Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Deuxième partie. Le tournant des politiques économiques dans les années 1950 et le recours à l’élite entrepreneuriale irlando-américaine

Chapitre VI

Formalisation des liens entre les autorités irlandaises et l’élite entrepreneuriale irlando-américaine

Texte intégral

L’Ireland-United States Council for Industry and Commerce : un projet à la gestation longue

  • 1 Córas Tráchtála Teoranta, « Establishment of America – Ireland Board of Trade (or Chamber of Commer (...)

1En janvier 1958, à l’heure où l’Irlande s’engageait sur la voie de l’ouverture économique, Bernard B. Smith, conseiller juridique de Córas Tráchtála Teoranta à New York, attira l’attention de Seán Lemass sur l’urgence de s’assurer du soutien d’Irlando-Américains, haut placés dans les milieux politiques et économiques, qui pourraient, entre autres, défendre les intérêts irlandais auprès des instances américaines. L’absence d’un tel groupe de pression avait nui gravement aux intérêts des exportateurs irlandais lors des audiences publiques à l’issue desquelles les quotas et les droits de douane imposés sur la laine et la laine peignée (worsted) avaient été modifiés par les autorités américaines. Smith proposa donc la création d’un petit groupe, composé d’hommes d’affaires américains de haut calibre, qui ferait office de lobby ayant pour mission de défendre les intérêts commerciaux irlandais. Ses membres auraient carte blanche pour encourager la venue d’investissements et contribuer à la promotion du tourisme et des importations de produits irlandais aux États-Unis1.

  • 2 L’organisme prit le nom de Bord Fáilte Éireann à partir de 1955 mais était communément appelé Bord (...)

2L’ambassadeur, le consul général d’Irlande aux États-Unis et un représentant des Affaires étrangères accueillirent la proposition favorablement. La vigilance s’imposait néanmoins. Pour Córas Tráchtála Teoranta et Seán MacEntee, le Tánaiste, il fallait absolument tenir les associations et clubs irlando-américains à distance d’un tel projet, car leurs activités avaient fréquemment des visées politiques. Smith assura que les membres seraient scrupuleusement sélectionnés dans les milieux d’affaires uniquement. Le ministère des Affaires étrangères, Bord Fáilte2 et Córas Tráchtála Teoranta furent chargés de dresser une liste de personnes éligibles, sachant que le groupe compterait cinq ou six personnes au maximum.

  • 3 « […] a chamber constituted by the right type of people which would serve the interests of Ireland (...)
  • 4 « The main problem would be to select the people whose names were important enough to give the proj (...)

3La mise en œuvre de ce projet piétina quelques années. Dans un mémorandum daté de janvier 1962, qui rapporte la teneur d’un entretien entre Smith et John dit Jack Lynch, le ministre irlandais de l’Industrie et du Commerce, il n’était plus question d’un conseil, comme Smith l’avait initialement envisagé, mais d’une chambre de commerce qui « serait constituée du bon type de personnes qui serviraient les intérêts de l’Irlande. Elles seraient indirectement placées sous le contrôle du gouvernement irlandais et agiraient selon ses souhaits »3. Obtenir la collaboration du « bon type de personnes » ne posait pas problème, d’après Smith, la difficulté était de « sélectionner les personnes dont les noms étaient assez connus pour donner du poids au projet et qui, dans le même temps, s’y intéresseraient de très près et contribueraient à la réalisation de ses objectifs »4.

  • 5 Córas Tráchtála Teoranta, « Ireland / America Council », mémorandum, 5 novembre 1963, NAI, S15245B/ (...)

4Smith mit le ministre en garde, il devenait pressant d’agir. En effet, l’économie irlandaise connaissait un début d’essor et rien n’empêchait le premier venu de fonder une chambre de commerce. Il fallait donc décourager toute velléité allant dans ce sens afin de garder le contrôle de la situation. En outre, la perspective du Kennedy Round, sixième cycle de négociations engagé dans le cadre de l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (General Agreement on Tariffs and Trade – GATT), qui devait être lancé en 1964, vint renforcer l’urgence de créer un groupe qui défendrait les intérêts irlandais5.

  • 6 Ce réseau existe toujours. Son rapport d’activité annuel pour 2017 peut être consulté sur son site  (...)
  • 7 Ministère de l’Industrie et du Commerce [signature illisible] à Nicolas O’Nualláin, secrétaire du m (...)
  • 8 John Lynch à Henry A. Ralph, 5 décembre 1962, NAI, S15245B/63 ; Henry A. Ralph à John Lynch, 11 jan (...)

5Finalement, la formule d’un conseil fut préférée à celle d’une chambre de commerce. L’existence de l’Ireland-United States Council for Industry and Commerce Incorporated (IUSCICI) fut officiellement enregistrée auprès des instances administratives américaines, à New York, le 17 septembre 19626. Cependant, sa composition n’était pas arrêtée. Smith et Henry A. J. Ralph, vice-président de la Bank of America, étaient toujours en train d’essayer de recruter des dirigeants de grandes entreprises américaines parmi les vingt-deux noms retenus par Córas Tráchtála7. Lynch et Ralph collaborèrent étroitement dans les mois qui suivirent. Il fut décidé, d’un commun accord, qu’afin de ne pas faire de l’ombre à l’American Irish Foundation au niveau national, le rayon d’action du groupe serait, pour commencer, limité à New York8.

  • 9 « […] a more truthful and realistic picture » (Córas Tráchtála Teoranta, « Ireland / America Counci (...)

6Le 11 octobre 1963, le lancement de l’IUSCICI fut discuté lors d’un déjeuner en présence du ministre irlandais de l’Industrie et du Commerce, de plusieurs membres de Córas Tráchtála, de John L. Burke, président de B. Altman & Co., et de John Maguire, président de John P. Maguire & Co, Inc. Maguire et Burke se montrèrent très enthousiastes. Ce dernier était d’avis que l’IUSCICI serait très utile pour promouvoir les IDE en Irlande et donner une « image plus vraie et réaliste »9 de ce pays.

  • 10 La liste complète des membres fondateurs de ce groupe figure en première page de The Irish Times du (...)
  • 11 John L. Burke était alors président de B. Altman, une chaîne de grands magasins, très populaire à l (...)
  • 12 Parmi ceux-là se trouvaient : J. Brougham Wallace, vice-président de la Morgan Guaranty Trust Compa (...)
  • 13 Howard Thomas Hallowell, président de la Standard Pressed Steel Company of Pensylvania ; Bernard P. (...)
  • 14 Le groupe comptait parmi ses membres Richard Prentice Ettinger, propriétaire de Prentice Hall Inc. (...)

7Le nombre des membres fondateurs s’éleva finalement à dix-huit10. Si être d’origine irlandaise n’était pas une condition sine qua non, on note néanmoins que la majorité des membres portaient des noms de famille à consonance irlandaise. L’organisation fut officiellement inaugurée le 19 mai 1964, au St. Regis Hotel de New York, en présence du ministre irlandais de l’Industrie et du Commerce. John D. J. Moore, vice-président de W. R. Grace & Co., en était le président. Ses membres, triés sur le volet, étaient des dirigeants de très grandes entreprises. Parmi eux, il y avait les présidents de quelques-uns des plus célèbres grands magasins aux États-Unis comme B. Altman & Co.11 et Lord & Taylor, la plus ancienne chaîne de magasins des États-Unis, fondée en 1826, ainsi que des banquiers de premier plan12, des industriels13 et des directeurs de maisons d’édition14.

  • 15 John Bowles à James J. O’Keefe, 24 septembre 1962, NAI, DFA, 2001/37/1154. En octobre 1963, Galvin (...)
  • 16 Il semblerait que l’Irlande bénéficiait d’un traitement de faveur, car John Fitzgerald Kennedy, qui (...)

8Tous se disaient prêts à « aider » au développement économique de l’Irlande. D’ailleurs, avant même le lancement officiel de l’IUSCICI, certains d’entre eux15, comme John Galvin, directeur du World Trade Centre, par exemple, s’étaient attelés à collaborer avec les autorités irlandaises pour promouvoir la venue d’investissements américains en Irlande, une politique approuvée en haut lieu aux États-Unis16.

Lemass aux États-Unis : une opération de séduction très fructueuse

  • 17 Il s’agissait pour le président en campagne pour sa réélection de s’assurer des voix de la communau (...)
  • 18 « U.S.-Irish Fishery Research Project : Lemass Outlines Joint Report », The Irish Times, 7 janvier (...)
  • 19 Donoal O’Donovan, « The Changing Face of Ireland Over There », The Irish Times, 3 mai 1965.

9John Fitzgerald Kennedy se rendit en Irlande en juin 1963. Cette visite officielle du premier président américain catholique, d’origine irlandaise, alla droit au cœur des Irlandais. Elle fut suivie de celle de Lemass aux États-Unis à la fin du mois d’octobre 1963. Ce rapprochement politique servait à la fois les visées électorales de Kennedy17 et les ambitions des autorités irlandaises qui espéraient en récolter les fruits dans le domaine économique. Kennedy avait, selon Lemass, exprimé la conviction que le flux des investissements américains dans l’industrie irlandaise irait en augmentant puisque la situation économique du pays s’améliorait18. De fait, la visite de Kennedy contribua à éveiller l’intérêt des investisseurs américains pour l’Irlande19.

  • 20 Marie-Claire Considère-Charon, Irlande, une singulière intégration européenne, Paris, Économica, 20 (...)

10Durant sa visite officielle de dix jours aux États-Unis, Lemass, quant à lui, s’efforça lors de chacun de ses discours de mettre en lumière les avantages qu’offrait son pays pour les investisseurs américains. À cette époque, l’Irlande avait surmonté ses objections d’ordre idéologique vis-à-vis du marché commun européen20. À l’instar du Royaume-Uni, le pays avait déjà fait une demande d’adhésion à l’organisation en 1961. De Gaulle avait toutefois mis son veto à l’entrée du Royaume-Uni parce qu’il estimait que ce pays était trop proche des États-Unis. Cette décision conditionna la position de l’Irlande dont l’économie était toujours étroitement liée à l’économie britannique.

  • 21 « Call to Boston Groups », The Irish Press, 21 octobre 1963.
  • 22 Malheureusement pour l’Irlande, de Gaulle, peu enclin à transiger en matière de souveraineté nation (...)

11Mais, selon le traité de Rome, au 1er janvier 1966, il devait y avoir passage à la troisième étape de la période de transition à l’occasion de laquelle les modalités de vote devaient changer au sein du Conseil des ministres21. En d’autres termes, l’unanimité ne serait plus requise pour permettre l’entrée de nouveaux membres dans l’organisation22. Lemass s’évertua à convaincre les capitaines d’industrie irlando-américains de participer aux efforts de son gouvernement pour attirer les investisseurs, puisque l’entrée de l’Irlande dans le marché commun était maintenant proche.

  • 23 « […] the evidence of a re-awakening of deeply-seated feelings between Ireland and the Irish race a (...)
  • 24 « This is not quite the same as tourism, which is really concerned with the passing of holidays. I (...)

12Lors d’un dîner organisé par les Joint Irish Societies de Boston, il rendit hommage à la visite du président Kennedy en Irlande. L’enthousiasme qu’elle avait provoqué dans la population irlandaise était « la preuve du renouveau des sentiments profonds entre l’Irlande et la race irlandaise à l’étranger »23, mais il revenait maintenant à la diaspora irlandaise d’entretenir le souvenir de ses racines : « Ce n’est pas la même chose que le tourisme qui consiste simplement à passer des vacances. Je pense à vous, vous qui pourriez rétablir un lien permanent avec les vôtres en Irlande, en étudiant l’histoire, en vous familiarisant avec votre culture et l’art de votre pays, etc. »24. L’American Irish Foundation pourrait contribuer à maintenir ce lien, certes, mais, ajouta-t-il, il y avait beaucoup d’autres moyens de parvenir à cette fin :

  • 25 « And as you are businessmen a connection with Ireland could be both pleasurable and profitable. [… (...)

Et puisque vous êtes des hommes d’affaires, un lien avec l’Irlande pourrait être une source à la fois de plaisir et de profit. […] En parlant d’hommes d’affaires, il me vient à l’esprit qu’un très grand nombre d’Américains d’origine irlandaise occupent une place importante dans les affaires et dans l’industrie des États de la Nouvelle-Angleterre. Je suis sûr que les possibilités de développement et d’expansion économiques qui existent maintenant en Irlande viendraient couronner avec bonheur d’heureuses retrouvailles avec la terre de leurs ancêtres25.

  • 26 Donoal O’Donovan, « The Changing Face of Ireland Over There » ; John MacCarthy, « Now the Yank Are (...)
  • 27 Son ancêtre, originaire de Dingle, dans l’Ouest de l’Irlande, émigra aux États-Unis au XIXe siècle. (...)

13Lemass fut convié à une réception organisée par Peter Grace, président de la W. R. Grace and Co., au très prestigieux Links Club de New York. La W. R. Grace était une multinationale dont les activités très variées s’étendaient du secteur bancaire au transport maritime et aérien, en passant par l’industrie chimique, l’agroalimentaire, etc. L’entreprise employait quarante-cinq mille personnes dans le monde entier. Grace avait hérité de cette entreprise fondée par son ancêtre, William Russel Grace, qui quitta l’Irlande pour le Pérou pendant la Grande Famine des années 1840. Celui-ci fit fortune dans les transports maritimes en Amérique du Sud, puis aux États-Unis. Il devint, par la suite, le premier maire catholique de New York26. Le vice-président de la W. R. Grace, John D. J. Moore, était lui aussi d’origine irlandaise27.

  • 28 « Proposed list for Dinner for Prime Minister Lemass », 25 septembre 1963, NAI, DFA, P33/1/2.

14Grace avait prévu de réunir une quarantaine de personnes, dont la plupart avaient des noms à consonance irlandaise28, le nec plus ultra du monde des affaires américain, comme le révèle cet extrait d’une lettre de Moore au consul d’Irlande à New York qui participa activement à l’organisation de cet événement :

  • 29 David Rockfeller était, entre autres, président de la Chase Manhattan Bank.
  • 30 George Stevens Moore était président de la First National City Bank.
  • 31 Horace « Hap » Flannigan était alors le président de la Chemical Bank of New York.
  • 32 « We will probably invite the heads of the leading banks in New York, i.e. David Rockfeller, George (...)

Nous inviterons probablement les directeurs des plus grandes banques de New York, c’est-à-dire David Rockfeller29, George Moore30, Hap Flannigan31, etc., et aussi les directeurs des plus grandes banques d’investissement comme Morgan Stanley, Merrill Lynch, etc. Je suppose que nous inviterons les chefs des grandes entreprises déjà installées en Irlande, comme Standard Pressed Steel et d’autres, mais je suppose que la catégorie la plus importante pour ce que le gouvernement irlandais veut accomplir est celle des dirigeants des entreprises qui seraient prêts à investir en Irlande32.

  • 33 « The Most Powerful Club in the World ? The Links », en ligne : http://valuablebook.wordpress.com/2 (...)
  • 34 « Urney Chocolates in Partnership with American Company », The Irish Times, 16 novembre 1963.
  • 35 Dermot A. Mullane, « Hidden Assets in Lemass’s Visit ?… ».

15Peter Grace avait manifestement l’intention de faire bénéficier le Taoiseach de son carnet d’adresses et de lui ouvrir les portes de cercles auxquels il était difficile d’avoir accès. Membre du Links Club33, club très fermé, Grace avait des relations très haut placées dans la finance, l’industrie et dans les milieux politiques. Lors de cette réception, il fut, semble-t-il, impressionné par Lemass qui parla avec éloquence, sans aucune note, des progrès de l’économie irlandaise et de la prise de conscience de la population que seule l’augmentation de la productivité pouvait conduire à l’élévation du niveau de vie34. Des industriels déjà implantés en Irlande vinrent corroborer ce qu’affirmait Lemass quand il parla des avantages offerts aux investisseurs et de l’adaptabilité de la main-d’œuvre irlandaise35.

Les liens se resserrent

  • 36 « Report of meeting », 20 février 1967, NAI, DFA, 2008/148/106.

16Les autorités irlandaises établirent une collaboration étroite avec l’IUSCICI et prirent rapidement conscience qu’il pouvait s’avérer payant de flatter l’ego de ces alliés de marque. Aussi les membres du groupe et leurs épouses furent-ils invités en Irlande. Leurs connaissances, à la recherche de pays où investir, furent également les bienvenues. Afin de montrer ce qu’il était possible d’accomplir en Irlande, une tournée des unités de production des entreprises américaines qui y étaient implantées fut organisée36. Le groupe séjourna trois jours à Dromoland Castle, un château converti en hôtel de luxe par l’un des leurs, Bernard P. McDonough.

  • 37 « The Irish worker and the attitude of the Government towards foreign industrialists whereby they c (...)
  • 38 Ibid.

17En retour, on attendait des membres de l’IUSCICI qu’ils témoignent de leur expérience positive en Irlande. L’un d’entre eux, John A. Mulcahy, après avoir fait fortune aux États-Unis, avait investi dans une fabrique à Cork et comptait se lancer dans l’exploitation minière à Kilkenny. Il avait aussi l’intention d’ouvrir une nouvelle usine à Dungarvan, sa ville natale. Interrogé par The Irish Times lors de ce séjour en Irlande, il déclara : « La main-d’œuvre irlandaise et l’attitude du gouvernement envers les industriels étrangers créent un climat favorable, l’un des meilleurs au monde »37. Howard Thomas Hallowell, président-directeur général de Standard Pressed Steel Company, propriétaire d’une usine à Shannon qui employait quatre cent cinquante personnes, abonda dans ce sens. Il se déclara très satisfait de son investissement et loua le gouvernement irlandais pour la constance et la cohérence de son attitude envers les investisseurs étrangers. D’ailleurs, il allait ouvrir une nouvelle usine à Galway38.

  • 39 Jack Lynch occupa la fonction de Taoiseach du 10 novembre 1966 au 14 mars 1973, puis du 5 juillet 1 (...)
  • 40 Jordans, Industrial Development Authority, au secrétaire du ministère du Taoiseach, 18 avril 1967, (...)
  • 41 John M. Conway, « The Irish in the United States, New York consular area », rapport envoyé à Cornel (...)

18Enfin, le groupe fut reçu avec faste par Jack Lynch39, qui avait succédé à Lemass au poste de Taoiseach et, pour parachever le tout, par le président de la République en personne. La famille de John D. J. Moore connaissait bien Éamon de Valera qui occupait alors la fonction présidentielle. Ce dernier, qui n’avait pas coutume de recevoir des groupes de cette taille, avait accepté de faire une exception40. John M. Conway, le consul d’Irlande à New York, dans son rapport sur la communauté irlando-américaine, avait bien insisté sur l’importance d’apporter une note de prestige pour capter l’attention des Irlando-Américains41. De toute évidence, être reçu par le président était un honneur destiné à flatter les investisseurs potentiels. En outre, la possibilité d’avoir des contacts directs avec les personnes au sommet de l’État était un atout pour ces hommes d’affaires rompus à la pratique des jeux d’influence et de pression s’exerçant sur les autorités étatiques.

  • 42 Tim Deegan à John Lynch, 18 mai 1967, NAI, DFA, 2008/148/106.
  • 43 « The Ireland / United States Council for Commerce and Industry », 24 mars 1976, NAI, DFA, 2008/148 (...)

19Pour les autorités irlandaises, ce genre de visite avait des avantages incontestables. Ces visiteurs faisaient part aux autorités irlandaises de leurs impressions en tant qu’hommes d’affaires et de leurs suggestions. Il arriva même que certains, enchantés de leur séjour, décident très rapidement de faire affaire en Irlande. Ainsi Tim Deegan, vice-président d’Interpublic Inc., écrivit-il directement à Jack Lynch pour lui exprimer sa reconnaissance et son intention de commercialiser du whiskey irlandais aux États-Unis, quelques jours à peine après être revenu de son séjour dans l’île42. Enfin, ces capitaines d’industries, une fois rentrés aux États-Unis, jouaient le rôle d’ambassadeurs de l’Irlande43. Aussi fut-il décidé de réitérer l’expérience tous les deux ou trois ans.

  • 44 Liam Cosgrave occupa la fonction de Taoiseach du 14 mars 1973 au 5 juillet 1977.

20Les membres de l’IUSCICI tissèrent des liens étroits avec les Premiers ministres, de toutes tendances politiques, qui se sont succédé à la tête de l’exécutif irlandais. Ainsi Howard Thomas Hallowell, président du groupe, s’empressa-t-il d’entrer en contact, en avril 1973, avec Liam Cosgrave44, nouvellement nommé Taoiseach à la tête d’une coalition Fine Gael-Labour. Jusqu’alors l’IUSCICI n’avait eu affaire qu’à des gouvernements Fianna Fáil, mais Hallowell assura le Taoiseach qu’il pouvait compter sur le soutien du groupe :

  • 45 « At the assumption of your new responsibilities as Prime Minister of Ireland, I would like you to (...)

Au moment où vous accédez à vos nouvelles responsabilités en tant que Premier ministre d’Irlande, j’aimerais que vous sachiez que l’Irlande dispose d’une organisation qui se consacre à soutenir les efforts de l’industrie et du commerce de votre bon pays. L’Ireland-United States Council for Commerce and Industry, dont je suis le président, est constitué d’un groupe d’Américains admirables qui ont un intérêt mutuel pour l’activité économique de nos deux chers pays. Les membres du Council sont des personnes dévouées, de haut calibre, qui à tout moment feront tout ce qui est en leur pouvoir pour faire en sorte que les objectifs industriels et économiques que vous poursuivez soient atteints45.

  • 46 Timothy J. Sullivan, New York State and the Rise of Modern Conservatism : Redrawing Party Lines, Al (...)
  • 47 Dan Scully faisait le lien entre l’IUSCICI et les autorités irlandaises (« The Ireland / United Sta (...)
  • 48 Kevin Rush, consul d’Irlande à New York, à Hugh J. McCann, secrétaire du ministère des Affaires étr (...)

21John A. Mulcahy46, qui avait contribué au financement de la campagne électorale de Richard Nixon en 1969, glissa à l’oreille de Dan Scully47, le directeur de Córas Tráchtála aux États-Unis, que, lors d’une récente visite en haut lieu à Washington, il avait parlé en termes élogieux du nouveau Taoiseach et de son gouvernement. Il lui assura qu’il apporterait son aide au nouveau Taoiseach comme il l’avait fait pour son prédécesseur48.

  • 49 Joseph Hayes, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, au secrétaire du gouvernement, 22 ma (...)

22L’IUSCICI parvint assez rapidement à éveiller l’intérêt d’autres hommes d’affaires américains dont beaucoup étaient d’origine irlandaise. Sa troisième mission en Irlande, en 1973, compta soixante personnes, épouses incluses49. En 1976, ses membres étaient au nombre de deux cent cinquante, une augmentation spectaculaire, certainement due à l’entrée de l’Irlande dans la Communauté européenne, en 1973. En effet, il y avait là un enjeu économique énorme pour les multinationales américaines qui cherchaient à s’assurer l’accès au marché européen. L’IUSCICI avait désormais également des antennes sur la côte ouest des États-Unis et dans le Midwest.

  • 50 Ceci était sans doute un prétexte car il était de notoriété publique que Cearbhall Ó Dálaigh était (...)
  • 51 Ministère du Taoiseach [signature illisible] [pas de nom de destinataire], 23 mai 1975, NAI, DFA, 2 (...)

23À Dublin, on se réjouissait du succès grandissant de l’IUSCICI, cette publicité participait au développement économique du pays. Il va sans dire que le groupe était particulièrement choyé quand il venait en Irlande. Pourtant, en 1975, le président de la République, Cearbhall Ó Dálaigh50, refusa de le recevoir au motif que cela sentait trop l’opération commerciale. En outre, il n’avait pas pour habitude de recevoir des groupes de cette taille51. Cela tombait très mal, puisqu’au moment de la venue du groupe, la plupart des ministres avaient des engagements liés à la présidence européenne que l’Irlande assurait pour la première fois depuis son entrée dans l’organisation.

24Michael Killeen, le directeur de l’IDA qui travaillait en étroite collaboration avec l’IUSCICI, contacta D. O. Suilleabhain, le secrétaire du gouvernement, pour lui demander instamment sa coopération afin d’essayer de faire changer le président d’avis. Il rappela l’importance que revêtait ce groupe pour l’Irlande :

  • 52 « It is a voluntary association with a membership of distinguished Americans many of them of Irish (...)

C’est une organisation, qui fonctionne sur la base du volontariat, dont les membres sont d’éminents Américains, dont beaucoup sont de souche irlandaise, et qui jouent un rôle actif en Irlande et dans les affaires du pays. Le Council aide à représenter le point de vue de l’Irlande aux États-Unis quand les circonstances le requièrent et il a contribué de façon significative au développement économique du pays, particulièrement en encourageant le développement industriel sur notre sol. Le Council représente la majorité des entreprises industrielles américaines qui ont investi plus de £100 millions en Irlande et ont créé presque 20 000 emplois. Le groupe qui nous rend visite comprend des dirigeants d’un certain nombre de sociétés qui sont de potentiels investisseurs dans le cadre de notre programme. […] Si les membres du groupe ne peuvent pas rencontrer notre nouveau président en cette occasion, ils seront très déçus et cela pourrait bien nuire à leur désir d’investir ici52.

  • 53 « To HQ from Washington », 22 mai 1975, NAI, DFA, 2008/148/106.
  • 54 Michael Killeen à Cearbhall Ó Dálaigh, président de la République d’Irlande, 23 mai 1975, NAI, DFA, (...)

25Le même jour l’ambassadeur d’Irlande à Washington tira la sonnette d’alarme. Il envoya un télégramme portant la mention « très urgent » dans lequel il rappela qu’étant donné la situation économique du pays, il était essentiel que ce groupe soit reçu avec les honneurs et continue à œuvrer pour le bien de l’Irlande. Dans la mesure où les hommes d’affaires américains aimaient se faire photographier avec des personnalités politiques de haut rang, poser aux côtés du président devant Áras an Uachtaráin, sa résidence officielle, était l’un des moments forts de leur séjour. Par ailleurs, les présidents successifs avaient reçu le groupe lors de ses visites précédentes et il ne comprendrait pas que ce ne soit pas le cas en cette occasion53. En désespoir de cause, Michael Killeen écrivit directement au président pour littéralement l’implorer de recevoir le groupe et d’accepter de se faire photographier en sa compagnie. Cearbhall Ó Dálaigh finit par accéder à sa demande54.

Des perspectives économiques très attirantes en Irlande

  • 55 « […] a substantial amount of Irish capital lying under mattresses that could use a profitable home (...)

26Les efforts de Lemass et de l’IUSCICI ne tardèrent pas à être récompensés. Il faut dire que l’Irlande offrait désormais aux investisseurs étrangers un éventail très large de mesures incitatives, comme l’exemption d’impôt sur les exportations. Au milieu des années 1960, un certain nombre de banques américaines commencèrent à s’intéresser à l’Irlande. Peut-être leur avait-on soufflé que « de grandes quantités de capitaux irlandais dormaient sous les matelas. Au lieu de cela, ces capitaux pourraient être hébergés et rentabilisés. Les États-Unis pouvaient leur en offrir la possibilité »55. En 1965, un an et demi après le séjour du Taoiseach aux États-Unis et alors que l’on pensait l’entrée de l’Irlande dans le marché européen imminente, la First National City Bank of New York fut la première banque américaine à s’implanter en Irlande. Son président, George Stevens Moore, avait été présenté à Lemass lors du diner organisé, à New York, par Peter Grace.

  • 56 Thomas Wilcox était d’origine irlandaise. Son père était du comté de Cavan (Irlande) et sa mère du (...)
  • 57 « We’ve found Ireland a fertile field » (ibid.).
  • 58 Donoal O’Donovan, « The Changing Face of Ireland Over There ».

27Lors du cinquième anniversaire de son ouverture en Irlande, son vice-président, Thomas Wilcox56, se félicita des bons résultats de l’établissement. « Nous avons trouvé que l’Irlande était une terre fertile »57, déclara-t-il en cette occasion. Certains observateurs espéraient qu’en faisant œuvre de pionnière, elle montrerait l’exemple et que d’autres la suivraient. En outre, il se disait que la Chase Manhattan Bank et la Bank of America étaient disposées à consentir un prêt substantiel au gouvernement irlandais58.

  • 59 « Bank of America Dublin Branch Officially Opened », The Irish Times, 21 septembre 1968.
  • 60 « Chase Manhattan Bank to Take Half Share in National City », The Irish Times, 28 février 1968.
  • 61 « Largest Ever IMI Conference Opens at Killarney », The Irish Times, 25 avril 1969.

28En 1968, cette dernière vint également s’implanter en Irlande59. Son vice-président, Henry A. J. Ralph, avait été associé de près à la création de l’IUSCICI. La même année, la Chase Manhattan fit, à son tour, l’acquisition de 50 % du capital de National City Bank, une filiale de Bank of Ireland Group, l’une des deux grandes banques irlandaises. La nouvelle entité, qui prit le nom de Chase and Bank of Ireland (International), avait pour objectif de servir les investisseurs étrangers et de contribuer à la promotion du commerce international60. Notons que David Rockfeller, président de la Chase Manhattan, qui avait également été présenté à Lemass lors du diner au Links Club organisé par Grace, fut l’invité d’honneur de la conférence annuelle de l’Irish Management Institute qui se déroula à Killarney fin 196961.

  • 62 Denis O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester Universit (...)
  • 63 « Irish Attractions for U.S. Are Firm », The Irish Times, 23 décembre 1970.

29Au début des années 1960, les investissements étrangers en Irlande étaient principalement britanniques et européens. Mais, la présence américaine commença à s’intensifier à partir du milieu de cette décennie62. En 1970, Patrick Lalor, le ministre irlandais de l’Industrie et du Commerce, déclara que les entreprises américaines avaient récemment investi soixante-sept millions de dollars en Irlande et y avaient ouvert quatre-vingts nouvelles usines qui employaient alors huit mille personnes63. Cette tendance connut une brusque accélération avec l’entrée de l’Irlande dans la Communauté européenne en 1973.

  • 64 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, Cork, Mercier Press, 2000, p. 189-19 (...)
  • 65 Power est un nom d’origine irlandaise.

30Les membres de l’IUSCICI contribuèrent de façon très active à la venue d’investissements en provenance des États-Unis. On sait par exemple que John A. Mulcahy eut un rôle prépondérant dans l’implantation d’une usine Pfizer à Ringaskiddy, près de Cork, en 1969. En effet, fortune faite, il avait cédé son entreprise à Pfizer en échange de parts dans le capital de cette dernière. Lors des négociations entre l’IDA et les dirigeants du géant américain de l’industrie pharmaceutique, Mulcahy utilisa son influence au sein du groupe pour faire pencher la balance en faveur de l’Irlande64. Grâce à la venue de ce grand nom et les efforts soutenus de l’IDA, l’Irlande put se forger une solide réputation auprès des investisseurs américains de ce secteur. Une lettre de John J. Power65, président de Pfizer, à George Colley, ministre irlandais des Finances, montre qu’il était fréquent que les investisseurs potentiels recueillent des informations sur l’Irlande auprès d’entreprises qui y étaient déjà implantées :

  • 66 « I have discussed the matter with a number of my associates here and have learned that in fact the (...)

J’ai discuté de la question ici [New York] avec un certain nombre de mes associés et appris qu’il y a déjà une quantité considérable de contacts informels entre le personnel de Pfizer et des personnes qui envisagent d’investir en Irlande. Je suis persuadé que d’autres sociétés qui y ont investi ont également été contactées en vue d’obtenir des conseils66.

  • 67 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, p. 189-190 ; Andrew Whittaker, « Ser (...)

31De fait, d’autres entreprises ne tardèrent pas à suivre l’exemple de Pfizer et l’industrie chimique / pharmaceutique devint l’un des deux secteurs principaux de l’économie irlandaise67.

Bilan à la fin des années 1970

  • 68 Entre la fin des années 1950 et 1973, les exportations de produits manufacturés augmentèrent à un t (...)

32Les membres de l’IUSCICI furent très largement partie prenante dans la période d’expansion économique que l’Irlande connut dans les années 196068. Michael Killeen estima qu’ils avaient investi plus de cent millions de livres en Irlande et créé presque vingt mille emplois. L’influence de ces personnalités irlando-américaines, même si elle est difficile à quantifier, contribua à la venue d’investissements américains en Irlande à partir de la fin des années 1950. Certaines d’entre elles, comme Peter Grace, permirent aux dirigeants irlandais d’entrer directement en contact avec les chefs des plus grosses entreprises américaines et ce dans tous les secteurs économiques. Certes, les mesures fiscales que leur offrait l’Irlande étaient très compétitives et les investissements avaient toutes les chances d’y être profitables. Mais, les membres de l’IUSCICI aidèrent à établir la confiance en traçant la voie que d’autres entreprises américaines suivirent une fois que l’Irlande devint membre du marché commun.

33Jack Lynch, le Taoiseach, lors du dîner annuel organisé en 1970 par l’IUSCICI aux États-Unis, rendit hommage à l’action du groupe pour l’économie irlandaise et à la bonne volonté dont ses membres faisaient preuve :

  • 69 « It is scarcely necessary for me to emphasise the importance of this organisation. The Council, as (...)

Il n’est guère nécessaire d’insister sur l’importance de cette organisation. Le Council, comme vous le savez, représente certains des plus gros investisseurs de l’industrie en Irlande et l’aide qu’il nous a apportée dans nos efforts pour attirer des investisseurs a été considérable. Il a aussi été d’une grande aide en défendant les intérêts irlandais auprès de l’administration américaine. J’ai profité de ma récente visite aux États-Unis pour rencontrer quelques-uns des membres du Council et discuter de nos craintes à l’égard du nouveau projet de loi concernant le commerce, actuellement examiné par le Congrès. J’ai été très impressionné par leur attitude compatissante et leur empressement à faire tout leur possible pour garantir que nos exportations ne seraient affectées par aucune des mesures prises dans le cadre de cette législation, si elle entrait en vigueur69.

  • 70 « The Ireland / United States Council For Commerce and Industry », 24 mars 1976.

34De fait, les membres de l’IUSCICI défendirent les intérêts des exportateurs irlandais auprès des autorités américaines quand elles instaurèrent des quotas ou des taxes sur les importations de sucre, de viande bovine, de produits laitiers, de chaussures, de tweed et de vaisselle70. Les autorités irlandaises pouvaient s’enorgueillir d’avoir réuni un groupe de puissants hommes d’affaires irlando-américains sur lequel Dublin pouvait désormais compter.

  • 71 « We would like to do a lot of things in Ireland. […] We hope to help Ireland because Ireland certa (...)

35En 1963, Peter Grace exprima sa reconnaissance envers la terre de ses ancêtres dans les termes suivants : « Nous aimerions faire beaucoup de choses en Irlande. […] Nous espérons aider l’Irlande parce qu’elle nous a certainement aidés quand elle a envoyé [sic] mon grand-père outre-mer »71. Véritable désir de contribuer au développement de l’Irlande ou propos de façade ? Force est de constater que ces hommes d’affaires irlando-américains ne s’intéressèrent à l’Irlande qu’à partir du moment où il devint intéressant d’y investir. De surcroît, cela leur donnait bonne conscience. Les autorités irlandaises, quant à elles, y trouvaient leur compte en termes de création d’emplois, même si ceux-ci, comme nous allons le voir, étaient loin d’être pérennes.

  • 72 Donoal O’Donovan, « The Changing Face of Ireland Over There ».
  • 73 « There are industrial holdings […] such as W. R. Grace and Company and J. H. Whitney and Parners, (...)

36L’aide que Grace apporta à Lemass n’était pas désintéressée. À l’époque, la W. R. Grace, qui avait de gros investissements en Amérique latine, voyait l’instabilité politique croissante qui agitait cette partie du monde d’un mauvais œil et cherchait à limiter les risques en délocalisant une partie de ses investissements en Europe72. Au début des années 1960, l’entreprise cherchait donc activement les « bonnes affaires » et l’Irlande en disposait : « Il y a des holdings industrielles […] comme la W. R. Grace and Company et J. H. Whitney and Partners, qui sont constamment à l’affût d’entreprises irlandaises avec du potentiel mais à court de capitaux »73.

  • 74 « Hughes Taking over Lucan Dairies », The Irish Times, 28 juin 1966.

37Ainsi la W. R. Grace fit-elle l’acquisition, en 1963, de 50 % du capital d’Urney Chocolates, l’une des entreprises irlandaises à l’avenir prometteur, qui exportait aux quatre coins du monde. En 1964, ce fut au tour de Hughes Brothers, autre entreprise irlandaise, spécialisée dans les produits laitiers. En 1966, cette dernière fit à son tour l’acquisition de Lucan Dairies, une entreprise familiale spécialisée dans la fabrication de crème glacée. Hughes Brothers Ltd put ainsi détenir la moitié des parts du marché irlandais74.

  • 75 « Company’s Irish Holdings », The Irish Times, 16 juillet 1968.
  • 76 « £1 million Plant Geared for Optimum Investment Return », The Irish Times, 16 juillet 1968.

38L’implantation de ce géant américain bénéficia à l’économie irlandaise, dans un premier temps tout du moins. En 1968, la multinationale, qui avait également racheté Leaf Ltd, un fabricant de chewing-gum, employait par l’intermédiaire de ses filiales un total de mille cinq cents personnes en Irlande75. La même année, Hughes Brothers inaugurait une nouvelle usine automatisée à Rathfarnham (Dublin), l’une des plus modernes au monde, un investissement d’un million de livres irlandaises. Tout le processus de fabrication était conçu de façon à optimiser la productivité. Qui plus est, une prime d’intéressement permit de décupler la motivation des deux cent cinquante employés76.

  • 77 « Urney’s Win Record Export Order », The Irish Times, 22 novembre 1966.
  • 78 « Grace Forms New Division », The Irish Times, 12 juin 1969.

39Dans l’année qui suivit l’entrée de W. R. Grace dans son capital, Urney Chocolates enregistra une hausse sensible de ses exportations vers l’Amérique du Nord77. Cette entreprise racheta Liam Devlin and Sons Ltd. et F. H. Steele, deux fabricants de confiseries irlandais. En 1969, la maison mère décida de fusionner Urney Chocolates et Hughes Brothers qui devint alors l’un des plus gros groupes du secteur de l’agroalimentaire en Irlande78.

  • 79 « HB Chocolates Closure to Cost 300 Their Jobs », The Irish Times, 26 avril 1980.
  • 80 L’entreprise fut cependant reprise par Huhtamaki, un groupe finlandais, puis par CSM, un groupe hol (...)
  • 81 Bill Murdoch, « Losses Force Leaf Ltd. into Receivership », The Irish Times, 26 juillet 1978.

40L’arrivée de W. R. Grace illustre parfaitement les avantages incontestables, en termes d’emplois et de modernisation, que pouvait représenter l’implantation en Irlande de grands groupes industriels étrangers. Cependant, cet exemple en montre également les aspects plus sombres. Très mobiles, ces entreprises peuvent quitter un pays rapidement, sans états d’âme, quand la situation devient difficile ou que les conditions leur paraissent plus favorables ailleurs. En 1973, HB/Urney fut vendu à Unilever. En 1980, le groupe, devenu HB Chocolates, ferma ses portes79. Quant à Leaf Ltd80, elle fut placée en redressement judiciaire en 197881.

41A priori, l’action de l’IUSCICI avait donc été très positive et s’inscrivait parfaitement dans le cadre des objectifs fixés en 1958 par les autorités irlandaises, c’est-à-dire faire venir des entreprises étrangères exportatrices afin de dynamiser l’économie irlandaise, stimuler la croissance et créer des emplois. Cependant, si l’on considère l’évolution de l’économie irlandaise dans son ensemble, il apparaît clairement que celle-ci suivit un cours différent de celui qu’avait envisagé Thomas Kenneth Whitaker dans son rapport de 1958. En effet, le projet initial prévoyait que les entreprises autochtones, confrontées à la concurrence extérieure, seraient plus compétitives et, qu’à terme, elles deviendraient le moteur de l’économie irlandaise. L’une des missions confiées à l’IUSCICI était d’aider au développement des exportations des entreprises irlandaises aux États-Unis. Les entreprises étrangères n’auraient alors plus qu’un rôle secondaire.

  • 82 Cormac Ó Gráda, A Rocky Road : The Irish Economy since the 1920s, Manchester, Manchester University (...)
  • 83 Kieran A. Kennedy, Thomas Giblin, Deirdre McHugh, The Economic Development of Ireland in the Twenti (...)

42Or, si les entreprises étrangères affluèrent et contribuèrent dans une très large mesure à la phase d’expansion économique que connut l’Irlande entre la fin des années 1950 et 197382, les entreprises autochtones ne parvinrent pas à prendre le relais. Loin de gagner en compétitivité, elles furent frappées de plein fouet par la concurrence venue de l’extérieur. Les subventions qu’elles reçurent de l’État pour y parer furent vaines83.

  • 84 Elles étaient plus grandes à la fois en termes d’effectifs et de production.
  • 85 Frank Barry, John Bradley, Eoin O’Malley, « Indigenous and Foreign Industry : Characteristics and P (...)
  • 86 Voir à ce sujet : National Economic and Social Council, A Review of Industrial Policy : A Report Pr (...)
  • 87 Proinnsias Breathnach, « Exploring the “Celtic Tiger” Phenomenon : Causes and Consequences of Irela (...)
  • 88 Cormac Ó Gráda, A Rocky Road…, p. 116.

43À la fin des années 1990, Frank Barry, John Bradley et Eoin O’Malley se livrèrent à une comparaison entre les entreprises industrielles autochtones et les grosses sociétés étrangères implantées en Irlande. Ils conclurent que ces dernières exportaient en moyenne 89 % de leur production (95 % pour les sociétés américaines) contre 36 % pour les entreprises irlandaises. Les entreprises américaines étaient de beaucoup plus grande taille84, cinq fois plus productives et huit fois plus profitables85. De fait, au fil des ans, la dépendance de l’économie irlandaise envers les entreprises étrangères, américaines en particulier, ne fit qu’augmenter86. Ces grandes entreprises, qui appartenaient à tous les secteurs de l’industrie, recherchaient surtout de la main-d’œuvre peu qualifiée, à bas coût, pour des opérations d’assemblage ou d’emballage en usine87. Les décisions étaient prises au siège de la maison mère. Elles s’approvisionnaient à l’étranger et n’avaient établi quasiment aucun lien ni en amont ni en aval avec les industries autochtones88.

  • 89 L’IDA chercha également à attirer des sociétés de prestation de services à l’échelon international (...)
  • 90 Joseph Durkan, « Industrial Policy from the 1930s to Culliton », Policy Paper PP92/4, Dublin, Unive (...)

44À partir des années 1980, l’IDA chercha à remédier à ce problème en ciblant plus particulièrement l’électronique et l’industrie pharmaceutique, des secteurs où la technologie était plus sophistiquée, et en sélectionnant des entreprises qui avaient le meilleur potentiel de croissance à long terme89. Néanmoins, même si ces sociétés étaient pourvoyeuses d’emplois, cela ne suffit pas à contrebalancer les compressions d’effectifs dans les entreprises indigènes, dans les années 1980, et l’augmentation de la population en âge de travailler90.

45Dans les années 1950, les économies des deux Irlandes, peu dynamiques, ne parvenaient pas à créer suffisamment d’emplois pour enrayer un chômage chronique. Comme nous l’avons vu, des deux côtés de la frontière, le recours aux investissements étrangers s’imposa comme la solution pour pallier le manque d’investissement dont elles pâtissaient.

46Au sud de la frontière, attirer les investisseurs étrangers était un domaine dans lequel les autorités n’avaient pas d’expérience. Aussi se tournèrent-elles vers les capitaines d’industrie irlando-américains qui, pensait-on, seraient disposés à leur prêter main-forte. Lemass, à l’instar de la tactique utilisée par le Scottish Council, chercha ostensiblement à faire vibrer la corde sensible de ces personnalités à l’évocation de l’Irlande.

  • 91 Terence O’Neill, « Ulster’s Place In Britain Today », discours prononcé au Empire Club of Canada, T (...)
  • 92 Frank Hanna était un député travailliste indépendant de la circonscription de Belfast Central.

47O’Neill, quant à lui, mettait un point d’honneur, lors de ses interventions à l’étranger, à dissiper le flou qui aurait pu exister dans l’esprit de son auditoire quant au statut de l’Irlande du Nord91. Aucune équivoque ne devait subsister quant à l’appartenance de la province au Royaume-Uni. Il tenta bien de mobiliser les hommes d’affaires originaires de la province quand il se rendit en Amérique du Nord, mais avec moins de succès que Lemass. Aussi le député Frank Hanna92 suggéra-t-il, au début des années 1960, que les autorités nord-irlandaises coopèrent avec l’Irlande et puissent profiter ainsi des contacts et de l’image positive dont cette dernière jouissait auprès de la communauté irlando-américaine. En outre, une telle initiative aurait été, selon lui, très bien accueillie à Londres :

  • 93 « […] if one can place reliance on statements made from time to time by responsible members of the (...)

[…] si l’on se fie aux déclarations faites de temps à autre par des membres responsables du gouvernement britannique, on pourrait penser qu’ils accueilleraient favorablement un certain degré de coopération avec le gouvernement de la République d’Irlande. Ceci afin d’évaluer dans quelle mesure des efforts conjoints pourraient être entrepris avec ce gouvernement [d’Irlande du Nord] pour améliorer la situation, pour attirer de nouvelles entreprises du continent, pour envisager d’exploiter l’affection profonde envers l’Irlande qui prédomine aux États-Unis et que ce gouvernement a laissé péricliter en menant sa politique singulière et très particulière. Leur nom aux États-Unis n’a pas bonne réputation dans la communauté irlandaise93.

48Frank Hanna essuya une rebuffade de la part de Terence O’Neill qui réfuta ses affirmations :

  • 94 « Is the hon. Member suggesting that the Southern Irish connection in America is having the effect (...)

Est-ce que le député suggère que les réseaux irlandais [du Sud] en Amérique sont utilisés pour attirer des entreprises américaines en Irlande du Sud ? Si tel est le cas, il a tort. J’ai discuté de cela avec des représentants de l’Éire à Washington et l’une des choses qui les préoccupent est le fait qu’ils sont incapables d’attirer des entreprises américaines94.

49En réalité, à cette époque Dublin, nous l’avons vu, s’employait activement à développer des contacts avec l’élite entrepreneuriale irlando-américaine.

  • 95 Les autorités des deux Irlandes coopérèrent en quelques occasions dans le domaine économique, dans (...)

50Le 14 janvier 1965, une rencontre historique eut lieu entre O’Neill et Lemass. Durant leur entretien, les deux hommes envisagèrent d’approfondir la coopération économique entre les deux Irlandes95. En cette occasion, Lemass tendit la main à O’Neill et évoqua la possibilité d’agir de concert pour attirer des investisseurs étrangers. Mais, dès le départ, O’Neill mit en avant les difficultés inhérentes à une collaboration dans ce domaine :

  • 96 « Mr Lemass said that there seemed to be cases where the Republic and Northern Ireland were “biddin (...)

M. Lemass a dit que parfois la République et l’Irlande du Nord semblaient jouer au jeu de la surenchère. Il pensait qu’il pourrait y avoir un certain degré de collaboration qui probablement comporterait le partage d’informations. Cependant, il a été porté à son attention que dans la mesure où la République offrait des mesures incitatives complètement différentes et, à certains égards, bien plus généreuses (par exemple, l’exemption d’impôt sur les exportations), cela représentait un obstacle à une telle collaboration96.

51En vérité, les autorités nord-irlandaises ne désiraient pas collaborer dans ce domaine sensible de peur de voir les liens avec Londres se relâcher et la logique d’une économie insulaire unique s’imposer :

  • 97 Il s’agit d’un document, que les autorités irlandaises firent parvenir à Belfast, contenant un cert (...)
  • 98 « The Republic Memorandum goes on to speak of “common objectives in regard to promotion of economic (...)

Le mémorandum97 de la République parle ensuite « d’objectifs communs en matière de promotion de la croissance économique, de recherche d’industries et de capitaux étrangers, de lutte contre le chômage et de développement régional ». Dans la mesure où nos objectifs dans ces domaines sont alignés avec ceux de la Grande-Bretagne, une collaboration [avec l’Irlande] semble difficilement conciliable. Nous ne voudrions pas restreindre notre capacité à rivaliser avec la République quand il s’agit d’attirer les investissements directs étrangers98.

52À la fin des années 1960, la situation politique en Irlande du Nord se dégrada. Ce qui suit ne saurait avoir pour ambition de synthétiser les tenants et aboutissants du conflit nord-irlandais, une question extrêmement complexe, mais simplement de donner quelques repères contextuels au lecteur.

  • 99 Une législation britannique de 1944, le Butler Education Act qui rendit l’éducation obligatoire jus (...)
  • 100 Michael Farrel, Northern Ireland : The Orange State, Londres, Pluto Press, 1980, p. 238-239.
  • 101 Ibid., p. 243.

53La « campagne de la frontière » menée par l’IRA cessa en 1962. L’organisation connut alors une longue traversée du désert. Cependant, le début des années 1960 vit l’émergence, en Irlande du Nord, d’une classe moyenne catholique99 éduquée, désireuse d’accroître son influence au sein de la société dans laquelle elle vivait. Ainsi un groupe de jeunes diplômés catholiques fonda-t-il National Unity en novembre 1959. Bien qu’en faveur de la réunification, cette organisation reconnaissait la validité du statut de l’Irlande du Nord. Ses membres étaient opposés à l’usage de la violence. Les idées nouvelles véhiculées par ce mouvement encouragèrent le Parti nationaliste à militer activement dans le cadre de la législation régissant la province100. Le Parti travailliste d’Irlande du Nord (Northern Ireland Labour Party) et le Comité nord-irlandais de l’Irish Congress of Trade Unions (organisation syndicale présente dans toute l’île d’Irlande) furent également réceptifs aux arguments de National Unity. En septembre 1966, ils présentèrent un document commun au ministre de l’Intérieur d’Irlande du Nord dans lequel ils réclamaient, entre autres, l’application du principe « un homme, une voix » (one man, one vote), la révision du découpage biaisé des circonscriptions électorales (gerrymandering) qui favorisait les unionistes, ainsi que des mesures visant à supprimer la discrimination en matière de logement et d’emploi101. La délégation, qui fut reçue au ministère de l’Intérieur au mois de décembre, se heurta au refus de William Craig, ministre de l’Intérieur d’Irlande du Nord. Les gestes symboliques du Premier ministre nord-irlandais, Terence O’Neill, envers la communauté catholique lui avaient initialement laissé espérer que des réformes s’ensuivraient. Mais, les dirigeants nationalistes étaient désormais convaincus qu’il n’y avait rien à en attendre.

  • 102 Cette loi d’exception, votée en 1922, fut rendue permanente en 1933. Elle accordait à l’exécutif de (...)

54La lutte des Noirs américains pour obtenir l’égalité civique fit des émules en Irlande du Nord. La Northern Ireland Civil Rights Association (NICRA), un mouvement pacifique, non politique et non confessionnel, fondé en février 1967, milita en faveur de la minorité catholique de la province. En organisant des manifestations non violentes et des occupations de locaux, la NICRA comptait amener le gouvernement à adopter un programme de réformes. Outre le suffrage universel, pour les élections locales, respectant le principe d’un homme, une voix et la suppression du gerrymandering, cette organisation réclamait également l’abrogation du Special Powers Act102.

  • 103 Jonathan Bardon, A History of Ulster, Belfast, Blackstaff Press, 1992, p. 654-655.
  • 104 James Chichester-Clark fut Premier ministre d’Irlande du Nord du 1er mai 1969 au 23 mars 1971.

55Le 24 août 1967, une marche, à laquelle participèrent deux mille cinq cents personnes, fut organisée de Coalisland à Dungannon (comté de Tyrone). Celle-ci fut suivie d’une autre menée par des loyalistes. Craig, redoutant que la situation ne dégénère, interdit une manifestation de la NICRA prévue à (London)derry le 5 octobre 1968103. Forts du soutien de leurs troupes, les dirigeants de l’organisation bravèrent l’autorité du ministre. Mais, la police monta à l’assaut et roua les manifestants de coups. Ces événements marquèrent le début d’une escalade de la violence qui allait durer plusieurs décennies. Le 22 novembre 1968, O’Neill annonça enfin une série de réformes. Insuffisantes et trop tardives, elles ne parvinrent pas à calmer tous les esprits dans le camp nationaliste et provoquèrent la colère des loyalistes. Désavoué par son cabinet et son parti et sous la pression grandissante des mouvements pour l’égalité civique, le Premier ministre d’Irlande du Nord décida d’organiser des élections anticipées à la fin du mois de février 1969, élections qu’il remporta de justesse. Le 23 avril de la même année, le gouvernement annonça sa décision d’adopter le principe du suffrage universel pour les élections locales. O’Neill ne parvint toutefois pas à obtenir l’appui des unionistes. Désabusé, il donna sa démission cinq jours plus tard. Il fut remplacé par James Chichester-Clark104.

  • 105 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 665-666.
  • 106 Situé au pied des murs d’enceinte de la ville, il était, à l’époque, l’un des quartiers très défavo (...)
  • 107 Barry White, « From Conflict to Violence : The Re-emergence of the IRA and the Loyalist Response », (...)
  • 108 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 670.

56En dépit de l’arrivée d’un nouveau Premier ministre à la tête de la province, le mois de juillet 1969 fut ponctué d’émeutes105. En août, (London)derry fut le théâtre de violents affrontements, plus connus sous le nom de la bataille du Bogside, l’un des quartiers de la ville106. Les habitants de ce quartier catholique confièrent le contrôle des lieux à un comité de défense local et transformèrent leur îlot, « le Derry libre », en camp retranché afin de se protéger des assauts des B-Specials107. Parallèlement, à Belfast, des extrémistes protestants menèrent des expéditions punitives dans les quartiers catholiques. Face à la menace de guerre civile, des troupes de l’armée britannique furent envoyées afin de rétablir le calme108.

  • 109 Barry White, « From Conflict to Violence… », p. 185.
  • 110 Terme utilisé en Irlande du Nord pour désigner le climat de violence qui prévalut dans la province (...)
  • 111 Paul Bew, Gordon Gillespie, Northern Ireland : A Chronology of the Troubles, 1968-1993, Dublin, Gil (...)

57L’IRA, qui fit un temps cause commune avec les défenseurs de l’égalité civique, se scinda en deux à la suite de la convention de décembre 1969. Un certain nombre de ses membres, désapprouvant la ligne officielle, formèrent une organisation parallèle, le Provisional Army Council. À partir de juin 1970, la situation changea à plusieurs égards. L’IRA provisoire, en faveur d’une reprise de l’action armée, apporta son soutien aux groupes d’autodéfense qui s’étaient multipliés dans la province pour assurer la protection des quartiers catholiques contre les attaques des loyalistes. Au mois de juillet 1970, l’armée britannique, à la recherche d’armes, mena une série de perquisitions brutales dans le quartier catholique de Falls Road109. Des heurts violents éclatèrent alors entre l’armée et des catholiques, piqués au vif par ces intrusions. Ces événements marquèrent le début des « Troubles » (the Troubles110). Peu à peu, sous l’influence de l’IRA provisoire, les vieux thèmes du nationalisme, comme celui de la réunification, vinrent se greffer aux revendications portant sur les droits civiques. Le mouvement contestataire connut alors un nouveau tournant. L’IRA provisoire prit les armes. Les membres modérés de la NICRA, quant à eux, fondèrent le Social Democratic and Labour Party (SDLP), le 21 août 1970111. Celui-ci est devenu l’un des principaux partis politiques d’Irlande du Nord.

  • 112 Brian Faulkner fut Premier ministre d’Irlande du Nord du 23 mars 1971 au 30 mars 1972. Il succéda à (...)

58Dans l’année qui suivit, l’IRA provisoire intensifia sa campagne d’attentats à la bombe. Courant septembre 1971, une organisation paramilitaire loyaliste, l’Ulster Defense Association (UDA), fut créée en réponse aux actions de l’IRA. Face à ce maelström qui menaçait d’engloutir la province, Brian Faulkner112, s’appuyant sur le Special Powers Act, rétablit l’internement administratif sans jugement (internment), avec l’aval du gouvernement conservateur d’Edward Heath. La situation ne fit qu’empirer. Le 24 mars 1972, quelques semaines après le tristement célèbre « dimanche sanglant » (Bloody Sunday) de janvier, jour où des soldats britanniques abattirent treize manifestants catholiques désarmés, dans la ville de (London)derry, Heath annonça la suspension du gouvernement d’Irlande du Nord pour une période d’un an. Londres prit alors en main l’administration directe de la province (Direct Rule).

  • 113 Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy and the Restructuring of the Northern Ireland (...)

59Ce fut le début d’une longue période durant laquelle les investisseurs potentiels se firent très rares113 :

  • 114 « During the last five years the department has promoted some 30,000 jobs in manufacturing of which (...)

Au cours de ces cinq dernières années, le ministère a contribué à créer trente mille emplois dans l’industrie, dont seulement cinq mille dans des entreprises dont le siège n’est pas en Irlande du Nord. En 1974, le pourcentage d’emplois créés grâce aux investissements entrants (14,7 %) a été de moitié inférieur au pourcentage de 1970 (30 %). Il y a peu de demandes de renseignements valables provenant d’investisseurs extérieurs et parmi les investisseurs qui peuvent être persuadés de venir visiter la province, rares sont ceux qui restent114.

Notes

1 Córas Tráchtála Teoranta, « Establishment of America – Ireland Board of Trade (or Chamber of Commerce) in the United States », 27 octobre 1960, NAI, DFA, 315/262/1.

2 L’organisme prit le nom de Bord Fáilte Éireann à partir de 1955 mais était communément appelé Bord Fáilte.

3 « […] a chamber constituted by the right type of people which would serve the interests of Ireland and which would be indirectly under the control, and carry out the wishes, of the Irish Government » (mémorandum signé T. J. Cahill, 26 janvier 1962, NAI, S15245B/63).

4 « The main problem would be to select the people whose names were important enough to give the project weight and who would at the same time take an active interest and forward the objects of the chamber » (ibid.).

5 Córas Tráchtála Teoranta, « Ireland / America Council », mémorandum, 5 novembre 1963, NAI, S15245B/63.

6 Ce réseau existe toujours. Son rapport d’activité annuel pour 2017 peut être consulté sur son site : https://www.irelanduscouncil.com/2017/Council2017AnnualReport.aspx.

7 Ministère de l’Industrie et du Commerce [signature illisible] à Nicolas O’Nualláin, secrétaire du ministère du Taoiseach, 31 octobre 1962, NAI, S15245B/63.

8 John Lynch à Henry A. Ralph, 5 décembre 1962, NAI, S15245B/63 ; Henry A. Ralph à John Lynch, 11 janvier 1963, NAI, S15245B/63.

9 « […] a more truthful and realistic picture » (Córas Tráchtála Teoranta, « Ireland / America Council », mémorandum, 5 novembre 1963).

10 La liste complète des membres fondateurs de ce groupe figure en première page de The Irish Times du 22 mai 1964.

11 John L. Burke était alors président de B. Altman, une chaîne de grands magasins, très populaire à l’époque, fondée par Benjamin Burke, le père de John, en 1906. La chaîne possédait deux magasins amiraux, l’un sur la 5e avenue, l’autre sur la 34e avenue de New York.

12 Parmi ceux-là se trouvaient : J. Brougham Wallace, vice-président de la Morgan Guaranty Trust Company ; John A. Coleman, ancien président de la bourse de Wall Street ; Frank J. Manheim, associé chez Lehman Brothers ; Arthur Smyth, vice-président de la Marine Midland Bank.

13 Howard Thomas Hallowell, président de la Standard Pressed Steel Company of Pensylvania ; Bernard P. McDonough, président de la McDonough Corporation, entreprise du bâtiment à la fin des années 1920 ; John A. Mulcahy, président de la Quigley Company, grande entreprise qui fabriquait des isolants thermiques.

14 Le groupe comptait parmi ses membres Richard Prentice Ettinger, propriétaire de Prentice Hall Inc. et William Fine, l’éditeur du Harper’s Bazaar, célèbre magazine de mode américain, et d’autres publications comme Cosmopolitan, House Beautiful ou Town and Country. Ses articles et chroniques furent publiés dans trente-sept magazines et des centaines de journaux américains, britanniques et irlandais.

15 John Bowles à James J. O’Keefe, 24 septembre 1962, NAI, DFA, 2001/37/1154. En octobre 1963, Galvin était en train d’organiser une mission de reconnaissance en Irlande pour un groupe d’hommes d’affaires irlando-américains désireux d’investir à l’étranger (« Address by Seán Lemass, Taoiseach at dinner by joint Irish Societies, Boston », 20 octobre 1963, NAI, S17400C).

16 Il semblerait que l’Irlande bénéficiait d’un traitement de faveur, car John Fitzgerald Kennedy, qui voulait résoudre le problème de la balance des paiements, avait adopté certaines mesures pour inciter les entreprises américaines à investir aux États-Unis plutôt qu’à l’étranger et pour s’attaquer aux paradis fiscaux et à l’évasion fiscale (Christian Deblock, Les États-Unis et l’investissement direct étranger : une histoire à trois temps, Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation, septembre 2011, p. 13, en ligne : http://www.ieim.uqam.ca/IMG/pdf/DeblockC_IDEUSA-Revise=Final_-_Cahier_de_recherche-1.pdf).

17 Il s’agissait pour le président en campagne pour sa réélection de s’assurer des voix de la communauté irlando-américaine (Dermot A. Mullane, « Hidden Assets in Lemass’s Visit ? Underlying Economic Aims », The Irish Times, 23 octobre 1963).

18 « U.S.-Irish Fishery Research Project : Lemass Outlines Joint Report », The Irish Times, 7 janvier 1964.

19 Donoal O’Donovan, « The Changing Face of Ireland Over There », The Irish Times, 3 mai 1965.

20 Marie-Claire Considère-Charon, Irlande, une singulière intégration européenne, Paris, Économica, 2002, p. 17-18.

21 « Call to Boston Groups », The Irish Press, 21 octobre 1963.

22 Malheureusement pour l’Irlande, de Gaulle, peu enclin à transiger en matière de souveraineté nationale, s’opposa à ce changement. La France cessa de participer aux principales réunions communautaires (« politique de la chaise vide ») et exigea, pour reprendre sa place, un accord politique sur le rôle de la Commission et le vote majoritaire qui impliquait une révision d’ensemble du système des traités. Le 30 janvier 1966, le compromis de Luxembourg apporta une solution au blocage. Selon les termes de cet accord, lorsque des intérêts très importants d’un ou de plusieurs pays sont en jeu, les membres du Conseil doivent s’efforcer d’arriver à des solutions qui puissent être adoptées par tous, dans le respect de leurs intérêts mutuels. Ainsi de Gaulle put-il, de nouveau, mettre son veto à l’entrée du Royaume-Uni en novembre 1967.

23 « […] the evidence of a re-awakening of deeply-seated feelings between Ireland and the Irish race abroad » (« Address by Seán Lemass, Taoiseach at dinner by joint Irish societies, Boston », 20 octobre 1963).

24 « This is not quite the same as tourism, which is really concerned with the passing of holidays. I am thinking of you re-establishing permanent connections with your own people in Ireland, studying history, knowing your culture and art etc. » (ibid.).

25 « And as you are businessmen a connection with Ireland could be both pleasurable and profitable. […] The mention of business-men brings to my mind that vast body of Americans of Irish ancestry who figure so largely in the business and industry of the new England states. For them I feel sure that the opportunities for successful development and expansion nowadays available in Ireland would complement, in a very satisfying way, a happy reunion with the land of their ancestors » (ibid.).

26 Donoal O’Donovan, « The Changing Face of Ireland Over There » ; John MacCarthy, « Now the Yank Are Coming Back and Staying », The Irish Times, 23 mai 1970.

27 Son ancêtre, originaire de Dingle, dans l’Ouest de l’Irlande, émigra aux États-Unis au XIXe siècle. Par la suite la famille Moore collabora successivement avec Michael Davitt, John Devoy et Éamon de Valera quand ils allèrent chercher du soutien outre-Atlantique pour la cause qu’ils défendaient (Seán Cronin, « The New Ambassador to Ireland », The Irish Times, 23 septembre 1971).

28 « Proposed list for Dinner for Prime Minister Lemass », 25 septembre 1963, NAI, DFA, P33/1/2.

29 David Rockfeller était, entre autres, président de la Chase Manhattan Bank.

30 George Stevens Moore était président de la First National City Bank.

31 Horace « Hap » Flannigan était alors le président de la Chemical Bank of New York.

32 « We will probably invite the heads of the leading banks in New York, i.e. David Rockfeller, George Moore, Hap Flannigan etc. and perhaps some investment bankers from top firms, such as Morgan Stanley, Merrill Lynch, etc. I suppose we will invite the heads of leading companies already established in Ireland, such as Standard Pressed Steel and others, but I suppose the most important category for the Irish Government’s purposes would be the heads of prominent companies who are live prospects » (John D. J. Moore à John M. Conway, alors directeur de l’IDA, 17 septembre 1963, NAI, DFA, P33/1/2).

33 « The Most Powerful Club in the World ? The Links », en ligne : http://valuablebook.wordpress.com/2012/10/01/the-most-powerful-club-in-the-world-the-links.

34 « Urney Chocolates in Partnership with American Company », The Irish Times, 16 novembre 1963.

35 Dermot A. Mullane, « Hidden Assets in Lemass’s Visit ?… ».

36 « Report of meeting », 20 février 1967, NAI, DFA, 2008/148/106.

37 « The Irish worker and the attitude of the Government towards foreign industrialists whereby they create a favourable climate is one of the best in the world » (« Strong U.S. Business Group Visit Ireland », The Irish Times, 28 avril 1967).

38 Ibid.

39 Jack Lynch occupa la fonction de Taoiseach du 10 novembre 1966 au 14 mars 1973, puis du 5 juillet 1977 au 11 décembre 1979.

40 Jordans, Industrial Development Authority, au secrétaire du ministère du Taoiseach, 18 avril 1967, NAI, DFA, 2008/148/106.

41 John M. Conway, « The Irish in the United States, New York consular area », rapport envoyé à Cornelius Cremin, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 27 juin 1958, NAI, DFA, 338/86 (1).

42 Tim Deegan à John Lynch, 18 mai 1967, NAI, DFA, 2008/148/106.

43 « The Ireland / United States Council for Commerce and Industry », 24 mars 1976, NAI, DFA, 2008/148/106.

44 Liam Cosgrave occupa la fonction de Taoiseach du 14 mars 1973 au 5 juillet 1977.

45 « At the assumption of your new responsibilities as Prime Minister of Ireland, I would like you to know that Ireland has an organization which is dedicated to furthering the efforts of industry and commerce in that good country of yours. The Ireland-United States Council for Commerce and Industry, of which I am president, is made up of a fine group of people in our country who have a mutual interest in the business activities of both our good countries. The members of the Council are dedicated people of substantial stature who will go out of their way at any time and in any way to see that the industrial and economic objectives for which you are striving to achieve are met » (Howard Thomas Hallowell à Liam Cosgrave, 17 avril 1973, NAI, DFA, 2008/148/106).

46 Timothy J. Sullivan, New York State and the Rise of Modern Conservatism : Redrawing Party Lines, Albany, State University of New York Press, 2009, p. 130.

47 Dan Scully faisait le lien entre l’IUSCICI et les autorités irlandaises (« The Ireland / United States Council For Commerce and Industry », 24 mars 1976).

48 Kevin Rush, consul d’Irlande à New York, à Hugh J. McCann, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, NAI, DFA, 2008/148/106.

49 Joseph Hayes, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, au secrétaire du gouvernement, 22 mai 1973, NAI, DFA, 2008/148/106.

50 Ceci était sans doute un prétexte car il était de notoriété publique que Cearbhall Ó Dálaigh était à couteaux tirés avec le Taoiseach, Liam Cosgrave.

51 Ministère du Taoiseach [signature illisible] [pas de nom de destinataire], 23 mai 1975, NAI, DFA, 2008/148/106.

52 « It is a voluntary association with a membership of distinguished Americans many of them of Irish descent, with an active interest in Ireland and Irish affairs. The Council helps in putting forward Ireland’s viewpoint, in the United States, when occasion demands and has made a significant contribution to the country’s economic development especially by encouraging industrial development here. The Council is representative of the majority of the U.S. industrial firms which have invested over £100 million in Ireland and have created almost 20 000 jobs. The visiting group also includes senior representatives of a number of firms which are potential investors under our programme. […] If the group do not have an opportunity of meeting our new president on this occasion they will be deeply disappointed and their motivation could be adversely affected » (Michael Killeen, directeur de l’IDA, à D. O. Suilleabhain, secrétaire du gouvernement, 22 mai 1975, NAI, DFA, 2008/148/106).

53 « To HQ from Washington », 22 mai 1975, NAI, DFA, 2008/148/106.

54 Michael Killeen à Cearbhall Ó Dálaigh, président de la République d’Irlande, 23 mai 1975, NAI, DFA, 2008/148/106.

55 « […] a substantial amount of Irish capital lying under mattresses that could use a profitable home and that the United States can offer one » (Hugh O’Neill, « Ireland’s Appeal to Investors », The Irish Times, 10 février 1965).

56 Thomas Wilcox était d’origine irlandaise. Son père était du comté de Cavan (Irlande) et sa mère du comté de Fermanagh (Irlande du Nord) (« Ireland Is a Fertile Field », The Irish Times, 22 septembre 1970).

57 « We’ve found Ireland a fertile field » (ibid.).

58 Donoal O’Donovan, « The Changing Face of Ireland Over There ».

59 « Bank of America Dublin Branch Officially Opened », The Irish Times, 21 septembre 1968.

60 « Chase Manhattan Bank to Take Half Share in National City », The Irish Times, 28 février 1968.

61 « Largest Ever IMI Conference Opens at Killarney », The Irish Times, 25 avril 1969.

62 Denis O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2001, p. 143.

63 « Irish Attractions for U.S. Are Firm », The Irish Times, 23 décembre 1970.

64 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, Cork, Mercier Press, 2000, p. 189-190.

65 Power est un nom d’origine irlandaise.

66 « I have discussed the matter with a number of my associates here and have learned that in fact there is already a considerable amount of informal contact by Pfizer personnel with potential investors in Ireland. I have no doubt that other companies with investments have been similarly approached for advice and counsel with respect to their individual experiences » (John J. Power à George Colley, 7 août 1972, NAI, 2003/20/105).

67 Ray Mac Sharry, Padraic White, The Making of the Celtic Tiger, p. 189-190 ; Andrew Whittaker, « Series of Major U.S. Pharmaceutical Firms May Establish Here », The Irish Times, 8 décembre 1972 ; « U.S. Company to Set Up £5m. Factory in Ireland », The Irish Times, 8 décembre 1972 ; « IDA Takes Comfort from Health Care Success Story », The Irish Times, 5 mars 1993.

68 Entre la fin des années 1950 et 1973, les exportations de produits manufacturés augmentèrent à un taux annuel de 23 % et la production fut multipliée par deux fois et demie (Ronnie Munck, The Irish Economy, Londres – Boulder, Pluto Press, 1993, p. 33-34).

69 « It is scarcely necessary for me to emphasise the importance of this organisation. The Council, as you know, is representative of some of the biggest investors in industrial development in this country and has been of considerable help in the industrial promotion drive. It has also been of great assistance in putting Irish interests before the United States administration. On my recent visit to the United States I took the opportunity of meeting some members of the Council to discuss our fears in relation to the new trade Bill at present before Congress. I was quite impressed by their sympathetic approach and their readiness to take any action possible to ensure that our trade would not be adversely affected by any action taken under the legislation if eventually enacted » (Jack Lynch à Paddy [Patrick] Lalor, 30 septembre 1970, NAI, DFA, 2008/148/106).

70 « The Ireland / United States Council For Commerce and Industry », 24 mars 1976.

71 « We would like to do a lot of things in Ireland. […] We hope to help Ireland because Ireland certainly helped us when it sent my grandfather overseas » (« Urney Chocolates in Partnership with American Company »).

72 Donoal O’Donovan, « The Changing Face of Ireland Over There ».

73 « There are industrial holdings […] such as W. R. Grace and Company and J. H. Whitney and Parners, who are constantly on the look-out for worth-while Irish firms of sound potential but starved of capital » (ibid.). Voir également à ce sujet : Hugh O’Neill, « Ireland’s Appeal to Investors ».

74 « Hughes Taking over Lucan Dairies », The Irish Times, 28 juin 1966.

75 « Company’s Irish Holdings », The Irish Times, 16 juillet 1968.

76 « £1 million Plant Geared for Optimum Investment Return », The Irish Times, 16 juillet 1968.

77 « Urney’s Win Record Export Order », The Irish Times, 22 novembre 1966.

78 « Grace Forms New Division », The Irish Times, 12 juin 1969.

79 « HB Chocolates Closure to Cost 300 Their Jobs », The Irish Times, 26 avril 1980.

80 L’entreprise fut cependant reprise par Huhtamaki, un groupe finlandais, puis par CSM, un groupe hollandais, et enfin, en 2001, par ZED Gum, une entreprise irlandaise, qui ferma l’usine de Kilcock pour délocaliser la production en Chine (« Zed Candy », The Irish Times, 15 juin 2009).

81 Bill Murdoch, « Losses Force Leaf Ltd. into Receivership », The Irish Times, 26 juillet 1978.

82 Cormac Ó Gráda, A Rocky Road : The Irish Economy since the 1920s, Manchester, Manchester University Press, 1997, p. 114.

83 Kieran A. Kennedy, Thomas Giblin, Deirdre McHugh, The Economic Development of Ireland in the Twentieth Century, Londres, Routledge, 1988, p. 72, 241 ; Denis O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2001, p. 146-147.

84 Elles étaient plus grandes à la fois en termes d’effectifs et de production.

85 Frank Barry, John Bradley, Eoin O’Malley, « Indigenous and Foreign Industry : Characteristics and Performance », in Understanding Ireland’s Economic Growth, Frank Barry (dir.), Londres, Palgrave Macmillan, 1999, p. 51.

86 Voir à ce sujet : National Economic and Social Council, A Review of Industrial Policy : A Report Prepared by the Telesis Consultancy Group, Dublin, Stationery Office, 1982 ; Denis O’Hearn, The Atlantic Economy…, p. 145-148.

87 Proinnsias Breathnach, « Exploring the “Celtic Tiger” Phenomenon : Causes and Consequences of Ireland’s Economic Miracle », European Urban and Regional Studies, vol. 5, nº 4, 1998, p. 308.

88 Cormac Ó Gráda, A Rocky Road…, p. 116.

89 L’IDA chercha également à attirer des sociétés de prestation de services à l’échelon international (internationally traded services), particulièrement dans le domaine des services financiers, de l’informatique et de post-marché (back office) (Proinnsias Breathnach, « Exploring the “Celtic Tiger” Phenomenon… », p. 309).

90 Joseph Durkan, « Industrial Policy from the 1930s to Culliton », Policy Paper PP92/4, Dublin, University College Dublin, School of Economics, Centre for Economic Research, 1992, p. 6-8 ; Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress : Growth and Inequality in Ireland, Basingstoke, Palgrave, 2002, p. 19-20.

91 Terence O’Neill, « Ulster’s Place In Britain Today », discours prononcé au Empire Club of Canada, Toronto, le 19 octobre 1967, en ligne : http://speeches.empireclub.org/60962/data?n=2.

92 Frank Hanna était un député travailliste indépendant de la circonscription de Belfast Central.

93 « […] if one can place reliance on statements made from time to time by responsible members of the British Government one would say they would look with considerable favour on some degree of co-operation with the Government of the Republic of Ireland to see in what way joint efforts could be made with that Government towards improving the situation, towards the possible attraction of new industries from the Continent, towards the possibility of exploiting the predominantly strong Irish sentiment which is in America and which this Government by their peculiar and particular policy have simply jettisoned. Their name in America, as regards the Irish section, is simply mud » (Stormont parliamentary debates, vol. LII, 30 octobre 1962).

94 « Is the hon. Member suggesting that the Southern Irish connection in America is having the effect of bringing American industry to Southern Ireland ? If he is he is completely wrong. I discussed this with the Éire representatives in Washington and one of the things they are so worried about is the fact that they have been quite unable to attract American industry to Southern Ireland » (ibid.).

95 Les autorités des deux Irlandes coopérèrent en quelques occasions dans le domaine économique, dans les années 1950 (Anne Groutel, La coopération économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004 ; Michael Kennedy, Division and Consensus : The Politics of Cross-Border Relations in Ireland, 1925-1969, Dublin, Institute of Public Administration, 2000).

96 « Mr Lemass said that there seemed to be cases where the Republic and Northern Ireland were “bidding” against each other. He thought that there should be some degree of common effort, possibly involving pooling of information. It was pointed out to him, however, that one of the difficulties of such a course would be the fact that the Republic offers completely different and in some respects much larger inducements (eg tax concessions for exports) » (« Meeting with the Prime minister of the Irish Republic, 14 January 1965 », PRONI, CAB/9/U/1).

97 Il s’agit d’un document, que les autorités irlandaises firent parvenir à Belfast, contenant un certain nombre de propositions en matière de coopération économique.

98 « The Republic Memorandum goes on to speak of “common objectives in regard to promotion of economic growth, attraction of foreign industries and capital, reduction of unemployment, regional development”. Since we have common objectives in these fields with Great Britain it is difficult to see how this could be achieved. We would not want to limit our ability to compete with the Republic in such fields as the attraction of foreign direct investment » (document sans titre et sans date, PRONI, CAB/9/U/1).

99 Une législation britannique de 1944, le Butler Education Act qui rendit l’éducation obligatoire jusqu’à l’âge de quinze ans, et l’Education Act (Stormont) de 1947, permirent un accès plus aisé à l’éducation. La communauté catholique d’Irlande du Nord fut l’une des bénéficiaires (Paul Brennan, The Conflict in Northern Ireland, Paris, Longman, 1991, p. 38).

100 Michael Farrel, Northern Ireland : The Orange State, Londres, Pluto Press, 1980, p. 238-239.

101 Ibid., p. 243.

102 Cette loi d’exception, votée en 1922, fut rendue permanente en 1933. Elle accordait à l’exécutif des pouvoirs de répression particulièrement étendus. La police supplétive, les B-Specials, se sachant protégée, se livra à de nombreux abus. La NICRA en réclamait la dissolution (Paul Brennan, The Conflict in Northern Ireland, p. 34, 39).

103 Jonathan Bardon, A History of Ulster, Belfast, Blackstaff Press, 1992, p. 654-655.

104 James Chichester-Clark fut Premier ministre d’Irlande du Nord du 1er mai 1969 au 23 mars 1971.

105 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 665-666.

106 Situé au pied des murs d’enceinte de la ville, il était, à l’époque, l’un des quartiers très défavorisés de la ville où vivaient les catholiques. Dans les années 1990, ce quartier a été presque totalement reconstruit. Seul un pan de mur portant l’inscription « You are now entering free Derry » témoigne de l’épisode de la bataille du Bogside.

107 Barry White, « From Conflict to Violence : The Re-emergence of the IRA and the Loyalist Response », in Northern Ireland : The Background to the Conflict, John Darby (dir.), Belfast, Appletree Press, 1983, p. 184.

108 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 670.

109 Barry White, « From Conflict to Violence… », p. 185.

110 Terme utilisé en Irlande du Nord pour désigner le climat de violence qui prévalut dans la province entre cette époque et les cessez-le-feu des organisations paramilitaires en 1994.

111 Paul Bew, Gordon Gillespie, Northern Ireland : A Chronology of the Troubles, 1968-1993, Dublin, Gill & Macmillan, 1993, p. 30.

112 Brian Faulkner fut Premier ministre d’Irlande du Nord du 23 mars 1971 au 30 mars 1972. Il succéda à James Chichester-Clark qui avait démissionné de son poste peu de temps auparavant.

113 Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy and the Restructuring of the Northern Ireland Economy », Environment and Planning C : Politics and Space, vol. 4, nº 1, 1986, p. 57-58.

114 « During the last five years the department has promoted some 30,000 jobs in manufacturing of which only 5,000 originated outside Northern Ireland. In 1974, the percentage of inward investment jobs (14.7 %) was exactly half of what the percentage was in 1970 (30 %). There are few worthwhile enquiries from overseas investors and investors who can be persuaded to visit the Province rarely stay » (J. T. Quan, « Review of industrial strategy in Northern Ireland », 29 août 1975, PRONI, COM/63/1/746).

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search