Version classiqueVersion mobile

Les carnets aujourd’hui

 | 
Sophie Hébert-Loizelet
, 
Élise Ouvrard

Notes sur les auteurs

Texte intégral

1Dominique Briand est formateur en histoire-géographie à l’ESPE de l’université de Caen Normandie sur les sites de Saint-Lô et de Caen. Agrégé d’histoire-géographie, docteur en sciences de l’éducation, ses recherches portent sur les usages didactiques des productions cinématographiques en histoire enseignée. Il dirige des travaux de recherche professionnelle d’étudiants portant sur les ressources capables de produire des documents didactiques en histoire telles que la littérature de jeunesse, ou le singulier carnet Renefer. Il a publié récemment « Critiques des usages cinématographiques du passé et apprentissage de l’histoire », in Pensée critique, enseignement de l’histoire et de la citoyenneté, M.-A. Éthier, D. Lefrançois, F. Audigier (dir.), Louvain-la-Neuve, De Boeck (Perspectives en éducation et formation), 2018, p. 119-129.

 

2Marie-Laure Guégan est formatrice en arts plastiques et histoire de l’art à l’ESPE de l’université de Caen Normandie depuis 2009. Elle enseigne en formation initiale et continue dans le cadre du master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF), premier degré. Depuis 2016, doctorante en arts plastiques, elle est rattachée au laboratoire Pratique et théorie de l’art contemporain (PTAC ; EA 7472) du département arts plastiques de l’université européenne Bretagne Loire, université de Rennes 2. Par ailleurs, artiste, Marie-Laure Guégan développe depuis 1985 une recherche qui questionne l’érotisme, la mort, le temps, et dont l’un des versants concerne la tauromachie. Cet œuvre se déploie sous la forme de dessins, peintures, photographies, sculptures, textes, installations (souvent monumentales) qui prennent en compte l’architecture des lieux investis lors des expositions. En 2000, elle a amorcé une recherche photographique avec des auteurs emblématiques de la pensée contemporaine.

 

3Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française, Sophie Hébert-Loizelet a consacré sa thèse aux carnets d’écrivains dans la littérature française du XXe siècle (publication à venir aux éditions Classiques Garnier). Aujourd’hui, elle continue d’axer ses recherches sur la pratique du carnet et explore aussi bien ses dimensions génétique et générique, que ses aspects poïétique et poétique. Ses articles de fond portent, par exemple, sur les carnets de Montherlant, de Camus, de Guéhenno, de Guilloux, de Thomas ou encore de Barthes. Rattachée au laboratoire de recherche « Litt&Arts » de l’université Grenoble Alpes, Sophie Hébert-Loizelet est professeure dans l’enseignement secondaire et en classes préparatoires en Bourgogne.

 

4Magali Jeannin est maîtresse de conférences en langue et littérature françaises à l’ESPE de l’université de Caen Normandie, où elle est coresponsable du master Médiation culturelle et enseignement. Ses recherches portent sur la didactique de la langue française et de la littérature francophone, ainsi que sur la didactique de l’interculturel, de la maternelle au supérieur, dans les divers contextes d’enseignement du français. Elle a contribué récemment à l’ouvrage dirigé par V. Fortun-Carillat, P. Lafont et F. Montandon (2018), Les défis de la « mobilité ». Expériences, dispositifs et interculturalité en éducation et formation, en proposant un article intitulé « Mobilité physique et mobilité symbolique dans la formation initiale des enseignants du premier degré en Europe : le projet SPIRAL ».

 

5Corinne Le Bars est docteure en sciences de l’éducation, directrice de la recherche à l’Institut régional du travail social Normandie-Caen (IRTS N-C), chercheure associée au Centre de recherche en éducation de Nantes, et chercheure-collaboratrice au Centre jeunesse de l’Institut universitaire de Québec. Elle a intégré la formation des travailleurs sociaux depuis une vingtaine d’années et a développé depuis 2009 un service dédié à la recherche dont l’un des axes porte sur la transformation des métiers et sur les outils de la professionnalisation. Parmi les recherches développées par l’IRTS N-C qui fait partie depuis longtemps d’un réseau franco-québécois, Corinne Le Bars a coordonné celle qui a porté sur les mobilités internationales pour études et qui a conclu à l’intérêt du carnet de stage.

 

6Maîtresse de conférences honoraire en histoire, Roselyne Le Bourgeois-Viron a enseigné de 1971 à 1985 en collège comme professeure certifiée d’histoire-géographie. De 1985 à 2014, elle a été formatrice d’enseignants du premier degré à l’école normale de Beauvais, devenue IUFM, puis ESPE. Ses domaines de recherche se partagent entre l’histoire et la didactique de l’histoire au sens large, de la maternelle à la fin de l’école élémentaire. Le travail sur les sabliers s’inscrit dans une recherche sur les objets, menée dans le cadre du Centre amiénois de recherche en éducation et formation (CAREF) de l’université de Picardie Jules Verne en relation avec les travaux de J. Bisault en didactique des sciences, et avec ceux de C. Rebiffé en littératie ; il prend en compte la construction du temps, en particulier de la durée, à la maternelle.

 

7Docteure en littérature française, Stéphanie Lemarchand est enseignante en lycée professionnel, formatrice en lettres modernes à l’ESPE de Bretagne, et membre associée du Cellam (Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes) de l’université Rennes 2. Ses recherches portent sur la lecture des élèves en difficulté et particulièrement sur l’appropriation des œuvres par des non-lecteurs. L’analyse des lectures intimes des élèves, et plus largement du rapport des jeunes au récit, fournit la base d’une recherche didactique sur des dispositifs à même de permettre à tous les élèves de prendre plaisir à fréquenter les œuvres du patrimoine.

 

8Titulaire d’un doctorat en littérature anglaise, Élise Ouvrard a été recrutée en tant que maîtresse de conférences à l’IUFM de Caen, devenu ESPE, en 2008 et a peu à peu réorienté ses recherches vers la didactique des langues, en se préoccupant plus particulièrement de la thématique des ressources pour l’enseignement-apprentissage de l’anglais à l’école primaire et dans le secondaire. Rattachée à l’Équipe de recherches interdisciplinaires sur les îles britanniques, l’Irlande et l’Amérique du Nord (ERIBIA, EA 2610) et responsable de l’axe de recherche Didactique / Didactiques de l’ESPE de l’université de Caen Normandie, elle s’appuie, entre autres, sur ces questionnements autour des ressources (carnets de voyage ou littérature de jeunesse par exemple) pour nourrir les modules de formation qu’elle anime de la L3 au M2 ainsi que les séminaires de recherche qu’elle assure pour le premier et le second degré du master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF).

 

9Après des études de lettres à la Sorbonne, Catherine Rebiffé obtient le Capes en 1972 et est nommée en collège et lycée. En 1977, elle occupe un poste à l’école normale de Beauvais, qui deviendra IUFM, jusqu’en 2012. Après une maîtrise en sciences du langage (Paris IV), son intérêt se porte sur les rôle et fonction du langage dans les apprentissages dans diverses disciplines ; elle collabore principalement aux recherches de collègues de sciences (J. Bisault) et d’histoire (R. Le Bourgeois-Viron), particulièrement en ce qui concerne l’école maternelle.

 

10Yves Renaud est maître de philosophie et de français au gymnase de Morges (équivalent du lycée en Suisse) où il anime divers ateliers d’écriture. Il est formateur à la Haute école pédagogique Vaud (Lausanne) et y enseigne la didactique du français pour le secondaire 2. Il donne également des cours de formation continue à l’Institut littéraire (Bienne), section de la Haute école des arts de Berne, et à la Manufacture, Haute école des arts de la scène (Lausanne). Ses recherches portent sur la pertinence et les conditions de l’enseignement de l’écriture littéraire au secondaire 2.

 

11Maîtresse de conférences en didactique du français et en littérature de jeunesse à l’ESPE de l’université de Caen Normandie depuis 2010, Anne Schneider consacre ses recherches à la littérature de jeunesse migrante et à la didactique du français (subjectivité du lecteur, réception des œuvres littéraires, albums de jeunesse, utilisation du carnet de lecture en classe). Elle a coorganisé avec Magali Jeannin en 2017 à l’ESPE de Caen les 18es rencontres des chercheurs en didactique de la littérature et deux journées d’études en 2018 : « Langages et médiation » et « Passages de culture ». Elle dirige actuellement la collection « Littérature de jeunesse et histoire » aux Presses universitaires de Rouen-Le Havre. Elle est coresponsable du master (M1-M2) Médiation culturelle et enseignement à l’ESPE de Caen. Elle est présidente de l’Institut international Charles Perrault.

 

12Élisabeth Schneider est docteure en géographie et maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’ESPE de l’université de Caen Normandie où elle est responsable du parcours Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) documentation au sein de la mention second degré. Auteure d’une thèse intitulée Économie scripturale des adolescents : enquête sur les usages de l’écrit de lycéens soutenue en 2013, elle consacre ses recherches à la littératie et aux usages du numérique dans une approche ethnographique et critique.

© Presses universitaires de Caen, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search