Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Troisième partie. Du Pays de Caux à la Plaine de Caen : polyculture et élevage

Chapitre III. Le dynamisme des régions de polyculture et d’élevage

Texte intégral

1La place que tient l’élevage dans l’économie régionale différencie radicalement les plaines d’agriculture mixte du Bocage et des zones herbagères. Dans le Pays d’Auge, le Bessin, le Pays de Bray et le Bocage Normand, en effet, la production animale domine totalement l’économie des exploitations agricoles mais aussi celle des régions. Rien de tel, par contre, dans le Pays de Caux et dans les plaines de l’Eure ou de la Normandie Centrale. D’une part, l’élevage s’associe partout aux cultures commercialisées. D’autre part, d’importantes activités non agricoles, et spécialement des activités industrielles, viennent dans toutes ces régions compléter et souvent dépasser très largement le secteur agricole.

  • 1 Atlas de Normandie, cartes E4 et E8.

2Est-ce une simple coïncidence régionale ou existe-t-il des liaisons profondes entre les deux phénomènes ? En première analyse, le rapprochement doit être simplement souligné. Les trois grands pôles urbains et industriels de Normandie, Rouen, Le Havre et Caen, se situent au centre de campagnes mixtes. Les centres secondaires du littoral (Fécamp, Dieppe, Eu-le-Tréport) et de la Basse-Seine (Lillebonne-N-D. de Gravenchon et Le Trait) cernent le Pays de Caux tandis que nulle autre région de Normandie n’a bénéficié de la décentralisation industrielle plus que le département de l’Eure (ville d’Evreux, vallées de la Risle, de l’Avre, de l’Eure et de la Seine) et que les Plaines de la Normandie Centrale (Caen, Falaise, Argentan, Alençon)1. En 1962, la population active agricole masculine ne représente que 13 % de la population masculine active du département de la Seine-Maritime, 27 % de celle de l’Eure et du Calvados, alors qu’elle compte pour 42 % dans l’Orne et 45 % dans la Manche. Bref, l’éleveur de Basse-Normandie, et accessoirement du Pays de Bray, est un producteur isolé dont l’activité domine entièrement la vie de régions étroitement spécialisées. Tout au contraire, l’agriculteur des Plaines Normandes travaille dans le voisinage immédiat de puissantes concentrations secondaires et tertiaires. Pour le premier, l’horizon industriel s’arrête aux bâtiments d’une laiterie, et des villes moyennes, dépassant rarement 20 000 habitants, constituent le lieu de concentration habituel des services et des commerces. Le second vit dans le cadre d’une société industrielle que symbolisent les grandes raffineries de la Basse-Seine, l’activité maritime des ports, les usines de fabrications électroniques de Caen et d’Evreux, les grandes artères commerciales de Caen, du Havre et de Rouen.

3Les problèmes de l’entreprise agricole se posent donc de façon assez différente dans l’un et l’autre cas. Dans le Bocage et dans les régions herbagères, plus ou moins attardés dans des systèmes archaïques, la crise de l’élevage joue un rôle fondamental dans celle des régions. Dans les Plaines, toutes polarisées par un réseau urbain assez dense, l’agriculteur stimulé par le développement des autres secteurs doit plutôt s’efforcer de ne pas prendre du retard sur l’expansion régionale afin que son activité ne constitue pas, socialement et économiquement, un secteur sous-développé dans un monde mû par le dynamisme industriel.

4Selon les régions, selon les périodes, les réactions des agriculteurs diffèrent assez profondément. Leurs hésitations oscillent entre le repli prudent et la participation active au progrès technique et économique. Mais c’est finalement un clivage social qui sépare nettement en deux catégories le monde rural des régions à activités multiples. Salariés agricoles et petits exploitants ne disposent que de moyens très limités : ils doivent subir l’évolution des techniques et de l’économie en étant sans cesse dépassés et peu à peu éliminés. Seuls, les grands exploitants peuvent participer pleinement au dynamisme régional : véritables entrepreneurs de l’agriculture, ils innovent afin d’améliorer leurs conditions de travail et de profit.

5Dans le Bocage, l’exploitation familiale domine des structures très homogènes, en dépit des nuances qui opposent les différents types de fermes dans une gamme étroite allant de 5 à 30-40 ha. Dans les régions herbagères, très grands domaines et petites unités se juxtaposent, mais les clivages sociaux, cependant très marqués, ne déterminent pas les lignes de force d’un dynamisme agricole dans l’ensemble fort étouffé. Au contraire, les Plaines opposent nettement la méfiance et les scléroses des petits exploitants au dynamisme des grands. Les problèmes de l’agriculture contemporaine et l’avenir de l’élevage dans ces régions doivent être analysés en fonction de cette distinction fondamentale.

I. – LES CLASSES ATTARDEES

6A proximité des centres industriels de la Basse-Seine, des vallées de l’Eure ou de la région caennaise, la médiocrité des conditions de travail et des revenus chez les petits exploitants et chez les salariés agricoles crée un sentiment de frustration beaucoup plus vif que dans les régions d’élevage spécialisées de la Basse-Normandie. Logiquement, la proximité des centres urbains attractifs, qui offrent d’autres possibilités, devrait entraîner le départ massif des classes rurales les plus démunies. Or, celles-ci jouent un rôle important dans l’élevage régional. Les petits exploitants, dans les Plaines, ont généralement des chargements bovins et porcins plus forts que ceux des grandes fermes. Et, au sein de celles-ci, les ouvriers salariés semblent indispensables pour que se perpétue l’élevage, activité où la machine remplace le plus difficilement la main-d’œuvre.

7Ainsi se dégage une des contradictions les plus vives de l’agriculture contemporaine qui oppose les exigences de l’économie aux aspirations des producteurs. Le développement de l’élevage, en effet, devrait être encouragé par une évolution qui donne de plus en plus d’importance aux produits animaux dans les régimes alimentaires (viande, lait, œufs). Mais, techniquement et économiquement, l’agriculteur trouve plus de facilité et plus de profit à mécaniser son exploitation et à préférer les cultures à l’élevage. Dans les plaines, ceux qui consacrent le plus de travail aux animaux, sont aussi les plus démunis et le caractère rudimentaire de leurs techniques contribue à freiner le développement de l’élevage. A moyen terme, la disparition de la main-d’œuvre salariée et des exploitants modestes ne risque-t-elle pas de menacer l’ensemble de cette activité ?

8Pour apporter un premier élément de réponse à cette importante question, il faut examiner les conditions techniques et économiques dans lesquelles travaillent actuellement les petits exploitants et les salariés agricoles. Ainsi pourront se dégager, pour l’avenir, leurs chances de survie.

1°) LES EXPLOITANTS FAMILIAUX

  • 2 Atlas de Normandie, carte D2.
  • 3 Compte non tenu des exploitations de moins de 5 ha dont la classification parmi les exploitations (...)

9Les petits exploitants familiaux ne tiennent pas dans les Plaines une place aussi importante que dans le Bocage et dans les régions herbagères2. Néanmoins, ils ne constituent pas une catégorie négligeable. Dans l’ensemble de la Haute-Normandie, que dominent très largement les Plaines, les exploitations de 5 à 20 ha3 rassemblent 51 % des agriculteurs et couvrent 20 % des surfaces utiles. Il ne semble pas exagéré d’affirmer que ces petites fermes élèvent environ le tiers du cheptel haut-normand. Or, la classe des petits exploitants familiaux déborde assez largement de cette catégorie statistique. Selon les régions, la coupure se situe à 25, 30 ou 35 ha, mais toujours sensiblement au-dessus de 20 ha. Il s’agit donc d’une classe importante par les surfaces qu’elle occupe et dominante par le nombre des individus qui la composent. Aux tendances à la concentration, elle oppose une force de résistance tout à fait remarquable. Mais face aux conditions qui lui sont offertes actuellement, peut-elle encore survivre longtemps ?

a) Une grande force de résistance

10La petite exploitation des Plaines ressemble par bien des points à celle du Bocage ou des régiones herbagères. Certaines ont même une activité entièrement herbagère qui les rend tout à fait analogues aux petites fermes du Bray, de l’Auge et du Bessin. La plupart cependant, avec des rapports variables selon les régions, ont conservé une partie importante de leurs surfaces en labours. A l’intérieur des Plaines, il est donc légitime d’opposer les petites fermes herbagères et les petites exploitations mixtes. De même, il faut distinguer les très petites exploitations qui ne peuvent subsister que par l’appoint de revenus extérieurs et les petites qui tirent toutes leurs ressources de l’agriculture.

  • 4 Surtout s’il fait des quarts de nuit.
  • 5 Frémont, 328, 1958.
  • 6 En 1962, les exploitations de moins de 5 ha en Haute-Normandie couvrent 29.800 ha (3,5 % de la sur (...)

11Les très petites exploitations trouvent dans les Plaines de meilleures assises que dans le Bocage ou dans les régions herbagères. La proximité des grandes fermes et des centres industriels offre, en effet, des possibilités d’emploi plus larges que dans les régions strictement spécialisées dans l’élevage. Partout, on peut citer des associations qui unissent grands fermiers et petits exploitants, les uns travaillant comme journaliers chez les autres, les premiers prêtant aux seconds du matériel pour les gros travaux agricoles. En outre, les Plaines de la Normandie centrale et les Campagnes haut-normandes abritent de très nombreux ouvriers-paysans ou paysans-ouvriers. L’association de deux types de revenus peut assurer la subsistance d’une famille. Deux cas sont possibles. Ou bien, la femme tient quotidiennement la ferme (souvent à forte proportion herbagère) tandis que l’homme va à l’usine et assure les besognes agricoles les plus rudes pendant ses congés payés ou après ses « huit heures »4. Ainsi, les métallurgistes des petites usines de Rugles, Verneuil, Bourth, Breteuil dans le Pays d’Ouche5, ou les graisseurs-raffineurs de Gonfreville-l’Orcher et de Port-Jérome qui viennent chaque jour des communes du Caux méridional. Ou bien, cas plus rare, le petit exploitant continue de tenir sa ferme, tandis que sa femme, sa fille ou son fils travaillent dans une usine nouvelle d’Evreux, d’Alençon ou d’Argentan. A ces associations caractéristiques des Plaines, il convient naturellement d’ajouter tous les appoints classiques représentés par les rentes (fermes de retraite), le bénéfices commerciaux (petites fermes de bouchers et marchands de bestiaux), les revenus sociaux (exploitations de veuves). Au total, les très petits exploitants forment une catégorie très importante par le nombre, mais négligeable par la surface qu’ils occupent6. Ils restent en marge de l’activité agricole normale.

Fig. 72. – Exemples de concentration des exploitations dans quelques communes du Pays de Caux, de la Plaine de Caen et de la Plaine de Falaise

12La petite exploitation proprement dite ne vit que de l’agriculture. Sa surface varie de 8-10 ha à 25-30 ha (Pays de Caux, Neubourg, Roumois, Lieuvin, Ouche, Plaines Ornaises), voire 40 ha (Plaines de Caen, St-André, Vexin). La ferme cauchoise de M. Merville, à St-Laurent-de-Brèvedent fournit un bon exemple de petite ferme traditionnelle. Sur 25 ha d’une exploitation située en bordure du plateau et de la vallée de St-Laurent, M. Merville réserve 10 ha de ses terres les plus caillouteuses et les plus « mouillantes » à l’herbage permanent dans lequel se trouve comprise la cour. Sur 15 ha de cultures, il pratique la rotation à « trois composts », consacrant 5 ha au blé, 2,75 ha aux céréales secondaires (orge, avoine), 4,25 ha aux cultures fourragères (trèfle rouge, betteraves fourragères) et 3 ha aux pommes de terres et à la betterave sucrière. Il élève 14 vaches laitières, vend les jeunes veaux mâles pour la boucherie et conserve les génisses pour le renouvellement de son troupeau qui représente un chargement de 1 U.G.B.B. par ha S.A.U. et de 1,6 par ha S.F.P. Ainsi, deux ressources dominent nettement son produit brut : le lait et le blé. Les veaux, les betteraves sucrières, les pommes de terre, et, éventuellement, les porcs et les volailles ne constituent que des compléments. M. Merville travaille seul sur sa ferme en permanence. Jusqu’en 1953, il employait un commis. Il se contente maintenant de l’aide de sa femme et de deux ouvriers à temps partiel qui travaillent de nuit dans une fonderie du Havre.

13Selon les régions, les types de petites exploitations peuvent différer assez sensiblement de celle décrite dans le Pays de Caux. L’herbage prend une plus grande importance dans les Plaines Ornaises et à la périphérie orientale du Pays d’Auge ; là, les cultures industrielles disparais-totalement. Dans les grandes plaines, au contraire, les surfaces en herbe se resserrent. Mais partout, le blé et le lait apportent les recettes de base de l’exploitation, selon un rapport variable entre les deux produits.

14Cette association fondamentale assure aux petites exploitations une très grande force de résistance. Techniquement, en effet, le système combine souplesse et efficacité. L’étable assure une abondante fumure. Les cultures fourragères constituent d’excellents précédents à blé et procurent aux vaches une bonne alimentation d’hiver. Les techniques d’alimentation des laitières, comme celles de la culture du blé, parfaitement au point, permettent d’atteindre de fort bons rendements : plus de 40 qx de blé à l’ha sur les bonnes terres, plus de 35 sur les sols maigres ; plus de 1,5 U.G.B.B. par ha S.F.P. comme chargement. Les produits bruts des meilleures exploitations du Caux, du Neubourg ou du Roumois, sur d’excellents sols, atteignent ceux des petites fermes très intensives du Bocage. Ceux des régions plus ingrates restent un peu en retrait (St-André, Ouche, Plaines Ornaises). Dans l’ensemble, la petite exploitation des Plaines se charge un peu moins en bétail que celle du Bocage et son produit brut s’en ressent (de 1 500 à 2 000 F. et plus par ha), mais l’association du blé et de l’élevage lui assure une souplesse d’adaption assez grande qui permet de profiter de deux types de bonne conjoncture. C’est une supériorité importante sur la petite ferme du Bocage, et, à plus forte raison, sur la petite exploitation purement herbagère.

15Parallèlement, l’exploitation familiale des plaines repose sur une organisation financière qui évite les aventures risquées. Le budget empirique de la petite ferme des plaines ressemble beaucoup à celle du Bocage, avec plus de variété cependant. Le blé constitue la principale recette annuelle dont dispose « le patron » : grâce à elle, il paie en priorité les fermages et les engrais. Le lait, vendu à la laiterie ou directement aux consommateurs sous forme de lait, beurre et crème, alimente la trésorerie de la fermière qui doit faire face aux dépenses de consommation courante (en premier lieu, alimentaires) ; les produits de la basse-cour permettent de compléter cette partie du budget à rotation rapide. Commercialisés dans des circuits bien organisés, subissant de faibles fluctuations de cours, le blé et le lait consument des ressources sûres qui permettent toujours de faire face aux dépenses fondamentales. Les ventes d’animaux, de pommes de terre, de betteraves, de pommes, limitées et irrégulières, débouchent sur de « gros achats », à caractère exceptionnel, soit pour l’équipement de l’exploitation, soit pour l’amélioration des conditions de vie du ménage.

  • 7 Sondage communiqué par le service de la Statistique Agricole Interdépartementale.

16Comme dans le Bocage, le petit exploitant des plaines travaille beaucoup, et sans compter son temps. Il fait appel le moins possible à la main-d’œuvre salariée. Les 9 500 exploitants de 5 à 20 ha de Seine-Maritime n’emploient que 1 400 domestiques7. La famille doit assurer la quasi-totalité du travail de l’exploitation sans recevoir de salaire. La petite exploitation des plaines vit donc dans un système de commercialisation très ouvert, mais l’organisation du travail y reste étroitement autarcique. Ce dernier trait complète sa capacité de résistance qui assure encore sa survivance, en dépit de graves difficultés.

b) Trois graves sujets d’insatisfaction

17Théoriquement, la petite exploitation familiale, en se repliant sur ces forces que constituent le travail familial et la complémentarité de ses produits, devrait pouvoir survivre encore longtemps, plus longtemps peut-être que son homologue du Bocage ou des régions herbagères qui par bien des points semble moins armée. Et cependant, un sentiment de frustration de plus en plus vif touche les petits exploitants des Plaines avec une acuité plus sensible encore que dans les régions isolées de Basse-Normandie. C’est dans l’ambiance dynamique des zones industrielles et des plaines de grande culture que les petits exploitants se sentent le plus menacés. Pour eux, le slogan de la « parité » ne se réduit pas à une formule : il exprime une réalité vivante qu’ils peuvent mesurer chaque jour en comparant leur propre situation à celle de leurs voisins, commerçants, ouvriers, employés et grands agriculteurs. Sur trois points fondamentaux, la comparaison les dessert toujours.

181 — Les conditions de travail accablent le petit exploitant qui envie tout particulièrement le salarié à horaire fixe et l’agriculteur céréalier libéré de la corvée des vaches et des veaux. Lui ne compte pas son temps dans la semaine, et, lorsque les résidences secondaires se peuplent le dimanche ou que les caravanes des vacances animent les grandes routes, il doit rester à la ferme pour les vaches. Il ne connaît donc ni les heures supplémentaires, ni les repos de fin de semaine, ni les congés payés. Une telle condition paraît déjà bien lourde à supporter dans le Bocage. Dans l’ambiance économique de la Haute-Normandie ou de la région caennaise, elle devient de plus en plus inacceptable.

19En plus, les bâtiments de la petite exploitation sont le plus souvent vétustes et inadaptés aux techniques modernes. Le régime dominant du fermage ne contribue guère à leur amélioration. Les ressources limitées de l’exploitation rendent impossible tout effort d’investissement important. Les plus grandes des petites exploitations peuvent amortir l’achat d’un tracteur ou l’installation d’une tranchée d’ensilage, mais elles constituent une unité trop étroite pour supporter les frais d’une stabulation libre. Or celle-ci constitue une étape décisive dans l’amélioration des conditions de travail de l’éleveur. Sur ce point, la petite exploitation des Plaines est encore plus défavorisée que celle du Bocage et des régions herbagères où ces questions ont été déjà analysées. Car, moins spécialisée, elle dispose de troupeaux un peu moins importants. Ce facteur contribue à élever le seuil de rentabilité des petites exploitations dans les régions mixtes.

202 - Les revenus agricoles des petites exploitations souffrent de la comparaison avec ceux de l’industrie et du commerce. Le paysan n’a pas l’habitude de comptabiliser ses profits, de même qu’il ne compte pas son temps. Mais il sait ouvrir les yeux et observer. L’arrivée d’une voiture neuve dans la cour d’un ouvrier, son voisin, parfois son ancien domestique, symbolise la dévalorisation relative de son travail...

21Lorsque le petit agriculteur tient une comptabilité suivie, ses désillusions deviennent plus amères encore. Les Centres de Gestion restent naturellement discrets sur ce point. Mais il est tout de même significatif que certains directeurs de centre, dans les départements où dominent les plaines, hésitent à prendre en charge les petites fermes : souvent, la mise au net d’une comptabilité aboutit à une prise de conscience qui se concrétise par l’abandon de la profession agricole.

  • 8 Gautier (P.), 341, 1963.

22L’étude de P. Gautier qui porte sur 70 exploitations de la Campagne du Neubourg8 apporte quelques chiffres précis sur la situation financière des petites fermes. En-dessous de 20 ha, aucune ne réalise un profit ; et de 20 à 30 ha, seules les exploitations de tête peuvent obtenir un bénéfice. L’auteur évalue finalement à 5 450 F. par an le revenu moyen imposable des exploitations de moins de 8 ha, à 6 200 F. celui des fermes de 8 à 20 ha, et à 9 000 F. celui des unités de 20 à 30 ha. Lorsqu’on fait intervenir le nombre de travailleurs occupés sur chaque type d’exploitation, la rémunération du travail familial se révèle dans tous les cas, ou presque, inférieure au salaire officiel d’un ouvrier agricole permanent et, à plus forte raison, d’un conducteur de tracteur, comme le montre le tableau suivant :

23Très vraisemblablement, les revenus des petites exploitations plus intensives du Pays de Caux doivent être un peu plus élevés. Par contre, ceux de régions difficiles comme l’Ouche ou la Plaine de St-André sont certainement plus faibles encore. Mais, en moyenne, le petit exploitant qui ne compte pas le temps de son travail dispose de revenus plus faibles que ceux des salariés de l’industrie ou des ouvriers agricoles aux horaires bien délimités.

Figure 73. — Une petite exploitation de retraite du Pays d’Ouche : le Haut du Seuil (10 ha, Francheville, Eure)

243 - Les conditions de vie, enfin, augmentent encore les sentiments de frustration des petits exploitants. Certes, la direction d’une petite ferme laisse les illusions de la liberté. Mais à quel prix ? L’habitat est souvent dans un état aussi déplorable que celui du Bocage ou du Pays d’Auge. Pendant très longtemps, dans des plaines sèches, le ravitaillement en eau des maisons a dû être assuré par des moyens de fortune, citernes, mares ou sources lointaines. L’adduction d’eau n’est pas près d’être généralisée. L’étroitesse des revenus ne permet pas d’améliorer le confort domestique qui ignore toute installation sanitaire et qui a remplacé l’âtre par le fourneau sans accéder encore aux moyens de chauffage moderne.

  • 9 Compte rendu, Frémont, 193, 1964.
  • 10 Atlas de Normandie, carte D2.

25En plus, le petit exploitant se sent isolé, parce qu’il ne bénéficie pas des services qui se multiplient à la ville, notamment dans le domaine scolaire et dans le secteur commercial. Trop souvent à son gré, il doit se contenter de la petite école de village pour ses enfants, et de l’épicerie-bazar pour ses achats quotidiens, alors qu’il peut avoir l’occasion de contempler dans les villes des groupes scolaires neufs et des grands magasins aux prix insolents par rapport à ceux que pratiquent les petits monopoles locaux. Seul, un effort vigoureux d’aménagement rural devrait permettre de remédier à ces très graves carences. Mais aucune réalisation importante ne semble suivre les études qui se multiplient sur ce thème9. La situation se présente de façon assez différente selon les types de régions10.

26Dans le Pays de Caux oriental et dans le Roumois, les petites exploitations dominent en nombre et parfois même en surface. Certes, la proximité du Havre et de Rouen rend aisée la satisfaction des besoins occasionnels ou exceptionnels. Mais la vétusté et l’archaïsme des services locaux contrastent vigoureusement avec les installations des grandes villes. La densité de la population agricole pourrait justifier un meilleur réseau de services quotidiens.

27Dans les plaines de l’Eure et dans les Plaines de la Normandie Centrale, le problème se pose avec moins d’acuité. Les petites exploitations sont relativement moins nombreuses et un réseau dense de villes moyennes, souvent revivifiées par la décentralisation industrielle, permet de répondre à une gamme assez étendue de besoins.

  • 11 En 1962.

28Le Pays d’Ouche et le centre du Pays de Caux, par contre, se caractérisent par la pauvreté de leurs équipements. Les faibles densités du Pays d’Ouche rendent encore plus difficile tout effort de rénovation. Dans le Pays de Caux, l’émiettement communal, la force des particularismes, l’égoïsme des grands exploitants et des propriétaires s’opposent aux tentatives d’aménagement. En abusant un peu des mots, un candidat à la députation a pu, sans faire scandale, orchestrer sa campagne électorale sur le thème : « le Pays de Caux, pays sous-développé »11.

  • 12 Maupassant, la Ficelle (1883), Contes et Nouvelles, Albin Michel, 1959.

29Au xixe siècle, ici comme dans le Bocage, un réseau dense de bourgs quadrillait la campagne, concentrait les activités tertiaires et réunissait les jours de foires et d’« assemblées » les foules rurales. De cette ambiance Maupassant a laissé une description classique dans sa nouvelle, « La Ficelle ». A Goderville, on venait vendre, acheter, se frotter à ses semblables, crier et rire, en terminant une journée riche de sueur par un interminable repas chez Jourdain, l’aubergiste12.

30Maintenant Goderville somnole. L’industrie s’est concentrée dans les villes, et le dépeuplement joint à la transformation du commerce des bêtes et des beurres a assoupi l’animation ancienne de tous les Goderville du Pays de Caux, du Neubourg et de St-André, de Broglie et de la Barre-en-Ouche. L’effacement du vieux réseau des relations paysannes laisse le petit exploitant des Plaines en contact direct avec les séductions de la ville moyenne et des grandes agglomérations.

c) Une élimination impitoyable

31Les petites exploitations disparaissent peu à peu des Plaines. Leur force de résistance ralentit le mouvement sans pouvoir l’arrêter. Le tableau suivant permet de mesurer depuis 30 ans leur rétraction en Haute-Normandie :

32Le tableau fait apparaître une différence sensible entre l’évolution de l’Eure (où dominent les Plaines) et de la Seine-Maritime (où le Pays de Caux l’emporte de très loin sur toutes les autres régions).

33Dans le Pays de Caux, auquel on pourrait associer le Roumois, terres de tradition riche, de dynamisme démographique et de surenchères, une petite exploitation de 10-12 à 20 ha retient encore l’attention des acheteurs et des fermiers. Tant qu’elle attire les « dessous-de-table », elle reste « rentable » même si elle a perdu sa rentabilité réelle d’exploitation. A la fin du xixe siècle, c’est à partir de 6-8 ha qu’une ferme était jugée viable pour un ménage vivant modestement. Le seuil s’est maintenant déplacé au-dessus de 10 ha. Il se déplacera encore. Mais pour le moment, la petite exploitation cauchoise bénéficie du sursis qu’autorise la sous-rémunération du travail familial.

34Comme le montre l’exemple des 4 communes de la région havraise (fig. 72), la concentration des exploitations cauchoises s’effectue inéluctablement mais lentement. L’évolution semble même stabilisée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

35Dans les Plaines de l’Eure, auxquelles on pourrait ajouter la Plaine de Caen et à un moindre degré les Plaines ornaises, la brutalité de l’évolution au sein de structures moins solides frappe en 33 ans plus du tiers des petites exploitations. Ainsi, dans deux groupes de communes des Plaines de Caen et de Falaise, le nombre des exploitants agricoles est-il resté stable pendant la seconde moitié du xixe siècle (un peu plus de 50 exploitations dans chaque groupe). Mais entre 1906 et 1962, Fresné-la-Mère et Damblainville (Plaine de Falaise) comme Billy, Poussy, Chicheboville et Conteville (Plaine de Caen-Sud) ont perdu chacun une quinzaine d’exploitations environ. A ce rythme les petites exploitations auront disparu avant l’an 2 000. Dès maintenant, la limite de l’exploitation viable dépasse 20 ha. On commence même à parler de « petite exploitation » en-dessous d’un seuil de 30-40 ha dans le Vexin, la Plaine de St-André et même le Pays d’Ouche ou la Plaine d’Argentan.

36L’évolution des techniques et de l’économie, en exigeant sans cesse une concentration des moyens, élève le seuil de rentabilité des petites exploitations familiales. Le passage de l’attelage au tracteur vient d’imposer dans les Plaines une importante concentration. Dans une certaine mesure cependant, l’importance de l’élevage dans les systèmes mixtes de Normandie constitue un frein à la concentration des exploitations. L’élevage apporte et surtout apportait d’importants revenus de complément. Ses techniques, jusqu’à une époque toute récente, ont peu évolué. Elles exigent presqu’autant de main-d’œuvre qu’au xixe siècle. L’élevage, enfin, peut permettre d’associer une très petite exploitation à des activités d’appoint. Dans le Bocage comme dans les Plaines, l’adoption de la production animale par les petites exploitations forme une combinaison économique et sociale très solide, car l’élevage, mieux que les cultures, permet de tirer parti d’un potentiel de main-d’œuvre important sur des surfaces réduites. Mais les principes qui ont fondé ce système ne sont-ils pas maintenant révolus ? Les nouvelles techniques d’élevage qui recherchent notamment l’élévation de la productivité du travail ne vont-elles pas imposer de nouvelles structures, et, partant, une nouvelle concentration des exploitations agricoles ?

Fig. 74. – La cour d’une petite exploitation du Pays de Caux (15 ha, Fontaine-la-Mallet)

FIGURE 17. – Pays d’Ouche. Bœufs d’herbage, l’hiver, autour d’un complément de fourrage
(cliché A. Frémont)

FIGURE 17 bis. – Plaine de Caen. Boeufs d’engraissement en stabulation libre
(cliché Maison du Paysan, Caen)

FIGURE 18. — Pays d’Ouche (commune de Couvains). Grands herbages embocagés, petits bois et campagnes d’Ouche. Hameaux en ordre lâche et fermes isolées
(photographie aérienne I.G.N.)

FIGURE 18 bis. – Plaine d’Argentan. Village de Sarceaux u milieu d’un terroir cultivé (calcaires jurassiques). Herbage des vallées de l’Orne et de la Baize
(photographie aérienne)

37Pour les techniciens comme pour les économistes, la petite exploitation de 10-20 ha qui combine l’élevage (production laitière) et la céréaliculture (production de blé) apparaît aussi archaïque qu’un vieil attelage auprès d’une moissonneuse-batteuse. Comment peut-elle supporter la comparaison, dans tous les domaines, avec une vaste exploitation céréalière qui lance ses tracteurs sur des pièces de plusieurs dizaines d’ha ou avec une grande unité d’élevage laitier qui groupe 60 ou 70 vaches sous une installation moderne avec salle de traite et station d’ensilage ?

