Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Troisième partie. L’influence économique et politique grandissante d’hommes d’affaires irlando-américains sur les deux Irlandes

Chapitre X

La diaspora au secours d’une Irlande en proie à une crise financière sans précédent

Texte intégral

  • 1 « Europe : qui sont les riches, qui sont les pauvres ? », Le Point, 12 décembre 2013, en ligne : ht (...)

1Durant la période dite du Tigre celtique, l’amélioration sensible du niveau de vie de la population irlandaise1, un taux d’immigration important ainsi que des taux d’intérêt historiquement bas alimentèrent une hausse soudaine de la consommation et de la demande en logements. Les banques irlandaises se mirent alors à emprunter massivement auprès de banques étrangères (principalement allemandes et françaises) pour satisfaire la demande croissante des particuliers et des promoteurs immobiliers.

Quand l’impensable se produit

  • 2 Cathal O’Connell, « The State and the Promotion of Home Ownership in Ireland », in The State and Ho (...)
  • 3 « Clearly there are big risks ahead, with a property crash perhaps the most threatening » (« Why Wo (...)

2À partir de 2003, les secteurs de la construction et de l’immobilier devinrent les moteurs principaux de la croissance économique irlandaise2. Dès 2004, The Economist s’inquiéta de la flambée des prix de l’immobilier en Irlande, conséquence de l’effet combiné de la forte demande de logements et de la baisse des taux d’intérêt imposée par la Banque centrale européenne à une économie irlandaise dont la croissance était déjà très rapide. Les banques irlandaises comme la Bank of Ireland et l’Allied Irish Bank, de grosses prêteuses, seraient très exposées au moment où la bulle immobilière éclaterait, était-il souligné. Et de conclure : « De toute évidence, de gros risques se profilent, un effondrement de l’immobilier est peut-être la plus grosse menace »3.

  • 4 John Walsh, « Not a Stone Will Stand upon a Stone », The Guardian, 9 mai 2006.
  • 5 Alan Ahearn, « Ireland Exposed by Reliance on Faltering US Economy », The Post, 31 décembre 2006.
  • 6 Morgan Kelly, « How the Housing Corner Stone of Our Economy Could Go into Rapid Freefall », The Iri (...)
  • 7 Morgan Kelly, « Property Market Approaching Critical Point », The Irish Times, 18 janvier 2008.

3En 2006, certains journalistes et économistes irlandais tirèrent la sonnette d’alarme. Ils dénoncèrent la dépendance excessive de l’économie irlandaise vis-à-vis des secteurs de la construction, secteur qui employait 13 % de la population active et représentait 23 % du PIB4, et de l’immobilier. Ils soulignèrent aussi le parallèle inquiétant entre la situation aux États-Unis5 et celle de l’Irlande. L’économiste Morgan Kelly redoutait un effondrement rapide du marché de l’immobilier de l’ordre de 40 % à 50 %6 et mit l’accent sur la position extrêmement périlleuse dans laquelle se trouvaient les banques irlandaises. Quand la demande en logements neufs commença effectivement à s’essouffler, courant 2006, nombre de promoteurs qui n’avaient pas anticipé cette tendance se retrouvèrent dans l’impossibilité d’écouler leurs stocks7. Ils durent se résoudre à réduire leurs prix pour faire face à leurs échéances bancaires. Il n’en fallut pas plus pour convaincre les potentiels acheteurs de repousser leur acquisition immobilière, puisque la tendance du marché était désormais à la baisse. La situation devint critique au lendemain du choc boursier du 29 septembre 2008 qui suivit l’annonce du rejet par le Congrès américain du plan Paulson, plan de sauvetage de sept cents milliards de dollars, destiné à faire face à la crise financière aux États-Unis. Le 6 octobre suivant, les places boursières enregistrèrent la plus forte baisse (sur une semaine) de leur histoire. Le gel des marchés financiers s’ensuivit.

  • 8 « Ailing Celtic Tiger ? », The Economist, 12 octobre 2007.
  • 9 Ce titre fait référence à la faillite de l’État islandais survenue fin 2008. La Liffey est la riviè (...)
  • 10 Louise Holden, « The Doom Merchant Whose Warnings Don’t Seem so Far-Fetched Anymore », The Irish Ti (...)
  • 11 Le PIB irlandais se contracta de 0,3 % au premier trimestre 2008 et de 0,5 % au deuxième trimestre (...)

4Dès octobre 2007, The Economist, qui s’interrogeait sur les possibles répercussions de la chute des prix de l’immobilier et sur le niveau d’endettement record des foyers irlandais, publia un article intitulé « Ailing Celtic Tiger ? »8 (« Un tigre celtique mal en point ? »). En février 2009, le même hebdomadaire titra « Rykjavik-on-Liffey »9, ne laissant cette fois plus de place au doute. Force est d’admettre que les prévisions de Morgan Kelly, alors accusé de jouer les trouble-fête10, se révélèrent exactes. L’Irlande fut le premier pays européen à entrer en récession au mois de septembre 200811.

5L’économie irlandaise, après avoir été portée aux nues pendant plus d’une décennie, tomba brusquement de son piédestal. À la fin des années 2000, l’Irlande exsangue renoua même avec l’émigration, un phénomène que l’on pensait appartenir au passé. Entre 2011 et 2015, le nombre de personnes qui quittèrent l’Irlande oscilla entre quatre-vingt mille et quatre-vingt-neuf mille par an12.

  • 13 Pour une synthèse à la fois claire et détaillée des causes et conséquences de la crise des subprime (...)
  • 14 Voir à ce sujet : Marie-Claire Considère-Charon, « Regards sur la crise irlandaise », Politique étr (...)
  • 15 Anne Groutel, « Une nouvelle gouvernance : une condition nécessaire à la reprise économique en Irla (...)

6Certes, la crise financière13, qui débuta sur le marché des prêts hypothécaires américains les plus risqués (subprimes) avant de s’étendre à l’ensemble des marchés financiers et de contaminer l’économie réelle à l’échelle mondiale, eut des répercussions en Irlande14. Néanmoins, une grande partie de l’opinion publique irlandaise ainsi que nombre de journalistes économiques, intellectuels publics et certains économistes s’accordent à dire que les causes de la crise irlandaise furent principalement endogènes et ont attribué la responsabilité de cette débâcle à l’administration Fianna Fáil15.

  • 16 La NAMA est une structure de défaisance. Ces structures rachètent des actifs à haut risque, à des i (...)
  • 17 Anne De Guigné, « L’Irlande, un pays malade de ses banques », Le Figaro, 22 novembre 2010 ; Charles (...)
  • 18 John Spain, « The Irish Are the Patsys of Europe », 1er décembre 2010, en ligne : http://www.irishc (...)
  • 19 « Statement of Purpose », The Irish Times, 7 mars 2011.

7Les mesures gouvernementales successives prises pour pallier la crise bancaire furent extrêmement lourdes de conséquences à la fois en termes économiques et politiques. Le gel des marchés financiers de septembre 2008 mit les banques irlandaises, privées de financement à court terme, au pied du mur. Pensant qu’il s’agissait d’une crise momentanée de liquidité, le gouvernement irlandais décida, à la hâte, que l’État garantirait, pour une période de deux ans, les dettes et dépôts des six grandes banques irlandaises à hauteur de quatre cent quarante milliards d’euros. En prenant cette décision, le gouvernement mit le doigt dans un engrenage infernal : recapitalisations successives, nationalisations de certaines banques, et enfin création, fin 2009, de la National Asset Management Agency (NAMA)16 qui reçut pour mission de racheter les prêts toxiques des banques. La décision du gouvernement irlandais de les renflouer mit les finances publiques à rude épreuve. En 2010, le déficit public atteignit 32 % du PIB et la dette 95 % de celui-ci17. En novembre de la même année, Dublin en fut réduit à faire appel à l’Union européenne et au Fonds monétaire international (FMI). Les deux organisations firent bénéficier l’Irlande d’un plan de sauvetage de quatre-vingt-cinq milliards d’euros, moyennant un taux intérêt de 5,8 %, taux jugé beaucoup trop élevé par la population irlandaise18. D’ailleurs, le Fine Gael, parti de centre droit, qui allait former, avec le Parti travailliste, la coalition qui succéda au Fianna Fáil à la tête du pouvoir, fit de la renégociation des termes du plan de sauvetage l’une de ses principales promesses électorales, durant la campagne pour les législatives de 201119.

8Par ailleurs, le plan de sauvetage accordé par l’Union européenne et le FMI leur donna un droit de regard sur les finances publiques irlandaises, ce qui fut très mal vécu par les Irlandais qui y virent une atteinte à la souveraineté nationale. Les passages qui suivent sont extraits d’un long article de Fintan O’Toole, intellectuel et chroniqueur très connu en Irlande, paru dans The Irish Times au moment de la visite des représentants du FMI et de l’Union européenne à Dublin, au mois de novembre 2010. Leur auteur exprime et explique tout à la fois les sentiments qui animaient la population irlandaise, à cette époque, et la résonance historique particulière de ce qui était, ni plus ni moins, une mise sous tutelle des finances publiques irlandaises :

  • 20 La Société des Irlandais unis était, à l’origine, une organisation politique libérale irlandaise cr (...)
  • 21 « The sense of having returned to the status of a subject people, obedient now to the whims of mone (...)

Le sentiment d’être revenu au statut de peuple assujetti, obéissant maintenant aux caprices des hommes d’argent plutôt qu’à un monarque, est palpable. Cela pourrait passer pour une simplification excessive de la situation critique dans laquelle nous sommes, mais cela n’est pas totalement infondé. Le sentiment d’humiliation nationale est un nouvel ingrédient qui vient s’ajouter aux émotions douloureuses de la mixture qui bout à petit feu au plus profond de la psyché irlandaise. La peur, la rage, le désespoir, la méfiance et l’impuissance mijotent dans la marmite depuis deux ans. Le nouvel ingrédient, qui est venu s’y ajouter cette semaine, est la honte. […] L’Irlande est placée sous surveillance adulte. Cela touche le nerf le plus sensible d’une ancienne colonie. Les puissances coloniales disent aux peuples qu’elles ont assujettis : « Vous n’êtes pas capables de vous gouverner ». Cette moquerie est profondément ancrée dans notre conscience historique. L’histoire irlandaise récente a été largement façonnée dans le but de prouver le contraire. La Proclamation de Pâques 1916 affirme « le droit du peuple d’Irlande à la propriété de l’Irlande et au droit sans limite de disposer de lui-même […] ». La lutte pour imposer cette idée de souveraineté populaire remonte au moins aux Irlandais unis20 de la fin du XVIIIe siècle. Leur conception révolutionnaire de « la souveraineté du peuple » est la pierre angulaire du nationalisme irlandais moderne21.

9En outre, la hausse des impôts des ménages et les coupes sombres dans le budget des dépenses sociales, mesures destinées à faciliter le remboursement du prêt accordé à l’Irlande, suscitèrent la colère de la population à l’égard des pouvoirs publics et de l’Union européenne dans une certaine mesure. En effet, les Irlandais estimaient injuste de devoir en subir les conséquences :

  • 22 « The terms of the European element of the bail-out arouse particular ire. There is something of a (...)

Les termes de la composante européenne du plan de sauvetage provoquèrent une colère toute particulière. Il y a comme un consensus, en Irlande, sur le fait qu’en novembre dernier c’est le pays qui a sauvé l’Europe (en particulier les investisseurs allemands et français qui ont massivement prêté aux banques irlandaises) plutôt que le contraire. Il y a eu des échanges houleux entre les représentants irlandais et ceux de l’Union européenne à propos de qui porte la responsabilité de la crise irlandaise. Certains estiment que la décision de l’État irlandais de se porter garant des dettes des banques était une mauvaise décision par comparaison avec la décision islandaise qui, après une débâcle similaire, a laissé les banques faire faillite et les créditeurs aller au diable22.

  • 23 Shane Ross, The Bankers : How the Banks Brought Ireland to Its Knees, Dublin, Penguin Books, 2010.
  • 24 David McWilliams, « Crisis Is an Opportunity Too Valuable to Squander », Irish Independent, 23 juil (...)

10Au-delà de son incompétence à gérer cette crise, le gouvernement irlandais fut aussi pris en défaut pour ne pas avoir mis en place un système efficace de supervision des banques et n’avoir pas su endiguer la corruption et le népotisme. Et pour cause, puisque le Fianna Fáil lui-même fut incriminé pour avoir entretenu des liens jugés trop étroits avec des magnats de l’immobilier et de la construction, pourvoyeurs de fonds pour les caisses du parti23. La crise économique fut donc doublée d’une crise politique profonde découlant de la perte de confiance des Irlandais dans les institutions du pays. La population fut prise d’une envie irrésistible de faire table rase et de prendre un nouveau départ24, ce qui devait nécessairement passer par le limogeage des responsables politiques du Fianna Faíl.

C’est dans le besoin que l’on reconnaît ses amis

11Les autorités irlandaises, en se précipitant au secours des banques du pays, mirent en péril les finances publiques. Cependant, l’intervention providentielle de quelques hommes d’affaires de la diaspora aida l’Irlande à limiter les dommages.

  • 25 Wilbur Ross Jr., « Tales from the Vault », Irish America, décembre / janvier 2015, en ligne : http: (...)
  • 26 Wilbur Ross Jr. a été ministre du Commerce de l’administration Trump. Il est entré en fonction le 2 (...)
  • 27 Lisa O’Carroll, « Wilbur Ross and Fairfax Rescue Bank of Ireland », The Guardian, 28 juillet 2011.
  • 28 Laura Noonan, Freya Berry, « U.S. Billionaire Wilbur Ross to Sell Landmark Bank of Ireland Investme (...)
  • 29 Patrick Counihan, « Billionaire Wilbur Ross Sells Off His Interest in Bank of Ireland, Triples Inve (...)

12En effet, alors qu’en 2011 la Bank of Ireland était condamnée à court terme à la nationalisation, un consortium d’investisseurs américains et canadiens fit l’acquisition de 34,9 % des parts de son capital. Cette opération, en réduisant la part de l’État de 36 % à 15,1 %, permit de contenir le risque de faillite qui le menaçait. En outre, elle contribua à restaurer un peu de la confiance perdue des investisseurs dans l’économie irlandaise25. Le magnat de la finance Wilbur Ross26, un Irlando-Américain, fut l’instigateur de ce consortium27. Il va sans dire que l’initiative de Ross, spécialiste du rachat d’entreprises en difficulté, arriva à point nommé. En tant que membre du conseil d’administration, il s’impliqua, semble-t-il, dans les affaires de la banque et lui prodigua de judicieux conseils28. Le milliardaire reçut d’ailleurs la Gold Medal de l’American Irish Historical Society, en novembre 2014, pour son rôle dans le sauvetage de l’institution financière. Mais, si l’intervention de Ross fut une aubaine pour le gouvernement irlandais, le milliardaire irlando-américain y trouva également son compte. Courant 2014, il revendit ses actions de la Bank of Ireland dont la valeur avait triplé depuis 2011. Achetées quatre cents millions de dollars, il en obtint 1,2 milliard de dollars29.

  • 30 James Hogan, un Autralien d’origine irlandaise, participa au Global Irish Economic Forum en 2009 et (...)
  • 31 Etihad est la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis.
  • 32 David Black, « Etihad Takes 3 Per Cent Stake in Aer Lingus », The National (Abu Dhabi), 2 mai 2012.
  • 33 IAG (International Airlines Group) regroupe British Airways, Iberia et Vueling.
  • 34 John Mulligan, « Etihad Flying High As Shares Double in Aer Lingus », Belfast Telegraph, 16 janvier (...)

13Par ailleurs, en mai 2012, le gouvernement irlandais, pris à la gorge, annonça sa décision de vendre ses parts (25 %) du capital d’Aer Lingus, compagnie aérienne irlandaise privatisée en 2006. James Hogan30, le PDG d’Etihad31, déclara lors d’un séjour à Dublin qu’il était prêt à considérer l’offre. En réalité, à l’abri des regards, son entreprise achetait des parts du capital d’Aer Lingus depuis déjà plusieurs mois par l’intermédiaire de la Bank of America et de Merrill Lynch. La transaction n’avait pas été rendue publique puisqu’elle représentait moins de 3 % du total des actions de la compagnie32. Aer Lingus bénéficiait de bons créneaux d’atterrissage à Heathrow, un atout pour Etihad qui racheta 2,98 % des actions d’Aer Lingus à l’État irlandais. Dans les années qui suivirent, Etihad continua à accroître sa participation au capital de la compagnie aérienne irlandaise qui s’élevait à 4,9 % du total en 2014. Cette acquisition renfloua un peu les caisses de l’État irlandais. Dans le même temps, Etihad fit une bonne affaire. En effet, quand elle revendit ses parts du capital d’Aer Lingus au groupe IAG33, en 2015, la valeur des actions de la compagnie irlandaise avait doublé34.

  • 35 Simon Carswell, « John Malone : The US Billionaire Buying Up Ireland », The Irish Times, 21 février (...)
  • 36 Malone n’est pas le seul à racheter des propriétés détenues par la NAMA, d’autres fonds vautours on (...)
  • 37 Barry J. White, « Tony O’Reilly : How the Billionaire’s Fortune Unravelled », The Daily Business Po (...)

14Dans un autre domaine, John C. Malone racheta des propriétés et bureaux qui, conséquence de la crise financière de 2008, étaient aux mains de la NAMA. Malone, un Irlando-Américain dont la fortune est estimée à 7,5 milliards de dollars, a réussi dans le secteur de la télévision par câble et des communications. UPC, le fournisseur de télévision par câble en Irlande, est l’une des filiales de son entreprise Liberty Media. Malone raconte qu’il serait tombé amoureux de la terre de ses ancêtres lors d’un déplacement professionnel en Irlande. Ayant eu vent des bonnes affaires à réaliser dans le secteur de l’immobilier après la crise, il décida non seulement d’acheter « un pied à terre » sur l’île, Humewood Castle (Co. Wicklow), mais également d’investir dans des propriétés, des hôtels de luxe et des élevages de chevaux. Entre 2012 et 2015, Malone investit deux cents millions d’euros en Irlande35, contribuant ainsi à faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État36. Pour l’anecdote, Malone a aussi racheté Castlemartin, le domaine de Tony O’Reilly qui fut contraint de se séparer de son bien, à la suite d’un revers de fortune37.

Notre chère diaspora

15À la fin des années 2000, la crise financière qui frappa l’Irlande amena les autorités irlandaises à vouloir redynamiser leur relation avec la diaspora, son élite entrepreneuriale en particulier qui pouvait contribuer à faire sortir le pays de l’ornière. Si certaines de ses figures prêtèrent main-forte aux autorités irlandaises, confrontées aux difficultés financières du pays, d’autres, en revanche, déploraient l’ingratitude de la population irlandaise et l’anti-américanisme ambiant. Celles-là étaient de fait moins empressées d’apporter leur concours. Elles l’avaient fait sentir au Taoiseach, en septembre 2005, lors de l’une de ses visites officielles à New York. Dermot Ahern, le ministre des Affaires étrangères irlandais, s’était d’ailleurs fait l’écho de leurs états d’âme :

  • 38 « I think the difficulty is that Irish-America in particular has is their growing feeling that Irel (...)

Je pense que le problème est que l’Amérique irlandaise a de plus en plus l’impression que l’Irlande, avec sa prospérité et sa confiance en elle-même nouvellement acquises, bat froid les États-Unis. Nous voulons leur argent pour promouvoir la paix, leurs investissements et les emplois qui vont avec, et un traitement de faveur dans l’obtention de visas pour nos jeunes. Mais, en même temps, nous voulons les enfermer dans la pièce du fond comme un vieil oncle qui a perdu la tête et qui nous fait honte devant nos nouveaux amis38.

  • 39 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, ambassade d’Irlande à W (...)

16Dublin devait donc trouver les mots justes pour inciter les figures de la diaspora à répondre à son appel. La valeur inestimable que représente la diaspora irlandaise pour l’Irlande fut reconnue dans un document publié par le ministère des Affaires étrangères, en 200939 :

  • 40 « The significant part played by Irish America in advancing the Northern Ireland peace process is r (...)

Le rôle significatif que la diaspora irlandaise aux États-Unis a joué dans le processus de paix en Irlande du Nord est un très bon exemple de l’impact énorme que peut avoir une diaspora hautement motivée et engagée. Le ralentissement économique actuel est un motif, qui arrive à point nommé, pour prêter de nouveau attention à nos communautés à l’étranger, particulièrement aux États-Unis, et voir comment nous pouvons promouvoir et dynamiser cette ressource inestimable. […] Le ministre des Affaires étrangères étudie plusieurs initiatives, auxquelles la communauté irlandaise à l’échelle mondiale serait associée, et qui ont pour but d’aider [l’Irlande] à faire face à la situation économique actuelle. Les personnalités irlando-américaines du monde des affaires ont, bien sûr, une fonction centrale dans de telles initiatives et on peut s’attendre à ce qu’elles désirent travailler avec nous, en étroite collaboration, pour soutenir l’économie40.

17Le message est formulé de manière habile. Il n’est pas question d’un appel au secours de la part d’un pays au fond du gouffre. Au contraire, le « ralentissement économique », doux euphémisme pour la crise que traversait alors l’Irlande, est présenté comme une occasion à ne pas manquer pour resserrer les liens avec les capitaines d’industrie irlando-américains, dont on attendait qu’ils coopèrent de bonne grâce.

18Au-delà de la reconnaissance de l’importance de la diaspora, ce document est également significatif, car il atteste que l’Irlande, même si elle désirait cultiver sa relation avec les grands chefs d’entreprise irlando-américains, avait compris qu’il fallait dorénavant compter avec les puissances émergentes et établir un réseau d’affaires de la diaspora à l’échelle mondiale.

La « tribu mondiale » : une « force de vente » sans égale

  • 41 David McWilliams, The Generation Game, Dublin, Gill & Macmillan, 2007.

19Alors que la situation économique de l’Irlande ne cessait de se dégrader, David McWilliams, économiste et journaliste expatrié revenu au pays, publia un ouvrage intitulé The Generation Game41, véritable panégyrique de la diaspora. Ce livre rencontra un franc succès en Irlande. McWilliams a, par la suite, défendu l’idée que la diaspora était une ressource exceptionnelle que les nouvelles technologies permettaient maintenant d’exploiter au mieux. L’extrait suivant, tiré d’un article publié par l’auteur sur son site, dépeint, avec une certaine froideur, ce que l’Irlande pourrait obtenir d’une relation plus étroite avec la diaspora, une relation guidée par l’intérêt :

  • 42 « The diaspora want to be part of our story and we, the homeland of the tribe, seem to turn our bac (...)

La diaspora veut faire partie de notre histoire et nous, la patrie de la tribu, semblons lui tourner le dos. Étant donné le nombre d’Irlandais très influents qui vivent partout dans le monde, il s’agit d’une grave erreur. […] Ils constituent nos réseaux, notre force de vente, ce sont ceux qui font vivre notre marque – et ils peuvent nous rendre de grands services si nous les laissons faire […]. Pensez au pouvoir d’une diaspora dans un monde où la communication est immédiate. […] Nous devrions faciliter les déplacements entre l’Irlande et l’Amérique pour les personnes d’origine irlandaise ; nous pourrions voir nos effectifs potentiels augmenter de quatre à 70 millions. Ces gens n’auraient nul besoin de venir s’installer ici – bien que certains le feraient sans doute – mais, en leur disant que l’Irlande leur est ouverte, et vice versa, vous créez le réseau nécessaire pour rivaliser avec la concurrence. Si l’on prend uniquement en considération les Irlandais d’Amérique, la puissance économique de la diaspora est irréfutable42.

  • 43 Ibid.

20Et de mettre en avant le fait que sur les trente-quatre millions d’Irlando-Américains recensés en 2005, onze millions étaient titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur ; 40 % étaient cadres supérieurs ou exerçaient une profession libérale ; 72 % étaient propriétaires ; et le revenu moyen des foyers irlando-américains était de cinquante-trois mille dollars. De même, McWilliams nota que les 3,8 millions d’Irlando-Canadiens, les 1,9 million d’Irlando-Australiens et le demi-million d’Irlando-Argentins avaient un profil tout aussi intéressant43. Nous sommes de toute évidence aux antipodes des propos lénifiants de Mary Robinson qui, en 1995, exhortait le peuple irlandais à chérir la diaspora.

21Force est par ailleurs d’admettre que le discours de McWilliams a parfois des relents nationalistes quand il parle de sa vision d’une grande Irlande :

  • 44 « It is time to see the island of Ireland in the 21st century as the cradle of a global nation. […](...)

Il est temps de considérer l’île d’Irlande au XXIe siècle comme le berceau d’une nation mondiale. […] Tout ce que nous avons à faire est d’imaginer une nouvelle Hibernie. […] Tout ce qui rend la tribu plus forte rend la mère patrie plus forte. Avec le temps la relation devient symbiotique. […] La mondialisation pourrait être l’âge d’or des Irlandais44.

22Mais si, pour McWilliams, des membres de la diaspora pouvaient éventuellement revenir en Irlande s’ils le désiraient, le pays devait sélectionner qui il acceptait sur son territoire :

  • 45 « The gardener will be cautious about introducing new plants which might overshadow some of the exi (...)

Le jardinier doit être prudent au moment d’introduire de nouvelles plantes qui pourraient faire de l’ombre aux variétés préexistantes. […] L’Irlande dans la mesure où elle attire beaucoup d’immigrants […] pourrait facilement voir sa culture diluée45.

Le Global Irish Economic Forum : « un Davos à l’irlandaise »46

  • 46 L’expression « An Irish Davos » est de David McWilliams.
  • 47 L’État irlandais a racheté Farmleigh House et son domaine à la famille Guinness en 1999. Farmleigh (...)
  • 48 Michelle Devane, « Site for Irish Diaspora », The Sunday Business Post, 9 novembre 2008.

23McWilliams eut l’idée de consulter l’élite mondiale de la diaspora sur la façon de sortir l’Irlande de la crise. Il soumit son idée aux dirigeants irlandais qui acceptèrent de la mettre en œuvre. Au mois de septembre 2009, des figures importantes de la diaspora irlandaise furent donc invitées avec les honneurs, à Farmleigh House47, à une rencontre au sommet, le Global Irish Economic Forum (GIEF). Cent quatre-vingts personnalités du monde des affaires, des arts et de la communication firent le déplacement. Elles réfléchirent pendant trois jours aux moyens de tirer l’Irlande d’affaire et à la meilleure façon de fédérer la diaspora irlandaise. Donald Keough et Denis P. Kelleher, deux membres de l’AIEAB, avaient déjà apporté leur contribution, puisqu’ils faisaient partie du groupe d’hommes d’affaires irlando-américains qui avaient investi cinq millions de dollars quelques mois auparavant dans Irishcentral.com, un site Internet dont la vocation est d’entretenir les liens entre la diaspora irlandaise et l’Irlande48.

  • 49 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic F (...)
  • 50 La Chatham House Rule permet aux participants d’une rencontre de divulguer des informations sur ce (...)

24L’ordre du jour de cette grand-messe fut rendu public. Les conseils et suggestions des groupes de travail furent publiés49 tout comme le fut la liste des participants. Même si la plupart des séances de travail eurent lieu à huis clos et que les participants durent s’engager à respecter la Chatham House Rule50, il s’agissait là d’un changement notable par rapport aux pratiques des autorités irlandaises qui, dans les années 1990, tenaient à la plus grande discrétion à l’égard de leurs contacts avec les personnages influents de l’IAEAB.

  • 51 Noreen Bowden, « High Profile Members of the Diaspora Asked for Advice », 21 septembre 2009, consul (...)

25Il y a fort à penser que l’objectif premier du gouvernement irlandais était de mobiliser les milieux d’affaires irlando-américains afin que leurs grands noms aident à restaurer la réputation de l’Irlande à l’étranger et qu’ils contribuent à attirer des investissements étrangers, comme par le passé. Or la teneur du message diffusé par ceux-ci lors de ce forum fut quelque peu différente de ce à quoi les autorités irlandaises pouvaient s’attendre. En effet, même si les participants approuvèrent les efforts du gouvernement pour transformer l’économie irlandaise en une économie du savoir, ils soulignèrent avec force que, pour ce faire, le pays devait développer ses atouts propres dans certains secteurs51. Il était jugé essentiel de retravailler l’image de marque du pays afin qu’il se distingue en affichant des caractéristiques uniques. Les entreprises autochtones seraient ainsi mieux armées pour faire face à la concurrence internationale et pour trouver de nouveaux débouchés.

  • 52 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic F (...)
  • 53 Ibid., annexe IV, p. 31 ; Forfás, Annual Business Survey of Economic Impact 2009, novembre 2010, p. (...)
  • 54 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic F (...)

26Il fallait, par exemple, tirer parti de l’image « verte » de l’Irlande52. Ceci permettrait de relancer le secteur irlandais de l’agroalimentaire qui rencontrait des difficultés majeures à cette époque. En 2009, il représentait 38,8 % des ventes du secteur industriel autochtone et 46 % des exportations des entreprises locales. Cette année-là, cette industrie avait enregistré un recul de 15 % de ses ventes à l’export, une chute due à un taux de change défavorable de l’euro par rapport à la livre sterling53. Les participants au forum croyaient au potentiel de croissance de ce secteur, en particulier en Asie et au Moyen-Orient54. Mettre l’accent sur la traçabilité des produits et sur une agriculture respectueuse de l’environnement pourrait faire la différence sur les marchés internationaux. Il fut proposé qu’un réseau international composé d’acteurs clés de ce secteur, issus de la diaspora, aide à promouvoir l’image d’une Irlande où la nature est généreuse et la nourriture saine. Cependant, au-delà de cette image de carte postale, l’Irlande devait innover afin d’augmenter la productivité et les marges bénéficiaires de ce secteur d’activité. Il fut aussi suggéré de développer la recherche biopharmaceutique sur les propriétés pharmacologiques des aliments et leur impact sur la santé. L’Irlande pourrait devenir un centre d’excellence en matière de développement de produits nutritionnels. Promouvoir les technologies « vertes » fit aussi partie des idées avancées.

  • 55 Anne Groutel, « L’art et la culture au service de l’économie irlandaise : perspectives, stratégies (...)
  • 56 « Cullen Hails Success of Irish Arts at Global Economic Forum », 19 septembre 2009, en ligne : www. (...)
  • 57 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic F (...)

27L’héritage culturel irlandais et l’image d’une nature protégée devaient également être exploités en priorité pour promouvoir l’écotourisme. Il fut, de surcroît, jugé nécessaire de faire connaître le dynamisme du secteur artistique et culturel car cela ne manquerait pas d’avoir des retombées positives sur l’économie, en général, et d’aider à redorer le blason du pays dont la réputation avait été mise à mal depuis le début de la crise55. Une étude menée par DKM Consultants a montré qu’en 2008 la valeur ajoutée de ce secteur s’élevait à 11,8 milliards d’euros soit 7,6 % du produit national brut irlandais. Il représentait 8,7 % des emplois56. Durant ce forum, Dermot Desmond, homme d’affaires très connu en Irlande, proposa la création d’une université des arts de la scène de classe mondiale. Elle serait non seulement un centre d’excellence en matière d’enseignement artistique, mais viserait également à faire converger les arts et l’innovation technologique. De manière générale, les participants à ce forum voulurent inciter les autorités irlandaises à adopter une vision plus large de la recherche et du développement, une vision jusqu’alors cantonnée aux nouvelles technologies de la communication et aux sciences du vivant57.

