Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contribution à l'étude des établissements saxons en Normandie

 | 
Louis Guinet

Conclusion

Texte intégral

  • 1 H. Prentout, op. cit., 584.

1Au terme de cette étude, nous voudrions d’abord en confesser les imperfections : limites de nos investigations, erreurs possibles d’interprétation, recours fréquent à l’hypothèse. Elle devra donc être reprise, rectifiée sur plus d’un point, approfondie et élargie. Mais telle qu’elle est cependant, elle permet une vue d’ensemble d’où se dégagent les contours du peuplement saxon en Normandie. Des jalons avaient été posés par Joret et surtout par Longnon, mais il avait manqué à leurs travaux une solide base philologique, fondement de toute science toponymique. Cette absence est d’autant plus sensible que, dans de nombreux cas, seule une étude phonétique peut permettre de parvenir à une discrimination relativement sûre entre éléments saxons, franciques et Scandinaves. Ils avaient du moins montré que les Saxons avaient laissé des traces sur le sol normand, mais, en dépit des résultats auxquels ils étaient parvenus, ils n’en avaient sans doute pas mesuré l’importance, et nul après eux ne l’a soupçonnée. C’est ainsi que Prentout qui, pour le millénaire de la fondation de la Normandie, avait consacré un important article aux Saxones Bajocassini, concluait en ces termes : « En résumé, la région normande a pu être à diverses reprises l’objet des invasions saxonnes périodiques, comme l’ont été celles des Normands ; elle a même reçu à diverses reprises des colonies saxonnes ; il ne semble pas cependant qu’il y eut colonisation durable se traduisant par des modifications appréciables dans la toponymie, le type ethnographique, la langue et le droit »1. Il n’est pas douteux que cette conception a lourdement pesé jusqu’ici sur les recherches toponymiques et en a dans bien des cas faussé les résultats : on a attribué à d’autres peuples des fondations ou des vocables dont l’origine était pourtant saxonne.

  • 2 J.P., VIII.
  • 3 F. Lot, De l’origine et de la signification historique etc., op. cit.. 241, estime à 3 ou 4.000 le (...)
  • 4 Cf. Musset, Les invasions, op. cit., 253 sqq.

2Nous ignorons si, comme l’affirmait Joret2 et par contre le niait Prentout, on peut attribuer ou non aux Saxons, dont les caractéristiques anthropologiques ne semblent guère connues, quelque influence sur le type de la population normande. Si cette influence a été sensible, elle s’est exercée sans doute dans le même sens que celle des Scandinaves qu’il est au demeurant difficile de préciser. Si l’on excepte quelques régions côtières, il n’a pas été possible de distinguer en Normandie, par les méthodes anthropologiques appropriées, un type nordique caractérisé. La raison en est que le nombre des envahisseurs fut relativement faible3. Aussi, ce que l’on peut dire à ce sujet relève beaucoup plus du mythe, au sens moderne du terme, que de la science. Nous ignorons également si les Saxons ont laissé ou non leur empreinte dans le droit normand, mais on ne saurait tirer de là aucune conclusion sur l’importance de leur colonisation. Une constatation semblable peut d’ailleurs être faite au sujet des Scandinaves. Certains historiens estiment que les Vikings, qui ont pourtant organisé politiquement la Normandie, ne l’ont pas profondément marquée dans ses institutions qui demeurèrent gallo-franques dans leur ensemble4. Nous pouvons affirmer par contre qu’il y eut une colonisation saxonne durable inscrite dans la toponymie et dans la langue. C’est du moins ce qu’a tenté de montrer cet essai.

3Il nous permet en outre de discerner comment s’est effectué ce peuplement saxon dans lequel il est possible de distinguer trois périodes :

  1. La plus ancienne est celle des Saxones Bajocassini, terme par lequel nous désignons les Saxons qui se fixèrent au ve siècle et certains peut-être à la fin du ive siècle, comme il appert de l’étude phonétique et historique des toponymes en -ham, en -bourg et en -delle en particulier. Ce peuplement est plus spécialement dense dans le Cotentin, près de Saint-Lô et sur le littoral d’Isigny à Avranches ainsi que dans le Bessin. L’aire de ces établissements correspond à ce que nous apprennent les rares documents historiques. Mais la toponymie nous enseigne en outre qu’à la même époque des Saxons se sont également fixés sur les côtes de la Seine-Maritime, dans la vallée de la Seine et, remontant celles de l’Iton, de la Touques et de l’Orne, ont essaimé jusque dans l’Orne. Comme le pense Schwarz, le gros de ces Saxones Bajocassini a dû franchir le limes lors de la percée de 406 et venir par terre s’établir en Normandie. Mais il est vraisemblable qu’ils ont été précédés et plus tard renforcés par des groupes moins importants venus par mer. Les localités qu’ils fondèrent ou dénommèrent sont surtout en -ham, en -bourg, en -tun, en -hou et en -heu, sans doute aussi en -stall, en -hout, en -well, etc.

  2. Dans la seconde moitié du vie siècle, des bandes saxo-frisonnes envahirent les îles anglo-normandes. Il n’est pas impossible que leur base de départ fût le Cotentin où ils laissèrent quelques traces avant de partir pour une nouvelle aventure. Outre les noms de Jersey, Guernesey, Chausey, Aurigny et Serk, ceux en -hou, -nez, -bourg ont également une origine saxo-frisonne.

    • 5 Comme l’a montré Gamillscheg, Quentovic, la ville de la Canche, Canlia en gaulois, actuellement Eta (...)

    La dernière période de peuplement fut plus longue. Ce fut une immigration de petits groupes, sans doute intermittente, au cours des vie, viie et viiie siècles. Ces Saxons vinrent très vraisemblablement de Grande-Bretagne après une étape plus ou moins prolongée dans le Boulonnais. Ce mouvement migratoire, sur lequel les textes sont également muets, a été facilité par la proximité de la colonie boulonnaise et surtout par celle de Quentovic, à l’embouchure de la Canche, port saxon dont l’importance culturelle fut considérable jusqu’au ixe siècle, date à laquelle il fut ruiné par les Scandinaves5. On doit à ces Saxons des dénominations en -bourg, en -wic, en -dalle, en -cotte, etc. Ils se fixèrent surtout dans la Seine-Maritime, le Calvados, au voisinage de la Seine et dans l’Eure.

  • 6 Fouché, III, 556, rem. III.
  • 7 Cf. entre autres la carte des sites archéologiques : die Germanenfünde des 5. und 6. Jahrhunderts i (...)

4Quelle est l’importance de ce peuplement ? Il est impossible de le dire. On peut cependant remarquer, comme nous l’avons déjà fait, que, en ce qui concerne les Saxones Bajocassini, les textes nous permettent de croire à l’existence d’une population assez importante pour garder un certain temps son originalité propre et combattre sous ses propres enseignes. Une remarque phonétique semble en apporter la confirmation. On sait qu’à l’ouest d’une ligne approximative passant par Mons, Valenciennes, Cambrai, Saint-Quentin, Noyon, Evreux, Lisieux, Coutances, l’occlusive gutturale sourde k s’est maintenue à l’initiale devant a, alors qu’elle est passée à tsch ou ts en francien après les invasions franques mais avant la monophtongaison de au en ô, c’est-à-dire vers la fin du vie siècle environ. Ce fait est attribué à la densité de l’élément germanique6. Or, si les établissements francs sont nombreux en Seine-Maritime, ils le sont beaucoup moins dans le Calvados et ils sont rares dans la Manche7. Il est donc probable que dans ces deux départements, situés au nord de la ligne Joret, la non-palatalisation de k qui suppose un fort peuplement germanique serait alors due à une influence saxonne.

5Ces Saxones Bajocassini ne représentent cependant qu’une partie des Saxons fixés en Normandie. Il n’est sans doute pas exagéré de dire, compte tenu du nombre des toponymes, que, dans son ensemble, la colonisation saxonne ne fut pas loin d’être aussi importante que la colonisation Scandinave.

  • 8 Sur la désertion des terres par les petits propriétaires fonciers dès le ive siècle, les vaines mes (...)

6Comment s’effectua ce peuplement ? A-t-il eu un caractère guerrier et s’est-il accompagné de spoliations et de violences ? Quelques indices permettent de croire que dans l’ensemble, y compris celui des Saxones Bajocassini, il fut pacifique. En particulier l’absence quasi totale de gentilices dans les noms de lieu laisse supposer qu’il n’y eut pas un partage de terres entre les chefs et leurs compagnons d’armes, inscrivant leur nom dans leurs conquêtes, comme ce fut généralement le cas des Scandinaves. On a l’impression d’une occupation plus individuelle, moins systématique, de soldats-paysans en quête de butin sans doute, mais aussi de terres, donnant à leurs établissements des noms courants, souvent en relation avec le relief du sol ou avec quelque particularité de la vie quotidienne. Il ne semble pas qu’ils se soient installés sur de grands domaines issus des villas gallo-romaines, ni qu’ils aient créé une aristocratie dirigeante précisément fondée sur de vastes possessions terriennes. Ils se sont installés de façon plus modeste, plus anonyme, sans doute sur les terres laissées vacantes par le fisc ou abandonnées à partir du ive siècle par les petits propriétaires et par l’aristocratie gallo-romaine8. Il est à remarquer que, de nos jours encore, les noms qu’ils ont donnés ne désignent que de simples écarts. D’importantes villas auraient été le noyau de plus grosses agglomérations. Ces premiers soldats-paysans n’étaient sans doute pas accompagnés de femmes. Ceux qui plus tard, du vie au ixe siècle, émigrèrent d’Angleterre en quête de terres et vinrent s’installer avec leur famille, n’étaient pas, quoi qu’en dise Procope, assez nombreux ni en groupes assez compactes pour résister longtemps à la romanisation. Leur langue s’est donc rapidement éteinte, comme s’éteignit plus tard pour des raisons analogues celle des Vikings, mais ils n’en laissèrent pas moins des noms saxons dont témoigne la toponymie et ils eurent en outre le temps de léguer au dialecte normand, d’où ils passèrent en français, un certain nombre de termes dont certains sont encore bien vivants.

Notes

1 H. Prentout, op. cit., 584.

2 J.P., VIII.

3 F. Lot, De l’origine et de la signification historique etc., op. cit.. 241, estime à 3 ou 4.000 le nombre des Vikings qui se fixèrent en Normandie. Sur les études anthropologiques en Normandie, cf. commandant Quennedy, 1922-1924, cité par F. Lot, ibid., 244, note 1.

4 Cf. Musset, Les invasions, op. cit., 253 sqq.

5 Comme l’a montré Gamillscheg, Quentovic, la ville de la Canche, Canlia en gaulois, actuellement Etaples, est une dénomination saxonne. Il est à remarquer que le nom actuel d’Etaples, attesté à partir du ixe siècle, vient du bas-allemand stapel, entrepôt. Les Frisons qui trafiquaient dans la Mer du Nord et la Manche ne sont sans doute pas étrangers à cette substitution d’ailleurs facilitée par la ruine de Quentovic à cette époque.

6 Fouché, III, 556, rem. III.

7 Cf. entre autres la carte des sites archéologiques : die Germanenfünde des 5. und 6. Jahrhunderts in Frankreich und Belgien, in. G.S., p. 167.

8 Sur la désertion des terres par les petits propriétaires fonciers dès le ive siècle, les vaines mesures prises par les empereurs pour y remédier et l’attitude favorable des paysans gallo-romains à l’égard des barbares, cf. Chénon, Histoire générale du droit français public et privé, Paris, 1926, 76 sqq. Quant à l’aristocratie terrienne des sénateurs, elle abandonna peu à peu les parties exposées de la Gaule du Nord, si bien qu’au ve siècle, il n’y avait plus de sénateurs au-delà d’une ligne Soissons-Autun. Cf. L. Musset, Les Invasions, Les vagues germaniques, Paris, P.U.F., 1965, 182.

© Presses universitaires de Caen, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter