Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Première partie. L’Irlande et sa diaspora de la partition aux années 1960 : la distance se creuse

Chapitre III

Un marché diasporique peu exploité

Texte intégral

Des politiques convaincus des débouchés économiques outre-Atlantique

  • 1 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, Dublin, Gill & Macmillan, 1997, p. 80.
  • 2 « Text of de Valera’s Speech », The New York Times, 18 mars 1932.

1Seán Lemass était, en son for intérieur, convaincu que ni l’agriculture ni la production industrielle destinée au marché intérieur ne pourraient créer un nombre suffisant d’emplois. Il considérait donc qu’il était vital d’exporter afin que l’économie puisse se développer1. Une conviction que de Valera lui-même n’était pas loin de partager. Aussi pressa-t-il la diaspora de donner la préférence aux produits irlandais2 quand cela était possible, dans un message diffusé à la radio américaine. D’ailleurs, certains hommes politiques de l’autre côté de l’Atlantique pensaient qu’il existait effectivement une demande pour ces produits de la part de la communauté irlando-américaine. Telle était la conviction de Michael Disalle, maire de Toledo (Ohio), de passage à Dublin en 1949 :

  • 3 « I think there are plenty of lines that this country could export […] we have a population of abou (...)

Je pense qu’il y a de nombreux produits que le pays pourrait exporter […] nous avons une population d’à peu près 300 000 personnes dont une proportion importante est irlandaise ou de souche irlandaise. Les Irlandais, aux quatre coins des États-Unis, seraient heureux de pouvoir acheter des produits irlandais et je pense que les relations commerciales pourraient être renforcées3.

  • 4 ECA, « Subject Review of the 49-50 Program of the Irish Government », 14 janvier 1949, NARA, RG 469 (...)
  • 5 En 1949, 91 % des exportations irlandaises étaient destinées au Royaume-Uni (John O’Hagan, Patrick (...)

2Même si l’ECA considérait que le tourisme permettrait à l’Irlande d’engranger des dollars rapidement afin de rétablir l’équilibre de la balance des paiements4, les exportations de biens pouvaient en théorie également y contribuer. A priori, la diaspora irlandaise aux États-Unis pouvait représenter un marché potentiel énorme pour les produits dont l’image était attachée à l’Irlande. La nostalgie et l’attachement sentimental pour l’Irlande aidant, il devait être plus facile d’amener la classe moyenne et supérieure irlando-américaine à acheter ces produits. Ce fut, en substance, le message que Lemass transmit aux membres de la Commerce and Industry Association, à New York, lors de son voyage aux États-Unis, en octobre 1953. Il parla de la nécessité d’augmenter les revenus en dollars du pays, ce qui permettrait de continuer à importer des produits américains et de faire fonctionner l’économie, tout en soulignant que cette difficulté était transitoire. L’Irlande, déclara-t-il, désirait s’attaquer à la racine du problème. La dépendance excessive du pays envers le Royaume-Uni, tant dans le domaine du commerce5 que dans celui du tourisme, rendait l’économie irlandaise vulnérable. Les récents problèmes de convertibilité des monnaies l’avaient malheureusement montré, crut-il bon d’ajouter. L’Irlande était un petit pays par rapport aux États-Unis, convint-il, et augmenter ses exportations transatlantiques était une tâche très difficile. Il insista toutefois sur le fait que, dans le cadre du plan Marshall, des experts américains avaient conseillé les industriels irlandais sur les exigences et les caractéristiques du marché américain. Le marché diasporique représentait un atout, admit-il, encore fallait-il fournir une offre qui soit à la hauteur des exigences de celui-ci :

  • 6 « We know that there are some 25 million American citizens of Irish origins, who retain a sentiment (...)

Nous savons qu’il y a 25 millions de citoyens américains d’origine irlandaise qui conservent un intérêt [d’ordre] sentimental pour « le pays », mais bien que des considérations de cette sorte puissent occasionnellement mener à des demandes d’informations commerciales qui n’auraient autrement pas eu lieu, nous avons conscience qu’il s’agit d’un marché très compétitif et que les sentiments ne peuvent se substituer à une relation commerciale établie sur une base saine […]6.

3Durant ce voyage, il prononça un autre discours à l’occasion de l’ouverture d’un bureau irlandais de représentation commerciale à New York. L’appel à la contribution de la diaspora fut renouvelé de façon plus directe encore :

  • 7 « There are many men and women in important positions throughout the U.S. who were born in Ireland (...)

Beaucoup d’hommes et de femmes qui occupent des positions importantes aux États-Unis sont nés en Irlande ou ont des origines irlandaises, il y en a plus encore parmi les personnes ordinaires. Nous espérons que tous nous aideront dans les efforts que nous entreprenons pour développer le commerce en mettant en évidence des produits irlandais dans leur foyer dans leur usine et en en faisant la demande dans les magasins7.

  • 8 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, p. 168.

4Lemass n’appréciait pas Norton8 qui lui succéda au poste de ministre de l’Industrie et du Commerce en juin 1954. Les deux hommes étaient pourtant sur la même longueur d’onde quant à la nécessité d’accroître les exportations afin de combler le déficit de la balance des paiements qui, au milieu des années 1950, ne cessait de se creuser. Accroître les ventes de produits irlandais auprès de la communauté d’origine irlandaise aux États-Unis pouvait y contribuer.

  • 9 « Millions of salmon were lined up in the River Shannon waiting to be caught by the American fisher (...)

5Norton tenta à son tour de faire passer ce message lors de son séjour de quatre semaines aux États-Unis, au tout début de l’année 1956. Durant son périple, il parcourut plus de seize mille kilomètres et séjourna dans dix-huit villes, dont New York, Boston, Philadelphie, San Francisco et de nombreuses autres, où résidait une communauté irlando-américaine importante. Il fit appel à la bonne volonté de la diaspora. Si les vingt millions d’Irlando-Américains achetaient pour cinq dollars de marchandises irlandaises le jour de la Saint-Patrick, expliqua-t-il, cela donnerait un coup de fouet à l’industrie. Il chercha également à les inciter à venir passer leurs vacances en Irlande où « des millions de saumons attendaient en rang d’être pêchés par des pêcheurs américains dans la rivière Shannon »9. La presse irlandaise se fit l’écho de cet appel destiné aux Irlandais de l’étranger, dont ceux qui résidaient en Grande-Bretagne :

  • 10 « If all the Irish returning from Britain for holidays in 1956 could be persuaded to spend their lo (...)

Si, en 1956, tous les Irlandais immigrés en Grande-Bretagne revenaient passer leurs vacances en Irlande et pouvaient être convaincus de dépenser de façon régulière leur revenu disponible ici, par patriotisme, alors nos usines de chaussures, de textile, nos distilleries embaucheraient au lieu de se séparer de leurs employés10.

6Une augmentation des exportations aurait, de toute évidence, contribué à dynamiser l’économie irlandaise. Néanmoins, Norton devait, à n’en point douter, être conscient que ces propos relevaient du vœu pieux. Les caractéristiques du secteur industriel de l’époque faisaient que celui-ci, hormis quelques exceptions, n’était simplement pas en mesure ni désireux de répondre aux attentes du marché diasporique outre-Atlantique.

Une gamme limitée de produits irlandais pour la diaspora

  • 11 Au lendemain de la partition, l’État libre se trouva privé d’une grande partie du secteur industrie (...)

7Le secteur industriel irlandais ne comptait que quelques grosses entreprises dont la plupart avaient été fondées avant la partition11. Certaines s’étaient taillé une solide réputation dans le secteur de la brasserie, de la distillerie ou bien encore de l’agroalimentaire. En mars 1936, un article de The Irish Times fit l’éloge des produits que l’Irlande exportait de longue date dans le monde entier, en particulier dans le Commonwealth :

  • 12 Voir l’ouvrage suivant au sujet des réseaux commerciaux irlandais en Inde : Barry Crosbie, Irish Im (...)
  • 13 « Nigh on half a century ago you could buy Guinness’s stout in a café in the shadow of the Taj Maha (...)

Il y a presque un demi-siècle, vous pouviez consommer une Guinness dans un café à l’ombre du Taj Mahal12, acheter des biscuits Jacob’s dans les bazars de Hong Kong ; prendre un whisky irlandais en apéritif en fin de journée aux sources du Nil, ou porter des vêtements en lin, en laine irlandais ou tissés à la main en Irlande, et ce sur cinq continents. Toutes les expéditions polaires de ces cinquante dernières années sont parties avec un stock de beurre de Cork, et, durant tout ce temps, le bœuf, le bacon, le mouton et les œufs irlandais ont été classés parmi les produits de luxe de leur temps. Les produits irlandais sont toujours très estimés dans le monde car il y a beaucoup de produits pour lesquels notre savoir-faire est supérieur à celui de toutes les autres nations13.

  • 14 Denis O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester Universit (...)
  • 15 Dès 1932, de Valera entra en conflit avec Londres. Il refusa de payer les annuités foncières au gou (...)

8Victimes collatérales de la politique protectionniste mise en œuvre par le Fianna Fáil14 à partir de 1932 et de l’épisode de la guerre économique15 entre l’Irlande et le Royaume-Uni, ces quelques grosses entreprises industrielles eurent beaucoup plus de mal à exporter leurs produits vers ce dernier. Cette même année, Guinness, entreprise emblématique s’il en est, en vint même à transférer son siège à Londres et délocalisa une partie de sa production en Angleterre en 1936 pour échapper aux barrières douanières érigées par le Royaume-Uni en guise de représailles. Il n’en reste pas moins que ces grosses entreprises avaient la capacité d’exploiter le marché diasporique qui se trouvait outre-Atlantique et dont il se disait qu’il était lucratif.

  • 16 « Irish Tweed, Gaeltarra Éireann », The Irish Times, 19 mars 1956.
  • 17 W. H. Crawford, « The Rise of the Linen Industry », in The Formation of the Irish Economy, Louis M. (...)
  • 18 Magee’s of Donegal exportait beaucoup vers les États-Unis et d’autres destinations dans le monde en (...)

9Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’industrie du tweed et celle du lin irlandais étaient en pleine expansion16. Le label irlandais, même s’il était concurrencé par le label écossais, était reconnu comme une marque de qualité. La production la plus importante de lin se situait au nord de la frontière17, mais il figurait parmi les produits les plus exportés par l’Irlande. Il était particulièrement populaire aux États-Unis, auprès de la classe aisée, d’origine irlandaise, qui appréciait de pouvoir acheter du linge de maison fait dans cette matière et fabriqué en Irlande18.

  • 19 « Gateaux Ltd », The Irish Times, 16 mars 1956.

10Dans le domaine de l’agroalimentaire, Gateaux Ltd était un bel exemple de réussite. Créée en 1949, cette entreprise se mit rapidement à exporter vers la Grande-Bretagne. Dès 1951, l’entreprise pénétrait les marchés belge, suédois et hollandais. En 1956, elle exportait vers de nombreux pays du monde entier dont Chypre, Malte, Gibraltar, le Soudan et d’autres pays en Afrique de l’Est et de l’Ouest, les Antilles britanniques et le Mexique. En l’espace de sept ans, ses exportations passèrent de deux cents à deux mille tonnes19. En 1953, après s’être assurée que ses produits respectaient les normes drastiques en vigueur sur le marché nord-américain, l’entreprise se lança à la conquête des États-Unis et du Canada. Cette société, qui n’avait jusqu’alors distribué sa marque, « Gateaux of Ireland », qu’à New York, avait l’intention d’étendre son rayon d’action à Boston, Chicago et Los Angeles, des villes qui comptaient une importante population d’origine irlandaise. Certes, cette dernière contribua au succès commercial de Gateaux Ltd, mais l’entreprise avait surtout compris qu’il fallait proposer des produits de qualité à un prix étudié pour réussir aux États-Unis.

  • 20 La marque Jacob’s existe toujours.
  • 21 « A Progressive Firm », The Irish Times, 12 septembre 1929 ; « The Biscuit Trade », The Irish Times(...)
  • 22 Le site The Advertising Archives permet de consulter quelques-unes des affiches publicitaires de la (...)

11Il semble néanmoins que les entreprises dont le message publicitaire était adressé à la diaspora irlandaise représentaient plutôt l’exception que la règle. En effet, la plupart des quelques grosses entreprises exportatrices irlandaises préféraient faire passer leur message à une clientèle aussi large que possible. W&R Jacob’s, par exemple, déjà à l’époque20 l’un des fleurons de l’industrie irlandaise21, exportait dans le monde entier. La stratégie publicitaire de l’entreprise ne semble jamais avoir cherché à exploiter le lien affectif entre la diaspora et l’Irlande22.

  • 23 Cette brasserie, créée en 1759, expédia ses premiers barils vers l’Angleterre en 1769. Un siècle pl (...)
  • 24 Brenda Murphy, « Pure Genius : Guinness Consumption and Irish Identity », New Hibernia Review, vol. (...)
  • 25 Le célèbre slogan « Guinness is good for you » est d’ailleurs resté attaché à l’image de la marque. (...)
  • 26 Brenda Murphy, « Pure Genius… », p. 50-62.

12Guinness est devenue un modèle en matière d’exportation23 et la marque est aujourd’hui étroitement associée à l’identité irlandaise. En effet, pour les Irlandais expatriés, consommer de la Guinness à l’étranger est devenu une façon à la fois d’afficher leur identité et de maintenir un lien affectif avec leur pays24. Toutefois, ce phénomène est relativement récent. Les premières publicités de la marque, qui furent lancées en Grande-Bretagne à la fin des années 1920, utilisaient ses vertus pour la santé comme argument de vente25 et ne s’adressaient pas spécifiquement au marché diasporique26.

Succès et tentatives avortées pour organiser le commerce entre l’Irlande et les États-Unis

  • 27 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, p. 119.

13Un constat s’impose : à cette époque, la grande majorité des entreprises irlandaises étaient de petite taille. Selon le registre du ministère de l’Industrie et du Commerce, en 1948, les trois quarts d’entre elles employaient moins de vingt personnes et le dernier quart en employait en moyenne vingt-deux27. Leur manque d’expérience des marchés internationaux était un handicap supplémentaire pour ces sociétés qui, par conséquent, exportaient peu. La clé de la réussite à l’export passait par un effort commun, c’est-à-dire une initiative qui regrouperait plusieurs sociétés du même secteur d’activité afin de limiter les risques financiers d’une telle entreprise.

  • 28 Patrick McGrath était un élu du Fianna Fáil de la circonscription de Cork Borough.

14Lors d’une séance parlementaire, le député Patrick McGrath28 rapporta les impressions que M. Murphy, directeur de St. Patrick’s Woollen Mills, un fabricant de tweed, lui avait confiées à son retour d’une mission de prospection commerciale sur le continent américain :

  • 29 « My visit to America was to increase our outlet for Irish-made tweeds and I found that there was a (...)

Ma [M. Murphy] visite en Amérique avait pour but de trouver de nouveaux débouchés pour le tweed fabriqué en Irlande et j’ai trouvé un marché prêt à être exploité. Étant donné le très grand nombre d’Irlandais ou de personnes d’origine irlandaise vivant en Amérique, il y a une demande importante de produits avec une marque de fabrique irlandaise. Mais que peut faire un individu seul ? Peu de chose. Si l’Irlande avait un délégué commercial aux États-Unis, les exportations pourraient augmenter considérablement, car les perspectives sont très bonnes29.

  • 30 Erskine Hamilton Childers fut le quatrième président d’Irlande du 25 juin 1973 au 17 novembre 1974.
  • 31 Erskine Hamilton Childers à Leo T. McAuley, consul général à New York, 30 août 1935, NAI, 315/262/1
  • 32 Secrétaire du ministère des Affaires étrangères à Erskine Hamilton Childers, 3 octobre 1935, NAI, D (...)

15En 1935, Erskine Hamilton Childers30, qui n’était alors que secrétaire de la National Agricultural and Industrial Development Association, contacta le ministère des Affaires étrangères. En effet, après avoir procédé à une étude du commerce du tweed, il en était venu à la conclusion qu’il était nécessaire d’intensifier la publicité et la commercialisation de ces produits aux États-Unis. Les entreprises de ce secteur refusaient d’engager collectivement un agent qui, selon elles, ne pourrait défendre leurs intérêts commerciaux de façon équitable. Mais, elles étaient séduites par l’idée de créer collectivement une chambre de commerce irlandaise à New York. Aussi Childers demanda-t-il quels étaient les prérequis à la création d’un organisme de cette nature31. Le ministère des Affaires étrangères se montra peu enthousiaste et insista sur le fait que des garanties financières étaient essentielles pour assurer la pérennité d’un tel organisme qui aurait à employer du personnel à plein-temps. En outre, le volume des exportations irlandaises aux États-Unis était minime et il était peu probable qu’un nombre suffisant d’entreprises puisse participer à ce projet et le rendre viable32. Il n’y fut donc pas donné suite.

  • 33 « Irish Tweed, Gaeltarra Éireann », The Irish Times, 19 mars 1956.

16En revanche, quelques années plus tard, les efforts de la Gaeltacht Services Division et de son successeur le Gaeltarra Éireann portèrent leurs fruits. Ces agences gouvernementales, dont le but premier était de maintenir des emplois dans les régions reculées de l’Ouest de l’Irlande, encadrèrent cette activité largement artisanale. Après la Seconde Guerre mondiale, la Gaeltacht Services Division recruta des agents commerciaux aux États-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France. Grâce à ces intermédiaires, le tweed irlandais put être exporté dans le monde entier33.

17Par ailleurs, une chambre de commerce irlandaise fut créée à New York, en 1939, à l’initiative de quatre Américains d’origine irlandaise. Cet organisme fut officiellement constitué le 28 août 1939. Même si ses créateurs étaient animés des meilleures intentions, pour Leo T. McAuley, le consul général d’Irlande aux États-Unis, tout cela sentait l’amateurisme :

  • 34 « These gentlemen called upon me on the 15th inst. [sic]. To inform me of the details of their sche (...)

Ces messieurs m’ont rendu visite le 15 de ce mois pour m’informer des détails de leur plan. Nous avons eu une conversation durant laquelle j’ai compris que, si leurs intentions étaient louables, ils n’avaient pas vraiment fait d’efforts pour se renseigner sur les problèmes pratiques inhérents à la création d’une chambre de commerce qui soit couronnée de succès, et ils ne connaissaient pas les raisons pour lesquelles les exportations irlandaises aux États-Unis sont si peu développées. En outre, ils n’avaient pas encore pris contact avec des hommes d’affaires irlando-américains de premier plan et ne savaient donc pas dans quelle mesure ils pouvaient compter sur leur soutien34.

18Le groupe parvint tout de même à dresser une liste très exhaustive des missions que cette chambre de commerce désirait mener à bien, liste accompagnée d’une lettre de motivation, qu’il fit parvenir à McAuley en mai 1940 :

  • 35 « Since there are upwards of twenty millions [sic] of Irish Americans in this country, there is unq (...)

Puisqu’il y a plus de vingt millions d’Irlando-Américains dans ce pays, il y a, sans aucun doute, un potentiel extraordinaire pour les produits irlandais, à condition que ce marché soit travaillé comme il se doit et que le fabricant irlandais soit représenté de façon compétente. […] Il y a littéralement des milliers d’organisations irlandaises [qui s’intéressent aux questions] patriotiques, historiques, sociales et culturelles irlandaises sur le territoire des États-Unis, mais pas une seule ne s’est intéressée au bien-être matériel de l’Irlande pour des raisons purement commerciales. Le fait que l’immigration vers ce pays soit réduite rend encore plus grande la nécessité pour l’Irlande de trouver de nouveaux marchés à l’étranger. Les États-Unis, où tant d’Irlandais se sont installés de façon permanente, sont le premier et le plus logique de ces marchés. Le fait que 90 % du surplus exportable de l’Irlande aillent vers une nation, bien souvent aux prix fixés par cette nation, est véritablement néfaste et dangereux. Si l’Irlande veut gagner cette liberté à laquelle nous aspirons tous, nous devons nous battre pour conquérir les marchés mondiaux pour ses produits. Dans la vie d’une nation, comme dans la vie d’un individu, il ne peut pas y avoir de vraie liberté politique sans indépendance économique35.

  • 36 Leo T. McAuley au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 31 mai 1940, NAI, DFA, 315/262/1

19Même s’il ne demandait pas le soutien financier de l’État irlandais, ce groupe désirait avoir son aval afin d’être crédible aux yeux des milieux d’affaires tant aux États-Unis qu’en Irlande. Lier très habilement la dimension politique à la dimension économique pour justifier leur démarche était susceptible de faire mouche, puisque à cette époque les autorités irlandaises cherchaient toujours à s’affranchir de la dépendance économique du pays envers le Royaume-Uni. Il faut noter que le groupe ne se proposait pas de se charger de relations commerciales avec l’Irlande du Nord, mais était prêt à suivre l’avis du gouvernement irlandais en la matière36.

  • 37 Leo T. McAuley au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 2 janvier 1940, NAI, DFA, 315/26 (...)
  • 38 « Substantial results improbable for a long time » (télégramme de Washington au ministère des Affai (...)
  • 39 Matthew Garth Healy, consulat général d’Irlande à New York, au secrétaire du ministère des Affaires (...)

20Fin mai 1940, cette chambre de commerce comptait soixante-quinze membres aux dires de Hugh Mullen, son directeur. McAuley restait dubitatif, mais, au vu des efforts du groupe, il avait exprimé un avis favorable, avec quelques réserves toutefois, auprès des Affaires étrangères37. Un an plus tard, un télégramme de l’ambassade d’Irlande à Washington au ministère des Affaires étrangères à propos de cette chambre de commerce se terminait par le diagnostic suivant : « Résultats substantiels improbables avant longtemps »38. D’après les documents d’archives, la guerre suspendit le fonctionnement de l’organisme. En 1944, les efforts entrepris pour le faire renaître se soldèrent par un échec faute de garanties financières adéquates et d’un soutien suffisant de la part d’hommes d’affaires irlando-américains39.

  • 40 Michael C. Crotty à Donal Scully, vice-consul, consulat général d’Irlande à New York, 25 février 19 (...)
  • 41 En 1952, Pádraig Pearse O’Sullivan, un Irlandais résidant à New York, proposa lui aussi d’établir u (...)

21D’autres tentatives furent menées pour établir une chambre de commerce irlandaise aux États-Unis. En 1949, Michael C. Crotty, natif de Youghal en Irlande, et président de la Crotty Manufacturing Corporation (New York) était le porteur d’un projet qui devait être mis en œuvre sous l’égide de l’Ancient Hibernian Order40. Cette initiative tourna également court41.

  • 42 Comité interministériel en charge du commerce extérieur, « Minutes of meeting held on 1st February (...)

22À partir du début des années 1950, l’administration irlandaise se montra encore moins encline à soutenir les initiatives du secteur privé visant à promouvoir les exportations irlandaises aux États-Unis et à exploiter le marché diasporique qui s’y trouvait. Le comité interministériel en charge du commerce extérieur estima que le Córas Tráchtála Teoranta, opérationnel depuis peu, était l’organisme qui avait pour mission de développer le commerce entre l’Irlande et la zone dollar et qu’il était préférable de ne pas éparpiller les responsabilités42.

  • 43 Norton utilisa le terme « Irish organisations ». Il faut entendre par là les organisations communau (...)
  • 44 Le Taoiseach est un terme en langue gaélique communément utilisé pour désigner le Premier ministre (...)
  • 45 « Memo for the Government, Report by the Taoiseach and recommendations following his visit to the U (...)
  • 46 Oifig an aire tionscail agus tráchtála [ministère de l’Industrie et du Commerce], « Memorandum for (...)

23Norton, le ministre de l’Industrie et du Commerce et Tánaiste, relança l’idée d’encadrer les exportations de produits irlandais destinés aux Irlando-Américains à son retour des États-Unis en février 1956. En effet, bien qu’il n’eût pas ménagé ses efforts pour encourager ces derniers à « acheter irlandais », il avait conscience que son message devrait continuer à être martelé après son départ pour être suivi d’effets. Aussi exprima-t-il le souhait de voir les nombreuses « organisations irlandaises »43 aux États-Unis se regrouper en une seule de façon à pouvoir tirer au mieux parti de la bonne volonté des Irlando-Américains au bénéfice de l’économie irlandaise. Norton prépara un document à la demande du Taoiseach John A. Costello44. Ce dernier s’était rendu aux États-Unis quelques semaines après Norton. Très agréablement surpris par l’accueil qui lui avait été réservé, à son retour, il demanda au ministre de l’Industrie et du Commerce de formuler des recommandations afin de maintenir des contacts étroits avec les groupes et personnes, bien disposés envers l’Irlande, qui résidaient aux États-Unis45. Norton prépara donc un document à l’attention du gouvernement dans lequel il exprimait son désir d’examiner avec ses collègues du gouvernement les moyens d’y parvenir46.

  • 47 « It would appear that any form of organising Irish groups in the U.S. would have political overton (...)
  • 48 Michael McWhite à Diarmuid Coffey, 31 août 1956, NAI, DFA, 315/254 : échange de remarques sur le do (...)

24En l’absence de détails sur le projet en question, certains, au sein de l’administration, se montrèrent circonspects : « De toute évidence, quelle que soit la façon dont on organise les groupes irlandais à l’étranger, cela aura une connotation politique »47. Il fallait être très vigilant afin d’éviter que les autorités irlandaises ne puissent être soupçonnées de cautionner des groupes qui affichaient ouvertement leur soutien à l’IRA48.

  • 49 « […] to develop and encourage the interest of American citizens, particularly those of Irish birth (...)
  • 50 Bord Fáilte Éireann, Aer Lingus, Shannon Free Airport et Córas Tráchtála Teoranta faisaient partie (...)

25La mission confiée à l’Ireland-America Council, qui vit le jour en octobre 1956, fut de « susciter et d’entretenir l’intérêt des citoyens américains, en particulier de ceux nés en Irlande ou de souche irlandaise, pour le bien-être et la prospérité de l’Irlande »49. Mais, signe que Norton avait dû composer avec les réticences des fonctionnaires de l’administration irlandaise, ce groupe, malgré son nom, était basé à Dublin et uniquement constitué de représentants d’entreprises ou d’organismes irlandais50. Quelques réunions eurent lieu, mais ce conseil fut dissous, en mai 1957, au moment où le Fianna Fáil revint au pouvoir.

26Après avoir quitté son poste, Norton continua à afficher sa conviction qu’il fallait passer par les organisations communautaires irlandaises aux États-Unis pour pénétrer le marché diasporique qui s’y trouvait :

  • 51 « There should be an enormous potential goodwill for Irish whiskey in America. There are 20,000,000 (...)

Il devrait y avoir un grand nombre de gens prêts à consommer du whisky irlandais en Amérique. Il y a là-bas vingt millions de personnes irlandaises de naissance ou de souche. Nous devrions leur lancer un appel du cœur afin qu’elles aident la mère patrie en achetant du whisky irlandais, si elles veulent consommer du whisky. […] Nous devrions concentrer nos efforts sur les moyens d’utiliser ces organisations comme pivots pour populariser le whisky irlandais pas seulement lors des réceptions qu’elles organisent, mais aussi à l’occasion de celles auxquelles elles sont conviées ou celles pour lesquelles elles peuvent utiliser leur influence. Si nous nous contentons de publier des encarts publicitaires et d’attendre la réaction d’un consommateur potentiel, j’ai bien peur que nous soyons déçus51.

27Lemass, Norton et d’autres hommes politiques semblaient donc penser qu’il suffisait d’encourager les Irlando-Américains à faire une bonne action en achetant des produits irlandais et d’organiser un peu le réseau de distribution, en faisant appel aux organisations communautaires, pour que le tour soit joué. Quand il s’adressa aux représentants de la communauté irlando-américaine à New York Lemass déclara sans ciller :

  • 52 « The hardest part of our export drive is, we believe, in getting it started. We will not ask those (...)

Nous pensons que l’amorce est la partie la plus difficile de notre initiative pour promouvoir les exportations. Nous ne demanderons pas à ceux qui nous auront soutenus de le faire une seconde fois s’ils ne sont pas entièrement satisfaits des produits irlandais qu’ils ont achetés. Nous avons lancé cette campagne en étant convaincus que, s’ils reçoivent l’impulsion nécessaire pour commencer, les produits irlandais pourront se frayer une place sur le marché américain sur la base de leur mérite52.

28Les conclusions consternantes de deux études, réalisées par des consultants américains, remises au gouvernement irlandais quelque temps auparavant, pouvaient néanmoins laisser penser qu’augmenter sensiblement les exportations irlandaises vers les États-Unis n’allait pas être chose facile.

Une vision américaine sans concession de l’Irlande et de son économie

  • 53 Stacy May était à la tête de l’équipe de consultants américains qui menèrent cette étude.
  • 54 Dans cette liste figuraient la viande, le stout (bière noire), la bière blonde (ale), les confiseri (...)
  • 55 Ibid., p. 89.

29Un premier rapport sur le potentiel de l’économie irlandaise, plus connu sous le nom de Stacy May53 Report, fruit de la recherche de consultants américains, fut remis au gouvernement irlandais en août 1952. Il contenait une liste de produits54 dont l’exportation pouvait être envisagée, cependant ses auteurs ne cachaient pas que la route vers la réussite serait longue et semée d’embûches pour ceux qui s’engageraient dans cette voie. Les entreprises d’un même secteur auraient à unir leurs forces pour agir de concert, une pratique qui, reconnurent-ils, n’était pas utilisée par les entreprises irlandaises. Les autorités se devaient d’apporter un soutien actif aux firmes désireuses de se lancer dans une telle entreprise. En outre, il était fortement conseillé d’obtenir l’avis d’experts afin de limiter les risques d’échec. Enfin, les entreprises irlandaises devraient accepter d’adapter le style et la qualité de leurs produits aux marchés vers lesquels elles désiraient exporter. Certaines normes et conditions contractuelles devraient également être respectées55.

  • 56 Cette liste incluait les produits cités dans le Stacy May Report et quelques autres.
  • 57 Ministère de l’Industrie et du Commerce, « Report of American Experts engaged by Córas Tráchtála Te (...)

30Afin d’affiner cette première analyse, le Córas Tráchtála Teoranta, l’organisme qui avait pour mission de développer le commerce entre l’Irlande et la zone dollar, chargea une équipe composée d’experts américains spécialisés dans le marketing, la gestion d’entreprise et la production d’évaluer si certains biens fabriqués en Irlande56 pouvaient répondre aux attentes des consommateurs américains. L’objectif était de sélectionner dix produits qui permettraient au pays d’engranger des dollars aussi vite que possible. Au terme de sa revue de cent huit établissements, l’équipe de consultants présenta ses conclusions57 au Córas Tráchtála Teoranta, des conclusions particulièrement sévères à l’égard des entrepreneurs irlandais, un rappel brutal à la réalité. Certes, certains produits irlandais avaient acquis une renommée internationale, mais ils représentaient plus l’exception que la règle. En réalité, la grande majorité des entreprises irlandaises n’étaient simplement pas aptes à se lancer à la conquête des marchés internationaux.

  • 58 Ibid., p. 5.
  • 59 Ibid., p. 7.

31Pour preuve, les experts ne furent pas en mesure de proposer un seul bien qui réponde aux critères qui avaient été établis préalablement58. Une liste de produits fut tout de même proposée, cependant il était précisé que cela n’était pas un gage de leur réussite sur le marché américain, tant s’en fallait, mais simplement que leur potentiel se situait légèrement au-dessus des produits exclus de la liste. Aucune étude de marché ne fut recommandée. En effet, les conditions requises n’étaient réunies pour aucun des produits étudiés, car soit il n’y avait pas de débouchés soit la qualité du produit et / ou le volume de production étaient insuffisants. Les experts recommandèrent que les industriels adoptent une attitude plus réaliste quant à la qualité de leurs produits par rapport à celle de leurs concurrents étrangers. Ils devaient également s’atteler à améliorer leurs méthodes de production et faire en sorte que la qualité soit constante avant d’envisager d’exporter59.

32Par ailleurs, l’hygiène dans les usines du secteur agroalimentaire, qui laissait fortement à désirer, devait être améliorée :

  • 60 « Conditions of production in the plants visited are generally insanitary and do not come up to tho (...)

Les conditions de production dans les usines que nous avons visitées sont généralement insalubres et sont loin de valoir celles que nous avons aux États-Unis. Dans un certain nombre de cas, des mesures devraient même être prises [afin d’assurer la sécurité alimentaire] pour le marché intérieur60.

  • 61 John O’Hagan, Patrick Murphy, Adrian Redmond, « The Economy », p. 91.

33Cette remarque avait une importance particulière, puisque, à l’époque, les exportations irlandaises de bétail et de denrées alimentaires représentaient quarante-quatre millions sur un total de soixante et un millions de livres61.

  • 62 Ministère de l’Industrie et du Commerce, « Memorandum for the Government, Stacy May Report », 13 no (...)
  • 63 Le Mutual Security Act de 1951 abolit la Economic Cooperation Administration et transféra les pouvo (...)

34Les fonctionnaires du gouvernement irlandais, piqués au vif, remirent en question la pertinence des conclusions de ce rapport. Mesurer les résultats du secteur industriel irlandais naissant à l’aune de ceux des entreprises américaines leur paraissait tout simplement aberrant62. Il est toutefois patent que certains pans du secteur industriel irlandais auraient pu tirer profit du savoir-faire américain dans le cadre du programme d’aide technique prévu dans le plan Marshall, un programme dont le pays ne put bénéficier pour des raisons politiques63.

35Ainsi y avait-il loin de la coupe aux lèvres. Même s’il pouvait exister une demande pour certains produits irlandais de la part du marché diasporique outre-Atlantique, le chemin que les entreprises irlandaises auraient à parcourir pour l’exploiter promettait d’être long. Telle était du moins l’opinion que s’étaient forgée les consultants américains après quelques semaines sur le terrain.

36Enfin, le rapport des consultants américains faisait état de « facteurs psychologiques » qui, selon ses auteurs, jouaient un grand rôle en Irlande :

  • 64 « They discovered no inclination among Irish producers to take any sort of risk. There is a real sh (...)

Ils [les experts] n’ont découvert chez les industriels irlandais aucune appétence pour le risque quel qu’il soit. Il y a une vraie pénurie de capital et, quand il y en a, il reste dans le bas de laine. Il y a de la suffisance, qui est largement due à la prédominance des entreprises familiales, aussi l’esprit d’initiative nécessaire pour s’établir sur le marché américain fait-il défaut. Les industriels irlandais se font beaucoup d’illusions, ce qui brouille leur jugement sur les marchés, par exemple, ils se font des illusions quant à la qualité supérieure des produits irlandais, des illusions quand ils pensent pouvoir faire appel aux sentiments des Irlandais aux États-Unis, des illusions quand ils pensent que la capacité de production des usines irlandaises ne suffirait pas [pour répondre à la demande], des illusions quand ils pensent que l’on peut vendre aux États-Unis sans efforts64.

  • 65 « […] the heavy hand of Government controls has extended widely over all business operations in a m (...)

37L’équipe de consultants américains reconnut qu’il existait un désir affiché d’encourager l’expansion économique du pays, mais, qu’en réalité, ni les autorités ni le monde des affaires, ni les syndicats ne faisaient quoi que ce soit pour aller dans ce sens. L’élan et l’audace nécessaires au développement économique faisaient défaut. En outre, ils notèrent que, bien qu’en Irlande les autorités ne se reconnussent pas dans le modèle socialiste, force était de constater que l’État « étouffait » bel et bien l’initiative individuelle65. Ces contradictions internes freinaient le développement économique de l’Irlande.

  • 66 Anne Groutel, « American Janus-Faced Economic Diplomacy towards Ireland in the Mid-1950s », Irish E (...)

38Le personnel de l’ambassade des États-Unis à Dublin partageait, à l’époque, cette vision sans concession de la société irlandaise66. Dans un rapport envoyé à Washington, Raymond J. Barrett, second secrétaire chargé des sujets économiques, brossait un portrait peu flatteur de la population irlandaise :

  • 67 Créée en 1930, l’Irish Hospitals’ Sweepstake était une loterie destinée à financer les hôpitaux de (...)
  • 68 « Another consequence of the depressed and well-nigh hopeless economic conditions was the tendency (...)

Une autre conséquence de la situation économique dégradée, voire quasiment désespérée, était la tendance à chercher un réconfort psychologique dans d’autres domaines. Il y avait une attitude irresponsable et désinvolte, parfois appelée inconséquence, une légèreté vis-à-vis des obligations, une tendance à prôner le « mange, bois et amuse-toi » et à céder à la consommation d’alcool et de tabac, quelles qu’en soient les conséquences. […] Il n’est nul besoin de dire que ces caractéristiques sont toujours présentes dans l’Irlande d’aujourd’hui […]. Ils réagissent souvent sous le coup de l’émotion plus que de façon logique ou pragmatique. Il y a un certain plaisir à gagner un penny par des moyens détournés ou sans faire d’effort. L’ambassade est bombardée de lettres d’Irlandais espérant obtenir une grosse part de la supposée fortune d’un membre de la famille décédé aux États-Unis. Peu d’Irlandais laisseraient passer une occasion de faire un procès en diffamation. Les jeux de hasard abondent en Irlande – courses de chevaux, de lévriers, paris sur les matchs de football, loteries, etc. – et le Sweepstakes67 connu dans le monde entier est irlandais68.

39Pour Barrett, l’émigration résultait à la fois du désespoir et de cette insouciance :

  • 69 « An inability to improve one’s lot in Ireland together with a lack of a feeling of binding obligat (...)

Une incapacité [des Irlandais] à améliorer leur sort ainsi que le sentiment de n’avoir aucune obligation avaient de toute évidence engendré cette facilité à faire sa valise et à partir même à des milliers de kilomètres où l’on disait qu’il était facile de faire fortune69.

  • 70 « Irishmen, outside of this context, have done remarkably well » (ibid.).

40À leur décharge, il concédait qu’une fois loin de l’Irlande, « les Irlandais réussissaient de façon remarquable »70. Barrett décrivait aussi l’inertie généralisée qui grippait la machine étatique tout entière.

41Il s’agit là de la vision personnelle de Barrett, avec sa part de subjectivité, mais il convient de souligner que son avis et ses analyses, qui étaient considérés comme une source fiable, étaient salués pour leur sérieux à Washington, ce qui pouvait être très préjudiciable à l’image de l’Irlande :

  • 71 « Particularly valuable is the provision of an analysis of basic psychological attitudes affecting (...)

Tant l’analyse des attitudes psychologiques élémentaires, qui ont une influence sur les orientations politiques et les politiques économiques, que les données économiques détaillées sont particulièrement précieuses. Le rapport montre que M. Barrett a tiré profit de sa longue mission en Irlande en y acquérant une grande familiarité avec les fondamentaux psychologiques et économiques de la République71.

  • 72 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, Cambridge – New York, Cambridge Universit (...)
  • 73 Francis Stewart Leland Lyons, Ireland since the Famine, Londres, Fontana Press, 1985, p. 624-628.

42Cette vision de l’Irlande et de son économie vues à travers le prisme américain en était-elle pour autant le reflet fidèle ? Pour Francis Stewart Leland Lyons, le manque criant d’investissement dans l’industrie et son incapacité à être compétitive en matière d’exportation explique en grande partie la faible croissance du secteur industriel irlandais à cette époque. En outre, ce dernier pâtissait du manque de ressources naturelles, de la relative pauvreté de la population irlandaise et de la petite taille de son marché intérieur. Il dépendait donc très largement de l’exportation de ses produits. L’industrie agroalimentaire était le secteur qui exportait le plus, mais celui-ci était lui-même dépendant du secteur agricole qui ne s’était pas suffisamment modernisé et ne pouvait donc servir de tremplin72. Rendements et productivité stagnaient malgré les moyens financiers alloués par l’État73.

  • 74 Denis O’Hearn, The Atlantic Economy…, p. 119.

43Le secteur industriel irlandais avait aussi besoin de capitaux privés pour moderniser ses processus de fabrication. Or, comme il vient d’être dit, ceux-ci n’étaient pas légion. En réalité, les Irlandais étaient le peuple qui investissait le plus au monde, mais à l’étranger, pas en Irlande. Le ministère de l’Industrie et du Commerce, qui s’efforçait d’encourager l’investissement dans l’industrie, soupçonnait d’ailleurs les entrepreneurs d’investir dans un nombre limité d’activités qui leur rapportaient à court terme, en échange d’un minimum d’efforts74.

Des entrepreneurs peu entreprenants

  • 75 Les producteurs irlandais choisirent d’orthographier le mot de cette façon pour différencier leur p (...)
  • 76 Voir l’histoire du whiskey irlandais sur la page Wikipédia suivante : https://fr.wikipedia.org/wiki (...)

44L’heure de gloire du « whiskey »75 irlandais commença au XVIIIe siècle et se poursuivit au siècle suivant. En 1780, les distilleries irlandaises furent autorisées à exporter leur production vers les colonies britanniques. Un siècle plus tard, quatre cents marques de whiskey irlandais étaient commercialisées dans le monde. Il existait alors cent soixante distilleries en Irlande. En 1805, John Jameson, qui avait acquis une distillerie dans Bow Street à Dublin en 1780, était devenu le plus grand producteur de whiskey du monde. John Powers & Son était un autre grand nom de cette industrie, à cette époque76.

  • 77 Ibec Technical Services, Industrial Potential of Ireland…, p. 88.
  • 78 Au moment de la guerre d’indépendance irlandaise, Londres imposa des sanctions commerciales sur les (...)
  • 79 Le blended whisky, plus léger que le whisky traditionnel, était produit grâce à un alambic à colonn (...)
  • 80 « […] they pooh-poohed the idea and would not accept it […] » (Houses of the Oireachtas, Dail Éirea (...)

45Pourtant, dans les années 1950, l’industrie irlandaise du whiskey est l’un des secteurs où il semblait régner un certain conservatisme. Le Stacy May Report qui avait évalué le potentiel du whiskey l’avait placé parmi les rares produits irlandais qui pourraient être exportés avec succès, à condition que les distillateurs s’adaptent aux exigences des marchés étrangers77. Certes, l’interdiction de consommer de l’alcool aux États-Unis entre 1919 et 1933, les conséquences de la guerre d’indépendance irlandaise78, et le gel des exportations de whiskey imposé par le gouvernement irlandais durant la Seconde Guerre mondiale portèrent préjudice à cette industrie, mais cela ne suffit pas à expliquer son déclin amorcé au XIXe siècle et qui se poursuivit au XXe siècle. En effet, lorsque l’un de leurs compatriotes, Aeneas Coffey79, présenta son invention aux distillateurs irlandais, il fut accueilli avec mépris : « […] ils ricanèrent et n’en voulurent pas »80.

  • 81 Ibid.

46En revanche, leurs concurrents écossais virent immédiatement le potentiel de ce nouveau procédé. Lorsque le blended whisky fut introduit, il conquit rapidement le marché britannique et international, ce qui permit aux producteurs écossais de devenir les premiers producteurs de whisky au monde. Alors que l’Écosse exporta pour une valeur de vingt-huit millions de livres irlandaises pendant les neuf premiers mois de 1954, les exportations irlandaises n’atteignirent que cent cinquante mille livres durant la même période, un manque à gagner considérable pour l’économie irlandaise81. De toutes les industries, l’industrie écossaise du whisky était d’ailleurs, à cette époque, celle qui rapportait le plus de dollars à la Grande-Bretagne.

  • 82 Ibid.

47En dépit du succès grandissant du blended whisky auprès des consommateurs, les producteurs irlandais, au fil des décennies, campèrent sur leur position, refusant de produire autre chose que du pot still whiskey, le seul, selon eux, digne de l’appellation « whiskey ». D’ailleurs, dès 1874, ils s’opposèrent à ce que le patent / blended whisky puisse bénéficier de l’appellation « whiskey ». En 1908, ils firent pression sur le gouvernement britannique qui chargea une commission d’enquête royale de trancher la question, mais ils n’obtinrent pas gain de cause82.

  • 83 Ibid.
  • 84 « The Irish Abroad », The Irish Times, 21 mai 1935.

48Dans les années 1950, certains élus critiquèrent vivement cette attitude. L’un d’entre eux, John McQuillan, déplora que les producteurs irlandais n’aient exporté qu’un seul gallon de whiskey en Australie, en 195383. Il existait, en effet, un marché potentiel pour ce produit dans ce pays, puisqu’il y résidait une importante communauté d’origine irlandaise qui connaissait une ascension sociale plus rapide que la communauté irlando-américaine84. McQuillan dénonça l’apathie des producteurs irlandais :

  • 85 « I believe that for the last 70 years our distillers have been prepared to jog along, that they ha (...)

Je crois que dans les soixante-dix dernières années, nos distillateurs se sont satisfaits de mener leurs affaires cahincaha et que le marché intérieur leur suffisait. Ils affirment aujourd’hui, comme ils l’ont toujours fait, produire le meilleur whiskey du monde. Alors qu’ils se complaisent dans cette attitude et vivent dans un monde imaginaire, les Écossais, eux, ont conquis les marchés avec leurs blends. […] Malgré toutes les données disponibles et le fait que cela était amplement justifié du point de vue commercial, les distillateurs irlandais, têtus et bornés, ont refusé de s’adapter et de suivre l’évolution du marché et des goûts des consommateurs dans le monde avec les résultats désastreux que cela a eu pour le produit irlandais85.

49Mais, il continuait de penser que des débouchés existaient et que le marché diasporique en était un :

  • 86 « Surely, with our large Irish population in America, by giving the right commodity, producing the (...)

Étant donné le grand nombre d’Irlandais qui vit en Amérique, nous devrions pouvoir pénétrer ce marché si nous lui fournissons le produit qui convient, c’est-à-dire un blended whisky qui plaise au palais américain86.

  • 87 Ibid.

50Les autorités irlandaises s’inquiétaient également du peu d’efforts que les distillateurs consacraient à la promotion des exportations, alors que le besoin d’augmenter les revenus en dollars du pays était pressant. Mais, comme l’expliqua Norton, depuis 1949, toutes les tentatives gouvernementales pour inciter ces derniers à exporter de plus grandes quantités vers les États-Unis s’étaient soldées par des échecs. Ils se justifiaient en arguant que l’existence d’un marché pour leurs produits n’était pas avérée et que les risques financiers étaient trop lourds. Ils préféraient s’en tenir à la production de pot still whiskey, qui avait fait leur succès, et se concentrer sur le marché intérieur. Cette stratégie était pourtant tout aussi risquée, puisque sur les vingt-sept distilleries qui existaient en 1906, seules cinq subsistaient en 195487.

Prédominance d’une culture de la possession

  • 88 Voir également à ce sujet : Bertram Hutchinson, « On the Study of Non-Economic Factors in Irish Eco (...)
  • 89 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985…, p. 196-198, 275-277, 364.

51Joseph J. Lee, historien et ancien sénateur irlandais, a exploré plus avant les possibles raisons économiques, historiques et socio-psychologiques88 qui pouvaient expliquer le peu d’esprit d’initiative dont semblaient alors faire preuve les Irlandais. Il met, entre autres, en avant le fait que les fonctionnaires, au lieu de jouer leur rôle de chevilles ouvrières travaillant dans l’ombre pour faciliter la prise de décisions et l’action gouvernementale, ralentissaient plutôt le processus, et ce de longue date89.

52Tom Garvin partage cet avis, mais argue que le retard économique de l’Irlande était également, en grande partie, imputable à une élite politique vieillissante :

  • 90 « Quite apart from the 1921 divisions, there was also a clear anti-modernist streak in Irish offici (...)

Hormis les divisions remontant à 1921, il y avait aussi une tendance claire à l’anti-modernisme, dans le courant de pensée officiel et dans l’administration, qui générait une réticence à s’engager sérieusement dans le monde moderne. Plus important, la notion d’un ordre statique et immuable, qui devait être considéré comme idéal, était acceptée en silence, avec joie ou fatalisme, par une grande partie de la population. Dans l’esprit de beaucoup, la modernité était quelque chose qu’il fallait tenir à l’écart plutôt que saluer et gérer. Après tout, si d’aucuns voulaient vraiment la modernité, ils pouvaient aller à côté, en Grande-Bretagne ou de l’autre côté de l’Atlantique, en Amérique […]. En retour, ces mentalités encourageaient le pessimisme culturel, la passivité ou même le désespoir90.

  • 91 « Sociological and historical factors in Irish economic problems », mémorandum de l’ambassade améri (...)
  • 92 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985…, p. 390-396.

53Tout comme l’avait relevé Barrett91, Lee insiste sur l’importance primordiale qu’attachait la population irlandaise au fait de posséder une terre92. Pour un peuple qui avait subi la colonisation et connu les affres de la Grande Famine, être propriétaire était, en soi, un gage indispensable de sécurité sur une île où la densité de population était élevée et où les perspectives d’emploi étaient réduites :

  • 93 « Loss of one’s holding […] normally brought with it not only the economic but the social ruin of t (...)

La perte de son exploitation […] amenait en règle générale non seulement la ruine économique de la famille, mais également sa déchéance sociale. La perte économique allait de pair avec l’humiliation psychique. […] En ces circonstances, il était donc tout à fait logique pour un individu d’abhorrer la prise de risque car le prix de l’échec était catastrophique93.

  • 94 Pauline Collombier-Lakeman, « Quels horizons politiques pour l’Irlande au XIXe siècle ? Une étude d (...)

54Toutefois, Lee explique qu’il y avait peu d’incitations pour ceux qui travaillaient la terre, qu’ils soient fermiers ou ouvriers agricoles, à se surpasser au travail, car l’effort était rarement récompensé et les possibilités d’ascension sociale quasi inexistantes. Pour Lee, ce qui déterminait la place d’un fermier dans l’échelle sociale était la taille de son exploitation pas la productivité. Ainsi deux grands événements permirent-ils aux fermiers d’améliorer leur condition au XIXe siècle : la Grande Famine, qui offrit la possibilité aux fermiers qui avaient survécu d’exploiter les terres laissées vacantes, et les réformes obtenues grâce au combat politique de la Ligue agraire nationale (National Land League)94. Mais, comme le souligne Lee, ces avancées n’étaient pas le résultat de l’effort individuel. Même les profits tirés de la vente des produits agricoles dépendaient plus des cours britanniques que du travail du fermier. Aussi cette culture de la propriété, vue comme garante de sécurité, aurait-elle pris le pas sur le développement d’une « culture de l’accomplissement ».

55Pour Lee, cette mentalité aurait quelque peu déteint sur d’autres secteurs de la société. L’industrie n’y aurait pas fait exception :

  • 95 « Family firms predominated. They were not incompatible with performance criteria. Some did achieve (...)

Les entreprises familiales étaient prédominantes. La culture de la performance ne leur était pas totalement étrangère. Certaines obtinrent d’ailleurs des résultats remarquables. Mais, elles s’accommodaient assez bien de l’idée de stagner dans une zone de confort […]. L’esprit de l’entreprise familiale était assez proche de celui de la ferme familiale95.

56La politique protectionniste menée à partir des années 1930 ne contribua pas, selon lui, à changer ces attitudes. Il souligne toutefois que les Irlandais qui avaient émigré constituaient l’une des exceptions, car ils faisaient preuve d’un grand dynamisme, ce qui apportait la preuve que la prédominance d’une culture de la possession était le fruit des circonstances historiques et non un trait inné chez les Irlandais.

  • 96 Tom Garvin, Preventing the Future…, p. 3, 12.

57Garvin insiste également sur la domination morale qu’avait l’Église catholique sur les dirigeants, et sur les esprits en général, en Irlande à cette époque. Or, pour cette institution, explique-t-il, commerce rimait avec avidité. Par ailleurs, les syndicats et les organisations professionnelles occupaient aussi une place prépondérante dans la société irlandaise. Tous ces acteurs, qui avaient énormément d’influence sur les prises de décision gouvernementales, agissaient comme des freins au changement96.

 

  • 97 Les touristes que l’Irlande accueillait étaient principalement britanniques et la quasi-totalité de (...)
  • 98 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985…, p. 390.

58Dans les années 1950, l’Irlande avait acquis son indépendance politique, certes, mais le pays était toujours extrêmement dépendant du Royaume-Uni, son partenaire économique principal97. Les débouchés qu’offrait le marché diasporique aux États-Unis auraient peut-être permis à certaines entreprises irlandaises de l’agroalimentaire, entre autres, de diversifier et de développer leurs activités à l’étranger. Cependant, même si ce marché aux États-Unis était présenté comme un El Dorado par certains hommes politiques, l’exploiter restait dans le domaine du fantasme. En effet, l’esprit d’entreprise et le goût du risque étaient des valeurs peu promues en Irlande. En outre, une volonté politique forte et pérenne, qui aurait pu créer une dynamique et inciter les entrepreneurs irlandais à se lancer à la conquête du marché américain, semblait faire défaut à cette époque. Selon Lee, Séan Lemass était déterminé à faire en sorte que la culture de l’accomplissement remplace celle de la possession dans la société irlandaise98.

Notes

1 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, Dublin, Gill & Macmillan, 1997, p. 80.

2 « Text of de Valera’s Speech », The New York Times, 18 mars 1932.

3 « I think there are plenty of lines that this country could export […] we have a population of about 300,000 in Toledo, a large proportion of whom are Irish or of Irish descent. The Irish in all parts of the United States could be very glad to get an opportunity of buying Irish goods and I believe a much closer trade relationship could be established » (« A U.U. Mayor Seeks Irish Goods », The Irish Times, 1er octobre 1949).

4 ECA, « Subject Review of the 49-50 Program of the Irish Government », 14 janvier 1949, NARA, RG 469, entry 1247, memorandum nº 12.

5 En 1949, 91 % des exportations irlandaises étaient destinées au Royaume-Uni (John O’Hagan, Patrick Murphy, Adrian Redmond, « The Economy », in Central Statistics Office, That Was Then, This Is Now : Change in Ireland, 1949-1999. A Publication to Mark the 50th Anniversary of the Central Statistics Office, Adrian Redmond (dir.), Dublin, Stationery Office, 2000, chap. V, p. 91, en ligne : http://www.cso.ie/en/media/csoie/releasespublications/documents/otherreleases/thatwasthenthisisnow.pdf).

6 « We know that there are some 25 million American citizens of Irish origins, who retain a sentimental interest in the welfare of the Old Country, but, while sentimental considerations may occasionally produce a trade enquiry which might not otherwise be made, we understand that in this highly competitive market, sentiment is not a substitute for sound trading methods, nor do we intend to regard it as such » (« Address by Mr Seán Lemass, T. D., Tánaiste and Minister for Industry and Commerce, to Commerce and Industry Association, New York, October 5th, 1953 », NAI, DFA, 436/35).

7 « There are many men and women in important positions throughout the U.S. who were born in Ireland or have Irish origins or backgrounds ; so are many more in ordinary walks of life. We hope that all will give us a helping hand in this effort at trade expansion by featuring Irish products in their homes or factories or by asking for them in the stores » (« Speech by Mr. Seán Lemass, T. D., Tánaiste and Minister for Industry and Commerce at opening of Trade Office, Ireland House, New York, October 5th, 1953 », NAI, DFA, 436/35).

8 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, p. 168.

9 « Millions of salmon were lined up in the River Shannon waiting to be caught by the American fishermen » (William Norton cité dans : « Mr Norton Addresses New York Assembly », The Irish Times, 18 janvier 1956).

10 « If all the Irish returning from Britain for holidays in 1956 could be persuaded to spend their loose money here as a regular patriotic move, then our boot and shoe factories, our textile factories, our whiskey distilleries would be advertising for workers, instead of letting them go » (George H. Burrows, « With the Bundle on his Shoulder », The Irish Times, 7 janvier 1956).

11 Au lendemain de la partition, l’État libre se trouva privé d’une grande partie du secteur industriel situé dans le Nord-Est de l’île, resté sous contrôle britannique. L’agriculture devint, par la force des choses, le moteur principal de l’économie du nouvel État.

12 Voir l’ouvrage suivant au sujet des réseaux commerciaux irlandais en Inde : Barry Crosbie, Irish Imperial Networks : Migration, Social Communications and Exchange in the Nineteenth-Century India, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 24-62.

13 « Nigh on half a century ago you could buy Guinness’s stout in a café in the shadow of the Taj Mahal ; purchase Jacob’s biscuits in the bazaars of Hong-Kong ; take a “sundowner” of Irish whiskey at the headwaters of the Nile ; or clothe yourself in Irish linen, Irish wool or Irish homespun in five continents. Every one of the Polar expeditions of the last fifty years was supplied with Cork butter ; and during that time Irish beef, bacon, mutton and eggs have been rightly rated among the luxury products of the age. Irish goods are still held in high esteem throughout the world, for there are many products […] that we make better than any other nation » (« The Industrial Revival », The Irish Times, 9 mars 1936).

14 Denis O’Hearn, The Atlantic Economy : Britain, the US and Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2001, p. 115.

15 Dès 1932, de Valera entra en conflit avec Londres. Il refusa de payer les annuités foncières au gouvernement britannique. Ces annuités étaient versées à l’État irlandais par les agriculteurs irlandais qui avaient acheté leurs terres (Wyndham Act, 1903). Dublin les reversait ensuite au gouvernement britannique. Londres, en guise de représailles, instaura des droits de douane sur les denrées agricoles irlandaises afin de récupérer les sommes dues. Dublin imposa en retour des taxes sur certains produits en provenance du Royaume-Uni. L’épisode de la « guerre économique » prit fin avec la signature de l’accord anglo-irlandais de 1938. Voir à ce sujet : Christophe Gillissen, « Dépendance et interdépendance », in Une relation unique : les relations irlando-britanniques de 1921 à 2001, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, p. 129-208.

16 « Irish Tweed, Gaeltarra Éireann », The Irish Times, 19 mars 1956.

17 W. H. Crawford, « The Rise of the Linen Industry », in The Formation of the Irish Economy, Louis M. Cullen (dir.), Cork, Mercier Press, 1969, p. 23-35.

18 Magee’s of Donegal exportait beaucoup vers les États-Unis et d’autres destinations dans le monde entier (« Magee’s of Donegal », The Irish Times, 16 mars 1956). Greenmount & Boyne Linen Co., une autre grosse entreprise de ce secteur exportait également beaucoup vers l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande où se trouvait une importante communauté d’origine irlandaise (« Linen : Greenmount and Boyne », The Irish Times, 19 mars 1956).

19 « Gateaux Ltd », The Irish Times, 16 mars 1956.

20 La marque Jacob’s existe toujours.

21 « A Progressive Firm », The Irish Times, 12 septembre 1929 ; « The Biscuit Trade », The Irish Times, 21 janvier 1932.

22 Le site The Advertising Archives permet de consulter quelques-unes des affiches publicitaires de la marque Jacob’s : http://www.advertisingarchives.co.uk/index.php?service=search&action=do_quick_search&language=en&q=jacob%27s+biscuit.

23 Cette brasserie, créée en 1759, expédia ses premiers barils vers l’Angleterre en 1769. Un siècle plus tard, elle exportait vers de nombreux pays du globe. En 2001, deux milliards de bouteilles de ce produit furent vendues dans le monde (Guinness Storehouse, « Archive Fact Sheet : The History of Guinness », en ligne : https://www.guinness-storehouse.com/content/pdf/archive-factsheets/general-history/company-history.pdf).

24 Brenda Murphy, « Pure Genius : Guinness Consumption and Irish Identity », New Hibernia Review, vol. 7, nº 4, 2003, p. 53.

25 Le célèbre slogan « Guinness is good for you » est d’ailleurs resté attaché à l’image de la marque. Voir également le site The Advertising Archives pour consulter des affiches publicitaires vantant les mérites de la Guinness : http://www.advertisingarchives.co.uk/?service=search&action=do_quick_search&language=en&mode=&q=guinness&qw=&md_1=&md_2=1930s&grid_layout=4.

26 Brenda Murphy, « Pure Genius… », p. 50-62.

27 John Horgan, Seán Lemass : The Enigmatic Patriot, p. 119.

28 Patrick McGrath était un élu du Fianna Fáil de la circonscription de Cork Borough.

29 « My visit to America was to increase our outlet for Irish-made tweeds and I found that there was a ready market there. With so many Irish people and people of Irish descent in America, there is quite a demand for goods bearing an Irish label. But I am only one individual, and one person cannot do a great deal on his own. If Ireland had a trade commissioner in the States, our exports could be increased considerably, for the prospects are very good » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 115, nº 17, 1er juin 1949).

30 Erskine Hamilton Childers fut le quatrième président d’Irlande du 25 juin 1973 au 17 novembre 1974.

31 Erskine Hamilton Childers à Leo T. McAuley, consul général à New York, 30 août 1935, NAI, 315/262/1.

32 Secrétaire du ministère des Affaires étrangères à Erskine Hamilton Childers, 3 octobre 1935, NAI, DFA, 315/262/1.

33 « Irish Tweed, Gaeltarra Éireann », The Irish Times, 19 mars 1956.

34 « These gentlemen called upon me on the 15th inst. [sic]. To inform me of the details of their scheme. We had a long and useful discussion in the course of which I gathered that, while their intentions were good, they had made no real effort to acquaint themselves with the practical problems involved in the successful establishment of a Chamber of Commerce, and they were not well acquainted with the causes responsible for the small volume of the present export trade from Ireland to the United States. Further, they had not yet approached the leading Irish American business men in this country and therefore were not in a position to say to what extent they could count on the support of such persons » (Leo T. McAuley au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 18 septembre 1939, NAI, DFA, 315/262/1).

35 « Since there are upwards of twenty millions [sic] of Irish Americans in this country, there is unquestionably a tremendous potential market for Irish products and manufactures, if only this market were properly cultivated, and the Irish manufacturer competently represented. […] There are literally thousands of Irish organizations, patriotic, historical, social and cultural throughout the United States, but not one which has interested itself in the material welfare of Ireland on a purely business basis. The fact that immigration to these shores is curtailed, makes it all the more necessary for Ireland to find new markets across the seas. The first and most logical of these markets is the United States where so many Irish born have made their permanent abode. The fact that 90 per cent of Ireland’s exportable surplus goes to a nation, oftentimes at that nation’s own prices, is truly a most unsound and unhealthy condition. If Ireland is to achieve that freedom which we all desire, she must strive to capture world markets for her products. In the life of a nation, as in the life of an individual, there can be no real political freedom unless it is based on economic freedom » (Hugh Mullen à Leo T. McAuley, 25 mai 1940, NAI, DFA, 315/262/1).

36 Leo T. McAuley au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 31 mai 1940, NAI, DFA, 315/262/1.

37 Leo T. McAuley au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 2 janvier 1940, NAI, DFA, 315/262/1.

38 « Substantial results improbable for a long time » (télégramme de Washington au ministère des Affaires étrangères, 2 mai 1940, NAI, DFA, 315/262/1).

39 Matthew Garth Healy, consulat général d’Irlande à New York, au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 15 février 1949, NAI, DFA, 315/262/1.

40 Michael C. Crotty à Donal Scully, vice-consul, consulat général d’Irlande à New York, 25 février 1949, NAI, DFA, 315/262/1.

41 En 1952, Pádraig Pearse O’Sullivan, un Irlandais résidant à New York, proposa lui aussi d’établir une chambre de commerce irlandaise aux États-Unis sans plus de succès.

42 Comité interministériel en charge du commerce extérieur, « Minutes of meeting held on 1st February 1952, 1590, Irish-American Chamber of Commerce », NAI, DFA, 315/262/1.

43 Norton utilisa le terme « Irish organisations ». Il faut entendre par là les organisations communautaires à base ethnique (« Mr. Norton Returns “Satisfied with Results of Tour” », The Irish Times, 16 février 1956).

44 Le Taoiseach est un terme en langue gaélique communément utilisé pour désigner le Premier ministre irlandais. John A. Costello occupa à deux reprises la fonction de Taoiseach, du 18 février 1948 au 13 juin 1951 puis du 2 juin 1954 au 20 mars 1957.

45 « Memo for the Government, Report by the Taoiseach and recommendations following his visit to the United States of America », mars 1956, NAI, P277/PTII.

46 Oifig an aire tionscail agus tráchtála [ministère de l’Industrie et du Commerce], « Memorandum for the Government », juin 1956, NAI, DFA, 315/254.

47 « It would appear that any form of organising Irish groups in the U.S. would have political overtones » (Diarmuid Coffey à Michael McWhite, 30 août 1956, NAI, DFA, 315/254 : échange de remarques sur le document soumis par William Norton au gouvernement daté de juin 1956).

48 Michael McWhite à Diarmuid Coffey, 31 août 1956, NAI, DFA, 315/254 : échange de remarques sur le document soumis par William Norton au gouvernement daté de juin 1956.

49 « […] to develop and encourage the interest of American citizens, particularly those of Irish birth or descent, in the well-being and prosperity of Ireland » (Córas Tráchtála Teoranta, « Establishment of America – Ireland Board of Trade (or Chamber of Commerce) in the United States », 27 octobre 1960, NAI, DFA, 315/262/1).

50 Bord Fáilte Éireann, Aer Lingus, Shannon Free Airport et Córas Tráchtála Teoranta faisaient partie de cette organisation.

51 « There should be an enormous potential goodwill for Irish whiskey in America. There are 20,000,000 people of Irish birth or extraction there. We ought to have some special heart-call to them to help the motherland by buying Irish whiskey if they want to drink whiskey at all. […] Some serious effort ought to be made to use these organisations as a nucleus for popularising Irish whiskey, not merely at their own functions but at all other functions they attend or over which they wield some influence. If we are merely to publish advertisements and then sit back to see the effect on the potential consumer, I am afraid we shall be disappointed » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 171, nº 7, 25 novembre 1958).

52 « The hardest part of our export drive is, we believe, in getting it started. We will not ask those who support it to do so a second time if they find that the purchases of Irish products which they make are not sound and satisfactory in every way. It is in the conviction that, given the necessary impetus to get started, Irish products can advance in the American market on the basis of merit that we have launched our campaign » (« Speech by Mr. Seán Lemass, T. D., Tánaiste and Minister for Industry and Commerce at opening of Trade Office, Ireland House, New York, October 5th, 1953 »).

53 Stacy May était à la tête de l’équipe de consultants américains qui menèrent cette étude.

54 Dans cette liste figuraient la viande, le stout (bière noire), la bière blonde (ale), les confiseries, les produits laitiers, le whisky, les gâteaux et confiseries à base de farine, les produits textiles en tout genre et les vêtements, les articles en cuir y compris les bottes et les chaussures, le verre, les poteries et les produits en ciment (IBEC Technical Services, Industrial Potential of Ireland : An Appraisal, New York, IBEC Technical Services Corporation, 1952, p. 88, NAI, S15389).

55 Ibid., p. 89.

56 Cette liste incluait les produits cités dans le Stacy May Report et quelques autres.

57 Ministère de l’Industrie et du Commerce, « Report of American Experts engaged by Córas Tráchtála Teoranta », mémorandum pour le gouvernement, 7 octobre 1952, NAI, S14818 B/2.

58 Ibid., p. 5.

59 Ibid., p. 7.

60 « Conditions of production in the plants visited are generally insanitary and do not come up to those of the U.S. and in a number of cases require attention even for the home market » (« Annex to summary », annexe au mémorandum « Report of American Experts engaged by Córas Tráchtála Teoranta », p. 2).

61 John O’Hagan, Patrick Murphy, Adrian Redmond, « The Economy », p. 91.

62 Ministère de l’Industrie et du Commerce, « Memorandum for the Government, Stacy May Report », 13 novembre 1953, NAI, S15389.

63 Le Mutual Security Act de 1951 abolit la Economic Cooperation Administration et transféra les pouvoirs de cette dernière à la Mutual Security Agency (MSA), l’agence qui allait désormais gérer l’aide économique, technique et militaire que les États-Unis allaient apporter à leurs alliés en Europe. L’Irlande ne voulant pas renoncer à la neutralité dut se passer de l’aide technique américaine dont elle aurait dû bénéficier. Voir à ce sujet : Peter Murray, Facilitating the Future ? US Aid, European Integration and Irish Industrial Viability, 1948-73, Dublin, University College Dublin Press, 2009, p. 19-45 ; Raymond J. Raymond, « The Marshall Plan and Ireland, 1947-52 », in The Irish in America : Emigration, Assimilation and Impact, P. J. Drudy (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 316-320.

64 « They discovered no inclination among Irish producers to take any sort of risk. There is a real shortage of capital, but what there is remains buried. There is smugness, largely due to the prevalence of family-owned business which does not produce the drive necessary to make an impact upon the American market. Illusions exist amongst Irish manufacturers which interfere with the correct appraisal of the market, e. g. the illusion of superior quality of the Irish product, the illusion of appealing to Irish sentiment in the United States, the illusion of insufficient capacity in Irish plants, the illusion of United States without effort » (ministère de l’Industrie et du Commerce, « Report of American Experts engaged by Córas Tráchtála Teoranta », mémorandum pour le gouvernement, 7 octobre 1952, p. 1-2).

65 « […] the heavy hand of Government controls has extended widely over all business operations in a manner that has tended to stifle private initiative » (IBEC Technical Services, Industrial Potential of Ireland…, p. 80).

66 Anne Groutel, « American Janus-Faced Economic Diplomacy towards Ireland in the Mid-1950s », Irish Economic and Social History, vol. 43, nº 1, 2016, p. 16-19.

67 Créée en 1930, l’Irish Hospitals’ Sweepstake était une loterie destinée à financer les hôpitaux de l’État libre.

68 « Another consequence of the depressed and well-nigh hopeless economic conditions was the tendency to develop psychological compensations in other areas of human behavior for the impossibility of economic advancement. There was an attitude of devil-may-care irresponsibility – “fecklessness” it has been called – a lightheartedness toward obligations, an “eat, drink and be merry” feeling, an indulgence in liquor and tobacco regardless of the consequences. […] There is little need to point out how those characteristics have continued in present-day Ireland […]. Their attitude of thought is often more emotional than logical or practical. There is a delight in earning a penny by devious means or without effort. The Embassy is steadily bombarded by letters from Irishmen hoping to gain a fat share of the supposed “fortune” of a relative deceased in the United States. Few Irishmen are likely to lose sight of any possibility for a suit for libel or slander. Forms of chance abound in Ireland – Horse-racing, grey-hound, footballs pools, raffles, etc. – and the world famous Sweepstakes is Irish » (« Sociological and historical factors in Irish economic problems », mémorandum de l’ambassade américaine à Dublin au département d’État à Washington, septembre 1957, NARA, RG 84, Classified General Records, 1956-1959, Foreign Service Dispatch, dispatch nº 107).

69 « An inability to improve one’s lot in Ireland together with a lack of a feeling of binding obligations obviously bred a readiness to pack up and move, even thousands of miles, to a land where fortunes were reported to be available » (ibid.).

70 « Irishmen, outside of this context, have done remarkably well » (ibid.).

71 « Particularly valuable is the provision of an analysis of basic psychological attitudes affecting both the political and economic policies of the Government, in addition to detailed economic data. The report demonstrates that Mr. Barrett has benefited from his long assignment in Ireland by acquiring thorough familiarity with both psychological and economic fundamentals of the Republic » (« Foreign Service Economic Reporting Appraisal », 6 mai 1958, NARA, RG 84, Department of State, General Records, 1953-1959, box 5).

72 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, Cambridge – New York, Cambridge University Press, 1989, p. 530.

73 Francis Stewart Leland Lyons, Ireland since the Famine, Londres, Fontana Press, 1985, p. 624-628.

74 Denis O’Hearn, The Atlantic Economy…, p. 119.

75 Les producteurs irlandais choisirent d’orthographier le mot de cette façon pour différencier leur produit du whisky écossais.

76 Voir l’histoire du whiskey irlandais sur la page Wikipédia suivante : https://fr.wikipedia.org/wiki/Irish_whiskey#Histoire.

77 Ibec Technical Services, Industrial Potential of Ireland…, p. 88.

78 Au moment de la guerre d’indépendance irlandaise, Londres imposa des sanctions commerciales sur les ventes de whiskey irlandais dans l’Empire britannique. De nombreuses distilleries furent alors contraintes de fermer leurs portes définitivement.

79 Le blended whisky, plus léger que le whisky traditionnel, était produit grâce à un alambic à colonne (le Coffey still ou patent still). Ce nouveau procédé, inventé en 1830 par Aeneas Coffey, permettait de distiller de l’alcool de grain en continu auquel était alors ajouté un pourcentage de whisky traditionnel. Cette invention révolutionna cette industrie en permettant de produire du whisky à un coût bien moins élevé que le whisky traditionnel, à base d’orge maltée, distillé dans un alambic charentais (pot still).

80 « […] they pooh-poohed the idea and would not accept it […] » (Houses of the Oireachtas, Dail Éireann Debates, vol. 147, nº 3, 3 novembre 1954).

81 Ibid.

82 Ibid.

83 Ibid.

84 « The Irish Abroad », The Irish Times, 21 mai 1935.

85 « I believe that for the last 70 years our distillers have been prepared to jog along, that they have been satisfied with the home market. Their cry is and has been that their product is the best whiskey in the world. While they adopt this line and live in this cuckoo-land, the Scotch have swept the decks with their blended products. To-day, the Irish distillers strongly oppose the introduction of a blended product, just as they opposed it 70 years ago. […] Despite all the evidence available and the good, sound business reasons that existed, the Irish distillers stubbornly and pig-headedly refused to adapt themselves to changing world tastes and conditions with the consequent disastrous results we have to-day so far as the Irish product is concerned » (Houses of the Oireachtas, Dail Éireann Debates, vol. 147, nº 3, 3 novembre 1954).

86 « Surely, with our large Irish population in America, by giving the right commodity, producing the properly blended whiskey that will suit the American palate, we should be able to get a proper footing in that market » (ibid.).

87 Ibid.

88 Voir également à ce sujet : Bertram Hutchinson, « On the Study of Non-Economic Factors in Irish Economic Development », Economic and Social Review, vol. 1, nº 4, 1970, p. 509-529.

89 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985…, p. 196-198, 275-277, 364.

90 « Quite apart from the 1921 divisions, there was also a clear anti-modernist streak in Irish official and clerical thinking, generating a reluctance to engage seriously with the modern world. Most importantly, the notion of a static and unchanging order that was to be regarded as ideal was quietly accepted, gladly or fatalistically, by much of the population. In the minds of many, modernity was something to be shut out rather than welcomed and coped with. After all, if one really wanted modernity, one could go next door to Britain or over the Atlantic to America […]. In turn, these mentalities encouraged a cultural pessimism, passivity or even hopelessness » (Tom Garvin, Preventing the Future : Why Was Ireland so Poor for so Long ?, Dublin, Gill & Macmillan, 2004, p. 4-5).

91 « Sociological and historical factors in Irish economic problems », mémorandum de l’ambassade américaine à Dublin au département d’État à Washington, septembre 1957.

92 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985…, p. 390-396.

93 « Loss of one’s holding […] normally brought with it not only the economic but the social ruin of the family. Economic loss involved psychic humiliation. […] It was entirely rational in those circumstances for the individual to abhor risk taking when the price of failure was catastrophe » (ibid., p. 391).

94 Pauline Collombier-Lakeman, « Quels horizons politiques pour l’Irlande au XIXe siècle ? Une étude de quelques caricatures du temps de Parnell », Revue LISA / LISA e-journal, vol. 12, nº 4, 2014, en ligne : http://journals.openedition.org/lisa/6204.

95 « Family firms predominated. They were not incompatible with performance criteria. Some did achieve impressive records. But they were quite compatible with fairly comfortable stagnation […]. The family firm had much the same ethos as the family farm » (Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985…, p. 393).

96 Tom Garvin, Preventing the Future…, p. 3, 12.

97 Les touristes que l’Irlande accueillait étaient principalement britanniques et la quasi-totalité de ses exportations étaient destinées au Royaume-Uni (Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, Dublin – Portland, Irish Academic Press, 2009, p. 183 ; Ronnie Munck, The Irish Economy, Londres – Boulder, Pluto Press, 1993, p. 32).

98 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985…, p. 390.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search