Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contribution à l'étude des établissements saxons en Normandie

 | 
Louis Guinet

L'habitat

Texte intégral

HAM

  • 1 G.S. passim.

1La diversité des formes prises en Gaule franque par le g.c. *haim, en composition toponymique : -eim, -ein, -(h)in, -ien, -en, -em, -(h)am, -an, etc., pose un délicat problème d'origine sur lequel, seul à notre connaissance, Gamillscheg, en dépit de légères erreurs, a jusque-là fait la lumière en l'abordant de façon systématique1 Quelques remarques liminaires sont donc nécessaires à l'élucidation de l'étymo-logie des noms de lieu normands en -ham.

  • 2 Cf. G.S., § 22, Ekwall, The Concise Oxford Dictionary of English Place-Names, Oxford, 1964, Introd. (...)
  • 3 Cf. Kluge, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, 19. Auflage, Berlin, 1963 (K.).

2Les composés germaniques en -haim sont unanimement considérés comme les plus anciennes formations2. Les formes Boi(o)haemum (Tacite, Germania, 28, Vellejus Paterculus, II, 109), Bouiaimon (Strabon, VII, 290) nous offrent le sens primitif de la racine germanique : celui de pagus, d'aire géographique occupée par une ethnie (Stamm). Puis apparaît le sens de village, attesté par les fondations nordiques en -heim, nombreuses sur toute l'aire de la Scandinavie de 200 à 600 après Jésus-Christ. Postérieures aux premières fondations nordiques (les opinions divergent cependant sur ce point) sont les dénominations westiques franques et saxonnes. Avec elles apparaissent, outre le sens de village, ceux de propriété privée, de maison, sans doute en corrélation avec l'affermissement du droit privé chez les Francs, puis, de là, dans les autres tribus westiques3.

3En France et en Angleterre, ce sont les sens de propriété foncière, de ferme et de village qu'offrent les toponymes en -haim.

4Les formes dialectales du g.c. *haim- sont les suivantes : got. haims (fém.) ; vnor. heimr (masc.), heima (neut.), patrie ; vbfr. haim ; vha heim (masc. et neut.) ; vsax. hêm (masc. et neut.) ; ags. hâm (masc.) ; vfris. hem (masc. et neut.).

  • 4 Ferdinand Lot, De l'origine et de la signification historique et linguistique des noms de lieux en (...)

5En Gaule romaine, les premières dénominations en haim sont dues aux Francs qui se fixèrent en Belgique et dans le Nord de la France aux ive et ve siècles. Il en existe une soixantaine situées dans le Hainaut, les provinces de Liège et de Namur et dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme. Elles remontent au vbfr. haim qui a normalement évolué en français à (h)ain, également orthographié eim, ein, (h)in. Si nous ne rencontrons plus de toponymes de ce genre dans le reste de la Gaule franque, c'est que, comme l'a bien montré Ferdinand Lot, l'usage des formations en -ville et en -court du type Avricourt avait alors prévalu chez les Francs sous l'influence de la population gallo-romaine4.

  • 5 Cf. G.S., passim, et De Loisne, Les anciennes localités disparues du Pas-de-Calais in Mémoires de l (...)
  • 6 Cf. Ch. Beaulieux, Histoire de la formation de l'orthographe française, Paris, 1927, 50 sq.

6Sont également anciennes et, comme le pense Gamillscheg, antérieures à la seconde poussée franque de la deuxième moitié du ve siècle, les fondations en -ham, peu nombreuses d'ailleurs, dues aux Saxons qui s'établirent dans le Pas-de-Calais. Citons : Epineham 1 104, Godneham 1163, Widingaham 875, Boningaham 844-864, Burcham 1 100, peut-être Conteham deuxième moitié du xiie siècle, etc.5. Tous ces noms, par analogie aux très nombreux toponymes en -hem fondés par les Flamands aux viie et viiie siècles, se sont vu attribuer plus ou moins tardivement cette désinence. Il faut toutefois remarquer que les graphies plus tardives présentent souvent et indifféremment ham ou hem, et cela d'une part sous l'influence de l'appellatif ham passé de bonne heure en français, d'autre part à cause de la graphie -an pour -en souvent employée par les scribes à partir de la seconde moitié du xie siècle6.

  • 7 Braune-Mitzka, Althochdeutsche Grammatik, Tübingen, 1933, § 43.
  • 8 P. Fouché, Phonétique historique du français, 3 vol., Paris, 1952- 1961, II, 229 (Fouché).

7Les noms en -hien, également peu nombreux, localisés en Belgique et dans le Nord de la France : Mévergnin (Mevrenghien 1130), Oudenghien (Oudenghien 1186), Enghien (Adenghien 1092), Ghislen-ghien, Mazenghien, Frélenghien (Enghien en Seine-et-Oise est un nom rapporté au xviie siècle) remontent à une forme en -inghêm, comme l'a bien vu Gamillscheg, qui commet cependant une erreur en expliquant que g, par dégagement d'un yod, a donné naissance à la diphtongue ie. Ce traitement n'est pas attesté en phonétique française. Or, en francique, la monophtongaison de ai en ê ouvert devant h, r, w ainsi qu'en position secondairement accentuée, a eu lieu, selon Braune, au viie siècle7. D'autre part, ê ouvert roman ou germanique s'est diphtongué en ie dans la seconde moitié du ve et dans la première moitié du vie siècles8. Les noms en -hien, du fait même de leur rareté, ne sont certainement pas d'origine franque ; ils proviennent d'un dialecte où ai s'était monophtongué en ê avant le milieu du vie siècle ; ce ne peut être que le vsax. ou le vfris. Il s'agit de fondations de Saxons continentaux ou de Frisons mêlés, on le sait, aux Francs établis en Toxandrie et qui partagèrent les destinées ultérieures de ce peuple.

  • 9 G.S., § 26, 27, 180.

8Enfin, les nombreux noms en -hem (-inghem) des départements du Nord et du Pas-de-Calais, où ils sont venus se superposer aux toponymes saxons en -ham et en -tun, sont des établissements saxo-frisons et flamands des viie et viiie siècles9. La diphtongaison de ê ne pouvait plus avoir lieu à cette époque, et ceci d'autant moins que ces noms n'ont été romanisés qu'à partir du xiiie siècle. Aussi, ont-ils conservé leur forme en -inghem, -inghen, bien que la prononciation actuelle de la finale soit régulièrement in (franç, vin).

  • 10 Sur l'origine saxonne des toponymes en -ham et de hameau, cf. notre article Des toponymes normands (...)

9En Normandie, un très grand nombre de toponymes présentent l'élément ham, soit en composition, soit seul, avec ou sans adjectif roman. Les seconds, les plus nombreux, sont des dénominations françaises, le mot ham étant passé de bonne heure comme appellatif au sens de village dans le normanno-picard, puis, sous forme du diminutif hamel, hameau, au sens d'écart, en français10.

  • 11 Cf. Adigard Des Gautries, Les noms de personnes Scandinaves en Normandie de 911 à 1066, Lund, 1954 (...)

10Quelle est l'origine des premiers, les seuls dont les deux éléments étant germaniques, sont authentiquement germaniques ? Nous procèderons par élimination. On peut d'abord affirmer qu'ils ne sont pas Scandinaves : le vnor. heimr aurait en effet abouti à *heim ou *hein ou, après monophtongaison de ei en ê à *hen. Cette évolution fut d'ailleurs tardive devant n et tous les noms normands de cette espèce d'origine Scandinave ont régulièrement conservé la diphtongue ei11. Or, aucune forme ancienne ne présente cette graphie. D'ailleurs, à l'époque où ils s'installèrent en Normandie, les Vikings n'employaient plus ces dénominations depuis trois siècles au moins. C'est la raison pour laquelle on ne les rencontre pas non plus en Angleterre.

11Comme nous l'avons vu, ils ne peuvent être franciques pour des raisons phonétiques et historiques analogues : d'une part haim ou heim auraient également abouti à *hain ou *hein comme dans le Nord de la France ; d'autre part, hêm aurait abouti à *hem ou *hen, enfin -inghêm à -enghien, formes absentes en Normandie, même dans les plus anciennes leçons. En outre, lors de leur établissement dans l'Ouest de la Gaule, après leur seconde poussée, les Francs, comme ils l'avaient fait pour les noms en -ing, avaient abandonné ce genre de formation pour adopter celui des composés en -court et en -ville du type Avricourt, ces derniers nombreux en Normandie où, au demeurant, ils ne sont pas tous d'origine francique.

  • 12 Bach, Deutsche Namenkunde, 5 vol. Heidelberg, 1952-1956, II, § 327.

12Il reste l'explication par une origine saxonne ; c'est elle qui convient phonétiquement et historiquement. Dans l'ags. hâm, le groupe âm ne s'est pas palatilisé en normanno-picard (cf. pane > pan, manu > man, etc.). Quant à m, il a très généralement conservé son articulation et s'est maintenu dans l'écriture jusqu'à nos jours ; il s'est cependant nasalisé dans quelques cas, d'où la graphie actuelle han. En outre, le très grand nombre des toponymes anglais en -ham (Bach en a dénombré mille)12 suffirait à prouver que ceux de Normandie ont la même origine.

13Voici la liste des noms de lieu en -ham que nous avons dénombrés, accompagnés d'un essai d'interprétation. Il est à remarquer que, chaque fois que nous ne disposerons pas de forme ancienne, nous ne pourrons émettre sur la signification du toponyme considéré que des hypothèses, surtout lorsqu'il s'agira d'écarts, plus particulièrement exposés, en l'absence d'une tradition écrite, à de profondes altérations.

  • 13 Fouché, II, 446.

14Arthan (Orne, h. Le Ménil-de-Briouze, c. Briouze). Le premier élément peut être l'ags. erth ou eard, terre de labour, avec transcription normale de la spirante dentale sourde par t et, dans le premier cas, ouverture de e initial en a devant r13. On peut en outre rapprocher Arthan de Eartham (Sussex), la ferme des labours. Eard se retrouve dans Ardres < Arda 1084 (P.-de-C).

  • 14 Cf. Bourciez, Phonétique française. Paris, 1967, 88, et Beaulieux, op. cit., 38.

15Brucan (Manche, h. Digosville, c. Octeville). Le premier élément pourrait être l'ags. brycg, pont, largement attesté en toponymie anglaise, en particulier dans Brigham (Norfolk), le village ou la ferme du pont ; ou bien encore l'ags. brôc, marais, marécage, puis rivière, sens vraisemblablement apparu en Angleterre d'après Ekwall ; enfin l'ags. brocc, blaireau, l'un et l'autre également attestés en Angleterre, en particulier dans Brockham (Surrey), la ferme du ruisseau ou des blaireaux. Dans ce cas, la forme actuelle en u pourrait aisément s'expliquer par l'influence des scribes normands qui, aux xie et xiie siècles transcrivaient régulièrement ou < ô par u14.

16Brucan (Le haut) et Brucan (Le Bas) (Manche, h. Mesnil-au- Val, c. Octeville). Même étymologie que le précédent.

  • 15 Cf. A.N., 1963, II, et Feilitzen, op. cit., 213. L'auteur pense qu'il pourrait s'agir aussi d'un su (...)

17Canehan (S.-M., c. Eu), Kenehan 1030, Canaan 1030-1035, Chenean 1040 env., Canaan 1044, Chanaan 1059, Canaan 1063. Dans un précédent article, nous avions pensé expliquer le premier élément par l'ags. canna, cruche, pot. Bien que cette étymologie ne soit pas exclue, nous lui préférons celle de Cana, anthroponyme ags. attesté dans plusieurs toponymes anglais : Canfield (Essex), Canford (Warwick), Canwick (Lincolnshire), Canvey Island (Essex), Canwell (Staffordshire) et, dans les Flandres, Canegem, Caningahem 96715.

18Chahaim (Orne, h. Pacé, c. Alençon-Ouest). Le premier élément est sans doute identique à celui de Cabourg et représente l'anthro-ponyme ags. Cada, avec effacement de d et évolution de c initial à ch au sud de la ligne Joret, comme en francien. Quant à ham. il a également évolué comme en francien à -aim, alors qu'il est demeuré -ham, -han en normand.

19Couhan (Orne, h. St-Pierre-d'Entremont, c. Tinchebray). Sans doute la ferme des vaches, de l'ags. cû, attesté dans de nombreux toponymes anglais, avec û entendu et traité comme u bref.

20 Ecalhan (Manche, h. Rampan, c. Saint-Lô), Escalehen 1281, Escalleham 1640. Peut-être faut-il voir dans le premier élément l'ags. scealu, vaisselle, poterie ; le sens du composé serait alors village des poteries. Notons que le vbfr. scala. même sens, a donné de vfr. escale, escaille, tasse, écaille, tuile, ardoise.

21Ecoulhant (Manche, h. Cérences, c. Bréhal). Peut-être de l'ags. scora, rocher abrupt, attesté en toponymie anglaise, parfois avec la dissimulation de r en l. Notons que Shoreham (Kent), Scorham 822, serait dans cette hypothèse l'exact correspondant de Ecoulhant, avec t non étymologique.

229°Etreham (Calv., c. Trévières), Oesterham 1350, Estreham 1371, Hoystreham, même époque. C'est le village de l'ouest, de l'adjectif ags. westre ou westra, dont le correspondant anglais est Westerham (Kent). La chute de la labio-vélaire initiale notée 0 se rencontre parfois en normand (cf. Elbeuf < Wellebou 943-966, Esneval < Wesneval 1066 env., Incarville < Wicardi villa 1025 env., etc.).

2310° Goham (delle du) (Calv., l.d. Esquay-sur-Seulles, c. Ryes). Il n'est pas impossible que le premier élément représente l'ags. wald, weald, bois, forêt, largement attesté en Grande-Bretagne, en particulier dans de nombreux Waltham, les exacts correspondants de Goham dans cette hypothèse, avec l'évolution de la labio-vélaire en occlusive sonore g, d'où le vfr. et le vnorm. gaut, orthographié ici go. Le sens serait la ferme du bois.

2411° Grohan (Le Plessis) (Eure, c. Evreux-Sud), Gorhan 1190 env., Gruhan 1211, de l'ags. gor, boue, attesté dans Gorton (Lancashire) et dans Gore Brook (Lancashire et Chester), avec métathèse fréquente de gor en gro.

2512° Grohan (Eure, h. Le Plessis-Grohan, c. Evreux-Sud). Même étymologie que le précédent. C'est de ce hameau que Le Plessis- Grohan tire son nom.

2613° Grouham (Delle du) (Calv., l.d. Arromanches, c. Ryes). Il s'agit de la même étymologie que Grohan, avec fermeture de°initial, d'ailleurs notée dans la forme Gruhan 1211, où contrairement à Grouham elle ne s'est cependant pas maintenue.

2714° Heccan (Delle du) (Manche, l.d. Marigny, c.l.c). Il s'agit de l'ags, hecg, haie, avec maintien de l'occlusive double, attesté en Angleterre dans plusieurs toponymes, en particulier dans Heacham (Norfolk), Heigham (Norfolk), les exacts correspondants de Heccan, et dans le Pas-de-Calais, où hecg est passé en roman sous la forme hecque et hecquet, son diminutif. Le sens est ferme entourée d'une haie. L'ags. hecg est également passé dans le patois norm., comme en témoignent les toponymes suivants : Le Hec, nom de deux écarts de la Manche, Le Hecquet, nom de trois écarts de la Manche, Le Hequet, nom de trois écarts de la Manche, Le Hec, Les Hecs, nom de deux écarts de l'Orne. Citons enfin sans article : Hequet, écart de la Manche et du Calv., Hecquet, écart de la Manche. Après Joret, Gamillscheg (R.G., I, 148) qui ne cite d'ailleurs que trois Le Hec dans l'Orne, la Mayenne et le Calv. (il n'existe pas de toponyme portant ce nom dans ce dernier département) considérait ces localités comme des fondations Scandinaves. L'emploi de l'article suffit à montrer qu'il s'agit de fondations romanes. Quant à l'étymologie proposée par Gamillscheg : vnor. heggr, prunus padus, cerisier à grappes, elle ne peut être retenue. En effet, les toponymes en Hec ne sont pas attestés en Haute-Normandie, aire spécifiquement Scandinave. En outre, le sens de prunus padus ne se prête ni à la formation de diminutifs, ni à un emploi toponymique étendu. De plus, il est peu vraisemblable que les Hec et Hecquet normands aient une origine différente des Hecque et Hecquet saxons du Boulonnais. Enfin, comme le montre le second élément de Heccan, Hec ne peut être que saxon.

2815° Hubertan (Manche, h. Hauteville-la-Guichard, c. St-Sauveur- Lendelin) est sans doute un composé en -ham formé sur l'anthroponyme ags. Hygberct, Hygebercht > Hubert.

2916° Hubertant (Manche, h. Lozon, c. Marigny). Même étymologie que le précédent, avec t non étymologique.

  • 16 G.S., § 137.
  • 17 E., Introd. XXV sqq.

3017° Huppain (Calv., c. Trévières), Hupain xiie siècle. Gamillscheg voit dans le premier élément l'hypocoristique Hubbo qui a son correspondant dans Huppaye et Ophain (Brabant), l'occlusive labiale sonore double ayant été régulièrement transcrite en français par l'occlusive sourde simple ou double homorganique16. Mais on peut également songer à l'ags. up ou upp, en haut, d'où le sens de village haut. De fait plusieurs toponymes anglais présentent cet adverbe comme premier élément, parmi eux Upham (Hampshire) qui serait l'exact correspondant de Huppain. L'aspirée initiale peut être une graphie fautive qu'il n'est pas rare de rencontrer en toponymie ; citons par exemple : Upton (Chester), Hupton 958, Upton (Essex), Hupinton 1203 en Angleterre ; Herenguerville (Manche), Erengart ville 1025 env., Hennegis (Eure), Anisey 1025 ?, Huest (Eure), West 1030, etc. en Normandie. Mais une difficulté phonétique plus sérieuse est présentée par le second élément -ain au lieu de -am ou -an dont le vbfr. *Hubbohaim rendrait parfaitement compte. Mais, nous l'avons vu, il n'existe aucune forme francique en -ain en dehors de la zone frontière linguistique du Nord de la France et de la Belgique. Dès lors, il faut songer, comme l'a fait Gamillscheg, à un croisement ou plus exactement à une substitution, lors de l'établissement des Scandinaves, du vnor. heimr à l'ags. hâm, devenu normalement -ain, cas très fréquent, ajouterons-nous, en toponymie anglaise17. En conclusion, Huppain peut provenir soit de l'ags. *Hubbahâm, soit de l'ags. Uphâm. Cette dernière étymologie paraît préférable, d'une part Uphâm étant attesté en Angleterre, et d'autre part, les composés toponymiques en up y étant fort nombreux. Mais dans un cas comme dans l'autre, nous devons admettre la substitution du vnor. heimr à l'ags. hâm.

3118° Liban (Manche, h. St-Nicolas-de-Coutances, c. Coutances). S'il s'agit bien d'un nom en -ham, selon toute apparence, le premier élément pourrait représenter le vsaxw. hliep, hlyp (ags. hlêp), substantif ayant plusieurs sens, parmi lesquels celui de pente, d'escarpement, attesté dans plusieurs toponymes anglais tels que Lepton (The West Riding of Yorkshire), Lipwood (Northumberland), Hartlip (Kent), Hind-lip (Worcestershire), etc. Le sens serait ferme située sur une pente, un versant.

3219°Mathan (Calv., h. Longvillers, c. Villers-Bocage). Vraisemblablement de l'anthroponyme ags. Matta, attesté en toponymie anglaise, avec maintien de l'occlusive double en roman.

3320° Mathan (Calv., h. Méry-Corbon, c. Mézidon). Même étymologie que précédemment.

3421°Mathan (Calv., h. Pierrefitte-en-Cinglais, c. Falaise-Nord). Même étymologie que précédemment.

3522° Montgréham (Orne, h. Bellou-le-Trichard, c. Le Theil). Il est difficile d'interpréter ce nom qui pourrait cependant représenter l'anthroponyme ags. Mundraed.

  • 18 Vincent, La toponymie de la France, Bruxelles, 1937, 146 (V.) commet une erreur en identifiant oist (...)

3623°Ouistreham (Calv., c. Douvres), Oistreham 1086. Même étymologie que Etreham, le village à l'ouest de l'Orne18.

3724°Pican (Le) (Manche, h. Soulles, c. Canisy). Le premier élément peut être l'ags. pic, pointe, pic, colline pointue, ou l'anthropo-nyme ags. Pica, tous deux attestés en toponymie anglaise.

3825°Rampan (Manche, c. Saint-Lô). Peut-être est-il possible de voir dans le premier élément l'hypocoristique Rambo, Rampo attesté dans Rampisham (Dorset).

3926°Rampan (Manche, h. St-Côme-du-Mont, c. Carentan). Même étymologie que le précédent.

4027° Rampan (Manche, h. St-Georges-de-Montcoq, c. St-Lô). Même étymologie que les précédents.

  • 19 Fouché, II, 446.

4128°Ruallem (Manche, h. Lingreville, c. Montmartin-sur-Mer). Il n'est pas impossible de voir dans ce nom l'ags. rothwell, la source de la clairière, que l'on retrouve dans Rouelles, nom porté par plusieurs localités normandes (cf. ci-dessous). Le passage de e prétonique à a devant l est normal19. Le sens serait donc la ferme sise près de la source de la clairière.

4229°Sallen (Calv., c. Caumont-l'Eventé), Salam 1066 ou peu avant. Le premier élément peut représenter l'ags. salu, sombre, noirâtre ; des formations analogues sont attestées par exemple dans le vfris. Salubiki. le ruisseau trouble. Mais il est plus probable que nous sommes en présence de l'ags. salh, sealh, saule, attesté dans de nombreux composés toponymiques anglais. Le sens serait ferme ou village des saules.

  • 20 R.G., I, 250 sqq.
  • 21 Signalons enfin deux noms de lieu au sens obscur qui peuvent présenter peut-être l'élément ham : Ge (...)

4330°Surrain (Calv., c. Trévières), Surrain 1050-1066 env., Sur-rehannio (abl.) xie siècle, Surrehanio (abl.) xie siècle, Surrehain xie siècle, Surreheim 2e moitié du xiie siècle, Surreheim 1225, Surrehan 1257, Surayn 1417. Nous pouvons poser la forme ags. Sudherham qui a son correspondant exact dans Southerham (Wiltshire). L'ags. sudher, au sud, apparaît, bien que moins fréquemment que le substantif sudh, sud, dans plusieurs noms de lieu anglais. L'effacement, dès les plus anciennes formes, de la spirante dentale sonore intervocalique, rendue par d en roman, témoigne de l'ancienneté de l'emprunt. On sait en effet qu'après 500 environ, les occlusives germaniques ont été régulièrement conservées dans les emprunts romans20). Notons que le vbfr. sundar, seule forme attestée (les formes sans n sont des emprunts postérieurs au bas-allemand), ne saurait convenir phonétiquement. Mais le second élément -ain nous oblige, commen dans le cas de Huppain, à voir une substitution du vnor. heimr à l'ags. hâm21.

  • 22 Cf. E., Introd. XV.

44Tous ces noms, comme le montrent certains faits phonétiques, sont antérieurs à l'établissement des Francs en Normandie. L'histoire de la colonisation saxonne en Grande-Bretagne nous en fournit une confirmation. Les toponymes en -hâm y sont les plus anciens et en outre beaucoup plus fréquents à l'Est, où les établissements commencèrent au milieu du ve siècle, qu'à l'Ouest, où la colonisation se fit au vie siècle. Ils sont mêmes rares dans cette région ; les formes en -ham que l'on y rencontre proviennent généralement de l'ags. hamm, prairie marécageuse, et non de l'ags. hâm, village22. C'est dire qu'au vie siècle les dénominations en -hâm tendaient à sortir de l'usage et que cette date peut servir de toute manière de terminus ad quem pour ce qui est des toponymes normands.

45Les autres toponymes en -ham, simples ou composés d'un adjectif français, sont des dénominations romanes qui se multiplièrent, surtout sous la forme des divers diminutifs dérivés de l'appellatif ham, lorsque celui-ci fut passé en normanno-picard. Citons : Le Ham (Manche, c. Montebourg), Le Ham (Calv., c. Cambremer), Le Ham (Calv., h. Clécy, c. Thury-Harcourt), Le Ham (Calv., h. Rubercy, c. Trévières), Le Bahan (Manche, h. St-Symphorien-des-Monts, c. Le Teilleul), le hameau du bas, Craham (Calv., h. St-Georges-d'Aunay, c. Aunay-sur-Odon), Le Haut-Craham et Le Bas-Craham (Calv., h. Cahagnes, c. Aunay-sur-Odon). Ces trois noms sont des composés de l'adjectif normand cras, gros, que l'on retrouve par exemple dans St-Aignan-de- Cramesnil (Calv., c. Bourguébus), Crassum mesnillum 1070. Nous mentionnerons enfin les nombreux toponymes normands : Hamel, Hameau, Hamelet, Hamelière, Hamelinière, Hamet, Hamelot, Hame-tière, Hamellerie, Hamerais, Hamillon, avec ou sans article, au nombre de 147 dans le Calvados, de 73 dans l'Eure, de 45 dans la Seine- Maritime, de 97 dans l'Orne et de 506 dans la Manche.

  • 23 Nous renvoyons le lecteur pour le détail de l'argumentation à notre article déjà cité : A.N., 1963, (...)

46Nous avons dit que le vsax. hâm était passé de bonne heure en normanno-picard au sens de village, où il prit celui d'écart, de hameau. C'est lui qui est à l'origine du français hameau. Mais Wartburg, dans son dictionnaire étymologique de la langue française, faisant venir hameau du vbfr. haim, il est donc nécessaire de présenter notre argumentation23. Wartburg se fonde essentiellement sur l'autorité de Gamillscheg qui avait lui-même repris l'hypothèse de Longnon en l'étayant de deux arguments, l'un historique, l'autre phonétique, qu'il nous faut discuter. Constatant que les toponymes authentiquement franciques, ceux en -haim, par opposition à ceux en -hem et en -ham, sont peu nombreux, une soixantaine seulement, chiffre disproportionné à l'importance des établissements francs en Gaule, et de plus exclusivement situés sur l'étroite bande limitrophe de la frontière linguistique correspondant à la première avance des ive et ve siècles (Belgique wallonne, Pas-de-Calais, Nord, Somme, Aisne), Gamillscheg, prenant le contre-pied de la théorie de Ferdinand Lot, prétend qu'ils ont été très denses sur toute l'aire située au nord de la Loire et que, s'ils n'y sont plus représentés, c'est qu'ils ont été remplacés lors de la « dégermanisation »des viie et viiie siècles par des composés en -ville et en -court. Ainsi seule la forme francique haim fut familière à la population romane, et c'est d'elle seulement que peut provenir le français hameau.

  • 24 G.S., 52 et R.G., I, 82 sq., 237 sq.

47Mais le passage de haim à hameau soulève une difficulté phonétique que Gamillscheg résoud par les arguments suivants : haim a été romanisé à date ancienne en hammum et plus tard seulement en haimmum. C'est que, dans les premiers emprunts romans, la diphtongue germanique ai a été rendue par a, et cela pour la raison que le vfr. ne possédait plus cette diphtongue. Plus tard, lorsque le vfr. la posséda de nouveau par suite de l'évolution de â tonique au début du viie siècle, ai fut alors transcrit littéralement par ai24.

48Nous avons montré que la théorie de la romanisation, qui ne se fonde au demeurant sur aucune preuve historique, était insoutenable : d'une part, dans les régions à forte densité d'établissements francs : Belgique wallonne, Nord et Est de la France, les noms en -court et en -ville devraient être particulièrement nombreux. Or, ils y sont extrêmement rares. D'autre part, le principe même de la « dégermanisation »est en contradiction avec des faits patents : la germanisation quasi totale des noms de personnes à partir du viie siècle, comme le prouve le polyptique d'Irminon du ixe siècle, où les neuf-dixièmes des noms portés par la population romane sont francs. Enfin, à de très rares exceptions près, uniquement situées à la frontière linguistique et de ce fait aisément explicables, aucune forme double n'apporte, dans les anciens textes, le témoignage de cette substitution.

49Il n'y a donc pas eu de fondations franciques en -haim au nord de la Loire en dehors d'un tout petit domaine excentrique, à la périphérie du monde roman, où haim n'est attesté qu'en composition toponymique. Complètement tombé hors d'usage lors de la seconde avance franque, on ne voit pas comment il aurait pu être familier à la population romane et passer en vfr.

  • 25 Fouché, II, 254 sqq.

50Quant à l'argument phonétique, il n'est pas plus soutenable que l'argument historique. Tout d'abord, le vfr. a de tout temps possédé la diphtongue ai25, et nous avons montré, en particulier par l'étude des gloses malbergiques, auxquelles se réfère Gamillscheg, qu'en vfr. à toute forme en a, dont souvent d'ailleurs rendent compte des phénomènes de dissimilation et non une règle de transcription, correspondait régulièrement une forme en ai, et cela dans les plus anciens emprunts du roman au francique, en particulier dans haim, ce qui, une fois de plus, infirme la thèse de l'origine francique de hameau. D'ailleurs, dans tous les toponymes du Nord de la France et de la Belgique wallonne, les plus anciens par conséquent, haim a régulièrement et sans aucune exception évolué en français à -hain, noté aussi -ain. -eim, -ein, -(h)in donc avec maintien de ]a diphtongue ai, fait en contradiction avec la théorie de la transcription de haim en hammum dans les plus anciens emprunts romans. Il serait paradoxal que le substantif, employé isolément, eût subi une évolution différente.

51Dès lors, une conclusion s'impose, le français hameau ne provient pas du vbfr. haim. Par contre, la phonétique, la géographie linguistique et l'histoire en prouvent l'origine saxonne.

  • 26 Dauzat, Dictionnaire des noms de famille et prénoms de France. Paris, 1951.
  • 27 Wartburg, Französisches etymotogisches Wörterbuch, XVI, 119 (W.).
  • 28 A. Longnon, Les noms de lieu de la France, Paris, 1920 - 1929, § 949 (L.).

52Tout d'abord, comme nous l'avons vu, la forme ags. hâm < g.c. *haim, a régulièrement abouti en vnorm. et en vpic. à ham sans palatalisation de a et avec maintien dans la plupart des cas de l'articulation de la nasale m jusqu'à nos jours. En outre, aux nombreux toponymes saxons en -ham de Grande-Bretagne correspond en Normandie et, à un degré moindre, dans le Calaisis et le Boulonnais, pays de colonisation saxonne, un nombre élevé de toponymes du même genre. Quant à l'appellatif ham et à ses dérivés hameau, hamel, etc., c'est en Normandie que son emploi toponymique est de beaucoup le plus fréquent, 868 dénominations de ce genre. Or, si l'on compare ces chiffres avec ceux des départements où la colonisation franque fut particulièrement dense, on est frappé par leur absence quasi totale, alors qu'ils devraient y être particulièrement abondants si l'on admettait la thèse de Gamillscheg : Meuse, 8 ; Oise, 1 ; Aisne, 7. Par contre, dans le Pas-de-Calais, région de colonisation saxonne, on en rencontre 49. De plus, c'est en Normandie et en Picardie seulement, comme le remarque Dauzat, que hameau est demeuré vivant dans le langage courant ; ailleurs, il est un terme administratif ou scolaire. Les très nombreux patronymes, Hamelin, Hamelet, Hamelot, Duhamel, Du Hameau, Des Hameaux, désigent dans cette région et presque uniquement là, l'homme originaire du hameau26. Enfin, et ce ne peut pas être là un simple hasard, c'est dans un texte anglo-normand du xiie siècle, La vie de Seint Edmund le Rei, de Denis Piramus, que ham et son diminutif hamel sont attestés pour la première fois, tous deux au sens d'écart27. De Normandie, hamel > hameau passa aisément en français où vil-lier(s), viller(s), villé < lat. villare, désignant primitivement la ferme, l'agglomération de moindre importance dépendant de la villa, étaient tombés de bonne heure en désuétude, sans doute avant l'époque carolingienne28.

53En conclusion, nous pensons pouvoir affirmer que le français hameau vient du saxon hâm par l'intermédiaire du normanno-picard.

BURG

  • 29 E., art. burg.

54Comme *haim, *burg servit aux Germains à former à date ancienne des toponymes dont on trouve des exemples chez Tacite : Ascibur-gium > Asberg (Germania III, 3), Saltus Teutoburgiensis, dans le Teutoburgerwald qui en conserve le nom (Annales, I, 60), mais dont la fondations remonte de toute évidence à une date antérieure. Le mot est représenté dans tous les dialectes : got, baurgs, vnor., vbfr. borg, vsax., vfris., vha., ags. burg. En Angleterre, où il désignait primitivement un fort, un château, un manoir, un village et une ville, il entre dans de très nombreux toponymes où il est dans la plupart des cas impossible de préciser auquel de ces divers sens nous avons affaire. La forme ags. ancienne burg (gén. burge, byrh, dat. byr(i)g, byrh) a donné en anglais moderne comme second élément : -borough, -burgh, -berry, -bury, et comme premier élément : bour-, bur-, borough-, burra-29.

55En France, bourg est largement attesté en toponymie. Mais comme dans le cas de ham, il est nécessaire de faire le départ entre les dénominations romanes, burg étant passé en vfr. comme appellatif, et les dénominations germaniques. En Normandie, où les noms de lieu en -bourg sont nombreux, nous ferons cette distinction indispensable et commencerons par l'étude des composés d'origine germanique. Ils présentent, comme en Angleterre, les sens de château fort et de village qu'il est, dans la plupart des cas, impossible de distinguer. En voici la liste, accompagnée d'un essai d'interprétation :

561° Basbourg (Calv., h. Angoville, c. Thury-Harcourt), Bastebor 1255, représente vraisemblablement l'ags. baest, fibre et aussi tilleul, attesté avec cette acception en Angleterre dans Bastwick et Wood-bastwick (Norfolk). La forme Bas- est due à l'attraction paronymique de l'adjectif français bas à date récente. Le sens serait château ou village des tilleuls.

57Bassebourg (Calv., h. Cricqueville-en-Auge, c. Dozulé). Il est peu probable que nous ayons affaire à une formation romane dont le premier élément serait l'adjectif basse, bourg étant en effet toujours masculin. Il s'agit d'un composé germanique dont l'étymologie est sans doute la même que dans le cas précédent.

58Brobourg (Manche, lieu disparu à Hautteville-Bocage, c. Saint- Sauveur-le-Vicomte), Broborc 1200 env., représente vraisemblablement l'ags. brôc qui, nous l'avons vu, a généralement en Angleterre le sens de ruisseau, mais aussi, dans le Kent et le Sussex, régions colonisées dès le ve siècle, celui de marécage, sens primitif conservé en vsax., en vbfr. et en vha. Remarquons que Brobourg a son correspondant exact dans Brobury (Herefordshire).

  • 30 Nous avons proposé dans un précédent article in Revue Internationale d'onomastique (R.I.O.), 1966, (...)

59Cabourg (Calv., c. Troarn), Cathburgum (acc.) 1066-1079, Cadburgus 1077, Cadburg 1082, Caborc xiiesiècle (Roman de Rou). Le premier élément représente l'anthroponyme ags. Cada attesté dans plusieurs noms de lieu anglais : Caddington (Bedfordshire), Cadeleigh (Devonshire), Cadishead (Lancashire), Cadlands (Hampshire), Cadmore (Buckinghamshire), Cadnam (Hampshire), Cadney (Lincolnshire) et enfin Cadbury (Devonshire), North Cadbury, South Cadbury (Somerset), les exacts correspondants de Cabourg30. Ce nom est en outre porté par 8 autres localités normandes qui ont la même étymologie. Ce sont :

60Cabourg (Manche, h. Réville, c. Quettehou) ;

61Cabourg (Eure, h. St-Georges-du-Vièvre, c.l.c.) ;

62Cabourg (Calv., h. La Bigne, c. Aunay-sur-Odon) ;

63Cabourg (Calv., h. Colleville-sur-Mer, c. Trévières) ;

64Cabourg (Calv., h. Hamars, c. Evrecy) ;

6510° Cabourg (Calv., h. St-Georges-d'Aunay, c. Aunay-sur-Odon) ;

6611° Cabourg (Calv., Ste-Honorine-des-Pertes, c. Trévières) ;

6712° Cabourg (Calv., h. St-Martin-de-Sallen, c. Evrecy).

  • 31 E., art. burg.

68Le nombre proportionnellement élevé des Cabourg normands pose un problème. Si l'un ou l'autre peut être un nom rapporté, ce ne saurait être le cas de tous. Une remarque d'Ekwall nous offre une solution : un grand nombre de toponymes anglais en -burg, écrit-il, désignent d'anciens fort romains31. Ne serait-il pas possible d'admettre qu'il en est ainsi des Cabourg normands ? Dans cette hypothèse en effet, leur nombre serait en rapport avec celui que l'on peut attendre d'anciens postes ou fortins romains disséminés sur le territoire. L'identité de leur premier élément ne peut cependant s'expliquer par une diversité de personnages portant le même nom, mais il n'est pas impossible d'admettre qu'ils reçurent tous le nom du chef saxon qui occupa la région au ve siècle, en l'occurrence, Cada.

6913°Caillebourg (S.-M., h. St-Martin-aux-Arbres, c. Yerville). L'absence de formes anciennes rend difficile l'interprétation de ce nom qui peut représenter l'anthroponyme ags. et francique Karl (cf. Caille-ville en S.-M., Carlevilla fin du xiie s.) mais aussi le sobriquet ags. Calwe ou Calwa, chauve (cf. par exemple Callow dans le Herefordshire) ou l'adjectif cala, nu, également attesté en toponymie anglaise. Remarquons enfin que le premier élément se retrouve dans Cailletot (carte de Cassini), forme au demeurant peu sûre de Le Caltot (S.-M., h. Bolbec), Caltot milieu du xiie siècle, de l'anthroponyme Scandinave Kali. Nous serions en ce cas en présence d'une substitution, les formations noroises en -borg n'étant pas attestées par ailleurs.

7014°Calibourg (S.-M., h. Ste-Marguerite-sur-Duclair, c. Duclair). Il s'agit vraisemblablement de la même étymologie que le précédent.

7115° Carambourg (Orne, h. Dorceau, c. Rémalard). L'origine du premier élément est obscure.

  • 32 Nous avons consacré un art. à Cherbourg in R.I.O., 1966, I, auquel nous nous permettons de renvoyer (...)
  • 33 R.G., I, 262 sqq.
  • 34 Bach, op. cit., II, § 84, 347.

7216° Cherbourg32 (Manche) Carusburc 1027, Carusburg 1027, Cesarisburgi, Cesaris burgi et Caesarisburgii (gén.) 1050 env.-1060, Carisburg 1056, Caris burgi (gén.) 1063-1066, Ceresbroch 1062, Chiersburg, Chierisburch 1070 env., Chieresborc xiie siècle (Roman de Rou), Chieresborc 1297, Chieresborc 1301. Ces formes sont la transcription romane du westique *harisburg, emprunt par décalque au gallo-romain Coriovallum ou Coriallum, ancien nom de Cherbourg, mot à mot le retranchement de l'armée, composé mixte dont le premier élément est le gaulois cario, armée, et le second le latin vallum. retranchement, qui a sans doute remplacé un primitif briga, duros ou dunos. La graphie initiale c, transcription de la gutturale sourde germanique, témoigne de l'ancienneté de l'emprunt33. Le vocalisme a est archaïque et représente a germanique non encore métaphoné, donc ancien. E germanique, produit de la métaphonie primaire de a bref, est normalement transcrit par e. Les désinences -is, -es, qui se rencontrent dans de très nombreux toponymes anciens, reproduisent fidèlement les désinences -is, -es du génitif neutre fort du germanique haris. heris, heres, également attesté dans Hariesheim (774), Crimmharishusir, Herisuindohusa34. La forme Cherbourg est une francisation tardive, la prononciation normande étant encore actuellement Kierbourg. Enfin, nous citerons à l'appui de notre interprétation la transcription du celtique Coriallum dans le Limbourg en *Harillum, devenu Heerlen en flamand moderne.

7317° Cherbourg (Eure, h., c.1.c). Il peut s'agir de la même étymologie et du même emprunt par décalque que le précédent, un retranchement gaulois ayant pu exister dans ce pays peuplé de Celtes, comme l'indique le nom de Verneuil, Vernoilum 1030 env. < *Vernoialos. clairière des aulnes, qui se trouve à proximité. Mais il peut s'agir également d'un nom rapporté.

7418°Chienbourg (Calv., h. Tracy-Bocage, c. Villers-Bocage). Peut-être est-il possible de voir dans le premier élément l'ags. cinu, faille, ravin, attesté en toponymie anglaise dans Chineham (Hampshire), Chinley (Derby). En position initiale, cinu a normalement évolué à *ken qui a pu subir l'attraction paronymique de chien (norm. kien), d'où la forme actuelle Chienbourg.

7519° Coquebourg (Manche, h. Les Veys, c. Carentan) Cocbour (carte de Cassini). Le sens peut être château ou village de Cocca, anthroponyme ags. attesté dans plusieurs toponymes anglais, en particulier dans Cockbury (Gloucester) qui serait le correspondant exact de Coquebourg, ou encore le château ou le village situé sur un tertre, un monticule, de l'ags. cocc que l'on rencontre dans plusieurs noms de lieu anglais ; enfin, le premier élément peut être l'ags. cocc. coq, également attesté en composition toponymique où il est d'ailleurs difficile de le différencier de cocc, monticule, tertre.

7620°Coquebourg (Manche, h. Brévands, c. Carentan). Même étymologie que le précédent, mais ce peut être un nom rapporté.

  • 35 Fouché, III, 611.

7721° Dubourg (Manche, h. Martinvast, c. Octeville) (Carte de Cassini). Le premier élément peut représenter l'ags. dûfe, pigeon, employé également comme sobriquet, que l'on rencontre dans plusieurs toponymes anglais, l'effacement de f intervocalique au contact d'une voyelle labiovélaire étant normal35.

  • 36 Bach, op. cit., § 374.

7822°Erbourg (Boulay d') (Orne, h. Mantilly, c. Passais). Sans doute peut-on voir dans Er- l'ags. eorthe, terre, attesté dans Earthcott (Gloucester), Arbury (Landcashire et Cambridgeshire) et Yarborough, Yarburgh (nom porté par trois localités du Lincolnshire), ce dernier, l'exact correspondant de notre toponyme normand, dont le sens est fortification de terre. Il est à remarquer qu'en Allemagne, ce genre de fortification était courant. Il est attesté par un Irdinaburg, ixe siècle, de irdîn, en terre36. Cf. Jerbourg.

7923°Frébourg (Le) (S.M., h. Bourville, c. Fontaine-le-Dun). L'absence de formes anciennes rend difficile l'interprétation de ce nom dont le premier élément peut représenter l'ags. Frêsa, Frison, attesté dans plusieurs noms de lieu de Grande-Bretagne, ou l'ags. fyr(e)s, ajonc, que l'on rencontre, avec métathèse, dans Fresdon (Wiltshire), Freseley (Warwickshire) et sans doute dans Friston (Sussex), Friland (Calv.), enfin l'ags. frêo, libre, noble, également représenté en toponymie anglaise.

8024°Frébourg (Orne, h. Saint-Denis-sur-Huisne, c. Mortagne-au- Perche). Même étymologie que le précédent.

8125°Garambourg (Le Buisson) (Eure, h. Guichainville, c. Evreux- Sud) peut représenter l'anthroponyme ags. Gârwine.

8226° Graimbourg (Le) (S.M., h. Cuy-Saint-Fiacre, c. Gournay-en- Bray) peut représenter l'ags. Gârwine ou l'anthroponyme ags. Grîm attesté dans Grimsbury (Oxfordshire) qui serait l'exact correspondant du toponyme normand.

8327°Grimbourg (S.M., h. Gaucourt-Saint-Etienne, c. Gournay-en- Bray). Même étymologie que le précédent.

8428°Herbour (Val) (Orne, h. Cisai-Saint-Aubin, c. Gacé) pourrait représenter l'hypocoristique ags. Here (vbfr. Hari, Heri).

8529° Herbourg (Val) (Calv., h. Livarot, c.l.c ). Même étymologie que le précédent, mais l'un de ces toponymes peut être un nom rapporté. Il faut cependant noter que ces deux toponymes représentent plus vraisemblablement l'anthroponyme vbfr. Heriburg.

8630°Jerbourg (Promontoire de) (au sud de Guernesey). On pourrait songer à l'ags. gâra > angl. mod. gore, promontoire, pointe de terre, attesté en toponymie anglaise (vfris. gâra, vha. gêro, vnor. geiri) dont le sens serait satisfaisant. Mais une difficulté phonétique s'y oppose : l'ags. ou le vfris. gâra aurait abouti en norm. à *Garbourg. Faut-il dès lors admettre une substitution du vnor. geiri à l'ags. gâra, comme ce fut dans le Danelag le cas de Gargrave (Yorkshire) ? Ce n'est pas impossible, et nous avons déjà eu l'occasion de signaler ces substitutions nombreuses en Angleterre dont la Normandie n'est pas exempte elle non plus. Ou bien, faut-il poser la forme frisonne "gêra, non attestée il est vrai, mais phonétiquement normale, qui aurait normalement abouti à Jer- ? Il est cependant beaucoup plus vraisemblable que Jerbourg représente l'ags. Eorthburg, fortification de terre, que nous avons déjà étudié au sujet de Boulay d'Erbourg. Nous ajouterons que les formes anglaises Yarborough et Yarburgh présentent également la consonantisation de e initial, de même que les transcriptions normandes du Domesdaybook : Gereburg. Pour ces raisons, nous proposerons pour Jerbourg la même étymologie que pour Yarborough et Yarburgh, ses exacts correspondants anglais.

  • 37 Il n'est pas possible de retenir l'étymologie récemment proposée par M. Schmittlein in R.I.O., 1962 (...)

8731° Jobourg (Manche, c. Beaumont-Hague) Jovis Burgus xiie siècle (Livre Noir et Livre Blanc). Bien que Jovis se retrouve en ags. sous la forme iôf, geôf, giof, avec g spirantique, dans le composé muntiôf, les Alpes, emprunt au latin Mons Iovis, ancien nom du Grand-Saint- Bernard, il est peu probable que le second terme du composé ait été généralement compris des Saxons et ait pu être employé isolément. La forme Jovis est une attraction paronymique, et il faut plutôt songer à l'ags, iow (îw), if, qui entre dans plusieurs composés toponymiques anglais. Le sens serait château ou village des ifs37. Un promontoire situé sur le territoire de cette commune porte également ce nom : le Nez de Jobourg.

8832°Millaubourg (Orne, h. Vimoutiers, c.l.c). Le premier élément représente vraisemblablement l'ags, mylen, maintes fois attesté en toponymie anglaise. C'est un très ancien emprunt au latin molîna, déjà mentionné au ive siècle. *Millanbourg a aisément pu évoluer à Millaubourg, le château ou le village du moulin. Cependant, l'anthroponyme ags. Milo ou Mila (gén. Milone, Milane) n'est pas à écarter.

8933°Mondebourg (S.M., Ouville-l'Abbaye, c. Yerville) peut représenter l'anthroponyme ags. Munding ou Munda, tous deux attestés en toponymie de Grande-Bretagne, moins probablement l'ags. munt, mont, du lat. montem, Muntburg n'étant pas employé comme nom de lieu en Angleterre.

9034°Montabourg (Calv., h. Saint-Germain-de-Tallevende, c. Vire). Remarquons qu'il existe dans la même commune, qui en tire sans doute son nom, le Mont-Thabourg. Il est difficile, en l'absence de forme ancienne, de proposer une étymologie. Disons que l'on peut songer à l'anthroponyme ags. Abba, attesté dans plusieurs noms de lieu de Grande-Bretagne, d'où *Abbaburg > *Aburg par haplologie, le château d'Abba, situé sur une éminence. Le Mont-Abourg serait devenu, avec une fausse coupure, comme cela est fréquent, le Mont- Thabourg. On ne peut donner à cette interprétation que la valeur d'une simple hypothèse.

9135°Montebourg (Manche, c.l.c.) Montisburgi, Montis burgi, Montisburgii (gén.) 1050 env.-1060. Les formes anciennes se présentent comme des latinisations de l'ags. * Muntburg, le château du mont, Montebourg étant situé au pied du Mont Castre, du lat. castra, le mont du camp retranché. Mais il s'agit en fait d'une étymologie populaire, *Muntburg, comme nous l'avons vu, n'étant pas attesté en toponymie anglaise. Par contre l'anthroponyme ags. Munda ou Munding entre dans la compositions de plusieurs noms de lieu tels que Mundford (Norfolk), Mundham (Norfolk), North et South Mundham (Sussex), Mountfield (Sussex). C'est cet anthroponyme qui est à l'origine de Montebourg.

9236°Mont-Ribourg (S.M., h. Ourville-en-Caux, c.l.c). Peut-être s'agit-il de l'anthroponyme ags. Mundric, avec une fausse coupure, ou de l'anthroponyme vbfr. féminin Ricburgis.

9337° Moulambourg (Eure, h. Pacy-sur-Eure, c.1.c). Il s'agit sans doute de la même étymologie que Millaubourg, avec attraction paro-nymique du français moulin.

9438°Nisbourg (Le) (S.M., h. Bertrimont, c. Tôtes). On peut vraisemblablement voir dans le premier élément l'ags. ness, naess. nez, promontoire, représenté non seulement en toponymie normande, comme nous le verrons, mais également dans plusieurs composés toponymiques anglais, tels que Nessham (Shropshire), aujourd'hui Great et Little Ness, Neston (Chester), Neswick (The East Riding of Yorkshire), Claines (Worcestershire), Sharpness (Gloucester), Widnes (Lancashire), etc. Le sens serait château ou village sur un promontoire.

9539°Raimbourg (Manche, h. Tourlaville, c. Octeville). On peut aisément reconnaître dans le premier élément soit l'ags. regn-, grand, puissant, employé comme préfixe, soit plutôt l'hypocoristique ags. Regna, attesté dans plusieurs toponymes anglais tels que Rainford (Lancashire), Rainham (Essex, Kent), Rainhill (Lancashire), Rainton (Durham), etc. L'effacement de la gutturale intervocalique témoigne de l'ancienneté de ce nom que l'on retrouve dans :

9640°Raimbourg (Le) S.M., h. Montivilliers, c. l. c.) même origine.

9741° Rebourg (Val) (S.M., h. La Mailleraye-sur-Seine, c. Caudebec-en-Caux). Origine obscure.

9842°Richebourg (Manche, h. Ronthon, c. Sartilly).

9943°Richebourg (Manche, h. Saint-Germain-d'Elle, c. Saint-Clair-sur-l'Elle).

10044°Richebourg (Eure, h. Colletot, c. Pont-Audemer).

10145°Richebourg (Le) (S.M., h. La Feuillie, c. Argueil).

10246°Richebourg (Le) (S.M., h. Saint - Jacques - sur - Darnétal, c. Darnétal).

103En outre, la forme normande Riquebourg apparaît dans deux écarts :

10447°Riquebourg (Manche, h. Canisy, c.l.c).

  • 38 En dehors de la Normandie, mentionnons cinq localités portant le nom de Richebourg (Haute-Marne, Se (...)

10548°Riquebourg (Manche, h. Saint - Ebremond - de - Bonfossé, c. Canisy)38.

106Peut-être sommes-nous en présence de formations romanes dont le premier élément serait le vfr. rice, puissant, riche, > fr. mod. riche, du vbfr. rîki (ags. rîce), puissant. Il faut remarquer que le germ. *rîki, commun à tous les dialectes, n'entre pas en composition topo-nymique, et que le vfr. rice est extrêmement rare dans les noms de lieu. Nous sommes donc plutôt en présence de composés germaniques formés sur un anthroponyme tel que ags. Rica, attesté en toponymie anglaise ainsi que dans Riquebourg (P.-de-C). Certains peuvent être des noms rapportés.

10749° Troussebourg (Calv., h. Genneville, c. Honfleur). On peut songer à l'ags. trûs, bois chablis, que l'on rencontre dans Trusham (Devonshire), Trusley (Derby), avec û entendu et traité comme u bref.

10850°Varabourg (La rue) (Eure, h. Les Baux-de-Breteuil, c. Breteuil). Origine obscure. Il s'agit peut-être d'un anthroponyme germanique à rapprocher du premier élément de Varaville, Varetvilla 1049-1058, qui pourrait être le vbfr. Waraburg.

  • 39 Hans Bahlow, Deutschlands geographische Namenwelt, Francfort-sur-le-Main, 1965, 519 sq.
  • 40 Joret, Les noms de lieu d'origine non romane et la colonisation germanique et Scandinave en Normand (...)

10951°Wambourg (Eure, ancien nom de Saint-Aubin-sur-Quillebeuf, c. Quillebeuf-sur-Seine) Wamburgum (acc.) 1025 ? L'origine de ce nom est obscure. S'agit-il d'une dénomination tirée de l'ags. *Wanbece. le ruisseau sec ? Plusieurs Wambach analogues sont attestés en Allemagne et dans le Nord de la France dans Wambais, La Wambecque, Wambez, Wambrouck, etc. Ou bien s'agit-il d'une dénomination pré-indo-européenne, comme le prétend Hans Bahlow39, dont le sens serait marécage ? La situation de Wambourg rend cette interprétation possible. Signalons enfin en toponymie anglaise Wanborough (Surrey), formé sur l'anthroponyme ags. Wenna, et Wanborough (Wessex), d'origine obscure, qui pourraient présenter la même étymologie que Wambourg40.

110Un certain nombre de toponymes normands en -bourg ont une origine différente : les uns sont des formations romanes, d'autres sont des anthroponymes franciques en -bourg ; d'autres enfin sont des noms rapportés. Citons :

111Echarbourg (L') (Orne, h. Planches, c. Le Merlerault). Le premier élément est le vfr. échars, petit, faible, et le sens du toponyme est petit hameau. Signalons qu'il ne peut s'agir du fr. essart < lat. exsartum, dont la forme normande est, comme en français, essart. Le français échars (norm. écars) est normal au sud de la ligne Joret, où se trouve Echarbourg.

112Erambourg (Pont) (Orne, h. Saint-Pierre-du-Regard, c. Athis) ponte Erenborc 1184. Il s'agit, comme le pense M. Adigard des Gautries, de l'anthroponyme francique Erinburg.

113Erambourg (Pont) (Calv., h. Saint - Denis - de - Méré, c. Thury- Harcourt). Même étymologie que le précédent, mais peut être un nom rapporté.

114Herambourg (Le Clos) (Manche, h. Argouges, c. Saint-James). Croix Herambourg (Manche, h. Saint-Jean-des-Champs, c. La Haye- Pesnel). Même étymologie que les précédents, avec h non étymologique.

115Heudebourg (Fontaine) (Eure, c. Gaillon), de l'anthroponyme féminin vbfr. Hildeburg, avec vocalisation normale de l.

116Luxembourg (Le). Ce nom est porté par quatre localités de Normandie : Le Luxembourg (S.M., h. Hattenville, c. Fauville-en- Caux), Le Luxembourg (S.M., h. Douvrend, c. Envermeu), Le Luxembourg (Calv., h. Noron-la-Poterie, c. Balleroy), Le Luxembourg (Calv., h. Presles, c. Vassy). Ce sont des noms rapportés. Il ne peut s'agir en effet ni de l'ags. lytel, ni du vbfr. luttil, petit, qui n'auraient pu aboutir à la forme Luxem- qui présuppose le vha. luzzil avec l'affriquée z, produit de la seconde mutation consonantique que n'ont pas subie l'ags. ni le vbfr. Il peut s'agir de dénominations récentes, données par des Alsaciens qui vinrent s'établir là après le plébiscite de 1871, ou plus anciennes, dues à des Luxembourgeois émigrés en Normandie. Il peut s'agir enfin de transferts de noms de terres par dotation ou acquisition.

  • 41 Cf. Kluge, op. cit., et Bach, op. cit., II, §§ 374, 518.
  • 42 Cf. notre article, Des toponymes normands en « -ham »et de l'étymologie du français « hameau »in A. (...)
  • 43 Cf. Nomenclature des écarts des départements français publié par l'Institut National de la Statisti (...)

117Quelle est l'origine de tous ces toponymes germaniques en -bourg ? Nous pouvons d'abord avancer que la supposition de Longnon est justifiée : le vnor. borg n'a pas laissé de traces en Normandie. Il est très rare en Angleterre où l'on ne peut guère citer que trois ou quatre noms dans le Cumberland et le Westmoreland. Proviennent-ils du vbfr. borg ? Phonétiquement, le fait n'est guère possible, historiquement il ne l'est pas. En effet, si les Francs ont fait usage, très rarement d'ailleurs, du mot burg dans leurs appellations toponymiques sur l'aire proprement germanique de leurs établissements pour désigner uniquement des places fortes41, ils ne l'ont pas employé en Gaule, comme ce fut le cas de haim après leur première poussée42. Dans les départements de forte densité franque, les composés en -bourg sont extrêmement rares et, en outre, d'origine souvent romane ou récente. En tout et pour tout, nous en avons dénombré deux dans l'Oise : Espaubourg (c. Le Coudray-Saint-Germer), composé roman (vfr. espal, réserve forestière + bourg) et Riquebourg (h. arrt. Compiègne) qui peut être également une formation romane ou un nom rapporté ; 1 dans les Vosges : Mainbourg (L.d. Petite-Fosse, c. Proven-chères-sur-Fave) qui peut représenter l'anthroponyme vbfr. Magan, Megin ; 2 dans l'Aisne : Richebourg, nom porté par deux écarts, l'un à Chivres, c. Sissonne, l'autre à Nogent-l'Artaud, c. Charly ; 1 dans la Meuse : Fribourg, nom d'un bois à Hadonville-sous-la-Chaussée, c. Vigneulles-lès-Hattonchâtel, dénomination récente, postérieure de toute manière au xiie siècle ; 2 dans la Haute-Marne : Montribourg, c. Château-Villain, composé roman du lat. morts et de l'anthroponyme germanique féminin Ricburgis, et Richebourg, c. Arc-en-Barrois ; 1 dans les Ardennes : Depambourg, h. Remilly-Allicourt, c. Raucourt-et- Flaba ; 3 dans la Haute-Saône : Les Haribourgs, ferme à Chauvirey-le- Châtel, c. Vitrey-sur-Mance, Le Maillebourg, h. Le Haut-du-Them, c Mélisey ; Les Vaubourgs, h. Saint-Bresson, c. Faucogney, les deux derniers d'origine vraisemblablement romane43. Au contraire, nous avons relevé dans le Pas-de-Calais 25 composés germaniques en -bourg, dans le Calvados, 16 ; dans la Manche, 14 ; dans la Seine- Maritime, 14 ; dans l'Eure, 7 et dans l'Orne, 6, soit au total 57 pour la Normandie. Ces chiffres parlent d'eux-mêmes, et une conclusion s'impose, ces noms ne peuvent être d'origine francique.

  • 44 Bach, op. cit., §§ 374, 514, 518.
  • 45 E., introd. XIV, et art. burg.

118Il faut en outre remarquer que si, dans les divers dialectes germaniques : gotique, vnor., vsax., ags., vha., le mot *burg sert à désigner la ville (thiotburg, grande ville, Rûmaburg, Rome, etc.), en particulier dans les traductions de la Bible, aussi bien que le fort, son emploi toponymique est à date ancienne limité à ce dernier sens. C'est le cas en Scandinavie et en Allemagne ; dans ce dernier pays, les toponymes en -burg ont, jusqu'au xiie siècle, uniquement désigné des ouvrages fortifiés44. Quant aux toponymes ostiques en -baurgs. ils ne sont pas attestés. Par contre, c'est en Angleterre, et cela à date ancienne, que burg a été utilisé en toponymie non seulement au sens de fort, de demeure fortifiée, mais aussi au sens de ville et de village, sans qu'il soit toujours possible d'ailleurs de préciser auquel de ces sens on a affaire45. Or, il en est de même en Normandie, où les toponymes en -bourg d'origine germanique désignent non seulement des forts, mais aussi des villages. Ces fondations ne peuvent donc être dues à des Francs ou à des Scandinaves, ni a fortiori à des Germains orientaux qui ne se fixèrent pas dans cette région, mais à des Saxons.

119Remarquons enfin qu'elles sont réparties sur toute l'aire de la Normandie et remontent de ce fait à des époques diverses : les unes, situées surtout dans le Cotentin et le Bessin, sont anciennes et doivent être attribuées aux Saxones Bajocassini. Certaines, avons-nous vu, ont le sens de château fort. Les autres, dans la S.M., l'Eure, l'Orne et le Sud du Calvados, offrent sans doute plutôt le sens de village et sont dues dans leur ensemble aux colons qui s'installèrent dans ces régions au cours des vie,viie et viiie siècles.

  • 46 G.R., I, 180.

120Mais une autre question se pose : d'où provient l'appellatif français bourg attesté depuis le xiie siècle ? Si les philologues sont unanimes quant à son origine germanique, la plupart d'entre eux : Wartburg, Gröhler, Vincent, Dauzat, ne précisent pas de quel dialecte il provient. Longnon doutait, avons-nous vu, et cela avec raison, de son origine Scandinave ; Kluge le tient pour francique mais ne donne aucun argument ; Gamillscheg, moins affirmatif, pense seulement qu'il peut provenir du francique qui, remarque-t-il, vit certainement dans le picard bourg, margelle d'un puits46, ce qui est peu probable, e francique borg, avec°bref ouvert provenant de u bref germ. devant r. serait resté intact en français.

121Il y a quelques années, un historien allemand, Edith Ennen, dans un ouvrage intitulé Frühgeschichte der europäischen Stadt (Bonn, 1953. 124 sqq.) a soutenu, contrairement à cette opinion générale, que le français bourg était d'origine latine. Nous résumerons ici son argu-mentation. Le terme burgus qui, au Moyen Age, désignait de façon générale en France et en Italie la ville, le village non fortifié et plus particulièrement dans certaines régions comme la Bourgogne, la ville commerçante, l'emporium, remonte au latin burgus, fortin. Ces petits ouvrages édifiés le long du limes étaient destinés tout à la fois à surveiller et à faciliter la circulation et le trafic frontaliers. Or, ces postes ont très tôt donné naissance à des agglomérations commerçantes : une inscription de 371 env. datant de l'empereur Valens, trouvée à Strigonium en Pannonie, nous en fournit la preuve. Il y est dit en effet : « Nunc burgum, cui nomen Commercium, qua causa et factus est, a fundamentis construxit ». On peut saisir là, pense l'auteur, l'origine du mot bourg dont l'évolution sémantique est allée du sens de fortin, ville commerçante, à celui de village, tel qu'il a été défini par Liutprand au xe siècle : « Romani... et quoniam ipsi domorum congregationem, quae muro non clauditur, burgum vocant ». En Allemagne au contraire, burg a conservé son sens de fort jusqu'au xiie siècle. Celui de place marchande, d'emporium, pris sous l'influence du français, serait apparu pour la première fois avec Fribourg dont la fondation remonte à 1120.

  • 47 Cf. Leumann, Lateinische Grammatik, Munich, 1963, § 92.

122Remarquons tout d'abord que l'auteur laisse délibérément de côté le problème de l'étymologie de bourg. Or, quelques observations phonétiques tendent à prouver que ce mot ne peut provenir du latin burgus, dont à basse époque le u semble avoir été long. En effet, nombre de mots latins classiques ont en latin vulgaire allongé leur voyelle brève tonique devant r + consonne47.

  • 48 Diccionario critico etimologico de la lengua castellana, Franke, Berne, sans date, article burgo.
  • 49 W., I, 634.

123Or, si nous ne savons rien de la longueur du u de burgus à époque classique, on peut considérer comme probable, dans le cas où il eût été bref (emprunt au grec pyrgos ou au germanique commun *burg) cette possibilité d'allongement. Il semble bien en effet que le u de burgus ait été long à basse époque. Tout d'abord, l'appellatif espagnol et portugais burgo, bourg, puis quartier d'une ville, ainsi que les noms des villes espagnoles Burgos et Burgo de Osma présupposent un u long qui ne peut être un u germanique, toujours bref dans burg, mais ne peut provenir que d'un burgus latin, avec un u nécessairement long, sinon les formes attendues seraient en castillan *Borgos et *Borgo. Ce fait est d'ailleurs confirmé par l'existence en vieux-castillan de l'appellatif buergo, provenant régulièrement d'un 0 bref ouvert et remontant au gotique baurgs (= borgs). M. J. Corominas48, à qui nous empruntons cette forme, pense que burgo ne peut provenir que du latin burgus, mais il estime que c'est là un emprunt savant fait à date ancienne, ce qui, par conséquent, ne permettrait pas de présumer de la longueur du u de ce mot. Il faudrait donc seulement constater que cet emprunt a finalement évincé la forme buergo remontant au gotique. Mais cette hypothèse d'un emprunt savant se heurte à des difficultés. Il paraît difficile d'admettre en effet une semblable origine dans le cas des toponymes espagnols Burgos et Burgo de Osma ; il faut bien plutôt penser que ces noms, comme l'appellatif espagnol et portugais, sont d'origine populaire et continuent le latin burgus dont le u était long. Nous en possédons un nouvel et précieux indice dans le fait suivant : quelques noms de lieu français, de simples écarts pour la plupart, situés dans la région occitane, présentent la forme burg qui ne saurait être un emprunt savant au latin burgus, mais procède directement de ce mot. Il est vraisemblable que les toponymes suivants: Burg (Hautes-Pyr., c. Tournay), Burgues (Hautes-Pyr., h. Castéra- Lou, c. Pouyastruc), Le Burg (Corrèze, h. La Chapelle-aux-Brocs, c. Brive-la-Gaillards-Sud), Le Burg (Corrèze, h. Meilhards, c. Uzerche), Le Burg (Corrèze, h. Saint-Cyr-la-Roche, c. Juillac), Le Burg (Corrèze, h. Segonzac, c. Ayen), Burgaronne (Basses-Pyr., c. Sauveterre-de-Béarn), Burgue (Basses-Pyr., h. Parbayse, c. Monein), Burg (Tarn-et-Garonne, h. Caylus, c.l.c ), Burg (Dordogne, h. Angoisse, c. Lanouaille), Le Burg (Dordogne, h. Villac, c. Terrasson), Burc (Cantal, h. Barriac-les-Bosquets, c. Pleaux), Burc (Lot, h. Carnac-Rouffiac, c. Luzech), Burgue (Landes, h. Montfort-en-Chalosse, c.1.c), Burgues (Landes, h. Tilh, c. Pouillon) sont d'origine romaine pour les mêmes raisons phonétiques que précédemment. Il faut en effet remarquer qu'à côté de burg il existe dans ces mêmes départements la forme toponymique bourg : Tarn-et-Garonne 2 exemples, Hautes-Pyr. 1, Dordogne 5, Corrèze 6, Landes 5, Lot 2, Cantal 3. Cette différence de formes peut difficilement s'expliquer, sur une même aire linguistique, par une différence de traitement phonétique d'un même étymon. Il faut bien plutôt songer à deux origines différentes. La seconde, bourg, procède du germanique burg, avec u bref, mot introduit dans les dialectes occitans par l'intermédiaire du vfr. borc, village : vieux-béarnais borc, borg, même sens49. Un emprunt au got. baurgs (avec 0 bref ouvert) eût abouti en occitan moderne à *borg et non pas à bourg. La première, plus ancienne, postule comme l'espagnol et le portugais burgo, l'étymon latin burgus, avec u long, qui a normalement évolué à burg (avec ü comme en français). Ces burgs remonteraient ainsi à des fortins et postes militaires romains disséminés sur le territoire, dont le nom n'a pas laissé de traces en France en dehors de la toponymie occitane et dont le sens s'est effacé devant celui du vfr. borc. En Espagne et au Portugal par contre, c'est le mot latin qui s'est définitivement imposé.

124A ces arguments phonétiques, on peut ajouter quelques remarques sémantiques et historiques qui militent également en faveur de l'origine germanique de bourg.

  • 50 Bach, op. cit., § 514.
  • 51 F. Beyerle, Zur Typenfrage in der Stadtverfassung, in Zeitschrift der Savignystiftung für Rechtsges (...)

125Remarquons tout d'abord, comme nous l'avons déjà dit, que dans les langues germaniques, en vha. en particulier, burg désignait à la fois le lieu fortifié et la ville. Avec la naissance des villes au Moyen Age, issues souvent d'un château fort portant un nom en -burg, le mot désignant la ville en mha. est burc, dont procède l'actuel Bürger et Bütgermeister < mha. bürgemeister. Or, ce ne sont pas uniquement des facteurs économiques qui donnèrent naissance à ces villes, mais surtout des facteurs topographiques, militaires et juridiques50. Le mot burc est essentiellement germanique, et si l'acception, d'ailleurs rare et tardive, déjà signalée par F. Beyerle51, d'emporium est française, cela ne prouve pas pour autant que bourg soit d'origine latine. Ce peut être un mot germanique redonné à son pays d'origine, comme cela arrive fréquemment, avec un sens nouveau.

  • 52 W., I, 635.
  • 53 Bach, op. cit., §§ 447, 600.

126En second lieu, le français bourg, attesté chez Liutprand dès le xe siècle, puis de façon courante dans les textes à partir du xiie siècle, a le sens de groupe de maisons autour de l'église, village, hameau52. L'acception d'emporium est, avons-nous dit, rare et limitée à la Bourgogne, et de plus, les exemples cités par Mme Ennen ne remontent pas au-delà du xie siècle. Il est dès lors difficile d'admettre une évolution sémantique allant de place commerçante à village ; l'évolution inverse se justifie beaucoup plus aisément : quelques adjacentes burgi, où résidaient artisans et commerçants, ont pris dans certains cas une importance telle qu'ils ont pu facilement prendre le sens de ville commerçante, d'emporium. C'est là un sens dérivé comme l'est celui de vicus, de portus et de suburbium, termes également employés dans la Germania Romana du Moyen Age pour désigner la ville commerçante ou le quartier commerçant53. L'acception générale de bourg en vfr. est d'ailleurs identique à l'une des deux acceptions germaniques anciennes et c'est elle qui paraît originelle en France.

  • 54 Ch. Perrin, La seigneurie rurale en France et en Allemagne du début du ixe à la fin du xiie siècle. (...)

127En outre, on sait par Isidore de Séville et par les inscriptions du limes, nombreuses en Rhénanie, que les burgi latins étaient surtout situés à la frontière de la Romania, dans une région par conséquent excentrique. Les sens de fortin et de centre commerçant étaient propres à la langue militaire et économique, peu aptes à pénétrer dans la langue courante, et qui plus est, au sens de village. De plus, le mot a-t-il pu survivre au déferlement des barbares au ve siècle et par conséquent se répandre en Gaule ? C'est peu probable. En tout cas, un fait est certain, c'est que le terme de burgus disparaît complètement pendant cinq siècles. Dans les textes du Bas-Empire, le village est toujours désigné par le terme de vicus et jamais par celui de burgus. C'était souvent un ancien oppidum, « castrum sine munitione murorum », dont la population était constituée par des artisans et des commerçants. A partir de l'époque mérovingienne, vicus disparaît d'ailleurs des textes pour faire place d'une part à cortis, d'où proviennent les très nombreux toponymes en -court et les diminutifs Courcelle, Corcelle (lat. corticella), d'autre part à villa, dénomination réservée jusque-là au domaine hérité de l'époque gallo-romaine et désignant dès lors indifféremment le village et la villa proprement dite. A l'époque carolingienne, on peut faire les mêmes constatations : polyptiques, censiers, capitulaires ne font nulle mention de burgus54. Comment dès lors expliquer ce silence complet des textes si bourg était d'origine latine ? Par contre, ce long hiatus de cinq siècles s'explique par la disparition de burgus lors des invasions du ve siècle et la réintroduction de son correspondant germanique, avec son sens de ville, par les Barbares. Si le mot français est masculin (quelques toponymes sont cependant féminins), alors que le mot germanique est féminin, cela est dû aux clercs qui ont romanisé burg en burgus, comme il avait déjà été latinisé au temps de Tacite en burgium, avec élargissement en -jo- présenté par de nombreux composés.

  • 55 Récemment, M. Schmittlein a repris la thèse de Mme Ennen avec une argumentation différente (R.I.O., (...)

128Enfin, la répartition géographique des noms en -bourg ne permet pas de poser un étymon latin. Comme nous le verrons, ils se trouvent massés dans la Normandie et le Calaisis ; dans le reste du pays, leur densité est extrêmement faible55.

129En conclusion, nous pensons pouvoir affirmer que le français bourg ne peut provenir que du germanique burg.

  • 56 R.G., III, 48 sq.

130Mais à nouveau se pose la question : de quel dialecte ? Nous avons exposé les raisons qui militent en faveur d'une origine saxonne des toponymes en -bourg dont les deux éléments sont germaniques. Il serait étonnant que l'appellatif eût une autre origine. Mais n'aurait-il pu être emprunté simultanément à plusieurs dialectes ? Nous avons vu qu'il n'y a pas trace de noms Scandinaves en -borg sur l'aire de la Normandie, ce qui exclut l'hypothèse d'une origine nordique. Le vnor. borg serait en effet demeuré inchangé en normand comme en français. Gamillscheg ne cite pas bourg parmi les mots empruntés au bur-gonde56, et de fait, il n'existe pas de composés en -baurgs dans les région où se fixèrent les Burgondes : Suisse romande, Ain, Jura, Doubs, nord de la Haute-Savoie et partie est de la Saône-et-Loire. On peut faire la même constatation dans les départements occupés par les Wisigoths : Basses-Pyrénées, Garonne, Haute-Garonne, Aude. Remarquons que comme le vnor. borg, le got. baurgs (au =°bref ouvert) aurait donné borg en fr. Nous avons vu les doutes de Gamillscheg quant à l'origine francique de bourg ; en effet, l'acception de margelle de puits qu'a ce mot en picard, du vbfr. burg, enceinte fortifiée, fort, seule trace d'un emprunt roman, plaide peu en faveur d'une origine identique pour bourg, village : l'emploi restreint de ce terme, l'évolution sémantique et la phonétique y font obstacle : le vbfr. borg serait en effet demeuré inchangé en français. D'ailleurs, dans les départements de fort peuplement francique, nous ferons les mêmes constatations que pour haim et hameau : bourg n'y est pratiquement pas représenté en toponymie : 3 exemples dans la Meuse, 1 + 2 Le Faubourg dans les Ardennes, 5 + 2 diminutifs dans l'Aisne, 1 + 3 Faubourg dans la Haute-Saône et le Territoire de Belfort, 1 dans les Vosges, où l'on trouve cependant 15 faubourgs, mais de formation ultérieure, aucun dans l'Oise et dans la Marne. Par contre en Normandie, il a servi à désigner un très grand nombre de localités. Nous en avons dénombré 51 en Seine-Maritime, 22 dans l'Eure, 52 dans l'Orne, 59 dans le Calvados et 109 dans la Manche où le peuplement saxon fui particulièrement dense à l'époque ancienne, soit 294 au total. Comment ne pas être frappé par une telle disproportion ? En outre, comme nous l'avons vu, le vnor. et le vbfr. borg, avaient en toponymie uniquement le sens de fort. Par contre, c'est en vsax. seulement, par conséquent à date ancienne, que burg avait pris dans les noms de lieu le sens de village, que présentent également la grande majorité des composés normands d'origine germanique. Enfin, seul le vsax. burg, avecf u bref entravé, peut rendre compte de la forme actuelle bourg.

131Pour toutes ces raisons, nous pouvons donc admettre que bourg est d'origine saxonne, que c'est dans le Cotentin et le Bessin qu'il est entré dans le parler normand, d'où il a ensuite pénétré dans les autres dialectes français, comme ce fut pareillement le cas de hameau.

TÛN

  • 57 R.G., I, 192, et G.S., § 16, Than (Nord, c. Cambrai), Thun (Nord, c. Saint-Amand), Thun (Pas-de-Cal (...)
  • 58 Stednavne, op. cit., 81.
  • 59 E., Introd. XV et art. tûn.
  • 60 Les toponymes en -tûn du Boulonnais ont été étudiés par Longnon, de Loisne et surtout Gamillscheg i (...)

132Tûn est commun à tous les dialectes germaniques au sens de lieu clos, de ferme, puis de village et de ville. Il a donné l'anglais moderne town, ville, et l'allemand moderne Zaun, haie. Les Francs l'ont employé, rarement d'ailleurs, et toujours seul, au sens de lieu clos57. Les Scandinaves en ont également fait usage, mais le plus souvent en composition. Les toponymes en -tûn sont rares au Danemark et en Norvège, largement représentés par contre en Islande, souvent comme premier élément58. Ce sont les Anglo-Saxons qui, en Grande- Bretagne, en ont fait l'emploi le plus fréquent, toujours en composition et, à quelques exceptions près, comme second élément. C'est avec ham le thème toponymique le plus important. Il arrive que dans les composés, le premier terme soit Scandinave sans que tun le soit également. Ces fondations sont anciennes et remontent dans leur ensemble aux premiers temps de la colonisation, bien que tun soit resté en usage après cette date59. Tûn est en outre attesté, surtout sous la forme -ingatûn, dans la colonie saxonne du Boulonnais (-inga est le génitif pluriel de -ing, suffixe désignant la descendance ou l'appartenance), ces formations ayant pour la plupart leur exact correspondant en Angleterre60.

  • 61 J.M., 108.
  • 62 E., Introd. XV et art. tûn, considère comme saxons les toponymes normands en - tûn.
  • 63 Si l'on ne rencontre pas en Normandie de toponymes en -ingatûn, comme dans le Boulonnais, cela tien (...)

133Quelle est dès lors l'origine des toponymes normands en -tûn ? Joret pense, avec réserve cependant, qu'ils sont saxons, mais ne fonde pas ce jugement61. Longnon les déclare catégoriquement saxons en remarquant d'abord que seuls les Saxons paraissent avoir employé tûn comme second élément de toponymes, ensuite, que ceux-ci se rencontrent en Boulonnais et en Normandie, enfin que leur grande diffusion en Grande-Bretagne, leur nombre relativement élevé dans le Boulonnais et l'identité des formes de part et d'autre de la Manche témoignent d'une identité d'origine. Ces critères que Longnon applique plus spécialement aux tun boulonnais sont également valables pour ceux de Normandie. Nous en ajouterons deux : Tûn représente en Angleterre avec burg et Mm, le plus ancien élément toponymique62, ce qui est confirmé par les noms de lieu boulonnais. Or, en Normandie, les toponymes en -tûn sont tous situés dans le Bessin, le Cotentin et la vallée de la Seine, régions où se fixèrent les premiers colons saxons, les seconds, comme nous le verrons, s'étant plutôt établis dans le Pays de Caux. Par contre, ils devraient se rencontrer dans cette région particulièrement dense en établissements nordiques s'ils étaient d'origine Scandinave, ce qui n'est pas le cas. Enfin, l'étude du premier élément nous permettra pour plusieurs d'entre eux d'en confirmer l'origine saxonne63.

134En Normandie, il arrive que tûn se présente, comme dans le Boulonnais, sous la forme ton. C'est que dans ce cas û a été entendu et traité comme u bref. De là provient, avec maintien de l'articulation de n, la forme tonne présentée par quelques noms qui prirent naturellement le genre féminin.

135Voici la liste des toponymes en -tûn que nous avons pu relever : 1° Cottun (Calv., c. Bayeux) Coltun 1035-1037, Coutum 1160. Plusieurs étymologies sont possibles : d'abord l'ags. col, charbon de bois, qui se rencontre dans quelques toponymes anglais. Mais la situation actuelle de Cottun en rase campagne semble nous autoriser à écarter cette étymologie. Ensuite l'ags. coll, colline, également représenté en Grande-Bretagne, que nous pouvons éliminer, Cottun se trouvant en pays plat. Puis l'ags. colt, poulain, qui se retrouve peut-être dans Colton (Staffordshire). Cette étymologie est possible. Enfin, l'ags. côl, froid, ou l'anthroponyme ags. Cola, l'un et l'autre attestés en toponymie anglaise, où il est difficile, dit Ekwall, de les différencier de col, charbon de bois. Nous pouvons en définitive proposer les sens de ferme froide, de ferme des poulains ou de ferme de Cola.

136Cottun (Calv., h. Tournières, c. Balleroy). La proximité de la forêt de Balleroy qui, au ve siècle, a vraisemblablement dû avoir une étendue plus grande, nous permet d'ajouter aux trois sens retenus ci-dessus, celui de ferme, de village du charbon de bois.

137Cottun (Calv., h. Baynes, c. Balleroy). La situation de ce hameau donne lieu aux mêmes remarques que l'écart précédent.

138Créton (Eure, c. Damville) Keretun 1186 env. On peut songer à l'anthroponyme ags. Cerret, forme hypocoristique de Ceolraed ou à l'anthroponyme ags. Ce(o)rra. Rappelons que Créton a donné son nom à la cretonne qui s'y fabriquait au xviiie siècle.

139Cropton ou Gropton (Calv., h. Curcy-sur-Orne, c. Evrecy). On peut rapprocher ce nom des toponymes français tels que Crotte, Croute, Creutte, Cropte et Croupte, également représentés en Normandie (cf. La Croupte, Calv., c. Orbec), Crouttes (Orne, c. Vimoutiers), La Croute (Manche), etc. Mais la forme en -on qui pourrait représenter un augmentatif ou un diminutif n'est pas attestée par ailleurs. Sans écarter cette étymologie, on peut donc songer à voir dans Cropton un toponyme en -tûn dont le premier élément pourrait être l'ags. cropp(a) qui a de nombreuses acceptions et se rencontre en toponymie anglaise avec le sens probable, pense Ekwall, de colline ou celui d'un sobriquet (homme à la pomme d'Adam proéminente). Nous pouvons donc retenir l'une de ces deux etymologies.

140Croupton (Manche, h. Bacilly, c. Sartilly).

141Le Crouton (Manche, h. Bréal, c.l.c). Mêmes remarques que précédemment.

142Etotone (Somme, h. Morvillers-Saint-Saturnin, c. Poix) Stotuna xiie siècle. Cette localité, aux confins de la Seine-Maritime, est un établissement saxon dont le sens est enclos pour chevaux, haras. Il remonte à l'ags. stôd (vnor. stôdh) même sens, attesté dans plusieurs toponymes anglais. Nous pouvons entrevoir là un indice de l'ancienneté des origines de l'élevage des chevaux en Normandie.

  • 64 E., art. Hâmtûn.

143Hantone (Manche, h. Rauville-la-Bigot, c. Bricquebec). Plusieurs étymologies sont possibles : soit l'ags. hâmtûn, désignant le village par opposition aux écarts, ou la ferme principale d'un domaine, la « villa », par opposition aux dépendances, aux « villare ». Mais ce mot est assez rare en Angleterre64. En outre, s'il avait été la « villa »d'un grand domaine, Hantone aurait vraisemblablement donné naissance à un village ; il est demeuré un simple écart. Enfin cette remarque est confirmée par le caractère individuel des établissements saxons en Normandie qui, dans leur ensemble, ne paraissent désigner que de petites propriétés et non de grands domaines occupés par un chef dont ils reçoivent leur nom. On peut ensuite songer à l'ags. hamm-tûn, ferme dans une prairie marécageuse, ou enfin à hêantûn, datif de hêa, avec un sens locatif, la ferme du haut, tous deux attestés en toponymie anglaise. Dans l'ignorance où nous sommes du site de Hantone, il ne nous est pas possible de dire quelle est de ces deux dernières étymologies celle qui pourrait plus particulièrement convenir.

144Enfin, le premier élément peut représenter les substantifs ags. suivants, attestés en toponymie anglaise : hân, pierre, rocher, hana, coq, également employé comme surnom.

14510° Hautonne (Eure, h. Bosgouet, c. Routot). L'absence de formes anciennes rend difficile l'interprétation de ce nom qui peut être identique au précédent, mais peut représenter l'ags. hôh, escarpement, largement représenté en toponymie anglaise et normande. C'est de ce terme, nous le verrons, que procèdent hou et heu. A l'initiale, secondairement accentuée, on devrait avoir la forme hou ou ho, qui a pu subir, il est vrai, l'attraction de haut. Mais pourrait aussi convenir l'ags halh, coin, pièce de terre alluviale et aussi hauteur abrupte, également attesté en Grande-Bretagne, avec vocalisation normale de l. Remarquons que le vnor. haugr qui a donné hogue ou hougue en normand, avec maintien de la gutturale sonore, ne saurait convenir.

  • 65 Le doublet ags. hraefn ne peut être retenu, f intervocalique s'étant maintenu en fr. après sonorisa (...)

14611° Ronthon (Manche, c. Sartilly) Ranstun 1158. On pourrait songer à l'ags. hraemn, vsaxw. ram(n), corbeau, attesté en toponymie anglaise, mais la présence de s dans la leçon du xiie siècle fait difficulté65. Par contre l'anthroponyme ags. Ramm au gén., même étymologie, que l'on retrouve sans doute dans Rampisham (Dorset), Rampan (Manche), pourrait convenir. Cependant l'emploi du gén. n'est pas attesté par ailleurs. Mais l'ags. hram(e)sa, ail sauvage, rendrait également compte de s, maintenu dans l'écriture de façon générale jusqu'au xviiie siècle, bien qu'ayant cessé d'être prononcé à la fin du xiie. La fréquence de ce terme en toponymie anglaise, due vraisemblablement à l'emploi de l'ail sauvage dans la cuisine de cette époque, rend cette étymologie très vraisemblable.

  • 66 Il ne nous paraît pas possible de ranger parmi les toponymes en -tûn : Brotonne (Forêt de) (S.M., d (...)

14712° Venon (Eure, c. Le Neubourg) Venctun 1011. Nous pouvons proposer l'ags. wang (vnor. vangr), plaine, rase campagne, prairie, attesté dans Wangford (Staffordshire) et convenant à la situation de Venon dans la plaine du Neubourg. Notons que l'effacement de la gutturale sonore devenue sourde devant l'occlusive sourde t témoigne d'un emprunt ancien, les gutturales Scandinaves s'étant partout maintenues dans les composés normands66.

COT(E)

  • 67 W., XVI, art. kot.
  • 68 G.S., §§ 134 et 44, rem.
  • 69 L., § 745.
  • 70 J.M., 142.
  • 71 Adigard Des Gautries, Etudes de toponymie normannique, Les Caudecotte in Etudes germaniques, 1953, (...)

148Les toponymes normands en -cote, -cotte, -cottes ont une origine controversée. Wartburg propose de voir dans le vfr. et le vnorm. cote et son dérivé cotin, le vbfr. kot67, ce qui implique une origine identique pour les toponymes qui présentent ce terme. Cette étymologie est difficilement soutenable, le vbfr. n'ayant vraisemblablement pas possédé ce substantif qui, nous le verrons, est spécifiquement saxon. Gamillscheg n'a d'ailleurs relevé en dehors de la Normandie que deux toponymes en -cot : Mélicocq (Oise) et Ecottes (Pas-de-Calais) dont il attribue la fondation à des Flamands68. Mais le débat est surtout circonscrit à la possibilité d'une origine saxonne ou Scandinave. Longnon hésitait entre ces deux possibilités69. Joret, sans en donner les raisons, comme cela lui arrivait trop souvent, considérait les toponymes normands en -cot comme Scandinaves70. Récemment, M. Adigard des Gautries a apporté un point de vue nouveau, limité, il est vrai, aux seuls Caudecote, dans lesquels il propose de voir le vnor. kaldrkot, hutte froide, d'origine « anglo-nordique », fournissant, dit-il, « une nouvelle preuve des relations actives qui ont existé, au xe siècle, entre les établissements nordiques d'Angleterre et la Normandie »71.

  • 72 L. Musset, Les relations extérieures de la Normandie du ixe au xie siècle d'après quelques trouvail (...)
  • 73 L. Musset, Pour l'étude des relations entre les colonies Scandinaves d'Angleterre et la Normandie i (...)

149Notre propos n'est pas de nier ces relations dont témoignent quelques textes, mais de nous demander si elles offrent en toponymie une explication valable, car, il faut bien le dire, leur caractère et leur importance relèvent beaucoup plus du domaine de l'hypothèse qu'ils ne se fondent sur des preuves, les sources narratives faisant en effet complètement défaut ou presque au xe siècle. La numismatique indique bien entre la Normandie et la Scandinavie des échanges commerciaux, mais de faible importance et datant du xie siècle72. De plus, ils n'impliquent nullement des échanges humains, sans lesquels il ne saurait y avoir de fondations toponymiques. D'ailleurs, comme l'écrit M. Musset, l'un des promoteurs de cette théorie, la situation politique de l'Angleterre, la romanisation des Scandinaves en Normandie étaient au Xe siècle peu favorables à des échanges de grande envergure73.

  • 74 L. Musset, Pour l'étude des relations entre les colonies Scandinaves d'Angleterre et la Normandie i (...)
  • 75 A.d.G., 67-70.
  • 76 Nous examinerons ci-dessous la théorie émise à ce sujet par M. Musset.

150L'auteur, qui pense en avoir cependant découvert la preuve dans certains termes de droit et d'agriculture, conclut: « Mais rien n'interdit, tout au long du xe siècle, les relations économiques ou même les migrations d'hommes, Vikings passés, comme cela s'est fait si souvent, de l'une à l'autre des dépendances Scandinaves »74. M. Adigard des Gautries avait déjà signalé le passage en Normandie de quelques chefs Vikings à la tête de leurs bandes : Sigtryggr qui vint soutenir la réaction païenne de Tormod, mais fut vaincu et tué en 943 dans une bataille livrée à Louis IV d'Outre-Mer ; Haraldr, roi de Danemark, réfugié en Normandie avec 60 navires, qui regagna son pays après avoir été sans doute commandant de Bayeux ; Olafr Haraldson. appelé par Richard II en 1013, alors en guerre contre Eudes de Chartres75. Il n'est certes pas impossible que parmi ces Vikings certains se soient fixés en Normandie. Mais la politique ducale consista précisément à écarter ces nouveaux venus gênants et non pas à favoriser leur établissement dans un pays dont les terres avaient été déjà partagées entre les compagnons de Rollon. D'ailleurs, les noms en -cote, comme la plupart des toponymes saxons, sont rarement déterminés par un gentilice, et leur signification même de hutte, de chaumière, est peu conciliable avec une fondation de chef Scandinave76. Remarquons toutefois que, dans le cas de caudecotte, refuge de voyageur ou de chasseur, l'absence de gentilice va de soi. De toute manière, si la théorie des relations n'est pas a priori à rejeter en bloc, elle doit être examinée en fonction de chaque cas particulier. C'est ce que nous voudrions faire pour les toponymes en -cote.

  • 77 Jan de Vries, Altnordisches Etymologisches Wörterbuch, Leiden, 1962, art. kot.
  • 78 Cité par Adigard des Gautries in Etudes Germaniques, 1953, I, 2 sq.
  • 79 E., art. cot(e).

151Nous ne pouvons pas suivre M. Adigard des Gautries lorsqu'il attribue aux Caudecote, et cela de préférence aux autres -cote normands, une origine anglo-scandinave. Certes, comme le remarque l'auteur, ils sont situés sur une aire Scandinave : Seine-Maritime 5, Eure 2, Calvados 1, Manche 1. Mais, comme nous l'avons déjà remarqué et aurons encore maintes fois l'occasion de le faire, ils sont également situés sur une aire essentiellement saxonne, correspondant à une zone plus particulièrement colonisée du vie au ixe siècle. Cet argument de géographie linguistique ne saurait donc servir de preuve. Par contre, les arguments en faveur d'une origine saxonne sont nombreux. Remarquons d'abord que les toponymes en -kot sont rares au Danemark, nombreux cependant en Islande, mais dans un pays comme dans l'autre des formations tardives77, ce qui permet de songer à un emprunt Scandinave à l'anglo-saxon. C'est d'ailleurs l'avis de Kristian Hald, qui écrit en effet : « Le plus vraisemblable est que le nom est apparu en Angleterre, et que les Scandinaves l'ont apporté de là tant dans les pays du Nord, surtout au Danemark, qu'en Normandie »78. Si ce dernier point est contestable, le premier ne l'est certainement pas. Le nom est très répandu en toponymie anglaise où Ekwall le considère comme anglo-saxon79. De fait, c'est un mot spécifiquement saxon : l'allemand Kot(e), Kate, hutte, est un emprunt au bas-allemand, domaine du saxon ; il en est de même du néerlandais kot. Les toponymes en -kot sont circonscrits en Allemagne à l'aire du bas-saxon. Le mot semble avoir manqué au vbfr., ce qui explique son absence dans les toponymes franciques de la Gaule.

152En outre, le vnor. kot était neutre, comme l'ags. cot, mais il existait dans ce dernier dialecte la forme cote féminine, très répandue en toponymie anglaise. Or, les -cote normands, latinisés en -cota, supposent justement cette forme féminine cote inconnue du vnor. Il faut signaler à ce sujet l'étude d'Albert Sjögren, Le genre des mots d'emprunt norrois en normand (Romania, 1928, LIV, 381-412), où l'auteur a montré par de nombreux exemples « que la forme et l'accentuation du mot d'emprunt détermine son genre dans la langue emprunteuse ». On sait qu'en français la majorité des substantifs masculins sont des oxytons à finale consonantique (deuxième déclinaison latine), alors que la majorité des substantifs féminins sont des paroxytons à finale -e (première déclinaison latine en -a). Cet accent et cette désinence, de caractère significatif, ont été déterminants lors de la fixation du genre des mots d'emprunt. D'autre part, dans les emprunts postérieurs à l'affaiblissement de -a latin final en -e et à l'effacement de -o, -u, -i, -e finals dans les paroxytons, vers la fin du viie siècle (à quelques exceptions près d'ailleurs phonétiquement expliquées), ces voyelles ont été conservées en français avec le timbre -e, et les mots empruntés sont restés ou sont devenus féminins. C'est ainsi que les substantifs Scandinaves terminés par une consonne (g, nn et ss exceptés) : topt, tveit, râs, féminins, flot, thorp, neutres, etc., ont donné en normand tot (cf. les noms de lieu Le Tot), tuit (cf. les noms de lieu Le Thuit), raz, flot, torp (cf. les noms de lieu Le Torp), masculins, mais que les substantifs masculins terminés par une voyelle : biti, floti, kriki, rakki, etc., ont abouti en normand à bitte, flotte, crique, raque, féminins.

153Ainsi, le vnor. kot aurait donné le normand *cot, masculin, et non cote, féminin, dont rend compte l'ags. cote, déjà féminin, avec -e final assimilé à -e final des féminins français (< -a latin). En outre, plusieurs -cote normands présentent une autre forme caractéristique des toponymes de Grande-Bretagne, le pluriel, inconnu en Scandinavie. Par ailleurs, le Pas-de-Calais offre un certain nombre de noms de lieu en -cote, d'origine évidemment saxonne et, de plus, ancienne, comme le prouve la phonétique dans Ecottes par exemple, de l'ags. Agincota xiie siècle (h. Licques, c. Guines), avec effacement de la gutturale intervocalique. Enfin, l'étude des noms de lieu normands en -cote nous permettra de montrer que quelques-uns ne peuvent procéder que du saxon. Nous pouvons donc en conclusion admettre qu'il en est de même des autres. Ce sont :

154Bacotte (S.M., h. Ancretiéville-Saint-Victor, c. Yerville). Il est difficile d'interpréter le premier élément qui est peut-être simplement l'adjectif français bas, mais pourrait représenter l'ags. bât, bateau, ou l'ags. baest, tilleul, cf. Basbourg.

  • 80 In S.A.N., 1964, IV, 4.
  • 81 Jan De Vries, op. cit., art. brû.

1552° Brocottes (Calv., c. Cambremer) Brocotes 1295. M. Adigard des Gautries propose, avec réserve d'ailleurs, le vnor. brû, brô, pont80. Mais seul le vnor. brû semble être attesté ; la forme brô, ostique, ne se rencontre que tardivement en danois moderne qui, à date ancienne, présente régulièrement brû81. Il est donc difficile de tenir compte d'une forme aussi hypothétique. Quant à la forme normale brû, elle ne peut phonétiquement convenir, û long Scandinave ayant été régulièrement conservé en vnorm. Nous pensons qu'il s'agit de l'ags. brôc, sans correspondant en vnor., dont le sens premier, plusieurs fois attesté en toponymie anglaise et normande, est marécage, qui convient parfaitement à la région où est situé Brocottes et témoigne de l'ancienneté de la fondation.

156Cottes (S.M., h. Cany-Barville, c.l.c). Remarquons la forme plurielle, fréquente en Angleterre, témoignage ici d'une origine saxonne ; elle se rencontre en outre avec l'article dans plusieurs toponymes normands.

157Nous citerons ensuite les Caudecote dénombrés par M. Adigard des Gautries :

158Caudecote (S.M., h. Avesnes-en-Val, c. Envermeu) Caudecote 1229.

159Caude-Cote (S.M., h. Dieppe) Caldecota 1030.

1606° Côte-Côte (S.M., h. Bec-de-Mortagne, c. Goderville) Caudecote 1218.

161Cotte-Cotte (S.M., h. Grémonville, c. Yerville).

162Côte-Côte (S.M., h. Sierville, c. Clères) Caldecota 1142.

163Caudecotte (Eure, h. Saint-Philibert-sur-Boissey, c. Bourgthe-

164roulde) Caudecote 1235.

16510° Caude-Cotte (Eure, h. Bazoques, c. Thiberville) Caldecot 1180.

16611° Cantecotte (Calv., h. Morteaux-Coulibceuf, c.l.c.) Caldecota 1108.

16712° Cauticotte (Manche, h. Saint-Symphorien-le-Valois, c. La Haye-du-Puits) Calda Cota 1145 env. Tous ces Caudecote ont de nombreux correspondants en Grande-

168Bretagne où ils présentent le sens de hutte non chauffée servant de refuge soit aux voyageurs, soit aux pêcheurs et aux chasseurs.

  • 82 Dans Cottebronne (P.-de-C.) et Cottebrune (Belgique), Longnon, § 798, voit l'élément cald qu'il rap (...)

16913° Cottebrune (Manche, h. Saint-Symphorien-le-Valois, c. La Haye-du-Puits). Le second élément peut être l'ags. brunna, source, fontaine, rivière (vnor. brunnr), qui apparaît comme premier ou second élément dans les composés toponymiques de l'Angleterre et du Pas-de-Calais. Cotte représente vraisemblablement l'ags. cote. Il n'est cependant pas impossible d'y voir l'ags. ceald ; le sens du composé serait alors source froide82.

17014° Putecotte. Nom de lieu aujourd'hui disparu porté par l'un des compagnons de Guillaume le Conquérant. Le premier élément Pute-vient soit de l'ags. pytt (vnor. pyttr) puits, fontaine, trou, carverne, soit de l'anthroponyme Putta, l'un et l'autre attestés en Angleterre. Le sens du toponyme est cabane du puits ou de Putta.

17115° Vaucottes (S.M., h. Vattetot-sur-Mer, c. Fécamp) Vaucote 1461. Bien que la référence soit tardive, le sens de ce mot est clair : c'est la cabane de la forêt, de l'ags, wald, weald, avec vocalisation régulière de l. Ce sens est d'ailleurs conforme à la situation de Vaucottes à l'orée du bois des Hogues. Remarquons que le vnor. völlr, plaine, champ, prairie, pourrait phonétiquement convenir, õ ayant été transcrit par a en vnorm., mais il n'est pas attesté par ailleurs en Normandie et, de plus, son sens convient mal à une maison forestière.

172L'ags. cote est passé dans le parler normand d'abord au sens propre de cabane qui se retrouve dans plusieurs noms de lieu précédés de l'article. Citons :

173La Cotte (Manche, h. Le Theil, c. St-Pierre-Eglise). Le genre féminin de l'étymon s'est maintenu ici jusqu'à nos jours.

174Les Cottes (S.M., h. Mont-Saint-Aignan, c. Rouen) ;

175Les Cottes (Manche, h. Le Mesnil, c. Barneville-sur-Mer) ;

176Les Cottes (Manche, h. Saint-Georges-la-Rivière, c. Barneville-sur-Mer) ;

177Les Cottes (Manche, h. Rocheville, c. Bricquebec).

178Il n'est pas impossible que ces noms représentent des dénominations originairement saxonnes (cote a été ainsi employé seul au pluriel en toponymie anglaise) qui auraient reçu l'article après l'emprunt du mot en dialecte normand.

  • 83 Dauzat et Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, 1963, p (...)

179On peut sans doute rattacher à cote Cottévrard (S.M., c. Bellen-combre) Cotevrardi fin du xiie siècle, formation romane tardive, comme le montre la syntaxe du composé83.

180Enfin cote a donné les dérivés cottin, cottinet, cotteret, uniquement attestés dans les départements normands de la S.M., du Calvados, de la Manche et de l'Orne.

  • 84 W., XVI, 345 sq. II est curieux que l'aire essentiellement normande de cote n'ait pas éveillé l'att (...)

181L'emploi de cote avec l'article ainsi que ses dérivés nous montrent que ce mot est passé dans le vnorm. où il est attesté dans le Cotentin et les îles anglo-normandes aux sens divers de cabane, niche, clapier, étable à cochons, écurie, grotte84. De là, il a pénétré en vfr. Le dérivé cotin est également attesté en vnorm. avec les mêmes sens. En outre, un autre dérivé, le vnorm. cottage, tenure d'un jardin, est passé en anglais, d'où il nous est revenu au xviiie siècle au sens de maison de campagne. Enfin le vnorm. a donné au mfr. le dérivé coterie, bien roturier, association de paysans tenant une terre seigneuriale, puis par évolution en français mod., société, clique. Une telle extension géographique et surtout une telle diversité sémantique à époque ancienne présuppose une évolution déjà longue dont ne saurait rendre compte un emprunt anglo-scandinave au xe siècle, ce qui constitue un nouveau témoignage de l'origine saxonne de cote. Nous noterons enfin que l'étude phonétique : maintien de°bref et de la dentale sourde, nous permet de dire que les dénominations en -cote sont postérieures au ve siècle, et appartiennent à la seconde période de colonisation.

FLETT OU FLÊOT

  • 85 Nous avons abordé l'étude des noms en -fleur dans un précédent article : Les noms de lieu normands (...)

182Comme le montrent les leçons anciennes, les toponymes normands en -fleur, contrairement à l'opinion courante, n'ont pas tous la même origine85. En particulier, deux d'entre eux sont des fondations vraisemblablement saxonnes : Vittefleur et Honfleur.

  • 86 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Paris, 1938, Flet, arca, casa, domus, habitatio
  • 87 In Magni Rotuli Scacarii Normanniae, édit. Stapleton, 2 vol. Londres, 1840-1844, Fleta de Risleclif (...)
  • 88 Fouché, II, 229, et R.G., I, 247.

183Vittefleur (S.M., c. Cany-Barville) Guiteflec 1103, avec c pour t, souvent confondus dans les anciens textes. Le second élément paraît représenter l'ags. ou le vfris. flett, sol, vaste pièce, habitation. Le vnor. flet, élévation de terre autour des murs, chambre, maison, peut également convenir, mais du Cange tient le mot pour saxon86. Notons que flett a été latinisé en fleta87. Le premier élément confirme l'étymologie saxonne : il représente soit l'ags. hwît, soit le vnor. hvît. blanc. Mais, outre que hwît est largement attesté en toponymie anglaise, l'évolution de la labiovélaire initiale w en gutturale sonore gu n'a jamais eu lieu dans les mots d'origine Scandinave qui conservent v. La leçon gaite- est donc le témoignage d'un emprunt pré-scandinave qui ne peut être que saxon. Mais flet pourrait représenter l'ags. flêot, eau, mer, estuaire, rivière, emprunt postérieur à la seconde moitié du vie siècle, d'où la non-diphtongaison de ê et le maintien de t final88. Quant à la forme actuelle Vitte-, c'est une fausse réfection de scribe. Il en est de même de la finale, refaite d'après les autres toponymes en -fleur. Le sens du composé serait maison blanche ou rivière blanche, allusion à la Durdent, au bord de laquelle est situé Vittefleur.

1842° Honfleur (Calv., c.l.c.) Hunefleth 1025 ?, Huneflet 1025, Hunefloth 1062 env., Honneflo 1198, Onneflor 1311 - 1320. Le second élément peut représenter soit le nom d'homme ags. Hûna, attesté dans flôdh, flot, rivière, qui est une réfection de flett ou de flêot. Le premier élément peut représenter soit le nom d'homme ags. Hûna, attesté dans Huncoat (Lancashire), Hundon (Lincolnshire et Staffordshire), Hunger-stone (Herefordshire), etc., soit, plus vraisemblablement, l'ags. hûn, ourson, également attesté dans Hunsdon (Hertfordshire), Hunshelf (Ouest du Yorkshire), Hunstone (Sussex) et Hunslet (Ouest du Yorkshire), Hunesflet 1180 env., qui semble être en effet l'exact correspondant de Honfleur. Le sens serait donc maison ou plutôt rivière des oursons, la Seine ou la Morelle, au bord desquelles est situé Honfleur.

WÎC

  • 89 V., § 298.

185L'élément wic qui se rencontre en toponymie normande peut avoir plusieurs origines : il existe d'une part le vnor. vîk, anse, dont on fait généralement provenir le terme Viking, d'autre part l'ags. wîc. même sens, en outre l'ags. wîc, maison, ferme, village, ville, ancien emprunt au latin vîcus, et l'ags. wic(e), orme des montagnes, tous attestés en toponymie anglaise, mais dont le dernier ne semble pas avoir laissé de traces en Normandie. Enfin le lat. vîcus, village, se rencontre dès l'époque romaine sur toute l'aire de la Gaule. Il est employé soit seul, soit avec un adjectif ou un nom de rivière, jamais avec un gentilice89. Il présente très généralement la forme vic avec labiodentale. Dans l'Est, sous l'influence germanique, comme dans Longwy par exemple, la labiodentale s'est parfois vélarisée. En Normandie, où il est assez aisé de le distinguer des autres wic Scandinaves ou saxons, il présente les formes vic, vicq, vicques et vicquet, vicel, diminutifs.

  • 90 E., Introd. XVI sq. et art. wîc, wice.
  • 91 Citons : Audruicq, c.l.c., Austruy, ferme à Resty, c. Marquise ; Baduy, fief à Saint-Martin-Boulogn (...)

186Le vnor. vik, anse, est attesté au Danemark, où il est rare, en Norvège et en Suède, surtout en Islande et dans les îles Feroé. Ekwall n'en mentionne aucun exemple en Angleterre. Quant à l'ags. wîc, même sens, il ne semble pas être beaucoup représenté en toponymie anglaise. Par contre wîc < lat. vîcus est très fréquent, seul ou en composition, aux sens de ferme laitière, le plus courant, et de village. Comme premier élément, il n'est pas toujours possible de le distinguer de wice. orme des montagnes90. Il se rencontre également dans le Pas-de-Calais91.

  • 92 L., §§ 1219 à 1221.

187Faut-il voir, comme le pense Longnon, dans Cap Lévy (Manche, Fermanville, c. Saint-Pierre-Eglise) Kapelvic xiie siècle, le cap de l'anse, dans le Raz de Vic et dans l'île de Vic, à l'est de ce cap (carte du diocèse de Coutances, xviiie siècle), le vnor. vîk, anse92 ? C'est probable, encore que l'ags. wîc ne soit pas exclu. De même Sanwic (S.M., ancien village, maintenant quartier du Havre) Sanwic 1035, est attribué par Longnon aux Scandinaves, qui le rapproche de Sandwik (Norvège et Suède) et de Sandvig (Danemark). Mais Sandwich est attesté en Angleterre (Kent) au sens de ferme ou village des sables. En outre, cet ancien écart est situé sur une hauteur, et, bien que les aménagements du port et les alluvions aient pu faire disparaître une anse, la Seine n'en présente pas de trace à cet endroit. La possibilité d'une origine saxonne n'est donc pas exclue. Par contre, elle est certaine dans les noms suivants :

1881°Herdouic (S.M., ancien h. Saint-Aubin-Routot, c. Saint-Romain-de-Colbosc) Herdoic 1 220 env. Il s'agit de l'ags. Heord(e)wîc, la ferme des moutons, attesté en Angleterre dans de nombreux Hardwick ; Ekwall n'en cite pas moins de 25 exemples.

189Vas-Houis (S.M., h. Mirville, c. Bolbec) ;

190Vasouy (S.M., h. Colleville, c. Valmont) ;

191Le Vasouy (Eure, h. Saint-Pierre-de-Salerne, c. Brionne) ;

  • 93 Fouché, II, 229, 261 sq.

1925° Vasouy (Calv., c. Honfleur) Wasuic 1035, Washuic 1035, Guasuit, Guashuic, Guasvic entre 1035 et 1068-1076. Ce nom est également porté par un rocher de la même commune, la Roche de Vasouy. Ces quatre noms de lieu présentent dans leur premier élément l'ags. wâse, vase, boue, endroit boueux, bourbier, attesté en Angleterre dans Wass (Nord du Yorkshire, Leicester, Lincolnshire), Washbourne (Gloucester), Washfield (Devonshire), etc. II peut également représenter l'ags. waesse, même sens, dérivé du premier. Notons que le vnor. veisa, vase, marécage, ne peut convenir phonétiquement. car il aurait abouti en vnorm. à *veise ou *vese. Enfin les leçons présentant la gutturale sonore gu initiale sont en outre le témoignage d'un emprunt pré-scandinave. Le sens de ces composés est donc ferme ou village du bourbier. Ce sont des fondations postérieures à 650 environ : en effet, l'ags. wâse qui, comme nous allons le voir, est passé en français vraisemblablement à l'époque de ces fondations, n'a pas muté â en è ; c'est donc qu'il fut emprunté après la diphtongaison de â en ae qui eut lieu au début du viie siècle93. Nous avons là un nouvel exemple de fondations ultérieures aux premiers établissements des Saxones Bajocassini.

  • 94 Bloch, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris 1932, et DAUZAT, Dictionnaire étymol (...)
  • 95 R.G., 153 sq.

193Comme nous le disions, le français vase est un emprunt au dialecte normand qui a lui-même pris ce mot à l'ags. wâse. Il nous faut au préalable examiner les opinions divergentes des philologues. Bloch et, après lui, Dauzat considèrent ce mot comme un emprunt au mnéerl. vase, attesté sous la forme voyse en 1396 (Texte de Dieppe)94. Ce jugement est sans doute fondé sur la date de la première mention du terme, correspondant à une époque où Dieppe était en relations avec les Pays-Bas. Mais, comme le remarque Gamillscheg, vase est déjà attesté au xiie siècle dans le Roman de Rou, au xiiie siècle en picard, dans le dérivé wasier, ouvrier qui va ramasser les épaves dans la vase (texte de Caudebec de 1282). Remarquant que le mot ne peut être d'origine Scandinave, Gamillscheg lui attribue une origine francique, dialecte parlé dans cette région jusqu'au ixe siècle, écrit-il. C'est un second emprunt postérieur à l'évolution de â en ê, le premier ayant abouti au vfr. gazon (vbfr. wâso > vfr. *wasone > gazon)95. Mais si les remarques phonétiques et lexicologiques de Gamillscheg sont exactes, sa conclusion nous paraît fausse. Tout d'abord, il n'est rien moins que prouvé que le francique ait été parlé dans cette région jusqu'au ixe siècle ; tout laisse au contraire supposer que, si tant est qu'il le fut, il était depuis longtemps éteint. D'ailleurs, il n'a pas laissé en vnorm. des traces plus importantes qu'en vfr. Or vase est attesté non en vfr., mais en vnorm. et en vpic, et cela dès le début du xie siècle dans des toponymes saxons au demeurant plus anciens. II n'y a donc aucune raison valable pour lui attribuer une autre origine en français : c'est un terme saxon emprunté postérieurement à la première moitié du viie siècle par le vnorm. d'où il est ensuite passé en vfr.

STALL

194C'est le second élément de six toponymes normands qui présentent régulièrement Darne- ou Dane- dans leur première partie. Ce sont :

195Danestal (Calv., c. Dozulé) Darnestallum 1198, Denestallum xive siècle. La chute de r est vraisemblablement due à l'attraction de Dane, Danois.

196Darnétal (S.M., c. l. c.) Darnumstallam xie siècle. La chute de s intérieur devant consonne est régulière.

197Darnétal (Calv., anc. h. Caen) Darnestal 1077, Danestal 1082, Danestal 1090. Même remarque que précédemment.

198Darnétal (Manche, h. Négreville, c. Bricquebec).

199Darnétal (Manche, h. L'Etang-Bertrand, c. Bricquebec).

200Darnétal (Orne, h. Lignères, c. Le Merlerault).

  • 96 V., § 379.
  • 97 G.S., §§ 15 et 135.
  • 98 G.S., §§ 68 et 135. Gamillscheg ne cite que 3 Darnetal.
  • 99 Fouché, II, 446.

201Vincent, qui mentionne trois de ces composés, les fait remonter au vnor. stallr, échafaudage, autel, étable, crèche, mais il n'explique pas le premier élément darne96. Or, le vnor. ne possède que l'adjectif dar, même racine, désagréable, violent, sans élargissement nasal, qui ne convient ni phonétiquement, ni sémantiquement. Il s'agit de dénominations saxonnes, formées de l'ags. derne (dierne), secret, caché, attesté dans plusieurs toponymes anglais tels que Darnford (Suffolk), Darn(h)all (Ouest du Yorkshire, Cheshire), Dearnbrook (Ouest du Yorkshire), Dornford (Oxfordshire), etc., et de l'ags. steall, vsaxw. stall, lieu de séjour, étable, écurie, très largement répandu en Grande- Bretagne. On pourrait songer il est vrai à une origine francique, stall étant attesté dans quelques noms de lieu, de même que le vbfr. darni l'est dans Darniburg97, en Allemagne. Mais ces toponymes, comme leur exact homonyme Darnétal dans le Pas-de-Calais (c. Montreuil-sur- Mer), sont situés sur une aire saxonne. De plus, ils n'ont pas de correspondant dans les zones de peuplement francique. C'est pourquoi Gamillscheg leur attribuait déjà une origine saxonne98. Remarquons que e initial devant r implosif a régulièrement abouti à a dès une époque ancienne99.

202Bien que la phonétique ne nous fournisse pas de critère de datation, l'aire de répartition de ces composés nous permet cependant de les considérer comme pouvant remonter au ve siècle.

HÛS

  • 100 Stednave, op. cit., 66.
  • 101 G.S., §§ 44 et 105. Vincent et Gröhler ne mentionnent pas de formation franque en Gaule.

203Le substantif hûs. maison, est commun à tous les dialectes germaniques. Les Scandinaves l'ont surtout employé en Islande avec un nom chrétien100, à date tardive par conséquent, et en Angleterre, où la plupart des toponymes en -hûs, surtout dans le Danelag, sont nordiques. Néanmoins, des fondations saxonnes en -hûs sont attestées sur toute l'aire de la Grande-Bretagne. En Normandie, il y a peu de traces de composés nordiques de ce genre, et l'on ne peut guère mentionner, comme très probablement Scandinave, que Etainhus (S.M., c. Saint-Romain-de-Colbosc). Quant aux Francs, ils n'ont pas fait en Gaule un usage fréquent de ce terme que Gamillscheg a relevé seulement dans Gandelu (Aisne, c. Neuilly) < *Wandalinhûs et dans Housse (province de Liège), ce dernier postérieur à l'invasion franque101. C'est en Allemagne et en Alsace-Lorraine qu'apparaîtront, plus tardivement, les composés en -hûs, toujours au datif pluriel, d'où la forme actuelle -hausen. Il faut en effet remarquer que les dénominations toponymiques sont soumises à des modes : c'est ainsi que les Francs useront successivement des noms en -haim du type Salihaim, en -ing, en -dorf, en -hoven et en -hausen. Nous pouvons donc admettre pour ces raisons que les toponymes normands en -hûs ne sont pas franciques.

  • 102 L., § 1194.

204Cropus (S.M., c. Bellencombre). L'absence de forme ancienne ne permet qu'une hypothèse : le premier élément semble représenter l'ags. Cropp(a) que nous avons déjà rencontré dans Cropton, fondation saxonne, et dont le sens est colline ou homme à la pomme d'Adam proéminente. Mais Longnon rapproche ce toponyme de Kroppetorp, Kroppfjäll, Kroppkâr (Suède)102. Un doute est donc permis.

205Gavrus (Calv., c. Evrecy). On pourrait songer à l'ags. gafol, geafol, tribut, cotisation, cens > *gavel > *gavre par dissimulation (cf. vnor. höfn > vnorm. havne, havle > havre).

206Lihus (S.M., h. Les Grandes-Ventes, c. Bellencombre) présente sans doute le même élément que Lihou, l'ags. hlîeg, refuge. Remarquons que dans le canton de Bellencombre se trouvent plusieurs fondations saxonnes, ce qui plaide en faveur d'une même origine pour Cropus et Lihus. Signalons en outre que ce toponyme a son exact correspondant en Lihus (Oise, c. Marseille-en-Beauvaisis), région de colonisation saxonne.

207Sahurs (S.M., c. Grand-Couronne) Salhus, 4 mentions : 1024 env., 1030-1035, 1040 env. - 1050 env., 1060 env. Sal- peut représenter l'ags. salu, noir, sombre, sans correspondant en vnor., mais il ne semble pas attesté en toponymie anglaise. Par contre l'ags. salh, sealh, saule, y est très répandu, et nous l'avons déjà rencontré dans Sallen en Normandie. Nous pouvons retenir cet étymon avec le sens de maison des saules pour le composé. Remarquons que le vnor. selja, même sens, ne peut convenir phonétiquement, pas plus que le vnor. sali, marchand, auquel on pourrait songer ; i serait représenté par i ou e dans les leçons du début du xie siècle.

208Il n'est pas possible de préciser la date de ces composés qui, compte tenu de leur aire, semblent toutefois appartenir à la seconde période.

Notes

1 G.S. passim.

2 Cf. G.S., § 22, Ekwall, The Concise Oxford Dictionary of English Place-Names, Oxford, 1964, Introd. XV (E.) et Kristian Hald, De danske Stednavne paa -um, Copenhague, 1942.

3 Cf. Kluge, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, 19. Auflage, Berlin, 1963 (K.).

4 Ferdinand Lot, De l'origine et de la signification historique et linguistique des noms de lieux en -ville et en -court in Romania, 1933, n° 59.

5 Cf. G.S., passim, et De Loisne, Les anciennes localités disparues du Pas-de-Calais in Mémoires de la Société des Antiquaires de France, 1906, passim.

6 Cf. Ch. Beaulieux, Histoire de la formation de l'orthographe française, Paris, 1927, 50 sq.

7 Braune-Mitzka, Althochdeutsche Grammatik, Tübingen, 1933, § 43.

8 P. Fouché, Phonétique historique du français, 3 vol., Paris, 1952- 1961, II, 229 (Fouché).

9 G.S., § 26, 27, 180.

10 Sur l'origine saxonne des toponymes en -ham et de hameau, cf. notre article Des toponymes normands en -ham et de l'étymologie du français hameau in Annales de Normandie, 1963, II (A.N.).

11 Cf. Adigard Des Gautries, Les noms de personnes Scandinaves en Normandie de 911 à 1066, Lund, 1954 (A.d.G.), 245.

12 Bach, Deutsche Namenkunde, 5 vol. Heidelberg, 1952-1956, II, § 327.

13 Fouché, II, 446.

14 Cf. Bourciez, Phonétique française. Paris, 1967, 88, et Beaulieux, op. cit., 38.

15 Cf. A.N., 1963, II, et Feilitzen, op. cit., 213. L'auteur pense qu'il pourrait s'agir aussi d'un surnom tiré de canna, cruche, pot, mais que la graphie courante avec un seul n semble exclure cette hypothèse. Cf. aussi E., art. Canfield.

16 G.S., § 137.

17 E., Introd. XXV sqq.

18 Vincent, La toponymie de la France, Bruxelles, 1937, 146 (V.) commet une erreur en identifiant oistre au flamand « ooster, de l'est, à l'embouchure de l'Orne », Ouistreham est en effet à l'ouest de ce fleuve côtier.
Mentionnons que Ouistreham signifiait encore au xixe siècle dans le patois normand du Cotentin le pays, la contrée de l'ouest (cf. Barbey d'Aurevilly, Un prêtre marié, édit. La Pléiade, I, 1071). H est probable que ce sens procède directement du vsax. ; ham, en effet, y a encore, comme le vnor. heimr, et contrairement au vbfr. haim, l'acception primitive de pays, de contrée. C'est un nouvel argument en faveur de son origine saxonne.

19 Fouché, II, 446.

20 R.G., I, 250 sqq.

21 Signalons enfin deux noms de lieu au sens obscur qui peuvent présenter peut-être l'élément ham : Gersan (Orne, h. Condeau, c. Rémalard) et Guérame (Orne, h. Alençon), Par contre, en dépit de sa désinence caractéristique, Cahan (Orne, c. Athis), Canhadun 1070-1079 est, comme le pense M. Adigard des Gautries in Etudes d'onomastique ornaise, Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Orne, 1961, VI, un nom de lieu gaulois en -dun, forteresse sur une hauteur, répandu sur toute l'aire de la Gaule, mais dont le premier élément reste obscur. Il en va de même pour les noms suivants : Airan (Calv., c. Bourguébus), Ueidram 843, Heidrauilla 845, Airam 1025. MM. Adigard des Gantries et Lechanteur écrivent in S.A.N., octobre 1961, 25 : « Selon toute apparence, n. franc ou saxon en -ham ». Pour les raisons que nous avons déjà exposées, ham ne peut pas être d'origine francique. En outre, la forme Heidravilla, avec le second élément villa, ne s'expliquerait guère s'il s'agissait d'un composé en ham. Nous pensons plutôt que Heidram représente, comme l'écrit Groehler, Ueber Ursprung und Bedeutung der französischen Ortsnamen, 2 vol., Heidelberg, 1933, 325, le gentilice franc Heilramnus ou Hegeramnus ; Etelan (S.M., h. Saint-Maurice-d'Etelan, c. Lillebonne), Esteilant 1060 env., sans doute du vbfr. *staigal (vha. steigal), avec g spirantique, abrupt ; Etelan (Manche, h. Catz, c. Carentan), même étymologie. Cependant l'ags. stægel, avec g spirantique, n'est pas exclu.

22 Cf. E., Introd. XV.

23 Nous renvoyons le lecteur pour le détail de l'argumentation à notre article déjà cité : A.N., 1963, II, que nous nous contentons de résumer.

24 G.S., 52 et R.G., I, 82 sq., 237 sq.

25 Fouché, II, 254 sqq.

26 Dauzat, Dictionnaire des noms de famille et prénoms de France. Paris, 1951.

27 Wartburg, Französisches etymotogisches Wörterbuch, XVI, 119 (W.).

28 A. Longnon, Les noms de lieu de la France, Paris, 1920 - 1929, § 949 (L.).

29 E., art. burg.

30 Nous avons proposé dans un précédent article in Revue Internationale d'onomastique (R.I.O.), 1966, I, l'ags. head, combat, avec transcription de h par c, normale à époque ancienne. Mais d'une part *Headburg n'est pas attesté en Angleterre, et d'autre part, le nombre des Cabourg normands doit nous faire rejeter cette étymologie. Il n'est pas possible d'admettre celle proposée par M. Schmittlein in R.I.O., 1962, I, 11, l'emploi du simple gentilice comme toponyme n'étant pas attesté.

31 E., art. burg.

32 Nous avons consacré un art. à Cherbourg in R.I.O., 1966, I, auquel nous nous permettons de renvoyer le lecteur pour le détail.

33 R.G., I, 262 sqq.

34 Bach, op. cit., II, § 84, 347.

35 Fouché, III, 611.

36 Bach, op. cit., § 374.

37 Il n'est pas possible de retenir l'étymologie récemment proposée par M. Schmittlein in R.I.O., 1962, I, 11, Gausburgis, conservé, dit-il, dans Sainte-Gauburge. En effet, l'occlusive gutturale sonore g IL é té régulièrement maintenue en norm. à l'initiale devant a ou°primaire ou provenant de au. Gauburge vient du vbfr. Walburg avec évolution de w initial en gu et vocalisation de l, que l'on retrouve également dans Sainte-Vaubourg (Eure) avec maintien de la labio-vélaire initiale.

38 En dehors de la Normandie, mentionnons cinq localités portant le nom de Richebourg (Haute-Marne, Seine-et-Oise, Aisne, Pas-de-Calais). Dans ce dernier département, Richebourg - l'Avoué et Richebourg - Saint - Vaast formaient autrefois la paroisse de Richebourg, c. Cambrin, Rechesburg 1136. Gamillscheg pense, à cause de la dés. gén., qu'il s'agit d'une fondation saxo-frisonne postérieure aux premiers établissements (G.S., § 67). Deux autres présentent la forme dialectale Riquebourg, Oise et Pas-de-Calais, village disparu à Maresquel, c. Campagne-les-Hesdin.

39 Hans Bahlow, Deutschlands geographische Namenwelt, Francfort-sur-le-Main, 1965, 519 sq.

40 Joret, Les noms de lieu d'origine non romane et la colonisation germanique et Scandinave en Normandie in Congrès du Millénaire de la Normandie, 2 vol., Rouen, 1912, II, 101, mentionne en outre Laubourg (Avranchin), localité que nous n'avons pu situer. (J.M.). Signalons enfin Bourbourg (Manche, h. Tourlaville, c. Octeville) qui, selon toute apparence, est un nom rapporté d'origine flamande, une colonie flamande existe en effet en cet endroit.

41 Cf. Kluge, op. cit., et Bach, op. cit., II, §§ 374, 518.

42 Cf. notre article, Des toponymes normands en « -ham »et de l'étymologie du français « hameau »in A. N., juin 1963.

43 Cf. Nomenclature des écarts des départements français publié par l'Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques.

44 Bach, op. cit., §§ 374, 514, 518.

45 E., introd. XIV, et art. burg.

46 G.R., I, 180.

47 Cf. Leumann, Lateinische Grammatik, Munich, 1963, § 92.

48 Diccionario critico etimologico de la lengua castellana, Franke, Berne, sans date, article burgo.

49 W., I, 634.

50 Bach, op. cit., § 514.

51 F. Beyerle, Zur Typenfrage in der Stadtverfassung, in Zeitschrift der Savignystiftung für Rechtsgeschichte. Germ. Abt. 50, 1930, 1-114.

52 W., I, 635.

53 Bach, op. cit., §§ 447, 600.

54 Ch. Perrin, La seigneurie rurale en France et en Allemagne du début du ixe à la fin du xiie siècle. Centre de Documentation universitaire, Paris, V, s.d., I, 25 sqq.

55 Récemment, M. Schmittlein a repris la thèse de Mme Ennen avec une argumentation différente (R.I.O., 1962, I, 1 sqq.). Le burgus, remarque l'auteur, petit poste fortifié, est tout différent du castellum et du castrum qui donnèrent naissance à une place forte munie d'une enceinte, alors que le village issu du burgus est ouvert. « Il n'y a donc aucune comparaison possible entre le bourg français et le burg allemand, château fort ou place fortifiée fermée par une enceinte ». En conclusion, l'auteur écrit : « On admettra donc qu'au moins en principe, dans la toponymie française, bourg est d'origine romane ». Nul ne contestera que de nombreux bourg français soient romans, ce mot étant attesté en vfr. comme appellatif à partir du xiie siècle et ayant servi à désigner maintes localités. Il en est évidemment de même des diminutifs bourget, bourguet, bourgay, etc. Mais cela ne signifie pas que les bourgs romans soient issus de burgi latins. II est invraisemblable par exemple que les 109 bourg de la Manche puissent provenir de postes fortifiés romains, ceux-ci, on le sait, étant essentiellement des postes frontaliers circonscrits au limes. M. Schmittlein remarque en outre que l'allemand burg a gardé un sens militaire alors que le français a subi une « évolution sémantique qui ne peut s'expliquer qu'à partir du latin burgus et non de l'allemand burg ». Le germanique burg a évolué du sens primitif d'oppidum, de Volksburg à celui de château fort, de ferme fortifiée, en particulier à l'époque carolingienne, et à celui de ville, dès l'époque gothique. C'est précisément de ce sens que provient, comme nous pensons l'avoir montré, le français bourg.

56 R.G., III, 48 sq.

57 R.G., I, 192, et G.S., § 16, Than (Nord, c. Cambrai), Thun (Nord, c. Saint-Amand), Thun (Pas-de-Calais, c. Auxy-le-Château).

58 Stednavne, op. cit., 81.

59 E., Introd. XV et art. tûn.

60 Les toponymes en -tûn du Boulonnais ont été étudiés par Longnon, de Loisne et surtout Gamillscheg in G.S.

61 J.M., 108.

62 E., Introd. XV et art. tûn, considère comme saxons les toponymes normands en - tûn.

63 Si l'on ne rencontre pas en Normandie de toponymes en -ingatûn, comme dans le Boulonnais, cela tient aux circonstances de la colonisation saxonne de cette province ; cf. ci-dessous.

64 E., art. Hâmtûn.

65 Le doublet ags. hraefn ne peut être retenu, f intervocalique s'étant maintenu en fr. après sonorisation lorsqu'il n'était pas en contact d'une voyelle labiovélaire (cf. Fouché, III, 612). C'est le cas de Raventhun (Pas-de-Calais, h. Ambleteuse, c. Marquise) Raventum 1084.

66 Il ne nous paraît pas possible de ranger parmi les toponymes en -tûn : Brotonne (Forêt de) (S.M., dans un méandre de la Seine à l'ouest de Jumièges) Silva Brotunh 1040-1043, Brothonii, Brotonii, Brotoni 1032-1047. D'une part les formes au gén. obligent à poser *Brotonius, peut-être un anthroponyme gaulois non attesté. D'autre part, l'évolution sémantique de lieu clos, ferme, village à forêt, qui se retrouve dans d'autres Brotonne, fait difficulté. Il s'agit donc vraisemblablement d'un toponyme d'origine celtique. Brotonne (Eure, h. Bourneville, c. Quillebeuf-sur-Seine), Moulin de Brotonne, même commune, Brotonne (S.M., anc. l.d. Saint-Pierre-en-Port, c. Valmont), Brotone xiiie siècle, La Petite-Brotonne (Calv., bois près du Mesnil-Simon, c. Lisieux). Même étymologie.

67 W., XVI, art. kot.

68 G.S., §§ 134 et 44, rem.

69 L., § 745.

70 J.M., 142.

71 Adigard Des Gautries, Etudes de toponymie normannique, Les Caudecotte in Etudes germaniques, 1953, I.

72 L. Musset, Les relations extérieures de la Normandie du ixe au xie siècle d'après quelques trouvailles monétaires in A.N. 1954, I.

73 L. Musset, Pour l'étude des relations entre les colonies Scandinaves d'Angleterre et la Normandie in Mélanges de linguistique et de philologie, Paris, Didier, 1959. L'auteur écrit : « Dans l'ensemble, il ne faut point s'attendre entre Angleterre Scandinave et Normandie à des contacts politiques, à des échanges organisés », 331.

74 L. Musset, Pour l'étude des relations entre les colonies Scandinaves d'Angleterre et la Normandie in Mélanges de linguistique et de philologie, Paris, Didier, 1959. L'auteur écrit : « Dans l'ensemble, il ne faut point s'attendre entre Angleterre Scandinave et Normandie à des contacts politiques, à des échanges organisés », 331.

75 A.d.G., 67-70.

76 Nous examinerons ci-dessous la théorie émise à ce sujet par M. Musset.

77 Jan de Vries, Altnordisches Etymologisches Wörterbuch, Leiden, 1962, art. kot.

78 Cité par Adigard des Gautries in Etudes Germaniques, 1953, I, 2 sq.

79 E., art. cot(e).

80 In S.A.N., 1964, IV, 4.

81 Jan De Vries, op. cit., art. brû.

82 Dans Cottebronne (P.-de-C.) et Cottebrune (Belgique), Longnon, § 798, voit l'élément cald qu'il rapproche de Caudebronne (P.-de-C), mais il ne donne pas de forme ancienne. Il n'est donc pas impossible que le premier élément soit l'ags. cot (e) et non cald.

83 Dauzat et Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, 1963, proposent avec réserve le lat. cortem, ce qui, pour des raisons phonétiques, est peu vraisemblable.

84 W., XVI, 345 sq. II est curieux que l'aire essentiellement normande de cote n'ait pas éveillé l'attention de Wartburg.

85 Nous avons abordé l'étude des noms en -fleur dans un précédent article : Les noms de lieu normands en -boeuf et en -fleur in A.N. 1964, III.

86 Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Paris, 1938, Flet, arca, casa, domus, habitatio.

87 In Magni Rotuli Scacarii Normanniae, édit. Stapleton, 2 vol. Londres, 1840-1844, Fleta de Risleclif quae reddebat X solidos per annum. Le sens paraît bien être maison, domaine. Ce mot ne doit pas être confondu avec ses homonymes : fleta, bateau plat, et fleta, estuaire < mangl. flete < ags. flêot, estuaire, bras de mer.

88 Fouché, II, 229, et R.G., I, 247.

89 V., § 298.

90 E., Introd. XVI sq. et art. wîc, wice.

91 Citons : Audruicq, c.l.c., Austruy, ferme à Resty, c. Marquise ; Baduy, fief à Saint-Martin-Boulogne, c. Boulogne-Sud ; Carluic, anc. manse et anc. fief Delettes, c. Lumbres ; Carlewicq, fief à Wisques, c. Lumbres ; Ostrowic, anc. fort à Sangatte, c. Calais-Nord-Ouest ; Salperwick, c. Saint- Omer-Nord ; Salperwick, fief à Eperlecques, c. Ardres.

92 L., §§ 1219 à 1221.

93 Fouché, II, 229, 261 sq.

94 Bloch, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris 1932, et DAUZAT, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris. Larousse, 1938.

95 R.G., 153 sq.

96 V., § 379.

97 G.S., §§ 15 et 135.

98 G.S., §§ 68 et 135. Gamillscheg ne cite que 3 Darnetal.

99 Fouché, II, 446.

100 Stednave, op. cit., 66.

101 G.S., §§ 44 et 105. Vincent et Gröhler ne mentionnent pas de formation franque en Gaule.

102 L., § 1194.

© Presses universitaires de Caen, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter