Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Quatrième partie. L’Irlande et l’élite entrepreneuriale de la diaspora : partenariat ou ingérence ?

Chapitre XI

L’entrepreneuriat : une option trop longtemps délaissée en Irlande

Texte intégral

Une société longtemps méfiante à l’égard de l’entrepreneur

1Une première étude, datant de 1973, et une seconde, menée dix ans plus tard, tendent à montrer que la société irlandaise n’était pas perçue par les entrepreneurs eux-mêmes comme une société encourageant l’entrepreneuriat. L’une des conclusions, tirées d’entretiens avec des entrepreneurs irlandais, de la première de ces études, publiée par l’Economic and Social Research Institute (ESRI), institut de recherche économique irlandais de renom, est assez révélatrice :

  • 1 « One of the most disturbing features of these interviews was how often informants came back to the (...)

L’une des caractéristiques les plus dérangeantes de ces entretiens est la fréquence avec laquelle les entrepreneurs interrogés faisaient le même constat : en Irlande, les familles, les écoles, l’Église, le système social, et le monde des affaires lui-même ont échoué à inculquer aux individus en Irlande les vertus fondamentales que sont l’honnêteté, l’intégrité, et le goût du travail acharné1.

  • 2 Joyce O’Connor, Mary Lyons, Enterprise – The Irish Approach, Dublin, Industrial Development Authori (...)

2La seconde étude, également menée auprès d’entrepreneurs irlandais, révèle que ceux-ci estimaient que le système éducatif mettait trop l’accent sur « la sécurité » et l’importance d’avoir un emploi stable. Une carrière dans les affaires n’était pas considérée comme tel2. En outre, les entrepreneurs interrogés disaient souffrir de l’image que l’opinion publique avait de leur profession :

  • 3 Le terme « gombeen man », ou prêteur sur gages, fait référence aux commerçants et marchands qui, pe (...)
  • 4 « In the public’s mind, the recurring popular picture of business people in Ireland is based on the (...)

Dans l’esprit du public, l’image populaire récurrente des hommes d’affaires en Irlande est issue du stéréotype du « gombeen man »3, une idée fermement ancrée dans la culture irlandaise4.

Les auteurs de cette étude notaient cependant l’amorce d’un changement d’attitude envers l’entrepreneuriat, au début des années 1980.

  • 5 Michael Casey fut économiste en chef à la Central Bank of Ireland. Il collabora avec Thomas Kenneth (...)
  • 6 « The evidence […] suggests that the Irish gene pool does not produce entrepreneurs in great number (...)
  • 7 « For many farmers of the time, leisure was preferable to work. […] It is possible that some versio (...)

3Au début des années 2010, certains observateurs de la vie économique irlandaise se montraient toujours très pessimistes. Dans son ouvrage, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, Michael Casey5 fait l’éloge de l’entrepreneuriat, mais il exprime, dans le même temps, son scepticisme vis-à-vis de la capacité de la société irlandaise à insuffler l’esprit d’entreprise à sa population : « Tout laisse à penser que le patrimoine génétique irlandais ne produit pas d’entrepreneurs en grand nombre et que notre culture ne les encourage pas »6. Il se livre à une critique cinglante de ses congénères dont il déplore la désinvolture, un trait culturel qui, selon lui, aurait la vie dure : « Beaucoup d’agriculteurs de l’époque [les années 1950] préféraient les loisirs au travail. […] Il est possible qu’une variante de cette attitude ait survécu chez les entrepreneurs irlandais d’aujourd’hui »7. Selon Casey, ce goût pour la facilité en aurait incité certains à basculer dans l’illégalité :

  • 8 Charles Haughey (Fianna Fáil) occupa le poste de Taoiseach de décembre 1979 au 30 juin 1981, puis d (...)
  • 9 « Then, just as social and cultural norms were becoming somewhat more welcoming to the emergence of (...)

Puis, alors même que les normes sociales et culturelles devenaient plus favorables à l’émergence d’une classe entrepreneuriale, tout du moins dans les villes, il est apparu que le modèle d’entreprise qui prévalait était un modèle où la ruse régnait en maître et où tous les coups étaient permis. L’important était de faire de l’argent en fournissant peu, ou pas, d’effort, en général grâce au copinage ou en obtenant des informations d’initiés. La prise de risque était réservée au champ de course, pas aux affaires. […] Les entrepreneurs qui ont connu leur ascension durant cette période (la période Haughey8) n’ont pas été de bons modèles pour la génération suivante. Leur héritage a contribué à la bulle immobilière et à l’effondrement de l’économie en 20089.

  • 10 Ibid., p. 62-63.
  • 11 Ibid., p. 71.

4En 2010, Casey constatait que, depuis les années 1950, à aucun moment, l’Irlande n’avait été capable de générer de la croissance grâce à un moteur interne10 et allait jusqu’à se demander si les divers fonds européens dont l’Irlande avait bénéficié et les IDE n’avaient pas contribué à perpétuer le penchant des Irlandais pour la facilité et à inhiber leur esprit d’entreprise11 :

  • 12 « Family-run firms are still the norm and these tend not to grow beyond the point where the family (...)

Les entreprises familiales constituent toujours la norme et celles-ci ont tendance à s’arrêter de croître quand la famille risque d’en perdre le contrôle. Les propriétaires rechignent, en général, à engager des professionnels du management, ou à entrer en bourse, et rares sont ceux qui ont envie de s’embêter à exporter. Ces entreprises atteignent une certaine taille et puis restent dans cette « zone de confort »12.

  • 13 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, Cambridge – New York, Cambridge Universit (...)
  • 14 « In general, it appears that we are still rather more interested in possessing than in performin(...)

5Ce regard n’est pas sans rappeler celui qu’avait porté Joseph J. Lee sur ses congénères13. Dans la même veine, Casey résuma sa pensée de la façon suivante : « Il semble qu’en général nous soyons plus intéressés par la propriété que par la recherche de l’accomplissement »14.

  • 15 Paula Fitzsimons, Colm O’Gorman, Global Enterpreneurship Monitor. The 2017 Survey of Entrepreneursh (...)

6Il faut tout de même souligner que l’attitude de l’opinion irlandaise vis-à-vis de l’entrepreneuriat a sensiblement changé depuis les années 1980. Le rapport du Global Entrepreneurship Monitor de 2017 révèle, en effet, que la méfiance a laissé place à l’admiration envers les hommes d’affaires qui réussissent. Notons toutefois que seules 53 % des personnes interrogées estimaient qu’il s’agissait d’un bon choix de carrière15.

La politique de l’entrepreneuriat : la grande absente

7Casey égratigna également les autorités irlandaises qui, selon lui, préféraient, elles aussi, la facilité. Quand une multinationale partait, elles cédaient aux pressions locales et cherchaient immédiatement à en faire venir une autre pour la remplacer, sans envisager d’autres solutions :

  • 16 « There is never the slightest suggestion that local entrepreneurship might come to the rescue, per (...)

On ne suggère jamais que l’entrepreneuriat local puisse être une solution de secours, peut-être parce que l’on tient pour acquis qu’il ne ferait pas l’affaire ou qu’il est inexistant. L’idée que l’on puisse prendre son destin en main ne semble pas être ancrée dans les mentalités16.

  • 17 Pour la biographie des frères Collison voir : Derek Andersen, « The Collison Brothers and Story beh (...)
  • 18 Patrick Freyne, « A Lean, Keen Enterprise Machine », Business & Finance, 21 mai 2009.

8De fait, l’exemple des frères Collison, deux inventeurs surdoués17, illustre parfaitement le peu de cas qui était fait des jeunes entrepreneurs du secteur des nouvelles technologies dans les années 2000. Les deux jeunes hommes entrèrent en contact avec Enterprise Ireland afin d’obtenir un capital de départ pour financer leur projet. Cette agence, chargée de venir en aide aux petites entreprises irlandaises, avait alors la réputation d’être peu réactive, conservatrice et d’avoir des procédures administratives très lourdes18. Perplexes face à la complexité du processus, les deux frères décidèrent de tenter leur chance en Californie. Grand bien leur en prit, puisqu’ils sont depuis devenus millionnaires. En 2008, Richard Delevan, dans un article consacré à la réussite des Collison, faisait le constat suivant :

  • 19 « Because the success of Patrick Collison is a symbol of Ireland’s collossal failure to develop an (...)

La réussite de Patrick Collison illustre parfaitement l’échec monumental de l’Irlande à développer une industrie technologique nationale qui arrive à la hauteur de nos ambitions. C’est une preuve accablante de notre hypocrisie. La leçon à retenir de son histoire [celle de Patrick Collison] est simple : si vous êtes un entrepreneur créatif et que vous avez de l’ambition, l’Irlande n’est pas l’endroit où vous devez tenter votre chance19.

  • 20 Dan Breznitz est un universitaire de renommée mondiale, auteur d’un ouvrage, paru en 2007, dans leq (...)
  • 21 Nicole Matthews, « Leading the Way to Success », Business & Finance, 26 mars 2009.
  • 22 Forfás, Towards Developing an Enterprise Strategy, Dublin, Forfás, septembre 2007.
  • 23 Ibid., p. 5.
  • 24 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, Building Ireland’s Smart Economy : (...)
  • 25 « The Smart Economy has, at its core, an exemplary research, innovation and commercialisation ecosy (...)

9Quant à Dan Breznitz20, économiste expert en matière de politique d’innovation, il pointa du doigt l’absence de stratégie gouvernementale coordonnée visant à promouvoir les entreprises irlandaises des nouvelles technologies21. Certes, Forfás publia, en 2007, un document qui devait servir de plan directeur à l’élaboration d’une politique de promotion de l’entrepreneuriat22. Les retombées positives tant sur la croissance, la compétitivité et l’innovation que sur le développement régional et la cohésion sociale furent mises en avant pour justifier la démarche. Faire de l’Irlande l’une des nations les plus entrepreneuriales au monde était l’objectif ambitieux qu’avaient fixé les auteurs de cette étude23. Cependant, la politique ciblée sur le développement de l’entrepreneuriat tant attendue ne fut pas élaborée par l’administration Fianna Fáil. En revanche, quelques mois plus tard, elle rendit public un projet plus global visant à stimuler l’innovation et dynamiser l’économie irlandaise24. Si l’importance de développer l’entrepreneuriat y était reconnue, le rôle attribué aux entreprises irlandaises n’était toutefois qu’accessoire. Il ne s’agissait, a priori, pas d’en faire le prochain moteur de croissance, mais plutôt qu’elles participent à la création d’un écosystème susceptible d’attirer les multinationales et les entrepreneurs étrangers25.

Le coup de semonce des milieux d’affaires irlando-américains

  • 26 L’impôt sur les sociétés est de 12,5 % en Irlande.
  • 27 « We are watching the decline and fall of the United States as an economic power – not hypothetical (...)

10Dans ce contexte, l’intervention de Craig Barrett lors du premier GIEF, en 2009, fit grand bruit. L’ancien président de la multinationale Intel, membre éminent de la diaspora, ne mâcha pas ses mots. Des quatorze raisons qui avaient convaincu Intel de venir s’implanter en Irlande vingt ans auparavant, seule une subsistait : le taux d’imposition extrêmement bas sur les sociétés26. Pour Barrett, l’Irlande devait réinventer son modèle économique et consacrer au moins 3 à 4 % de son PIB à la recherche et au développement. La qualité du système éducatif laissait à désirer. Il fallait encourager la créativité et former plus de diplômés, principalement en mathématiques et dans les filières scientifiques. En outre, Barrett, alors très pessimiste quant à l’avenir de l’économie américaine, voulut frapper les esprits en déclarant que l’Irlande était trop dépendante des multinationales étrangères : « Nous sommes en train d’assister au déclin et à la chute des États-Unis en tant que puissance économique – pas de façon hypothétique – mais au moment même où nous parlons »27.

  • 28 Il faut souligner que l’administration Obama avait pour objectif d’encourager les investissements à (...)

11Robert Shapiro, conseiller de Barack Obama28, ancien sous-secrétaire chargé du commerce et des affaires économiques, avait également mis en garde l’Irlande quelque temps auparavant :

  • 29 « Ireland must wean itself from dependence on FDI. A low corporate taxation rate is not the most im (...)

L’Irlande doit se sevrer de sa dépendance envers les IDE. Un taux d’imposition sur les sociétés bas ne doit être pas le facteur le plus important de la stratégie destinée à préparer l’avenir, elle doit aller au-delà. L’avenir, ce ne sont pas les IDE, mais une série de politiques visant à faire bénéficier les entreprises irlandaises des externalités positives générées par les multinationales. La meilleure voie à suivre pour les jeunes Irlandais consiste à devenir entrepreneurs et à forcer les entreprises existantes à se mesurer à la concurrence pour devenir les meilleures au monde. Dans le modèle chinois, les IDE sont une stratégie transitoire, pas une fin en soi, pas une stratégie qui a un impact durable. La clé du succès futur de l’Irlande est de faire de l’économie dans son ensemble une économie moderne qui ne dépende pas du succès des entreprises étrangères29.

  • 30 « Tánaiste Urges Unions to Negotiate », The Irish Times, 29 septembre 2009.

12Le 29 septembre 2009, quelques jours après la déclaration fracassante de Craig Barrett, Mary Coughlan, Tánaiste et ministre de l’Entreprise, annonça qu’elle comptait mettre en œuvre une stratégie visant à promouvoir une véritable culture entrepreneuriale en Irlande30. Cette stratégie ne fut cependant pas formulée par l’administration Fianna Fáil dont la longue période au pouvoir se termina en 2011. Cette année-là, le peuple irlandais, excédé, infligea une défaite électorale cinglante au pouvoir en place. Une coalition composée du Fine Gael et du Labour Party lui succéda.

Notes

1 « One of the most disturbing features of these interviews was how often informants came back to the thesis that what families, schools, the Church, the social system, and the business system itself failed to produce in Ireland is people with the basic virtues of honesty, integrity, and hard and purposeful work » (Michael Patrick Fogarty, Irish Entrepreneurs Speak for Themselves, Dublin, Economic and Social Research Institute, 1973, p. 96-97).

2 Joyce O’Connor, Mary Lyons, Enterprise – The Irish Approach, Dublin, Industrial Development Authority, 1983, p. 13.

3 Le terme « gombeen man », ou prêteur sur gages, fait référence aux commerçants et marchands qui, pendant la Grande Famine, vendaient de la nourriture ou des biens à des taux d’intérêt exorbitants.

4 « In the public’s mind, the recurring popular picture of business people in Ireland is based on the stereotype of the “gombeen man”, a tradition deeply rooted in Irish culture » (Joyce O’Connor, Mary Lyons, Enterprise – The Irish Approach, p. 5).

5 Michael Casey fut économiste en chef à la Central Bank of Ireland. Il collabora avec Thomas Kenneth Whitaker et occupa le poste de secrétaire général au ministère des Finances irlandais. Il a également été membre du bureau exécutif du FMI à Washington pendant trois ans.

6 « The evidence […] suggests that the Irish gene pool does not produce entrepreneurs in great numbers and that our culture does not nurture them » (Michael Casey, Ireland’s Malaise : The Troubled Personality of the Irish Economy, Dublin, The Liffey Press, 2010, p. 67).

7 « For many farmers of the time, leisure was preferable to work. […] It is possible that some version of this attitude survives among Irish entrepreneurs of today » (ibid., p. 77).

8 Charles Haughey (Fianna Fáil) occupa le poste de Taoiseach de décembre 1979 au 30 juin 1981, puis du 9 mars 1982 au 14 décembre 1982 et enfin du 10 mars 1987 au 11 février 1992. Cet homme politique fut reconnu coupable d’avoir reçu indûment de l’argent de la part d’hommes d’affaires, de détournement de fonds et de fraude fiscale.

9 « Then, just as social and cultural norms were becoming somewhat more welcoming to the emergence of an entrepreneurial class, at least in the cities, it transpired that the prevailing model of enterprise was one of cunning and stroke-play. The emphasis was on making money for little or no effort, usually on the basis of cronyism and inside information. Risk-taking was for the race, not for business. […] The entrepreneurs who emerged in the period (the Haughey era) were not good role models for the next generation. Their legacy contributed to the property bubble and the economic collapse of 2008 » (Michael Casey, Ireland’s Malaise…, p. 79).

10 Ibid., p. 62-63.

11 Ibid., p. 71.

12 « Family-run firms are still the norm and these tend not to grow beyond the point where the family might lose control. The owners are reluctant to hire professional managers, or go public, and they rarely want the hassle of exporting. These firms reach a certain size and then remain in that “comfort zone” » (ibid.).

13 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, Cambridge – New York, Cambridge University Press, 1989, p. 528.

14 « In general, it appears that we are still rather more interested in possessing than in performing » (Michael Casey, Ireland’s Malaise…, p. 71).

15 Paula Fitzsimons, Colm O’Gorman, Global Enterpreneurship Monitor. The 2017 Survey of Entrepreneurship in Ireland, Dublin, Enterprise Ireland – Department of Business, Enterprise and Innovation, juin 2018, en ligne : https://www.gemireland.com/wp-content/uploads/2014/06/2017-GEM-Global-Entrepreneurship-Monitor-Report.pdf.

16 « There is never the slightest suggestion that local entrepreneurship might come to the rescue, perhaps because it is recognized that this is inadequate or non-existent. The idea of self-help seems to be absent in many parts of the country » (Michael Casey, Ireland’s Malaise…, p. 72-73).

17 Pour la biographie des frères Collison voir : Derek Andersen, « The Collison Brothers and Story behind the Founding of Stripe », en ligne : https://web.archive.org/web/20140407071804/http://startupgrind.com/2012/02/true-startup-story-the-collison-brothers-and-stripe-com.

18 Patrick Freyne, « A Lean, Keen Enterprise Machine », Business & Finance, 21 mai 2009.

19 « Because the success of Patrick Collison is a symbol of Ireland’s collossal failure to develop an indigenous technology industry to match the story we told ourselves. It is an indictment of our hypocrisy. His narrative has a simple message : if you are a creative entrepreneur of talent and drive, Ireland is not the place for you » (Richard Delevan, « Emigrant Irish Entrepreneurs », Business & Finance, 11 avril 2008).

20 Dan Breznitz est un universitaire de renommée mondiale, auteur d’un ouvrage, paru en 2007, dans lequel il compare les politiques et stratégies d’Israël, de Taiwan et de l’Irlande (Dan Breznitz, Innovation and the State : Political Choice and Strategies for Growth in Israel, Taiwan, and Ireland, New Haven, Yale University Press, 2007).

21 Nicole Matthews, « Leading the Way to Success », Business & Finance, 26 mars 2009.

22 Forfás, Towards Developing an Enterprise Strategy, Dublin, Forfás, septembre 2007.

23 Ibid., p. 5.

24 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, Building Ireland’s Smart Economy : A Framework for Sustainable Economic Renewal, Dublin, Stationery Office, 2008.

25 « The Smart Economy has, at its core, an exemplary research, innovation and commercialisation ecosystem. The objective is to make Ireland an innovation and commercialisation hub in Europe – a country that combines the features of an attractive home for innovative R&D-intensive multinationals while also being a highly-attractive incubation environment for the best entrepreneurs in Europe and beyond » (ibid., p. 8).

26 L’impôt sur les sociétés est de 12,5 % en Irlande.

27 « We are watching the decline and fall of the United States as an economic power – not hypothetically – but as we speak » (Craig Barrett cité dans : Michael Hennigan, « Home Truths on Irish Exports as Ireland Faces a Changed Global Economy in the Decade Ahead », 4 mai 2009, en ligne : http://www.finfacts.ie/irishfinancenews/article_1016593.shtml).

28 Il faut souligner que l’administration Obama avait pour objectif d’encourager les investissements à rester sur le territoire américain plutôt que d’aller à l’étranger.

29 « Ireland must wean itself from dependence on FDI. A low corporate taxation rate is not the most important factor moving forward, it goes beyond that. The next stage is not FDI but a series of policies that actively promote spillovers from FDI corporations to Irish indigenous firms. The best way forward is for young Irish people to become entrepreneurs and force existing business to compete and become the best in the world. If you look at the Chinese model, FDI is a transitional strategy, not an end game strategy, that creates a lasting impact. The key to Ireland’s next stage is to make the entire economy a modern economy and not one that depends on the success of foreign companies » (Finfacts Team, « Obama Advisor Says “Ireland Must Wean Itself from Dependence on FDI” », 5 novembre 2008, en ligne : http://www.finfacts.ie/irishfinancenews/article_1015171.shtml). Robert Shapiro était en Irlande en novembre 2008 pour participer à un séminaire sur les IDE en Irlande organisé par la University College Dublin Business School.

30 « Tánaiste Urges Unions to Negotiate », The Irish Times, 29 septembre 2009.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search