Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dans cet ouvrage, le terme Irlande est utilisé pour désigner l’État libre d’Irlande (nom officiel d (...)

1Les relations complexes que l’Irlande1 entretient avec sa diaspora sont passées par différentes phases depuis l’indépendance du pays, en 1922. Une fois celle-ci acquise au prix de la partition politique de l’île, le jeune État voulut, dans un premier temps, asseoir sa souveraineté politique. Dans un deuxième temps, la politique protectionniste qu’il mit en œuvre à partir de 1932 eut pour objectif de lui permettre d’acquérir son indépendance économique vis-à-vis de la Grande-Bretagne. Dans les années qui suivirent la partition, les liens entre l’Irlande et ceux que l’on appelait alors « les Irlandais de l’étranger » (the Irish abroad) semblèrent se relâcher. La fin des années 1950 fut une époque charnière, puisque les dirigeants irlandais décidèrent d’abandonner le protectionnisme au profit de l’économie de marché. Dans cette perspective, ils commencèrent à faire appel à l’aide de certains capitaines d’industrie irlando-américains afin d’attirer des investissements étrangers.

  • 2 Une économie ouverte est une économie pour laquelle le commerce international se fait librement et (...)
  • 3 Voir à ce sujet : Andy Bielenberg, Raymond Ryan, An Economic History of Ireland since Independence, (...)
  • 4 Kieran Allen, The Celtic Tiger : The Myth of Social Partnership in Ireland, Manchester, Manchester (...)
  • 5 « […] le degré de mondialisation d’une économie se mesure au sens large grâce à des comparaisons tr (...)

2Repliée sur elle-même jusqu’à la fin des années 1950, l’économie irlandaise est aujourd’hui l’une des plus ouvertes2 au monde. La relative rapidité du passage d’un stade à l’autre a été surprenante3. Les raisons à l’origine de cet essor spectaculaire, à partir du milieu des années 1990, ont fait l’objet de nombreuses études de la part de chercheurs en économie, en science politique, en sociologie et d’historiens de l’économie irlandaise qui ont mis en lumière un certain nombre de facteurs susceptibles d’expliquer ce phénomène4. Toutefois, l’influence d’hommes d’affaires irlando-américains, très haut placés, n’est quasiment jamais citée parmi ceux-là. Certains de ces magnats ont pourtant joué un rôle primordial dans la venue d’investissements directs étrangers (IDE) en Irlande et, plus récemment, en Irlande du Nord. Ceux-ci ont largement contribué à la mondialisation de l’économie irlandaise5.

  • 6 Voir à ce sujet : Kenichi Ohmae, The End of the Nation State : The Rise of Regional Economies, New (...)

3La participation des diasporas au développement économique de leur territoire d’origine est généralement considérée comme étant très positive et donc souhaitable. Pour Kevin Kenny, faire appel à leur diaspora peut permettre aux États-nations d’échapper à leur « mort » programmée à l’ère de la mondialisation6 :

  • 7 « For all the talk of the demise of nation states in the age of globalization, governments that rea (...)

Malgré tout le discours sur la mort de l’État-nation à l’ère de la mondialisation, les gouvernements qui font appel à « leurs » diasporas à l’évidence renforcent leur pouvoir économique. Ils commencent même à accroître leur souveraineté en offrant des concessions en matière d’accès à la citoyenneté ou au droit de vote pour les populations qui résident à l’étranger en échange de leur soutien politique ou économique. La diaspora peut, par conséquent, renforcer plutôt que saper les bases de l’État-nation7.

  • 8 Voir par exemple : Diasporas and Development : Exploring the Potential, Jennifer M. Brinkerhoff (di (...)
  • 9 Paula D. Johnson, Diaspora Philanthropy : Influences, Initiatives, and Issues, Boston – Cambridge, (...)
  • 10 David M. Gould, « Immigrant Links to the Home Country : Empirical Implications for U.S. Bilateral T (...)
  • 11 Beata S. Javorcik, Çağlar Özden, Mariana Spatareanu, Cristina Neagu, « Migrant Networks and Foreign (...)
  • 12 Chantal Bordes-Benayoun, « La diaspora ou l’ethnique en mouvement », Revue européenne des migration (...)

4Parmi les chercheurs qui se sont intéressés au potentiel économique des diasporas et à la façon dont celui-ci est, ou pourrait être, utilisé au profit des pays d’origine8, certains ont consacré leurs travaux à la fonction philanthropique des diasporas9 en matière de développement économique et social, d’autres à l’importance des réseaux diasporiques dans le commerce international10, ou bien encore à l’aide que les diasporas apportent à leur pays d’origine pour attirer des IDE11. La plupart reconnaissent que cette contribution constitue une carte maîtresse dans un monde où les États rivalisent pour attirer les investisseurs. Bien que les diasporas aient longtemps été associées à l’exclusion et au rejet, elles jouissent donc aujourd’hui d’une image tout à fait positive12.

  • 13 Michel Bruneau, Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Anthropos, 2004, p. 98-99.

5Michel Bruneau met cependant en lumière la contradiction fondamentale entre la diaspora, transnationale par nature, organisée en réseaux, sans territoire bien défini, et l’État-nation, maître de son territoire délimité par des frontières où il exerce sa souveraineté. Pour Bruneau, il y a trois façons de surmonter cette contradiction. Soit les diasporas vivent sans États-nations soit les États décident d’ignorer leur diaspora, soit ces derniers élaborent une stratégie afin de réguler leurs relations en essayant d’utiliser leur potentiel pour promouvoir le développement économique ou en favorisant la création de groupes de pression dans les milieux économiques et politiques des pays où leur diaspora est installée13. La République d’Irlande a fait le choix de la troisième option dès les années 1960.

6Longtemps passée inaperçue, l’influence politique et économique que des personnalités irlando-américaines exercent sur les deux Irlandes n’a cessé de croître depuis le début des années 1960. Cet ouvrage met en perspective la contribution de ces hommes d’affaires irlando-américains à ces deux économies et aux politiques publiques de la République d’Irlande, aspects qui s’inscrivent dans le cadre d’analyse d’une diaspora :

  • 14 « Relationships between diasporas and their homelands are an integral component of a diaspora frame (...)

Les relations entre les diasporas et leur terre d’origine sont une composante intégrale du cadre d’analyse d’une diaspora. Dans quelle mesure la diaspora participe-t-elle aux affaires de la terre d’origine ? Quel est le degré d’influence réciproque entre les diasporas et leur terre d’origine dans le domaine politique et sur les politiques [publiques]. Comment des changements au niveau du pouvoir et des ressources affectent-ils les relations entre la terre d’origine et la terre d’accueil ? Ces questions mettent en évidence la nécessité de considérer les relations entre les diasporas et leur terre d’origine diachroniquement, car leur dynamique est sujette à des changements dans le temps. En outre, la relation à la terre d’origine peut être différente d’un segment à l’autre de la diaspora14.

7Les recherches récentes qui s’intéressent au potentiel économique de la diaspora irlandaise sont des études synchroniques. Notre étude diachronique est donc inédite. Elle porte sur une période de près de cent ans, de la partition politique de l’île à nos jours, d’où le choix et la variété des sources utilisées : un grand nombre de documents d’archives, pour la plupart jamais publiés, des entretiens, des extraits de journaux de la presse irlandaise et internationale et des sources secondaires.

  • 15 Tjai M. Nielsen, Liesl Riddle, « Why Diasporas Invest in the Homeland : A Conceptual Model of Motiv (...)
  • 16 Ibid., p. 8-16.
  • 17 Dominique Schnapper, « De l’État-nation au monde transnational. Du sens et de l’utilité du concept (...)

8Cet ouvrage s’intéresse également à la nature des rapports entre les autorités des deux Irlandes et la diaspora, à leurs motivations respectives et à la façon dont les gouvernants irlandais sont parvenus à s’assurer du soutien actif de la diaspora. Tjai M. Nielsen et Liesl Riddle constatent que les raisons qui poussent les membres d’une diaspora à investir dans le pays dont ils sont originaires sont une question qui n’a pas été explorée de façon exhaustive15. Ils pointent les lacunes de la production scientifique dans le domaine de la finance internationale qui tend à réduire les motivations de l’investisseur à son seul intérêt financier. Empruntant des éléments théoriques à l’économie, à la finance, à la psychologie et à la sociologie, Nielsen et Riddle se sont attelés à dresser les contours d’un modèle qui fait une large place à d’autres facteurs susceptibles de peser sur la décision des membres d’une diaspora d’investir dans leur pays d’origine. Sans nier l’importance de l’intérêt financier, ils émettent l’idée que leur choix en la matière résulte en partie du besoin de reconnaissance sociale au sein du groupe diasporique et / ou d’une sorte d’obligation morale vis-à-vis de la terre d’origine, ou bien encore d’un désir qui relève du domaine de la satisfaction affective16. Dominique Schnapper, quant à elle, remarque qu’aux États-Unis « c’est même devenu un handicap social que de ne pas pouvoir se référer à une diaspora. Comme l’“ethnique”, la “diaspora” est une source de prestige et de satisfaction »17.

9Nielsen et Riddle admettent néanmoins que leur modèle demande à être testé empiriquement pour être validé. Une partie de notre étude s’intéresse à cette problématique et montrera comment et pourquoi les autorités irlandaises ont réussi à éveiller l’intérêt de l’élite entrepreneuriale de la diaspora et à tisser des liens de plus en plus étroits avec cette dernière. Le discours politique est riche d’enseignement, puisqu’il met en évidence les méthodes utilisées par les dirigeants irlandais pour réveiller et perpétuer la conscience diasporique, ou tout du moins la fibre identitaire, des figures irlando-américaines du monde des affaires.

  • 18 Nous utiliserons parfois le terme « la province » pour désigner l’Irlande du Nord.

10L’étude en parallèle de l’Irlande du Nord est particulièrement utile afin de comparer le succès des efforts entrepris par les deux Irlandes dans les années 1950 et 1960 pour réunir un groupe d’hommes d’affaires originaires de l’île ou bien disposés à son égard, établis aux États-Unis, et susceptibles de faciliter la venue d’investissements américains. Il convient cependant d’expliquer les raisons pour lesquelles l’Irlande du Nord est presque absente de la première partie et pourquoi les parties qui y sont consacrées dans cet ouvrage sont moins fournies que celles qui traitent de l’Irlande. En effet, un constat s’est imposé, ni les archives ni la presse nord-irlandaises ne recèlent d’indices qui tendraient à montrer que les autorités locales recherchèrent activement l’aide de personnes originaires d’Irlande du Nord afin de promouvoir l’économie régionale avant les années 1950. Par ailleurs, pour des raisons politiques, ni Belfast ni Dublin ne jugèrent bon de coopérer pour attirer des touristes de la diaspora dans les années 1950. Il faut également souligner que les autorités nord-irlandaises n’avaient pas les pleins pouvoirs en matière de politique économique et commerciale. Cela ne veut pas dire pour autant que les hommes d’affaires et les hommes politiques nord-irlandais n’avaient pas de contacts personnels et / ou informels en Amérique du Nord avec des homologues originaires de la province18, mais il n’en existe pas de traces. En outre, à partir de la fin des années 1960, la province n’a plus disposé de gouvernement local autonome jusqu’à l’accord de paix du Vendredi saint de 1998. Une stratégie cherchant à renforcer le lien avec des hommes d’affaires, originaires d’Irlande du Nord ou d’Irlande, outre-Atlantique ne fut pas la priorité des autorités de Londres qui assurèrent la gestion des affaires de la province durant l’intervalle. En tout cas, aucune source disponible ne fait référence à des efforts allant dans ce sens.

  • 19 L’accord de paix du Vendredi saint de 1998 a permis la mise en place d’un système de gouvernement l (...)
  • 20 Johanne Devlin Trew, « Reluctant Diasporas of Northern Ireland : Migrant Narratives of Home, Confli (...)

11En 2010, alors que la province disposait d’un exécutif multipartite19 depuis plusieurs années, l’étude de terrain menée par Johanne Devlin Trew sur la diaspora nord-irlandaise met en évidence le sentiment d’abandon qu’éprouvaient certaines des personnes interrogées, persuadées qu’elles n’intéressaient pas les autorités locales20. Nous verrons que l’intérêt d’hommes d’affaires de la diaspora pour la province s’est pourtant manifesté de différentes manières depuis le début des années 1990.

Plan de l’ouvrage

12Il nous a paru essentiel, avant d’aborder le thème principal de cet ouvrage, de faire un certain nombre de remarques liminaires sur la notion de diaspora, un concept sujet à désaccords. Une mise au point contextuelle nous a également semblé s’imposer afin de mettre en évidence la pertinence de l’emploi du terme « diaspora » dans le contexte irlandais – une question qui fait également débat – et la façon dont nous l’entendrons.

13La première partie de cette étude mettra en lumière la distance qui se creusa entre l’Irlande et sa diaspora après l’indépendance du pays en l’absence d’une volonté politique suffisamment forte pour inverser la tendance. Nous verrons également les raisons profondes qui expliquent que les quelques tentatives pour exploiter le marché diasporique aux États-Unis firent long feu.

14À la fin des années 1950, l’économie irlandaise se trouvait dans une situation critique. La politique protectionniste mise en œuvre par les autorités irlandaises à partir de 1932 montrait ses limites. Les gouvernants irlandais décidèrent donc d’ouvrir le pays aux investisseurs étrangers. Mais, l’Irlande cumulait plusieurs handicaps. Elle ne disposait pas de ressources naturelles importantes, son marché intérieur était de petite taille et elle se trouvait, de surcroît, à la périphérie du continent européen. La deuxième partie montrera comment Dublin suscita l’intérêt de certaines figures irlando-américaines du monde des affaires au début des années 1960, lesquelles eurent un rôle déterminant quand l’Irlande décida d’abandonner le protectionnisme pour un modèle économique libéral. À peu près au même moment, les dirigeants de la province britannique d’Irlande du Nord firent une tentative similaire pour s’assurer de l’appui d’hommes d’affaires originaires de la province installés aux États-Unis. La portée de cette initiative fut toutefois beaucoup plus limitée que celle lancée par sa voisine.

15Dans la troisième partie, nous verrons comment, au fil du temps, d’éminents Irlando-Américains sont parvenus à accroître leur influence politique et économique sur les deux Irlandes en leur apportant leur aide à des périodes charnières de leur histoire récente. En effet, l’appel de Dublin à l’élite entrepreneuriale de la diaspora fut renouvelé en toute discrétion à la fin des années 1980. Son concours, qui s’est fait en coulisse, a aidé les autorités irlandaises à faire sortir l’économie nationale de l’ornière et à transformer l’Irlande en l’un des pays les plus mondialisés de la planète avec tous les avantages, mais aussi les risques, que cela comporte. En 2009, alors que l’Irlande subissait les affres d’une crise financière sans précédent, les magnats de la diaspora aux États-Unis répondirent de nouveau à l’appel des autorités irlandaises. Au nord de la frontière, des personnalités irlando-américaines des milieux d’affaires se sont spontanément immiscées dans la vie politique de la province avec pour objectif de promouvoir la paix et la réconciliation. Depuis la signature de l’accord du Vendredi saint (1998), certaines d’entre elles œuvrent pour son économie soit en investissant soit en faisant la promotion de la province aux États-Unis.

16Les deuxième et troisième parties révèlent les aspects positifs et négatifs de l’influence qu’exercent certains magnats irlando-américains tant au nord qu’au sud de la frontière irlandaise. Elles éclaireront également le lecteur sur la complexité des raisons qui les incitent à investir directement ou à faciliter la venue d’investissements en Irlande. Leur relation avec les autorités irlandaises, empreinte d’attachement et de nostalgie dans le discours, n’en est pas moins ambiguë et intéressée.

17La quatrième et dernière partie mettra en lumière le rôle décisif de certaines personnalités éminentes de la diaspora. Devenues omniprésentes, elles font aujourd’hui en sorte que l’Irlande développe l’entrepreneuriat et évolue vers un modèle économique moins dépendant des multinationales, en apparence tout du moins. Force est cependant de constater que leur désir de s’engager plus profondément dans les affaires irlandaises se heurte à certaines limites. Alors que la contribution des diasporas aux économies de leurs pays d’origine est en général dépeinte comme positive et souhaitable, cet ouvrage met en évidence les effets pervers et la menace que leur pouvoir informel représente pour le pouvoir en place.

Notes

1 Dans cet ouvrage, le terme Irlande est utilisé pour désigner l’État libre d’Irlande (nom officiel de cet État de 1922 à 1937) puis la République d’Irlande (depuis 1949).

2 Une économie ouverte est une économie pour laquelle le commerce international se fait librement et prend une part importante dans le produit intérieur brut (PIB) du pays.

3 Voir à ce sujet : Andy Bielenberg, Raymond Ryan, An Economic History of Ireland since Independence, Londres – New York, Routledge, 2016 ; Graham Brownlow, « Fabricating Economic Development », The Economic and Social Review, vol. 41, nº 3, 2010, p. 301-324 ; Kieran A. Kennedy, Brendan R. Dowling, Economic Growth in Ireland : The Experience since 1947, Dublin, Gill & Macmillan, 1975 ; Cormac Ó Gráda, A Rocky Road : The Irish Economy since the 1920s, Manchester, Manchester University Press, 1997 ; Eoin O’Malley, Industry and Economic Development : The Challenge for the Latecomer, Dublin, Gill & Macmillan, 1989.

4 Kieran Allen, The Celtic Tiger : The Myth of Social Partnership in Ireland, Manchester, Manchester University Press, 2000, p. 21-34 ; Proinnsias Breathnach, « Exploring the “Celtic Tiger” Phenomenon : Causes and Consequences of Ireland’s Economic Miracle », European Urban and Regional Studies, vol. 5, nº 4, 1998, p. 305-316 ; Bust to Boom ? The Irish Experience of Growth and Inequality, Brian Nolan, Philip J. O’Connell, Christopher T. Whelan (dir.), Dublin, Institute of Public Administration, 2000 ; Peadar Kirby, The Celtic Tiger in Distress : Growth and Inequality in Ireland, Basingstoke, Palgrave, 2002 ; Paul Sweeney, The Celtic Tiger : Ireland’s Continuing Economic Miracle, Dublin, Oak Tree Press, 1999.

5 « […] le degré de mondialisation d’une économie se mesure au sens large grâce à des comparaisons transnationales fondées sur l’importance relative des flux financiers d’IDE, des flux de revenus et des positions d’IDE en pourcentage du PIB » (Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Mesurer la mondialisation. Manuel de l’OCDE sur les indicateurs de la mondialisation économique, Paris, OCDE, 2005, en ligne : http://ec.europa.eu/eurostat/ramon/statmanuals/files/Manuel_OCDE_sur_indicateurs_mond_eco.pdf, p. 24).

6 Voir à ce sujet : Kenichi Ohmae, The End of the Nation State : The Rise of Regional Economies, New York, Free Press, 1995.

7 « For all the talk of the demise of nation states in the age of globalization, governments that reach out to “their” diasporas are clearly augmenting their economic power. They are even beginning to extend their sovereignty by offering concessions on citizenship or voting rights to overseas populations in return for political or economic support. Diaspora can therefore serve to strengthen rather than undermine nation states » (Kevin Kenny, Diaspora : A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 107). Sauf mention contraire, toutes les traductions sont de l’auteure.

8 Voir par exemple : Diasporas and Development : Exploring the Potential, Jennifer M. Brinkerhoff (dir.), Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2008 ; Diaspora Networks and the International Migration of Skills : How Countries Can Draw on Their Talent Abroad, Yevgeni Kuznetsov (dir.), Washington, The World Bank (WBI Development Studies), 2006, en ligne : https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/7008/365850PAPER0Diaspora01OFFICIAL0USE0ONLY1.pdf?sequence=1&isAllowed=y ; Yevgeni Kuznetsov, « Why is Diaspora Potential so Elusive ? Towards a New Generation of Initiatives to Leverage Countries’ Talent Abroad », in Realizing the Development Potential of Diasporas, Krishnan Sharma, Arun Kashyap, Manuel F. Montes, Paul Ladd (dir.), New York, United Nations University Press, 2011, p. 171-187, en ligne : http://dx.doi.org/10.18356/7cdd951b-en. Dans le contexte irlandais, Kingsley Aikins, Anita Sands et Nicola White ont récemment axé leurs travaux sur les moyens de développer une « stratégie diasporique » (a diaspora strategy) dont l’une des ambitions est d’aider les gouvernants à tirer le meilleur parti des potentialités économiques de la diaspora (Kingsley Aikins, Anita Sands, Nicola White, The Global Irish Making a Difference Together : A Comparative Review of International Diaspora Strategies, Dublin, The Ireland Funds, 2009).

9 Paula D. Johnson, Diaspora Philanthropy : Influences, Initiatives, and Issues, Boston – Cambridge, The Philanthropic Initiative, Inc. – The Global Equity Initiative, mai 2007, en ligne : https://www.cbd.int/financial/charity/usa-diasporaphilanthropy.pdf.

10 David M. Gould, « Immigrant Links to the Home Country : Empirical Implications for U.S. Bilateral Trade Flows », The Review of Economics and Statistics, vol. 76, nº 2, 1994, p. 302-316 ; Keith Head, John Ries, « Immigration and Trade Creation : Econometric Evidence from Canada », Canadian Journal of Economics, vol. 31, nº 1, 1998, p. 47-62.

11 Beata S. Javorcik, Çağlar Özden, Mariana Spatareanu, Cristina Neagu, « Migrant Networks and Foreign Direct Investment », World Bank Policy Research Working Paper 4046, Washington, The World Bank, 2006, en ligne : http://documents1.worldbank.org/curated/en/312751468158734067/pdf/wps4046.pdf.

12 Chantal Bordes-Benayoun, « La diaspora ou l’ethnique en mouvement », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, nº 1, 2012, p. 13-31, en ligne : https://journals.openedition.org/remi/5700.

13 Michel Bruneau, Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Anthropos, 2004, p. 98-99.

14 « Relationships between diasporas and their homelands are an integral component of a diaspora framework analysis. To what degree does the diaspora participate in the affairs of the homeland ? What is the flow of political and policy influence in both directions between diasporas and homelands ? How do changes in power and resources affect homeland / hostland relationships ? These questions underscore the need to consider relationships between diasporas and homelands diachronically, as their dynamics are subject to change over time. In addition, the homeland relationship may differ from one segment of the diaspora to another » (Kim D. Butler, « Defining Diaspora, Refining a Discourse », Diaspora : A Journal of Transnational Studies, vol. 10, nº 2, 2001, p. 204).

15 Tjai M. Nielsen, Liesl Riddle, « Why Diasporas Invest in the Homeland : A Conceptual Model of Motivation », 2007, en ligne : https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=987725.

16 Ibid., p. 8-16.

17 Dominique Schnapper, « De l’État-nation au monde transnational. Du sens et de l’utilité du concept de diaspora », Revue européenne des migrations internationales, vol. 17, nº 2, 2001, p. 29, en ligne : https://www.persee.fr/doc/remi_0765-0752_2001_num_17_2_1777.

18 Nous utiliserons parfois le terme « la province » pour désigner l’Irlande du Nord.

19 L’accord de paix du Vendredi saint de 1998 a permis la mise en place d’un système de gouvernement local qui fonctionne sur le principe du partage du pouvoir entre unionistes et nationalistes.

20 Johanne Devlin Trew, « Reluctant Diasporas of Northern Ireland : Migrant Narratives of Home, Conflict, Difference », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 36, nº 4, 2010, p. 551.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search