Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Première partie. L’Irlande et sa diaspora de la partition aux années 1960 : la distance se creuse

Première partie – Introduction

Texte intégral

  • 1 Le Dáil Éireann est la chambre basse du Parlement irlandais, Houses of the Oireachtas.

1En janvier 1919, des violences politiques éclatèrent dans le Sud de l’Irlande. Ainsi commença la guerre d’indépendance irlandaise. Durant le conflit, le Government of Ireland Act de 1920, une loi votée par le Parlement britannique, organisa la partition de l’île d’Irlande, créant deux entités politiques distinctes, l’Irlande du Nord et l’Irlande du Sud. Toutes deux devaient disposer d’un parlement autonome, mais resteraient des régions du Royaume-Uni. En juin 1921, Éamon de Valera accepta un cessez-le-feu avec les Britanniques et des pourparlers furent engagés. Ce processus aboutit au traité de Londres, ratifié par le Dáil Éireann1 en décembre 1921. Ce traité fit de l’Irlande un dominion, l’État libre d’Irlande (Irish Free State), au sein de l’Empire britannique. L’Irlande du Nord, composée de six comtés de la province d’Ulster, qui faisait partie de ce nouvel État, profita sur-le-champ de la possibilité qui lui était donnée par le traité de rester membre de l’Union avec la Grande-Bretagne au sein du Royaume-Uni. Ainsi le Parlement d’Irlande du Nord décida-t-il que la province demeurerait au sein du Royaume-Uni. Par la suite, une commission (Boundary Commission) fut chargée d’établir le tracé de la frontière.

  • 2 Il fallut attendre 1948 avant que le Parlement irlandais n’adopte le Republic of Ireland Act qui pr (...)
  • 3 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, Cambridge – New York, Cambridge Universit (...)

2Le statut de dominion impliquait que le souverain britannique restait le chef de l’État. Il serait représenté par un gouverneur général. En outre, les membres du Dáil Éireann devaient prêter allégeance à la Couronne britannique2. Certes, la majorité des Irlandais se rallia à Arthur Griffith et Michael Collins, membres du premier gouvernement de l’État libre d’Irlande. Cependant, certains, dont de Valera, ne purent se résoudre à accepter les termes du traité de Londres et continuèrent à défendre la cause républicaine. Une guerre civile éclata le 18 juin 1922, au lendemain de la victoire des partisans du traité aux élections. Près de quatre mille Irlandais perdirent la vie dans les combats qui s’achevèrent le 30 avril 1923, date à laquelle de Valera ordonna le cessez-le-feu qui fut suivi d’un ordre de déposer les armes le 24 mai3. William T. Cosgrave, à la tête d’un nouveau parti, le Cumann na nGaedheal, assuma les fonctions de chef de l’exécutif de l’État libre de 1923 à 1932.

Notes

1 Le Dáil Éireann est la chambre basse du Parlement irlandais, Houses of the Oireachtas.

2 Il fallut attendre 1948 avant que le Parlement irlandais n’adopte le Republic of Ireland Act qui prit effet le 18 avril 1949. L’Irlande devint alors officiellement une république. Le pays quitta également le Commonwealth.

3 Joseph J. Lee, Ireland, 1912-1985 : Politics and Society, Cambridge – New York, Cambridge University Press, 1989, p. 56-69.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search