Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Troisième partie. L’influence économique et politique grandissante d’hommes d’affaires irlando-américains sur les deux Irlandes

Chapitre IX

Le conflit nord-irlandais : quand des personnalités irlando-américaines œuvrent pour la paix

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse détaillée du rôle de NORAID, voir : Jack Holland, The American Connection : U.S. G (...)
  • 2 Andrew J. Wilson a consacré un ouvrage à la contribution irlando-américaine au conflit en Irlande d (...)
  • 3 Steve Bruce, The Red Hand. Protestant Paramilitaries in Northern Ireland, Oxford, Oxford University (...)
  • 4 Ibid., p. 171.

1Aux dires des diplomates irlandais en poste en Amérique du Nord, dans les années 1960, le sentiment identitaire de la communauté irlando-américaine s’était émoussé au fil des générations. L’irruption de la violence en Irlande du Nord, à la fin des années 1960, contribua à raviver ce lien. Bouleversés par les récits et les images du conflit diffusés par les médias, certains membres de cette communauté choisirent d’apporter une contribution financière à l’Irish Northern Aid Committee (NORAID)1, une organisation suspectée de réunir, aux États-Unis, des fonds destinés à financer la lutte armée de l’IRA en Irlande du Nord2. Il est intéressant de constater que l’UDA et l’UVF, organisations paramilitaires protestantes loyalistes, cherchèrent, elles aussi, à lever des fonds à l’étranger, au Canada en particulier, où de nombreux protestants d’Ulster émigrèrent au XIXe siècle. Selon Steve Bruce, l’Ontario est aux protestants d’Ulster ce que Boston est aux catholiques irlandais. L’orangisme y était populaire. Bruce raconte comment, en 1972, un groupe d’hommes d’affaires canadiens fit parvenir des armes à l’UVF par bateau3. Mais, il convient du fait que ces organisations loyalistes ne réussirent pas à gagner à l’étranger un soutien politique et financier comparable à celui dont bénéficia l’IRA4.

2Cependant, de nombreuses personnalités irlando-américaines étaient opposées au recours à la violence. Inquiètes du succès grandissant de NORAID, celles-ci préférèrent adhérer à l’Ireland Fund, l’organisation fondée en 1976 par Tony O’Reilly et Dan Rooney. Organisation caritative apolitique, elle afficha dès sa création sa volonté de se démarquer de NORAID et d’œuvrer pour la paix par des moyens pacifiques. O’Reilly en appela aux sentiments de la diaspora irlandaise aux États-Unis :

  • 5 « The Irish-American people have an enormous debt to Ireland, and there are millions of both tradit (...)

Les Irlando-Américains ont une énorme dette envers l’Irlande, et il y a des millions de personnes des deux traditions, orange et verte [unioniste et nationaliste], qui n’ont jamais rien donné à l’Irlande. […] nous essayons de les sensibiliser à cette dette5.

  • 6 Kingsley Aikins, Anita Sands, Nicola White, The Global Irish Making a Difference Together : A Compa (...)
  • 7 « American Fund Raisers Present £40,000 for Peace and Charity », The Irish Times, 25 août 1976.

3Dès le départ, cette organisation rencontra un franc succès. En 1987, elle fusionna avec l’American Irish Foundation et devint l’American Ireland Fund. Au fil des ans, elle étendit son action partout dans le monde où se trouve une communauté d’origine irlandaise et prit le nom de The Ireland Funds6. Au-delà de son action dans le domaine caritatif, l’American Ireland Fund établit un cadre au sein duquel les membres de l’élite de la diaspora y compris de la diaspora nord-irlandaise pouvaient se côtoyer de façon régulière7 et un cercle au sein duquel il fallait être vu. Œuvrer pour la paix en Irlande du Nord devint valorisant socialement puisque cela rejaillissait de façon positive sur l’image individuelle des membres du Fonds.

4Cependant, à la fin des années 1980, ni l’action armée de l’IRA ni les tentatives de résolution politique n’avaient permis de régler la question nord-irlandaise. Le conflit s’enlisait. Mais, au début des années 1990, quelques notables de la diaspora aux États-Unis furent amenés à participer de très près au processus de paix en Irlande du Nord.

Un rôle politique

  • 8 Voir également à ce sujet : Joseph E. Thompson, American Policy and Northern Ireland : A Saga of Pe (...)
  • 9 Conor O’Clery, Daring Diplomacy, Clinton’s Secret Search for Peace in Ireland, Boulder, Roberts Rin (...)
  • 10 Ibid., p. 25.
  • 11 Morrison présida le House Immigration Subcommittee de 1989 à 1991. On lui doit l’Immigration Act de (...)
  • 12 Conor O’Clery, Daring Diplomacy…, p. 26-27.
  • 13 Ibid., p. 35.
  • 14 Ibid., p. 46-47.

5Dans un ouvrage consacré à l’influence de l’administration Clinton8 sur le processus de paix en Irlande du Nord, Conor O’Clery raconte comment Bill Clinton durant sa (première) campagne électorale s’engagea à mettre la question nord-irlandaise à l’ordre du jour de sa politique étrangère s’il était élu9. Le journaliste Niall O’Dowd fut convié par Chris Hyland, chargé de gagner le soutien des minorités ethniques, à participer à la campagne de Bill Clinton10. O’Dowd fut l’un de ceux qui créèrent un groupe de soutien au candidat démocrate, Irish-Americans for Clinton. Bruce Morrison11, ancien membre du Congrès, et Raymond Flynn, le maire de Boston, firent également partie de ses membres fondateurs12. Après la victoire de leur candidat, ils formèrent l’Americans for a New Irish Agenda, un groupe qui fit des propositions pour parvenir à un règlement de la question nord-irlandaise13. Dépêcher un émissaire américain en Irlande du Nord était l’une d’entre elles. Cette éventualité fut toutefois mise de côté à la demande expresse d’Albert Reynolds. En effet, le Taoiseach, qui menait alors des négociations secrètes avec Londres pour trouver une issue au conflit, craignait qu’une intervention extérieure ne vienne brouiller les cartes14. Quelque temps plus tard, le 15 décembre 1993, le Premier ministre britannique, John Major, et le Taoiseach, Albert Reynolds, firent une déclaration conjointe, la Déclaration de Downing Street. Ce document reconnut le droit à l’auto-détermination des Nord-Irlandais. En d’autres termes, Londres ne s’opposera pas à l’unification de l’Irlande si telle est la volonté de la majorité de la population de la province.

  • 15 Ibid., p. 62-64.
  • 16 Ibid., p. 144.
  • 17 Ibid., p. 145.

6Les têtes pensantes de l’Americans for a New Irish Agenda ne se laissèrent pas décourager. Elles décidèrent d’organiser une mission d’exploration en Irlande, Nord et Sud. Après moult rebondissements, Morisson et O’Dowd, accompagnés du millionnaire Chuck Feeney et de Bill Flynn, un autre riche homme d’affaires irlando-américain, firent le voyage début septembre 199315. Ils rencontrèrent les protagonistes du conflit nord-irlandais y compris les représentants des organisations paramilitaires. Durant toute l’année suivante, ils servirent d’intermédiaires entre les autorités américaines et les différentes parties prenantes dans le conflit. O’Clery raconte qu’à la mi-août 1994 O’Dowd remit dans le plus grand secret à un membre du Sinn Féin un document par lequel les médiateurs irlando-américains s’engageaient à faire aboutir un certain nombre d’exigences si le mouvement républicain renonçait à l’usage des armes16. Ils espéraient pouvoir obtenir que Gerry Adams, le président du Sinn Féin, et les membres de ce parti puissent se rendre librement aux États-Unis et soient considérés par la Maison-Blanche de la même façon que les autres leaders politiques d’Irlande du Nord. Le Sinn Féin pourrait ouvrir un bureau à Washington. Il était aussi question de faire en sorte que les membres de l’IRA, emprisonnés aux États-Unis, puissent être transférés en Irlande et que le Federal Bureau of Investigation (FBI) mette un terme à sa surveillance. Le groupe d’Irlando-Américains assurait pouvoir obtenir que Washington non seulement apporte son soutien au processus de paix, mais soit aussi le garant d’un éventuel accord. Enfin, les médiateurs s’engageaient à mettre en œuvre les moyens d’attirer des investissements en Irlande du Nord. La présence de Feeney dans le groupe ajoutait du crédit à cet objectif17.

7L’IRA déclara un cessez-le-feu le 31 août 1994. Le 13 octobre suivant, le Commandement militaire loyaliste unifié (Combined Loyalist Military Command) fit de même. Certes, le règlement définitif du conflit n’était pas encore en vue, mais ce fut un événement à marquer d’une pierre blanche. L’accord du Vendredi saint de 1998 fut un autre tournant du processus de paix. Selon ses termes, l’Irlande du Nord dispose d’un parlement autonome et d’un exécutif, à la condition que ce dernier soit multipartite. De surcroît, les autorités de la province bénéficient d’une certaine marge de manœuvre en matière de développement économique, entre autres domaines.

  • 18 En 1996, il fit un don de deux cent quarante mille dollars qui couvrit les salaires des employés et (...)
  • 19 Andrew J. Wilson, « “Doing the Business” : Aspects of the Clinton Administration’s Economic Support (...)
  • 20 Ibid. ; Joseph E. Thompson, American Policy and Northern Ireland…, p. 179-180.
  • 21 Valérie Peyronel, « US Investment in Northern Ireland : Strategies, Incentives and Perspectives », (...)

8Dans les années qui suivirent les cessez-le-feu, Feeney se chargea personnellement de régler une bonne partie des frais du bureau que le Sinn Féin ouvrit à Washington18. Bill Clinton, de son côté, fit une priorité du volet économique de la question nord-irlandaise. Il était convaincu que paix et prospérité allaient de pair. Autrement dit, une aide financière extérieure devait faire partie intégrante du processus de paix. Aussi fut-il décidé que la Maison-Blanche organiserait une conférence pour établir des liens entre des entreprises nord-irlandaises et des sociétés américaines dans l’optique d’attirer des investissements américains en Irlande du Nord. Les leaders de la scène politique nord-irlandaise furent conviés à participer à l’événement qui se déroula au mois de mai 1995. Il semblerait toutefois que, malgré les efforts déployés par les autorités américaines, les résultats immédiats, en termes économiques, furent modestes19. Elles persévérèrent néanmoins. Une autre conférence du même type eut lieu à Pittsburg, en 1996, et des missions commerciales entre les États-Unis et l’Irlande du Nord furent organisées dans les années qui suivirent20. Ces actions finirent par produire des résultats, puisqu’en l’espace de quatre ans, quarante entreprises américaines supplémentaires vinrent s’installer dans la province, portant ainsi leur nombre à cent soixante-cinq, en 200021.

  • 22 Susan Davis International est un cabinet de conseil en communication et relations publiques, de ren (...)
  • 23 Susan Ann Davis était alors présidente de la National Assembly of Irish-American Republicans (Congr (...)
  • 24 « Irish-US Summit Reveals New Trade Partnerships », The Irish Times, 5 septembre 2002.
  • 25 IntertradeIreland est l’un des organes Nord-Sud créés dans le cadre de l’accord du Vendredi saint. (...)
  • 26 Liberty Mutual Insurance est une compagnie d’assurances, créée en 1912, dont le siège se trouve à B (...)

