Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Troisième partie. L’influence économique et politique grandissante d’hommes d’affaires irlando-américains sur les deux Irlandes

Chapitre VIII

Des rapports à double tranchant

Texte intégral

Des notables qui investissent en Irlande

1Donald P. Brennan fait partie des membres de l’IAEAB qui investirent en Irlande. En 1990, alors qu’il était directeur de la banque Morgan Stanley, il acquit des parts dans le capital de Waterford Wedgwood, célèbre fabricant irlandais de cristal de luxe et de porcelaine, dont il fut à une époque le président.

  • 1 Manufacturers Services Ltd était une société internationale dont le siège se trouvait à Concord (Ma (...)
  • 2 Jamie Smyth, « Melia Firm to Set up HQ in Republic », The Irish Times, 6 décembre 2000 ; Lorna Sigg (...)

2On peut également citer Kevin Melia. Natif d’Ashford dans le comté de Wicklow (Irl.), il émigra aux États-Unis où il fonda Manufacturers Services Ltd (MSL)1 en 1994. L’année suivante, la société s’implanta à Athlone (Co. Westmeath, Irl.). En 2000, MSL investit vingt millions de dollars en Irlande et installa son siège européen à Galway, dans l’Ouest du pays2. L’entreprise employait alors cinq mille personnes, dont mille en Irlande (Athlone, Galway et Dublin). Son chiffre d’affaires s’élevait à un milliard de dollars.

3Par ailleurs, Melia acquit une participation dans le capital de la société Iona Technologies, l’un des fleurons de l’économie irlandaise. Il fut le président de cette entreprise à deux reprises, en 2007, l’année où la société entra au NASDAQ, puis de nouveau en 2008, quand elle fut rachetée par Progress Software. L’hommage que Chris Horn, cofondateur d’Iona Technologies, rendit à Melia au lendemain de l’annonce de son décès en 2014 est intéressant dans la mesure où il met en lumière une facette différente du rôle que jouent certains membres de la diaspora dans l’économie irlandaise :

  • 3 « He was my personal coach and mentor as chairman […]. He guided me a lot as a first-time CEO and w (...)

Il était mon conseiller personnel et un mentor quand il occupa la fonction de président […]. J’étais un directeur général novice et il m’a beaucoup guidé et a été d’une grande aide quand j’ai développé Iona. J’ai énormément tiré de sa sagesse et de sa grande expérience3.

4Ce rôle de mentor était d’autant plus important que, dans les années 1990, la majorité des entrepreneurs irlandais n’avaient pas d’expérience en matière de développement d’entreprise.

  • 4 « […] considerable corporate and entrepreneurial expertise » (ibid.).
  • 5 « Iona Shares Sold », The Irish Times, 16 mai 1998 ; « Iona Share Transactions », The Irish Times, (...)
  • 6 Jamie Smyth, « New Iona Boss to Earn Base Salary of €259,000 », The Irish Times, 1er juin 2005 ; «  (...)

5Melia occupa des fonctions diverses et variées dans un certain nombre de sociétés irlandaises. Il siégea au conseil d’administration d’Eircom à partir de 2004. Il fut aussi président non exécutif du conseil d’administration d’Horizon Technology Group Plc, une entreprise de services Internet, et directeur non exécutif de DCC, un conglomérat irlandais coté en bourse, où il laissa un bon souvenir. Michael Buckley, le président de DCC, déclara que le groupe avait bénéficié de « l’expertise professionnelle et entrepreneuriale considérable »4 de Melia. Ce dernier fut également directeur de Merrion Capital Group, une société irlandaise spécialisée dans le courtage et le financement d’entreprises. Melia fut l’un des membres de l’IAEAB qui contribuèrent de façon très concrète et variée au développement de l’économie irlandaise. Il n’eut pas à regretter d’y avoir investi, puisqu’outre les bénéfices que sa société MSL réalisa en Irlande, la vente des actions d’Iona et d’Horizon lui rapporta de substantielles plus-values5. À ces sommes vinrent s’ajouter les salaires et primes réservées aux hauts dirigeants d’entreprises6.

6Appât du gain ou désir altruiste d’œuvrer pour l’Irlande, les raisons qui motivèrent certains des membres de l’IAEAB à investir en Irlande sont difficiles à décrypter. Conor O’Clery a consacré un ouvrage à Chuck Feeney qui, durant de nombreuses années, évita toute publicité autour de ses activités philanthropiques. Il y décrit l’attachement du milliardaire à l’Irlande :

  • 7 Les Thornsticks sont une organisation créée en 1982 par Tom Dunn, homme politique américain d’origi (...)
  • 8 « Like most Irish Americans, Feeney had a sentimental attraction to the land of his ancestors […]. (...)

Comme la plupart des Irlando-Américains, Feeney ressentait une attirance sentimentale pour la terre de ses ancêtres […]. Il avait dans son portefeuille une carte des Thornsticks7 où il était écrit qu’il était un Irlando-Américain passionnément fier de la culture et des coutumes irlandaises mais sans publicité, fanfare ou gain personnel8.

7O’Clery raconte le moment où Feeney emmena son épouse et ses enfants, pour la première fois, en Irlande. Ils séjournèrent au Dromoland Castle Hotel, dans le comté de Clare :

  • 9 « They remember tears trickling down his face as he listened to a harpist play melancholy Irish mel (...)

[Ses proches] se souviennent des larmes coulant sur son visage alors qu’il écoutait un harpiste jouant des mélodies irlandaises mélancoliques […]. Plus il renouait avec l’Irlande, plus il était convaincu que les Irlando-Américains comme lui-même devaient faire plus pour [l’]aider9.

