Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Première partie. L’Irlande et sa diaspora de la partition aux années 1960 : la distance se creuse

Chapitre I

Émigration et diaspora : l’attitude complexe de l’Irlande

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage de Thomas H. Nally explique les origines et les fonctions de ce festival qui, jadis, étai (...)
  • 2 Cathal Brennan, « The Tailteann Games, 1924-1936 », 23 février 2011, en ligne : www.theirishstory.c (...)

1En 1919, le Sinn Féin, parti nationaliste de premier plan à cette période, avait été séduit par l’idée d’organiser une version moderne des Tailteann Games1, mais la guerre d’indépendance irlandaise réduisit cet espoir à néant. La légende veut que les Tailteann Games, un festival sportif et culturel, aient vu le jour à la fin du XIXe siècle avant J.-C. et qu’ils soient devenus un événement annuel vers 600 avant J.-C. L’invasion normande y mit un terme. Les derniers jeux eurent lieu en 1169. À l’origine, l’idée de faire renaître les Tailteann Games fut avancée dans les années 1880 par Michael Davitt, homme politique socialiste, syndicaliste et partisan du Home Rule en Irlande. Un désir dans l’air du temps, puisqu’à l’époque un groupe d’intellectuels avait pour ambition de promouvoir une culture gaélique, épurée de l’influence anglaise, et prônait un retour aux valeurs paysannes. La Gaelic League encourageait le renouveau de la langue gaélique, l’Irish Literary Revival souhaitait revaloriser la littérature irlandaise traditionnelle, tandis que la Gaelic Athletic Association (GAA) voulait perpétuer la pratique de sports traditionnels. Tous s’étaient donné pour mission de promouvoir un nationalisme culturel irlandais2.

2Il fut de nouveau question d’organiser ces jeux en 1922, mais la guerre civile vint compromettre le projet. D. McCullough, qui avait assisté la veille à une réunion du comité organisateur des jeux, fit savoir au ministre des Finances du gouvernement provisoire qu’il estimait que ce serait une erreur que d’annuler l’événement tant il était attendu outre-Atlantique :

  • 3 « No matter what the financial consequences are I think the Games should be proceeded with as I fou (...)

Quelles que soient les conséquences financières, je pense que les Jeux devraient être maintenus car j’ai constaté que c’est vraiment ce dont les nôtres en Amérique ont besoin. Les Américains eux-mêmes s’y intéressent en ce moment car ils ne comprennent absolument rien aux divers autres événements [qui surviennent ici], mais les Tailteann Games font directement appel à leur imagination et font rayonner le prestige de notre nation. L’ampleur de l’événement a créé beaucoup d’engouement en Amérique. Les Tailteann Games sont, à mon avis, la meilleure propagande qui puisse être faite et j’espère que le gouvernement mettra en œuvre tous les moyens nécessaires pour aider à ce qu’ils aient lieu avec tout le faste possible3.

  • 4 Mike Cronin, « Projecting the Nation through Sport and Culture… », p. 399.

3Toutefois, compte tenu de l’instabilité politique du moment et du coût que cela aurait entraîné pour les finances du pays4, décision fut prise d’annuler les jeux. Au lendemain de la guerre civile, les gouvernants irlandais s’attelèrent à réconcilier les antagonistes. L’organisation de la version moderne des Tailteann Games devait y contribuer. Qui plus est, elle pourrait combler le désir d’affirmation de la nation irlandaise dont la diaspora faisait partie intégrante et qui devait à ce titre y être conviée.

La diaspora irlandaise invitée aux Tailteann Games

  • 5 Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, Cambridge, Cambridge Univers (...)
  • 6 « Report of the Inter-Departmental Committee on the Feasibility of Organising Aonach Tailteann in 1 (...)

4La première version moderne des Tailteann Games eut finalement lieu du 2 au 17 août 1924, dans la foulée des Jeux olympiques de Paris, ce qui facilita la venue à Dublin de plusieurs médaillés. La présence de ces derniers devait contribuer à attirer les foules et participer au succès des jeux, mais seuls les athlètes irlandais ou de souche irlandaise étaient conviés à prendre part aux compétitions5. Ainsi des sportifs de la diaspora irlandaise firent-ils le déplacement d’Angleterre, d’Écosse, du Pays de Galles, des États-Unis, du Canada, d’Australie, ou bien encore de Nouvelle-Zélande et d’Afrique du Sud6.

5Pour James J. Walsh, ministre des Postes, chargé de l’organisation des jeux, les Tailteann Games offraient une occasion rêvée de « glorifier » la culture irlandaise qui devait servir de ciment à la population irlandaise désormais délivrée du joug britannique :

  • 7 Le terme « race » (race) était alors communément employé par les hommes politiques irlandais. Il fa (...)
  • 8 « The games provide neutral ground and an arena outside the contentious scope of politics. Through (...)

Les jeux fournissent un terrain neutre, une arène en dehors des contentieux politiques. Par ce biais, nous espérons que notre race7 gagnera en vigueur pour le bien de tous. En d’autres termes, la race irlandaise en sortira pacifiée8.

6Walsh estimait, en outre, que cet événement serait un modèle qui pourrait être reproduit ailleurs dans le monde et qui donnerait l’occasion aux populations d’origine irlandaise à l’étranger de se réconcilier :

  • 9 « I think, that some such organisation as the Tailteann Games should exist in all those countries w (...)

Je pense qu’une initiative telle que les Tailteann Games devrait être menée dans les pays où les Irlandais sont en nombre suffisant, ne serait-ce que pour leur donner un terrain neutre qui leur permettrait de coopérer et d’œuvrer ensemble à l’élévation générale de la race9.

7En 1929, dans la même veine, Walsh écrivit, à propos des jeux :

  • 10 « It will show those of other lands that this Island of ours is not a colony, but the home of a Rac (...)

Cela montrera à ceux qui vivent dans d’autres contrées que cette île qui est la nôtre n’est pas une colonie, mais la terre d’une Race [sic] issue d’une lignée historique inégalée ailleurs10.

  • 11 Il semblerait d’ailleurs que James J. Walsh, durant la Seconde Guerre mondiale, ait été proche de l (...)

8La teneur est ici ouvertement nationaliste11. D’ailleurs, selon Reynolds, les jeux :

  • 12 « […] pointed to the ideal of racial purity embedded in Celticism and the Pan-Celtic movement and t (...)

[…] faisaient écho à l’idéal de pureté raciale ancrée dans le celticisme et le mouvement panceltique ainsi qu’à certains pans du nationalisme qui considéraient que toute association avec des sujets non blancs originaires des colonies était avilissante pour les Irlandais […]12.

  • 13 « Craig and Belfast have now decided to push their part of the Country as a separate entity and for (...)
  • 14 James Craig fut Premier ministre d’Irlande du Nord du 7 juin 1921 au 24 novembre 1940.
  • 15 « Ulster Premier Invited », The New York Times, 31 juillet 1924 ; Paige Reynolds, Modernism, Drama (...)

9Trente-deux sous-comités furent chargés de l’organisation des jeux dans toute l’île. Les autorités de Belfast firent cependant savoir à James J. Walsh, dès novembre 1923, qu’elles préféraient « promouvoir leur partie du pays comme une entité séparée et à leurs propres fins »13. Étant donné l’esprit des jeux et les relations pour le moins tendues entre Belfast et Dublin, cette décision était prévisible. James Craig14, le Premier ministre d’Irlande du Nord, fut convié, pour la forme, à assister à l’inauguration mais il déclina l’invitation15.

  • 16 Paul Rouse, « When Ireland’s Tailteann Games Eclipsed the Olympics », Irish Examiner, 18 novembre 2 (...)

10Si les jeux furent accueillis avec beaucoup d’enthousiasme par la population irlandaise, du côté des autorités, plus l’échéance se rapprochait, plus on s’alarmait de la venue de touristes en grand nombre. Kevin O’Higgins, vice-président de l’exécutif et ministre de l’Intérieur, s’inquiétait pour le maintien de l’ordre public. Qu’arriverait-il si les hébergements disponibles venaient à manquer16 ?

  • 17 Kevin O’Higgins à James J. Walsh, 21 janvier 1924, NAI, S1592.
  • 18 Lettre signée par James J. Walsh [pas de destinataire], 3 novembre 1923, NAI, S1592.

11Selon les informations qu’avait reçues Kevin O’Higgins, on pouvait s’attendre à voir, au bas mot, cent mille Irlando-Américains faire le voyage cet été-là. En effet, chaque année depuis 1914, ils avaient dû repousser leur venue à cause de l’instabilité politique qui régnait dans le pays17. Même si ce chiffre n’était qu’une estimation, car il était bien difficile de prévoir le nombre exact de personnes qui feraient le déplacement, il y avait matière à s’inquiéter. En effet, à Athènes et à Anvers, des touristes en avaient été réduits à dormir dans les jardins publics lors de grands événements. James J. Walsh était bien conscient de l’effet désastreux que cela avait eu sur l’image des deux pays18. En outre, il était également risqué de laisser les touristes s’aventurer dans certaines régions de l’île car ils pourraient être les victimes de personnes mal intentionnées :

  • 19 « During the month of August the Railway Companies [sic] will run a daily express to such places as (...)

Pendant le mois d’août, les compagnies ferroviaires feront circuler quotidiennement un train express vers des destinations telles que Glendalough, Killarney, Connemara et Belfast et le nord, mais nous n’avons aucune garantie d’aucune sorte que les touristes ne seront pas escroqués dans ces endroits, même si toutes les dispositions ont été prises pour bien faire comprendre aux directeurs d’hôtel quelles étaient leurs responsabilités en la matière. Cependant, comme je l’ai dit, il sera extrêmement difficile pour nous de garantir que, lors de son voyage à travers le pays, un touriste sera à l’abri d’abus, sous une forme ou une autre. Je suis convaincu qu’un visiteur trouverait difficilement à redire s’il devait supporter certains désagréments liés à l’hébergement et qu’il se montrerait compréhensif le cas échéant. En revanche, s’il se faisait soutirer tout son argent par un conducteur de carriole ou quelqu’un du même genre, ce souvenir resterait longtemps gravé dans sa mémoire19.

  • 20 Lettre signée par James J. Walsh [pas de destinataire], 22 janvier 1924, NAI, S1592.

12Wash craignait donc que les hôteliers et les chauffeurs de taxi ou de carrioles (jaunting cars) ne profitent de l’occasion pour augmenter leurs prix inconsidérément. Il avait certes reçu l’assurance de la part de la Hotel and Restaurant Association qu’il n’en serait rien, mais il persistait à penser qu’il fallait être particulièrement vigilant sur ce point et suggéra que le gouvernement encadre la hausse des prix pendant la durée des jeux20.

Un intérêt financier réciproque

  • 21 « Seeing that the main object of the Games was the promotion of race cohesion, and that numbers mat (...)
  • 22 Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, p. 161.
  • 23 Walsh était pourtant bien conscient que cela pouvait représenter un risque pour les touristes.
  • 24 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 7, nº 20, 5 juin 1924.

13Même si l’objectif principal des jeux n’était pas de réaliser de gros bénéfices financiers21, il y avait tout de même, cela n’avait pas échappé à Walsh, des avantages économiques à organiser ce genre de manifestation. Répondant aux critiques de certains députés qui estimaient que les sommes allouées à l’événement étaient trop élevées, Walsh fit valoir, en premier lieu, que les Tailteann Games pouvaient représenter une véritable manne pour le tourisme. À cette époque, 43 % des personnes nées en Irlande vivaient à l’étranger22. Convaincre ces dernières de venir assister à cet événement et, pourquoi pas, de visiter le reste de l’île23 pouvait être une source de revenus non négligeable pour le jeune État. Des brochures publicitaires informant les visiteurs des attractions touristiques de l’île furent d’ailleurs publiées à cette fin24.

  • 25 Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, p. 164.

14Walsh insista aussi sur le fait que ceux de leurs compatriotes qui s’étaient enrichis à l’étranger représentaient un potentiel à ne pas négliger. D’ailleurs, le public ciblé en priorité était les touristes irlando-américains aisés et l’élite internationale plutôt que l’Irlandais moyen25. Walsh porta aussi à l’attention des parlementaires irlandais les avantages économiques que le pays pourrait tirer de l’événement à plus long terme :

  • 26 « It is of some importance to have foreigners coming here and spending money. We do not want to tur (...)

Il est de quelque importance que des étrangers viennent ici et dépensent de l’argent. Certes, nous ne voulons pas faire de l’Irlande un pays comme la Suisse. Néanmoins, nous pensons que notre initiative est justifiée, car il y a beaucoup d’Irlando-Américains qui, parce qu’ils se sont enrichis, désirent revenir sur leur terre d’origine, s’y installer, acheter des propriétés, et aider ce pays. Voilà ce qui se passe en ce moment. Des Irlando-Américains sont revenus et achètent des propriétés. […] cette tendance doit être encouragée. Je ne pense pas que quiconque veuille qu’il en soit autrement26.

15En second lieu, Walsh attira l’attention des députés sur le fait que les efforts entrepris depuis bon nombre d’années pour intensifier les liaisons maritimes entre l’Amérique et le port irlandais de Cobh n’avaient guère été couronnés de succès. Or, depuis l’annonce de la tenue des Tailteann Games, quatre compagnies avaient décidé d’y faire escale, puisqu’il était prévu, selon le ministre, que vingt-cinq mille personnes fassent le voyage depuis l’Amérique du Nord pour l’occasion. Il était convaincu que les liaisons maritimes seraient maintenues par la suite.

  • 27 Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, p. 162.

16L’organisation de cette manifestation fut l’occasion de mesurer la force de l’attachement de la diaspora à la terre d’origine. Éprouver un sentiment d’appartenance, un attachement ou une certaine nostalgie pour l’Irlande était une chose, faire le voyage en était une autre. Cela requérait un investissement personnel et financier27. En 1922, D. McCullough avait plaidé en faveur du maintien des Tailteann Games en faisant valoir le vif enthousiasme des Américains pour l’événement. Mais, contre toute attente, M. F. O’Hanlon, l’émissaire chargé de coordonner les comités d’organisation aux États-Unis, ne fut pas accueilli par une haie d’honneur à son arrivée à New York :

  • 28 « I arrived per S. S. Olympic in New York on the night of Tuesday 16th October [1923]. No represent (...)

J’arrivai à New York par le S. S. Olympic la nuit du mardi 16 octobre [1923]. Pas un seul représentant du comité américain ni son président ne m’accueillit au débarquement, aucun des représentants de clubs ou d’organisations irlandais non plus. La presse passa devant moi sans me remarquer, en résumé, mon arrivée ne fut pas encourageante […]. En arrivant à l’hôtel, j’appris par téléphone que le comité américain des Aonach Tailteann [Tailteann Games] ne s’était pas réuni depuis plus de deux ans et que son président, à cause d’un agenda surchargé, ne pourrait me rencontrer avant une semaine28.

  • 29 « […] the division of the Irish Race in America […] » (ibid.).

17O’Hanlon admit que « la division de la race irlandaise en Amérique »29 et l’annulation des Tailteann Games en 1922 avaient rendu sa tâche difficile, mais, à force de travail, il était parvenu à mobiliser suffisamment de personnes au sein de la communauté d’origine irlandaise à l’étranger pour mener à bien la sélection des athlètes ainsi que l’organisation de la logistique et du financement de leur venue :

  • 30 « It became evident to me at once that interest had to be revived. […] It meant work and lots of it (...)

Il me sembla tout de suite évident qu’il fallait stimuler de nouveau l’intérêt [pour les Tailteann Games]. […] Cela a demandé du travail, beaucoup de travail, mais la coopération et l’aide de ceux qui étaient en mesure de prêter main-forte sont venues spontanément. Alors que je m’apprête à quitter les USA temporairement, je suis heureux de pouvoir affirmer que la situation a changé, les préjugés qui existaient ont été en grande partie balayés et les perspectives sont maintenant vraiment radieuses30.

18Walsh n’était pas le seul à avoir quelques arrière-pensées, car, parmi les Irlando-Américains qui comptaient faire le voyage en Irlande, certains avaient de grands projets. Ainsi O’Hanlon constata-t-il, qu’après une réception assez tiède, l’intérêt pour l’Irlande se mit à croître rapidement parmi les Irlando-Américains des milieux d’affaires :

  • 31 « The people here are again beginning to look for something really big [sic] to Ireland. In commerc (...)

Ici, les gens commencent de nouveau à envisager de grandes choses en Irlande. Dans les milieux d’affaires, ils voient des possibilités de développer le commerce avec l’Irlande et dans les quelques semaines qui viennent de s’écouler, la première tentative pour ouvrir des relations commerciales à grande échelle, sur une base solide, avec l’Irlande a été menée. Durant ces quelques semaines, la « Irish Enterprise Corporation » a été créée par un groupe d’Irlando-Américains patriotes et très enthousiastes. […] Certains des hommes d’affaires de premier plan en Amérique s’intéressent maintenant à la question du développement du commerce avec l’Irlande et nombre d’entre eux se trouveront en Irlande l’été prochain, ainsi une merveilleuse occasion pourrait se présenter à notre porte si nous le voulons bien et nous préparons à la saisir31.

19Ce regain d’intérêt ne donna cependant pas lieu à une augmentation spectaculaire des échanges commerciaux entre les deux pays dans les années qui suivirent. En outre, le début des années 1930 fut marqué par l’instauration du protectionnisme aux États-Unis et par l’arrivée au pouvoir en Irlande du Fianna Fáil qui mit également en œuvre ce type de politique économique afin de permettre à son secteur industriel naissant de se développer.

Le bilan des Tailteann Games

  • 32 Les programmes des Tailteann Games de 1924, 1928 et 1932 sont exposés au musée de la GAA à Croke Pa (...)
  • 33 Mike Cronin, « Projecting the Nation through Sport and Culture… », p. 402.
  • 34 Ibid., p. 406-407.
  • 35 « Report of the Inter-Departmental Committee on the Feasibility of Organising Aonach Tailteann in 1 (...)
  • 36 Paul Rouse, « When Ireland’s Tailteann Games Eclipsed the Olympics ».
  • 37 « Tailteann Games Opened in Dublin, Thousands of Visitors, Including Many Americans, Present », The (...)
  • 38 « Report of the Inter-Departmental Committee on the Feasibility of Organising Aonach Tailteann in 1 (...)

20Un grand nombre de sports traditionnels figurèrent au programme des jeux32. Outre les compétitions sportives, des concours de poésie, de littérature, de théâtre, ou bien encore de danse traditionnelle eurent également lieu. Bien que la célébration de la culture irlandaise au sens large constituât l’essence de l’événement, la modernité y était également bien présente. Des courses automobiles, de hors-bord et des spectacles aériens furent organisés ainsi qu’un grand défilé lors duquel des entreprises irlandaises, en quête de publicité, purent présenter leurs produits. Cette manifestation remporta d’ailleurs un franc succès33. Dans son ensemble la presse irlandaise se montra très positive quant au bilan des Tailteann Games de 192434. Le Comité d’organisation estima également que c’était une réussite35. Il est cependant difficile d’en déterminer l’ampleur, puisqu’il n’existe qu’une estimation du nombre de spectateurs. Paul Rouse36 avance un nombre total de deux cent mille personnes sur toute la durée des jeux sans pour autant indiquer la source de cette information. Quant aux Américains, The New York Times37 rapporta qu’ils étaient « nombreux » dans le défilé d’ouverture des jeux, sans plus de détails. Les dossiers d’archives ne contiennent aucune estimation du nombre d’Irlando-Américains qui se rendirent en Irlande spécialement pour l’occasion. Une chose est certaine, nul ne fut contraint de dormir dans les parcs de la ville et l’organisation fut considérée satisfaisante38.

  • 39 Mike Cronin, « Projecting the Nation through Sport and Culture… », p. 407.

21Le gouvernement irlandais, bien qu’il fût conscient du prestige que le pays pouvait tirer de l’événement, se montra soucieux de ne pas y être associé de trop près car il craignait un échec financier de l’entreprise. Walsh eut d’ailleurs le plus grand mal à obtenir les maigres subsides qui lui avaient été promis39.

  • 40 Ibid., p. 408.
  • 41 Ibid., p. 409-410 ; Cathal Brennan, « The Tailteann Games, 1924-1936 » ; James J. Walsh, Recollecti (...)

22En réalité, les jeux ne furent pas vraiment rentables financièrement et les retombées en termes d’image furent peu probantes40. Certes, l’initiative fut reconduite sur le même modèle en 1928 et 1932 mais pas au-delà41. En 1924 et 1928, les Jeux olympiques s’étaient tenus à Paris et à Amsterdam, ce qui avait permis aux Tailteann Games de profiter de la présence de médaillés olympiques. Ce ne fut pas le cas en 1932, puisque les Jeux olympiques eurent lieu à Los Angeles. En outre, cette année-là, les jeux irlandais pâtirent de la concurrence du Congrès eucharistique qui se tint à Dublin durant la même période. À cela vinrent s’ajouter les effets de la crise économique aux États-Unis et le mauvais temps. Enfin, contrairement aux Jeux olympiques, le nombre de nations représentées aux Tailteann Games était restreint et la compétition qui avait toujours lieu au même endroit se renouvela peu, ce qui put engendrer une certaine lassitude.

  • 42 Ce fut le premier discours de de Valera retransmis à la radio aux États-Unis.

23Les propos que tint Éamon de Valera, le président de l’exécutif de l’État libre, en 1932 lors d’un discours à l’adresse de ses compatriotes en Irlande et aux États-Unis42 ne trahirent aucune animosité à l’égard des jeux :

  • 43 « The Tailteann Games […] have our whole-hearted approval. The games are of very great national val (...)

Nous approuvons sans réserve le principe des Tailteann Games […]. Les jeux sont d’une très grande valeur pour le pays car ils créent une fusion émotionnelle entre les membres de notre peuple en leur donnant, où qu’ils vivent dans le monde, un sentiment de fierté justifié à l’égard des idéaux spirituels, des prouesses physiques et des accomplissements intellectuels [réalisés durant la période] des jeux. Nous souhaitons, par conséquent, que les Tailteann Games, cette année, par leur succès, reflètent un peu notre gloire passée et instillent à nos jeunes gens le respect et la déférence envers nos héros et héroïnes du passé […]. J’espère sincèrement que les événements passés ne viendront plus compromettre la popularité des jeux, qui, j’en ai le sentiment, renforceront considérablement le prestige de la nation irlandaise43.

  • 44 Le Fianna Fáil vit le jour en 1926 sous l’impulsion d’Éamon de Valera. Ce parti fut le fruit de la (...)
  • 45 Cathal Brennan, « The Tailteann Games, 1924-1936 ».

24Malgré cet enthousiasme de façade, les autorités irlandaises décidèrent de ne pas accorder la subvention annuelle de dix mille livres irlandaises que réclamait le conseil en charge de l’organisation des Tailteann games pour l’édition suivante des jeux. Le Sinn Féin s’était certes enthousiasmé pour le projet avant la guerre civile. Cependant, quand le Fianna Fáil44 parvint au pouvoir, il fut difficile à ses dirigeants d’apporter leur soutien à une initiative dont l’image était désormais associée au Cumann na nGaedheal, parti sorti vainqueur du conflit45.

  • 46 James J. Walsh, Recollections of a Rebel, p. 84-85.

25Pour Walsh, l’occasion de perpétuer les liens entre l’Irlande et la diaspora et de renforcer la cohésion et la conscience identitaire de cette dernière fut abandonnée pour des raisons politiques. Le processus d’assimilation aidant, le risque de voir ces liens se distendre au fil du temps était grand46.

L’émigration : un fléau intolérable mais nécessaire

  • 47 Enda Delaney, « State, Politics and Demography : The Case of Irish Emigration, 1921-71 », Irish Pol (...)
  • 48 John Hanamy, Was Defeat Inevitable for Cumann na nGaedheal in the 1932 General Election ?, mémoire (...)

26L’administration Cumann na nGaedheal ne fit pas de la lutte contre l’émigration sa priorité47 car elle s’estimait, semble-t-il, impuissante à résoudre ce problème48. Le Fianna Fáil s’engouffra dans la brèche. Dès la rencontre inaugurale de ce nouveau parti, de Valera martela que la calamité que représentait l’émigration devait être éradiquée :

  • 49 « The best of our people – the young men and women of vigour and enterprise, the foundation on whic (...)

Les meilleurs d’entre nous – les jeunes hommes et jeunes femmes vigoureux et entreprenants, les fondations sur lesquelles notre avenir devrait être bâti – nous sont quotidiennement ravis. Nous sommes saignés à blanc par une émigration qui n’a quasiment jamais été aussi élevée depuis la Grande Famine. Cela doit être enrayé49.

  • 50 Enda Delaney, « State, Politics and Demography… », p. 29-30.
  • 51 « […] such an assumption was at best naïve and perhaps disingenuous » (ibid., p. 30).
  • 52 « Fianna Fáil Campaign », The Irish Times, 15 février 1932.
  • 53 Voir les déclarations du député indépendant Joseph Hannigan et du député travailliste Richard Coris (...)

27L’émigration ne fit pas partie des thèmes de la campagne du Cumann na nGaedheal pour les élections législatives de 1932. En revanche, le Fianna Fáil prit la balle au bond, et argua que le fléau pouvait être endigué si un nombre suffisant d’emplois était créé, ce à quoi le parti s’engageait50. Un postulat qui, pour Delaney, était « au mieux naïf et peut-être bien hypocrite »51. Pourtant, Éamon de Valera et Seán Lemass proclamèrent durant la campagne que le Fianna Fáil parviendrait à créer tant d’emplois qu’il faudrait rapatrier les Irlandais qui avaient émigré aux États-Unis52 pour répondre à toutes les offres vacantes. Certains députés de l’opposition ne manquèrent pas de rappeler ces déclarations au bon souvenir de Lemass quelques années plus tard53.

  • 54 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 127, nº 6, 21 novembre 1951.
  • 55 Enda Delaney, « State, Politics and Demography… », p. 35.
  • 56 Mary E. Daly, The Slow Failure : Population Decline and Independent Ireland, 1922-1973, Madison, Th (...)

28Force est de constater que ni l’agriculture ni l’industrie ne pouvaient à cette époque générer assez d’emplois pour satisfaire la demande de la population irlandaise, ce dont de Valera finit par convenir54. Les Irlandais sans emploi partaient à l’étranger, ce qui réduisait le coût pour l’État et les risques d’explosion sociale dans le pays55. L’émigration continua donc à jouer son rôle de soupape de sécurité56.

L’attitude des Irlandais envers la diaspora : entre fierté, dédain et calcul

  • 57 Haut fonctionnaire de l’administration irlandaise.
  • 58 Joseph P. Walshe au président [Eamon de Valera], 5 octobre 1937, NAI, DFA, S9215A.

29En 1937, quelque temps après que la décision fut prise de ne pas reconduire les Tailteann Games, Joseph P. Walshe, alors secrétaire général du ministère des Affaires étrangères57, écrivit à de Valera pour attirer son attention sur l’importance de promouvoir la culture irlandaise auprès des Irlando-Américains afin de maintenir le lien avec eux, faute de quoi l’Irlande ne pourrait plus compter sur leur soutien en cas de besoin. Cette lettre58 est accompagnée d’une annexe qui fait un état des lieux des relations qu’entretenait la diaspora avec son pays d’origine. Certains de ses membres continuaient à s’intéresser à l’Irlande, mais leur nombre, si rien n’était fait, diminuerait inexorablement :

  • 59 « It is this class that will […] constitute, in a few years more, whatever there will then be of th (...)

C’est ce groupe […] qui va constituer ce qui restera de l’empire irlandais en Amérique dans quelques années. Son utilité pour l’Irlande, en cas de situation d’urgence, dépendra dans une large mesure des efforts entrepris d’ici-là pour le sensibiliser à ce qui touche à l’Irlande. […] Vous avez maintenant une vue générale de ce qui arrive aux vingt millions de personnes qui ont du sang irlandais […] il leur reste un nom […]. Mais, à moins que nous n’y mettions un peu du nôtre, notre empire irlando-américain ne sera qu’un mirage […] ce qui serait dommage. Qui doit y mettre du sien ? Vous, je pense59.

  • 60 Mary E. Daly, The Irish State and the Diaspora (33e O’Donnell Lecture, University College Dublin, 1 (...)
  • 61 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 40, nº 24, 17 décembre 1931 ; vol. 66, nº 6, 1 (...)

30Toutefois, cette mise en garde ne trouva pas d’écho à Dublin. Il faut admettre que l’attitude des milieux politiques envers ceux de leurs compatriotes qui s’expatriaient était ambivalente. Les uns claironnaient avec fierté que cette présence irlandaise à l’étranger donnait à l’Irlande un prestige et une influence sans commune mesure avec sa taille ou son poids politique et économique sur la scène internationale60. Les autres affirmaient, avec une pointe d’amertume, que les Irlandais quittaient le pays non pas par nécessité économique, mais par goût de l’aventure ou parce qu’ils estimaient que l’Irlande ne pouvait leur offrir un avenir à la hauteur de leurs ambitions61. Il semblerait que ceux qui étaient restés en Irlande portaient, en général, un regard empreint à la fois d’ironie et de condescendance sur leurs compatriotes émigrés aux États-Unis qu’ils surnommaient les « Yanks » :

  • 62 « The Irish Americans are the most sentimental of all our exiles. Indeed, we have become amused whe (...)

Les Irlando-Américains sont les plus sentimentaux de nos exilés. Nous en sommes venus à nous amuser de les voir s’attendrir devant tout ce qui est irlandais, et j’ai bien peur que leur engouement ne nous laisse indifférents62.

31Pour Piaras Mac Éinrí et Brian Lambkin, l’attitude des Irlandais envers la diaspora était :

  • 63 « […] A complex mixture of resentment, begrudgery and denial, with perhaps a touch of a suggestion (...)

[…] un mélange complexe de ressentiment, de rancune et de déni. Il y avait peut-être un brin de sentiment de trahison chez ceux qui s’étaient vraiment dévoués au nouvel État irlandais et qui s’étaient montrés prêts à rester et à tenir le coup malgré les difficultés63.

32Pour sa part, Seán Lemass prit très tôt conscience des autres avantages que le pays pouvait tirer de la diaspora. Dès le début des années 1930, bien qu’étant un ardent défenseur du protectionnisme économique, il avait la conviction que le pays ne pouvait subsister en totale autarcie. À cette époque, il était déjà convaincu que l’Irlande devait commencer à développer l’industrie touristique. Ses concitoyens et les populations d’origine irlandaise à l’étranger étaient, selon lui, un marché tout trouvé. En 1931, quelques mois avant la victoire de son parti aux élections législatives de 1932, il fit une déclaration allant dans ce sens lors d’une séance parlementaire du Dáil :

  • 64 « It seems to me that we have not in this country either the climate or the facilities, or, may I s (...)

Il me semble que nous n’avons dans ce pays ni le climat ni les équipements, ni, si je puis me permettre, la volonté politique de proposer des attractions touristiques comme celles dont disposent certains pays du continent. Cependant, les tentatives qui ont été faites semblent indiquer que les responsables du développement touristique ont l’intention de concurrencer ces pays du continent […] Il me semble que si l’on cherchait d’abord à convaincre les Irlandais et les Irlandais installés aux États-Unis et ailleurs à l’étranger de revenir chez eux en Irlande, pour passer leurs vacances, on obtiendrait de bien meilleurs résultats. […] Il me semble que le marché le plus prometteur est négligé par les autorités en charge du tourisme64.

  • 65 Le projet de loi était intitulé Tourist Traffic Bill. Il fut adopté le 20 juillet 1939 (Houses of t (...)

33D’ailleurs, en 1939, Lemass, alors ministre de l’Industrie et du Commerce, présenta un projet de loi65 ambitieux qui prévoyait, entre autres, la création de l’Irish Tourist Board, un organisme public qui pourrait, entre autres, acquérir, ou bien faire construire, et gérer des établissements accueillant des touristes. Lemass prit bien soin d’insister sur le fait que cela bénéficierait à la fois aux Irlandais et aux touristes venus de l’extérieur qui, souligna-t-il, n’étaient pour la plupart pas des étrangers à proprement parler :

  • 66 « […] let us provide these holiday facilities for our people and let us see that they can get not m (...)

[…] mettons des infrastructures touristiques à la disposition de nos concitoyens et faisons en sorte qu’ils ne passent pas seulement d’agréables vacances bon marché, mais, dans la mesure du possible, des vacances qui soient aussi plaisantes que celles qu’ils passeraient ailleurs. Nous pensons que cela sera payant, mais, plus important encore, nous pourrons attirer des visiteurs étrangers. Soixante-quinze pour cent de ces visiteurs seront des personnes dont les origines raciales sont irlandaises. […] Ces gens prendront des vacances de toute façon et s’ils ne viennent pas ici, ils iront ailleurs. Pourquoi ne pas entreprendre systématiquement de les faire venir de façon à ce que, s’il y a de l’argent à gagner, ce soit ce pays qui en profite, plutôt que de le laisser à d’autres comme l’Angleterre, la France ou la Suisse, ou d’autres encore, dont les gouvernements font preuve d’un sens des affaires beaucoup plus aigu que celui dont nous avons fait preuve dans le passé66 ?

  • 67 Le Fine Gael fut fondé en 1933. Il résulta de la fusion du Cumann na nGaedheal, du National Centre (...)
  • 68 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 113.

34Lemass était à cette époque l’un des seuls, au sein du gouvernement, à être convaincu que la contribution de la diaspora à l’économie nationale pouvait aller bien au-delà des sommes d’argent envoyées aux familles restées en Irlande. En effet, dans les milieux politiques irlandais de l’époque, la tendance était à la méfiance envers tout ce qui venait de l’extérieur. Ainsi Lemass eut-il à faire face aux critiques virulentes du Fine Gael67, principal parti d’opposition, dont les membres dénoncèrent la menace que la venue de touristes étrangers pouvait représenter pour la langue, la culture, et pour l’identité irlandaise68. Aussi Lemass s’efforça-t-il de rassurer les parlementaires quand il présenta son projet de loi (Tourist Traffic Bill, 1939) à la chambre haute du Parlement irlandais en 1939 :

  • 69 « They are not going to be foreigners coming in for the purpose of destroying Irish nationality and (...)

Ce ne seront pas des étrangers venant ici dans le but de détruire la nationalité irlandaise et de menacer la langue irlandaise, mais des Irlandais qui reviennent dans leur pays pour voir leur famille et renouer les liens avec leur patrie. Voilà de qui il s’agira. Est-ce que quiconque conteste le fait que 99 pour cent des touristes qui sont venus ici l’année dernière en provenance des États-Unis d’Amérique étaient d’origine irlandaise et qu’ils sont venus parce qu’ils avaient entendu parler de l’Irlande dans leur famille aux États-Unis, qu’ils savaient que leurs racines étaient ici et qu’ils voulaient revenir ici dans le but de voir leur pays d’origine ? C’est tout aussi vrai pour ceux qui viennent d’Angleterre et certainement pour ceux qui viennent d’autres pays. Ces gens ne viennent pas pour détruire la langue irlandaise ou menacer l’identité irlandaise. En réalité, le fait qu’ils viennent aura l’effet contraire. En outre, en les faisant venir, nous pouvons gagner de l’argent69.

  • 70 Après 1922, l’IRA regroupa ceux qui faisaient partie du camp des perdants de la guerre civile et qu (...)
  • 71 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 66-69.
  • 72 Ce gouvernement de coalition (First Inter-Party Government) qui resta au pouvoir de 1948 à 1951 éta (...)

35La série d’attentats perpétrés par l’Irish Republican Army (IRA)70 en Grande-Bretagne, qui commença en janvier 1939, vint toutefois réduire à néant les effets de la campagne publicitaire qui vantait les attraits touristiques de l’Irlande auprès des Britanniques. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, au mois de septembre de la même année, freina momentanément le développement du secteur touristique en Irlande71. La contribution éventuelle de la diaspora à l’économie irlandaise par le biais du tourisme fut de nouveau étudiée de près par le premier gouvernement de coalition72 à la fin des années 1940.

Notes

1 L’ouvrage de Thomas H. Nally explique les origines et les fonctions de ce festival qui, jadis, était un événement majeur (Thomas H. Nally, The Aonaċ Tailteann and Tailteann Games : Their Origin, History and Ancient Associations, Dublin, Talbot Press, 1922, en ligne : https://archive.org/stream/aonactailteannta00nalliala?ref=ol#page/n3/mode/2up).

2 Cathal Brennan, « The Tailteann Games, 1924-1936 », 23 février 2011, en ligne : www.theirishstory.com/2011/02/23/the-tailteann-games-1924-1936/#.WEV_Bsnfup0 ; Mike Cronin, « Projecting the Nation through Sport and Culture : Ireland, Aonach Tailteann and the Irish Free State, 1924-32 », Journal of Contemporary History, vol. 38, nº 3, 2003, p. 399.

3 « No matter what the financial consequences are I think the Games should be proceeded with as I found in America that they were the one thing our people all needed. The Americans themselves take an interest in Ireland at present as they absolutely fail to understand the various other happenings, but the Tailteann Games appeal directly to their imagination and create a great deal of kudos to our Nation and the magnitude of the event appealed to America very much. The carrying out of the Tailteann Games in my opinion would be the very best propaganda that could be done [sic], and I hope that the Government will in every way assist in having them carried out fully and with as much éclat as possible » (D. McCullough à Michael Collins, 12 juillet 1922, NAI, S1592). Michael Collins reçut probablement ce courrier, mais il trouva la mort dans une embuscade un mois plus tard.

4 Mike Cronin, « Projecting the Nation through Sport and Culture… », p. 399.

5 Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 157.

6 « Report of the Inter-Departmental Committee on the Feasibility of Organising Aonach Tailteann in 1939 or 1940 », NAI, S8369.

7 Le terme « race » (race) était alors communément employé par les hommes politiques irlandais. Il faut souligner qu’il renvoyait la plupart du temps, mais pas toujours, comme nous le verrons, à ce que nous désignons aujourd’hui sous le terme « groupe ethnique », c’est-à-dire une population partageant la même culture, la même langue, la même religion, la même origine, les mêmes us et coutumes, plutôt qu’à la race au sens biologique du terme. Nous avons toutefois choisi de traduire le terme littéralement quand il apparaît dans les citations.

8 « The games provide neutral ground and an arena outside the contentious scope of politics. Through that channel we are hoping that our race will be more effective for the general good. In other words, it will bring harmony amongst the Irish race » (James J. Walsh, Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 7, nº 20, 5 juin 1924).

9 « I think, that some such organisation as the Tailteann Games should exist in all those countries where the Irish people are pretty numerous, if only for the purpose of giving them some neutral ground on which they can co-operate for the general upliftment of their race » (ibid.).

10 « It will show those of other lands that this Island of ours is not a colony, but the home of a Race [sic] of historic lineage unsurpassed elsewhere » (« Aonach Tailteann – 1928, Director’s statement, presented to the General Council on the 23rd April, 1929 », NAI, FIN/S200/2/28).

11 Il semblerait d’ailleurs que James J. Walsh, durant la Seconde Guerre mondiale, ait été proche de la mouvance fasciste en Irlande (Eunan O’Halpin, Defending Ireland : The Irish State and Its Enemies since 1922, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 223).

12 « […] pointed to the ideal of racial purity embedded in Celticism and the Pan-Celtic movement and to strains of nationalism that regarded the Irish as demeaned by any association with non-white colonial subjects […] » (Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, p. 173).

13 « Craig and Belfast have now decided to push their part of the Country as a separate entity and for their own ends » (lettre signée par James J. Walsh [pas de destinataire], 3 novembre 1923, NAI, S1592).

14 James Craig fut Premier ministre d’Irlande du Nord du 7 juin 1921 au 24 novembre 1940.

15 « Ulster Premier Invited », The New York Times, 31 juillet 1924 ; Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, p. 164.

16 Paul Rouse, « When Ireland’s Tailteann Games Eclipsed the Olympics », Irish Examiner, 18 novembre 2016.

17 Kevin O’Higgins à James J. Walsh, 21 janvier 1924, NAI, S1592.

18 Lettre signée par James J. Walsh [pas de destinataire], 3 novembre 1923, NAI, S1592.

19 « During the month of August the Railway Companies [sic] will run a daily express to such places as Glendalough, Killarney, Connemara, and Belfast and the North, but we have no guarantee whatever that Tourists [sic] will not be fleeced in these places, though all possible steps have been taken to impress hotel managers of their responsibility in the matter. Yet, as I say, it will be extremely difficult for us to guarantee that in any stage of a tourist’s trip through the Country [sic] will he be free from an imposition of some kind or another, and I am satisfied myself that whilst a visitor would find little fault with the fact that he had to put up with certain inconveniences in regard to accommodation, and that the difficulty would be readily understood and appreciated, let him be once bled by a jarvey, or somebody of that type, and his memory of the event will be of a more lasting character » (James J. Walsh à Kevin O’Higgins, 22 janvier 1924, NAI, S1592).

20 Lettre signée par James J. Walsh [pas de destinataire], 22 janvier 1924, NAI, S1592.

21 « Seeing that the main object of the Games was the promotion of race cohesion, and that numbers mattered much more than financial results […] the policy of absolute minimum charge, or no charge at all […] proved a wise course to adopt » (« Aonach Tailteann – 1928, Director’s statement, presented to the General Council on the 23rd April, 1929 »).

22 Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, p. 161.

23 Walsh était pourtant bien conscient que cela pouvait représenter un risque pour les touristes.

24 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 7, nº 20, 5 juin 1924.

25 Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, p. 164.

26 « It is of some importance to have foreigners coming here and spending money. We do not want to turn this country into a Switzerland. At the same time, we feel we are justified because there are many Irish-Americans who, having made money, desire to return to the old land, settle down here, buy property, and help this country. That is actually what is occurring. Irish-Americans have come back to this country and are buying property. […] that is a very desirable development. I do not suppose anyone wishes to do anything to discourage that » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 7, nº 20, 5 juin 1924).

27 Paige Reynolds, Modernism, Drama and the Audience for Irish Spectacle, p. 162.

28 « I arrived per S. S. Olympic in New York on the night of Tuesday 16th October [1923]. No representative of the American Committee or its Chairman met me on landing, and neither did any representative of the Irish Societies [sic], Clubs or Organisations. The Press passed me over, unnoticed, and altogether my reception was not encouraging […]. On reaching my hotel I learned by telephonic communication that the American Committee of Aonach Tailteann had not met in more than two years, and that its Chairman, through pressure of other business, would be unable to meet me for a week » (« Aonach Tailteann (American Committee), Report from M. F. O’Hanlon », 8 novembre 1923, NAI, S1592).

29 « […] the division of the Irish Race in America […] » (ibid.).

30 « It became evident to me at once that interest had to be revived. […] It meant work and lots of it, but the co-operation and assistance of those in a position to help was readily forthcoming, and now on leaving U.S.A. temporarily I am happy to say that the position has changed, any prejudices which existed have been substantially removed and the prospects are now bright indeed » (ibid.).

31 « The people here are again beginning to look for something really big [sic] to Ireland. In commercial circles they see possibilities of big trade developments with Ireland and even within the last few weeks the first real attempt has been made to open up trade relations in a big way and on a sound basis with Ireland. Within these few weeks the “Irish Enterprise Corporation” has been brought into being by a group of keen, patriotic Irish-Americans. […] Some of America’s leading business-men are now taking an interest in this question of trade development with Ireland and many of them will be found in Ireland next summer, so a wonderful opportunity may be knocking at our doors if we are only willing and fit ourselves to take it » (ibid.).

32 Les programmes des Tailteann Games de 1924, 1928 et 1932 sont exposés au musée de la GAA à Croke Park (Dublin). Voir également les débats parlementaires durant lesquels Walsh communiqua la liste des sports représentés (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. S2, nº 2, 1er mars 1922).

33 Mike Cronin, « Projecting the Nation through Sport and Culture… », p. 402.

34 Ibid., p. 406-407.

35 « Report of the Inter-Departmental Committee on the Feasibility of Organising Aonach Tailteann in 1939 or 1940 ».

36 Paul Rouse, « When Ireland’s Tailteann Games Eclipsed the Olympics ».

37 « Tailteann Games Opened in Dublin, Thousands of Visitors, Including Many Americans, Present », The New York Times, 3 août 1924.

38 « Report of the Inter-Departmental Committee on the Feasibility of Organising Aonach Tailteann in 1939 or 1940 ».

39 Mike Cronin, « Projecting the Nation through Sport and Culture… », p. 407.

40 Ibid., p. 408.

41 Ibid., p. 409-410 ; Cathal Brennan, « The Tailteann Games, 1924-1936 » ; James J. Walsh, Recollections of a Rebel, Tralee, The Kerryman, 1944, p. 84.

42 Ce fut le premier discours de de Valera retransmis à la radio aux États-Unis.

43 « The Tailteann Games […] have our whole-hearted approval. The games are of very great national value, unifying our people in sentiment and giving them, no matter what land they live, a just sense of pride in the spiritual ideals, physical prowess and intellectual achievements of the games. It is our wish, therefore, that the Tailteann Games should by their success, reflect in this year something of our ancient glory and instill in our youth respect and reverence for the heroes and heroines of the past […]. I sincerely hope that past events will no longer interfere with the popularity of the games, which I feel will add considerably to the prestige of the Irish nation » (« Text of de Valera’s Speech », The New York Times, 18 mars 1932).

44 Le Fianna Fáil vit le jour en 1926 sous l’impulsion d’Éamon de Valera. Ce parti fut le fruit de la scission du Sinn Féin. Tout en restant opposé au traité anglo-irlandais, le nouveau parti s’opposa à la stratégie du Sinn Féin qui prônait l’action clandestine et l’abstentionnisme. La création d’une république unitaire sur toute l’île d’Irlande était l’objectif principal du Fianna Fáil, objectif qu’il comptait atteindre en agissant de l’intérieur des institutions de l’Irish Free State.

45 Cathal Brennan, « The Tailteann Games, 1924-1936 ».

46 James J. Walsh, Recollections of a Rebel, p. 84-85.

47 Enda Delaney, « State, Politics and Demography : The Case of Irish Emigration, 1921-71 », Irish Political Studies, vol. 13, nº 1, 1998, p. 26.

48 John Hanamy, Was Defeat Inevitable for Cumann na nGaedheal in the 1932 General Election ?, mémoire de master d’histoire, université de Limerick, 2013, p. 97, en ligne : https://ulir.ul.ie/bitstream/handle/10344/3260/Hanamy_2013_defeat.pdf?sequence=5.

49 « The best of our people – the young men and women of vigour and enterprise, the foundation on which the whole future should be built – are daily taken from us. We are being bled by an emigration worse to-day than almost at any time since the exodus that followed the Great Famine. That must be stopped » (discours d’Éamon de Valera au meeting inaugural du Fianna Fáil au La Scala Theatre à Dublin, le 16 mai 1926 ; cité dans : Speeches and Statements by Eamon de Valera, 1917-73, Maurice Moynihan (éd.), New York, St. Martin’s Press, 1980, p. 140-141).

50 Enda Delaney, « State, Politics and Demography… », p. 29-30.

51 « […] such an assumption was at best naïve and perhaps disingenuous » (ibid., p. 30).

52 « Fianna Fáil Campaign », The Irish Times, 15 février 1932.

53 Voir les déclarations du député indépendant Joseph Hannigan et du député travailliste Richard Corish (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 89, nº 8, 4 mars 1943).

54 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 127, nº 6, 21 novembre 1951.

55 Enda Delaney, « State, Politics and Demography… », p. 35.

56 Mary E. Daly, The Slow Failure : Population Decline and Independent Ireland, 1922-1973, Madison, The University of Wisconsin Press, 2006, p. 138-139.

57 Haut fonctionnaire de l’administration irlandaise.

58 Joseph P. Walshe au président [Eamon de Valera], 5 octobre 1937, NAI, DFA, S9215A.

59 « It is this class that will […] constitute, in a few years more, whatever there will then be of the Irish empire in America. What use its existence might be to Ireland in a later emergency will depend, largely, upon what pains are taken meanwhile to make it “Ireland conscious”. […] There you have the picture of what is happening to the “twenty millions [sic] of Irish blood” […] they are left with a name […]. But unless there is supplied at least “a little leaven [that] leaveneth the whole lump” our American Irish empire will be a mirage […] which might be just too bad. Whence is that leaven to come ? I think from your side » (« Appendix – Memo on a proposed Irish-American Foundation to promote cultural relations between Irish at home and abroad by Felix E. Hackett », NAI, DFA, S9215A).

60 Mary E. Daly, The Irish State and the Diaspora (33e O’Donnell Lecture, University College Dublin, 18 novembre 2008), Dublin, National University of Ireland, PL-497-25, 2008, p. 9.

61 Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 40, nº 24, 17 décembre 1931 ; vol. 66, nº 6, 14 avril 1937 ; vol. 74, nº 9, 1er mars 1939 ; vol. 89, nº 8, 4 mars 1943 ; vol. 161, nº 3, 24 avril 1957.

62 « The Irish Americans are the most sentimental of all our exiles. Indeed, we have become amused when they return at their sentiment about everything Irish, and I fear we have little sympathy with their romance » (Bluebird, « Round the World and Home », The Irish Times, 11 mars 1933).

63 « […] A complex mixture of resentment, begrudgery and denial, with perhaps a touch of a suggestion of betrayal, with those who were “really” committed to the new Irish State being prepared to stay on and stick it out in spite of hardship » (Piaras Mac Éinrí, Brian Lambkin, « Whose Diaspora ? Whose Migration ? Whose Identity ? Some Current Issues in Migration Studies », The Irish Journal of Psychology, vol. 23, nº 3-4, 2002, p. 136).

64 « It seems to me that we have not in this country either the climate or the facilities, or, may I say, the legislative intention of providing attractions for tourists that are provided in certain Continental countries. Nevertheless, the attempts made were of a nature that would indicate that those who are responsible for the tourist development were contemplating entering into competition with these Continental countries. […] It seems to me that if attention were concentrated in getting the Irish people to decide upon spending their holidays in Ireland, and the Irish in America and the Irish people in foreign countries to come home for their holidays to Ireland much more beneficial results would be secured. […] It seems to me that the most profitable field for the expenditure of energy in the matter of attracting tourist traffic to the country is being neglected by the existing association » (Houses of the Oireachtas, Dáil Éireann Debates, vol. 38, nº 1, 22 avril 1931).

65 Le projet de loi était intitulé Tourist Traffic Bill. Il fut adopté le 20 juillet 1939 (Houses of the Oireachtas, Seanad Éireann Debates, vol. 23, nº 7, 20 juillet 1939). Voir à ce sujet : Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, Dublin – Portland, Irish Academic Press, 2009, p. 62-69.

66 « […] let us provide these holiday facilities for our people and let us see that they can get not merely good and cheap holidays in this country, but holidays as good as they can get anywhere else, if we can possibly secure it. We think it will pay to do it, but, over and above that, we can attract visitors from abroad. Seventy-five per cent. of these visitors will be people with racial associations here. […] These people are going to take holidays in any event, and if they do not come here, they will go elsewhere. Is there any reason why we should not set out systematically to organise the bringing of them here, so that whatever profit is to be got will be secured for this country, instead of leaving it to other countries, such as England, France, Switzerland, or some other country, the Governments of which have more business foresight than we have displayed here in the past ? » (Houses of the Oireachtas, Seanad Éireann Debates, vol. 22, nº 23, 28 juin 1939).

67 Le Fine Gael fut fondé en 1933. Il résulta de la fusion du Cumann na nGaedheal, du National Centre Party et du National Guard.

68 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 113.

69 « They are not going to be foreigners coming in for the purpose of destroying Irish nationality and undermining the Irish language, but Irish people coming home to their own country to see their own folk and to renew their associations with the old country. That is what they will be. Will anyone deny that of the visitors who came to this country from the United States of America last year, 99 per cent. were people of Irish origin or descent, who were coming to Ireland because they had herd [sic] Ireland spoken of in their homes in the United States, who knew that they had originated here and who wanted to come back here for the purpose of seeing the old country ? The same applies to people coming even from England and it certainly applies to people coming from other countries. These people are not coming in here to destroy the Irish language or to undermine Irish nationality. Their coming will have quite a contrary effect altogether, but, by bringing them in here, we can make a profit » (Houses of the Oireachtas, Seanad Éireann Debates, vol. 22, nº 23, 28 juin 1939).

70 Après 1922, l’IRA regroupa ceux qui faisaient partie du camp des perdants de la guerre civile et qui continuaient de refuser la légitimité de l’État libre et de l’Irlande du Nord, fruits, selon l’organisation, de l’impérialisme britannique. En 1969, l’organisation se divisa, donnant naissance à l’Official Irish Republican Army et à la Provisional Irish Republican Army.

71 Irene Furlong, Irish Tourism 1880-1980, p. 66-69.

72 Ce gouvernement de coalition (First Inter-Party Government) qui resta au pouvoir de 1948 à 1951 était composé de membres du Fine Gael, du Labour Party, du Clann na Poblachta, du Clann na Talmhan, du National Labour Party et d’un indépendant (James Dillon).

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search