Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Deuxième partie. Le tournant des politiques économiques dans les années 1950 et le recours à l’élite entrepreneuriale irlando-américaine

Chapitre IV

L’économie du Nord-Est de l’île d’Irlande : une prospérité éphémère

Texte intégral

  • 1 Philip Ollerenshaw, « Business and Finance, 1780-1945 », in Ulster since 1600 : Politics, Economy, (...)
  • 2 Ronnie Munck, The Irish Economy, Londres – Boulder, Pluto Press, 1993, p. 15.
  • 3 Jonathan Bardon, A History of Ulster, Belfast, Blackstaff Press, 1992, p. 456.
  • 4 Ibid., p. 182.
  • 5 David S. Johnson, « The Northern Ireland Economy, 1914-39 », in An Economic History of Ulster, 1820 (...)

1Dans la seconde partie du XIXe siècle, l’économie de la partie nord-est de l’île d’Irlande connut une période de prospérité remarquable. Son industrie principale, le tissage du lin, dont la production était désormais mécanisée, était particulièrement florissante. En 1914, elle fabriquait les trois-quarts de la production britannique et exportait vers des marchés où la demande allait croissant, les États-Unis en particulier1. L’Ulster était alors le premier producteur mondial de toile de lin2. La construction navale, la plus dynamique du Royaume-Uni3, était le second pilier de l’économie locale. Harland and Wolff, fondé en 1850, et Workman Clark, créé en 1879, deux chantiers navals situés à Belfast, étaient les plus grosses entreprises de la ville4. À cette époque, l’agriculture occupait également une place prépondérante dans l’économie de cette partie de l’île5.

  • 6 Ibid. p. 184-187.
  • 7 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 456-457.

2Ces secteurs de l’économie furent particulièrement sollicités lors de la Première Guerre mondiale6. La demande de toile de lin pour les uniformes, les tentes, les draps, etc. explosa et les carnets de commandes des chantiers navals firent le plein7. Le beurre, les œufs, la viande de porc et de bœuf furent également exportés en grande quantité. Cette période d’expansion économique du Nord-Est culmina en 1920.

  • 8 Ibid., p. 514-515.
  • 9 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, Londres – New York, Longman, 1991, p. 23.
  • 10 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 516-523.

3Après la partition politique de l’île, l’Irlande du Nord, demeurée au sein du Royaume-Uni, fut dotée d’un parlement et d’un gouvernement autonome. Ses institutions disposaient d’une certaine marge de manœuvre dans le domaine économique8. Au moment de la partition, la situation économique du Nord-Est de l’île, à son apogée, donnait la fausse impression que la nouvelle entité pourrait non seulement subvenir à ses besoins, mais également contribuer à alimenter les coffres du Trésor britannique9 avec un surplus de revenu, la « contribution impériale », au même titre que les autres régions du pays. Cependant, les trois industries principales de l’économie nord-irlandaise commencèrent à péricliter lentement à partir du milieu des années 192010.

  • 11 Philip Ollerenshaw, « Businessmen in Northern Ireland and the Imperial Connection, 1886-1939 », in (...)
  • 12 Ibid., p. 176-182.

4Même si les autorités provinciales nord-irlandaises n’étaient pas autorisées à légiférer en matière de commerce extérieur ou à conclure d’accords commerciaux avec des pays tiers, elles parvinrent cependant à obtenir un régime de faveur. En effet, dès 1923, des représentants nord-irlandais furent conviés à la Conférence économique impériale de Londres à laquelle participèrent de nombreux représentants des pays membres du Commonwealth. L’enjeu était très important pour Belfast, car il y avait là une occasion d’établir directement des contacts avec des gouvernants étrangers11, ce qui pourrait se révéler utile pour développer les exportations de la province aux quatre coins du monde, à l’heure où l’activité de ses industries traditionnelles marquait le pas12. Dans les mois et années qui suivirent, Stormont entretint ces relations avec ses partenaires du Commonwealth. La province reçut par exemple la visite officielle en 1923 de William Massey, Premier ministre de Nouvelle-Zélande et natif d’Ulster. Il semblerait que grâce à ce lien particulier le commerce entre les deux pays ait pu se développer.

  • 13 Voir par exemple : New Ireland Forum, The Economic Consequences of the Division of Ireland since 19 (...)

5Certains économistes13 ont attribué les difficultés persistantes de l’économie nord-irlandaise à la partition de l’île. Ronnie Munck, par exemple, affirme que ses effets délétères allèrent au-delà de conséquences économiques à court terme :

  • 14 « This event [partition] damaged the economy and inhibited future development. It disrupted trade f (...)

Cet événement [la partition] a nui à l’économie et inhibé son développement futur. Il a perturbé le commerce entre le Nord et le Sud [de l’île] et affaibli les liens économiques déjà quelque peu fragiles entre les deux régions. Mais, plus fondamentalement, la partition a cimenté la division politique en Irlande et a fait obstacle à la naissance d’un sens de l’intérêt commun et d’une volonté de surmonter le retard économique de l’île14.

  • 15 John Bradley, « The History of Economic Development in Ireland, North and South », in Ireland North (...)

6John Bradley, tout en acceptant l’idée que la partition ait réduit à néant la création de synergies économiques intra-insulaires, est plus nuancé et remet en question les vues de Lars Mjøset qui estime qu’en privant le Sud de l’Irlande du noyau industriel de l’île, la partition a représenté un sérieux handicap pour l’économie du nouvel État. En effet, Bradley émet des doutes quant à la capacité des industries du Nord-Est de l’île à apporter le dynamisme et les ressources dont l’économie du Sud avait cruellement besoin dans la mesure où, comme ce fut également le cas en Grande-Bretagne, elles entrèrent dans une phase de déclin après la Première Guerre mondiale15.

  • 16 David S. Johnson, « The Northern Ireland Economy, 1914-39 », p. 188-190 ; Sabine Wichert, Northern (...)
  • 17 David S. Johnson, « Partition and Cross-Border Trade », in From Plantation to Partition, Peter Roeb (...)

7En réalité, la question très politique de l’impact véritable de cette partition n’a jamais été définitivement tranchée16. L’historien David S. Johnson17, par exemple, relativise ses conséquences sur les deux économies et montre que la politique protectionniste mise en place par l’Irlande au début des années 1930 a eu des effets beaucoup plus sérieux sur les relations économiques entre les deux juridictions.

  • 18 Valérie Peyronel, Économie et conflit en Irlande du Nord, Paris, Ellipses, 2001, p. 56-58.

8Une chose est néanmoins certaine, la très petite taille de son marché intérieur constitua un handicap pour l’économie de l’Irlande du Nord qui resta tributaire de ses exportations, dont la destination principale était la Grande-Bretagne, éloignée du point de vue géographique18.

  • 19 Au nombre des sans-emploi recensés, il faut ajouter les trente mille non recensés (Jonathan Bardon, (...)

9Une économie ouverte étant particulièrement vulnérable aux chocs extérieurs, l’Irlande du Nord fut frappée de plein fouet par la crise économique internationale des années 1930 et par le protectionnisme mis en place par de nombreux pays pour protéger leur industrie. Le taux de chômage grimpa en flèche pour atteindre 28 %. En 1932, soixante-douze mille sans-emploi furent officiellement recensés19. La construction navale et l’industrie du lin, deux piliers de l’économie régionale, furent particulièrement touchées.

  • 20 Ibid. p. 529.
  • 21 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, p. 23.
  • 22 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 529-534.

10Loin d’être un épisode passager, la crise dura une décennie. Le taux de chômage culmina à 29,5 % de la population active en juillet 193820. Dès cette époque, la province fut dans l’incapacité de payer la contribution impériale21. Les conditions de vie de la classe ouvrière se dégradèrent, car l’allocation chômage octroyée par les autorités locales ne suffisait pas à garantir le minimum vital pour les nombreuses familles qui vivaient dans des logements insalubres. Il n’est donc pas surprenant de constater que les maladies infectieuses y étaient bien plus fréquentes qu’ailleurs au Royaume-Uni et qu’en 1931 l’espérance de vie n’y était que de cinquante-sept ans22.

  • 23 Les New Industrial Development Acts de 1932 et de 1937 prévoyaient des prêts à taux 0 % et des subv (...)
  • 24 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, p. 22.

11La base sur laquelle reposait l’économie nord-irlandaise était alors très étroite. Le gouvernement autonome tenta de diversifier le secteur industriel régional à partir des années 1930, mais sans grand succès23. L’Irlande du Nord ne parvint pas à attirer de nouveaux secteurs en pleine croissance comme l’industrie automobile ou chimique, dont les grands noms préféraient s’établir moins loin de la capitale britannique24.

  • 25 Ronnie Munck, The Irish Economy, p. 47-55.
  • 26 En 1945, la Grande-Bretagne mit ainsi en place les premières allocations familiales, puis, l’année (...)

12À l’instar du premier conflit mondial, la Seconde Guerre mondiale fut une aubaine pour les chantiers navals et l’industrie du lin25 dont l’activité fut relancée pour un temps. Qui plus est, le gouvernement travailliste, qui arriva au pouvoir en juillet 1945, promit aux dirigeants de Stormont que l’Irlande du Nord bénéficierait des réformes de l’État providence26 au même titre que le reste du Royaume-Uni.

  • 27 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 612-615.

13L’embellie économique dura quelques années après la fin de la Seconde Guerre mondiale pour les chantiers navals et l’industrie du lin nord-irlandaise, puisque la guerre de Corée contribua à remplir de nouveau les carnets de commandes de ces deux secteurs27. Cependant, au terme de ce conflit, le secteur du lin, de plus en plus souvent remplacé par des fibres synthétiques, périclita.

  • 28 Ibid., p. 616-617.

14Dans les années 1950, l’agriculture nord-irlandaise se modernisa et gagna en productivité, mais, ce faisant, elle employa moins de main-d’œuvre. Les autorités locales durent donc faire face non seulement aux compressions de personnel dans l’industrie du lin, mais également à l’afflux d’une population rurale désormais sans emploi et à l’augmentation globale de sa population28.

  • 29 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, p. 60. Voir également à ce sujet : Richard T. Harrison (...)

15Stormont adopta de nouvelles mesures, comme le Re-equipment of Industry Act (NI) de 1951 et le Capital Grants to Industry Act (NI) de 1954 qui prévoyaient des subventions pour aider les industries existantes à se moderniser. Les Industries Development Acts (1945-1953) étaient, quant à eux, destinés à encourager l’implantation d’entreprises britanniques en Irlande du Nord, l’objectif étant de diversifier et d’élargir le tissu industriel de la province. Les industries qui vinrent s’y installer générèrent des emplois au rythme de trois mille par an, alors que les entreprises existantes n’en créèrent aucun29. Un constat s’imposa alors : si la province voulait parvenir à résorber le chômage, elle devait donc a priori s’efforcer d’attirer des entreprises de secteurs en pleine croissance venues de l’extérieur.

Quand la politique entrave les affaires

  • 30 Voir à ce sujet : Christopher Hewitt, « Discrimination in Northern Ireland : A Rejoinder », The Bri (...)
  • 31 Martin Melaugh, « Majority – Minority Differentials : Unemployment, Housing and Health », in Facets (...)

16Les dirigeants unionistes, dès la création de l’Irlande du Nord comme entité politique, firent en sorte de conserver la mainmise du pouvoir au détriment de la minorité catholique. Un savant découpage, volontairement biaisé, des circonscriptions électorales (gerrymandering) lui permit de conserver l’avantage. Cette volonté était en grande partie motivée par la peur de se trouver un jour minoritaire, une crainte peut-être justifiée, puisque le taux de natalité chez les catholiques était alors plus élevé que celui des protestants. Le Special Powers Act, une loi d’exception conférant au ministre de l’Intérieur d’Irlande du Nord des pouvoirs très étendus dans le domaine du maintien de l’ordre, fut voté au lendemain de la partition afin de rétablir l’ordre dans la province. Hormis cet outil législatif très répressif, le régime de Stormont avait à sa disposition un corps de police, la Royal Ulster Constabulary, ainsi que les B-Specials, sorte de police spéciale composée de volontaires réservistes. Même si les avis divergent sur l’étendue du phénomène30, la minorité catholique d’Irlande du Nord fut victime de discriminations politique et sociale, en particulier dans le domaine du logement et de l’emploi31, et ce des décennies durant.

  • 32 Basil Brooke fut Premier ministre d’Irlande du Nord du 1er mai 1943 au 26 mars 1963.
  • 33 Philip Ollerenshaw, « Northern Ireland and the British Empire-Commonwealth, 1923-61 », Irish Histor (...)
  • 34 Ibid., p. 238.

17En 1950, Basil Brooke32, le Premier ministre d’Irlande du Nord, se rendit aux États-Unis et au Canada pour, entre autres, promouvoir les échanges commerciaux et encourager les entreprises de ces pays à venir s’établir en Irlande du Nord33. Si l’accueil qui lui fut réservé au Canada fut chaleureux, il fut plus frais aux États-Unis. D’ailleurs, le président Truman refusa de le rencontrer. Le maire de la ville de New York, Bill O’Dwyer, fit de même. Il faut dire que Brooke était connu pour ses propos outranciers envers les catholiques34.

18En 1937, le député nationaliste Cahir Healy était l’un de ceux qui affirmaient que la politique discriminatoire de Stormont vis-à-vis de la minorité catholique avait porté préjudice aux exportations de la province, en particulier celles de lin, aux États-Unis :

  • 35 « In the case of Ulster linen, when this Government came into office the industry was a flourishing (...)

Quant au lin d’Ulster, quand ce gouvernement est arrivé au pouvoir, ce secteur était florissant parce qu’il avait le marché des États-Unis, le meilleur marché au monde. Les acheteurs les plus fidèles de lin irlandais étaient les personnes d’origine irlandaise ou les Irlandais de naissance. Vous avez commencé à prêcher une politique sectaire […] vous avez donné au lin irlandais l’appellation « lin d’Ulster ». Vous ne l’avez pas appelé lin d’Irlande du Nord. Selon les circonstances, c’est Irlande du Nord ou c’est Ulster, comme cela vous arrange. Jamais, autant que je me souvienne, vous n’avez opté pour l’appellation [lin] irlandais. À partir du moment où vous avez réduit l’intérêt [des acheteurs] aux États-Unis, il y a eu une baisse spectaculaire et tragique des ventes. Cette industrie ne s’en est toujours pas remise. Je suis persuadé que si le gouvernement présentait son lin comme du lin irlandais, s’il considérait la situation d’un point de vue national et non pas seulement régional, il pourrait encore récupérer une bonne partie du marché qu’il a perdu aux États-Unis35.

19Il est intéressant de constater que le désir de Stormont de se démarquer de l’Irlande alla jusqu’à créer une image distincte pour les exportations de l’Irlande du Nord. Cependant, il est peu probable que ce changement d’appellation fût le seul responsable du déclin de ce secteur qui faisait face à une baisse de la demande.

20Brooke, quant à lui, accusa les nationalistes de créer un climat d’instabilité politique qui effrayait les investisseurs potentiels :

  • 36 « If he and his friends continue to carry on agitation it creates a sense of uncertainty not only a (...)

Ses amis et lui [le député nationaliste Harry Diamond, député de Belfast Falls], en entretenant la contestation, créent un sentiment d’incertitude pas seulement chez les industriels américains, mais également en Angleterre. Ils se demandent si cela vaut la peine d’implanter des industries ici parce qu’à leur avis, pas le nôtre, l’Irlande du Nord pourrait bien être absorbée par l’État libre. Ces choses sont difficiles à réfuter. Si le député, qui représente de nombreux salariés de sa circonscription, voulait prendre ce point en considération, il se rendrait compte qu’en agissant de la sorte, il porte en réalité préjudice aux membres de sa communauté. Je ne vais pas lui demander de renoncer, car apparemment cela serait futile et probablement vain. Mais, il nuit vraiment à ce pays, car il entrave nos efforts pour attirer des industries ici36.

  • 37 Philip Ollerenshaw, « Northern Ireland and the British Empire-Commonwealth, 1923-61 », p. 240.

21Il y avait, semble-t-il, urgence à redorer le blason de la province à l’étranger si ces dirigeants voulaient attirer les investisseurs. En 1955, Brooke entreprit un périple de deux mois en Australie et en Nouvelle-Zélande dans l’objectif de trouver des débouchés pour l’industrie du lin et les produits d’ingénierie. Il comptait sur l’influence de trois ministres du gouvernement australien d’origine ulstérienne37 pour plaider la cause de la province. Mais, pour Ollerenshaw :

  • 38 « The main problem of Northern Ireland was that whatever publicity machine the government put in pl (...)

Le problème principal de l’Irlande du Nord était que, quelle que soit la machine publicitaire mise en place par le gouvernement, elle ne pourrait jamais égaler celle de Dublin ou celle de l’Amérique irlandaise38.

Quelques hommes d’affaires de bonne volonté

  • 39 « Points from Prime minister’s speech at Reform Club on occasion of Home Secretary’s visit », septe (...)

22En 1955, le taux de chômage en Irlande du Nord était devenu particulièrement préoccupant. Aussi fut-il jugé nécessaire, à l’issue d’une concertation entre Gwilym Lloyd George, le ministre de l’Intérieur britannique, et Brooke, de mettre en place une équipe dont la mission première serait de trouver les moyens de vaincre ce fléau et de conseiller le gouvernement local en matière de développement économique39.

  • 40 « Government announcement, Northern Ireland Development Council », PRONI, CAB/9F/188/8.
  • 41 Chandos était un héros de la Première Guerre mondiale qui avait par la suite occupé des fonctions a (...)
  • 42 En 1951, le taux de chômage en Irlande du Nord était de 5,5 % (« Lord Chandos’ statement to a press (...)

23La création du Northern Ireland Development Council (NIDC), qui comptait huit membres, fut annoncée le 1er novembre 195540. Lors de sa première conférence de presse, Lord Chandos41, son président, se voulut rassurant. Certes, l’Irlande du Nord comptait vingt-six mille chômeurs alors que la Grande-Bretagne connaissait le plein-emploi. Cependant, le taux de chômage de la province n’avait pas été aussi bas depuis 195142. Il estimait donc que le problème n’était pas insurmontable à condition de pouvoir convaincre des entreprises britanniques et américaines de venir s’implanter en Irlande du Nord. La province, affirma-t-il, avait beaucoup d’atouts. Elle disposait d’une main-d’œuvre de bonne volonté et loyale. Le taux d’absentéisme était bien inférieur à celui de la main-d’œuvre en Grande-Bretagne. Les entreprises britanniques qui s’étaient installées en Irlande du Nord comme Courtaulds, Metal Box Company ou encore Lotus Shoes, étaient tout à fait satisfaites. Par ailleurs, les subventions et les prêts à taux intéressants que les autorités offraient aux entreprises désireuses de venir s’implanter en Irlande du Nord constituaient également des avantages non négligeables.

  • 43 « Minutes of the Northern Ireland Development Council, appendix A, statement by Chairman », 14 nove (...)

24Dès la première réunion du NIDC, Chandos évoqua la nécessité de mener une campagne publicitaire en Amérique du Nord et, dans ce cadre, la possibilité de recruter un groupe de personnes, de bonne volonté, originaires d’Irlande du Nord, prêtes à participer à l’effort publicitaire du NIDC aux États-Unis et au Canada43.

  • 44 « Report on publicity », 17 février 1956, PRONI, CAB/9F/188/10.
  • 45 A. E. Cooper, représentant de l’Ulster Bank / Westminster Bank aux États-Unis ; J. F. Cordner, Lybr (...)

25Le ministre du Commerce nord-irlandais et Chandos arrêtèrent leur choix sur un petit nombre de volontaires disposés à aider le NIDC44. Chandos fit leur connaissance lors de sa mission aux États-Unis, fin mai 1956. Le Groupe de liaison aux États-Unis (United States Liaison Group) vit officiellement le jour le 1er juin 1956. Il était composé de sept personnes45 dont six désiraient rester anonymes. Seul le nom d’A. E. Cooper serait communiqué à la presse. Le groupe se vit assigner la tâche de réfléchir et de conseiller le NIDC sur les mesures à prendre pour attirer des investissements américains en Irlande du Nord. Ses membres auraient aussi pour mission de disséminer des informations sur la province et de transmettre les noms d’entreprises qui pourraient envisager de venir s’y installer.

  • 46 Le document cite Price Waterhouse à titre d’exemple (ibid.).

26Lors de leur rencontre avec Chandos, les membres du groupe lui déconseillèrent de mener une campagne de publicité destinée au grand public aux États-Unis. Au lieu de cela, ils lui suggérèrent d’entrer en contact avec les banques, car elles avaient très souvent connaissance des projets d’investissement à l’étranger de leurs clients. Elles pourraient présenter les avantages de la province dans le cadre de leur mission de conseil. Les grands cabinets de conseil britanniques implantés aux États-Unis46, spécialisés dans l’expertise comptable, les grandes entreprises et les écoles de commerce faisaient aussi partie des cibles du Groupe de liaison.

  • 47 « Account of visit of chairman to United States », [juin 1956], PRONI, CAB/9F/188/10.

27Lors de son séjour aux États-Unis, Chandos rencontra les représentants du British Trade Promotion Centre et de la Chambre de commerce britannique, chargés de la promotion du commerce, ainsi que ceux du Scottish Council dont la mission était d’encourager les investisseurs américains à venir s’installer en Écosse. Chandos avait établi des relations amicales avec l’équipe du Scottish Council qui s’était engagé à transmettre les noms de contacts qui ne l’intéressaient pas car les débouchés étaient maintenant peu nombreux en Écosse pour les entreprises étrangères47.

28Chandos revint satisfait de sa mission, un enthousiasme dont il fit part au Premier ministre nord-irlandais :

  • 48 « They pratically worked me into the ground in the United States, but I was much gratified by the i (...)

Ils m’ont épuisé aux États-Unis, mais l’intérêt que les gens ont montré a été très gratifiant. […] Les trois clients potentiels qui, bien sûr, m’intéressent le plus en ce moment sont Dupont, Chemstrand et Reynolds Metal Company48.

  • 49 Le nom officiel de la ville est Londonderry, néanmoins, les nationalistes et la plupart des catholi (...)
  • 50 « Report on publicity, seventh council meeting », 7 janvier 1957, PRONI, CAB/9F/188/10.

De fait, quelques semaines plus tard, Dupont rendit publique sa décision d’implanter une usine de production à (London)derry49 et de créer ainsi mille six cents emplois. Quant à l’entreprise Chemstrand, elle arrêta son choix sur la ville de Coleraine, située dans le Nord de la province50. Chandos fit également part de l’impression positive que lui avaient faite les membres du Groupe de liaison :

  • 51 « We can count upon this committee for sound advice, and up-to-date knowledge of the American indus (...)

Nous pouvons compter sur ce comité pour nous donner de bons conseils et nous tenir au courant des développements dans l’industrie aux États-Unis et pour superviser la création de contacts avec l’industrie américaine51.

  • 52 S. C. Leslie, « Report on America », 17 octobre 1956, PRONI, CAB/9F/188/10.

29S. C. Leslie, un autre membre du NIDC, se rendit à son tour aux États-Unis au mois de septembre 1956. Il assista à la première réunion du Groupe de liaison désormais désigné sous le nom de US Committee. Sa mission l’amena à New York, Washington et Boston. Il rencontra des banquiers, les éditeurs en chef des plus grands journaux américains et des hommes d’affaires. Il prit également contact avec les autorités américaines en charge du commerce extérieur. Tout en reconnaissant que ces dernières avaient moins d’ascendant sur l’industrie et les milieux d’affaires que le Board of Trade au Royaume-Uni, il considérait qu’il était important d’entretenir des relations étroites avec le ministère américain du Commerce que de potentiels investisseurs, en quête d’informations, consultaient parfois. En outre, ses différentes publications exerçaient une certaine influence sur les milieux d’affaires américains. Leslie avait eu vent de la visite au Royaume-Uni d’Eugene Kaplan, haut fonctionnaire de ce ministère, et s’employait à le faire venir en Irlande du Nord52.

30À son retour des États-Unis, Leslie était convaincu que la méthode utilisée par le Scottish Council devait servir de modèle au NIDC. Alex Brackenridge, directeur de la Morton Sundour Company aux États-Unis, et qui était, selon Leslie, l’instigateur de la campagne du Scottish Council, s’était montré très coopératif et lui avait donné de précieux conseils pour attirer des investissements américains :

  • 53 « He summed up the secret of their success when he described the Scottish campaign in the United St (...)

En décrivant la campagne écossaise [du Scottish Council] aux États-Unis, il a résumé le secret de leur succès à « une histoire de cœur ». Ils ont sans conteste exploité le prestige et l’attachement pour l’Écosse qu’éprouvent de nombreuses personnes haut placées dans le monde des affaires aux États-Unis. L’Irlande du Nord a des ressources similaires et peut-être même plus importantes encore que ce nous pourrions imaginer53.

31En premier lieu, il fallait trier sur le volet des groupes de trente ou quarante hommes d’affaires d’origine nord-irlandaise ou bien disposés à l’égard de la province. Ceux-ci seraient conviés à des rencontres présidées par un éminent banquier ou un industriel de renom. Lord Chandos et quelques directeurs d’entreprises américaines, implantées en Irlande du nord, en présenteraient les avantages. On lui avait rapporté que cette méthode était très efficace :

  • 54 « A gathering in New York on these lines arranged on behalf of the Scottish Council, at which the h (...)

Une réunion du même type organisée par le Scottish Council à New York, au cours de laquelle le directeur de l’American Burroughs Adding Machine Company a décrit les opérations de son entreprise en Écosse, a été portée à mon attention par plusieurs personnes à New York comme étant un modèle de la façon de marquer les esprits des hommes d’affaires américains54.

  • 55 Pavlos Dimitratos, Ioanna Liouka, Duncan Ross, Stephen Young, « The Multinational Enterprise and Su (...)
  • 56 Kevin Rush, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, au secrétaire du ministère de l’Indust (...)

32Cette suggestion avait également été faite par Ferdinand K. Thun, lors de la réunion de l’US Committee, et approuvée par les autres membres du groupe. Il est vrai que la politique industrielle menée en Écosse remportait un franc succès auprès des investisseurs américains55. Selon un article paru dans l’U.S. Journal of Commerce le 3 septembre 1954, vingt-huit grosses entreprises américaines avaient ouvert des usines en Écosse depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des unités de production qui fournissaient du travail à dix mille Écossais56.

33Il fut donc envisagé de demander à des directeurs d’entreprises américaines qui avaient investi en Irlande du Nord de faire la promotion de la province dans les cercles d’affaires outre-Atlantique. Des hommes d’affaires nord-irlandais ayant des contacts aux États-Unis seraient investis de la même mission.

  • 57 S. C. Leslie, « United States Campaign : Outline Proposals », décembre 1956, PRONI, CAB/9F/188/10.

34Leslie pensait qu’il serait payant d’entrer en contact personnellement avec les investisseurs potentiels. Cette méthode avait également été éprouvée par le Scottish Council. Sir Francis E. Evans fut pressenti pour être l’homme de la situation. Né à Belfast, ce diplomate connaissait bien les États-Unis, puisqu’il avait été en poste à New York et à Boston quelques années auparavant57. Sur le point de prendre sa retraite, il accepta d’aller à la rencontre d’investisseurs potentiels dans le cadre d’une mission de plusieurs semaines aux États-Unis.

35À son arrivée à New York, en octobre 1957, un grand repas fut organisé par l’US Committee au University Club. Le consul général britannique était également présent. Les conseils du Scottish Council avaient été suivis à la lettre. L’assemblée comptait une trentaine de personnes, certaines représentaient des entreprises, d’autres des banques ou des associations professionnelles. Evans leur parla des avantages de l’Irlande du Nord. En outre, deux personnes représentant Hughes Tool et Berkshire Knitting, des entreprises américaines implantées dans la province, en parlèrent en termes élogieux.

  • 58 De son côté, Bell se rendit dans les villes de Dallas, Milwaukee, Indianapolis, Cleveland et Columb (...)

36Quelques jours avant l’arrivée d’Evans, des encarts publicitaires vantant les mérites de l’Irlande du Nord étaient parus dans The New York Times. D’après W. E. Bell, le secrétaire du NIDC, qui assistait Lord Evans pendant sa mission58, les demandes de renseignements affluaient, à tel point qu’il passait le plus clair de son temps à y répondre, mais il admit qu’il y avait peu à en attendre en termes d’investissement :

  • 59 « We have now had almost 300 requests for our literature, about half of these came from individuals (...)

Nous avons eu jusqu’à maintenant presque trois cents demandes de renseignement, à peu près la moitié provenait de particuliers, à peu près quatre-vingt-dix d’entreprises manufacturières et le reste de banquiers, de consultants en investissements et d’experts en relations publiques. Nous avons prêté particulièrement attention aux demandes des entreprises manufacturières, mais seul un petit nombre émanait d’entreprises bien établies dans le monde des affaires aux États-Unis59.

37Dans son compte rendu, Bell loua également la contribution d’A. E. Cooper, une perle rare, qui s’était montrée d’une aide précieuse :

  • 60 « This report would be incomplete without a special word of thanks to Mr. Cooper, the convener of o (...)

Ce rapport serait incomplet sans une mention spéciale pour M. Cooper, la tête de l’US Committee. Son enthousiasme pour la cause de l’Irlande du Nord va au-delà des mots. Il a passé de nombreuses heures à organiser notre itinéraire et à disséminer nos brochures publicitaires aux entreprises américaines. Les résultats de la campagne de publipostage qu’il a entrepris ont été décevants, mais nous espérons que les entretiens individuels seront plus fructueux. Sir Francis [Evans] et moi-même avons été particulièrement impressionnés par les relations étroites que M. Cooper entretient avec des banquiers et des hommes d’affaires américains. Il semble avoir des contacts dans tous les centres industriels d’importance aux États-Unis60.

  • 61 Florida Irish Heritage Center, « Where Are the Irish in America », 4 janvier 2012, en ligne : https (...)

38Après son séjour à New York, Evans entama une tournée des grandes villes américaines dont Philadelphie, Pittsburgh, Wilmington, Houston et Chicago où résidait une large communauté d’origine Scots-Irish61.

  • 62 Francis E. Evans, « Tour of American Industry, October-November 1957, Report to the Chairman from S (...)

39Le rapport que Lord Evans présenta au NIDC à son retour alla dans le même sens que celui de Bells. L’US Committee s’était montré très utile et remplissait bien sa fonction de conseil et de mise en relation avec des investisseurs potentiels. Grâce à ses contacts haut placés dans les milieux d’affaires, l’US Committee parvenait à éveiller leur intérêt62. Evans estima que l’expérience pourrait être reproduite dans d’autres villes américaines :

  • 63 « I would, however, welcome the strengthening of the Committee by the addition of members establish (...)

Je serais cependant très content de voir le Committee se développer en recrutant des membres établis dans plusieurs régions en dehors de la zone métropolitaine [de New York]. Ils n’ont nul besoin d’être ulstériens bien que naturellement cela soit préférable pour tirer parti de la bienveillance spéciale dont les personnes [hommes d’affaires] originaires d’Ulster pourraient faire preuve. […] Le développement du [US] Committee sera un processus long si l’on procède de cette façon, mais cela pourrait progressivement faire boule de neige. D’autres personnes pourraient convenir tels des cadres d’établissements bancaires et des personnes qui seraient en mesure de nous renseigner sur des entreprises de leur secteur susceptibles de se développer à l’international63.

40En janvier 1958, Evans passa le relais à J. V. Morrison qui devint le représentant permanent du ministère du Commerce d’Irlande du Nord aux États-Unis. Ce dernier prit alors en charge une bonne partie de la mission jusqu’alors assurée par l’US Committee. Le groupe se tint à la disposition de Morrison durant les deux années qui suivirent avant d’être officiellement dissous en 1960.

L’Irlande du Nord : une province du Royaume-Uni

41Dans un premier temps, malgré l’aide de l’US Committee, seul un très petit nombre d’investisseurs américains décidèrent de passer à l’acte en investissant dans la province. Pour H. E. Jones, du ministère du Commerce d’Irlande du Nord, le problème se situait ailleurs :

  • 64 « Since May 1956, when our American activities started, 22 American firms visited Northern Ireland (...)

Depuis mai 1956, le moment où nos activités ont commencé, vingt-deux entreprises américaines se sont rendues en Irlande du Nord pour évaluer si l’endroit conviendrait à l’implantation d’une usine. Le fait que seules deux de ces entreprises aient décidé de s’établir en Irlande du Nord n’est pas dû à la façon dont la prospection est organisée. Cela montre plutôt que ce sont les facteurs économiques qui sont déterminants64.

  • 65 « Promotion in America, note by the Council’s sub-committee », document non daté, PRONI, CAB/9F/188 (...)
  • 66 Keith Sydney Isles, Norman Cuthbert, An Economic Survey of Northern Ireland, Belfast, HMSO, 1957.

42A. E. Cooper et certains des autres membres de l’US Committee partageaient cette opinion. Ils pensaient que les autorités devaient, en priorité, repenser et améliorer les avantages proposés aux investisseurs américains potentiels, faute de quoi intensifier l’effort publicitaire ne servirait à rien65. Deux rapports publiés à la fin des années 1950 incitèrent également les autorités nord-irlandaises à prendre des mesures plus énergiques pour attirer les investisseurs étrangers. Les conclusions du premier de ces rapports, intitulé An Economic Survey of Northern Ireland66, plus connu sous le nom d’Isles and Cuthbert Report, étaient particulièrement pessimistes. Elles furent résumées dans un mémorandum destiné au ministère du Commerce dans les termes suivants :

  • 67 « The limited scope for profitable industry in Northern Ireland results in continuously heavier une (...)

L’augmentation continue du chômage, qui est plus sévère qu’en Grande-Bretagne, découle du fait qu’en Irlande du Nord, les possibilités de rendre l’industrie profitable sont limitées. La persistance de ce taux élevé dans les trente dernières années n’est donc pas une phase ponctuelle, mais une tendance de long terme. Si, au Royaume-Uni, le marché de l’emploi permet d’absorber la population active, en Irlande du Nord, sa petite taille ne permet pas de parvenir au plein-emploi. Il sera donc toujours nécessaire de mettre en œuvre des mesures particulières67.

43Pour Isles et Cuthbert, l’économie de la province pâtissait de l’effet combiné de l’absence de ressources naturelles, de l’éloignement géographique et du niveau insuffisant de l’investissement. Dans la mesure où le tissu industriel n’était pas assez diversifié, l’éventail des compétences de la main-d’œuvre était restreint. Les auteurs du rapport préconisaient d’attirer des investissements extérieurs, de grosses entreprises en particulier, pour tenter de résorber le chômage.

  • 68 Il faut souligner que les autorités irlandaises eurent accès de façon non officielle aux conclusion (...)

44Le rapport réalisé par le cabinet de consultants A. D. Little pour le NIDC évalua les mesures destinées à attirer les investisseurs américains en Irlande du Nord. Ses conclusions ne furent guère plus encourageantes que celles du rapport d’Isles et Cuthbert. Dans la mesure où la province avait peu d’atouts, seul un petit nombre de secteurs industriels pourrait être intéressé, et ce, malgré les mesures incitatives proposées par les autorités. Il fut conseillé de mener une grande campagne publicitaire pour faire connaître l’Irlande du Nord aux États-Unis et de mettre en avant le fait qu’elle faisait partie du Royaume-Uni. En effet, d’après ce rapport, rares étaient les industriels américains qui faisaient la distinction entre les deux Irlandes. Or, à cette époque, la main-d’œuvre irlandaise avait une assez mauvaise image auprès de certains d’entre eux68 :

  • 69 « One view of several respondents who had little knowledge about Northern Ireland is that “Irish la (...)

Une vue exprimée par plusieurs personnes interrogées, qui en savaient peu sur l’Irlande du Nord, est que « la main-d’œuvre irlandaise est fainéante et irresponsable » ; cela implique qu’il n’y a pas de différences entre la main-d’œuvre du Nord et celle de la République69.

  • 70 « […] the historical and ethnic differences between the two peoples should be stressed » (ibid.).

45Même si cette opinion n’était pas celle de la majorité, aux dires des consultants, elle avait été exprimée suffisamment fréquemment pour que « les différences historiques et ethniques entre les deux peuples soient bien soulignées »70.

  • 71 « Northern Ireland Development Council – 25th meeting – Tuesday, January 10th, 1961 », PRONI, CAB/9 (...)
  • 72 NIDC, « Note on the progress of the industrial promotion campaign in U.S.A. submitted to the 26th m (...)

46Il fut également conseillé d’agir sous l’égide des services consulaires britanniques. Les autorités nord-irlandaises prirent très au sérieux ces remarques et allèrent dans le sens des recommandations de ce rapport. Elles acceptèrent donc l’invitation conjointe du Board of Trade et du Foreign Office à partager le bureau du British Industrial Development Office (BIDO), un nouvel organe chargé d’attirer les investisseurs au Royaume-Uni, qui vit le jour en février 1960. J. V. Morrison devint alors le directeur adjoint du BIDO. Ce changement fut tout à fait bénéfique, car Belfast bénéficia désormais de moyens financiers accrus et de personnel supplémentaire. Présentée comme faisant partie intégrale du Royaume-Uni, l’Irlande du Nord gagna en visibilité. En outre, les représentants nord-irlandais étaient autorisés à mener des campagnes promotionnelles distinctes s’ils estimaient que cela était nécessaire71. À Belfast, on se félicitait de ce nouvel arrangement et d’avoir, par l’intermédiaire du BIDO, pu pénétrer des cercles d’affaires très en vue aux États-Unis72.

  • 73 Le dossier d’archives contient le décompte exact de prospects par État (« Report on American Activi (...)
  • 74 Florida Irish Heritage Center, « Where Are the Irish in America ».
  • 75 Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy and the Restructuring of the Northern Ireland (...)

47Ce fut à New York, en Californie, en Pennsylvanie, dans l’Illinois, dans l’Ohio, au Texas ainsi qu’au Canada que les campagnes publicitaires et prises de contacts rencontrèrent le plus de succès73. La plupart de ces États faisaient partie de la Manufacturing Belt (ceinture industrielle) où se trouvait une large communauté Scots-Irish. Il en allait de même au Texas et en Californie74 et au Canada. Les efforts des autorités nord-irlandaises pour attirer des investissements américains mirent quelques mois à porter leurs fruits, certes, mais on constate que le nombre d’entreprises américaines qui vinrent s’installer dans la province et des emplois ainsi créés augmentèrent en flèche à partir de 1960 et ce jusqu’en 196875.

  • 76 NIDC, « Note on the progress of the industrial promotion campaign in U.S.A. submitted to the 26th m (...)

48Les efforts de prospection très soutenus des représentants permanents nord-irlandais aux États-Unis furent complétés par des missions ministérielles dont celle de Lord Glentoran, ministre du Commerce nord-irlandais, qui se rendit au Texas, dans l’Illinois et en Pennsylvanie durant un séjour de quatre semaines à l’automne 196076.

Terence O’Neill se tourne vers l’Amérique du Nord

49De son côté, Terence O’Neill, en tant que ministre des Finances (1956-1963), puis, en tant que Premier ministre d’Irlande du Nord (1963-1969), établit des contacts avec les organisations communautaires en Amérique du Nord. Il s’intéressa aux États-Unis, mais aussi au Canada, dont l’économie connaissait un bel essor et où résidait une large communauté originaire d’Irlande du Nord. Dans ses discours, il ne manquait pas d’évoquer les personnages qui avaient quitté la province pour entrer dans l’histoire du Canada ou des États-Unis. Son attitude envers l’émigration n’était nullement désapprobatrice ou larmoyante :

  • 77 « I would never seek to discourage any individual from working out his personal destiny wherever it (...)

Je ne chercherais jamais à décourager qui que ce soit d’accomplir sa destinée où qu’elle le mène. Ces mouvements de populations nous ont tous enrichis. En Irlande du Nord, l’émigration des Huguenots français donna une impulsion décisive à notre grande industrie du lin. Parfois, une plante que l’on déplace fleurit avec une vigueur nouvelle dans un sol différent77.

50En outre, il les encourageait à s’intégrer dans la société qui les avait accueillis :

  • 78 « Now of course I am extremely happy that many of these emigrants to Canada retain happy recollecti (...)

Oui, bien sûr, je suis extrêmement heureux de voir que beaucoup de ceux qui ont immigré au Canada gardent un souvenir heureux de leur terre d’origine […]. Mais, en même temps, j’affirme toujours sans ambages qu’à mon avis l’amour et la loyauté de l’immigré doivent sans conteste aller d’abord à la nation à laquelle il a lié son destin. Je veux que les Ulstériens au Canada soient d’abord de bons Canadiens. En vérité, le meilleur service qu’ils puissent rendre à leurs familles, de l’autre côté de l’Atlantique, est de montrer combien ils peuvent être des citoyens responsables, productifs et loyaux. La situation d’un homme qui arrive dans un pays nouveau est comparable à celle d’un homme qui va quitter sa famille pour se marier. Il ne cessera jamais, peut-on espérer, d’aimer et de respecter ses parents, mais il doit désormais être dévoué à sa partenaire. Donc, être un bon Canadien est une manière aussi bonne qu’une autre pour un Ulstérien de montrer les solides qualités qu’il tient de ses origines78.

51Mais, ces déplacements n’étaient pas de simples visites de courtoisie. Après les éloges, O’Neill, pragmatique, faisait comprendre à la diaspora nord-irlandaise que l’économie de la province avait besoin d’investissements étrangers et les accueillait à bras ouverts :

  • 79 « I also wanted to take the opportunity which such visit affords of obtaining the maximum publicity (...)

J’ai voulu également profiter de cette occasion pour faire connaître, autant que possible, nos initiatives en matière de promotion industrielle. C’est une chose que nous avons peu faite au Canada étant donné les gros besoins en investissements de l’économie canadienne qui est en pleine expansion. J’ai l’impression cependant – et mon sentiment a été confirmé par un certain nombre de Canadiens haut placés – que dans les années à venir les hommes d’affaires canadiens pourraient envisager d’investir considérablement plus à l’étranger que cela n’a été le cas jusqu’à présent. Cela pourrait déboucher sur l’implantation d’usines. J’ai insisté sur les mesures incitatives que l’Irlande du Nord offre, lors des entretiens avec la presse, à l’occasion de contacts personnels que j’ai pu avoir et dans les discours que j’ai prononcés, dont un au très influent Canadian Club à Ottawa79.

  • 80 La campagne de la frontière (the border campaign) dura du 12 décembre 1956 au 26 février 1962.

52Les visites à l’étranger des dignitaires du gouvernement de Stormont étaient aussi destinées à neutraliser les possibles effets sur l’opinion publique outre-Atlantique de la « campagne de la frontière »80, c’est-à-dire les opérations armées que l’IRA menait depuis 1956, le long de la frontière entre les deux Irlandes. Bien que les pertes en vies humaines de ce conflit larvé, principalement rural, fussent limitées, il était susceptible de ternir un peu plus l’image du régime de Stormont à l’étranger.

53En effet, la presse américaine s’émouvait du sort des prisonniers politiques incarcérés sans jugement, tant au nord qu’au sud de la frontière. Le député nationaliste, Cahir Healy, ne manqua pas d’en souligner les effets délétères sur l’image de la province à l’étranger et sur son économie :

  • 81 « The American Press has of late devoted a great deal of space to this particular question. […] We (...)

La presse américaine s’est récemment intéressée de près à cette question [des prisonniers]. […] Nous avons, depuis un certain temps, des représentants en Amérique qui proposent aux industriels de s’implanter en Irlande du Nord. Si nous faisons fi de l’opinion américaine […], et même de l’opinion britannique, comment pouvons-nous espérer qu’ils fassent preuve de déférence à l’égard de nos représentants et de nos délégations quand ils leur suggèrent d’implanter des filiales de leurs très grosses industries dans ce pays81 ?

54Pour O’Neill, les populations d’origine nord-irlandaise de l’étranger devaient se faire les porte-voix de la cause unioniste :

  • 82 « A most valuable role is played, in many parts of the United States and Canada, by local Ulster, U (...)

Dans beaucoup d’endroits aux États-Unis et au Canada, des associations locales, dont les membres sont des personnes d’origine ulstérienne, irlando-ulstérienne ou Scots-Irish, jouent un rôle très important et contribuent ainsi à soutenir la cause de l’Irlande du Nord dans ces pays. Je suis donc heureux d’avoir pu m’exprimer devant les membres des Ulster Associations de Toronto, de l’Ulster-Irish Society de New York et de la Scotch-Irish Society de Pennsylvanie82.

55Malgré la mauvaise publicité dont était victime la province, Francis E. Evans, le représentant de l’Irlande du Nord aux États-Unis, ne se montra pas inquiet à propos des conséquences économiques des actions menées par l’IRA. À son retour en 1957, il écrivit dans son rapport au gouvernement :

  • 83 « I am happy to report that in spite of frequent accounts in the American press of “Irish Republica (...)

Je suis heureux de rapporter que, malgré le fait que la presse américaine fasse souvent état des activités de l’« Armée républicaine irlandaise », il paraît peu probable que cela décourage les investissements américains en Irlande du Nord. Quelques questions ont été posées sur la situation politique, mais les attaques de l’IRA ne semblent pas créer d’inquiétude83.

  • 84 Andrew J. Wilson, Irish America and the Ulster Conflict, 1968-1995, Washington, The Catholic Univer (...)

56Selon Andrew J Wilson, à cette époque, les problèmes de l’Irlande du Nord ne trouvaient pas encore un large écho à l’étranger et laissaient même la communauté irlando-américaine indifférente. Dans les années 1950, les Irlando-Américains, affirme-t-il, étaient surtout soucieux de s’élever dans l’échelle sociale et leur soutien à la cause nationaliste était en constant déclin84.

  • 85 Seán Cronin, Washington’s Irish Policy, 1916-1986 : Independence, Partition, Neutrality, Dublin, An (...)

57De fait, la « campagne de la frontière » ne dissuada pas les investisseurs étrangers, puisqu’entre 1945 et 1968, deux cent cinquante nouvelles entreprises vinrent s’installer en Irlande du Nord. La plupart étaient britanniques, mais quarante d’entre elles étaient des entreprises américaines parmi lesquelles Monsanto, Goodyear ou Du Pont85.

  • 86 Seán Lemass occupa la fonction de Taoiseach du 23 juin 1959 au 10 novembre 1966.
  • 87 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, Dublin, Gill & Macmillan, 1997, p. 272.

58Le président John Fitzgerald Kennedy fut plus difficile à convaincre. Terence O’Neill avait à cœur d’entretenir de bonnes relations avec les autorités américaines. Aussi invita-t-il le président américain à se rendre en Irlande du Nord lors de son voyage officiel en Irlande en juin 1963. O’Neill, contrairement à ses prédécesseurs, s’était fait l’avocat d’une politique plus juste envers la communauté catholique d’Irlande du Nord. Malgré cela, Kennedy, conscient qu’il ne pouvait mécontenter son électorat irlando-américain, déclina cette invitation. O’Neill se rendit à la Maison-Blanche quelque temps plus tard, mais il ne fut pas reçu par le président qui déclina par la suite une nouvelle invitation à venir en Irlande du Nord. On ne peut donc écarter l’hypothèse que la décision d’O’Neill de rencontrer Seán Lemass86 en janvier 1965 fut, entre autres raisons, motivée par le désir de projeter une image favorable à l’extérieur, aux États-Unis en particulier. Chacun des deux leaders, comme nous allons le voir, cherchait à attirer les investisseurs américains et ce signe d’apaisement pouvait être payant en la matière même si, dans les faits, l’Irlande du Nord voulait continuer à faire cavalier seul dans ce domaine87.

 

59Si, au milieu des années 1950, l’Irlande du Nord eut un temps recours à un petit groupe d’hommes d’affaires appartenant à la diaspora pour attirer des investissements américains, l’expérience fut de courte durée. Ses effets ne furent pas assez significatifs pour que des groupes similaires soient créés dans tous les États-Unis. Les dossiers d’archives n’indiquent pas si, une fois qu’ils collaborèrent avec le BIDO, les représentants nord-irlandais aux États-Unis cherchèrent à cibler des hommes d’affaires originaires d’Irlande du Nord et à jouer sur leurs sentiments, à l’instar du Scottish Council. Une chose est toutefois certaine, les investisseurs américains n’accoururent qu’à partir du moment où l’image de l’Irlande du Nord fut associée à celle du Royaume-Uni.

60Les années 1950 furent marquées par un changement de cap, bien plus radical encore, de la politique économique de l’Irlande qui était aussi touchée par le chômage de masse. Ce fut également à partir de cette époque que la volonté gouvernementale d’exploiter l’influence de la diaspora au bénéfice de l’économie irlandaise commença à s’affermir. Il fut alors moins question de la convaincre d’acheter des produits fabriqués en Irlande. En revanche, l’intérêt des gouvernants irlandais pour l’élite irlando-américaine des milieux d’affaires alla croissant.

Notes

1 Philip Ollerenshaw, « Business and Finance, 1780-1945 », in Ulster since 1600 : Politics, Economy, and Society, Liam Kennedy, Philip Ollerenshaw (dir.), Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 180-181.

2 Ronnie Munck, The Irish Economy, Londres – Boulder, Pluto Press, 1993, p. 15.

3 Jonathan Bardon, A History of Ulster, Belfast, Blackstaff Press, 1992, p. 456.

4 Ibid., p. 182.

5 David S. Johnson, « The Northern Ireland Economy, 1914-39 », in An Economic History of Ulster, 1820-1945, Liam Kennedy, Philip Ollerenshaw (dir.), Manchester, Manchester University Press, 1985, p. 184.

6 Ibid. p. 184-187.

7 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 456-457.

8 Ibid., p. 514-515.

9 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, Londres – New York, Longman, 1991, p. 23.

10 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 516-523.

11 Philip Ollerenshaw, « Businessmen in Northern Ireland and the Imperial Connection, 1886-1939 », in “An Irish Empire ?” Aspects of Ireland and the British Empire, Keith Jeffery (dir.), Manchester – New York, Manchester University Press, 1996, p. 180.

12 Ibid., p. 176-182.

13 Voir par exemple : New Ireland Forum, The Economic Consequences of the Division of Ireland since 1920, Dublin, Stationery Office, 1983. Pour un point de vue diamétralement opposé, voir : Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 521.

14 « This event [partition] damaged the economy and inhibited future development. It disrupted trade flows between North and South and weakened the already somewhat tenuous economic links between the two regions. More fundamentally, partition cemented political division in Ireland and prevented the formation of a sense of common purpose and determination to overcome the island’s economic backwardness » (Ronnie Munck, The Irish Economy, p. x).

15 John Bradley, « The History of Economic Development in Ireland, North and South », in Ireland North and South : Perspectives from Social Science, Anthony F. Heath, Richard Breen, Christopher T. Whelan (dir.), Oxford, Oxford University Press (Proceedings of the British Academy ; 98), 1999, p. 35-68.

16 David S. Johnson, « The Northern Ireland Economy, 1914-39 », p. 188-190 ; Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, p. 20.

17 David S. Johnson, « Partition and Cross-Border Trade », in From Plantation to Partition, Peter Roebuck (dir.), Belfast, Blackstaff Press, 1981, p. 229-246.

18 Valérie Peyronel, Économie et conflit en Irlande du Nord, Paris, Ellipses, 2001, p. 56-58.

19 Au nombre des sans-emploi recensés, il faut ajouter les trente mille non recensés (Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 526).

20 Ibid. p. 529.

21 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, p. 23.

22 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 529-534.

23 Les New Industrial Development Acts de 1932 et de 1937 prévoyaient des prêts à taux 0 % et des subventions pour les industriels désireux de s’établir dans la province.

24 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, p. 22.

25 Ronnie Munck, The Irish Economy, p. 47-55.

26 En 1945, la Grande-Bretagne mit ainsi en place les premières allocations familiales, puis, l’année suivante, l’assurance retraite, l’assurance chômage, les congés de maladie, et le National Health Service (service de santé publique garantissant la gratuité des soins pour tous), des mesures inspirées du rapport Beveridge.

27 Jonathan Bardon, A History of Ulster, p. 612-615.

28 Ibid., p. 616-617.

29 Sabine Wichert, Northern Ireland since 1945, p. 60. Voir également à ce sujet : Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy and the Restructuring of the Northern Ireland Economy », Environment and Planning C : Politics and Space, vol. 4, nº 1, 1986, p. 57.

30 Voir à ce sujet : Christopher Hewitt, « Discrimination in Northern Ireland : A Rejoinder », The British Journal of Sociology, vol. 34, nº 3, 1983, p. 446-451 ; Denis O’Hearn, « Catholic Grievances, Catholic Nationalism : A Comment », The British Journal of Sociology, vol. 34, nº 3, 1983, p. 438-445.

31 Martin Melaugh, « Majority – Minority Differentials : Unemployment, Housing and Health », in Facets of the Conflict in Northern Ireland, Seamus Dunn (dir.), New York – Basingstoke, St. Martin’s Press, 1995, p. 131-148.

32 Basil Brooke fut Premier ministre d’Irlande du Nord du 1er mai 1943 au 26 mars 1963.

33 Philip Ollerenshaw, « Northern Ireland and the British Empire-Commonwealth, 1923-61 », Irish Historical Studies, vol. 36, nº 142, 2008, p. 238-240.

34 Ibid., p. 238.

35 « In the case of Ulster linen, when this Government came into office the industry was a flourishing one, because it had the best market in the world in the United States. The most consistent supporters of Irish linen were people of Irish birth and descent. You began preaching a sectarian policy […] you described Irish linen as Ulster linen. You did not describe it as Northern Ireland linen. It is Northern Ireland when it suits you and Ulster when it suits you. In no case I can recall have you gone in for the national designation-Irish. From the moment that you limited the appeal in the United States there was a dramatic and tragic drop in the sales. It has never gained a margin of what was lost to this hour. I have no doubt if this Government advertised its linen as Irish linen, if it looked at the situation from the really national and not the provincial standpoint, it would still succeed in regaining a great deal of the market which it lost in the United States » (Stormont parliamentary debates, vol. XIX, 1er juin 1937).

36 « If he and his friends continue to carry on agitation it creates a sense of uncertainty not only among industrialists in America but in England. They wonder whether it is worth while setting up industries here because in their view – not ours – Northern Ireland may possibly be absorbed into the Free State. Those are things which are very difficult to refute. If the hon. Member, who represents many workers in his area, would only appreciate that point he would realise that in doing what he does he is really harming his own people. I shall not ask him to desist, because that would apparently be a futile and probably a vain thing to do, but it is definitely harming this country by making all the more difficult the job we have of trying to induce industries to come here » (Stormont parliamentary debates, vol. XXXIV, 8 mars 1950).

37 Philip Ollerenshaw, « Northern Ireland and the British Empire-Commonwealth, 1923-61 », p. 240.

38 « The main problem of Northern Ireland was that whatever publicity machine the government put in place, it could never match those of Dublin or of Irish America » (ibid., p. 238).

39 « Points from Prime minister’s speech at Reform Club on occasion of Home Secretary’s visit », septembre 1955, PRONI, CAB/9F/188/8.

40 « Government announcement, Northern Ireland Development Council », PRONI, CAB/9F/188/8.

41 Chandos était un héros de la Première Guerre mondiale qui avait par la suite occupé des fonctions au sein de différents ministères du gouvernement britannique avant de se consacrer à une carrière dans les affaires. Il avait, entre autres, fait partie de l’équipe dirigeante de la British Thomson Houston Company en Irlande du Nord.

42 En 1951, le taux de chômage en Irlande du Nord était de 5,5 % (« Lord Chandos’ statement to a press conference on Monday, 14th November 1955, at Crown House, Aldwich, London », PRONI, CAB/9F/188/8).

43 « Minutes of the Northern Ireland Development Council, appendix A, statement by Chairman », 14 novembre 1955, PRONI, CAB/9F/188/10.

44 « Report on publicity », 17 février 1956, PRONI, CAB/9F/188/10.

45 A. E. Cooper, représentant de l’Ulster Bank / Westminster Bank aux États-Unis ; J. F. Cordner, Lybrand, Ross Bros. & Montgomery ; J. V. C. Malcolmson, Texas Company ; S. Milligan, Metropolitan Life Insurance Co. ; Edward W. Stitt, Bannister, Stitt, Holloway & Krauser ; William A. Mayberry, Manufacturers’ National Bank ; Ferdinand K. Thun, Bershire Knitting Mills (« Establishment of United States Liaison Group », document non daté, PRONI, CAB/9F/188/10).

46 Le document cite Price Waterhouse à titre d’exemple (ibid.).

47 « Account of visit of chairman to United States », [juin 1956], PRONI, CAB/9F/188/10.

48 « They pratically worked me into the ground in the United States, but I was much gratified by the interest displayed by people in the matter. […] Three enquiries in which, of course, I am most interested in at the moment are Dupont, Chemstrand and Reynolds Metal Complany » (Lord Chandos à Basil Brooke, 11 juin 1956, PRONI, CAB/9F/188/8).

49 Le nom officiel de la ville est Londonderry, néanmoins, les nationalistes et la plupart des catholiques d’Irlande du Nord utilisent le nom de Derry, alors que les protestants unionistes l’appellent plutôt Londonderry, en particulier quand ils veulent afficher leur appartenance communautaire. Ceci étant dit, le nom Derry est assez communément utilisé par les deux communautés.

50 « Report on publicity, seventh council meeting », 7 janvier 1957, PRONI, CAB/9F/188/10.

51 « We can count upon this committee for sound advice, and up-to-date knowledge of the American industrial scene, and general supervision of the work of developing our contacts with American industry » (Lord Chandos, « Report to the Prime minister from the Northern Ireland Development Council », [novembre 1956], PRONI, CAB/9F/188/8).

52 S. C. Leslie, « Report on America », 17 octobre 1956, PRONI, CAB/9F/188/10.

53 « He summed up the secret of their success when he described the Scottish campaign in the United States as “a heart affair”. They have certainly exploited the prestige of Scotland and the Scottish sentiment of many well-placed figures in the American business world. Northern Ireland has similar resources, perhaps to a greater extent than may be realized » (ibid.).

54 « A gathering in New York on these lines arranged on behalf of the Scottish Council, at which the head of the American Burroughs Adding Machine Company described their Scottish operation, was mentioned to me by several different people in New York as a model of the way to influence the minds of American businessmen » (ibid.).

55 Pavlos Dimitratos, Ioanna Liouka, Duncan Ross, Stephen Young, « The Multinational Enterprise and Subsidiary Evolution : Scotland since 1945 », Business History, vol. 51, nº 3, 2009, p. 402-407.

56 Kevin Rush, secrétaire du ministère des Affaires étrangères, au secrétaire du ministère de l’Industrie et du Commerce, 12 novembre 1954, NAI, DFA, 315/254.

57 S. C. Leslie, « United States Campaign : Outline Proposals », décembre 1956, PRONI, CAB/9F/188/10.

58 De son côté, Bell se rendit dans les villes de Dallas, Milwaukee, Indianapolis, Cleveland et Columbus (Francis E. Evans, « Tour of American industry, October-November 1957, Report to the Chairman from Sir Francis Evans », PRONI, CAB/9F/188/14).

59 « We have now had almost 300 requests for our literature, about half of these came from individuals, about 90 from manufacturing firms, and the remainder from bankers, investment consultants and public relations experts. We have paid particular attention to the requests from manufacturing firms but only a small number have come from firms well known in American business » (W. E. Bell, « American canvass : report from Mr. Bell », Washington, 11 octobre 1957, PRONI, CAB/9F/188/10).

60 « This report would be incomplete without a special word of thanks to Mr. Cooper, the convener of our U.S. Committee. His enthusiasm in the cause of Northern Ireland defies description. He has spent many hours in arranging our itinerary and in the distribution of our literature to American corporations. There has been a poor response to the direct mail campaigns which he has conducted but we are hoping for better results from the personal visits. Both Sir Francis and I have been particularly impressed by Mr. Cooper’s close contact with American bankers and businessmen which seems to extend to every industrial center of any importance in the United States » (ibid.).

61 Florida Irish Heritage Center, « Where Are the Irish in America », 4 janvier 2012, en ligne : https://floridairishheritagecenter.wordpress.com/2012/01/04/where-are-the-irish-in-america.

62 Francis E. Evans, « Tour of American Industry, October-November 1957, Report to the Chairman from Sir Francis Evans ».

63 « I would, however, welcome the strengthening of the Committee by the addition of members established in a number of regions outside the metropolitan area. These need not be Ulstermen, though it would naturally be preferable to harness the special sympathy men of Ulster origin might show. […] The process of building up the Committee will be slow if this pattern is followed, but it would be progressively cumulative in effect. Others appropriate might be bank executives and persons in a position to acquaint us with firms in their areas likely to seek overseas expansion » (ibid.).

64 « Since May 1956, when our American activities started, 22 American firms visited Northern Ireland to investigate the area as a plant location. That only two of these firms decided to establish in Northern Ireland is no reflection on the organisation for making contact – it shows, rather, that in the end it is economic factors which determine the issue » (H. E. Jones à A. J. Kelly (Offices of the Cabinet), « Notes on Lord Chandos proposals », [automne 1959], PRONI, CAB/9F/188/15).

65 « Promotion in America, note by the Council’s sub-committee », document non daté, PRONI, CAB/9F/188/14.

66 Keith Sydney Isles, Norman Cuthbert, An Economic Survey of Northern Ireland, Belfast, HMSO, 1957.

67 « The limited scope for profitable industry in Northern Ireland results in continuously heavier unemployment than in Great Britain. The existence of a higher rate over the last 30 years has not been a passing phase but a persistent condition. If in the United Kingdom the total demand for labour as a whole is great enough to match the labour force, it will generally not be great enough to yield full employment in Northern Ireland and so there will always be a need for special measures » (ministère du Commerce, « Northern Ireland Development Council, an economic survey of Northern Ireland, memorandum by the Ministry of Commerce », 17 octobre 1957, PRONI, CAB/9F/188/10).

68 Il faut souligner que les autorités irlandaises eurent accès de façon non officielle aux conclusions de ce rapport (document intitulé « Notes », l’auteur est vice-consul mais la signature est illisible, 27 juin 1961, NAI, DFA, 315/114/1). Voir également à ce sujet : Anne Groutel, « American Janus-Faced Economic Diplomacy towards Ireland in the Mid-1950s », Irish Economic and Social History, vol. 43, nº 1, 2016, p. 17-19.

69 « One view of several respondents who had little knowledge about Northern Ireland is that “Irish labor is shiftless and irresponsible” ; the inference is that there are no differences between labor in the North and in the Republic » (« A program to attract American industry to Northern Ireland, report to Northern Ireland Development Council, Arthur Little Inc., October 15th 1959 », p. 24, PRONI, CAB/9F/188/17).

70 « […] the historical and ethnic differences between the two peoples should be stressed » (ibid.).

71 « Northern Ireland Development Council – 25th meeting – Tuesday, January 10th, 1961 », PRONI, CAB/9F/188/23.

72 NIDC, « Note on the progress of the industrial promotion campaign in U.S.A. submitted to the 26th meeting of the council on April 17th, 1961 », PRONI, CAB/9F/188/23.

73 Le dossier d’archives contient le décompte exact de prospects par État (« Report on American Activities – October 1961 to January 21, 1962 », PRONI, CAB/9F/188/23).

74 Florida Irish Heritage Center, « Where Are the Irish in America ».

75 Richard T. Harrison, « Industrial Development Policy and the Restructuring of the Northern Ireland Economy », p. 63. On note également une augmentation très sensible des investissements en provenance de Grande-Bretagne, une tendance qui avait commencé dès 1945 (ibid.).

76 NIDC, « Note on the progress of the industrial promotion campaign in U.S.A. submitted to the 26th meeting of the council on April 17th, 1961, statistical footnote », PRONI, CAB, 9F/188/23.

77 « I would never seek to discourage any individual from working out his personal destiny wherever it may lead him. These movements of people have enriched us all. In Northern Ireland our great linen industry received its critical impetus from the emigration of French Huguenots. Sometimes a transplanted flower blooms with renewed vigour in a different soil » (Terence O’Neill, « Ulster’s Place In Britain Today », discours prononcé au Empire Club of Canada, Toronto, le 19 octobre 1967, en ligne : http://speeches.empireclub.org/60962/data?n=2).

78 « Now of course I am extremely happy that many of these emigrants to Canada retain happy recollections of the land of their origin […]. But at the same time I always make it clear that, in my view, the emigrant’s first love and loyalty must unquestionably be to the nation with whose fortunes he has linked himself. I want the Ulster people in Canada to be first and foremost good Canadians. Indeed, the best service which they can perform to their kin-folk on the other side of the Atlantic is to show what responsible, productive and loyal citizens they can be. The position of a man coming to a new country is like that of the bridegroom who leaves the family home on marriage. He will, one hopes, never cease to love and respect his parents, but henceforth his primary responsibility must be to his partner. And so, if an Ulsterman can make a good Canadian, I consider that is as good a way as any of showing his solid Ulster virtues » (ibid.).

79 « I also wanted to take the opportunity which such visit affords of obtaining the maximum publicity for our industrial promotion activities. In Canada comparatively little such promotion has been done, since the needs of a rapidly expanding domestic economy demand a very high proportion of local investment. I formed the impression however – and my estimate was confirmed by a number of prominent Canadians – that in the years which lie ahead Canadian business men may consider external investment, including the establishment of branch factories, to a considerably greater extent. In Press interviews, in personal contacts and through public speeches – including one to the influential Canadian Club in Ottawa – I stressed the inducements which Northern Ireland offer » (Stormont parliamentary debates, vol. XLV, 27 octobre 1959).

80 La campagne de la frontière (the border campaign) dura du 12 décembre 1956 au 26 février 1962.

81 « The American Press has of late devoted a great deal of space to this particular question. […] We have had for some time past representatives in America asking industrialists there to consider Northern Ireland as a venue to which to bring their plant. If we ignore American opinion […] and even British opinion how can we expect them to pay much deference to the requests of our representatives and deputations that they should establish branches of their huge industries in this country ? » (Stormont parliamentary debates, vol. LIII, 18 décembre 1962).

82 « A most valuable role is played, in many parts of the United States and Canada, by local Ulster, Ulster-Irish or Scots-Irish societies, which do a great deal to uphold the cause of Northern Ireland in those countries. I was glad therefore to be able to address the Ulster Associations of Toronto, the Ulster-Irish Society of New York and the Scotch-Irish Society of Pennsylvania » (Stormont parliamentary debates, vol. XLV, 27 octobre 1959).

83 « I am happy to report that in spite of frequent accounts in the American press of “Irish Republican Army” activity, it seems unlikely to be a deterrent to American investment in Northern Ireland. A few questions were asked about the political situation, but there appeared to be no deep concern about the I.R.A. attacks » (Francis E. Evans, « Tour of American Industry – October-November 1957, Report to the Chairman from Sir Francis Evans »).

84 Andrew J. Wilson, Irish America and the Ulster Conflict, 1968-1995, Washington, The Catholic University of America Press, 1995, p. 16.

85 Seán Cronin, Washington’s Irish Policy, 1916-1986 : Independence, Partition, Neutrality, Dublin, Anvil Books, 1987, p. 289.

86 Seán Lemass occupa la fonction de Taoiseach du 23 juin 1959 au 10 novembre 1966.

87 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, Dublin, Gill & Macmillan, 1997, p. 272.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search