Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Contribution à l'étude des établissements saxons en Normandie

 | 
Louis Guinet

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cf. sur cette question : Ferdinand Lot. Les migrations saxonnes en Gaule et en Grande-Bretagne du (...)

1L'histoire nous enseigne que des Saxons s'établirent en Normandie. Quels étaient-ils, d'où venaient-ils et quel était leur dialecte ? La réponse à ces questions justifiera cette courte introduction1.

2Les Saxons, du nom de leur arme nationale, sahs, épée courte à un tranchant, sont mentionnés pour la première fois au iie siècle de notre ère par Ptolémée. Ils étaient alors établis dans le Holstein actuel, l'ancienne Nordalbingie des textes du ixe siècle, et sont sans doute identiques aux Reudingi de Tacite (g.c. *Reudingôz, les défricheurs) appelés plus tard Holtsati, les habitants des forêts, d'où provient le nom actuel de Holstein. Quel fut leur habitat antérieur ? Il n'est pas possible de le dire.

3A l'époque de leur apparition dans l'histoire, ils se trouvaient en contact au Nord avec les Angles (les Angeiloi de Ptolémée) qui ont laissé leur nom au pays d'Angeln entre la baie de Flensbourg et la Schlei, à l'Ouest avec les Chauques (Chauci, Chaci pour *Châci en latin, Kaukoi en grec < g.c. *Hauhôz, grands, élevés) qui occupaient en bordure de la mer du Nord la région comprise entre les bouches de l'Elbe et celles de l'Ems. Au ier siècle de notre ère, les Chauques s'étendirent plus au Sud aux dépens des Amsivarii (les habitants de l'Ems), des Hasuarii (peut-être les porteurs de casque) et des Angrivarii (les habitants des prairies). Ils se fixèrent également à la même époque dans les îles de Zélande, à l'embouchure du Rhin, alors située à Katwijk. De là, un groupe partit fonder en Irlande une colonie mentionnée par Ptolémée. Les Chauques sont cités pour la dernière fois sur les arrières des Chattes (Hatti — origine incertaine, peut-être identique à celle des Hasuarii — qui ont donné leur nom à la Hesse). A cette époque en effet, leur nom disparaît des textes pour être dès lors remplacé par celui de Saxons. Historiens et archéologues ne sont pas d'accord sur les événements du iiie siècle qui sont à l'origine de ce changement. Les Chauques, comme le relate Widukind von Corvey, furent-ils soumis par les Saxons vers 180, ou bien y eut-il soumission volontaire, formation d'une confédération politique qui aurait remplacé la confédération religieuse des Ingvaeones et dont les Saxons auraient pris la tête ? De toute manière, les Chauques, numériquement supérieurs et réputés par leur noblesse selon Tacite, ne furent pas anéantis, puisque, en particulier, ils conservèrent leur langue. Il semble même, et tel est l'avis de Schwarz, qu'ils constituèrent l'élément prépondérant du nouveau peuple, du moins, en dépit du qualificatif de pacifiques que leur attribue Tacite, le plus entreprenant. C'est ce que confirment, ainsi que nous le verrons, l'archéologie, l'histoire et la linguistique.

4Quoiqu'il en soit, ces nouveaux Saxons furent dès lors en contact d'une part avec les Frisons, libérés de la domination romaine à la fin du iiie siècle, et fixés en bordure de la côte entre le Zuiderzee (l'ancien lac Flevo) et l'Ems. Après l'émigration des Saxons en Angleterre au ve siècle, les Frisons occupèrent la région côtière laissée vacante entre les bouches de l'Ems et celles de la Weser, mais à partir de la seconde moitié du vie siècle, ils commencèrent à être soumis par les Francs. A proximité des Saxons se trouvaient les Canninefates établis dans la région comprise entre le lac Flevo et la mer du Nord ; ils donnèrent à cette contrée le nom de Kennemerland. Enfin, à partir du milieu du ive siècle, les Saxons furent en contact avec les Francs Saliens, le groupe le plus important de l'ethnie franque, dont le berceau était sans doute situé dans la région des bouches du Rhin, et qui occupaient alors la partie sud des bords du Zuiderzee.

  • 2 Cf. Schwarz, op. cit., 118.
  • 3 Cf. Gamillscheg, Romania Germanica, Berlin et Leipzig, 1936, 3 vol., III, 207 sq. (R.G.), et du mê (...)
  • 4 L'origine des établissements du Boulonnais est controversée. Pour Godefroi Kurth, La limite lingui (...)