9L’impulsion donnée par les autorités américaines et le processus de paix encouragèrent certaines personnalités de la diaspora irlandaise à promouvoir une coopération économique et scientifique tripartite entre les États-Unis, l’Irlande et l’Irlande du Nord. En septembre 2002, Susan Ann Davis, fondatrice et présidente de l’entreprise éponyme22 et membre actif du parti républicain23, organisa une rencontre au sommet à Washington dans le cadre de l’US-Ireland Business Summit, une organisation à but non lucratif24. Plusieurs membres de l’administration américaine dont Don Evans, secrétaire au Commerce, et Tommy Thompson, secrétaire à la Santé et aux Services à la personne, y participèrent. Mary Harney, la Tánaiste, et Reg Empey, le ministre nord-irlandais de l’Entreprise, du Commerce et de l’Investissement, firent aussi le déplacement. Pat Cox, le président du Parlement européen, Martin Naughton, le directeur d’IntertradeIreland25, étaient aussi présents, de même que des universitaires et les directeurs de plusieurs multinationales installées en Irlande comme Wyeth, Galen, EMC ou bien encore Liberty Mutual26.

  • 27 Vincent Boland, « Northern Ireland Seeks to Revive its Private Sector », The Financial Times, 29 ma (...)
  • 28 Science Foundation Ireland, « US-Ireland R&D Partnership Programme », en ligne : https://www.sfi.ie (...)

10Reg Empey parla de la nécessité de développer l’esprit d’entreprise en Irlande du Nord et de ce que les États-Unis pouvaient enseigner aux hommes d’affaires de la province en la matière27. Le projet de création d’un partenariat transatlantique entre les États-Unis, l’Irlande et l’Irlande du Nord dans le domaine scientifique fut annoncé lors de cette occasion. L’US-Ireland Research and Development Partnership, officiellement inauguré en 2006, promeut la coopération entre les trois juridictions dans les domaines de la biotechnologie, des nanotechnologies et des sciences de l’information et des communications28.

  • 29 Valérie Peyronel, « US Investment in Northern Ireland… », p. 82-85.
  • 30 Aux États-Unis, le secrétaire d’État (United States Secretary of State) est l’équivalent de ministr (...)
  • 31 « U.S. North Envoy Declan Kelly Resigns », The Irish Echo, 18 mai 2011, en ligne : http://irishecho (...)

11Les présidents George W. Bush et Barack Obama ont également montré de l’intérêt pour l’Irlande du Nord. Leurs administrations ont d’ailleurs poursuivi l’action de l’administration Clinton29. Ainsi la secrétaire d’État30, Hillary Clinton, nomma-t-elle Declan Kelly envoyé spécial des États-Unis en Irlande du Nord chargé des affaires économiques, en septembre 2009. Il assura cette mission durant deux ans avec un certain succès, puisque mille cinq cents emplois auraient été créés par son intermédiaire 31. L’ancien sénateur Gary Hart lui succéda en 2014.

12Si les initiatives des autorités américaines furent certainement très bénéfiques pour l’Irlande du Nord, il faut noter, qu’en parallèle, un groupe d’hommes d’affaires prêts à contribuer au développement économique de la ville de Belfast, les Friends of Belfast, fut créé à l’initiative du Belfast City Council (BCC).

Un rôle économique

  • 32 Les parents de John Cullinane, originaires de Dunmore East (Co. Wexford, Irl.), émigrèrent aux État (...)
  • 33 Cullinet fut la première entreprise du secteur des logiciels à avoir été introduite à la bourse de (...)
  • 34 Andrew J. Wilson, « “Doing the Business”… » ; Bill O’Donnell, « Cullinane’s Success as a Software P (...)

13Des Irlando-Américains très en vue, moins directement impliqués dans le volet politique du processus de paix, se mirent également à s’intéresser à l’Irlande du Nord. John Cullinane32 est l’un d’entre eux. Après avoir fait fortune dans le secteur des logiciels aux États-Unis, il vendit son entreprise, Cullinet33, en 1989. Ce fut à cette époque qu’il fut amené dans un premier temps à s’intéresser très activement à l’industrie du logiciel en Irlande, puis à investir sur la terre de ses ancêtres envers laquelle il disait se sentir redevable34. À l’invitation de Barry Murphy, un leader de l’industrie du logiciel en Irlande, Cullinane rencontra une quarantaine d’entrepreneurs irlandais de ce secteur et décida d’apporter sa contribution, sous forme de capital d’amorçage, aux entreprises les plus prometteuses :

  • 35 « It was inevitable some of them would become software entrepreneurs, I was seeing the first wave, (...)

Il était inévitable que certains d’entre eux devinssent des entrepreneurs dans le secteur du logiciel. J’étais en train d’assister à la première vague, alors j’ai décidé de les aider de diverses façons parce que l’entrepreneuriat est quelque chose de nouveau en Irlande35.

  • 36 « Boston Honorees, John Cullinane », Irish America Magazine.
  • 37 Né aux États-Unis, Frank Costello fit ses études en Irlande. Après avoir fait carrière outre-Atlant (...)
  • 38 Andrew J. Wilson, « “Doing the Business”… ».
  • 39 L’International Fund for Ireland est une organisation internationale indépendante, créée en 1986, p (...)

14Il aida, entre autres, Iona, l’une des entreprises les plus dynamiques du secteur, à s’implanter aux États-Unis36. Les investissements de Cullinane au sud de la frontière attirèrent l’attention de personnalités de la scène politique et économique d’Irlande du Nord. Le premier contact avec les représentants du BCC eut lieu en octobre 1994, alors que ceux-ci cherchaient à développer les relations économiques entre leur ville et Boston. Cette dernière avait déjà noué des liens avec la République d’Irlande dans le cadre de la Boston Ireland Ventures, une organisation présidée par Frank Costello37, un proche collaborateur de Cullinane38. L’une de leurs premières réussites fut de convaincre les autorités américaines, britanniques et irlandaises de l’utilité de la création d’un fonds dans le cadre de l’International Fund for Ireland (IFI)39. Ce fonds permettrait à des entreprises nord-irlandaises et irlandaises du secteur de la haute technologie, situées dans les comtés frontaliers, de bénéficier de capitaux de départ pour développer des partenariats avec des entreprises américaines. Selon Willie McCarter, ces ressources eurent un rôle déterminant dans le développement de ce secteur des deux côtés de la frontière :

  • 40 « He came before the International Fund for Ireland when I was chairman to urge funding through IFI (...)

Il [John Cullinane] est venu à l’International Fund for Ireland quand j’étais président pour nous presser d’allouer des fonds dans le cadre de l’IFI à deux programmes vitaux, RADIUS et RADIAN, grâce auxquels des partenariats avaient été mis en œuvre avec succès et qui pourraient être également utilisés pour établir des partenariats entre des entreprises de haute technologie nord-irlandaises, les comtés frontaliers irlandais et des entreprises américaines et canadiennes. Cela s’est révélé être l’une de ces démarches pionnières, dont John Cullinane était coutumier, qui a mené non seulement à la création de nombreux partenariats dans la haute technologie, mais qui a également aidé toute cette industrie, au Nord et au Sud, à se développer et à arriver au point où elle en est aujourd’hui40.

15Dans les années qui suivirent, Cullinane s’impliqua de plus en plus dans la promotion de l’économie nord-irlandaise aux États-Unis et travailla en étroite collaboration avec le comité chargé du développement au sein du BCC. En octobre 1997, le Council le nomma conseiller économique spécial chargé de la promotion de Belfast aux États-Unis, une fonction qu’il accomplit pro bono.

Les Friends of Belfast : des « amis » très influents

  • 41 Alasdair McDonnell fut leader du SDLP de 2011 à 2015.
  • 42 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique (...)

16Dans le cadre de son plan de développement économique quinquennal (1995-2000), le BCC mit l’accent sur la nécessité de stimuler l’activité économique et d’attirer des investissements étrangers dans la ville. Décision fut donc prise de développer des liens économiques avec l’Amérique du Nord. Reg Empey, alors maire de la ville, et Alasdair McDonnell, qui n’était encore que conseiller municipal41, se rendirent en mission d’exploration à Washington, Boston et Pittsburgh, au mois d’octobre 1994. Les conférences organisées à l’initiative de la Maison-Blanche, à Washington et Pittsburgh, cimentèrent les liens entre Belfast et les deux villes. En 1996, le BCC établit des contacts avec la province canadienne de la Nouvelle-Écosse qui aboutirent à la signature d’un protocole d’accord par lequel les deux partenaires s’engageaient à établir une alliance économique. En novembre 1997, un protocole similaire fut signé avec Boston. L’année suivante, ce fut au tour de la ville de Portland (Me). Ces différents partenariats devinrent les piliers de l’Initiative de la Ceinture atlantique42 (Atlantic Rim Initiative). Parallèlement, le BCC créa Investment Belfast Ltd, une agence chargée d’attirer des investisseurs et de promouvoir les relations commerciales entre des entreprises installées à Belfast et dans les villes partenaires (Boston, Halifax et Portland).

  • 43 Lors de la première réunion du groupe, soixante-dix personnes manifestèrent leur volonté d’œuvrer a (...)

17Au mois de février 1998, Cullinane, en collaboration avec Costello, créa le groupe Friends of Belfast à Boston43. L’objectif était d’aider au développement économique de l’Irlande du Nord en en faisant la publicité auprès des cercles d’affaires d’Amérique du Nord et en jouant le rôle de facilitateur.

  • 44 Ces objectifs ne figurent pas dans les parties des comptes rendus du BCC accessibles au public.

18Priorité fut donnée au développement d’un réseau en Amérique du Nord sans pour autant écarter les occasions qui pourraient se présenter au sein de l’Union européenne. Au mois de septembre 1999, le réseau comptait cent quatre-vingts membres appartenant aux milieux universitaires, de l’industrie ou de l’administration. Cullinane endossa le rôle de recruteur en chef. Assez rapidement cependant, le besoin de planifier et de formaliser l’action du groupe se fit sentir, sous peine de voir l’élan créé s’essouffler à court terme. Il fut par conséquent décidé qu’un membre serait désigné dans chaque ville pour animer et motiver les groupes et que des objectifs précis seraient fixés44.

  • 45 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique (...)
  • 46 Le quartier abrite notamment le Science Park, des studios de cinéma, le Belfast Metropolitan Colleg (...)

19En 2000, le Council fit savoir que le réseau avait contribué à l’implantation de la compagnie d’assurances Liberty Mutual et de Segue Software, deux entreprises qui créèrent respectivement quarante et deux cents emplois, en Irlande du Nord45. Par ailleurs, Joe Corcoran, promoteur américain et membre du réseau, envisageait également d’investir dans le Titanic Quarter, un nouveau quartier de Belfast qui devait sortir de terre à l’endroit où se trouvaient les chantiers navals Harland and Wolff où fut construit le paquebot du même nom46.

  • 47 Un compte rendu mentionne, entre autres, les noms de Michael Flannery, Jack Deacy, Tim Sullivan, Da (...)

20Le modèle ayant fait ses preuves à Boston, il fut décidé d’élargir le réseau. Il est intéressant de constater que, parmi les nouveaux « amis » qui furent désignés pour seconder la tête du réseau au niveau local, on trouve de nombreux noms à consonance irlandaise47. Dans les comptes rendus du BCC, le groupe des Friends of Belfast n’est jamais désigné comme étant un groupe composé de membres de la diaspora, pourtant, dans les faits, il semblerait que cela fût effectivement le cas.

  • 48 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique (...)

21En 2000, il y avait six « amis » dans la région de Pittsburgh, une ville dont les points forts étaient le secteur bancaire, les sciences de la vie et de la santé, la fibre optique et la haute technologie48. Dan Gallagher, un avocat de premier plan, était chargé de prendre en main le groupe, comme Cullinane l’avait fait à Boston.

22À New York, les « amis » de Belfast étaient au nombre de sept. Il était, pensait-on au BCC, important d’y établir des contacts, en particulier dans la finance, mais aussi dans le secteur de la haute technologie qui se développait à Manhattan. Les rênes du réseau local furent confiées à John Connorton, un avocat de Wall Street, à John Sharkey, bien connu dans l’industrie des télécommunications, ainsi qu’à des personnes originaires de Belfast.

  • 49 Wilford Welch, un avocat renommé, encadra le groupe durant cette visite. Il rejoignit le cercle des (...)

23Cette année-là, Belfast allait recevoir la visite du Northern California World Affairs Council, une délégation composée de vingt-cinq personnes haut placées dans divers secteurs. Il semblait important durant cette visite de recruter des « amis » pour étoffer le groupe qui ne comptait que deux membres en Californie49.

  • 50 Heather Draper, « Denver Litigator Jim Lyons Chronicles Northern Ireland Peace Work in New Book », (...)

24Ted McConnell, qui entretenait des contacts avec bon nombre d’immigrés originaires d’Irlande du Nord, était quant à lui chargé de développer le réseau à Toronto. Denver faisait aussi partie des villes où il était jugé utile de développer des contacts. En effet, de nombreuses entreprises appartenant aux secteurs de la biotechnologie, de l’électronique, des logiciels y étaient bien implantées. Il y avait également un potentiel à exploiter dans le domaine des industries créatives et du tourisme culturel. Jim Lyons, conseiller spécial du président Clinton sur la question de l’Irlande du Nord de 1993 à 2001, se rendait souvent à Belfast50 et semblait être la personne tout indiquée pour animer le groupe dans cette ville américaine.

25Un bilan provisoire de l’état du réseau fut dressé en 2002. Le recrutement de nouveaux membres, prêts à s’investir activement pour promouvoir les liens économiques entre Belfast et l’Amérique du Nord, allait bon train. En effet, en quelques mois le nombre de membres était passé de cent soixante-dix à trois cent quarante-sept51. Les Friends of Belfast comptaient désormais dans leurs rangs des personnes haut placées dans le monde de la finance, dans des secteurs divers allant du commerce électronique à l’industrie de l’énergie ou bien encore dans les professions juridiques52. Harry Grill, par exemple, était employé dans l’un des grands cabinets d’avocats de la ville de Boston. Parmi les clients de ce cabinet se trouvaient de grandes entreprises de la filière sciences de la vie et de la santé qui cherchaient à s’implanter en Europe. Les membres du sous-comité chargé du développement économique au BCC estimaient que Grill pouvait se révéler fort utile en contribuant à organiser des missions d’exploration pour les entreprises de ces secteurs.

  • 53 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique (...)
  • 54 Le projet « Big Dig » était le plus gros projet de construction d’infrastructure urbaine en Amériqu (...)
  • 55 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique (...)

26John Kirkwood, un autre « ami », s’employait à mettre sur pied un fonds d’investissement de dix millions de dollars pour aider des entreprises de Belfast à exploiter les débouchés qu’offrait la Pennsylvanie53. Rick Dimino, directeur du projet « Big Dig » de Boston54, avait quant à lui proposé de mettre le BCC en contact avec certaines de ses connaissances en vue d’établir un World Trade Centre à Belfast55. Ce projet se concrétisa quelques années plus tard.

  • 56 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique (...)

27Le bilan de l’action du réseau, dressé en décembre 2002, révèle que celui-ci fut à l’origine de la venue à Belfast de soixante-dix missions commerciales américaines entre 1998 et 2002. Il avait également participé à l’organisation de plusieurs missions commerciales à Boston et Pittsburgh qui avaient permis à des entreprises nord-irlandaises de signer des contrats pour un montant total de cinq millions de dollars56. Le sous-comité chargé du développement économique estima cependant que l’action du réseau devait dorénavant être mieux coordonnée et plus ciblée. Une stratégie fut donc mise au point pour la formaliser.

28L’un de ses objectifs était d’étudier les politiques publiques qui avaient très bien fonctionné aux États-Unis en matière de réhabilitation urbaine, de développement économique et de tourisme culturel, afin que le BCC puisse s’en inspirer. Le réseau pourrait également s’atteler à promouvoir le potentiel culturel et touristique de Belfast au niveau international, de manière à ce que la ville apparaisse sous un jour positif aux yeux des investisseurs.

  • 57 Le compte rendu du BCC du 6 août 2003 révèle quels étaient les résultats escomptés. Tous n’étaient (...)

29L’influence et les compétences des « amis » pouvaient bénéficier aux entreprises nord-irlandaises et à Invest Northern Ireland, l’agence chargée d’attirer les investisseurs étrangers dans la province. Il fut décidé que les efforts du réseau devraient se concentrer sur un ou deux secteurs au maximum dans chaque ville américaine. Une stratégie distincte fut élaborée pour Boston, Denver, New York et Pittsburgh afin de tirer le meilleur parti des opportunités que chacune présentait. New York, par exemple, offrait les débouchés les plus intéressants dans le domaine de la finance et celui des industries créatives, Pittsburgh dans le tourisme culturel, Denver dans les industries de l’environnement. Des objectifs quantifiables et les critères d’évaluations devaient être fixés ultérieurement, d’un commun accord avec les groupes d’« amis », lesquels seraient chargés de la mise en œuvre des stratégies57.

30Cependant, bien que chaque composante du réseau reçût une feuille de route, une évaluation interne révéla en 2004 que ces dernières déploraient le manque de contacts réguliers avec le BCC :

  • 58 « […] weaknesses mentioned were […] a lack of detailed briefings to the head chairs, infrequent cit (...)

[…] les faiblesses mentionnées étaient […] un manque d’instructions détaillées aux responsables [des réseaux dans chaque ville], des visites peu fréquentes ainsi qu’un manque de suivi. À cause de cela le Council risquait d’être perçu comme l’une de ces organisations nord-irlandaises qui rendent visite à une ville américaine, mais dont il ne ressort que peu de résultats tangibles58.

31L’année 2004 fut donc marquée par la volonté d’intensifier les contacts entre le BCC et les chefs de groupes et d’élargir la promotion de Belfast dans les domaines de la culture, des arts, du tourisme. L’accent devait aussi être mis sur la création de liens commerciaux qui pourraient bénéficier aux entreprises situées dans la capitale provinciale.

  • 59 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique (...)

32En 2005, deux salons dédiés à la promotion des industries créatives d’Irlande du Nord eurent lieu, l’un à New York, l’autre à Boston. Une dizaine de sociétés nord-irlandaises, qui présentaient un bon potentiel à l’export, furent sélectionnées pour être du voyage. Robert M. Johnson, président du conseil exécutif de la ville de New York et membre des Friends of Belfast, collabora étroitement avec le BCC pour organiser ces manifestations. Il est à noter que Johnson disposait de contacts clés dans des entreprises spécialisées dans les logiciels, les médias numériques ainsi que dans le milieu du cinéma et de la télévision. Il connaissait également des investisseurs en capital-risque dans le secteur des médias. D’ailleurs, à l’issue de ces salons, deux sociétés nord-irlandaises parvinrent à convaincre deux capital-risqueurs d’investir une somme totale d’un million de dollars59. Ce fut également l’occasion pour ces entreprises d’établir de nombreux contacts outre-Atlantique. En janvier 2006, le comité chargé du développement économique au sein du BCC élabora un plan d’action pour l’année à venir auquel le réseau des Friends of Belfast devait être étroitement associé. La personne en charge des initiatives économiques au BCC insista sur le fait que ce genre de manifestations devait être organisé de façon régulière si l’on voulait maintenir la dynamique enclenchée et la visibilité de Belfast.

  • 60 Belfast City Council, comptes rendus des réunions du sous-comité chargé du développement économique (...)
  • 61 Belfast City Council, comptes rendus des réunions du comité chargé du développement des 21 mai 2013 (...)

33Cependant, les comptes rendus du BCC ne font plus état des Friends of Belfast dans les années qui suivirent. Le réseau fit les frais de la réorientation des objectifs du Council en matière de développement économique. En effet, le BCC craignait de ne plus être éligible pour certaines aides européennes qui étaient utilisées, entre autres, pour attirer les IDE. Cette incertitude l’avait amené à changer l’ordre de ses priorités60. Depuis 2010, il a été à plusieurs reprises question de réactiver ce réseau61, mais sans que cela soit suivi d’effet.

  • 62 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du comité chargé du développement du 14 avril 2010 (...)
  • 63 Ibid.

34Il semblerait toutefois que bon nombre de contacts établis entre les membres des Friends of Belfast et le milieu des affaires en Irlande du Nord aient été maintenus62. On note par exemple la visite du maire de Boston, Marty Walsh, à Belfast en 2014. À cette occasion, il fut reçu par les directeurs de Liberty IT, filiale de la compagnie d’assurances Liberty Mutual Insurance63, installée à Belfast depuis 1997. Lors de son séjour, Walsh insista sur la coopération entre sa ville et Belfast :

  • 64 « “Belfast was a natural choice for the first Sister City agreement of my Administration,” said May (...)

« Belfast était un choix naturel pour le premier accord de jumelage de mon mandat », a déclaré le maire [Marty] Walsh. « Dans le passé, ces accords concernaient exclusivement les échanges culturels et la promotion du tourisme, mais nous voulons utiliser le programme pour faire évoluer notre relation vers un partenariat économique plus large avec le soutien d’entreprises comme Liberty Mutual et d’autres qui investissent dans leurs effectifs à la fois à Boston et à Belfast »64.

  • 65 « Boston Mayor Marty Walsh : Irish American of the Year », Irish America, 27 juin 2014, en ligne : (...)

35Liberty Mutual Insurance, Boston et les deux Irlandes entretiennent, en effet, des rapports étroits. James McGlennon, vice-président exécutif et dirigeant principal de l’information de la société, qui était du voyage, tint à remercier Walsh qui avait quelques semaines auparavant reçu le titre d’Irlando-Américain de l’année, attribué par le magazine en ligne Irish America65 :

  • 66 « We are honored to host Mayor Walsh during his travels home to Ireland and thank him for his contr (...)

C’est un honneur de recevoir le maire Walsh pendant son séjour à la maison en Irlande et nous le remercions pour sa contribution au développement économique et son soutien au développement de notre siège à Boston alors qu’il était l’un des élus du Massachussetts. En tant qu’Irlandais de naissance, qui vit aujourd’hui dans la région de Boston, je ne doute pas un instant que le maire va apprécier son séjour ici [à Belfast]66.

  • 67 Edmund F. Kelly fut président-directeur général de Liberty Mutual Insurance de 1992 à 2011 (Taryn L (...)

36Les liens entre Liberty Mutual et l’Irlande remontent à plusieurs décennies, à l’époque où Edmund F. Kelly était président-directeur général de l’entreprise67. Liberty Mutual IT s’implanta à Belfast alors qu’il était à la tête de la société mère. Cet Irlandais connaissait bien la ville puisqu’il y fit ses études avant d’émigrer aux États-Unis. Membre de l’IAEAB, il était aussi proche des gouvernants irlandais.

  • 68 Steve Lenox, « Face to Face Still the Best Connection », The Irish Echo, 1er-7 juillet 2015.

37Par ailleurs, les liens entre Belfast et New York ont été entretenus grâce à l’initiative de Máirtín Ó Muilleoir, la New York – New Belfast Conference, qui a lieu chaque année depuis 2009. Issu des rangs du Sinn Féin, Ó Muilleoir fut conseiller municipal de la ville de Belfast avant d’en devenir le maire, en 2013-2014. Il fut aussi ministre des Finances d’Irlande du Nord (2016-2017). Cette manifestation est devenue un événement majeur à laquelle assistent de nombreuses personnalités de la diaspora irlandaise dont John Connorton des Friends of Belfast68.

  • 69 Michael D’Arcy, « NDP Bolsters an All-Island Economy », The Irish Times, 26 janvier 2007.
  • 70 Pour une synthèse des résultats économiques de la province, voir : Northern Ireland Affairs Committ (...)
  • 71 Jonathan Saul, « Northern Ireland Looks to Make Peace Dividend Pay », 6 mai 2008, en ligne : http:/ (...)

38Dans un premier temps, l’effet combiné de l’ouverture du marché unique et de la mondialisation eut pour conséquence de creuser un écart important entre l’économie de l’Irlande du Nord et l’économie irlandaise qui, comme nous l’avons vu, connut un essor sans précédent69. En effet, l’Irlande du Nord, contrairement à sa voisine, était toujours handicapée par les faiblesses structurelles de son économie. Toutefois, à partir de 1997 et jusqu’à la crise économique mondiale de 2007-2008, l’économie de l’Irlande du Nord bénéficia également d’une embellie notable70. Elle ne fut certes pas aussi spectaculaire que l’envol de l’Irlande, mais, entre 1996 et 2007, le taux de croissance de la province, autour de 3 %, fut le plus élevé des régions du Royaume-Uni dont la moyenne était de 2,8 %71. Entre 1998 et 2008, cent mille emplois furent créés. Qui plus est, en 2008, son taux de chômage, aux alentours de 4,2 %, était inférieur à celui du reste du Royaume-Uni (5,2 %). Les cessez-le-feu intervenus en 1994 ne sont bien sûr pas étrangers à ces bons résultats, puisqu’ils permirent d’entamer un processus de paix dont des avantages économiques déterminants, le « peace dividend », découlèrent.

Des Irlando-Américains des milieux d’affaires investissent en Irlande du Nord

  • 72 Ibid.

39Le fait que les principaux partis politiques nord-irlandais participent au gouvernement provincial et l’impulsion donnée par l’administration américaine ont certainement fourni des gages de confiance aux investisseurs américains. Entre 2003 et 2008, ces derniers investirent aux alentours d’un milliard de dollars en Irlande du Nord, dans le secteur technologique, dans celui des services financiers ainsi que dans l’industrie pharmaceutique72.

  • 73 Ibid.
  • 74 Le SDLP est un parti politique d’Irlande du Nord qui prône un nationalisme plutôt modéré.
  • 75 Seagate est un fournisseur de solutions de stockage numérique mondialement connu.
  • 76 John Hume est l’un des membres fondateurs du SDLP. Il a été récompensé du prix Nobel de la paix en (...)
  • 77 « […] a quiet drink he shared in a Los Angeles bar with Seagate executive Brendan Hegarty changed t (...)

40De puissants hommes d’affaires, irlando-américains principalement, ont de toute évidence aidé à faire venir ces investissements en Irlande du Nord73. La participation d’hommes politiques du SDLP74 et du Sinn Féin aux commandes de l’exécutif nord-irlandais a très certainement contribué à renforcer les liens entre ces personnalités et la province. La venue de Seagate75 dans la ville de (London)derry, par exemple, en est la parfaite illustration. Le magazine Silicon Valley Global raconte comment « le verre qu’il [John Hume] prit dans un bar de Los Angeles avec Brendan Hegarty, un cadre de Seagate, changea le destin de (London)derry, la ville natale de Hume76, tout autant que ses initiatives politiques louables »77. Seagate vint s’y installer en 2003 et y employa jusqu’à mille quatre cents personnes.

41D’autres multinationales ont implanté des unités de recherche et de développement en Irlande du Nord. Ce fut le cas de Microsoft en 2000 et du groupe japonais Fujitsu, spécialisé dans l’électronique, en 2007. En 2011, ce fut au tour de Hewlett Packard d’ouvrir un centre mondial d’excellence dédié à la recherche dans le domaine des logiciels, puis d’Intel78.

  • 79 « World’s Largest Public Companies in 2017 », Forbes, 3 mai 2017, en ligne : https://www.forbes.com (...)
  • 80 The Ireland Funds, « New York Dinner Committee Reception 2016 », 12 septembre 2016, en ligne : http (...)
  • 81 Invest Northern Ireland, « Invest Northern Ireland Secures Major Citigroup Investment for Belfast » (...)
  • 82 Jim O’Donnell reçut les honneurs lors du dîner de gala de l’American Ireland Fund de 2017, présidé (...)

42Citigroup, classée douzième entreprise mondiale par Forbes Global 200079, figure parmi les groupes qui sont venus s’installer en Irlande du Nord, au début des années 2000. L’entreprise y a ouvert un centre technologique d’excellence et une académie de la finance. Bill Mills, un Irlando-Américain et membre actif de l’American Ireland Fund80, qui était alors directeur général du groupe, insista sur l’importance stratégique de ces investissements à Belfast81. Il faut souligner la présence d’autres personnalités d’origine irlandaise dans l’équipe dirigeante de Citigroup comme Jim O’Donnell et Daniel Keegan, tous deux membres du conseil d’administration de l’American Ireland Fund82.

43Outre les trois cent soixante-quinze emplois créés, la présence de Citigroup en Irlande du Nord a attiré d’autres entreprises. Ainsi Polaris, société indienne spécialisée dans les logiciels financiers, vint-elle s’y implanter parce que Citigroup, l’un de ses plus gros clients, s’y trouvait. Une fois installée, cette entreprise décida que l’endroit était propice à la création d’un centre financier et technologique.

44Le New York Stock Exchange Euronext (NYSE) est l’un des autres grands noms qui vinrent investir à Belfast au début des années 2010. Le groupe était alors dirigé par Duncan Niederauer, un Irlando-Américain, membre du conseil d’administration de l’American Ireland Fund83 et proche d’Enda Kenny84, l’ancien Taoiseach. En 2011, NYSE organisa pour la première fois l’« Ireland Day » à la bourse de New York auquel participa le Taoiseach. Depuis lors, l’Ireland Day est devenu un événement annuel. La même année, Niederauer présida le dîner annuel de l’American Ireland Fund qui reçut la visite exceptionnelle d’Enda Kenny.

  • 85 Henry McDonald, « NYSE to Create up to 400 Jobs with New Belfast Office », The Guardian, 19 octobre (...)

45Au moment de l’annonce de l’implantation de NYSE à Belfast, en 2009, Niederauer ne cacha pas qu’en 2007 il reçut la visite d’Ian Paisley et de Martin McGuinness à Wall Street85. Ceux-ci le pressèrent d’investir en Irlande du Nord. Peut-être fut-il touché par cette visite, très symbolique, de deux anciens ennemis unissant leurs efforts au nom de la création d’emplois et de la prospérité de la province.

  • 86 « Chicago Mercantile Exchange Opening Ulster University “Trading Floor” to Help Train Students », B (...)

46En 2012, le Mercantile Chicago Exchange (MCE) emboîta le pas au NYSE. Ce groupe a depuis inauguré un laboratoire d’innovation financière à l’université d’Ulster à Jordanstown (Belfast)86. Le MCE est dirigé par Terence A. Duffy, un autre Irlando-Américain, conseiller au sein de la branche régionale (Chicago) de l’American Ireland Fund.

  • 87 The Ireland Funds, « Board of Directors ».
  • 88 « […] his executives jumped at the chance to work in Belfast. […] Now the Irish-American wants to h (...)

47Il faut aussi mentionner William McKiernan, dirigeant de Cybersource, une grande entreprise de la Silicon Valley spécialisée dans le paiement en ligne. Cette société implanta une unité de recherche et développement à Belfast en 2008. McKiernan, un Irlando-Américain, est également membre du conseil d’administration de l’American Ireland Fund87. Bien qu’il n’ait plus de famille en Irlande, il affirma que son entreprise « sauta sur l’occasion d’investir à Belfast » et de faire « un geste pour la terre de ses ancêtres »88.

  • 89 Connor Lambe, « Northern Ireland Economy to Keep Growing – But a Slowdown Is Still Expected », The (...)
  • 90 Vincent Boland, « Belfast Takes a Shine to Financial Technology », The Financial Times, 15 juin 201 (...)

48L’économie de l’Irlande du Nord est donc entrée dans une période de transition. Au premier semestre de l’année 2017, le secteur de la technologie de l’information et de la communication a été le secteur de l’économie régionale qui a enregistré la croissance la plus rapide (+ 4 %)89. Peu à peu, elle se spécialise dans de nouveaux domaines comme la technologie financière (fintech), un secteur à forte croissance qui, à lui seul, emploie trois mille cinq cents personnes dans la province. En 2015, Paddy Cosgrave, le fondateur du Web Summit, organisa la MoneyConf à Belfast. Cet événement, qui réunit des professionnels du secteur des services financiers, a contribué à faire la promotion de la ville qui désire se faire un nom dans ce domaine90.

  • 91 Invest Northern Ireland, « World’s Biggest Brand Thinks Northern Ireland Is It », 27 avril 2005, te (...)
  • 92 Coca-Cola HBC Ireland and Northern Ireland, « Plants and Processes », en ligne : https://ie.coca-co (...)
  • 93 Irial Finan fut l’un des vice-présidents exécutifs de Coca-Cola et président de Coca-Cola Bottling (...)
  • 94 The Ireland Funds, « Board of Directors ».

49Dans le secteur manufacturier aussi, l’Irlande du Nord a accueilli de nouveaux investissements, entre autres de Coca-Cola HBC91. Cette société a investi 93,5 millions de livres sterling dans une usine à Knockmore Hill, près de Lisburn (Co. Antrim). L’établissement, le plus important du groupe sur l’île d’Irlande, a ouvert ses portes en 2008 et emploie quatre cent cinquante personnes92. Cette implantation fut le fruit de deux années de négociations avec Coca-Cola HBC, dont le directeur général était à l’époque Irial Finan93, un Irlandais immigré aux États-Unis. Ce dernier, également membre du conseil d’administration de l’American Ireland Fund94, ne cache pas son attachement à l’Irlande :

  • 95 « Finan tries to stay as close as possible to what’s happening in Ireland, but admits he doesn’t “g (...)

Finan essaie de se tenir le plus possible au courant de ce qui se passe en Irlande, mais il admet qu’il ne « rentre pas assez à la maison », en particulier à Roscommon où il est né, mais qu’il suit de près les résultats de la GAA de son comté et se réjouit de la victoire qu’il a remportée contre New York, le week-end dernier. On ne peut pas non plus l’accuser d’avoir perdu son accent de Roscommon, même si, après toutes ces années chez Coca-Cola, il lui arrive de laisser échapper quelques américanismes comme « vacations » ou « sidewalks ». N’oubliant pas ses racines, Finan aime promouvoir l’Irlande quand il le peut. Insistant sur le fait qu’il parle en son nom, pas en celui de son entreprise, il confie que, pour lui, l’Irlande « a énormément d’atouts »95.

Hollywood vient tourner à Belfast

  • 96 Assemblée d’Irlande du Nord, Comité parlementaire chargé de la culture, des arts et des loisirs, «  (...)
  • 97 Game of Thrones est l’un des plus gros succès d’HBO. La série est diffusée dans cent soixante-treiz (...)
  • 98 Noel Martin Murray, « GoT Belfast ? How a Television Epic about a War-Torn Land Was Employed to Reb (...)

50Dans la décennie passée, la province a aussi bénéficié de l’aide de réseaux d’affaires de la diaspora dans l’industrie cinématographique de Hollywood. Depuis 2004, comme il a été dit précédemment, le BCC a placé le développement des industries créatives au rang de ses priorités96. Dans ce contexte, il a été amené à collaborer avec John Connorton, Michael Flannery et Bob Johnston du New York Executive Council et avec le réseau des Friends of Belfast. Des contacts furent établis avec les chaînes de télévision américaines PBS et Discovery Channel. Mais, en 2007, la 20th Century Fox fut la première grande société de production cinématographique américaine à se lancer dans le tournage d’un long métrage produit par Tom Hanks, La cité de l’ombre, dans les studios du Titanic Quarter, à Belfast. En 2009, HBO vint, à son tour, filmer le pilote de la série Game of Thrones en Irlande du Nord. Le succès mondial de cette série culte a eu des retombées très positives sur l’économie nord-irlandaise et a permis à la province d’établir sa réputation dans l’industrie cinématographique. En 2016, les autorités locales estimaient que la série avait rapporté cent quarante-huit millions de livres sterling97. Outre l’industrie cinématographique, la série a aussi permis de dynamiser le secteur touristique et de redorer l’image de l’Irlande du Nord. Cela a été rendu possible grâce à la collaboration entre le Northern Ireland Tourist Board et HBO qui ont utilisé les médias numériques et sociaux pour attirer les inconditionnels de la série sur une vingtaine de lieux de tournage, en milieu naturel, dans la province. En 2013, l’exposition dédiée à Game of Thrones, qui se tint au Titanic Belfast Museum, attira dix-huit mille visiteurs en dix jours et rapporta 4,5 millions de dollars98.

  • 99 « When we finally came and scouted and looked around, we felt that there was a lot of creative pote (...)
  • 100 « […] great place to do business » (John Kennedy, « Northern Lights Shine on the Crossroads of Holl (...)

51Jay Roewe, le vice-président de la société de production HBO, a déclaré que lors de la « mission de reconnaissance » de ses équipes, en Irlande du Nord, elles y avaient trouvé quelque chose qui ressemblait à « un géant endormi », mais qu’elles avaient rapidement pris conscience du « potentiel créatif » que recèle Belfast. Il reconnaît que sa société a eu beaucoup de chance de pouvoir « réveiller »99 ce géant. Il ne tarit pas d’éloges sur la province, dont il garde un excellent souvenir, et aimerait que l’image de Belfast dans le monde soit celle d’« un endroit génial pour faire des affaires »100.

  • 101 Nous traiterons en détail des activités de ce réseau dans la quatrième partie de cette étude.
  • 102 John Kennedy, « ITLG Announces Hollywood 50 at Sony Pictures Studios – Irish-American Execs Take Ce (...)

52Roewe est un Irlando-Américain dont le nom figure dans la liste, publiée en 2012 par le réseau d’hommes d’affaires l’Irish Technology Leadership Group (ITLG)101, des cinquante personnalités irlando-américaines les plus influentes dans l’industrie du spectacle aux États-Unis102.

  • 103 John Kennedy, « Silicon Valley’s Irish Conquer the Heart of Hollywood », 14 septembre 2011, en lign (...)

53Roewe fit une conférence sur le thème « technologie et spectacle », lors d’un événement organisé par l’ITLG, dans les studios Sony Pictures en Californie, en septembre 2011. Quelque trois cents personnes assistèrent à cette rencontre qui réunit de hauts responsables de la Warner Bros, de la 20th Century Fox, des Walt Disney Studios, de Sony Pictures, des Paramount Studios, de NBC Universal, Dreamworks, Google, Intel, Motorola, etc.103. La diaspora irlandaise, particulièrement bien représentée dans l’industrie cinématographique outre-Atlantique, répondit à l’appel de l’ITLG.

54En effet, quelques semaines plus tard, en novembre 2011, le réseau d’affaires organisa la venue à Belfast d’un groupe de hauts dirigeants de la Silicon Valley et de l’industrie cinématographique hollywoodienne dans le cadre de son initiative « Hollywood comes to Belfast ». Un certain nombre de rencontres furent organisées auxquelles des investisseurs privés prirent part.

55Ces quelques exemples donnent un aperçu du rôle qu’un certain nombre d’hommes d’affaires, pour la plupart d’origine irlandaise, ont joué pour attirer ces investissements américains en Irlande du Nord. Máirtín Ó Muilleoir leur a d’ailleurs rendu hommage dans les termes suivants :

  • 104 « I’m long familiar with the famous Irish American tome by Thomas Cahill, “How Ireland Saved Civili (...)

Je connais bien le célèbre ouvrage de Thomas Cahill, « Comment l’Irlande a sauvé la civilisation ». Mais, alors que je termine une aventure d’un an comme maire de Belfast, je suis plus que jamais convaincu que nous avons besoin d’un scribe pour écrire un nouveau volume sur « Comment l’Amérique irlandaise a sauvé l’Irlande ». […] Que ce soit le nombre de touristes, qui est exceptionnel grâce à l’augmentation spectaculaire des touristes [en provenance] d’Amérique du Nord, ou les nouveaux projets de création d’emplois qui sont pilotés par des entreprises américaines, le fait est que les États-Unis sont le plus grand allié de Belfast […]. Le message de Belfast est qu’il y a une réelle soif de voir les relations avec l’Amérique irlandaise progresser et bénéficier aux deux partenaires. Nous n’avons pas encore vu l’apogée du partenariat transatlantique, tant s’en faut, ma conviction est que les plus beaux jours de la coopération irlando-américaine avec ceux qui désirent bâtir la paix dans le Nord de l’Irlande sont devant nous104.

De l’importance de développer l’entrepreneuriat en Irlande du Nord

  • 105 Vincent Boland, « Irish Two-Speed Economy Puts Integration under Pressure », The Financial Times, 2 (...)
  • 106 Le secteur public représentait 65 % du PIB de l’Irlande du Nord au début des années 2000 (« In Plac (...)
  • 107 « As Violence Recedes, Ulster Must Wean Its Economy Off State Subsidies », The Economist, 30 juin 2 (...)

56Au lendemain de la crise financière mondiale de 2007-2008, le gouvernement Cameron imposa des coupes budgétaires drastiques et des réformes dans la fonction publique britannique, dans le cadre d’une politique d’austérité. Mais, Belfast opposa la force d’inertie aux réformes envisagées par Londres105. À l’heure où nous écrivons, l’économie nord-irlandaise demeure dépendante d’un secteur public pléthorique106 qui coûte très cher au Trésor britannique. Ainsi ses faiblesses structurelles subsistent-elles en dépit de l’arrivée de nouveaux investissements américains ces dernières années. Les dirigeants nord-irlandais ont cependant bien conscience qu’il est impératif de développer le secteur privé et l’entrepreneuriat afin que l’économie de la province repose sur des bases plus solides et se prépare à faire face à la baisse des subventions octroyées par Londres107.

  • 108 Vincent Boland, « Northern Ireland Seeks to Revive its Private Sector ».
  • 109 John Mulgrew, « Start-ups Driving Northern Ireland Tech Successes, Says Microsoft Man », Belfast Te (...)

57Mais, plusieurs décennies de conflit politique étouffèrent cet esprit d’entreprise qui avait jadis contribué à faire de Belfast l’une des villes les plus dynamiques des îles Britanniques. De fait, pendant au moins une génération, les parents, conscients des conséquences économiques du conflit sur l’emploi dans le secteur privé, ont préféré orienter leur progéniture vers des carrières dans la fonction publique ou les professions libérales108. Il semble que l’arrivée de multinationales étrangères ait contribué à faire renaître l’espoir. En effet, nombre d’entre elles emploient du personnel qualifié, originaire de la province, dans leurs unités de recherche et développement. Après avoir acquis de l’expérience au sein de ces entreprises, certains, semble-t-il, commencent à se lancer dans l’entrepreneuriat et créent des entreprises innovantes dans le secteur des nouvelles technologies109.

  • 110 United Kingdom Science Park Association, Catalyst Inc., https://wearecatalyst.org.
  • 111 John Mulgrew, « Northern Ireland Science Park Rebranded Catalyst Inc. as 10-Year Plan Seeks to Be t (...)
  • 112 Cet indice a été élaboré par NISP CONNECT (centre qui héberge un grand nombre d’entreprises des sec (...)
  • 113 Catalyst Inc., Bank of Ireland, University of Ulster, The 2018 Northern Ireland Knowledge Economy R (...)
  • 114 Ibid., p. 9.
  • 115 University of Ulster, Bank of Ireland, Catalyst Inc., The Knowledge Economy in NI. The Whole Story  (...)
  • 116 Ibid., p. 28.

58Créé en 1999, le Northern Ireland Science Park (NISP), récemment rebaptisé Catalyst Inc., est l’un des signes du renouveau économique de la ville de Belfast. Ce pôle, situé dans le Titanic Quarter, est le plus important d’Irlande du Nord110. En 2017, il hébergeait cent soixante entreprises du secteur technologique et biotechnologique qui employaient un total de deux mille trois cents personnes. Face à ce succès grandissant, il était prévu d’ouvrir de nouveaux locaux à (London)derry pour répondre à la demande. Joan Stuart, directrice du développement, projetait la création de cinq mille nouveaux emplois dans le cadre du plan de développement décennal du pôle. Sa surface devrait atteindre cent mille mètres carrés. Cent millions de livres devraient y être investies dans l’objectif de faire de l’Irlande du Nord, en quinze ans, l’une des principales économies entrepreneuriales de la connaissance111. L’indice NI KEI (Northern Ireland Knowledge Economy Index112) révèle qu’en 2018 le taux de croissance du secteur de « l’économie du savoir » de l’Irlande du Nord arrivait au deuxième rang du classement des économies régionales du Royaume-Uni113. Selon deux rapports de 2018 publiés conjointement par Catalyst Inc., Bank of Ireland et l’université d’Ulster, les données les plus récentes révélaient que quarante mille deux cent cinquante personnes114, quatre-vingt-onze mille si l’on compte les emplois indirects et induits115, travaillaient dans ce secteur d’activité en Irlande du Nord. En 2016, ce dernier pesait 3,8 milliards de livres sterling et représentait 10 % de l’économie régionale116.

59Novosco, PathXL et 8over8 sont parmi les nombreuses jeunes pousses nord-irlandaises qui sont promises à un brillant avenir, mais Sisaf est probablement la plus emblématique d’entre elles. Fondée en 2008, cette jeune entreprise très innovante du secteur de la biotechnologie fut la première entreprise de ce secteur à bénéficier d’un investissement de neuf cent mille dollars en provenance de la Silicon Valley117. Bien que cela passe plus inaperçu qu’au sud de la frontière, des hommes d’affaires, irlando-américains pour la plupart, contribuent donc au développement de l’entrepreneuriat en Irlande du Nord. Grâce à l’ITLG, la société a pu bénéficier de cette manne financière qui lui a permis d’étoffer son équipe de chercheurs. En 2017, son siège et le département recherche étaient toujours situés au pôle Catalyst Inc. de Belfast, mais l’entreprise était aussi présente dans la Silicon Valley où elle était hébergée à l’Irish Innovation Center de San José (Calif.).

  • 118 Co-Fund NI et Innovation Ulster, deux fonds d’investissement, sont aussi parties prenantes.
  • 119 Bhargavi Rathi, « SiSaf Gets S$4.9M in Series A for Its Tech that Improves the Way Drugs Are Admini (...)