  • 10 Ibid., p. 135.

8Dans les années 1980, l’économie de la République d’Irlande était moribonde. Qu’à cela ne tienne, Feeney était décidé à investir en Irlande. Aussi ce dernier chargea-t-il Padraig Berry, un homme qui connaissait bien le pays, de faire du repérage. Feeney se rendit en Irlande en personne pour sillonner le pays avec Berry en quête de bonnes affaires10. Un temps, il envisagea d’acheter le manoir de style georgien du réalisateur John Huston, près de Craughwell, dans l’Ouest de l’Irlande, pour y installer sa famille. Mais, en homme d’affaires avisé, il y renonça, car le prix était trop élevé. En revanche, il fit l’acquisition du terrain de golf et du Country Club Kilternan, nichés sur les contreforts des Dublin Mountains, où se trouvait la seule piste synthétique de ski d’Irlande, et de l’Heritage House, l’un des plus beaux bâtiments de style georgien de Dublin.

  • 11 Anthony O’Reilly est un Irlandais de naissance. Après avoir été joueur de rugby professionnel, il f (...)
  • 12 Daniel Milton « Dan » Rooney était le président de l’équipe de football américain Pittsburgh Steele (...)
  • 13 Ashford Castle est situé à la limite des comtés de Galway et de Mayo dans l’Ouest de l’Irlande.
  • 14 Voir chapitre VI.
  • 15 Ciaran Hancock, « Barrett Now King of Ashford Castle », The Irish Times, 28 septembre 2007.
  • 16 Jack Fagan, « Limerick Hotel Sold for €25m », The Irish Times, 23 juin 2004.

9Chuck Feeney, Anthony « Tony » O’Reilly11 et Dan Rooney12, deux autres membres de l’IAEAB, firent des investissements très lucratifs en Irlande. Les trois hommes firent partie du consortium qui racheta Ashford Castle13 en 1985, pour une somme de sept millions de dollars. Ashford Castle est une demeure médiévale du XIIIe siècle, transformée en hôtel de luxe. Elle avait été achetée en 1970 par John A. Mulcahy, un Irlando-Américain, dont il a été question dans le cadre de l’IUSCICI14. La propriété fut revendue en 2007, au plus fort de la bulle immobilière, au promoteur immobilier Gerry Barrett pour cinquante millions d’euros15. À la même époque, Feeney revendit tous les biens immobiliers dont il était propriétaire en Irlande, y compris le Castletroy Park Hotel, cédé pour vingt-cinq millions d’euros16.

  • 17 Ballina Beverages produit le concentré de sirop qui est ensuite vendu aux différents embouteilleurs (...)

10D’autres magnats irlando-américains ont usé de leur influence au sein de leur entreprise pour que celle-ci s’implante en Irlande. Ainsi Bertie Ahern déclara-t-il au Dáil, en deux occasions, que Donald Keough avait fait pression au sein de sa société pour que Ballina Beverages17 (Co. Mayo), une filiale de Coca-Cola, s’installe en Irlande :

  • 18 « To be bluntly honest, it is not there because it is profitable but because the top two people inv (...)

Pour être franc et honnête, [Ballina Beverages] n’est pas là-bas parce que c’est rentable, mais parce que les numéros un et deux de l’entreprise sont irlandais et qu’ils voulaient faire quelque chose pour l’Irlande. En de nombreuses autres occasions des Irlandais sont intervenus18.

  • 19 Denis O’Hearn, « The Celtic Tiger : The Role of Multinationals », in Under the Belly of the Tiger : (...)
  • 20 Kieran Allen, The Corporate Takeover of Ireland, Dublin, Irish Academic Press, 2007, p. 77-106.

11Quoi qu’en dît Bertie Ahern, il ne s’agissait pas d’un investissement en pure perte, car cette entreprise était loin d’être déficitaire. En effet, à cette époque, les sociétés américaines implantées en Irlande qui produisaient des boissons non alcoolisées réalisaient des marges bénéficiaires pouvant aller jusqu’à 70 %19. Même si les coûts augmentèrent dans les années 2000, investir en Irlande est tout de même resté très rentable pour les multinationales20.

12Tout en affichant leur attachement à l’Irlande, les membres de l’IAEAB qui y investissaient ne le faisaient donc pas à fonds perdu. Certains cyniques pourraient même dire que s’ils mettaient un point d’honneur à donner ostensiblement à The Ireland Funds, une organisation caritative créée par Tony O’Reilly et Dan Rooney, bon nombre d’entre eux récupéraient une partie de leurs dons grâce aux bénéfices, dividendes ou plus-values provenant de leurs investissements en Irlande.

Quand intérêt national et profit ne font pas bon ménage

  • 21 « Firm May Change Hands for Fifth Time in Six Years », The Irish Times, 15 avril 2006.

13Jusqu’en 1995, l’opérateur de téléphonie Telecom Éireann était une entreprise publique. Cette année-là, les autorités irlandaises entamèrent le processus de privatisation de l’entreprise, devenue Eircom. Au terme de ce processus, en 1999, Eircom fut introduite en bourse à Dublin, Londres et New York. De nombreux petits épargnants furent encouragés à investir dans son capital. Ceux qui se laissèrent tenter le regrettèrent amèrement par la suite, car le prix des actions chuta brutalement quand la bulle Internet éclata en 200121.

  • 22 Valentia avait le soutien du célèbre financier George Soros et de la banque américaine Goldman Sach (...)
  • 23 « Buoyant Tone as Revamped Eircom Embarks on Second Float », Irish Independent, 1er mars 2004 ; « T (...)
  • 24 John McManus, « O’Reilly to Earn More than €36m in Eircom Float », The Irish Times, 27 février 2004
  • 25 Eamon Quinn, « Revealed : Eircom’s Share Millionaires », The Sunday Business Post, 22 février 2004.

14En 2001, Eircom céda Eircell, sa filiale de téléphonie mobile, à Vodafone avant d’être rachetée par le consortium Valentia22 à la tête duquel se trouvait O’Reilly qui assura la présidence d’Eircom. Les choix de l’entreprise furent rapidement critiqués. Eircom, qui gérait 80 % des lignes téléphoniques fixes du pays, augmenta le prix de leur location de 27 % en deux ans, licencia mille huit cents personnes et vendit des actifs qui lui rapportèrent deux cent quatre-vingt-cinq millions d’euros23. Devenue très rentable, l’entreprise accorda de généreux dividendes à ses actionnaires dont O’Reilly faisait partie. Ce dernier aurait empoché cinquante-huit millions d’euros durant les deux premières années24. Mais, cette stratégie fut menée au détriment de la mise en œuvre d’une politique de long terme. L’entreprise fut d’ailleurs montrée du doigt par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour avoir négligé d’investir dans l’Internet à haut débit, un service qui aurait rendu l’économie irlandaise beaucoup plus attractive pour les investisseurs étrangers25.

  • 26 Ce groupe fut créé en 1987 à la suite de la fusion de Waterford Crystal (cristal) et Wedgwood (porc (...)
  • 27 Barry J. White, « Tony O’Reilly : How the Billionaire’s Fortune Unravelled », The Daily Business Po (...)

15On peut s’étonner des choix d’O’Reilly qui ne fit pas une priorité de cet enjeu stratégique pour l’Irlande, alors même qu’il dépensa quatre cents millions d’euros pour tenter de sauver les emplois de Waterford Wedgwood26 et se porta garant de ses dettes qui s’élevaient à trois cents millions d’euros. Tout cela en vain, puisque l’entreprise fut placée en redressement judiciaire en 200827.

Un réseau très confidentiel

16Pour François Denord, la notion de réseau :

  • 28 François Denord, « Réseaux, Théorie des », Encyclopædia Universalis en ligne.

[…] possède souvent une connotation positive lorsqu’elle est employée à propos d’une forme organisationnelle […]. Le réseau renvoie ainsi, dans le domaine du management, à des modes d’organisation souples et décentralisés, pensés comme plus efficaces que des structures hiérarchiques traditionnelles28.

17Le statut de l’IAEAB était effectivement souple, mais quelque peu flou. Interrogé sur ce point par le député travailliste Proinsias De Rossa, Albert Reynolds confirma que les membres du groupe n’étaient pas élus. Selon ses termes, il était plutôt question :

  • 29 « […] an arrangement by which prominent Irish business people who have made it to the top in Irish- (...)

[d’]un arrangement grâce auquel des Irlandais, arrivés au sommet de leur profession dans les milieux d’affaires irlando-américains, essaient d’unir leur force et de partager leur savoir avec nos diverses agences pour le bien de notre économie, que cela soit grâce à des échanges commerciaux ou bien encore en agissant dans le domaine de l’investissement, du tourisme, des infrastructures, etc.29.

18Reynolds décrivit ce groupe comme étant :

  • 30 « An extremely powerful, influential and knowledgeable force which could help the United States’ ec (...)

Une force extrêmement puissante, influente et chevronnée qui pourrait aider l’économie américaine à se développer à l’étranger et l’économie irlandaise à se développer plus rapidement de façon à ce que nous puissions réduire le taux de chômage qui est inacceptable30.

  • 31 « […] enormously important […] » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 592, nº 2, 1 (...)
  • 32 « […] immensely helpful […] » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 607, nº 3, 12 o (...)
  • 33 « […] extremely useful […] » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 531, nº 4, 28 fé (...)
  • 34 Entretiens menés le 22 avril 2009 avec Paul McGarry et George J. Shaw du ministère du Taoiseach.
  • 35 Entretien mené le 8 octobre 2003 avec John Bruton. John Bruton succéda à Albert Reynolds au poste d (...)
  • 36 « […] his thanks to each and every one of them for this very practical expression of their goodwill (...)

19Ahern rendit également un hommage appuyé à l’IAEAB qu’il qualifia « d’énormément important »31, « immensément utile »32 ou bien encore d’« extrêmement précieux »33. Pourtant, tant le ministère du Taoiseach34 que John Bruton35 ont cherché, lors de nos entretiens, à minimiser le rôle de l’IAEAB. Cet ancien Taoiseach avait pourtant exprimé publiquement « ses remerciements à chacun d’entre eux [les membres de l’IAEAB] pour avoir montré de manière très concrète leur bonne volonté envers l’Irlande »36.

  • 37 François Denord, « Réseaux, Théorie des ».
  • 38 Albert Reynolds, Albert Reynolds : My Autobiography, Londres, Transworld Ireland, 2009, p. 257-258.
  • 39 Les membres du Parlement irlandais pouvaient néanmoins y avoir accès sur demande.
  • 40 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 544, nº 4, 21 novembre 2001.

20Si Denord leur confère des atouts, il souligne aussi que « […] les réseaux sont fréquemment associés au secret, aux activités clandestines et aux luttes d’influence quand il en est question dans les univers économique, médiatique, politique ou administratif »37. Force est ainsi de constater que, si les Premiers ministres qui se sont succédé aux commandes de l’État irlandais présentèrent de temps à autre aux parlementaires un aperçu des recommandations de l’IAEAB, l’ordre du jour et les comptes rendus de ces réunions n’ont jamais été publiés. Reynolds, dans son autobiographie, mentionne quelques noms38, toutefois on peut s’étonner que la liste entière de ses membres n’ait jamais été rendue publique39. La raison invoquée pour justifier le mystère qui entourait l’identité des membres du groupe fut que ces derniers n’agissaient pas au nom de leur société, mais à titre personnel40.

Des rapports opaques

21La relation très étroite entre ces magnats irlando-américains et les autorités irlandaises soulève néanmoins un certain nombre de questions. Des documents et témoignages rendus publics en marge de la commission d’enquête Moriarty lèvent le voile sur les pressions que certains membres de l’IAEAB exercèrent sur le gouvernement irlandais au moment de l’attribution de la deuxième licence de téléphonie mobile. La commission Moriarty (Moriarty Tribunal) fut constituée en 1997 afin d’enquêter sur les soupçons de corruption qui pesaient sur des hommes politiques irlandais. Dans le cadre de cette enquête, la commission eut à déterminer si Michael Lowry, alors ministre des Télécommunications, fit pression afin que la deuxième licence de téléphonie mobile fût attribuée à Esat Digifone.

  • 41 La commission Moriarty n’a retenu aucune charge contre Reynolds (« Moriarty Hears of Letter to Reyn (...)

22Alors que Reynolds occupait le poste de Taoiseach, la rumeur courut qu’il avait « promis » l’attribution de cette licence à Motorola41. En échange, la multinationale se serait engagée à investir plus encore en Irlande et à créer des emplois. En 1996, Esat Digifone, une société qui appartenait à Denis O’Brien, riche homme d’affaires irlandais, fut préférée à Persona Group (consortium dont Motorola détenait 26,6 % du capital) et à Irish Cellular Telephone Ltd, un autre consortium à la tête duquel se trouvait O’Reilly. John F. Mitchell, vice-président de Motorola et membre de l’IAEAB, écrivit au Taoiseach, Bruton, pour lui faire part de sa consternation à l’annonce de la décision du gouvernement :

  • 42 « We were surprised that the decision was not reviewed by the government since our people were info (...)

Nous avons été surpris que la décision n’ait pas été réexaminée par le gouvernement, puisque nos collaborateurs avaient été informés que tel serait le cas et que nous obtiendrions l’attribution de la licence, et que la décision finale et son annonce interviendraient mi-novembre42.

  • 43 « […] to an increasing measure Ireland has been chosen over other locations that were favored in th (...)
  • 44 « John F. Mitchell, Letter to An Taoiseach John Bruton », 19 février 1996, lettre consultée le 11 j (...)

23Il rappela au passage que « l’Irlande était de plus en plus souvent préférée à des destinations qui avaient eu les faveurs dans le passé »43. Il indiqua clairement que la décision allait à l’encontre des intérêts de Motorola. Mitchell adressa un second courrier à Bruton, quelques semaines plus tard, pour lui faire part de sa décision de se rendre à la prochaine réunion de l’IAEAB. Mais, il insista sur le fait que ses collaborateurs en Irlande le tenaient régulièrement informé du déroulement du processus d’attribution de cette licence44.

  • 45 Sam Smyth, Elaine Byrne, « Motorola Warned of Job Cuts over Licence », Irish Independent, 1er avril (...)
  • 46 Ibid. ; « State Lost Motorola Investment, Bruton Was Told in Letter », The Irish Times, 26 mars 200 (...)

24Tony Boyle, qui était à la tête de Persona, et Michael McGinley, qui faisait également partie de ses membres, témoignèrent dans le cadre de la commission d’enquête Moriarty. Ils confirmèrent que la nouvelle de l’attribution de la licence à un autre groupe fut très mal reçue au siège de Motorola45. Les « représailles » ne se firent pas attendre. En effet, la multinationale qui employait mille cinq cents personnes en Irlande et qui prévoyait d’étendre ses opérations quitta le pays46. Motorola traîna également l’État irlandais devant les tribunaux afin que toute la lumière soit faite sur les irrégularités commises dans l’attribution de cette licence.

  • 47 « Unhappiness » (John Bruton cité dans : « Ex Taoiseach Details 1996 Meeting with O’Reilly », The I (...)
  • 48 « O’Reilly Was “Unhappy” at Not Getting Licence », The Irish Times, 29 mars 2004.
  • 49 « […] general under appreciation of the contribution he would be able to make » (« Ex Taoiseach Det (...)
  • 50 « O’Reilly Was “Unhappy” at Not Getting Licence ».

25O’Reilly, autre membre de l’IAEAB dont le consortium figurait aussi parmi les perdants, ne laissa pas non plus le gouvernement s’en tirer à bon compte. À cette époque, le personnage exerçait une influence considérable dans le monde des affaires en Irlande, notamment par le biais de l’Independent News and Media (INM), le plus grand groupe de médias irlandais. Appelé à témoigner à la barre le 31 mars 2004, Bruton affirma que, lors d’une réunion en privé, O’Reilly avait exprimé son « mécontentement »47 quant à la façon dont le processus d’attribution de la licence avait été mené. La déconvenue avait certainement également été de taille pour les partenaires d’O’Reilly. En effet, Jean Kennedy, alors ambassadrice des États-Unis en Irlande, confia à Seán Donlon, conseiller principal du gouvernement, que des hommes d’affaires américains qu’elle connaissait étaient convaincus qu’ils allaient remporter la mise parce qu’ils avaient O’Reilly pour partenaire48. Durant cet entretien avec Bruton, O’Reilly aurait déclaré qu’il avait le sentiment que la valeur de sa « contribution potentielle avait été sous-estimée »49. O’Reilly fit également part de ses griefs vis-à-vis des subventions, insuffisantes selon lui, qui avaient été octroyées par l’État irlandais à une usine Heinz50. À cette époque, O’Reilly était le directeur général de la multinationale.

  • 51 La Rainbow Coalition (coalition arc-en-ciel) fut au pouvoir de 1994 à 1997.

26Le 6 mars 1997, le jour des élections législatives qui eurent lieu quelque temps après, l’éditorial placé en première page de l’Irish Independent invita les électeurs à ne pas reconduire la Rainbow Coalition au pouvoir. Bruton eut le sentiment que cette coalition51, à la tête de laquelle il se trouvait, avait été « punie » pour ne pas avoir cédé aux exigences d’O’Reilly.

  • 52 Chorus était le deuxième câblodistributeur en Irlande et Independent News and Media, le groupe de m (...)
  • 53 John McManus, « Regulatory Problems Await O’Reilly Bid », The Irish Times, 24 avril 2001.
  • 54 Oliver Emmet, « Minister Faces Queries on Tax Changes Prior to Eircom Sale », The Irish Times, 16 f (...)

27Quoi qu’il en soit, le Fianna Fáil remporta la victoire aux élections. Force est de constater que les nouveaux dirigeants ne remirent pas en question la mainmise d’O’Reilly sur les médias en Irlande, bien au contraire. En effet, malgré le pouvoir grandissant d’O’Reilly dans le secteur de la communication, Mary Harney, Tánaiste dans le gouvernement Fianna Fáil de 1997 à 2006, prit la décision de ne pas soumettre le rachat d’Eircom par le consortium Valentia à l’autorité de la concurrence. O’Reilly et certains membres de sa famille, qui détenaient déjà une participation dans Chorus et contrôlaient Independent News and Media52, purent ainsi devenir actionnaire majoritaire du plus grand groupe de télécommunications du pays53. Qui plus est, certains documents, rendus publics au titre de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act), révèlent que Charley McCreevy, alors ministre des Finances, accepta d’introduire à la hâte un amendement à la loi de finances 2002, en pleine bataille pour le rachat d’Eircom. Ce changement aurait indirectement favorisé Valentia54.

  • 55 Matt Cooper, Who Really Runs Ireland ?…, p. 3-12.

28Dans un ouvrage publié en 2009, l’écrivain et journaliste Matt Cooper révéla les liens entre O’Reilly et Ahern, une relation mutuellement profitable55.

Le revers de la médaille : un soutien diasporique sous condition

  • 56 « There is also a great danger of this government being compromised in taking an independent positi (...)
  • 57 « I would not get too excited or hung up about us being too much into the pockets of the United Sta (...)

29Mais, les liens entre certains hommes d’affaires irlando-américains très influents et des dirigeants irlandais pourraient bien avoir eu des implications encore plus profondes. En 2002, Joe Higgins interpella Ahern alors qu’il répondait à une question sur l’IAEAB à la chambre basse du Parlement irlandais. Le député socialiste reprocha au gouvernement Ahern, trop timoré à son goût, de ne pas condamner la politique étrangère américaine « de peur d’offenser ces puissantes multinationales américaines »56. Ahern balaya ces allégations d’un revers de la main : « Il ne faut pas trop s’inquiéter ou faire une fixation sur le fait que nous puissions être un peu trop à la botte des États-Unis ». Pourtant, la fin de sa réponse indique que les autorités irlandaises avaient adopté une position prudente : « Nous ne devrions pas mettre un point d’honneur à nous en prendre aux États-Unis dès que l’occasion se présente »57.

30Quelques semaines avant le sommet entre les représentants de l’Union européenne et les États-Unis qui eut lieu en juin 2004, pendant la présidence irlandaise, Ahern découragea fermement les éventuels trouble-fête :

  • 58 « He should not talk about mass protests and antagonism when people come to this country for a summ (...)

Il [le député Joe Higgins] ne devrait pas parler de manifestations de masse ou d’antagonisme quand des personnes viennent ici pour un sommet pendant notre présidence de l’Union européenne. La relation étroite que ce pays entretient avec les États-Unis s’est développée au cours de cent cinquante ans. Nous en [des États-Unis] tirons des avantages conséquents pour nos concitoyens aux États-Unis et dans ce pays. Il ne sert à rien que qui que ce soit dans cette chambre [des députés] se lance dans des diatribes et ressasse une vieille doctrine antagoniste de façon complètement inconsidérée58.

  • 59 Paul Brennan, « L’Irlande et la guerre d’Irak », Études irlandaises, numéro spécial, 2004, In Memor (...)

31Il est vrai que les autorités irlandaises, conscientes de possibles répercussions pour l’économie du pays, firent profil bas durant la guerre d’Irak et allèrent même jusqu’à mettre l’aéroport de Shannon à la disposition des troupes américaines en route pour les zones de combat, faisant fi de la neutralité du pays et de l’opposition massive de l’opinion publique irlandaise59.

  • 60 Conor O’Clery, « Businessman Philantropist Plays Key Role as Irish US Ally », The Irish Times, 12 a (...)

32Une opinion publique et des médias qui furent difficiles à contenir, ce qui eut parfois pour effet d’irriter l’IAEAB et poussa deux de ses membres à exprimer leur agacement vis-à-vis de ce qu’ils considéraient être une campagne anti-américaine. Ainsi Thomas J. Moran, le directeur général de Mutual of America, fit-il part de sa consternation face aux critiques de la politique étrangère américaine émanant de l’opinion publique irlandaise60.

33Mais, l’avertissement le plus sévère intervint après que Vincent Browne et John O’Shea de l’organisation non gouvernementale Goal eurent critiqué la décision que prit le gouvernement irlandais d’envoyer une aide d’un million d’euros destinée aux victimes de l’ouragan Katrina. Denis P. Kelleher, directeur général de Wall Street Access, parla sans détours :

  • 61 « This animosity towards America has done a lot of damage – immeasurable damage between Ireland and (...)

Cette animosité envers l’Amérique a fait beaucoup de tort – un tort incommensurable à la relation entre l’Irlande et la diaspora irlandaise aux États-Unis. […] nous en avons plus qu’assez […]. Oui, je crois que cela peut potentiellement, à plus long terme, nuire aux flux d’investissements américains en Irlande. Bien sûr, d’autres facteurs comme la compétitivité, sont importants. Mais, si notre réputation est ternie, alors la solution de facilité consistera pour les Américains à choisir un environnement plus favorable. D’autres, dans cette partie du monde, partagent entièrement mon sentiment. Je leur ai parlé. […] Nous nous réjouissons tous que la situation économique de l’Irlande s’améliore et j’ai été honoré que le Taoiseach me demande de faire partie de l’IAEAB, mais nous devons garder à l’esprit que la conjoncture se retournera tôt ou tard et que cette campagne de dénigrement contre l’Amérique restera dans les mémoires61.

  • 62 Assemblée nationale, commission des Affaires étrangères, Rapport d’information sur les relations en (...)

34De là à penser que le soutien de l’IAEAB dépende de l’attitude docile des Irlandais envers les États-Unis et de l’approbation de sa politique étrangère, il n’y a qu’un pas. Quoi qu’il en soit, les autorités irlandaises choisirent de ne pas faire de difficultés. Cependant, malgré les dires de Kelleher, il est peu probable que ce genre de campagne ait pu avoir un impact sur les IDE en Irlande. En effet, malgré l’opposition de la France à la guerre d’Irak, les investissements américains y augmentèrent de façon sensible en 2002-200362.

35Alors que dans les années 1980 l’économie irlandaise était à la traîne, les membres de l’IAEAB aidèrent les autorités irlandaises à attirer les investissements étrangers en facilitant l’accès à des personnalités clés dans le monde des affaires aux États-Unis. La plupart de ses membres, ayant eux-mêmes investi avec succès en Irlande, étaient la preuve vivante que l’Irlande était une destination rentable et que ses autorités étaient déterminées à attirer les IDE. Ce faisant, le groupe a fourni à l’Irlande un avantage concurrentiel vital.

  • 63 « […] deeper involvement on the part of corporate America in Irish affairs » (Houses of the Oireach (...)
  • 64 Nathan M. Jensen, Nation-States and the Multinational Corporation : A Political Economy of Foreign (...)

36L’IAEAB a aussi fait savoir que les autorités irlandaises étaient réceptives aux demandes exprimées officieusement par les entreprises étrangères et pouvaient se montrer accommodantes si besoin était. Ahern reconnut que le groupe avait contribué à assurer « un plus grand engagement de la part des grandes entreprises américaines dans les affaires irlandaises »63. Des mots qui donnent à réfléchir au vu des pressions auxquelles certaines d’entre elles soumirent les autorités irlandaises afin de défendre leurs intérêts. Les multinationales considèrent, en général, comme un avantage le fait de pouvoir avoir des liens directs avec les décideurs politiques64. Il convient toutefois de se demander jusqu’où celles-ci peuvent être autorisées à influer sur les affaires du pays. L’IAEAB a toujours apporté son soutien à la politique gouvernementale favorable aux entreprises dans la mesure où cela servait aussi les intérêts de certains membres du groupe. Mais qu’en a-t-il été des intérêts économiques à long terme de l’Irlande ? La réponse à cette question, nous l’avons vu, est loin d’être unanime.

Notes

1 Manufacturers Services Ltd était une société internationale dont le siège se trouvait à Concord (Mass.). Elle proposait des services complets de fabrication de produits électroniques et de gestion de la chaîne d’approvisionnement. En 2004, la société fusionna avec Celestica, une entreprise canadienne (https://www.celestica.com/about-us/history-and-milestones).

2 Jamie Smyth, « Melia Firm to Set up HQ in Republic », The Irish Times, 6 décembre 2000 ; Lorna Siggins, « MSL to Create 700 Jobs for Athlone, Galway », The Irish Times, 3 mars 2000.

3 « He was my personal coach and mentor as chairman […]. He guided me a lot as a first-time CEO and was a great help to me personally when growing Iona. I benefitted hugely from his wisdom and great experience » (Ciarán Hancock, « Death of Former Chairman of Iona Technology », The Irish Times, 19 juin 2014).

4 « […] considerable corporate and entrepreneurial expertise » (ibid.).

5 « Iona Shares Sold », The Irish Times, 16 mai 1998 ; « Iona Share Transactions », The Irish Times, 20 mai 1998 ; « Sale of Iona Shares », The Irish Times, 28 juillet 1998 ; « Naji Takes Chairman Role at Horizon », The Irish Times, 27 février 2001 ; Graeme Davies, « Melia Fades from Horizon », 30 avril 2001, en ligne : http://citywire.co.uk/money/melia-fades-from-horizon/a222811.

