) ; le sport hippique enfin sous toutes ses formes. La disparition des deux premiers débouchés ne laisse à l’élevage du cheval que son issue la plus noble1.

a) La disparition des marchés de masse : Chevaux de trait et chevaux d’armes.

4En un siècle, la machine à vapeur et le moteur à explosion ont remplacé le cheval dans toutes les tâches de traction et de transport. Ce phénomène entraîne la disparition d’un marché de masse et l’extinction progressive de l’élevage correspondant, comme en témoigne le tableau ci-dessous :

5En 1882, les cinq départements normands (qui occupent environ 7 % du territoire agricole français) élevaient environ 13,7 % du cheptel chevalin de la France. Ce chiffre montre assez bien la place éminente occupée par la Normandie dans une activité qui, à la veille de son déclin, traversait une période très favorable après les lois sur l’organisation de la remonte militaire qui suivirent la guerre de 1871. En ce domaine, la Normandie travaillait alors très au-dessus de ses propres besoins. Après dressage, les Percherons du Perche et du Bocage, les Boulonnais du Pays de Caux étaient vendus dans d’autres régions agricoles ou à des entreprises de roulage. Des marchands, travaillant pour la remonte militaire, négociaient les chevaux d’armes du Cotentin, du Coutançais, de l’Avranchin, des Plaines de Caen à Alençon. Tous ces débouchés n’ont cessé de diminuer entre les deux dernières guerres et disparaissent totalement après 1945-50. Ainsi le secteur agricole, et l’élevage normand en particulier, ont-ils perdu une importante source de revenus dont profitent maintenant, sous d’autres formes, les industries de l’automobile et de la machine agricole.

6L’organisation ancienne de ce marché disparu mérite d’être rappelée brièvement, car elle conditionne en partie les formes contemporaines de l’élevage du cheval. Les éleveurs étaient fort nombreux et, de la naissance des poulains à la vente des chevaux en pleine force, les transactions multiples. Mais la concentration de trois interventions principales compensait ces éléments de fluidité et d’instabilité du marché. L’Administration des Haras, dont les dépôts d’étalons assuraient en exclusivité la saillie des juments poulinières pour les chevaux d’armes, garantissait une permanence de qualité dans la sélection. Les étalonniers percherons, grands éleveurs privés, jouaient un rôle analogue dans le domaine du trait percheron. Les marchands de chevaux, enfin, fort peu nombreux, servaient d’intermédiaires entre les producteurs de régions complémentaires (par exemple, entre le Boulonnais et le Caux, ou entre les Plaines de Basse-Normandie et le Bocage) et entre les éleveurs et les utilisateurs du roulage ou de la remonte militaire. Cette organisation devait beaucoup à ses origines, c’est-à-dire aux mesures prises par l’administration royale, à la fin du xviie siècle, pour assurer la satisfaction des besoins de la cavalerie militaire. Face à un très grand nombre d’éleveurs, elle exprimait la volonté de l’État, principal utilisateur, de contrôler la qualité de la production par l’intermédiaire de l’Administration des Haras, et de simplifier les transactions en ne traitant qu’avec un petit nombre d’intermédiaires privilégiés, les marchands de chevaux. C’était, tout à la fois, un marché très réglementé et très libéral.

b) La vitalité du marché des chevaux de selle.

7L’effacement progressif des marchés du cheval d’arme et du cheval de trait n’a pas entraîné la disparition complète de l’élevage du cheval en Normandie. La vogue grandissante des Concours Hippiques, popularisés par les exploits olympiques des cavaliers français, les demandes des Sociétés Hippiques Urbaines et des Sociétés Hippiques Rurales jointes à celles des écuries privées ouvrent de très intéressants débouchés aux élevages normands. Ceux-ci occupent actuellement une place éminente, en France et à l’étranger, dans la production de chevaux de selle, comme le montre la répartition régionale des étalons en service en 1966 :

8Source : L’Eperon, février-mars 1966

9Une répartition des étalons et des juments saillies à l’intérieur de la Normandie montre en ce domaine la prépondérance de l’élevage de la Manche.

10L’organisation de cet important marché s’est tout naturellement calquée sur celui du cheval d’arme dont il hérite directement. La vogue des sports équestres redonne vie à l’élevage du cheval de selle juste au moment où l’armée cesse définitivement ses achats. La transformation du débouché modifie cependant profondément les structures quantitatives et qualitatives de l’élevage qui a cessé depuis longtemps d’être une activité productrice de masse pour viser surtout la qualité.

11L’association de petits éleveurs et des Haras Nationaux constitue la base la plus fondamentale de l’élevage du cheval de selle. Les éleveurs se répartissent actuellement dans les régions du Cotentin et du Bocage (Avranchin et Coutançais notamment) qui ont été jadis les berceaux du cheval d’arme. Parmi les exploitants du Bocage, ceux qui possèdent des juments poulinières (généralement une ou deux, rarement plus de trois) occupent presque toujours une place enviable dans la hiérarchie des fermes (20 à 50 ha), mais ils n’en restent pas moins de petits éleveurs très dispersés. Aucun d’entre eux naturellement ne pourrait posséder un étalon, ni même acheter la saillie d’un bon étalon de pur-sang chez un particulier (qui peut se vendre quelque 10 000 F. nouveaux). La qualité de la sélection, et par conséquent des produits, dépend en effet beaucoup de la valeur des étalons parmi lesquels peuvent intervenir des pur-sang. L’administration des Haras garantit la permanence de cette qualité. Elle a acheté au lendemain de la guerre de remarquables reproducteurs, notamment en Irlande, tel que le célèbre « Furioso ». Par les prix qu’elle exige (60 à 200 F.), elle met à la portée de petits éleveurs les saillies de très grands « cracks ». Sur cette solide base de sélection, peuvent s’exercer tous les talents d’éleveur des petits exploitants de la Manche.

Fig. 78. — Schéma de l’organisation du marché des chevaux (pur sang et demi-sang)

12Ceux-ci cependant se heurtent vite à une deuxième limite qui est celle du dressage. Quelques-uns seulement, grâce à leurs fils ou à des amis, peuvent commencer l’entraînement des poulains et être ainsi des « naisseurs-éleveurs » et un très petit nombre même, des « éleveurs » qui mènent le cheval jusqu’à son plein épanouissement (après 4-5 ans). Mais la très grande majorité d’entre eux ne possèdent ni les qualités sportives, ni les disponibilités financières, ni le personnel nécessaires à cet entraînement. De toute façon, le même cavalier ne doit pas monter le même cheval depuis les premiers mois de dressage jusqu’à l’accomplissement de celui-ci sous peine d’y perdre lui-même ses réflexes ou de ne pas tirer tout le parti possible de sa monture. Ainsi une exigence technique, assez analogue à celle qui présidait jadis à l’organisation du dressage des chevaux de trait, oblige les « naisseurs » et les « naisseurs-éleveurs » à se séparer très vite de leurs poulains. La plupart sont vendus « sous la mère » (entre 3 et 5 mois) et livrés à leurs destinataires vers le 1er novembre, c’est-à-dire à l’âge de 6 mois environ.

13Alors interviennent les marchands, souvent appelés « marchands-étalonniers ». Trois surtout dominent le négoce des chevaux de selle. La localisation de leurs domaines, où ils pratiquent aussi l’élevage est intéressante : la région de Caen (2) et de Falaise (1), vieille zone de production du cheval d’arme qui ne joue plus qu’un rôle négligeable dans celle du cheval de selle contemporain. Dans ce secteur de tradition, les bocages de la Manche apparaissent ainsi comme de lointains pays naisseurs, et les régions de Caen et de Falaise comme les régions de contact, de négoce et d’ouverture vers l’extérieur.

14Les marchands exercent un art particulièrement avisé. A l’exception de quelques animaux que des vices de conformation ou des accidents conduisent à la boucherie (vendus 700 à 1 200 F. sous la mère), les jeunes poulains sont promis, selon leurs qualités, à des destinées très variées.

15L’acheteur doit en juger dès les premiers mois. Il offre des prix qui varient généralement entre 2 000 et 5 000 F. par poulain, avec des cours extrêmes de 1 500 et 6 000 F. (1955-66). De là, deux destinations principales. Le cheval « tout venant », à quatre ans, pour 3 000 à 5 000 F., grossit les rangs des écuries des Sociétés Hippiques. Les meilleurs sont acquis par des particuliers qui se présentent à des Concours Hippiques et les sujets d’exception entrent dans les équipes olympiques. Les prix peuvent alors atteindre ou dépasser 50 000 F. par cheval. Les deux principaux négociants mènent une politique différente. L’un, installé depuis très longtemps et disposant d’importants capitaux, pratique un commerce de masse ; il achète et revend des poulains de toutes qualités et présente ainsi un très grand choix d’animaux aux acheteurs, y compris hors du « type selle » ; c’est le « grand magasin » du cheval. L’autre s’est spécialisé dans la recherche de la très haute qualité ; il travaille surtout avec les amateurs étrangers et avec les équipes olympiques sur un nombre beaucoup plus restreint d’animaux de grande valeur ; c’est la maison « de confiance ».

  • 2 La proportion tombe de moitié environ si on compte les poulains nés d’étalons arabes ou anglo-arabe (...)
  • 3 D’après L’Information Hippique, janvier 1966.

16L’orientation actuelle de l’élevage soutient efficacement la deuxième tendance. L’élevage de selle normand jouit en effet depuis quelques années d’une réputation très favorable qui le classe, avant l’Irlande, en tête des élevages mondiaux du même type. La Normandie produit 60 % environ des chevaux de selle français2 et le département de la Manche seul, presque 40 %. Au total, 1926 juments ont été saillies en 1965, ce qui représente un produit brut approximatif de 5 250 000 F. (1 500 poulains à 3 500 F. en moyenne). La France a exporté 259 chevaux de selle pour une somme totale de 1 546 404 F.3 Les équipes olympiques de France, du Portugal, d’Italie, d’Espagne, de Belgique, de Suisse, des Pays-Bas, du Brésil, des États-Unis et du Japon possèdent des chevaux de selle français. Parmi ceux-ci, une nette dominance de chevaux nés en Normandie. La consécration fut apportée en 1964 lorsque Pierre Jonquières d’Oriola gagna la Médaille d’Or des Jeux Olympiques de Tokyo sur « Lutteur », né à Camembert (Orne).

17Le développement des Sociétés Hippiques lié à leur démocratisation peut laisser espérer un avenir très favorable à cet élevage de qualité. Actuellement la production de « chevaux tout venant » est plutôt insuffisante par rapport à la demande alors que les sujets de classe ne manquent pas. Appuyé sur la sélection avisée des Haras Nationaux, stimulé par les concours en tête desquels se place celui de la Foire de Caen qui fait loi dans l’élite nationale et mondiale, l’élevage de selle normand atteint un degré de qualité très élevé, ce qui constitue sans doute la meilleure garantie d’avenir. Sur ces bases, la vente d’un ou de plusieurs poulains, même à un taux modeste, représente une opération rentable pour les petits agriculteurs du Cotentin, de l’Avranchin et du Coutançais qui sont restés fidèles à cette tradition. En outre, la possibilité de faire naître un jour un champion exceptionnel et la joie de suivre les exploits des meilleurs produits donnent quelque sel au métier. Soutenue par des bénéfices très inégaux, la même passion du cheval anime le grand négociant et le modeste naisseur, les rendant en quelque sorte solidaires.

c) L’étroitesse et les particularités du marché des chevaux de course.

18La vogue extraordinaire du jeu, et notamment du « Tiercé », répand actuellement une manne d’or sur l’élevage des chevaux de course. Cette activité, apparue en Normandie dans le courant du xixe siècle, ne cesse de se développer depuis quelques années sous des formes radicalement différentes de celles du cheval de selle.

  • 4 Le « driver » de trot « attelé » se tient dans une voiture légère (le « sulky »), attelée au trotte (...)

19Il existe deux types de chevaux de course. Les trotteurs sont des chevaux demi-sang destinés aux courses de trot « monté » ou « attelé »4 Les pur-sang galopeurs participent à des courses plates ou à obstacles. La Basse-Normandie a toujours porté beaucoup d’intérêt, depuis la première moitié du xixe siècle, aux épreuves de trotteurs. A l’imitation de l’Angleterre, les premières courses au trot eurent lieu en France à Cherbourg (1836). Actuellement, l’hippodrome de Graignes (au sud de Carentan) jouit d’une réputation presque comparable à celle de Vincennes. Avec le succès grandissant de courses comme le Prix d’Amérique ou le Prix du Président de la République et les victoires remportées par les chevaux normands « Masina » (proprétaire H. Lévesque, Beuzeville-la-Bastille), « Ozo » (R. Massue, Villedieu-les-Poëles) « Oscar RL », « Roquépine » (H. Lévesque), le marché des trotteurs s’élargit pour prendre une importance nationale, voire internationale. Cependant, son organisation reste imparfaite dans une période de transition. Pendant très longtemps, en effet, les épreuves de trotteurs ont été considérées comme secondaires par l’aristocratie des courses. La production demeure dispersée : quelques haras dans le Pays d’Auge, certes ; de grands propriétaires-éleveurs d’origine régionale comme Henri Lévesque, le plus célèbre de tous ; mais aussi de nombreux petits éleveurs qui ne possèdent que quelques poulinières. La production excède la demande. Les prix, supérieurs à ceux des chevaux de selle, sont très éloignés des cours des pur-sang.

20La Normandie (et, principalement, la Basse-Normandie) élève environ la moitié des trotteurs français, comme le montre le tableau ci-dessous :

Élevages de chevaux de course (1965)

Élevages de chevaux de course (1965)

21Sources : évaluation d’après renseignements fournis par les Haras nationaux

22C’est dans ce domaine du pur-sang que l’élevage normand tient en France la place la plus éminente. Il s’inscrit parmi les plus importants et les plus célèbres des élevages mondiaux. Les trois-quarts environ des juments de pur-sang saillies en France stationnent dans des haras normands (4 000 juments saillies environ par saison de monte). Les caractères très particuliers de ce marché méritent de retenir plus longuement l’attention.

23Les transactions portent sur un très petit nombre de sujets parmi lesquels certains atteignent des prix exceptionnellement élevés. En outre, elles entraînent une circulation de capitaux qui s’apparente beaucoup plus à celle des grandes industries des loisirs contemporains (théâtre, cinéma, hôtellerie, etc..) qu’au circuit agricole. L’élevage des chevaux de course se situe dans les campagnes normandes, mais les affaires qui l’animent s’affilient à celles du « Tout Paris » et du « Tout Deauville ». Trois types de transactions méritent cependant d’être rapidement étudiés.

  • 5 32 000 f. pour les saillies d’Exbury au baron Guy de Rothschild.
  • 6 Exemple : (d’après « Courses et Elevage », sept.-oct. 1965).
    Haras d’Ecajeul, par Mézidon (Calvados) (...)

24Les ventes de saillies sont réalisées par les haras qui disposent des étalons les plus cotés. L’étude des élevages augerons a déjà permis d’analyser les qualités qui permettent de dégager les meilleurs sujets dans ce marché fort étroit et irrégulier. Chez les pur-sang, en France, 200 à 250 étalons privés font la monte chaque année. Chez les trotteurs, des animaux des haras nationaux viennent s’ajouter à quelques géniteurs privés. Selon les qualités du reproducteur, le prix de la saillie peut osciller de quelques milliers de francs à plus de trente mille5 La présence continue de quelques étalons d’élite dans les trois grands haras Rothschild, Boussac et Dupré leur assure une véritable rente. Un sondage dans les pages publicitaires de la revue spécialisée « Courses et Elevage » met bien en évidence l’importance des haras normands sur ce marché des saillies. Sur 50 annonces publicitaires, ainsi s’opère la répartition des étalons dont les qualités sont vantées sur papier glacé, avec photographie, arbre généalogique, prix remportés, et parfois coût de la saillie6 :

25

  • 7 Tous les chiffres qui suivent sont extraits de « Courses et Elevage », sept., oct. et déc. 1965.

26Les ventes des chevaux constituent un deuxième type de transaction. Elles peuvent porter sur des animaux très variés, juments poulinières, étalons, foals, chevaux à l’entraînement, mais 70 % des ventes concernent des « yearlings », c’est-à-dire des poulains de l’année7. Les transactions s’effectuent dans un milieu très fermé où n’intervient qu’un petit nombre d’intermédiaires, une dizaine de marchands agréés qui résident tous à Paris. On doit distinguer deux formules de vente, l’une « à l’amiable », l’autre aux enchères. Les ventes de yearlings de Deauville (août et septembre) constituent incontestablement la plus importante des manifestations annuelles dans le domaine du commerce des chevaux de pur-sang. La valeur des transactions n’a pas cessé d’augmenter depuis 1957 (287 poulains vendus, valeur 3 385 650 F.) jusqu’à 1965 (438 ventes, 12 682 600 F.). Les prix moyens des produits vendus passent en 7 ans de 11 796 F. l’unité à 32 168 F. Le prix record de 1965 atteint 200 000 F. pour la pouliche « Valse de Vienne ». Les « yearlings » de Deauville (dont 10 % environ sont destinés à l’exportation, spécialement en Grande-Bretagne et en Italie) représentent, en 1965, 70 % environ du commerce français des chevaux de pur-sang.

27La concentration des élevages et des chiffres d’affaires s’oppose ici naturellement à la dispersion des fermes poulinières de chevaux de selle. Les ventes de yearlings, en 1965, ont rapporté 5 970 000 F. aux 17 éleveurs les plus importants, soit un chiffre d’affaires supérieur à la totalité des ventes de poulains de selle en Normandie (environ 5 250 000 Francs.).

  • 8 Ibid. M. Chédeville vient au troisième rang des vendeurs de yearlings en 1965 (à la valeur totale).

28A titre d’exemple, les transactions opérées en 1964 par M. Chédeville, propriétaire du Haras du Tellier à Sévigny (Orne)8 :

29

Ventes. P. Chédeville, 1964, d’après « les principales ventes aux enchères en France en 1964 », Courses et Elevage, mars-avril 1965

Ventes. P. Chédeville, 1964, d’après « les principales ventes aux enchères en France en 1964 », Courses et Elevage, mars-avril 1965

30Une étude des transactions permet de classer les propriétaires en trois catégories : des amateurs de quelques années aux fortunes parfois brèves (entraîneurs, jockeys, artistes de théâtre et du cinéma, vedettes diverses, etc..) qui achètent afin de monter des écuries de course sans se soucier des prix ; de très grands haras (type Rothschild, Boussac, Dupré) qui alimentent les écuries les plus constantes dans le succès et qui réalisent quelques ventes en France et à l’Etranger ; des haras moyens (type Chédeville) qui vendent une partie importante de leurs produits à d’autres propriétaires.

31Au total, les 2 900 juments en service dans les haras de pur-sang en Normandie font naître quelque 2 000 poulains (70 % de taux de fertilité moyen) qui représentent un produit approximatif de 40 000 000 de Francs. Les naissances de demi-sang trotteurs peuvent être évaluées à 1 400 poulains, soit un produit de l’ordre de 15 000 000 F.

  • 9 D’après « Courses et Elevage », mars-avril 1965.

32Mais le gain ultime de ces élevages s’acquiert à l’issue des courses9 En 1964, dans le domaine des courses plates, le plus important de tous, 659 éleveurs se sont partagés 4 994 706 F. en primes, et 1 245 propriétaires (qui se confondent en partie avec les éleveurs) ont reçu 64 101 193 Francs. Fait remarquable, 57 éleveurs groupent 63 % des primes, et 70 propriétaires 59 % des prix distribués. La statistique du premier classé parmi les éleveurs et les propriétaires est plus éloquente encore :

Statistique du premier classé

Statistique du premier classé

33On peut donc affirmer que la majorité des gains se trouvent concentrés dans une cinquantaine d’écuries parmi lesquelles dominent les trois grands élevages normands de Meautry (G. de Rothschild), de Pont-d’Ouilly (F. Dupré) et de Fresnay-le-Buffard (M. Boussac). Le hasard du sport s’atténue dans les grandes écuries qui en disposant des meilleures souches et des meilleurs étalons sont assurées de renouveler régulièrement leurs cracks.

34Ainsi s’affirme la vitalité d’ensemble de l’élevage du cheval de sport en Normandie qui fait naître quelque 60 % des chevaux de selle français, 50 % des demi-sang trotteurs, 75 % des pur-sang. La vogue des sports hippiques assure actuellement de larges débouchés à cet élevage sur des marchés où les haras et fermes normandes, les marchands de Caen et de Falaise, les ventes de Deauville occupent des positions prépondérantes. La recherche des produits exceptionnels conduit naturellement, dans un volume de transactions très étroit, à des surenchères qui aboutissent à une très large échelle de prix. Il faut souligner cependant les structures radicalement différentes du marché des chevaux de selle et de celui des pur-sang. Le premier s’appuie sur une assez large base, de souche paysanne, et le contrôle des Haras ainsi que la conscience professionnelle des marchands tendent à lui assurer une certaine régularité. L’élevage des pur-sang, tout au contraire, n’est démocratique que par les sources qui l’alimentent, c’est-à-dire par le jeu des millions hebdomadaires de parieurs ; tandis que l’irrégularité des gains fascine le peuple, la régularité des victoires alimente la trésorerie de quelques grandes écuries qui exploitent avec beaucoup d’élégance, de méthode et de talent cette forme parasitaire de loisir.

2°) LE MARCHE DES BOVINS DE SELECTION.

35Les bovins normands de sélection, c’est-à-dire l’ensemble des animaux inscrits au Herd-Book de la race, ne représentent guère plus de 1,1 % du cheptel des cinq départements. Néanmoins, les élevages spécialisés dans la sélection jouent un rôle beaucoup plus important que ce très faible rapport ne le laisserait supposer, tant à l’intérieur de la Normandie, que dans l’aire d’extension de la race normande qui avec un effectif total de quatre millions et demi de bêtes réparties dans une cinquantaine de départements se classe toujours en tête des races bovines françaises. En effet, en fournissant aux autres éleveurs les reproducteurs dont ils ont besoin, soit par des ventes directes, soit par l’intermédiaire de l’insémination artificielle, le travail d’un très petit nombre de personnes (moins de 2 000 en Normandie) influence la sélection de toute la race. Or, une question capitale, depuis la création du Herd-Book Normand (H.B.N.) en 1883 jusqu’à ces toutes dernières années, n’a jamais été nettement tranchée : les élevages de sélection doivent-ils constituer un service travaillant dans l’intérêt de tous les agriculteurs, ou bien ont-ils pour but de défendre le privilège commercial d’une très petite minorité ? L’évolution du marché des animaux d’élite, liée à celle des techniques de sélection et de reproduction, a influencé profondément l’élevage normand tout entier. Avant d’en entreprendre l’étude, il convient de rappeler par un tableau départemental la répartition des élevages de sélection inscrits au H.B.N.

TABLEAU 29. Elevages et animaux inscrits au Herd-Book Normand (30 juin 1965)

TABLEAU 29. Elevages et animaux inscrits au Herd-Book Normand (30 juin 1965)

a) Le marché traditionnel

36Avant l’apparition et le développement de l’insémination artificielle au cours des années 1950-60, trois séries d’institutions régirent le marché des animaux d’élite que contrôlaient les grands éleveurs du Cotentin et de la Seine-Maritime ; le Herd-Book normand, les foires et concours, les ventes aux enchères de reproducteurs.

37Le Herd-Book Normand (H.B.N.), créé en 1883, a des origines aristocratiques. Le premier, en 1847 au cours d’un Congrès de l’Association Normande tenue à Carentan, le comte de Kergolay lançait l’idée « d’une sorte de Herd-Book ». Un éleveur du Bessin, M. Barbey, devait aussitôt appuyer cette proposition. Celle-ci fut favorablement accueillie dans les milieux de l’Association Normande où les grands propriétaires s’inspiraient volontiers des exemples anglais. Mais l’intermède des croisements avec les Durham, et des querelles régionales ou personnelles retardèrent l’aboutissement du projet. Finalement, c’est à l’initiative du Préfet du Calvados, Henri-Charles Monod, et du Doyen de la Faculté des Sciences de Caen, Morière, président de la société d’Agriculture de Caen, actif secrétaire de l’Association Normande, que fut fondé le Herd-Book Normand. Au cours de la première séance, le département de la Manche n’était pas représenté. Ainsi apparaissaient, dès l’origine, quelques-uns des aspects fondamentaux du H.B.N. Trois types d’animateurs : de grands propriétaires, des éleveurs ayant la passion du métier, et de hauts fonctionnaires que remplacèrent plus tard des techniciens. En toile de fond, des querelles régionales, des rivalités personnelles. Sur un exemplaire du premier bulletin du H.B.N. (paru en 1884), une main anonyme a écrit en marge du nom d’un des fondateurs : « le ver dans le fruit ».

  • 10 D’après Bulletin du H.B.N., plaquette spéciale de présentation, s.d. « Livre des Jeunes » où sont i (...)
  • 11 Sarrazin, 405, 1962.

38Théoriquement, le Herd-Book ne joue aucun rôle commercial. Cet état-civil des meilleurs élevages comprend actuellement un « Livre des Jeunes », un « Livre d’inscription au titre de l’origine », un « Livre d’inscription au titre initial » fermé pour les mâles depuis 1950, un « Livre de filiations »10. Le mode de tenue des Livres a varié depuis les origines. Mais, il semble inutile d’entrer dans le dédale des détails techniques pour retenir ce fait capital : le Herd-Book forme une société assez fermée qui oriente toute la sélection de la race. Peu à peu, les fonctionnaires s’effacèrent et en 1920 le Préfet du Calvados cessa de présider l’Assemblée. Les grands éleveurs, spécialement ceux du Cotentin et du Val de Saire (surtout avant 1914) et ceux du Pays de Caux (surtout entre les deux guerres) devinrent les maîtres du H.B.N. Or, pour eux, la sélection n’est pas seulement un service et un art, mais aussi naturellement un commerce. Le Herd-Book apparaît donc comme un organisme permettant de favoriser la sélection en suivant la généalogie des meilleurs bovins, mais aussi comme une société de commerçants solidaires destinée à donner des « papiers », c’est-à-dire une garantie de qualité, à leurs produits. La deuxième tendance aboutit à bien des complaisances dans le domaine de la sélection, notamment entre les deux guerres, cette période que Sarrazin appelle celle « des Délices de Capoue »11.

39Les Concours, autre institution fondamentale dans le commerce des bêtes de sélection, permettent de classer les éleveurs et d’établir les réputations. Ils sont hiérarchisés, depuis les concours régionaux, spécialement nombreux dans le Cotentin (par exemple, la Chandeleur de Montebourg) jusqu’au grand concours de la Foire de Caen en septembre (le « Spécial »), et enfin le Concours Général de Paris qui se tient à la fin de l’hiver. Le mode de cotation n’a cessé d’évoluer en se perfectionnant. Le contrôle laitier, les performances des ascendants et des collatéraux, la conformation pour la boucherie, les performances de la descendance même, y jouent maintenant un rôle prépondérant. Mais il n’en fut pas toujours ainsi. Les « caractères de race » et la forme de la tête bénéficient encore d’un fort coefficient (4/20) dans les tables de cotation. Et ces signes extérieurs, d’une faible valeur par rapport aux qualités économiques, jouèrent un rôle beaucoup plus important dans les concours de jadis. Les grands éleveurs furent amenés à soigner cet aspect, particulièrement « payant » dans les Concours. Leur sélection s’orienta surtout dans cette direction. Sans trop se soucier des performances économiques, ils devinrent, surtout entre les deux guerres, les hommes des « bêtes à concours ».

40Le Herd-Book et les concours donnent des « papiers ». Pour vendre les animaux, deux systèmes prévalurent pendant longtemps : les foires qui prédominaient dans le Cotentin ; les ventes aux enchères à la ferme dans les grands élevages du Pays de Caux.

41Les foires, pour le commerce de bêtes quelles qu’elles soient, appartiennent à la tradition du Cotentin et de l’ensemble du département de la Manche. Les élevages de sélection apparus dans le courant du xixe siècle n’échappèrent pas à cette règle, et c’est sur les foires de Saint-Lô, de Périers, de Bricquebec, de Carentan et de Montebourg que les éleveurs spécialisés allèrent naturellement vendre leurs produits.

42Bien située entre le Val de Saire et le Cotentin, au cœur du berceau de la race, la foire Chandeleur de Montebourg ou « Grande Chandeleur » occupe sans conteste une place privélégiée parmi les « foires à taureaux ». Elle fut créée après la guerre de 1914 alors que la sélection normande traversait une période dorée. La réunion dure pendant deux jours, au début de février. Elle s’ouvre par un « Concours-Foire » interrégional qui distibue des prix dans 6 catégories de taureaux et 7 catégories de femelles. Elle se poursuit, le lendemain, par une foire qui groupe encore quelque 2 500 bovins en 1965, parmi lesquels un petit nombre de taureaux, inscrits au H.B.N. ou non. Les « bétaillères » apparaissent très tôt, vers 2 heures du matin, dans les rues de la petite ville qu’envahit peu à peu une foule d’acheteurs venus d’une quarantaine de départements.

  • 12 Paris-Normandie, 4 février 1964.

43Comme les autres bêtes, les taureaux se vendent par marchandage amiable, soit après de longues discussions si le marché est lourd, soit au contraire très rapidement s’il faut devancer une foule pressante d’amateurs. Les transactions s’opèrent en fonction de la conjoncture, du nombre des acheteurs, et, du côté des vendeurs, de leur réputation, de leurs « papiers » et de la présentation extérieure des animaux. Un bref compte-rendu de la presse régionale donne une idée de l’ambiance : « Montebourg, 2 février (foire Chandeleur). La Grande Chandeleur groupa plus de 2 000 animaux ; les marchands vinrent nombreux de départements normands ; le commerce fut très actif et facilité par la présence d’acheteurs venus de plus de quarante départements.... Amouillantes : bonnes, assez chères et recherchées... Taureaux : effectif moins important que d’habitude ; négociations plus suivies ; bons reproducteurs racés, 1650-1950 ; ceux de bon commerce autour de 1 500 ; communs 1 000-1 300 ; sujets petits et médiocres, 850-1 050... »12

44Maintenant, les taureaux se commercialisent par d’autres voies. Ils disparaissent des foires, mais celles-ci ont joué un très grand rôle dans le négoce des reproducteurs de la Manche des origines jusqu’à une époque toute récente. Lieux de rencontre et de transactions entre un petit nombre de sélectionneurs à la réputation bien établie et une foule d’éleveurs venue de toutes les régions de l’aire d’extension de la race, elles ont permis toutes les complaisances. Le commerce de foire doit juger rapidement, selon « le flair » et la ruse, d’après les qualités extérieures plus que par les performances réelles. De plus, pendant très longtemps, les demandes abondantes facilitèrent la fluidité des transactions pour le plus grand profit des sélectionneurs. Une telle pratique commerciale ne devait pas permettre d’asseoir définitivement les qualités de la race. Trop liées à l’art du maquignonnage, les ventes en foire facilitèrent la diffusion d’animaux médiocres qui n’avaient pour eux que la réputation des étables où ils étaient nés ou leur bonne présentation du moment. Leur sang mêlé à celui des grands géniteurs donne à la race normande son principal défaut : l’hétérogénéité.

45Après quelques hésitations, les grands éleveurs de Haute-Normandie adoptèrent la race cotentine à la fin du xixe siècle, et le Pays de Caux devint rapidement le deuxième « berceau de race » de la vache normande. Moins marqués par les mentalités traditionnelles du commerce de foire, les sélectionneurs du Caux adoptèrent un nouveau mode de vente : les enchères publiques.

  • 13 Musset, 324, 1957.

46R. Musset a déjà décrit les principaux modes d’enchères publiques pour la vente des reproducteurs cauchois13 : les unes s’effectuent dans de gros bourgs, et notamment à Yvetôt, où, les premiers, les frères Lavoinne commercialisèrent les produits de leurs élevages ; les autres dans la cour même des plus importants éleveurs. Certaines groupent les produits de plusieurs agriculteurs (ventes groupées). La grande époque des ventes aux enchères dans le Caux se place entre 1945 et 1960. En 1956, après avoir essayé d’établir un calendrier des manifestations, l’Association des Eleveurs de Seine-Maritime réunit toutes les ventes groupées à Buchy et à Yvetôt, les enchères à la ferme conservant leur autonomie.

  • 14 D’après Paris-Normandie (rédaction d’Yvetot) 1964.

47Cette activité a beaucoup diminué. Un des plus grands élevages cauchois, celui des frères Lange à Beuzeville-la-Guérard maintient encore cette coutume que décrit fidèlement un compte rendu de presse14 : « Plusieurs centaines d’éleveurs, venus des quatre coins de la Normandie et même des départements du Pas-de-Calais et de la Somme, se pressaient hier après-midi dans la cour du domaine de Rougemont à Beuzeville-la-Guérard pour assister à la vente aux enchères publiques de reproducteurs normands sélectionnés, organisée pour la trente-troisième fois par les frères Lange. Non seulement les vingt-sept taureaux inscrits au catalogue furent effectivement présentés et vendus... Le taureau « Vair », vendu 3 500 F. à M. Dumesnil-Tanguy, d’Agneuville (Somme) atteignit la plus forte cote... La moyenne de vente s’établissant à 2 285 Francs... Les enchères, chaleureusement soutenues de la voix par Me Picot, greffier à Ourville-en-Caux, assisté de son fils Michel, et de Me Jumeau, huissier à Valmont, se succédèrent à bon train, en présence de M. René Sauger, ingénieur général de l’Agriculture, Jacques Lepicard président du Herd-Book Normand... En à peine trois heures, le lot a été dispersé au feu des enchères, dont l’intérêt empêche les spectateurs de souffrir trop des rigueurs de la température ».

  • 15 Bulletin du H.B.N., mai 1953.

48Cette organisation du marché des reproducteurs représente un incontestable progrès sur la vieille pratique des foires. Parallèlement à ce mode de vente, en effet, les grands éleveurs cauchois adoptèrent très tôt le contrôle laitier, fondé dès 1907 à l’initiative des Lange et réorganisé en 1920 par les Lavoinne. Aussi, avant les ventes des reproducteurs, les acheteurs éventuels pouvaient-ils disposer d’un catalogue des animaux établissant le palmarès des performances laitières de leur ascendance. Une étude du H.B.N.15 montre que la clientèle fut très sensible à cette cotation et une corrélation s’établit entre le prix des animaux vendus aux enchères et les performances laitières-beurrières de leurs mères. Par jeu, les spécialistes du H.B.N. purent même établir à l’avance le prix moyen qu’obtiendrait une vente des frères Lange en la calculant d’après le catalogue des reproducteurs présentés. Cette technique commerciale imposée par le réalisme et la compétence des Cauchois aboutit à un mode de classement des animaux d’élite beaucoup plus rigoureux que celle des vieilles ventes en foire, et par conséquent à une amélioration de la sélection. Il fallut attendre 1946 pour que le Herd-Book imposât le Contrôle laitier à tous les animaux inscrits. Le Pays de Caux avait déjà pris une avance dans la rigueur de la sélection qu’il conserve encore, tendant ainsi à se substituer au Cotentin comme région pilote de l’élevage normand.

  • 16 D’après Paris-Normandie, novembre 1962.

49Les enchères firent donc accomplir un progrès technique incontestable. De même, la pratique commerciale apparut beaucoup plus juste que celle des foires. Elle fut très favorable aux vendeurs tant que le marché des taureaux fut très largement ouvert, c’est-à-dire avant l’introduction de l’insémination artificielle. En 1953, un échantillon de 26 éleveurs vendaient 246 sujets de un an au prix moyen très élevé de 198 400 F. (anciens). C’était alors l’âge d’or des ventes aux enchère16.

b) Les services contemporains et la stabilisation du marché.

50Le marché traditionnel des reproducteurs, sur les foires comme dans les ventes aux enchères publiques, se caractérisait par l’irrégularité assez prononcée des cours qui tenait à la conjoncture économique et aux variations de qualité des élevages. En un premier temps, le développement de l’insémination artificielle accentua cette tendance jusqu’à l’absurde. Depuis deux ans, de nouvelles orientations aboutissent à la transformation de la notion même de marché, celui-ci devenant de plus en plus un service régularisé. Mais la mutation s’est effectuée dans les douleurs d’une révision déchirante et de lourdes séquelles du passé demeurent.

51L’insémination artificielle apparut en France aux lisières de la Normandie, à la Loupe dans le Perche, où s’installa le premier centre en 1946. Celui-ci fut tranféré en 1952 à Laigle dans l’Orne. Plusieurs centres fonctionnent maintenant, parmi lesquels les importantes stations de Laigle (Orne), Bosc-Bérenger (Seine-Maritime), Troarn (Calvados), Ste-Mère-Eglise (Manche), etc. Après une période difficile (1946-60), cette technique tend à se généraliser en Normandie. En 1962, 55 % des vaches normandes furent fécondées par insémination artificielle et la proportion atteint 65 % en 1964. La répartition des centres normands s’établit ainsi :

TABLEAU 30. L’insémination artificielle en Normandie (1964)

TABLEAU 30. L’insémination artificielle en Normandie (1964)
  • 17 Ainsi appelle-t-on les ânes en Normandie.

52Le développement de l’insémination artificielle bouleversa complètement le marché des reproducteurs. Pour acquérir les meilleurs taureaux, les Centres d’Insémination n’hésitèrent pas à proposer des prix encore jamais atteints. Ainsi, pendant la saison 1961-62 : « Quimper » à M. Denis, de Contremoulins (Seine-Maritime) acquis pour 73 000 F. par le CIA. de Créhen (Côtes du Nord), « Raton » acheté par le CIA. de Bosc-Bérenger pour le même prix à M. François Lange, « Molvedo » à un éleveur de l’Eure-et-Loir, M. Michel Rey, acquis pour 75 000 F. par le CIA. de Bosc-Bérenger, « Uranus » enfin acheté 82 000 F. par le C.I.A. de Laigle à M. Roberge, de Montérolier (S-Mme) et issu d’un taureau de F. Lange17.

FIGURE 1. — Pays d’Auge – Haras de pur-sang (Ecurie Rothschild) (cliché Maison du Paysan)

FIGURE 1 bis. — Cotentin – Jument poulinière et son poulain demi-sang (cliché A. Frémont)

FIGURE 2. — Pays de Caux. Vente aux enchères à la ferme de taureaux normands. La tradition (cliché « Paris-Normandie »)

FIGURE 2 bis. — Yvetot. Vente aux enchères descendantes de taureaux normands. Nouvelles méthodes (cliché « Paris-Normandie »)

Figure 79. — Schéma de l’organisation du marché des reproducteurs bovins

53Cette énumération fait apparaître quelques-unes des nouvelles tendances : les prix très élevés pratiqués pour un petit nombre de grands sujets, le rôle d’acheteur des centres d’insémination, l’apparition de quelques grands élevages en dehors même de la Normandie (Bretagne, Mayenne, Eure-et-Loir) que représente fort bien le nom de Michel Rey. Parallèlement, les méthodes commerciales évoluent, les enchères à la ferme ou les ventes groupées dans les bourgs se maintiennent en Seine-Maritime, mais les techniques se modifient par l’introduction du cadran et des enchères à la baisse (Yvetot, 1962) ; dans la Manche le commerce se perfectionne, la pratique du catalogue de vente se généralise, les sélectionneurs se groupent au cours de réunions spécialisées, indépendantes des foires, pour vendre à l’amiable ou aux enchères leurs produits (par exemple, les éleveurs du Coutançais et du Val de Soulle).

54Mais c’est au moment même où il atteint ses cotes les plus élevées et que ses techniques se stabilisent que le commerce des reproducteurs se détériore profondément à la base. L’insémination artificielle, en effet, rétrécit brusquement un marché qui l’était déjà beaucoup. Les Centres surenchérissent sur les animaux les plus remarquables, mais ils tarissent les ventes des sujets moyens et médiocres qui ne trouvent plus preneurs auprès des éleveurs particuliers. Tandis que les premiers atteignent des prix exceptionnels, la cote des seconds ne cesse de diminuer. En 1953, François Lange réalisait un prix moyen de vente de 242 000 F. (anciens). En 1964 celui-ci atteint 2 285 F. et en 1963 il n’avait pas dépassé 1 190 (nouveaux). Compte tenu de l’évolution générale des prix, cette évolution des cours constitue une très grave dégradation. Si elle s’était maintenue, cette tendance aurait dû normalement conduire à l’accentuation définitive d’un vieux phénomène : la concentration des élevages de sélection au profit des grandes étables qui possèdent les meilleurs sangs et l’élimination des petits sélectionneurs. A la limite, les Centres d’Insémination, coopératives d’utilisateurs, se seraient trouvés face à face avec une poignée de très grands éleveurs. En fait, le conflit ne fut pas évité.

55Afin de ne pas se concurrencer dans les surenchères, les Centres d’Insémination créèrent le Groupement National Agricole des Centres d’insémination utilisateurs de taureaux normands (G.N.A.). Mieux, s’efforçant d’obtenir des garanties supplémentaires de qualité pour les géniteurs, ils contribuèrent au développement d’un centre de testage, la Société Mutuelle pour le Choix et l’étude de descendance des taureaux Normands (S.C.T.N.). M. Lefebvre, ingénieur agronome, secrétaire général du H-B-N, avait le premier posé le délicat problème de la sélection des taureaux d’élite en recommandant dès 1949 que leur choix fût déterminé non plus seulement par leur ascendance mais aussi par le contrôle des qualités de leur descendance, c’est-à-dire par le testage (déjà pratiqué au Danemark, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne). L’activité de la Société de testage resta très réduite de 1952 à 1957 (moins de 30 taureaux testés par an) mais elle se développa à partir de cette date lorsque les Centres d’Insémination se rendirent compte de l’importance de ce contrôle de la sélection. En 1965-66, la S.C.T.N. doit tester un minimum de 100 taureaux. Deux lois de 1964 consacrent l’importance du testage en imposant aux C.I.A. l’utilisation d’une proportion croissante de taureaux testés : 10 % des effectifs en 1965, 30 % en 1968, 50 % en 1973.

