Version classiqueVersion mobile

Les deux Irlandes et la diaspora

 | 
Anne Groutel

Préface

Grainne O’Keeffe-Vigneron

Texte intégral

  • 1 Donnée tirée de l’American Community Survey 2010-2014, publié par le United States Census Bureau, e (...)

1La diaspora irlandaise compte soixante-dix millions d’individus dans le monde dont presque la moitié (trente-trois millions) vit aux États-Unis1. Certains sont nés en Irlande, d’autres se revendiquent « Irlandais de souche ». De mon point de vue de citoyenne irlandaise vivant en France depuis plus de vingt ans et de codirectrice de l’axe diaspora du groupement d’intérêt scientifique Études irlandaises : réseaux et enjeux (EIRE), cet ouvrage, qui apporte une contribution notable au champ des recherches sur la diaspora, arrive à point nommé.

2De l’indépendance, en 1921, aux années 1980, les dirigeants irlandais qui se sont succédé au pouvoir ont voulu endiguer le fléau de l’émigration. Le départ des jeunes Irlandais et Irlandaises pour l’étranger vidait le pays de ses forces vives et entravait le développement économique du pays. Dans les années 1980, le discours politique commença à changer et l’émigration devint peu à peu une expérience considérée comme valorisante par la jeune génération, un moyen de voyager et d’acquérir de l’expérience qui pourrait être mise à profit une fois de retour en Irlande.

3La généralisation de l’utilisation du terme « diaspora » en relation avec l’émigration irlandaise, dans les années 1990, doit beaucoup à la présidente de la République irlandaise, Mary Robinson. Sa présidence fut placée sous le signe de l’ouverture vis-à-vis des populations émigrées dont l’Irlande était le territoire d’origine. Ainsi échanges et connexions avec ceux et celles qui désiraient conserver un lien avec l’Irlande furent-ils encouragés. Ces relations allaient revêtir une importance vitale dans la période qui suivit la crise financière de 2007. L’immense diaspora irlandaise avait la capacité d’aider le pays à sortir de l’ornière, cela n’avait pas échappé à ses autorités. Une stratégie visant à exploiter le potentiel de la population irlandaise diasporée fut donc officiellement mise en œuvre et Dublin fit appel à l’élite de la diaspora. Les dirigeants irlandais purent ainsi tisser un réseau mondial de personnalités haut placées originaires d’Irlande (the Global Irish Network) et établir des liens d’affaires susceptibles d’aider l’Irlande à sortir de la crise. Des Irlando-Américains de premier plan tenaient une place importante dans cette stratégie.

4Dans cette monographie, Anne Groutel étudie la relation qui lie l’Irlande et ces personnalités irlando-américaines. Pour la première fois, une étude diachronique présente une analyse exhaustive des relations que les gouvernements irlandais successifs et les autorités d’Irlande du Nord ont entretenues avec les élites entrepreneuriales irlando-américaines depuis la fin des années 1950. Alors que de nombreuses recherches ont été menées sur la période de l’après-crise financière de 2007 et la stratégie diasporique qui fut mise en œuvre dans son sillage, l’auteur met en évidence, à l’appui de nombreuses sources primaires originales, l’existence dès les années 1920 des prémisses d’une stratégie diasporique centrée sur l’Amérique irlandaise.

5Bien que le recours à la diaspora soit en général considéré sous un jour positif pour les pays d’origine, Anne Groutel pointe les risques potentiels inhérents à cette démarche. En effet, accorder trop d’influence aux magnats de la diaspora peut les amener à vouloir interférer dans la formulation des politiques publiques du pays d’origine avec les conséquences négatives que cela peut avoir.

  • 2 Liam Kennedy, « A Sense of an Ending : Late-Generation Ethnicity and Irish America », Irish Studies (...)

6Cet ouvrage se termine en s’interrogeant sur l’avenir de l’Irlande alors que les États-Unis semblent se désintéresser d’elle comme le montrent l’indifférence de Donald Trump à son égard et les récents travaux de Liam Kennedy2. De nouveaux paradigmes devront probablement être envisagés et formulés pour assurer le maintien des relations futures entre l’Irlande et sa diaspora aux États-Unis.

Notes

1 Donnée tirée de l’American Community Survey 2010-2014, publié par le United States Census Bureau, en ligne : https://www.census.gov/content/dam/Census/newsroom/facts-for-features/2016/cb16-ff04_stpatricks_day_2016.pdf.

2 Liam Kennedy, « A Sense of an Ending : Late-Generation Ethnicity and Irish America », Irish Studies Review, vol. 27, nº 1, 2019, p. 22-37.

© Presses universitaires de Caen, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search