6 Jamie Smyth, « New Iona Boss to Earn Base Salary of €259,000 », The Irish Times, 1er juin 2005 ; « Four Eircom Directors Share €3.39m », The Irish Times, 24 juin 2005.

7 Les Thornsticks sont une organisation créée en 1982 par Tom Dunn, homme politique américain d’origine irlandaise. Le but de cette organisation est d’entretenir le sentiment identitaire dans la communauté irlando-américaine et d’aider les familles dans le besoin.

8 « Like most Irish Americans, Feeney had a sentimental attraction to the land of his ancestors […]. He carried in his wallet a “Thornsticks” card, stating he was an Irish American, passionately proud of Irish culture and customs but without publicity, fanfare, or personal reward » (Conor O’Clery, The Billionaire Who Wasn’t : How Chuck Feeney Secretly Made and Gave Away a Fortune, New York, Public Affairs, 2007, p. 134).

9 « They remember tears trickling down his face as he listened to a harpist play melancholy Irish melodies […]. The more he reconnected with Ireland, the more Feeney became convinced that Irish Americans like himself should be doing more to help » (ibid.).

10 Ibid., p. 135.

11 Anthony O’Reilly est un Irlandais de naissance. Après avoir été joueur de rugby professionnel, il fit carrière dans les affaires aux États-Unis où il devint président de la H. J. Heinz Company. Il a également beaucoup investi en Irlande.

12 Daniel Milton « Dan » Rooney était le président de l’équipe de football américain Pittsburgh Steelers. Dan Rooney fut ambassadeur des États-Unis en Irlande de 2009 à 2012. Il est décédé au mois d’avril 2017.

13 Ashford Castle est situé à la limite des comtés de Galway et de Mayo dans l’Ouest de l’Irlande.

14 Voir chapitre VI.

15 Ciaran Hancock, « Barrett Now King of Ashford Castle », The Irish Times, 28 septembre 2007.

16 Jack Fagan, « Limerick Hotel Sold for €25m », The Irish Times, 23 juin 2004.

17 Ballina Beverages produit le concentré de sirop qui est ensuite vendu aux différents embouteilleurs qui détiennent une franchise Coca-Cola dans le monde entier.

18 « To be bluntly honest, it is not there because it is profitable but because the top two people involved are Irish and wanted to do something for Ireland. In many other instances Irish people intervened » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 592, nº 2, 10 novembre 2004. Voir également : Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 557, nº 4, 19 novembre 2002).

19 Denis O’Hearn, « The Celtic Tiger : The Role of Multinationals », in Under the Belly of the Tiger : Class, Race, Identity and Culture in Global Ireland, Ethel Crowley, Jim MacLaughlin (dir.), Dublin, Irish Reporter Publications, 1997, p. 27.

20 Kieran Allen, The Corporate Takeover of Ireland, Dublin, Irish Academic Press, 2007, p. 77-106.

21 « Firm May Change Hands for Fifth Time in Six Years », The Irish Times, 15 avril 2006.

22 Valentia avait le soutien du célèbre financier George Soros et de la banque américaine Goldman Sachs (ibid.).

23 « Buoyant Tone as Revamped Eircom Embarks on Second Float », Irish Independent, 1er mars 2004 ; « The Insider : Barefaced Cheek of Eircom Chiefs », The Sunday Business Post, 18 janvier 2004.

24 John McManus, « O’Reilly to Earn More than €36m in Eircom Float », The Irish Times, 27 février 2004.

25 Eamon Quinn, « Revealed : Eircom’s Share Millionaires », The Sunday Business Post, 22 février 2004.

26 Ce groupe fut créé en 1987 à la suite de la fusion de Waterford Crystal (cristal) et Wedgwood (porcelaine), deux marques haut de gamme dont les origines remontent au XVIIIe siècle.

27 Barry J. White, « Tony O’Reilly : How the Billionaire’s Fortune Unravelled », The Daily Business Post, 26 juin 2014.

28 François Denord, « Réseaux, Théorie des », Encyclopædia Universalis en ligne.

29 « […] an arrangement by which prominent Irish business people who have made it to the top in Irish-American business would come together to try to pool their resources and impart knowledge to our various agencies on how to improve business for Ireland, be it by buying and selling, investment, tourism, infrastructure and so on » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 423, nº 4, 13 octobre 1992).

30 « An extremely powerful, influential and knowledgeable force which could help the United States’ economy to grow abroad and help reduce the Irish economy grow faster so that we can reduce the unacceptably high level of unemployment » (ibid.).

31 « […] enormously important […] » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 592, nº 2, 10 novembre 2004).

32 « […] immensely helpful […] » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 607, nº 3, 12 octobre 2005).

33 « […] extremely useful […] » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 531, nº 4, 28 février 2001).

34 Entretiens menés le 22 avril 2009 avec Paul McGarry et George J. Shaw du ministère du Taoiseach.

35 Entretien mené le 8 octobre 2003 avec John Bruton. John Bruton succéda à Albert Reynolds au poste de Taoiseach le 15 décembre 1994. Il occupa ce poste jusqu’au 26 juin 1997.

36 « […] his thanks to each and every one of them for this very practical expression of their goodwill towards Ireland » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 451, nº 5, 4 avril 1995).

37 François Denord, « Réseaux, Théorie des ».

38 Albert Reynolds, Albert Reynolds : My Autobiography, Londres, Transworld Ireland, 2009, p. 257-258.

39 Les membres du Parlement irlandais pouvaient néanmoins y avoir accès sur demande.

40 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 544, nº 4, 21 novembre 2001.

41 La commission Moriarty n’a retenu aucune charge contre Reynolds (« Moriarty Hears of Letter to Reynolds », RTÉ, 29 janvier 2003, en ligne : https://www.rte.ie/news/2003/0129/34588-moriarty).

42 « We were surprised that the decision was not reviewed by the government since our people were informed it would have government review and approval, with a final decision and announcement in the middle of November » (« John F. Mitchell, Letter to An Taoiseach John Bruton », 6 novembre 1995, lettre consultée en ligne le 11 juin 2012 mais qui n’est plus disponible). Le site moriartytribunal.com sur lequel cette lettre a été publiée fut ouvert par Denis O’Brien, très critique à l’égard des méthodes du juge Moriarty. Des documents internes du ministère irlandais des Télécommunications et des courriers tels que cette lettre qui ne figurent pas dans le rapport officiel publié par la commission d’enquête furent ainsi mis à la disposition du public sur Internet.

43 « […] to an increasing measure Ireland has been chosen over other locations that were favored in the past » (ibid.).

44 « John F. Mitchell, Letter to An Taoiseach John Bruton », 19 février 1996, lettre consultée le 11 juin 2012 sur le site moriartytribunal.com mais qui n’est plus disponible.

45 Sam Smyth, Elaine Byrne, « Motorola Warned of Job Cuts over Licence », Irish Independent, 1er avril 2012.

46 Ibid. ; « State Lost Motorola Investment, Bruton Was Told in Letter », The Irish Times, 26 mars 2004.

47 « Unhappiness » (John Bruton cité dans : « Ex Taoiseach Details 1996 Meeting with O’Reilly », The Irish Times, 24 mars 2004). Voir également à ce sujet : Matt Cooper, Who Really Runs Ireland ? The Story of the Elite Who Led Ireland from Bust to Boom… and Back Again, Dublin, Penguin Ireland, 2009, p. 17-22.

48 « O’Reilly Was “Unhappy” at Not Getting Licence », The Irish Times, 29 mars 2004.

49 « […] general under appreciation of the contribution he would be able to make » (« Ex Taoiseach Details 1996 Meeting with O’Reilly »).

50 « O’Reilly Was “Unhappy” at Not Getting Licence ».

51 La Rainbow Coalition (coalition arc-en-ciel) fut au pouvoir de 1994 à 1997.

52 Chorus était le deuxième câblodistributeur en Irlande et Independent News and Media, le groupe de médias le plus puissant d’Irlande.

53 John McManus, « Regulatory Problems Await O’Reilly Bid », The Irish Times, 24 avril 2001.

54 Oliver Emmet, « Minister Faces Queries on Tax Changes Prior to Eircom Sale », The Irish Times, 16 février 2004 ; voir également les débats parlementaires du Dáil Éireann (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 580, nº 2, 18 février 2004).

55 Matt Cooper, Who Really Runs Ireland ?…, p. 3-12.

56 « There is also a great danger of this government being compromised in taking an independent position on US foreign policy for fear of offending many of these powerful multinationals » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 557, nº 4, 19 novembre 2002).

57 « I would not get too excited or hung up about us being too much into the pockets of the United States. […] We should not go out of our way to have a go at the US at every possible opportunity » (ibid.).

58 « He should not talk about mass protests and antagonism when people come to this country for a summit during our Presidency of the EU. This country’s close relationship with the United States has been built up over 150 years. We derive significant benefits from it for our people who work in the United States and in this country. It does no good to anybody in this House to be ranting an old antagonistic doctrine of senseless proportions » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 580, nº 2, 18 février 2004).

59 Paul Brennan, « L’Irlande et la guerre d’Irak », Études irlandaises, numéro spécial, 2004, In Memoriam Paul Brennan, p. 165-168, en ligne : http://www.persee.fr/doc/irlan_0183-973x_2004_hos_29_1_1682.

60 Conor O’Clery, « Businessman Philantropist Plays Key Role as Irish US Ally », The Irish Times, 12 avril 2002.

61 « This animosity towards America has done a lot of damage – immeasurable damage between Ireland and Irish-America. […] we are sick of it […]. Yes I do believe this has the potential, longer term, to be harmful to American business relocation to Ireland. Of course other factors, such as being competitive, will also play a role. But if goodwill is damaged, then the path of least resistance will choose more friendly environments. Others on this side of the world feel exactly as I do. I have spoken to them. […] We have all been heartened that Ireland is on the up economically and I have been honored to be asked by the Taoiseach to sit on the AIEAB, but it should be remembered that these things are highly cyclical and this America bashing will be remembered into the future » (Jerome Reilly, « Enough of that Anti-American Rant », The Irish Times, 20 septembre 2005).

62 Assemblée nationale, commission des Affaires étrangères, Rapport d’information sur les relations entre l’Europe et les États-Unis, 11 octobre 2005, p. 41, en ligne : https://www.assemblee-nationale.fr/12/pdf/rap-info/i2567.pdf.

63 « […] deeper involvement on the part of corporate America in Irish affairs » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 607, nº 3, 12 octobre 2005).

64 Nathan M. Jensen, Nation-States and the Multinational Corporation : A Political Economy of Foreign Direct Investment, Princeton, Princeton University Press, 2006, p. 78-79.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search