56En fait, au cours des années 1960-65, la sélection normande parvient à un tournant de son histoire. Techniquement, elle abandonne les méthodes empiriques pour adopter des tests de contrôle scientifique particulièrement sévères. Le testage représente une révolution technique aussi importante que celle de l’insémination artificielle. Les taureaux doivent subir une série d’examens rigoureux. Un premier tri sélectionne parmi les quelque 2 700 taureaux qui naissent chaque année dans les étables inscrites au H-B-N. un lot de 1 000 à 1 500 taureaux choisis pour les qualités laitières de leur ascendance et pour leur conformation. A 8, 10 et 12 mois, ils subissent trois examens de conformation qui ramènent le lot à 350-400 sujets environ. Puis intervient une étude systématique de la famille, ascendants et collatéraux, sur 2 générations, appuyée notamment sur une connaissance scientifiquement établie des souches femelles. Restent après ce dernier examen 150 taureaux environ qui, après avoir été vendus aux Centres d’Insémination, sont soumis au testage proprement dit. Ceux-ci inséminent 350 vaches réparties dans des étables pratiquant le contrôle laitier et qui ont passé des contrats de testage avec les CIA. La comparaison des résultats obtenus par les produits des taureaux testés et ceux des autres étables contrôlées mais soumises à des taureaux ordinaires permettent d’établir avec sûreté l’efficacité de géniteur des taureaux examinés. L’opération coûte 28 000 F. par reproducteur.

57L’utilisation de ces nouvelles méthodes provoque de violents remous au sein du vénérable Herd-Book Normand. Les représentants des élevages traditionnels s’y heurtent à l’influence grandissante des techniciens, des Centres d’Insémination, et aussi des éleveurs spécialisés des départements extérieurs à la Normandie, le plus souvent au milieu d’une grande confusion. Pour commercialiser leurs produits, les éleveurs s’étaient déjà associés au sein de Bureaux de vente coopératifs. Une Union des Bureaux de vente regroupe les bureaux départementaux, à l’exception de celui de la Manche resté autonome (5 bureaux en Normandie, 3 à l’extérieur, Mayenne, Sarthe, Aisne). Mais la réaction la plus vigoureuse des éleveurs traditionnels se manifeste par la création de coopératives d’insémination artificielle d’un nouveau type, où les taureaux restent la propriété d’un petit nombre de sélectionneurs alors que les saillies sont vendues à des utilisateurs très nombreux. Ainsi, s’établirent la Coopérative de Réville, animée par les Noël et les Duvernois du Val de Saire, et celle de Fauville-en-Caux, fondée par les Lange. Elles tendent à créer un deuxième réseau d’insémination artificielle parallèlement à celui des anciens centres qui sont des coopératives d’utilisateurs.

58Une mutation très profonde affecte donc actuellement les techniques de sélection au milieu d’une assez grande anarchie des institutions. Parallèlement le marché a beaucoup évolué. Les ventes individuelles apparaissent de plus en plus comme des pratiques dépassées que seules peuvent encore se permettre les plus remarquables des élevages traditionnels (Lange et Denis en Seine-Maritime font encore des ventes à la ferme).

59L’essentiel des transactions passe par les Bureaux de Vente et les Centres d’Insémination artificielle (première formule) sont devenus les principaux acheteurs. Annuellement, 150 taureaux environ sont présentés par les Bureaux de vente au choix du Groupement des Centres d’Insémination. Une commission paritaire établit pour chaque taureau un « prix-estimation » (entre 5 000 et 15 000 F.). Chaque Centre d’Insémination dispose d’un quota de points qu’il répartit sur les taureaux, les uns au-dessus du taux d’estimation, les autres en-dessous (par enchère descendante). Les Bureaux de Vente versent une compensation forfaitaire de 4 000 F. aux éleveurs des taureaux qui n’ont pas trouvé preneurs. Les taureaux acquis sont testés. Les éleveurs de ceux qui ont dépassé le « prix-estimation » touchent, dès la vente, le montant total de la transaction. En outre, ils reçoivent quelques primes lorsque vêlent les premières filles des taureaux. Les éleveurs qui ont vendu des taureaux en-dessous du « prix-estimation » perçoivent la différence entre celui-ci et le prix de vente réel lorsque les reproducteurs sont mis en service, et, en outre, des primes lors du vêlage des filles.

60Le marché des taureaux s’est donc rétréci à l’extrême et les prix se sont stabilisés autour de 10 000 F. L’augmentation des besoins des C.I.A. et de la Société de testage ne dépasseront pas 200 taureaux dans les prochaines années. Dans ces conditions, les éleveurs-sélectionneurs doivent orienter leurs efforts vers des activités plus classiques, mais peut-être aussi plus profitables à long terme pour l’ensemble de l’élevage : production laitière, production de viande, vente de femelles dont le marché tend à s’élargir (500 vendues annuellement par les bureaux de vente normands, dont 400 amouillantes). Parallèlement, le Herd-Book normand, après une prise de conscience difficile, s’efforce d’élargir son action par l’intermédiaire des Livres Zootechniques décentralisés dans les Maisons de l’Elevage des départements ; il collabore avec les Bureaux de Vente et la Société de Testage en fournissant la documentation nécessaire à l’étude des généalogies.

61A l’exception d’un infime minorité qui se rétrécit chaque année, les éleveurs individuels n’ont plus la possibilité, à cause du progrès des techniques, de consentir tous les investissements, intellectuels et matériels, nécessaires à la sélection moderne. Inversement, ils ne peuvent plus espérer de la vente de leurs meilleurs géniteurs qu’une sorte de prime exceptionnelle venant récompenser certaines années les qualités de leurs élevages (150 élus par an). Prise en charge par des organismes collectifs — les Centres d’Insémination, la Société de Testage, les Bureaux de Vente, le Herd-Book — la sélection normande cesse d’être un marché pour devenir enfin un service.

II. LES MARCHES DES ELEVAGES SECONDAIRES

  • 18 D'après Leber, AN 1865.

62Les ânes et les chèvres ne jouent pas un rôle assez important en Normandie pour mériter une étude particulière. Les chèvres (au nombre de 15 000 environ, dont 12 000 en Basse-Normandie) broutent les herbes folles des talus. Les cinq départements normands comptent aussi quelque 10 000 ânes qui constituent 20 % du troupeau français. Particulièrement nombreux dans les régions laitières traditionnelles (9 400 ânes dans les seuls départements du alvados et de la Manche) les « bourris »18, bâtés ou attelés à de petites carrioles, rendent de grands services pendant l’été pour transporter les produits de la traite des herbages aux corps de ferme. Modeste appoint de ressources auto-consommables pour de pauvres gens ou auxiliaires de travail, ces deux élevages ne débouchent en aucun cas sur des marchés constitués.

63Tout au contraire, les porcs, les moutons et les volailles participent à la formation des produits bruts agricoles dans des proportions qu’on ne saurait négliger et que l’A.N.E.RA. évalue ainsi :

64

65Sources : A.N.E.R.A., sept. 1965.

66On dispose de renseignements très médiocres sur les marchés des moutons et des volailles. Par contre, des enquêtes récentes permettent d’avoir une bonne connaissance de celui des porcs, le plus important des trois.

1°) UN DECLIN SECULAIRE : LE MARCHE OVIN.

67Avec un effectif total de 270 000 têtes, l’élevage ovin de Normandie ne représente que 3 % environ du cheptel national. C’est, proportionnellement, de tous les élevages normands, le moins important. Le tableau qui suit établit la répartition départementale des effectifs et leur révolution depuis la deuxième moitié du xixe siècle.

68(Sources : Stastistique agricole interdépartementale, 1964, annuaire statistique régional, 1960)

  • 19 Le Monde, 14 nov. 1964.

691 – Jusqu’à la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, l’élevage des moutons se présentait comme un des plus importants de Normandie, peut-être même comme le plus important. En 1876, les cinq départements comptaient près d’un million et demi de moutons contre un peu plus de 1 million de bovins seulement. Deux types d’élevages dominaient alors ce secteur : en Basse-Normandie (environ 500 000 têtes), l’élevage familial de « moutons d’herbage », par petits groupes de quelques dizaines d’animaux, particulièrement nombreux dans certaines régions herbagères (race du Cotentin, dont le berceau se trouve autour de Montebourg) et surtout dans le sud du Bocage Normand (race de l’Avranchin) qui héritait de la tradition des moutons de landes et de pacages ; en Haute-Normandie (900 000 têtes environ) ainsi que dans les Plaines de la Normandie Centrale, un élevage beaucoup plus important par grandes troupes de plusieurs centaines d’animaux utilisant les « parcours » laissés libres par les jachères, et orienté à la fois vers la production de laine et de viande. Alors, les grandes foires aux laines étaient concentrées sur deux places du département de l’Eure : Le Neubourg, où le 27 juin de chaque année se rencontraient quelque 400 voitures et où pouvaient s’accumuler plus de 23 000 toisons ; Bernay, qui, le 8 juillet, réunissait 280 voitures pour plus de 30 000 toisons19 Là se croisaient les principaux producteurs des Plaines de l’Eure, les courtiers qui servaient d’intermédiaires avec les autres régions d’élevage, et les marchands représentant les principales villes « lainières » de Normandie, Elbeuf, Louviers, Orbec, Lisieux...

702 – Entre la fin du xixesiècle et la période qui suit la guerre de 1914, cette activité s’effondre brutalement comme en témoignent les chiffres du tableau précédent. En cinquante ans, de 1876 à 1929, l’élevage du mouton tombe au niveau qu’il a conservé jusqu’à l’époque contemporaine : quatre fois moins important qu’au dix-neuvième siècle en Basse-Normandie, dix fois moins en Seine-Maritime, trois fois moins environ dans le département de l’Eure où la production se maintient le mieux. Comment expliquer un tel mouvement de désaffection ?

71L’élevage normand ne résista pas à la concurrence des laines étrangères, australiennes notamment, de meilleure qualité et de plus faible prix. En outre, le consommateur français apprécie peu la viande de mouton et ne contribue pas au renouvellement du débouché. A ces raisons économiques d’ordre général, s’ajoutent des causes particulières à la Normandie : tandis que dans les Plaines, les cultures fourragères limitent les pacages des jachères, dans les régions herbagères en extension les bovins apportent la meilleure valorisation des surfaces en « couchis ».

72Ainsi, de l’estuaire de la Bresle à celui du Couesnon, partout les bovins, et plus spécialement les vaches laitières, se sont-ils substitués aux ovins. Cependant, selon les régions, la progression fut inégale, et, en dépit de leurs imperfections, les statistiques départementales le montrent assez bien. Grâce aux « moutons d’herbage » du Cotentin, aux « grévins » du Mont St-Michel et aux moutons de La Hague, la Manche est devenue le premier département producteur de Normandie. L’existence de pacages de médiocre qualité (grèves et landes) et le débouché offert par la qualité de la production de viande (avec, notamment, la spécialité de « pré-salé ») expliquent le maintien relatif de cette activité. De même, les Plaines de l’Eure conservent un cheptel ovin assez important. Là subsista jusqu’à une époque toute récente une tradition de campagne céréalière où les espaces fourragers à faible rendement et même les jachères jouaient encore un rôle. Là, surtout, autour des anciennes villes de foires, s’est maintenu un appareil commercial de négociants et de courtiers qui assurent un débouché à la production en direction de Rouen et de Paris. Là, enfin, une bonne sélection, la race « Ile de France » combine les qualités bouchères et lainières. Cependant, l’élevage ovin de l’Eure résiste de plus en plus difficilement à l’évolution contemporaine de l’agriculture régionale. Mais c’est dans le Pays de Caux que l’élevage des moutons s’est effondré avec le plus de netteté.(diminution de 10 à 1 en cinquante ans). Ce vieux pays moutonnier n’avait jamais soigné ce secteur d’élevage, considéré comme secondaire. Aucune grande foire ne venait apporter aux produits une certaine cote commerciale. Hésitant sans cesse entre les races à viande (justifiées par la proximité des débouchés urbains) et les races à laine, il jouissait d’une réputation médiocre surtout pour la qualité des laines. Aussi, lorsque les débouchés diminuèrent alors que parallèlement s’imposaient les élevages bovins, tout naturellement les éleveurs cauchois renoncèrent-ils à cette activité. Elles ne se maintient de façon notable que sur le littoral où des troupes parcourent encore les pacages maigres des valleuses.

733 – Les tendances contemporaines n’apportent que des retouches légères à cette évolution séculaire. Dans les Plaines, celles de l’Eure comprises, la recherche de la productivité et la disparition progressive des bergers accentuent la diminution des troupes qui ne constituent plus maintenant que quelques élevages reliques autour d’Evreux et sur le littoral cauchois. La Haute-Normandie ne compte plus maintenant que 110 000 moutons parmi lesquels les bêtes d’herbage tendent à l’emporter. En Basse-Normandie, et notamment dans certaines régions herbagères de la Manche (Cotentin, Avranchin) ou du Calvados (Pays d’Auge), on assiste à une légère reprise depuis une décennie. Maintenant, les trois départements de Basse-Normandie possèdent un cheptel ovin supérieur à celui de la Haute-Normandie (150 000 environ).

74Le marché français présente actuellement des conditions relativement favorables aux producteurs. En effet, un déficit à peu près permanent rend nécessaires des importations qui s’élèvent à 10 % environ de la consommation intérieure. Ainsi ont pu être consentis des prix assez rémunérateurs qui ont contribué à relancer la production entre 1959 et 1962. Cependant la consommation reste très sensible à toute hausse du gigot considéré comme une viande de luxe et elle s’est repliée en 1963. En outre, la libération des échanges européens fait peser la menace d’importations accrues en provenance des Pays-Bas. Néanmoins, le mouton d’herbage, qui demande peu de soins, peut bénéficier d’un marché assez rémunérateur pour peu que le troupeau soit bien conduit et bien sélectionné (Texel, « Bleue du Maine » dans l’Orne, Cotentin et Avranchin dans la Manche). Enfin, la Fédération Nationale Ovine (F.N.O.) encourage les groupements de producteurs pour la commercialisation de la laine, sous forme de coopératives départementales, afin de tirer le meilleur parti possible d’un produit qui occupe une place de plus en plus faible dans la formation du produit brut ovin et sur lequel pèse lourdement la concurrence des textiles atificiels.

75Mais la Normandie occupe maintenant une place marginale dans l’organisation des circuits commerciaux. C’est à Roubaix que la laine est cotée, dans l’Est (Coopérative des producteurs de laine de Champagne et de l’Est, 18 départements) et dans les Basses-Pyrénées que se trouvent les principales coopératives lainières, à Paris mais aussi à Marseille, à Nîmes et à Bordeaux que se situent les grands marchés du mouton. Les éleveurs normands, souvent isolés, traitent sur des circuits très limités avec des ramasseurs locaux, ou directement avec les bouchers. Aussi, en dépit des excédents de l’Eure, de l’Orne et de la Manche, la Normandie reste-t-elle déficitaire en viande de mouton. L’approvisionnement des grands centres de consommation du Calvados et de la Seine-Maritime est assuré par des apports extérieurs. Comme le montre partiellement le tableau qui suit, l’élevage du mouton après avoir occupé une place éminente jusqu’au xixe siècle, constitue maintenant le seul secteur de la production animale où la Normandie ne peut même pas faire face à ses besoins.

TABLEAU 31. Ovins et caprins
Production de viande et bilans départementaux (en tonnes de viande nette)

TABLEAU 31. Ovins et caprinsProduction de viande et bilans départementaux (en tonnes de viande nette)

76Source : statistique agricole interdépartementale, 1964 (les caprins comptent pour une part infime dans ces chiffres)

2°) UNE IMPORTANTE MUTATION : LE MARCHE DES ŒUFS ET DES VOLAILLES.

77Traditionnellement, les produits de basse-cour, présents dans chaque ferme, ne constituent qu’un appoint mineur dans l’économie des exploitations, qu’ils soient vendus ou consommés sur place. En moyenne, quelques centièmes du produit brut agricole de chaque département. Au maximum, quelque 10 % dans les plus petites exploitations qui fondent une partie de leur équilibre sur l’autoconsommation. Tout au contraire, les nouveaux élevages de volailles se concentrent en grandes unités spécialisées dont le chiffre d’affaires est dominé par la vente des œufs, des poussins ou des poulets. Dans les départements tels que l’Eure où se multiplient ces établissements, la vente des produits de basse-cour peut approcher, voire dépasser, 10 % du produit brut agricole. Ces quelques chiffres reflètent une très importante mutation qui se traduit aussi bien dans les techniques de production que dans l’organisation des marchés. Cependant, même si les formes nouvelles se développent de manière quasi irréversible, les structures traditionnelles n’en subsistent pas moins parallèlement.

781 – Le marché traditionnel échappe à peu près totalement aux statistiques. Les spécialistes contemporains ont renoncé à donner de simples évaluations. On n’en trouve nulle trace dans la statistique interdépartementale du Ministère de l’Agriculture. On ne peut accorder qu’une faible valeur aux chiffres de l’enquête de 1929 qui auraient cependant l’avantage de refléter la situation de l’élevage traditionnel avant les grandes mutations de l’après-guerre. Tels quels, et comme l’indique le tableau qui suit, ils montrent la place relativement modeste de l’élevage normand en tête duquel s’inscrivent les basses-cours de Seine-Maritime, stimulées par la proximité des débouchés urbains.

Basses-cours traditionnelles, 1929. Source : recensement agricole

Basses-cours traditionnelles, 1929. Source : recensement agricole

79En effet, les basses-cours traditionnelles existent dans toutes les fermes. Mais, dans le cadre même des marchés anciens, quelques régions jouissent d’une situation priviligiée lorsqu’elles se trouvent à proximité d’un important débouché urbain : ainsi, le Pays de Caux et le Roumois qui desservent Le Havre et Rouen, mais aussi les Plaines de l’Eure qui, par l’intermédiaire des marchés du Neubourg, de Dreux, de Damville, de Nonancourt et d’Houdan font partie déjà de la ceinture d’approvisionnement de Paris. La croissance de l’agglomération caennaise fournit de même un débouché aux petits éleveurs de la vallée de l’Orne et du Pays d’Auge qui vendent directement leurs produits sur les marchés d’approvisionnement de la capitale bas-normande.

80Plusieurs traits spécifiques permettent de caractériser le marché traditionnel des produits de basse-cour :

  1. Le caractère saisonnier de la consommation, légèrement marqué pour les œufs, assez prononcé pour les poulets, très accentué pour les dindes et les oies, avec une pointe en décembre au moment des fêtes.

  2. Le caractère saisonnier de la production, particulièrement sensible pour les œufs avec une importante chute en hiver, plus facilement adaptable au cycle de consommation en ce qui concerne les animaux engraissés.

  3. La variation saisonnière des prix qui, enregistrant les désadaptations entre l’offre et la demande qu’aucun stock ne peut atténuer, culminent toujours en fin d’année pour s’affaiblir à partir du printemps.

  4. L’hétérogénéité de la qualité des produits, qu’il s’agisse des œufs (couleur), calibre, fraîcheur, etc...) des poulets (poids, tendreté, saveur, etc.).

  5. La multiplicté des types de circuits qui assurent la liaison entre les producteurs et les consommateurs. La plupart cependant passent par des marchés assez concentrés géographiquement (les Halles de Paris et des grandes villes, les marchés de l’Eure...). Mais des agents dispersés, parmi lesquels les intermédiaires associés au secteur de la crémerie, cherchent plus à tirer profit des handicaps « naturels » qu’à les dominer. Dans ces circuits, interviennent quelques ventes directes des producteurs aux consommateurs (sur des marchés d’approvisionnement) ou aux distributeurs (épicier, crémier détaillant), et, plus souvent, à des ramasseurs et à des négociants, soit à la ferme, soit sur les marchés de collecte. La redistribution est effectuée par l’intermédiaire de grossistes ou de demi-grossistes installés auprès des principaux centres de consommation.

  6. L’étroitesse générale du marché, sauf en ce qui concerne les œufs. La consommation de poulets est encore considérée comme luxueuse et celle des autres volailles (oies, dindes) comme exceptionnelle. Des prix élevés limitent la consommation.

81Expression parfaite de la civilisation de la « poule au pot », le marché ancien des produits de la basse-cour reflète de façon exemplaire des conceptions et des structures économiques qui prévalurent jusqu’à une époque toute récente : des producteurs dispersés, des circuits de commercialisation anarchiques, des techniques de production et de distribution incapables de surmonter les difficultés « naturelles », une consommation limitée et hétérogène.

82Dans le cadre de ce système, les marchés normands ne se distinguent pas par des traits particuliers. Parce qu’elle est drainée par les grossistes de Rouen, du Havre et de Paris (ces derniers intervenant sur les marchés de l’Eure), la Haute-Normandie possède les basses-cours les plus nombreuses. En Basse-Normandie, les élevages dispersés et hétéroclites approvisionnent quelques foires spécialisées comme les « foires aux dindes » de Sées et de Saint-Lô, ainsi que les marchés hebdomadaires des petites villes régionales où les ménagères viennent elles-mêmes choisir les poulets vivants et les œufs « garantis coque ».

832 – Le nouveau marché naît d’une révolution technique qui apparaît aux Etats-Unis avant la Seconde Guerre mondiale et qui se développe en Europe occidentale depuis 1950 environ. L’élevage industriel, associé à la céréaliculture ou à l’utilisation d’aliments composés, par bandes de plusieurs milliers de pondeuses, de poussins ou de poulets, permet de surmonter la plupart des handicaps des vieux marchés. L’éleveur maîtrise sa production ; il en dirige la rotation saisonnière ; il peut en augmenter sans cesse le volume ; il contrôle la qualité des produits qu’il s’efforce de rendre aussi homogène que possible. Parallèlement, il améliore la productivité de son entreprise dans des proportions considérables. Ces nouveaux élevages, plus faciles à recenser, sont naturellement mieux connus des statisticiens que les basses-cours traditionnelles. Le tableau qui suit montre la place assez modeste que tient la Normandie dans ce secteur où dominent l’Ile-de-France (notamment Seine-et-Oise et Eure-et-Loir) et la Bretagne. Plus proche des centres de consommation des grandes agglomérations, la Haute-Normandie céréalière, et spécialement le département de l’Eure, confirment leur supériorité en ce domaine sur les départements herbagers de Basse-Normandie.

Accouveurs et productions de poussins d’un jour, 1964

Accouveurs et productions de poussins d’un jour, 1964

84Source : Statistique interdépartementale, enquête du Ministère de l’Agriculture

85A ces nouveaux élevages correspondent nécessairement de nouveaux circuits de commercialisation. Certes, demeurent en place, au service de ces structures industrielles de production, les réseaux traditionnels. Mais ceux-ci apparaissent de plus en plus désadaptés aux exigences des marchés contemporains. A une production de masse doit répondre en effet une consommation du même type. En ce domaine, les habitudes de la clientèle française évoluent assez lentement. Le poulet, cessant d’être un aliment de luxe, devient une viande de consommation ordinaire, notamment dans les cantines, mais la demande n’en demeure pas moins assez limitée quantitativement (8,8 kg par habitant en 1962 contre 17 kg aux États-Unis) tout en restant exigeante sur la qualité. Pour s’imposer, pour lutter contre une concurrence étrangère (néerlandaise notamment) qui d’épisodique risque de devenir prochainement permanente, les producteurs industriels doivent consentir des prix de plus en plus modestes qui « cassent » le marché. D’après « La Vie Française » citant une étude de l’Organisation de Coopération et Développement Économique (O.C.D.E.), le prix moyen du poulet (au kg) est passé de 4,5 F. en 1951 à 3,66 F. en 1963, soit en franc constant, une diminution de l’ordre de 50 %. Avec moins de netteté, le marché des œufs suit une évolution assez semblable. Ainsi la menace d’une grave crise de surproduction s’affirme-t-elle comme la principale préoccupation des nouveaux éleveurs de poulets et de pondeuses. C’est pour la surmonter qu’ils s’efforcent de développer de nouveaux circuits de distribution, afin de réduire au maximum les marges intermédiaires et de stimuler la consommation par la publicité et la promotion des ventes, c’est-à-dire par des méthodes commerciales adaptées à leurs propres techniques de production.

86Naturellement, c’est en Haute-Normandie qu’apparaissent les structures intégrées qui réunissent dans la même organisation producteurs, transformateurs et intermédiaires, parfois même distributeurs... En Basse-Normandie, en effet, loin des grands centres urbains, l’appareil industriel de production demeure réduit et les entreprises relativement dispersées. Les producteurs les plus importants s’efforcent de conserver des débouchés stables par des méthodes artisanales : ventes directes sur les marchés, ententes avec des commerçants locaux (restaurateurs, crémiers-volaillers, bouchers...) pour écouler une marchandise préconditionnée et de qualité garantie. Tout au contraire, la Haute-Normandie appartient par les Plaines de l’Eure à la ceinture d’approvisionnement de Paris, et, par le Caux à la zone de collecte des centres de la Basse-Seine. Là se trouvent les élevages industriels les plus nombreux, les plus importants (capacité théorique moyenne des accouveurs de l’Eure : 60 000 œufs, contre 20 000 dans la Manche), les mieux organisés (10 % de poussins à destination « incertaine » dans l’Eure, contre 60 % dans la Manche). Là se sont imposées de nouvelles formes de commercialisation.

  • 20 Bon (R J.) et Nicolas (F.) 407, 1966.

87Deux types d’intégration se développent parallèlement et concurrentiellement. L’intégration « capitaliste » s’impose surtout dans le secteur du poulet de chair. Un abattoir industriel, souvent lié à une fabrique d’aliments du bétail, passe contrat avec des éleveurs auxquels il fournit les poussins et les produits d’engraissement. Ce système s’est développé en Bretagne à partir de capitaux locaux (du secteur de la meunerie). En 1964, les projets de la puissante société franco-américaine Duquesne-Purina firent grand bruit20. L’installation à Vern (Ille-et-Vilaine) d’un abattoir d’une capacité de 30 000 poulets par semaine menace en effet l’équilibre de l’ensemble du marché français. Duquesne-Purina traite avec des groupements de producteurs qui témoignent de la vitalité de l’élevage breton dont la position devient peu à peu dominante. Aucune entreprise de ce type ne s’est installée en Normandie.

  • 21 A.N.E.R.A., 1965.

88L’intégration coopérative associe des éleveurs dans un groupement de producteurs, coopérative ou S.I.C.A., qui se charge de la commercialisation et éventuellement de la transformation des produits. Ce système s’est particulièrement développé pour la production des œufs où 37 groupements contrôlent 12 % de la production commercialisée en France. Si la Bresse avec la coopérative « Coq’Ain de Coop’Ain » a joué un rôle pionnier, la Bretagne a encore conquis de fortes positions dans ce domaine (8 groupements)21 La Haute-Normandie, n’est cependant pas restée en dehors du mouvement, avec trois groupements de producteurs d’œufs dont le tableau qui suit résume les activités et une S.I.C.A. d’abattage de poulets à Beaucé (Eure).

Groupements de producteurs d’œufs (Haute-Normandie)

Groupements de producteurs d’œufs (Haute-Normandie)

89Les coopératives assurent le ramassage des œufs chez les adhérents, le mirage, le calibrage, le conditionnement sur plateaux ou en boîtes alvéolées, la livraison soit à des grossistes, soit à des détaillants (ce dernier cas dans une proportion de 60 % à la coopérative du Neubourg). En présentant des produits triés et homogènes, en garantissant une fraîcheur de 3 à 8 jours, les coopératives peuvent s’assurer une solide clientèle. Elles évitent l’écueil des Halles de Paris. Les deux coopératives de l’Eure ont créé elles-mêmes leur réseau de vente. Celle de la Seine-Maritime s’est associée à la Coopérative Laitière de Haute-Normandie (centrale de Maromme) pour bénéficier du prestige d’une marque déjà lancée (Nova) et pour recréer, dans de nouvelles structures, l’association commerciale traditionnelle des œufs et des produits laitiers.

3°) A LA RECHERCHE D’UN EQUILIBRE : LE MARCHE DES PORCS.

  • 22 J. Le Père de Graveron, 409, 1965.

90Le cheptel porcin de Normandie représente environ 6,5 % des effectifs nationaux. C’est une proportion relativement faible qui place les cinq départements normands à un rang assez modeste, notamment par rapport aux grandes régions productrices de Bretagne. Néanmoins, à l’intérieur de la Normandie, l’élevage des porcs constitue une ressource agricole importante qui vient certes nettement après les deux grands secteurs du lait et de la viande bovine, mais avant tous les autres élevages secondaires et même avant la production céréalière ou celle des cultures industrielles beaucoup plus concentrées géographiquement. L’A.N.E.R.A- estime à un peu plus de 300 millions de francs la part du produit brut agricole qui est due aux porcs dans les cinq départements normands22. Il s’agit donc d’un marché important. D’un marché complexe aussi, caractérisé par une instabilité chronique de caractère cyclique, et par l’affrontement de tendances spéculatrices et d’efforts de régularisation. On trouvera dans le tableau ci-dessous quelques données statistiques sur la production de chaque département.

91

Cheptel porcin (1964)

Cheptel porcin (1964)

92Sources : Statistique interdépartementale

a) Le cycle du porc.

  • 23 L’ensemble de l’analyse du cycle du porc est directement inspirée de J. Le Père de Graveron, 409, 1 (...)

93L’instabilité des prix et de la production caractérise le commerce du porc. Les autres marchés de l’élevage, comme la plupart des marchés agricoles, sont affectés d’importantes variations saisonnières ou interannuelles. Mais c’est incontestablement dans le secteur porcin que celles-ci s’expriment avec le plus de netteté et de régularité. Les études des économistes ruraux, et notamment celles de J. Le Père de Graveron permettent d’en avoir une connaissance précise23.

941 – Des variations saisonnières importantes affectent la consommation et la production.

95La consommation varie dans l’année de façon différente selon les pièces de découpe. Les pièces « nobles » ont des prix élevés pendant les mois d’été (avril à juillet) et de plus bas prix pendant les mois froids (octobre à décembre) : le jambon, particulièrement recherché pendant les vacances (écart saisonnier de 10 % par rapport à la tendance générale) et la longe qui fournit les principaux morceaux à rôtir et les côtelettes (écart saisonnier de 16 %). Au contraire, les pièces grasses (poitrine, hachage, bardière et panne) se consomment surtout en hiver avec des écarts saisonniers variant de 25 à 40 %. L’incidence des pièces nobles l’emporte nettement, et des effets de compensation tempèrent les variations saisonnières de la demande sur l’ensemble des carcasses (écart de 4,5 %).

96Deux pointes de production apparaissent assez régulièrement à l’automne et au printemps en concordance (décalées de 6 à 7 mois) avec les principales périodes de saillies.

97Ces différents mouvements de l’offre et de la demande se combinent en se compensant en partie. La courbe de variation saisonnière des prix des carcasses n’est marquée d’aucun mouvement de grande amplitude (écart de 4,5). Une hausse assez légère se manifeste pendant les deux périodes creuses d’hiver (janvier, février) et d’été (juillet, août).

982 – Un cycle de trois ans affecte beaucoup plus profondément l’évolution de la production et du marché. Parfaitement étudié par J. Le Père de Graveron, il se manifeste dans de multiples domaines avec des effets d’interférence qui rendent difficile la compréhension des causes initiales.

99Le cycle apparaît d’abord dans les courbes de production. Depuis 1950, J. Le Père de Graveron distingue 4 cycles d’une période moyenne de 37 mois et dont les pointes se sont manifestées en juillet 1953, juin 1956, septembre 1959, octobre 1962. En janvier 1961, par exemple, les apports se sont élevés sur le marché français à 740 000 carcasses (creux), en octobre 1962 à 887 000 (pointe) et en février 1964 à 735 000 (creux). Les écarts par rapport à la tendance générale de la production varient entre 5 et 10 %.

FIGURE 3. — Plaine du Neubourg. Poulailler industriel (cliché « Paris-Normandie »)

FIGURE 4. — Pays d’Ouche. Moutons d’herbage. L’élevage familial des petites exploitations (cliché A. Frémont)

FIGURE 4 bis. — Cotentin. Le bourri normand et sa carriole à lait. Un honnête serviteur (cliché A. Frémont)

Figure 80. — Le cycle du porc dans la Manche (1959-1964), d’après un document de la D.S.A.

100Le cycle des prix des carcasses aux Halles de Paris s’oppose naturellement à celui de la production. Avec une amplitude analogue à celle de la courbe de production, les prix augmentent pendant les périodes creuses et diminuent au moment des pointes. Cependant, des éléments hétérogènes (taxations, importations « de choc », achats de la S.I.B.E.V.) altèrent la régularité de l’opposition entre la courbe des prix et celle de la production.

101Mais c’est le marché des porcelets qui enregistre les fluctuations cycliques les plus fortes avec des variations par rapport à la tendance générale de 20 à 30 % et parfois plus. Synchrone du cycle des prix de la viande, le cycle des prix du porcelet exagère tous les effets des fluctuations avec des variations allant du simple ou double. Ainsi se manifeste l’importance des relations commerciales qui unissent ou opposent les « naisseurs », les « engraisseurs » et les marchands. J. Le Père de Graveron attribue un rôle moteur aux fluctuations des prix du porcelet dans l’évolution générale des cycles. Dix-neuf mois environ après les « creux » ou les « pointes » sur le marché des porcelets, la production de porcs enregistre des mouvements de même sens.

  • 24 Le Service d'Etude et de Prévision de la Production Porcine a été créé en 1962. Rattaché d'abord à (...)

102Ainsi peut-être résumé l’ensemble du mécanisme : « quand les prix de la viande de porc sur le marché sont élevés la plupart des producteurs tenant compte uniquement de la situation présente du marché, décident d’augmenter leur production. Compte tenu du laps de temps nécessaire à l’engagement du processus de production et à son déroulement, ceci se traduit ultérieurement par un afflux simultané sur le marché de porcs bons à abattre. La production dépassant alors les capacités d’absorption du marché, les cours descendent fortement et les producteurs découragés décident avec le même ensemble de freiner leur production à venir, ce qui amène évidemment au bout du même intervalle de temps une remontée des prix. Celle-ci encourage de nouveau les producteurs, et le cycle se poursuit... »24. La période du cycle varie entre 35 et 40 mois. Il faut en effet 18-19 mois en moyenne pour que la fluctuation des prix se répercute sur le volume de la production. Lorsque les cours sont très élevés, avec des apports minimaux en porcelets et en porcs charcutiers, les éleveurs décident peu à peu d’augmenter leur cheptel. « Une phase de mise en route » de 6 mois environ est nécessaire pour que les agriculteurs prennent conscience de la situation favorable et pour que leur décision devienne effective. Alors, les saillies se multiplient, ce qui aboutit 6 mois plus tard (« phase de gestation ») à une élévation des apports de porcelets, et 6 mois plus tard encore (« phase d’engraissement ») à l’augmentation de la production des porcs charcutiers qui provoque le début de la chute des cours.

Figure 81. — Le cycle du pore : description synthétique et essai d’interprétation

(d’après Le Père de Graveron)

103Corrélativement, la commercialisation elle-même s’ajuste à l’évolution des prix en se rétractant un peu pendant les hausses (1954, 1958, 1961, 1964) et en augmentant pendant les périodes de prix favorables (1953, 1957, 1959, 1962). La courbe de ces fluctuations, de caractère secondaire, est cependant très atténuée.

104Les éleveurs normands n’ignorent naturellement pas le cycle du porc. Ils en subissent les effets. Certains ont pris conscience que leur intérêt collectif rend nécessaire la maîtrise de ce phénomène.

1053- A plus long terme, la production porcine en Normandie, comme celle de l’ensemble de la France subit des fluctuations de grande amplitude dont le tableau suivant donne une idée.

Production porcine Normandie (Unité : 1000)

Production porcine Normandie (Unité : 1000)

106Sources : Annuaire statistique régional, 1960

107Il convient certes de tenir compte de la faible valeur statistique de ces chiffres. Jusqu’à une époque toute récente, en effet, la fantaisie fut de règle en matière de dénombrement porcin. Les grandes tendances n’en restent pas moins valables. Bien avant la période contemporaine, les cycles de trois ans apparaissent dans les courbes de production avec netteté, notamment entre 1930 et 1939. Mais en outre, se manifeste un vaste mouvement de rétraction depuis la fin du xix siècle jusqu’à la seconde guerre mondiale. Depuis 1945, la production augmente avec vigueur, surtout dans les deux départements de Haute-Normandie et dans l’Orne, par opposition au Calvados et à la Manche où dans les zones herbagères et dans le Bocage l’élevage reste souvent traditionnel.

  • 25 Cartes, Atlas de Normandie, D 10 et D 13.

108Dans l’ensemble de la France, la production a progressé de 50 % environ au cours des dix dernières années, mais le taux moyen de croissance annuel n’a cessé de s’abaisser de 8 % (1953-58) à 3 % (1958-62) et 0 % (1962-64). Depuis 1963, le marché se trouve dans une phase de pénurie due à une forte augmentation de la consommation (26 kg par habitant et par an) et aux insuffisances de la production25. Ainsi se justifie le recours aux importations.

b) Le circuit du porc.

109L’incertitude des prix pèse en permanence sur le marché des porcs et nuit à son développement normal. En forçant un peu la schématisation, on doit distinguer deux types de circuit : les circuits traditionnels sont installés dans l’incertitude et les intermédiaires qui les animent cherchent plus à tirer parti de cette situation qu’à en atténuer les effets ; au contraire, de nouvelles formes d’organisation commerciales sont mises en place peu à peu pour permettre une régularisation du marché.

1 – Les marchés traditionnels.

110Sur les marchés traditionnels qui l’emportent encore très largement, la dispersion réelle des producteurs répond à la dispersion apparente des intermédiaires.

  • 26 Le Père de Graveron ( J. ) , 409, 1965. Linguenheld (R.), 412, 1965.

111Prochainement, les études réalisées par le Service d’Etudes et de Prévision de la Production Porcine26 permettront de connaître avec précision les structures départementales de l’élevage porcin. En attendant, et malgré toutes leurs imperfections, les résultats du Recensement Agricole de 1955 mettent bien en valeur ce phénomène fondamental : les éleveurs de porcs ont, individuellement, une production très limitée. Comme le montre le tableau qui suit, 90 % des élevages environ ne possèdent que 1 à 5 truies. La porcherie à 1 truie constitue l’unité de production la plus courante des bocages de la Manche. Les grands élevages de plus de 5 truies demeurent exceptionnels ; ils ne dépassent 10 % de l’ensemble des producteurs que dans les deux départements de Haute-Normandie, avec une plus grande netteté dans l’Eure. L’enquête directe, les sondages récents du Service de Prévision confirment ces résultats.

112En dépit de son importance globale, l’élevage du porc en Normandie ne possède pas la solide implantation de l’élevage bovin. Selon le cycle des prix, le nombre des producteurs de porcs oscille avec des écarts assez importants autour de 20 à 30 % de l’ensemble des exploitations. On peut distinguer deux types de producteurs. Les petits élevages à 1 ou 2 truies du Bocage Normand appartiennent à la plus ancienne tradition. Ils engraissent chaque année quelques porcs pour l’autoconsommation familiale et, éventuellement, pour la vente aux charcutiers locaux. En cas de bonne conjoncture, ils poussent un peu la production. Si les prix baissent, ils n’élèvent que les animaux dont ils ont besoin et vendent le maximum de porcelets. Ce sont des « naisseurs » avant tout. Ce système se retrouve, avec une densité moindre, dans d’autres régions que le Bocage Normand, spécialement autour des noyaux de petites exploitations (Bessin, Pays d’Auge, Pays d’Ouche, Roumois, Caux oriental, Pays de Lyons, etc.). Un deuxième type d’éleveur suit de plus près encore les fluctuations de la conjoncture. Exploitants importants des Plaines qui disposent d’orge et de pommes de terre (notamment Neubourg, Pays de Caux), fromageries augeronnes qui recherchent la valorisation du sérum, agriculteurs moyens du Bocage qui s’efforcent d’augmenter au maximum leur produit brut, ce sont tous des éleveurs occasionnels qui ne montent leur porcherie que lorsqu’ils estiment l’engraissement rentable. Disposant en permanence de quelques truies, ils se ruent sur le marché des porcelets lorsque les prix montent afin de compléter les portées. Au contraire, ils vendent de jeunes cochons lorsque le cycle s’affaisse ; éventuellement même, au comble du découragement, ils « liquident » l’ensemble de leur porcherie. « Engraisseurs », plutôt que « naisseurs », ils contribuent aussi à accentuer les irrégularités du marché. Le cycle du porc n’est donc pas seulement conjoncturel. C’est aussi un cycle (ou une combinaison) géographique. Les producteurs, en effet, ne fixent pas leur élevage et restent toujours dans l’expectative parce que la conjoncture demeure incertaine. Mais, inversement, l’attitude des éleveurs qui considèrent la production de porcs comme une spéculation secondaire entretient en permanence les fluctuations de la conjoncture.

Répartition des exploitations selon le nombre de truies-mères (1955)

Répartition des exploitations selon le nombre de truies-mères (1955)

113Source : Recensement Agricole, 1955

  • 27 Le siège social de la S.I.C.A. de Seine-Maritime se trouve à Rouen, mais sa zone d'influence princi (...)

114Dans ces conditions, l’organisation des marchés traditionnels revêt une très grande importance. En Normandie, les plus grands marchés de porcs se situent dans le Bocage, et spécialement dans la moitié sud du département de la Manche où ils prolongent la zone des grandes places bretonnes (Lamballe, Dinan, la Guerche) et mayennaises (Laval). Une quinzaine de marchés quadrillent le Bocage Normand où la majorité des transactions s’effectuent au cours des réunions hebdomadaires27. Torigny-sur-Vire, St-Hilaire-du-Harcouët, St-James et Vire occupent incontestablement le sommet de la hiérarchie avec des effectifs annuels supérieurs à 10 000 animaux. Torigny, sans doute, est le plus caractéristique et le plus important de tous (18 000 porcs commercialisés par an environ). Les petits paysans des Bocages de St-Lô et de Vire y affluent le lundi matin, tenant à la corde les porcs normands « blancs de l’ouest » aux oreilles tombantes. On amène aussi des porcelets. L’heure d’ouverture (très matinale) varie avec les saisons. Les acheteurs sont là, autour de la place et à la sortie des cafés, négociants nombreux, grossistes et expéditeurs, charcutiers importants des principales villes de Basse-Normandie. La demande est forte ? On s’affaire, les transactions ne traînent pas, les offres se multiplient, les plus malins même tentent de traiter avant l’ouverture officielle. Les apports dépassent-ils l’offre ? On attend, on parle longuement des intempéries, chacun se plaint de ses maux, on regrette la médiocrité de la qualité, on achète après avoir bien fait languir comme à regret et au plus bas. Dans tous les cas, les ventes se font « à la traverse », c’est-à-dire au jugé, sans bascule. Comme Torigny, St-Hilaire, St-James, Vire etc… commercialisent des lots nombreux de porcs « blancs de l’ouest », porcs du Bocage nourris de façon « naturelle » en liberté et dont la qualité est très recherchée par les charcutiers. A St-Hilaire, cependant, on utilise la bascule. A St-James, s’effectuent des échanges entre Bretagne et Normandie, avec une plus grande variété dans les apports, et une tendance à la concentration des lots présentés par l’intermédiaire de négociants qui ont ramassé les animaux dans les très petites fermes de la région. Chaque marché a ses traditions, sa personnalité... Ici, l’ouverture s’effectue au roulement du tambour de ville, là au sifflet, ailleurs à la cloche...

115Vers l’est, hors du Bocage, la tradition s’estompe. Les « Large White », de race anglaise, remplacent les « Blancs de l’Ouest » autour des Plaines de la Normandie Centrale et surtout en Haute-Normandie. Les transactions s’opèrent beaucoup plus souvent à la ferme que sur les places des petites villes. Avec des apports inférieurs à 5 000 têtes, aucun marché du Pays d’Auge (St-Pierre pour les porcelets), du Pays d’Ouche (Laigle) ou des Plaines de l’Eure (le Neubourg) n’atteint une importance comparable à celle des grands centres du Bocage. Seuls, les trois marchés de Neufchâtel (porcelets et porcs charcutiers, 15 000 têtes environ), de Rouen (uniquement porcs charcutiers, 14 000 têtes) et de Bosc-le-Hard (porcelets et porcs charcutiers, 5 000 têtes) groupent des effectifs notables. Tous sont situés à l’est du déparement de la Seine-Maritime où s’exerce aussi l’influence de l’important marché aux porcelets de Formerie (Somme). Le fonctionnement des marchés de Haute-Normandie diffère d’ailleurs profondément de celui des centres bocains. Ici il faut être marchand pour acheter mais aussi pour vendre. Ramasseurs et négociants « battent la campagne » pour collecter la marchandise qu’ils revendent sur les places aux grossistes ou à d’autres négociants qui se chargent des expéditions. Laissant la place aux hommes de l’art, les agriculteurs ne se risquent sur les marchés qu’en amateurs.

Figure 82. — Schéma de l’organisation du marché du porc

116Les intermédiaires, par conséquent, jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement du circuit que ce soit sur les grands marchés du Bocage où se concentrent chaque semaine une foule de petits producteurs ou dans les cours des fermes de Normandie Centrale ou de Haute-Normandie. On distingue trois catégories principales entre lesquelles d’ailleurs les clivages sont assez difficiles à déterminer. Les négociants n’interviennent que dans le circuit des animaux vivants. Ils achètent et revendent des porcelets et des porcs charcutiers en passant ou non par l’intermédiaire des marchés. Très nombreux, d’importance très inégale, souvent d’influence modeste, ils travaillent soit pour leur propre compte, soit comme démarcheurs ou rabatteurs, avoués ou non, de personnages plus importants. Incapables de s’opposer aux mouvements de la conjoncture, ils tendent au contraire à en exagérer les effets afin d’en tirer parti. Maîtres dans l’art de l’estime, amateurs de prix incertains, ils jouent de leur habileté dans un marché inorganisé. Les expéditeurs, beaucoup moins nombreux, (on en compte une dizaine dans toute la Basse-Normandie) achètent des porcs vivants sur les marchés ou à des négociants pour les expédier en carcasses, après abattage, dans les grands centres de consommation. En petit nombre aussi (une quarantaine ayant une influence notable dans toute la Normandie), les grossistes achètent des carcasses à des expéditeurs ou des porcs vivants qu’ils abattent pour les revendre aux charcutiers sous forme de pièces de découpe. En fait, grossistes et expéditeurs « tiennent » le marché. Assez peu nombreux, ils peuvent s’entendre, au moins tacitement, pour peser sur les cours à la production lorsque la conjoncture s’alourdir. Mais jamais solidaires lorsque les demandes pressent, ils ne peuvent s’opposer aux hausses.

2 – Les nouveaux circuits.

117Tous les éléments des circuits traditionnels, des producteurs aux grossistes, participent à une évolution cyclique qui, d’espoirs en déceptions, aboutit à une détérioration du marché, décourage les producteurs et paralyse l’essor de l’élevage. Pour remédier à tous ces inconvénients, différentes mesures ont été prises depuis une dizaine d’années ; les unes permettent une intervention sur les marchés et sur les prix, les autres tendent à améliorer les structures de production et de commercialisation.

  • 28 D'après les premiers résultats de l'enquête par sondage réalisée par le Service d'Etude et de Prévi (...)

118Les interventions de la S.I.B.E.V. (Société d’Intervention pour le Bétail et les Viandes) ne modifient en rien les structures existantes. Créée par un décret du 3 octobre 1953, elle réalise des achats de carcasses pour éviter l’effondrement des cours lorsque ceux-ci atteignent un plancher-critique prédéterminé et elle remet ses stocks sur le marché lorsque les prix dépassent un certain plafond. Elle ne dispose d’aucun équipement ni d’aucune initiative commerciale. Elle ne peut travailler qu’avec des intermédiaires. Ainsi son rôle, qui se manifeste à l’échelon national, doit-il rester assez passif. J. Le Père de Graveron a bien montré comment les interventions de cette société ont contribué à écraser l’ampleur des fluctuations cycliques au cours de la période où elles s’exercèrent à un haut niveau (1953-1960) et comment la réduction réelle du prix d’intervention aboutit de 1960 à 1965 à l’exaspération des derniers cycles et à la détérioration du marché. Mais ni dans l’un ni dans l’autre cas cette action n’a supprimé les cycles. En fait, la S.I.B.E.V. s’attaque aux conséquences plus qu’aux causes. Pour être efficaces, affirment J. Le Père de Graveron et J. Linguenheld, les interventions devraient remonter à la source, c’est-à-dire s’exercer sur le marché des porcelets et non sur celui des carcasses28. Mais, sans modification réelle des structures de production et de commercialisation, ces interventions intelligentes sont-elles suffisantes ?

119Plusieurs grossistes et expéditeurs apportent des réponses d’un autre ordre. Leurs pratiques, en effet, modifient profondément les habitudes commerciales. Quelques-uns équipent pour leur propre compte des chaînes d’abattage modernes : les abattoirs de Ste-Cécile à Villedieu dans la Manche (43 000 têtes abattues en 1965), les Etablissements DOR à Luneray en Seine-Maritime (75 000 têtes) et les Etablissements Pien et Glasson à Lisieux dans le Pays d’Auge (65 000 têtes). D’autres travaillent avec des abattoirs publics bien équipés (à Rouen par exemple). Ainsi deviennent-ils des industriels plus que des commerçants. Les quantités qu’ils traitent leur permettent de ne retenir que des marges modestes. Ils déplorent les fluctuations d’approvisionnement plus qu’ils ne les souhaitent. Aussi tendent-ils à s’assurer une clientèle stable en payant « en confiance » selon le poids des animaux et en n’hésitant pas parfois à traiter avec des groupements de producteurs. Vers l’aval, ils recherchent des débouchés directs, soit auprès d’une clientèle sûre de charcutiers, soit dans les chaînes d’approvisionnement des grandes magasins. Ainsi se développent des circuits plus directs et plus efficaces qui ne peuvent certes pas échapper aux grands mouvements de conjoncture mais qui évitent d’en exaspérer les effets. Par l’intermédiaire des industriels et des plus importants grossistes de Rouen, ce système prévaut maintenant en Seine-Maritime.

  • 29 De nombreux renseignements sur l'organisation du marché du porc en Normandie m'ont été fournis par (...)

120L’élite des producteurs estime cependant nécessaire d’aller plus loin encore. Des SICA tentent de se substituer aux industriels, de traiter avec eux, ou de combler le vide qu’ils laissent lorsqu’ils n’existent pas. On en trouve une dans chaque département. Aucune ne commercialise plus de 10 % de la production. L’action de ces sociétés n’en demeure pas moins intéressante car elle concrétise la volonté qu’ont certains producteurs de ne plus rester passifs. En outre, une S.I.C.A. comme celle de Seine-Maritime ne se contente pas d’écouler la production de ses adhérents : elle réalise des achats groupés de porcelets29.

  • 30 Les techniciens du Service d'Etude et de Prévision de la Production Porcine estiment que la product (...)

121Enfin sont peu à peu remises en cause les structures traditionnelles de la production. Dans les plaines, les élevages d’engraissement tendent à se concentrer. Déjà, en Seine-Maritime, si les éleveurs qui ont de 1 à 9 porcs restent les plus nombreux (16 % du total des exploitants), ils ne groupent que 10 % de la production, alors que ceux qui possèdent plus de 50 porcs, beaucoup moins nombreux (4,5 % des agriculteurs) concentrent un peu plus du tiers des effectifs (35 %)30. Dans le Bocage, des groupes de petits producteurs essaient de s’entendre, de rationaliser leurs activités en se partageant les spécialités et en montant parfois des réalisations collectives. A côté des fermes à 1 truie, apparaissent des élevages spécialisés qui s’intègrent dans des groupements de production : quelques-uns deviennent « verratiers » pour sélectionner les meilleurs reproducteurs, d’autres « naisseurs » qui fournissent les porcelets, quelques-uns « engraisseurs » qui réalisent en 6 mois le passage du porcelet au porc charcutier. Il est trop tôt pour envisager les conséquences de ces modifications de structures sur les marchés. Cette esquisse de rationalisation et d’intégration pourra-t-elle seulement se confirmer ?

c) Les échanges interrégionaux.

122En 1964, selon les statistiques interdépartementales du Ministère de l’Agriculture, l’ensemble de la Normandie a produit environ 68 000 tonnes de viande nette. Or, si on attribue aux 2 700 000 habitants des cinq départements une consommation semblable à la moyenne nationale (26 kg par habitant et par an), on doit conclure que consommation et production se sont équilibrées. En fait, ce bilan global masque d’importantes disparités régionales dont rend compte, par département, le tableau qui suit.

TABLEAU 32. Production et consommation de porcs (en tonnes de viande nette) 1964

TABLEAU 32. Production et consommation de porcs (en tonnes de viande nette) 1964

123Source : Statistique interdépartementale, évaluations personnelles

124L’examen des échanges et bilans suggère assez bien la complexité des rapports commerciaux qui s’établissent entre les régions. Dans l’ensemble, la Normandie équilibre consommation et production, mais elle importe des carcasses alors qu’elle exporte des animaux vivants. En outre, la situation exportatrice de la Basse-Normandie, et spécialement du département de la Manche, s’oppose au bilan déficitaire de la Haute-Normandie. Au delà des départements, on peut distinguer trois types de régions. L’insuffisance des statistiques ne permet cependant pas d’en dresser le bilan exact.

1251 – Une importante zone de forte consommation, la Basse-Seine domine tout le marché haut-normand. Les deux départements de l’Eure et de la Seine-Maritime doivent consommer quelque 35 000 T. de viande de porc. Régions de forte production, ils assurent environ 70 % de leurs besoins. Des arrivages extérieurs, en provenance du département de la Manche notamment, couvrent le complément sous forme surtout de carcasses importées.

126Dans le département de l’Eure, les zones de production se concentrent surtout à l’ouest, au nord-ouest et au centre du département. Le Roumois, le Lieuvin et le Pays d’Ouche forment une longue bande de pays où les « naisseurs » et à un degré moindre les « naisseurs-engraisseurs » sont nombreux. Là s’approvisionnent les « engraisseurs » du Neubourg et de St-André, par l’intermédiaire notamment du marché aux porcelets du Neubourg et plus encore par l’entremise de marchands qui traitent à la ferme. Par contre, les très grandes fermes du Vexin se livrent rarement à l’élevage porcin qui reste très clairsemé dans cette région. En Seine-Maritime, les zones de production apparaissent avec moins de netteté. Le Caux occidental et central ainsi que le Petit Caux demeurent des régions de faible production, alors que la densité des élevages de tous types augmente particulièrement dans la Vallée de la Seine (jusqu’en amont de Lillebonne), dans la région rouennaise et dans le Pays de Bray. Une partie des produits régionaux échappe à la consommation locale. Les Plaines de l’Eure expédient sur pied des porcs charcutiers vers Paris, et les régions orientales de la Seine-Maritime font des envois d’animaux vivants en direction de Paris et des grandes villes du Nord.

127La plupart des circuits cependant aboutissent aux grandes agglomérations de la Basse-Seine, Le Havre et Rouen. Les fortes densités de populations dans les campagnes et les banlieues, notamment en Seine-Maritime, justifient la présence de nombreux charcutiers locaux et la permanence de multiples transactions directes. En Seine-Maritime, les tueries particulières réalisent encore, en 1965, 24 % des abattages. Ce sont cependant les abattoirs de Rouen (2 245 T.), de Petit Quevilly (1 013 T.), du Havre (1 649 T.) et la chaîne privée de Luneray travaillant avec la S.I.C.A. de Seine-Maritime (5 981 T.) qui concentrent la plus grande partie des apports : 26 % des abattages s’effectuent dans les trois établissements publics de la Basse-Seine et 31 % à Luneray.

128Sur les places de Rouen et du Havre travaillent une quinzaine d’importants grossites qui revendent des pièces de découpe aux charcutiers urbains. Ils s’approvisionnent en Seine-Maritime auprès de petits ramasseurs locaux. Ils complètent leurs achats grâce aux arrivages de carcasses en provenance de la Manche et en traitant sur le marché de Rouen avec les négociants qui ont collecté dans l’Eure et dont les apports sont particulièrement importants.

129Ainsi s’opposent, dans une zone polarisée par les deux grands centres de consommation de Rouen et du Havre, les circuits assez directs de la Seine-Maritime, proches du débouché urbain, où les grossistes peuvent intervenir directement ou presque dans les zones de production, et ceux plus complexes du département de l’Eure, région légèrement marginale, où entre les « naisseurs » et les « engraisseurs » d’une part, entre les producteurs et les grossistes d’autre part, les négociants continuent de jouer un rôle important.