  • 58 Riverdance est un spectacle de danse traditionnelle composé de claquettes irlandaises, de chants, d (...)

28La création d’un autre site Internet permettant à la diaspora irlandaise de communiquer et de se tenir au courant de l’actualité irlandaise fut aussi proposée par John McColgan, le créateur de Riverdance58. Dans le domaine du tourisme, un projet visant à inciter la diaspora à venir passer des vacances en Irlande fut envisagé. Enfin, l’instauration d’un réseau diasporique mondial fut également évoquée. Comme nous allons le voir, certaines de ces initiatives ont vu le jour et ont contribué utilement à l’économie irlandaise.

Le Global Irish Network : un réseau connecté à l’échelle mondiale

29Le Global Irish Network (GIN) fut officiellement inauguré par le ministre irlandais des Affaires étrangères, Micheál Martin, en février 2010. Ce réseau fut créé dans l’optique de pérenniser les liens entre les personnalités qui participèrent au GIEF. Il fut placé sous l’égide de l’unité chargée des Irlandais de l’étranger (Irish Abroad Unit) au sein du ministère des Affaires étrangères.

  • 59 Voir à ce sujet : Jennifer M. Brinkerhoff, Digital Diasporas : Identity and Transnational Engagemen (...)
  • 60 Anne Groutel, « Irish Exporting Companies : Looking East, Looking South but Still Going West », in (...)

30De manière générale, les nouvelles technologies ont, sans conteste, contribué à resserrer les liens et à promouvoir l’engagement des diasporas dans les affaires de leur pays d’origine59. De fait, la création du GIN a véritablement marqué un tournant dans les relations entre les autorités irlandaises et des hommes d’affaires originaires d’Irlande. Tout d’abord, le réseau a permis d’établir des contacts très utiles dans quarante pays dont des pays émergents. Cela s’inscrit parfaitement dans la ligne de la nouvelle politique étrangère irlandaise dont l’objectif principal est d’établir des liens avec des marchés où les entreprises irlandaises pourront exporter60 ou investir.

  • 61 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, « Global Irish Network  (...)

31La mission de ce réseau présente certains points communs avec celle qui fut confiée à l’IAEAB dans les années 1990. Les membres du réseau doivent, entre autres, contribuer à améliorer l’image de l’Irlande à l’étranger car la réputation du pays a durement souffert pendant la crise. Ils doivent également, autant que faire se peut, aider l’IDA et les entreprises irlandaises à établir des contacts avec les décideurs au sein de grandes entreprises étrangères. L’aide aux entreprises de l’industrie agroalimentaire, la plus grosse industrie locale, figure parmi les objectifs principaux du réseau. Les membres du GIN se sont aussi engagés à servir de relais quand les autorités irlandaises désirent organiser une mission dans le pays où ils résident61.

32Le GIN se distingue cependant de l’IAEAB à certains égards. En premier lieu, alors qu’une certaine opacité entourait ce dernier, l’existence et le nom des membres du GIN sont connus de tous. Par ailleurs, ce dernier exerce la fonction d’un réseau et n’a pas vocation à donner des conseils stratégiques au gouvernement. En revanche, cette possibilité est offerte à ses membres lors des GIEF qui sont, en général, organisés tous les deux ans. Après chacun de ces événements, un rapport de synthèse est publié sur le site du réseau hébergé par le ministère des Affaires étrangères irlandais. Alors que l’IAEAB était un petit groupe de magnats irlando-américains, le GIN tire sa force de son nombre et de sa présence sur presque tous les continents. Il représente incontestablement un atout de poids pour un pays qui ne bénéficie pas de relations commerciales héritées d’un passé colonial.

The Gathering : quand l’Irlande bat le rappel de la tribu

  • 62 Eithne Shortall, « The Gathering Storm ; Tourism Venture or Cynical Bid for Emigrants’ Cash ? », Th (...)

33Lors du GIEF 2011, il fut annoncé qu’une série d’événements culturels seraient organisés durant l’année 2013, dans toute l’Irlande. La population serait encouragée à inviter parents et amis, installés à l’étranger, à venir en Irlande pour célébrer l’occasion. L’idée n’était pas nouvelle et ressemblait à s’y méprendre au An Tóstal du début des années 195062.

  • 63 L’Irlande connut une baisse de fréquentation de 25 % entre 2007 et 2010 (Gouvernement de la Républi (...)

34Le nombre de touristes n’avait cessé de décroître depuis plusieurs années63, le pays devait donc trouver des solutions pour relancer l’activité touristique. La diaspora fut considérée comme un marché plus facile à exploiter à court terme que le marché chinois, par exemple, où l’Irlande n’est guère connue et où tout reste à faire en matière de publicité.

  • 64 Dan Griffin, « We’re Not Alone in Hosting a Global Homecoming », The Irish Times, 10 novembre 2012  (...)
  • 65 Michael Clifford, « Gathering Storm : Byrne Brings Home Truth », Irish Examiner, 10 novembre 2012.
  • 66 Donald Clarke, « Tourism Initiative a Debate Gathering Momentum », The Irish Times, 10 novembre 201 (...)

35Durant les mois qui précédèrent le début des festivités, des doutes pesèrent sur le sort de l’initiative. En effet, l’Écosse avait mené l’expérience en 2009 et en avait été pour ses frais64. Certains journalistes se montrèrent ironiques vis-à-vis de ce que d’aucuns nommaient « la dernière combine du gouvernement »65, un projet dont les intentions paraissaient vagues. D’autres se demandèrent si les Irlandais allaient, ou non, se décider à inviter amis et famille à venir en Irlande. La diaspora allait-elle répondre à l’appel66 ?

36L’acteur Gabriel Byrne fut le grain de sable qui fit grincer la machine. Alors qu’il avait été nommé ambassadeur de la culture irlandaise par Dublin quelques mois auparavant, sans crier gare, il cloua le Gathering au pilori, qualifiant l’initiative « d’arnaque » (« a scam ») lors d’une émission de radio animée par le célèbre journaliste, Matt Cooper :

  • 67 « And when you talk to older people, Irish-American people here, and they say “we are sick to death (...)

Quand vous parlez aux personnes plus âgées, aux Irlando-Américains ici [aux États-Unis], ils disent « on en a marre de tout ça, parce que l’on ne parle de la diaspora ou des Irlando-Américains que comme des touristes, et [la seule question qui se pose est] comment on va faire venir ces gens pour stimuler notre tourisme et comment on peut les faire venir pour leur faire les poches »67

37Et de se souvenir de l’attitude qu’avaient certains Irlandais envers les Irlando-Américains en quête de leurs origines :

  • 68 « We used to ridicule the busloads of “Yanks” who came to Ireland to investigate their ancestral li (...)

On avait l’habitude de se moquer des autocars pleins d’« Amerloques » qui venaient en Irlande à la recherche de leurs liens ancestraux. D’une main, on prenait leur argent sans états d’âme pendant que l’on se servait de l’autre pour cacher notre dérision face à leurs efforts pour découvrir leurs racines irlandaises68.

  • 69 Joanne Hunt, « Abbey Director Criticises “Lip Service” to Culture », The Irish Times, 8 novembre 20 (...)
  • 70 « Lost in Translation ? The President Steps in to Explain Gabriel’s “Sham” », Irish Daily Mail, 24  (...)

38Des personnalités comme Fiach Mac Conghail, sénateur et l’un des directeurs du célèbre Abbey Theatre, ainsi que Mannix Flynn, écrivain, acteur et conseiller municipal de la ville de Dublin, abondèrent dans le sens de Byrne69. Le président de la République d’Irlande, Michael D. Higgins, ami de l’acteur, voulut nuancer les propos de ce dernier, soulignant que Byrne désirait surtout que le projet ait un contenu70.

  • 71 Eithne Shortall, « The Gathering Storm… ».

39Byrne obtint, semble-t-il, le soutien de la plupart des auteurs de lettres qui parvinrent aux quotidiens irlandais et des auteurs de commentaires sur les réseaux sociaux71. Certains journalistes saluèrent sa franchise :

  • 72 « Byrne did us all a favour. He punctured the bubble of hogwash surrounding the Gathering and artic (...)

Byrne nous a rendu service à tous. Il a crevé la bulle de foutaises qui entourait le Gathering et exprimé le malaise et la gêne que beaucoup de gens éprouvent envers ce projet […]. Byrne nous a aussi rendu service en balayant les apparences qui voulaient faire croire que tout cela n’est pas qu’une question d’argent. Dire le contraire serait hypocrite. Les sentiments ne sont utilisés que pour mettre de l’huile dans les rouages du tiroir-caisse72.

  • 73 Traduction libre de l’expression « the Grabbing » utilisée par Michael O’Leary (« Gathering Naysaye (...)
  • 74 « Campaign Postcards Gathering Only Dust ».

40Michael O’Leary, président de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair, joua également les trublions. Il baptisa l’initiative « le grappin »73. Tout en affirmant qu’il trouvait l’idée bonne, il critiqua les hausses de tarifs planifiées par l’aéroport de Dublin, les compagnies ferroviaires et de bus. De fait, fin 2012, Ryanair annonça que la compagnie aérienne ne prévoyait pas d’augmenter le nombre de ses vols pour le Gathering74.

  • 75 Les autorités irlandaises avaient tablé sur trois cent cinquante mille touristes supplémentaires, l (...)
  • 76 L’objectif fixé par les autorités irlandaises était de 168 millions. Le budget alloué par l’État fu (...)
  • 77 Le rapport final mentionne que ces touristes nord-américains restent, en général, plus longtemps en (...)

41L’année 2013 ne commença donc pas sous les meilleurs auspices pour ce projet dont les autorités irlandaises attendaient beaucoup. Cependant, le Gathering fut considéré comme une réussite et ce à plusieurs égards. En premier lieu, même si le nombre de touristes qui fit le déplacement spécialement fut moins élevé que prévu75, le festival rapporta cent soixante-dix millions d’euros supplémentaires, une somme supérieure aux projections76. Les touristes nord-américains furent les plus nombreux à se déplacer77.

  • 78 Ziene Mottiar, Bernadette M. Quinn, Theresa Ryan, A Study of the Social and Community Impacts of th (...)
  • 79 Fáilte Ireland, The Gathering – Final Report, p. 19.
  • 80 Ziene Mottiar et al., A Study of the Social and Community Impacts…, p. 33.

42Par ailleurs, d’après une étude menée par un cabinet de conseil indépendant78, les communautés locales jouèrent le jeu, puisqu’elles organisèrent au moins cinq mille événements dont 70 % furent organisés spécialement pour le festival79. Le rapport souligne le rôle primordial des volontaires qui contribuèrent largement au succès de l’événement80.

  • 81 Fáilte Ireland, The Gathering – Final Report, p. 52. Ce point figure dans la stratégie formulée par (...)

43Il faut cependant souligner que le rapport de Fáilte Ireland sur le Gathering déconseille d’organiser un tel festival plus d’une fois tous les cinq ans, car garantir tous les ans une telle mobilisation au niveau national et international semble difficilement envisageable. D’ailleurs, les Tailteann Games et An Tóstal ont montré la difficulté d’assurer la pérennité du succès de telles manifestations dont un phénomène d’usure finit par avoir raison. En revanche, il a été recommandé de maintenir les contacts établis avec les réseaux de la diaspora et de les intégrer dans la stratégie du pays en matière de tourisme81.

44On note les bons chiffres du tourisme en l’Irlande pour l’année 2014, malgré la crainte initiale d’assister à une baisse du nombre de visiteurs l’année suivant le Gathering. En réalité, il augmenta de 6 % et les revenus du tourisme de 9 % en 2014 par rapport à 2013. Le nombre de visiteurs nord-américains, en particulier, atteignit le niveau record de 1,1 million, soit 10 % de plus que l’année précédente82.

  • 83 Ibid.

45D’autres facteurs sont toutefois également à prendre en compte pour expliquer ces bons chiffres. Premièrement, l’Irlande est mieux desservie par les compagnies aériennes qu’auparavant. Deuxièmement, la croissance avait repris aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne, pays qui figurent parmi les marchés principaux de l’Irlande dans le secteur touristique. Troisièmement, l’État a baissé la TVA sur l’industrie hôtelière et supprimé la taxe sur les billets d’avion83. L’effet combiné de tous ces facteurs est probablement venu s’ajouter aux retombées positives du Gathering, en termes d’image.

  • 84 Fáilte Ireland, The Gathering – Final Report, p. 45.
  • 85 Fáilte Ireland, Fitzpatrick Associates, « The Gathering Ireland 2013 – Economic Impact Study – Fina (...)

46Les autorités irlandaises ont donc, a priori, atteint leur objectif. Elles sont parvenues à faire entrer de l’argent dans les caisses de l’État, ce dont elles avaient grand besoin, en faisant fructifier cet énorme capital que représente la diaspora irlandaise. Le rapport dressé par les organisateurs indique que le Gathering a contribué à améliorer l’image de l’Irlande en tant que destination touristique84, mais sans plus de précision. La tâche de dresser un bilan définitif sur l’impact économique de l’événement fut confiée à Fitzpatrick & Associates, document qui devait être remis en avril 2014. Ce fut effectivement le cas puisque l’on en trouve mention dans un autre rapport mais il n’a, à ce jour, pas été mis à la disposition du public85.

Farmleigh : une initiative critiquée en Irlande

  • 86 Pour des articles à la fois humoristiques et grinçants sur ce sujet, voir : Lise Hand, « Superheroe (...)
  • 87 « […] just a talking shop for yakkiti-yaks flying home to attend the All-Ireland final » (Michael O (...)

47Le GIEF ne fit pas l’unanimité et d’aucuns ne se privèrent pas de critiquer l’initiative gouvernementale86. En premier lieu, certains observateurs émirent des doutes sur l’utilité d’organiser un événement qui coûta trois cent mille euros aux contribuables irlandais, alors que le pays était en pleine crise financière. Ils y virent une tentative, de la part d’un gouvernement à bout de souffle et à court d’idées, pour sauver les apparences et laisser penser qu’il cherchait une solution pour sortir le pays de l’impasse. Michael O’Leary, connu pour son franc-parler, refusa de participer au prétexte que l’événement se résumerait à « une discussion de café du commerce pour des blablateurs revenant au pays pour la Finale »87. Et de se justifier :

  • 88 « I wouldn’t participate in a three-day photo shoot, listening to the great and the good of the Iri (...)

Je ne participerais sûrement pas à une séance photo de trois jours, à écouter les grands manitous de la diaspora dont beaucoup, comme Bob Geldof, n’emploient personne en Irlande, [et] ne paient pas d’impôts en Irlande. [En revanche] Je serais ravi d’aller passer quatre heures, un mardi, au Government Buildings, sans la presse, sans photos officielles, pour arrêter une liste de décisions et les mettre en œuvre88.

  • 89 Mark Little, « A Few Closing Thought », 20 septembre 2009, page consultée le 5 février 2010 sur le (...)
  • 90 Colm O’Doherty, « The Fetishists of Farmleigh », 22 septembre 2009, en ligne : http://www.progressi (...)

48Par ailleurs, le côté élitiste de ce forum, dont les participants semblaient si éloignés de ce que vivait la population irlandaise au quotidien, fit aussi l’objet de critiques89. Certains regrettèrent l’absence de sociologues qui auraient pu inciter les participants à repenser le modèle économique et sociétal de l’Irlande, un modèle qui, selon certains, repose sur un consumérisme débridé, sur toujours plus de croissance, et qui est jugé responsable des malheurs de l’Irlande90.

  • 91 Brendan Hughes, auteur du blog Brendanhughes.ie, est aujourd’hui à la tête de la plateforme numériq (...)

49Ce forum a peut-être pâti de l’image négative du gouvernement Fianna Fáil, dont la réputation avait été entachée par sa gestion calamiteuse de la crise. Force est cependant de constater que les critiques ne furent pas plus convaincus de son utilité a posteriori. Brendan Hughes91 fut l’un d’entre eux :

  • 92 « There were some big ideas, but to be honest I don’t think anyone would suggest there was a silver (...)

De grandes idées ont été avancées, mais, pour être honnête, je ne pense pas que quiconque puisse suggérer qu’il y ait un remède miracle dans tout cela et je serais inquiet si quiconque suggérait que l’on y trouve LA réponse à nos problèmes92.

50O’Leary, campant sur ses positions, se montra sévère :

  • 93 « It didn’t work because the government has no will to take tough decisions. They prefer photo ops (...)

Cela n’a pas marché parce que le gouvernement n’a pas la volonté de prendre des décisions difficiles. Ils préfèrent se faire prendre en photo avec la fine fleur de la diaspora plutôt que de s’asseoir avec de vrais hommes d’affaires afin de se mettre d’accord sur une petite liste de mesures et les mettre en œuvre. Rien n’a changé, c’est toujours la politique à la Bertie [Ahern] qui prévaut « beaucoup de tergiversations et pas d’action »93.

  • 94 Voir par exemple : Diarmuid MacShane, « Status Report of the Global Irish Economic Forum », 16 mars (...)
  • 95 Constantin Gurdgiev est l’ancien rédacteur en chef de Business and Finance Magazine. Il est docteur (...)

51Cette opinion était partagée par d’autres observateurs94 de la vie politique et économique irlandaise, comme l’économiste Constantin Gurdgiev95 qui, au lendemain de la publication du premier rapport périodique dans lequel figurait l’état d’avancement des projets proposés par le forum, se livra à une critique cinglante de l’administration Fianna Fáil. Et de conclure :

  • 96 Cette expression, qui fait maintenant partie du langage courant, est apparue dans les médias il y a (...)
  • 97 « What Farmleigh report does well, then ? It shows a deep degree of incompetence and insecurity amo (...)

Ce que le rapport sur Farmleigh parvient à faire ? Il montre le degré d’incompétence et de malaise qui règne parmi les politiques et les bureaucrates aux commandes d’Ireland Inc.96. Son manque cruel de nouvelles idées, son absence de volonté de rompre avec le statu quo sont frustrants surtout quand on sait que nombre de ceux qui étaient à Farmleigh, en septembre dernier, ont vraiment de bonnes idées. Mais, le ministère des Affaires étrangères et ce gouvernement n’avaient aucune intention de les entendre s’exprimer librement. Ce qui m’amène à faire une révélation à propos de Farmleigh. Pendant la préparation de Farmleigh, le ministère des Affaires étrangères s’est emparé de la liste des invités préparée par les concepteurs du projet et a éliminé sans pitié les invités qui ne lui plaisaient pas. Ainsi des personnalités très actives dans les débats politiques sur la scène nationale et internationale furent-elles évincées […]. Comment je sais cela ? Ce sont ceux qui ont eu l’idée de Farmleigh qui me l’ont dit eux-mêmes, une semaine avant que Farmleigh n’ait lieu97 !

  • 98 Denis O’Brien, le magnat des télécommunications, déplora qu’Eircom en soit à son cinquième rachat e (...)
  • 99 Voir les propos de Bob Geldof sur les hôtels et le produit touristique de l’Irlande (Ciarán Hancock (...)

52Il faut croire que le « filtrage » opéré par le ministère des Affaires étrangères ne fut pas assez rigoureux car quelques-unes des personnes conviées exprimèrent leurs critiques à l’égard de la politique économique du pays de façon extrêmement directe98, voire grossière99.

53Après être tombée très bas, l’économie irlandaise semble aujourd’hui se relever de façon spectaculaire, presque miraculeuse. Entre 2014 et 2017, elle a affiché le taux de croissance le plus élevé de l’Union européenne (26,3 % en 2015 et 5,2 % en 2016).

  • 100 Vanessa Boullet, « The Irish-US Economic Relations : End of an Era or a Promising Future ? », in Re (...)

54L’Irlande a suivi à la lettre la politique d’austérité dictée par Bruxelles, mais il n’est pas sûr que cela suffise à expliquer ce signe de reprise économique. Une chose est néanmoins certaine, les multinationales américaines ne désertèrent pas l’Irlande au moment où le navire prenait l’eau de toute part, bien au contraire. Il faut dire que la crise financière eut pour effet de faire chuter les salaires et les prix de l’immobilier, ce qui la rendit plus compétitive. Certes, les investissements américains en Irlande chutèrent de 13 % en 2009, mais dès l’année suivante la tendance était inversée et ils atteignaient presque le niveau record enregistré en 2002100. Le secteur des exportations dominé par les multinationales américaines est probablement le seul indicateur qui resta positif durant la crise financière.

55Certains magnats irlando-américains participèrent directement à renflouer les caisses de l’État irlandais en rachetant des parts détenues par ce dernier dans plusieurs entreprises. Mais, il serait présomptueux de leur attribuer le taux de croissance qu’affiche l’économie irlandaise, même si l’on ne peut exclure que certains d’entre eux aient utilisé leur influence pour attirer des investissements en Irlande, au moment où le pays traversait une mauvaise passe. Comme nous l’avons vu, cela s’est accompagné d’une influence grandissante et d’obligations en retour.

56Il convient donc, d’une part, d’apporter des éclaircissements sur ce qui rend l’Irlande particulièrement attractive aux yeux des multinationales étrangères et, d’autre part, d’expliquer ce qui se cache derrière les chiffres en trompe-l’œil de la croissance irlandaise. Ceci permettra de relativiser la bonne santé de l’économie du pays.

  • 101 La fiscalité irlandaise permettait aux multinationales « d’établir une filiale en Irlande dont la r (...)
  • 102 « Upsetting the Apple Cart », The Economist, 8 septembre 2016.
  • 103 Le transfer pricing est un autre procédé utilisé très couramment en Irlande et ailleurs par les mai (...)

57Hormis un taux de fiscalité des entreprises particulièrement intéressant, l’Irlande est connue pour les failles dans son régime fiscal. Le « double irlandais » (double Irish)101, par exemple, était une méthode utilisée par des multinationales comme Apple, passées maîtres dans l’art de l’optimisation fiscale, pour faire enregistrer leurs profits dans des paradis fiscaux via l’Irlande. Cela leur permettait d’échapper en grande partie à l’impôt. Toutefois, au vu du manque à gagner, tant les autorités américaines que les instances européennes, qui avaient jusqu’alors toléré ces pratiques, se montrent beaucoup plus regardantes depuis la crise de 2008. L’Union européenne a même enjoint l’Irlande de récupérer treize milliards d’euros auprès d’Apple, somme correspondant aux impôts non payés par la multinationale à l’État irlandais102. En 2014, l’Irlande a donc annoncé son intention de supprimer la possibilité pour les entreprises d’utiliser le « double irlandais », en changeant les règles de résidence. Toutes les entreprises en Irlande doivent désormais être résidentes fiscales en Irlande. Cela étant dit, il existe d’autres biais à la disposition des multinationales comme les fusions d’inversion fiscale103. Des entreprises étrangères, en fusionnant avec des entreprises autochtones, peuvent ainsi se faire domicilier en Irlande et bénéficier du taux d’imposition sur les sociétés en vigueur en Irlande.

  • 104 Christopher Dembik, « + 26,3 % pour le PIB gaélique : la véritable explication à la surperformance (...)
  • 105 Ibid.

58L’ensemble de ces pratiques, aux yeux de certains « condamnable[s] moralement mais parfaitement légal[es] »104, a toutefois un certain nombre d’inconvénients pour l’Irlande. En premier lieu, elles donnent du pays l’image d’un paradis fiscal, ce qui n’est pas bon pour sa réputation. En second lieu, elles ont pour conséquence depuis des années de gonfler artificiellement les indicateurs économiques, en particulier le PIB, qui ne reflètent pas l’état de l’économie réelle. Ainsi le taux de croissance irlandais de 26,3 %, en 2015, serait-il dû au fait que, cette année-là, plusieurs multinationales ont profité du mécanisme de fusion d’inversion fiscale105. Le Central Statistics Office, l’organisme irlandais chargé d’établir les statistiques du pays, a d’ailleurs annoncé, en 2017, qu’il allait abandonner le PIB comme outil statistique pour mesurer la santé et la taille de l’économie irlandaise, et opter pour le revenu national brut ajusté (RNB). Dans la mesure où ce dernier ne prendra pas en compte les effets liés à la re-domiciliation de ces multinationales ou au transfert et à la dépréciation de leurs actifs financiers, il devrait constituer un étalon plus fiable.

  • 106 Romaric Godin, « Irlande : une croissance de 26,3 % artificiellement gonflée », La Tribune, 12 juil (...)

59Pour Romaric Godin, la croissance irlandaise n’en est pas pour autant « fictive » puisque la consommation des ménages a progressé de 4,4 % et que la croissance de tous les secteurs est supérieure à 5 %, mais elle n’est certainement pas aussi élevée que ce que le PIB pourrait laisser penser106.

Notes

1 « Europe : qui sont les riches, qui sont les pauvres ? », Le Point, 12 décembre 2013, en ligne : http://www.lepoint.fr/economie/europe-qui-sont-les-riches-qui-sont-les-pauvres-12-12-2013-1768553_28.php.

2 Cathal O’Connell, « The State and the Promotion of Home Ownership in Ireland », in The State and Housing in Ireland : Ideology, Policy and Practice, New York, Nova Science Publishers, 2007, p. 138.

3 « Clearly there are big risks ahead, with a property crash perhaps the most threatening » (« Why Worry ? », The Economist, 16 octobre 2004).

4 John Walsh, « Not a Stone Will Stand upon a Stone », The Guardian, 9 mai 2006.

5 Alan Ahearn, « Ireland Exposed by Reliance on Faltering US Economy », The Post, 31 décembre 2006.

6 Morgan Kelly, « How the Housing Corner Stone of Our Economy Could Go into Rapid Freefall », The Irish Times, 18 janvier 2006 ; Morgan Kelly, « Banking on Very Shaky Foundations », The Irish Times, 7 septembre 2007.

7 Morgan Kelly, « Property Market Approaching Critical Point », The Irish Times, 18 janvier 2008.

8 « Ailing Celtic Tiger ? », The Economist, 12 octobre 2007.

9 Ce titre fait référence à la faillite de l’État islandais survenue fin 2008. La Liffey est la rivière qui coule à Dublin (« Reykjavik-on-Liffey », The Economist, 5 février 2009).

10 Louise Holden, « The Doom Merchant Whose Warnings Don’t Seem so Far-Fetched Anymore », The Irish Times, 13 avril 2010.

11 Le PIB irlandais se contracta de 0,3 % au premier trimestre 2008 et de 0,5 % au deuxième trimestre (« L’Irlande entre officiellement en récession », 25 septembre 2008, en ligne : https://www.france24.com/fr/20080925-lirlande-entre-officiellement-recession-crise-financi%C3%A8re ; voir également le site suivant pour des informations plus détaillées : https://www.cso.ie/en/releasesandpublications/ep/p-mip/mip2014/economy/ef). Comme aux États-Unis, en Irlande on considère que l’économie entre dans une phase de récession quand le PIB se contracte deux trimestres consécutifs.

12 Central Statistics Office (Dublin) (https://www.cso.ie/en/releasesandpublications/er/pme/populationandmigrationestimatesapril2015, Table 1 : « Components of the Annual Population Change, 1987-2015 »).

13 Pour une synthèse à la fois claire et détaillée des causes et conséquences de la crise des subprimes, voir : Jean-Charles Bricongne, Vincent Lapègue, Olivier Monso, « La crise des “subprimes” : de la crise financière à la crise économique », in La récession se prolonge, note de conjoncture de l’INSEE, mars 2009, en ligne : http://www.insee.fr/fr/indicateurs/analys_conj/archives/mars2009_d1.pdf. Voir également à ce sujet : La crise financière et les économies du monde anglophone, Valérie Peyronel, Catherine Coron, Régine Hollander (dir.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2010.

14 Voir à ce sujet : Marie-Claire Considère-Charon, « Regards sur la crise irlandaise », Politique étrangère, nº 2, 2011, p. 429-440 ; Anne Groutel, « L’Irlande : un avenir très incertain », Grande Europe, nº 32, 2011, p. 3-9.

15 Anne Groutel, « Une nouvelle gouvernance : une condition nécessaire à la reprise économique en Irlande ? », Revue LISA / LISA e-journal, vol. 13, nº 2, 2015, Capitalisme anglo-saxon et monde(s) anglophone(s), Martine Azuelos (dir.), en ligne : http://lisa.revues.org/8396.

16 La NAMA est une structure de défaisance. Ces structures rachètent des actifs à haut risque, à des institutions financières publiques ou privées, au-dessus de leur valeur de marché. L’objectif est d’éviter les faillites bancaires systémiques en socialisant les pertes. En d’autres termes, l’État, ou une collectivité locale, prend à sa charge les coûts engagés initialement par les institutions défaillantes.

17 Anne De Guigné, « L’Irlande, un pays malade de ses banques », Le Figaro, 22 novembre 2010 ; Charles Forelle, David Enrich, « Ireland’s Fate Tied to Doomed Banks », The Wall Street Journal, 10 novembre 2010.

18 John Spain, « The Irish Are the Patsys of Europe », 1er décembre 2010, en ligne : http://www.irishcentral.com/opinion/others/the-irish-are-the-patsys-of-europe-111104154-238056261?q=the%20irish%20are%20the%20patsys.

19 « Statement of Purpose », The Irish Times, 7 mars 2011.

20 La Société des Irlandais unis était, à l’origine, une organisation politique libérale irlandaise créée pour obtenir une réforme parlementaire du pays. S’inspirant de la Révolution américaine et de la Révolution française, elle évolua en organisation républicaine révolutionnaire.

21 « The sense of having returned to the status of a subject people, obedient now to the whims of money men rather than of a monarch, is palpable. It may be a gross oversimplification of our plight, but it is not without a basis in plain truth. This sense of national humiliation accounts for the addition of another feeling to the stew of unhappy emotions that is simmering away in the Irish psyche. Fear, rage, despair, distrust and helplessness have all been in the pot for the past two years. The new ingredient added this week is shame. […] Ireland is being placed under adult supervision. And that cuts right through to the most tender nerve of a former colony. What colonial overlords tell their subject peoples is : “You’re not fit to govern yourself”. That taunt is deeply embebbed in our historical consciousness. Much of modern Irish history has been shaped by the attempt to disprove it. The Proclamation of Easter 1916 declares “the right of the people of Ireland to the ownership of Ireland, and to the unfettered control of Irish destinies […]”. The struggle to assert this idea of popular sovereignty goes back at least to the United Irishmen of the late 18th century. Their revolutionary idea of the “sovereignty of the people” is the cornerstone of modern Irish nationalism » (Fintan O’Toole, « Fear, Rage, Despair and Distrust Have Been in the Pot for Two Years. The New Ingredient Is Shame », The Irish Times, 20 novembre 2010).

22 « The terms of the European element of the bail-out arouse particular ire. There is something of a consensus in Ireland that the country rescued Europe (specifically, German and French investors that had lent heavily to Irish banks) last November, rather than the other way around. There have been heated exchanges between Irish and EU politicians over how to apportion the blame for Ireland’s crash. Some compare Ireland’s bank guarantee unfavourably with Iceland’s decision, after similar meltdown in October 2008, to let the banks go to the wall, creditors be damned » (« After the Race », The Economist, 17 février 2011).

23 Shane Ross, The Bankers : How the Banks Brought Ireland to Its Knees, Dublin, Penguin Books, 2010.

24 David McWilliams, « Crisis Is an Opportunity Too Valuable to Squander », Irish Independent, 23 juillet 2008 ; Kieran Mulvey, « The Crisis Is an Opportunity to Reshape Nation’s Destiny », Irish Independent, 27 avril 2010 ; Fintan O’Toole, Enough Is Enough : How to Build a New Republic, Londres, Faber and Faber, 2010.

25 Wilbur Ross Jr., « Tales from the Vault », Irish America, décembre / janvier 2015, en ligne : http://irishamerica.com/2014/12/tales-from-the-vault.

26 Wilbur Ross Jr. a été ministre du Commerce de l’administration Trump. Il est entré en fonction le 27 février 2017 et a occupé ce poste durant toute la mandature du président Donald Trump.

27 Lisa O’Carroll, « Wilbur Ross and Fairfax Rescue Bank of Ireland », The Guardian, 28 juillet 2011.

28 Laura Noonan, Freya Berry, « U.S. Billionaire Wilbur Ross to Sell Landmark Bank of Ireland Investment », 9 juin 2014, en ligne : http://www.reuters.com/article/us-bank-of-ireland-ross-idUSKBN0EK1PH20140609.

29 Patrick Counihan, « Billionaire Wilbur Ross Sells Off His Interest in Bank of Ireland, Triples Investment », 10 juin 2014, en ligne : http://www.irishcentral.com/news/American-billionaire-Wilbur-Ross-sells-off-his-interest-in-Bank-of-Ireland-and-triples-investment.html.

30 James Hogan, un Autralien d’origine irlandaise, participa au Global Irish Economic Forum en 2009 et 2011.

31 Etihad est la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis.

32 David Black, « Etihad Takes 3 Per Cent Stake in Aer Lingus », The National (Abu Dhabi), 2 mai 2012.

33 IAG (International Airlines Group) regroupe British Airways, Iberia et Vueling.

34 John Mulligan, « Etihad Flying High As Shares Double in Aer Lingus », Belfast Telegraph, 16 janvier 2015 ; John Mulligan, « Etihad to Sell 5pc Aer Lingus Stake to IAG for €66m », Belfast Telegraph, 9 juin 2015.

35 Simon Carswell, « John Malone : The US Billionaire Buying Up Ireland », The Irish Times, 21 février 2015.

36 Malone n’est pas le seul à racheter des propriétés détenues par la NAMA, d’autres fonds vautours ont fait de même (Attracta Mooney, « “Agressive” Vulture Funds Swoop In on Irish Property », The Financial Times, 20 février 2017).

37 Barry J. White, « Tony O’Reilly : How the Billionaire’s Fortune Unravelled », The Daily Business Post, 24 juin 2014.

38 « I think the difficulty is that Irish-America in particular has is their growing feeling that Ireland, with its new wealth and confidence, is beginning to turn a little sour on the US. We want their peace money, their inward investment and jobs and special treatment in terms of visas for our young people. But at the same time we want to keep them locked away in the back room like an old demented uncle who is out of step and very embarrassing to our new friends » (Jerome Reilly, « US Economic Big-Wig Warns : “We’re Sick of Your America-Bashing” », Irish Independent, 25 septembre 2005).

39 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, ambassade d’Irlande à Washington, Ireland and America : Challenges and Opportunities in a New Context, mars 2009, en ligne : http://studylib.net/doc/7647330/ireland-and-the-usa—a-strategic-review-of-opportunities-.

40 « The significant part played by Irish America in advancing the Northern Ireland peace process is recognized as a particular example of the enormous impact which a highly motivated and committed diaspora can have. The current economic downturn represents a timely stimulus to look again at our overseas communities, particularly in the US, and to see how this valuable resource can be elevated to a new and even more dynamic level. […] The Minister for Foreign Affairs is looking at a number of initiatives involving our global Irish community aimed at helping to address the current economic situation. The Irish American business leadership is, of course, central to any such initiatives and it can be anticipated that they will wish to play their part in working closely with us in support of the economy » (ibid., p. 13).

41 David McWilliams, The Generation Game, Dublin, Gill & Macmillan, 2007.

42 « The diaspora want to be part of our story and we, the homeland of the tribe, seem to turn our backs on them. With so many prominent Irish people in positions of power around the world, this is quite an oversight. […] They are our networks, our sales force, the people who maintain our brand – and they can be of great service to us, if we let them. Because they want to be part of our story, we can fill a gap that they feel in terms of their heritage. […] Think about the power of the diaspora in a world where communication is immediate. […] We should be promoting much freer travel between Ireland and America for people of Irish heritage ; we could see our potential workforce increase from four million to 70 million. These people would not have to move here – although some undoubtedly would – but by telling them that Ireland is open to them and vice-versa, you create the network necessary to compete. If we just consider the Irish in America, the commercial power of the diaspora is irrefutable » (David McWilliams, « Diaspora Can Foster Future Success », 31 août 2009, en ligne : http://www.davidmcwilliams.ie/diaspora-can-foster-future-success).

43 Ibid.

44 « It is time to see the island of Ireland in the 21st century as the cradle of a global nation. […] All we have to do is imagine a New Hibernia. […] Anything that makes the tribe stronger makes the homeland stronger. In time the relationship becomes symbiotic. […] Globalisation could be the golden era of the Irish » (David McWilliams, « The Jack Charlton Theory of Economics », 10 septembre 2007, en ligne : http://www.davidmcwilliams.ie/the-jack-charlton-theory-of-economic).

45 « The gardener will be cautious about introducing new plants which might overshadow some of the existing varieties. […] Ireland – given that we are a magnet for immigrants […] could find its culture diluted quite easily » (ibid.).

46 L’expression « An Irish Davos » est de David McWilliams.

47 L’État irlandais a racheté Farmleigh House et son domaine à la famille Guinness en 1999. Farmleigh House est le lieu où logent les chefs d’État en visite officielle en Irlande.

48 Michelle Devane, « Site for Irish Diaspora », The Sunday Business Post, 9 novembre 2008.

49 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic Forum Report, 2009.

50 La Chatham House Rule permet aux participants d’une rencontre de divulguer des informations sur ce qui s’est dit durant ladite réunion. Cependant, ils s’engagent à ne révéler ni le nom ni l’affiliation des intervenants.

51 Noreen Bowden, « High Profile Members of the Diaspora Asked for Advice », 21 septembre 2009, consulté sur le site www.emigrant.ie, qui n’existe plus.

52 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic Forum Report, 2009, p. 27.

53 Ibid., annexe IV, p. 31 ; Forfás, Annual Business Survey of Economic Impact 2009, novembre 2010, p. 9-10, en ligne : http://edepositireland.ie/bitstream/handle/2262/70638/forfas101123-ABSEI_2009%20-%20Results.pdf?sequence=1&isAllowed=y.

54 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic Forum Report, 2009, p. 32.

55 Anne Groutel, « L’art et la culture au service de l’économie irlandaise : perspectives, stratégies et controverses », Revue Babel, nº 27-VIII, 2013, Les nations celtiques et le monde contemporain, Frédéric Armao (dir.), p. 153-165.

56 « Cullen Hails Success of Irish Arts at Global Economic Forum », 19 septembre 2009, en ligne : www.hotpress.com/archive/5829319.html.

57 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, Global Irish Economic Forum Report, 2009, p. 27.

58 Riverdance est un spectacle de danse traditionnelle composé de claquettes irlandaises, de chants, de ballets et de musique. Le spectacle a fait le tour du monde et a contribué à faire connaître la culture irlandaise.

59 Voir à ce sujet : Jennifer M. Brinkerhoff, Digital Diasporas : Identity and Transnational Engagement, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

60 Anne Groutel, « Irish Exporting Companies : Looking East, Looking South but Still Going West », in Revisiting the UK and Ireland’s Transatlantic Economic Relationship with the United States in the 21st Century : Beyond Sentimental Rhetoric, Anne Groutel, Marie-Christine Pauwels, Valérie Peyronel (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 2017, p. 210-214.

61 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, « Global Irish Network », en ligne : https://www.dfa.ie/global-irish/business-and-education/global-irish-network.

62 Eithne Shortall, « The Gathering Storm ; Tourism Venture or Cynical Bid for Emigrants’ Cash ? », The Sunday Times (Irl.), 11 novembre 2012.

63 L’Irlande connut une baisse de fréquentation de 25 % entre 2007 et 2010 (Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Affaires étrangères, The Report of Second Global Irish Economic Forum, Dublin Castle, 7-8 octobre 2011, 22 novembre 2011, annexe 2, appendice 3, p. 14).

64 Dan Griffin, « We’re Not Alone in Hosting a Global Homecoming », The Irish Times, 10 novembre 2012 ; Seán McCárthaigh, « Organisers Defend Gathering Tourism Targets », The Irish Times, 27 août 2012.

65 Michael Clifford, « Gathering Storm : Byrne Brings Home Truth », Irish Examiner, 10 novembre 2012.

66 Donald Clarke, « Tourism Initiative a Debate Gathering Momentum », The Irish Times, 10 novembre 2012 ; Eithne Shortall, « The Gathering Storm… » ; « Campaign Postcards Gathering Only Dust », Irish Independent, 15 novembre 2012 ; « Criticising the Gathering », The Irish Times, 10 novembre 2012.

67 « And when you talk to older people, Irish-American people here, and they say “we are sick to death of this, because the only time the diaspora, or the Irish-Americans, are ever mentioned is as tourists, and how can we get these people here to boost our tourism, and how can we get people back here so that we can shake them down for a few quid” » (Michael Clifford, « Gathering Storm : Byrne Brings Home Truth »).

68 « We used to ridicule the busloads of “Yanks” who came to Ireland to investigate their ancestral links. We happily took their money with one hand while we used the other to hide our derision at their endeavours to discover their Irish roots » (Gabriel Byrne cité dans : « Maybe I’m Naive, Gabriel, but I Think Diaspora Still Has a Bit of a Grá for Us », Irish Independent, 7 novembre 2012).

69 Joanne Hunt, « Abbey Director Criticises “Lip Service” to Culture », The Irish Times, 8 novembre 2012.

70 « Lost in Translation ? The President Steps in to Explain Gabriel’s “Sham” », Irish Daily Mail, 24 novembre 2012.

71 Eithne Shortall, « The Gathering Storm… ».

72 « Byrne did us all a favour. He punctured the bubble of hogwash surrounding the Gathering and articulated an unease and confusion that many people have about the project […]. Byrne also did everyone a favour by sweeping aside the façade that this is about something other than money. To express otherwise is disingenuous. Sentiment is only used to grease the till » (Shane Hegarty, « The Gathering Special Quality : Leo’s Smugness », The Irish Times, 10 novembre 2012).

73 Traduction libre de l’expression « the Grabbing » utilisée par Michael O’Leary (« Gathering Naysayers Urged to Cut the Criticism », Irish Examiner, 5 décembre 2012).

74 « Campaign Postcards Gathering Only Dust ».

75 Les autorités irlandaises avaient tablé sur trois cent cinquante mille touristes supplémentaires, le nombre atteint se situe entre deux cent cinquante mille et deux cent soixante-quinze mille (Fáilte Ireland, The Gathering – Final Report, décembre 2013, p. 3, en ligne : http://www.failteireland.ie/FailteIreland/media/WebsiteStructure/Documents/eZine/TheGathering_FinalReport_JimMiley_December2013.pdf).

76 L’objectif fixé par les autorités irlandaises était de 168 millions. Le budget alloué par l’État fut de treize millions d’euros, un montant somme toute modique (ibid.).

77 Le rapport final mentionne que ces touristes nord-américains restent, en général, plus longtemps en Irlande et dépensent plus que les autres touristes (ibid., p. 51).

78 Ziene Mottiar, Bernadette M. Quinn, Theresa Ryan, A Study of the Social and Community Impacts of the Gathering in Counties Kerry and Westmeath, Dublin, Dublin Institute of Technology, School of Hospitality Management and Tourism, 1er mars 2014, en ligne : http://arrow.dit.ie/cgi/viewcontent.cgi?article=1019&context=tfschhmtrep.

79 Fáilte Ireland, The Gathering – Final Report, p. 19.

80 Ziene Mottiar et al., A Study of the Social and Community Impacts…, p. 33.

81 Fáilte Ireland, The Gathering – Final Report, p. 52. Ce point figure dans la stratégie formulée par le ministère irlandais des Transports, du Tourisme et des Sports, mais les modalités ne sont pas précisées (Gouvernement de la République d’Irlande, ministère des Transports, du Tourisme et du Sport, People, Place and Policy – Growing Tourism to 2025, mars 2015, p. 56, en ligne : https://assets.gov.ie/19625/0740208ab1524fa3962da51e46bd43af.pdf).

82 Fáilte Ireland, Annual Report, 2014, p. 5, en ligne : https://failteireland.ie/FailteIreland/media/WebsiteStructure/Documents/4_Corporate_Documents/Annual_Reports/Failte-Ireland-Annual-Report-2014.pdf?ext=.pdf.

83 Ibid.

84 Fáilte Ireland, The Gathering – Final Report, p. 45.

85 Fáilte Ireland, Fitzpatrick Associates, « The Gathering Ireland 2013 – Economic Impact Study – Final Report », 2014, cité dans : ministère des Transports, du Tourisme et du Sport, « Tourism Marketing Fund. Value for Money and Policy Review. Appendix 2 : Literature Review », juin 2019, p. 11, en ligne : https://igees.gov.ie/wp-content/uploads/2020/09/Appendix-2_Literature-Review.pdf.

86 Pour des articles à la fois humoristiques et grinçants sur ce sujet, voir : Lise Hand, « Superheroes of the Irish Diaspora Know How to Talk, Now Let’s See Action », Irish Independent, 21 septembre 2009 ; Diarmuid MacShane, « Diaspora, Schmiaspora ! How about the Chickens Who Came Home to Roost », article consulté en ligne le 30 mai 2017 mais qui n’est plus disponible. Voir également deux lettres de lecteurs de The Irish Times, « Farmleigh Forum », le 23 septembre 2009.

87 « […] just a talking shop for yakkiti-yaks flying home to attend the All-Ireland final » (Michael O’Leary cité dans : Conor McMorrow, « The Hot Éire Balloon », The Sunday Tribune, 7 février 2010).

88 « I wouldn’t participate in a three-day photo shoot, listening to the great and the good of the Irish diaspora, a lot of whom, like Bob Geldof, don’t employ anybody in Ireland, don’t pay taxes in Ireland. I’d happily go along for four hours on a Tuesday in Government Buildings, with no press, no photo-calls, and come up with a list of decisions, and then let’s implement them » (Michael O’Leary cité dans : Ciarán Hancock, « Will Farmleigh Make a Difference », The Irish Times, 26 septembre 2009).

89 Mark Little, « A Few Closing Thought », 20 septembre 2009, page consultée le 5 février 2010 sur le site http://www.rte.ie mais qui n’est plus disponible.

90 Colm O’Doherty, « The Fetishists of Farmleigh », 22 septembre 2009, en ligne : http://www.progressive-economy.ie/2009/09/fetishists-of-farmleigh.html.

91 Brendan Hughes, auteur du blog Brendanhughes.ie, est aujourd’hui à la tête de la plateforme numérique du groupe de presse Independent News & Media.

92 « There were some big ideas, but to be honest I don’t think anyone would suggest there was a silver bullet and I’d be very worried if anyone were to suggest that any of these were the answer to our problems » (Brendan Hughes, « Big Ideas from Global Irish Economic Forum », 20 septembre 2009, en ligne : https://brendanhughes.ie/?s=big+ideas+from+global+irish+forum).

93 « It didn’t work because the government has no will to take tough decisions. They prefer photo ops with the great and the good, instead of sitting down with real business people, agreeing a small list of decisions and then implementing them. The course of Bertie which was “all dither and no action” prevails » (Michael O’Leary cité dans : Conor McMorrow, « The Hot Éire Balloon »).

94 Voir par exemple : Diarmuid MacShane, « Status Report of the Global Irish Economic Forum », 16 mars 2010, article consulté en ligne le 24 mai 2017 mais qui n’est plus disponible.

95 Constantin Gurdgiev est l’ancien rédacteur en chef de Business and Finance Magazine. Il est docteur en macroeconomie et en finance. Il a enseigné à la Johns Hopkins University, à University College Dublin et intervient à Trinity College Dublin.

96 Cette expression, qui fait maintenant partie du langage courant, est apparue dans les médias il y a quelques années. Compétitivité et innovation sont devenues les maîtres-mots de cette Irlande assimilée à une entreprise.

97 « What Farmleigh report does well, then ? It shows a deep degree of incompetence and insecurity amongst the political and bureaucratic masters of Ireland Inc. It’s [sic] comprehensive lack of new ideas, lack of departure from the status quo are frustrating, especially since we know many of those of who were at Farmleigh last September really do have good ideas. It is simply that DofFA [Department of Foreign Affairs] and this Government had no desire to hear them speak their minds. Which brings me to the revelation that was not made before (to my knowledge) about Farmleigh. In months of preparation for Farmleigh, DofFA took over the lists of invitees, prepared by the idea originators and mercilessly cut out all potential invitees they did not approve of. From that list gone were a number of public figures very active in policy debate in this country and internationally […]. How do I know this ? The original owners of the Farmleigh idea actually told me this a week before Farmleigh took place ! » (Constantin Gurdgiev, « Why Farmleigh Report Falls Flat », 13 mars 2010, en ligne : http://trueeconomics.blogspot.fr/2010/03/economics-13032010-why-farmleigh-report.html).

98 Denis O’Brien, le magnat des télécommunications, déplora qu’Eircom en soit à son cinquième rachat et conseilla la nationalisation de l’entreprise, car les investissements nécessaires à la modernisation du réseau n’avaient pas été faits (Elaine Byrne, « So Who’s Afraid of Denis O’Brien ? Enda Kenny Is », Irish Independent, 16 octobre 2011).

99 Voir les propos de Bob Geldof sur les hôtels et le produit touristique de l’Irlande (Ciarán Hancock, « Will Farmleigh Make a Difference »).

100 Vanessa Boullet, « The Irish-US Economic Relations : End of an Era or a Promising Future ? », in Revisiting the UK…, p. 62-64.

101 La fiscalité irlandaise permettait aux multinationales « d’établir une filiale en Irlande dont la résidence fiscale se situe dans un autre pays. La filiale en question peut avoir comme fonction principale de faire payer aux autres filiales irlandaises et non-irlandaises de la même multinationale les droits de propriété intellectuelle liés aux brevets et à l’usage de la marque de la multinationale. Cela permet de réduire les bénéfices de ces filiales taxables dans ces pays et le mécanisme dit du double Irish permet de transférer la plupart des bénéfices de la multinationale vers la filiale dont la résidence fiscale se trouve le plus souvent dans les îles Cayman ou aux Bahamas et donc d’éluder la plus grande partie de l’impôt des sociétés » (Jean-Christophe Defraigne, Patricia Nouveau, Introduction à l’économie européenne, 2e éd., Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, 2017, p. 481).

102 « Upsetting the Apple Cart », The Economist, 8 septembre 2016.

103 Le transfer pricing est un autre procédé utilisé très couramment en Irlande et ailleurs par les maisons mères des multinationales qui « font du dumping sur les composantes qu’elles exportent vers leurs filiales en Irlande pour y être assemblées. Cela permet aux filiales irlandaises de ces multinationales de réaliser des profits plus élevés qui sont moins taxés qu’aux États-Unis ou que dans d’autres pays de l’UE » (Jean-Christophe Defraigne, Patricia Nouveau, Introduction à l’économie européenne, p. 479).

104 Christopher Dembik, « + 26,3 % pour le PIB gaélique : la véritable explication à la surperformance de la petite Irlande », 13 juillet 2016, en ligne : http://www.atlantico.fr/decryptage/263-pour-pib-gaelique-veritable-explication-surperformance-petite-irlande-christopher-dembik-2762566.html#FpsPtJ1zQdp6hRYW.99.

105 Ibid.

106 Romaric Godin, « Irlande : une croissance de 26,3 % artificiellement gonflée », La Tribune, 12 juillet 2016.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search