5Telle était la situation à l'époque des grandes invasions. Mais depuis plusieurs siècles déjà, ces tribus côtières avaient entrepris des raids par terre et par mer en Gaule et en Grande-Bretagne, caractérisés par la diversité d'origine de leurs participants : les affinités ethniques et linguistiques, la proximité géographique facilitèrent ces formations disparates de pillards animés du même esprit d'aventure, attirés par le même appât du butin, comme ce fut également le cas des Vikings quelques siècles plus tard. C'est ainsi que nous voyons en 47 après Jésus-Christ des Chauques, conduits par un Canninefate, Gannascus, vraisemblablement accompagné d'hommes de sa tribu, ravager les côtes de la Gaule. Vers 170, le légat de Belgique repousse une attaque partie des bouches de l'Elbe. Des Saxons participèrent aux raids terrestres qui désolèrent la Gaule durant la seconde moitié du iiie siècle ; en 286, unis à des Francs, ils pillent les côtes de la Gaule et de la Grande-Bretagne; en 370, ils poussent jusqu'aux embouchures du Rhin et de la Meuse, puis pénètrent de nouveau en Gaule lors de la percée du limes en 406. Leur nombre dut être assez considérable, car ils prirent part, sous les ordres d'Aetius, à la bataille des Champs Catalauniques en 4512 Ils ont laissé des traces en divers endroits dans la toponymie de la France3, et il n'est pas exclu que ce soient eux qui s'établirent à l'embouchure de la Loire, dans le Bessin et le Boulonnais4. C'est cependant par leurs invasions maritimes que les Saxons furent surtout connus des auteurs de l'époque. C'est par mer qu'ils ravagèrent les côtes de Grande-Bretagne et de Gaule de la mer du Nord à l'Atlantique jusque dans la région bordelaise. En 456, le Tractus Aremoricus s'attache à l'Empire par crainte des pirates saxons qui s'établirent d'ailleurs à l'embouchure de la Loire, d'où, remontant ce fleuve, ils infestèrent pendant longtemps l'intérieur des terres jusqu'au moment où, vers le milieu du vie siècle, baptisés par l'évêque de Nantes Félix, ils se fondirent dans le monde gallo-franc. Vers 475, ils apparaissent sur les côtes de l'Aquitaine, montés sur leurs navires « recourbés », selon la description qu'en donne Sidoine Apollinaire, semant la terreur par la rapidité de leurs attaques. Au vie siècle encore, ils infestent la Manche et attaquent Jersey.

  • 5 Cf. sur ce point Ferdinand LOT, op. cit., et H. Prentout, Littus Saxonicum, Saxones Bajocassini, O (...)
  • 6 En particulier, l'onomastique nous enseigne la présence de Francs parmi les envahisseurs. Cf. Olaf (...)

6C'est pour répondre à ces incessantes incursions qu'un système de défense connu sous le nom de Litus saxonicum fut organisé, peut-être sous Constance Chlore au iiie siècle, tant en Grande-Bretagne que sur le continent5. Mais il ne semble pas avoir résisté longtemps aux assauts des barbares : la Grande-Bretagne, après avoir été l'objet de raids réitérés depuis le iiie siècle, laissée vacante par le départ des troupes romaines en 407, fut envahie de 441 à 550 environ par les Saxons, les Angles et les Jutes, auxquels s'étaient joints des Frisons et des Francs6. Sur le continent, il fut percé et sans doute aussi tourné à la même époque. Qu'il s'agisse d'invasions terrestres ou maritimes, vraisemblablement des unes et des autres, l'histoire, l'archéologie et la toponomastique nous enseignent l'existence de colonies saxonnes dans le Boulonnais, le Pays de Caux, le Bessin, le Cotentin, les îles Anglo-Normandes et la Bretagne à l'embouchure de la Loire. A l'exception de la colonie bretonne, toutes ont laissé des traces plus ou moins importantes dans la toponymie. Mais avant d'étudier celles que l'on peut déceler en Normandie, nous voudrions tenter de répondre à notre question liminaire.

  • 7 Nous ne parlons pas ici du peuplement de la Grande-Bretagne où, en dépit de fusions analogues plus (...)