1302 — Une zone intermédiaire aux échanges multiples mais limités, la Normandie Centrale, correspond à des régions de production relativement faible où les villes, moyennes ou petites, ne créent que de faibles appels de consommation. Seul Caen peut jouer un rôle comparable à celui des agglomérations de la Basse-Seine : les abattoirs de la capitale bas-normande ont traité 1 419 T de viande porcine en 1965.

131Aucune région de production n’émerge très nettement. Les Plaines se signalent par la faible densité des porcheries, en dépit de quelques réalisations récentes (notamment dans la région d’Ecouché). Le Bessin et le Pays d’Auge font figure de régions de production traditionnelle, le Bessin surtout, avec sa race locale à taches noires, dite « race de Bayeux ». Les « naisseurs » y sont nombreux, notamment à l’ouest du Bessin (Isigny, Trévières), ainsi que dans les petites exploitations de l’est du Pays d’Auge alors que les « engraisseurs » se rencontrent surtout en limite des Plaines ou près des laiteries dans les régions de Bayeux (Bessin), de St-Pierre-sur-Dives, d’Orbec, de Livarot, de Vimoutiers (Pays d’Auge). Mais pour être de tradition moins ancienne, le Perche, dans son ensemble, n’en réalise pas moins maintenant des apports très importants.

132A l’image de ces régions de production mal dessinées, la Normandie Centrale comprend de multiples circuits de commercialisation, d’assez faible ampleur, et parfois contradictoires. Les tueries particulières réalisent 16 % des abattages du Calvados et 23 % de ceux de l’Orne, le plus souvent grâce à des achats directs auprès des producteurs. Caen, principal centre de consommation, se fournit dans les régions de production les plus proches de la ville, mais aussi dans le Bocage Virois et dans la Manche, soit par des achats de carcasses auprès des grossistes, soit par approvisionnement direct des grossistes et charcutiers caennais sur les marchés de Vire et de Torigny. Par contre, le Perche, le Pays d’Auge et le Bessin expédient des carcasses ou des animaux sur pied vers des centres de consommation extérieurs : le Perche et le sud du Pays d’Auge, par la S.I.C.A. de Gacé (carcasses) ou par l’intermédiaire de négociants de l’Eure et de l’Eure-et-Loir qui « poussent » jusque dans ces régions limitrophes (animaux sur pied) ; le Pays d’Auge par les établissements Pien et Glasson de Beuvillers qui possèdent une chaîne d’abattage particulièrement rapide (180 porcs à l’heure) et qui commercialisent leurs produits sous forme de carcasses et de conserves (marque « A l’Abbaye ») ; le Bessin, enfin, par l’intermédiaire d’un expéditeur de Bayeux qui utilise les abattoirs publics dont la production dépasse nettement les besoins de la petite ville (842 tonnes).

1333 — Une vaste zone d’expédition, à l’ouest de la Normandie, englobe la totalité du Bocage et la plus grande partie de la péninsule du Cotentin. On pourrait y associer le Bessin. Là, une seule lacune au milieu de régions où l’élevage porcin tient toujours une place importante : le Seuil du Cotentin, les communes de Marais qui négligent cette activité secondaire. Dans cette vaste aire aux répartitions assez homogènes, une foule de petits exploitants fournissent des contingents importants de porcelets et de porcs charcutiers. Ici et là, notamment autour de Sourdeval, dans les vallées de l’Elle et de la Vire, dans le bassin de Vire et de Vassy, autour de Torigny, et, dans le Cotentin aux confins de la Hague et du Bocage de Briquebec, émergent quelques engraisseurs, exploitants petits ou moyens qui ont monté des élevages intensifs afin d’augmenter leurs produits bruts. Mais, c’est au sud d’une ligne Percy-Granville, dans les régions de Villedieu, Brécey, St-Hilaire, Ducey, St-James, que se trouvent les densités les plus fortes en même temps que les formes les plus traditionnelles de l’élevage bocain ; là, dans les bassins intérieurs du vieil Avranchin, chaque ferme possède ses deux ou trois truies nourries avec les produits de l’exploitation qui a conservé des cultures, « tuer le cochon » reste une fête, on vend les porcelets lorsque les cours n’inspirent pas confiance, on pousse les meilleurs pour la vente lorsqu’on croit avoir flairé un bon vent...

134Parallèlement à cette production importante mais extrêmement dispersée, la consommation locale offre peu de débouchés commerciaux. Les petites villes de la Manche n’absorbent que des quantités de viande très limitées. Néanmoins, les abattages des tueries particulières s’élèvent à près de 40 % des abattages contrôlés, proportion particulièrement élevée qui donne une bonne image de l’archaïsme et de la dispersion des équipements urbains.

135En dehors de ces circuits courts qui répondent aux besoins de la consommation locale (autoconsommation et consommation des petites villes), les excédents importants de l’élevage bocain sont commercialisés par l’intermédiaire d’une foule de ramasseurs et de négociants et par un petit nombre de grossistes et d’expéditeurs (une dizaine au total) qui travaillent autour des grands marchés traditionnels, Torigny, Vire, St-Hilaire, St-James... Le Bocage fournit des porcelets aux régions voisines (Haute-Normandie, Bassin de Rennes...). Il envoie des porcs charcutiers sur pied vers Paris. Les expéditeurs livrent des carcasses aux Halles de Paris, à Cherbourg et à Caen, à Rouen et au Havre, à Amiens, à Compiègne...

136Aucune autre région n’est plus tributaire que celle-ci des circuits traditionnels. Un seul grossiste industriel : à Villedieu, les abattoirs de Ste-Cécile (3 812 tonnes abattues). Une implantation presque négligeable des S.I.C.A. dans le secteur porcin : celle de Carentan traite seulement 630 tonnes, celle de St-Hilaire, installée au cœur de la principale région de production, a dû fermer ses portes. Les petits exploitants marginaux, repliés sur leurs traditions et leurs ruses d’un autre siècle, livrent sur les marchés une production irrégulière, tandis que l’éloignement des centres de consommation, l’insuffisance des équipements et le règne des intermédiaires spéculateurs les soumettent à toutes les incertitudes. Pour stabiliser un des éléments essentiels de leur économie (qui forme parfois plus de 30 % des produits bruts), les nouveaux exploitants dynamiques du Bocage commencent à prendre conscience qu’ils doivent d’abord rompre ce cycle. Le temps est-il venu d’un « Elle-et-Vire » du porc ?

***

137Parmi d’autres enseignements, l’étude des marchés secondaires de l’élevage normand met en valeur la dissymétrie géographique de la province. Par l’intermédiaire des marchés, l’organisation du réseau urbain, le degré de développement industriel influencent très profondément la vie rurale. Car c’est bien à l’ouest, dans les régions les plus éloignées des grandes agglomérations, dans les pays bocains mal innervés par un pauvre filet de villes médiocres, que subsistent les circuits les plus archaïques et les formes les plus traditionnelles de l’élevage. Le Bocage, le Bessin, le Cotentin livrent sur le marché national des lots très importants de chevaux de selle et de reproducteurs bovins, des contingents nombreux de moutons et surtout de porcs. Mais les éleveurs ne contrôlent pas la commercialisation de ces produits. Les mouvements qui animent les marchés échappent totalement aux décisions régionales. Plus à l’est au contraire, au-delà de la zone intermédiaire de la Normandie Centrale où les influences hésitent, les marchés régionaux de la Basse-Seine et le grand marché parisien tout proche incitent les éleveurs à élaborer de nouvelles structures de production et de commercialisation pour les porcs, les œufs, les volailles. En Haute-Normandie, les exploitants peuvent répondre aux sollicitations d’un marché de consommation qui n’a cessé de se développer. Les hommes du Bocage ne participent que de loin au développement. En attendant un possible renouvellement, ils restent, géographiquement et économiquement, marginaux.

Notes

1 Pour connaître la définition des principaux termes, très particuliers, du vocabulaire de l’élevage chevalin, se reporter au lexique.

2 La proportion tombe de moitié environ si on compte les poulains nés d’étalons arabes ou anglo-arabes.

3 D’après L’Information Hippique, janvier 1966.

4 Le « driver » de trot « attelé » se tient dans une voiture légère (le « sulky »), attelée au trotteur.

5 32 000 f. pour les saillies d’Exbury au baron Guy de Rothschild.

6 Exemple : (d’après « Courses et Elevage », sept.-oct. 1965).
Haras d’Ecajeul, par Mézidon (Calvados), tél. 32 à Mesnil-Mauger
PUISSANT CHEF, alez. 1957
par Djefou et La Sirène par Astrophel
Appartenant à M. Henry Aubert.
A 2 ans, vainqueur du prix Boréalis (1.600 m).
A 3 ans, vainqueur du Prix La Force (2.000 m), du Prix de Chantilly (2.400 m), du Prix Royal Oak (3.000 m), du Prix de l’Arc de Triomphe (2.400 m, 3 1.).
A 4 ans, vainqueur du prix Jean Prat (3.100 m), du Prix du Cadran (4.000 m).
Gains totaux : 1.166.354 F. — Entrée au Haras en 1962.
S’adresser à M. J. Bara, au haras, ou à M. L. Bara, Villa Flagette, Chantilly (Oise).

7 Tous les chiffres qui suivent sont extraits de « Courses et Elevage », sept., oct. et déc. 1965.

8 Ibid. M. Chédeville vient au troisième rang des vendeurs de yearlings en 1965 (à la valeur totale).

9 D’après « Courses et Elevage », mars-avril 1965.

10 D’après Bulletin du H.B.N., plaquette spéciale de présentation, s.d. « Livre des Jeunes » où sont inscrits tous les produits issus de père et mère inscrits au Livre Généalogique, et dont les déclarations ont été faites selon le règlement.
« Livre d’inscription au titre de l’origine » ou « Livre généalogique » comprend tous les animaux ayant figuré sur le Livre des jeunes et ayant satisfait aux conditions de confirmation.
« Livre d’inscription à titre initial », fermé pour les mâles depuis 1950, toujours ouvert pour les femelles.
« Livre des filiations », ouvert en 1958 — peuvent y être inscrites toutes les femelles issues d’un père inscrit et d’une mère non inscrite mais soumise au contrôle laitier.

11 Sarrazin, 405, 1962.

12 Paris-Normandie, 4 février 1964.

13 Musset, 324, 1957.

14 D’après Paris-Normandie (rédaction d’Yvetot) 1964.

15 Bulletin du H.B.N., mai 1953.

16 D’après Paris-Normandie, novembre 1962.

17 Ainsi appelle-t-on les ânes en Normandie.

18 D'après Leber, AN 1865.

19 Le Monde, 14 nov. 1964.

20 Bon (R J.) et Nicolas (F.) 407, 1966.

21 A.N.E.R.A., 1965.

22 J. Le Père de Graveron, 409, 1965.

23 L’ensemble de l’analyse du cycle du porc est directement inspirée de J. Le Père de Graveron, 409, 1965.

24 Le Service d'Etude et de Prévision de la Production Porcine a été créé en 1962. Rattaché d'abord à la S.I.B.E.V., il dépend directement maintenant du Ministère de l'Agriculture.

25 Cartes, Atlas de Normandie, D 10 et D 13.

26 Le Père de Graveron ( J. ) , 409, 1965. Linguenheld (R.), 412, 1965.

27 Le siège social de la S.I.C.A. de Seine-Maritime se trouve à Rouen, mais sa zone d'influence principale dans la région de Luneray où elle est née.

28 D'après les premiers résultats de l'enquête par sondage réalisée par le Service d'Etude et de Prévision de la production porcine.

29 De nombreux renseignements sur l'organisation du marché du porc en Normandie m'ont été fournis par les techniciens du Service d'Etude et de Prévision de la production porcine, avec l'accord de M. R. Linguenheld, directeur.

30 Les techniciens du Service d'Etude et de Prévision de la Production Porcine estiment que la production du département de l'Eure est sous-estimée dans les statistiques officielles et que ce département équilibre en fait consommation et production. Peut-être même est-il exportateur. Par contre, les chiffres de la Seine-Maritime seraient un peu surévalués.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Chevaux de selle
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 78. — Schéma de l’organisation du marché des chevaux (pur sang et demi-sang)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Élevages de chevaux de course (1965)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Ventes. P. Chédeville, 1964, d’après « les principales ventes aux enchères en France en 1964 », Courses et Elevage, mars-avril 1965
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Statistique du premier classé
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre TABLEAU 29. Elevages et animaux inscrits au Herd-Book Normand (30 juin 1965)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre TABLEAU 30. L’insémination artificielle en Normandie (1964)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende FIGURE 1. — Pays d’Auge – Haras de pur-sang (Ecurie Rothschild) (cliché Maison du Paysan)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Légende FIGURE 1 bis. — Cotentin – Jument poulinière et son poulain demi-sang (cliché A. Frémont)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende FIGURE 2 bis. — Yvetot. Vente aux enchères descendantes de taureaux normands. Nouvelles méthodes (cliché « Paris-Normandie »)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Figure 79. — Schéma de l’organisation du marché des reproducteurs bovins
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Cheptel ovin.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre TABLEAU 31. Ovins et caprinsProduction de viande et bilans départementaux (en tonnes de viande nette)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Basses-cours traditionnelles, 1929. Source : recensement agricole
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Accouveurs et productions de poussins d’un jour, 1964
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Groupements de producteurs d’œufs (Haute-Normandie)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Cheptel porcin (1964)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende FIGURE 3. — Plaine du Neubourg. Poulailler industriel (cliché « Paris-Normandie »)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende FIGURE 4. — Pays d’Ouche. Moutons d’herbage. L’élevage familial des petites exploitations (cliché A. Frémont)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende FIGURE 4 bis. — Cotentin. Le bourri normand et sa carriole à lait. Un honnête serviteur (cliché A. Frémont)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Légende Figure 80. — Le cycle du porc dans la Manche (1959-1964), d’après un document de la D.S.A.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 81. — Le cycle du pore : description synthétique et essai d’interprétation
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Production porcine Normandie (Unité : 1000)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Répartition des exploitations selon le nombre de truies-mères (1955)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 82. — Schéma de l’organisation du marché du porc
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre TABLEAU 32. Production et consommation de porcs (en tonnes de viande nette) 1964
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/153/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter