Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Première partie. L’Irlande et sa diaspora de la partition aux années 1960 : la distance se creuse

Chapitre II

Les dollars des Irlando-Américains : une source convoitée de devises

Texte intégral

L’Irlande confrontée à la pénurie de billets verts

  • 1 Raymond J. Raymond, « American Public Opinion and Neutrality, 1939-1945 », Éire-Ireland, vol. 18, n (...)

1N’ayant rien pu obtenir de la part des autorités britanniques et américaines sur la question d’une éventuelle réunification de l’Irlande, la République décida de rester neutre durant la Seconde Guerre mondiale et ne permit pas à l’armée américaine d’utiliser ses bases aériennes durant le conflit. Notons que la majorité de la communauté irlando-américaine se montra hostile à la neutralité irlandaise1.

  • 2 John Bowman, De Valera and the Ulster Question : 1917-1973, Oxford, Oxford University Press, 1982, (...)
  • 3 L’Irlande bénéficia d’un prêt de 149 millions de dollars et de 18 millions de dollars sous forme de (...)
  • 4 Troy Davis, Dublin’s American Policy…, p. 105-106.
  • 5 Ibid., p. 105. Sur la monnaie et les institutions bancaires irlandaises à cette époque, voir : John (...)
  • 6 George W. Potter, « ECA and Ireland, Impact of Marshall Plan Funds, Changes over Face of Republic » (...)
  • 7 Ibid. ; Troy Davis, Dublin’s American Policy…, p. 104-105 ; Bernadette Whelan, « Ireland and the Ma (...)

2L’Irlande fut cependant l’un des pays qui bénéficièrent du plan Marshall2. Les économies irlandaise et britannique étaient si étroitement liées qu’il fut jugé nécessaire d’inclure l’Irlande dans ce programme, ce qui lui permit d’obtenir un prêt3 en dollars. Le pays fut ainsi en mesure de continuer à importer les biens nécessaires pour subvenir aux besoins de son agriculture dont les produits aidaient à nourrir la population britannique4. À l’époque, la quasi-totalité des exportations irlandaises était destinée au marché britannique et réglée en livres sterling. Il existait alors une parité fixe entre les deux monnaies nationales5. L’Irlande disposait donc à Londres de larges réserves de cette monnaie convertible, ce qui lui permettait de payer en dollars ses importations en provenance des États-Unis. Or, ces dernières augmentèrent de façon spectaculaire après la guerre. En effet, l’agriculture irlandaise forcée de s’adapter pour répondre aux besoins des populations des pays en guerre se concentra sur la culture du blé. Peu adaptée à la nature des sols irlandais, celle-ci les avait considérablement appauvris. Afin de remédier à ce problème, l’Irlande dut importer, entre autres, de grandes quantités d’engrais et de machines agricoles6. Le pays se trouva par conséquent devant un problème majeur lorsque le Royaume-Uni, confronté à une sévère pénurie de dollars dans la zone sterling durant l’été 1947, suspendit la convertibilité de sa monnaie7.

  • 8 European Recovery Program, Ireland, Country Study, Washington, U.S. Government Printing Office, fév (...)
  • 9 Ibid., p. 4.
  • 10 Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars, « First in (...)
  • 11 Ibid., p. 5.

3À la fin des années 1940, l’Irlande exportait très peu vers les États-Unis et le Canada8. L’Administration de coopération économique (Economic Cooperation Administration – ECA), organisme créé par les autorités américaines chargé de répartir les crédits accordés dans le cadre du plan Marshall, estima, par conséquent, que le tourisme était a priori le secteur le plus à même de contribuer à réduire rapidement le déficit en dollars de l’Irlande9. Ce fut également la conclusion du premier rapport d’étape du Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars du pays au sein du gouvernement irlandais (Inter-Departmental Working Party on Dollar Earnings)10. Ce document nota que l’Irlande figurait bien dans les offres des voyagistes américains, mais elle n’était que l’une des destinations proposées dans le cadre d’un périple plus long à travers l’Europe. Les séjours étaient, en général, de courte durée et les touristes faisaient escale dans des hôtels de luxe11. Les auteurs de ce rapport attirèrent l’attention des autorités sur le fait que la pénurie d’hébergements haut de gamme pouvait devenir problématique si le nombre de touristes de ce type augmentait soudainement.

  • 12 European Recovery Program, Ireland, Country Study.

4La célébration de l’année sainte, en 1950, pouvait être l’occasion d’inciter une partie des pèlerins américains à venir visiter l’Irlande. Augmenter rapidement la capacité hôtelière et améliorer la qualité des prestations proposées était une priorité. Aussi fut-il demandé aux autorités irlandaises de mettre en place un plan d’action pour attirer des touristes supplémentaires comme cela avait été prévu dans le plan à long terme établi par Washington12. Cependant, le ton de la lettre que Joseph E. Carrigan, chef de l’ECA en Irlande, adressa à Seán MacBride, ministre irlandais des Affaires étrangères, à ce sujet montre clairement que, du côté de l’organisation, on s’inquiétait du manque manifeste de bonne volonté des autorités irlandaises :

  • 13 « As I have discussed the matter with Government officials, I find everyone most friendly and recep (...)

En discutant de cette question avec des membres du gouvernement, j’ai trouvé que tous étaient très cordiaux et ouverts aux suggestions, mais que les mots étaient peu suivis d’action. J’ai, en certaines occasions, été décontenancé par la légèreté avec laquelle on traite le sujet. En d’autres occasions, j’ai été déconcerté par le désespoir affiché par certains quant à la capacité de l’Irlande à faire quoi que ce soit de significatif à ce propos ou bien encore par l’illusion de certains que ce n’est pas le problème de l’Irlande et que le problème doit être réglé par une intervention complètement extérieure. Certains semblent croire qu’un deus ex machina viendra tirer le pays d’affaire13.

Une administration irlandaise rétive face au développement du tourisme

5En réalité, certains hauts fonctionnaires irlandais du ministère des Finances doutaient du bien-fondé d’une intervention de l’État dans le secteur du tourisme à la seule fin de remédier au déficit en dollars du pays :

  • 14 « Any hope of closing the dollar gap through development of the tourist industry is illusory unless (...)

Tout espoir de combler le déficit en dollars grâce au développement de l’industrie touristique est illusoire à moins d’une baisse substantielle de nos dépenses en dollars. Celle-ci a peu de chance de se produire sans que des mesures restrictives soient appliquées ou que nous puissions de nouveau acheter le blé et le maïs en livres sterling comme avant la guerre. Il est en tout cas essentiel d’augmenter les revenus en dollars que nous tirons du tourisme pour renforcer notre position de change et il est souhaitable que l’ECA soit convaincue que des mesures concrètes sont effectivement adoptées14.

  • 15 Ce mémorandum n’est pas signé, mais il est très probable que son auteur soit Patrick McGilligan, le (...)

6L’auteur de ce mémorandum15, adressé au gouvernement, conseillait de garder la tête froide en matière de politique touristique :

  • 16 « Policy regarding the tourist industry falls to be considered under two main heads, the general an (...)

La politique concernant l’industrie du tourisme doit être considérée sous deux angles, l’angle général et l’angle particulier. Bien que l’aspect particulier qui consiste à promouvoir les revenus en dollars soit de grande importance, il ne devrait pas accaparer toutes nos pensées sur le sujet. Nous devons garder le sens des proportions16.

7Enfin, le ministère des Finances estima que la forte augmentation du budget publicitaire que préconisait le Tourist Board était « extravagante ». Il fallait d’abord que le niveau général de l’offre soit amélioré afin de ne pas décevoir le touriste. Une campagne publicitaire ciblée pourrait alors être envisagée aux États-Unis dans les endroits où la densité de population d’origine irlandaise était élevée.

8Il devenait plus facile de voyager par bateau depuis les États-Unis, on pouvait donc s’attendre à ce que le nombre de visiteurs irlando-américains augmente. Les touristes de la diaspora posaient peu de problèmes. En effet, ils ne risquaient pas de provoquer une pénurie de chambres d’hôtel, puisqu’ils étaient logés chez leurs proches.

Les touristes irlando-américains : une clientèle rentable

  • 17 Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars, « First in (...)

9Ces recommandations étaient parfaitement en phase avec le rapport préparé en 1949 par le Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars qui estima que les touristes irlando-américains devaient être le public visé en priorité17. De cette façon, la construction de nouveaux établissements hôteliers ne serait pas nécessaire pour ces touristes qui restaient plus longtemps et qui, étant donné la durée prolongée de leur séjour, dépensaient globalement plus que les touristes ordinaires. En théorie, tout Américain disposant des moyens financiers suffisants était un touriste potentiel, mais il semblait plus réaliste de se concentrer sur ce marché de quinze millions d’Irlando-Américains, même si peu d’entre eux pouvaient se permettre et ressentaient le désir de passer des vacances en Irlande. Selon le consul irlandais en poste à New York, le vacancier irlando-américain moyen dépensait à peu près cinq cents dollars en Irlande, un chiffre que les auteurs du rapport considéraient être sous-évalué. La réalité, selon leurs estimations, était plus proche de sept cents dollars :

  • 18 Selon ce document, quinze mille touristes en provenance des États-Unis avaient visité l’Irlande en (...)
  • 19 « Even if the tourists’ average expenditure is only $500 and if the potential market is no greater (...)

Même si en moyenne les touristes ne dépensent que 500 dollars et que leur nombre potentiel n’est pas plus de dix fois supérieur à celui de 194818, il est tout de même évident que le pays n’accueille qu’un filet du flux potentiellement énorme de touristes irlando-américains et de leurs dollars19.

  • 20 Joseph E. Carrigan à Seán MacBride, 7 décembre 1949.
  • 21 Le colonel Theodore Pozzy était en charge de la section « développement du tourisme » de l’ECA à Pa (...)
  • 22 « It is clear […] from Colonel Pozzy’s observations that sentiment alone exerts a very strong attra (...)

10Convaincre cette clientèle de faire le voyage serait plus aisé, pensait-on, qu’attirer les touristes n’ayant aucune attache en Irlande. Joseph E. Carrigan20, le colonel Pozzy21 et le Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars du pays étaient tous persuadés qu’il serait facile de faire naître l’envie chez les Irlando-Américains de venir en Irlande en jouant la carte de la nostalgie : « Il va de soi […] que, d’après ce qu’a pu constater le colonel Pozzy, les Irlando-Américains sont fortement attirés par l’Irlande pour des raisons sentimentales »22. Il fut donc jugé bon de limiter le budget publicitaire, dans un premier temps, aux villes et régions, comme Boston, New York et plus généralement les États de la côte est des États-Unis, où la présence irlando-américaine était forte.

  • 23 Ernest Rowe-Dutton à James McElligott, 26 août 1949, UCDA, McGilligan Papers, P35c/8.
  • 24 « Memorandum of Conversation with Cabinet sub-committee on Dollar Earnings », 22 avril 1950, NARA, (...)
  • 25 Harry Clement était l’un des responsables de la mise en œuvre du programme d’assistance au sein de (...)
  • 26 Daniel Morrissey était le ministre de l’Industrie et du Commerce du premier gouvernement de coaliti (...)
  • 27 « I feel very strongly that if Mr. Morrissey gets the chance, he will pigeon hole the written repor (...)
  • 28 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, Dublin – Portland, Irish Academic Press, 2009, p. 165.
  • 29 « ECA activities in Ireland » [document non daté, date probable : 1953], NARA, RG 84, Classified Ge (...)
  • 30 Mémorandum de Harry Clement à Paul E. Miller, 6 février 1951, NARA, RG 469, entry 1250, Mission to (...)
  • 31 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 132.

11Dès le mois d’août 1949, Paul Hoffman, le directeur général de l’ECA en Europe, exprima ses doutes quant à l’intention des autorités irlandaises d’apporter des solutions au déficit en dollars23. Huit mois plus tard, la situation ne semblait guère avoir évolué24. Les grands projets de l’ECA pour le tourisme en Irlande ne s’étaient pas concrétisés, mais l’organisation ne relâcha pas la pression et réussit à convaincre le gouvernement irlandais d’avaliser la venue d’une équipe américaine qui se chargerait d’établir un diagnostic de cette industrie dans le cadre de l’aide technique du plan Marshall. En réalité, pour l’ECA, il s’agissait d’un moyen détourné de tenter de parvenir à ses fins, même si Harry Clement25 craignait que cette entreprise ne soit vaine : « J’ai la forte impression que si M. Morrissey26 en a l’occasion, il enterrera le rapport de cette équipe d’évaluation »27. Cette lettre de Harry Clement au colonel Pozzy montre à la fois l’étendue des divergences de vue entre les autorités irlandaises et l’ECA, laquelle aurait aimé que le gouvernement irlandais accorde un budget conséquent au tourisme, et les manœuvres américaines pour arriver à leurs fins. Dans ce courrier, Clement affirme avoir passé plusieurs jours à New York à informer Robert K. Christenberry, chef de l’équipe qui devait se rendre en Irlande pour conduire une étude du secteur touristique, des difficultés et résistances qu’il risquait de rencontrer. Il lui avait aussi fait part de ce que l’ECA voulait voir accompli. Christenberry, disait-il, avait donné son accord. Ladite équipe remit son rapport en septembre 1950. Il était, entre autres, suggéré d’étudier plus avant ce qui attirait les touristes irlando-américains et de se concentrer sur cette partie de la clientèle28. Le gouvernement s’opposa un temps à la publication de ce rapport29. Comme l’avait redouté Clement, les recommandations qu’il contenait ne furent pas suivies d’effet30, tout du moins pas dans l’immédiat. Une chose est certaine, les pèlerins qui se rendirent à Rome pour les célébrations de l’année Sainte n’affluèrent pas en Irlande31 comme l’avait espéré Carrigan.

12Au tout début des années 1950, le (premier) gouvernement de coalition semblait donc peu enclin à encourager la venue de touristes en Irlande. Mais, les chefs de l’ECA se rendirent rapidement compte que l’inertie apparente que leur opposait le gouvernement irlandais de l’époque cachait toujours une grande méfiance envers les possibles effets du développement de l’activité touristique :

  • 32 « We have urged unceasingly that more should be done to promote dollar earnings from this source [t (...)

Nous avons sans cesse fait pression pour que davantage soit fait pour accroître les revenus en dollars provenant de cette source [le tourisme]. L’actuel gouvernement a eu à surmonter un blocage mental considérable en la matière [la promotion du tourisme]32.

  • 33 « Conversation with Morrissey, Cosgrave, McCarthy », document signé HGC [Harry Clement], 21 avril 1 (...)

13Toutefois, tant Morrissey que McGilligan finirent par admettre que les touristes irlando-américains semblaient être un marché beaucoup plus accessible, facile à convaincre, moins exigeant et tout aussi prêt à dépenser des dollars que les autres touristes américains et conseillèrent de se concentrer sur celui-ci33. Mais, ce gouvernement n’accomplit rien de significatif dans ce domaine durant ses derniers mois au pouvoir.

An Tóstal : un festival conçu pour les Irlando-Américains

  • 34 Eric G. E. Zuelow, Making Ireland Irish : Tourism and National Identity since the Irish Civil War, (...)
  • 35 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 165.
  • 36 Ibid., p. 168. ; Eric G. E. Zuelow, Making Ireland Irish…, p. 125.

14Le Fianna Fáil remporta les élections législatives de mai 1951. Le poste de ministre de l’Industrie et du Commerce fut de nouveau confié à Seán Lemass qui, contrairement à l’administration précédente, s’était montré, dans le passé, un fervent défenseur du tourisme, en particulier du tourisme irlando-américain. Dès sa prise de fonction, Lemass reprit en main ce dossier. La proposition que lui fit Juan Trippe, président de la Pan American Airways, tomba à point nommé34. En effet, elle allait dans le sens du rapport Christenberry qui avait, entre autres, préconisé de développer le tourisme diasporique pour prolonger la saison touristique35. Trippe suggéra qu’un festival culturel soit organisé afin d’inciter les personnes d’origine irlandaise vivant à l’étranger à venir séjourner en Irlande durant la basse saison. La compagnie aérienne en tirerait des avantages financiers et le pays pourrait réduire son déficit en dollars36. Lemass fut séduit par l’idée.

  • 37 An Tóstal est un terme en langue gaélique. Ireland at Home, l’équivalent en langue anglaise, fut au (...)
  • 38 Eric G. E. Zuelow, « An Tóstal : Ireland at Home », in Ireland and the Americas : Culture, Politics (...)

15Le projet d’un festival, nommé An Tóstal37, vit le jour quelque temps plus tard. Il avait pour ambition de célébrer la culture, l’histoire et la langue irlandaise à travers des spectacles, des concours, des compétitions sportives, etc. En outre, les organisateurs comptaient sur cette occasion pour présenter les progrès accomplis dans le domaine économique et industriel depuis l’indépendance grâce à des expositions et des défilés où les industriels pourraient mettre en valeur leurs produits38.

16Toute la diaspora serait conviée à se rendre en Irlande pour l’occasion. Aussi Conor Cruise O’Brien, qui occupait alors le poste de conseiller au ministère des Affaires étrangères, contacta-t-il, en août 1952, les ambassades, légations et consulats irlandais à l’étranger pour qu’ils se chargent de faire la publicité de l’événement. Il fallait essayer de faire venir le plus grand nombre de personnes d’origine irlandaise où qu’elles se trouvent dans le monde, même si on ne pouvait s’attendre à ce qu’elles montrent le même enthousiasme que les Irlando-Américains pour An Tóstal :

  • 39 « The populations of Irish origin in these countries, though considerable, are in general not as co (...)

Les populations d’origine irlandaise vivant dans ces pays, bien que leur nombre soit considérable, ne sont, en général, ni aussi solidaires ni aussi attachées à leur mère patrie que le sont les Américains d’origine irlandaise. En outre, il y a, dans le cas de l’Argentine et de l’Australie, la question de l’éloignement géographique. Cependant, je pense que cela vaut la peine de faire l’effort [de les inciter à venir]. La présence de personnes de ces pays, même en petit nombre, ajouterait à la grandeur d’An Tóstal39.

  • 40 The Southern Cross est un journal créé en 1875 à Buenos Aires par Dean Patrick Dillon, personnalité (...)
  • 41 Matthew Murphy à Conor Cruise O’Brien, 15 octobre 1952, NAI, DFA, 415/267.

17Cependant, il devint très rapidement évident qu’il fallait centrer la promotion de l’événement sur la communauté irlando-américaine aux États-Unis. Ailleurs, l’intérêt était au mieux limité et au pire inexistant, comme en Argentine où, même après la parution d’un article sur An Tóstal dans The Southern Cross40, la légation irlandaise à Buenos Aires n’avait pas reçu une seule demande de renseignement41.

  • 42 Ambassade irlandaise à Londres [signature illisible] à Conor Cruise O’Brien, 31 octobre 1952, NAI, (...)
  • 43 Fógra Fáilte, plus spécifiquement chargé de l’aspect publicitaire du tourisme, fut créé dans le cad (...)

18Alors qu’il s’était empressé d’aller aux États-Unis pour promouvoir l’événement42, fin octobre 1952, Hugh MacNeill ne s’était toujours pas rendu en Grande-Bretagne qui ne semblait pas figurer parmi les priorités. Fógra Fáilte43 n’y avait pas non plus entrepris de campagne publicitaire et aucun article sur An Tóstal n’était paru dans la presse britannique.

  • 44 Le mois d’avril fut la période retenue pour An Tóstal.
  • 45 Document intitulé « Memorandum for Major General MacNeill on An Tóstal in the Boston Consular Area  (...)

19Même si la clientèle visée était la diaspora irlandaise aux États-Unis dans son ensemble, seule une petite partie était susceptible de faire le voyage. Parmi les Irlando-Américains qui se rendaient d’ordinaire en Irlande, on comptait de nombreux enseignants, or ceux-ci ne pourraient faire le voyage en pleine période scolaire44. Il en allait de même pour les familles dont les enfants étaient scolarisés. La période ne conviendrait probablement pas non plus aux Irlando-Américains les plus aisés qui préféreraient venir durant la période estivale. Il faudrait aussi compter avec la concurrence du pèlerinage en Irlande de l’archevêque de Boston qui devait avoir lieu au mois d’août 1953. Dans tous les cas, Joe Shields, le consul d’Irlande à Boston, était d’avis qu’il était préférable de s’adresser à la première et la seconde génération d’immigrés aux États-Unis45.

  • 46 « We are not doing this because we like the colour of your hair, but because we think it will be go (...)

20D’après la presse irlandaise, le projet était soutenu par plusieurs compagnies aériennes qui étaient convaincues de son potentiel. Trans-world Airlines avait l’intention de consacrer cinquante mille dollars à la promotion du festival. Quant à Pan American Airways, dont le président avait suggéré l’idée, elle avait décidé d’y affecter la moitié de son budget publicitaire alloué à la zone de l’Atlantique Nord. Un haut responsable de l’une de ces compagnies avait confié à MacNeill : « Nous ne faisons pas cela pour vos beaux yeux, mais parce que nous pensons que cela nous rapportera de l’argent. An Tóstal pourrait être un pari gagnant, et nous espérons pour vous et pour nous que ce sera le cas »46. Aux dires de MacNeill, la compagnie en question ne prévoyait pas un afflux immédiat de touristes. Elle projetait de transporter trois mille cinq cents passagers pour la première édition du festival, mais s’attendait à ce que ce nombre passe à cinquante mille dans les cinq ans.

  • 47 « Wife-beating, priest-ridden, blather talking gombeen men getting drunk standing around gossiping (...)

21L’image de l’Irlande qui était projetée à l’étranger était une question suivie de très près par le ministère des Affaires étrangères irlandais, surtout depuis la sortie du film de John Ford, L’homme tranquille (The Quiet man), en 1952. L’Irlande y était présentée comme un pays « où les épouses étaient battues, un pays sous la coupe des prêtres, où des individus louches se saoulaient, tout en se répandant en commérages, et dont le comportement finissait par verser dans la caricature de l’Irlandais »47.

  • 48 Conor Cruise O’Brien à Joe Shields, 23 février 1953, NAI, DFA, 415/267.
  • 49 Eric Zuelow, Making Ireland Irish…, p. 125.
  • 50 « I would be glad if you could return this monstruosity to me as soon as you have seen it » (Tom Sh (...)
  • 51 « This is a rather sickening example of the way the airlines are fulfilling their promise to public (...)

22John Patrick O’Brien et Tom Sheehy de Fógra Fáilte étaient, par conséquent, soucieux de l’effet délétère que pourrait avoir une campagne publicitaire qui présenterait d’emblée An Tóstal comme un événement de classe internationale, comme la New York World’s Fair48. Certes, il fallait faire vibrer la corde sensible pour attirer les touristes de la diaspora49, mais pas à n’importe quel prix. Aussi les deux hommes s’offusquèrent-ils de la publicité produite par Pan American Airways publiée dans certains journaux qui s’adressaient à la communauté irlando-américaine. Pour Sheehy, il s’agissait d’une « monstruosité » et « comme le dit, à juste titre, la publicité “il n’y a jamais rien eu de tel dans l’histoire irlandaise” »50. Quant à O’Brien, il confia qu’il la trouvait « écœurante »51. Michael Rynne, conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères, écrivit au secrétaire du ministère de l’Industrie et du Commerce irlandais pour lui demander de faire en sorte que toute publicité extérieure reçoive désormais l’aval des agences chargées du tourisme avant publication, car :

  • 52 « The Minister regards the illustration here as unsuitable and objectionable, particularly when ass (...)

[…] le ministre [des Affaires étrangères] considère que l’illustration en question est inappropriée et inacceptable, en particulier lorsqu’elle est associée à An Tóstal. Le costume et l’apparence générale, celle du musicien en particulier, est un stéréotype scénique de l’Irlandais52.

  • 53 Secrétaire du ministère de l’Industrie et du Commerce au secrétaire du ministère des Affaires étran (...)
  • 54 Voir à ce sujet : Stephanie Rains, « Home from Home : Diasporic Images of Ireland in Film and Touri (...)

23Le secrétaire du ministère de l’Industrie et du Commerce fit savoir quelques jours plus tard que son ministre, Seán Lemass, ne soutenait pas cette démarche53. Peut-être avait-il déjà conscience qu’il fallait, au contraire, exploiter à des fins commerciales la vision de l’Irlande que chérissait une partie de la diaspora54, une vision idéalisée proche de celle présentée dans Finian’s Rainbow, une comédie musicale jouée à Broadway à la fin des années 1940, quitte à mettre de côté l’image d’un pays sur la voie du progrès économique aux antipodes de cette île rurale imaginaire.

Controverse autour de la participation de l’Irlande du Nord

  • 55 Clare O’Halloran met en évidence que la représentation de l’île comme un tout indivisible était au (...)
  • 56 Selon les termes du Tourist Traffic Act de 1952, l’Irish Tourist Board changea de nom et devint An (...)
  • 57 Anne Groutel, La coopération économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses universitaires de Ca (...)
  • 58 Conor Cruise O’Brien à Michael Rynne, 10 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267.
  • 59 Stormont est le nom du château qui abritait le Parlement autonome et le gouvernement d’Irlande du N (...)
  • 60 « […] such cooperation would result in a more impressive demonstration to visitors of the essential (...)
  • 61 Michael Rynne à William Fay, 13 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267.
  • 62 William Fay était conseiller juridique et sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères irla (...)
  • 63 William Fay à Michael Rynne, 15 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267.

24Quid de l’Irlande du Nord ? Elle était devenue une juridiction distincte, certes, mais elle faisait peut-être encore partie de l’image mentale55 de l’île d’Irlande que conservait la diaspora ? Convier, ou non, l’Irlande du Nord à prendre part au festival était une question épineuse. An Bord Fáilte56, qui estimait que les réjouissances devaient avoir lieu dans toute l’île, soumit le sujet à Lemass. Le ministère des Affaires étrangères fut également consulté. Conor Cruise O’Brien partageait le point de vue d’An Bord Fáilte. Après tout, les deux Irlandes étaient récemment parvenues à coopérer sur trois projets fonctionnels d’intérêt commun57. Lemass avait d’ailleurs souligné, quelque temps auparavant, dans son discours de Bonn, que la pratique de ce genre de coopération était désormais bien établie58. O’Brien ne voyait pas en quoi une action conjointe dans le domaine du tourisme serait différente. Toutefois, derrière cette volonté d’agir de concert avec Stormont59, se cachait un calcul politique. En effet, pour O’Brien, « […] une telle coopération ferait remarquablement mieux la démonstration aux visiteurs de l’unité fondamentale de notre pays que ne le ferait tout autre argument contre la partition »60. Michael Rynne61 et William Fay62 étaient au diapason avec O’Brien. Fay63 était persuadé que si ce projet était mené en commun, cela améliorerait les rapports avec l’Irlande du Nord et ouvrirait la voie à la réunification qui était, selon lui, inévitable. Mais, il doutait que cette collaboration puisse avoir lieu :

  • 64 Walter Topping était secrétaire parlementaire du ministre des Finances d’Irlande du Nord et préside (...)
  • 65 « Finally, more Machiavellian perhaps, it would be well that the olive branch should be refused by (...)

Pour conclure, sur une note plus machiavélique peut-être, il serait préférable que les Six comtés refusent le rameau d’olivier plutôt que nous, si quelqu’un doit le refuser. Je soupçonne que lorsque M. Topping64 par exemple entendra dire que l’« Ulster » Tourist Board propose sérieusement de coopérer avec un festival gaélique républicain, nous n’entendrons plus parler de collaboration avec eux, mais ce seront eux qui seront pointés du doigt, pas nous65.

  • 66 Ministère de l’Industrie et du Commerce, « Memorandum for the Government », 11 octobre 1952, NAI, D (...)
  • 67 Michael Rynne à William Fay, 13 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267.
  • 68 Muiris Ó Muimhneachain au ministère de l’Industrie et du Commerce, 17 octobre 1952, NAI, DFA, S1529 (...)

25Le ministre des Affaires étrangères, Frank Aiken, suivit l’avis de ses conseillers et fit connaître sa position à Lemass. Ce dernier prit position contre. En effet, il estimait que, dans la mesure où il n’y aurait pas de collaboration au niveau gouvernemental, il était préférable qu’An Bord Fáilte n’entame pas de rapprochement avec son pendant en Irlande du Nord. En revanche, si les autorités d’Irlande du Nord exprimaient le désir de participer à An Tóstal, il pourrait reconsidérer sa position66 tout en sachant pertinemment qu’il était fort peu probable que Belfast accoure pour participer à ce festival. Lemass prit, semble-t-il, cette décision pour des raisons purement politiques67 et eut gain de cause lors du conseil des ministres. An Bord Fáilte reçut donc pour consigne de ne pas coopérer ou entrer en contact avec les autorités d’Irlande du Nord à propos d’An Tóstal68.

  • 69 Michael Kennedy, Division and Consensus : The Politics of Cross-Border Relations in Ireland, 1925-1 (...)
  • 70 Brochure intitulée An Tóstal, “Ireland at home”, NAI, DFA, S15297A.

26On peut certes déplorer que Lemass ait laissé échapper cette occasion d’entretenir une relation de travail bilatérale entre les administrations irlandaise et nord-irlandaise69. Néanmoins, en dépit de ce que soutenait O’Brien, force est d’admettre que collaborer dans le domaine du tourisme dépassait bel et bien le cadre de la coopération fonctionnelle telle qu’elle avait eu lieu jusqu’alors entre les deux juridictions. En effet, si celles-ci avaient décidé d’agir de concert, des désaccords politiques sur la façon de présenter les deux entités dans les brochures publicitaires, par exemple, auraient très rapidement surgi. On note d’ailleurs que la frontière n’apparaît pas sur la carte de l’île qui figure au dos de la brochure publiée par Fógra Fáilte70. Cette carte intitulée « L’Irlande » dut, à n’en point douter, provoquer un certain agacement au nord de cette frontière.

  • 71 Anne Groutel, La coopération économique entre les deux Irlandes, p. 41-44.

27Lemass, malgré son attitude hostile en cette occasion, fut l’artisan d’un processus de coopération économique avec l’Irlande du Nord un peu plus d’une décennie plus tard. Les deux Irlandes collaborèrent dans le domaine du tourisme dans les années 1960, mais les documents d’archives montrent à quel point il leur fut difficile de parvenir à un compromis en matière de publicité destinée aux marchés internationaux71.

L’amère déconvenue de Seán Lemass

  • 72 Le Tánaiste est le vice-Premier ministre de l’Irlande.
  • 73 « Address by Mr Seán Lemass, T. D., Tánaiste and Minister for Industry and Commerce, to Commerce an (...)
  • 74 Voir à ce propos : « Organisations Are Inadequate, Says U.S. Survey Group », The Irish Times, 4 sep (...)

28Malgré tous les espoirs que Lemass avait placés dans l’organisation de ce festival, le succès ne fut pas vraiment au rendez-vous. En octobre 1953, alors qu’il cumulait les fonctions de ministre de l’Industrie et du Commerce et celles de Tánaiste72, Lemass se rendit aux États-Unis. Lors de ce voyage, il s’adressa aux membres de la Commerce and Industry Association à New York. Le secteur du tourisme était en plein essor en Irlande et le nombre de touristes américains était en augmentation, affirma-t-il73. Aux dires de Lemass, l’Irlande s’efforçait d’améliorer la qualité de son offre. Des experts américains avaient conseillé les autorités irlandaises en la matière et les recommandations du rapport Christenberry avaient toutes été prises en compte74. Il profita de l’occasion qui lui était donnée pour faire la publicité du festival An Tóstal, qui devait avoir lieu de nouveau l’année suivante. Pour les personnes d’origine irlandaise – il devait bien s’en trouver quelques-unes dans le public –, ce festival devait être l’occasion de revenir en Irlande :

  • 75 « An Tóstal is primarily intended to be a time of reunion, a period during which Ireland is at home (...)

Le but premier d’An Tóstal est d’être un temps de retrouvailles, un moment où l’Irlande reçoit sa famille et ses amis. Ce festival est conçu pour faciliter les réunions familiales – rares sont les familles irlandaises qui n’ont pas de famille aux États-Unis – et aussi pour marquer une période durant laquelle les personnes d’origine irlandaise du monde entier pourront avoir l’assurance qu’elles seront particulièrement bienvenues75.

  • 76 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 173.

29Pourtant il fallut bien se rendre à l’évidence. Non seulement cet événement ne parvint pas à attirer plus de touristes en basse saison, mais, comble de l’infortune, le nombre annuel de visiteurs étrangers baissa76. An Tóstal fut reconduit plusieurs années de suite, cependant au fil du temps il attira de moins en moins de touristes étrangers. Le rideau tomba pour la dernière fois sur An Tóstal en 1958. Malgré cet échec, Lemass restait convaincu du potentiel énorme du marché diasporique en matière de tourisme :

  • 77 « We have scattered throughout the world millions of people of Irish birth or parentage, in England (...)

Il y a, de par le monde, des millions de personnes nées en Irlande ou de souche irlandaise, en Angleterre, en Amérique, en Australie et en Nouvelle-Zélande, et dans tous ces pays il est possible de vendre l’idée de faire un voyage en Irlande une fois dans sa vie. Je pense que nous devrions y consacrer la plus grande partie de notre budget publicitaire destiné au tourisme. […] Grâce à l’existence de ces millions de personnes qui ont un attachement sentimental pour ce pays, nous avons toute cette bonne volonté à notre disposition. Une chose que les autres pays ne pourraient pas créer avec leur gros budget publicitaire […]77.

  • 78 Le Fine Gael, le Labour Party et le Clann na Talmhan étaient les trois partis qui participaient à c (...)
  • 79 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 148, nº 1, 9 février 1955.

30Lors de cette séance parlementaire, Lemass rappela qu’au moment du lancement d’An Tóstal, il était évident pour lui que le développement de ce projet prendrait plusieurs années. Il affirma que les experts américains spécialisés dans le tourisme et les organisations irlando-américaines qui devaient relayer les informations sur le festival étaient du même avis. À cette époque, Lemass siégeait de nouveau sur les bancs de l’opposition. William Norton assurait désormais la double fonction de ministre de l’Industrie et du Commerce et de Tánaiste au sein du second gouvernement de coalition78 (1954-1957). Lemass rejeta la faute sur son successeur et l’accusa de ne pas soutenir An Tóstal avec toute l’énergie et la détermination que ce genre de projet de longue haleine nécessitait. Il reprocha à Norton de ne faire que tolérer que l’événement ait lieu alors que le soutien sans faille du gouvernement était nécessaire79. Lemass insinua qu’An Tóstal avait fait les frais de considérations politiciennes. Bien qu’il se fût efforcé de ne pas y être associé de trop près pour éviter de lui donner une couleur politique, ce festival était tout de même connu pour être l’un de ses projets de prédilection.

31Lemass se montra pour le moins injuste envers Norton. En effet, si le premier gouvernement de coalition avait fait preuve de mauvaise volonté à l’égard du développement du tourisme, Norton était probablement le seul de ses membres à s’être montré ouvert et conscient du potentiel économique de la diaspora. En 1952, il avait brossé un portrait du touriste irlando-américain en des termes presque identiques à ceux utilisés par Lemass :

  • 80 « There is another type of American tourist who comes here – the Irish-American who made good. He f (...)

Il y a un autre type de touriste américain qui vient ici, l’Irlando-Américain qui a réussi. Il est nostalgique et veut revenir voir sa terre natale, ses amis d’enfance et d’adolescence. Il ressent ce besoin urgent de voir ce qui se passe dans ce bon vieux pays. C’est un touriste parfait, car s’il a décidé de s’offrir le voyage pour venir ici, il va rester longtemps pour en avoir pour son argent. […] Nous l’avons tous rencontré dans les villes et villages à travers le pays. Il faut reconnaître qu’il dépense son argent très généreusement et ce pour deux raisons : premièrement, parce qu’il est en vacances et, deuxièmement, parce qu’il brûle, c’est humain, de montrer à ses amis la mesure de sa réussite. […] Puisque nous cherchons à augmenter nos revenus en dollars américains, je pense que le touriste américain que je viens de décrire est le type de touriste qu’il est le plus souhaitable d’attirer. En outre, il comprendra probablement à quel point il est important de procurer des dollars à ce pays, ce qui n’est pas forcément le cas des touristes ordinaires80.

  • 81 John McQuillan (1920-1998) était un parlementaire irlandais (Clann na Poblachta), circonscription d (...)

32Il est toutefois vrai que la promotion du tourisme était encore loin de faire l’unanimité dans les milieux politiques irlandais et qu’il subsistait des « poches de résistance » parmi les députés. John McQuillan81, notant que la contribution totale nette du tourisme à l’économie avait été d’un million deux cent cinquante mille livres en 1954, fut vent debout contre la proposition d’octroyer la somme de cinq cent mille livres à An Bord Fáilte, la jugeant excessive au vu de ce que le secteur rapportait. En outre, il souligna que la majorité des touristes en provenance de Grande-Bretagne étaient des Irlandais qui revenaient voir leurs proches pour une semaine ou une quinzaine de jours à Noël, à Pâques ou pendant l’été. Ils étaient ceux qui dépensaient le plus, affirma-t-il. Pour McQuillan, ils viendraient de toute façon, même sans publicité. Il en allait de même pour les Irlando-Américains :

  • 82 « The suggestion is that we should induce people of Irish descent in America to visit here, in the (...)

Il est suggéré que nous encouragions les personnes de souche irlandaise qui vivent aux États-Unis à venir ici en visite, pour reprendre les propos du député Lemass, une fois dans leur vie. En sommes-nous arrivés avec An Tóstal au point que pour attirer les personnes de souche irlandaise qui vivent en Amérique nous devions leur dire que s’ils viennent à Dublin ils verront quelque chose à Croke Park ou quelque manifestation extraordinaire dans le Donegal ? Pensez-vous que ce genre de balivernes va faire venir ces personnes ? Ces gens viennent ici pour rendre visite à leurs amis irlandais, pour renouer d’anciens liens, d’anciennes amitiés ; ils viendront d’une manière ou d’une autre82.

33Peut-être l’échec d’An Tóstal fut-il imputable à ce genre d’attitude ou, comme le pensait Lemass, à des considérations politiciennes. Néanmoins, d’autres raisons, moins évidentes, purent également freiner la venue de touristes irlando-américains. En effet, au sein même de l’administration irlandaise, l’enthousiasme initial laissa rapidement place au scepticisme et à l’immobilisme.

Circonspection de rigueur chez les fonctionnaires

  • 83 John J. Hearne à Conor Cruise O’Brien, 27 août 1952, NAI, DFA, 415/267.
  • 84 John Leydon au secrétaire du ministère du Taoiseach, 29 avril 1952, NAI, S15297 A.

34Le 13 août 1952, Conor Cruise O’Brien transmit à John J. Hearne, l’ambassadeur d’Irlande à Washington, la demande de Hugh MacNeill qui désirait qu’un conseil, composé de personnalités éminentes, soutienne l’initiative et apporte ainsi une certaine crédibilité à An Tóstal aux yeux des Irlando-Américains. Dans sa réponse, l’ambassadeur, enthousiaste, cita une quinzaine de noms, à consonance irlandaise, de personnalités appartenant à divers horizons. Il admit qu’il serait difficile de procéder à une sélection, tant la liste était longue. Il faudrait éviter de heurter les susceptibilités. Les consuls d’Irlande aux États-Unis avaient été contactés et s’affairaient à dresser la liste de personnes, bien introduites dans la communauté irlando-américaine, qui pourraient faire partie de comités au niveau local83. Pour l’ambassadeur, il était entendu qu’une somme d’argent supplémentaire serait nécessaire afin d’organiser des réceptions, des déplacements, etc. Or, l’État n’avait prévu aucun budget particulier pour l’organisation d’An Tóstal84. Aussi An Bord Fáilte et Fógra Fáilte durent-ils se contenter du budget annuel qui leur était alloué et miser sur le volontariat.

  • 85 « Record of proceedings at An Tóstal conference held at the Consulate General of Ireland, New York, (...)

35L’attitude des consuls d’Irlande aux États-Unis, tous conviés par MacNeill à une réunion à New York fin octobre 1952, fut beaucoup plus réservée que ne l’avait laissé entendre le courrier de Hearne quelques semaines plus tôt. Selon eux, la création du conseil et des comités chargés de la promotion d’An Tóstal allait poser toute sorte de problèmes. En outre, il n’y avait aucune garantie qu’il serait possible de recruter suffisamment de personnalités en vue pour promouvoir l’événement. Les consuls firent bloc et MacNeill, au terme d’une longue discussion, dut renoncer à son projet de conseil et de comités85.

36De fait, au sein de l’administration irlandaise, l’enthousiasme s’étiola au fil des mois et laissa place au scepticisme. En février 1953, O’Brien fit part de ses doutes à Joe Shields, consul d’Irlande à Boston, dans les termes suivants :

  • 86 « To tell you the truth any anxiety I have about the Tóstal – and I have a certain amount – comes n (...)

Pour être honnête avec vous, l’inquiétude assez vive que j’éprouve en ce qui concerne An Tóstal n’est pas due à la crainte que l’événement n’ait pas été suffisamment médiatisé, mais à la crainte que plus d’énergie ait été consacrée à en faire la publicité à l’étranger qu’à l’organiser ici. En résumé, j’ai peur que la chose soit surfaite. L’avenir pourrait bien nous révéler que ces craintes sont infondées, mais je me sens dans l’obligation de vous les communiquer pour éviter que des visiteurs de Boston ne soient déçus. Il serait peut-être souhaitable de mettre l’accent sur le côté « sans prétention » et amical d’An Tóstal : un galop d’essai pour ce qui devrait devenir un événement annuel. Il faudrait insister sur l’idée que d’autres pays ont peut-être des festivals plus grandioses, principalement destinés à impressionner l’étranger, mais que le but de cette initiative irlandaise est de consacrer un moment à divertir ceux qui parmi les millions de personnes qui ont des origines irlandaises à l’étranger ont l’envie et la possibilité de venir passer un moment [en Irlande]. Je pense qu’un discours de ce style, bien qu’il soit moins susceptible de stimuler immédiatement la venue de touristes qu’une approche qui chercherait à en mettre plein la vue, serait plus honnête envers nos potentiels visiteurs et donc plus bénéfique pour notre pays à long terme86.

  • 87 Conor Cruise O’Brien à J. D. Brennan, 23 février 1953, NAI, DFA, 415/267 ; Conor Cruise O’Brien à G (...)
  • 88 « […] tourists, actual or prospective, who get their “tip-off” about the “folksy” nature of An Tóst (...)

37Conor Cruise O’Brien fit parvenir une copie de cette lettre aux autres missions diplomatiques concernées par l’organisation du festival87, une initiative prise sans en avoir référé au préalable à ses supérieurs qu’il n’informa qu’une fois les courriers envoyés. Seán Nunan, le secrétaire du ministère des Affaires étrangères, et Michael Rynne, conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères, firent clairement comprendre à O’Brien que sa démarche était malvenue et qu’elle pourrait, de surcroît, avoir des conséquences fâcheuses. En effet, si ses propos parvenaient aux oreilles des organisateurs, ils pourraient en tenir rigueur au ministère. Pire encore, si « les touristes et touristes potentiels avaient vent du côté “sans prétention” d’An Tóstal, ils pourraient bien décider de répandre la nouvelle en mentionnant sa source aux États-Unis et ici »88. De fait, à la lecture du programme définitif d’An Tóstal, Tom Sheehy, de Fógra Fáilte, écrivit à O’Brien pour lui dire qu’il partageait entièrement son sentiment sur le côté « sans prétention » du festival et qu’il fallait :

  • 89 « […] sell “Ireland at home”, a simple homecoming welcome, in which visitors are invited to join in (...)

[…] vendre « Ireland at home » [An Tóstal] comme un retour au bercail chaleureux, en toute simplicité, au cours duquel les visiteurs sont invités à partager nos coutumes dénuées de prétention, notre goût pour l’amusement et notre hospitalité. Je pense que c’est cela que nos agents en Amérique devraient mettre en avant89.

38Nul ne peut dire dans quelle mesure l’attitude du personnel diplomatique put décourager de potentiels touristes de venir assister à An Tóstal. En tout cas, les consignes en provenance des fonctionnaires de Dublin ne furent pas de nature à le presser de promouvoir l’événement comme un festival de grande envergure à ne pas manquer.

39Enfin, il semblerait que la bonne volonté des acteurs de la société civile, indispensable à l’organisation de ce festival, s’émoussa. De l’aveu de Thomas O’Hara, député irlandais (Fine Gael), l’absence d’un effort pérenne de la part de ces volontaires expliquait le relatif échec d’An Tóstal :

  • 90 « I am afraid that the enthusiasm waned to a great extent in the country and to some degree in Dubl (...)

J’ai bien peur que l’enthousiasme se soit beaucoup essoufflé à travers le pays et dans une certaine mesure à Dublin également. Nous devrions avoir conscience que, si nous voulons nous lancer dans une entreprise, ce n’est qu’au prix d’efforts soutenus et d’un travail acharné que nous pourrons espérer réussir. Cela ne sert à rien de s’enthousiasmer pour quelque chose pendant une semaine ou deux, ou même un an ou deux, et puis de perdre tout intérêt pour le projet et de l’oublier totalement. […] C’est un état de fait tout à fait regrettable et tout cela nous ramène à la remarque que j’ai faite sur l’importance de l’effort individuel. Peut-être qu’en tant que race [sic], nous avons tendance à nous en remettre au gouvernement pour tout. Les gouvernements peuvent aider à leur façon, mais sans effort individuel, on ne peut pas aller bien loin90.

40O’Hara esquisse ici les traits d’une population peu persévérante et quelque peu dilettante. Le chapitre qui suit va nous permettre d’affiner le portrait de la société irlandaise des années 1950 et peut-être de comprendre les raisons pour lesquelles le marché diasporique, dont on disait qu’il était à portée de main, fut très peu exploité.

Notes

1 Raymond J. Raymond, « American Public Opinion and Neutrality, 1939-1945 », Éire-Ireland, vol. 18, nº 1, 1983, p. 38-45.

2 John Bowman, De Valera and the Ulster Question : 1917-1973, Oxford, Oxford University Press, 1982, p. 218-266.

3 L’Irlande bénéficia d’un prêt de 149 millions de dollars et de 18 millions de dollars sous forme de subventions (Bernadette Whelan, « Ireland and the Marshall Plan », Irish Economic and Social History, vol. 19, 1992, p. 61). Sur ce sujet, voir également : Ronan Fanning, The Irish Department of Finance 1922-58, Dublin, Institute of Public Administration, 1978, p. 411-434 ; et Troy Davis, Dublin’s American Policy : Irish-American Diplomatic Relations, 1945-1952, Washington, The Catholic University of America Press, 1998, p. 105-120.

4 Troy Davis, Dublin’s American Policy…, p. 105-106.

5 Ibid., p. 105. Sur la monnaie et les institutions bancaires irlandaises à cette époque, voir : John Kelly, « The Irish Pound : From Origins to EMU », Quarterly Bulletin de la Central Bank of Ireland, printemps 2003, p. 90-94, en ligne : https://centralbank.ie/docs/default-source/publications/quarterly-bulletins/quarterly-bulletin-signed-articles/gns-5-1-2-the-irish-pound---from-origins-to-emu.pdf?sfvrsn=6.

6 George W. Potter, « ECA and Ireland, Impact of Marshall Plan Funds, Changes over Face of Republic », [1953], UCDA, P104/9054 (2).

7 Ibid. ; Troy Davis, Dublin’s American Policy…, p. 104-105 ; Bernadette Whelan, « Ireland and the Marshall Plan », p. 50. Ce problème vint s’ajouter aux faiblesses structurelles de l’économie irlandaise (Kieran A. Kennedy, Brendan R. Dowling, Economic Growth in Ireland : The Experience since 1947, Dublin, Gill & Macmillan, 1975, p. 200).

8 European Recovery Program, Ireland, Country Study, Washington, U.S. Government Printing Office, février 1949, p. 44.

9 Ibid., p. 4.

10 Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars, « First interim report on tourism », 1949, p. 1, NAI, S14818 A.

11 Ibid., p. 5.

12 European Recovery Program, Ireland, Country Study.

13 « As I have discussed the matter with Government officials, I find everyone most friendly and receptive to suggestions, but little action seems to follow. I have been impressed in some instances by the lightness of concern about it, in other instances by the expressed hopelessness as to Ireland’s ability to do anything substantial about it, and in still other instances by the apparent feeling that it is not Ireland’s problem but that it must be solved by action entirely outside of Ireland. Some appear to feel that something is going to take care of it » (Joseph E. Carrigan à Seán MacBride, 7 décembre 1949, NAI, S14818).

14 « Any hope of closing the dollar gap through development of the tourist industry is illusory unless there is a sharp fall in dollar outlay and this is unlikely to occur to an adequate extent without restrictive measures unless wheat and maize can again be bought for sterling as in pre-war days. Efforts to expand dollar income from tourism are nevertheless essential to strengthen our exchange position and it is desirable that the Economic Co-operation Administration should be satisfied that effective measures are, in fact, being taken » (« The tourist industry », mémorandum pour le gouvernement, 16 février 1950, UCDA, McGilligan Papers, P35b/52).

15 Ce mémorandum n’est pas signé, mais il est très probable que son auteur soit Patrick McGilligan, le ministre des Finances.

16 « Policy regarding the tourist industry falls to be considered under two main heads, the general and the particular, and, though the particular aspect of promoting dollar earnings is of great importance, it should not dominate all thinking on the subject. A sense of proportion must be maintained » (« The tourist industry », mémorandum pour le gouvernement, 16 février 1950).

17 Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars, « First interim report on tourism », 1949, p. 3.

18 Selon ce document, quinze mille touristes en provenance des États-Unis avaient visité l’Irlande en 1948.

19 « Even if the tourists’ average expenditure is only $500 and if the potential market is no greater than ten times the number who came here in 1948, it is clear that this country is at present only receiving a mere trickle of the potentially enormous flow of Irish-American tourists and their dollars » (Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars, « First interim report on tourism », 1949, p. 3).

20 Joseph E. Carrigan à Seán MacBride, 7 décembre 1949.

21 Le colonel Theodore Pozzy était en charge de la section « développement du tourisme » de l’ECA à Paris.

22 « It is clear […] from Colonel Pozzy’s observations that sentiment alone exerts a very strong attractive force on Irish-Americans » (Comité interministériel chargé d’examiner les moyens d’augmenter les revenus en dollars, « First interim report on tourism », 1949, p. 32).

23 Ernest Rowe-Dutton à James McElligott, 26 août 1949, UCDA, McGilligan Papers, P35c/8.

24 « Memorandum of Conversation with Cabinet sub-committee on Dollar Earnings », 22 avril 1950, NARA, RG 469, entry 1251, box 1, folder Taft III technical assistance.

25 Harry Clement était l’un des responsables de la mise en œuvre du programme d’assistance au sein de l’ECA en Irlande (Peter Murray, Facilitating the Future ? US Aid, European Integration and Irish Industrial Viability, 1948-73, Dublin, University College Dublin Press, 2009, p. 21).

26 Daniel Morrissey était le ministre de l’Industrie et du Commerce du premier gouvernement de coalition.

27 « I feel very strongly that if Mr. Morrissey gets the chance, he will pigeon hole the written report made by this survey team » (Harry Clement au colonel Theodore Pozzy, 19 juillet 1950, NARA, RG 469, Europe Ireland Division, Deputy Director for Operations, Office of European Operations, Ireland Division, subject files 1948-1953, box 1, folder Irish aid).

28 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, Dublin – Portland, Irish Academic Press, 2009, p. 165.

29 « ECA activities in Ireland » [document non daté, date probable : 1953], NARA, RG 84, Classified General Records, 1953-1955, file 350.21, box 3, folder 500 ECA. Ce rapport fut finalement rendu public en juillet 1951.

30 Mémorandum de Harry Clement à Paul E. Miller, 6 février 1951, NARA, RG 469, entry 1250, Mission to Ireland, subject files 1949-1951, box 1, folder Industry, tourism and special projects officer William Taft III.

31 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 132.

32 « We have urged unceasingly that more should be done to promote dollar earnings from this source [tourism]. The present Government has had a considerable mental hazard to overcome in this connection » (mémorandum de Joseph E. Carrigan à l’ECA et au représentant de l’ECA en Europe, 21 juillet 1950, p. 3, NARA, RG 469, Europe Ireland Division, Deputy Director for Operations, Office of European Operations, Ireland Division, subject files 1948-1953, box 1, folder Irish aid). Ce passage fait référence à l’hostilité du gouvernement irlandais envers la politique visant à promouvoir le tourisme menée précédemment par Seán Lemass.

33 « Conversation with Morrissey, Cosgrave, McCarthy », document signé HGC [Harry Clement], 21 avril 1950, NARA, RG 469, entry 1251, box 1, folder Taft III technical assistance ; « The tourist industry », mémorandum pour le gouvernement, 16 février 1950.

34 Eric G. E. Zuelow, Making Ireland Irish : Tourism and National Identity since the Irish Civil War, Syracuse, Syracuse University Press, 2009, p. 124.

35 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 165.

36 Ibid., p. 168. ; Eric G. E. Zuelow, Making Ireland Irish…, p. 125.

37 An Tóstal est un terme en langue gaélique. Ireland at Home, l’équivalent en langue anglaise, fut aussi utilisé à l’époque.

38 Eric G. E. Zuelow, « An Tóstal : Ireland at Home », in Ireland and the Americas : Culture, Politics, and History. A Multidisciplinary Encyclopedia, James P. Byrne, Philip Coleman, Jason King (dir.), Santa Barbara, ABC-CLIO, 2008, vol. II, p. 60.

39 « The populations of Irish origin in these countries, though considerable, are in general not as cohesive nor as attached to their mother country as are the Americans of Irish origin. Furthermore there is in the cases of Argentina and Australia, the factor of the very great distances involved. However, I think the effort is worth making, and that the presence of even small contingents from these countries would add to the impressiveness of An Tóstal » (Conor Cruise O’Brien à Hugh MacNeill, 15 août 1952, NAI, DFA, 415/267 ; Hugh MacNeill était chargé de l’organisation d’An Tóstal).

40 The Southern Cross est un journal créé en 1875 à Buenos Aires par Dean Patrick Dillon, personnalité connue de la scène politique locale. Cette publication s’adresse à un lectorat principalement catholique. Elle a pour ambition de perpétuer le sentiment identitaire de la diaspora irlandaise en Argentine (Adam Farley, « The Southern Cross », Irish America, juin / juillet 2014, en ligne : http://irishamerica.com/2014/05/the-southern-cross).

41 Matthew Murphy à Conor Cruise O’Brien, 15 octobre 1952, NAI, DFA, 415/267.

42 Ambassade irlandaise à Londres [signature illisible] à Conor Cruise O’Brien, 31 octobre 1952, NAI, DFA, 415/267.

43 Fógra Fáilte, plus spécifiquement chargé de l’aspect publicitaire du tourisme, fut créé dans le cadre de la réorganisation de l’Irish Tourist Board prévue par le Tourist Traffic Act de 1952.

44 Le mois d’avril fut la période retenue pour An Tóstal.

45 Document intitulé « Memorandum for Major General MacNeill on An Tóstal in the Boston Consular Area » joint à une lettre de Joe Shields au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 30 octobre 1952, NAI, DFA, 415/267.

46 « We are not doing this because we like the colour of your hair, but because we think it will be good business for us. An Tóstal could be a winner, and we hope it will be, for our sake as well as yours » (« An Interview with the Organiser », The Irish Times, 29 octobre 1952).

47 « Wife-beating, priest-ridden, blather talking gombeen men getting drunk standing around gossiping and then erupting into stereotypical Irish behaviour » (Malachy McCourt cité dans : Stephen Collins, « “The Quiet Man” : Embassy in US Feared a False View of Ireland », The Irish Times, 23 novembre 2016). Joseph Brennan de l’ambassade d’Irlande à Washington avait alors craint que le film ne provoque des manifestations de la part d’une communauté irlando-américaine outrée par le portrait fait de leur Irlande idéalisée. Il n’en fut rien.

48 Conor Cruise O’Brien à Joe Shields, 23 février 1953, NAI, DFA, 415/267.

49 Eric Zuelow, Making Ireland Irish…, p. 125.

50 « I would be glad if you could return this monstruosity to me as soon as you have seen it » (Tom Sheehy à Conor Cruise O’Brien, 20 février 1953, NAI, DFA, 415/267).

51 « This is a rather sickening example of the way the airlines are fulfilling their promise to publicize An Tóstal » (Conor Cruise O’Brien à Tom Sheehy, 25 février 1953, NAI, DFA, 415/267).

52 « The Minister regards the illustration here as unsuitable and objectionable, particularly when associated with the Tóstal symbol. The dress, and the general appearance, of the musician in particular, is a characteristic stage-Irish stereotype » (Michael Rynne au secrétaire du ministère de l’Industrie et du Commerce, 2 mars 1953, NAI, DFA, 415/267).

53 Secrétaire du ministère de l’Industrie et du Commerce au secrétaire du ministère des Affaires étrangères, 20 mars 1953, NAI, DFA, 415/267.

54 Voir à ce sujet : Stephanie Rains, « Home from Home : Diasporic Images of Ireland in Film and Tourism », in Irish Tourism : Image, Culture and Identity, Michael Cronin, Barbara O’Connor (dir.), Clevedon, Channel View Publications, 2003, p. 196-214 ; Stephanie Rains, « Celtic Kitsch : Irish-America and Irish Material Culture », Circa, nº 107, 2004, p. 52-57 ; Helena Wulff, « Longing for the Land : Emotions, Memory, and Nature in Irish Travel Advertisements », Identities, vol. 14, nº 4, 2007, p. 527-544.

55 Clare O’Halloran met en évidence que la représentation de l’île comme un tout indivisible était au cœur même du discours des tenants de l’irrédentisme irlandais (Clare O’Halloran, Partition and the Limits of Irish Nationalism : An Ideology under Stress, Dublin, Gill & Macmillan, 1987, p. 1-2).

56 Selon les termes du Tourist Traffic Act de 1952, l’Irish Tourist Board changea de nom et devint An Bord Fáilte.

57 Anne Groutel, La coopération économique entre les deux Irlandes, Caen, Presses universitaires de Caen, 2004, p. 13-31.

58 Conor Cruise O’Brien à Michael Rynne, 10 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267.

59 Stormont est le nom du château qui abritait le Parlement autonome et le gouvernement d’Irlande du Nord.

60 « […] such cooperation would result in a more impressive demonstration to visitors of the essential unity of the country than would Anti-partition demonstrations » (Conor Cruise O’Brien à Michael Rynne, 10 septembre 1952).

61 Michael Rynne à William Fay, 13 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267.

62 William Fay était conseiller juridique et sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères irlandais.

63 William Fay à Michael Rynne, 15 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267.

64 Walter Topping était secrétaire parlementaire du ministre des Finances d’Irlande du Nord et président du groupe parlementaire du Parti unioniste.

65 « Finally, more Machiavellian perhaps, it would be well that the olive branch should be refused by the Six Co. folk, not by us, if it must be refused ; I have a shrewd suspicion that when Mr. [Walter] Topping for instance hears that the “Ulster” Tourist Board is seriously proposing to collaborate with a Gaelic Republican festival we shall hear no of collaboration with them – but then the fault for non-cooperation would be theirs not ours » (William Fay à Michael Rynne, 15 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267).

66 Ministère de l’Industrie et du Commerce, « Memorandum for the Government », 11 octobre 1952, NAI, DFA, 415/267/1.

67 Michael Rynne à William Fay, 13 septembre 1952, NAI, DFA, 415/267.

68 Muiris Ó Muimhneachain au ministère de l’Industrie et du Commerce, 17 octobre 1952, NAI, DFA, S15297 A.

69 Michael Kennedy, Division and Consensus : The Politics of Cross-Border Relations in Ireland, 1925-1969, Dublin, Institute of Public Administration, 2000, p. 147.

70 Brochure intitulée An Tóstal, “Ireland at home”, NAI, DFA, S15297A.

71 Anne Groutel, La coopération économique entre les deux Irlandes, p. 41-44.

72 Le Tánaiste est le vice-Premier ministre de l’Irlande.

73 « Address by Mr Seán Lemass, T. D., Tánaiste and Minister for Industry and Commerce, to Commerce and Industry Association, New York, October 5th, 1953 », NAI, DFA, 436/35.

74 Voir à ce propos : « Organisations Are Inadequate, Says U.S. Survey Group », The Irish Times, 4 septembre 1951 ; « New I. T. B. Formed on Christenberry Lines », The Irish Times, 9 septembre 1951.

75 « An Tóstal is primarily intended to be a time of reunion, a period during which Ireland is at home to its kinsfolk and friends from all countries. It is designed to facilitate family reunions – there are few Irish families which have not relatives in some part of the U.S.A. – as well as to fix a period during which people of Irish descent from all parts of the world may be assured that they will be very specially [sic] welcomed » (« Address by Mr Seán Lemass, T. D., Tánaiste and Minister for Industry and Commerce, to Commerce and Industry Association, New York, October 5th, 1953 »).

76 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 173.

77 « We have scattered throughout the world millions of people of Irish birth or parentage, in England, America, Australia and New Zealand, and in all these countries it is possible to sell the idea of coming home once in a lifetime to Ireland. I believe the greater part of our tourist publicity should be directed towards that end. […] We have in the existence of these millions of people with sentimental attachments to this country a basis of goodwill on which to build that other countries could not create with all their expenditure on tourist trade publicity […] » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 148, nº 1, 9 février 1955).

78 Le Fine Gael, le Labour Party et le Clann na Talmhan étaient les trois partis qui participaient à ce gouvernement de coalition.

79 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 148, nº 1, 9 février 1955.

80 « There is another type of American tourist who comes here – the Irish-American who made good. He feels nostalgic, and he wants to come back and see his homeland, the friends of his childhood and of his adolescent years. He feels an urge to see how things are in the old land. He is an exceedingly good tourist, because he usually makes up his mind that if he is going to pay the fare from America to here he is going to stay for a long time and get value for his money. […] We have all met him in the towns and villages throughout the country, and it must be said of him that he spends money very generously for two reasons, first, because he is on holiday, and, secondly, because he is consumed with a natural human emotion to let his friends know how well he has done since he left Ireland. […] Seeing we are desirous of earning American dollars, I feel that the American tourist I have just described is the most desirable type. He is likely, too, to appreciate the desirability of bringing in American dollars to this country which others do not necessarily appreciate » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 129, nº 10, 6 mars 1952).

81 John McQuillan (1920-1998) était un parlementaire irlandais (Clann na Poblachta), circonscription de Roscommon, qui siégea de 1948 à 1969 (sans étiquette de 1951 à 1961).

82 « The suggestion is that we should induce people of Irish descent in America to visit here, in the words of Deputy Lemass, once in a lifetime. Have we reached the stage with An Tóstal, that to attract people of Irish descent in America we need to tell them that if they come to Dublin they will see something in Croke Park or some extraordinary display in Donegal ? Do you think that people are going to be attracted by that type of poppycock ? These people are coming here to visit their Irish friends, to renew old ties and friendships ; they are coming one way or the other » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 148, nº 1, 9 février 1955).

83 John J. Hearne à Conor Cruise O’Brien, 27 août 1952, NAI, DFA, 415/267.

84 John Leydon au secrétaire du ministère du Taoiseach, 29 avril 1952, NAI, S15297 A.

85 « Record of proceedings at An Tóstal conference held at the Consulate General of Ireland, New York, on Tuesday, 28th October 1952 », NAI, DFA, 415/267.

86 « To tell you the truth any anxiety I have about the Tóstal – and I have a certain amount – comes not from any fear that it has not been sufficiently publicised but from a fear that more energy has gone into publicising it abroad than into organising it at home. In short, I fear that the thing may have been oversold. Time may show that these fears are quite groundless but I feel I ought to mention them to you in case some Boston visitors may be disappointed. What it might be well to emphasize would be the “folksy” and unpretentious friendly nature of the Tóstal : the fact that it is an experiment in what is to become an annual feature, and the idea that where other countries may have more grandiose festivals, designed primarily to impress the foreigner, the Irish idea is primarily to set aside a time for the entertainment of those of the millions of people of Irish origin abroad who are willing and able to come for a while. I think sales talk along these lines, although it might not be as immediately stimulating to tourist traffic as a more extravagantly optimistic approach would be fairer to our prospective visitors and therefore in the long run more beneficial to the country » (Conor Cruise O’Brien à Joe Shields, 23 février 1953, NAI, DFA, 415/267).

87 Conor Cruise O’Brien à J. D. Brennan, 23 février 1953, NAI, DFA, 415/267 ; Conor Cruise O’Brien à Garth Healy, 23 février 1953 ; Conor Cruise O’Brien à Sean Murphy, 23 février 1953.

88 « […] tourists, actual or prospective, who get their “tip-off” about the “folksy” nature of An Tóstal may well spread the news and the source of it in the US and here » (note manuscrite signée de Michael Rynne et datée du 25 février 1953, figurant au bas d’une note de Conor Cruise O’Brien adressée à Michael Rynne et également datée du 25 février 1953, NAI, DFA, 415/267).

89 « […] sell “Ireland at home”, a simple homecoming welcome, in which visitors are invited to join in our unpretentious customs, fun and hospitality, and this I agree should be the general note stressed by your officers in America » (Tom Sheehy à Conor Cruise O’Brien, 2 mars 1953, NAI, DFA, 415/267).

90 « I am afraid that the enthusiasm waned to a great extent in the country and to some degree in Dublin City as well. We should appreciate that if we intend to build up a business it is only by persistent efforts and hard work that we can hope to succeed. There is no use in being enthusiastic about something for a week or two, or even a year or two for that matter, and then losing all interest in the project and forgetting about it. […] Indeed, it is a very regrettable state of affairs and it all comes back to the point I have been making that a great deal depends on individual effort. We are, perhaps, as a race inclined to look to the Government for everything. Governments can help in their own way but without the individual effort one cannot get very far » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 148, nº 1, 9 février 1955).

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search