Version classiqueVersion mobile

Les carnets aujourd’hui

 | 
Sophie Hébert-Loizelet
, 
Élise Ouvrard

D’une approche anthropologique à une approche interculturelle

Le téléphone mobile comme carnet : considérer la polytopie adolescente

Élisabeth Schneider

Résumé

La perspective ethnographique permet d’observer au-dessous des seuils de visibilité habituels et de définir des catégories afin de comprendre les enjeux de l’écriture contemporaine. Contrairement aux idées reçues, le téléphone mobile occupe une place importante dans la vie des adolescents et des jeunes adultes. Ils ont une vie remplie d’écrits et d’écrans. En tant qu’appareil ordinaire, le téléphone mobile soulève des questions intéressantes en raison de la diversité de ses fonctionnalités, notamment l’écriture. Et comment cela change-t-il l’approche des usages de l’écriture et permet de revenir sur leur place dans la socialisation et l’individuation des adolescents ? Nous cherchons à interroger le rôle du téléphone mobile en tant que carnet dans lequel les mobilités inter- et intrasubjectives interagissent articulées au processus d’intégration des usages et de médiation de soi. Les jeunes développent une polytopie scripturale, un concept que nous allons préciser. Par conséquent, le concept de carnet lui-même semble être reformulé par le contexte numérique.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Schneider 2013.
  • 2 Il n’est donc pas véritablement pertinent de dire que ce sont les écrits qui étaient au cœur de la (...)
  • 3 Dans ses travaux en histoire de la lecture, Roger Chartier montre que l’imprimerie, de façon consub (...)
  • 4 Nous utilisons ce terme à dessein en référence aux reformulations identifiées par Pédauque (2006).

1L’écriture, contrairement à une idée commune, occupe une place importante dans la vie des adolescents. Ces derniers ont une vie remplie d’écrits et d’écrans. On peut identifier dans leurs pratiques des situations d’écriture inédites qui s’articulent à d’autres plus traditionnelles, ancrées dans les usages. C’est ce que nous avons pu montrer dans le cadre d’une thèse en géographie et sciences de l’information et de la communication, sur les pratiques d’écriture des adolescents, et plus précisément des lycéens1. Dans une perspective ethnographique, il s’agissait de se donner les moyens d’observer au-dessous des seuils de visibilité habituels et de construire des catégories à partir de ces observations pour tenter de saisir les enjeux de l’écriture contemporaine dans sa diversité2. Pour cette contribution, nous cherchons à questionner le rôle du téléphone mobile comme carnet, dispositif renvoyant à « l’ordre des livres »3 avant de renvoyer à celui du numérique. Nous verrons que des mobilités informationnelles inter- et intrasubjectives s’organisent et participent d’un processus d’intégration des usages et de médiation de soi. Nous constaterons que les adolescents élaborent une polytopie scripturale, notion que nous préciserons et qui s’appuie sur le téléphone mobile en des formes de carnets inédits. Nous réinterrogerons in fine la notion même de carnet, telle qu’elle semble « reformulée »4 par le numérique.

Formes multiples de l’écrit adolescent

2L’enquête ethnographique que nous avons menée de 2010 à 2013 auprès de lycéens portait sur leurs usages de l’écrit quels qu’en fussent les supports et les outils. Nous considérons l’écriture dans une perspective anthropologique comme une technologie de l’intellect permettant d’interagir avec le monde qui nous entoure5 et comme une production sociale et individuelle qui constitue une médiation évolutive de notre rapport au monde. Nous questionnons les usages ordinaires de l’écrit papier et électronique inscrits dans un continuum de pratiques variées6. Pour observer, nous avons dégagé des ensembles pratiques inscrits dans le quotidien lycéen. Nous avons suivi une vingtaine d’adolescents dans leurs déplacements et dans leurs activités, de manières variées, pendant deux ans. Notre corpus de travail est constitué de photographies, de notes d’observation et de conversations informelles dans un carnet de terrain, d’entretiens longs, de captures d’écrans de comptes Facebook et autres plateformes en ligne (réseaux sociaux et blogs)7.

  • 8 Par opposition à un objet naturel (une pierre par exemple), un artefact est un objet artificiel, fa (...)

3Au fil des activités, des endroits et des moments, nous avons pu observer des objets porteurs d’écrits de formes variées : notes sur des cahiers ou sur des feuilles volantes ; écrits fragmentaires ou écrits en chantier sur des carnets de formats et d’apparences variés qui, pour certains, restaient au domicile ; commentaires sur un forum en ligne, un réseau social numérique tel que Facebook ; SMS sur le téléphone mobile. Ces observations ont mis en évidence les processus de circulation d’un artefact8 à un autre, d’un endroit à un autre, mais aussi les processus de stockage : les écrits sont rangés et/ou classés dans un trieur, une poche, un sac, dans un dossier sur l’ordinateur. La circulation et la transformation de ces écrits s’organisent entre des médias traditionnels sur papier et des médias numériques, entre le « en ligne » et le « hors ligne », entre le privé et le public. Seuls ou à plusieurs, les adolescents produisent des écrits – verbaux ou non – sur papier, numérisent celui-ci, le partagent sur Facebook pour un nouveau processus de socialisation de ces écrits. Ils échangent des SMS, photographient l’écran et partagent la photographie réalisée, ce qui donne lieu à d’autres écrits en ligne, commentaires du premier. Ce continuum d’écrits papier ou non, produits, transformés, qui s’élabore, circule et fait l’objet d’activités sociales et communicationnelles questionne la représentation que nous pouvons avoir de l’écrit, de ses supports et de ses fonctions :

  • 9 Souchier, Jeanneret & Le Marec 2003, 24-25.

[L’écriture est bien à considérer comme] un objet complexe et socialisé, qui se définit dans sa matérialité, dans son organisation signifiante et dans ses usages sociaux, et ceci d’une façon qui la distingue d’une simple transcription des autres modes de communication. Plus fondamentalement, l’écriture a un statut particulier au sein des médias informatisés car elle en est tout à la fois l’objet et l’outil9.

  • 10 Cette notion de distance est intéressante dans la mesure où ce n’est pas forcément la topographie q (...)

4Nous nommons cette dimension de la vie adolescente, ce rapport à l’espace, à soi et aux autres « polytopie scripturale », polytopie induite par l’interaction des processus d’écriture, des activités et des déplacements avec le téléphone mobile. De la même manière que les rues sont tramées des déplacements des passants, de même sont tramées d’écrits les activités des adolescents en déplacement ou à distance suffisante pour rendre l’utilisation du téléphone mobile pertinente10. Celles-ci contribuent au processus de socialisation et d’individuation dans la mesure où ils expérimentent des formes d’engagement dans l’action par la production, la circulation, le stockage, la mobilisation de ces écrits. Nous allons voir à présent en quoi considérer le téléphone mobile comme carnet conduit à aller plus loin dans l’appréhension de cette polytopie et la caractérisation des objets et pratiques de l’écriture adolescente contemporaine.

Le mobile comme carnet ?

5Parmi les artefacts les plus répandus aujourd’hui, le téléphone mobile soulève des questions intéressantes en raison de la diversité de ses fonctionnalités, dont l’écriture. Il permet d’écrire pour soi, d’en garder une trace, mais aussi de transmettre des écrits ainsi que d’autres types de données. Dans quelle mesure peut-on considérer que le mobile est une sorte de carnet ? Et en quoi cette manière de l’appréhender modifie l’approche des usages de l’écrit et revisite leur place dans la socialisation et l’individuation adolescente ?

  • 11 Dans les travaux de Jauréguiberry, il faut noter que les enquêtés n’étaient pas des adolescents, et (...)
  • 12 Oppenchaim 2011.
  • 13 Martin 2007 ; Metton-Gayon 2009.
  • 14 Jarrigeon & Menrath 2010.
  • 15 Bidart, Degenne & Grossetti 2011.
  • 16 Ibid., 222, à propos de la thèse de Leslie Belton Chevallier (2009).
  • 17 Barrère 2011 et 2015.

6Le téléphone portable est tout d’abord outil de communication. C’est un artefact aujourd’hui ordinaire, que les évolutions techniques de ces deux dernières décennies ont profondément transformé, en permettant la réorganisation d’activités de communication, d’information, qu’elles soient sociales ou individuelles. Dès la fin des années 1990, en sociologie des usages, les travaux de Francis Jauréguiberry sur le téléphone portable et sa place dans la vie quotidienne ont permis de mettre en évidence des dimensions essentielles toujours d’actualité pour les adultes dans l’exercice de leur métier, ou dans leur vie privée : la coprésence, la réassurance, l’impulsivité et la possibilité d’organisation11. Les usages du téléphone portable ont fait l’objet d’investigations en géographie12 et en sciences de l’information13, de manière pluridisciplinaire14. Dans ces différents travaux, le téléphone portable (nommé plus récemment mobile) a été étudié comme outil de sociabilité dans la filiation des recherches sur les moyens de communication. Le développement des forfaits « avec SMS illimités » a déplacé l’essentiel des communications vers l’écrit au fil de la première décennie des années 2000. La taille des écrans, les claviers tactiles et la reconnaissance intuitive des mots ont contribué à réduire l’utilisation de la langue « texto ». La ponctuation, les majuscules, les signes diacritiques sont aisés à utiliser, les émojis enrichissent les propos, l’ensemble permettant une communication aux formes variées par opposition aux premiers temps des SMS. Les travaux sur les réseaux sociaux adolescents hors ligne soulignent la place du mobile et l’associent aux usages des outils de communication électronique : messagerie instantanée, courrier électronique des premières années de l’internet public15. Ces chercheurs reprennent à leur compte le « travail d’orchestration du quotidien » assuré par ces outils que les travaux sur les mobilités commencent à pointer16. Le mobile est un objet dont on déplore souvent les abus (hyperconnexion voire addiction, communication appauvrie, etc.), le tableau est sombre. En fait, ce sont de véritables épreuves que les adolescents vivent au fil des contextes et pour lesquelles ils ont à construire des ressources17. Cependant, si le mobile comme dispositif d’écriture est étudié, notamment en ce qui concerne cet engouement pour la communication et la dimension linguistique des SMS, l’articulation avec les activités dans lesquelles il s’inscrit est encore un objet à explorer. Cette articulation est souvent un impensé dans la mesure où les SMS sont considérés comme des traces réifiées et analysées, déconnectées des processus qui les contextualisent. Plusieurs pistes sont possibles pour une investigation qui prenne en compte la spécificité de ces SMS : observer les écrits mêmes et les mettre en perspective avec le dispositif dans lequel ils s’inscrivent ; retracer la circulation de ces écrits, leur production, leur stockage pour identifier les finalités sociales et individuelles ; articuler les écrits aux actes sociaux qu’ils fondent ou rendent visibles ; caractériser d’un point de vue épistémologique l’objet scientifique au-delà de l’objet technique.

7Dans le cadre de cet article, ce sont ces deux dernières pistes qui nous préoccupent. En effet, considérer le mobile comme un carnet demande de le lier aux activités pour lesquelles son utilisation est requise. Un carnet comporte des caractéristiques qui en permettent l’identification rapide, mais c’est un objet à l’apparence et à la fonction multiples.

Le carnet-mobile dans la vie adolescente : mise à l’épreuve du terrain

8Le carnet se définit tout d’abord comme un objet portable qui garde la trace d’activités et qui construit une modalité particulière de la subjectivité dans la mesure où le sujet qui l’utilise construit ainsi un rapport à soi. Un premier inventaire des usages observés montre qu’en effet, le téléphone portable remplit les fonctions du carnet pour les adolescents.

  • 18 Schneider 2013.
  • 19 Id. 2016.

9Ces derniers utilisent le mobile de façon massive depuis l’arrivée des forfaits « avec SMS illimités » à l’hiver 2010-2011, dans une hétérogénéité d’équipement et d’activités. Cette possibilité d’écrire et de communiquer rapidement et simplement sans contrainte de budget a permis le développement d’écritures spécifiques. Grâce à la présence de claviers et les améliorations techniques du tactile, les adolescents écrivent les mots en entier et ils revendiquent une préoccupation de l’orthographe18. Les adolescents écrivent des SMS en grand nombre, dans des situations où l’écrit n’avait pas ou peu sa place auparavant : en déplacement, sur les trajets domicile – lycée par exemple. Ils en écrivent aussi de manière transgressive dans des situations où le portable n’est pas autorisé. Ces usages commencent à être mieux connus et mettent en évidence la porosité d’espaces considérés étanches pendant longtemps : espace scolaire et espace des loisirs en particulier19.

  • 20 On pourra lire avec intérêt les travaux de Danah Boyd, sociologue américaine dans sa caractérisatio (...)
  • 21 De Certeau 1990.

10Les SMS sont à la fois des traces d’usages et des supports pour d’autres usages. Dans l’enquête que nous avons menée, nous avons cherché à retrouver derrière ces traces les processus qui les ont produits et à inscrire ces écrits dans les situations qui les actualisent et leur donnent sens. Ces situations d’écriture sont plus que des pratiques d’écriture. En effet, une situation d’écriture est constituée d’agencements temporels, spatiaux et symboliques plus ou moins éphémères, qui s’insèrent dans un dispositif socio-technique tel qu’un cours de lycée, une plate-forme de réseau social numérique20, etc. Il s’agissait alors pour nous de reconstituer l’entrelacement des actions, des valeurs, des finalités qui président à l’écriture, mais aussi cet agencement matériel et symbolique qui l’actualise. De la même manière que Michel de Certeau identifie les pas comme les traces invisibles des pratiques cheminatoires21, de la même manière, les SMS sont pour nous les traces des pratiques relationnelles, qu’elles soient de relation à soi ou à d’autres, circulant d’un sujet à l’autre et tramant les activités. Les SMS envoyés sont, pour certains, stockés par ceux qui les écrivent et par les destinataires parce que ce sont de beaux messages. Ils sont conservés par fil de conversation, mis en valeur par des choix de police de caractères. Ces messages seront ainsi relus, montrés, supports d’autres activités sociales et individuelles que celles qui ont participé au contexte de production.

11Nous pouvons mettre en évidence trois usages des SMS qui font éprouver cette élaboration du mobile comme carnet. Tout d’abord, de la même manière qu’écrire dans un carnet, c’est garder trace des activités dans une organisation personnelle et évolutive, le mobile permet aux adolescents de capitaliser leurs productions, qu’ils en soient les auteurs ou pas. Ils photographient des éléments utiles pour lesquels la prise de notes ou la copie serait fastidieuse et source d’erreurs : un emploi du temps, l’affiche annonçant un spectacle, une fiche méthode en cours, une page de manuel, etc. Ils se photographient aussi ainsi que leurs amis, modifient les productions avec les nombreux filtres à leur disposition, alimentant leur galerie et enrichissant leur compte de réseau numérique, tels qu’Instagram ou Pinterest. Ils peuvent construire une continuité de l’action. La vie quotidienne leur impose des contraintes temporelles et spatiales : aller en cours, prendre le bus, rentrer chez soi, respecter des horaires et s’inscrire dans des dispositifs institutionnels. Ils n’en maîtrisent souvent ni les rythmes ni les modalités. De même qu’un carnet fait garder le fil de l’activité par ce que l’on va y noter et de le retrouver dès que possible même si l’on a été interrompu, les SMS, leur stockage et leur circulation, leur assurent la continuité de leur action même si le dispositif social les oblige à la suspendre. Cette communication interpersonnelle rend possible la mobilité intersubjective. C’est là une première spécificité de ce dispositif numérique.

  • 22 Le caractère ergatif de la lecture numérique réside dans les fonctionnalités d’annotation, de parta (...)
  • 23 Entretien, avril 2012.

12Deuxièmement, la liste de contacts constituée au fil du temps est un dispositif d’accès à l’information qui matérialise le réseau d’amis et qui est une forme d’index à partir duquel peuvent être retrouvés les messages, les données relatives aux individus. Cet index, en forme de carnet d’adresses, suppose une écriture / lecture ergative22 dans la mesure où il est une ressource mobilisable pour l’action. Les SMS permettent, comme les appels vocaux, de s’organiser mais la scripturalisation de ces interactions les constitue comme ressources auxquelles on pourra se reporter. Les adolescents balisent des parcours et éprouvent ainsi des distances et franchissent des obstacles en mobilisant les amis. Par exemple, les adolescents expliquent, lors des entretiens qu’ils élaborent par l’écriture de SMS, une coprésence en s’accompagnant dans des endroits insécurisants. Carla et Juliette qui partagent une chambre à l’internat précisent ainsi à propos du vendredi soir, où l’une quitte le lycée pour aller prendre le train tandis que l’autre est encore au lycée : « J’aime pas être toute seule alors elle m’envoie un SMS. » Elles montrent un de leurs échanges : « T’es où ? / Dans le tram. / Ça va ? / Ouais. » Carla ajoute : « Juliette, elle aime pas me savoir toute seule dans le tram23. » D’une part, elles restent en contact et ainsi se rassurent de manière plus discrète qu’avec des appels vocaux, et, d’autre part, elles peuvent relire les messages si le destinataire n’est pas disponible, comme on pourrait le faire à partir d’un carnet dans lequel des amis auraient noté des messages encourageants.

  • 24 Kaufmann 2004.

13Troisièmement, les SMS, et plus largement les écrits d’écran sur mobile, assurent la médiation de soi de diverses manières. Ce processus, par lequel l’individu évolue en interagissant avec un environnement socio-technique, est essentiel pour construire son identité et s’instituer comme sujet24. La continuité de l’image de soi est rendue possible par les écrits qui attestent de relations amicales, d’activités passées, mais aussi par les photographies, qu’elles soient placées dans la galerie de manière automatique ou organisées volontairement en dossiers. Se construit ainsi une mémoire relationnelle à laquelle s’ajoute une mémoire de l’activité et des affinités par le choix des applications par exemple. Cependant, on peut aller plus loin et interroger le caractère mobile à la fois de l’artefact, des dispositifs auxquels il donne accès, et l’usage adolescent organisant une polytopie scripturale et développant à travers ce carnet un potentiel inédit.

Polytopie adolescente et carnets numériques

  • 25 Nom donné à l’espace personnel sur le réseau social numérique sur lequel on peut écrire. Il s’agit (...)

14Le carnet-mobile articule différents arts du déplacement, il est en ce sens et dispositif portable d’écrits et outil pour l’action. Les adolescents organisent et expérimentent les déplacements grâce aux SMS, construisant un rapport à la mobilité par l’écriture. Ils transmettent des écrits qui densifient cette mobilité par une autre mobilité en établissant un réseau de ces écrits, visible par le fil de conversation mais aussi par les dépôts sur les réseaux sociaux numériques, Facebook pour ce qui concerne notre enquête. Par le SMS, Internet fait accéder à un autre dispositif technique et social : être en mouvement et déposer des écrits sur un mur25 accessible ensuite, comme si l’écrit numérique devenait le nœud de stabilité du réseau, les adolescents étant, eux, en mouvement.

  • 26 Doueihi 2011.
  • 27 La curation est une pratique permise par les outils « grand public » disponibles en ligne, qui cons (...)
  • 28 L’anthologie est un recueil de textes choisis, qu’il s’agisse de poésie, de philosophie, etc., et q (...)
  • 29 Nous pouvons prendre l’exemple de l’application Facebook qui facilite pour un usager la connexion à (...)

15Conjointement, ces écrits sont stockés et toujours disponibles par le carnet-mobile. Comme nous l’avons dit plus haut, l’adolescent peut ainsi avoir accès à une liste de contacts sur une carte mémoire ou sur sa carte SIM, à des fils de conversation, à des messages stockés chronologiquement, indexés par date, par dossier (reçus, brouillons, envoyés, etc.). Nous pouvons considérer que cette organisation relève d’une démarche anthologique26, liée parfois à une activité de curation27 en ligne. En effet, l’adolescent organise à partir de lui-même, de ses besoins, de ses activités le choix de ce qu’il sélectionne, enregistre, stocke, publie, fait circuler. L’artefact est le dépositaire de ces choix, de manière visible et invisible. L’anthologie est une forme éditoriale emblématique du carnet papier28 ; avec le mobile, cette logique s’accentue jusqu’à gouverner l’accès à l’information, mais aussi les liens au réseau social. En effet, il devient difficile de contacter ceux dont on n’a pas enregistré les numéros, et les applications installées structurent les accès et les bornent29.

  • 30 Pédauque 2006.

16Pour poursuivre l’exploration de cette caractérisation du carnet-mobile, nous reprendrons à notre compte les catégories « signe », « forme » et « médium » mises en évidence par Roger T. Pédauque dans son épistémologie du document. Il s’agit d’un réseau de chercheurs qui a reformulé les dimensions du document « à la lumière du numérique »30. Le document, objet social et culturel, est transformé dans sa forme et son fond. La tridimensionnalité proposée – « signe », « forme » et « médium » – permet à la fois de comprendre les enjeux actuels concernant l’auctorialité, la structure du document, par exemple, mais aussi d’en revisiter l’histoire.

17À notre tour, nous pouvons caractériser le carnet-mobile comme forme identifiable : un objet portatif relevant du codex dans la mesure où une multitude de fichiers et applications sont accessibles par un index tactile qui s’élabore au fur et à mesure de son utilisation. Il relève aussi du volumen parce qu’on l’appréhende de façon linéaire et que l’on retrouve les gestes de défilement. Le carnet-mobile a aussi sa spécificité en ce qu’il est à la fois un artefact matériel et un dispositif technique mettant en œuvre tout le potentiel du numérique. Alors que pour le carnet-papier, l’artefact est pleinement support au sens où l’utilisateur va inscrire une note au stylo, ou coller un élément d’une autre nature jusqu’à ce que le volume même du carnet soit affecté : des éléments qui dépassent, voire s’échappent des pages, un carnet qu’on a du mal à fermer, demandant des stratégies particulières : un lien ? Un élastique ? Un nouveau carnet ? En revanche, le carnet-mobile dans sa dimension numérique efface la distinction fond / forme puisque le support et l’inscription sont de même nature : il s’agit d’un codage informatique permettant de dépasser la contrainte de volume – on dira de stockage –, de clôture, d’espace.

18En tant que signe, le carnet correspond à un système sémiotique spécifique que l’anthropologie de l’écriture a contribué à décrire. Des éléments de prises de notes, des photos, des collages – issus, dans ce cas, du copier-coller –, des fragments, des noms, des listes mais aussi, nous l’avons dit, des index iconiques ou textuels. L’artefact « téléphone mobile » a, lui aussi, sa ou ses couvertures : la coque qui fait l’objet de choix esthétiques, culturels mais aussi son absence, l’écran de verrouillage, les fonds d’écrans régulièrement changés ou non constituent autant de seuils et d’éléments de personnalisation de ce carnet. Les modalités de circulation dans le carnet s’appuient sur un système de signes dont l’élaboration contribue à instituer l’adolescent comme auteur.

  • 31 Nous citerons pour exemple les variations que l’on peut stocker d’une même photo retouchée avec les (...)

19Dernière dimension à prendre en compte : le médium. En tant que tel, le carnet-mobile s’inscrit comme celui en papier dans une histoire culturelle, dans un réseau de pratiques, de finalités et de conventions sociales. Un carnet papier peut être à souche pour transmettre son contenu, il peut être carnet d’adresses, carnet de notes, carnet de lecture, etc. Ces finalités peuvent se retrouver sur le mobile selon les choix d’applications et sur un mode cumulatif. Le mobile est alors le méta-carnet et remplit le rôle d’une multitude de carnets, y compris celui de l’album photo. Entre écriture et collecte, le carnet se rapproche du cahier, par sa dimension de codex, d’écriture manuscrite, qu’il s’agisse de copie, d’invention, de réécriture. Il ressemble aussi à l’album parce qu’on peut y collecter des coupures de presse, des extraits, des photographies. De manière essentielle, le carnet papier est personnel, singulier et unique : si on enlève un élément pour le donner (en déchirant une page par exemple), cet élément disparaît de l’ensemble totalisant dans lequel il s’inscrivait. Par opposition, le caractère numérique du carnet-mobile permet à toute information d’être dupliquée, transmissible sans affecter celle d’origine, transformable dans le lieu même du mobile31 ou dans une circulation en réseau. Ainsi, comme dans le travail épistémologique de Pédauque pour le document, ces trois dimensions « signe », « forme » et « médium » sont-elles à articuler pour appréhender le carnet-mobile.

Pour conclure

20En observant les usages du mobile par les adolescents, nous pouvons comprendre que l’écriture est un outil d’organisation de l’activité, mais aussi l’outil pour fabriquer la collection des écrits mobilisables, s’inscrivant dans le dispositif technique qu’est le mobile et donnant accès à d’autres dispositifs par l’accès Internet et les applications possibles. Les adolescents produisent ainsi avec l’écriture sur mobile des manières de s’engager dans l’action, plus précisément des processus d’individuation et de socialisation, en construisant une polytopie scripturale et réticulaire entre les espaces numériques et hors ligne. L’appréhension du couple mobile / écriture est l’occasion d’une exploration de son potentiel de médiation et de repérer ce qui est véritablement inédit ou « reformulé » par le numérique. La question qui se pose à présent concerne les pratiques des autres catégories d’acteurs que les adolescents car même s’il est apparent que les usages se diffusent dans la société, les enjeux de socialisation et d’individuation, ainsi que les activités dans lesquelles ils s’actualisent sont à étudier spécifiquement.

Bibliographie

Barrère A. (2011), L’éducation buissonnière. Quand les adolescents se forment par eux-mêmes, Paris, Armand Colin.

Barrère A. (2015), « Face aux loisirs numériques des adolescents : l’école et la famille à l’épreuve », Les sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, no 1, vol. 48, p. 127-147.

Barrère A., Jacquet-Francillon F. (2008), « La culture des élèves : enjeux et questions », Revue française de pédagogie, no 163, http://rfp.revues.org/920 [consulté le 15 avril 2019].

Belton-Chevallier L. (2009), Mobilités et lien social : sphères privée et professionnelle à l’épreuve du quotidien, thèse de doctorat, université de Paris-Est, https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00545636v2/document [consultée le 15 avril 2019].

Bidart C., Degenne A., Grossetti M. (2011), La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, Presses universitaires de France (Le lien social).

Boyd D. (2016), C’est compliqué. Les vies numériques des adolescents, Caen, C&F éd.

Certeau M. (de) (1990), L’invention du quotidien, t. I : Arts de faire, Paris, Gallimard.

Chartier R. (1997), Culture écrite et société. L’ordre des livres (XIVe-XVIIIe siècle), Paris, Albin Michel (Bibliothèque Histoire).

Doueihi M. (2011), Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil.

Fabre D. (dir.) (1997), « Introduction », in Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme (Ethnologie de la France. Cahier ; 11), p. 1-56.

Goody J. (1979), La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit.

Goody J. (2007), Pouvoirs et savoirs de l’écrit, Paris, La dispute.

Jarrigeon A., Menrath J. (2010), « De la créativité partagée au chahut contemporain. Le téléphone mobile au lycée », Ethnologie française, vol. 40, p. 109-114.

Jauréguiberry F. (1996), « De l’usage des téléphones mobiles comme expérience du dédoublement et de l’accélération du temps », Technologies de l’information et société, vol. 8, no 2, p. 169-187.

Jauréguiberry F. (1997), « L’usage du téléphone portatif comme expérience sociale », Réseaux, vol. 15, nos 82-83, Usages de la téléphonie, p. 149-165.

Jauréguiberry F. (2003), Les branchés du portable. Sociologie des usages, Paris, Presses universitaires de France (Sociologie d’aujourd’hui).

Jauréguiberry F. (2007), « Les téléphones portables, outils du dédoublement et de la densification du temps : un diagnostic confirmé », tic&société, vol. 1, no 1, http://journals.openedition.org/ticetsociete/281 [consulté le 30 septembre 2016].

Kaufmann J.-C. (2004), Ego. Pour une sociologie de l’individu, Paris, Hachette.

Martin C. (2007), Le téléphone portable et nous : en famille, entre amis, au travail, Paris, L’Harmattan.

Metton-Gayon C. (2009), Les adolescents, leur téléphone portable et Internet, Paris, L’Harmattan.

Oppenchaim N. (2011), « Les pratiques de sociabilité urbaine et sur l’Internet des adolescents de zones urbaines sensibles franciliennes », Flux, no 83, p. 39-50.

Pédauque R. T. (2006), Le document à la lumière du numérique. Forme, texte, médium : comprendre le rôle du document dans l’émergence d’une nouvelle modernité, Caen, C&F éd.

Schneider É. (2013), Économie scripturale des adolescents : enquête sur les usages de l’écrit de lycéens, thèse de géographie, université de Caen, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00911228/.

SchneiderÉ. (2016), « Espaces d’écritures adolescents », Diversité, no 183, p. 134-139.

Souchier E., Jeanneret Y., Le Marec J. (dir.) (2003), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’information.

Vanderdorpe C. (2011), « Quelques questions clés que pose la lecture sur écran », in Lire dans un monde numérique, C. Belisle (dir.), Paris, Presses de l’Enssib, p. 50-66.

Notes

1 Schneider 2013.

2 Il n’est donc pas véritablement pertinent de dire que ce sont les écrits qui étaient au cœur de la recherche, mais bien plutôt les adolescents eux-mêmes et la manière dont l’écriture est pour eux l’outil de leur individuation et de leur socialisation.

3 Dans ses travaux en histoire de la lecture, Roger Chartier montre que l’imprimerie, de façon consubstantielle avec l’évolution des pratiques culturelles, a généré le développement de formes d’écrits, de dispositifs d’accès et d’organisation du savoir et des contenus, d’assignation des discours dont la forme emblématique est le codex actualisé en livre, carnet, cahier, etc. Y sont liées des pratiques d’écriture, de lecture et de socialisation des textes (Chartier 1997).

4 Nous utilisons ce terme à dessein en référence aux reformulations identifiées par Pédauque (2006).

5 Goody 1979 et 2007.

6 Fabre 1997. Les travaux d’ethnographie de l’écriture ont mis en évidence la richesse et la diversité des écrits du quotidien : du courrier aux listes diverses en passant par les légendes des albums photos et les messages fixés sur les réfrigérateurs au-delà de la caractérisation d’écrits fonctionnels.

7 Une partie du corpus est consultable en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00911228/.

8 Par opposition à un objet naturel (une pierre par exemple), un artefact est un objet artificiel, fabriqué par l’activité humaine.

9 Souchier, Jeanneret & Le Marec 2003, 24-25.

10 Cette notion de distance est intéressante dans la mesure où ce n’est pas forcément la topographie qui justifie l’usage du mobile. On peut être dans le même bus, à quelques sièges d’écart, et s’envoyer des SMS parce que la distance est grande en raison d’une juxtaposition d’espaces sociaux. Par exemple, il arrive qu’un adolescent envoie un SMS pour dire quelque chose à celui assis en face de lui, pour éviter que les personnes assises à côté d’eux entendent.

11 Dans les travaux de Jauréguiberry, il faut noter que les enquêtés n’étaient pas des adolescents, et il s’agissait de communication vocale (Jauréguiberry 1996, 1997 et 2003). En 2007, le chercheur revient sur ces enquêtes et souligne les tensions expérimentées par les individus et le besoin de déconnexion.

12 Oppenchaim 2011.

13 Martin 2007 ; Metton-Gayon 2009.

14 Jarrigeon & Menrath 2010.

15 Bidart, Degenne & Grossetti 2011.

16 Ibid., 222, à propos de la thèse de Leslie Belton Chevallier (2009).

17 Barrère 2011 et 2015.

18 Schneider 2013.

19 Id. 2016.

20 On pourra lire avec intérêt les travaux de Danah Boyd, sociologue américaine dans sa caractérisation des réseaux sociaux numériques (RSN) et les résultats issus de ses enquêtes auprès des jeunes (Boyd 2016).

21 De Certeau 1990.

22 Le caractère ergatif de la lecture numérique réside dans les fonctionnalités d’annotation, de partage, de copier-coller rendues possibles par les outils électroniques. Toute lecture est ainsi « orientée vers l’action » (Vanderdorpe 2011, 55).

23 Entretien, avril 2012.

24 Kaufmann 2004.

25 Nom donné à l’espace personnel sur le réseau social numérique sur lequel on peut écrire. Il s’agit en fait de l’architexte contraint par le dispositif structurant la publication d’un écrit visible par soi et par ses « amis ».

26 Doueihi 2011.

27 La curation est une pratique permise par les outils « grand public » disponibles en ligne, qui consiste en la sélection de contenus jugés intéressants qui sont alors captés, publiés et partagés à la communauté à laquelle appartient l’internaute. Cela renvoie au travail du curateur qui, dans un musée, trie et sélectionne les œuvres présentes dans les réserves pour des expositions ultérieures.

28 L’anthologie est un recueil de textes choisis, qu’il s’agisse de poésie, de philosophie, etc., et qui fait l’objet d’un travail éditorial spécifique pour la valoriser.

29 Nous pouvons prendre l’exemple de l’application Facebook qui facilite pour un usager la connexion à son compte personnel, mais constitue alors la porte d’entrée facile aux contenus d’information et aux relations interpersonnelles. Progressivement, cette utilisation prend le pas sur les autres.

30 Pédauque 2006.

31 Nous citerons pour exemple les variations que l’on peut stocker d’une même photo retouchée avec les diverses applications et leurs filtres, constituant dans le mobile à la fois un album photo et les « mèmes », objets typiques de la culture numérique.

Auteur

Université de Caen Normandie

Élisabeth Schneider est docteure en géographie et maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’ESPE de l’université de Caen Normandie où elle est responsable du parcours Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) documentation au sein de la mention second degré. Auteure d’une thèse intitulée Économie scripturale des adolescents : enquête sur les usages de l’écrit de lycéens soutenue en 2013, elle consacre ses recherches à la littératie et aux usages du numérique dans une approche ethnographique et critique.

© Presses universitaires de Caen, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search