Version classiqueVersion mobile

Acteurs et action

 | 
Jean-François Thémines
, 
Sylvain Doussot

Résumés

Texte intégral

Anne Vézier

Le sens pratique, un outil heuristique dans l’apprentissage de l’écriture de l’histoire ?

1Le propos est ici de se pencher sur le paradoxe entre le projet d’une formation à l’histoire critique et la proposition d’un apprentissage « régulier et progressif » par imitation du professeur et par exercices. L’activité guidée par le professeur vise à réduire l’incertitude de l’action (Bourdieu) pour assurer la réussite. À l’inverse, redonner sa place à l’incertitude permet de voir les élèves en action, se confrontant au sens que peut avoir pour eux un récit en histoire. Dans l’analyse d’une situation empirique / concrète d’écriture historique, l’auteur s’appuie sur un outil de représentation permettant d’interpréter ce que font les élèves autrement que comme la mise en œuvre de savoirs procéduraux déconnectés du sens.

Practical Sense, an Heuristic Tool in Learning How History Is Written?

2The scope of this article is to look at the paradox between the training-in-critical-history project and the proposal for a “regular and progressive” learning program by imitating the teacher and by performing exercises. The teacher’s guided activity aims to decrease the uncertainty of action (Bourdieu) in order to insure success. Conversely, restoring uncertainty enables students to be observed in action when confronted by the meaning an historical narrative may have for them. In the study of a concrete/empirical historiographical situation, the author uses a representation tool which provides an interpretation of what students do, other than implementing procedural knowledge disconnected from meaning.

Sophie Gaujal

Peut-on faire des élèves, via une démarche artistique, des acteurs / créateurs de l’espace qu’ils habitent ?

3La circulation des savoirs est généralement envisagée sous l’angle de l’interdisciplinarité. Cet article propose de l’envisager sous un autre angle, celui de la circulation entre les savoirs spontanés, scolaires et sociaux, en géographie. Il se fonde sur l’hypothèse que le transfert des manières de faire avec l’espace des artistes contemporains, telles qu’elles ont été mises en évidence par Anne Volvey, peut favoriser cette mise en circulation. Il s’organise autour de deux axes, le premier théorique, pour examiner cette hypothèse et le contexte institutionnel qui rend leur connexion envisageable à l’école. Le deuxième présente une expérimentation, intitulée « récré-action », au cours de laquelle cette hypothèse a été testée, avec des élèves de première ES, dans le cadre d’une recherche-action.

Is It Possible to Turn Pupils, Using an Artistic Approach, into Actors/Creators in Their Living Space?

4The circulation of knowledge is usually considered in terms of interdisciplinarity. This article proposes to consider it from another angle, that of the interaction between spontaneous, academic and social knowledge in the field of geography. It is based on the assumption that the transfer of knowledge of doing things within the domain of modern artists as set out by Anne Volvey can promote this circulation of knowledge. It is organized around two axes, the first theoretical, to test both the theory and the institutional context which makes their connection possible in school. The second presents an experiment named “recre-action” in which this theory was tested with pupils in their penultimate year of secondary education, studying Economic and Social Sciences, as part of an action/research program.

Médéric Briand

Approche sensible en sortie. Construire une relation au terrain en géographie scolaire à l’école élémentaire

5L’article cerne la place et le statut des enfants dans un dispositif expérimental de sortie scolaire élaboré spécifiquement pour cette recherche et basé sur une approche multisensorielle. Il s’agit de montrer comment la dimension sensible permet, en sortie, de centrer les apprentissages sur les enfants, condition à leur réussite en géographie scolaire. La méthodologie utilisée connecte précisément le sensoriel et la production de savoir. Travailler la géographie en sortie, c’est cultiver la subjectivité des enfants pour construire, affirmer et affermir une certaine géographicité dans le rapport au monde.

A Sensory Approach to School Outings. Establishing a Relationship with the Area in School Geography in Primary School

6The aim of the article is to understand the place and the status of the children in an action-research experiment based on geography school outings which have been specifically designed for, and based on, a multisensory approach. The objective, during these outings, is to show how the sensory dimension can be at the heart of the children’s learning process, which is a prerequisite for success in teaching geography. The methodology used links specifically the sensory with the production of knowledge. First and foremost, geography is a spatial relationship with the world. The best way of working at geography on school outings is to cultivate the children’s subjectivity in order to construct, to state and to consolidate a certain “geographicity” in their relationship to the world.

Anne de Nadaï

La description géographique, un cheval de Troie de la géographicité sur le terrain des classes de lycée

7L’enjeu de cet article tient dans une double réhabilitation. Parfois délaissée ou bien reléguée aux petites classes, la description géographique n’est pas une méthodologie ou un exercice scolaire prisé en classe de lycée. Pourtant, par une première recherche appuyée sur l’observation empirique de cours d’accompagnement personnalisé en terminale et dix entretiens semi-directifs avec des lycéens, nous révélons des formes de relations au monde. La description raisonnée est identifiée comme un outil et une méthode. Ce caractère hybride et mixte de la description revêt un potentiel de rencontre de la géographicité de jeunes en fin de parcours scolaire obligatoire.

Geographical Description: A Trojan Horse of “Geographicity” in Field Work with Senior Students in Schools

8The issue in this article is to be found in a double rehabilitation. Sometimes neglected or even relegated to junior students, geographical description is appreciated neither as a methodology nor as a school exercise by senior students. Nevertheless, thanks to our initial research based on the empirical observation of classes with individual tutoring in the final school year and semi-structured interviews with students, we can reveal forms of relationships to the world. The reasoned description is identified as a tool and a method. This hybrid and mixed character of the description has a potential for a convergence of young people’s “geographicity” at the end of compulsory schooling.

Anna Zadora

Les acteurs de l’enseignement historique dans un contexte particulier : la Biélorussie

9La Biélorussie connaît un contexte politique postsoviétique dans lequel le régime autoritaire en place utilise l’enseignement de l’histoire pour construire et transmettre une identité historique qui le légitime. L’intervention du pouvoir politique sur l’enseignement de l’histoire passe par un certain nombre d’acteurs dans le cadre d’interactions complexes. Cette complexité concerne les contenus, la forme et l’impact social de l’enseignement de l’histoire. L’article analyse l’évolution des acteurs de l’enseignement de l’histoire depuis les années de perestroïka jusqu’à aujourd’hui.

The Actors in the Teaching of History in a Post-Soviet Political Context: Belarus

10Belarus has experienced a post-Soviet political context in which the authoritarian regime in power has used the teaching of history to build and to transmit a historical identity providing legitimacy for the regime. The intervention of the political authorities in the teaching of history is via a certain number of actors within the framework of complex interactions. This complexity affects the content, the form and the social impact of teaching history. This paper analyses how the actors in history teaching have evolved from the perestroika years to the present.

Nadine Fink

Demande sociétale et cristallisation identitaire à propos du passé dans les pratiques d’enseignement de l’histoire au Québec

11Nombre de recherches sur l’enseignement de l’histoire ont questionné la pertinence d’une approche chronologique et linéaire des faits et des figures importantes du passé. Elles montrent l’importance de travailler en classe sur la pensée historique. En suivant cette direction, nombre de pays occidentaux ont revu et redéfini leur curriculum en histoire, en termes non seulement de transmission de faits et d’une culture commune, mais aussi en prenant en compte l’apprentissage de la pensée et du raisonnement historique. Cet article présente les principaux résultats d’une recherche concernant ce nouveau type de curriculum introduit au Québec en 2001. Par un focus sur les pratiques enseignantes dans le secondaire, il examine la tension entre aspiration intellectuelle et dimension identitaire.

Societal Demands and Construction of an Identity with Relation to the Past in Teaching History in Quebec

12A number of research projects on history teaching have questioned the relevance of a chronological and linear approach to the facts and important figures of the past. They have shown how important it is to concentrate in class on the importance of historical thinking. In line with this point of view, many Western countries have reviewed and redefined their history curricula with regard not only to the transmission of factual knowledge and a common culture, but also to take into account how people thought and reasoned in the past. This paper presents the salient features of a research project on the new curriculum introduced in Quebec in 2001. By focusing on the teaching practices in secondary school, it examines the tension between intellectual aspirations and identity concepts.

Pierre Carion

Choix et postures professionnelles des enseignants face à une question socialement vive : ressources et supports de travail en classe sous influences

13Cet article a pour objet les interventions de multiples acteurs dans les modifications curriculaires, en particulier les influences qui pèsent sur les enseignants et qui peuvent, en partie, expliquer leurs postures professionnelles et certains de leurs choix. Il s’appuie sur une recherche doctorale qui concerne les ressources et supports de travail en classe mobilisés par les enseignants lorsqu’il s’agit d’aborder une question socialement vive (QSV), en l’occurrence les traites négrières. Après avoir caractérisé les traites négrières comme QSV, le texte souligne l’intérêt d’étudier ce type de thématique pour analyser les actions des enseignants. Nous mettons en avant quelques-unes des relations qui peuvent exister entre les acteurs de la classe, ceux du système éducatif et le contexte d’enseignement de l’histoire-géographie, plus particulièrement celui de l’enseignement des traites négrières.

Professional Postures and Choices of the Teachers Faced with a Sensitive Social Issue: Their Influence on Documentary Resources and Class Materials

14This paper considers the interventions of a large number of actors in curricular modifications, and particularly the influences to which the teachers as actors are subject and which can, partially, explain their professional postures and some of their choices. The observations arise from a doctoral research project which studied the documentary resources and class materials assembled by the teachers to tackle a sensitive social issue (Question Socialement Vive), in this case, the slave trade. I discuss why the slave trade is a sensitive social issue and why the study of this type of subject is important to analyse teaching practices. I then highlight some of the relationships which can exist between the actors in a class, those of the educational system and the history/geography-teaching context, and in particular the teaching of the slave trade.

Catherine Souplet

Entre acteur et sujet de la visite scolaire dans un mémorial, regard didactique

15Soumettre la notion d’acteur à des regards didactiques fait surgir une autre expression, celle de sujet didactique. C’est cette confrontation des notions d’acteur et de sujet de situations didactiques qui est examinée ici dans un contexte particulier : la visite scolaire dans un mémorial. Les acteurs sont multiples dans ce type de situation : professeur, élèves, intervenant pédagogique, mais aussi, indirectement, les personnages donnés à voir dans l’espace muséal. De plus, le lieu en lui-même est porteur de tensions entre enjeux de mémoire et histoire ; de fait, les acteurs sont confrontés à ces tensions. Penser en termes d’acteur ou de sujet mobilise-t-il des dimensions différentes de l’individu concerné ? Comment cela influe éventuellement sur les apprentissages dans un lieu tel qu’un mémorial, et sur des contenus sensibles ? Ces questions sont abordées en analysant un matériau particulier, les propos de l’intervenante pédagogique qui accompagne les visites scolaires. En considérant les contraintes inhérentes aux situations scolaires et les dimensions particulières déclinées par un mémorial, les glissements entre les usages des termes « acteur » et « sujet » laissent entrevoir des distinctions sur la façon dont les individus en jeu dans la situation sont envisagés, selon les intentions qu’on leur adresse et le statut qu’on leur attribue.

Between Actor and Subject of a School Visit to a Memorial: A Didactic Point of View

16Looking at the idea of actor from a didactic point of view gives rise to another term, that of the didactic subject. It is this confrontation of the concepts of actor and subject of didactic situations that is considered here in a specific context: a school visit to a Memorial. The actors are many in this kind of situation: teacher, students, educational guide, but also, indirectly, the characters that can be seen within the museum. Moreover, the venue itself creates tension between memory issues and history; in fact, the actors have to come to terms with these tensions. To think in terms of actor or subject does this give rise to different aspects of the individual concerned? How does this potentially influence learning in a place such as a Memorial and with its sensitive contents? These questions are studied through analysing a particular component – what the educational guide, who accompanies school visits, says. By looking at the constraints inherent in school situations and the particular restraints of a Memorial, the shifts between the use of the terms “actor” and “subject” reveal differences in the way in which the individuals at stake in the situation are considered, according to the intentions they are accorded and the status they are attributed.

Stanislas Hommet, Myriam Chasserieau et Charlotte Devaux

La réception de l’espace Shoah du Mémorial de Caen. Conditions d’une appropriation en situation de visite

17L’article analyse des parcours de 82 visiteurs adultes confrontés à la mise en récit de la Shoah au Mémorial de Caen. Il se fonde sur l’observation de ces parcours et sur des entretiens. La dimension émotionnelle prime sur la dimension réflexive et la prise de conscience historique. La force émotionnelle portée par quelques objets précis marque considérablement les visiteurs, bien que le musée ait en premier lieu des ambitions scientifiques et pédagogiques.

