Version classiqueVersion mobile

Les carnets aujourd’hui

 | 
Sophie Hébert-Loizelet
, 
Élise Ouvrard

Résumés

Texte intégral

Anne Schneider

Comment parler des livres que l’on n’a pas lus : les paradoxes du carnet de lecture

1À partir d’une expérience menée auprès d’élèves de cycle 3 utilisant régulièrement le carnet de lecture en classe, nous nous sommes posé la question de leurs lectures effectives et de ce qui relevait plutôt d’un discours sur le livre dont la véracité n’était pas attestée. Les travaux de Pierre Bayard, en particulier son essai Comment parler des livres qu’on n’a pas lus ?, nous ont permis d’interroger les frontières entre le lu et le non-lu. Contrairement aux idées reçues, pour Pierre Bayard, parler d’un livre que l’on n’a pas lu relève d’une attitude tout aussi respectable par rapport au livre que de parler d’un livre que l’on a réellement lu. Fort de cette affirmation, nous avons voulu savoir si les carnets des élèves recelaient des traces de lectures réelles ou fausses, véridiques ou tronquées. Ainsi, admettre des carnets qu’ils sont aussi le lieu du non-lu, c’est permettre de gommer la séparation nette entre lire et ne pas lire. Sans stigmatiser l’enfant, mais en lui faisant prendre conscience du lecteur qu’il est réellement, le carnet de lecture s’avère, dans cette configuration particulière, être un outil réel de rapprochement de l’enfant vers un lecteur en devenir.

 

2Based on an experiment conducted with cycle 3 pupils who regularly use a reading logbook in class, this research raises the issue of their actual reading compared to some discourse on a book the veracity of which could be doubted. The works of Pierre Bayard, and more particularly his essay entitled Comment parler des livres qu’on n’a pas lus ? enabled us to question the frontiers between what is read and what is not-read. Contrary to preconceived ideas, according to Pierre Bayard, talking about a book one has not read is the product of an attitude that pays as much respect to a book as the one consisting of talking about a book one has actually read. Armed with this assertion, we wanted to know whether the pupils’ logbooks contained traces of reading that were real or fake, truthful or truncated. Thus accepting that logbooks are also the place of what is not-read blurs the clear distinction between reading and not reading. Without stigmatising the child, but making him aware of the reader he or she is actually, the logbook turns out to be a genuine tool bringing the child closer to a budding reader.

Stéphanie Lemarchand

Le carnet dialogique pour un passage à la réflexivité : expériences en lycée professionnel

3Le carnet de lecture qui permet à chacun de livrer une lecture singulière est souvent articulé avec la pratique du débat oralisé. Mais cela n’est pas toujours satisfaisant en termes d’apprentissage et d’appropriation des œuvres, en particulier lorsque les élèves résistent à la lecture. Le dispositif décrit ici est un carnet de lecture dialogique dans lequel les élèves débattent d’abord entre eux et à l’écrit des œuvres proposées en classe. Ce carnet personnel dans lequel interviennent d’autres élèves échappe au regard du professeur et devient un outil d’apprentissage entre pairs. L’analyse des résultats de son utilisation sur plusieurs mois montre en effet une amélioration de l’utilisation du carnet lui-même. De plus, le partage de références multiples dans les écrits entre élèves enrichit la culture de chacun et ancre les œuvres scolaires dans un réseau plus large de la culture du jeune. L’activité réflexive qui s’enclenche favorise, ainsi, la construction du sujet lecteur.

 

4The reading logbook which enables one to report a specific reading is often linked to oral debate. But that is not always satisfactory as regards learning about and getting to know writers’ works, especially when pupils resist reading. The device described in this article is a dialogical logbook in which pupils debate about the works taken up in class, on their own and in writing first. This personal logbook in which other pupils intervene but which is not looked upon by the teacher becomes a peer learning tool. The analysis of the results of its use during several months reveals an improvement concerning the use of the logbook itself. Moreover sharing multiple references in the pupils’ written productions enriches their culture and fixes the school works in a larger network of the teenarger’s culture. The reflexive activity that is thus triggered favours therefore the construction of the budding reader.

Yves Renaud

Le carnet dans l’enseignement de l’écriture littéraire au lycée : spécificités et enjeux didactiques

5Comment enseigner la création littéraire à l’école ? Il faut mettre au travail, faire écrire, écrire, et écrire encore. Or quoi de mieux que de tout garder, pour voir le travail accompli, dans des carnets, sur le modèle de ce que l’on peut observer dans les cours d’arts visuels, leurs enseignants s’inspirant eux-mêmes des pratiques d’artistes et de leurs carnets remplis d’esquisses, de croquis et d’essais de toutes sortes ? Écrire dans un carnet doit permettre le libre jaillissement de tous les brouillons possibles autant que leur préservation. Or procéder de cette façon est loin d’être neutre – davantage que la façon de rédiger des élèves, c’est le sens même de ce qui est fait qui change : alors qu’on visait le développement d’une posture d’auteur chez l’élève, on se rend compte qu’on est en même temps en train de dire quelque chose de ce qu’est écrire, de la façon de l’envisager. Le carnet est très différent du cahier d’école – il n’est pas un beau cahier, un cahier amélioré, il se révèle bien plus que cela, et ce sont ces spécificités qui sont énumérées et définies dans cet article.

 

6How is literary writing to be taught at school? One has to make pupils work, to make them write, write and write again. What is better than keeping everything in notebooks in order to see what work is produced as can be observed in visual arts lessons during which teachers get their inspiration from artists and their sketchbooks? Writing in a notebook can allow one to give free rein to any possible drafts as well as to retain them. Now, to proceed that way is far from being neutral – more than the pupils’ written productions, it is the meaning of what is undertaken that is changed: the device aimed at developing writers’ attitudes among the pupils, however one realizes that it results in saying something about what writing is, about the way writing is considered. A notebook is very différent from a schoolbook – it is not a beautiful schoolbook, an improved one, it turns out to be much more than that, and the article focuses on these specificities which are listed and defined.

Catherine Rebiffé et Roselyne Le Bourgeois-Viron

Des carnets en maternelle : une première approche de l’écrit

7Cet article s’appuie sur l’observation d’une séquence à visée scientifique (« les objets qui mesurent le temps »), effectuée en moyenne et grande section de maternelle, durant laquelle les élèves étaient amenés à « tenir » un carnet individuel. Cette recherche exploratoire et collaborative analyse un premier moment de l’entrée dans la culture écrite, au sens large du terme, incluant les représentations visuelles, de très jeunes enfants, conduits, individuellement, à « dessiner » ce qu’ils ont vu et compris, puis à dicter en complément quelques mots à l’adulte. À la question principale : de jeunes élèves peuvent-ils tirer profit de l’écrit comme mémoire et comme « outil » pour apprendre ?, nous répondons de manière nuancée. Le support feuilleté du carnet, avec pagination et datation, suscite des questions cruciales et permet une approche de la chronologie de la séquence. Les représentations visuelles et les propos dictés par chaque élève évoluent vers plus de pertinence au fil de la séquence, sans que l’on puisse cependant discerner une ligne généralisable. Le moment de dialogue duel maître / élève, préparant la dictée à l’adulte, s’avère un temps privilégié dans la construction du « parler / penser / écrire » ainsi que dans une ébauche de prise de distance des élèves par rapport à leurs représentations premières.

 

8This paper is based on the observation of a teaching unit of “discovery of the world” (science and technology domain), “things that measure time”, implemented in a class of pre-school pupils (4 and 5 years old), who are encouraged and invited to “write” on a personal notebook used as a diary. This exploratory and collaborative research aims at analysing some aspects of the first step in producing “written work” and so, getting in written culture (“literacy”). That term must be understood in a broad meaning: the young pupils draw what they have seen or understood, then an adult asks them to dictate a verbal caption, a commentary or an explanation. The question is: are young pupils able to get a benefit from writing, as memory and also as a “tool” for learning? We try to give a more balanced response. The foliated medium, with pagination and dating, arouses essential questions and allows a chronological approach of the teaching unit. The visual representations and the dictated sentences evolve towards more relevance in the course of the unit, yet without enabling us to discern a generalizable line. The moment when the master-pupil dialogue takes place to prepare the dictation appears to be an essential stage for the pupils to build up the process of saying-thinking and writing, as well as to set a first sketch to distance themselves from their own representations.

Dominique Briand

Les carnets de la Grande Guerre pour enseigner l’histoire à l’école primaire : l’exemple du carnet Renefer

9Cet article constitue une analyse didactique d’une source d’histoire afin d’encourager des pratiques enseignantes ; cette proposition reste non programmatique. Le carnet Renefer constitue un outil pour penser l’enseignement de la Grande Guerre au cycle 3 avec une source d’histoire spécifique : le carnet de guerre. Notre approche s’appuie sur la démarche ordinaire de la discipline histoire, à savoir mettre à distance la source et en faire la critique. Afin d’amener les élèves à apprendre sur la Grande Guerre, le carnet Renefer, désormais lisible par son fac-similé, représente une ressource tout à fait pertinente qu’il est possible de faire appréhender en tant que trace du passé. Ce texte présente les conditions de l’analyse didactique et des extraits significatifs décrits à partir de la publication issue du manuscrit de l’auteur. Il s’agit en quelque sorte de la reprise de la méthode historique appliquée à une production très accessible aux élèves et à leurs enseignants.

 

10This article is a didactical analysis of a source of history to encourage teaching practices; this proposal remains non-programmatic. Renefer’s notebook is a tool that enables the teaching of the Great War with cycle 3 classes thanks to a specific source of history: the war diary. Our approach is based on the ordinary approach of history discipline, namely to distance the source and to make criticism. In order to get pupils to learn about the Great War, Renefer’s notebook, now readable by its reproduction, is a relevant resource that can be apprehended as a trace of the past. This text presents the conditions of the didactic analysis and significant extracts described from the publication taken from the manuscript of the author. It is about resuming the historical method and applying it to a production that is very accessible to pupils and their teachers.

Marie-Laure Guégan

Dans les plis du carnet : pratique du carnet en arts plastiques à l’école primaire à partir de l’œuvre de Miquel Barceló

11Depuis 1988, l’artiste majorquin Miquel Barceló séjourne régulièrement à l’étranger, notamment en Afrique (Mali), voire en Asie, faisant du voyage géographique la source d’une découverte du monde, de l’autre et de soi. Lors de ses voyages, l’artiste remplit de nombreux carnets par des dessins, peintures, collages, textes, annotations, listes de mots. Toutes inscriptions qu’il consultera de retour à son atelier parisien et qui pourront être à l’origine de nouvelles œuvres. L’étude d’extraits de ses Carnets d’Afrique (1988-1993) et donc de son expérience de l’altérité peut aisément servir de ferment pour l’élaboration de situations d’enseignement. Il s’agira de prendre en considération les notions (temps, espace, lumière, ombre, matières, corps, inventivité) qui traversent l’œuvre de l’artiste et d’observer comment elles peuvent être réactivées dans le cadre d’une séquence pédagogique. Pour cela, nous nous pencherons sur l’expérience menée en arts plastiques, en 2015, en classe de CM2, par une étudiante stagiaire. En d’autres termes, nous examinerons de quelle manière l’approche d’une œuvre originale peut nourrir la créativité des élèves.

 

12Since 1988, the Majorcan artist, Miquel Barceló, has regularly spent time abroad and particularly in Africa (Mali), or in Asia, and turned geographical trips into the source of the discovery of the world, of the other, of the self. During his journeys, the artist fills many notebooks with drawings, paintings, collages, texts, annotations, lists of words. These inscriptions are looked upon once he is back in his Parisian workshop and can be at the origin of new works. The study of some extracts of his Carnets d’Afrique (1988-1993) and thus of his experience of otherness can easily be used to devise teaching situations. It is about considering the different notions (time, space, light, shadow, materials, body, inventiveness) that are present in the artist’s work and about observing how they can be reactivated in a unit plan at school. Thus this article focuses on the experiment conducted by a trainee teacher in plastic arts in 2015 in a CM2 class. It analyses how the study of an original work can develop pupils’ creativity.

Élise Ouvrard

Le carnet de voyage à l’école primaire : un outil de mise en œuvre de l’approche par compétences ?

13S’appuyant sur le travail effectué par quatre classes de primaire qui partaient en voyage scolaire en Angleterre à la fin de l’année 2015-2016, cette recherche s’intéresse à la manière dont les enseignants utilisent le carnet de voyage avec leurs élèves et tente d’analyser dans quelle mesure les élèves comprennent cette utilisation et s’approprient ce support. Il s’agit de déterminer si le carnet de voyage peut favoriser le lien entre différentes disciplines à l’école primaire et s’il peut s’inscrire dans une approche par compétences qui permet de décloisonner les apprentissages, de s’éloigner de l’approche par contenus-matière.

 

14Building on the work produced by four classes in two different primary schools which took part in a trip to England at the end of the school year 2015-2016, this research is focused on the way teachers use the travel diary with their pupils and aims at analysing to which extent these pupils understand such a use and benefit from it. The question raised is whether the travel diary can develop links between different school subjects at primary school and whether it can favour a competency-based approach which would move away from that relying on curriculum subjects and which would remove artificial barriers in the education system.

Élisabeth Schneider

Le téléphone mobile comme carnet : considérer la polytopie adolescente

15La perspective ethnographique permet d’observer au-dessous des seuils de visibilité habituels et de définir des catégories afin de comprendre les enjeux de l’écriture contemporaine. Contrairement aux idées reçues, le téléphone mobile occupe une place importante dans la vie des adolescents et des jeunes adultes. Ils ont une vie remplie d’écrits et d’écrans. En tant qu’appareil ordinaire, le téléphone mobile soulève des questions intéressantes en raison de la diversité de ses fonctionnalités, notamment l’écriture. Et comment cela change-t-il l’approche des usages de l’écriture et permet de revenir sur leur place dans la socialisation et l’individuation des adolescents ? Nous cherchons à interroger le rôle du téléphone mobile en tant que carnet dans lequel les mobilités inter- et intrasubjectives interagissent articulées au processus d’intégration des usages et de médiation de soi. Les jeunes développent une polytopie scripturale, un concept que nous allons préciser. Par conséquent, le concept de carnet lui-même semble être reformulé par le contexte numérique.

 

16The ethnographic perspective allows to observe below the usual thresholds of visibility and to build categories in order to understand what is at stake with contemporary writing. Contrary to preconceived ideas, it occupies an important place in the lives of teenagers and young adults. They have a life filled with writings and screens. As a device used in a day-to-day basis, the mobile phone raises interesting questions because of the diversity of its functionalities, including writing. And how does it change the approach of the uses of writing and revisit their place in socialization and teen’s individuation? We study the role of the mobile phone as a notebook in which inter- and intrasubjective mobilities interact in the process of integration of uses and mediation of the self. Young people develop a scriptural polytopia, a concept that we will specify. Therefore, the concept of notebook itself seems to be reformulated by the digital context.

Magali Jeannin

Le blog comme carnet médiatique multimodal en contexte interculturel

17Cette étude se donne pour objet d’interroger les enjeux et les moyens d’une didactique de l’implication du sujet en contexte interculturel. Menée auprès d’un public d’étudiants étrangers en semestre d’étude à l’ESPE de Caen, elle s’appuie sur l’analyse d’un outil d’enseignement-apprentissage en cours de français langue étrangère (FLE) : un blog pédagogique envisagé comme carnet numérique, revêtant une dimension conjointement singulière et collective. Nous montrerons comment le blog ainsi appréhendé constitue un outil dialogique et multimodal au service d’une didactique de l’interculturel ancrée dans une approche réflexive de l’identité culturelle, et axée sur le développement des interactions et des relations intersubjectives. Deux concepts clés seront mobilisés : éditorialisation et transsubjectivité.

 

18This study aims at questioning the issues and the means of a didactic approach concerning subject’s involvement in intercultural setting. Conducted with foreign students in Erasmus semester in Caen ESPE (école supérieure du professorat et de l’éducation), the research is based on the analysis of the following teaching-learning tool, in French as a Foreign Language class: an educational blog, intended as digital pad, with both individual and collective scopes. We will show how the blog turns out a dialogical and multimodal tool supporting the didactics of interculturality in a reflective approach of cultural identity, and focused on the development of interactions and intersubjective relationships. In this context, we will rely on two key concepts: editoralisation and transsubjectivity.

Corinne Le Bars

Du récit de vie en voyage au carnet de voyage : un nouveau dispositif de formation

19L’Institut régional du travail social Normandie-Caen a participé à une recherche franco-québécoise visant à identifier les effets et les enjeux des mobilités internationales pour études. Pour ce faire, il a contribué à recueillir les récits de vie en voyage de seize jeunes intervenants sociaux ayant effectué un stage de formation au Québec et enquêté auprès des accueillants de ces stagiaires internationaux. Aujourd’hui, le récit de voyage ne porte plus sur l’exploration d’un monde inconnu, mais sur une expérience vécue qui se compose de tous les ingrédients d’une vie ailleurs : voyage certes, formation bien sûr, mais aussi logement, alimentation, santé, rencontres, loisirs. Cet article présentera les principales conclusions des études existantes, la méthodologie retenue ainsi que les principaux résultats obtenus et, pour conclure, proposera la mise en place d’un carnet de voyage comme outil d’expression, de partage, de confrontation, de comparaison, ou encore de transfert de compétences.

 

20L’Institut régional du travail social Normandie-Caen took part in a Franco-Quebec research to identify the effects and the challenges of the international mobilities for studies. It contributed to collecting the narratives of life in journey of sixteen young social workers who had folllowed a training course in Quebec and made a survey among the people who had welcomed these international trainees. Nowadays travel narratives do not concern the exploration of an unknown world anymore, but rather the real-life experience which consists of all the ingredients of a life elsewhere: the journey certainly, the training of course, but also accommodation, food, health, meetings, leisure activities. The article will present the main conclusions of the preceding studies, the adopted methodology, the most important results, and will consider, in the ends, how a journal diary could be implemented as a tool for expression, sharing, confrontation, comparison, or skill transfer.

© Presses universitaires de Caen, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search