60En 2013, Sisaf a de nouveau bénéficié d’un financement de cinq cent mille livres sterling de la part d’un consortium d’investisseurs dont Silicon Valley Global Ventures (SVG Ventures), le fonds d’investissement providentiel de l’ITLG, fait partie118. Ce réseau suit l’évolution de son investissement de très près puisque John Hartnett, son directeur, a été nommé vice-président de l’entreprise. De fait, Sisaf a connu une expansion météorique. En septembre 2016, elle était parvenue à récolter 4,9 millions de dollars auprès d’investisseurs pour financer ses projets de développement, une somme provenant d’Asie principalement119.

61Il semble donc que les investissements dans des unités de recherche et développement, en Irlande du Nord, de la part de grandes sociétés américaines aient participé à créer un cercle vertueux. Mais, il a fallu la combinaison de plusieurs facteurs pour stimuler leur venue. Le soutien actif de l’administration américaine a, sans aucun doute, été décisif. L’engagement total des partis au pouvoir en Irlande du Nord a également joué un rôle primordial. À l’unisson, Peter Robinson et Martin McGuinness martelèrent les avantages de la province lors des grandes rencontres avec les investisseurs américains organisées par Washington. De fait, au début des années 2010, l’Irlande du Nord avait bel et bien de quoi faire jeu égal avec la République d’Irlande. Un observateur décrivit comment Robinson et McGuinness surent utiliser les déboires économiques de l’Irlande à leur avantage :

  • 120 « I was able to see Peter Robinson and Martin McGuinness up close and in action. To say that they w (...)

J’ai pu observer Peter Robinson et Martin McGuinness en pleine action. Dire qu’ils étaient au diapason serait un euphémisme. L’Irlande du Nord était en paix, elle avait des infrastructures exceptionnelles et un bon système éducatif, et elle attirait des investissements de haute technologie. Durant leurs exposés, Robinson et McGuinness mirent subtilement en exergue, même si cela était ironique mais pas moins essentiel, le fait que l’Irlande du Nord représentait probablement une meilleure destination pour les investissements que la République [d’Irlande], étant donné la catastrophe économique à laquelle celle-ci faisait face. Sa plus petite taille, ses universités de très haut niveau, sa non-appartenance à la zone euro, la volonté de ses autorités de collaborer avec les entreprises et l’ensemble de ses infrastructures faisaient de l’Irlande du Nord une très bonne destination pour les investissements. Même si l’impôt sur les sociétés allait rester élevé et que la récession avait réduit le budget des services publics, l’Irlande du Nord était prête à faire des affaires120.

  • 121 Ce terme désigne un ensemble d’événements survenus au début des années 2010. Durant l’été 2011, une (...)
  • 122 Seán Kay, Celtic Revival ?…, p. 164.
  • 123 Vincent Boland, « Tax Devolution Unites Northern Ireland », The Financial Times, 2 décembre 2014.
  • 124 Exécutif d’Irlande du Nord, A Fresh Start. The Stormont Agreement and Implementation Plan. An Agree (...)

62Au moment où la crise de la dette dans la zone euro121 faisait rage, les dirigeants de la province mirent en avant la solidité du système bancaire britannique qui n’en faisait pas partie. Tous ces éléments jouaient en la faveur de l’Irlande du Nord, cela n’échappa pas aux grandes entreprises américaines122. En outre, dans la période qui suivit, les entreprises installées en Irlande du Nord et les autorités régionales firent bloc pour obtenir de Londres l’autorisation de fixer un taux d’imposition des sociétés qui soit du même ordre que celui de la République d’Irlande123. Après des années de vaines négociations, Belfast obtint ce droit qui devait prendre effet à partir de 2018124, mais qui, à cause de la suspension de l’exécutif nord-irlandais en janvier 2017, n’a pu être appliqué. L’exécutif est de nouveau opérationnel depuis janvier 2020.

  • 125 « Strong affinity with the island of Ireland due to ancestral ties » (Theresa Villiers citée dans : (...)

63Theresa Villiers, alors secrétaire d’État pour l’Irlande du Nord, déclara début 2015 que cette perspective avait suscité l’intérêt de certains membres du Congrès américain et d’entreprises américaines qui y voyaient un sérieux avantage. Elle souligna que beaucoup d’entre elles avaient déjà de « fortes affinités avec l’île d’Irlande à cause de liens ancestraux »125. Elle continua en rappelant quelques-uns des avantages de la province :

  • 126 « “It has high quality infrastructure, a highly skilled workforce, its quality of life – and low ra (...)

« Elle a des infrastructures de haute qualité, une main-d’œuvre hautement qualifiée, une qualité de vie, et un taux d’imposition sur les sociétés peu élevé qui pourrait représenter une autre incitation de taille pour les entreprises américaines à venir et à investir », a-t-elle dit. « Et il y a aussi les questions qui touchent au patrimoine ancestral. L’intérêt que montreront certains à investir en Irlande du Nord sera en partie le reflet de leur relation à l’île d’Irlande »126.

64Ceci nous ramène à la question des motivations des hommes d’affaires de la diaspora qui investissent en Irlande du Nord, depuis le début des années 2000. La plupart d’entre eux ont reçu une distinction de la part de l’American Ireland Fund en gage de la reconnaissance de la communauté diasporique aux États-Unis. Néanmoins, il ne fait aucun doute que ces chefs d’entreprise n’investissent pas en Irlande du Nord uniquement par grandeur d’âme. En octobre 2010, Declan Kelly, alors qu’il participait à Washington à une grande rencontre pour favoriser le développement économique de l’Irlande du Nord, déclara :

  • 127 « American companies are looking at the pure business case. They are not looking at investing in No (...)

Les sociétés américaines ne s’intéressent qu’aux affaires. Elles ne cherchent pas à investir en Irlande du Nord pour rendre service, mais seulement si les perspectives sont bonnes, et l’Irlande du Nord est une région très attrayante127.

  • 128 Invest Northern Ireland, « Invest Northern Ireland Secures Major Citigroup Investment for Belfast »

65Aux avantages déjà cités, il faut ajouter les mesures incitatives proposées par Invest Northern Ireland aux investisseurs étrangers. On sait, par exemple, que l’agence contribua à hauteur de 7,6 millions de livres sterling à l’installation de Citigroup à Belfast128.

  • 129 Jonathan Saul, « Northern Ireland Looks to Make Peace Dividend Pay ».

66Cependant lorsque les conditions ne sont plus avantageuses, l’attachement pour l’Irlande n’entre plus en jeu. L’entreprise Seagate Technology, que John Hume avait réussi à faire venir, n’hésita pas à fermer les portes de l’une de ses usines en Irlande du Nord pour transférer l’unité en Malaisie où la main-d’œuvre est meilleur marché129. Il n’est pas non plus interdit de penser que certains investisseurs choisirent l’Irlande du Nord à la fin des années 2000 à un moment où l’avenir économique de l’Irlande paraissait bien incertain à cause de la crise financière.

Notes

1 Pour une analyse détaillée du rôle de NORAID, voir : Jack Holland, The American Connection : U.S. Guns, Money, and Influence in Northern Ireland, New York, Viking, 1987.

2 Andrew J. Wilson a consacré un ouvrage à la contribution irlando-américaine au conflit en Irlande du Nord (Andrew J. Wilson, Irish America and the Ulster Conflict, 1968-1995, Washington, The Catholic University of America Press, 1995).

3 Steve Bruce, The Red Hand. Protestant Paramilitaries in Northern Ireland, Oxford, Oxford University Press, 1992, p. 168-169.

4 Ibid., p. 171.

5 « The Irish-American people have an enormous debt to Ireland, and there are millions of both traditions, orange and green, who have never given anything to Ireland. […] we are trying to alert them to their debt » (Tony O’Reilly cité dans : « Details Announced of Ireland Fund Awards », The Irish Times, 21 août 1980).

6 Kingsley Aikins, Anita Sands, Nicola White, The Global Irish Making a Difference Together : A Comparative Review of International Diaspora Strategies, Dublin, The Ireland Funds, 2009, p. 92-93.

7 « American Fund Raisers Present £40,000 for Peace and Charity », The Irish Times, 25 août 1976.

8 Voir également à ce sujet : Joseph E. Thompson, American Policy and Northern Ireland : A Saga of Peace Building, Westport, Praeger, 2001, p. 162-241.

9 Conor O’Clery, Daring Diplomacy, Clinton’s Secret Search for Peace in Ireland, Boulder, Roberts Rinehart Publishers, 1997, p. 15-16.

10 Ibid., p. 25.

11 Morrison présida le House Immigration Subcommittee de 1989 à 1991. On lui doit l’Immigration Act de 1990 qui prévoyait la création de quarante mille visas par an pendant trois ans pour les pays qui avaient été lésés par la loi sur l’immigration de 1965. Un total de seize mille (40 %) de ces visas fut attribué à des demandeurs originaires de la République d’Irlande et d’Irlande du Nord.

12 Conor O’Clery, Daring Diplomacy…, p. 26-27.

13 Ibid., p. 35.

14 Ibid., p. 46-47.

15 Ibid., p. 62-64.

16 Ibid., p. 144.

17 Ibid., p. 145.

18 En 1996, il fit un don de deux cent quarante mille dollars qui couvrit les salaires des employés et le loyer du bureau (Joe Carroll, « American Says Donation to SF Personal », The Irish Times, 12 décembre 1996).

19 Andrew J. Wilson, « “Doing the Business” : Aspects of the Clinton Administration’s Economic Support for the Northern Ireland Peace Process, 1994-2000 », The Journal of Conflict Studies, vol. 23, nº 1, 2003, p. 155-176, en ligne : https://journals.lib.unb.ca/index.php/JCS/article/view/355/556.

20 Ibid. ; Joseph E. Thompson, American Policy and Northern Ireland…, p. 179-180.

21 Valérie Peyronel, « US Investment in Northern Ireland : Strategies, Incentives and Perspectives », in Revisiting the UK and Ireland’s Transatlantic Economic Relationship with the United States in the 21st Century : Beyond Sentimental Rhetoric, Anne Groutel, Marie-Christine Pauwels, Valérie Peyronel (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 2017, p. 78.

22 Susan Davis International est un cabinet de conseil en communication et relations publiques, de renommée mondiale, basé à Washington DC.

23 Susan Ann Davis était alors présidente de la National Assembly of Irish-American Republicans (Congressional Record, vol. 148, Pt. 15, 10 octobre 2002 au 8 novembre 2002, p. 20557).

24 « Irish-US Summit Reveals New Trade Partnerships », The Irish Times, 5 septembre 2002.

25 IntertradeIreland est l’un des organes Nord-Sud créés dans le cadre de l’accord du Vendredi saint. Il a pour mission de promouvoir le commerce entre les deux Irlandes.

26 Liberty Mutual Insurance est une compagnie d’assurances, créée en 1912, dont le siège se trouve à Boston. Elle est présente dans trente pays. Cette compagnie est classée au soixante-seizième rang du classement Fortune 100 des plus grandes entreprises américaines.

27 Vincent Boland, « Northern Ireland Seeks to Revive its Private Sector », The Financial Times, 29 mai 2014.

28 Science Foundation Ireland, « US-Ireland R&D Partnership Programme », en ligne : https://www.sfi.ie/funding/funding-calls/us-ireland-rd-partnership.

29 Valérie Peyronel, « US Investment in Northern Ireland… », p. 82-85.

30 Aux États-Unis, le secrétaire d’État (United States Secretary of State) est l’équivalent de ministre des Affaires étrangères.