  • 13 Chroniquement mauvais dans la région havraise, par exemple.

38Et, en effet, il est fort probable que la très grande majorité des 14 500 exploitations de 5 à 20 ha que compte actuellement la Haute-Normandie ne sont pas actuellement « rentables » au sens comptable du terme et que leurs fermiers trouveraient un meilleur profit à aller travailler en usine ou chez d’autres exploitants. Mais les structures restent toujours un peu en retard sur l’évolution technique et économique. Beaucoup ne peuvent pas quitter leurs exploitations pour des raisons qui tiennent à l’âge ou à la qualification professionnelle, au marché régional de l’emploi13... Les autres ne le veulent pas, soit par routine, soit parce qu’ils préfèrent encore les illusions de la liberté aux séductions du salariat. Finalement, dans chaque famille, c’est surtout au renouvellement des générations que se prennent les décisions de départ et d’abandon. Les vieux fermiers meurent sur de petites exploitations de retraite, parfois réduites à leur cour qu’ils ont achetée. Autour, dans des parcelles qui furent les leurs, rugissent les tracteurs et les moissonneuses-batteuses d’exploitations agrandies.

39La concentration des exploitations agricoles laisse donc en place une marge de petits exploitants familiaux qui survivent dans des conditions souvent inférieures à celle du prolétariat des salariés. Plus qu’aucune autre cette masse prête à tous les sacrifices pèse sur les marchés des terres (dont elle contribue à augmenter les prix), de la main-d’œuvre (qu’elle paie mal), des produits commercialisés (en fréquentant volontiers les réseaux les plus anarchiques).

40Les petits exploitants familiaux défendent les vertus du travail et de la dignité individuelle. Pendant longtemps, grands propriétaires fonciers, commerçants et notables de chef-lieu de canton ont été leurs porte-parole intéressés. Mais la vigueur des transformations contemporaines a fortement ébranlé l’édifice des positions conservatrices. Chacun sait maintenant qu’avec ou sans sursis la petite exploitation est condamnée.

41Au-delà, c’est un des fondements de la civilisation occidentale que met en cause l’évolution contemporaine, celui de l’exploitation familiale et individuelle. Où le couperet de la concentration doit-il en effet s’arrêter ? Ou, si l’on préfère, au siècle de la civilisation industrielle qui dans tous les autres secteurs d’activité méprise les solutions artisanales, la recherche de la parité sociale pour les producteurs agricoles et pour les éleveurs tout particulièrement ne passe-t-elle pas obligatoirement par l’élaboration de structures d’exploitation entièrement nouvelles ?

2°) LE PROLÉTARIAT AGRICOLE

42A côté des exploitants familiaux et des grands agriculteurs, les salariés agricoles constituent une troisième catégorie, fort importante, de travailleurs de la terre. Ils forment un groupe deux fois moins nombreux que celui des producteurs indépendants : en 1962, ils sont 65 000 en Normandie pour 130 000 exploitants. Mais leur importance relative croît dans les régions de polyculture mixte associée à l’élevage. En effet, si les trois départements bas-normands comptent un effectif total de 45 000 salariés agricoles répartis dans 93 000 exploitations (soit environ 1 salarié pour 2 exploitations en moyenne), l’effectif s’élève à 30 000 en Haute-Normandie pour 36 000 exploitations (soit 1 salarié pour 1,2 exploitation). C’est donc incontestablement dans les plaines de grande culture et d’élevage de la Haute-Normandie (et accessoirement de la Normandie Centrale) que les salariés agricoles jouent le rôle le plus important au sein de la population active agricole.

43Comment s’en étonner ? En Basse-Normandie, dans les régions de bocage et d’herbage, le salarié agricole ne joue qu’un rôle d’appoint par rapport au travail de l’éleveur. Les petits exploitants qui utilisent avant tout la main-d’œuvre familiale, mais aussi les grandes qui s’orientent vers l’embouche et vers des formes extensives de l’exploitation herbagère, requièrent fort peu les services de domestiques. Seuls, des élevages spécialisés, les haras, les fermes de sélection bovine, occupent des effectifs assez importants de salariés. Dans tous les autres cas, les ouvriers agricoles sont fort peu nombreux par rapport aux exploitants : ménages vachers des grandes fermes du Bessin ou du Cotentin, gardiens d’herbage du Pays d’Auge, commis des grands emboucheurs et des marchands de bestiaux, journaliers à temps partiel des fermes moyennes. Certes, le nombre des exploitations, la charge démographique et l’étendue de la région justifient encore des effectifs importants (45 000 en 1962), mais le rôle social et économique des salariés n’en reste pas moins faible. A la limite, les techniques herbagères qui dominent en Basse-Normandie pourraient permettre aux exploitants de se passer presque entièrement des services de domestiques.

44Rien de tel dans les régions d’agriculture mixte associée à l’élevage. Là, en effet, les salariés agricoles occupent une place fondamentale à la base de l’édifice social. Certes, les petits exploitants familiaux se passent de plus en plus de leur travail d’appoint. Mais, pour les grandes entreprises, ils demeurent indispensables. Lorsque les grandes exploitations pratiquent un système autre que l’embouche ou la céréaliculture sans élevage, elles doivent employer des ouvriers agricoles. Les systèmes mixtes, et notamment les plus productifs d’entre eux qui combinent céréaliculture, cultures industrielles et élevage, requièrent une main-d’œuvre importante que ne peuvent pas fournir seules les familles des grands fermiers. Dans ces conditions, l’étude des salariés s’impose préalablement à celle des grandes entreprises. Et, au premier chef, ce phénomène majeur qui conditionne l’avenir : la disparition rapide du prolétariat agricole, au moins sous sa forme traditionnelle.

TABLEAU 26. Types de répartition de la main-d’œuvre agricole selon les systèmes d’exploitation (1960-65)

TABLEAU 26. Types de répartition de la main-d’œuvre agricole selon les systèmes d’exploitation (1960-65)

a) Une tradition de grande misère

45Pour dégager les causes profondes de la disparition des salariés agricoles, il suffit de décrire les conditions de travail et de vie qui furent les leurs depuis le xixe siècle jusqu’à la période contemporaine. Travaillant autant, ils gagnent encore moins d’argent que les petits exploitants. Surtout, sans aucune indépendance et souvent sans famille, ils accèdent à peine à la dignité de conditions de vie humaines. Ils occupent vraiment le plus bas niveau de l’échelle sociale des villages. Leur tradition est celle d’une grande misère.

461 - Rude travail, en effet que celui de l’ouvrier agricole traditionnel, le « domestique » ou le « commis ». Dans les très grandes fermes avant 1945, un peu partout depuis cette date, des horaires plus ou moins bien respectés limitent la journée de travail. Mais telle n’est pas la tradition qui veut que la journée commence très tôt, un peu avant le lever du soleil et bien avant en hiver, et qu’elle se termine lorsque toutes les tâches ont été achevées, c’est-à-dire souvent fort tard. Fréquentes, ainsi, jusqu’à une époque toute récente, des journées de plus de 14 heures, coupées il est vrai par les pauses d’assez nombreux repas.

47Le travail, les repas pris en commun, rapprochent les hommes d’une même ferme. Mais chacun cependant a sa tâche propre. Le « maître » (terme du xixe siècle), le « patron » (expression contemporaine) reste très proche des ouvriers au travail, surtout dans les exploitations moyennes. Dans les champs, autour d’un labour ou au cours des foins, on le distingue à peine des autres. Lui, cependant, dispose de son temps et de son argent comme il l’entend. Il plaisante, il jure et il peine avec les commis, mais il les tutoie alors que la réciproque est exceptionnelle. Parmi les « hommes », les spécialités se ventilent en fonction des secteurs de travail, et, par conséquent, en grande partie en fonction des élevages. Le « premier commis », ou « premier charretier », joue le rôle de contremaître. Il a la haute main sur l’écurie et sur le matériel aratoire. Ce domestique, souvent le plus ancien de la ferme, soigne tout particulièrement les chevaux dont le nombre et la qualité permettent de mesurer la puissance de l’exploitation. En même temps, il active les autres commis, dirige les travaux des champs, et remplace le maître pour l’organisation du travail lorsque celui-ci s’absente. Maintenant, tout naturellement, le conducteur de tracteur remplace le charretier, mais avec des équipes réduites et dans un registre plus limité. Le technicien-bricoleur s’est substitué au maître de l’écurie. De moins en moins nombreux, commis, journaliers, « hommes de cours » (ou « à toutes mains ») et saisonniers complètent les équipes de travailleurs des champs. Leurs activités portent fort peu sur le domaine de l’élevage. Par contre, pour soigner les troupeaux, il faut deux hommes de confiance qui se placent en marge de la hiérarchie normale, dépendant directement du maître et fort peu du premier commis : le vacher, dont le rude labeur a déjà été décrit dans le cadre de la ferme cauchoise où il prend le plus d’importance, et le berger qui doit unir l’amour de la solitude à la probité et à la compétence pour mener sur les grandes plaines de l’Eure les troupes compactes de moutons.

48Charretiers, vachers, bergers : l’ouvrier agricole travaille avec les bêtes, et souvent pour les bêtes, en Normandie plus encore qu’ailleurs. Cette condition particulière augmente les servitudes du métier. La journée de travail n’a pas d’horaire parce que les exigences du bétail ignorent ces coupures artificielles. Pour les bêtes, il faut affronter toutes les intempéries. Avec les bêtes, il faut accepter de vivre en permanence dans des conditions sanitaires douteuses que la médiocrité des installations rend même le plus souvent déplorables. Dans les fermes traditionnelles, un état de saleté quasi permanent caractérise le travail agricole. Une expression un peu triviale, mais riche de sens, sert dans le Pays de Caux à désigner le travailleur de la terre et plus précisément le vacher : le « bouseux ».

492 - De maigres salaires offrent une compensation très insuffisante à toutes ces servitudes. De tout temps, les domestiques agricoles ont compté parmi les plus mal payés des travailleurs.

  • 14 A.N., 1851.

50En 1851, dans le Pays de Caux occidental14, la hiérarchie des gages s’établissait ainsi :

51A l’époque, le beurre vaut en moyenne 2 F. le kg, et c’est donc bien à des revenus de misère que correspondent ces gages. Toute promotion sociale est interdite à ce prolétariat illettré. Seuls, quelques travailleurs particulièrement acharnés parviennent à la condition de fermier. La plupart des « bons domestiques » meurent sur l’exploitation à laquelle ils ont consacré leurs forces. Les instables forment une cohorte flottante et méprisée qui contribue à maintenir les salaires à un très bas niveau.

  • 15 Garnier, 341, 1963.
  • 16 Surtout depuis la généralisation de la pratique des « dessous de table ».

52Du xixe siècle jusqu’à l’époque contemporaine, les salaires ont naturellement augmenté mais en suivant de façon assez irrégulière la progression des prix. Depuis une dizaine d’années cependant, la raréfaction croissante de la main-d’œuvre a entraîné une amélioration réelle des rémunérations. Le salaire officiellement conseillé dans le département de l’Eure en 1963 s’élève à 5 050 F. par an pour un ouvrier permanent qui travaille 25 jours par mois, non nourri, non logé, et à 5 305 F. pour un conducteur de tracteur employé dans les mêmes conditions15. Dans le Pays de Caux, un domestique ordinaire, nourri et logé, gagne, en 1965, 3 600 F. à 4 500 F. par an. Ces sommes représentent de lourdes charges pour les exploitants moyens qui ne cessent de le déplorer. Elles n’en restent pas moins fort modestes, et, plus encore qu’au xixe siècle, interdisent au commis tout espoir d’accéder à la condition de fermier16. Entre les deux classes, une cloison parfaitement étanche s’est dressée.

533 - Les conditions de vie, enfin, au-delà des salaires et du travail, accablent le domestique agricole. Car ce qui compte le plus, finalement, est ce qui n’est pas comptabilisé, tout ce qui se cache sous la dénomination trompeuse « d’avantages en nature », sous les termes de « nourri et logé ».

54Logés, le vacher ou le charretier le sont, en effet ; mais souvent, jusqu’aux années 1955-60, une couchette garnie de paille ou d’une paillasse leur tient lieu de « logement » dans l’écurie même, en cohabitation totale avec les bêtes. Les améliorations restent toujours modestes. Pour les célibataires, une cloison transforme la loge en box isolé, ou un petit bâtiment aménagé avec des moyens de fortune devient une chambre, souvent étroite, qui ne dispose pas toujours de l’électricité et jamais de l’eau courante. Pour les ménages, le patron réserve généralement la maison d’une des nombreuses petites fermes disparues et absorbées qui gravitent toujours autour des exploitations. Dans tous les cas, dans un habitat rural généralement très médiocre, le salarié agricole dispose du plus médiocre. Comment pourrait-il en être autrement ? Le maître considère toujours comme la charge la plus exorbitante celle qui a trait à la rémunération de la main-d’œuvre. Et la tradition comme les réalités économiques veulent que, dans le régime du fermage, le propriétaire traite avec le plus grand mépris l’entretien des bâtiments. Au bas de l’échelle sociale, le salarié recueille les fruits amers de ce Système.

  • 17 Passy (H.), A.N. 1845, p. 540.

55Au moins, les commis mangent-ils à leur faim. Dans les grandes fermes, la tâche principale de la « patronne » consiste à nourrir les « hommes ». Les repas font partie du cérémonial domestique. Tout le personnel se réunit autour des longues tables rectangulaires. La fermière donne de larges rations de pain, de pommes de terre, de soupe et de cidre ; à chaque repas, le maître verse la « goutte » après le café. Pendant fort longtemps, par contre, la viande fut distribuée chichement. Une remarque, presque indignée, d’un notable de l’Association Normande, en 1845, ne manque pas de saveur à ce sujet : « vous entendez de la bouche de tous les vieux cultivateurs que les exigences des ouvriers et des employés des fermes sous le rapport de la nourriture sont devenues tout à fait intolérables. Ils vous diront qu’on est obligé de donner aujourd’hui aux valets de ferme, dans l’espace d’un mois, quelquefois d’une semaine, plus de viande qu’il n’en recevaient jadis dans l’année toute entière »17. Quelle pouvait être la ration du début du xixe siècle, le texte ne le dit pas. Mais il est sûr que, dans le Pays de Caux, les repas restèrent d’une rare monotonie jusqu’aux années 1950 : ragoûts ou volailles, la viande n’intervenait que le midi dans l’alimentation ; les menus du soir se composaient invariablement de soupe et de pain beurré.

