Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Quatrième partie. L’Irlande et l’élite entrepreneuriale de la diaspora : partenariat ou ingérence ?

Chapitre XII

L’administration Fine Gael et la diaspora : une volonté commune de promouvoir l’entrepreneuriat1

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet : Anne Groutel, « Diaspora irlandaise et entrepreneuriat de croissance : vers un dé (...)
  • 2 Anne Groutel, « Une nouvelle gouvernance : une condition nécessaire à la reprise économique en Irla (...)

1Enda Kenny accéda au poste de Taoiseach en mars 2011, en pleine crise économique et à un moment où les Irlandais avaient perdu foi dans les institutions de leur pays. Le Fine Gael fut élu en grande partie sur la promesse que les nouveaux gouvernants amélioreraient la gouvernance du pays. Si un certain nombre de réformes furent mises en œuvre afin de rompre avec les pratiques du passé2, la nouvelle administration ne remit pas en question la formalisation des liens avec l’élite entrepreneuriale irlando-américaine, bien au contraire.

  • 3 « The deputy knows I criticised the previous Government on many issues but this is not one of them. (...)

2Eamon Gilmore, le Tánaiste, reconnut devant les députés de la chambre basse du Parlement irlandais que le GIEF et le GIN avaient été des initiatives constructives : « Le député sait que j’ai critiqué le gouvernement précédent sur de nombreux points, mais celui-ci n’en fait pas partie. C’était une excellente initiative qui a rencontré beaucoup de succès »3. Le gouvernement décida d’ailleurs de reconduire le GIEF tous les deux ans. La quatrième édition eut lieu en 2015.

  • 4 Ibid.

3En octobre 2011, Eamon Gilmore fit savoir que l’ordre du jour du GIEF à venir serait plus spécifique et porterait sur des actions concrètes4. Il répondit ainsi aux critiques qui pointaient le fait que la plupart des initiatives envisagées lors du premier GIEF n’avaient pas été mises en œuvre. L’université de classe mondiale des arts de la scène, l’une des grandes idées qui avaient germé dans l’esprit de Dermot Desmond, par exemple, était restée lettre morte.

  • 5 Carl O’Brien, « Initiatives to Bring Funds and Tourists Unveiled at Global Forum », The Irish Times(...)

4Jusqu’en 2011, seul un secrétariat, en liaison avec les ambassadeurs, coordonnait les activités du réseau. Lors du deuxième GIEF, le Tánaiste annonça qu’un comité de pilotage, le Global Irish Network Advisory Group, composé de dix-neuf membres de l’élite de la diaspora représentant plusieurs continents, présidé par le Taoiseach et le Tánaiste, serait chargé de suivre la réalisation de certaines des mesures suggérées durant le GIEF et de prêter main-forte au secrétariat pour la coordination des activités du GIN5. Les autorités irlandaises voulurent ainsi montrer qu’il leur tenait à cœur de concrétiser les suggestions du GIEF qu’elles jugeaient opportunes, faute de quoi les notables de la diaspora risquaient de ne plus vouloir apporter leur concours.

5Conscients qu’il était essentiel, en ces temps de mondialisation, de développer les relations de l’Irlande avec le reste du monde, en particulier avec les pays émergents où les débouchés économiques sont très prometteurs pour certains secteurs clés de l’économie irlandaise, comme l’agriculture ou la construction, les nouveaux dirigeants, dès leur prise de fonctions, accordèrent plus d’importance que leurs prédécesseurs au développement de l’entrepreneuriat et à la promotion des exportations des entreprises autochtones.

  • 6 Anne Groutel, « Irish Exporting Companies : Looking East, Looking South but Still Going West », in (...)

6La Chine, bien sûr, mais également l’Arabie saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis ou bien encore la Corée du Sud font partie de ces marchés que quelques entreprises irlandaises ont commencé à exploiter6. Aussi le ministère des Affaires étrangères irlandais a-t-il multiplié les missions commerciales, menées par le ministre ou de hauts responsables du gouvernement irlandais, dans ces pays. Afin d’intensifier et de diversifier les relations de l’Irlande avec l’étranger, le commerce extérieur a été placé sous l’égide du ministère des Affaires étrangères. Le personnel diplomatique est aujourd’hui beaucoup plus activement engagé dans la promotion des activités économiques qu’il ne l’était auparavant. L’aide des membres du GIN est très précieuse et est régulièrement sollicitée quand le ministère irlandais désire organiser une mission à l’étranger.

  • 7 John Kennedy, « Tech Entrepreneur Is RTÉ’s Newest “Dragon” », 28 novembre 2011, en ligne : https:// (...)

7Par ailleurs, l’Entrepreneurship Forum, un groupe de réflexion présidé par Seán O’Sullivan, fut chargé par l’administration Fine Gael de préparer un rapport sur les moyens de promouvoir l’entrepreneuriat en Irlande. Ingénieur de formation, O’Sullivan est un entrepreneur en série. Il a investi dans une vingtaine d’entreprises technologiques. Il est, entre autres, le fondateur de MapInfo Corporation, une entreprise cotée au NASDAQ, pionnière dans le système d’information géographique, et de SOS Ventures, société de capital-risque. Né aux États-Unis de parents irlandais, O’Sullivan vit aujourd’hui dans le comté de Cork où il a fondé Avego, une entreprise technologique7.

  • 8 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Travail, des Entreprises et de l’Innovation, (...)
  • 9 Anne Groutel, « Les entreprises irlandaises : nouveau moteur de la croissance économique nationale (...)

8Le rapport de l’Entrepreneurship Forum8 se démarque nettement des autres rapports sur l’entrepreneuriat et il est difficile de ne pas y voir la marque très américaine d’O’Sullivan. Certes, on y retrouve des recommandations déjà formulées dans d’autres rapports9 comme l’importance de développer le mentorat d’entreprise, le réseautage et d’inculquer l’esprit d’entreprise à tous les niveaux du système éducatif. Toutefois, l’accent est désormais mis sur la responsabilité individuelle des Irlandais qui doivent se lancer dans l’entrepreneuriat, quels que soient leur âge, leur sexe et leur niveau d’éducation. Ils doivent devenir autonomes et apprendre à ne pas attendre trop de l’État, lequel doit se cantonner à instaurer un environnement propice à l’entrepreneuriat.

  • 10 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Travail, des Entreprises et de l’Innovation, (...)

9Contrairement à d’autres rapports qui l’ont précédé, le rapport de l’Entrepreneurship Forum fut suivi d’effet. Neuf mois après sa publication, le gouvernement irlandais rendait publique sa stratégie consacrée exclusivement à la promotion de l’entrepreneuriat, une première en Irlande. L’importance de celui-ci y est clairement exprimée ainsi que l’ambition des dirigeants irlandais de faire de l’Irlande l’un des pays les plus dynamiques au monde en la matière. Si les mesures qui entrent dans cette stratégie ne sont pas révolutionnaires, on note que, dans la même veine que le rapport de l’Entrepreneurship Forum, les autorités irlandaises affichent sans détour leur intention de laisser désormais les entrepreneurs aux commandes et de limiter leur action aux domaines qui relèvent directement de l’État, c’est-à-dire la promotion de l’esprit d’entreprise dans le système éducatif, la politique fiscale ou bien encore la simplification des procédures administratives et du droit des sociétés10.

L’Irish Technology Leadership Group : un rôle primordial

  • 11 L’ITLG, comme nous l’avons vu, aide des entreprises technologiques en Irlande du Nord et plus génér (...)

10Craig Barrett, l’ancien PDG d’Intel au verbe haut, est le président de l’ITLG11, mais John Hartnett est celui qui dirige ce réseau très influent dont il est l’un des membres fondateurs.

  • 12 G24 Innovations est un fabricant de cellules photovoltaïques à colorant. Palm, Inc. (cotée au NASDA (...)

11Natif de Limerick, Hartnett a été, entre autres, directeur général de G24 Innovations, et vice-président chez Palm, Inc.12. Barry O’Sullivan, vice-président et directeur général de Cisco’s Collaboration Technology Group, est l’un des membres fondateurs et fait également partie de l’équipe dirigeante de l’ITLG.

12Promouvoir les liens entre l’Irlande et la Silicon Valley dans le domaine de l’innovation, de l’investissement, de l’éducation et de l’entrepreneuriat est la mission première que s’est fixée ce réseau dont les objectifs sont parfaitement en phase avec ceux des autorités irlandaises. En effet, comment transformer l’Irlande en la Silicon Valley de l’Europe fut l’un des thèmes de réflexion proposés durant le GIEF 2009.

  • 13 John Kennedy, « Irish Tech Start-Ups Need to Embrace the Fast, Competitive Culture of Silicon Valle (...)
  • 14 Tom McEnery, « Beyond Guinness : Irish Software Companies Pour into Silicon Valley », 14 mars 2014 (...)
  • 15 John Kennedy, « SVG Partners Kicks Off Second Venture-Capital Fund », 19 mars 2014, en ligne : http (...)

13À l’origine, les membres de ce réseau, créé en 2007 aux États-Unis, étaient des Irlandais expatriés et des Irlando-Américains des milieux d’affaires de la Silicon Valley. Ils occupent des postes de cadres dirigeants dans le secteur des nouvelles technologies, de la finance (Wall Street) et dans le septième art (Hollywood). En quelques années, le nombre de ses adhérents serait passé de six cents à six mille. Mais cela est difficilement vérifiable. En effet, en 2013, Hartnett avança le nombre de six mille13. En mars 2014, Tom McEnery, membre de l’ITLG, parlait quant à lui de dix mille membres. Parmi ceux-là se trouvaient de hauts dirigeants d’entreprise, des personnalités en vue de Sand Hill Road à Menlo Park, en Californie, célèbre pour sa concentration de capital-risqueurs, ainsi que des personnes haut placées dans les milieux gouvernementaux à Washington et à Dublin14. Néanmoins, un article publié le 19 mars 2014 fait état de huit mille membres15.

  • 16 L’État irlandais a versé une aide financière de deux cent cinquante et un mille dollars à l’ITLG (G (...)

14Le gouvernement irlandais a accompagné16 l’action de l’ITLG en jouant le rôle de facilitateur pour ce réseau qui s’est montré particulièrement actif depuis sa création. L’ITLG, organise, entre autres, la venue d’entrepreneurs de la Silicon Valley lors d’un événement annuel durant lequel des entrepreneurs irlandais tentent de trouver des partenaires outre-Atlantique. Cette rencontre baptisée « Silicon Valley comes to Ireland » a lieu dans une ville irlandaise différente chaque année.

  • 17 « The Centre of Innovation », Business & Finance, 15 juillet 2014.
  • 18 Ce centre fut officiellement inauguré par le Taoiseach Brian Cowen. Ce dernier occupa la fonction d (...)

15L’Irish Innovation Centre a été créé à San José (Calif.) à l’initiative d’Hartnett. Ce centre, qui sert de « camp de base » aux entreprises originaires de l’île d’Irlande désireuses d’explorer les débouchés dans la Silicon Valley, abrite également des start-up californiennes. Une centaine d’entrepreneurs s’y côtoient, créent leurs réseaux, échangent et apprennent les uns des autres17. Depuis son ouverture au mois de mars 201018, une trentaine d’entreprises irlandaises disposent donc d’un lieu où organiser des entretiens et réunions. Avoir une adresse dans la capitale de la Silicon Valley est un atout non négligeable pour une petite entreprise qui se lance à la conquête du marché américain.

16L’ITLG s’efforce, par ailleurs, de concrétiser certains grands objectifs définis durant les GIEF comme trouver des sources de financement, l’une des difficultés principales auxquelles sont confrontées les entreprises irlandaises en phase de développement. En effet, au début des années 2010, les investisseurs irlandais plaçaient massivement leurs capitaux dans l’immobilier qui avait alors le vent en poupe, au détriment de l’investissement dans les jeunes entreprises. En 2010, seuls trois cents millions de dollars furent investis en capital-risque dans ces dernières. À titre de comparaison, les entreprises israéliennes bénéficièrent de 1,5 milliard. De fait, cette même année, alors qu’Israël pouvait s’enorgueillir d’avoir cent quarante entreprises spécialisées dans le secteur de la science et de la technologie cotées au NASDAQ, l’Irlande n’en avait que trois19.

  • 20 John Kennedy, « Irish Technology Leaders’ ITC Group to Raise US$100 Million Venture Capital Fund », (...)

17Aussi John Hartnett, Brendan Richardson et Richard A. Moran ont-ils fondé l’Irish Technology Capital, un fonds de capital-risque de cent millions de dollars qui investit dans de jeunes entreprises innovantes dans le secteur des nouvelles technologies, ou « jeunes pousses », irlandaises et nord-irlandaises, triées sur le volet. Hartnett dirige ce fonds ainsi que SVG Partners, un autre fonds d’investissement du même genre, installé à San José, qui investit dans le même type d’entreprises20.

  • 21 John Kennedy, « SVG Partners Kicks Off Second Venture-Capital Fund ».
  • 22 Mcor Technologies (entreprise pionnière spécialisée dans la photocopie 3D) et Flint Mobile (une ent (...)

18En 2010, SVG Partners a également ouvert le Silicon Valley Global Accelerator, un incubateur d’entreprises qui héberge plus d’une quarantaine d’entreprises et d’organisations dans le centre de San José21. En octobre 2013, SVG fit savoir que, depuis 2011, quinze entreprises irlandaises22 avaient bénéficié d’un apport financier par son intermédiaire et annonça son intention de lancer un nouveau fonds de vingt-cinq millions de dollars, toujours dans le but d’aider de jeunes pousses irlandaises à croître.

  • 23 « Irish Startups Can Ride the Wave of a “Real Tech Boom” », 9 octobre 2014, en ligne : http://www.t (...)

19SVG Partners a également passé un accord avec Eircom afin d’investir dans un fonds de dix millions de dollars, le Lab353 Accelerator. Dix jeunes pousses irlandaises, spécialisées dans la téléphonie mobile, l’information en nuage (cloud computing) ou l’Internet des objets (Internet of things), pourront en bénéficier pour se développer en Europe et aux États-Unis23.

  • 24 Colm Kelpie, « Silicon Valley Bank Set to Double Irish Lending Pot », Irish Independent, 12 mai 201 (...)
  • 25 La NTMA est une agence qui gère, entre autres, les actifs et le passif du gouvernement irlandais ai (...)

20L’ITLG travaille aussi en collaboration avec la Silicon Valley Bank qui a eu un rôle non négligeable dans le développement récent de jeunes entreprises irlandaises innovantes à fort potentiel de croissance. Claire Lee, qui a commencé sa carrière chez IBM en Irlande, est directrice de la section en charge des entreprises naissantes au sein de la Silicon Valley Bank. Elle est aussi conseillère auprès du département d’État américain et fait partie du conseil consultatif de l’ITLG. Cette banque, spécialisée dans les prêts aux entreprises technologiques, annonça en 2012 qu’elle prêterait quatre-vingt-seize millions d’euros à de jeunes entreprises irlandaises24. Elle collabore également étroitement avec l’Ireland Strategic Investment Fund, un fonds souverain de développement géré par la National Treasury Management Agency (NTMA)25. Il a pour mission d’investir dans des entreprises commerciales et de soutenir ainsi l’activité économique et l’emploi en Irlande. Il dispose pour ce faire de 7,9 milliards d’euros.

  • 26 « Speech by Taoiseach, Mr Brian Cowen, T. D. at the Global Irish Economic Forum in Farmleigh House (...)

21Lors du GIEF 2009, le Taoiseach demanda aux personnes conviées d’identifier les secteurs d’activité économiques porteurs26. Comme il a été dit précédemment, l’élite entrepreneuriale de la diaspora recommanda de développer un modèle économique moins dépendant des IDE. Les entreprises autochtones devaient prendre le relais dans les domaines dans lesquels le pays avait déjà une certaine expertise. Cependant, il fut souligné qu’il serait nécessaire de gagner en productivité et de se spécialiser dans des niches. L’agroalimentaire est l’industrie autochtone la plus importante. Alors qu’elle était considérée comme un secteur en déclin, les personnalités qui assistèrent au GIEF tentèrent de convaincre les autorités irlandaises du contraire.

  • 27 John Kennedy, « ITLG and CoderDojo Pioneer Farms of the Future in Rural California », 12 décembre 2 (...)
  • 28 John Kennedy, « SVG Partners Joins Forces with Forbes to Launch Ag-Tech Accelerator ».
  • 29 John Kennedy, « Two Irish Start-Ups to Join THRIVE Agritech Accelerator in California », 25 mars 20 (...)

22L’ITLG a œuvré dans l’esprit de ces recommandations. Ainsi annonça-t-il, en 2012, qu’il collaborait avec plusieurs universités irlandaises et américaines et avec le Steinbeck Innovation Cluster dans le cadre d’une initiative visant à promouvoir la technologie dans le domaine agricole et le concept de « fermes intelligentes » (smart farms) dans la région agricole de Salinas, la partie rurale de la Californie au sud de la Silicon Valley. Éducation, incubation, investissement et engagement des entreprises sont les quatre maîtres-mots du Steinbeck Innovation Cluster qui a pour objectif de créer des centaines d’emplois dans la région de Salinas. Hartnett affirme que l’agriculture, la viticulture et l’aquaculture de précision sont des domaines porteurs. Le recours à la technologie dans l’agriculture sera, selon lui, essentiel à l’avenir pour faire face à l’accroissement de la population mondiale27. En 2014, SVG Partners annonça le lancement de THRIVE, un incubateur situé à Salinas destiné aux entreprises spécialisées dans la technologie agricole. Ce partenariat entre SVG Partners et Forbes doit permettre à une quinzaine d’entrepreneurs aux projets innovants de bénéficier de financement, de conseils et de contacts auprès de grandes entreprises de la région28. L’ITLG annonça, en mars 2016, que deux entreprises irlandaises, sélectionnées parmi deux cents autres originaires de trente-cinq pays, avaient rejoint cet incubateur29.

De la soudaine et irrésistible ascension des jeunes pousses irlandaises

  • 30 Barbara McCarthy, « The Successful Irish Entrepreneurs Who Have Moved to Silicon Valley and Are Tak (...)
  • 31 « In the last three to four years there has been a blossoming level of respect towards Irish compan (...)
  • 32 John Ryan est un inventeur et homme d’affaires à la retraite. Il a fait fortune dans la Silicon Val (...)
  • 33 « Irish graduates are as fired up as any Americans you meet. It’s not the way it was 20 years ago, (...)
  • 34 Hannah Kuchler, « Irish Start-Ups Stand Out from the Crowd in Silicon Valley », The Financial Times(...)
  • 35 Naoimh Reilly, « New Irish Tech Companies Are Taking on Silicon Valley ».

23Au vu de ce qui a été dit au début de cette partie, l’accroissement soudain du nombre de jeunes pousses irlandaises, dont cinquante s’étaient installées dans la Silicon Valley, en 201430, a de quoi surprendre : « Depuis trois ou quatre ans, il y a un respect grandissant pour les entreprises irlandaises dans la Silicon Valley. L’Irlande va de l’avant »31. Pour John Ryan32, nous sommes en train d’assister à l’amorce d’un changement d’attitude chez les jeunes Irlandais qui hésiteraient moins à se lancer dans l’entrepreneuriat : « Les diplômés irlandais sont aussi enthousiastes que n’importe quel Américain. Ce n’est plus comme il y a vingt ans quand les gens qui venaient aux États-Unis avaient une attitude plus désinvolte »33. La présence massive d’entreprises américaines du secteur des nouvelles technologies (Google, Apple, Facebook, etc.) en Irlande a, de toute évidence, suscité des vocations depuis quelques années34. La Silicon Valley, avec sa promesse de sources de financement et d’un marché dynamique, présente beaucoup d’attraits. Alors qu’auparavant peu se lançaient dans l’inconnu, la présence de l’ITLG, dont les membres font office de garants, les encourage à passer à l’acte35.

24La possibilité de développer un système de mentorat d’entreprise fut aussi évoquée lors du GIEF 2009. Les entrepreneurs irlandais pourraient ainsi bénéficier de l’expérience d’hommes d’affaires chevronnés, issus de la diaspora. Cette suggestion a été mise en œuvre. Ainsi les entreprises que SVG prend sous son aile bénéficient-elles de conseils et d’introductions de la part d’hommes d’affaires qui connaissent bien le terrain, contribution tout aussi précieuse qu’une aide financière. Hartnett estime que ce mentorat est primordial afin d’inculquer aux entrepreneurs irlandais la « bonne » attitude à adopter pour réussir :

  • 36 « The focus is on going big early, but people are not overly concerned about risk. They are hyper-a (...)

[Dans la Silicon Valley] on s’efforce de se développer rapidement, les gens ne se préoccupent pas trop du risque. Ils sont hyper [sic] attentifs à prendre les bonnes décisions, mais au bout du compte si une idée a des chances de marcher il faut croître aussi vite que possible. […] La première chose à faire est de faire équipe avec des gens comme l’ITLG ; vous pouvez faire très facilement un faux pas ici, mais nous avons de nombreux contacts et nous vous montrerons où aller et que faire, ce qui vous fera économiser beaucoup de temps, d’argent et d’énergie. […] Les entrepreneurs irlandais ont un peu tendance à baratiner. […] Il ne suffit pas de proposer une très bonne technologie, ils doivent la présenter de façon sophistiquée. Le premier défi est de mettre au point une bonne présentation ; un autre est d’arriver en avance au rendez-vous36.

  • 37 Olivier Ezratty, « Les leçons entrepreneuriales du Web Summit », 8 novembre 2015, en ligne : http:/ (...)

25Enfin, le phénomène Web Summit, parce qu’il a projeté dans le monde entier l’image d’une Irlande terre d’accueil pour les entreprises innovantes, a très probablement contribué à créer une atmosphère propice à la création de ce type d’entreprise en Irlande. Le Web Summit, créé par Paddy Cosgrave, est un salon qui accueille de jeunes pousses en phase d’amorçage et de croissance. La première édition de ce salon, où se pressent investisseurs, entreprises et médias, eut lieu en 2010. Depuis, son succès, porté par l’énergie entrepreneuriale de Cosgrave et un marketing agressif, ne s’est pas démenti37. En 2014, John Collison déclara :

  • 38 « Ireland is a good place to start a company, with some advantages over the US. […] When we started (...)

L’Irlande est un bon endroit où établir une entreprise et qui a quelques avantages sur les États-Unis. […] Quand on a commencé en 2010, cela aurait été beaucoup plus difficile pour nous ici parce que nous devions avoir affaire aux banques et aucune ne voulait nous parler. En plus, certaines des personnes que nous devions employer étaient dans la Silicon Valley. Mais, je ne vois pas pourquoi une entreprise comme la nôtre ne pourrait pas s’établir ici maintenant38.

  • 39 Barbara McCarthy, « The Successful Irish Entrepreneurs… ».
  • 40 Paula Fitzsimons, Colm O’Gorman, Global Entrepreneurship Monitor 2019. A Survey of Enterpreneurship (...)

26Outre ce que leur message a de rassurant, les frères Collison peuvent désormais constituer un modèle à suivre aux yeux de potentiels entrepreneurs irlandais39. Force est de constater que la part (en pourcentage) de nouveaux entrepreneurs est passée de 9,3 % en 2014 à 12,4 % en 2019. Il semblerait qu’une dynamique soit bel et bien enclenchée dans le secteur des nouvelles technologies. Toutefois, la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 pourrait bien compromettre cette tendance positive40. Bien qu’il soit difficile de déterminer avec exactitude sa portée, le message martelé par les membres de l’ITLG, « Think big » (« Voyez grand »), est positif et l’action concrète du groupe sur le terrain ne peut être qu’incitative.

Des investissements très prometteurs

  • 41 John Kennedy, « Silicon Valley Leaders Tell Irish Start-Ups Seeking Investment to “Come and Get It” (...)
  • 42 « Innovation Capital », Business & Finance, 10 juillet 2013.

27Certes, investir dans ces jeunes pousses, comme tout investissement de ce genre, comporte des risques, mais cela peut aussi se révéler très rentable. Depuis quelques années, ces entreprises sont considérées de plus en plus comme des valeurs sûres. Faisant office de pionniers, les membres de l’ITLG ont investi personnellement dans de jeunes pousses irlandaises. Ainsi les entreprises technologiques dont le groupe s’occupe ont-elles réussi à lever une somme de cinquante millions d’euros entre 2007 et 2013, dont dix millions furent apportés par les membres de l’ITLG41. Travailler en étroite collaboration avec ces entreprises grâce au réseau et les conseiller augmente leurs chances d’être rentables. Mcor Technologies est l’une de ces entreprises dont l’avenir paraît prometteur. Spécialisée dans les imprimantes couleur en 3D, elle dispose d’un procédé unique. Dans les dix premiers mois de 2013, elle annonça avoir enregistré une augmentation de 600 % de ses ventes. Ceci lui a permis de bénéficier de deux millions de dollars supplémentaires provenant de l’Irish Technology Capital Fund42. John Hartnett, non content d’être l’un des capital-risqueurs, est aujourd’hui également membre du conseil d’administration de cette jeune entreprise.

  • 43 Ciarán Hancock, « Atlantic Bridge Launches New Fund for Irish Firms », The Irish Times, 1er avril 2 (...)

28Il semble que les membres de l’ITLG aient fait des émules, car, depuis cinq ou six ans, les fonds d’investissement prêts à investir dans des jeunes pousses irlandaises se multiplient. Atlantic Bridge a déjà injecté cent millions d’euros pour aider des entreprises irlandaises en phase d’amorçage à se développer dans la Silicon Valley. Brian Long, son fondateur et directeur, a lui-même investi dans certaines de ces jeunes pousses. En 2016, le fonds annonça des retours sur investissement multipliés par trois dans le cas de GolNav, par quatre dans celui de Maginatics et jusqu’à cinq pour Mataio. Atlantic Bridge veut poursuivre dans cette voie, puisque son dirigeant a annoncé, au mois d’avril 2016, qu’une troisième phase d’investissement de cent quarante millions d’euros allait être lancée43.

  • 44 Peter Bodkin, « Another 450 Tech Jobs Could Come to Ireland with Transatlantic Cash Injection », 6  (...)
  • 45 Peter Bodkin, « Now There’s €40m Up for Grabs if Software’s Your Bag », 4 septembre 2014, en ligne  (...)

29SmartInvest, un autre fonds d’investissement, est aussi prêt à investir soixante-dix millions de dollars (cinquante-six millions d’euros) dans trente jeunes pousses prêtes à se développer aux États-Unis44. Quant à Frontline Ventures, il a réussi à convaincre An Post, la Allied Irish Bank et Enterprise Ireland, entre autres, de mettre la main à la poche pour contribuer à un fonds d’investissement de quarante millions d’euros45. La Silicon Valley Bank semble également vouloir continuer à exploiter ce filon. Elle a annoncé, au mois de mai 2016, qu’une nouvelle tranche de quatre-vingt-seize millions d’euros allait être mise à la disposition de jeunes entreprises irlandaises innovantes.

  • 46 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Travail, des Entreprises et de l’Innovation, (...)

30À cette manne viennent s’ajouter d’autres types de financement comme les aides de l’État, le financement participatif, etc.46. Trouver des fonds pour créer une start-up et la développer à l’international semble donc être moins problématique qu’il y a quelques années maintenant que la route a été tracée par des capital-risqueurs irlando-américains de renom et qu’une dynamique a été créée.

  • 47 Michael Hennigan, « The Innovation Slowdown at the US Tech Giants », 2 juillet 2014, en ligne : htt (...)
  • 48 Ciarán Hancock, « Sales of Tech Firms since 2000 Create 300 Millionaires », The Irish Times, 4 août (...)

31Ainsi des hommes d’affaires très en vue de la diaspora contribuent-ils, depuis plusieurs années, à promouvoir l’entrepreneuriat, dans le secteur technologique en particulier, sur l’île d’Irlande. À première vue, cela pourrait participer au développement d’un moteur de croissance économique interne et aider l’Irlande à réduire la place démesurée que les multinationales occupent dans son économie. Pourtant, en y regardant de plus près, il ne semble pas, à l’heure où nous achevons cette étude, que cela soit (encore) le cas. La décennie qui vient de s’écouler a certes vu la création d’une multitude de jeunes entreprises technologiques autochtones, mais beaucoup de leurs propriétaires vendent leur société à de plus grandes entreprises étrangères. À l’instar d’Apple ou de Google47, nombreuses sont les multinationales qui aujourd’hui préfèrent acquérir ce genre d’entreprises qui détiennent des technologies « clés en main » plutôt que d’investir elles-mêmes directement dans la recherche. Cela a permis à certaines jeunes pousses, comme Iona, Parthus ou Elan, de se développer mais malheureusement pas sur le sol irlandais. Une chose est certaine, entre 2000 et 2015, plus de trois cents actionnaires et cadres de deux cents jeunes pousses irlandaises sont devenus millionnaires grâce à la vente de leurs entreprises et la tendance s’accélère48 au risque de faire de l’Irlande non pas une société entrepreneuriale composée d’un ensemble équilibré de petites, moyennes et grosses entreprises, mais une pépinière de jeunes entreprises innovantes destinées à être rachetées par des multinationales étrangères.

Le commerce autour de la diaspora

32Beaucoup de publicité fut faite autour de la diaspora irlandaise à partir de la fin des années 2000. Des hommes d’affaires qui en sont issus y ont vu un filon à exploiter. Depuis, plusieurs dizaines d’entreprises liées à la diaspora ont vu le jour.

  • 49 Barry O’Halloran, « Worldirish Shareholders to Discuss Options Following Merger with Rival Irishcen (...)
  • 50 Michael Hennigan, « WorldIrish.com a Useful Service but €20m Annual Profit is Über-Optimistic », 10 (...)
  • 51 Nick Webb, « Riverdance Boss Eyes €20m Worldirish.com Profit », Irish Independent, 9 octobre 2011.
  • 52 Barry O’Halloran, « Worldirish Shareholders to Discuss Options… ».

33Ainsi John McColgan, coproducteur du spectacle Riverdance, annonça-t-il, à la suite du premier GIEF, son intention de créer un portail Internet, une sorte de réseau social, destiné à la diaspora qui pourrait y trouver tout type d’informations sur l’Irlande et maintenir le lien avec l’île. WorldIrish.com fut présenté comme une plateforme assez innovante qui regrouperait des informations de Twitter, Facebook et d’autres sites. Dermot Desmond, Denis O’Brien et Terry Clune, des entrepreneurs bien connus du grand public, étaient aussi parties prenantes dans ce projet49. L’entreprise promettait d’être rentable, puisqu’au moment du lancement de cette plateforme, en octobre 2011, McColgan déclara qu’un million et demi d’euros avait déjà été investi dans le projet sur les trois millions dont il disposait. Il cherchait toutefois à réunir entre sept et dix millions d’euros supplémentaires pour développer le site50. Il tablait sur un profit de vingt millions d’euros par an dans les cinq années suivantes51 et projetait que le site recrute cent mille membres la première année52. Outre le fait qu’elle créerait une immense communauté diasporique connectée, WorldIrish.com serait une vitrine de l’Irlande susceptible d’attirer des investisseurs étrangers.

  • 53 Michael Hennigan, « WorldIrish.com a Useful Service… ».
  • 54 John Spain, « Irish Diaspora Websites Clash », Irish Independent, 13 octobre 2011.
  • 55 Simon Carswell, « Niall O’Dowd Sells IrishCentral Website for €2.7m », The Irish Times, 23 mai 2016

34Dès le départ, certains se montrèrent sceptiques quant à la capacité d’autofinancement du projet53. Qui plus est, un site similaire avait déjà été lancé, en mars 2009, par Niall O’Dowd. IrishCentral.com, version irlandaise du Huffington Post, proposait déjà un large éventail d’informations sur l’Irlande, des vidéos, des blogs et des forums de discussion en ligne. En 2011, ce site, qui était mis à jour en temps réel, avait déjà soixante et onze mille abonnés et affichait sept cent mille visiteurs par mois. Il comptait Coca-Cola, Jameson, Guinness, Aer Lingus ou bien encore Continental Airlines54 parmi ses annonceurs. Dennis Fitzgerald et Dennis P. Kelleher, deux éminentes personnalités de Wall Street, d’origine irlandaise, étaient parmi les bailleurs de fonds de ce site55.

  • 56 Michael Hennigan, « WorldIrish.com a Useful Service… ».
  • 57 Simon Carswell, « Niall O’Dowd Sells IrishCentral Website for €2.7m ».

35Bien qu’une étude ait montré que quarante-neuf millions de personnes appartenant à la diaspora étaient connectées56, WorldIrish.com, le challenger, ne parvint à attirer que cinquante mille abonnés, très loin des objectifs fixés par les dirigeants. Aussi les deux sites annoncèrent-ils leur intention de fusionner début septembre 2013. La nouvelle entité fut baptisée IrishCentral.com. Contre toute attente, au mois de mai 2016, Niall O’Dowd vendait ce site à un groupe de capital-risqueurs d’origine irlandaise ayant déjà investi dans de jeunes pousses technologiques. Liam Lynch, qui est à la tête de ce groupe, a déclaré vouloir doubler le nombre de visiteurs de la plateforme57.

  • 58 Neville Isdell, natif du comté de Down (Irlande du Nord), émigra aux États-Unis dans les années 195 (...)
  • 59 Ciara Kenny, « Epic Ireland Digital Museum to Tell Story of Irish Diaspora », The Irish Times, 29 a (...)

36D’autres magnats de la diaspora se sont lancés dans des initiatives commerciales liées à la diaspora. Neville Isdell58, ancien directeur général de Coca-Cola, a investi personnellement une somme de douze millions d’euros dans Epic Ireland, un musée entièrement numérique, le premier du genre, dédié à trois cent vingt membres de la diaspora irlandaise devenus célèbres. Ce musée, inauguré à Dublin en 2016, espérait faire aussi bien que le musée consacré au Titanic à Belfast qui s’était donné pour but d’attirer quatre cent mille visiteurs, mais en avait accueilli le double dès sa première année d’existence59. Cependant, en octobre 2018, Epic Ireland n’avait accueilli que deux cent cinquante mille visiteurs depuis son ouverture.

  • 60 La somme est versée par l’État deux ans après la création d’un emploi (« A Smart Approach », Busine (...)

37ConnectIreland (CI) est une entreprise pour le moins originale, fondée en 2012, par Terry Clune en partenariat avec l’IDA. Le principe est assez simple, il s’agit de recruter le plus grand nombre possible de membres de la diaspora, des « connecteurs » (« connectors »), afin qu’ils contribuent à attirer des investisseurs étrangers en Irlande. Le « connecteur » doit être à l’affût de tout projet d’expansion à l’étranger de la part d’une entreprise et se faire l’avocat de l’Irlande en la présentant comme l’endroit idéal pour s’implanter. Si le connecteur réussit à susciter un intérêt pour le pays, il doit transmettre le contact à CI qui, en collaboration avec l’IDA, devra alors prendre l’affaire en main et la mener à son terme. Clune, qui a investi cinq millions d’euros dans le projet en 2013, prend à sa charge tous les frais liés au fonctionnement de l’entreprise. L’État irlandais, de son côté, verse une « récompense » de mille cinq cents euros (plafonnée à cent cinquante mille euros par personne) à l’intermédiaire ainsi qu’une commission comprise entre mille et deux mille cinq cents euros par emploi pérenne créé. Dans la mesure où l’État cesse de verser les allocations chômage à un sans-emploi dès son embauche et perçoit alors divers impôts et taxes60 versés par cette personne désormais salariée, le Trésor irlandais y trouve son compte.

  • 61 David Monagan, « Pssst ! Cash on the Barrelhead for Moving Jobs to Ireland », 4 mars 2013, en ligne (...)
  • 62 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish, Ireland’s (...)
  • 63 Gavin McLoughlin, « Clune’s Connect Ireland on Course for €1.6bn-€1.8bn to Irish GDP by 2020 », Iri (...)
  • 64 Site de ConnectIreland, https://www.connectireland.com, consulté le 23 mai 2019.

38En 2013, Clune tablait sur la création de cinq mille emplois et un rendement brut de dix millions d’euros61. Un document publié par le gouvernement irlandais en mars 2015 affirmait que le nombre de connecteurs s’élevait à quarante mille et que ceux-ci avaient permis la venue en Irlande de trente-six nouveaux projets d’investissement ainsi que la création de mille emplois62. En juin 2016, le site de CI affichait le nombre de soixante-douze mille trois cents connecteurs et annonçait que soixante-huit entreprises s’étaient implantées en Irlande grâce à CI entre 2012 et 2016. En réalité, le site n’affichait pas le nombre d’emplois effectivement créés, mais évoquait un nombre « d’emplois en train d’être créés » et « d’emplois potentiels ». L’étude menée par le cabinet de consultants DKM, à la demande de CI, n’était guère plus précise. En effet, elle donnait, au conditionnel, une fourchette comprise entre six mille quatre cents et sept mille trois cents emplois pour la période 2014-202063. Au mois de mai 2019, le site de CI affichait un nombre de connecteurs de quatre-vingt-neuf mille six cent cinquante-deux. Ces derniers auraient permis la venue d’investissements de la part de quatre-vingt-quatorze entreprises étrangères. Toutefois, un constat s’impose : le nombre d’emplois créés, deux mille huit cent vingt-deux, est somme toute minime64.

39Les autorités irlandaises ont, de toute évidence, franchi un nouveau cap en mettant la diaspora, dans sa globalité, au service de l’économie irlandaise, de façon organisée et systématique. Tout en faisant appel aux sentiments des membres de la diaspora, cette initiative fait de leur lien avec l’Irlande une relation marchande et cimente la notion d’intérêt matériel réciproque. Les propos que tint Joanna Murphy, alors directrice générale de ConnectIreland, lors d’un entretien avec The Irish Times en 2015, sont sans équivoque :

  • 65 « We’re in daily contact with many of our brightest and our best, so they can help us to generate l (...)

Nous sommes quotidiennement en contact avec beaucoup de nos éléments les plus brillants afin qu’ils puissent nous aider à établir des contacts utiles, à créer des emplois dans les comtés d’où ils sont originaires de façon à ce que les émigrés puissent revenir à la maison pour avoir une famille, entourée des grands-parents, et que leurs enfants puissent aller à l’école où eux-mêmes sont allés. […] Tout ce que nous demandons de nos connecteurs, c’est un nom et des informations. […] Et tout connecteur [dont les informations se révéleront utiles] recevra une récompense qui pourra aller jusqu’à 1 500 euros par emploi pérenne créé. C’est aussi simple que cela65.

  • 66 Ibid.

40CI n’a pas communiqué le profil et les motivations de ces connecteurs, mais il est intéressant, et somme toute rassurant, de constater qu’en général ceux qui fournissent ce genre d’informations à CI font don de cet argent à des organisations caritatives66.

Notes

1 Voir à ce sujet : Anne Groutel, « Diaspora irlandaise et entrepreneuriat de croissance : vers un développement transnational des PME irlandaises », in Les sociétés entrepreneuriales et les mondes anglophones, Jacques-Henri Coste (dir.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, p. 161-179.

2 Anne Groutel, « Une nouvelle gouvernance : une condition nécessaire à la reprise économique en Irlande ? », Revue LISA / LISA e-journal, vol. 13, nº 2, 2015, Capitalisme anglo-saxon et monde(s) anglophone(s), Martine Azuelos (dir.), en ligne : http://lisa.revues.org/8396.

3 « The deputy knows I criticised the previous Government on many issues but this is not one of them. This was a very good initiative which was very successful » (House of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 734, nº 2, 2 juin 2011).

4 Ibid.

5 Carl O’Brien, « Initiatives to Bring Funds and Tourists Unveiled at Global Forum », The Irish Times, 8 octobre 2011.

6 Anne Groutel, « Irish Exporting Companies : Looking East, Looking South but Still Going West », in Revisiting the UK and Ireland’s Transatlantic Economic Relationship with the United States in the 21st Century : Beyond Sentimental Rhetoric, Anne Groutel, Marie-Christine Pauwels, Valérie Peyronel (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 2017, p. 205-226.

7 John Kennedy, « Tech Entrepreneur Is RTÉ’s Newest “Dragon” », 28 novembre 2011, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/tech-entrepreneur-is-rtes-newest-dragon.

8 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Travail, des Entreprises et de l’Innovation, Strengthening the Startup Community. Report of the Enterpreneurship Forum, janvier 2014.

9 Anne Groutel, « Les entreprises irlandaises : nouveau moteur de la croissance économique nationale au lendemain de la crise ? », Études irlandaises, nº 40-2, 2015, La crise ? Quelle crise ?, Martine Pelletier, Valérie Peyronel (dir.), p. 31-44, en ligne : http://etudesirlandaises.revues.org/4731.

10 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Travail, des Entreprises et de l’Innovation, National Policy Statement on Entrepreneurship in Ireland, septembre 2014, p. 8, 20-23.

11 L’ITLG, comme nous l’avons vu, aide des entreprises technologiques en Irlande du Nord et plus généralement essaie d’attirer des investisseurs dans la province.

12 G24 Innovations est un fabricant de cellules photovoltaïques à colorant. Palm, Inc. (cotée au NASDAQ) était une entreprise américaine de l’industrie des ordinateurs de poche, PDA. Elle a été rachetée en 2010 par Hewlett-Packard.

13 John Kennedy, « Irish Tech Start-Ups Need to Embrace the Fast, Competitive Culture of Silicon Valley », 9 juillet 2013, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/irish-tech-start-ups-need-to-embrace-the-fast-competitive-culture-of-silicon-valley.

14 Tom McEnery, « Beyond Guinness : Irish Software Companies Pour into Silicon Valley », 14 mars 2014 en ligne : http://www.mercurynews.com/opinion/ci_25344699/beyond-guinness-irish-software-companies-pour-into-silicon.

15 John Kennedy, « SVG Partners Kicks Off Second Venture-Capital Fund », 19 mars 2014, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/svg-partners-kicks-off-second-venture-capital-fund.

16 L’État irlandais a versé une aide financière de deux cent cinquante et un mille dollars à l’ITLG (Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, The Global Irish Economic Forum, One Year On. A Report on the Follow Up to the Global Irish Economic Forum at Farmleigh, octobre 2010, p. 5).

17 « The Centre of Innovation », Business & Finance, 15 juillet 2014.

18 Ce centre fut officiellement inauguré par le Taoiseach Brian Cowen. Ce dernier occupa la fonction de Taoiseach du 7 mai 2008 au 9 mars 2011.

19 John Kennedy, « The Silicon Valley Way », 13 octobre 2011, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/companies/the-silicon-valley-way.

20 John Kennedy, « Irish Technology Leaders’ ITC Group to Raise US$100 Million Venture Capital Fund », 22 octobre 2009, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/irish-technology-leaders-itc-group-to-raise-us100-million-venture-capital-fund.

21 John Kennedy, « SVG Partners Kicks Off Second Venture-Capital Fund ».

22 Mcor Technologies (entreprise pionnière spécialisée dans la photocopie 3D) et Flint Mobile (une entreprise spécialisée dans le paiement par téléphonie mobile) sont parmi les entreprises qui ont bénéficié de financement par ce biais. Flint Mobile a reçu six millions de dollars supplémentaires de la part de SVG en octobre 2014 (ibid.).

23 « Irish Startups Can Ride the Wave of a “Real Tech Boom” », 9 octobre 2014, en ligne : http://www.thejournal.ie/ireland-tech-boom-1714291-Oct2014.

24 Colm Kelpie, « Silicon Valley Bank Set to Double Irish Lending Pot », Irish Independent, 12 mai 2016.

25 La NTMA est une agence qui gère, entre autres, les actifs et le passif du gouvernement irlandais ainsi que la dette de l’État.

26 « Speech by Taoiseach, Mr Brian Cowen, T. D. at the Global Irish Economic Forum in Farmleigh House on Friday », 18 septembre 2009, in Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic Forum Report, 2009, p. 50.

27 John Kennedy, « ITLG and CoderDojo Pioneer Farms of the Future in Rural California », 12 décembre 2012, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/discovery/itlg-and-coderdojo-pioneer-farms-of-the-future-in-rural-california ; John Kennedy, « SVG Partners Joins Forces With Forbes to Launch Ag-Tech Accelerator », 9 juillet 2014, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/svg-partners-joins-forces-with-forbes-to-launch-ag-tech-accelerator.

28 John Kennedy, « SVG Partners Joins Forces with Forbes to Launch Ag-Tech Accelerator ».

29 John Kennedy, « Two Irish Start-Ups to Join THRIVE Agritech Accelerator in California », 25 mars 2016, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/agritech-salinas-food-accelerator-thrive-forbes-svg-partners.

30 Barbara McCarthy, « The Successful Irish Entrepreneurs Who Have Moved to Silicon Valley and Are Taking On the Tech World », Irish Independent, 31 août 2014.

31 « In the last three to four years there has been a blossoming level of respect towards Irish companies in Silicon Valley. Ireland is on the move » (Naoimh Reilly, « New Irish Tech Companies Are Taking on Silicon Valley », Irish Independent, 20 juillet 2014).

32 John Ryan est un inventeur et homme d’affaires à la retraite. Il a fait fortune dans la Silicon Valley avec son entreprise Macrovision. Il est aujourd’hui l’un des partenaires de SVG partners.

33 « Irish graduates are as fired up as any Americans you meet. It’s not the way it was 20 years ago, where people who came to the US took a more lax [sic] approach to things » (John Ryan cité dans : Barbara McCarthy, « The Successful Irish Entrepreneurs… »).

34 Hannah Kuchler, « Irish Start-Ups Stand Out from the Crowd in Silicon Valley », The Financial Times, 21 octobre 2014.

35 Naoimh Reilly, « New Irish Tech Companies Are Taking on Silicon Valley ».

36 « The focus is on going big early, but people are not overly concerned about risk. They are hyper-aware of making the right decisions, but ultimately if the idea has a chance it is about making it as big as possible early on. […] The first thing to do is hook up immediately with people like the ITLG ; you can make a lot of mistakes very easily out here but we are well connected and we’ll show you where to go and what to do, which will save a lot of time, money and energy. […] Entrepreneurs from Ireland tend to waffle a bit. […] They may have great technology but they need to pitch in a refined way. The first challenge is to get your story right ; the other is to turn up for meetings early » (John Hartnett cité dans : John Kennedy, « Irish Tech Start-Ups… »).

37 Olivier Ezratty, « Les leçons entrepreneuriales du Web Summit », 8 novembre 2015, en ligne : http://www.oezratty.net/wordpress/2015/lecons-entrepreneuriales-web-summit ; Ulrich Rozier, « Web Summit : l’odeur de l’arnaque et la saveur du succès », 5 novembre 2015, en ligne : http://www.numerama.com/tech/129759-web-summit-lodeur-de-larnaque-saveur-succes.html.

38 « Ireland is a good place to start a company, with some advantages over the US. […] When we started out in 2010, it would have been much harder for us here because our business depended on dealing with banks and none of them would talk to us here. Also, some of the people we needed to hire were in Silicon Valley. But I can’t see why a company like ours couldn’t set up from Ireland now » (John Collison cité dans : Adrian Weckler, Denise Calnan, « Forget Silicon Valley – Look at Ireland Summit Told Irish Independent », Irish Independent, 7 novembre 2014).

39 Barbara McCarthy, « The Successful Irish Entrepreneurs… ».

40 Paula Fitzsimons, Colm O’Gorman, Global Entrepreneurship Monitor 2019. A Survey of Enterpreneurship in Ireland, Dublin, Enterprise Ireland – Department of Business, Enterprise and Innovation, juin 2020, p. 14 et 10, en ligne : https://www.gemireland.com/wp-content/uploads/2020/06/GEM-2019.pdf.

41 John Kennedy, « Silicon Valley Leaders Tell Irish Start-Ups Seeking Investment to “Come and Get It” », 17 juillet 2013, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/silicon-valley-leaders-tell-irish-start-ups-seeking-investment-to-come-and-get-it.

42 « Innovation Capital », Business & Finance, 10 juillet 2013.

43 Ciarán Hancock, « Atlantic Bridge Launches New Fund for Irish Firms », The Irish Times, 1er avril 2016.

44 Peter Bodkin, « Another 450 Tech Jobs Could Come to Ireland with Transatlantic Cash Injection », 6 octobre 2014, en ligne : http://www.thejournal.ie/smartinvest-ireland-jobs-1708121-Oct2014/?r_dir_d=1.

45 Peter Bodkin, « Now There’s €40m Up for Grabs if Software’s Your Bag », 4 septembre 2014, en ligne : http://www.thejournal.ie/irish-venture-capital-for-tech-startups-1653625-Sep2014.

46 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Travail, des Entreprises et de l’Innovation, Strengthening the Startup Community…, p. 42-46.

47 Michael Hennigan, « The Innovation Slowdown at the US Tech Giants », 2 juillet 2014, en ligne : http://www.finfacts.ie/irishfinancenews/article_1027891.shtml.

48 Ciarán Hancock, « Sales of Tech Firms since 2000 Create 300 Millionaires », The Irish Times, 4 août 2015.

49 Barry O’Halloran, « Worldirish Shareholders to Discuss Options Following Merger with Rival Irishcentral », The Irish Times, 3 septembre 2013.

50 Michael Hennigan, « WorldIrish.com a Useful Service but €20m Annual Profit is Über-Optimistic », 10 octobre 2011, en ligne : http://www.finfacts-blog.com/2011/10/worldirishcom-useful-service-but-20m.html.

51 Nick Webb, « Riverdance Boss Eyes €20m Worldirish.com Profit », Irish Independent, 9 octobre 2011.

52 Barry O’Halloran, « Worldirish Shareholders to Discuss Options… ».

53 Michael Hennigan, « WorldIrish.com a Useful Service… ».

54 John Spain, « Irish Diaspora Websites Clash », Irish Independent, 13 octobre 2011.

55 Simon Carswell, « Niall O’Dowd Sells IrishCentral Website for €2.7m », The Irish Times, 23 mai 2016.

56 Michael Hennigan, « WorldIrish.com a Useful Service… ».

57 Simon Carswell, « Niall O’Dowd Sells IrishCentral Website for €2.7m ».

58 Neville Isdell, natif du comté de Down (Irlande du Nord), émigra aux États-Unis dans les années 1950.

59 Ciara Kenny, « Epic Ireland Digital Museum to Tell Story of Irish Diaspora », The Irish Times, 29 avril 2016.

60 La somme est versée par l’État deux ans après la création d’un emploi (« A Smart Approach », Business & Finance, 31 mai 2013).

61 David Monagan, « Pssst ! Cash on the Barrelhead for Moving Jobs to Ireland », 4 mars 2013, en ligne : http://www.forbes.com/sites/davidmonagan/2013/03/04/hey-buddy-move-five-jobs-to-ireland-and-make-me-ten-grand/#1096f5b9141c.

62 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish, Ireland’s Diaspora Policy, mars 2015, p. 47, en ligne : https://www.dfa.ie/media/globalirish/global-irish-irelands-diaspora-policy.pdf.

63 Gavin McLoughlin, « Clune’s Connect Ireland on Course for €1.6bn-€1.8bn to Irish GDP by 2020 », Irish Independent, 22 juin 2016.

64 Site de ConnectIreland, https://www.connectireland.com, consulté le 23 mai 2019.

65 « We’re in daily contact with many of our brightest and our best, so they can help us to generate leads, generate jobs in their home counties so emigrants can return home to rear a family surrounded by their grandparents, so their children can attend the schools they did. […] All we require from our connectors is a name and some information. […] And every successful connector receives cash reward of up to €1,500 per sustainable job created. It really is as simple as that » (Joanna Murphy citée dans : Ciara Kenny, « Business and the Diaspora : “We Are All in a Battle for the Brains” », The Irish Times, 20 novembre 2015).

66 Ibid.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search