31 « U.S. North Envoy Declan Kelly Resigns », The Irish Echo, 18 mai 2011, en ligne : http://irishecho.com/2011/05/u-s-north-envoy-declan-kelly-resigns.

32 Les parents de John Cullinane, originaires de Dunmore East (Co. Wexford, Irl.), émigrèrent aux États-Unis en 1929.

33 Cullinet fut la première entreprise du secteur des logiciels à avoir été introduite à la bourse de New York en 1982 (« Boston Honorees, John Cullinane », Irish America Magazine, décembre 2006-janvier 2007).

34 Andrew J. Wilson, « “Doing the Business”… » ; Bill O’Donnell, « Cullinane’s Success as a Software Pioneer », Boston Irish Reporter, 2 mars 2015.

35 « It was inevitable some of them would become software entrepreneurs, I was seeing the first wave, so I decided to help them in a variety of ways because entrepreneurship was something new in Ireland » (Andrew J. Wilson, « “Doing the Business”… »).

36 « Boston Honorees, John Cullinane », Irish America Magazine.

37 Né aux États-Unis, Frank Costello fit ses études en Irlande. Après avoir fait carrière outre-Atlantique, il est revenu en Irlande du Nord et vit à Belfast depuis quinze ans. Historien, il est l’auteur de plusieurs ouvrages et enseigne à la Queen’s University (Belfast). Il est également investisseur en capital-risque et dirige Costello Associates, une entreprise qui investit dans le développement communautaire. À la fin des années 1990, il était conseiller économique pour l’Amérique du Nord auprès du BCC.

38 Andrew J. Wilson, « “Doing the Business”… ».

39 L’International Fund for Ireland est une organisation internationale indépendante, créée en 1986, par les gouvernements britannique et irlandais, dans l’objectif de promouvoir le progrès économique et social ainsi que le dialogue et la réconciliation entre unionistes et nationalistes sur l’île d’Irlande.

40 « He came before the International Fund for Ireland when I was chairman to urge funding through IFI for two vital programs, RADIUS and RADIAN, that had successfully engineered partnerships and would be a good fit for similar partnerships between Northern Ireland hi-tech companies, border counties of the Republic and US and Canadian companies. In typical John Cullinane fashion, this was a pioneering step which not only led to many hi-tech partnerships but also helped the whole hi-tech scene in Ireland, north and south, to develop to the point where it is today » (Willie McCarter cité dans : Bill O’Donnell, « Book Details Cullinane’s Success as a Software Pioneer », Boston Irish Reporter, 2 mars 2015, en ligne : http://www.bostonirish.com/around-town/book-details-cullinane%E2%80%99s-success-software-pioneer).

41 Alasdair McDonnell fut leader du SDLP de 2011 à 2015.

42 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 8 septembre 1999, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3867&DF=08%2f09%2f1999&Ver=2.

43 Lors de la première réunion du groupe, soixante-dix personnes manifestèrent leur volonté d’œuvrer au bénéfice de l’économie et des habitants de la ville de Belfast. À l’issue de cette rencontre, les membres furent répartis en huit sous-groupes chargés d’une mission dans un secteur économique différent. Chacun devait se charger d’attirer des investissements ou de trouver des débouchés commerciaux dans l’un des secteurs suivants : les logiciels, l’éducation, la finance, les télécommunications, l’immobilier, l’environnement, la santé. Un sous-groupe avait également pour mission de promouvoir l’image de Belfast (Belfast City Council, rapport interne du sous-comité chargé du développement économique, 3 juin 1998, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3854&DF=03%2f06%2f1998&Ver=2).

44 Ces objectifs ne figurent pas dans les parties des comptes rendus du BCC accessibles au public.

45 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 2 août 2000, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3877&DF=02%2f08%2f2000&Ver=2.

46 Le quartier abrite notamment le Science Park, des studios de cinéma, le Belfast Metropolitan College et des immeubles d’habitation.

47 Un compte rendu mentionne, entre autres, les noms de Michael Flannery, Jack Deacy, Tim Sullivan, Dan Gallagher, etc. (Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 8 mai 2002, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3896&DF=08%2f05%2f2002&Ver=2).

48 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 2 août 2000.

49 Wilford Welch, un avocat renommé, encadra le groupe durant cette visite. Il rejoignit le cercle des amis de Belfast peu de temps après.

50 Heather Draper, « Denver Litigator Jim Lyons Chronicles Northern Ireland Peace Work in New Book », Denver Business Journal, 19 novembre 2014, en ligne : http://www.bizjournals.com/denver/blog/finance_etc/2014/11/denver-litigator-jim-lyons-chronicles-northern.html.

51 Belfast City Council, comptes rendus des réunions du sous-comité chargé du développement économique du 7 février 2001 (https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3883&DF=07%2f02%2f2001&Ver=2) et du 7 août 2002 (https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3898&DF=07%2f08%2f2002&Ver=2).

52 Les comptes rendus des réunions du BCC du 5 décembre 2001 (https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3891&DF=05%2f12%2f2001&Ver=2) et du 8 mai 2002 mentionnent les noms de certains des « amis » de Belfast aux États-Unis.

53 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 5 décembre 2001.

54 Le projet « Big Dig » était le plus gros projet de construction d’infrastructure urbaine en Amérique du Nord.

55 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 8 mai 2002.

56 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 4 décembre 2002, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3902&DF=04%2f12%2f2002&Ver=2.

57 Le compte rendu du BCC du 6 août 2003 révèle quels étaient les résultats escomptés. Tous n’étaient pas quantifiés (Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 6 août 2003, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3909&DF=06%2f08%2f2003&Ver=2).

58 « […] weaknesses mentioned were […] a lack of detailed briefings to the head chairs, infrequent city visits with a lack of follow-up, with the result that the Council was at risk of being perceived as yet another Northern Ireland organisation visiting a US city with few tangible outcomes as a result » (Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 2 juin 2004, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3919&DF=02%2f06%2f2004&Ver=2).

59 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du sous-comité chargé du développement économique du 11 janvier 2006, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3934&DF=11%2f01%2f2006&Ver=2.

60 Belfast City Council, comptes rendus des réunions du sous-comité chargé du développement économique du 2 juin 2004 et du 8 septembre 2004 (https://minutes3.belfastcity.gov.uk/CeListDocuments.aspx?CommitteeId=281&MeetingId=3921&DF=08%2f09%2f2004&Ver=2).

61 Belfast City Council, comptes rendus des réunions du comité chargé du développement des 21 mai 2013 (https://minutes3.belfastcity.gov.uk/documents/g979/Printed%20minutes%2021st-May-2013%2017.15%20Pre%20April-2015%20Development%20Committee.pdf?T=1) ; 20 juin 2013 (https://minutes3.belfastcity.gov.uk/ieListDocuments.aspx?CId=283&MID=981) ; 20 août 2013 (https://minutes3.belfastcity.gov.uk/documents/g982/Printed%20minutes%2020th-Aug-2013%2016.30%20Pre%20April-2015%20Development%20Committee.pdf?T=1).

62 Belfast City Council, compte rendu de la réunion du comité chargé du développement du 14 avril 2010, en ligne : https://minutes3.belfastcity.gov.uk/ieListDocuments.aspx?CId=283&MID=902.

63 Ibid.

64 « “Belfast was a natural choice for the first Sister City agreement of my Administration,” said Mayor Walsh. “Historically, these agreements have been exclusively about cultural exchange and the promotion of tourism, but we want to use this program to work toward a broader base of economic partnerships : a strategic alliance in the global economy that will bring growth and good jobs to both cities. We build that partnership with the support of businesses like Liberty Mutual and others who are investing in their workforce in both Boston and Belfast” » (« Boston Mayor Celebrates Belfast Connection with Liberty IT », 25 septembre 2014, en ligne : http://liberty-new.open.wp-dev.web.tibus.net/boston-mayor-celebrates-belfast-connection-with-liberty-it).

65 « Boston Mayor Marty Walsh : Irish American of the Year », Irish America, 27 juin 2014, en ligne : http://irishamerica.com/2014/06/boston-mayor-marty-walsh-irish-american-of-the-year-photos.

66 « We are honored to host Mayor Walsh during his travels home to Ireland and thank him for his contributions to economic development including his support of our Boston Home Office expansion while he was a member of the Massachusetts legislature. Speaking from my own experience as a native of Ireland now living in the Boston area, I have no doubt that the Mayor will enjoy his time here » (ibid.).

67 Edmund F. Kelly fut président-directeur général de Liberty Mutual Insurance de 1992 à 2011 (Taryn Luna, « Edmund “Ted” Kelly’s Salary Generated Controversy », The Boston Globe, 10 avril 2013).

68 Steve Lenox, « Face to Face Still the Best Connection », The Irish Echo, 1er-7 juillet 2015.

69 Michael D’Arcy, « NDP Bolsters an All-Island Economy », The Irish Times, 26 janvier 2007.

70 Pour une synthèse des résultats économiques de la province, voir : Northern Ireland Affairs Committee, « Memorandum submitted by the Northern Ireland Chamber of Commerce and Industry », 16 mai 2000, en ligne : https://publications.parliament.uk/pa/cm199900/cmselect/cmniaf/198/198ap22.htm.

71 Jonathan Saul, « Northern Ireland Looks to Make Peace Dividend Pay », 6 mai 2008, en ligne : http://www.reuters.com/article/us-irish-economy/northern-ireland-looks-to-make-peace-dividend-pay-idUSL0283780420080506.

72 Ibid.

73 Ibid.

74 Le SDLP est un parti politique d’Irlande du Nord qui prône un nationalisme plutôt modéré.

75 Seagate est un fournisseur de solutions de stockage numérique mondialement connu.

76 John Hume est l’un des membres fondateurs du SDLP. Il a été récompensé du prix Nobel de la paix en 1998, prix partagé avec David Trimble, à cette époque chef de l’Ulster Unionist Party. Tous deux participèrent à l’élaboration de l’accord du Vendredi saint (1998).

77 « […] a quiet drink he shared in a Los Angeles bar with Seagate executive Brendan Hegarty changed the fortune of his native Derry in a way that would match any of Hume’s laudable political efforts » (« Celebrating Seagate », Silicon Valley Global, automne 2014, p. 27, en ligne : https://issuu.com/argyll1/docs/svgmi6_web/27).

78 « Intel Marks 1st Anniversary in Belfast », 2 mai 2014, en ligne : https://newsroom.intel.ie/news-releases/intel-marks-1st-anniversary-in-belfast.

79 « World’s Largest Public Companies in 2017 », Forbes, 3 mai 2017, en ligne : https://www.forbes.com/pictures/5924acd8a7ea434078d451ab/2017-global-2000-top-25.

80 The Ireland Funds, « New York Dinner Committee Reception 2016 », 12 septembre 2016, en ligne : https://irelandfunds.org/event/new-york-dinner-committee-reception-2016.

81 Invest Northern Ireland, « Invest Northern Ireland Secures Major Citigroup Investment for Belfast », 18 novembre 2004, texte consulté le 12 octobre 2017 sur le site www.investni.com mais qui n’est plus disponible.

82 Jim O’Donnell reçut les honneurs lors du dîner de gala de l’American Ireland Fund de 2017, présidé par Daniel Keegan (The Ireland Funds, « New York Annual Dinner Gala 2017 », 4 mai 2017, en ligne : https://irelandfunds.org/event/new-york-annual-dinner-gala-2017).

83 The Ireland Funds, « Board of Directors », en ligne : https://irelandfunds.org/about-us/the-ireland-funds-america/board-of-directors.

84 Enda Kenny occupa le poste de Taoiseach du 9 mars 2011 au 14 juin 2017.

85 Henry McDonald, « NYSE to Create up to 400 Jobs with New Belfast Office », The Guardian, 19 octobre 2009.

86 « Chicago Mercantile Exchange Opening Ulster University “Trading Floor” to Help Train Students », Belfast Telegraph, 26 août 2015.

87 The Ireland Funds, « Board of Directors ».

88 « […] his executives jumped at the chance to work in Belfast. […] Now the Irish-American wants to help the land of his forebears » (Mark Paul, « Visionary Presses the Right Buttons », The Sunday Times (Irl.), 9 octobre 2011).

89 Connor Lambe, « Northern Ireland Economy to Keep Growing – But a Slowdown Is Still Expected », The Irish Times, 20 juin 2017.

90 Vincent Boland, « Belfast Takes a Shine to Financial Technology », The Financial Times, 15 juin 2015.

91 Invest Northern Ireland, « World’s Biggest Brand Thinks Northern Ireland Is It », 27 avril 2005, texte consulté le 18 octobre 2017 sur le site www.investni.com mais qui n’est plus disponible.

92 Coca-Cola HBC Ireland and Northern Ireland, « Plants and Processes », en ligne : https://ie.coca-colahellenic.com/en/local-impact/plants-and-processes/knockmore-hill-plant.

93 Irial Finan fut l’un des vice-présidents exécutifs de Coca-Cola et président de Coca-Cola Bottling Investments de 2004 jusqu’à fin 2017. Il a pris sa retraite en mars 2018 (https://www.coca-colacompany.com/press-releases/irial-finan-to-retire-from-coca-cola).

94 The Ireland Funds, « Board of Directors ».

95 « Finan tries to stay as close as possible to what’s happening in Ireland, but admits he doesn’t “get home enough”, particularly not to his native Roscommon, although he does closely follow his county’s GAA performance and is content with last weekend’s win over New York. He can’t be accused of losing his Roscommon accent either, although all those years in the Coca-Cola “system” may have allowed a few “vacations” and “sidewalks” to creep in. Not forgetting his roots, Finan likes to promote Ireland where he can. Emphasising that his opinions are personal, not corporate views, he says he still thinks Ireland “has an awful lot going for it” » (Una McCaffrey, « The Real Thing », The Irish Times, 6 mai 2011).

96 Assemblée d’Irlande du Nord, Comité parlementaire chargé de la culture, des arts et des loisirs, « Hansard Official Report : Inquiry into Maximising the Potential of the Creative Industries : Belfast City Council », 9 février 2012.

97 Game of Thrones est l’un des plus gros succès d’HBO. La série est diffusée dans cent soixante-treize pays et est ainsi entrée dans le livre des records en 2016 (« Game of Thrones entre dans le livre des records », L’Express, 3 septembre 2015, en ligne : https://www.lexpress.fr/culture/tele/game-of-thrones-entre-dans-le-livre-des-records_1712204.html).

98 Noel Martin Murray, « GoT Belfast ? How a Television Epic about a War-Torn Land Was Employed to Rebrand Northern Ireland », in Global Place Branding Campaigns Across Cities, Regions and Nations, Ahmet Bayraktar, Can Usley (dir.), Hershey, IGI Global, 2016, p. 11.

99 « When we finally came and scouted and looked around, we felt that there was a lot of creative potential. But you need an infrastructure, you need people to make good production with, but what we found was a little bit of a “sleeping giant”. I think we have been very fortunate to kind of wake that sleeping giant and discover a great creative community here, that [sic] has really come to work with us at a world class level » (« Game of Thrones “Attracts Success” to Northern Ireland », BBC News, 11 octobre 2013, en ligne : http://www.bbc.com/news/uk-northern-ireland-24493594).

100 « […] great place to do business » (John Kennedy, « Northern Lights Shine on the Crossroads of Hollywood, Wall Street and Silicon Valley », 18 septembre 2012, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/life/northern-lights-shine-on-the-crossroads-of-hollywood-wall-street-and-silicon-valley).

101 Nous traiterons en détail des activités de ce réseau dans la quatrième partie de cette étude.

102 John Kennedy, « ITLG Announces Hollywood 50 at Sony Pictures Studios – Irish-American Execs Take Centre Stage », 22 septembre 2012, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/life/itlg-announces-hollywood-50-at-sony-pictures-studios-irish-american-execs-take-centre-stage.

103 John Kennedy, « Silicon Valley’s Irish Conquer the Heart of Hollywood », 14 septembre 2011, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/play/silicon-valleys-irish-conquer-the-heart-of-hollywood.

104 « I’m long familiar with the famous Irish American tome by Thomas Cahill, “How Ireland Saved Civilization”. But as I come to the end of a one-year adventure as mayor of Belfast, I am more convinced than ever that we need a scribe to write a new volume on “How Irish America Saved Ireland.” […] Whether it is tourist visitor numbers, which are off the charts thanks to rocketing numbers from North America, or new job creation projects which are being spearheaded by American companies, the fact remains that the U.S. is Belfast’s greatest ally […]. The message from Belfast is that there is a real thirst for more relationships of mutual benefit with Irish America. Far from having seen the best days of transatlantic partnership, it’s my conviction that the greatest days of Irish American co-operation with those who wish to build the peace in the North of Ireland are still ahead of us » (Máirtín Ó Muilleoir, « American Investment Is Key to Stable Future », The Irish Echo, 28 mai-3 juin 2014).

105 Vincent Boland, « Irish Two-Speed Economy Puts Integration under Pressure », The Financial Times, 20 octobre 2014 ; Vincent Boland, « Northern Ireland Shows No Sign of Bowing to Austerity Push », The Financial Times, 5 mai 2015.

106 Le secteur public représentait 65 % du PIB de l’Irlande du Nord au début des années 2000 (« In Place of Strife », The Economist, 14 octobre 2004). Au début des années 2010, ce pourcentage était passé à 70 % (Vincent Boland, « Northern Ireland Seeks to Revive its Private Sector », The Financial Times, 29 mai 2014). Au dernier trimestre de 2015, 25 % de la population active était employée dans le secteur public, un pourcentage bien supérieur aux autres provinces du Royaume-Uni (Matthew Ward, « The Northern Ireland Economy », bibliothèque de la Chambre des communes, debate pack nº CBP-2016-0104, 10 mai 2016, http://researchbriefings.files.parliament.uk/documents/CDP-2016-0104/CDP-2016-0104.pdf).

107 « As Violence Recedes, Ulster Must Wean Its Economy Off State Subsidies », The Economist, 30 juin 2011.

108 Vincent Boland, « Northern Ireland Seeks to Revive its Private Sector ».

109 John Mulgrew, « Start-ups Driving Northern Ireland Tech Successes, Says Microsoft Man », Belfast Telegraph, 24 septembre 2015.

110 United Kingdom Science Park Association, Catalyst Inc., https://wearecatalyst.org.

111 John Mulgrew, « Northern Ireland Science Park Rebranded Catalyst Inc. as 10-Year Plan Seeks to Be the Catalyst for Economic Boost », Belfast Telegraph, 20 juin 2016.

112 Cet indice a été élaboré par NISP CONNECT (centre qui héberge un grand nombre d’entreprises des secteurs de pointe en Irlande du Nord) sur le modèle du San Diego CONNECT’s Innovation Report. Cet indice est utilisé par le ministère de l’Économie d’Irlande du Nord. Voir : exécutif d’Irlande du Nord, Innovation Strategy for Northern Ireland 2014-2025, septembre 2014, en ligne : https://www.economy-ni.gov.uk/sites/default/files/publications/deti/Innovation-Strategy-2014-2025_2_0.pdf.

113 Catalyst Inc., Bank of Ireland, University of Ulster, The 2018 Northern Ireland Knowledge Economy Report. Overview, Performance, Challenges, p. 8, en ligne : https://wearecatalyst.org/wp-content/uploads/2019/08/Knowledge-Economy-Report-2018.pdf.

114 Ibid., p. 9.

115 University of Ulster, Bank of Ireland, Catalyst Inc., The Knowledge Economy in NI. The Whole Story 2018, janvier 2018, p. 29, en ligne : https://wearecatalyst.org/research/our-research (« Full research findings »).

116 Ibid., p. 28.

117 « Northern Ireland Biotech Company Secures US$900K », 4 avril 2011, en ligne : https://www.siliconrepublic.com/start-ups/northern-ireland-biotech-company-secures-us900k.

118 Co-Fund NI et Innovation Ulster, deux fonds d’investissement, sont aussi parties prenantes.

119 Bhargavi Rathi, « SiSaf Gets S$4.9M in Series A for Its Tech that Improves the Way Drugs Are Administered to Patients », 20 septembre 2016, en ligne : https://thetechportal.com/2016/09/20/sisaf-series-a.

120 « I was able to see Peter Robinson and Martin McGuinness up close and in action. To say that they were “on message” would be an understatement. Northern Ireland was at peace, it had outstanding infrastructure and a great education system, and it was attracting high-tech investment. United around economic development, Robinson and McGuinness subtly made an ironic but essential point in their presentations. Northern Ireland was likely to be a better investment than the Republic, given the economic catastrophe there. Its smaller size, top-class universities, non-eurozone status, government willingness to work with companies, and overall infrastructure made the North a great investment. Though the corporate tax would remain high, and the recession had caused significant cuts in services, Northern Ireland was open for business » (Seán Kay, Celtic Revival ? The Rise, Fall, and Renewal of Global Ireland, Lanham, Rowman & Littlefield, 2011, p. 161).

121 Ce terme désigne un ensemble d’événements survenus au début des années 2010. Durant l’été 2011, une tempête boursière survint en partie à cause de la crise de la dette publique grecque. La crise de la dette publique de l’Irlande, provoquée par le sauvetage de ses banques nationales par l’État, participa aussi à la crise de la zone euro.

122 Seán Kay, Celtic Revival ?…, p. 164.

123 Vincent Boland, « Tax Devolution Unites Northern Ireland », The Financial Times, 2 décembre 2014.

124 Exécutif d’Irlande du Nord, A Fresh Start. The Stormont Agreement and Implementation Plan. An Agreement to Consolidate the Peace, Secure Stability, Enable Progress and Offer Hope, 17 novembre 2015, p. 21, en ligne : https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/479116/A_Fresh_Start_-_The_Stormont_Agreement_and_Implementation_Plan_-_Final_Version_20_Nov_2015_for_PDF.pdf.

125 « Strong affinity with the island of Ireland due to ancestral ties » (Theresa Villiers citée dans : David Young, « Cutting Northern Ireland’s Corporate Tax “Powerful Incentive” to United States », Belfast Telegraph, 5 février 2015).

126 « “It has high quality infrastructure, a highly skilled workforce, its quality of life – and low rates of company taxes could provide another powerful incentive for US companies to come and invest,” she said. “And there are also matters relating to heritage. So you will have perhaps an interest in investment in Northern Ireland partly reflecting people’s own heritage in relation to the island of Ireland” » (ibid.).

127 « American companies are looking at the pure business case. They are not looking at investing in Northern Ireland as a favor – it is if the business case adds up, and Northern Ireland is a very positive region » (Declan Kelly cité dans : Seán Kay, Celtic Revival ?…, p. 165).

128 Invest Northern Ireland, « Invest Northern Ireland Secures Major Citigroup Investment for Belfast ».

129 Jonathan Saul, « Northern Ireland Looks to Make Peace Dividend Pay ».

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search