The Reception of the Shoah Space of the Caen Memorial. Conditions of an Appropriation in Situation of Visit

18The paper analyses the paths 82 adult visitors chose to follow when told about the Shoah in the Caen Memorial. It is based on the observation of these paths and on interviews. The emotional dimension took precedence over both the reflexive dimension and historic awareness. The emotional impact of certain specific objects greatly affected the visitors, even though the museum’s primary objective was educational and to inform.

Thierry Philippot

Espace(s) et activité didactique de l’enseignant dans l’enseignement-apprentissage de la géographie au cycle 3 de l’école primaire

19Cet article aborde la question de l’espace et de la spatialité dans l’activité à visée didactique de l’enseignant de l’école primaire. Plus particulièrement, nous tentons de décrire et d’analyser l’espace-temps dans lequel se déploie cette activité. La salle de classe est au cœur de l’activité didactique. Espace symbolique, elle est aussi le territoire de l’enseignant où se joue la production d’un espace géographique.

Space(s) and the Teacher’s Educational Activity in the Teaching and Learning of Geography in Cycle 3 in Primary School

20This paper broaches the subject of space and spaciality in the primary school teacher’s educational activity. In particular, we attempt to describe and analyse the space-time in which this activity operates. The classroom is at the centre of the educational activity. A symbolic space, it is also the teacher’s territory in which the production of a geographic space takes place.

Anne Glaudel-Serrière

Faire travailler les élèves en groupes en géographie à l’école élémentaire. Une « situation potentielle » de formation du futur citoyen ?

21Le travail en petits groupes d’élèves, fréquent dans l’enseignement de la géographie à l’école élémentaire, peut-il contribuer à la formation de l’élève en tant que futur citoyen ? Afin d’apporter des éléments de réponse à cette question, l’article analyse l’activité discursive d’enseignants au sujet de leur activité didactique lorsqu’ils font travailler les élèves en groupes en géographie. À partir d’un cadre de référence en didactique de la géographie qui mobilise des apports de l’analyse de l’activité enseignante, nous proposons de caractériser ce que sont pour des enseignants polyvalents du premier degré des « situations potentielles » d’apprentissage en géographie et d’interroger les opportunités qu’elles peuvent offrir à la formation d’un futur citoyen capable de comprendre le monde dans lequel il vit et d’y agir.

Making Pupils Work in Groups in Geography in Elementary School. A “Potential Situation” for Training the Future Citizen?

22Can getting pupils to work in groups, which often occurs in teaching geography in elementary school, contribute to their training to be future citizens? In order to answer some of the aspects of this question, this article analyses teachers’ discursive activity concerning their didactic activity when they make pupils work in groups in geography. From a frame of reference to the teaching of geography, which uses data from the analysis of the teaching activity, we suggest the characteristics of what, for multidiscipline primary school teachers, are the “potential situations” for learning in geography. We also raise questions about the opportunities they may contribute to the training of a future citizen capable of understanding the world in which he lives and of being active in it.

Caroline Leininger-Frézal et Catherine Carré

La géographie scolaire : d’un tournant actoriel à l’autre ?

23L’enseignement de la géographie en France est à un tournant décisif. Les derniers programmes ont introduit l’apprentissage par l’étude de cas. De nouveaux sujets et de nouveaux thèmes ont été abordés tels que l’aménagement des territoires. Nous avons étudié les manuels scolaires des classes de première en nous centrant sur les questions de développement régional et local. Ces analyses montrent que les acteurs de l’aménagement des territoires dans les études de cas sont essentiellement des institutions publiques, rarement les entreprises et pratiquement jamais les habitants. Nous concluons en proposant des recommandations.

Geography in Schools: A Turning Point for Those Involved?

24Teaching of geography is at an important crossroads in France. The most recent curricula involve students in their learning through case studies. New subjects and new themes have been introduced, for example, regional planning. We have studied the geography textbooks for the penultimate year of high school and concentrated on questions concerning local and regional development. These analyses reveal that the actors in regional planning in the case studies are in the majority of cases public institutions, rarely companies, and almost never the inhabitants. In conclusion, we make a number of recommendations.

Magali Hardouin

Géographie scolaire et cartographie des acteurs. Le cas de l’Union européenne, actrice de la mondialisation

25L’article analyse des cartes réalisées par des élèves reconnus comme étant d’un bon niveau scolaire, sur le thème « L’Union européenne, actrice de la mondialisation ». L’analyse montre que face à une consigne nouvelle qui demande de cartographier un acteur, les élèves mobilisent des concepts d’une autre nature, plus classique, et perdent en compétences cartographiques. Ces constats ne peuvent que questionner d’une part sur les conditions de l’appropriation de nouveaux programmes et d’autre part sur le rôle des apprentissages cartographiques à l’école.

Geography in Schools and the Mapping of the Actors. The Case of the European Union as an “Actor of Globalisation”

26This paper analyses maps drawn by pupils of a good proven academic level on the theme of “The European Union, an actor of globalization”. The analysis shows that the pupils, when confronted by a new task involving the mapping of an actor, use concepts of a different, more traditional, nature and do not master the mapping techniques. These observations can but raise questions, on the one hand, about the way in which new curricula are adopted and, on the other, about the role of teaching mapping in schools.

Alain Pache, Philippe Hertig et Maria Brulé

Identifier et qualifier les acteurs et comprendre le ressort de leurs actions. Un passage obligé pour penser la complexité dans le contexte de l’éducation en vue du développement durable

27Cet article se concentre sur des données recueillies dans une recherche collaborative intitulée : « Éducation au développement durable, disciplines scolaires et approches de la complexité : quels outils de pensée ? ». Cette recherche se propose d’explorer les processus d’enseignement et d’apprentissage de la pensée complexe avec des élèves âgés de 13 à 15 ans. Les données discutées dans cette contribution ont été recueillies en entretiens semi-directifs avec des groupes d’élèves après une séquence d’enseignement lors de laquelle est étudié un type de situation faisant débat dans une perspective de développement durable. On étudie la capacité des élèves (et des professeurs) à identifier et qualifier les parties prenantes du débat. Les résultats montrent que beaucoup d’élèves nomment des acteurs collectifs et / ou indifférenciés et que les conditions de l’action de ces intervenants sont rarement explicitées.

Identifying and Qualifying the Actors and Understanding the Reason for their Actions. A Prerequisite for Thinking about Complex Issues in the Educational Context for Sustainable Development

28This paper focuses on data collected during a collaborative research project entitled “Education for sustainable development, school subjects and approaches to complex issues: what tools for thought?”. The main purpose of this research was to explore teaching and learning processes which allow 13 to 15 years old pupils to develop “complex thinking”. The data discussed in this paper were collected from semi-structured interviews with groups of pupils (focus groups) after a teaching sequence during which a societal issue was studied from a sustainable development perspective. The ability of the pupils (and of the teachers) to identify and qualify the stakeholders involved in societal issues was qualitatively assessed. The results show that many pupils name undifferentiated and/or collective stakeholders and that the intentionality and the conditions for action of these stakeholders are rarely explicit.

Sylvie Considère et Olivia Liénart

Des acteurs en cours de géographie ?

29La notion d’acteurs en géographie suppose la prise en compte de points de vue différents, qui sont révélateurs en recherche, mais qui sont aussi à mettre en évidence dans le cadre des enseignements en géographie scolaire qui constitue le cadre de la recherche présentée dans cet article. La recherche que nous avons conduite en partant de l’étude de la manière dont se construit la compétence argumentative chez les élèves, fait apparaître, qu’en géographie, les acteurs ne sont pas suffisamment pris en compte, mettant les élèves en difficulté lorsqu’il s’agit de repérer des points de vue, de les confronter pour élaborer une argumentation. Nous montrerons ici que les élèves de lycée professionnel ne voient pas la géographie comme une discipline dans laquelle il faut argumenter, alors même que les instructions officielles insistent sur la nécessité de construire cette compétence, tout en concevant des questions d’examens qui ne laissent que peu de place à la confrontation des points de vue d’acteurs.

And the Actors in Geography Lessons?

30The notion of actors in geography implies taking into account different points of view, which are meaningful for research purposes but which also need to be discussed as part of the methods of teaching geography in schools which is the framework of the research results presented here. Our research started with the study of the way pupils acquire their argumentative skills and reveals that, in geography, the actors are not sufficiently present. This causes problems to the pupils when they are asked to distinguish points of view and compare them to develop an argument. We will show that the pupils in a professional high school do not consider geography as a subject which requires arguments, even though the official curriculum highlights the need to develop the ability to argue, and yet, at the same time, suggests examination questions which leave little opportunity for the confrontation of the actors’ points of view.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search