Version classiqueVersion mobile

Acteurs et action

 | 
Jean-François Thémines
, 
Sylvain Doussot

Étudier en classe les acteurs du monde

Conclusion de la partie 3

Sylvain Doussot et Jean-François Thémines

Texte intégral

1Ces quatre études de didactique de la géographie conduisent à un constat à peu près sans appel : l’enseignement de la géographie dans ces quatre contextes ne permet pas de faire construire par les élèves l’idée que les individus puissent être appréhendés comme des acteurs de la société dans laquelle ils vivent. Les individus qu’étudient les élèves semblent sans maîtrise de leur vie, et les institutions qu’ils croisent, entreprises, États, organisations de toutes sortes, existeraient en tant qu’entités indépendantes des humains qui les composent. Plus encore, cette absence semble paradoxalement masquée par l’usage pourtant fréquent du terme lui-même : terme galvaudé alors, qui n’est qu’un substitut, en classe de géographie, pour parler des individus.

2La variété proposée par ces quatre études aide à caractériser ce constat radical. La lecture conjointe des deux premiers textes conduit à identifier une dualité très forte dans les modalités d’enseignement qui, si elle n’écarte pas totalement l’idée d’acteurs et d’actions, notamment intentionnelles, ne permet pas réellement de mettre en relation individus et collectifs, individus et entités sociopolitiques. Autrement dit, elle ne permet pas de sortir d’une expérience sociale qui structure une dichotomie profonde entre individus et institutions de toutes sortes. Les études de cas telles qu’elles sont mises en œuvre en classe de géographie – et cela se confirme à la lecture des textes officiels pour la France tout au moins – ne correspondent pas à des jeux d’échelles comme dans les sciences sociales, mais plutôt à une juxtaposition d’échelles. En second lieu, l’étude de Sylvie Considère et d’Olivia Liénard rend visible dans l’argumentation des élèves l’omniprésence d’un déterminisme qui semble avoir une double fonction : il annihile l’identification des groupes et des responsabilités qui agissent dans la société, et il fait des écrits des élèves des textes sans auteurs, censés rendre compte du réel sans médiation aucune, puisque le réel est conçu comme auto-explicatif. On retrouve par là certains traits déjà identifiés de nos disciplines scolaires, notamment marquées par un positivisme qui tend justement à effacer le rôle du chercheur dans la construction des explications.

3Ces deux composantes de l’analyse permettent de mieux comprendre le décalage important entre géographie scolaire et géographie scientifique du point de vue de la place et du rôle des acteurs dans la société et dans les explications produites sur la société. Décalage maintes fois souligné déjà, mais que ce regard spécifique rend plus compréhensible. Car loin d’en rester à l’évidence que les élèves de classe de géographie ne sont pas des géographes, ces études donnent à penser le décalage à travers les modalités et les instruments de l’étude des sociétés : les études de cas scolaires ne sont pas celles des géographes, et il s’agit donc pour la didactique de thématiser ces écarts non pour imaginer les réduire mais pour les comprendre et en mesurer les conséquences en termes d’apprentissage. Une première piste est ouverte ici, qui a à nouveau à voir avec la place et le rôle des acteurs, mais cette fois-ci des acteurs de la classe : si les élèves ne sont pas en mesure de devenir auteurs – et donc acteurs – de leurs textes explicatifs, il y a peu de chances qu’ils modifient leur propre appréhension des individus qui constituent la société. Ainsi, si le jeu d’échelle est au fondement d’une analyse renouvelée de la société prenant en compte actions et contexte ensemble, c’est à ce jeu qu’il faut faire jouer les élèves. Telle pourrait être une des hypothèses de travail issue de ces études.

Auteurs

Université de Nantes

Sylvain Doussot est docteur en sciences de l’éducation. Maître de conférences en didactique de l’histoire et de la géographie à l’IUFM des Pays de la Loire (université de Nantes, laboratoire CREN EA 2661 [Centre de recherche en éducation de Nantes]), il est l’auteur de Didactique de l’histoire, outils et pratiques de l’enquête historienne en classe paru aux Presses universitaires de Rennes.

Université de Caen Normandie

Jean-François Thémines est professeur des universités en géographie à l’ESPE de l’académie de Caen (ESO Caen [Espaces et sociétés – UMR 6590]). Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la didactique de la géographie, des études sur le développement professionnel des enseignants ainsi que sur les inégalités éducatives.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search