Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Deuxième partie. Le tournant des politiques économiques dans les années 1950 et le recours à l’élite entrepreneuriale irlando-américaine

Chapitre V

La République d’Irlande : du protectionnisme à l’ouverture économique

Texte intégral

  • 1 Ronnie Munck, The Irish Economy, Londres – Boulder, Pluto Press, 1993, p. 29-30.
  • 2 De 1932 à 1939, la production connut une hausse annuelle de 7,3 % (Denis O’Hearn, The Atlantic Econ (...)
  • 3 Phase initiale durant laquelle l’industrie protégée de la concurrence extérieure produit des biens (...)
  • 4 Ibid., p. 118-119.

1Au début des années 1930, pour le Fianna Fáil, le protectionnisme économique devait permettre de développer une économie indépendante de celle de la Grande-Bretagne et de créer assez d’emplois pour enrayer l’émigration1. Certes, la production industrielle augmenta sensiblement pendant un temps2. Mais, cette politique fut loin d’être la panacée. En premier lieu, les industries, protégées de la concurrence extérieure, étaient peu compétitives et n’étaient guère incitées à le devenir. En second lieu, une fois qu’ils eurent récolté les fruits de « la phase facile »3 de l’industrialisation par substitution, ceux qui détenaient le capital en Irlande réinvestirent les profits amassés sur les marchés financiers britanniques. Enfin, même si le pays produisait désormais de nombreux produits qu’il importait auparavant, il devait toujours importer les machines nécessaires à son industrie4. John Horgan résuma en ces quelques mots le bilan de la politique d’industrialisation par substitution aux importations :

  • 5 « Despite his [Lemass’s] quite exceptional measures to encourage industrial growth, nascent Irish i (...)

En dépit des mesures exceptionnelles prises [par Seán Lemass] pour encourager la croissance industrielle, l’industrie irlandaise naissante n’était rien d’autre que cela, en d’autres termes, les entreprises étaient dans leur grande majorité de petite taille et, par conséquent, très vulnérables5.

  • 6 Thomas Kenneth Whitaker, Economic Development, Dublin, Stationery Office, 1958. Whitaker était secr (...)
  • 7 Andy Bielenberg, Raymond Ryan, An Economic History of Ireland since Independence, Londres – New Yor (...)
  • 8 Voir à ce propos : Denis O’Hearn, The Atlantic Economy…, p. 117-124.

2L’abandon du protectionnisme économique en Irlande a longtemps été présenté comme un tournant soudain et radical survenu à la suite de la publication, en 1958, du rapport de Thomas Kenneth Whitaker intitulé Economic Development6. Ce rapport fut indiscutablement la pierre angulaire de la politique économique menée par Lemass dans les années qui suivirent. Toutefois, l’adhésion à l’économie de marché ne fut pas un revirement brutal, mais plutôt l’aboutissement d’une lente prise de conscience7 que le protectionnisme avait atteint ses limites8.

Les Control of Manufactures Acts : une vache sacrée embarrassante

  • 9 Mary E. Daly, « An Irish-Ireland for Business ? : The Control of Manufactures Acts, 1932 and 1934 » (...)

3Dans le cadre de son projet d’industrialisation par substitution aux importations, le Fianna Fáil, outre les différentes barrières douanières qu’il fit ériger pour protéger le secteur industriel national, fut également à l’origine des Control of Manufactures Acts, 1932 et 1934, lois qui imposaient que 51 % du capital des entreprises soient entre les mains de propriétaires irlandais9.

  • 10 House of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 42, nº 10, 15 juin 1932.
  • 11 « U.S.-Trained Technicians Needed for Irish Industry », The Irish Times, 4 janvier 1949.
  • 12 « The future development and control of Irish industry », rapport préparé par John Patrick Walsh, 1 (...)

4Daniel Morrissey, membre du Fine Gael, était très hostile à cette législation10. Une fois ministre de l’Industrie et du Commerce du premier gouvernement de coalition (1948-1951), il n’hésita pas à se rendre à New York en quête d’investisseurs et de personnes ayant des connaissances techniques11, même si les termes de la loi n’avaient pas changé d’un iota. Mais, ce faisant, il s’attira la vindicte de Vivian de Valera, Sean McEntee et Michael Feehan, membres éminents du Fianna Fáil, qui exprimèrent publiquement leur opposition à l’ouverture de l’économie irlandaise aux capitaux étrangers, arguant que cela la mettrait en péril12.

  • 13 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, p. 91.
  • 14 L’Industrial Development Authority est l’agence chargée d’attirer les investissements étrangers en (...)
  • 15 Cependant, quand il se retrouva de nouveau sur les bancs de l’opposition en 1954, Lemass fit volte- (...)
  • 16 Une convention relative à la double imposition est un traité entre deux pays visant à éviter la dou (...)

5Pourtant il semble que, dès la fin des années 1930, Lemass lui-même avait commencé à avoir des doutes quant à l’efficacité des Control of Manufactures Acts en matière de politique industrielle13. D’ailleurs, même si, au nom de son parti, il s’opposa à la création de l’Industrial Development Authority14 (IDA) en 1949, elle ne fut pas supprimée quand le Fianna Fáil revint au pouvoir en 1951. Bien qu’officiellement aucune modification n’eût été apportée au Control of Manufactures Act, lors de son voyage officiel aux États-Unis en 1953, Lemass annonça très clairement que les investisseurs américains étaient les bienvenus en Irlande à condition que cela puisse contribuer à augmenter la capacité de production de l’industrie irlandaise ou y introduire de nouvelles techniques15. Lemass mit en avant les avantages de l’Irlande pour les investisseurs. Il fit valoir que le pays était proche des marchés européens du point de vue géographique. En outre, il existait une convention relative à la double imposition entre l’Irlande et les États-Unis16 et la possibilité de rapatrier les gains en capital. La main-d’œuvre en Irlande était abondante, compétente et pouvait s’adapter aux méthodes industrielles modernes. Enfin, Lemass insista sur le fait que le pays jouissait d’une situation politique particulièrement stable :

  • 17 « Investment in Ireland is as secure from violent political and social upheavals as in the U.S. We (...)

Les investissements sont tout autant à l’abri des bouleversements politiques et sociaux en Irlande qu’ils le seraient aux États-Unis. Nous pensons que cela pourrait attirer les Américains qui recherchent de nouveaux débouchés pour leurs capitaux, ils peuvent être assurés que s’ils viennent en Irlande pour participer au développement industriel irlandais, ils seront chaudement accueillis17.

