Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Troisième partie. L’influence économique et politique grandissante d’hommes d’affaires irlando-américains sur les deux Irlandes

Troisième partie – Introduction

Texte intégral

1Dans cette troisième partie, nous verrons qu’à la demande des autorités irlandaises, l’élite entrepreneuriale irlando-américaine joua de nouveau un rôle important quand l’Irlande connut à deux reprises les affres de la crise économique. Par ailleurs, certaines de ces personnalités voulurent aussi contribuer à faire sortir l’Irlande du Nord de l’impasse politique et économique dans laquelle la province se trouvait dans les années 1990. Intérêt d’ordre financier ou désir d’aider l’économie de la terre ancestrale par pur altruisme ? Si décoder les motivations de ces figures de la diaspora n’est guère chose aisée, nous verrons que chacune des parties y trouva néanmoins son compte.

  • 1 Ronnie Munck, The Irish Economy, Londres – Boulder, Pluto Press, 1993, p. 37-38.
  • 2 En 1981, son taux d’inflation était de 20,5 % (Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Cel (...)
  • 3 La dette publique atteignit 140 % du PIB en 1988 (Michael Burda, Charles Wyplosz, Macroéconomie : u (...)
  • 4 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, p. 38.
  • 5 Ronnie Munck, The Irish Economy, p. 83-84.

2L’économie irlandaise, désormais très ouverte, fut frappée de plein fouet lors des chocs pétroliers de 1973 et de 19791. Dans les années 1980, l’effet combiné du ralentissement de la croissance mondiale, d’une inflation galopante2 et de l’augmentation sensible de la dette extérieure due à l’augmentation des prix du pétrole plongea l’économie irlandaise dans une crise qui dura jusqu’à la fin de cette décennie3. À cette époque, malgré la présence de grandes entreprises étrangères sur son sol, l’Irlande faisait toujours partie des parents pauvres de la Communauté européenne. En 1985, le chômage touchait 17 % de la population irlandaise4 et l’émigration, son corollaire, connut une résurgence marquée après une période de répit5.

  • 6 Jonathan Bardon, A History of Ulster, Belfast, Blackstaff Press, 1992, p. 719.
  • 7 Ibid., p. 718.
  • 8 Ibid., p. 720.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.

3Les années 1970 furent pires encore pour l’Irlande du Nord. À cette époque, elle produisait un tiers de la production de fibre synthétique du Royaume-Uni6, une industrie grosse consommatrice de pétrole. Lors du premier choc pétrolier, les entreprises de ce secteur implantées en Irlande du Nord virent le prix de leur matière première monter en flèche et durent faire face à l’augmentation des coûts de transport et de l’électricité7. Nombre d’entreprises furent contraintes de licencier. La perte d’emplois industriels alla au rythme de 3 % chaque année entre 1973 et 19798. Durant la même période, la production industrielle enregistra une baisse annuelle de 5 %9. Par ailleurs, la violence du conflit, relayée par les médias internationaux, dissuadait les investisseurs potentiels. L’économiste John Simpson a évalué les pertes d’emplois directement liées au conflit entre trente mille et trente-cinq mille10.

  • 11 Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy and the Restructuring of the Northern Ireland (...)
  • 12 L’Industrial Development Board, créé en 1982, fut chargé d’attirer de gros projets d’investissement (...)
  • 13 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, Londres – New York, Longman, 1991, p. 180-182.
  • 14 Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy… », p. 57-58.
  • 15 Francis M. Carroll, The American Presence in Ulster : A Diplomatic History, 1796-1996, Washington, (...)

4Durant les années 1980, la tendance se confirma. L’Irlande du Nord était alors la province la plus défavorisée du Royaume-Uni11. Le taux de chômage, de 20 % en moyenne, était deux fois plus élevé que dans le reste du pays. En dépit de mesures incitatives très avantageuses, l’Industrial Development Board12 ne parvenait toujours pas à attirer de nouveaux investissements13. Cependant, le nombre de grandes entreprises américaines installées dans la province, une bonne trentaine, resta stable14 durant cette décennie, en grande partie grâce aux subventions allouées par l’International Fund for Ireland15.

  • 16 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 782.
  • 17 Adepte des théories de l’économie de l’offre d’Arthur Laffer, de celles de l’École monétariste de C (...)
  • 18 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 734.

5Malgré cela, le processus de désindustrialisation continua inexorablement. Entre 1979 et 1981, cent dix entreprises industrielles fermèrent leurs portes16. À une nouvelle dégradation des conditions économiques internationales vinrent s’ajouter les effets de la politique monétaire menée par Margaret Thatcher17. Quarante mille emplois industriels furent supprimés entre 1979 et 1989 en Irlande du Nord18.

  • 19 Valérie Peyronel, Économie et conflit en Irlande du Nord, Paris, Ellipses, 2001, p. 55-56.
  • 20 Ronnie Munck, The Irish Economy, p. 62-63.

6Il semblerait cependant que l’Irlande du Nord fût relativement épargnée par les coupes sombres que les services publics britanniques eurent à subir durant les années Thatcher19. De fait, l’augmentation du nombre de fonctionnaires vint compenser les pertes enregistrées dans le secteur industriel20. Cela ne fit toutefois qu’augmenter la dépendance économique de la province vis-à-vis de Londres.

  • 21 Anne Groutel, La cooperation économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses universitaires de Ca (...)
  • 22 Albert Reynolds occupa la fonction de Taoiseach de février 1992 à décembre 1994.

7L’ouverture du marché unique européen, en 1992, provoqua une certaine inquiétude dans les milieux d’affaires, tant en Irlande du Nord qu’au sud de la frontière. Cette nouvelle étape vers l’intégration économique, qui laissait présager une concurrence accrue, allait être critique, tout comme l’avait été l’entrée du Royaume-Uni et de l’Irlande dans le marché commun en 1973. Le début des années 1990 fut donc marqué par la volonté des organisations patronales d’Irlande et d’Irlande du Nord de resserrer leurs liens afin de créer des synergies entre les deux économies. L’objectif était de promouvoir une « économie insulaire intégrée » mieux à même de faire face à l’arrivée d’entreprises étrangères21. Dublin afficha sa volonté de collaborer avec les autorités nord-irlandaises. Aussi une étude sur les possibilités de coopération Nord-Sud fut-elle réalisée à la demande du Taoiseach Albert Reynolds22. L’avant-propos dont il fut l’auteur pouvait laisser penser qu’une ère nouvelle s’ouvrait :

  • 23 « I hope that the removal of trade barriers this year will be followed, in the years ahead, by an e (...)

J’espère que l’élimination des obstacles au commerce, cette année, sera suivie dans les années à venir par une reconnaissance plus grande encore de notre destinée européenne commune et par la disparition progressive des obstacles moins tangibles qui ont empêché pendant trop longtemps les deux parties de cette île d’exploiter entièrement leur potentiel économique et de bâtir une économie insulaire unique bien plus forte. […] Le défi que nous devons relever, dans les deux parties de cette île, face au marché unique et à l’Union européenne, consiste à faire en sorte d’optimiser les avantages qui se présentent à nous. Je crois que la meilleure façon de procéder consiste à élaborer une stratégie économique cohérente à l’échelle de l’île tout entière qui permettrait de développer nos atouts23.

  • 24 Anne Groutel, La coopération économique entre les deux Irlandes, p. 106-110.

8Certes, quelques projets de rénovation des infrastructures Nord-Sud furent mis en œuvre et certaines agences collaborèrent un peu plus étroitement, dans le domaine du tourisme en particulier, mais la stratégie économique commune resta lettre morte24.

  • 25 « […] an economically-strategic trading bridgehead between Europe, America and third countries » (A (...)
  • 26 Au début des années 1990, cinquante-huit pays vinrent s’ajouter aux quarante-huit qui avaient déjà (...)
  • 27 « […] if we are as good as the next it sometimes takes extra push, influence and muscle to try to g (...)

9En réalité, Reynolds avait les yeux rivés sur les États-Unis. En effet, le marché unique ouvrait de nouveaux débouchés pour les entreprises américaines. Le Taoiseach était convaincu que l’Irlande devait saisir cette occasion de devenir « une tête de pont commerciale, stratégique en termes économiques, entre l’Europe, l’Amérique et des pays tiers »25. Mais, face à une concurrence de plus en plus féroce pour attirer les investisseurs étrangers, l’Irlande devait se démarquer des autres pays26. Albert Reynolds se montra pragmatique : « […] dans la mesure où nous ne sommes pas au-dessus du lot, il faut parfois un “coup de pouce” supplémentaire, de l’influence et de la ressource pour essayer de convaincre ces industries de venir s’implanter ici »27.

  • 28 Conor O’Clery, Daring Diplomacy, Clinton’s Secret Search for Peace in Ireland, Boulder, Roberts Rin (...)

10Par ailleurs, il y avait péril en la demeure car l’administration Clinton, arrivée aux affaires en 1993, projetait de limiter les avantages fiscaux accordés aux entreprises qui délocalisaient leur production à l’étranger. L’Irlande, qui hébergeait quatre cents multinationales américaines28, était directement concernée. Il était donc vital de mobiliser toutes les forces disponibles aux États-Unis contre les changements envisagés.

  • 29 Niall O’Dowd, « The Missing Irish-American Connection », The Irish Times, 14 septembre 1990 ; Niall (...)
  • 30 « Indeed, it is through the strong support of Irish-Americans at senior management level in the Uni (...)

11Pendant les années 1980, la collaboration entre les autorités irlandaises et les hommes d’affaires irlando-américains s’était poursuivie, mais de façon moins ostentatoire, ce qui fit dire à Niall O’Dowd que toute cette bonne volonté n’était pas utilisée29. Patrick J. Daly, directeur de l’IDA, piqué au vif, réfuta les propos d’O’Dowd : « C’est grâce au soutien fort d’Irlando-Américains, qui occupent des postes de cadres dirigeants aux États-Unis, que bon nombre des trois cent cinquante entreprises américaines présentes sur notre sol s’y sont implantées »30. Quoi qu’il en soit, Reynolds jugea essentiel de redynamiser cette relation.

12Durant les deux décennies suivantes, le destin des deux Irlandes allait connaître des rebondissements inattendus. L’Irlande, l’un des pays les plus pauvres de la Communauté européenne, vit son taux de croissance s’envoler et devenir l’un de ses membres les plus prospères. Mais, alors que le « Tigre celtique » semblait invincible, l’Irlande fut frappée, à partir de 2008, par une crise financière qui la mit à genoux. Quant à l’Irlande du Nord, elle s’engagea dans un processus de paix de longue haleine. Dans cette troisième partie, nous verrons quel(s) rôle(s) certaines figures de ce que l’on appelait désormais en Irlande « la diaspora » jouèrent lors de chacun de ces épisodes marquants et comment elles saisirent ces occasions pour renforcer leur influence dans les deux Irlandes.

Notes

1 Ronnie Munck, The Irish Economy, Londres – Boulder, Pluto Press, 1993, p. 37-38.

2 En 1981, son taux d’inflation était de 20,5 % (Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, Cork, Mercier Press, 2000, p. 37).

3 La dette publique atteignit 140 % du PIB en 1988 (Michael Burda, Charles Wyplosz, Macroéconomie : une perspective européenne, 3e éd., Paris – Bruxelles, De Boeck Université, 2003, p. 316). Par ailleurs, le taux annuel de croissance du produit national brut de l’Irlande de 4,8 % durant la période 1960-1973 chuta à 2,2 % pendant la période 1973-1979 avant de s’effondrer à 0,2 % entre 1979 et 1986 (Ronnie Munck, The Irish Economy, p. 38).

4 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, p. 38.

5 Ronnie Munck, The Irish Economy, p. 83-84.

6 Jonathan Bardon, A History of Ulster, Belfast, Blackstaff Press, 1992, p. 719.

7 Ibid., p. 718.

8 Ibid., p. 720.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy and the Restructuring of the Northern Ireland Economy », Environment and Planning C : Politics and Space, vol. 4, nº 1, 1986, p. 54.

12 L’Industrial Development Board, créé en 1982, fut chargé d’attirer de gros projets d’investissements étrangers.

13 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, Londres – New York, Longman, 1991, p. 180-182.

14 Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy… », p. 57-58.

15 Francis M. Carroll, The American Presence in Ulster : A Diplomatic History, 1796-1996, Washington, The Catholic University of America Press, 2005, p. 193. L’International Fund for Ireland est une organisation internationale indépendante créée en 1986 par les gouvernements irlandais et britannique dans le cadre du Anglo-Irish Agreement (1985). Son objectif est de promouvoir le progrès social et économique et d’encourager la réconciliation entre les communautés unionistes et nationalistes. Les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande contribuent également financièrement à ce fonds.

16 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 782.

17 Adepte des théories de l’économie de l’offre d’Arthur Laffer, de celles de l’École monétariste de Chicago et de celles de l’École autrichienne (défendues par Friedrich Hayek), Margaret Thatcher les mit en application, entre autres, en réduisant fortement les dépenses publiques et les impôts directs. Elle lutta contre l’inflation qui gangrenait le Royaume-Uni de la fin des années 1970 en ayant recours à des taux d’intérêt élevés. Enfin, elle supprima les subventions aux entreprises non rentables, comme ce fut le cas pour les mines, et incita à la venue d’IDE.

18 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 734.

19 Valérie Peyronel, Économie et conflit en Irlande du Nord, Paris, Ellipses, 2001, p. 55-56.

20 Ronnie Munck, The Irish Economy, p. 62-63.

21 Anne Groutel, La cooperation économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 96-110.

22 Albert Reynolds occupa la fonction de Taoiseach de février 1992 à décembre 1994.

23 « I hope that the removal of trade barriers this year will be followed, in the years ahead, by an even greater recognition of our common European destiny and by the erosion of less tangible barriers which have for too long prevented both parts of the island from realizing their full economic potential and from developing a much stronger single island economy. […] The challenge which confronts us in both parts of Ireland, from the Single Market and European Union, is to ensure that we maximize the benefits which are being made available to us. I believe that this challenge can best be met on an island-wide basis, with the development of a coherent economic strategy which can build on our considerable strengths » (Albert Reynolds, « Foreword », in Ireland in Europe : A Shared Challenge. Economic Co-operation on the Island of Ireland in an Integrated Europe, Dublin, Stationery Office, 1992, p. 7-8).

24 Anne Groutel, La coopération économique entre les deux Irlandes, p. 106-110.

25 « […] an economically-strategic trading bridgehead between Europe, America and third countries » (Albert Reynolds cité dans : Denis Coghlan, « US-Irish Trade Body Planned », The Irish Times, 15 septembre 1992).

26 Au début des années 1990, cinquante-huit pays vinrent s’ajouter aux quarante-huit qui avaient déjà mis en œuvre un programme pour attirer les IDE (Nathan M. Jensen, Nation-States and the Multinational Corporation : A Political Economy of Foreign Direct Investment, Princeton, Princeton University Press, 2006, p. 35).

27 « […] if we are as good as the next it sometimes takes extra push, influence and muscle to try to get industries to locate here » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 423, nº 4, 13 octobre 1992).

28 Conor O’Clery, Daring Diplomacy, Clinton’s Secret Search for Peace in Ireland, Boulder, Roberts Rinehart Publishers, 1997, p. 213.

29 Niall O’Dowd, « The Missing Irish-American Connection », The Irish Times, 14 septembre 1990 ; Niall O’Dowd, « Harnessing a Heritage for the Homeland », The Irish Times, 21 septembre 1990. Niall O’Dowd est un écrivain et journaliste, né en Irlande, résidant aux États-Unis. Il a fondé l’Irish-America Magazine et le journal Irish Voice installé à New York. Il fut le premier à publier Business 100, les portraits des cent hommes d’affaires irlando-américains les plus importants.

30 « Indeed, it is through the strong support of Irish-Americans at senior management level in the United States that many of the 350 US companies who are already here set up their Irish operations » (Patrick J. Daly, « Selling Ireland », The Irish Times, 29 septembre 1990).

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search