7Tout d'abord, il importe de remarquer que la dénomination de Saxones employée par les auteurs anciens recouvre en fait, comme ce sera le cas plus tard des Dani, une diversité ethnique. Si l'on peut admettre que des Saxons proprement dits ont constitué le gros des bandes qui infestèrent les côtes de Grande-Bretagne et de Gaule, les textes à plusieurs reprises et la toponymie parfois nous enseignent qu'ils étaient accompagnés dans la plupart des cas d'hommes appartenant à d'autres tribus, si bien qu'il serait sans doute plus exact de parler de Saxo-Frisons, de Saxo-Francs, d'Anglo-Saxons et peut-être même parfois d'Anglo-Danois7. En outre, les Saxons proprement dits ne formaient pas non plus une unité ethnique, bien que Saxons et Chauques aient fusionné au iiie siècle. On peut en effet affirmer que cette fusion fut loin d'être complète, chacun de ces deux groupes ayant conservé une autonomie politique et linguistique indiscutable.

8Il n'est pas possible de parler en effet d'un unité linguistique des peuples communément désignés dans les textes du terme de Saxones. Certes, ces tribus diverses fixées sur le littoral de la mer du Nord parlaient des dialectes assez proches les uns des autres pour se comprendre mutuellement, et, en ce sens, on peut parler d'une unité linguistique que certains auteurs soulignent en groupant sous le même vocable de Germanique de la mer du Nord (Nordseegermanisch) les idiomes des Saxons, des Angles, des Frisons et des Jutes. Mais les différences linguistiques étaient cependant assez accentuées pour que chaque groupe ait pu conserver une part de son originalité primitive, comme le montre l'histoire de 1'Anglo-Saxon en Angleterre (8) et comme permettent de le supposer également, pour ce qui est des groupes hétérogènes qui s'établirent en divers points de la Gaule, les traces de dialecte frison que l'on peut déceler dans les îles anglo-normandes prises par les Saxons.

9De même, à l'intérieur du saxon, on peut relever des différences linguistiques qui recouvrent à n'en pas douter les différences ethniques des deux groupes primitifs des Chauques et des Saxons, différences au demeurant confirmées et précisées par l'archéologie. En effet, celle-ci a montré que les Saxons qui envahirent l'Angleterre au ve siècle partirent de l'ancien pays des Chauques entre la Weser et l'Elbe, où les sépultures cessent à partir du ve siècle. Or la langue parlée par ces Saxons diffère sur plus d'un point de la langue des Saxons du Holstein, les Vetuli Saxones, demeurés sur le continent. En particulier, une comparaison entre le vocalisme du vieux-saxon insulaire, l'anglo-saxon ou le vieil-anglais des linguistes, surtout du vieux-saxon westique, et le vieux-saxon continental, c'est-à-dire le vieux-saxon des linguistes, permet d'en apprécier l'ampleur. Rappelons que le vieux-saxon parlé par une partie des envahisseurs de la Grande-Bretagne et plus spécialement le vieux-saxon westique, qui en était l'une des formes dialectales, représentent l'élément constitutif de l'anglo-saxon ou vieil-anglais ; plus tard, ils cédèrent le pas aux dialectes angles particulièrement importants pour la constitution de l'anglais littéraire.

10Citons quelques-unes de ces différences en nous fondant tout spécialement sur le vieux-saxon westique :

11La métaphonie par i et u de u bref et de û long du g.c. devenus respectivement y bref et y long en vsaxw. n'a pas eu lieu en vsax. continental.

12La métaphonie par i et u de o bref et de ô long du g.c. devenus respectivement e bref et ê long n'a pas eu lieu en vsax. cont.

13E1 long et ouvert du g.c. a été généralement conservée en vsaxw. avec la graphie oe, alors qu'il s'est ouvert en â en vsax. cont.

14La diphtongue ai du g.c. s'est monophtonguée en â en vsaxw. mais en ê en vsax. cont.

15La diphtongue au du g. c. est devenue êa en vsaxw. qui, par métaphonie, s'est transformé en îe puis en î, alors que le vsax. cont. présente ô dans tous les cas.

  • 8 Cf. E. Sievers, Abriss der altenglischen Grammatik, Tübingen, 1963 ; surtout Karl BRUNNER, Altengl (...)

16La fracture et la métaphonie vélaire de a, e, i brefs, cette dernière avec quelques exceptions en vsaxw., sont inconnues du vsax. cont., etc.8.

17Ainsi, ce sont les anciens Chauques qui envahirent la Grande- Bretagne. Ce sont eux aussi que nous retrouvons en Normandie. Certes, les matériaux concernant le saxon parlé en Normandie sont rares ; cependant quelques faits phonétiques caractéristiques et sans ambiguïté : la contraction de ai en â et non pas en ê, l'évolution de au en êa et non pas en ô, sur lesquelles reposent plusieurs formes, nous permettent de dire que ce dialecte fut identique au vieux-saxon insulaire et que par conséquent les envahisseurs saxons de la Normandie sont également des Chauques qui vinrent soit directement, soit indirectement, comme nous le verrons, de la région située entre les bouches de la Weser et celles de l'Ems.

18On voit l'ambiguïté que présente le terme traditionnel de Saxon ; nous nous sommes efforcés de la lever dans l'exposé ci-dessus. Cependant, comme il faudra nous conformer, afin d'être compris de tous, à la terminologie courante des ouvrages auxquels nous aurons recours, nous précisons que nous emploierons, comme une approximation inévitable, le terme d'anglo-saxon, de préférence d'ailleurs à celui de vieil-anglais, plus équivoque encore, pour désigner la langue des Saxons insulaires et normands (les anciens Chauques) par opposition d'une part aux autres dialectes anglo-saxons (dialectes angles de Northumbrie et de Mercie, dialecte jute de Kent), d'autre part au vieux-saxon, langue des Saxons continentaux (Saxons de Nordalbingie). Chaque fois que cela nous paraîtra nécessaire, et qu'au demeurant nous le pourrons, nous citerons les formes du vieux-saxon westique.

Notes

1 Cf. sur cette question : Ferdinand Lot. Les migrations saxonnes en Gaule et en Grande-Bretagne du iiie au ve siècle. Revue historique, 1915, tome 119, et Ernst Schwarz, Germanische Stammeskunde, Heidelberg, 1956.

2 Cf. Schwarz, op. cit., 118.

3 Cf. Gamillscheg, Romania Germanica, Berlin et Leipzig, 1936, 3 vol., III, 207 sq. (R.G.), et du même auteur, Germanische Siedlung in Belgien und Nordfrankreich, Berlin, 1938, passim (G.S.).

4 L'origine des établissements du Boulonnais est controversée. Pour Godefroi Kurth, La limite linguistique en Belgique et dans le Nord de la France, Bruxelles, 1896, 2 vol., c'est l'usurpateur Carausius qui, en 287, aurait fait appel à des Saxons et les y aurait installés (II, 534 ). Pour H. Ehmer par contre, Die sächsischen Siedlungen auf dem französischen Litus Saxonicum, 1937, il s'agirait d'Anglo-Saxons et particulièrement de Jutes venus de Grande-Bretagne. Il semble au contraire que cette région boulonnaise ait servi de base de départ à une partie des envahisseurs de Grande-Bretagne. Schwarz pense que des Saxons se fixèrent au ve siècle sur les côtes dans le Boulonnais, le Bessin et à l'embouchure de la Loire, op. cit., 118.

5 Cf. sur ce point Ferdinand LOT, op. cit., et H. Prentout, Littus Saxonicum, Saxones Bajocassini, Otlinga Saxonia in Congrès du Millénaire de la Normandie, Rouen, 1912, tome II.

6 En particulier, l'onomastique nous enseigne la présence de Francs parmi les envahisseurs. Cf. Olaf Von Feilitzen, The pre-conquest personal names of Domesday Book, Uppsala, 1937.

7 Nous ne parlons pas ici du peuplement de la Grande-Bretagne où, en dépit de fusions analogues plus ou moins profondes qui s'accentuèrent avec le temps, chaque ethnie se fixa sur une aire déterminée et conserva son dialecte propre. A l'époque des premiers monuments littéraires, on distingue trois grands groupes dialectaux correspondant aux trois principales ethnies et à leurs trois aires de peuplement : le dialecte des Angles au Nord, le saxon de part et d'autre de la Tamise, le dialecte des Jutes au Sud-Est (Kent) et dans l'île de Wight.

8 Cf. E. Sievers, Abriss der altenglischen Grammatik, Tübingen, 1963 ; surtout Karl BRUNNER, Altenglische Grammatik, Max Niemeyer Verlag, Tubingen, 1965, et HOLTHAUSEN, Altsächsisches Elementarbuch, Heidelberg, 1921.

© Presses universitaires de Caen, 1967

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter