Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Quatrième partie. L’Irlande et l’élite entrepreneuriale de la diaspora : partenariat ou ingérence ?

Chapitre XIII

Une diaspora trop omniprésente ?

Texte intégral

  • 1 Charles Forelle, David Enrich, « Ireland’s Fate Tied to Doomed Banks », The Wall Street Journal, 10 (...)
  • 2 Morgan Kelly, « If You Thought that the Bank Bailout Was Bad, Wait until the Mortgage Defaults Hit (...)

1La contribution des hommes d’affaires de la diaspora dépasse aujourd’hui le cadre de l’investissement dans de jeunes pousses irlandaises et la création d’entreprises. Depuis la fin des années 2000, leur volonté d’influer sur la politique intérieure irlandaise n’a, en effet, cessé de croître. Alors que l’Irlande s’enfonçait dans la crise, la presse nationale et internationale tira à boulets rouges sur les dirigeants irlandais. Deux articles, en particulier, firent grand bruit. L’un mit en doute la solvabilité de l’économie irlandaise et fit la une du Wall Street Journal1, l’autre, signé de la main de l’économiste Morgan Kelly, parut dans The Irish Times2.

  • 3 Kate Hickey, « Diaspora Wants Answers on Ireland’s Collapse », 17 novembre 2010, en ligne : www.iri (...)

2Dans les jours qui suivirent, lors d’une réunion du GIN à laquelle participèrent des représentants du gouvernement irlandais et soixante Irlando-Américains très en vue, certains de ceux qui étaient chargés de redorer le blason du pays à l’étranger menacèrent de jeter l’éponge. Ils profitèrent de l’occasion qui leur était donnée pour crever l’abcès3 et crier haro sur les autorités irlandaises qui furent accusées de sous-estimer volontairement l’ampleur de la crise. Les propos d’un membre du GIN, financier de Wall Street (dont le nom n’est pas cité), montrent bien que les hommes d’affaires de la diaspora n’étaient pas dupes :

  • 4 « You have a huge credibility problem. We don’t believe you. When you predict rosy growth rates for (...)

Vous avez un énorme problème de crédibilité. Nous ne vous croyons pas. Quand vous prédisez un taux de croissance mirobolant pour les trois années à venir, nous savons que vous inventez ces chiffres. […] Alors soyez honnêtes avec nous4.

3Ils exprimèrent de nouveau leur courroux quand l’Irlande, le dos au mur, dut avoir recours au plan de sauvetage de l’Union européenne. Pour Denis P. Kelleher, président de Wall Street Access, les gouvernants irlandais devaient se ressaisir :

  • 5 « The Irish government needs to accept some real pain, cut out the idiotic socialist spending, the (...)

Le gouvernement irlandais doit accepter des mesures douloureuses, diminuer les dépenses socialistes idiotes, les cadeaux trop généreux comme le salaire minimum et les crédits d’impôt aux institutions pour promouvoir le développement, ce qui a amené à la création de villes fantômes […]5.

4Avoir recours à l’élite entrepreneuriale de la diaspora a incontestablement ses avantages. Le revers de la médaille est que, dans la mesure où certains de ses membres collaborent avec les autorités irlandaises et œuvrent pour relever l’économie irlandaise, ils estiment avoir le droit de donner leur avis et donc de critiquer publiquement la politique gouvernementale. Les déclarations de Kelleher montrent bien qu’à leurs yeux le modèle économique irlandais n’est pas encore assez libéral. Pourtant, des hommes d’affaires de la diaspora sont omniprésents dans plusieurs secteurs clés de l’économie nationale, ce qui n’est pas sans conséquence sur ses orientations et sur les politiques gouvernementales.

L’influence de l’élite entrepreneuriale de la diaspora sur les politiques économiques de l’Irlande

  • 6 « This is a homecoming not only for me, but for many members of the ITLG delegation » (John Hartnet (...)

5Comme il a été dit précédemment, la contribution financière substantielle de Chuck Feeney a eu une importance primordiale pour le développement des établissements irlandais de l’enseignement supérieur, dont l’université de Limerick. Alors que cette source de financement s’est tarie, cet établissement continue de bénéficier des attentions de certains millionnaires irlando-américains par l’intermédiaire de la University of Limerick Foundation. Outre la présence de Feeney parmi les membres du conseil d’administration, on note celle de Loretta Brennan Glucksman, qui a pris la suite de feu son époux, Lewis L. Glucksman, philanthrope irlando-américain bien connu. Frank Ryan, qui est membre de l’ITLG fait aussi partie des directeurs de la fondation. John Hartnett, quant à lui, en est l’un des directeurs émérites. Natif de Limerick, ce dernier déclara lors d’une conférence organisée par le réseau dans cette ville, en 2014 : « C’est un retour aux sources non seulement pour moi, mais aussi pour beaucoup d’autres membres de l’ITLG »6.

6Depuis quelques années, le réseau s’est employé à renforcer les liens entre Limerick, la région de Shannon et la Silicon Valley. En 2010, il organisa la venue d’un groupe d’hommes d’affaires de la Silicon Valley dans cette région de l’Irlande. L’université de Galway et Shannon Development, l’agence chargée du développement économique de cette région, furent aussi partenaires de cette initiative. Une série de conférences et de rencontres avec des entrepreneurs fut organisée. À cette occasion, un programme de mentorat, le Silicon Valley Mentorship Programme, fut inauguré à l’université de Limerick dans l’optique de développer l’esprit d’entreprise dans le système éducatif irlandais, un objectif fixé par les participants au GIEF 2009. L’ITLG, en collaboration avec la Silicon Valley Bank, a lancé cette initiative dans l’objectif de former la prochaine génération d’entrepreneurs irlandais. Pour ce faire, des étudiants suivent un stage dans une entreprise de la Silicon Valley et bénéficient de conseils de grands chefs d’entreprise.

  • 7 John Kennedy, « How the Irish Can Become the Giants of Silicon Valley », 1er juillet 2011, en ligne (...)
  • 8 John Kennedy, « ITLG Brings Kauffman Entrepreneurship Programme to LIT », 5 octobre 2012, en ligne  (...)

7En 2011, Hartnett inaugura le Hartnett Enterprise Acceleration Centre au Limerick Institute of Technology (LIT). Cet incubateur est une sorte d’antichambre de l’Innovation Centre de la Silicon Valley, pour les jeunes pousses irlandaises7. En 2012, l’ITLG collabora avec la prestigieuse Kauffman Foundation pour développer des formations sur l’entrepreneuriat destinées aux jeunes pousses irlandaises toujours au sein du LIT8.

  • 9 « Limerick Signs Memorandum of Understanding with ITLG », Business & Finance, 28 janvier 2014 ; Lim (...)

8Enfin, en janvier 2014, l’ITLG organisait son forum annuel à Limerick, manifestation inaugurée par Michael D. Higgins, le président de la République d’Irlande. Elle offrit la possibilité à des entrepreneurs irlandais d’entrer en contact avec de hauts responsables de Dell, Disney, Intel, AOL et Google. Lors de cette manifestation, l’ITLG, le Limerick City and County Council, le LIT, l’université de Limerick, l’aéroport de Shannon, la chambre de commerce de Limerick signèrent un protocole d’entente. La formalisation de ces liens entre la Silicon Valley et Limerick et sa région devrait permettre de favoriser l’échange d’idées et la collaboration dans le domaine de l’éducation, de l’innovation, de la technologie et de l’entrepreneuriat et de promouvoir les échanges commerciaux, l’investissement, la création d’emplois. Dans le cadre de cet accord, Limerick et Santa Clara (Calif.) signèrent également un protocole d’entente, résultat du travail accompli par Hartnett qui œuvra pendant sept ans au rapprochement entre les deux villes9.

9Tout cela est évidemment tout à fait positif pour Limerick qui peut se féliciter d’avoir des appuis influents dans les milieux d’affaires aux États-Unis. Néanmoins, on peut s’étonner que le choix de cette ville ait été fait en marge de la politique gouvernementale en matière de développement régional. Et se demander si d’autres villes d’Irlande n’auraient pas plus besoin de ce genre de promotion que Limerick.

  • 10 Karlin Lillington, « Direct Silicon Valley Route Vital for Irish Business », The Irish Times, 10 se (...)

10Dans le domaine des transports, l’influence de certaines figures de la diaspora a été décisive. La liaison directe entre Dublin et la Silicon Valley, assurée par Aer Lingus, fut supprimée en 2009, victime collatérale de la crise qui toucha le pays. Hartnett fit partie du groupe qui se battit pour sa réouverture10. On peut aisément imaginer la satisfaction de ce dernier, qui fut nommé membre du conseil d’administration d’Aer Lingus en janvier 2014, quand la compagnie annonça le rétablissement de la liaison directe entre les deux villes à partir d’avril 2014.

  • 11 Ryanair et d’autres compagnies aériennes à bas coût, qui assurent des liaisons entre l’île et diffé (...)
  • 12 En 2013, deux cent quarante mille passagers ont emprunté cette ligne (« How Dubai Is Helping Irelan (...)

11L’Irlande est d’ailleurs devenue globalement beaucoup plus accessible par voie aérienne en quelques années11. Etihad n’y est pas étrangère. Alors dirigée par James Hogan, un Australien d’origine irlandaise, la compagnie aérienne se mit à assurer des liaisons entre Dublin et Abu Dhabi à partir de 2007, une liaison dont le potentiel commercial ne semblait pas évident. Contre toute attente, en 2013, elle figurait parmi les dix liaisons les plus fréquentées de la compagnie12.

  • 13 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, Programme For Government 2011-2016(...)
  • 14 « How Dubai Is Helping Ireland’s Economic Push ».

12L’une des promesses du programme commun élaboré par la coalition Fine Gael-Labour au lendemain des élections législatives de 201113 était de supprimer la taxe sur les billets d’avion instaurée en 2009 par l’administration Fianna Fáil à condition que les compagnies aériennes acceptent de rouvrir les liaisons qui avaient été supprimées. Les négociations aboutirent et le gouvernement irlandais annonça que la taxe serait abolie à partir d’avril 2014. Dès janvier 2014, Etihad fit savoir à son tour qu’elle multipliait par deux le nombre de ses vols entre Dublin et Abu Dhabi. À partir de juillet de la même année, la compagnie proposa vingt vols par semaine, ce qui représentait presque neuf mille places et huit cents correspondances avec quarante-cinq destinations au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie. Il devint alors possible de voyager de Dublin à Pékin, Singapour, Sydney, Tokyo, Kuala Lumpur, etc., en ne faisant qu’une seule escale14. Cependant, Hogan a quitté la tête de la compagnie en 2017. Etihad a depuis réduit le nombre hebdomadaire de ses vols entre Dublin et Abu Dhabi à quatorze, nombre qui devait encore baisser dans les années suivantes.

  • 15 Anne Groutel, « Irish Exporting Companies : Looking East, Looking South but Still Going West », in (...)
  • 16 Teddy Murphy, « Business Lessons from the Gulf », Irish Examiner, 26 mars 2016.

13Ces nouvelles liaisons sont, de toute évidence, un énorme atout pour l’économie irlandaise. En premier lieu, elles peuvent aider à promouvoir le tourisme d’agrément en provenance de pays émergents, marché à fort potentiel. En outre, elles sont de nature à faciliter le tourisme d’affaires et les échanges commerciaux vers ces pays, un objectif que s’est fixé le gouvernement irlandais15. Cependant, de grosses incertitudes liées à la crise sanitaire due au Covid-19 pèsent actuellement sur l’avenir de ce secteur. Les exportations irlandaises de biens et services vers les pays arabes sont toutefois en pleine expansion. De quatre milliards d’euros en 2014, elles étaient passées à 5,3 milliards en 2015, année où Dublin organisa le premier forum d’affaires destiné à promouvoir les relations entre l’Irlande et les pays arabes16.

14Il faut également noter que la compagnie Etihad s’est engagée à promouvoir la culture, le sport, l’art irlandais. L’industrie cinématographique nationale en a bénéficié, notamment par le biais de la diffusion de films irlandais à bord des avions de la compagnie. Cette dernière sponsorise également des expositions de peinture, le championnat de hurling de la GAA et a investi dans une attraction touristique, l’Etihad Airways Skyline, un immeuble de quatorze étages situé à Croke Park, au sommet duquel le visiteur a une vue panoramique de la capitale irlandaise.

  • 17 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Finances, Report of the Special Group on Pub (...)
  • 18 Ibid., vol. I, p. 33-34.

15L’influence de grands noms de la diaspora sur les orientations économiques du pays doit aussi être considérée à l’aune de ce que préconisait, en 2009, le rapport du Special Group on Public Service Numbers and Expenditure Programmes17, un groupe chargé d’étudier dans quels domaines il était nécessaire de réduire le budget de l’État, au lendemain de la crise financière de 2007-2008. Le rapport fut sans concession et proposa des restrictions budgétaires à hauteur de 5,3 milliards d’euros. Quasiment tous les ministères et administrations devaient faire les frais de ces coupes sombres, mais certaines mesures proposées étaient plus draconiennes que d’autres. Ainsi l’existence du ministère des Arts, du Sport et du Tourisme était-elle menacée car ses fonctions pouvaient être facilement transférées vers d’autres ministères. Le Conseil des arts (Arts Council) et d’autres programmes culturels, le Conseil du film irlandais (Irish Film Board), l’agence en charge du tourisme (Fáilte Ireland) ou bien encore le Conseil des sports (Sports Council) étaient condamnés à subir des baisses de budget importantes ou, dans certains cas, à disparaître18.

  • 19 Ibid., vol. I, p. 14-15.
  • 20 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, The National Recovery Plan 2011-20 (...)
  • 21 Ibid., p. 42-44.

16Or, l’importance de ces secteurs pour l’économie irlandaise fut mise en avant par les hommes d’affaires de la diaspora lors du GIEF 2009. De fait, si le gouvernement irlandais présenta effectivement une liste de restrictions budgétaires drastiques qui prévoyaient presque sept milliards d’économie en trois ans, il ne suivit pas à la lettre les recommandations du rapport du Special Group on Public Service Numbers and Expenditure Programmes. Ainsi le ministère des Arts, du Sport et du Tourisme fut-il épargné. Le gouvernement alla également contre l’avis du Special Group, qui avait émis des réserves quant au retour sur investissement des fonds alloués à la science, à la technologie et à l’innovation. Le rapport avait préconisé des rationalisations et la réorganisation de l’attribution de ces fonds qui devaient être amputés de 15 %, soit cent millions d’euros19. Le National Recovery Plan 2011-201420 réaffirma la primauté de ces secteurs pour faire de l’Irlande un centre mondial de l’innovation et la volonté des autorités de concentrer les fonds attribués à la recherche dans les domaines où l’Irlande pouvait espérer le meilleur retour sur investissement, dont l’« économie verte »21, un autre thème fort du GIEF 2009. L’importance du secteur agroalimentaire, considéré comme étant un secteur d’avenir, fut aussi soulignée. De fait, le budget du ministère de l’Agriculture fut moins touché par les coupes budgétaires que prévu.

  • 22 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Finances, Report of the Special Group…, vol. (...)
  • 23 L’Expenditure Review Committee établi en 1987 par le gouvernement irlandais pour examiner les moyen (...)

17En revanche, le ministère de la Protection sociale, celui de la Santé et des Enfants, de la Défense, ou bien encore celui de la Justice furent mis à contribution et durent se serrer la ceinture au-delà de ce que prévoyait le Special Group22. Rien ne permet d’affirmer que les personnalités influentes de la diaspora firent pression personnellement pour infléchir les décisions du gouvernement afin qu’elles aillent dans le sens du GIEF 2009. Il n’en demeure pas moins que certaines recommandations d’« An Bord Snip Nua »23 furent battues en brèche.

18Il semble donc que le début des années 2010 ait marqué un tournant dans les rapports entre les autorités irlandaises et l’élite entrepreneuriale de la diaspora dont l’influence sur les politiques économiques et l’économie elle-même est visiblement en train de s’accroître. Certains de ses membres, comme John Hartnett, sont si engagés dans la vie économique du pays qu’ils en deviennent des acteurs incontournables. Outre sa participation à de nombreux conseils d’administration, il préside le conseil consultatif du projet Inspiring Ireland. Créée en 2014, Inspiring Ireland est une initiative qui a pour but de promouvoir le patrimoine culturel irlandais par le biais d’Internet. La mission du conseil consultatif est de participer à la levée de fonds pour le financement du projet et de contribuer à faire connaître celui-ci auprès de la diaspora irlandaise. Il doit aussi aider à piloter cette initiative24.

  • 25 John Kerry, « US State Department, Secretary of State, John Kerry on American Ireland Fund and Hono (...)

19Hartnett fait aussi partie du Global Irish Network Advisory Group, le petit groupe de personnalités importantes de la diaspora qui fait le lien entre le GIN et le gouvernement irlandais. Il est aussi très actif dans le cadre de l’American Ireland Fund, des efforts auxquels John Kerry, alors secrétaire d’État des États-Unis, rendit hommage, en mars 201425. Hartnett était d’ailleurs très proche de l’administration Obama et a collaboré avec Hillary Clinton, quand celle-ci était secrétaire d’État, en tant que membre du Northern Ireland Working Committee entre 2009 et 2011. Plus récemment il a été nommé à la tête de la Global Diaspora Innovation Initiative, projet mené en commun par le département d’État américain et le Royaume-Uni. L’objectif est de renforcer la collaboration multilatérale entre établissements universitaires dans la recherche scientifique de pointe.

  • 26 John Collins, « More Expats Agree to Sit on State Boards », The Irish Times, 17 octobre 2011 ; « Bo (...)
  • 27 Breda Gray, « Towards the Neo-Institutionalization of Irish State-Diaspora Relations in the Twenty- (...)
  • 28 Elle s’appuya sur une étude menée entre le 20 février et le 9 mars 2012, auprès de quarante-cinq de (...)
  • 29 Caroline Madden, « Institute of Directors Says Appointing Diaspora to State Boards a Flawed Idea », (...)
  • 30 Eoin Reynolds, « Plan for Diaspora Seats on State Boards May Be Shelved », The Irish Times, 10 avri (...)

20Hartnett est également parmi les personnalités qui furent à l’origine du projet Diaspora 2016. Lors du GIEF 2011, il fut proposé de réunir une centaine d’hommes d’affaires de la diaspora qui offriraient leurs services, à titre gracieux, au gouvernement irlandais. Certains étaient déjà disposés à siéger pour une période de trois ans au sein des « conseils » (state boards) relevant, tout ou en partie, de l’autorité de l’État26. Cette perspective fut loin de soulever l’enthousiasme en Irlande27. Maura Quinn, directrice de l’Institute of Directors (Irl.), afficha publiquement son opposition à cette offre28 arguant qu’il était essentiel que les compétences priment plutôt que l’appartenance à la diaspora. En outre, même si les nouvelles technologies de la communication permettaient de tenir des réunions à distance, rien ne pouvait remplacer la présence physique. Par ailleurs, demander l’aide de personnes extérieures lancerait un signal négatif, puisque cela projetterait l’image d’une Irlande où les compétences managériales font défaut et qui n’a pas confiance en elle-même. Il y avait dans le pays des personnes tout à fait capables de siéger dans les state boards et à qui les autorités ne s’étaient même pas adressées. Certes, les hommes d’affaires de la diaspora pourraient jouer un rôle de conseiller et ce de façon informelle, mais cela ne devait pas aller plus loin29. Le gouvernement irlandais, lui aussi, réserva un accueil très tiède à cette proposition, à tel point que, quelques jours après la publication du courrier de Maura Quinn, l’ITLG envisagea de retirer son offre30.

  • 31 Tom Farrell, « Appointing Diaspora to State Boards », The Irish Times, 12 avril 2012.

21La réaction de certains hommes d’affaires de la diaspora, froissés par cette rebuffade, ne se fit pas attendre. Tom Farrell, vice-président de Middle East Nokia Corporation, répondit à Maura Quinn dans une lettre qui fut publiée dans The Irish Times31. Il s’attela à démontrer, point par point, la faiblesse des arguments de la directrice de l’Institute of Directors et conclut par ces propos provocateurs :

  • 32 Farrell reprend ici le terme « optics » employé par Maura Quinn.
  • 33 « Finally, it is disturbing to read that “the institute does not accept that seeking fresh overseas (...)

Enfin, il est inquiétant de lire que « l’Institut ne pense pas que rechercher de nouveaux talents ayant une expérience à l’international soit nécessaire ou même à recommander ». Je suggère que l’Institute of Directors réfléchisse à « l’impact »32 que cette déclaration pourrait avoir à l’étranger auprès de clients, de partenaires et de ceux qui investissent dans des entreprises irlandaises qui cherchent à se développer à l’international33.

  • 34 Tom McEnery, « Sincere Offer of Help as Irish Abroad Watch Ireland Suffer », The Irish Times, 23 av (...)
  • 35 « He was a sound employee but a troubled man » (ibid.).
  • 36 « […] he was forced to flee his home never again contributing to her progress. He was one of the mi (...)
  • 37 « Many of us in the Irish diaspora value the land of our grandparents and mourn her recent difficul (...)

22Tom McEnery, homme d’affaires et ancien maire de San José, répondit également à Maura Quinn. Sa longue lettre à The Irish Times34 fournit un excellent exemple du recours au registre de l’émotion dans le discours, registre abondamment utilisé par les gouvernants irlandais, mais repris ici par un Irlando-Américain. Il commence son courrier en évoquant le souvenir d’un vieil homme du nom de Michael McDonnell qui travaillait pour son père dans la Silicon Valley. McDonnell était « un employé compétent, mais un homme tourmenté »35. Jeune homme, il avait combattu aux côtés de Michael Collins et avait été contraint de fuir son Irlande natale « sans pouvoir jamais contribuer à son évolution. Il est l’une des millions de personnes qui n’ont pu donner le meilleur d’elles-mêmes pour l’Irlande »36. Le rejet de l’offre des chefs d’entreprise de la diaspora avait fait resurgir en lui le souvenir de ce vieil homme, affirma-t-il, car « beaucoup d’entre nous, les membres de la diaspora, chérissons la terre de nos grands-parents et déplorons les difficultés qu’elle rencontre »37.

23Cependant, le ton parfois larmoyant se fait tour à tour paternaliste ou incisif. En effet, McEnery n’épargne pas les autorités irlandaises dont il dénonce la façon de gouverner et à qui il reproche d’avoir la mémoire courte et d’oublier l’aide précieuse que les hommes d’affaires de la diaspora ont apportée à l’Irlande :

  • 38 « After years of politicians and bureaucrats catering to their own selfish agendas and thoughtless (...)

Après avoir vécu des années durant lesquelles les politiques et les bureaucrates se sont d’abord préoccupés de leur intérêt personnel et ont mis en œuvre des politiques irréfléchies, l’Irlande souffre. Je me souviens d’un autre temps. J’étais présent lors d’événements grisants comme la révolution Intel et le début du projet Apple. J’étais là quand San José mit gratuitement des bureaux à disposition de l’IDA, afin qu’elle puisse vanter les mérites de l’Irlande à travers la Silicon Valley. Une telle aide n’explique pas [à elle seule] le succès du secteur irlandais de la technologie, ce sont l’énergie et l’esprit d’entreprise irlandais qui l’ont rendu possible, mais elle lui a certainement donné une puissante impulsion38.

24Il rappela également que les entreprises irlandaises bénéficiaient largement des services de l’ITLG. Mais, le projet de certains membres de la diaspora va bien plus loin. Ils veulent faire « évoluer » l’Irlande car, selon McEnery :

  • 39 « Now it is no longer Saxon perfidy that bedevils that island, no longer the old enemies of Collins (...)

Aujourd’hui ce n’est plus la perfidie saxonne qui mine cette île, ce ne sont plus les vieux ennemis de Collins et de sa génération, mais une peur paralysante du changement. […] Nous voulons seulement aider avec les compétences que nous pensons pouvoir être mises à profit pour résoudre le dilemme économique et politique actuel39.

25Au vu du manque d’empressement du gouvernement irlandais à accepter la proposition, il est probable que celui-ci ait considéré qu’il fallait éviter que des magnats de la diaspora ne s’immiscent trop dans les affaires de l’État. En effet, les propos de McEnery ne laissent pas de place au doute, l’intention de certains d’entre eux est bien de faire bouger les lignes et d’insuffler des réformes :

  • 40 « In the area of political reform, changes such as term limits in the Dáil and revolving-door restr (...)

Dans le domaine des réformes politiques, des changements tels que la limitation du mandat des parlementaires, l’encadrement des relations que peuvent entretenir les agents de l’État, qu’ils soient élus ou nommés, avec le secteur privé et la transparence du financement des partis politiques ont déjà été suggérés par moi-même et d’autres. […] Que nos idées en matière de politique et d’économie soient examinées de près et discutées et non pas écartées de façon cavalière40.

26Même si certaines réformes constitutionnelles et la moralisation de la vie politique en Irlande figuraient parmi les principaux thèmes de campagne du Fine Gael aux élections de 2011, y associer des membres de la diaspora n’entrait pas, semble-t-il, dans les intentions des dirigeants du parti quand ils accédèrent au pouvoir.

Une volonté de moralisation de la politique irlandaise

  • 41 Selon The Irish Times, Feeney contribuait au fonctionnement du centre à hauteur de 800 000 euros pa (...)
  • 42 Carol Coulter, « Flood to Chair New Body on Public Standards », The Irish Times, 1er février 2005.
  • 43 Cette organisation, à but non lucratif, créée en 1989, est située à Washington. Elle est composée d (...)
  • 44 Paul Cullen, « Watching the Watchdog », The Irish Times, 10 décembre 2005.

27Certains membres éminents de la diaspora ont, dans le passé, tenté d’étendre leur influence au-delà de la sphère économique. Ce fut le cas de Chuck Feeney dont la fondation, Atlantic Philanthropies, apporta un généreux soutien financier41 au Centre for Public Inquiry, créé en janvier 2005. Cette organisation était présidée par Fergus Flood, juge de la haute cour à la retraite, connu pour avoir présidé un tribunal d’enquête, à la fin des années 1990, sur les allégations de corruption de certains hommes politiques irlandais. Ce centre s’était donné pour mission d’assainir la vie politique irlandaise en enquêtant sur de possibles cas de corruption dans le secteur public et privé42 sur le modèle du Centre for Public Integrity aux États-Unis43. Ses membres espéraient travailler en collaboration avec les médias et les organisations de défense des droits de l’homme. Ce centre avait également l’intention de promouvoir des mesures de protection pour les lanceurs d’alerte. Frank Connolly, journaliste d’investigation bien connu en Irlande pour avoir révélé plusieurs scandales de corruption, devait prendre les rênes de l’organisation44.

  • 45 Martin Wall, « The Private Investigator ».

28L’arrivée de ce centre ne fut évidemment pas du goût de tous et les milieux politiques irlandais étaient sur le qui-vive. Jim Minihan, des Progressive Democrats, s’interrogea sur la nécessité d’un centre, financé par fonds privés, dont l’action dupliquerait celle des institutions et des agences de l’État. La présidente du Sénat, Mary O’Rourke, ainsi que d’autres hommes politiques affichèrent leur méfiance à l’égard de cette organisation45. Quelles étaient ses motivations ? Ce centre n’allait-il pas devenir un tribunal privé ? Un tribunal, financé par des fonds venus de l’étranger, qui n’aurait pas de comptes à rendre aux pouvoirs publics et qui déciderait lui-même des questions sur lesquelles il se pencherait, qui publierait régulièrement des rapports afin d’informer le public de ses conclusions. Qui veillerait à ce que les personnes mises en cause ne soient pas victimes de diffamation ? Feeney répondit que les fonds provenaient de la vente de ses biens immobiliers situés en Irlande. Les membres du centre firent également valoir que l’Irlande était l’un des seuls pays d’Europe à ne pas avoir ce genre d’organisme de surveillance indépendant.

29Plus surprenant peut-être, cette organisation ne fit pas l’unanimité dans le monde journalistique. Ainsi John Waters, journaliste à The Irish Times, écrivit-il :

  • 46 « As a matter of fact, I would welcome the closure of the Centre for Public Inquiry. The idea of a (...)

En fait, je me réjouirais de la fermeture du Centre for Public Inquiry. Je trouve l’idée qu’un « philanthrope » étranger mette son nez et ses dollars dans les affaires d’une nation souveraine, comme l’a fait Chuck Feeney en finançant le centre, tout à fait malsaine46.

  • 47 Aux dires de McDowell, Connolly se serait rendu en Colombie au mois d’avril 2001 avec de faux papie (...)
  • 48 Paul Cullen, « Watching the Watchdog ».
  • 49 Paul Anderson, « Feeney Withdraws Funding from Centre for Public Enquiry », The Irish Times, 7 déce (...)
  • 50 Liam Reid, « Centre for Public Enquiry Has Ceased Its Work ».
  • 51 Paul Cullen, « Watching the Watchdog ».

30Quoi qu’il en soit, ce centre fut rapidement mis « hors d’état de nuire ». Au mois de décembre 2005, le ministre de la Justice, Michael McDowell, révéla les soupçons qui pesaient sur Frank Connolly, connu pour être un fervent républicain47, dans une affaire dans laquelle son frère avait été impliqué quelques années auparavant. Après avoir été interrogé à l’époque par la police irlandaise, Connolly avait été mis hors de cause48. Cette affaire resurgit à point nommé. Connolly eut beau tout nier en bloc et dénoncer une chasse aux sorcières qui était, selon lui, destinée à salir sa réputation et indirectement celle du Centre for Public Inquiry, ces accusations furent suffisantes pour laisser planer le doute. La décision que prit Feeney de suspendre sa participation au financement du centre tant que Connolly serait directeur ne se fit pas attendre49. De fait, quelques semaines plus tard le juge Flood annonça sa fermeture au terme d’un peu plus d’un an d’existence et la publication de deux rapports50. Selon Paul Cullen, de The Irish Times, ce ne sont pas tant ces deux rapports, somme toute « inoffensifs », que la menace potentielle que représentait cette organisation en période préélectorale51 qui faisait trembler les milieux politiques irlandais.

31Un groupe de personnalités du monde universitaire et associatif prit la défense de l’organisation au nom du droit des citoyens à être informés et dénonça la cabale contre Connolly. Dans une lettre publiée dans The Irish Times, ils s’adressèrent directement à la Tánaiste, Mary Harney :

  • 52 « Her misgivings about the source of funding do not extend apparently to Mr Feeney’s gifting an est (...)

Ses appréhensions à propos de la source de financement [du centre] ne semblent apparemment pas concerner l’argent dont M. Feeney a fait don aux universités irlandaises durant deux décennies, cadeau estimé à 600 millions d’euros, ni les dons des multinationales aux partis politiques qui sont au gouvernement52.

32Force est, en effet, de constater que la contribution d’hommes d’affaires irlando-américains dans le domaine économique n’a jamais posé problème aux dirigeants irlandais qui ont également accepté de laisser certains d’entre eux avoir une certaine influence sur la politique économique du pays. L’initiative de Feeney était cependant d’une tout autre nature et menaçait de franchir une ligne rouge, ce qui était inacceptable aux yeux de certains.

33L’Irlande a en sa diaspora une ressource inestimable, ses dirigeants l’ont bien compris. Néanmoins, si les hommes d’affaires irlando-américains haut placés ont la capacité d’aider le pays à sortir de la crise, ils ne sont pas facilement manipulables. Ils firent clairement comprendre qu’ils n’étaient pas disposés à risquer leur réputation en se portant garants d’un système dont l’intégrité était mise en doute.

34Durant le premier GIEF, certains participants ne se privèrent pas de pointer la responsabilité des gouvernements Fianna Fáil successifs dans la crise financière qui touchait l’Irlande :

  • 53 « It was noted that some elements of the crisis appeared to be home-grown due to an inadequate fina (...)

Il a été noté que certains des facteurs [à l’origine de] la crise semblaient être internes et découler d’un système de réglementation financière inadéquat et de ce qui est perçu comme de la complaisance face à certains problèmes. […] un autre point négatif qui a été relevé est l’impression que l’on ressent dans certains milieux que les normes éthiques ne sont pas à la hauteur [de ce que l’on pourrait attendre] dans la fonction publique et dans le secteur bancaire53.

  • 54 Ibid., p. 27.

35Les hommes d’affaires de la diaspora appelèrent donc implicitement les autorités à remédier au problème, car s’ils étaient disposés à prêter assistance aux dirigeants irlandais, ils tenaient à ce que leurs remarques et suggestions soient suivies d’effet54.

  • 55 « The bankers were crooks, they gamed the system […]. They got away with it for too long – where wa (...)

36Denis P. Kelleher se montra plus direct encore : « Les banquiers étaient des escrocs, ils ont détourné le système […]. Ils s’en sont tirés pendant trop longtemps – et la supervision, où était-elle dans tout cela ? »55. Quand à Mike Hemingway, une autre personnalité en vue de la diaspora, il conseilla au gouvernement Cowen de démissionner. De fait, ce dernier convoqua des élections législatives anticipées, en février 2011, à l’issue desquelles il dut laisser place à l’opposition.

  • 56 Anne Groutel, « Une nouvelle gouvernance : une condition nécessaire à la reprise économique en Irla (...)

37Le programme commun de la coalition Fine Gael-Labour qui prit les rênes du pouvoir, en mars 2011, envisageait la création d’une « convention constitutionnelle » qui serait chargée de discuter de possibles changements en matière de gouvernance. D’ailleurs, l’un des principaux thèmes de la campagne du Fine Gael avait été la nécessité de réformer le système politique irlandais56.

  • 57 Mary Minihan, « Chuck Feeney Charity Funds Citizens’ Assembly Idea », The Irish Times, 13 avril 201 (...)
  • 58 Fintan O’Toole, « How Hopes Raised by the Constitutional Convention Were Dashed », The Irish Times, (...)

38Feeney récidiva au lendemain de ces élections, mais il opta pour une initiative moins polémique. Il apporta un soutien financier, par l’intermédiaire d’Atlantic Philanthropies, à We the Citizens, une organisation dont l’objectif est de faire pression sur les autorités irlandaises afin qu’elles tiennent leurs promesses57. Cet objectif ne fut que partiellement atteint. En effet, la « convention constitutionnelle » vit bel et bien le jour, mais la montagne accoucha d’une souris58.

Quand une personnalité de la diaspora brigue la présidence de la République

  • 59 Harry McGee, « Cox Seeks to Join FG and Run as Party Presidential Candidate », The Irish Times, 6 j (...)
  • 60 Niall O’Dowd, « Why I May Run for Irish President Because It Is Time for the Irish Abroad to Speak (...)
  • 61 O’Dowd et Feeney sont de vieilles connaissances, puisqu’ils firent partie du groupe qui participa a (...)

39Alors que Feeney agit en coulisse dans le but de changer la gouvernance politique en Irlande, l’écrivain et journaliste Niall O’Dowd chercha à jouer un rôle plus direct sur la scène politique du pays. Le 6 juin 2011, les lecteurs de The Irish Times59 apprirent que, d’après une source proche du journaliste et homme d’affaires, celui-ci envisageait de se présenter aux élections présidentielles qui seraient organisées en Irlande au mois d’octobre 2011. Selon le quotidien, lors de la visite de Barack Obama en Irlande, quelques semaines auparavant, il avait été approché par un groupe d’hommes politiques irlandais et irlando-américains, de différentes tendances politiques, qui l’auraient vivement encouragé à se présenter. O’Dowd confirma l’information quelques jours plus tard60, mais il refusa de dévoiler les noms des personnes en question61. Il rapporta les arguments qui lui furent présentés dans les termes suivants :

  • 62 « These people laid out a compelling case. I said I would consider their request. They sketched out (...)

Ces personnes ont présenté des arguments extrêmement convaincants. Je leur ai dit que j’allais réfléchir à leur demande. Elles ont abordé dans les grandes lignes l’importance du rôle de président, de la création d’emplois, des États-Unis et de comment le président pourrait être un président-homme d’affaires. Les États-Unis, voilà où l’Irlande doit être. Cette génération a été spoliée de son avenir […]. Ils voient que la Diaspora, en matière de tourisme et d’investissements étrangers, joue un rôle très important pour l’avenir de l’Irlande. Ils ont le sentiment que l’ancienne équipe dirigeante a conduit le pays à sa perte et qu’aujourd’hui la solution se trouve plutôt à Boston qu’à Berlin. Je suis entièrement d’accord62.

  • 63 « The time for lip service to that Diaspora is over. It is time to make that voice for 40 million I (...)
  • 64 Walter Ellis est un ancien correspondant diplomatique de The Irish Times à Bruxelles et Paris.

40On peut s’interroger sur la stratégie d’O’Dowd qui, plutôt que de faire acte de candidature en son nom propre, s’afficha plutôt comme le représentant d’un groupe de personnalités importantes, dont il tut le nom. En outre, il exprima sa ferme intention d’être le porte-parole de la diaspora irlandaise et de faire en sorte que celle-ci soit entendue : « Le temps des paroles en l’air est révolu. L’heure de faire entendre haut et clair la voix de quarante millions d’Irlando-Américains est venue […] »63. Les critiques ne tardèrent pas à fuser dans la presse irlandaise. Walter Ellis64 se montra particulièrement mordant. Il nota, en premier lieu, qu’O’Dowd était le premier candidat à la fonction de président à considérer l’Irlande comme une « marque » et non comme une nation. En second lieu, il lui reprocha d’être nostalgique d’une époque révolue, d’être déconnecté de l’Irlande actuelle et de continuer à véhiculer auprès de la communauté irlando-américaine des valeurs ou des opinions qui ne trouvaient plus vraiment d’écho dans le pays aujourd’hui. Mais, à travers sa critique d’O’Dowd, Ellis exprima également ouvertement son mépris pour les Irlando-Américains en général :

  • 65 Thomas Phillip O’Neill, Jr., dit Tip O’Neill (1912-1994) était un homme politique irlando-américain (...)
  • 66 « He laments the passing of the era dominated (in Irish eyes) by the Kennedys, Tip O’Neill and Dani (...)

Il déplore la fin d’une ère dominée (aux yeux des Irlandais) par les Kennedy, Tip O’Neill et Daniel Moynihan65 et s’agrippe à ceux qui aspirent à un peu d’irlandicité. […] la Saint Patrick est le temps fort de son année. […] À mon avis, il est devenu de façon irréversible un citoyen non seulement des États-Unis, auxquels il a bien sûr prêté allégeance, mais aussi un citoyen de ce monde mythique et parallèle connu de ses adeptes, aux yeux embués de larmes, sous le nom de Glocca Morra… je veux dire, l’Amérique irlandaise où le sang et les ancêtres sont plus importants que tout. Niall O’Dowd peut bien croire qu’avec son billet aller-retour pour New York en poche, il peut nous mener vers des lendemains qui chantent, mais il ne pourra pas convaincre les Irlandais66.

  • 67 Ibid.

41Il reprocha également à O’Dowd, qui ne cachait pas sa sympathie pour la cause républicaine, ses rapports un peu trop proches avec Gerry Adams67. O’Dowd a, en effet, contribué à ce que ce dernier obtienne un visa pour les États-Unis pendant les négociations du processus de paix, dans les années 1990. Selon Ellis, O’Dowd estime que le prix Nobel de la paix aurait dû être attribué à Adams.

  • 68 Ibid.

42Même si la question nord-irlandaise n’était pas définitivement réglée, au début des années 2010, les passions s’étaient apaisées et l’heure était à la normalisation des rapports politiques entre l’Irlande et le Royaume-Uni. Or, il n’échappa à personne, et surtout pas à Ellis, qu’O’Dowd continuait d’afficher son mépris pour les Britanniques et la famille royale, ce de façon peu subtile, voire grossière68.

  • 69 Bruce Morrison, « O’Dowd Can Tap Valuable Support of Irish Americans », The Irish Times, 23 juin 20 (...)
  • 70 Voir par exemple un article paru dans le Sunday Independent dont l’auteur estimait que l’anglophobi (...)

43Bruce Morrison, ancien membre du Congrès américain, répondit à Ellis dans The Irish Times69. Il fit l’éloge d’O’Dowd, son ami de vingt ans, et en profita pour rappeler la généreuse contribution de membres éminents de la diaspora au processus de paix et à l’économie irlandaise. Une Amérique irlandaise, sur laquelle l’Irlande pouvait compter en toute circonstance, contrairement à l’Europe, selon lui. Cependant, cela ne suffit pas à faire taire les critiques tant dans la presse70 que sur Internet comme en témoignent ces quelques morceaux choisis :

  • 71 « When I read Morrison’s article one would think that Mr O’Dowd is seeking to become primus inter p (...)

À la lecture de l’article de Morrison, on serait tenté de penser que M. O’Dowd cherche à devenir le primus inter pares d’une enclave et non le chef d’État d’une nation développée. […] la fonction requiert […] une personne dont la présence inspire le respect et l’admiration plutôt que le besoin de se justifier et le scepticisme. […] si M. Morrison avait présenté un aperçu riche et haut en couleur de la compétence et des talents de M. O’Dowd pour devenir chef d’État, plutôt que brossé le portrait d’un marchand d’influence dans une grande juridiction, les lecteurs seraient peut-être plus éclairés. Mais, il ne nous a rien laissé à quoi nous raccrocher. […] La fonction exige que le titulaire soit le président de la nation tout entière et pas seulement celui de certains segments de la population, que cela soit ici ou à l’étranger. Elle requiert un homme d’État, pas un représentant de commerce71.

44Alors même que Morrison et O’Dowd considéraient que l’expérience et les contacts dans le monde des affaires américain constituaient un atout majeur pour assurer la fonction de président de la République, force est de constater que cet argument joua contre lui en Irlande. La question de l’aptitude d’O’Dowd à devenir chef de l’État mise à part, la critique peut paraître inconvenante quand on sait que, depuis des décennies, les autorités irlandaises s’efforcent de tisser des réseaux d’influence outre-Atlantique, tant dans les milieux politiques que dans le monde des affaires, et combien l’économie irlandaise doit à ces « segments de la population à l’étranger ».

  • 72 Niall O’Dowd, « Why I Am Not Running for Irish President – A Tough Decision to Pull Out of Context  (...)
  • 73 « Niall O’Trump », 1er juillet 2011, en ligne : https://thebrokenelbow.com/2011/07/01/niall-otrump.
  • 74 Ce fut Martin McGuinness, l’un des anciens cadres de l’IRA, artisan du processus qui conduisit aux (...)

45Quoi qu’il en soit, O’Dowd abandonna la course à la présidentielle irlandaise moins d’un mois après y être entré. Il admit s’être rendu à l’évidence : mener une campagne de la sorte en candidat indépendant était un défi trop difficile à relever, tant du point de vue logistique que financier72. Peut-être O’Dowd avait-il caressé l’espoir que le Sinn Féin le parrainerait73 ? En tout état de cause, le choix du parti se porta sur une autre personnalité74.

  • 75 Niall O’Dowd, « Why the Irish Abroad Threaten the Status Quo », 11 juillet 2011, en ligne : http:// (...)
  • 76 Ancienne directrice de l’Emigrant Advice Network, Noreen Bowden a également été rédactrice en chef (...)
  • 77 « […] complex, deeply individual and often contradictory » (Noreen Bowden, « Emigrants Give Plenty (...)

46On peut s’interroger sur les raisons profondes de l’hostilité des médias vis-à-vis du candidat O’Dowd. Serait-elle tout simplement la manifestation du refus de voir « l’émigré » jouer un rôle sur la scène politique nationale, droit auquel il aurait implicitement renoncé en quittant l’Irlande ? Ce fut le sentiment exprimé a posteriori par O’Dowd, amer et blessé d’être considéré comme moins irlandais que les autres simplement parce qu’il avait quitté le pays. Pour lui, la diaspora effrayait, car elle menaçait de rompre le statu quo. Il dénonça l’attitude des dirigeants irlandais qui n’avaient jamais montré de signes tangibles de reconnaissance pour les services que la diaspora, ses hommes d’affaires tout du moins, avait rendus à l’Irlande. Ainsi nota-t-il l’absence de sénateur représentant les Irlandais de l’étranger, de ministre chargé de ces affaires et, bien sûr, le refus de leur accorder le droit de vote. Pour O’Dowd, si les autorités irlandaises reconnaissaient les droits de la diaspora cela reviendrait à admettre leur échec75. Noreen Bowden76 admet que les Irlandais ont une attitude « complexe, très personnelle et souvent contradictoire »77 à l’égard de l’émigration et partage l’amertume d’O’Dowd :

  • 78 « By now the idea of “harnessing the diaspora” is so widespread in Ireland that it makes the occasi (...)

Aujourd’hui « tirer parti de la diaspora » est devenu une pratique tellement courante que les rares protestations estudiantines contre « l’exode des cerveaux » nous paraissent étrangement démodées. La fuite des cerveaux, ça n’existe plus. Aujourd’hui on appelle cela la circulation des cerveaux. Cela repose sur le principe que les plus qualifiés de nos émigrés reviendront ou mettront leur expérience acquise à l’étranger au service de l’Irlande. […] Il ne semble pas y avoir de limite à ce que l’on demande à nos bons et loyaux fantassins à l’étranger. […] O’Dowd semblait prêt à accomplir son devoir de bon Irlandais à l’étranger dans le rôle de président, se faisant représentant de commerce pour le pays. […] L’article 2 de notre Constitution peut bien accorder le droit à O’Dowd d’être membre à part entière de la nation irlandaise, en tant que citoyen irlandais, mais ce n’est pas le cas du tribunal de l’opinion publique irlandaise. Une fois que vous êtes parti, votre argent, vos contacts et votre expérience professionnelle sont les bienvenus, mais pas votre présence dans le système politique78

  • 79 Voir également à ce sujet : Anne Groutel, « Engaging the Irish Diaspora in Ireland’s Economic Devel (...)

47Bowden met indirectement le doigt sur le problème auquel sont maintenant confrontés les gouvernants irlandais. En effet, dans les années 1990, ces derniers faisaient principalement appel à l’élite entrepreneuriale irlando-américaine qui contribuait à l’économie du pays par le biais d’œuvres caritatives et / ou en y investissant ou bien encore en vantant les mérites de l’Irlande auprès d’investisseurs étrangers. Certains de ses membres tiraient satisfaction d’avoir fait une bonne action, d’autres d’avoir investi judicieusement, l’un allant souvent de pair avec l’autre. Or, avec l’avènement de l’Internet, entre autres, il est devenu possible de faire contribuer la diaspora dans son ensemble au développement économique de l’Irlande, une diaspora tentée de revendiquer des droits en échange de son aide. Recourir à cette dernière semble donc devenir de plus en plus une arme à double tranchant79.

La reconnaissance du lien avec la diaspora par l’État irlandais : symbolique, enjeux et limites

  • 80 « The men and women of our diaspora represent not simply a series of departures and losses. They re (...)

Les hommes et les femmes de notre diaspora ne représentent pas uniquement une litanie de départs et de séparations. Ils restent, même en étant absents, le précieux reflet de notre propre évolution [en tant que peuple] et un précieux rappel des nombreux courants identitaires qui font partie de notre histoire. Ils sont originaires […] de Derry, de Dublin, de Cork ou de Belfast. Ils connaissent le nom de nos hameaux et de nos villages. Ils se souviennent de nos paysages ou en ont entendu parler. Ils sont impatients que nous les intégrions dans notre identité collective et comptent sur nous pour que nous n’oubliions pas leur contribution au moment où nous-mêmes apportons la nôtre. […] Je sais que cette chambre s’accordera avec moi pour dire que la façon la plus sincère de chérir les membres de notre diaspora est de faire en sorte qu’ils soient les bienvenus, à tout moment, sur cette île et qu’ils y trouvent un lieu de paix où les nombreuses communautés […] vivent ensemble dans la tolérance et la compréhension80.

  • 81 Piaras Mac Éinrí, Brian Lambkin, « Whose Diaspora ? Whose Migration ? Whose Identity ? Some Current (...)
  • 82 Paul Byrne, « Emigration : The Great Non-Issue », The Furrow, vol. 46, nº 4, 1995, p. 224-231.

48Cet appel de Mary Robinson à ses concitoyens à accueillir la diaspora à bras ouverts atteste implicitement du peu de bienveillance81 dont les Irlandais avaient jusqu’alors fait preuve à l’égard de cette dernière. Ce discours fut d’ailleurs raillé en son temps82. Pourtant, en 1998, conformément aux termes de l’accord du Vendredi saint, le peuple irlandais approuva par référendum la modification de l’article 2 de la Constitution irlandaise. Ce dernier comporte désormais la reconnaissance du lien affectif qui existe entre l’Irlande et sa diaspora :

  • 83 « It is the entitlement and birthright of every person born in the island of Ireland, which include (...)

C’est le droit et le droit acquis à la naissance de toute personne née dans l’île d’Irlande, y compris les îles et les mers qui en dépendent, de faire partie de la nation irlandaise. C’est également le droit de toutes les personnes qui possèdent les autres qualités requises par la loi d’être citoyens de l’Irlande. En outre, la nation irlandaise chérit ses affinités particulières avec les personnes d’origine irlandaise vivant à l’étranger qui partagent son héritage et son identité culturelle83.

  • 84 Ces personnes doivent s’être illustrées dans des domaines aussi variés que l’enseignement ou les af (...)
  • 85 Ce conseil semble avoir été dissous en 2011.
  • 86 John Kennedy, « Former Intel CEO Awarded Certificate of Irish Heritage », 17 mai 2013, en ligne : h (...)

49La création du Presidential Distinguished Service Award for the Irish Abroad fut annoncée lors du deuxième GIEF en octobre 2011. Il s’agit d’un prix attribué chaque année à dix personnes qui ont, pendant au moins cinq ans, œuvré pour l’Irlande ou la communauté irlandaise à l’étranger ou défendu sa réputation. Seules les personnes de nationalité irlandaise, ou pouvant y prétendre, ou d’origine irlandaise, résidant obligatoirement à l’étranger peuvent être récompensées84. Ainsi parmi les personnalités qui ont reçu cette distinction figurent Dan Rooney, Chuck Feeney et Donald Keough qui furent, entre autres, membres de l’IAEAB85. Craig Barrett, actuel président de l’ITLG, a également reçu cette marque de reconnaissance86. L’Irlande lui doit l’implantation d’Intel en 1989, entreprise qui a investi sept milliards d’euros dans ce pays et y emploie quatre mille personnes. Peut-être plus surprenant fut le choix de récompenser l’acteur Gabriel Byrne, en 2015, car, rappelons-le, celui-ci avait créé la polémique en critiquant publiquement le Gathering.

50Il est intéressant de constater que la page Internet du ministère irlandais des Affaires étrangères, consacrée à ce prix, indique clairement qu’il ne donne pas droit à une allocation ou à la nationalité irlandaise. Les gouvernants irlandais ont fixé certaines limites à ce qu’ils sont prêts à concéder à la diaspora, quels que soient les services que celle-ci a rendus à la nation.

51Cependant, en juillet 2014, Dublin a finalement décidé de faire un geste à l’égard de la diaspora en créant le poste de ministre de la Diaspora. En mars 2015, la stratégie diasporique du gouvernement a été publiée. Elle ouvre sur ces mots :

  • 87 « This is the first clear statement of Government of Ireland policy on the diaspora which recognise (...)

Ceci est la première déclaration de politique gouvernementale sur la diaspora qui reconnaisse clairement que l’Irlande a une relation unique et importante avec sa diaspora, une relation qui doit être entretenue et développée87.

52La diaspora pouvait a priori se réjouir de ces avancées. Mais, ce document tient-il ses promesses ? En fait de stratégie, il s’agit plutôt d’un recensement des initiatives existantes. Certes, le document regorge d’aspirations, mais il ne contient pas vraiment d’éléments nouveaux ou d’objectifs ambitieux. Sa valeur nous semble donc être principalement symbolique.

  • 88 « Time to Give Our Disenfranchised Emigrants a Real Say in Our Affairs », Irish Independent, 29 déc (...)

53Fin décembre 2015, Enda Kenny annonça toutefois son intention d’organiser un référendum sur le droit de vote des Irlandais résidant à l’étranger et celui des Nord-Irlandais aux élections présidentielles irlandaises. Cette consultation devait avoir lieu en 2019 mais n’avait toujours pas eu lieu en janvier 2021. Si l’Irlande votait en faveur de cette proposition, on estime que trois millions de personnes viendraient grossir les rangs de l’électorat irlandais88. Il est difficile de prévoir l’issue d’une telle consultation populaire, mais quelle qu’elle soit, le gouvernement ne prend pas un grand risque, puisque le président de la République d’Irlande ne détient aucun pouvoir exécutif. Le geste apparaît, une fois encore, comme étant largement symbolique. L’avenir dira si cela est suffisant pour apaiser les esprits et permettre aux gouvernants irlandais de continuer à pouvoir recourir aux services de la diaspora au sens large. Quant à son élite entrepreneuriale, il y a fort à parier qu’elle maintiendra le lien avec l’Irlande tant que cela sera dans son intérêt.

Notes

1 Charles Forelle, David Enrich, « Ireland’s Fate Tied to Doomed Banks », The Wall Street Journal, 10 novembre 2010.

2 Morgan Kelly, « If You Thought that the Bank Bailout Was Bad, Wait until the Mortgage Defaults Hit Home », The Irish Times, 8 novembre 2010.

3 Kate Hickey, « Diaspora Wants Answers on Ireland’s Collapse », 17 novembre 2010, en ligne : www.irishcentral.com/news/diaspora-wants-answers-on-irelands-collapse-108641569-237364221.html ; Dara Kelly, « Irish Diaspora Leaders Question Ireland’s Fiscal Policy », 14 novembre 2010, en ligne : www.irishcentral.com/news/irish-diaspora-leaders-question-irelands-fiscal-policy-107931254-237363671.html ; Lara Marlowe, « Fiscal Policy Questioned by Irish Americans », The Irish Times, 13 novembre 2010.

4 « You have a huge credibility problem. We don’t believe you. When you predict rosy growth rates for three years, we know you are just picking those numbers out of the sky. […] So front up with us » (cité dans : Lara Marlowe, « Fiscal Policy Questioned by Irish Americans »).

5 « The Irish government needs to accept some real pain, cut out the idiotic socialist spending, the excessive giveaways like the minimum wage and tax breaks to institutions to promote development, which led to ghost towns » (Denis P. Kelleher cité dans : Amy Feran, « Irish Diaspora Speaks Out on IMF Bailout », 1er décembre 2010, en ligne : http://www.irishcentral.com/news/Irish-Diaspora-speaks-out-on-IMF-bailout-111103349.html).

6 « This is a homecoming not only for me, but for many members of the ITLG delegation » (John Hartnett cité dans : John Kennedy, « ITLG Forum to Focus on Limerick and Shannon Region as European Gateway for US », 8 janvier 2014, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/companies/itlg-forum-to-focus-on-limerick-and-shannon-region-as-european-gateway-for-us).

7 John Kennedy, « How the Irish Can Become the Giants of Silicon Valley », 1er juillet 2011, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/how-the-irish-can-become-the-giants-of-silicon-valley.

8 John Kennedy, « ITLG Brings Kauffman Entrepreneurship Programme to LIT », 5 octobre 2012, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/itlg-brings-kauffman-entrepreneurship-programme-to-lit.

9 « Limerick Signs Memorandum of Understanding with ITLG », Business & Finance, 28 janvier 2014 ; Limerick City and City Council, « Limerick and Santa Clara Begin Sister City Relationship », communiqué de presse, 6 août 2014, en ligne : https://www.limerick.ie/council/newsroom/news/limerick-and-santa-clara-begin-sister-city-relationship.

10 Karlin Lillington, « Direct Silicon Valley Route Vital for Irish Business », The Irish Times, 10 septembre 2010.

11 Ryanair et d’autres compagnies aériennes à bas coût, qui assurent des liaisons entre l’île et différentes villes d’Europe, ont également contribué à promouvoir le tourisme.

12 En 2013, deux cent quarante mille passagers ont emprunté cette ligne (« How Dubai Is Helping Ireland’s Economic Push », Arabian Business, 25 juillet 2014).

13 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, Programme For Government 2011-2016, 6 mars 2011, p. 12, en ligne : https://www.socialjustice.ie/content/policy-issues/programme-government-2011-2016-full-text.

14 « How Dubai Is Helping Ireland’s Economic Push ».

15 Anne Groutel, « Irish Exporting Companies : Looking East, Looking South but Still Going West », in Revisiting the UK and Ireland’s Transatlantic Economic Relationship with the United States in the 21st Century : Beyond Sentimental Rhetoric, Anne Groutel, Marie-Christine Pauwels, Valérie Peyronel (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 2017, p. 205-226.

16 Teddy Murphy, « Business Lessons from the Gulf », Irish Examiner, 26 mars 2016.

17 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Finances, Report of the Special Group on Public Service Numbers and Expenditure Programmes, Prn. A9/0987, Dublin, Stationery Office, 2009, 2 vol.

18 Ibid., vol. I, p. 33-34.

19 Ibid., vol. I, p. 14-15.

20 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, The National Recovery Plan 2011-2014, Prn. A10/1705, Dublin, Stationery Office, 2010, p. 115, en ligne : http://www.budget.gov.ie/The%20National%20Recovery%20Plan%202011-2014.pdf.

21 Ibid., p. 42-44.

22 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Finances, Report of the Special Group…, vol. I, p. 30-76.

23 L’Expenditure Review Committee établi en 1987 par le gouvernement irlandais pour examiner les moyens de réduire les budgets de l’État fut surnommé de façon humoristique An Bord Snip. L’expression est un mélange d’anglais (snip : « couper ») et d’irlandais (an bord : « conseil » ou « comité »). Le Special Group on Public Service Numbers and Expenditure Programmes, à qui fut confié la même mission, fut donc surnommé An Bord Snip Nua (nua : « nouveau »).

24 Page d’accueil du site www.inspiring-ireland.ie, consultée le 10 septembre 2016.

25 John Kerry, « US State Department, Secretary of State, John Kerry on American Ireland Fund and Honoring John Hartnett for His Efforts and Contribution for Global Partnerships between Ireland and the US », 8 mars 2014, en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=ECQSgM1FveU.

26 John Collins, « More Expats Agree to Sit on State Boards », The Irish Times, 17 octobre 2011 ; « Bosses Offer to Help Run Public Sector », The Irish Times, 7 octobre 2011.

27 Breda Gray, « Towards the Neo-Institutionalization of Irish State-Diaspora Relations in the Twenty-First Century », in Emigration Nations : Policies and Ideologies of Emigrant Engagement, Michael Collyer (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 2013, p. 115-116.

28 Elle s’appuya sur une étude menée entre le 20 février et le 9 mars 2012, auprès de quarante-cinq de ses membres qui siégeaient dans des state boards. 74 % d’entre eux jugeaient que le processus de nomination au sein de ces organismes n’était ni juste ni transparent. En outre, presque la moitié de l’échantillon pensait que les membres de leurs conseils n’avaient pas les compétences nécessaires pour mener à bien la politique que l’entreprise devait mettre en œuvre. D’ailleurs, 40 % admirent que la question des compétences n’avait pas été abordée au moment de leur nomination (Institute of Directors, State Boards in Ireland 2012. Challenges for the Future, 2012, en ligne : https://www.iodireland.ie/resources-media/research-publications/research-reports/state-boards-in-ireland-2012-challenges-for-the-future).

29 Caroline Madden, « Institute of Directors Says Appointing Diaspora to State Boards a Flawed Idea », The Irish Times, 7 avril 2012 ; Breda Gray, « Towards the Neo-Institutionalization… », p. 115-117.

30 Eoin Reynolds, « Plan for Diaspora Seats on State Boards May Be Shelved », The Irish Times, 10 avril 2012.

31 Tom Farrell, « Appointing Diaspora to State Boards », The Irish Times, 12 avril 2012.

32 Farrell reprend ici le terme « optics » employé par Maura Quinn.

33 « Finally, it is disturbing to read that “the institute does not accept that seeking fresh overseas talent with experience of business in foreign markets is necessary, or even advisable”. I suggest the Institute of Directors reflect on the “optics” of this statement towards potential overseas customers, partners and investors in Irish companies seeking international growth » (Tom Farrell, « Appointing Diaspora to State Boards »).

34 Tom McEnery, « Sincere Offer of Help as Irish Abroad Watch Ireland Suffer », The Irish Times, 23 avril 2012.

35 « He was a sound employee but a troubled man » (ibid.).

36 « […] he was forced to flee his home never again contributing to her progress. He was one of the millions who have been eliminated from giving their best for Ireland » (ibid.).

37 « Many of us in the Irish diaspora value the land of our grandparents and mourn her recent difficulties » (ibid.).

38 « After years of politicians and bureaucrats catering to their own selfish agendas and thoughtless policies, Ireland is suffering. I know of other times. I was present during heady events such as the Intel ground breaking [sic] and the initiation of the Apple project. I was there when San Jose provided free offices for the IDA to proselytise the merits of Ireland throughout Silicon Valley. Such help was not the reason for the successes of the Irish tech sector – the energy and entrepreneurial spirit of the Irish did that deed – but it certainly gave it a mighty push » (ibid.).

39 « Now it is no longer Saxon perfidy that bedevils that island, no longer the old enemies of Collins and his generation, but a paralysing fear of change. […] We only wish to help with the skills we believe are pertinent to the current economic and political dilemma » (ibid.).

40 « In the area of political reform, changes such as term limits in the Dáil and revolving-door restrictions for elected and appointed public officials as well as transparency in political money, have already been suggested by me and others. […] Let our ideas on economic and political ideas be vetted and discussed, not cavalierly deflected » (ibid.).

41 Selon The Irish Times, Feeney contribuait au fonctionnement du centre à hauteur de 800 000 euros par an (Martin Wall, « The Private Investigator », The Irish Times, 5 février 2005).

42 Carol Coulter, « Flood to Chair New Body on Public Standards », The Irish Times, 1er février 2005.

43 Cette organisation, à but non lucratif, créée en 1989, est située à Washington. Elle est composée d’une cinquantaine de journalistes d’investigation qui ont pour objectif de moraliser la vie politique aux États-Unis.

44 Paul Cullen, « Watching the Watchdog », The Irish Times, 10 décembre 2005.

45 Martin Wall, « The Private Investigator ».

46 « As a matter of fact, I would welcome the closure of the Centre for Public Inquiry. The idea of a foreign “philanthropist” sticking his nose and his dollars into the affairs of a sovereign nation, as Chuck Feeney has done in funding the centre, is to my mind deeply unhealthy » (John Waters, « Subversion of Connolly Affair », The Irish Times, 2 janvier 2006).

47 Aux dires de McDowell, Connolly se serait rendu en Colombie au mois d’avril 2001 avec de faux papiers en compagnie de son frère, Niall. Ce dernier, ainsi que deux autres personnes suspectées d’appartenir à l’IRA, avait été arrêté au mois d’août suivant par les autorités colombiennes. Ce groupe de trois, les « Colombia Three », était soupçonné d’être allé en Colombie pour former des combattants des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) au maniement des explosifs (Liam Reid, « Centre for Public Inquiry Has Ceased Its Work », The Irish Times, 10 avril 2006).

48 Paul Cullen, « Watching the Watchdog ».

49 Paul Anderson, « Feeney Withdraws Funding from Centre for Public Enquiry », The Irish Times, 7 décembre 2005.

50 Liam Reid, « Centre for Public Enquiry Has Ceased Its Work ».

51 Paul Cullen, « Watching the Watchdog ».

52 « Her misgivings about the source of funding do not extend apparently to Mr Feeney’s gifting an estimated €600 million to Irish universities over two decades, or to political donations to Government parties by multinational corporations » (« Future of the Centre for Public Inquiry », The Irish Times, 19 décembre 2005).

53 « It was noted that some elements of the crisis appeared to be home-grown due to an inadequate financial regulatory system and perceived “self-indulgence” on some issues. […] a further negative noted was the perception in some quarters of inadequate ethical standards in public office and the banking sector » (Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic Forum Report, 2009, p. 17).

54 Ibid., p. 27.

55 « The bankers were crooks, they gamed the system […]. They got away with it for too long – where was the oversight ? » (Denis P. Kelleher cité dans : Amy Feran, « Irish Diaspora Speaks Out on IMF Bailout »).

56 Anne Groutel, « Une nouvelle gouvernance : une condition nécessaire à la reprise économique en Irlande ? », Revue LISA / LISA e-journal, vol. 13, nº 2, 2015, Capitalisme anglo-saxon et monde(s) anglophone(s), Martine Azuelos (dir.), en ligne : http://lisa.revues.org/8396.

57 Mary Minihan, « Chuck Feeney Charity Funds Citizens’ Assembly Idea », The Irish Times, 13 avril 2011 ; Mary Minihan, « Citizens’ Group Backs Property and Water Levies », The Irish Times, 13 décembre 2011.

58 Fintan O’Toole, « How Hopes Raised by the Constitutional Convention Were Dashed », The Irish Times, 3 mars 2015.

59 Harry McGee, « Cox Seeks to Join FG and Run as Party Presidential Candidate », The Irish Times, 6 juin 2011.

60 Niall O’Dowd, « Why I May Run for Irish President Because It Is Time for the Irish Abroad to Speak Up », 5 juin 2011, en ligne : http://www.irishcentral.com/opinion/niallodowd/why-i-may-run-for-irish-president-because-it-is-time-for-the-irish-abroad-to-speak-up-123202308-238087551.

61 O’Dowd et Feeney sont de vieilles connaissances, puisqu’ils firent partie du groupe qui participa au processus de paix en Irlande du Nord au début des années 1990. Il n’est pas interdit de penser que ce dernier ait fait partie de ceux qui incitèrent le journaliste à se lancer dans la course à la présidentielle irlandaise.

62 « These people laid out a compelling case. I said I would consider their request. They sketched out the importance of the role, of job creation, of the US, and how a president could be a business president. The US is where Ireland needs to be. This generation has had its future stolen from them […]. They see that the Diaspora, when it comes to tourism and direct investment, are deeply important for the future of Ireland. They feel that the past leadership in Ireland has utterly failed the country and that the answer these days lies far more in Boston than Berlin. I wholeheartedly agree » (Niall O’Dowd, « Why I May Run for Irish President… »).

63 « The time for lip service to that Diaspora is over. It is time to make that voice for 40 million Irish Americans heard loud and clear […] » (ibid.).

64 Walter Ellis est un ancien correspondant diplomatique de The Irish Times à Bruxelles et Paris.

65 Thomas Phillip O’Neill, Jr., dit Tip O’Neill (1912-1994) était un homme politique irlando-américain. Membre du Parti démocrate, il fut une personnalité influente du Congrès des États-Unis. Il présida la Chambre des représentants de 1977 à 1987. O’Neill, Hugh Carey, le gouverneur de New York, et les sénateurs Ted Kennedy (1932-2009) et Daniel Patrick Moynihan (1927-2003), surnommés les « quatre cavaliers », participèrent aux pourparlers de paix en Irlande du Nord qui aboutirent à la Saint Patrick’s Day Declaration en 1977. O’Neill, Kennedy et Moynihan créèrent les Friends of Ireland, en 1981, un groupe d’élus du Congrès américain qui œuvre pour la paix en Irlande du Nord.

66 « He laments the passing of the era dominated (in Irish eyes) by the Kennedys, Tip O’Neill and Daniel Moynihan, and clings to those who at least aspire to some Irishness. […] St Patrick’s Day is the highlight of his year. […] In my view, he is irretrievably a citizen not alone of the US, to which he has, of course, given his pledge of allegiance, but of that mythical and parallel world known to its misty-eyed adherents as Glocca Morra… I mean, Irish America, where blood and ancestry are all. Niall O’Dowd may be kidding himself that, with his return ticket to New York booked and paid for, he can lead us all to a new tomorrow, but he will not kid the Irish people » (Walter Ellis, « O’Dowd Too Much of an Irish-American for the Áras », The Irish Times, 15 juin 2011).

67 Ibid.

68 Ibid.

69 Bruce Morrison, « O’Dowd Can Tap Valuable Support of Irish Americans », The Irish Times, 23 juin 2011.

70 Voir par exemple un article paru dans le Sunday Independent dont l’auteur estimait que l’anglophobie, les convictions républicaines et les rapports étroits entre O’Dowd et Adams posaient véritablement problème dans le cadre d’une candidature à l’élection présidentielle (J. P. McCarthy, « O’Dowd’s Green Prism Distorts His Vision of the Áras », Sunday Independent, 26 juin 2011).

71 « When I read Morrison’s article one would think that Mr O’Dowd is seeking to become primus inter pares of an enclave rather than Head of State in a sophisticated nation. […] the Office requires […] someone whose presence inspires awe and admiration rather than explanations and skepticism. […] had Mr Morrison provided some rich and colourful insights into the competency, skills and sophistication of Mr O’Dowd to enable him become [sic] a statesman, rather than influence peddler in one large jurisdiction, the readers might be more enlightened. But he has left them with nothing interesting to cling to. […] The Office requires the incumbent to be the President of the entire nation not segment(s) of it, whether at home or abroad. It requires a statesman, not a salesman » (Myles Duffy, « How Critical Is Irish-American Support to a President of Ireland ? », 23 juin 2011, en ligne : http://crimson-observer.blogspot.fr/2011/06/how-critical-is-irish-american-support.html).

72 Niall O’Dowd, « Why I Am Not Running for Irish President – A Tough Decision to Pull Out of Context », 30 juin 2011, en ligne : http://www.irishcentral.com/opinion/niallodowd/why-im-not-running-for-irish-president-a-tough-decision-to-pull-out-of-contest-124830109-238091401.

73 « Niall O’Trump », 1er juillet 2011, en ligne : https://thebrokenelbow.com/2011/07/01/niall-otrump.

74 Ce fut Martin McGuinness, l’un des anciens cadres de l’IRA, artisan du processus qui conduisit aux accords de paix en Irlande du Nord, devenu par la suite vice-Premier ministre d’Irlande du Nord, qui reçut l’aval du parti.

75 Niall O’Dowd, « Why the Irish Abroad Threaten the Status Quo », 11 juillet 2011, en ligne : http://www.thejournal.ie/readme/column-why-the-irish-abroad-threaten-the-status-quo.

76 Ancienne directrice de l’Emigrant Advice Network, Noreen Bowden a également été rédactrice en chef du site globalirish.ie (aujourd’hui fermé).

77 « […] complex, deeply individual and often contradictory » (Noreen Bowden, « Emigrants Give Plenty Back to Ireland, So Why Can’t We Vote ? », 4 juillet 2011, en ligne : http://www.thejournal.ie/readme/column-emigrants-give-plenty-back-to-ireland-so-why-cant-we-vote-163087-Jul2011).

78 « By now the idea of “harnessing the diaspora” is so widespread in Ireland that it makes the occasional student protests against “brain drain” sound strangely old-fashioned. We don’t do brain drain anymore. It’s called brain circulation now, and it rests on the notion that our most qualified emigrants will either return or make their foreign-gained experience available for Ireland’s benefit. […] There seems to be no limit to what we can ask of our loyal foot soldiers abroad. […] O’Dowd was willing to be the good Irishman abroad as president, acting as a travelling salesman for the country. […] Article 2 of our constitution may grant O’Dowd full entitlement to membership in the Irish Nation as an Irish citizen, but the court of popular opinion in Ireland won’t. Once you go, your money, your contacts, and your expertise are welcome. Your presence in the political system is not » (ibid.).

79 Voir également à ce sujet : Anne Groutel, « Engaging the Irish Diaspora in Ireland’s Economic Development : A Double-Edged Sword ? », in Ireland : Arrivals and Departures, Scott Brewster, Werner Uber (dir.), Trier, WVT Wissenschaftlicher Verlag Trier (Irish Studies in Europe Series ; 5), 2015, p. 119-130.

80 « The men and women of our diaspora represent not simply a series of departures and losses. They remain, even while absent, a precious reflection of our own growth and change, a precious reminder of the many strands of identity which compose our story. They have come […] from Derry and Dublin and Cork and Belfast. They know the names of our townlands and villages. They remember our landscape or they have heard of it. They look to us anxiously to include them in our sense of ourselves and not to forget their contribution while we make our own. […] I know this Oireachtas will agree with me that the truest way of cherishing our diaspora is to offer them, at all times, the reality of this island as a place of peace where the many diverse traditions […] are bound together in tolerance and understanding » (Mary Robinson, « Cherishing the Irish Diaspora », discours prononcé devant les membres du Parlement irlandais, Houses of the Oireachtas, 2 février 1995).

81 Piaras Mac Éinrí, Brian Lambkin, « Whose Diaspora ? Whose Migration ? Whose Identity ? Some Current Issues in Migration Studies », The Irish Journal of Psychology, vol. 23, nº 3-4, 2002, p. 136.

82 Paul Byrne, « Emigration : The Great Non-Issue », The Furrow, vol. 46, nº 4, 1995, p. 224-231.

83 « It is the entitlement and birthright of every person born in the island of Ireland, which includes its islands and seas, to be part of the Irish Nation. That is also the entitlement of all persons otherwise qualified in accordance with law to be citizens of Ireland. Furthermore, the Irish nation cherishes its special affinity with people of Irish ancestry living abroad who share its cultural identity and heritage » (Constitution de l’Irlande du 1er juillet 1937, article 2, en ligne : http://mjp.univ-perp.fr/constit/ie1937.htm).

84 Ces personnes doivent s’être illustrées dans des domaines aussi variés que l’enseignement ou les affaires, l’art, la culture, le sport, la science ou la technologie et l’innovation, la paix et la réconciliation ou bien encore dans le cadre du travail d’une organisation caritative.

85 Ce conseil semble avoir été dissous en 2011.

86 John Kennedy, « Former Intel CEO Awarded Certificate of Irish Heritage », 17 mai 2013, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/companies/former-intel-ceo-awarded-certificate-of-irish-heritage ; John Kennedy, « Former Intel CEO Craig Barrett Receives Irish Presidential Distinguished Service Award », 28 novembre 2013, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/companies/former-intel-ceo-craig-barrett-receives-irish-presidential-distinguished-service-award.

87 « This is the first clear statement of Government of Ireland policy on the diaspora which recognises that Ireland has a unique and important relationship with its diaspora that must be nurtured and developed » (Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish, Ireland’s Diaspora Policy, mars 2015, en ligne : https://www.dfa.ie/media/globalirish/global-irish-irelands-diaspora-policy.pdf).

88 « Time to Give Our Disenfranchised Emigrants a Real Say in Our Affairs », Irish Independent, 29 décembre 2015.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search