Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Conclusion

Texte intégral

1Le bilan de la collaboration entre l’élite entrepreneuriale irlando-américaine et les deux Irlandes pourrait, a priori, être considéré comme tout à fait positif. L’Irlande, un pays isolé, en périphérie du continent européen, a vécu repliée sur elle-même des années 1930 jusqu’à la fin des années 1950. Il y régnait alors un certain conservatisme tant au niveau économique que sociétal. À partir du début des années 1960, des membres de l’élite entrepreneuriale irlando-américaine ont accompagné les efforts entrepris par les autorités irlandaises pour engager le pays dans le processus de transition de son économie, du protectionnisme vers l’économie de marché. L’Irlande doit à ces magnats irlando-américains la venue décisive d’investissements pionniers, en provenance des États-Unis, durant la période qui a précédé l’entrée de l’Irlande dans le marché commun européen, en 1973. Au moment où elle en est devenue membre, elle avait déjà acquis la réputation d’être une destination où il était désormais sûr et rentable d’investir. Les multinationales américaines s’y pressèrent alors en plus grand nombre.

  • 1 « KOF Indice de la mondialisation 2017 : les Pays-Bas sont les plus mondialisés », 20 avril 2017, c (...)

2Au fil des décennies, la collaboration entre l’élite entrepreneuriale irlando-américaine et les autorités irlandaises s’est poursuivie. Ces dernières, notamment dans les années 1990, ont su être attentives aux conseils que leur prodiguèrent certains de ces hommes d’affaires très puissants. La combinaison de facteurs favorables et une politique d’incitation très avantageuse ont contribué à rendre l’Irlande particulièrement attractive pour les investisseurs étrangers et à en faire l’un des pays les plus mondialisés de la planète1. Jadis l’un des membres les plus pauvres de la communauté économique européenne, le pays a vu son niveau de vie s’améliorer de façon très sensible pendant l’ère du Tigre celtique.

3Cependant, l’influence de ces magnats irlando-américains n’a pas eu que des retombées bénéfiques. On peut, en effet, s’interroger sur la valeur du modèle économique qu’ils ont véhiculé. Certes, l’Irlande leur doit la venue de grandes banques américaines durant les années 1960. Cependant, le type d’investissements industriels qu’ils contribuèrent à attirer en Irlande, durant cette période et jusqu’à la fin des années 1980, n’eurent pas tous les effets positifs auxquels on aurait pu s’attendre. En premier lieu, il s’agissait principalement d’unités de production qui employaient de la main-d’œuvre peu qualifiée, à bas coût. Les emplois créés n’étaient pas pérennes, car ces investissements étaient très mobiles. En outre, ces usines n’avaient que très peu de liens avec les entreprises autochtones, puisqu’elles se fournissaient à l’étranger, souvent auprès d’autres filiales du même groupe. Les entreprises irlandaises ne bénéficièrent ni de transfert de technologie ni de savoir-faire. L’économie irlandaise, au fil du temps, est devenue de plus en plus dépendante de la présence de multinationales qui contribuaient à maintenir le niveau de l’emploi. Mais, le pays devait continuer à offrir les conditions les plus avantageuses possibles aux investisseurs étrangers, de peur de les voir quitter le pays. En épousant un modèle économique taillé sur mesure pour les multinationales, l’Irlande, aux yeux de beaucoup, s’est forgé l’image d’un paradis fiscal.

4À partir des années 1990, le pays est certes parvenu, avec le concours de magnats irlando-américains, à attirer des activités qui se situent plus haut dans la chaîne de valeur, comme l’industrie pharmaceutique ou chimique. Le secteur bancaire et financier figure également en bonne place parmi les investissements étrangers. L’Irlande héberge aujourd’hui les plus grands noms du secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Néanmoins, le schéma est resté le même. L’économie du pays repose sur la présence et les exportations de ces multinationales américaines. Dans la décennie qui vient de s’écouler, l’Irlande a vu naître de nombreuses entreprises innovantes, autochtones, dans le secteur des nouvelles technologies, ce qui pourrait laisser espérer que celui-ci devienne un jour le moteur de croissance de l’économie irlandaise. Cependant, comme nous l’avons vu, ces jeunes pousses sont, la plupart du temps, rachetées par des multinationales et transfèrent leurs activités vers la Silicon Valley pour pouvoir se développer. À l’heure actuelle, l’industrie autochtone la plus importante demeure l’agroalimentaire, un secteur « traditionnel ».

5Et de s’interroger sur la viabilité, à long terme, de ce modèle dont les fondations, malgré les apparences, sont fragiles. En premier lieu, cette économie très ouverte est particulièrement exposée en cas de crise économique internationale. En deuxième lieu, Bruxelles a le pouvoir de mettre un terme à ce qui constitue l’avantage concurrentiel principal de l’Irlande, sa fiscalité très (trop, pour certains partenaires européens, comme la France) avantageuse pour les multinationales, en imposant l’harmonisation fiscale au sein de l’Union européenne. En troisième lieu, même si elle n’a pas été la première à le faire, l’administration Trump a poussé pendant quatre ans les multinationales à rapatrier leurs investissements aux États-Unis, en proposant des mesures fiscales incitatives, et a défendu bec et ongles les intérêts économiques américains. Qu’en sera-t-il de l’administration Biden ?

6Les autorités irlandaises ont joué un rôle central dans la construction de ce modèle. Elles ont, comme nous l’avons montré, été les instigatrices de la création de groupes d’hommes d’affaires irlando-américains qui ont contribué à l’établissement de liens économiques de plus en plus étroits entre l’Irlande et les États-Unis. Force est en outre de constater que, depuis les années 1960, les gouvernements irlandais successifs ont consulté et donc indirectement associé des magnats irlando-américains à la prise de décisions en matière de politique économique. Le poids de leurs investissements n’a, en réalité, cessé de croître au fil du temps. Faut-il alors s’étonner que des membres de l’élite entrepreneuriale de la diaspora cherchent à peser de plus en plus sur les politiques économiques, et, pour certains, sur les affaires internes de l’Irlande, et à faire élire l’un des leurs à la présidence de la République ?

 

7Dans les années 1960, les autorités d’Irlande du Nord parvinrent à créer aux États-Unis un petit réseau d’hommes d’affaires, originaires de la province, qui les aidèrent à attirer des investissements américains. Cependant, contrairement à l’Irlande, ce ne fut pas la formule qui, à l’époque, rencontra le plus grand succès. Il fallut attendre que les partis nationalistes accèdent au pouvoir au sein d’un exécutif multipartite, dans le cadre de l’accord du Vendredi saint, pour que des contacts se nouent à l’initiative de la ville de Belfast qui créa, aux États-Unis, un réseau d’hommes d’affaires haut placés, originaires de l’île.

8Certains millionnaires irlando-américains jouèrent un rôle central durant les négociations secrètes qui menèrent au cessez-le-feu de l’IRA, en 1994, et dans le processus de paix qui a suivi. On leur doit également la venue d’investissements, dans des domaines qui vont de la finance à la haute technologie, dont la province a un réel besoin pour développer son économie, son secteur privé en particulier, et, par extension, pour garantir le maintien de la paix. Ces investissements contribuent à renouveler et à élargir le tissu économique local. Tout comme cela avait été le cas de l’Irlande dans les années 1960, certaines entreprises dirigées par des Irlando-Américains, comme Citigroup, le New York Stock Exchange ou Cybersource, ont fait office de pionnières.

  • 2 À la suite des révélations sur les supposées opérations d’espionnage de l’IRA au sein de l’Assemblé (...)

9Au lendemain de la crise financière qui frappa plus durement l’Irlande que l’Irlande du Nord, l’exécutif nord-irlandais pensait pouvoir convaincre les investisseurs étrangers qu’elle était une destination plus attirante que sa voisine, au sud de la frontière. La perspective de pouvoir obtenir une plus grande marge de manœuvre en matière de fiscalité était aussi très encourageante. En outre, l’accord de Saint Andrews, conclu en octobre 2006, avait permis le rétablissement de l’Assemblée d’Irlande du Nord qui fonctionna de nouveau à partir de mai 2007, au terme de cinq années de suspension2.

10Cet afflux d’investissements étrangers a contribué à redynamiser l’économie locale. Ainsi ces dernières années ont-elles vu l’émergence d’un vivier très dynamique de petites entreprises innovantes spécialisées dans les nouvelles technologies. Il serait souhaitable que celles-ci puissent se développer en Irlande du Nord et servir de modèles à d’autres. Toutefois, on ne peut écarter l’éventualité que les plus prometteuses d’entre elles seront rachetées par des multinationales, comme cela est le cas au sud de la frontière.

11Par ailleurs, même si l’exécutif d’Irlande du Nord, suspendu le 26 janvier 2017, est de nouveau opérationnel depuis le 11 janvier 2020, la situation politique de la province reste instable. Or les investisseurs aiment la stabilité et apprécient de pouvoir établir des contacts avec les autorités à un haut niveau, comme cela est le cas au sud de la frontière, pour éventuellement pouvoir influencer les politiques économiques en leur faveur. Cela leur est difficile en Irlande du Nord dont l’Assemblée et l’exécutif ne disposent que de pouvoirs limités. Il est donc permis de penser que les magnats irlando-américains ont moins d’emprise sur les orientations économiques de l’Irlande du Nord.

  • 3 « A Border inside the UK Brings Northern Ireland Closer to the Republic », The Economist, 2 janvier (...)

12Même si, à l’heure actuelle, l’économie de la province dépend moins de la présence de multinationales étrangères que l’Irlande, des inquiétudes pèsent sur son avenir à long terme. La prédominance du secteur public dans l’économie locale l’a protégée des pires effets des crises économiques internationales, certes. Mais, nul ne peut aujourd’hui prévoir ce qu’il adviendra de l’économie nord-irlandaise au sein du Royaume-Uni dans la période qui suivra le Brexit. L’accord entre Londres et Bruxelles sur les modalités de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, intervenu en décembre 2020, autorise l’Irlande du Nord à rester dans l’union douanière en déplaçant la frontière en mer. Si cet arrangement permet d’éviter le rétablissement d’une frontière physique entre les deux Irlandes et ses possibles répercussions politiques, de nombreuses questions restent en suspens3.

 

13Au début de cet ouvrage, nous nous sommes interrogée sur la nature des rapports entre les magnats de la diaspora et les gouvernants irlandais, sur leurs motivations respectives et sur la façon dont Dublin est parvenu à s’assurer de leur soutien actif.

14Durant les décennies qui suivirent la partition, la sollicitude dont la diaspora avait fait preuve à l’égard de l’Irlande, faute d’attention, s’amenuisa. Néanmoins, la classe politique irlandaise ne perdit jamais de vue le marché énorme qu’elle représentait aux États-Unis. Certaines déclarations de dirigeants irlandais pourraient laisser penser que les populations de souche irlandaise résidant à l’étranger étaient considérées non pas tant comme des frères, des sœurs, des cousins que comme de potentiels acheteurs de lin irlandais, buveurs de whiskey ou des touristes qui avaient l’avantage de ne pas être tout à fait des étrangers. Ces personnes, pensait-on, pourraient se laisser convaincre d’acheter des produits irlandais pour peu que l’on suscite chez elles un peu de nostalgie pour « le pays » et un soupçon de mauvaise conscience.

15Pourtant, dans les années 1950, les populations de souche irlandaise résidant à l’étranger, aux dires des diplomates irlandais, ne semblaient plus vraiment s’intéresser à cette île lointaine que leurs ancêtres, ou eux-mêmes, avaient quittée. Toutefois, il n’avait pas échappé à certains de ces diplomates que l’attitude des Irlando-Américains pouvait changer s’ils y voyaient des avantages financiers ou si cela pouvait améliorer leur image au sein du groupe diasporique.

  • 4 Tjai M. Nielsen, Liesl Riddle, « Why Diasporas Invest in the Homeland : A Conceptual Model of Motiv (...)
  • 5 Ibid., p. 8-16.

16Ces impressions corroborent certaines des hypothèses émises par Tjai M. Nielsen et Liesl Riddle4, autrement dit, outre l’intérêt financier, le besoin de reconnaissance sociale au sein du groupe pourrait aussi expliquer, en partie, ce qui pousse les membres d’une diaspora à investir ou plus simplement à œuvrer pour le bien de leur terre d’origine. Cependant, on note dans le cas présent que l’obligation morale d’accomplir une « bonne action »5 pour le bien collectif, en achetant des produits irlandais par exemple, ne s’imposait pas naturellement à des communautés dont les liens avec l’Irlande s’étaient distendus au fil du temps. Aussi Lemass et Norton durent-ils s’employer activement à « réveiller les consciences » durant leurs voyages outre-Atlantique.

17Dans la seconde partie des années 1950, tant au nord qu’au sud de la frontière, les dirigeants cherchèrent à utiliser plus spécifiquement l’influence de l’élite entrepreneuriale de la diaspora nord-irlandaise, ou irlandaise, pour attirer des investissements dont les deux économies avaient un besoin urgent. Certains de ses membres répondirent à l’appel des autorités de Dublin qui surent les flatter, créer un groupe, et mettre en évidence à la fois l’intérêt financier et le prestige en matière d’image au sein de la communauté diasporique dont ils bénéficieraient s’ils investissaient en Irlande.

18Dans les travaux de Nielsen et Riddle, l’importance de l’action gouvernementale n’apparaît pas comme étant primordiale. Or, elle a été décisive dans le contexte irlandais. En revanche, il n’est pas évident que l’obligation morale, même si certaines de ces personnalités dans le discours se délectaient à rappeler combien elles étaient redevables envers l’Irlande, ait véritablement été un facteur déterminant durant cette période. Quoi qu’il en soit, chacun y trouva son compte.

 

19En revanche, la réaction viscérale de certains Irlando-Américains, à la vue des images violentes du conflit nord-irlandais, semble indiquer que leur conscience identitaire n’avait pas disparu, à la fin des années 1970. Dans les années 1990, le lobby irlandais aux États-Unis avait toujours beaucoup d’influence, puisqu’il réussit à convaincre le président Clinton d’intervenir pour qu’une solution au conflit nord-irlandais soit trouvée.

20La participation de certains membres éminents de la diaspora au processus de paix en Irlande du Nord et le succès de The Ireland Funds, qui peut s’enorgueillir d’être l’organisation caritative dont les grands noms de la diaspora irlandaise et nord-irlandaise se doivent de faire partie, pourraient laisser penser que les magnats d’origine irlandaise, en marge des affaires, ressentent une obligation morale envers la terre dont ils sont originaires. Dans ce registre, force est de constater qu’il est difficile de déterminer ce qui relève du sentiment d’obligation morale, de la satisfaction affective qui résulte d’avoir accompli une « bonne action », de la reconnaissance au sein du groupe ou plus prosaïquement du désir de paraître. Il faut bien reconnaître que l’American Ireland Fund a contribué à créer un cercle qui permet aux personnalités de la diaspora de se coaliser et d’afficher ce que chacun fait pour l’Irlande.

  • 6 Feargal Cochrane, « Mediating the Diaspora Space : Charting the Changing Nature of Irish-America in (...)

