Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Quatrième partie. L’Irlande et l’élite entrepreneuriale de la diaspora : partenariat ou ingérence ?

Quatrième partie – Introduction

Texte intégral

  • 1 « Why Worry ? », The Economist, 14 octobre 2004.
  • 2 À ce sujet voir : Anne Groutel, « Économie irlandaise et mondialisation », in Le Tigre celtique en (...)

1En 2004, The Economist s’inquiétait de la hausse de l’inflation qui érodait la compétitivité de l’Irlande si dépendante des IDE1. Pour amortir les effets de la hausse des coûts2 et parer le risque de voir les multinationales étrangères plier bagage, le pays devait désormais s’efforcer d’attirer des activités de recherche et développement afin de faire progresser l’économie irlandaise dans la chaîne de valeur en la faisant évoluer vers une économie du savoir. Lors d’une visite officielle aux États-Unis en 2002, Mary Harney, la Tánaiste, insista sur ce qu’était devenue la nouvelle priorité des autorités irlandaises :

  • 3 « Ten years ago, we would have said jobs, jobs, jobs. […] Ireland now needs to become drivers of te (...)

Il y a dix ans, nous aurions dit « des emplois, des emplois et encore des emplois ». […] L’Irlande doit maintenant être à la pointe de la technologie […]. Au lieu de simplement jouer la partition, nous devons la composer3.

  • 4 Forfás, Towards Developing an Enterprise Strategy, Dublin, Forfás, septembre 2007 ; Forfás, Making (...)
  • 5 Small Business Forum, The Report of the Small Business Forum : Small Business Is Big Business, mai  (...)
  • 6 Eoin O’Driscoll, Ahead of the Curve : Ireland’s Place in the Global Economy, Dublin, Enterprise Str (...)

2Dans les années 2000, des rapports émanant d’organismes irlandais comme Forfás4 ou de groupes de réflexion, tels le Small Business Forum5 ou bien l’Enterprise Strategy Group6, mirent l’accent sur le besoin impérieux de développer l’entrepreneuriat, estimant que les entreprises locales avaient un rôle déterminant à jouer dans la transition de l’économie irlandaise vers une économie « intelligente ». Or, depuis la fin des années 1950, les gouvernants irlandais avaient donné priorité à la venue d’investissements étrangers plutôt que de miser sur une politique industrielle axée sur le développement de l’entrepreneuriat en Irlande.

Notes

1 « Why Worry ? », The Economist, 14 octobre 2004.

2 À ce sujet voir : Anne Groutel, « Économie irlandaise et mondialisation », in Le Tigre celtique en question, Catherine Maignant (dir.), Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, p. 91-104.

3 « Ten years ago, we would have said jobs, jobs, jobs. […] Ireland now needs to become drivers of technology […]. Instead of simply playing the tune, we’ve got to become the composers » (Mary Harney citée dans : « US-Ireland Business Summit – Washington », The Irish Emigrant, 8 septembre 2002. The Irish Emigrant était un e-hebdomaire publié de 1987 à 2012).

4 Forfás, Towards Developing an Enterprise Strategy, Dublin, Forfás, septembre 2007 ; Forfás, Making It Happen. Growing Enterprise for Ireland, Dublin, Forfás, septembre 2010, en ligne : http://edepositireland.ie/bitstream/handle/2262/70642/Forfas100924-Making_It_Happen-Growing_Enterprise_for_Ireland.pdf?sequence=1&isAllowed=y. Forfás (1994-2014) est un organisme indépendant investi par l’État d’une mission de conseil en matière de développement industriel, de politique économique et d’innovation.

5 Small Business Forum, The Report of the Small Business Forum : Small Business Is Big Business, mai 2006.

6 Eoin O’Driscoll, Ahead of the Curve : Ireland’s Place in the Global Economy, Dublin, Enterprise Strategy Group, 2004.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search