6William Norton et Seán Lemass avaient bien conscience des carences de l’industrie irlandaise, de la pénurie de capitaux et du manque de dynamisme des entrepreneurs locaux, ainsi en étaient-ils venus à accepter l’idée, même si Lemass s’en défendait en public, que l’accroissement des exportations passait par la venue d’investisseurs étrangers.

  • 18 « Irish Government’s Attitude towards Private American Industrial Investment in Ireland », mémorand (...)
  • 19 « He said that he felt as I did, that his predecessor, Mr. Lemass, had approached the problem too g (...)

7Fin décembre 1954, Norton, alors ministre de l’Industrie et du Commerce et Tánaiste, fit part à William H. Taft, l’ambassadeur des États-Unis en Irlande, de sa détermination à attirer des entreprises étrangères. Elles créeraient les emplois et apporteraient le savoir-faire technique dont le pays avait besoin18. Norton ajouta qu’il prenait ce dossier très au sérieux. Tout comme l’ambassadeur, « il pensait que son prédécesseur, Seán Lemass, avait traité la question de façon trop générale »19.

  • 20 « It is evident that the Act as presently constituted is a definite impediment to foreign investmen (...)
  • 21 « You are not apt to get capital investment in your own country unless you make concessions to fore (...)

8Taft se montra quelque peu sceptique. En effet, bien qu’il existât des moyens de contourner la loi et d’obtenir des dérogations, les Control of Manufactures Acts dissuadaient la venue d’investisseurs étrangers. Un rapport de la légation américaine à Dublin, destiné aux autorités de Washington, ne laissait aucune place au doute : « Il est évident que cette loi, telle qu’elle se présente actuellement, a représenté un obstacle majeur à l’investissement étranger en Irlande »20. D’ailleurs, lors d’un discours à l’Association of Certified Accountants de Cork, au mois de janvier 1955, Taft mit les autorités irlandaises face à leurs responsabilités et les appela à abroger la loi en vigueur : « Vous ne pourrez pas attirer des investissements dans votre pays sans faire de concessions aux étrangers. La loi sur le contrôle de 51 % des parts d’une entreprise décourage les investisseurs »21.

  • 22 Mémorandum, signé T. O’M. [T. O’Muireadhaigh], 1er juin 1955, NAI, DFA, 305/57/97/1.
  • 23 « Report of meeting », signé J. Murray, 20 juin 1955, NAI, DFA, 305/57/97/1.

9Aussi les fonctionnaires irlandais préparèrent-ils, dans les semaines qui précédèrent le voyage de Norton aux États-Unis, prévu pour le mois de janvier 1956, un argumentaire pour répondre aux questions que les hommes d’affaires américains ne manqueraient pas de poser22. Quelques semaines plus tard, le sujet fut de nouveau abordé lors d’une réunion à laquelle participèrent des membres du ministère de l’Industrie et du Commerce, des Affaires étrangères et de l’IDA. Ceux-ci estimèrent que, si le ministre s’engageait à ce que toutes les autorisations soient accordées pour la production de biens destinés à l’exportation23, cela représenterait une garantie suffisante.

  • 24 Anne Groutel, « American Janus-Faced Economic Diplomacy… », p. 5-11.
  • 25 Frank Barry, « Foreign Investment and the Politics of Export Profits Tax Relief 1956 », Irish Econo (...)
  • 26 Ibid., p. 67.

10Les dossiers d’archives montrent que l’initiative menée par Norton pour attirer des investisseurs étrangers était inédite par son ampleur. Il s’ensuivit une collaboration étroite entre les fonctionnaires du ministère du Commerce américain et leurs homologues irlandais qui bénéficièrent de leurs conseils et de leur connaissance des attentes des investisseurs américains en matière de mesures incitatives, fiscales en particulier24. Mais, le ministre irlandais n’eut pas le courage politique de militer pour l’abrogation des Control of Manufactures Acts et il faut bien reconnaître que le bilan de ces efforts fut modeste en termes de nouveaux investissements étrangers. Soulignons cependant que certaines mesures de première importance furent mises en œuvre durant cette période. Ainsi John A. Costello, le Taoiseach, annonça-t-il en octobre 1956 qu’une mesure exceptionnelle serait mise en œuvre pour promouvoir les exportations, malgré des réticences au sein de l’administration irlandaise. En conséquence, le projet de loi de finances adopté en 1956 prévit une réduction de 50 % des impôts sur les profits liés aux exportations25. Pour l’économiste Frank Barry, cette mesure était principalement destinée à attirer les investisseurs étrangers, mais Costello n’en souffla mot pour ne pas s’attirer les foudres du Fianna Fáil26.

  • 27 John J. Hearne, ambassadeur d’Irlande à Washington, à Cornelius Cremin, secrétaire du ministère des (...)

11Contre toute attente, après avoir passé des années dans l’opposition à dénoncer les tentatives d’ouverture aux investissements étrangers menées par Norton, le Fianna Fáil changea radicalement de cap en matière de politique économique. L’adoption du rapport de Whitaker par le gouvernement Fianna Fáil entérina la volonté de celui-ci d’abandonner le protectionnisme que le parti avait prôné depuis sa création. Les Control of Manufactures Acts, la pierre d’achoppement à la venue d’investisseurs étrangers, furent finalement abrogés en 1958. Certes, il y eut une interruption de plus d’un an dans le processus de coopération entre les ministères irlandais et américain, processus qui visait à encourager les investisseurs américains à s’installer en l’Irlande, mais il reprit au début de 195827.

L’Industrial Development Authority : la mainmise sur la prospection des investissements directs étrangers

  • 28 « Report of meeting », 23 janvier 1955, NAI, DFA, 315/59/343/1.

12En 1955, lors d’une réunion de travail en présence de Taft et Norton, John Leydon, secrétaire du ministère de l’Industrie et du Commerce, souligna que nombre de dirigeants de grandes entreprises américaines étaient d’origine irlandaise28. Jouer sur leur attachement à l’Irlande pouvait représenter un atout. Ware Adams, le conseiller chargé des affaires commerciales à l’ambassade des États-Unis à Dublin, abonda dans son sens et affirma que, même si les considérations financières primaient, il ne fallait pas négliger l’importance de cet avantage.

  • 29 Mémorandum, signé T. O’M. [T. O’Muireadhaigh], 1er juin 1955 ; « Report of meeting », signé J. Murr (...)

13De fait, en vue du voyage officiel de Norton aux États-Unis en janvier 1956, il fut demandé aux consuls irlandais de Boston, New York, Chicago et San Francisco d’établir des contacts avec des industriels américains d’origine irlandaise qui pourraient être intéressés par la perspective d’investir en Irlande29. L’idée de réunir un groupe d’Irlando-Américains très en vue appartenant au monde des affaires fut également soufflée par le ministère du Commerce américain. Brian Durnin, de l’ambassade irlandaise à Washington, rapporta à Jack Molloy, conseiller au ministère des Affaires étrangères irlandais, la conversation qu’il avait eue avec un conseiller du ministère du Commerce américain :

  • 30 « Mr. Dempsey suggested that one of the things we ought to do if at all possible would be to get a (...)

M. Dempsey a suggéré que l’une des choses que nous devrions faire, si cela était possible, serait de réunir un certain nombre d’Irlando-Américains ayant de l’influence et qui seraient disposés à collaborer volontairement à nos efforts pour attirer des capitaux américains. Il a déclaré que cela était, en fait, déjà pratiqué par le Scottish Council qui bénéficie de l’aide d’un certain nombre de financiers, d’hommes d’affaires, etc., qui ne sont pas des fonctionnaires rémunérés, mais qui se réunissent une ou deux fois par an pour discuter de la façon et des moyens de promouvoir les investissements américains dans l’industrie écossaise. Le système fonctionne remarquablement bien, d’après M. Dempsey, et n’est pas trop contraignant pour ceux qui coopèrent. Ces personnes ont, en général, leurs entrées dans les cercles d’influence économique et, quand la question d’investir se pose, elles encouragent leurs interlocuteurs à envisager de le faire en Écosse30.

14En outre, l’ambassade d’Irlande à Washington rapporta les propos de M. Horrocopo, directeur de la division chargée de l’investissement au sein du Bureau du commerce extérieur américain (Bureau of Foreign Commerce) sur les efforts entrepris par l’Irlande du Nord pour attirer les investisseurs américains :

  • 31 « Mr. Horrocopo alluded to the visit of Sir Francis and stated that “Northern Ireland” had attracte (...)

M. Horrocopo a fait allusion à la visite de Sir Francis [Evans] et a déclaré que « l’Irlande du Nord » avait attiré un grand nombre d’investissements américains dans les douze derniers mois. Cela est dû, selon lui, non pas tant au climat que les autorités des Six Comtés ont instauré qu’à l’empressement et à la volonté de ces autorités à accepter les conseils et les indications qu’elles ont reçues des autorités américaines. Il a souligné le bon travail effectué par le « Northern Ireland » Development Council à New York et m’a demandé si l’IDA à Dublin avait entrepris quoi que ce soit pour encourager la création d’un organisme similaire pour les Vingt-Six Comtés31.

  • 32 Cornelius Cremin, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, à John J. Hearne, ambassadeur d’ (...)

15Cependant, l’IDA ne crut pas en l’utilité de créer un « Irish Council » aux États-Unis, car, aux dires de l’agence, les hommes d’affaires américains tenaient particulièrement à ce que leurs intentions, en matière d’investissement à l’étranger, restent confidentielles. Or, l’existence d’un tel groupe pouvait porter atteinte à la discrétion requise par les investisseurs potentiels32. L’idée fut donc écartée, tout du moins temporairement.

Une attention croissante au statut et à l’influence de la diaspora irlandaise

  • 33 « The Irish in Britain and some observations on Anglo-Irish Relations », rapport PR 7/58, marqué co (...)

16À peu près à la même époque, l’ambassadeur d’Irlande à Londres fit parvenir au ministère des Affaires étrangères un rapport33 très complet sur la position sociale et économique ainsi que sur l’influence de la communauté d’origine irlandaise dans les milieux d’affaires en Grande-Bretagne. Dublin n’avait pas commandé cette étude à l’ambassadeur qui, semble-t-il, l’avait réalisée de son propre chef. On y apprenait que le nombre des immigrés irlandais, en Grande-Bretagne, se situait autour de neuf cent mille. En revanche, il était impossible de donner, même approximativement, le nombre de personnes d’origine irlandaise qui y étaient nées.

17Les Irlandais qui avaient émigré vers l’île voisine occupaient, en grande majorité, des emplois manuels, peu ou non qualifiés. Ceux-là s’inséraient relativement bien dans la population locale. Néanmoins, plus ils gravissaient l’échelle sociale, plus il était difficile aux Irlandais de se faire accepter, car ils n’avaient pas accès aux réseaux des anciens élèves des prestigieuses écoles britanniques. Aussi les Irlandais établis en Grande-Bretagne envoyaient-ils leur progéniture dans les « bonnes » écoles, plutôt que dans celles « pour Irlandais » pourtant moins onéreuses, afin que, plus tard, ils ne se heurtent pas à ce plafond de verre. L’ambassadeur constata que, même si certains Irlandais connaissaient une belle réussite sociale, ils n’étaient pas encore parvenus à intégrer les hautes sphères du pouvoir :

  • 34 « It is clear […] that the Irish do not in British domestic politics carry a weight in any way comm (...)

Il va de soi […] que l’influence des Irlandais sur la politique intérieure britannique est loin d’être proportionnelle à leur nombre. À un niveau plus élevé, ils ne sont pas non plus en mesure de peser beaucoup sur la formulation des politiques. Il est de notoriété publique que ce que l’on appelle « l’Establishment » a beaucoup d’influence […]. C’est un rang auquel les « simples » Irlandais ne sont pas encore parvenus à se hisser34.

  • 35 Néanmoins, les touristes britanniques étaient les bienvenus.

18Par ailleurs, rares étaient les immigrés irlandais qui avaient réussi dans le monde des affaires. Il ne fallait donc pas compter sur eux pour influer sur la venue d’investisseurs britanniques en Irlande. De toute manière, ceux-ci n’étaient pas ceux que l’Irlande désirait attirer en priorité, tant s’en fallait, puisque réduire la dépendance économique de l’Irlande envers la Grande-Bretagne était toujours à l’ordre du jour35.

  • 36 Conor Cruise O’Brien aux ambassadeurs d’Irlande, 26 février 1958, UCDA, DFA, P115/I.

19Le ministère des Affaires étrangères irlandais trouva cependant très intéressante l’idée de faire réaliser un rapport dans la même veine dans d’autres pays qui comptaient une communauté d’origine irlandaise importante. Le 26 février 1958, Conor Cruise O’Brien, devenu secrétaire du ministère des Affaires étrangères, fit parvenir aux ambassadeurs d’Irlande des instructions allant dans ce sens. Les consulats devaient également procéder au même exercice afin d’avoir des renseignements encore plus précis au niveau local36.

20Le Canada était l’un des pays qui pouvaient présenter un intérêt économique pour l’Irlande. D’ailleurs, dès 1953, Lemass avait invité les entrepreneurs canadiens désireux d’investir en Europe à venir s’établir en l’Irlande :

  • 37 « The Canadian economy is expanding so rapidly that it is probable that all Canadian resources, fin (...)

L’économie canadienne connaît une expansion si rapide que toutes les ressources canadiennes, financières et techniques, sont probablement investies au Canada. Mais, si à l’avenir, des entreprises envisageaient de venir s’implanter en Irlande, parce qu’elle présente certains avantages ou à cause de sa position géographique par rapport au marché européen, elles peuvent être certaines qu’elles seront les bienvenues et que nous espérons que nos deux pays bénéficieront de relations commerciales plus étroites37.

  • 38 T. J. Kiernan, « The Irish in Canada », rapport envoyé au secrétaire du ministère des Affaires étra (...)
  • 39 La communauté irlandaise ne représentait plus que 10,3 % de la population canadienne (ibid.).
  • 40 Il s’agissait de membres de la United Church of Canada (34,2 %), de presbytériens (8,1 %), de bapti (...)
  • 41 L’auteur évaluait à sept mille cinq cents le nombre de personnes ayant rejoint le Canada en provena (...)

21Un rapport38 de T. J. Kiernan, l’ambassadeur d’Irlande à Ottawa, sur la situation des Irlandais au Canada, parvint au secrétaire du ministère des Affaires étrangères fin juin 1958. Il y était mentionné que 1,4 million de Canadiens avaient des racines en Irlande. Cependant, alors que la communauté irlando-canadienne représentait 24,3 % de la population totale en 1871, elle était réduite à peau de chagrin en 195139. En outre, l’auteur du rapport estimait que les personnes originaires d’Irlande du Nord, de confession protestante40, représentaient à peu près 70 % de ce groupe. Ce cas de figure, fut-il souligné, était de ce point de vue différent de celui des États-Unis, de l’Australie ou même de celui du Pays de Galles et de l’Angleterre. Toutefois, on s’attendait à ce que le fossé se comble. En effet, depuis le début des années 1950, le nombre d’immigrés en provenance de la République d’Irlande était désormais supérieur41 à celui des immigrés d’Irlande du Nord.

22La plupart des émigrés débarquant de l’île d’Irlande étaient recrutés dans le secteur de la construction ou dans l’industrie où ils occupaient des emplois peu qualifiés. Mais, une part non négligeable de ces nouveaux arrivants exerçait des emplois de bureau et, parmi les personnes qualifiées, on trouvait des infirmières, des enseignants ou des ingénieurs.

  • 42 Montréal faisait cependant figure d’exception. Même si la communauté d’origine irlandaise ne représ (...)

23T. J. Kiernan constatait aussi que, contrairement aux minorités ethniques non anglophones, la communauté originaire d’Irlande cherchait peu à s’engager en politique et était, par voie de conséquence, peu représentée dans les institutions42.

  • 43 « The Irish-origin Canadians are, in general, not interested in Ireland. They are poorly informed, (...)

24Quant à l’intérêt des Irlando-Canadiens pour la patrie de leurs ancêtres, il était semble-t-il très restreint : « Les Canadiens d’origine irlandaise, en général, ne s’intéressent pas à l’Irlande. Ils sont peu au fait de ce qui s’y passe et l’intérêt des mieux informés tend à se limiter à Yeats et au mouvement de la Renaissance littéraire irlandaise »43. Selon Kiernan, l’Irlande indifférait même aux immigrés de fraîche date. La rapidité avec laquelle ceux-ci étaient assimilés à la population canadienne et l’absence de tout contact avec l’Irlande pouvaient, selon l’ambassadeur, expliquer cet état de fait. Il en concluait que la communauté irlando-canadienne ne nourrissait, pour ainsi dire, pas de sentiment identitaire « irlandais ».

25Il notait également que les Irlando-Canadiens ne cherchaient pas à se rencontrer au sein d’amicales ou de clubs. Selon lui, cela résultait de l’absence d’effort de la part des autorités irlandaises pour aider les quelques associations existantes à se développer.

26Kiernan avait été ambassadeur en Australie avant d’être muté au Canada. Dans ce rapport, il fait à plusieurs reprises allusion à l’Australie où le sentiment identitaire de la communauté d’origine irlandaise était fort. Les visites d’hommes politiques irlandais, comme John Redmonds, Joseph Devlin ou Michael Davitt, qui s’y étaient rendus pour lever des fonds pour la cause irlandaise, avaient contribué à entretenir ces liens. Aussi Kiernan déplorait-il le manque de volonté politique visant à cultiver le sentiment identitaire de la communauté irlando-canadienne :

  • 44 « The lesson to be learnt from this is that while no quick results should be expected from action t (...)

La leçon qu’il faut retenir de tout cela est qu’il ne faut pas espérer éveiller au Canada un intérêt pour l’Irlande à court terme. En revanche, l’impact des actions qui sont menées peut être profond et durable. Malheureusement, de telles actions nécessitent une énergie mentale et physique et doivent faire l’objet d’une politique suivie. L’attitude léthargique du ministère, vis-à-vis de telles actions dans le passé, va de pair avec l’indifférence envers l’Irlande qui caractérise l’attitude des Irlandais qui ont immigré au Canada44.

  • 45 T. J. Kiernan au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 13 novembre 1958, lettre confiden (...)
  • 46 T. J. Kiernan, « The Irish in Montreal ».
  • 47 T. J. Kiernan, « The Irish in Canada ».

27Dans un autre document45, l’ambassadeur fit des propositions concrètes pour remédier au relâchement des liens entre l’Irlande et les Irlandais de l’étranger. Selon lui, une visite du président de la République pourrait susciter un regain d’attention pour l’Irlande. Il était aussi important d’utiliser la télévision et la radio pour diffuser des informations et des documentaires sur l’Irlande. Il faudrait également fournir de la documentation aux écoles qui en étaient demandeuses. Afin de tirer avantage, autant que faire se pouvait, de l’intérêt, même minime, que la communauté originaire d’Irlande portait à la terre ancestrale, Kiernan suggéra de profiter des célébrations de la Saint-Patrick pour promouvoir le tourisme et le commerce entre les deux pays46, car les défilés de la Saint-Patrick étaient organisés conjointement par des organisations catholiques et protestantes dans de nombreuses villes du Canada47.

28John M. Conway, le consul d’Irlande à New York, fit parvenir son rapport au ministère le 27 juin 1958. Les gouvernants irlandais, comme nous l’avons vu, étaient convaincus que la communauté irlando-américaine représentait une carte maîtresse. Conway rédigea son étude en collaboration avec un certain Eamonn Gallagher. Tous deux partageaient une vision pessimiste de l’influence irlandaise aux États-Unis :

  • 48 « We had many discussions on the contents, opinions and conclusions of the report and found that ou (...)

Nous avons longuement discuté du contenu, des opinions ainsi que des conclusions du rapport et, nos expériences variées, plus de vingt-trois ans dans mon cas et huit ans dans celui de Gallagher, nous ont amenés à penser que malheureusement nous ne pouvons plus compter sur l’influence de notre fameux « empire spirituel » dans cette partie du monde48.

29Dans leur rapport très complet, les auteurs traitaient séparément de la situation des Irlandais immigrés aux États-Unis et de celle des Irlando-Américains. Alors que certains hommes politiques irlandais aimaient à évoquer toute la bonne volonté qui existait outre-Atlantique envers l’Irlande, ce rapport remettait les choses en place.

30En premier lieu, les Irlandais qui s’expatriaient aux États-Unis étaient de moins en moins nombreux et il ne faudrait donc pas miser uniquement sur l’influence de ce groupe. Le rapport relevait que, même si la proportion de personnes qualifiées ou très qualifiées parmi les Irlandais arrivés après la Seconde Guerre mondiale était plus importante qu’auparavant, la plupart des immigrés étaient des personnes peu ou non qualifiées.

31Dans cette zone consulaire, nombre d’immigrés irlandais fréquentaient des county clubs ou associations amicales. Mais, parmi leurs adhérents, on comptait peu de cols blancs. Ils avaient donc peu d’influence dans la sphère économique, politique et sociale. En outre, ils avaient tendance à soutenir la « campagne de la frontière » menée par l’IRA, des attaques que les autorités irlandaises réprouvaient.

  • 49 Selon les auteurs de ce rapport, approximativement vingt-neuf millions d’Américains avaient du sang (...)

32Les Irlando-Américains49 s’étaient, quant à eux, élevés dans l’échelle sociale au fil des générations et occupaient désormais une place très enviable dans la société américaine. On les trouvait dans les hautes sphères de la finance, dans le secteur bancaire, dans l’industrie ou bien encore dans les médias. Certains d’entre eux occupaient des positions très en vue dans le monde politique. On comptait beaucoup d’Irlando-Américains parmi les membres du Congrès et les gouverneurs. A priori, tout cela était de bon augure. Mais, Conway et Gallagher se montrèrent très réservés quant aux avantages qu’il serait possible d’en tirer :

  • 50 « We are fortunate in having a number of individuals, in Congress and elsewhere, who will grant us (...)

Nous avons la chance d’avoir un certain nombre de personnes au Congrès, et ailleurs, qui nous prêtent une oreille attentive. Ce serait une erreur d’attendre trop de leur part car on ne peut pas attendre d’eux qu’ils se sentent dans l’obligation de faire passer nos intérêts avant les intérêts américains50.

33Les deux hommes étaient tout aussi pessimistes en ce qui concernait les chances d’obtenir l’aide de l’élite irlando-américaine du monde des affaires et de l’exploiter au bénéfice de l’Irlande :

  • 51 « We have social contacts with Irish-Americans in the financial field. With one or two exceptions, (...)

Nous avons des contacts sociaux avec des Irlando-Américains qui occupent des fonctions dans le secteur financier. À une ou deux exceptions près, nous avons trouvé que leur intérêt pour l’Irlande se limitait à un attachement sentimental pour leurs origines, cela ne leur coûte rien. Cependant, nous pourrions peut-être les attirer si cela servait leur image en termes de prestige social. […] le nombre de ceux qui s’intéressent à l’Irlande est extrêmement restreint, cela principalement parce qu’à leurs yeux le poids économique de l’Irlande est si négligeable51.

34De fait, l’agence chargée d’attirer les investissements étrangers en Irlande ne semblait pas non plus avoir remporté un grand succès auprès d’hommes d’affaires irlando-américains :

  • 52 « The Industrial Development Authority is also aware of the fact that Irish-born residents and Iris (...)

L’Industrial Development Authority est aussi consciente du fait que les Irlandais résidant aux États-Unis et les Irlando-Américains ne font pas preuve d’un enthousiasme particulier vis-à-vis de l’Irlande uniquement à cause de leur origine ethnique. Les Irlando-Américains représentent indiscutablement un pouvoir économique considérable, mais ce pouvoir n’est ni assez concentré ni assez « irlandais » pour prendre des risques pour l’Irlande52.

35Du point de vue des débouchés pour les produits irlandais, les perspectives semblaient tout aussi peu prometteuses. Certes, les immigrés irlandais étaient les principaux acheteurs de bacon et de thé en provenance d’Irlande, mais, globalement, Córas Tráchtála Teoranta trouvait que le résultat de ses efforts auprès de la population d’origine irlandaise était décevant. L’organisme avait bénéficié de l’aide d’organisations irlando-américaines comme l’AOH qui avait fait la publicité pour les chocolats Urney auprès de ses membres dans l’État de New York, mais seule une trentaine de commandes en avait résulté. Les auteurs du rapport en conclurent que les immigrés irlandais et les Irlando-Américains n’étaient, en général, pas particulièrement intéressés par les produits irlandais.

36Cet éclairage sans complaisance laissait peu d’espoir de pouvoir utiliser l’influence de la diaspora au profit de l’économie irlandaise. Ses liens avec l’Irlande s’étiolaient, un processus en passe de devenir irréversible :

  • 53 « Our influence in the United States is a function of the amount of interest Irish-Americans have i (...)

Notre influence aux États-Unis dépend du degré d’intérêt que les Irlando-Américains ont pour l’Irlande plutôt que du sentiment qu’ils ont d’être irlandais. […] Il est tout à fait étonnant de voir à quel point être « irlandais » ne soulève aucun enthousiasme ni même aucun intérêt particulier pour l’Irlande. […] Il est vrai que nous-mêmes avons peu fait pour enrayer le déclin de l’intérêt que les Irlando-Américains nous portent. Bien sûr, les liens naturels qui unissent les gens de même race subsistent. J’ai cependant le sentiment que notre relation avec les Irlando-Américains est aujourd’hui à tel point limitée que nous risquons de perdre tout contact avec eux53.

  • 54 Edward Lee, « The Irish in Philadelphia », rapport envoyé à T. J. Kiernan, 26 avril 1961, NAI, DFA, (...)

37Un quatrième rapport centré sur la ville de Philadelphie vint corroborer les conclusions de Conway et Gallagher54. Edward Lee, l’auteur de ce document commandé par l’ambassadeur d’Irlande aux États-Unis, fit le constat suivant :

  • 55 « There were two difficulties, the onetime settlements no longer exist and it is impossible to judg (...)

J’ai rencontré deux difficultés [en réalisant ce rapport], les anciens centres de peuplement n’existent plus et il est impossible d’estimer à quel degré l’inéluctable assimilation dans le « creuset » américain a éradiqué l’irlandicité de la seconde génération et des suivantes. La sympathie envers l’Irlande est partagée par tous, mais le sentiment identitaire qui caractérisait la communauté irlandaise en Grande-Bretagne, où je suis né, n’existe pas ici. Quand nous parlions de notre race nous disions « nous », les Irlando-Américains disent « eux » et n’attachent que peu d’importance à l’Irlande55.

38Tous les consulats d’Irlande aux États-Unis ne répondirent pas à l’appel lancé par Conor Cruise O’Brien. Ceux de Boston, de San Francisco et de Chicago traînaient les pieds et n’avaient toujours pas fait parvenir leur étude en 1961. Le ministère les pressa de nouveau. Cet extrait d’une lettre adressée à l’ambassadeur d’Irlande aux États-Unis montre clairement le lien entre la nouvelle politique économique mise en œuvre en Irlande et l’intérêt marqué de Dublin pour la communauté irlando-américaine :

  • 56 Le livre blanc intitulé First Programme for Economic Expansion (1958) fit suite au rapport de Thoma (...)
  • 57 « As the present time, because of the efforts made to promote a better “image” of Ireland in the Un (...)

À l’heure actuelle, parce que nous entreprenons des efforts pour promouvoir une meilleure « image » de l’Irlande aux États-Unis et que ce ministère étudie plusieurs propositions pour mener à bien les objectifs du programme d’expansion économique56, cette question revêt aujourd’hui une importance capitale. Dans le cadre de ces propositions, il est maintenant essentiel que nous ayons une idée plus claire de la position politique, économique et sociale des Irlandais aux États-Unis de façon à évaluer leur potentiel57.

  • 58 « Proposed American Irish Foundation », [1962 ?], NAI, DFA, 338/76 I.
  • 59 Lettre adressée à miss Murphy [signature illisible], 13 août 1962, NAI, DFA, 338/76 I.
  • 60 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 204, nº 7, 16 juillet 1963.

39Si les autorités irlandaises voulaient tirer avantage de la position sociale qu’occupaient certains Irlando-Américains, il était urgent, avant tout autre chose, de raviver leur intérêt pour l’Irlande. Ainsi fut-il décidé de créer un organisme à cet effet. Il y eut toutefois moult hésitations concernant son champ d’action. Le projet devait-il avoir une vocation économique, comme l’avait envisagé Whitaker58, ou plutôt culturelle, à l’image de la Scandinavian-American Foundation, comme l’avait suggéré T. J. Kiernan59 ? Dublin décida de jouer sur les deux fronts. D’une part, l’American Irish Foundation aurait pour mission de promouvoir les relations entre l’Irlande et les États-Unis dans les domaines culturel, intellectuel, littéraire, scientifique et dans celui de l’éducation en sponsorisant des échanges de professeurs des universités, d’enseignants, d’étudiants, d’artistes et en attribuant des bourses d’étude60. D’autre part, l’Ireland-United States Council for Industry and Commerce Incorporated (IUSCICI) serait en charge d’encourager les relations économiques entre les deux pays. Beaucoup de publicité entoura le projet de création de cette organisation annoncé durant la visite de John Fitzgerald Kennedy en Irlande, en juin 1963. En revanche, la création de l’IUSCICI, en septembre 1962, se fit en toute discrétion.

Notes

1 Ronnie Munck, The Irish Economy, Londres – Boulder, Pluto Press, 1993, p. 29-30.

2 De 1932 à 1939, la production connut une hausse annuelle de 7,3 % (Denis O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2001, p. 118).

3 Phase initiale durant laquelle l’industrie protégée de la concurrence extérieure produit des biens de base destinés au marché intérieur (ibid., p. 119).

4 Ibid., p. 118-119.

5 « Despite his [Lemass’s] quite exceptional measures to encourage industrial growth, nascent Irish industry was precisely that : overwhelmingly small in scale and correspondingly vulnerable » (John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, Dublin, Gill & Macmillan, 1997, p. 119).

6 Thomas Kenneth Whitaker, Economic Development, Dublin, Stationery Office, 1958. Whitaker était secrétaire du ministère des Finances.

7 Andy Bielenberg, Raymond Ryan, An Economic History of Ireland since Independence, Londres – New York, Routledge, 2016, p. 21-22.

8 Voir à ce propos : Denis O’Hearn, The Atlantic Economy…, p. 117-124.

9 Mary E. Daly, « An Irish-Ireland for Business ? : The Control of Manufactures Acts, 1932 and 1934 », Irish Historical Studies, vol. 24, nº 94, novembre 1984, p. 246-272.

10 House of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 42, nº 10, 15 juin 1932.

11 « U.S.-Trained Technicians Needed for Irish Industry », The Irish Times, 4 janvier 1949.

12 « The future development and control of Irish industry », rapport préparé par John Patrick Walsh, 15 août 1949, NARA, RG 469, Europe Ireland Division, Deputy Director for Operations, Office of European Operations, subject files 1948-1953, box 2, despatch nº 147.

13 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, p. 91.

14 L’Industrial Development Authority est l’agence chargée d’attirer les investissements étrangers en Irlande. Sur la création de cette agence, voir : Frank Barry, Mícheál Ó Fathartaigh, « The Industrial Authority, 1949-58 : Establishment, Evolution and Expansion of Influence », Irish Historical Studies, vol. 39, nº 155, 2015, p. 460-478.

15 Cependant, quand il se retrouva de nouveau sur les bancs de l’opposition en 1954, Lemass fit volte-face et n’eut alors de cesse de mettre des bâtons dans les roues à son successeur quand celui-ci chercha, à son tour, à attirer les investisseurs étrangers en Irlande (John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, p. 167 ; Anne Groutel, « American Janus-Faced Economic Diplomacy towards Ireland in the Mid-1950s », Irish Economic and Social History, vol. 43, nº 1, 2016, p. 13).

16 Une convention relative à la double imposition est un traité entre deux pays visant à éviter la double imposition des personnes et des entreprises.

17 « Investment in Ireland is as secure from violent political and social upheavals as in the U.S. We believe that it should be attractive to Americans seeking new outlets for their resources, and they may be assured that if they come to Ireland to participate in Irish industrial expansion they will be heartily welcomed » (« Address by Mr Seán Lemass, T. D., Tánaiste and Minister for Industry and Commerce, to Commerce and Industry Association, New York, October 5th, 1953 », NAI, DFA, 436/35).

18 « Irish Government’s Attitude towards Private American Industrial Investment in Ireland », mémorandum de l’ambassade américaine à Dublin au département d’État à Washington, 6 janvier 1955, NARA, RG 59, file 811.051 40A/1- 655 HBS, 1954-1959, Foreign Service Dispatch, dispatch nº 220.

19 « He said that he felt as I did, that his predecessor, Mr. Lemass, had approached the problem too generally » (ibid.).

20 « It is evident that the Act as presently constituted is a definite impediment to foreign investment in Ireland » (« The future development and control of Irish industry », rapport préparé par John Patrick Walsh, 15 août 1949).

21 « You are not apt to get capital investment in your own country unless you make concessions to foreigners. By the 51 % ownership investors abroad are discouraged » (William H. Taft cité dans : « Attracting American Investors to Irish Industry », The Irish Times, 19 janvier 1955).

22 Mémorandum, signé T. O’M. [T. O’Muireadhaigh], 1er juin 1955, NAI, DFA, 305/57/97/1.

23 « Report of meeting », signé J. Murray, 20 juin 1955, NAI, DFA, 305/57/97/1.

24 Anne Groutel, « American Janus-Faced Economic Diplomacy… », p. 5-11.

25 Frank Barry, « Foreign Investment and the Politics of Export Profits Tax Relief 1956 », Irish Economic and Social History, nº 38, 2011, p. 60-64.

26 Ibid., p. 67.

27 John J. Hearne, ambassadeur d’Irlande à Washington, à Cornelius Cremin, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 11 mars 1958, NAI, DFA, 315/59/343/12.

28 « Report of meeting », 23 janvier 1955, NAI, DFA, 315/59/343/1.

29 Mémorandum, signé T. O’M. [T. O’Muireadhaigh], 1er juin 1955 ; « Report of meeting », signé J. Murray, 20 juin 1955.

30 « Mr. Dempsey suggested that one of the things we ought to do if at all possible would be to get a number of interested influential Irish-Americans who would be prepared voluntarily to cooperate with us in our efforts to attract American capital. He stated that this, in fact, is what is being done by the Scottish Council who have a number of American finanders [sic], businessmen, etc. who are not paid officials, who meet once or twice a year to discuss ways and means of encouraging American investment in Scottish industries. The system works remarkably well according to Mr. Dempsey and imposes little or no burden on those cooperating. The individuals usually have the entrée to the right circles and should the question of investment arise they encourage the inquirers to consider investment in Scotland » (Brian Durnin à Jack Molloy, 5 août 1955, NAI, DFA, 315/254).

31 « Mr. Horrocopo alluded to the visit of Sir Francis and stated that “Northern Ireland” had attracted a great deal of American investment in the past twelve months. He attributed this, not so much to the climate which had been developed by the Six Counties [sic] authorities, as to the readiness and willingness with which these authorities had accepted the advice and direction they had received from the American authorities. He emphasised the good work which had been done by the “Northern Ireland” Development Council in New York and asked if anything had been done by the IDA in Dublin to encourage the establishment of a development council for investment in the Twenty-Six Counties » (Brian Durnin au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 17 octobre 1957, NAI, DFA 315/254).

32 Cornelius Cremin, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, à John J. Hearne, ambassadeur d’Irlande à Washington, 17 mai 1958, lettre confidentielle, NAI, DFA, 315/59/343/12.

33 « The Irish in Britain and some observations on Anglo-Irish Relations », rapport PR 7/58, marqué confidentiel, de l’ambassadeur d’Irlande à Londres au ministère des Affaires étrangères, 29 janvier 1958, UCDA, DFA, P115/I. Ce rapport n’est pas signé, mais son auteur est fort probablement Cornelius Cremin qui quitta son poste d’ambassadeur d’Irlande à Londres, fin janvier 1958, pour celui de secrétaire du ministère des Affaires étrangères.

34 « It is clear […] that the Irish do not in British domestic politics carry a weight in any way commensurate with their numbers. Nor, at a higher level, are they in a position to bring much influence to bear on the formulation of policy. At this level the influence of what has come to be known as “the Establishment” is generally admitted to be of great importance […]. This is a level to which the “mere” Irish have as yet almost completely failed to penetrate » (ibid.).

35 Néanmoins, les touristes britanniques étaient les bienvenus.

36 Conor Cruise O’Brien aux ambassadeurs d’Irlande, 26 février 1958, UCDA, DFA, P115/I.

37 « The Canadian economy is expanding so rapidly that it is probable that all Canadian resources, financial and technical, are fully occupied in Canada but if in the future any Canadian business interests should consider that in Ireland, because of any special conditions prevailing there, or because of its geographical position in relation to European markets, there is scope for Canadian enterprise, they may feel certain they will be warmly welcomed in the expectation that closer commercial relations between the two countries will be mutually beneficial » (« Foreign investment in Ireland, extracts from speeches by Mr. Lemass », Ottawa Canadian Club, 25 septembre 1953, NAI, DFA 2850B).

38 T. J. Kiernan, « The Irish in Canada », rapport envoyé au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 30 juin 1958, NAI, DFA, 338/86/1.

39 La communauté irlandaise ne représentait plus que 10,3 % de la population canadienne (ibid.).

40 Il s’agissait de membres de la United Church of Canada (34,2 %), de presbytériens (8,1 %), de baptistes (3,6 %), de luthériens (0,6 %) et de membres de diverses autres Églises (3,6 %) (ibid.).

41 L’auteur évaluait à sept mille cinq cents le nombre de personnes ayant rejoint le Canada en provenance de la République d’Irlande en 1957 et à six mille huit cents celles arrivées d’Irlande du Nord (ibid.).

42 Montréal faisait cependant figure d’exception. Même si la communauté d’origine irlandaise ne représentait que 6 % de la population de la ville, elle disposait d’une influence politique notable au niveau local. Les personnes de souche irlandaise dotées d’un bon niveau d’éducation occupaient des postes dans l’administration de la ville, la police et le système judiciaire (T. J. Kiernan, « The Irish in Montreal », rapport envoyé au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 1er mai 1959, NAI, DFA, 338/86/1).

43 « The Irish-origin Canadians are, in general, not interested in Ireland. They are poorly informed, and even the best informed are inclined to limit their interest to the Ireland of Yeats and the Irish Literary Renaissance » (T. J. Kiernan, « The Irish in Canada »).

44 « The lesson to be learnt from this is that while no quick results should be expected from action taken to develop an understanding of Ireland in Canada, the long-term results of action can be profound and lasting. Unfortunately, such action calls for mental and physical energy ; an alert continuation of policy. The lethargy which has characterized the Department’s attitude to such activities in the past is paralleled by the indifference to Ireland which is the most noticeable feature of the Irish-born people who have come to settle in Canada » (ibid.).

45 T. J. Kiernan au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 13 novembre 1958, lettre confidentielle, NAI, DFA, 338/86/1.

46 T. J. Kiernan, « The Irish in Montreal ».

47 T. J. Kiernan, « The Irish in Canada ».

48 « We had many discussions on the contents, opinions and conclusions of the report and found that our varied experiences, over twenty-three years in my case and eight years in Gallagher’s case, led us to the unhappy belief that our vaunted “spiritual empire” is no longer an effective force in our behalf in these parts » (John M. Conway, en collaboration avec Eamonn Gallagher, « The Irish in the United States, New York consular area », rapport envoyé à Cornelius Cremin, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 27 juin 1958, NAI, DFA, 338/86/1).

49 Selon les auteurs de ce rapport, approximativement vingt-neuf millions d’Américains avaient du sang irlandais, à peu près quinze millions étaient catholiques, neuf millions étaient Scots-Irish (donc de religion protestante) et cinq millions étaient d’une religion autre que catholique. Conway et Gallagher notèrent que ces derniers avaient peu d’organisations au sein desquelles se retrouver, raison pour laquelle ils avaient tendance à perdre leur identité irlandaise (ibid.).

50 « We are fortunate in having a number of individuals, in Congress and elsewhere, who will grant us more than a casual hearing. It would be a mistake to expect too much of them as they cannot be expected to feel under any obligation to submerge their American interests to ours » (ibid.).

51 « We have social contacts with Irish-Americans in the financial field. With one or two exceptions, however, we have generally found that their interest in Ireland is limited to a sentimental regard for their ancestry, which does not involve financial expenditure. They might, however, be attracted to us if social cachet were provided. […] the number who have any interest in Ireland is extremely small and principally because our economic importance to them is so negligible » (ibid.).

52 « The Industrial Development Authority is also aware of the fact that Irish-born residents and Irish-Americans are not inclined to show any particular enthusiasm for Ireland merely because of their racial background. Irish-Americans undoubtedly represent tremendous economic power but such power is neither concentrated enough nor “Irish” enough to risk very much for Ireland’s benefit » (ibid.).

53 « Our influence in the United States is a function of the amount of interest Irish-Americans have in Ireland, rather than being “Irish”. […] It is remarkable the extent to which being “Irish” does not involve any particular enthusiasm for, or even interest in, Ireland. […] We, ourselves, have done little to avert the decline of Irish-American interest in us. There continues, of course, a natural race relationship. I feel, however, that our contact with Irish-Americans is so limited that we are in danger of losing any real connection with them » (ibid.).

54 Edward Lee, « The Irish in Philadelphia », rapport envoyé à T. J. Kiernan, 26 avril 1961, NAI, DFA, P115/I.

55 « There were two difficulties, the onetime settlements no longer exist and it is impossible to judge the extent to which the inevitable “melting pot” has eradicated the “Irish-ness” [sic] of the second and later generations. Friendliness for Ireland is universal but there is none of the identification which characterised the Irish community in Britain in which I was born. In speaking of our race we used the first person, the Irish-American refers to Ireland and the Irish as “it” and “them” » (ibid.). Ce rapport fut transmis à Dublin.

56 Le livre blanc intitulé First Programme for Economic Expansion (1958) fit suite au rapport de Thomas Kenneth Whitaker, Economic Development.

57 « As the present time, because of the efforts made to promote a better “image” of Ireland in the United States and the various proposals which are being considered by this department with a view to furthering the aims of the programme for economic expansion, the matter has assumed a new significance. In connection with these proposals, it is now essential that we have here a clearer picture of the political, economic and social standing of the Irish in the United States so we may be aware of their potentialities » (Seán S. Ronan, secrétaire assistant du ministère des Affaires étrangères à T. J. Kiernan, ambassadeur d’Irlande aux États-Unis, 26 avril 1961, NAI, DFA, P115/I).

58 « Proposed American Irish Foundation », [1962 ?], NAI, DFA, 338/76 I.

59 Lettre adressée à miss Murphy [signature illisible], 13 août 1962, NAI, DFA, 338/76 I.

60 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 204, nº 7, 16 juillet 1963.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search