Desktop versionMobile version

Les carnets aujourd’hui

 | 
Sophie Hébert-Loizelet
, 
Élise Ouvrard

Pratiques du carnet à l’école primaire

Les carnets de la Grande Guerre pour enseigner l’histoire à l’école primaire : l’exemple du carnet Renefer

Dominique Briand

Abstract

This article is a didactical analysis of a source of history to encourage teaching practices; this proposal remains non-programmatic. Renefer’s notebook is a tool that enables the teaching of the Great War with cycle 3 classes thanks to a specific source of history: the war diary. Our approach is based on the ordinary approach of history discipline, namely to distance the source and to make criticism. In order to get pupils to learn about the Great War, Renefer’s notebook, now readable by its reproduction, is a relevant resource that can be apprehended as a trace of the past. This text presents the conditions of the didactic analysis and significant extracts described from the publication taken from the manuscript of the author. It is about resuming the historical method and applying it to a production that is very accessible to pupils and their teachers.

Full text

Le carnet Renefer : présentation et enjeux

  • 1 Audouin-Rouzeau & Becker 2000, 50-58.

1Cet article constitue une proposition didactique afin d’encourager des pratiques enseignantes, proposition qui demeure non programmatique. En effet, le carnet Renefer constitue un outil pour penser l’enseignement de la Grande Guerre au cycle 3 avec une source d’histoire spécifique : le carnet de guerre. Notre approche s’appuie sur la démarche ordinaire de la discipline histoire, à savoir mettre à distance la source et en faire la critique. Afin d’amener les élèves à apprendre sur la Grande Guerre, le carnet Renefer, désormais très accessible par son fac-similé, représente une ressource tout à fait pertinente qu’il est possible de faire appréhender en tant que trace du passé. Nous savons qu’avec des élèves de cycle 3, cette démarche reste difficile car leur pensée critique demeure en construction, et l’accès à la trace du passé est rendu compliqué par la difficulté du texte, sa longueur, son champ sémantique. L’exemple proposé ici diffère sur ces derniers points : peu de texte, une présence dominante d’images d’époque réalisées par son auteur et dans la même temporalité que l’écrit manuscrit. Enfin, rappelons que ceux qui ont témoigné de leurs expériences combattantes s’adressaient à leurs contemporains, des adultes : leur épouse, leurs parents, leurs frères et leurs sœurs. Le carnet Renefer se distingue fondamentalement de ces sources car l’artiste qui réalise des estampes sur le conflit qu’il vit s’adresse à une enfant, sa fille. C’est d’abord le carnet d’un père avant d’être celui d’un soldat. Il est donc possible de penser des usages didactiques à partir de cette source ; il en existe d’ailleurs déjà qui sont accessibles en ligne. Le carnet offre aussi des opportunités importantes afin de penser l’enseignement de la Grande Guerre en recensant de « vraies » questions d’histoire à installer dans le temps de la classe, plutôt que de révéler la guerre et son cortège d’horreurs et de souffrances. Il nous paraît intéressant de réfléchir, avec ce carnet, à la manière dont un combattant a rendu compte de son expérience avec un filtre qui sera explicite pour un lecteur adulte, mais moins évident pour un lecteur enfant. Cet aspect est aujourd’hui bien identifié par les travaux de recherche des historiens du conflit sur ces violences vécues, subies, mais aussi provoquées1.

  • 2 Briand & Pinson 2008.
  • 3 Le Marec, Doussot & Vézier 2009.
  • 4 Cariou 2012.

2Le deuxième enjeu de cette source à didactiser demeure la place des images dans l’enseignement de l’histoire. Instrumentalisées et considérées trop souvent dans l’évidence de leur lisibilité2, elles méritent davantage d’attention quant aux usages possibles en classe. La problématisation des images du carnet Renefer doit permettre de sortir des pratiques qui approchent la question d’histoire en exploitant les documents par le prisme de l’évocation douloureuse et de l’illustration en images d’époque de la vie des poilus durant le conflit mondial. L’habituelle approche réaliste n’est pas affaiblie par les approches plastiques déterminées par l’artiste qui s’adresse à sa fille ; ce qui est passionnant ici reste le sens qu’il donne à sa production. La mise en images de l’expérience laisse passer autre chose qu’une description. Le carnet Renefer permet de concevoir une situation d’enseignement et d’apprentissage de l’histoire dans une certaine complexité, voire de générer une situation-problème même si cet aspect didactique n’est pas au cœur de cette analyse3. Nous nous focaliserons sur l’absence de transparence de la source, transparence qui demeure une croyance trop vite partagée par les praticiens de l’histoire enseignée. Nous nous arrêterons plus particulièrement sur un épisode de la guerre présent dans le carnet Renefer et emblématique du conflit4.

Les écrits sur la Grande Guerre et leur impact sur l’enseignant et les élèves

  • 5 Norton Cru 2006.
  • 6 Prost 1996.

3Les écrits sur la guerre appartiennent à des genres différents et ont donné lieu depuis longtemps à des formes d’écritures où la dimension épique des faits, la violence, la souffrance sont tour à tour exprimées par ceux qui ont vécu une telle expérience. En masquant ou en révélant une réalité dans un conflit, l’auteur de mémoires, de carnets de guerre, dit quelque chose sur ce qu’il a traversé avec plus ou moins d’authenticité. À ce titre, Les mémoires du colonel Marbot, écrits après 1847, mais publiés tardivement en 1891, ou Les cahiers du capitaine Coignet, écrits à partir de 1848 et remaniés en 1883 par un érudit, Lorédan Larchey, installent une grande distance temporelle et factuelle par rapport aux vécus de ces deux anciens combattants des guerres de l’Empire. Le carnet de guerre écrit dans la durée du conflit, comme celui de Renefer, pose d’autres questions car la distance temporelle est abolie, les faits sont filtrés et sélectionnés en fonction des destinataires et du message que l’auteur veut adresser à ses contemporains. Les carnets de guerre de Louis Barthas constituent un modèle d’écrits d’expériences dans lesquels le caporal donne suffisamment d’indices d’authenticité et d’honnêteté du propos. Ce récit reste une exception qu’a su identifier en son temps Jean Norton Cru, analyste de trois cents témoignages de combattants5. La vérité dont veut s’approcher l’historien n’est pas simple à atteindre : le carnet de guerre, comme tout objet d’étude, doit être interrogé, et c’est la question qui construit l’objet historique6. Le carnet de guerre, en tant que source d’histoire, est, comme toute trace du passé, un objet d’étude qui résiste à celui qui veut l’exploiter pour interpréter le passé. Il n’est pas transparent pour l’enseignant qui veut le didactiser et l’installer comme support d’enseignement dans sa séquence d’histoire et qui ne peut sous-estimer les effets de point de vue. Enfin, il résiste à l’élève qui peut penser découvrir une illustration de la guerre.

  • 7 Guéno 2013.
  • 8 Manuel d’histoire cycle 3, F. Changeux-Claus (dir.), Paris, Magnard, 2017, p. 139. La lettre de Jos (...)

4Ce type d’écrit demeure présent dans la production scolaire, et l’édition des Poilus, lettres et témoignages des Français dans la Grande Guerre (1914-1918)7 a facilité son inscription dans les manuels qui optent pour des textes d’époque authentiques : « Que nous apprennent ces documents sur cette guerre et sur le quotidien des soldats qui la font ? » écrivent les auteurs de ces publications abolissant toute distance entre l’auteur et le lecteur du texte8. Les auteurs des manuels scolaires à destination des élèves posent rarement la question du filtre de l’expérience racontée de la guerre autrement que par la question de la censure. Or, ce qui est intéressant, c’est que le filtre, lorsqu’il est établi par l’auteur, ce qui est le cas du carnet Renefer, n’arrive pas à tout retenir et peut se transformer alors en passoire, comme nous le verrons plus loin.

  • 9 Le Marec & Vézier 2006 ; Doussot & Vézier 2015.
  • 10 Dans sa thèse soutenue en 1993 à l’université de Paris VII, Les représentations que les élèves ont (...)

5La mesure de l’écart entre la réalité et ce qui est vécu est l’un des enjeux didactiques liés à l’exploitation de ces sources précieuses. Il est impossible d’exclure cette question de l’enseignement de la Grande Guerre. L’analyse de cet écart, plus ou moins présent dans la trace laissée par celui qui a fait l’expérience combattante, peut constituer une modalité permettant de développer et d’identifier la pensée critique des élèves face à la source. Des dispositifs didactiques élaborés ont été mis en place par des chercheurs afin d’amener les apprenants à s’interroger « réellement » sur les propos des combattants et à débattre avec les élèves sur la guerre9. En classe, l’étude de cas qui prend appui sur des écrits de soldats oblige, comme pour celle pratiquée par les historiens, à faire des hypothèses et à interpréter un passé dont il est difficile au premier abord de discuter la teneur tant l’émotion oblige le lecteur à respecter l’auteur et à ne pas réfléchir réellement à ses propos. Dans le fonctionnement classique de la discipline scolaire, le réalisme des sources, mode de pensée ordinaire des élèves, reste le produit des pratiques qui gomme la nécessaire mise à distance de cette trace du passé10. Le carnet Renefer offre une représentation de la guerre intéressante pour de jeunes élèves, des images d’époque, un texte succinct, le tout dans un fac-similé accessible et peu coûteux. Cette source d’histoire permet par ailleurs de poser toutes les questions qui rendent intelligible ou non ce passé plus complexe qu’il n’y paraît. Nous pourrons nous interroger sur certaines pages emblématiques des dits et des non-dits de la Grande Guerre en ne perdant pas de vue que la situation d’énonciation accentue un peu plus cet effet.

6Notons enfin que le carnet Renefer est également un carnet d’artiste. La production plastique est aussi importante que l’écrit : chaque texte est accompagné d’une image à l’aquarelle. Dans cet ouvrage très simplement organisé, la mise en page est toujours la même : une page manuscrite à gauche et une illustration de cet écrit à droite. Nous verrons cependant que la concordance texte-image, règle installée au début du carnet, n’est pas toujours tout à fait tenue.

Le carnet de guerre de Renefer : document ou monument ?

  • 11 Face aux dilutions du sens donné au terme « document » dans l’univers scolaire, nous préférons parl (...)
  • 12 Thierry 2013.

7L’alternative portée par cet intitulé, « document ou monument ? », renvoie à la manière dont le lecteur, qu’il s’agisse d’un enseignant intéressé par l’usage du carnet Renefer ou d’un enfant l’ayant découvert dans un moment non scolaire, peut appréhender et comprendre cette source. La première idée, presque évidente, nous renvoie à la trace du passé, celle de la vie de Jean Constant Fontanet, né en 1879, architecte de formation, mobilisé en 1914 dans un régiment du génie. Tandis qu’il dresse des relevés topographiques pour l’artillerie, il mène parallèlement une activité d’illustrateur, pour lui ou pour des éditeurs qui veulent des images de la guerre réalisées par ceux qui la font. Il s’agit bien d’une archive11, d’un témoignage de la guerre vécue par l’artiste-soldat, composé de trente aquarelles et de textes sur son quotidien12. De petites dimensions, ce carnet traite de la guerre sous différents angles ; il rend compte des lieux du front (sauf les avant-postes absents ici) et des personnes qui entourent Renefer dans cette période. Il croque des soldats, des officiers affectés aux différentes missions de l’armée française. Cuisiniers, marins, cavaliers, aumôniers, artilleurs, mais aussi soldats allemands prisonniers sont mis en textes et en images.

  • 13 Ibid., 64.

8Ce carnet a une destinataire en son temps : la fille de Renefer, Raymonde. Une petite fille qui a 8 ans lorsque le carnet commence13 et qu’il appelle « Belle Petite Monde » dès la première page :

Belle Petite Monde, puisque je ne peux te raconter comme autrefois des histoires, je vais tâcher de t’amuser un peu en t’écrivant ce que ton papa voit de drôle ici. Tu te doutes n’est-ce pas que je vais te parler des soldats.

  • 14 Ibid., 66.
  • 15 Audoin-Rouzeau & Becker 1997.

9Le fac-similé présente le récit comme un conte14, ce qui ne peut se justifier. Cette forme de témoignage est en effet d’apparence réaliste : tout est identifiable et fait référence à des personnes rencontrées ou à des situations vécues, non imaginaires. Certes, l’auteur filtre l’expérience de la guerre, mais en partie seulement. La fin du carnet illustrée par une aquarelle où l’on voit un soldat (l’auteur ?) se recueillir devant quatre tombes de soldats est assez triste. Il écrit alors à sa fille à la 66e page : « Hélas beaucoup de nos petits soldats dorment pour toujours dans la terre de France. Les petites fleurs des champs poussent sur leurs tombes et les décorent » (fig. 1). Vient ensuite une description de la flore colorée – bleu, blanc, rouge – de ces tombes, et l’idée que Raymonde devra se souvenir de ces héros plus tard. Renefer s’inscrit ici dans un registre connu des historiens, celui de la culture de guerre, registre qui laisse place à des propos et des images à caractère patriotique évoqués de manière partagée puisque la culture de guerre est considérée par une partie des chercheurs comme une matrice de la Grande Guerre dans les sociétés concernées15.

Fig. 1 – La fin du carnet Renefer

Fig. 1 – La fin du carnet Renefer
  • 16 Pensée critique : il s’agit de la manière ordinaire, pour l’enseignant, d’envisager l’activité de l (...)
  • 17 Doussot & Vézier 2015.

10Le carnet Renefer, parce que l’auteur laisse passer ou limite ses représentations et perceptions de la guerre, est une archive utile pour concevoir des propositions didactiques. C’est aussi un monument en ce sens où l’objet reproduit est séduisant par son intention : écrire et dessiner pour son enfant afin de l’informer et, peut-être, de la rassurer. Mais il serait dommage de n’en faire qu’un monument, une production imposante, touchante et belle, dont l’exploitation en classe limiterait les usages didactiques, pour ne pas perdre de vue ses qualités plastiques et sa sincérité première. En d’autres termes, il s’agit de jouer avec les deux dimensions du carnet et de remettre en question le témoignage en installant des interprétations hypothétiques des propos et des images. Ce jeu d’interrogations à installer dans la classe ne peut être assimilé à ce qui est désigné trop rapidement comme « la pensée critique » dans le fonctionnement scolaire de l’histoire16. Le développement de la pensée critique est bien souvent présenté dans l’enseignement de l’histoire comme allant de soi puisque l’histoire est alors en général associée à « la méthode critique ». Dans la réalité, l’exercice est complexe notamment parce que nombre de documents du passé sont considérés comme essentiels. En effet, comment remettre en question ce qui est d’abord là, ce qui saute aux yeux : l’amour d’un père, le talent de l’iconographe qui inventorie hommes et situations de guerre ? Cette question semble plus compliquée encore pour de jeunes enfants de cycle 3 : comment pourraient-ils d’emblée ne pas recevoir ce document / monument comme des enfants lisant un père du passé ? Comment les amener à penser l’histoire avec un grand H et non l’histoire qui est racontée ? Rares sont les pratiques qui leur permettent d’exercer, de près ou de loin, une pensée historienne, donc une pensée critique réelle. Mais les séquences d’enseignement de l’histoire dans cette configuration ne sont pas impossibles comme l’ont prouvé certaines recherches récentes17.

Un document à interpréter historiquement : cacher la guerre ou la dévoiler ?

  • 18 Pef 1999, cité in Cariou 2012, 169.

11Le carnet Renefer nécessite une lecture d’historien pour penser une pratique en classe. Cette démarche, forcément difficile pour des non-spécialistes, est cependant une ressource pour les pratiques ; nous nous inscrivons ici dans les propositions autour de la littérature de jeunesse faites par le didacticien Didier Cariou, convaincu de la richesse des productions destinées aux enfants18. Ce qui diffère réside dans la construction du temps historique selon la production de Jean Constant Fontanet. Il ne représente pas le passé, il produit une archive ; il enregistre en quelque sorte un temps vécu qui devient une trace singulière. Ce qu’il écrit et dessine provient du passé, ce qui n’est pas le cas pour la majeure partie de la production pour la jeunesse dans laquelle on trouve une reconstruction du passé.

12Le tableau qui suit permet de faire le point sur la manière dont la guerre est abordée en son temps, selon une focale originale, mais identifiable au sein de la culture de guerre (tab. 1). De notre point de vue, ce document est un outil didactique pour penser une pratique de l’enseignement de l’histoire de la Grande Guerre avec un fac-similé. L’objet et ses contenus méritent d’être mobilisés pour ce qu’ils sont : un témoignage construit dans le temps de l’histoire. Par conséquent, son analyse historique doit tout à la fois permettre l’identification d’un point de vue avec ses lignes saillantes, ses euphémismes, et ses omissions nécessaires.

13Par souci de lisibilité, ce tableau d’analyse historique suit le fil chronologique et propose deux colonnes : la première concerne les indices de la guerre et de la culture de la guerre et la seconde les filtres de l’expérience de la guerre. Notre analyse porte, entre autres, sur les champs lexicaux présents dans cette archive, mais aussi sur les éléments iconographiques des aquarelles. Par des mots et des images, Renefer documente la guerre, décrit les objets et les temps des combats avec une certaine précision. Le tableau propose donc un classement binaire où les indices de la guerre, de la culture de guerre, et les filtres de l’expérience vécue par Renefer apparaissent au fil des pages de cette production destinée à sa fille. L’analyse et la description de cette source d’histoire ont été menées de manière exhaustive, mais nous ne présentons ici que quelques éléments significatifs.

Tab. 1 – Dévoiler et filtrer la guerre

Dévoiler la guerre : les indices de sa présence et les éléments de la culture de guerre Les filtres de l’expérience de la guerre par l’auteur qui s’adresse à son enfant
Un résumé du texte de l’auteur pour sa fille (les numéros correspondent à ceux des planches) Image produite par Renefer pour accompagner son propos Dans le texte Dans l’image
1. Parler des soldats, usage du mot « boche » Des combattants, des armes, image réaliste Raconter une histoire de soldats qui soit amusante à certains égards Deux poilus barbus, qui ne sont pas au combat
2. Un aspect du quotidien des soldats Un combattant en uniforme Usage du verbe s’amuser Un soldat qui pêche
3. Vilains Boches, boches poltrons, braves soldats Des combattants et une tranchée « ils vont les chercher dans leurs trous les boches, alors il n’en reste plus beaucoup après ça » Pas de combat
12. Deux prisonniers boches, laids, rire en les voyant Deux soldats allemands prisonniers et un combattant français « on ne fera pas de mal » ; « ils recevront de la soupe » ; « ils ne seront pas malheureux » Un soldat français rit devant deux tristes prisonniers
14. Faire son devoir Deux officiers sans arme Les soldats restent propres malgré l’explosion, « un bon coup de brosse et il n’y paraît plus » Deux officiers sans arme
16. Une affreuse bête, gaz asphyxiants Soldat avec masque à gaz « Une affreuse bête, rassure-toi, papa a un masque à gaz » Soldat avec masque à gaz
23. Blessés, brancardiers, aumôniers, mamans reconnaissantes Aumônier « Les mamans leur doivent beaucoup de reconnaissance » Aumônier
27. Des ruines, des boches Maison détruite « Les boches paieront sa maison » Une image de destruction
28. Flamber Soldat allemand souriant « Rira bien qui rira le dernier » Un soldat allemand souriant
29. Terre de France, drapeau français, gloire, petites croix Tombe et soldat français : présence du bleu, du blanc et du rouge « Ils dorment » Couleurs
30. Héros, petite Française Un soldat protège des enfants Bonheur, « papa qui t’embrasse » Un soldat protège des enfants
  • 19 Avec un net déséquilibre en faveur du deuxième axe, le premier étant représenté par des images de p (...)
  • 20 Chervel 1998.
  • 21 Sur cette question chargée d’enjeux épistémologiques et didactiques, nous rappelons les propos d’An (...)

14L’auteur documente sa vie en donnant des indices nombreux et précis de ce qui l’entoure. Il fait référence aux différents combattants (le cuisinier, le marin, le cavalier, etc.) et illustre des situations de la vie dans les tranchées et sur le front (la garde, le bombardement subi, le bombardement sur les lignes ennemies, la capture de soldats). La violence de la guerre reste limitée tout au long du carnet : les explosions qui ont lieu près des soldats les obligent à passer un bon coup de brosse pour se débarrasser de la terre sur leur uniforme, par exemple. Pour autant, cette violence n’est pas absente, puisque les blessés et les morts sont évoqués à la fin du carnet, mais dans un registre patriotique. C’est donc bien cette double dimension du témoignage qui nous semble particulièrement intéressante à prendre en compte afin de penser un projet d’enseignement car habituellement les corpus présents dans la production scolaire destinée au cycle 3 isolent et sélectionnent les points de vue sur la Grande Guerre. Les uns valorisent le combat en raison de sa nécessité politique, tandis que les autres évoquent les souffrances ordinaires liées à l’intensité des combats19. Choisir ce document dans son intégralité, le didactiser pour en retrouver toute sa valeur, nécessite donc un questionnement, une démarche, en rupture avec les formes habituelles de la scolarisation des traces du passé produites par le modèle de la discipline scolaire20. Le témoignage de Renefer demeure complexe, résiste, et oblige celui qui le lit à penser l’histoire21.

Quelle didactisation du carnet de guerre de Renefer ?

15La notion de didactisation, peu questionnée dans les travaux scientifiques, renvoie d’abord à l’ingénierie didactique, aux procédés d’enseignement qui introduisent de manière raisonnée des documents venus de manuels, ou d’autres sources. Ils sont recontextualisés à l’intention des élèves dans la situation d’enseignement et d’apprentissage, puis décontextualisés pour permettre le transfert de connaissances22. D’autre part, la notion de didactisation renvoie aux compétences que le document devenu support d’enseignement permet de développer23. Ainsi, le carnet Renefer peut-il devenir un support d’enseignement privilégié dans un projet visant à aborder l’objet d’étude que constitue la Grande Guerre dans le programme de cycle 3 en vigueur. Il s’agirait d’un support privilégié, car le nombre de pages et l’importance des contenus nécessitent un temps conséquent pour mettre en œuvre la didactisation du document. Cette production initialement privée, devenue depuis peu une production sociale accessible aux enseignants et aux élèves, subirait une mutation fonctionnelle : le carnet à lire et à regarder deviendrait dans la classe et le temps scolaire un carnet pour apprendre l’histoire. Une proposition accessible aux enseignants existait : celle proposée par le site de la mission du Centenaire24. Ce dossier, assez étoffé, identifie des compétences à développer. Elles sont organisées en trois axes – « produire, structurer, rechercher » – et se réfèrent aux items du socle commun. Cet ensemble doit amener les élèves à apprendre l’histoire dans une démarche active et clairement pluridisciplinaire qui laisse une place importante à l’histoire des arts :

  • 25 Ibid. Voir la partie du dossier « Construire les apprentissages », p. 8.

L’enseignement d’histoire des arts est un enseignement pluridisciplinaire et transversal. Il convient d’être attentif, lors des différentes séquences proposées dans ce projet, au croisement des domaines. Les références proposées dans ce projet permettent de créer des liens entre les domaines des arts du langage, du quotidien et des arts du visuel.
Lors des différentes séquences disciplinaires, l’enseignant veillera à sensibiliser l’élève au statut des textes et images observées, ainsi qu’à la réception du spectateur ou lecteur. La place du sensible est particulièrement interrogée.
Ce projet veille à mettre l’élève en situation de chercheur. Les différents documents proposés seront affichés en classe et laissés à disposition des élèves afin de créer une dynamique de recherche et de réflexion, appuyée par la réalisation du carnet de recherche25.

16Pour autant, et sans entrer dans une lecture critique de la ressource en ligne, la proposition ne produit pas un questionnement, une démarche, en rupture avec les formes habituelles de la scolarisation des traces du passé. Les sentiments de l’auteur, identifiables par les propositions pédagogiques, l’étude du champ lexical et celle des formes de la figuration de la guerre par les illustrations, ne rendent pas compte de la complexité et de la singularité du point de vue précédemment évoquées qui devraient amener à penser la double dimension du témoignage.

Étude de cas : un épisode du carnet Renefer à questionner autrement

17Afin de mettre en lumière la double dimension de la trace qui mérite l’attention de l’enseignant, prenons l’exemple des 27e et 28e textes accompagnés des images qui les illustrent. Le registre ordinaire – raconter la guerre du point de vue d’un combattant – est bouleversé par le contenu. Renefer ne parle plus de l’expérience combattante, il évoque une sorte de projet politique – gagner la guerre pour protéger les civils et obtenir de l’ennemi des compensations. Il parle également de lui comme d’un individu ayant une famille et un domicile. Il s’adresse à sa fille comme un homme se projetant dans la misère du temps. La guerre affecte aussi celles et ceux qui ne se battent pas (fig. 2) :

Quelquefois on rencontre un civil ! C’est quelque pauvre bonhomme dont la maison flambe… Il s’en va pour ne pas voir les ruines de ce qu’il aimait tant. Patience les Boches lui paieront sa petite maison.

18La première aquarelle montre le personnage évoqué – le civil – seul sur une route, la deuxième, une ruine qui flambe encore (fig. 3). Un questionnement ordinaire issu du cadre scolaire produirait d’abord la mise en ordre d’explications réalistes : les combats, les bombardements produisent des destructions, ce qui explique le texte et ses images. Les civils fuient les zones de combat. Les efforts du lecteur pour entrer dans la pensée de cet homme, le « bonhomme » évoqué par Renefer, doivent permettre de repenser, de reconstituer, dans son esprit de lecteur l’expérience de l’auteur du carnet, visiblement affecté par ce qu’il a vu. Mais l’empathie du lecteur ne peut suffire à comprendre ce micro-épisode du passé ; il doit, avec d’autres pairs, émettre des hypothèses afin de proposer une interprétation de ces pages. Les propositions ne peuvent se résumer à celle du combattant choqué par le sort de ce civil, étant donné la situation d’énonciation. Penser l’histoire amène ici à envisager toute la complexité du micro-épisode : c’est la guerre, et Renefer a vu beaucoup d’horreurs et beaucoup de victimes combattantes. C’est la guerre, et il est père. Souffre-t-il aussi comme père ici ? Voit-il alors un drame qui l’aurait bien plus affecté qu’il n’y paraît en la personne du « bonhomme », peint et raconté ? Un projet d’enseignement doit viser davantage que le travail traditionnellement réaliste de la source tel qu’il domine dans la discipline scolaire et dans lequel les élèves s’attachent à la lettre aux descriptions produites par le document. L’homme sur une route, la maison qui brûle, reflètent une autre vérité de l’événement. Ce n’est pas seulement une destruction et une désolation affectant celui qui passe et voit. Nous ne pouvons conclure définitivement sur le sens des quatre pages de Renefer produites dans un passé qui nous échappe par définition. C’est justement ce qui serait passionnant dans une éventuelle didactisation de cette source d’histoire : reconstruire et donner des explications sur le présent d’un témoin de la guerre. Ce sont les hypothèses des élèves qui produiraient alors cette histoire d’un père pris dans les rets du conflit mondial.

Fig. 2 – Le civil présent dans le carnet Renefer

Fig. 2 – Le civil présent dans le carnet Renefer

Fig. 3 – La maison du civil qui flambe encore

Fig. 3 – La maison du civil qui flambe encore

Conclusion provisoire ?

  • 26 Les études en master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) nécessiten (...)
  • 27 Il existe d’ailleurs un concours qui encourage cette pratique : « Chaque année, les élèves des clas (...)

19Cet article, nous le redisons, n’a pas de visée programmatique car pour l’instant, nous ne connaissons pas de projet abouti, dans le cadre des études du master MEEF issues de l’atelier « ressources et documents »26. Notre conclusion repose donc sur un encouragement à mener des projets d’enseignement de l’histoire avec cette ressource. Nous savons que des pratiques enseignantes à l’école primaire interrogent les sources d’histoire sur la Grande Guerre en faisant produire des carnets d’élèves et qu’elles sont encouragées par l’Éducation nationale sur un mode et une forme qui reprennent ceux de Renefer27. Que serait alors le carnet de « Belle Petite Monde » comme réponse à son père dans un cadre scolaire par exemple ? Les filles et les garçons du XXIe siècle penseraient-ils au combattant et au père accablé devant la souffrance d’un civil ? En prenant le stylo d’élèves de 2019, pourraient-ils rassurer ce père à près de cent ans de distance ? Nous pensons qu’il est possible d’exploiter toute la valeur didactique de ce carnet de combattant venu de la Grande Guerre, destiné à une enfant, dans la mesure où il s’adresse aujourd’hui aussi à nos enfants.

Bibliography

Artigue M., Douady R. (1986), « La didactique des mathématiques en France », Revue française de pédagogie, no 76, p. 69-88.

Audouin-Rouzeau S., Becker A. (1997), « Violence et consentement : “la culture de guerre” du premier conflit mondial », in Pour une histoire culturelle, J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), Paris, Seuil, p. 251-271.

Audouin-RouzeauS., Becker A. (2000), 14-18 Retrouver la guerre, Paris, Gallimard.

Briand D., Pinson G. (2008), Enseigner l’histoire avec des images, Caen, SCEREN-CRDP.

Cariou D. (2012), « Littérature de jeunesse et enseignement de l’histoire au cycle 3 », Repères, no 45, p. 163-180.

Chervel A. (1998), La culture scolaire. Une approche historique, Paris, Belin.

Doussot S., Vézier A. (2015), « Débats historiographiques sur la Grande Guerre et étude de cas en histoire : des références pour la classe ? », Didactica historica, no 1, p. 83-88.

Favier J. (1959), Les archives, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?).

Guéno J.-P. (2013), Les poilus, lettres et témoignages des Français dans la Grande Guerre (1914-1918), Paris, Éditions 84 (Librio).

Le Marec Y., Doussot S., Vézier A. (2009), « Savoirs, problèmes et pratiques langagières en histoire », Éducation et didactique, vol. III, no 3, p. 7-27.

Le Marec Y., Vézier A. (2006), « Comment les soldats de la Grande Guerre ont-ils tenu ? Un débat d’histoire dans la classe », Le cartable de Clio, p. 160-173.

Marbot J.-B. (2015), Mémoires du général baron de Marbot, Paris, François Bourin.

Minder M. (2007), Didactique fonctionnelle. Objectifs, stratégies. Le cognitivisme opérant, Bruxelles, De Boeck.

Moniot H. (1993), Didactique de l’histoire, Paris, Nathan.

Norton Cru J., (2006), Témoins. Essai d’analyse et de critique de souvenirs de combattants édités de 1915 à 1928, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Offenstadt N. (2005), Les mots de l’historien, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Ogier A. (2013), « Histoire et interdisciplinarité à l’école élémentaire : autour d’un concours sur la Grande Guerre », Le cartable de Clio, p. 129-136.

Pef (1999), Zappe la guerre, Voisins-le-Bretonneux, Rue du monde.

Prost A. (1996), Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil.

ProstA. (2006), « Comment a évolué l’histoire de la Grande Guerre », Le cartable de Clio, p. 11-21.

Prost A., Winter J. (2004), Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil.

Thierry G. (2013), Carnet de poilu. Leur vie racontée aux enfants par Renefer, Paris, Albin Michel.

Sitographie

« Carnet de guerre », illustré par des dessins, des peintures, des collages, des poèmes, des textes, etc., retraçant l’histoire du Poilu, réalisé par l’école d’Écouché, http://blogs.etab.ac-caen.fr/ecolepublique-ecouche/public/petits_artistes_de_la_memoire.pdf [consulté le 10 janvier 2016, désormais inaccessible].

« Carnet de guerre », réalisé par les élèves de l’école de Saint-Genès de Bordeaux, lauréat national 2014 du Concours des petits artistes de la mémoire, http://centenaire.org/fr/carnet-de-guerre-realise-par-les-eleves-de-lecole-de-saint-genes-de-bordeaux-laureat-national-2014 [consulté le 10 janvier 2016].

« Carnet de poilu » de Renefer, http://centenaire.org/fr/espace-pedagogique/ressources-pedagogiques/premier-degre/carnet-de-poilu-de-renefer [consulté le 10 janvier 2016].

« Les petits artistes de la mémoire. Histoire et mémoire », http://www.onac-vg.fr/fr/missions/concours-scolaires-memoire-combattante [consulté le 10 janvier 2016, désormais inaccessible].

Notes

1 Audouin-Rouzeau & Becker 2000, 50-58.

2 Briand & Pinson 2008.

3 Le Marec, Doussot & Vézier 2009.

4 Cariou 2012.

5 Norton Cru 2006.

6 Prost 1996.

7 Guéno 2013.

8 Manuel d’histoire cycle 3, F. Changeux-Claus (dir.), Paris, Magnard, 2017, p. 139. La lettre de Joseph Gilles datée du 3 mai 1916 décrit les souffrances vécues et les risques potentiels durant la bataille de Verdun. Un exemple sans « filtre » qui n’est pas expliqué auprès du lecteur.

9 Le Marec & Vézier 2006 ; Doussot & Vézier 2015.

10 Dans sa thèse soutenue en 1993 à l’université de Paris VII, Les représentations que les élèves ont de l’histoire et de la géographie. À la recherche des modèles disciplinaires, entre leur définition par l’institution et leur appropriation par les élèves, François Audigier décrit un modèle des 4 R pour l’histoire-géographie : on enseigne des résultats, selon un référent consensuel, en refusant un positionnement politique, et en tenant compte de la réalité.

11 Face aux dilutions du sens donné au terme « document » dans l’univers scolaire, nous préférons parler d’une archive dont le fac-similé permet un équivalent intéressant. Les archives sont comprises ici comme l’ensemble des documents qui résultent de l’activité d’une institution ou d’une personne physique ou morale (Jean Favier 1959, cité in Offenstadt 2005, 14).

12 Thierry 2013.

13 Ibid., 64.

14 Ibid., 66.

15 Audoin-Rouzeau & Becker 1997.

16 Pensée critique : il s’agit de la manière ordinaire, pour l’enseignant, d’envisager l’activité de l’élève face à l’usage d’un document d’histoire. Ce dernier devrait être capable de le mettre à distance. Pour autant, nous sommes encore loin de la pensée historienne ainsi définie en didactique de l’histoire par Henri Moniot : « La méthode que l’enseignement peut donner, c’est une méthode pour le commerce du passé, une méthode d’apprivoisement et d’usage des connaissances historiennes. Car les ressorts de la pensée historienne, eux, sont accessibles à tous, pour autant qu’on s’emploie à les cultiver – selon l’âge bien sûr, et sur un mode très pratique » (Moniot 1993, 41-42).

17 Doussot & Vézier 2015.

18 Pef 1999, cité in Cariou 2012, 169.

19 Avec un net déséquilibre en faveur du deuxième axe, le premier étant représenté par des images de propagande, des photographies connues du départ à la guerre dans l’exaltation.

20 Chervel 1998.

21 Sur cette question chargée d’enjeux épistémologiques et didactiques, nous rappelons les propos d’Antoine Prost sur le travail d’historien : « Tous les efforts de l’historien pour se mettre par la pensée à la place d’autres n’empêchent pas, en effet, qu’il reste lui-même. Il n’est jamais un autre, quelque effort de compréhension qu’il fasse. Il re-pense, il re-constitue dans son esprit l’expérience humaine collective dont il fait l’histoire » (Prost 1996, 165). Ce cadre étant rappelé, ajoutons que la pensée historique ou historienne constitue aussi un cadre didactique développé par de nombreux travaux scientifiques notamment canadiens difficiles à citer ici car très nombreux.

22 Artigue & Douady 1986.

23 Minder 2007, 34-35.

24 http://centenaire.org/sites/default/files/references-files/phase_2_renefer_maj_v3.pdf [consulté le 27 janvier 2016].

25 Ibid. Voir la partie du dossier « Construire les apprentissages », p. 8.

26 Les études en master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF) nécessitent la production d’un écrit de recherche en première et deuxième année sur des pratiques effectives. Nous avons régulièrement l’opportunité de suivre des pratiques de didactisation de productions pour la jeunesse qui sont à l’origine des documents produits par des témoins et des acteurs du passé. Ainsi en 2016-2017, longtemps après l’écriture de ce texte, nous avons dirigé l’écrit de recherche d’une étudiante qui s’appuyait sur une pratique avec le carnet Renefer.

27 Il existe d’ailleurs un concours qui encourage cette pratique : « Chaque année, les élèves des classes participantes réalisent un “carnet de guerre” imaginaire illustré par des dessins, des peintures, des collages, des poèmes, des textes, etc. retraçant l’histoire d’un “Poilu” originaire de leur département, de leur commune ou parfois même de leur famille. La classe s’inspire librement du carnet de l’artiste Renefer intitulé “Belle Petite Monde” pour relater l’histoire de son “Poilu”. » http://eduscol.education.fr/cid58388/concours-des-petits-artistes-de-la-memoire.html [consulté le 2 février 2016].

List of illustrations

Title Fig. 1 – La fin du carnet Renefer
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/13437/img-1.jpg
File image/jpeg, 304k
Title Fig. 2 – Le civil présent dans le carnet Renefer
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/13437/img-2.jpg
File image/jpeg, 248k
Title Fig. 3 – La maison du civil qui flambe encore
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/13437/img-3.jpg
File image/jpeg, 312k

Author

Université de Caen Normandie

Dominique Briand est formateur en histoire-géographie à l’ESPE de l’université de Caen Normandie sur les sites de Saint-Lô et de Caen. Agrégé d’histoire-géographie, docteur en sciences de l’éducation, ses recherches portent sur les usages didactiques des productions cinématographiques en histoire enseignée. Il dirige des travaux de recherche professionnelle d’étudiants portant sur les ressources capables de produire des documents didactiques en histoire telles que la littérature de jeunesse, ou le singulier carnet Renefer. Il a publié récemment « Critiques des usages cinématographiques du passé et apprentissage de l’histoire », in Pensée critique, enseignement de l’histoire et de la citoyenneté, M.-A. Éthier, D. Lefrançois, F. Audigier (dir.), Louvain-la-Neuve, De Boeck (Perspectives en éducation et formation), 2018, p. 119-129.

© Presses universitaires de Caen, 2019

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search