Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Troisième partie. L’influence économique et politique grandissante d’hommes d’affaires irlando-américains sur les deux Irlandes

Chapitre VII

Des hommes d’affaires irlando-américains et l’avènement du « Tigre celtique »

Texte intégral

1Créé à l’initiative d’Albert Reynolds, l’Ireland-America Economic Advisory Board (IAEAB) vit le jour en septembre 1992. Ce groupe devint la botte secrète de l’IDA, le « coup de pouce » que le Taoiseach recherchait pour attirer les investissements étrangers.

  • 1 Les membres du groupe n’étaient pas rémunérés mais leurs frais (transport, gîte et couvert) étaient (...)

2À l’instar de l’IUSCICI dans les années 1960, l’IAEAB était composé de capitaines d’industrie et d’autres personnalités irlando-américaines influentes qui se disaient prêtes à œuvrer pour le bien de l’Irlande, officiellement à titre bénévole1. Composé, à l’origine, d’une vingtaine de membres, ce nombre augmenta au fil des ans pour atteindre quarante-deux en 2008. Ils venaient d’horizons aussi divers que la finance, les assurances, les technologies de l’information et de la communication, l’industrie pharmaceutique ou bien encore le tourisme.

  • 2 « […] a more balanced pattern of economic relations than that which concentrates on attracting US m (...)
  • 3 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, Strategy Statement of Department o (...)

3La mission qui fut confiée à l’IAEAB avait de nombreux points communs avec celle de l’IUSCICI. Tout comme ce dernier, les membres du nouveau groupe devaient projeter une image favorable de l’Irlande auprès de potentiels investisseurs ou au sein de leur entreprise. Ils devaient également examiner les moyens de diversifier les relations économiques entre l’Irlande et les États-Unis et les faire évoluer « vers un modèle plus équilibré que celui qui consiste principalement à attirer les multinationales américaines en faisant miroiter une fiscalité attractive et de gros profits »2. La division chargée de la politique économique et sociale (Social and Economic Policy Division, Unit 2) au sein du ministère du Taoiseach définissait l’ordre du jour des réunions du groupe après avoir consulté l’ambassadeur d’Irlande aux États-Unis qui faisait d’ordinaire office d’intermédiaire entre les membres du groupe et les autorités irlandaises. Cette division était aussi chargée de transmettre la suite à donner aux recommandations de l’IAEAB auprès des différents ministères et agences gouvernementales3.

  • 4 Niall O’Dowd, « US’s Second Largest Ethnic Group Rocks into Minority », The Irish Times, 13 mars 19 (...)

4Le journaliste Niall O’Dowd se montra particulièrement enthousiaste. Selon lui, l’expérience de l’IAEAB en matière de développement et de distribution pourrait aider à promouvoir les exportations irlandaises outre-Atlantique. Il pensait également que les grandes entreprises irlandaises et les entreprises dans lesquelles l’État avait une participation pourraient ouvrir les portes de leurs conseils d’administration à ces hommes d’affaires et bénéficier ainsi du fruit de leur expérience4.

Une élite irlando-américaine facilitatrice

  • 5 « […] have a lot of financial muscle and intelligence operations within their own companies » (Albe (...)
  • 6 Mercator, « Irish America our Most Under-Utilised Asset », The Irish Times, 17 octobre 1983.

5Quand il créa le groupe, Reynolds connaissait très bien les avantages qu’il pouvait tirer d’une collaboration avec cette élite qui détenait « la puissance financière et l’intelligence économique »5. Durant les années 1970 et 1980, l’ascension sociale des Irlando-Américains, dans leur ensemble, s’était poursuivie6. Il existait maintenant parmi eux une masse critique d’hommes d’affaires qui étaient :

  • 7 SFADCo, ou Shannon Development, fut créé par le gouvernement irlandais, en 1959, pour promouvoir l’ (...)
  • 8 « […] directors on other boards throughout the United States and would also have knowledge of devel (...)

[…] membres de conseils d’administration de diverses entreprises sur l’ensemble du territoire des États-Unis et [qui] pourraient être informés d’éventuels développements. Ils sont en mesure d’apporter une aide considérable à l’IDA et à SFADCo7 en se portant garants et en inspirant ainsi confiance aux investisseurs8.

6Les multinationales prennent en considération une multitude de facteurs avant de décider de s’implanter dans un pays, mais :

  • 9 « No single formula exists because specific strengths and weaknesses of a country or region might r (...)

Il n’existe pas de formule unique dans la mesure où certains atouts et faiblesses spécifiques d’un pays ou d’une région peuvent avoir une grande importance pour une équipe d’évaluateurs donnée et n’en avoir aucune pour une autre […]. Peser le pour et le contre pour chaque pays et arriver à un compromis est un art, pas une science9.

  • 10 Nathan M. Jensen, Nation-States and the Multinational Corporation : A Political Economy of Foreign (...)
  • 11 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, Cork, Mercier Press, 2000, p. 121-14 (...)
  • 12 Ibid., p. 180-182, 372-373.

7Ceci étant dit, de manière générale, les multinationales donnent priorité aux pays dont les autorités fournissent des gages de stabilité en matière de politique économique et s’emploient à entretenir un climat favorable à l’activité économique10. Dans les années 1990, l’Irlande présentait ces deux avantages. La politique de rigueur budgétaire menée avec constance par les autorités irlandaises, par-delà l’alternance politique, avait permis d’assainir les finances publiques. Cette politique avait été mise en œuvre dans un climat social apaisé, fruit d’accords passés entre les syndicats et le patronat (social partnership)11. Par ailleurs, l’Irlande faisait partie du marché unique européen et, en tant que membre de l’Union européenne, elle bénéficiait des fonds de développement de l’organisation qui contribuèrent, entre autres, à la modernisation des infrastructures12.

  • 13 Ibid., p. 364-366.

8Mais, l’Irlande avait d’autres cartes maîtresses. Le pays disposait d’une main-d’œuvre jeune, abondante, anglophone et désormais plus qualifiée. En effet, la gratuité de l’école secondaire, à partir de 1967, et une politique destinée à faciliter l’accès à l’éducation, y compris à l’enseignement supérieur, avaient permis d’élever le niveau général d’instruction de la population irlandaise13. L’Irlande proposait, de surcroît, une palette d’avantages pour les investisseurs dont un taux d’imposition sur les sociétés particulièrement avantageux.

  • 14 L’IDA est aujourd’hui considérée comme l’une des meilleures agences au monde en matière de promotio (...)

9Encore fallait-il promouvoir ces atouts. L’une des missions confiées à l’IAEAB fut de les porter à l’attention des investisseurs potentiels aux États-Unis. L’IDA, qui avait acquis un solide savoir-faire en matière de négociation14, pouvait prendre le relais une fois que le nom d’un investisseur potentiel lui était transmis.

  • 15 Cette période s’étend du début des années 1990 à 2001-2002. Après avoir connu un ralentissement pas (...)
  • 16 Voir à ce sujet : Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger ; Peadar Kirby, The (...)

10La période d’expansion économique15 qui s’ensuivit, d’une ampleur inédite depuis l’indépendance du pays, a fait couler beaucoup d’encre16. La présence massive de multinationales, américaines principalement, est citée comme étant l’une des raisons majeures à l’origine du « miracle » économique irlandais.

  • 17 Bertie Ahern fut Taoiseach de juin 1997 à mai 2008.
  • 18 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 557, nº 4, 19 novembre 2002.

11L’élite irlando-américaine des milieux d’affaires a joué un rôle décisif dans leur venue. L’IDA n’a jamais publiquement fait mention des entreprises qui décidèrent de venir s’implanter en Irlande après avoir été en contact avec l’IAEAB. Mais, Bertie Ahern17 ne cacha pas que les membres du groupe avaient permis d’établir de nombreux contacts très haut placés outre-Atlantique dans la décennie qui venait de s’écouler18.

  • 19 Donald Keough est décédé en 2015. Il fut également le président du conseil d’administration d’Allen (...)
  • 20 Niall O’Dowd, « The Corporate Chieftain », Irish America, 1er janvier 2010, en ligne : http://irish (...)

12Niall O’Dowd salua, par exemple, la contribution de Donald Keough19, ancien président-directeur général de Coca-Cola et l’un des membres fondateurs de l’IAEAB. Celui-ci accompagna en voyage de reconnaissance en Irlande un grand nombre d’investisseurs potentiels, parmi lesquels certains des hommes les plus riches de la planète comme Warren Buffett, l’un de ses amis, et Bill Gates20. Des initiatives couronnées de succès, puisque tant Berkshire Hathaway (Buffett) que Microsoft (Gates) investirent en Irlande par la suite.

  • 21 Donald P. Brennan (Morgan Stanley & Co.), William J. Flynn (Mutual of America), Denis P. Kelleher ( (...)
  • 22 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, p. 336.
  • 23 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 451, nº 5, 4 avril 1995.
  • 24 Bertie Ahern, « Speech on Acceptance of an Honorary Degree of Laws at Fairfield University, Connect (...)
  • 25 Sur le rôle de la diaspora dans la promotion de l’IFSC, voir : Fiona Reddan, Ireland’s IFSC : A Sto (...)
  • 26 Merrill Lynch s’installa à l’IFSC en 1995.

13Ces contacts irlando-américains se montrèrent également très utiles dans le secteur de la finance quand les autorités irlandaises décidèrent, à la fin des années 1980, de créer l’International Financial Services Centre (IFSC), un centre d’affaires spécialisé dans les services financiers. En effet, l’IAEAB comptait parmi ses membres des personnalités haut placées21 qui pouvaient aider l’IDA à établir des contacts dans ce secteur qu’elle connaissait mal à l’époque22. En 1995, l’IAEAB forma un sous-comité dont les membres furent spécialement chargés d’émettre des avis et de promouvoir ce centre auprès de leurs relations d’affaires23. En 2003, Ahern remercia publiquement Daniel P. Tully24, membre de l’IAEAB, pour avoir joué un rôle clé25 dans la venue de Merrill Lynch dont Tully était alors directeur général26.

Un rôle d’éminence grise

  • 27 Michael Clancy, « Re-presenting Ireland : Tourism, Branding and National Identity in Ireland », Jou (...)
  • 28 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 440, nº 4, 22 mars 1994 ; Houses of the Oireac (...)

14L’IAEAB devait également formuler des avis et avancer de nouvelles idées en matière de politique économique. L’un des premiers conseils donnés aux autorités irlandaises fut de rénover l’image de marque du pays pour redynamiser le tourisme récepteur qui stagnait depuis déjà une bonne dizaine d’années27. Quelques membres de l’IAEAB furent chargés de réfléchir à une stratégie, car ce secteur pouvait relancer la croissance et créer de nombreux emplois28.

  • 29 AD Little Consultants mena une étude indépendante sur les activités de Bord Fáilte (Houses of the O (...)
  • 30 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 452, nº 6, 10 mai 1995.
  • 31 Un leprechaun est une créature imaginaire du folklore irlandais. Il est parfois comparé au lutin ou (...)
  • 32 Michael Clancy, « Re-presenting Ireland… », p. 297-298.
  • 33 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 496, nº 6, 17 novembre 1998.

15Des études furent aussi menées, l’une par des consultants extérieurs29, l’autre par Bord Fáilte, à la suite de quoi un partenariat entre l’État et l’industrie du tourisme fut mis en œuvre en 1994. Dans ce cadre, une campagne publicitaire de trois millions de livres irlandaises fut lancée aux États-Unis30. L’image de l’Irlande fut retravaillée, les leprechauns31 et autres symboles du folklore irlandais, très présents jusqu’alors dans ce genre de campagne, furent relégués au second plan32. En outre, l’IAEAB insista pour que cette nouvelle image fût véhiculée par toutes les agences gouvernementales irlandaises présentes aux États-Unis afin de transmettre un message cohérent33.

  • 34 Les aides européennes devaient passer d’un milliard à cent cinquante millions de livres irlandaises (...)
  • 35 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 493, nº 1, 24 juin 1998.

16Par ailleurs, la situation économique de l’Irlande s’étant sensiblement améliorée, le gouvernement irlandais était conscient que les fonds structurels européens allaient fondre comme neige au soleil à partir de 199934. Mais, le processus de modernisation des infrastructures du pays n’était pas terminé et promettait de grever le budget de l’État. Le montant des travaux nécessaires pour moderniser le système de distribution de l’eau, d’évacuation des eaux usées et le drainage, par exemple, fut évalué à 1,5 milliard de livres irlandaises en 199835.

  • 36 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 496, nº 6, 17 novembre 1998.
  • 37 « Ahern Plan to Seek Private Investment », Irish Examiner, 20 mars 1998.
  • 38 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, National Development Plan 2000-200 (...)

17Aussi l’IAEAB incita-t-il les autorités du pays à promouvoir les partenariats public-privé36, une pratique courante aux États-Unis. Le groupe prépara des instructions détaillées sur la façon dont l’État irlandais devait s’y prendre pour trouver les fonds privés nécessaires37. Le projet gouvernemental de création de partenariats public-privé figura d’ailleurs dans le Plan national de développement 2000-2006, puis dans le suivant38.

  • 39 « For large-scale global digital communications, Ireland is a marginal and uncompetitive location » (...)
  • 40 Brian Thompson avait auparavant été le président-directeur général de LCI et de Global Telesystems (...)
  • 41 Voir à ce sujet : Siobhan Creaton, « Minister Sets Target Date for Telecoms Market Liberalisation » (...)

18L’IAEAB soutint aussi les efforts du gouvernement visant à libéraliser l’économie irlandaise, en particulier dans le domaine des télécommunications. À la fin des années 1990, les autorités irlandaises prirent la mesure de l’urgence qu’il y avait à agir dans ce domaine afin de maintenir l’attractivité du pays aux yeux des investisseurs étrangers. En effet, en 1998, la société Microsoft avait préféré Londres à Dublin pour établir son site Internet européen Mirror, car « en matière de communication numérique à grande échelle », l’Irlande était « une destination marginale et non rentable »39. Un comité consultatif fut donc chargé d’étudier la question. Ce groupe, présidé par Brian Thompson40, l’un des membres de l’IAEAB, était composé d’acteurs influents du secteur des télécommunications aux États-Unis. Ceux-ci présentèrent un certain nombre de recommandations41 dont la privatisation de Telecom Éireann, l’entreprise publique qui détenait alors le monopole du réseau de téléphonie fixe et du réseau mobile en Irlande. Le comité prôna également la création d’un organe qui pourrait accorder un label de confiance aux entreprises irlandaises en matière de commerce électronique. Une baisse des tarifs fut jugée nécessaire. Ces derniers devaient être alignés sur ceux des États-Unis pour les communications nationales et internationales. Il fallait aussi faire en sorte que l’Internet haut débit soit disponible partout sur le territoire. Enfin, le rapport suggéra de créer un réseau d’investisseurs providentiels.

Une philanthropie éclairée

  • 42 Après avoir suivi des études d’ingénieur à l’université de Cork, Ed Walsh s’expatria aux États-Unis (...)
  • 43 Établissement d’enseignement supérieur qui dispensait un enseignement technique.
  • 44 Louise Holden, « Limerick Leader Is True Original ».
  • 45 Conor O’Clery, « How the West Lured a Billionaire », The Irish Times, 27 août 2007.
  • 46 Lara Marlowe, « A Gift that Keeps on Giving », The Irish Times, 25 septembre 2010.
  • 47 Conor O’Clery, « How the West Lured a Billionaire ».
  • 48 Louise Holden, « Limerick Leader Is True Original ».

19Dans le domaine de l’enseignement supérieur, le rôle du milliardaire irlando-américain Charles « Chuck » Feeney, qui avait fait fortune en créant une chaîne de magasins de produits détaxés, fut essentiel. Feeney commença à s’intéresser à ce secteur dès la fin des années 1980, avant même de devenir membre de l’IAEAB. Sa rencontre avec Ed Walsh42, alors chargé du développement du Limerick National Institute for Higher Education43, fut décisive. Ce dernier avait l’ambition de transformer l’établissement en une université qui proposerait des filières techniques sur le modèle des technical universities aux États-Unis44. Feeney, séduit par la personnalité de Walsh et son projet, mit l’Irlandais en contact avec plusieurs universitaires de Cornell University et des personnalités haut placées dans le monde des affaires aux États-Unis. Galvanisé par sa rencontre avec le milliardaire, Walsh accepta la suggestion de ce dernier de créer une fondation pour l’établissement qui décrocha le statut d’université en 198945. Bien que très commune aux États-Unis, cette méthode de financement des universités n’avait jusqu’alors jamais été utilisée en Irlande. L’université de Limerick fut donc une pionnière en la matière, une décision qu’elle n’eut pas à regretter. Feeney fut le premier président de cette fondation. Lewis L. Glucksman, un autre milliardaire, lui succéda quelques années plus tard. Celui-ci n’était pas d’origine irlandaise, mais connaissait bien ce pays où il passait ses permissions alors qu’il était sous-marinier durant la Seconde Guerre mondiale. Plus tard, il épousa Loretta Brennan, une Irlando-Américaine46. Glucksman donna très généreusement à cette fondation, mais la participation financière de Feeney fut sans égale. Walsh obtint des autorités irlandaises qu’elles consacrent également des moyens à ce projet. Ces fonds combinés firent de l’université de Limerick l’établissement d’enseignement supérieur le mieux doté et le plus moderne d’Irlande47. En outre, il fut le premier à former des personnes répondant exactement aux besoins de l’économie, ce qui aurait contribué dans une large mesure à l’implantation en Irlande de multinationales comme Analog Devices puis Dell, Microsoft ou bien encore IBM48.

  • 49 Ferdinand von Prondzynski, « PRTLI Wars », en ligne sur A University Blog. Diary of Life and Strate (...)

20Dans les années qui suivirent, Feeney, par l’intermédiaire de sa fondation Atlantic Philanthropies, étendit sa contribution à l’ensemble de l’enseignement supérieur irlandais. En 1999, le Programme irlandais pour la recherche dans les établissements de l’enseignement supérieur (Programme for Research in Third Level Institutions – PRTLI) fut lancé par le gouvernement irlandais. Selon Ferdinand von Prondzynski, ancien président de la Dublin City University, le projet fut imaginé par Feeney qui persuada les autorités irlandaises de le mettre en œuvre49. Von Prondzynski constate qu’avant la création de ce programme, faute de fonds, aucune des universités irlandaises n’était reconnue dans le domaine de la recherche, au niveau international. Le PRTLI était un partenariat entre l’État irlandais, les universités et Atlantic Philantropies qui apporta 30 % du financement, durant les trois premières phases du projet.

  • 50 Gerry O’Sullivan, « Le Programme irlandais pour la recherche dans les établissements de troisième d (...)

21Une quinzaine d’établissements d’enseignement supérieur ont bénéficié des fonds disponibles dans le cadre de ce programme. Ils ont servi à la construction de l’infrastructure nécessaire à la recherche et aux chercheurs (laboratoires ultramodernes, salles de cours, bibliothèques, hébergement sur les campus, etc.) dans le domaine des sciences « dures » et des sciences humaines et sociales50. Mais, pour von Prondzynski, le plus important est que l’image de l’Irlande était désormais associée à celle de la recherche et de l’innovation :

  • 51 « Most of the key investments that the IDA has attracted to Ireland over the past few years would n (...)

La plupart des investissements clés que l’IDA a attirés en Irlande durant ces dernières années ne seraient pas venus du tout sans la culture de la recherche que nous avons créée. Et parce que nous ne pouvons plus envisager, de façon réaliste, d’attirer des investisseurs qui cherchent de la main-d’œuvre peu qualifiée dans l’industrie ou des centres d’appels, ceci représente notre avenir51.

  • 52 Ned Costello, « Building on the Legacy of Chuck Feeney’s Philanthropy », The Irish Times, 6 janvier (...)
  • 53 Higher Education Authority, Transformations : How Research is Changing Ireland, Dublin, Higher Educ (...)
  • 54 Interview de Chuck Feeney sur CBS news, 25 février 2008.

22Entre 1987 et 2014, Atlantic Philanthropies fit don à l’Irlande de 1,2 milliard d’euros dont cinq cent cinquante-trois millions à l’enseignement supérieur52. Grâce à cette somme et à celle apportée par l’État en complément, ce secteur put bénéficier d’une enveloppe de 1,3 milliard d’euros. Feeney a donc sans conteste participé très largement à la métamorphose de l’enseignement supérieur et de la recherche en Irlande53 et, par extension, à l’avènement du Tigre celtique dans les années 199054.

Une influence néolibérale controversée

  • 55 Peadar Kirby, Celtic Tiger in Collapse : Explaining the Weaknesses of the Irish Model, 2e éd., Basi (...)
  • 56 Kathleen Lynch est professeure des universités à l’University College Dublin.
  • 57 Kathleen Lynch, « Neo-Liberalism and Marketisation : The Implications for Higher Education », Europ (...)
  • 58 PA Consulting Group, Ten Years On : Confirming Impacts from Research Investment. A Case Study Focus (...)

23L’IAEAB a contribué à ce que les autorités irlandaises adoptent une approche « à l’américaine », en d’autres termes, une vision plus libérale, de l’économie. Avec le recul des années, on peut s’interroger sur les conséquences de ces recommandations et plus globalement sur sa participation directe ou indirecte à ce que Peadar Kirby nomme l’ordre du jour néolibéral « à l’irlandaise » des autorités55. De fait, certains intellectuels se sont inscrits en faux contre la priorité désormais donnée au tout économique. Kathleen Lynch56, entre autres, dénonce la marchandisation grandissante de l’enseignement supérieur, désormais totalement voué à satisfaire les besoins de l’économie, au détriment de l’intérêt général57. Force est de constater que, même si la recherche en sciences humaines et sociales a été dotée d’un budget dans le cadre du Programme irlandais pour la recherche dans les établissements de l’enseignement supérieur, elle en est le parent pauvre. Durant les trois premières phases, elle ne reçut que 15 % du budget. Cela reflète la logique mercantile qui préside à l’allocation des ressources dans ce secteur. En effet, une étude a révélé que l’impact commercial de ces domaines était de 0 %58.

  • 59 En 1987, ce secteur employait cent dix-neuf mille personnes en Irlande (Houses of the Oireachtas, D (...)
  • 60 Jim MacLaughlin, « Ireland in the Global Economy : An End to a Distinct Nation ? », in Under the Be (...)

24Certes, dans le domaine du tourisme, les résultats furent au rendez-vous. Entre 1994 et 1997, le nombre de visiteurs étrangers augmenta à un taux annuel de 11 %. Durant la période 1987-1997, ce secteur créa cinquante-huit mille emplois soit presque 9 % des emplois en Irlande59. Toutefois, la transformation de l’image de l’Irlande irrite certains. Jim MacLaughlin, chercheur au University College Cork, déplore qu’au nom de la promotion du tourisme l’image de l’Irlande ait été traitée comme un simple bien de consommation et que l’histoire et la culture irlandaise, condamnées à la marchandisation, y aient perdu leur âme60.

  • 61 Eoin Reeves, « An Econonomic Analysis of Public Private Partnerships : The Case of the Ireland’s Na (...)
  • 62 Kieran Allen, The Corporate Takeover of Ireland, Dublin, Irish Academic Press, 2007, p. 45-50.

25D’autres aspects plus terre à terre de la politique gouvernementale, cautionnés par l’IAEAB, ne font pas non plus l’unanimité. Alors que le système de partenariat public-privé est supposé être plus efficace, en termes de coût et de temps, que lorsque l’État est seul maître d’œuvre, l’étude menée par Eoin Reeves sur ces partenariats dans le contexte du programme pour la rénovation du réseau routier en Irlande (Ireland’s National Roads Programme) démontre le contraire61. Kieran Allen abonde dans son sens et critique de surcroît la privatisation des services publics qui, affirme-t-il, ne garantit pas systématiquement des prix plus bas, un meilleur service ou plus d’efficacité62. Le cas de Telecom Éireann, comme nous le verrons, est un cas d’école en la matière.

Une dépendance grandissante envers les investissements étrangers

26D’un point de vue plus global, l’IAEAB a accompagné une politique qui a permis à l’économie irlandaise de progresser dans la chaîne de valeur mondiale. Mais dans le même temps, elle l’a rendue de plus en plus dépendante des IDE et ce malgré le souhait initial d’Albert Reynolds qui désirait voir la relation économique entre son pays et les États-Unis ne pas reposer uniquement sur la venue de multinationales en quête d’avantages fiscaux. Au début des années 1980, l’Irlande avait dû supprimer les baisses d’impôts accordées aux entreprises sur leurs exportations, car la Communauté européenne estimait que cela était contraire à ses règles. Le pays opta donc pour un taux d’imposition sur les sociétés très bas (12,5 %) qui attira, et continue d’attirer, de nombreux investisseurs étrangers.

  • 63 Siobhan Creaton, « Abuse Mars Financial Credibility », The Irish Times, 13 février 1998 ; « America (...)
  • 64 Voir, par exemple : Denis O’Hearn, « The Celtic Tiger : The Role of Multinationals », in Under the (...)

27Certains observateurs ont, de façon récurrente, pointé le fait que les avantages fiscaux trop généreux accordés aux entreprises finiraient par nuire à l’image de l’Irlande63. Au fil des décennies, les dangers d’une dépendance excessive vis-à-vis des IDE ont également été mis en lumière par plusieurs spécialistes de l’économie irlandaise64. Pourtant, en 2010, Kirby notait que les autorités du pays, dont l’objectif prioritaire était de faire évoluer à tout prix l’économie nationale vers une économie du savoir, ne semblaient pas s’inquiéter de ce phénomène :

  • 65 « […] there seems little willingness thoroughly to investigate the shortcomings of public policy an (...)

[…] il semble qu’il n’y ait pas vraiment d’intention de procéder à une analyse en profondeur des carences de la politique publique et d’élaborer une politique plus à même de réussir et plus proche de la nature de l’économie irlandaise. Les petites et moyennes entreprises sont peu soutenues par l’État qui, bien qu’il ait été averti de façon répétée au fil des ans que cette politique n’est pas viable à long terme, semble toujours concentrer son attention sur les besoins des multinationales65.

  • 66 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 496, nº 6, 17 novembre 1998.
  • 67 Voir à ce sujet : Eoin O’Malley, « The Revival of Irish Indigenous Industry 1987-1997 », Quarterly (...)
  • 68 Eoin O’Driscoll, Ahead of the Curve : Ireland’s Place in the Global Economy, Dublin, Enterprise Str (...)

28Le journaliste Niall O’Dowd avait, quant à lui, caressé l’espoir que les membres de l’IAEAB contribueraient au développement des entreprises autochtones en leur faisant partager leur savoir-faire en matière d’exportation et leur connaissance des marchés internationaux. Certes, l’IAEAB recommanda66 que les institutions financières fassent un effort pour aider ces petites entreprises et encouragea la création de pépinières de jeunes pousses, en particulier dans le domaine du développement de logiciels et celui du commerce électronique67. Cependant, cet aspect de sa mission d’origine ne semble pas avoir constitué une priorité pour l’IAEAB. D’ailleurs, l’Enterprise Strategy Group constate qu’entre 1990 et 2002, la hausse des ventes et des exportations des entreprises autochtones a été « négligeable »68.

29Quant à l’IFSC, il connut un vrai succès dès les années 1990. Le centre héberge aujourd’hui plus de cinq cents sociétés et employait trente-cinq mille cinq cents personnes en 2014. Il représente 7,4 % du produit national brut irlandais et rapporte à l’État 2,1 milliards d’euros de taxes69.

  • 70 Marc C. White, « Assessing the Role of the International Financial Services Centre in Irish Regiona (...)
  • 71 « Its very success has also encouraged a reluctance to ask too many questions […] the notion of lax (...)
  • 72 Mark Malone, « IFSC Clearing House : What the Irish Times Doesn’t Say And Why It Matters », Irish L (...)
  • 73 Caroline Madden, « IFSC Plummets in International Competitiveness Ranking », The Irish Times, 17 no (...)

30Cependant les sociétés qui s’y sont implantées n’entretiennent que peu de relations commerciales avec les entreprises autochtones70. Par ailleurs, Fintan O’Toole, un journaliste très connu en Irlande, affirme que la réussite de l’IFSC a été, en grande partie, due à une politique peu regardante sur les pratiques des entreprises qu’il héberge : « Son succès a engendré une réticence à poser trop de questions […] une réglementation laxiste fait partie de nos avantages concurrentiels »71. Enfin, il semble qu’il y ait eu des liens un peu trop étroits entre les grandes entreprises qui opèrent au sein de l’IFSC et les autorités irlandaises72. L’effet combiné d’une série de scandales et la crise économique qui toucha le pays à partir de 2007 eut des conséquences extrêmement dommageables sur la réputation internationale de l’IFSC et de l’Irlande73.

Notes

1 Les membres du groupe n’étaient pas rémunérés mais leurs frais (transport, gîte et couvert) étaient pris en charge par le ministère des Affaires étrangères irlandais. Leur montant pouvait varier d’une année à l’autre. En 2006, ils s’élevèrent à 21 765 euros mais à seulement 4 443 euros l’année suivante (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 647, nº 1, 13 février 2008).

2 « […] a more balanced pattern of economic relations than that which concentrates on attracting US multinational companies with the lure of low taxation and high profits » (Albert Reynolds cité dans : Denis Coghlan, « US-Irish Trade Body Planned », The Irish Times, 15 septembre 1992).

3 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, Strategy Statement of Department of Taoiseach 1998-2001, mai 1998, p. 36.

4 Niall O’Dowd, « US’s Second Largest Ethnic Group Rocks into Minority », The Irish Times, 13 mars 1993.

5 « […] have a lot of financial muscle and intelligence operations within their own companies » (Albert Reynolds, Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 423, nº 4, 13 octobre 1992).

6 Mercator, « Irish America our Most Under-Utilised Asset », The Irish Times, 17 octobre 1983.

7 SFADCo, ou Shannon Development, fut créé par le gouvernement irlandais, en 1959, pour promouvoir l’aéroport de Shannon et sa région. Jusqu’en 2014, SFADCo était en charge de la promotion du tourisme dans la région et d’y attirer les investissements étrangers. Cette agence gérait la zone franche de Shannon et le National Technology Park dans lequel est située l’université de Limerick.

8 « […] directors on other boards throughout the United States and would also have knowledge of developments that can take place. They can be of immense help to the IDA or SFADCo by putting their weight behind them to get investment to come to Ireland » (Albert Reynolds, Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 423, nº 4, 13 octobre 1992).

9 « No single formula exists because specific strengths and weaknesses of a country or region might receive high priority by one team of corporate evaluators and be ignored by another […]. Calculating trade-offs between positive and negative country characteristics is an art, not a science » (Stephen D. Cohen, Multinational Corporations and Foreign Direct Investment, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 155).

10 Nathan M. Jensen, Nation-States and the Multinational Corporation : A Political Economy of Foreign Direct Investment, Princeton, Princeton University Press, 2006, p. 2.

11 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, Cork, Mercier Press, 2000, p. 121-145, 367.

12 Ibid., p. 180-182, 372-373.

13 Ibid., p. 364-366.

14 L’IDA est aujourd’hui considérée comme l’une des meilleures agences au monde en matière de promotion des IDE (Denis O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2001, p. 171).

15 Cette période s’étend du début des années 1990 à 2001-2002. Après avoir connu un ralentissement passager, dû à l’éclatement de la bulle Internet, le taux de croissance de l’économie irlandaise repartit à la hausse jusqu’à ce que la crise financière sévisse en 2007-2008.

16 Voir à ce sujet : Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger ; Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress : Growth and Inequality in Ireland, Basingstoke, Palgrave, 2002 ; Paul Sweeney, The Celtic Tiger : Ireland’s Continuing Economic Miracle, Dublin, Oak Tree Press, 1999 ; Understanding Ireland’s Economic Growth, Frank Barry (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 1999 ; International Perspectives on the Irish Economy, Alan Gray (dir.), Dublin, Indecon, 1997.

17 Bertie Ahern fut Taoiseach de juin 1997 à mai 2008.

18 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 557, nº 4, 19 novembre 2002.

19 Donald Keough est décédé en 2015. Il fut également le président du conseil d’administration d’Allen & Company Incorporated, une grande banque d’investissement américaine, et membre du conseil d’administration de nombreuses entreprises dont McDonald’s, The Washington Post et H. J. Heinz.

20 Niall O’Dowd, « The Corporate Chieftain », Irish America, 1er janvier 2010, en ligne : http://irishamerica.com/2010/01/donald-r-keough-4.

21 Donald P. Brennan (Morgan Stanley & Co.), William J. Flynn (Mutual of America), Denis P. Kelleher (Wall Street Access), Edmund F. Kelly (Liberty Mutual Group), Mary B. Maguire (The Chase Manhattan Bank), Thomas J. Moran (Mutual of America), Arthur F. Ryan (The Prudential Insurance Company of America), Daniel P. Tully (Merrill Lynch & Co., Inc.).

22 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, p. 336.

23 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 451, nº 5, 4 avril 1995.

24 Bertie Ahern, « Speech on Acceptance of an Honorary Degree of Laws at Fairfield University, Connecticut, USA, 25 September 2003 », discours consulté sur le site du ministère du Taoiseach mais qui n’est plus disponible.

25 Sur le rôle de la diaspora dans la promotion de l’IFSC, voir : Fiona Reddan, Ireland’s IFSC : A Story of Global Success, Cork, Mercier Press, 2008, p. 232, 234.

26 Merrill Lynch s’installa à l’IFSC en 1995.

27 Michael Clancy, « Re-presenting Ireland : Tourism, Branding and National Identity in Ireland », Journal of International Relations and Development, vol. 14, nº 3, 2011, p. 296.

28 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 440, nº 4, 22 mars 1994 ; Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 438, nº 8, 16 février 1994.

29 AD Little Consultants mena une étude indépendante sur les activités de Bord Fáilte (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 456, nº 5, 5 octobre 1995).

30 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 452, nº 6, 10 mai 1995.

31 Un leprechaun est une créature imaginaire du folklore irlandais. Il est parfois comparé au lutin ou farfadet du folklore français.

32 Michael Clancy, « Re-presenting Ireland… », p. 297-298.

33 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 496, nº 6, 17 novembre 1998.

34 Les aides européennes devaient passer d’un milliard à cent cinquante millions de livres irlandaises (Marc Hennessy, Kyran Fitzgerald, « Anger as EU Cuts Set to Take a Heavy Toll », The Irish News, 19 mars 1998).

35 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 493, nº 1, 24 juin 1998.

36 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 496, nº 6, 17 novembre 1998.

37 « Ahern Plan to Seek Private Investment », Irish Examiner, 20 mars 1998.

38 Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, National Development Plan 2000-2006, Pn. 7780, Dublin, Stationery Office, 2003, en ligne : https://www.drugsandalcohol.ie/5076/1/NDP_complete_text%5B1%5D.pdf. Voir également : Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, Framework for Action on Infrastructural Development Including Public Private Partnership, février 2000, en ligne : https://www.yumpu.com/en/document/read/30483625/framework-for-action-on-department-of-taoiseach ; Gouvernement de la République d’Irlande, ministère du Taoiseach, National Development Plan 2007-2013. Transforming Ireland, a Better Quality of Life for All, Pn. A7/0004, Dublin, Stationery Office, 2007, en ligne : http://www.socialinclusion.ie/documents/NationalDevelopmentPlan2007-2013_000.pdf.

39 « For large-scale global digital communications, Ireland is a marginal and uncompetitive location » (Robert Herbold, chef des opérations chez Microsoft, cité dans : Harvey Thompson, « Irish Government Sells Off State Telecom Company », World Socialist Web Site, International Committee of the Fourth International, 3 mai 1999, en ligne : http://www.wsws.org/articles/1999/may1999/tele-m03.shtml).

40 Brian Thompson avait auparavant été le président-directeur général de LCI et de Global Telesystems Group, Inc.

41 Voir à ce sujet : Siobhan Creaton, « Minister Sets Target Date for Telecoms Market Liberalisation », The Irish Times, 10 juin 1998 ; Karlin Lillington, « Ireland Takes its First Stride on the Road to Digital Economy », The Irish Times, 19 novembre 1998 ; Karlin Lillington, « Telecom Eireann to Cut Internet Cost by 33 % », The Irish Times, 19 novembre 1998 ; « Principal Elements of Report », The Irish Times, 19 novembre 1998.

42 Après avoir suivi des études d’ingénieur à l’université de Cork, Ed Walsh s’expatria aux États-Unis durant dix ans. Il y travailla tout en poursuivant ses études à l’Iowa State University où il obtint un master en physique nucléaire et un doctorat en électronique. Il décida finalement de revenir vivre en Irlande où on lui proposa de développer le Limerick National Institute for Higher Education (Louise Holden, « Limerick Leader Is True Original », The Irish Times, 10 février 2009).

43 Établissement d’enseignement supérieur qui dispensait un enseignement technique.

44 Louise Holden, « Limerick Leader Is True Original ».

45 Conor O’Clery, « How the West Lured a Billionaire », The Irish Times, 27 août 2007.

46 Lara Marlowe, « A Gift that Keeps on Giving », The Irish Times, 25 septembre 2010.

47 Conor O’Clery, « How the West Lured a Billionaire ».

48 Louise Holden, « Limerick Leader Is True Original ».

49 Ferdinand von Prondzynski, « PRTLI Wars », en ligne sur A University Blog. Diary of Life and Strategy Inside and Outside the University : https://universitydiary.wordpress.com/2010/05/29/prtli-wars.

50 Gerry O’Sullivan, « Le Programme irlandais pour la recherche dans les établissements de troisième degré (PRTLI) », PEB Échanges, revue du Programme pour la construction et l’équipement de l’éducation, nº 3, 2005, p. 13-16, en ligne : http://dx.doi.org/10.1787/566838767166.

51 « Most of the key investments that the IDA has attracted to Ireland over the past few years would not have come at all but for the research culture that we have created. And because we can no longer credibly look for new investment in low-skills manufacturing or call centres, this is our future » (Ferdinand von Prondzynski, « Ireland’s Future Depends on Continued Investment in Research », The Irish Times, 10 novembre 2009).

52 Ned Costello, « Building on the Legacy of Chuck Feeney’s Philanthropy », The Irish Times, 6 janvier 2017.

53 Higher Education Authority, Transformations : How Research is Changing Ireland, Dublin, Higher Education Authority, 2008, p. vi.

54 Interview de Chuck Feeney sur CBS news, 25 février 2008.

55 Peadar Kirby, Celtic Tiger in Collapse : Explaining the Weaknesses of the Irish Model, 2e éd., Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010, p. 146-164.

56 Kathleen Lynch est professeure des universités à l’University College Dublin.

57 Kathleen Lynch, « Neo-Liberalism and Marketisation : The Implications for Higher Education », European Educational Research Journal, vol. 5, nº 1, 2006, p. 1-17.

58 PA Consulting Group, Ten Years On : Confirming Impacts from Research Investment. A Case Study Focusing on the Direct Commercial and Economic Impacts From Exchequer Investment into Centres and Initiatives, août 2011, p. 36, en ligne : http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docgener/evaluation/library/ireland/1108_irland_research_development_sum_en.pdf.

59 En 1987, ce secteur employait cent dix-neuf mille personnes en Irlande (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 497, nº 5, 1er décembre 1998).

60 Jim MacLaughlin, « Ireland in the Global Economy : An End to a Distinct Nation ? », in Under the Belly of the Tiger : Class, Race, Identity and Culture in Global Ireland, Ethel Crowley, Jim MacLaughlin (dir.), Dublin, Irish Reporter Publications, 1997, p. 1-19 ; Anne Groutel, « L’art et la culture au service de l’économie irlandaise : perspectives, stratégies et controverses », Revue Babel, nº 27-VIII, 2013, Les nations celtiques et le monde contemporain, Frédéric Armao (dir.), p. 153-165.

61 Eoin Reeves, « An Econonomic Analysis of Public Private Partnerships : The Case of the Ireland’s National Roads Programme », communication à la conférence « Highways : Cost and Regulation in Europe », Università degli studi di Bergamo, Italie, 27 novembre 2004, en ligne : http://dinamico2.unibg.it/highways/paper/ireland.pdf. Eoin Reeves est maître de conférences en économie à l’université de Limerick.

62 Kieran Allen, The Corporate Takeover of Ireland, Dublin, Irish Academic Press, 2007, p. 45-50.

63 Siobhan Creaton, « Abuse Mars Financial Credibility », The Irish Times, 13 février 1998 ; « American Rumblings of Discontent over Irish Benefits Cause Concern », The Irish Times, 28 novembre 2005.

64 Voir, par exemple : Denis O’Hearn, « The Celtic Tiger : The Role of Multinationals », in Under the Belly of the Tiger…, p. 21-34.

65 « […] there seems little willingness thoroughly to investigate the shortcomings of public policy and to design a policy more likely to succeed and more in keeping with the nature of the Irish economy. Small and medium-sized enterprises are poorly supported by state policy which still seems captivated by the needs of multinationals despite decades of warnings that such a policy focus is unwise for the long-term » (Peadar Kirby, Celtic tiger in Collapse…, p. 156).

66 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 496, nº 6, 17 novembre 1998.

67 Voir à ce sujet : Eoin O’Malley, « The Revival of Irish Indigenous Industry 1987-1997 », Quarterly Economic Commentary, avril 1998, p. 35-56 ; Eoin O’Malley, « Competitive Performance in Irish Industry », Quarterly Economic Commentary, hiver 2004, p. 66-86.

68 Eoin O’Driscoll, Ahead of the Curve : Ireland’s Place in the Global Economy, Dublin, Enterprise Strategy Group, 2004, p. 8.

69 Voir le site de l’IFSC : http://www.ifsc.ie/page.aspx?idpage=6.

70 Marc C. White, « Assessing the Role of the International Financial Services Centre in Irish Regional Development », European Planning Studies, vol. 13, nº 3, 2005, p. 391-392, 401.

71 « Its very success has also encouraged a reluctance to ask too many questions […] the notion of lax regulation is part of our competitive advantage » (Fintan O’Toole, « Liechtenstein on the Liffey », The Guardian, 27 février 2009).

72 Mark Malone, « IFSC Clearing House : What the Irish Times Doesn’t Say And Why It Matters », Irish Left Review, vol. 1, nº 1, janvier 2013, p. 77-92.

73 Caroline Madden, « IFSC Plummets in International Competitiveness Ranking », The Irish Times, 17 novembre 2009.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search