21Plus récemment, Dublin a créé le Global Irish Network, un réseau mondial, au sein duquel des hommes d’affaires très puissants installés aux quatre coins de la planète peuvent communiquer entre eux et avec Dublin, grâce aux nouvelles technologies de la communication. Afin de pouvoir continuer à utiliser « l’esprit diasporique », ou le sentiment d’obligation morale envers l’Irlande, au bénéfice de l’économie nationale, alors même que ces « nouveaux Irlandais » semblent moins prompts à s’installer de façon définitive à l’étranger6, les autorités irlandaises devront s’efforcer de l’entretenir et de le perpétuer.

  • 7 Adrian Rutherford, « Trump Administration to Abolish Special Envoy to Northern Ireland », Belfast T (...)

22Contrairement à ses prédécesseurs, Donald Trump n’a montré aucun intérêt pour l’Irlande au point de laisser vacant le poste d’ambassadeur des États-Unis en Irlande. Fin août 2017, l’administration Trump annonça sa décision de supprimer le poste d’envoyé spécial chargé des affaires économiques en Irlande du Nord7. Toutefois, l’espoir est permis car le nouveau président américain, Joe Biden, ne cache pas son affection pour l’Irlande, la terre de ses ancêtres, ce qui laisse présager un renforcement des liens entre les deux pays.

23Depuis quelques années, les autorités irlandaises, sans pour autant se détourner du marché américain, prennent de plus en plus au sérieux les débouchés économiques qui existent dans les pays émergents. Le Brexit est venu les conforter dans leur intention d’encourager activement les entreprises irlandaises à diversifier leurs marchés à l’export. Dublin a donc établi un réseau d’hommes d’affaires de souche irlandaise dans ces pays, devenus les nouveaux moteurs de la croissance mondiale. Cependant, il est encore trop tôt pour affirmer que cette volonté politique porte ses fruits et que les liens qui se sont noués avec ces personnes dans le monde entier peuvent compléter efficacement ceux que les autorités irlandaises entretiennent avec les hommes d’affaires irlando-américains.

24Quant à l’Irlande du Nord, elle reste tributaire des décisions prises à Londres. Toutefois, l’exécutif nord-irlandais devrait maintenant être en mesure d’aligner le taux d’imposition des sociétés en vigueur au nord de la frontière sur celui de la République d’Irlande, ce qui lui permettrait d’attirer de nouveaux investisseurs étrangers. Il y a fort à parier que certains magnats irlando-américains sauront saisir cette occasion pour y investir et faire un geste pour la province.

Notes

1 « KOF Indice de la mondialisation 2017 : les Pays-Bas sont les plus mondialisés », 20 avril 2017, communiqué de presse de KOF Centre de recherches conjoncturelles, en ligne : https://kof.ethz.ch/fr/news-et-manifestations/medias/communiques-de-presse/archives/2017/04/kof-indice-de-la-mondialisation-2017.html.

2 À la suite des révélations sur les supposées opérations d’espionnage de l’IRA au sein de l’Assemblée d’Irlande du Nord, celle-ci fut suspendue entre 2002 et 2007, période durant laquelle le système de gestion directe de la province par Londres fut rétabli.

3 « A Border inside the UK Brings Northern Ireland Closer to the Republic », The Economist, 2 janvier 2021.

4 Tjai M. Nielsen, Liesl Riddle, « Why Diasporas Invest in the Homeland : A Conceptual Model of Motivation », 2007, en ligne : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=987725.

5 Ibid., p. 8-16.

6 Feargal Cochrane, « Mediating the Diaspora Space : Charting the Changing Nature of Irish-America in an Age of Globalisation », Global Migration and Transnational Politics, George Mason University, Working Paper 2, 2008, p. 5, en ligne : https://www.gmu.edu/centers/globalstudies/publications/gmtpwp/gmtp_wp_2.pdf.

7 Adrian Rutherford, « Trump Administration to Abolish Special Envoy to Northern Ireland », Belfast Telegraph, 31 août 2017.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search