56Au-delà de toutes les analyses, le salarié agricole du Caux et des grandes plaines apparaît enfermé dans un univers lourd de travail et de fatigue, sans bonheur et sans espoir.

57Adrien, vacher cauchois, après quelques errances, est venu s’installer en 1941 dans la ferme où il devait rester une quinzaine d’années. Pour lui, son patron a de l’estime et de l’attachement : Adrien connaît chaque bête, il ne maltraite pas les vaches, il aide habilement aux vêlages, il ne manque jamais, à heure régulière, d’aller « pioquer » et traire. Illettré, sans la moindre compétence technique, c’est le type du bon vacher traditionnel. On ne lui connaît pas de famille. Comme beaucoup de ses semblables, il vient de l’Assistance Publique. Pour plaire aux filles du pays, il ne dispose d’aucun argument. Un vacher n’attire guère. Il reste seul. Adrien, qui sait cependant dire son mot avec ruse quant il l’ose, parle peu, et à force de vivre dans la seule compagnie des vaches, il finit par se contenter des syllabes étouffées d’un patois de plus en plus incompréhensible. Le soir, avant de rejoindre son grabat dans un coin de l’étable, il a pris l’habitude de fréquenter le café du village qui est ainsi devenu, tout naturellement, la seule distraction de ce solitaire. L’homme revient en titubant chaque soir, le pas et les épaules vite alour dis par le travail et par l’alcool. Il se lève dans la fraîcheur moite des réveils éthyliques. Il a perdu l’habitude de se raser. Sa silhouette oscille comme dans un rêve éveillé entre le grabat sale, les vaches et le café sordide. Il meurt finalement, jeune encore, un soir de paye, couché sur la route, écrasé par une voiture. L’anecdote dépasse ici le cas particulier. La vie exemplaire d’Adrien réunit tous les drames du prolétariat agricole.

b) Un recrutement tari

58Les domestiques disparaissent maintenant des campagnes haut-normandes et des plaines de Caen à Alençon. Avec des infortunes diverses, cette classe a survécu jusqu’à la période contemporaine en ne cessant de se rétracter. Tout indique que le phénomène maintenant s’accélère, ce qui pose aux grands exploitants le plus difficile des problèmes.

591 - La diminution de la main-d’œuvre salariée se trouve exprimée (depuis 1929) dans le tableau qui suit :

60Les salariés agricoles ont diminué beaucoup plus vite que les petits exploitants familiaux. En dépit d’un recul déjà ancien, ils formaient une cohorte encore importante entre les deux guerres mondiales. Mais de 1929 à 1954, ils perdent près de la moitié de leurs effectifs, et, de 1954 à 1962, le phénomène s’accélère avec une diminution qui varie de 30 % dans le département de l’Eure à 37 % dans le département de la Seine-Maritime au cours d’un bref intervalle de 8 années. A ce rythme, la disparition quasi complète du prolétariat agricole sous sa forme traditionnelle doit être envisagée dans les deux prochaines décennies.

612 - Les causes de cette diminution accélérée se comprennent aisément lorsqu’on veut bien examiner la réalité de la condition ouvrière. Jusqu’à une époque toute récente, propriétaires et fermiers ont refusé cette évidence, et tout fut invoqué pour expliquer le phénomène, « mauvais esprit », appel des « plaisirs » de la ville, rôle des instituteurs et des chemins de fer, instabilité, ivrognerie, tout sauf la misère. Sur ce sujet, les textes nombreux de l’Association Normande, notamment ceux des « Enquêtes morales », permettraient de constituer un véritable florilège. En 1874, dans son rapport sur le congrès tenu à Damville, le président de Glanville note que les domestiques changent beaucoup trop souvent de fermes, que les jeunes ne restent pas et qu’on ne respecte plus les « louages ». Il propose pour remédier à cette situation, le recours au « livret », demandé partout avec une belle constance par tous les notables normands, et même, il regrette que ne soient pas appliqué l’édit du 4 février 1567 et l’Arrêt de Règlement du Parlement de Rouen du 26 juin 1772 « portant défense aux domestiques de quitter leurs maîtres sans le consentement de ceux-ci ». Pour résoudre le difficile problème du salariat, les propriétaires et les fermiers n’ont jamais trouvé d’autres solutions que des mesures conservatrices niant les causes profondes du mal. Leur aveuglement, au premier chef, fait partie intégrante d’un système dont les chiffres consacrent l’échec total.

62Démographiquement, la dénatalité et l’émigration se combinent pour expliquer la disparition des salariés agricoles. La classe des ouvriers agricoles ne possède en effet qu’une très faible vitalité. Beaucoup d’entre eux restent célibataires et les familles souvent très nombreuses des domestiques mariés ne compensent pas cette infériorité. Jusqu’à la guerre de 1914, les autres classes de la population, artisans, journaliers, petits exploitants, fils de fermiers ont assuré un large recrutement extérieur. Entre les deux guerres, des ouvriers étrangers, belges et polonais, apportèrent un appoint pour quelque temps. Après 1944, d’anciens prisonniers de guerre allemands et quelques « personnes déplacées » complétèrent encore les effectifs. Mais tous ces apports ont cessé. Un fils d’artisan ou de fermier ne se place plus comme domestique. Il cherche un emploi en ville. Les travailleurs salariés ne viennent que comme saisonniers, équipes de Belges et, plus souvent maintenant, de Portugais et de Nord-Africains, habitués de la campagne des betteraves. Entre la condition de domestique agricole et celle d’ouvrier d’usine, les jeunes des villages n’hésitent même pas. Les salariés agricoles forment aux yeux de tous une sorte de sous-prolétariat qui travaille et vit dans les plus mauvaises conditions pour le plus médiocre salaire. Ne restent que les vieux solitaires, des couples accablés de misère, quelques jeunes en quête de travail avant le service militaire, des instables, des illettrés et des maladroits qui demeurent là faute de pouvoir trouver un travail dans un autre secteur. Une sorte de pauvre lie humaine qui marque la fin d’une époque. Entre la misère traditionnelle du prolétariat des campages et le développement des emplois secondaires et tertiaires autour de la Basse-Seine et des villes de l’Eure et de la Normandie Centrale, un appel n’a cessé de jouer qui, après une accentuation récente du phénomène, conduit à la disparition quasi complète de la main-d’œuvre salariée sous sa forme ancienne.

633 - Les solutions nouvelles impliquent une transformation radicale des mentalités et des techniques.

64On ne peut appeler ainsi les multiples improvisations qui prévalent encore maintenant. Beaucoup de grands exploitants utilisent, en effet, les services de petits fermiers ou d’ouvriers d’usine qui font quelques « corvées » plus ou moins longues en échange d’avantages en nature, de prêt de matériel et de salaires, lesquels échappent souvent aux déclarations obligatoires, et par conséquent aux prestations sociales. La symbiose de la petite exploitation et de la grande, le système de l’ouvrier d’usine-ouvrier agricole ne constituent que des solutions provisoires. Le second subsiste assez aisément dans une ambiance de stagnation industrielle. comme c’est le cas dans la région havraise, mais il recule devant chaque poussée de l’activité régionale qui élève le niveau de l’emploi hors du secteur agricole ; dès que les heures supplémentaires se multiplient à l’usine, l’ouvrier quitte les corvées mal payées des champs. Le petit exploitant apporte un appoint de main-d’œuvre plus solide. Mais lui aussi ne représente qu’un apport temporaire de travail et son renouvellement est mal assuré. Néanmoins, dans une conjoncture de faible expansion, ces solutions provisoires, comme en d’autres secteurs, pourraient durer longtemps encore.

65Beaucoup plus radicale, la solution qui consiste pour un grand exploitant à se passer à peu près totalement de main-d’œuvre salariée. Elle implique une simplification extrême des techniques, parfois l’abandon de tout élevage comme dans certaines fermes de la Plaine de St-André. Ou bien, elle nécessite de nouvelles formes d’organisation des exploitations agricoles qui s’associent pour mettre en commun leurs disponibilités de main-d’œuvre et pour les rendre plus efficaces. Ainsi, la crise de la main-d’œuvre salariée débouche-t-elle sur de nouvelles structures d’exploitation qui seront étudiées dans le paragraphe suivant.

66Sans aller jusqu’à ces solutions extrêmes, la plupart des grands exploitants commencent à estimer la permanence du salariat comme une donnée indispensable au fonctionnement de leur système de production. Aussi sont-ils prêts à « mettre le prix qu’il faut » pour conserver des salariés. Parallèlement, des sentiments humanitaires, notamment dans les milieux formés par la J.A.C., développent chez certains patrons le désir d’améliorer la condition de leurs employés. Ainsi se dégage un type nouveau d’ouvrier agricole. Il apparaît dans le Vexin et chez quelques philanthropes, isolés avant la guerre ou dans l’immédiat après-guerre Encore exceptionnel en 1965, il n’en représente pas moins dans la Plaine de Caen, les campagnes de St-André et du Neubourg, le Pays de Caux et le Vexin Normand, une des solutions possibles pour l’avenir, tant sur le plan économique que du point de vue social. Le plus souvent, c’est le conducteur de tracteur qui bénéficie de cette situation nouvelle. En même temps qu’elle réduit les effectifs de salariés, la mécanisation transforme la condition de ceux-ci. Les exploitants ne veulent plus confier à des manœuvres incompétents des engins qui leur coûtent cher, aussi bien en investissements qu’en charges d’entretien. Inversement, le maniement de machines redonne de l’agrément au travail de la terre, aux yeux des jeunes particulièrement. Par contre, l’élevage sous sa forme traditionnelle semble chasser la main-d’œuvre. Mais l’installation d’une stabulation moderne avec traite mécanique pour un troupeau de 50 laitières justifie l’emploi d’un vacher compétent et bien rémunéré. C’est donc dans les mieux équipées des Plaines de grande culture qu’apparaît un nouveau type de salarié agricole.

67Ainsi, par exemple, le nouveau vacher d’une grande exploitation déjà étudiée dans le Vexin. Tout l’oppose, ou presque, à la tradition des vieux domestiques. Avec la région, il a fort peu d’attaches : c’est un ancien petit exploitant mayennais qui joint à une bonne connaissance empirique des bêtes quelques rudiments de zootechnie et de science vétérinaire Gomme le chauffeur de tracteur, déjà il possède une certaine qualification professionnelle. Bientôt, les exploitants exigeront plus encore. De même que le tractoriste doit pouvoir entretenir et dépanner son engin, le vacher doit savoir donner les premiers soins aux vaches malades, suivre l’évolution des lactations, tenir un graphique, composer une ration... Mais ce travailleur a cessé de vivre perpétuellement dans la boue. Pour les 45 vaches dont il a la charge, il dispose d’une stabulation libre avec salle de traite bien aménagée. Ses journées ont des horaires déterminés. La rotation du personnel, la prise en charge du troupeau par l’exploitant lui-même s’il le faut, permettent de lui assurer plusieurs dimanches de liberté et de véritables congés payés, faveurs qui auraient été jugées scandaleuses pour les domestiques d’antan. Avec cela, un salaire comparable à ceux des autres secteurs et des conditions de vie dignes d’un homme. Le nouveau vacher touche un salaire de base de 700 F. que complètent des primes calculées sur la production laitière. « Intéressé » au rendement, il peut disposer de quelque 1 000 F. par mois dans une bonne période. Il est logé avec sa famille dans une ancienne maison d’habitation de la ferme. Parfois même, l’exploitant fait construire une nouvelle demeure. Certes, ce salarié d’un type nouveau reste un prolétaire qui ne dispose pas de la propriété de ses moyens de production et dépend de la sorte entièrement d’un autre homme. Mais il a cessé d’être un domestique. Les rapports qui le lient au fermier se sont équilibrés. Il n’appartient plus à une classe méprisée et surexploitée, élément indispensable d’un système qui compensait par de médiocres rémunérations la faible productivité du travail. Il dépend d’une entreprise efficace. Et sa vie accède à un niveau de dignité humaine qu’ignoraient totalement les commis et les charretiers.

II. – LE NEO-CAPITALISME AGRAIRE

68Le grand fermier et même l’exploitant moyen se distinguent nettement des petits exploitants familiaux et, à plus forte raison, des ouvriers agricoles. Dans les communes, les grandes fermes, presque toujours moins nombreuses que les petites exploitations, n’en occupent pas moins une part importante et souvent même dominante des surfaces exploitables. Parmi les notables, les grands exploitants sont beaucoup mieux représentés que les petits tandis que les ouvriers agricoles n’accèdent naturellement jamais à cette dignité. Par leur poids économique, par leur influence sociale et politique, les grands fermiers, et accessoirement les moyens, constituent la classe dominante des plaines de polyculture et d’élevage. Ils n’ont au-dessus d’eux que les propriétaires mais ceux-ci n’appartiennent que partiellement au monde de la terre.

  • 18 Atlas de Normandie, cartes D8, D15, D16.

69On a déjà trouvé une situation analogue dans le Bocage et surtout dans les régions herbagères où les grands exploitants ont incontestablement une influence supérieure à leur importance réelle. Mais dans le Bocage, au sein d’une structure assez homogène dans l’ensemble, la classe des exploitations supérieures se dégage tout juste de la masse et il faut attendre que se développe et se confirme le mouvement contemporain de rénovation pour qu’on puisse lui attribuer un rôle décisif en toute certitude. Dans les régions herbagères, Cotentin, Bessin, Pays d’Auge et Pays de Bray, la grande exploitation se distingue aussi nettement des autres que dans les plaines de grande culture par les particularités de son système de production, mais son dynamisme n’apparaît pas avec évidence. Tout au contraire, les grandes exploitations des plaines s’affirment nettement comme celles dont les techniques progressent avec le plus de rapidité18. Elles s’inscrivent incontestablement en tête du dynamisme agricole en Normandie.

  • 19 Répartition de la main-d’oeuvre dans les exploitations de Seine-Maritime d’après un sondage de la (...)
  • 20 En 1945-50, les exploitations de 18-25 ha auraient été encore classées parmi les « moyennes ». Ell (...)

70Cette catégorie cependant ne manque pas d’hétérogénéité. Car de l’exploitation moyenne de 25-45 ha du Pays de Caux ou du Neubourg à la très grande ferme du Vexin supérieure à 300 ha, s’ouvre, en fait, toute une gamme, très large, d’exploitations de types assez variés. Une nouvelle subdivision ternaire doit distinguer les exploitations moyennes (de 20-30 ha à 45-55), les grandes (45-55 à 100-120 ha) et les très grandes (plus de 100-120). Les premières forment une sorte de transition avec les petites fermes ; comme celles-ci, elles utilisent massivement la main-d’œuvre familiale, mais elles emploient aussi des travailleurs salariés19 ; comme dans les petites exploitations les tendances prudentes de la routine et de la sécurité y affrontent celles de la propension au progrès, mais ces dernières l’emportent déjà plus aisément au sein d’unités assez grandes pour rentabiliser quelques investissements de base. Les fermiers moyens forment donc une classe intermédiaire qui appartient encore à celle des « patrons » de l’agriculture par la main-d’œuvre employée et par leur volonté d’investir et de tirer des bénéfices de leurs entreprises. Mais la diminution progressive de la main-d’œuvre salariée les rejette peu à peu parmi les exploitants familiaux20. Tout au contraire, les grandes et plus encore les très grandes exploitations s’affirment comme des entreprises où domine la main-d’œuvre salariée et où le goût de l’investissement et de la recherche du profit l’emportent nettement sur le souci de sécurité.

71On peut donc parler, ici plus que partout ailleurs en Normandie, d’un capitalisme agraire. La concentration des moyens de production entre les mains d’un petit nombre, l’utilisation de travailleurs salariés, la recherche permanente du profit, l’accumulation du capital, le recours de plus en plus déterminé aux techniques mécanisées et rationalisées, enfin l’existence même d’une masse d’entreprises marginales (les exploitations moyennes) comprises entre les tendances industrielles et le système artisanal et familial, tous ces traits rattachent en effet au capitalisme les exploitations qui dominent la vie régionale des grandes Plaines. Rien ne serait plus faux cependant, à l’issue de cette étude, que de laisser entrevoir, dans une sorte de déterminisme inéluctable, un avenir facile pour cette forme d’exploitation qui semble la mieux adaptée aux conditions de l’économie contemporaine. Efficaces, certes, les exploitations des Plaines le sont. Mais elles se heurtent néanmoins à d’autres forces de la civilisation industrielle, bien plus puissantes encore qu’elles-mêmes. Pour survivre, elles doivent sans cesse dégager de nouvelles voies qui les écartent de plus en plus de la tradition individualiste. Aussi peut-on parler dans les Plaines Normandes d’un néo-capitalisme agraire.

1°) L’EFFICACITÉ DES GRANDES ET MOYENNES EXPLOITATIONS

72Pour bien juger de l’efficacité technique et économique des exploitations des Plaines Normandes, s’impose la nécessité d’une nouvelle comparaison à l’échelle mondiale. Les Etats-Unis et l’U.R.S.S., les deux puissances pilotes de la civilisation industrielle, doivent tout naturellement en fournir le support, et à l’intérieur de ces deux pays, les deux régions qui pratiquent de la façon la plus remarquable l’association des cultures et de l’élevage : le Middle-West aux Etats-Unis, le Kouban en U.R.S.S.

a) Deux régions de référence : Corn-Belt américain et Kouban soviétique

  • 21 de Farcy, 378, 1958.
  • 22 En plus du médiocre état de l’agriculture russe avant 1917, il faut citer la crise révolutionnaire (...)

73Depuis 1945, deux exemples ne cessent de fasciner les agronomes français, sans toutefois les satisfaire entièrement : celui de l’agriculture américaine et celui du système soviétique. Certes, l’un et l’autre, et surtout le deuxième, n’ont cessé de révéler de graves faiblesses. Trop puissante, en quelque sorte, l’agriculture des « farmers » indépendants parvient difficilement à harmoniser le développement de sa production aux besoins des marchés ; depuis le New-Deal, cependant, le gouvernement américain et les associations de producteurs ont mis peu à peu en place tout un arsenal d’interventions qui assurent finalement aux exploitants la sécurité dans une large aisance21. Le problème est inverse pour la production des sovkhozes et des kolkhozes qui, handicapés par des conditions naturelles souvent mauvaises et par de graves crises historiques22 parviennent difficilement à satisfaire les besoins d’un marché de consommation en plein développement ; néanmoins, les aménagements des dix dernières années ont permis là encore d’améliorer la situation et de passer de l’ère des pénuries chroniques à un approvisionnement normal des centres de consommation sans qu’on puisse cependant encore parler d’abondance comme l’aurait désiré N.S. Kroutchev. Mais, beaucoup plus que l’équilibre commercial des deux systèmes, c’est l’organisation technique et économique des entreprises agricoles en U.R.S.S. et aux Etats-Unis qui a retenu l’attention des agronomes français.

  • 23 Dumont (R.), 368, 1949.

74En 1949, quatre ans après une guerre qui avait provoqué en France de graves pénuries, René Dumont estime nécessaire d’élargir l’horizon des agriculteurs français jusque-là trop refermés sur une situation malthusienne. Après un voyage au cours duquel il visite quelque quarante fermes des Etats-Unis il écrit son premier manifeste : « les leçons de l’agriculture américaine »23. Ses buts sont nettement exprimés dès les premières lignes de l’avant-propos : « Notre agriculture est largement distancée ; une attitude commode cherche à nier pourtant ce fait évident ; elle nous ridiculise et nous mène sûrement à la catastrophe. Une autre, plus courageuse, recherche les causes de notre retard, étudie les bases des réussites des autres ; elle profite aussi des expérimentations intéressantes que constituent les échecs étrangers, éclairant les voies à ne pas suivre... »

  • 24 Par exemple, Haystead and Fite, 382, 1955 : « Ce n’est pas du chauvinisme, ni de la vantardise com (...)

75Parmi toutes les régions que traverse René Dumont, une, tout particulièrement, semble bien s’imposer par une réussite exemplaire : au cœur du Middle-West, le Corn-Belt de l’Iowa, de l’Illinois et de l’Indiana, qui pratique un système intensif et hautement productif combinant l’agriculture et l’élevage avec le maïs comme plante principale. Les géographes américains confirment ce jugement24. Et la visite de N.S. Kroutchev apporta l’hommage des Soviétiques aux producteurs de maïs américains.

76R. Dumont décrit ainsi une ferme de la région de Des Moines, au cœur de la zone du maïs de l’Iowa, la ferme Alleman : « la ferme couvre 98 ha dont 52 de maïs, 8 d’avoine, 5 de trèfle - fléole, 14 de soja, le reste en pâture... (l’exploitant) entretient 12 à 15 vaches, engraisse 26 bovins, élève 24 portées de truies. Il achète 300 poussins d’un jour, vend les coqs et garde les poulettes un an comme pondeuses... ». Dans sa remarquable association des cultures (maïs, avoine, trèfle, soja, pâtures) et de l’élevage (lait, bœufs, truies, volailles), cette ferme prend valeur d’exemple. Dès 1949, la ferme d’engraissement du Middle-West (hog-beef-fattening) apparaît remarquable à la fois par l’accumulation de ses rendements et par sa haute productivité rendue possible par la mécanisation et la rationalisation du travail : deux travailleurs permanents, en effet, suffisent pour exploiter ces 98 ha.

  • 25 J. Chombart - de Lauwe, 372, 1961.

77L’exemple soviétique a retenu l’attention des agronomes, moins sans doute par l’aspect collectiviste de ses structures, que par le développement de très grandes unités de production combinant le travail d’une main-d’œuvre abondante et l’intervention des machines. Au début de son livre sur « les paysans soviétiques », J. Chombart de Lauwe indique clairement que c’est la concentration et l’industrialisation des entreprises agricoles en U.R.S.S. qui ont d’abord suscité son intérêt. « La production agricole doit-elle rester le domaine de Lilliput » ? Et, comme titre, d’un des chapitres les plus importants de l’ouvrage : « La macro-entreprise crée un nouveau type d’agriculture... » Plus encore que les Américains en effet, les Soviétiques ont donné à leur agriculture des structures industrielles avec des entreprises collectivisées qui s’étendent généralement sur plusieurs milliers d’ha25.

  • 26 Etude personnelle à la suite d’un voyage d’information agricole en U.R.S.S. (1965).

78C’est probablement dans le Kouban que l’agriculture soviétique, hors des régions subméditerranéennes ou tropicales de type particulier, a atteint ses plus remarquables résultats. Le climat échappe partiellement aux rigueurs des régions plus septentrionales sans être cependant trop sec ; les sols noirs prolongent ceux de la steppe ukrainienne. Dans une zone qui était faiblement peuplée avant 1917, ont pu être créés de vastes sovkhozes et kolkhozes au milieu d’un immense bocage en damier dont chaque maille couvre près de 100 ha. Parmi ceux-ci, le kolkhoze « Staline » décrit par J. Chombart de Lauwe, les kolkhoze « Kirov » (20 000 ha) ou le sovkhoze « Kouban » souvent cités par les visiteurs, enfin le kolkhoze « Victoire » (27 000 ha) qui servira de référence. Tous associent quatre cultures principales (blé, maïs, betterave à sucre, tournesol) à de nombreux élevages (bovins, porcs, volailles)26.

TABLEAU 27. Quelques résultats de trois exploitations représentatives des Plaines Normandes, d’une ferme de l’lowa et d’un kolkhoze du Kouban

TABLEAU 27. Quelques résultats de trois exploitations représentatives des Plaines Normandes, d’une ferme de l’lowa et d’un kolkhoze du Kouban

FIGURE 19.— Une ferme du Pays d’Ouche en 1900. Maîtres et serviteurs
(Archives familiales)

FIGURE 19 bis. — Devant un champ d’essai de maïs de la Plaine de Caen en 1966 – La Technique
(cliché Chambre Régionale d’Agriculture)

FIGURE 20. – Plaine de Caen (communes de Garcelles-Secqueville et de Tilly). Vastes parcelles cultivées. Grandes exploitations
(photographie aérienne I.G.N.)

FIGURE 20 bis. – Plaine de Saint-André (commune des Essarts). Petits bois, hameaux et grandes fermes isolées au milieu d’un openfield cultivé
(photographie aérienne I.G.N.)

79Certes, ces deux exemples étrangers présentent des conditions historiques et naturelles bien différentes de celles des plaines normandes. Dans leur système de production intervient notamment une plante, le maïs que les agriculteurs normands hésitent encore à adopter. Leur climat continental s’oppose à l’ambiance océanique de la Normandie. Néanmoins, au-delà de ces nuances importantes, dans les trois cas, les conditions fondamentales restent les mêmes : d’excellents sols, des climats sans rigueur excessive, et, comme système de production, l’association intensive des cultures et de l’élevage. Il ne semble donc pas absurde de tenter l’esquisse d’une comparaison entre la ferme Alleman de l’Iowa (actualisée par des statistiques moyennes), le kolkhoze « Victoire » du Kouban, et une ferme moyenne du Pays de Caux, une grande ferme de la Campagne du Neubourg, une très grande exploitation du Vexin. Le tableau suivant montre que si la productivité de l’exploitation américaine reste encore exceptionnellement élevée, par contre, les rendements des plaines normandes supportent fort bien la comparaison avec les meilleures réalisations des Etats-Unis et de l’U.R.S.S.

b) Les Plaines Normandes au niveau des meilleures régions agricoles de l’U.R.S.S. et des Etats-Unis

80La comparaison précédente montre nettement que les rendements de l’association normande des cultures et de l’élevage se situent à un niveau égal ou supérieur à ceux du Kouban ou du « hog-beef-fattening » américain. Les résultats restent en deça de ceux de l’agriculture américaine pour la productivité du travail. L’appréciation la plus délicate concerne les revenus.

81I. Les rendements des Plaines Normandes atteignent un excellent niveau global, quelles que soient les nuances des systèmes considérés. La bonne qualité des conditions naturelles, et notamment des sols limoneux, l’association étroite des cultures et de l’élevage, le bon niveau des connaissances techniques des agriculteurs assurent à l’ensemble du système un équilibre qui permet de combiner de bons rendements culturaux et de forts chargements en bétail bovin.

82Les rendements moyens à l’ha, en 1962, des trois principales cultures de vente sont présentés dans le tableau ci-dessous :

83Les rendements en blé sont très sensiblement supérieurs à ceux de la moyenne française. Une bonne ferme du Pays de Caux ignore de plus en plus les rendements inférieurs à 40-45 qx par ha. Une excellente année comme 1962 donne des rendements moyens proches de 50 qx par ha. Une année moins favorable comme 1963 ne les voit guère tomber en dessous de 40-35 qx. A cela s’ajoutent de très bon rendements liniers dans le Pays de Caux ou dans la Plaine de Caen et des rendements betteraviers excellents dans la Plaine de Caen, honorables dans le Neubourg, le Vexin et le Pays de Caux. Ces rendements sont comparables à ceux obtenus par les meilleurs kolkhozes du Kouban (40-50 qx par ha de blé au kolkhoze « Victoire »). Le « Corn-belt » américain n’a pratiquement pas de cultures de vente.

  • 27 Cf 3e chapitres des 1re et 2me partie.

84Les chargements de bétail, et tout particulièrement de bétail bovin, diffèrent assez profondément selon les systèmes. En fait, la ferme d’engraissement américaine, totalement spécialisée, n’a pas vraiment d’équivalent en Normandie, alors que le système mixte du Kouban rappelle bien celui du Pays de Caux. Dans les Plaines Normandes, il faut distinguer les exploitations dont l’orientation vers les cultures de vente est accentuée (généralement de très grandes exploitations, type Vexin) et celles qui réalisent dans la répartition du produit brut un équilibre entre les cultures commercialisées et l’élevage (type Caux et Neubourg). Naturellement, les chargements globaux (par ha S.A.U.) varient en fonction de ces orientations. Ceux du Vexin sont les plus faibles (35 U.G.B.T. par ha S.A.U.) dans des fermes qui ne consacrent à l’élevage qu’une petite partie de leur activité. Mais les chargements à l’ha S.A.U. du Pays de Caux dépassent ceux du Corn-Belt et du Kouban. On doit même noter qu’ils atteignent presque ceux des fermes spécialisées des systèmes herbagers et bocains de Basse-Normandie qui cependant consacrent toutes leurs surfaces à l’herbage ou aux cultures fourragères. C’est dans les Plaines Normandes, Pays de Caux ou Vexin, que se rencontre le plus haut niveau d’intensification fourragère avec des chargements à l’ha S.F.P. compris entre 1,5 et 2 U.G.B., chiffres nettement plus forts que ceux du Kouban et du Middle-West, beaucoup plus élevés que les chargements des systèmes purement herbagers de Basse-Normandie, égaux ou supérieurs aux meilleurs résultats du Bocage Normand ou du Danemark27.

  • 28 D’après les indications des Centres de Gestion.

85Pour juger le rendement global, il s’avère impossible de dissocier les cultures et l’élevage. Les deux secteurs interfèrent en effet. L’élevage apporte aux cultures la fumure et celles-ci intègrent une partie importante de l’infrastructure fourragère soigneusement entretenue par le jeu des assolements et des façons culturales. Le produit brut total, par ha, donne finalement la meilleure indication sur l’intensité du système. Celui-ci dépasse presque toujours 1.500 F dans les exploitations du Pays de Caux et chez les meilleures il peut s’élever nettement au-dessus de 2.000 F. Le Neubourg, le Roumois, quelques fermes du Vexin obtiennent des résultats comparables. Dans les autres Plaines (St-André, Ouche, Alençon), les produits bruts oscillent entre 1.500 et 1.000 F et ne tombent que rarement en dessous de ce dernier chiffre28. En ce domaine, la comparaison avec des pays étrangers est difficile car les prix agricoles différents introduisent une variable indépendante des rendements, celle-ci étant nettement défavorable aux prix américains, et peu importante pour les prix russes. Quoi qu’il en soit, les produits bruts de l’Iowa et du Kouban se révèlent inférieurs à ceux des grandes fermes des Plaines Normandes. En tenant compte des disparités de prix, on peut estimer l’intensité globale des Plaines Normandes comparable à celle du Corn Belt et supérieure à celle du Kouban, la région pilote de l’U.R.S.S. En tête, le Pays de Caux atteint le plus haut niveau d’intensification.

862. La productivité du travail dans les grandes exploitations mixtes de Normandie, en dépit de structures d’exploitations infiniment plus étriquées, supporte aisément la comparaison avec la « macro-entreprise » du Kouban, organisée en brigades. Pris individuellement, le travailleur agricole du Vexin, du Neubourg ou du Caux cultive un nombre plus élevé d’ha que son collègue soviétique (de 15 à 25 contre moins de 15 ha) ; il élève un cheptel plus important (8 à 20 U.G.B.T. contre 9) et la valeur globale de sa production (de 25.000 à plus de 30.000 F) dépasse très nettement celle du kolkhozien « Victoire » (16.200 F). Néanmoins, les structures actuelles doivent permettre en ce domaine d’importantes améliorations à l’agriculture russe qui supporte encore une surcharge importante de population agricole, alors que toute amélioration risque de poser de redoutables problèmes aux exploitants normands dont les entreprises sont incomparablement plus petites.

Fig. 75. – Une exploitation moyenne du Pays de Caux (Ferme Fournier, Gainneville, 50 ha)

87Ces problèmes se trouvent résolus dans le cadre des exploitations de l’Iowa par la simplification du système de production (soja-maïs-engraissement) par la mécanisation complète et la rationalisation du travail, par le recours à des techniques d’élevage rustiques, (stabulation libre, vastes hangars) qui sacrifient un peu le rendement à l’efficacité du travail. Dès 1949, les fermiers de l’Iowa parvenaient à un niveau très élevé de productivité, deux fois supérieur environ à celui des fermes normandes contemporaines. Seules, quelques exploitations d’avant-garde de la Plaine de St-André notamment tendent actuellement vers des chiffres comparables, mais, le plus souvent, en sacrifiant l’élevage (1 homme pour 50 à 70 ha).

  • 29 Campagne du Neubourg. D’après Gautier, répartition du rapport PBT/UTH dans les fermes « moyennes » (...)

88Les grandes exploitations des Plaines Normandes restent donc beaucoup moins efficaces, en ce domaine, que celles du Middle West, modèle inégalé. Elles n’en atteignent pas moins un bon niveau, supérieur à celui du très grand kolkhoze du Kouban, et plus élevé naturellement que celui de toutes les petites exploitations des Plaines, du Bocage ou des herbages normands29.

893. Les revenus, enfin, sont très difficilement comparables dans des pays qui pratiquent des modes de répartition aussi différents que l’U.R.S.S., les Etats-Unis, la France. Des mots assez proches ne recouvrent pas la même réalité. Le directeur du kolkhoze « Victoire » annonce un « revenu net » de 1,3 million de roubles qui correspondent à 2.700 F par kolkhozien environ, mais une part de ce bénéfice est investi en réalisations collectives de caractère social. Dans l’Iowa, R. Dumont estime à 5.000 dollars (25.000 F environ) le « revenu net moyen de la ferme » pendant la période 1942-45, et les statistiques américaines font passer de 76 à 114 l’indice de niveau de vie dans cette région entre 1950 et 1959. En fait, on ne dispose pas d’une documentation suffisante pour comparer les revenus des trois types d’exploitations. En réservant le cas particulièrement délicat des grands kolkhozes du Kouban, on peut cependant admettre une nette supériorité des bénéfices obtenus par le « farmer » du Corn-Belt grâce, notamment, à l’efficacité remarquable de son propre travail.

90Au moins peut-on estimer les revenus des grandes fermes de la région du Neubourg, grâce à l’étude de Gautier, et les rapprocher des disponibilités des petites exploitations normandes.

91Gautier évalue à 18.400 F, en moyenne, les revenus agricoles des exploitations de 30 à 50 ha, et à 30.610 ceux des exploitations de plus de 50 ha. En tenant compte de la rémunération du travail familial et des capitaux d’exploitation, on se rend compte qu’une limite très franche sépare les petites exploitations des moyennes et des grandes : parmi les premières, seules les fermes « de tête » réalisent un profit alors que celui-ci apparaît dans toutes les fermes grandes et moyennes (au-dessus de 30 ha), à l’exception des « fermes de queue » moyennes. Le profit varie de 130 F (grandes exploitations) à 457 F (exploitations moyennes) par ha S.A.U. Les fermes du Pays de Caux révéleraient probablement des chiffres un peu supérieurs.

92Ainsi, la grande ferme individuelle des Plaines Normandes apparaît-elle dans toute sa force et toute son efficacité. Moins productive, certes, dans son travail que l’exploitation du Middle West américain, mais aussi intensive dans ses rendements, et plus efficace finalement à tout point de vue que la macro-entreprise collectiviste du Kouban. Au-delà de la rémunération du travail familial et des capitaux d’exploitation, elle réalise un profit, ce qui la différencie radicalement des petites exploitations, ses voisines. Certes, dans la conjoncture actuelle, les bénéfices demeurent assez modestes, mais des périodes fastes les ont portés à un niveau élevé après la Guerre de 1914-18 (années 20-29) et pendant et après la Seconde Guerre Mondiale (années 1942-50). Pendant ces deux périodes, et spécialement au cours de la première, les fermiers achetèrent des terres, réalisant ainsi par l’investissement foncier puis par l’investissement d’exploitation d’importantes accumulations de capital.

93Issue directement des vieux domaines nobiliaires du Moyen-Age ou des propriétés bourgeoises des xviie et xviiie siècles, ou bien, regroupant des petites exploitations familiales anciennes, l’exploitation de 30 à 300 ha s’est parfaitement adaptée aux conditions économiques des xixe et xxe siècles. Elle a totalement assimilé deux révolutions agricoles, celle des cultures fourragères (xixe siècle) et celle de la mécanisation (depuis 1950). Elle constitue une bonne unité de travail pour des petites équipes cohérentes (de 4 à 15 hommes) qui se livrent simultanément à la culture et à l’élevage. Animée par des entrepreneurs parfaitement maîtres de leur métier, elle semble toujours capable de progresser. Les noms des grandes familles d’exploitants expriment tout à la fois la richesse et la compétence, les Proffit et les Hamot du Vexin, les Lepicard et les Ouvry du Pays de Caux, les Bunel et les Vermés de la Plaine de Caen par exemple. La grande exploitation des Plaines Normandes parvient à sa plénitude.

2° LES DIFFICULTES DE L’INDIVIDUALISME ET LES SOLUTIONS DU NEO-CAPITALISME AGRAIRE

94Mieux que celles de l’Iowa ou du Kouban, la grande exploitation mixte des Plaines Normandes représente-t-elle le type agricole le plus adapté aux conditions économiques et sociales de la civilisation industrielle ? Telle est bien la question fondamentale de cette étude. La grande ferme cauchoise ou celle du Vexin apparaît plus efficace que la très grande entreprise collectiviste du Kouban, trop vaste peut-être, et de gestion probablement trop lourde. Elle semble aussi plus humaine que celle du Middle West sur laquelle travaille un ou deux hommes isolés dont R. Dumont remarque en passant le « surmenage »... L’évolution progressive des veilles structures de l’Europe Occidentale n’aboutit-elle pas finalement, par élimination des petites exploitations inadaptées, à un type plus harmonieux que celui des pays neufs avec une efficacité comparable lorsque les conditions naturelles, la tradition et les transformations contemporaines autorisent une combinaison intensive des cultures et de l’élevage ?

95Avant de pouvoir esquisser une réponse à ces questions fondamentales, il convient de souligner encore la nature même de la grande exploitation : toute sa tradition est fondée sur le dogme de la propriété et de l’entreprise individuelles, sur la liberté absolue du chef d’exploitation (dans le cadre du régime des baux), et sur la non-participation des salariés à la gestion et aux bénéfices de l’entreprise. Le grand fermier du Vexin ou du Caux se sent libre chez lui, maître de son entreprise ; il doit éventuellement un fermage à son propriétaire, mais il n’a pas de comptes à lui rendre. Ce libéralisme et cet individualisme ont été élevés au niveau d’un dogme qui vaut aussi bien pour les grands herbages de l’Auge ou du Bessin, les petits exploitants familiaux du Bocage et du Roumois, que pour les grands fermiers du Neubourg et du Vexin.

  • 30 Arcisse de Caumont (1802-1873), né à Bayeux, président fondateur de l’Association Normande, archéo (...)

96Pendant très longtemps, et tout particulièrement du xixe siècle jusqu’à la période contemporaine, toutes les classes rurales, à l’exception des salariés qu’aucune idéologie n’a jamais animés, se sont entendues pour célébrer le culte de l’individualisme et de la libre-entreprise : les propriétaires, les notables, afin de faire respecter la propriété individuelle ; les petits exploitants familiaux pour défendre leur autonomie et pour compenser par la dignité de leur état la réalité de leur misère ; les grands exploitants enfin pour rester maîtres de leur gestion et de leurs profits. A la collectivité, c’est-à-dire l’Etat, n’était demandée qu’une seule intervention : celle d’un protectionnisme aussi étroit que possible afin de préserver de toute concurrence extérieure les prix agricoles, facilitant ainsi le maintien des petites exploitations marginales et assurant de solides profits aux autres. Plus qu’aucune autre province, la Normandie d’Arcisse de Caumont et d’Henri Chéron a défendu ces principes30. La Maison du Paysan de Caen conserve encore cette vieille devise normande : « C’est man drait et mei j’y tiens ».

97Cette idéologie profondément individualiste satisfait toujours la totalité des grands herbagers et une très large majorité des petits exploitants qui ne veulent rien aliéner de leur autonomie. Dans le Bocage, cependant, où des structures d’exploitation particulièrement étriquées étouffent toute possibilité de progrès, se dégagent quelques tendances nouvelles. Mais avec des modalités différentes, et une plus grande vigueur, celles-ci s’expriment surtout parmi les grands exploitants des systèmes mixtes. Car c’est là finalement que le progrès technique en plein épanouissement se heurte le plus à des structures et à des conceptions dépassées. Face aux difficultés de l’individualisme absolu, les grands fermiers des Plaines Normandes doivent dégager les solutions d’un néo-capitalisme agraire.

a) Le contrôle des circuits de commercialisation. Coopératives et S.I.C.A

  • 31 L’évolution récente semble cependant favorable aux prix agricoles.

98Le premier problème par l’intermédiaire duquel l’agriculteur se heurte aux puissances de la société industrielle ou de ses marges, c’est incontestablement celui de la commercialisation des produits. Sur ce thème, les responsables agricoles et les économistes ne manquent jamais de comparer avec inquiétude l’évolution des « prix des produits industriels nécessaires aux exploitants agricoles » (P.I.N.E.A.), et ceux des produits agricoles31. Entre les deux, les revenus agricoles se trouvent dangereusement menacés. Par la dispersion et par la faiblesse financière de ses entreprises, même les plus grandes, l’agriculture ne possède qu’un bien faible pouvoir de contestation par rapport aux puissances de l’industrie et du commerce contemporains.

99Face à ce très difficile problème, les agriculteurs traditionnels ont toujours cherché à œuvrer dans une double direction. D’une part, celle d’une protection des prix agricoles, garantie par l’action de l’Etat agissant soit par l’intermédiaire de la réglementation et des contingentements douaniers (Troisième République), soit par le poids d’interventions sur les marchés intérieurs (Quatrième République). D’autre part, celle de l’habileté individuelle de l’agriculteur-commerçant essayant de tirer pour lui-même le meilleur profit de circuits assez souvent anarchiques. Autant que les Augerons ou les Bocains, les agriculteurs des grandes Plaines ont longtemps tenu à ce jeu, et spécialement les Cauchois qui, un œil fixé sur le baromètre des prix officiels, ont fait leurs délices du commerce avec les négociants en blé, les teilleurs, les betteraviers, les marchands de bestiaux et de beurre... Beaucoup, surtout parmi les plus humbles, conservent cette mentalité.

100L’ouverture progressive des frontières européennes, la politique des prix agricoles « lourds » pratiquée par la Cinquième République de 1959 à 1965 ont contraint peu à peu les agriculteurs les plus éclairés à prendre une autre conscience des réalités et à dégager une doctrine d’action radicalement différente.

101Une première sécurité peut être apportée par un contrat signé entre un industriel ou un commerçant et un groupe d’agriculteurs (parfois constitués en syndicats) pour assurer pendant une campagne l’écoulement des produits. Ce système se pratique depuis longtemps pour la commercialisation des betteraves sucrières, avec un jeu de contingents aux prix différenciés. Les agriculteurs du Vexin signent aussi des contrats avec une conserverie de petits pois, mais d’une façon générale, ce mode de commercialisation touche assez peu les produits de l’élevage. Toutefois, c’est encore ce système contractuel qui prévaut pour la vente du lait à la S.A.F.R. (groupe Genvrain) dans les Plaines de l’Eure, et spécialement dans le Vexin : l’installation d’un bac réfrigérant dans chaque grande exploitation qui l’accepte s’accompagne de la signature d’un contrat de vente du lait. Ailleurs, autour de plus petites entreprises (la laiterie Heudron de Verneuil, par exemple), des accords sont passés chaque année entre l’industriel et un syndicat qui groupe les producteurs livrant à la laiterie. D’une façon générale, la situation des fournisseurs est d’autant plus forte qu’ils sont individuellement plus puissants (cas du Vexin), ou solidement unis dans un groupement.

  • 32 Atlas de Normandie, carte D.11.
  • 33 Atlas de Normandie, carte D.12.

102Le mouvement coopératif va évidemment plus loin puisque l’association des agriculteurs prend elle-même en charge la transformation, et, éventuellement une partie de la commercialisation des produits agricoles. Ce système s’est solidement implanté dans les Plaines Normandes pour le teillage du lin (en compétition avec les industriels) et surtout pour le stockage et la commercialisation des céréales. Maintenant, les industriels ne jouent plus qu’un rôle secondaire, et ce sont quelques très grandes coopératives rivales qui se concurrencent, notamment dans le Pays de Caux32. Dans le secteur laitier, le mouvement coopératif s’est développé dans les Plaines beaucoup plus tardivement et beaucoup plus timidement qu’en Normandie occidentale. De très grandes sociétés industrielles, Genvrain (est de l’Eure et de la Seine-Maritime), Nestlé (Conches), Gervais (nord-est de la Seine-Maritime) restent des puissances dominantes. Mais dans les Plaines d’Argentan et de Caen (coopérative syndicale de ramassage de la Maison du Paysan), dans les Plaines de l’Eure (Verneuil), dans le Pays de Caux (Fauville, Montivilliers et surtout Maromme), les coopératives laitières ont réalisé depuis peu d’importants progrès33.

103Reste le secteur du commerce du bétail et de la viande. Traditionnellement, c’est le plus anarchique. Dans les régions herbagères, dans le Bocage, les oligarchies de marchands de bestiaux et d’herbagers le dominent encore totalement. Pour les grands agriculteurs des Plaines, il s’agit d’un domaine d’autant plus important qu’il ouvre probablement d’intéressantes perspectives. En effet, le débouché de la production de viande semble beaucoup plus assuré que celui de la betterave, du lin, et des céréales panifiables, et les techniques de production des Plaines beaucoup mieux adaptées aux conditions modernes que celles des régions herbagères. Mais la rentabilisation de l’opération exige une réorganisation commerciale. Pour les agriculteurs, elle consiste à prendre en charge eux-mêmes la plus grande partie du circuit. Tel doit être le but des S.I.C.A., plus souples dans leurs structures que les coopératives. La principale S.I.C.A. –Viande a été fondée à Luneray, dans une région particulièrement dynamique du Caux, entre Dieppe et Cany. Son action s’étend maintenant à toute la Seine-Maritime. Elle opère dans deux directions : l’achat et l’abattage des bœufs (aux abattoirs de Rouen), livrés à la S.I.B.E.V. ou à des boucheries individuelles ; l’achat groupé de veaux d’élevages à des groupements de producteurs de la Manche et leur revente (avec des prêts de 90 % garantis par la S.I.C.A.) aux engraisseurs adhérents du Caux. Parallèlement se développe, une coopérative de commercialisation des porcs.

104Ainsi se mettent en place, dans tous les secteurs, des circuits entièrement nouveaux au sein desquels les groupements d’agriculteurs prennent une participation croissante. Le mouvement coopératif à l’origine ignora le domaine de l’élevage. Stimulé par l’Etat, il commença avant la guerre dans le secteur céréalier et s’étendit après-guerre au teillage. Avec le développement de la S.I.C.A. - Viande et de l’Union des Coopératives Laitières de Haute-Normandie il progresse maintenant sur les marchés de l’élevage. Phénomène significatif, le mouvement se propage surtout là où dominent les grands exploitants : la Plaine de Caen (lin et lait), le Neubourg et St-André (lait et coopératives de déshydratation de la luzerne et de vente des œufs), le Pays de Caux littoral entre Dieppe et Fécamp (lin, lait, viande). Par contre, les petits agriculteurs du Roumois, du Caux occidental ou méridional restent beaucoup plus réservés.

  • 34 Farcy (H. de), 378, 1958.

105En tête, incontestablement, le Vexin Normand préfigure d’une façon presque parfaite les structures commerciales d’avenir du néo-capitalisme agraire. Le grand exploitant livre, après contrats, son lait, ses betteraves, ses pois à des industriels. Pour la commercialisation du blé, du lin, de la luzerne à déshydrater, il adhère à une coopérative. Avec le marchand de bestiaux qui lui livre du bétail maigre, avec le boucher auquel il vend régulièrement les bœufs finis, il traite d’égal à égal. Lorsqu’il l’estimera nécessaire, il créera une S.I.C.A. ou une coopérative-viande. Ses compétences techniques, sa puissance financière lui assurent une participation directe aux organismes auxquels il adhère et où se cotoie toujours la même société réduite de grands fermiers. Au-delà, ses représentants, syndicaux ou politiques, défendent adroitement ses intérêts au niveau national où s’élaborent finalement les prix. Pour reprendre l’expression d’H. de Farcy, les grands agriculteurs du Vexin, comme ceux de toutes les grandes plaines du centre du Bassin de Paris ont-ils « conquis leurs marché » ?34 Au moins doit-on affirmer qu’ils représentent une puissance qui équilibre celle des commerçants et des industriels. Parfois même, des participations financières et des alliances familiales établissent de solides liaisons entre le capital agraire et celui du commerce et de l’industrie.

b) L’accumulation du capital agricole et ses exigences. Vers de nouvelles structures de l’entreprise de production

106Mais des agriculteurs qui rêvent de contrôler les marchés de leurs produits et qui, parfois, les contrôlent effectivement doivent encore compter avec des structures d’exploitation archaïques peu compatibles avec la rentabilité de leur affaire. Jadis, les fermes se formaient autour d’une ou de plusieurs « attelées », et le capital d’exploitation restait toujours relativement modeste. Or, sous l’effet conjugué de la pénurie de main-d’œuvre salariée et d’un progrès technique qui se renouvelle et se perfectionne de plus en plus rapidement, les agriculteurs doivent investir. Ainsi, par des autofinancements successifs, s’accumule un capital d’exploitation de plus en plus lourd. Plus qu’aucun autre, le grand agriculteur des Plaines se trouve placé devant ce problème. Chez lui, la main-d’œuvre familiale ne peut suffire à compenser les défaillances des travailleurs salariés, et, surtout, la polyvalence de ses activités le conduit à multiplier achats de machines, installations d’élevage, cellules de stockage avant livraison (céréales, pommes de terre), silos de réserves fourragères pour les animaux...

  • 35 Gautier, 341, 1963.

107D’après Gautier, dans le Neubourg, le capital d’exploitation par ha varie de 1.200 à 2.000 F. dans les petites exploitations (8 à 20 ha) ; chez les moyennes (20 à 30 ha), il oscille autour de 1.700 F. ; il dépasse 2.000 F dans la plupart des exploitations de 30 à 50 ha (sauf celles de queue), et atteint 2.000 F pour les entreprises de plus de 50 ha35. Une grande entreprise très bien équipée du Vexin peut approcher voire dépasser les 3.000 F par ha. A cela s’ajoutent les sommes versées en « dessous de table » lors des reprises de ferme, véritables « pas de porte » agricoles qui peuvent porter sur plusieurs milliers de francs par ha. Sans tenir compte de ce dernier aspect, cependant fort important, on doit avant tout souligner le volume du capital des grandes exploitations des Plaines : 100.000 F environ pour une ferme de 50 ha, 1.000.000 F pour une entreprise de 350 ha. A ce niveau, les entreprises individuelles et familiales peuvent-elles se maintenir ? Le cadre ancien permet-il de résoudre notamment les trois questions fondamentales de l’accumulation d’un tel capital, de la sécurité de son emploi et de sa rentabilité ? Il ne le semble pas.

108Le grand exploitant des Plaines doit avoir recours au crédit. Plus que de cheptel vif (dont l’augmentation peut toujours être assurée par l’accroissement naturel du troupeau), son capital se compose surtout de cheptel mort (matériel, installations...) et de capitaux circulants (stocks, avances aux cultures...). Pour permettre l’achat du matériel et pour assurer la rotation normale des capitaux circulants, les services du Crédit Agricole ou des banques sont devenus indispensables. Le recours au crédit bancaire, plus ancien et plus important que dans les régions de petites exploitations et d’élevage dominants, rend encore plus impératives la rentabilité et la sécurité de l’investissement.

TABLEAU 28. Le capital d’exploitation de quelques types d’exploitations normandes

TABLEAU 28. Le capital d’exploitation de quelques types d’exploitations normandes
  • 36 Brunet (P.), 369, 1960.

109Le propriétaire reste maître chez lui et quel que soit le volume de ses investissements il peut organiser en toute sécurité sur une longue période le plan d’équipement de sa ferme. Mais les fermiers se trouvent dans une situation beaucoup plus précaire. Or, ils dominent nettement dans le Pays de Caux et occupent fréquemment la moitié de la surface utile dans les autres Plaines, voire un peu plus. Certes, le statut du fermage leur assure maintenant une certaine sécurité. Ils peuvent cependant toujours perdre leur ferme en fin de bail si leur propriétaire lui-même désire exploiter. Or ce risque augmente avec le développement d’une classe de fermiers-propriétaires qui préfèrent acheter des terres plutôt que de quitter la profession. Pour les exploitations en propriété s’ajoutent tous les dangers de la dispersion au moment des héritages. Ainsi, ni le fermage, ni le faire-valoir direct ne donnent satisfaction aux grandes fermes. En plus, l’accumulation du capital ne peut puiser à aucune autre source que celle d’un milieu fermé, la classe des grands exploitants. Les structures actuelles tendent par conséquent à freiner les investissements parce qu’elles ne permettent aucun apport extérieur et qu’elles assurent bien mal la sécurité de l’entreprise. Certains grands fermiers du Vexin et du Caux pensent déjà à un nouveau type d’exploitation agricole, indépendante de la propriété foncière qui ne recevrait plus qu’une rente sans aucun autre droit, indivisible techniquement telle une usine dont on ne disperse jamais les machines ou les bâtiments entre des héritiers, mais fractionnable financièrement en parts afin de permettre le maintien ou d’assurer l’introduction de capitaux extérieurs. De telles entreprises existent déjà, en fait, dans le centre du Bassin de Paris36. En Normandie, certaines organisations familiales se rapprochent de ce type, notamment dans le Vexin. Le statut de la nouvelle société agricole d’exploitation reste cependant à imaginer.

Fig. 76.— Une grande exploitation du Pays de Caux en bordure de la Vallée de la Seine : la ferme des Rhâmes (St-Nicolas de la Taille)

110Mais avant d’avoir pu assurer le renouvellement et la sécurité de l’emploi de son capital, le grand agriculteur des Plaines doit, dès maintenant, se préoccuper de son rendement. En ce domaine, les études des économistes font défaut, mais on s’accorde généralement à reconnaître le faible taux de rémunération du capital agricole. Celui-ci varie naturellement en fonction de la taille, de l’organisation et de la valeur du personnel de l’entreprise. Ce raisonnement auquel s’ajoutent la pression de la pénurie de main-d’œuvre et l’impulsion d’une pensée idéaliste d’origine chrétienne conduit peu à peu l’exploitant individualiste des Plaines à l’agriculture de groupe. Celle-ci progresse finalement plus vite ici que dans le Bocage où les structures sont cependant infiniment plus morcelées et inadaptées.

111L’agriculture de groupe, en effet, permet une importante économie d’investissement par l’achat collectif de matériel. Elle combine les efforts des exploitants eux-mêmes dont le niveau de qualification et de responsabilité dépasse presque toujours celui des domestiques traditionnels. Elle commence généralement par l’intermédiaire des C.E.T.A. et des groupements de vulgarisation qui ne mettent en commun que les résultats d’expériences techniques ou économiques. Elle se poursuit par la pratique de chantiers de travail (notamment pour l’ensilage, la récolte de luzerne dans le domaine de l’élevage) et par des réalisations collectives permanentes, poulaillers industriels, étables modernisées, porcheries. A ce dernier stade, parfois, les exploitations s’associent complètement et le statut de G.A.E.C. leur apporte une sorte de consécration.

112Les associations restent exceptionnelles, mais les réalisations intermédiaires, par contre, deviennent très courantes. Les grandes fermes du Vexin peuvent assurer seules leur autonomie, mais les chantiers de travail ne cessent de se multiplier dans la Plaine de Caen, le Pays de Caux maritime de Dieppe à Fécamp, le Neubourg et la Plaine de St-André... Parmi les 70 exploitations adhérentes du Centre de Gestion dans la Plaine de Caen, on ne comptait aucune réalisation commune en 1955, 3 chantiers de travail seulement en 1963, mais 11 déjà en 1965. Jacques Lefèvre à Carpiquet, exploitant immigré du Nord, figure généreuse de syndicaliste contemporain, anime un groupe d’une dizaine d’exploitants près de Caen (de 12 à 150 ha) qui réunissent surtout leurs efforts pour des travaux de cultures (pommes de terre, betteraves) et pour l’entretien et la réparation de leur matériel. A La Gaillarde, dans le Caux de Luneray, J-P. Ouvry, représentant d’une famille de vieille souche protestante, verbe bref et efficace, regard chaleureux, a monté avec cinq autres agriculteurs des chantiers de ramassage de betteraves et une « porcherie-maternité » sur laquelle, dans une saine spécialisation, chaque exploitant a une part de responsabilité : l’un se charge de l’alimentation, un autre de la vente, un troisième des naissances et soins sanitaires... A Guichainville, dans la Plaine de St-André, P. Carhof, animateur de C.E.T.A., administrateur de deux coopératives, surmené, mais toujours riche d’idées et de compétence, a pratiquement réalisé l’intégration de 3 exploitations et monté sur ces 200 ha une porcherie et un poulailler de ponte déjà décrits.

  • 37 Gervais (M.), Servolin (C), Weil (J.), 89, 1966.

113Ainsi, dans les Plaines plus qu’ailleurs quelques pionniers mettent en place des structures d’exploitation qui peuvent être celles de l’avenir. Presque toujours chez eux, des aspirations idéalistes, celles de la J.A.C, généralement, celles du protestantisme dans la Caux de Luneray, viennent s’ajouter au ferment de l’intérêt bien compris. Où s’arrêteront-ils ? L’association de chantiers spécialisés et complémentaires, unités homogènes de 300 à 500 ha, devrait, dans l’état actuel des techniques, assurer à la nouvelle grande entreprise agricole le maximum d’efficacité37. Ainsi, sur un groupement de deux à trois cellules de cultures où l’emporteraient les fourrages et les grains, pourraient être établies plusieurs unités de stabulation libre, laitières ou d’engraissement, une ou deux porcheries, un poulailler de ponte et un de poulets de chair. Est-ce la destination prochaine des grandes plaines du Caux, de l’Eure, ou de la région caennaise ? Les « koulaks » normands réaliseront-ils la synthèse des structures soviétiques et de l’esprit d’entreprise américain ? Sceptique, prudent, l’exploitant moyen ne voit pas encore le terme des perspectives dans lesquelles il s’engage cependant peu à peu.

Figura 77. — Une grande exploitation du Pay Duche : la ferme de la Bellangère (Couvains, 70 ha)

c) L’environnement socio-culturel. Aménagement rural ou agriculteurs citadins ?

114Les carences des équipements collectifs dans les Plaines, l’assoupissement de la vie de relations locale ont déjà été soulignés dans l’évocation des conditions de vie des petits exploitants familiaux. Les grands fermiers souffrent de cette situation à la fois plus et moins que les autres habitants des campagnes.

  • 38 Or, d’après Pelon, 345, 1963, sur 61 communes de la zone rurale du Neubourg, 25 écoles fonctionnen (...)

115Ils en souffrent plus, car avec un niveau de vie plus élevé, leurs besoins s’accroissent. Dans les villages, ou un peu à l’écart des villages dans les grandes fermes isolées, ils constituent une minorité qui s’impose par la richesse ou par l’aisance, mais aussi par un niveau intellectuel nettement supérieur à celui des petits exploitants, des salariés, des commerçants, des ouvriers d’usine... Si l’exploitant moyen du Caux ne dépasse guère le niveau du certificat d’étude, le grand fermier dynamique des Plaines possède souvent une culture digne du baccalauréat, et le très grand exploitant du Vexin est ingénieur agronome. Pour toutes ces personnes, l’éducation des enfants représente un souci permanent. Ils savent, en effet, et ne manquent jamais de le dire, que leurs héritiers auront besoin d’une formation intellectuelle plus élevée encore, et plus solide, que la leur. Déjà, ils peuvent imaginer les connaissances agronomiques, zootechniques et économiques qui seront nécessaires au futur chef d’entreprise agricole. On comprend, par conséquent, que pour eux le problème scolaire soie fondamental, et qu’ils ne puissent pas se satisfaire de l’école primaire à classe unique de village, ni même du C.E.G. ou C.E.S. de chef-lieu de canton38.

116Des carences de la vie locale, les grands fermiers souffrent cependant moins, en définitive, que les autres habitants, parce qu’ils disposent de moyens de compensation plus élevés. Leur habitation plus vaste, plus soignée que celle des petites fermes leur offre un cadre de vie agréable qu’ils ont la possibilité d’équiper de tous les éléments du confort électroménager. Qu’elle s’ouvre sur la vaste cour plantée et herbeuse du Pays de Caux ou sur le carré étroit de la cour fermée de la Plaine de Caen ou de St-André, parée de briques rouges alternant avec des silex ou de la blancheur mate de la pierrre de Caen, vieux manoir historique flanqué d’un colombier ou reconstruction des années 1945-55, intérieur rustique aux parures de cuivre et de boiseries ou cuisine moderne, l’habitation de la grande ferme se distingue toujours par ses dimensions, très souvent par son confort, et quelquefois même par le charme que confère le prestige d’une demeure ancienne. Là, dans les réunions familiales, le grand exploitant trouve le meilleur de ses loisirs. La présence de personnel salarié lui permet souvent de s’échapper à la ville voisine, et, parfois, beaucoup plus loin encore. En 1965, deux groupes de grands agriculteurs de la plaine de Caen visitent l’U.R.S.S., quelques-uns avec leurs épouses. Des fermiers du Vexin participent à des safaris africains... Ces priviligiés renoncent de plus en plus à trouver dans leurs communes d’origine et dans les petites villes voisines les établissements scolaires de leurs enfants. Souvent, les filles et garçons vont en pension à la fin de la scolarité primaire, échappant ainsi au milieu villageois. Ils « poursuivent leurs études » dans les lycées, le lycée Malherbe de Caen et le lycée Corneille de Rouen étant particulièrement recherchés, et, très souvent dans des établissements libres. A l’école des Roches, près de Verneuil, quelques fils de grands fermiers du Vexin côtoient dans une ambiance de collège britannique les enfants de la grande bourgeoisie française et des aristocrates étrangers.

117Ainsi s’est établi progressivement un nouveau réseau de relations régionales. Car, de plus en plus, le grand fermier échappe à la localité où il travaille et où il vit. La plus grande partie de ses achats domestiques, ses loisirs, ses relations familiales, la scolarisation de ses enfants le conduisent souvent loin de ses fermes et de sa petite région avec une autonomie de déplacement que confèrent de puissantes voitures. Le grand fermier du Vexin, en avance dans tous les domaines, va au théâtre à Paris, et non à Rouen, et il possède parfois un « pied-à-terre » dans la capitale. Le grand exploitant du Neubourg et du Caux regarde vers Rouen, accessoirement vers Le Havre et Dieppe. Caen polarise toute sa Plaine. A la ville, souvent proche, l’agriculteur se sent de moins en moins étranger. Peu à peu, il acquiert certaines habitudes de vie d’un citadin.

118Que valent, dans ces conditions, tous les efforts entrepris pour aménager les campagnes ? Ils peuvent apparaître, pour une bonne part, comme un combat d’arrière-garde, mené trop tard, afin de maintenir dans les villages les classes attardées des domestiques et des exploitants familiaux. Pous les grands exploitants, un problème actuel déjà est celui des servitudes que constituent les distances séparant le travail et l’habitation, la ferme, et le nœud des relations fréquentes, la grande ville. Autour de Caen et d’Evreux, les accès aux villes sont brefs et aisés. Mais le Pays de Caux apparaît beaucoup plus défavorisé avec ses cités périphériques. Là, comme dans le Vexin, le Roumois ou le Lieuvin, l’étoffement d’un petit nombre de centres urbains pourrait constituer la meilleure contribution à l’aménagement rural. Mais une autre solution peut encore tenter les grands agriculteurs : celle de la résidence citadine. Précurseur isolé peut-être, un exploitant cauchois habite dans la cité nouvelle de Mont-Saint-Aignan.

***

119Tandis que le grand herbager normand reste un contemplateur réaliste et sceptique de la nature des choses et du temps, alors que le petit exploitant du Bocage, assailli par tous les handicaps, lutte pour sa survie, le grand agriculteur des Plaines, parfaitement maître d’un système de production efficace, apparaît homme de progrès. Comme tel, cet homme change sans cesse. Paysan besogneux et peu efficace du xviiie siècle, avant la révolution fourragère qui devait lui donner un instrument décisif. Fermier entreprenant, travailleur, compétent, mais encore fort insouciant, de la fin du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle. Agriculteur dynamique de la deuxième révolution agricole, celle de la machine et des élevages intensifs, et aussi déjà des chantiers de travail. Demain, peut-être, entrepreneur agricole dont l’exploitation, les méthodes de travail, le genre de vie et la mentalité appartiennent encore au domaine des hypothèses. Mais une réalité apparaît dès maintenant avec certitude. L’ère de l’individualisme s’achève. Le progrès d’un système de production remarquablement efficace impose dès maintenant le dépassement des vieilles structures, commerciales, financières et régionales, au profit d’un néo-capitalisme agraire qui cherche dans l’association et les réalisations collectives la solution de ses problèmes.

  • 39 Atlas de Normandie, carte D.17.

120Ainsi, parallèlement, s’esquissent les principaux traits d’une nouvelle géographie régionale des campagnes normandes. Pour saisir les pulsations profondes des régions, le degré de dynamisme des exploitants et leur sens de l’association vont bientôt compter plus que les vieilles traditions d’assolement ou que les limites pédologiques. Tandis que des secteurs comme le Caux occidental, le Roumois, le Lieuvin du Nord, le Pays d’Ouche évoluent peu ou mal, se dégagent de véritables pôles de développement agricole où se combinent toutes les tentatives techniques et économiques autour d’un groupe entreprenant ou d’une forte personnalité. Les zones de grandes exploitations fournissent toujours l’assise de ces régions nouvelles39. En tête, se distingue le Vexin Normand, qui, dans des conditions de concentration particulières, oppose depuis longtemps déjà ses cultures et élevages modernes aux archaïsmes communs. Le Caux maritime autour de Cany et de Luneray, le Neubourg et St-André, la Plaine de Caen de Cagny à Douvres forment une deuxième génération de régions qui se ressemblent, en dépit des vocations particulières, par le progrès des techniques culturales, par la mise en place de nouveaux élevages rationalisés, et par le dynamisme de leurs entrepreneurs.

Notes

1 Atlas de Normandie, cartes E4 et E8.

2 Atlas de Normandie, carte D2.

3 Compte non tenu des exploitations de moins de 5 ha dont la classification parmi les exploitations agricoles est très contestable en Haute-Normandie.

4 Surtout s’il fait des quarts de nuit.

5 Frémont, 328, 1958.

6 En 1962, les exploitations de moins de 5 ha en Haute-Normandie couvrent 29.800 ha (3,5 % de la surface utile). Elles sont au nombre de 11.040, soit 27,7 % des expoitations agricoles.

7 Sondage communiqué par le service de la Statistique Agricole Interdépartementale.

8 Gautier (P.), 341, 1963.

9 Compte rendu, Frémont, 193, 1964.

10 Atlas de Normandie, carte D2.

11 En 1962.

12 Maupassant, la Ficelle (1883), Contes et Nouvelles, Albin Michel, 1959.

13 Chroniquement mauvais dans la région havraise, par exemple.

14 A.N., 1851.

15 Garnier, 341, 1963.

16 Surtout depuis la généralisation de la pratique des « dessous de table ».

17 Passy (H.), A.N. 1845, p. 540.

18 Atlas de Normandie, cartes D8, D15, D16.

19 Répartition de la main-d’oeuvre dans les exploitations de Seine-Maritime d’après un sondage de la Statistique Agricole Interdépartementale (1962).
Image img13.jpg

20 En 1945-50, les exploitations de 18-25 ha auraient été encore classées parmi les « moyennes ». Elles ne peuvent plus l’être maintenant.

21 de Farcy, 378, 1958.

22 En plus du médiocre état de l’agriculture russe avant 1917, il faut citer la crise révolutionnaire de 1917-21, celle de la collectivisation (1930-33) et celle de la seconde guerre mondiale (1941-45) qui se sont traduites notamment par la décimation du cheptel.

23 Dumont (R.), 368, 1949.

24 Par exemple, Haystead and Fite, 382, 1955 : « Ce n’est pas du chauvinisme, ni de la vantardise commerciale, ni de l’exagération que d’appeler cette région la plus riche ferme de la terre. D’autres zones plus petites ont des produits ou des revenus à l’ha supérieurs. D’autres présentent un tonnage plus important par unité. D’autres peuvent produire des denrées plus variées. Mais nulle part ailleurs, la production de denrées alimentaires par heure de travail n’est aussi élevée. Nulle autre région ne possède une aussi grande influence sur la politique agricole mondiale... Pour qui a voyagé à l’étranger, cette région devient d’autant plus fabuleuse que la découverte d’autres régions du globe a été étendue » (traduction).

25 J. Chombart - de Lauwe, 372, 1961.

26 Etude personnelle à la suite d’un voyage d’information agricole en U.R.S.S. (1965).

27 Cf 3e chapitres des 1re et 2me partie.

28 D’après les indications des Centres de Gestion.

29 Campagne du Neubourg. D’après Gautier, répartition du rapport PBT/UTH dans les fermes « moyennes » de : plus de 50 ha : 31.000 F ; 20 à 50 ha : 26.000 F ; 20 à 30 ha : 18.500 F ; 8 à 20 ha : 12.000 F.

30 Arcisse de Caumont (1802-1873), né à Bayeux, président fondateur de l’Association Normande, archéologue, propriétaire augeron, défenseur des droits sur l’importation des bestiaux étrangers.
Henri Chéron (1867-1936), né à Lisieux, homme politique, plusieurs fois ministre de l’Agriculture ou des Finances.

31 L’évolution récente semble cependant favorable aux prix agricoles.

32 Atlas de Normandie, carte D.11.

33 Atlas de Normandie, carte D.12.

34 Farcy (H. de), 378, 1958.

35 Gautier, 341, 1963.

36 Brunet (P.), 369, 1960.

37 Gervais (M.), Servolin (C), Weil (J.), 89, 1966.

38 Or, d’après Pelon, 345, 1963, sur 61 communes de la zone rurale du Neubourg, 25 écoles fonctionnent selon le pire système : la classe unique. Situation analogue fréquente dans le Caux.

39 Atlas de Normandie, carte D.17.

Table des illustrations

Légende Fig. 72. – Exemples de concentration des exploitations dans quelques communes du Pays de Caux, de la Plaine de Caen et de la Plaine de Falaise
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 73. — Une petite exploitation de retraite du Pays d’Ouche : le Haut du Seuil (10 ha, Francheville, Eure)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 74. – La cour d’une petite exploitation du Pays de Caux (15 ha, Fontaine-la-Mallet)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende FIGURE 17. – Pays d’Ouche. Bœufs d’herbage, l’hiver, autour d’un complément de fourrage(cliché A. Frémont)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Légende FIGURE 17 bis. – Plaine de Caen. Boeufs d’engraissement en stabulation libre(cliché Maison du Paysan, Caen)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende FIGURE 18. — Pays d’Ouche (commune de Couvains). Grands herbages embocagés, petits bois et campagnes d’Ouche. Hameaux en ordre lâche et fermes isolées(photographie aérienne I.G.N.)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende FIGURE 18 bis. – Plaine d’Argentan. Village de Sarceaux u milieu d’un terroir cultivé (calcaires jurassiques). Herbage des vallées de l’Orne et de la Baize(photographie aérienne)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre TABLEAU 26. Types de répartition de la main-d’œuvre agricole selon les systèmes d’exploitation (1960-65)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre TABLEAU 27. Quelques résultats de trois exploitations représentatives des Plaines Normandes, d’une ferme de l’lowa et d’un kolkhoze du Kouban
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Légende FIGURE 19.— Une ferme du Pays d’Ouche en 1900. Maîtres et serviteurs(Archives familiales)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Légende FIGURE 19 bis. — Devant un champ d’essai de maïs de la Plaine de Caen en 1966 – La Technique(cliché Chambre Régionale d’Agriculture)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Légende FIGURE 20. – Plaine de Caen (communes de Garcelles-Secqueville et de Tilly). Vastes parcelles cultivées. Grandes exploitations(photographie aérienne I.G.N.)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende FIGURE 20 bis. – Plaine de Saint-André (commune des Essarts). Petits bois, hameaux et grandes fermes isolées au milieu d’un openfield cultivé(photographie aérienne I.G.N.)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 75. – Une exploitation moyenne du Pays de Caux (Ferme Fournier, Gainneville, 50 ha)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre TABLEAU 28. Le capital d’exploitation de quelques types d’exploitations normandes
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Fig. 76.— Une grande exploitation du Pays de Caux en bordure de la Vallée de la Seine : la ferme des Rhâmes (St-Nicolas de la Taille)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Figura 77. — Une grande exploitation du Pay Duche : la ferme de la Bellangère (Couvains, 70 ha)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1309/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 397k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter