Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Troisième partie. Du Pays de Caux à la Plaine de Caen : polyculture et élevage

Chapitre II. Les plaines de la Normandie centrale et orientale

De la dominance de l'herbe à la grande culture sans éleva

Texte intégral

  • 1 Expression familière des Hauts-normands. Elle comporte une très légère nuance de mépris.

1Au sud de la Seine, les pays de « l’autre côté de l’eau »1, auxquels il convient d’ajouter le Vexin Normand, ne possèdent pas l’originalité profonde du Pays de Caux. Morcelés, développant plus souvent de fines transitions que solidement fixés en des blocs régionaux homogènes, ils font alterner depuis les rives de l’Epte et de l’Eure jusqu’à celles de l’Orne une grande variété de paysages, de dessins agraires, d’habitats... Dans toutes ces régions domine cependant comme autour d’Yvetot ou de Goderville l’association des cultures et de l’élevage.

2Le pays de Caux qui constitue un champ d’étude d’une richesse exceptionnelle a déjà permis d’analyser les principaux types de rapports associant la polyculture et l’élevage, depuis la dominance de l’herbe et de l’élevage jusqu’à la grande culture qui tend à éliminer les animaux. Tous les types d’associations se retrouvent au sud de la Seine et à l’est de l’Andelle. Les modalités de leur mise en place historique et les techniques contemporaines peuvent cependant différer assez sensiblement de celles du Caux. Afin d’éviter les répétitions, on présentera dans ce chapitre un tableau régional des plaines de la Normandie centrale et orientale répondant à un double but : donner une analyse aussi complète que possible de la couverture géographique de l’élevage normand, préciser l’étude des éléments les plus originaux que l’étude du Caux n’a pas permis d’aborder ou de développer ; par contre tout ce qui est commun au système cauchois et aux autres plaines sera évoqué rapidement, pour mémoire.

3Pour dresser un tableau cohérent des plaines de la Normandie Centrale et Orientale, le géographe hésite entre deux soucis principaux : respecter la continuité des ensembles géographiques d’une part, suivre une répartition fondée sur la logique du rapport cultures/élevage d’autre part.

4La première préoccupation permet de dégager aisément trois ensembles régionaux que sépare le bloc herbager du Pays d’Auge :

  1. A l’ouest, entre le Bocage et les régions d’élevage exclusif de l’Auge et du Merlerault, les plaines morcelées de la Normandie centrale qui s’échelonnent depuis Caen jusqu’à Alençon.
  2. Au sud et au sud-est, les deux vastes régions du Pays d’Ouche et du Perche que rapprochent la situation géographique et l’équilibre du rapport herbe/labour mais que séparent les conditions naturelles et l’orientation de la production.
  3. A l’est, les larges horizons des plaines de l’Eure qui confinent au bocage augeron par le Lieuvin et aux campagnes du centre du Bassin Parisien par le Vexin et la Plaine de St-André.
  • 2 Carte 94, Atlas de Normandie.

5L’étude du rapport herbages/labours impose par contre une répartition régionale assez différente dont les grandes divisions s’établissent ainsi2 :

  1. Deux régions forment un bloc compact où la quasi-totalité des communes comptent plus de 80 % de leur surface utile en labours : de part et d’autre de la vallée de l’Iton, les campagnes du Neubourg et de St-André. Le centre du Vexin pourrait être encore rattaché à ce type où les cultures dominent plus nettement que dans n’importe quelle région du Pays de Caux.
  2. Les labours l’emportent encore, mais moins nettement, dans une longue série de régions morcelées qui constituent soit des petites unités isolées, soit des zones de transition. Par ordre d’importance décroissante des surfaces cultivées, elle se classent ainsi : périphérie du Vexin Normand (pays de Lyons, Vexin « bossu », bordure des vallées de la Seine, de l’Epte et de l’Andelle), Plaine de Caen, région comprise entre la Vallée de la Seine et le coude de l’Eure (Plateau de Madrie), Plaines de Breteuil, de Conches et de Verneuil sur les limites orientales du Pays d’Ouche, Plaines de Falaise et de Trun. Dans toutes ces régions, les labours couvrent toujours plus de 50 % et, très souvent, plus de 60 % de la surface utile.
  3. Le Roumois, le sud du Lieuvin, le centre du Pays d’Ouche et la Plaine d’Argentan se partagent entre l’herbage et les terres cultivées selon un rapport qui oscille autour de 50 %
  4. Les surfaces consacrées aux prairies permanentes dominent dans les Plaines de Sées et d’Alençon, dans le Perche, dans le Pays d’Ouche occidental et méridional ainsi que dans le Lieuvin septentrionnal. Le rapport (toujours favorable à l’herbage) passe de 50-60 % dans la Plaine d’Alençon à plus de 90 % dans certaines communes du Lieuvin et de l’Ouche.

Fig. 62. – Plaines de l’Eure, Roumois, Lieuvin, Pays d’Ouche. Croquis régional

  • 3 Atlas de Normandie, cartes D2 et D5.

6L’introduction de deux nouveaux critères de classification, les structures d’exploitations et l’importance des grandes cultures de vente3, loin de rendre l’étude régionale plus confuse, apporte au contraire quelque clarté dans la définition des principaux ensembles régionaux. Joints aux deux autres facteurs (rapport herbe/labour et recherche de la continuité régionale), ils permettent de retenir en définitive les trois types fondamentaux suivants :

  1. Le Roumois, le Lieuvin, le Pays d’Ouche et le Perche constituent à l’est et au sud du Pays d’Auge une longue région étirée sur 150 km du nord au sud. La faiblesse des grandes cultures de vente (lin, betteraves), la répartition hétérogène des exploitations, mais surtout l’importance croissante des influences herbagères d’est en ouest caractérisent cette auréole de pays où l’herbage fossilise souvent les plaines.
  2. De Falaise à Alençon, les plaines de la Normandie Centrale (à l’exception de la Plaine de Caen) forment l’ensemble le plus complexe. En fait, elles constituent une région dont la dégradation du nord au sud devra être expliquée.
  3. L’importance des cultures de vente et des grandes exploitations confirment l’homogénéité des Plaines situées à l’est du département de l’Eure (Vexin, Neubourg, St-André). La place tenue par les grandes fermes et par la valeur des production de lin et de betterave sucrière obligent à classer la Plaine de Caen, cependant isolée, dans la même catégorie : celle des régions de grande culture.

I. MARGES ORIENTALES DU PAYS D’AUGE ET DU MERLERAULT, DES PLAINES FOSSILISEES PAR L’HERBAGE

  • 4 Comme les trois autres pays, le Perche se partage entre cultures et prairies permanentes. Situé ne (...)

7Entre les plaines de grande culture du centre et de l’est du département de l’Eure et les pentes herbagères du Pays d’Auge, trois vieux pays, le Roumois, le Lieuvin et le Pays d’Ouche forment une zone de transition où se mèlent, selon des rapports variés, cultures et herbages. D’autres secteurs intermédiaires entre plaines et régions herbagères existent bien en Normandie, les plateaux de la périphérie du Pays de Bray, les bordures des plaines de la Normandie Centrale de Caen à Alençon. Mais nulle part le contact n’est aussi profond ni aussi étendu que dans la région comprise entre Bourgtheroulde, Pont-Audemer et Honfleur au nord, Gacé et Verneuil au sud. De même que le Coutançais a pu servir d’exemple à l’étude de la progression du système herbager dans une région de tradition bocaine, de même le cas du Roumois, du Lieuvin et du Pays d’Ouche permettra d’analyser un contact entre une région de plaines et une grande zone herbagère4.

1°) LES CONDITIONS NATURELLES ET LA TRADITION DES PAYS

8Au début du xixe siècle, d’après les cartes d’A. Perpillou, l’ensemble des trois pays se rattache beaucoup plus aux plaines du centre de l’Eure qu’au Pays d’Auge. Dans la majorité des communes, les labours occupent entre 56 et 76 % des terroirs, et parfois plus, notamment autour de Bernay. La tradition du Roumois, du Lieuvin et du Pays d’Ouche est liée à celle des plaines de la Normandie centrale et orientale. Mais la grande vague herbagère de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle l’a profondément altérée. Avant d’étudier la progression de l’économie d’élevage, il est nécessaire d’analyser le terrain sur lequel celle-ci s’est propagée. Les traditions et les conditions naturelles des trois pays diffèrent assez sensiblement. La connaissance de ces structures initiales se révèle indispensable pour comprendre l’extension différentielle des herbages qui détermine étroitement les systèmes contemporains.

a) Le Roumois : un bon pays refermé sur la tradition

9De tout côté, sauf au sud, les bois des pentes ou des terrasses, les marais humides des fonds de vallées cernent l’étroit plateau du Roumois. Au nord, la vaste forêt de Brotonne et l’amphithéâtre du Marais Vernier forment écran entre la Vallée de la Seine et le plateau qui se trouve encore coupé à l’est par les escarpements boisés de la Forêt de la Londe et de la région d’Elbeuf. A l’ouest, le sillon forestier et marécageux de la Vallée de la Risle sépare le Roumois du Lieuvin. Avec la campagne du Neubourg au sud, les limites sont beaucoup moins franches car aucun obstacle topographique majeur ne vient interrompre la continuité du plateau. Là, le Roumois s’efface au niveau d’Amfreville, alors que s’estompent les vallons, que les grands espaces boisés disparaissent et que s’ouvrent les vastes horizons de la Campagne du Neubourg.

10Développées sur un plateau de 120-140 m d’altitude, les campagnes du Roumois sont toutes fragmentées. Par les nombreuses petites vallées affluentes de la Seine et de la Risle, par quelques boisements isolés, mais aussi par un habitat rural qui rappelle le Caux en plus confus, par le hérissement des haies et futaies autour des cours et par les alignements assez fréquents de saules « têtards ». Quelques bourgs comme Bourneville, Routôt, Bourg-Achard, Bourgtheroulde esquissent un réseau d’habitat groupé autour duquel se disperse la nébuleuse lâche des hameaux.

11Par les conditions naturelles de l’exploitation agricole comme par certains traits du paysage agraire, le Roumois s’apparente au Caux, et plus spécialement au Caux méridional dont il semble une réplique « de l’autre côté de l’eau ». Même plateau, en effet, dont le soubassement crayeux est surmonté par l’argile à silex. Même fragmentation par les petites vallées et les vallons qui contribue à développer les sols de pente d’assez médiocre valeur. Climat assez semblable par l’humidité, avec cependant moins de violence dans les abats (743 mm de pluie à Pont-Audemer en 160 jours contre 881 mm en 173 jours à Yvetot), moins de rudesse des vents et des températures. Même couverture limoneuse, enfin, aussi épaisse au centre du plateau, mais de teneur aussi insuffisante en chaux. Au total, en dépit de l’étendue des terres à bois sur les pentes et de la nécessité du marnage, le Roumois se présente comme un bon pays.

  • 5 Dovring, 327, 1953 – Musset (L.), 338, 1952.
  • 6 On emploie dans le Roumois le même mot que dans le Pays de Caux.

12Au début du xixe siècle, dans une structure de petites exploitations dominantes, les cultures l’emportaient nettement sur l’élevage dans l’économie agricole. Deux traits de la tradition du Roumois ont particulièrement intrigué les historiens5. Par l’intermédiaire du village de Hauville-en-Roumois, Dovring a étudié la structure en hameaux et le dessin agraire où, comme dans le Pays de Caux, les parcelles-blocs sont fréquentes. Il en attribue avec prudence l’origine au Haut Moyen-Age. L. Musset a surtout été frappé par l’existence dans le Roumois, ainsi que dans le Lieuvin, d’un assolement original : l’assolement biennal. Celui-ci se pratiquait selon deux variantes. Dans l’assolement biennal proprement dit, alternaient une sole de blé et une de jachère (ou « voret ») ; après le développement de la révolution fourragère, trèfle, vesces, rabettes, colza et avoine prirent place dans ce deuxième « compost »6. Dans l’assolement à « deux saisons et demi » (biennal ou triennal modifié), la séquence se composait ainsi sur 5 ans : 1. blé ; 2. jachère ; 3. blé ; 4. lin, orge ou avoine ; 5. jachère. Ces combinaisons donnaient une place éminente aux cultures de blé (1 an sur 2 ou sur 2 1/2) et ne laissaient qu’une faible place aux céréales destinées à l’alimentation du bétail et aux cultures fourragères.

  • 7 Esmonin, 119, 1913.
  • 8 A.N., 1839. Sur le Roumois traditionnel, on peut aussi tirer quelques renseignements de Leroy, 125 (...)

13Le Roumois jouit donc sous l’Ancien Régime et jusqu’au xixe siècle d’une réputation de bon terroir à blé. « Le Roumois est fort fertile en bled et bien planté...» écrit en 1665 l’Intendant de Rouen7. Mais, refermé sur ses traditions, un peuple de petites gens voisins de Rouen semblait craindre tout particulièrement les crises frumentaires et le Roumois évolua avec lenteur lorsque s’ébranla la révolution agricole. Selon L. Musset, celle-ci se développa avec retard dans tout le domaine de l’assolement biennal. Au cours de l’enquête de l’Association Normande à Pont-Audemer, en 1838, on parlait du trèfle incarnat et du trèfle commun pour citer des progrès récents. Les jachères existaient toujours. Surtout l’enquête sur l’élevage égrenait une longue litanie de constatations désolantes : chevaux mal soignés, bovins « encore plus négligés », vaches mal nourries, surtout en hiver, génisses trop précocement saillies (souvent à un an), porcs sans qualité particulière, volailles destinées à la seule consommation du ménage... Dans une structure où l’emportaient les petites exploitations travaillant avec une charrue 12 à 15 ha, la tradition semblait figée autour de trois produits : le blé, les moutons, associés aux jachères, et le cidre que l’on expédiait par bateau (ainsi que des pommes et de l’eau de vie), depuis Aizier, à destination du Havre et de Rouen, grands centres de consommation de la Basse-Seine8.

b) Le Lieuvin : une région de transition relativement dynamique

14L’originalité du Lieuvin s’impose beaucoup moins que celle du Roumois. Celui-ci s’isole au milieu des bois et se referme sur une certaine tradition, mais il n’en perçoit pas moins de la proximité de Rouen quelques incitations qu’illustrent par exemple les expéditions de cidre. Le Lieuvin est moins marqué par l’isolement, mais plus éloigné des grands centres, qu’il s’agisse de Rouen, du Havre ou de Caen. Entre la Risle et la Touque, il constitue une zone de partage d’influence.

  • 9 Dans les séries de Sanson, une seule station utilisable : Fatouville (787 mm de pluie).

15Par son climat9, le Lieuvin s’apparente au Pays de Caux et au Pays d’Auge voisin, avec cependant une humidité légèrement moins forte, phénomène qu’explique aisément une position d’abri relatif. Topographiquement, le Lieuvin prolonge vers l’est les étroits plateaux du Pays d’Auge. Cependant, le pendage des couches vers l’est donne comme soubassement au Lieuvin les épaisses formations crayeuses du Turonien et du Cénomanien et laisse en profondeur les assises argileuses de l’Albien et du Jurassique supérieur, qui, vers l’ouest, n’affleurent qu’à partir des vallées de la Calonne et de l’Orbiquet où commence à se manifester le relief mouvementé du Pays d’Auge. Entre les deux pays, le partage s’opère donc avec une certaine netteté, même si aucune frontière ne vient les séparer avec rigueur. Le Pays d’Auge commence à l’ouest d’une ligne Beuzeville-Cormeilles-Thiberville, là où les pentes argileuses l’emportent sur les langues de plateau disséquées. Le Lieuvin s’affirme à l’est (et jusqu’à la vallée de la Risle) avec une topographie de plateaux rigides et continus que recouvrent l’argile à silex et le limon. Une nuance importante oppose cependant Lieuvin du nord et du sud. Au nord de Cormeilles et de St-Georges-du-Vièvre, autour de Beuzeville, les petites vallées affluentes de la Calonne, de la Seine (la Morelle) et de la Risle (la Corbie) fragmentent le plateau de toute part et ne laissent que des étendues assez faibles de terroirs limoneux au milieu des pentes argileuses. Le Lieuvin de Beuzeville fait transition entre la topographie très disséquée du Pays d’Auge et celle, plus continue, du Roumois. Tout au contraire, au sud, entre Thiberville, St-Georges-du-Vièvre, Brionne et Bernay, un vaste plateau annonce beaucoup plus les étendues monotones du Neubourg que les caprices topographiques du Pays d’Auge. Au sud, la vallée de la Charentonne sépare le Lieuvin du Pays d’Ouche.

  • 10 Duval, 118, 1910.
  • 11 A.N., 1849.

16Souvent comparé à cette dernière région dans le cadre de l’arrondissement (ou de l’élection) de Bernay, le Lieuvin jouit d’une réputation flatteuse. L’Intendant d’Alençon écrivait en 1727 : « ce qui est du Lieuvain est bon, ce qui est du Pays d’Ouche ne l’est pas... Les terres sont très bien travaillées surtout celles qui sont dans le Lieuvain qui produisent des blé et grains de toute espèce, des chanvres, lins, fruits, bois et foins »10. En 1848, une enquête de l’Association Normande confirme cette impression et distingue dans l’économie agricole du Lieuvin, des « méthodes progressives », telles que le développement des cultures fourragères (luzerne et trèfle) et des plantes textiles (lin surtout)11.

17On ne saurait cependant donner trop d’importance à ces affirmations. En fait, comme le Roumois et comme les plateaux étroits du Pays d’Auge, le Lieuvin appartient à une région d’économie médiocre où la révolution fourragère s’opéra tardivement et modestement. L’assolement biennal y dominait comme dans le Roumois. Mais entre l’Ouche arriéré et le Roumois attardé, l’extension des cultures de lin et l’importance relative de l’élevage (au contact de l’Auge) conférait au Lieuvin, avant l’extension de l’économie herbagère, un dynamisme relatif.

c) Le Pays d’Ouche, maudit par la nature et par les hommes

  • 12 Duval, 118, 1910.

18« Le Pays d’Ouche n’est pas si fertile. La plupart des terres ne rapportent que des blés, méteils, seigles et peu d’orge, à cause que le fond est maigre et remply de pierres. Il y a des bruières qui servent de pasturages aux bestiaux, et une assés bonne quantité de pommiers et poiriers plantés sur les terres »12.

19Ces tristes constatations de Lallemant de Levignen, Intendant d’Alençon, ouvrent en 1727 une longue série de descriptions qui flattent rarement le Pays d’Ouche. Au xixe siècle et jusqu’à l’époque contemporaine, celui-ci conserve sa réputation de mauvais pays, traditionnellement opposé aux terres grasses de l’Auge et aux terroirs limoneux des plaines de l’Eure. De vastes massifs forestiers l’entourent encore, parmi les plus importants de Normandie : forêts de Broglie, de Beaumont (au nord), de Conches, de Breteuil (à l’est), de Bourth, de l’Aigle et de St-Evroult (au sud). A l’ouest, la limite avec le Pays d’Auge, assez incertaine, se situe entre la vallée de la Touques et celle de la Charentonne.

20La topographie, le climat, les formations superficielles se conjuguent dans le Pays d’Ouche pour composer un cadre de conditions particulièrement médiocres. Le plateau s’élève d’un peu plus de 150 m au nord à quelque 290 m entre L’Aigle et St-Evroult mais ce haut pays qui domine toute la Normandie sédimentaire n’en présente pas moins une topographie générale aux pentes faibles, façonnée par la surface d’érosion tertiaire, et s’élevant très lentement du nord vers le sud. Certes, les vallées divergentes de la Charentonne, de la Risle et de l’Iton fragmentent le plateau, prolongées par d’assez nombreux vallons peu profonds (à cause de la proximité des sources) mais aux versants raides. Cependant, sur les vastes interfluves, s’étendent des surfaces à peine mamelonnées où la médiocrité des pentes rend le drainage difficile.

21Le climat du Pays d’Ouche se distingue par sa rigueur comme nettement plus froid et plus humide que celui des plaines ou du Pays d’Auge voisins. Peu de stations permettent d’en rendre compte. Avec 603, 590 et 715 mm, Verneuil, Rugles et L’Aigle ne se distinguent pas par une humidité particulière, bien au contraire. Par contre, les températures de Verneuil (en limite S.E. de la région) révèlent un hiver nettement rigoureux ; elles ne dépassent jamais celles d’Evreux (dans les plaines) et ne sont supérieures à celles de Lisieux (Pays d’Auge) que pendant trois mois d’été (de 1 à 3 dixièmes). En hiver, le décalage, toujours défavorable à Verneuil, peut atteindre 4 dixièmes avec Evreux (octobre et mars) et 1°3 avec Lisieux (janvier). Les paysans ont nettement conscience de cette rigueur du climat de l’Ouche. Un décalage d’une grande semaine retarde les moissons par rapport aux régions voisines. Auprès des marchands de bestiaux, les bêtes de l’Ouche jouissent d’une réputation de rusticité particulière.

Fig. 63. – Evolution de la population de la commune de Francheville (Pays d’Ouche, Eure)

  • 13 Jouis (E.) et Lecacheux (M.-Th.), 317, 1956. – 329, 1956.

22Au froid de l’hiver s’ajoute l’humidité. Car si les stations de Verneuil, de Rugles ou de L’Aigle ne se distinguent pas par une pluviosité particulièrement élevée, l’importance de l’enveloppe forestière et l’étendue des sols imperméables tendent à accroître partout l’impression d’humidité. Soigneusement étudiées par E. Jouis et M.-Th. Lecacheux, les formations superficielles peuvent se classer en trois catégories principales13 : alluvions modernes des petites vallées (pH voisin de 6) ; argile à silex plus étendue ici que dans les plaines voisines (pH d’une acidité variable) ; limons moins étendus, moins épais et plus argileux que ceux du Caux et du Roumois. Un dernier trait distingue les formations limoneuses de l’Ouche : la présence fréquente, à quelques dm de profondeur, de fortes dalles de « grison », « sorte d’alios... constitué de petits silex rougeâtres à arêtes aiguës ou faiblement émoussées, accompagnés d’un peu de sable limoneux, le tout cimenté par un oxyde de fer foncé, la limonite » (13). La faiblesse des pentes et la fréquence des faciès argileux joints à la présence du grison expliquent les multiples défauts des sols de l’Ouche : acidité, compacité imperméabilité (obligeant à la pratique des cultures en billons), faible rétention hydrique. Ils accentuent tous les excès du climat, l’humidité saturante de l’hiver comme les sécheresses de l’été.

  • 14 Frémont, 328, 1958.

23A toutes ces rigueurs, les hommes ont encore ajouté une certaine indifférence pour le travail de la terre. Au début du xixe siècle, la forêt et la forge comptaient plus que l’herbage ou le labour. Les bourgs les plus peuplés de l’Ouche étaient des petites agglomérations de ferronniers pour lesquels l’activité agricole ne constituait qu’un appoint : ainsi, par exemple, autour de Conches, de Breteuil, de Francheville et de Bourth, de Rugles, de L’Aigle, de Glos-la-Ferrière...14. A l’intérieur du pays, témoins d’une société très hiérarchisée et refermée sur elle-même, se cachaient les châteaux des hobereaux et de pauvres fermes dispersées qui cultivaient « le blé noir » (froment altéré), l’avoine, quelques maigres plantes fourragères (assolement triennal) en élevant sur les jachères et sur les landes des moutons et quelques bovins.

  • 15 Sur cette question, bonnes observations dans Mansard. DES. 1952.

24La tradition confère au Pays d’Ouche une réputation aussi mauvaise du point de vue humain que du point de vue physique : c’est la terre des nobles aventuriers de La Varende, mais aussi entre l’ombre des taillis et l’eau glauque des mares, le pays des vagabonds, des jeteurs de « sorts » et des suicidés15.

2°) L’EXTENSION DES HERBAGES DU xixe SIÈCLE A 1950-55.

25Au début du xixe siècle, l’élevage et l’herbage n’occupaient qu’une place très modeste dans l’économie des marges orientales du Pays d’Auge. Dans ces régions de plaines cultivées qu’entouraient bois et vallées, les céréales, les ventes de pommes (Roumois) ou de lin (Lieuvin), l’artisanat du fer (Ouche) ou du textile (Lieuvin), les petites ressources des bois autorisées par des droits d’usage (Ouche) intéressaient beaucoup plus les habitants que l’élevage ; les moutons l’emportaient alors nettement sur les bovins. Un siècle plus tard, l’orientation de l’économie régionale est totalement inversée. Les herbages permanents occupent la moitié des surfaces, et parfois plus ; l’élevage bovin devient l’activité principale des exploitations. Comment s’est opérée cette transformation ?

a) L’infrastructure fourragère traditionnelle

  • 16 Perpillou (A.), Cartes inédites.

26Dans la première moitié du xixe siècle, d’après les cartes d’A. Perpillou16, et les analyses qui précèdent, les surfaces fourragères n’occupaient qu’une place réduite dans les terroirs du Roumois, du Lieuvin et du Pays d’Ouche. Elles pouvaient se classer en quatre catégories bien distinctes.

  1. Les pacages s’étendaient sur les plus médiocres terres, notamment sur les argiles à silex des versants ou dans les vallons du Pays d’Ouche. On pouvait leur ajouter les jachères. Les propriétaires éclairés, mais aussi les fermiers17, commençaient à prendre conscience de la très médiocre valeur de ces terres dont l’assainissement et la transformation étaient de plus en plus préconisés.
  2. Les cultures fourragères (trèfle, vesces, minettes, etc...), remplaçaient peu à peu les jachères. Mais dans toute la région, leur extension se déroula lentement et tardivement. En 1864, un Congrès de l’Association Normande tenu à Bernay18 signalait encore l’existence de jachères dans le Lieuvin et dans le Pays d’Ouche. Au nord, la tradition de l’assolement biennal (Roumois, Lieuvin) rendait difficile l’introduction des cultures fourragères. Dans le Pays d’Ouche, la pauvreté des agriculteurs retardait toute évolution. Les marges orientales de l’Auge ressemblaient donc beaucoup plus, dans leur évolution, au centre du Bocage qu’au Pays de Caux. La première révolution fourragère s’y opérait mal.
  3. Les cours herbagères constituent ici comme dans le Caux et dans la plupart des autres régions de Normandie un élément important du potentiel fourrager. Par leur taille, par leur forme, par la disposition des bâtiments, les cours, au sud de la Seine, apparaissent de plus en plus fantaisistes à mesure que la progression vers le sud éloigne de l’exemple rigide et harmonieux du Pays de Caux. Ceinte de haies, de forme souvent bizarre, les bâtiments épars sans ordre, les pommiers irrégulièrement plantés, la grande cour de l’Ouche ne ressemble que de très loin au rectangle parfait du Caux19. Elle n’en remplit pas moins les mêmes fonctions cumulées de verger cidricole, d’herbage et d’abri hivernal.
  4. Les prairies naturelles, enfin, n’étaient pas totalement absentes de la tradition du Roumois, du Lieuvin et surtout du Pays d’Ouche. En effet, les vallées de l’Iton, de la Risle, de la Charentonne, comme celle de l’Orbiquet dans le Pays d’Auge voisin, étaient traditionnellement exploitées sous forme de prés dont le « baignage » régulier intensifiait la production. De nombreux textes20 donnent de multiples détails sur cette pratique qui ne cessa d’opposer les agriculteurs riverains et les « usiniers » dont les conceptions du « baignage » différaient sensiblement21. L’irrigation d’été permettait de récolter deux belles coupes de foin, la deuxième « payait les impôts et les frais », la première donnait le bénéfice. Le « baignage » d’hiver avait même ses défenseurs, car « glacer les prés » ... » protégeait l’herbe, engraissait la terre et ruait la mousse »22. En dépit de l’acidité légère des sols alluvieux, les prés d’Ouche se composent d’une assez bonne flore prairiale, moins riche cependant que celle des grands crus augerons ; l’agrostis et la houlque laineuse entrent en compétition avec le ray-grass et les trèfles ; la valeur fourragère varie de vallée en vallée, et même, au sein de la même vallée, de l’amont vers l’aval ; d’une façon générale, la Charentonnne baigne de meilleurs prés que la Risle ou l’Iton23. Néanmoins, le faisceau des vallées qui divergent du Pays d’Ouche, prolongé dans le Pays d’Auge par la Touques et surtout par l’Orbiquet, circonscrit un vieux domaine de technique herbagère intensive exploité par la fauche, celui des « prés baignés ».

b) La transgression herbagère

  • 24 Mansard, D.E.S., 1952.

27Pendant la première moitié du xixe siècle, le développement des herbages est insensible. Mansard, qui a étudié particulièrement le phénomène dans le Pays d’Ouche, estime qu’il faut attendre 1884 pour que se déclenche et s’amplifie la grande vogue herbagère24. Les textes de l’Association Normande confirment ce point de vue : les premiers congrès de Pont-Audemer et de Bernay (1838 et 1848) ne se préoccupent absolument pas des « couchis ». Cependant, de nombreux facteurs prédisposent déjà les trois pays bordiers du Pays d’Auge à adopter, au moins partiellement, ce type d’infrastructure pour l’alimentation des animaux : la médiocrité de l’économie traditionnelle (tout particulièrement dans l’Ouche), le caractère tardif et inachevé de la première révolution fourragère (surtout dans le Roumois et dans l’Ouche), enfin l’existence d’une tradition herbagère, celle des prés d’Ouche.

  • 25 A.N., 1864.

28En 1863, le Congrès de l’Association Normande tenu à Bernay livre de précieux renseignements sur les premières manifestations du phénomène dans le Lieuvin et dans le Pays d’Ouche, autour des vallées de la Risle et de la Charentonne25. De ces textes se dégagent quatre constatations principales :

  1. A l’origine, ce sont surtout de grands propriétaires, MM. Asselin et Prétavoine de Bernay (ce dernier étant aussi maire de Louviers), Duroy, marchand de bois à Bernay, Morel-Porte, ancien manufacturier, le comte Dauger à Meneval (prés de Bernay) qui prêchent d’exemple pour étendre les herbages.
  2. La production d’animaux de boucherie constitue le débouché essentiel de la transformation économique qu’ils proposent. Leurs arguments n’attirent jamais l’attention sur l’intérêt de la production laitière. Ainsi Duroy : « il y a quinze ans... des herbages nourrissaient seulement quelques vaches de mauvaise nature dont on ne retirait qu’un bénéfice très restreint par le lait et la production de quelques sujets de peu de valeur. Aujourd’hui, ces animaux sont engraissés par centaines dans les environs... ».
  3. La valorisation foncière obtenue récompense très largement les efforts et investissements consentis pour la transformation : « car un terrain qui, sous une autre culture, peut être estimé à 1.000 F l’hectare, lorsqu’il sera pris en herbe vaudra de 16 à 1.800 F. ». Certains nouveaux herbages peuvent même atteindre le prix de 5.000 F (herbages Morel-Porte), voire 7.000 à 8.000 F (Dauger).
  4. Les exemples cités à Bernay montrent nettement que les nouveaux herbages se développent aux dépens des labours, mais aussi en ce début de la transgression herbagère, aux dépens des « mauvais bois » (Asselin), des mauvais terrains » (Prétavoine), de « mauvais vergers » (Dauger)...

29A la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, la masse suit les pionniers. Le mouvement se développe avec vigueur, selon une progression assez différenciée dans chaque région. Le tableau suivant en donne le résumé :

  • 26 Un exemple démographique et l’étude de ses conséquences agraires dans le Pays d’Ouche : Frémont, 3 (...)

30Un dernier élément est venu favoriser l’extension du mouvement herbager : la dépopulation rurale. Les mouvements conjugués de la dénatalité et de l’émigration qui frappe surtout les artisans du textile et de la ferronnerie touchent très sévèrement les campagnes de l’ouest de l’Eure. Des cantons bien peuplés au xixe siècle comme ceux du Lieuvin et du Roumois (densités très souvent supérieures à 80 habitants au km²) ne comptent plus en 1962 que 30 à 60 habitants par km². Déjà plus médiocrement peuplés à l’origine (environ 50 habitants au km² en 1836), les cantons de l’Ouche apparaissent maintenant vides avec des densités inférieures à 40 et même 30 (Beaumesnil, 25 h/km²). L’étude du mouvement par canton indique nettement que la principale période de dépopulation se place entre 1851 et 1921. En un peu plus d’un demi-siècle, l’arrondissement de Bernay perd 40 % environ de sa population initiale. L’élimination des petits propriétaires favorise alors la concentration des exploitations et des propriétés, et, posant de délicats problèmes de main-d’œuvre aux exploitants, stimule la progression des techniques herbagères26. En s’amortissant légèrement après la guerre de 1914, le mouvement se poursuit jusqu’aux années 1950-55.

31A l’issue de cette analyse, et étant donnée la convergence des facteurs, on peut être surpris que la transgression herbagère de la fin du xixe siècle n’ait pas totalement submergé les campagnes du Roumois, du Lieuvin et de l’Ouche. Au milieu des herbages qui se sont étendus, les « plaines » subsistent. De nouveaux plants se sont juxtaposés aux vieilles cours, des couchis ont regroupé des quartiers de parcelles allongées (Pays d’Ouche) ou se sont superposés aux rectangles trapus d’anciens labours (Roumois). Comme clôture, la haie sans talus d’abord (surtout à l’ouest du Pays d’Ouche), puis le barbelé ont enfermé les nouveaux herbages dans un réseau beaucoup moins serré que celui du Bocage. Au terme de l’évolution, un paysage mixte unit toutes les régions de contact entre plaines et régions herbagères, sur les marges orientales du Pays d’Auge, mais aussi dans le Perche, le Pays de Caux de St-Romain, les plateaux voisins du Bray (surtout à l’est de la fosse), le Bessin oriental, les plaines ornaises... Au milieu d’une certaine confusion, tous les éléments d’une évolution complexe s’y juxtaposent : bois et terres vagues des grandes pentes, vallées herbagères, cours plantées ; espaces labourés ouverts sur les terroirs les plus sains, campagnes d’Ouche, terres et plaines du Roumois ; nouveaux herbages ceints de haies ou plus fréquemment de barbelés.

32Ce qui différencie les marges orientales de l’Auge de toutes les autres régions de transition, c’est la profondeur qu’atteint ici la zone de contact. Comment expliquer cette extension particulière ?

33On remarquera d’abord que du Roumois au Pays d’Ouche, l’ampleur du mouvement herbager est très inégale. Le Lieuvin du Nord (autour de Beuzeville) et le Pays d’Ouche central et occidental (régions de L’Aigle, la Ferté-Fresnel, la Barre-en-Ouche, Broglie) sont les régions les plus profondément influencées par le phénomène. La proximité de l’exemple augeron, la nature du modelé et des sols (fréquence des petites vallées et des terrains argileux), la vulnérabilité de l’économie ancienne expliquent facilement la progression particulière de l’économie herbagère dans ces deux régions. Par contre, le bon plateau limoneux du Lieuvin du Sud, vieux terroir à lin, pays de bonne culture a beaucoup mieux résisté au mouvement, tout en étant aussi proche du Pays d’Auge. Plus éloigné, mais aussi plus vulnérable avec sa structure de petites exploitations, le Roumois a subi une double influence : celle de l’Auge par le Lieuvin du Nord et la vallée de la Risle, mais aussi celle des herbages de la Basse-Seine.

Figure 64. – Structure des produits bruts dans les exploitations adhérentes du Centre de Gestion : Roumois, Lieuvin et Pays d’Ouche (1961-1962)

34Cette rapide analyse montre que les conditions naturelles jouent un rôle certain dans le développement géographique du système herbager, mais aussi les influences de proximité régionale et, au premier chef, la capacité de résistance des économies anciennes. Autour de la Plaine de Caen et du Pays de Caux, l’exemple herbager du Bessin, du Pays d’Auge ou du Pays de Bray se heurte à des traditions de « bon pays » qui à un fonds d’économie céréalière ajoutent de fructueux profits sur le colza, le lin, etc... Au plus fort de la transgression, l’herbage pénètre dans ces riches terroirs, mais fort timidement (fin du xixe siècle, début du xxe siècle). Au contraire, en dépit de certaines qualités naturelles, la tradition biennale du Roumois et du Lieuvin, et, à plus forte raison, les pauvres terres d’Ouche n’offrent qu’une bien faible résistance à la séduction de l’herbage, surtout dans une période de dépopulation. Les plaines ne disparaissent pas totalement, mais les herbages les fossilisent en grande partie.

3°) LES TENDANCES CONTEMPORAINES, LE REFLUX DE LA VAGUE HERBAGERE

35Le mouvement d’extension des surfaces en herbe ne s’est pas développé jusqu’à son terme, c’est-à-dire jusqu’à une spécialisation complète du même type que celle du Pays d’Auge ou du Bessin. Un grand nombre d’exploitants, en effet, ont préféré adopter un système mixte associant cultures et élevage plutôt que de devenir de purs herbagers. D’autres, par contre, se sont totalement spécialisés.

  • 27 Une étude systématique des fermes d’une commune du Pays d’Ouche ornais (Couvains) et plusieurs enq (...)

36Un phénomène domine l’évolution de ces régions au cours des dix dernières années : l’arrêt de la progression des « couchis », un renversement de tendance qui favorise maintenant une extension des labours aux dépens des prairies permanentes. La motorisation, les prix, la recherche de la liberté du dimanche donnent de plus en plus d’attraits aux cultures sur l’élevage. Dans un grand mouvement de bascule, les régions de transition, tardivement converties à l’herbage, cessent de prendre modèle sur le Pays d’Auge pour envier l’exemple des grandes plaines... Mais cette nouvelle tendance s’exprime avec une force très inégale selon les types d’exploitations27.

a) La petite ferme herbagère

  • 28 Atlas de Normandie, carte D 2.

37La petite ferme totalement herbagère se rencontre dans toutes les régions de Normandie, mais elle se remarque tout particulièrement dans les pays de transition : d’une part, parce qu’elle représente un cas plus fréquent que dans les plaines de grande culture ; d’autre part, parce qu’elle se distingue plus nettement des grandes exploitations (souvent d’économie mixte) que dans les régions purement herbagères. Le problème des petites exploitations purement herbagères a déjà été abordé dans le Bocage, mais aussi dans le Bessin et dans le Pays de Caux méridional. Il se retrouve avec une fréquence élevée à l’est du Pays d’Auge, spécialement dans le Pays d’Ouche, le Lieuvin du Nord et le Roumois. La structure de cette dernière région se signale par sa dispersion : dans plusieurs communes, les exploitations de moins de 20 ha occupent 40 à 60 % de la surface utile, chiffres très élevés pour la Normandie orientale28.

38L’exemple de Couvains, dans le Pays d’Ouche, montre l’orientation nettement herbagère des petites fermes. La moitié des exploitations de la commune, en effet, ne pratiquent aucune culture. Leur répartition s’établit ainsi :

39Le plafond des fermes purement herbagères se situe au niveau d’une vingtaine d’ha dans le Pays d’Ouche, mais il s’abaisse (un peu en-dessous de 15 ha) dans le Lieuvin et surtout dans le Roumois. Ces exploitations pratiquent un système simplifié, plusieurs fois décrit déjà : élevage laitier, vente des veaux à 3 semaines, quelquefois élevage de porcs, quelques revenus de complément apportés par des journées de travail salarié au service des grands exploitants. Survivant dans des conditions souvent très précaires, n’ayant ni moyens de cultures ni disponibilités financières, enfermés dans un système simplifié dont la rentabilité est de plus en plus aléatoire, les petites fermes herbagères se trouvent dans l’impossibilité de changer d’orientation et restent réfractaires aux transformations contemporaines.

TABLEAU 22. Les exploitations de la commune de Couvains (Orne) Pays d’Ouche, 1963

TABLEAU 22. Les exploitations de la commune de Couvains (Orne) Pays d’Ouche, 1963

b) La grande ferme herbagère

40A l’autre extrémité de la gamme des exploitations, héritière lointaine des premiers domaines à prairies d’embouche, la grande exploitation herbagère. Elle se rencontre aussi bien dans le Lieuvin (surtout au nord) que dans le Roumois (où elle forme une catégorie spéciale du Centre de Gestion, celle comprise entre 40 et 50 ha) et plus encore dans le Pays d’Ouche, dans les noyaux de grandes exploitations (régions de Bernay, Rugles). Fréquente dans toutes les grandes vallées, elle n’en existe pas moins aussi sur les plateaux. Du Roumois jusqu’à l’Ouche, la surface de chaque exploitation tend à croître (de 40 à plus de 100 ha) et la spécialisation herbagère à s’affirmer (de plus de 70 % des surfaces en herbe dans le Roumois, à 100 % dans l’Ouche).

41L’orientation de la grande ferme herbagère diffère totalement de celle de la petite exploitation, même si les deux types reposent sur une infrastructure semblable. La grande exploitation ne réserve qu’une part modeste de son activité à l’élevage laitier ; l’étable compte entre 20 et 30 vaches. Mais tous les élèves bovins sont conservés, l’embouche à l’herbe constitue une deuxième activité de grande importance. Les plus grands exploitants complètent leur cheptel d’embouche par quelques achats dans les petites fermes voisines.

42Dans l’ensemble, les techniques d’engraissement sont très rudimentaires sur des herbages dont la qualité est très inférieure à celle des grandes régions d’embouche. Les bœufs restent dans la même pièce du printemps jusqu’à l’automne et ils passent l’hiver sur des petites parcelles où les réserves, souvent assez maigres, de l’exploitation assurent leur affourragement (foin, parfois quelques produits de culture, aliments achetés en cas de crise climatique). Ce procédé inspiré de celui des grandes régions d’embouche contribue à la dégradation des herbages sur des sols mal drainés en hiver, et alors piétinés, désséchés au printemps, et alors surpâturés. Techniquement, le système manque d’équilibre : spécialement dans le Pays d’Ouche, les bœufs doivent souvent être vendus avant d’être « finis ». Le cycle de production de l’animal gras reste long, égal ou légèrement supérieur à 3 ans.

  • 29 Source étiquetée « Confidentiel ».

43Dans une période de mauvaise conjoncture, les rendements financiers deviennent naturellement très précaires. Une notice de vulgarisation présente ainsi ce système dans le Roumois où il se trouve cependant atténué par la présence de quelques cultures : « Ces exploitations souffrent d’un manque de recettes dû à une trop grande surface en herbe faiblement valorisée par les élèves bovins ; la présence de ces spéculations bovines exige cependant une main-d’œuvre importante ». Plus loin, la même note préconise d’augmenter les recettes « en réduisant l’élevage bovin et la surface qui lui est affectée, et en le remplaçant soit par l’élevage des vaches laitières, soit par des cultures vendables. »29.

44Les grandes exploitations herbagères suivent très inégalement ces conseils. Certaines ne disposent que de prairies très humides de fonds de vallée (Risle, Charentonne), et, dans ce cas, l’assainissement par le drainage, l’intensification par la pratique d’un pâturage rationnel apparaissent beaucoup plus souhaitables que la transformation des herbages en labours. Par contre, les grands exploitants des plateaux peuvent hésiter. La plupart répugnent à changer radicalement d’orientation. Ils se contentent souvent de « casser » quelques herbages et de pratiquer sur ces nouveaux labours des cultures de maïs à ensiler et de choux-fourragers. A la faveur d’un changement de génération dans la direction d’une ferme, le mouvement peut cependant s’affirmer parfois. Mais tant qu’elles restent fidèles à l’embouche, et il en est fréquemment ainsi, les grandes exploitations herbagères ne peuvent contribuer que modestement au reflux des prairies permanentes.

c) La ferme de polyculture et d’élevage

45L’exploitation mixte qui associe cultures et élevage diffère de la ferme moyenne du Pays de Caux. Généralement, la surface en herbe permanente l’emporte sur les cultures, surtout dans le Lieuvin du Nord et dans le Pays d’Ouche intérieur. Le blé constitue le seul produit de vente, à côté du lait et des animaux à viande. Quelques cultures de lin et de betteraves sucrières ne se rencontrent, très limitées, que dans le Roumois et dans le sud du Lieuvin, notamment à proximité de la grande sucrerie de Nassandres. Le Pays d’Ouche ignore totalement les cultures de vente, à l’exception du blé. La plus grande partie des labours est donc consacrée à des productions fourragères en tête desquelles s’inscrivent traditionnellement les céréales secondaires, la betterave fourragère, les trèfles, mais aussi la luzerne et le sainfoin. L’exploitation mixte donne généralement priorité à l’élevage laitier sur la production d’animaux à viande. Selon la conjoncture, elle se sépare de ses veaux après sevrage ou lorsqu’ils atteignent 18-20 mois. Il s’agit donc d’un système prudent, fondé sur l’équilibre de trois produits qui se classent généralement ainsi, en valeurs brutes décroissantes : lait – vente de bovins – blé.

46Tout naturellement, les exploitations mixtes correspondent le plus souvent aux exploitations moyennes. Elles excluent les petites exploitations qui toutes ont renoncé pendant la période d’extension des herbages à l’entretien d’un train de culture et ont abandonné les labours. Elles comprennent quelques grandes exploitations, surtout dans la région de Bernay et dans le sud-est du Pays d’Ouche. Mais le Roumois et le Lieuvin du Sud, sur de bons sols limoneux, constituent la région par excellence des cultures et de l’élevage.

47Beaucoup plus que les exploitations spécialisées, les fermes mixtes sont susceptibles de transformatiions. Elles en ont les moyens, n’étant pas trop petites. Elles en ressentent la nécessité, n’étant généralement pas très grandes. Une note de la Direction des Services Agricoles de l’Eure résume ainsi les transformations contemporaines :

48« La motorisation, la mécanisation et l’emploi des engrais y avaient fait peu de progrès jusqu’à présent. Depuis 1959, le changement est manifeste : suppression des chevaux et remplacement par le tracteur, emploi plus grand des engrais, d’où une augmentation du nombre des vaches laitières et de la production du porc.

Figure 65. – L’utilisation du sol dans quelques exploitations-types de la périphérie du Pays d’Auge

  • 30 D.S.A. de l’Eure, 154, 1964.

49« Le tracteur permet de retourner les mauvais herbages et par conséquent de produire 1e) des céréales et de la paille nécessaires au bétail. 2e) plus d’unités fourragères (U.F.) sur les surfaces toujours en herbe. Conséquences : bétail mieux alimenté, mieux soigné, plus productif et production de céréales plus importante. L’introduction des prairies temporaires dans l’assolement résout pour le moment le problème du précédent cultural du blé dans cette région »30.

50Un important mouvement de transformation technique et d’intensification s’effectue donc actuellement. L’étude des exploitations du Centre de Gestion de l’Eure indique qu’il s’est développé d’abord dans le Lieuvin, puis qu’il s’est solidement implanté dans le Roumois, mais qu’il n’intéresse encore que très modérément le Pays d’Ouche.

  • 31 Tableau 23.

51L’exemple de la ferme de M. Masduraud, dans le Roumois, résume assez bien les efforts tentés par certaines exploitations pour s’arracher à la routine. En 1958, M. Masduraud, jeune agriculteur de moins de 30 ans s’installe sur une ferme de famille qui comprend 49 ha et qui est déjà assez nettement orientée vers les cultures. Il consacre alors 27 ha aux labours (céréales, pommes-de-terre, betteraves sucrières, lin, trèfle) et élève six vaches suivies de leurs élèves. Pendant 5 années consécutives, il ne cesse d’augmenter ses labours et les porte à 39 ha au profit des cultures de vente mais aussi des surfaces fourragères qui triplent en surface et s’intensifient par l’introduction des choux-fourragers et de maïs. Le cheptel s’accroît : 8 vaches en 61-62, 16 prévues en 1963-64. Afin de valoriser sa production de céréales secondaires et de cultures fourragères, M. Masduraud essaie deux nouveaux élevages, très intensifs : l’engraissement des porcs et la production de « baby-beef » ou bouvillons de 18 mois. En 5 ans, tous les rendements augmentent, le produit brut et la productivité du travail doublent alors que les charges ne croissent que de 38 %. Le passage du vieux système extensif à une économie intensive a permis de multiplier par 5 le revenu agricole31.

52Le Roumois, le Lieuvin et le Pays d’Ouche ont suivi avec retard et hésitation les deux grands mouvements de transformation agricole du xixe siècle. La première révolution fourragère s’y développa timidement et tardivement. Les herbages s’y étendirent à la fin du siècle seulement sans aboutir à une spécialisation totale de l’économie. Actuellement, beaucoup d’exploitations hésitent encore et les fermes purement herbagères notamment restent figées dans l’immobilisme. Mais, trouvant enfin la voie d’une association intensive des cultures et de l’élevage, les entrepreneurs les plus dynamiques réalisent une série de transformations qui pour la première fois sans doute dans ces régions mérite bien le nom de révolution agricole.

TABLEAU 23. EXPLOITATION de M. André MASDURAUD à BOURNEVILLE
(Renseignements communiqués par l’exploitant et par le Centre de Gestion de l’Eure)

TABLEAU 23. EXPLOITATION de M. André MASDURAUD à BOURNEVILLE(Renseignements communiqués par l’exploitant et par le Centre de Gestion de l’Eure)

Figure 66. – Les Plaines de la Normandie Centrale - Croquis régional

II. DE FALAISE A ALENÇON, AU MILIEU DES BOCAGES DES PETITES PLAINES DE TRANSITION

53Totalement séparées des grands ensembles découverts de la Normandie orientale, les petites plaines de la Normandie centrale s’échelonnent en des unités fragmentées qui séparent le Bocage Normand à l’ouest et les régions herbagères de l’Auge et du Merlerault à l’est. Les plaines ne s’épanouissent qu’au nord, autour de Caen ; l’étude de ce dernier cas sera associée à celle des régions de grande culture. Mais les petites régions de Falaise, d’Argentan, d’Alençon méritent-elles une analyse particulière ? Elle ne comprennent qu’un nombre restreint de communes, portant au maximum l’émiettement régional. Hésitant entre plusieurs systèmes agricoles, elles empruntent à des influences multiples. Là, précisement, se place leur originalité. Car, au carrefour des trois grandes traditions agricoles de Normandie, celle de l’Auge, celle du Bocage, et celle des plaines, elles constituent une zone de contact plus complexe encore que les marges orientales du Pays d’Auge. L’élevage tient maintenant une place essentielle dans leur économie. En dépit de l’étroitesse de leurs horizons, ce chapelet de petites plaines forme un ensemble régional riche d’intérêt.

1° L’EMIETTEMENT DU PAYSAGE

  • 32 Musset (R.), 362, 1917 – Musset (R.), 196, 1960.
    Crozet (R.), 353, 1928 – Delvert (J.), 354, 1952.
    S (...)

54En étudiant la Plaine d’Alençon, R. Musset, R. Crozet, J. Delvert, R. Streiff32 ont déjà posé le problème de la définition et de l’explication des paysages actuels. Ecartant en général le terme de « campagne », fort peu usité en Normandie, tous ces auteurs hésitent entre deux mots : bocage ou plaine ? A l’image du contact, particulièrement complexe dans cette région, entre le massif armoricain et sa borduçre sédimentaire, l’imbrication des parcelles encloses et des champs ouverts légitime toutes les incertitudes. En dépit de transitions souvent très floues, une évidence s’impose cependant : l’existence d’un milieu original dont la topographie plane, les assises calcaires et les paysages relativement ouverts tranchent nettement de ceux des collines augeronnes ou bocaines.

a) Les plaines et leur cadre de hauteurs

55Entre Falaise et Alençon, les reliefs vigoureux du Bocage Normand (dans le massif ancien) et ceux du Pays d’Auge, du Merlerault et du Perche (en terrain sédimentaire) sont presque au contact direct les uns des autres. Au milieu des reliefs grossièrement appalachiens de Falaise et d’Ecouves, des ondulations de la couverture sédimentaire comme celles des Monts d’Eraines ou de la Forêt de Gouffern, des collines schisteuses du Houlme, de celles du Merlerault taillées dans les assises faillées du Jurassique supérieur, se dégagent les horizons calmes de petites plaines localisées sur les affleurements discontinus du Jurassique inférieur. Riches de conséquence sur la géographie humaine, trois de leurs traits morphologiques doivent retenir l’attention.

  1. L’étroitesse des plaines, leur morcellement s’imposent avec la longue énumération des villes qui les désignent : Falaise, Argentan, Alençon, mais aussi, plus souvent oubliées, Trun, Mortrée, Sées. De toute part, des collines assez floues ou des reliefs rectilignes et rigides ferment l’horizon de ces plaines qui ne s’étendent jamais sur plus de 5 ou 6 km de profondeur. Elles ne forment pas ensemble une seule grande unité continue, mais un chapelet de petits éléments bien séparés les uns des autres. Au nord, assez vaste, la Plaine de Falaise est séparée nettement de celle d’Argentan par une ligne de hauteurs gréseuses que prolonge en terrain sédimentaire la forêt de Gouffern. Plus à l’est, la petite Plaine de Trun, drainée par la Dives, constitue une unité distincte entre Gouffern et le talus augeron. Au centre, les Plaines d’Argentan (la plus vaste des trois), de Mortrée et de Sées communiquent entre elles, mais par deux étranglements où les collines du Merlerault rejoignent presque les hauteurs gréseuses du massif ancien. Au sud, la Plaine d’Alençon constitue une unité bien distincte que cernent la vallée herbagère de la Sarthe au sud-est et le rude massif d’Ecouves au nord et à l’ouest.
  2. La dominance des faciès calcaires distingue nettement le sol des Plaines de ceux des régions voisines, le plus souvent argileux. Les calcaires du Bajocien, du Vésulien et du Bradfordien se partagent les affleurements que masquent parfois de minces placages limoneux. Ainsi dominent les sols bruns calcaires, naturellement riches en chaux, filtrants et assez pierreux. La présence des limons contribue à améliorer la composition physique des formations superficielles, mais leurs placages sont beaucoup plus limités en surface et en épaisseur que dans la Plaine de Caen. Du nord au sud, s’opère une double dégradation qui contribue à nuancer la physionomie des Plaines : la disparition progressive des limons, l’intercalation de faciès sableux dans les calcaires33. Les pays de Falaise et d’Argentan s’apparentent encore, par leurs sols, à la Campagne de Caen. Mais, dans les régions de Mortrée, de Sées, et surtout dans la Plaine d’Alençon, les arkoses et les sables siliceux le disputent de plus en plus aux calcaires.
  3. La topographie presque plane, la présence d’importantes vallées à peine encaissés dans la surface principale achèvent de distinguer les Plaines des collines et hauteurs voisines. L’Orne et ses multiples affluents traversent les campagnes de Sées, de Mortrée, et d’Argentan (avec la Baize) ; la Dives baigne le pays de Trun, l’Ante et la Traine la Plaine de Falaise, la Sarthe, la région d’Alençon. Toutes ces vallées intercalent, à quelques mètres en contrebas de la surface principale, des fonds alluviaux humides, souvent larges d’une centaine de mètres, qui s’opposent nettement aux sols calcaires ou limoneux des pentes et des interfluves.

b) Les champs ouverts et les herbages enclos

56Compte tenu des particularités imposées par le cadre morphologique, le rapport entre les champs et les herbages enclos ne diffère pas sensiblement, dans son état actuel comme dans son histoire, de celui déjà décrit dans les régions de contact situées à l’est du Pays d’Auge.

57Au départ, bocage et campagnes ouvertes apparaissent probablement dans toutes ces régions de Falaise à Alençon comme deux formes complémentaires et juxtaposées de l’utilisation des terroirs. Les clos herbagers, plantés de pommiers et ceints de haies, entourent les exploitations bien groupées en villages. Vers le sud, les bâtiments se rapprochent autour de cours étroites, mais les clos plantés n’en sont pas moins présents. En plus, le long des nombreuses rivières s’étirent les prés de fauche, précieux biens individuels de la vieille économie qu’entourent jalousement des haies. Dans la plaine, par contre, s’étendent les champs ouverts qui étaient, avant les remembrements de la période contemporaine, découpés en « delles » allongées. L’étroite juxtaposition des fonds humides et des terroirs secs des interfluves et des pentes donne aux Plaines une double vocation qu’ont probablement suivie les premiers établissements humains. De Falaise à Alençon, se retrouve un site priviligié de villages, souvent allongés parallèlement à une courbe de niveau : le versant mou d’une vallée, lieu remarquable de contact entre le terroir labouré aux champs ouverts des interfluves, les clos plantés entourant les habitations et les prés clairs consacrés à la fauche dans les fonds. Cette trilogie fondamentale exprime l’ancienneté de l’association des cultures et de l’élevage. La localisation de nombreux villages porte témoignage. Ainsi, pour ne citer que quelques exemples, Fresné-la-Mère (campagne de Falaise) ; la quasi-totalité des villages de la Plaine de Trun ; Juvigny, St-Martin-des-Champs, St-Christophe-le-Jajolet (Campagne d’Argentan) ; Damigny, Valframbert (Campagne d’Alençon), etc...

  • 34 Delvert, 354, 1952.
  • 35 Le phénomène a été étudié en bordure de la Plaine d’Argentan à Neuvy-au-Houlme par P. Brunet. Docu (...)

58A ces trois types complémentaires d’utilisation du sol, (labour, préverger, pré de fauche) se sont superposés les herbages secs au cours d’une évolution parallèle à celle des marges orientales du Pays d’Auge. Dans la Plaine d’Alençon, J. Delvert fournit la démonstration convaincante de leur extension aux dépens des labours dans le courant du xixe siècle34. En s’appuyant sur l’exemple de plusieurs communes, il estime que la principale période d’extension des herbages se place dans cette région après 1870, c’est-à-dire tardivement. Alors se développent de nouvelles clôtures, quelques haies, mais surtout des triples rangées de barbelés. La proximité des grandes régions d’embouche impose un modèle qui s’étend sur les longues pentes des interfluves : le grand herbage clair, regroupant parfois un quartier de delles35.

Figure 67. – Quelques données sur le climat des Plaines Normande»
(d’après Sanson)

Figure 68. – Le rapport Précipitation/Evapotranspiration dans quatre stations des Plaines Normandes

59Ainsi la diversité des types d’aménagement agraire ajoute-t-elle encore au morcellement des unités morphologiques. Les Plaines bas-normandes associent, dans une marquetterie complexe, une grande variété de terroirs et de finages, tous très finement morcelés. Par ses sols, par sa topographie, la Plaine s’oppose aux hauteurs qui l’entourent et qui viennent rehausser le bocage et la forêt. Mais à l’intérieur de chaque plaine, se juxtaposent les herbages clos et les champs ouverts, les terroirs secs et les fonds alluviaux.

  • 36 Entre Caen et Argentan, décalage des températures moyennes d’hiver variant de 1°5 (janvier) à 0°3 (...)
  • 37 Argentan se place au deuxième rang des stations normandes pour le nombre de jours de neige (13 con (...)

60Les nuances des climats locaux se superposent à ces multiples contrastes. Toutes les stations des plaines reçoivent des pluies moins abondantes (moins de 700 mm) que celles du Bocage ou du Pays d’Auge. Protégé par Ecouves, Alençon jouit d’une meilleure position d’abri que Falaise ou Argentan et celle-ci se traduit par des températures moyennes de décembre et de janvier plus élevées (de 0,2 et 0,8° par rapport à Argentan). Souvent des brouillards nappent les vallées humides alors que les plaines proprement dites apparaissent bien dégagées. Ces nuances ne sauraient cependant faire oublier les traits essentiels du climat des Plaines : un hiver rigoureux qui se traduit par l’abondance relative des chutes de neige et par des températures moyennes nettement plus basses que celles de Caen ou de Lisieux36, un été assez chaud mais incertain avec une activité orageuse assez élevée, des chutes de grêle fréquentes alternant avec des sècheresses prononcées37. A l’exception d’un réchauffement estival plus marqué que dans le Bocage et le Pays d’Auge voisins, le climat des Plaines ne comporte aucun avantage décisif favorisant particulièrement l’agriculture ou l’élevage.

2°) LA MULTIPLICITÉ DES INFLUENCES

  • 38 Musset R., 362, 1917.

61R. Musset décrit ainsi, en 1917, la « prétendue campagne d’Alençon » : « La Plaine d’Alençon, à qui la visite aujourd’hui, montre des aspects différents et presque contradictoires : ici de grands espaces en terres de labour, parfois sans haies et sans arbres, plus souvent sans haies mais plantés d’arbres ; là de nombreux champs entourés de haies et plantés de pommiers. On sent bien vite que l’on est en présence d’un état de transition entre deux systèmes agricoles »38.

62Le tableau demeure encore valable, et, légèrement atténué, il pourrait même s’appliquer aux autres petites plaines de la Normandie Centrale. De Falaise à Argentan, les campagnes calcaires constituent un milieu original qui hérite d’une tradition culturale particulière mais qui se présente aussi comme une zone de convergence où interfèrent des influences multiples.

a) Le rôle fondamental des villes marchandes

63L’évolution agraire des Plaines est indissociable de l’histoire des petites villes qui donnent leur nom à la région : Mortrée, Sées, Trun, mais surtout Falaise, Argentan, Alençon... De nombreux facteurs permettent d’expliquer l’ancienneté des activités urbaines et leur importance : le contact entre des régions agricoles aux systèmes complémentaires (surtout en relations est-ouest), l’axe de communication nord-sud entre la Manche et l’Océan que constitue la zone relativement basse des plaines, l’importance stratégique de chaque étranglement, les facilités et les diffucultés nées de la présence de nombreuses rivières... Profitant des sites de gués (Alençon, Argentan) ou de barres (Falaise), des petites villes très actives naquirent de ces situations et acquirent une importance régionale qui, dès le Moyen-Age, dépassait le cadre étroit de chaque plaine.

64Les régions qui entourent directement Alençon, Argentan et Falaise bénéficient de l’activité urbaine. Très tôt, elles échappent à l’isolement et participent, à la différence du Bocage voisin, à une économie commercialisée. Dans cette perspective, le rôle de deux des principales fonctions urbaines doit être souligné.

  • 39 Duval, 118, 1910. (Mémoire de Lallemant de Levignen).
  • 40 D’après un « tableau des marchandises apportées en 1704 » cité, hors texte, par Mériel, 361, 1889.
  • 41 Roman cité dans Mériel, 361, 1889.

65Les foires d’Alençon, d’Argentan et surtout de Falaise comptaient parmi les plus importantes de la vieille province de Normandie. Près de Falaise, les Foires de Guibray, étaient classées en 1727 par l’Intendant d’Alençon39 au rang « des plus belles et principales foires du royaume... » La « Grande Guibray » durait 8 jours entiers à partir du 16 août, la « Petite Guibray » se tenait le 16 septembre. Ces foires concentraient quatre activités principales : le négoce des matières premières et des produits finis de l’artisanat textile (laine, draps, étoffes, dentelles, rubans etc...) ; l’approvisionnement de la province en produits de quincaillerie, en métaux, en produits de consommation rares (chocolat par exemple) ; le négoce des cuirs et des peaux ; le commerce des moutons, bétail bovin et surtout des chevaux40. En 1704, 2 500 chevaux étaient vendus à Guibray, « tant normands que bretons », pour une somme totale de 500 000 livres, soit 11 % du chiffre d’affaires de la foire, le plus gros poste de celle-ci (40). Un curieux roman, « Le Voyage de Guibray, Histoire Comique » décrivait ainsi les lieux en 1704 : « Le commerce qui peut se faire dans les rues de la foire, comme celui des cuirs, des laines et des autres denrées qui occupent de trop grands espaces, a ses endroits particuliers ; comme aussi les chevaux ont leur quartier séparé ; et ce quartier est le plus beau de Guibray ; c’est une grande place autour de laquelle sont bâties les écuries ; et quoique ces écuries soient d’une étendue incroyable elles ne suffisent pas ordinairement pour contenir tous les chevaux qui viennent aux foires de l’Allemagne, de la Hollande, d’Angleterre, d’Espagne et de plusieurs endroits de France ; le trafic des autres bestiaux se fait dans une plaine destinée à cet usage »41. Par Guibray, mais aussi par Argentan, passaient les « marchands du Pays d’Auge qui vont chercher des bœufs dans les provinces d’Anjou, du Maine et du Poitou ». Le commerce des bœufs et des vaches était considéré en 1727 comme « le principal de cette élection » (39). Bien placés sur la route des pays naisseurs (Bocage Normand, Maine, Anjou, Poitou), Falaise, Argentan, Alençon devenaient, grâce à leurs foires, des lieux de rencontre priviligiés, fréquentés par les « herbageurs » augerons et par les hommes de cheval. Au xixe siècle, se tenait à la Foire Chandeleur d’Alençon un important négoce de chevaux percherons. Mais, à partir de cette époque, concurrencée par de nouvelles formes d’organisation commerciale (nées des chemins de fer), les foires périclitèrent. Falaise, Argentan et Alençon n’en restent pas moins des centres actifs du commerce des chevaux et du bétail. Le Festival d’Elevage d’Alençon qui se tient chaque année à l’automne atteste le rayonnement de cette ville. Falaise est toujours, avec Deauville et Caen, le centre le plus important du commerce des chevaux en Normandie.

  • 42 D’après Fouque, 100, 1958.

66Au négoce, les petites cités des plaines bas-normandes ajoutèrent l’industrie. Après la tannerie et la fabrique de toiles, la dentellerie devint au xviiie siècle et jusqu’à la fin du xixe siècle une activité fondamentale des Plaines depuis Alençon jusqu’à Falaise et même Argences, Caen, Bayeux. Les « points d’Alençon » et « points d’Argentan » trouvaient à la Cour un débouché de haut luxe. Toutes ces activités ont totalement disparu et elles ne justifieraient aucune mention si elles n’avaient employé surtout des foules rurales auxquelles les fabricants des villes se contentaient de porter la matière première en attendant de collecter les produits finis. La dentellière d’Argentan et d’Alençon était aussi, au xviiie et au xixe siècle, la modeste fermière des plaines voisines. En dépit d’une régression déjà affirmée, la région d’Alençon comptait 1 300 dentellières à domicile (pour 10 fabricants) en 1858. Par la place très importante occupée par les industries à domicile dans la combinaison rurale, les Plaines dentellières de la Normandie centrale rappellent le Pays de Caux des « cacheux de navette », le Pays d’Ouche des ferronniers, le Bocage des tisserands ou des ouvriers du cuivre... Cette activité et son déclin justifient en grande partie l’importance de la population du début du xixe siècle et la vigueur de la récession démographique. Depuis 1801 et jusqu’au plus bas point atteint par la dépopulation (généralement entre 1921 et 1936), tous les cantons des plaines ont perdu plus de 35 % de leurs habitants et quelquefois plus de 50 %, à l’exception des cantons, en grande partie urbains, d’Alençon et d’Argentan42.

67Dans le courant du xixe siècle, la récession rapide des foires et de l’artisanat à domicile ne laisse plus subsister qu’une activité fondamentale : l’agriculture.

b) La tradition culturale

  • 43 D’après enquêtes de l’A.N., notamment Argentan (1846), Falaise (1864), Alençon (1858), Trun (1846) (...)

68Par leur tradition culturale, les Plaines bas-normandes se distinguent nettement des terres froides du Bocage. Leurs pratiques s’apparentent plutôt à celles du Lieuvin, du Pays d’Ouche ou des plateaux augerons avant l’extension des herbages. Quatre traits permettent de caractériser le système agricole dans la première moitié du xixe siècle43 :

  1. La taille très variable des exploitations où se côtoient les très petites unités des villages et des grands domaines appartenant à des nobles ou à des bourgeois des petites villes. Aucune enquête précise ne donne de renseignement sur le mode de faire-valoir, mais le fermage semble tenir une place importante. La brièveté des baux (3, 6, 9 ans) soulève de très nombreuses critiques car cette pratique paralyse toute recherche du progrès.
  2. La nette dominance des labours avec cependant une dégradation du nord vers le sud que marquent parfaitement les cartes d’A. Perpillou. Toutes les communes des campagnes de Falaise et de Trun comptent alors 76 à 96 % de leurs surfaces en labour. La même proportion se retrouve avec une fréquence légèrement atténuée dans les Plaines d’Argentan et de Mortrée. Autour de Sées, les labours n’occupent plus que 56 à 76 % des surfaces, et un peu moins encore autour d’Alençon44. Les prés de fauche des fonds alluviaux, les cours plantées auprès des habitations s’ajoutent donc aux labours selon un rapport qui croît vers le sud.
  3. L’assolement triennal avec jachère règle la rotation des cultures : blé, avoine, jachère. Un petit nombre d’agriculteurs ont introduit depuis le xviiie siècle quelques cultures fourragères sur la troisième sole,
  4. Le système agricole évolue lentement et laisse une impression générale de médiocrité. Le blé constitue la seule culture de vente. Les jachères subsistent au milieu du xixe siècle. Leur régression s’ébauche à cette époque.

69D’importantes mutations surviennent cependant dans la deuxième moitié du siècle. Au nord, l’exemple de la Plaine de Caen, beaucoup plus dynamique, incite à l’introduction de cultures nouvelles. Plus au sud, quelques grands domaines effectuent toutes les transformations de la révolution agricole : par exemple, la Cour d’Aunou (près de Sées) qui appartient à M. Pichon-Prémélé, maire de Sées (122 ha) ; le Domaine de Lonray (près d’Alençon), propriété du Comte de Séraincourt (205 ha). Les enquêtes indiquent assez clairement que l’ensemble des exploitations n’adopte que partiellement les résultats de ces expériences.

70Ainsi les Plaines de Falaise à Alençon restent-elles réfractaires à l’introduction des cultures industrielles jusqu’à l’époque contemporaine comprise. Quelques essais ont bien été tentés, mais ni le colza, ni le lin, ni la betterave sucrière ne se sont étendus massivement au-delà de la Plaine de Caen qui conserve ainsi en Basse-Normandie toute son originalité de région de « grande culture ». La rudesse relative du climat et la moindre valeur des sols où souvent le limon fait défaut expliquent partiellement cette coupure.

71De la sorte, ce sont les cultures fourragères qui se sont le plus étendues. Les Plaines bas-normandes ont constitué peu à peu un arsenal fourrager, nettement différent de celui du Caux, mais néanmoins efficace parce que bien adapté au milieu. Ici, le sainfoin et la luzerne, sur des sols carbonatés, remplacent le trèfle comme prairie artificielle. Au xixe siècle, celle-ci reste parfois 8 ans de suite sur la même terre. L’enquête de l’Association Normande à Argentan distingue le « petit sainfoin », le meilleur, qui se cultive dans la plaine, et le « grand sainfoin » réservé aux terres fortes des fonds. Aux prairies artificielles s’ajoutent de nombreux fourrages annuels, « bisailles » (pois gris d’automne et de printemps), vesces, lentillons, « hivernages », ainsi que quelques racines fourragères (betteraves, navets, carottes).

  • 45 Perpillou, cartes inédites.

72Au terme de l’évolution, apparaît une nouvelle infrastructure fourragère. Elle combine les prairies permanentes qui ont progressé à la fin du siècle et les cultures consacrées à l’alimentation du bétail. Entre les deux éléments, les rapports varient du nord au sud, esquissant déjà la physionomie contemporaine des Plaines. Au début du xxe siècle45, les labours l’emportent encore nettement dans la Plaine de Falaise, mais partout ailleurs les deux formes d’utilisation du sol s’équilibrent ; autour de Mortrée et d’Alençon, les herbages permanents tendent même à l’emporter. Sur les sols plus sableux du sud, le trèfle remplace la luzerne, et les herbages progressent plus aisément aux dépens d’une association culturale dégradée.

73Mais au-delà de ces quelques nuances régionales, partout de Falaise à Alençon, les surfaces fourragères, en culture, ou en prairies permanentes, dominent la combinaison agricole qui ne comprend qu’une seule culture de vente, le blé. Sans laminer totalement la vieille tradition culturale, mais en la transformant, l’élevage s’est imposé comme activité principale. L’évolution rappelle celle du Lieuvin ou du Pays d’Ouche : la disparition d’une partie de la main-d’œuvre agricole d’appoint, la concentration des exploitations, la proximité de la grande zone herbagère du Pays d’Auge, dans le même mouvement de conjoncture favorable aux produits de l’élevage, ont joué ici et là un rôle analogue. Mais des influences particulières confèrent aux petites plaines bas-normandes leur originalité. Par leur gamme fourragère centrée sur le sainfoin et sur la luzerne, elles se rattachent à la Plaine de Caen. Par leurs marchands herbagers, elles s’associent au Pays d’Auge ou aux grands herbages de Bazoches. Par l’amour du cheval, par la tradition de Guibray et d’Alençon, elles appartiennent à la Normandie Ornaise que dominent les hauts-lieux du Merlerault et du Pin. Toutes ces influences érigent les Plaines de Falaise, d’Argentan et d’Alençon au-dessus du lot commun. Terres de « petite culture » jadis, elles abritent maintenant quelques grands élevages.

3°) LA VARIÉTÉ DES TYPES D’ÉLEVAGES

  • 46 Atlas de Normandie, carte D 2.

74Pour achever de rendre complexe le milieu agricole des petites plaines de Basse-Normandie, l’hétérogénéité de la répartition des exploitations vient s’ajouter à la multiplicité des influences et au morcellement du milieu physique. L’évolution récente a cependant quelque peu simplifié ce problème. Au xixe siècle, en effet, se juxtaposaient tous les types d’exploitations dans une gamme très ouverte allant des très petites fermes de village jusqu’aux grands domaines aristocratiques comme la Cour d’Aunou ou le Domaine de Lonray. Entre les deux guerres mondiales, un important mouvement de concentration des très petites unités s’est effectué au profit de fermes moyennes ou assez grandes et parallèlement à une tendance à l’accession à la propriété des meilleurs fermiers. Actuellement fermage et faire-valoir direct se partagent par moitié les surfaces exploitées. Les grandes exploitations l’emportent assez nettement autour de Falaise et d’Argentan et les fermes moyennes dans les plaines de Trun, de Sées et d’Alençon46. Fait remarquable, toutes ces régions ont bénéficié récemment du remembrement. Elles opposent ainsi des structures cohérentes et relativement bien groupées aux morcellements du Bocage voisin.

75Certes, les petites exploitations subsistent, nombreuses encore. Mais elles ne couvrent qu’une part très faible de la surface des communes. Les grandes exploitations (généralement entre 50 et 100 ha, quelques-unes de plus de 100 ha) occupent plus de 60 % sur les marges de ces deux régions. Les exploitations moyennes s’étendent sur plus de 40 % des surfaces autour de Sées et d’Alençon. Nulle part, les petites unités, inférieures à 20 ha, ne couvrent plus de 20 % des terroirs. De telles structures autorisent une gamme d’activités et de productions assez différenciées.

a) Les trois produits de base de la combinaison agricole

76Les plaines de Falaise à Alençon, comme le Pays de Caux ou les marges orientales de l’Auge, font partie des régions qui pratiquent un système mixte associant cultures et élevage. Comme dans ces deux ensembles déjà étudiés, trois produits tiennent une place fondamentale dans l’activité et l’économie de toutes les exploitations, petites et grandes, à l’exception de quelques fermes herbagères spécialisées : les céréales, les fourrages, le lait. L’analyse de ces trois productions peut être rapidement menée, car elle n’apporte que peu d’éléments originaux à l’étude des plaines. Il convient cependant de souligner l’importance de cette trilogie commune à la quasi-totalité des exploitations.

  1. Les céréales couvrent 20 à 40 % des terres labourables et la place qu’elles occupent sur la surface agricole utile varie donc approximativement de 20 % (Falaise, Argentan) à 10 % (Alençon). Le blé (50% environ des surfaces céréalières), l’orge (30%) et l’avoine (20%) se partagent cette petite part des finages. L’orge peut être commercialisée. Mais le blé consume, en fait, la seule culture de vente importante, en l’absence de cultures industrielles. Autour d’Alençon, de Sées et de Mortrée, ce produit, le seul qui échappe au domaine de l’élevage, ne représente qu’une faible part des produits agricoles, avec un ordre de grandeur équivalent à celui du Bocage (inférieur à 10 %). Là, les labours, et par conséquent les céréales, se limitent à de petites étendues dispersées de « plaines » au milieu des terres sableuses ou argileuses47. Par contre, les plaines d’Argentan, de Trun et de Falaise ont une production céréalière plus importante que matérialise la présence dans chaque ville d’une grande coopérative de stockage48 : prolongeant directement la plaine de Caen, disposant de plus vastes surfaces de « bonnes terres », les grandes exploitations de ces campagnes ont une orientation céréalière assez marquée (10 à 25 % des produits bruts). Partout, les rendements et les surfaces consacrées au blé tendent à augmenter.
  2. Les fourrages occupent néanmoins la plus grande partie des surfaces, soit sous forme d’herbages permanents, soit par l’intermédiaire des cultures consacrées à l’alimentation du bétail. Celles-ci comprennent les cultures traditionnelles (sainfoin, luzerne, fourrages annuels), déjà étudiées, auxquelles s’ajoutent les betteraves fourragères, quelques essais de maïs-fourrage, et, surtout, les prairies temporaires qui se sont beaucoup étendues depuis 10 ans, aux dépens soit des autres cultures fourragères, soit des herbages permanents. Toutes ces cultures ne mériteraient pas d’être élevées à l’appellation de « produits » si une partie d’entre elles, quantitativement impossible à évaluer, n’étaient commercialisées par les agriculteurs des plaines plutôt que d’être données à leur propre cheptel. En effet, la situation des régions de Falaise, Argentan, Alençon, au milieu de pays d’embouche (Bazoches, Auge, Merlerault) ou de petits élevages aux ressources précaires (Bocage), leur donne un avantage commercial remarquable, surtout après les crises climatiques. Pendant l’hiver, ou après les sècheresses, les éleveurs des régions périphériques manquent de fourrage alors que les agriculteurs des plaines possèdent de bonnes réserves de paille et de foin (provenant des luzernes, sainfoins, prés et prairies temporaires). Ils ne manquent pas d’en profiter. Des échanges réguliers s’établissent ainsi, notamment pendant l’hiver, entre les régions herbagères d’embouche et les plaines. Avec le Bocage, les liaisons sont plus accidentelles.
  3. Le lait occupe maintenant une place importante dans l’économie des exploitations. Il s’agit d’un phénomène assez récent qui s’est imposé à partir de la période d’entre-deux-guerres. La densité des vaches laitières par 100 ha S.A.U. s’élève à 25, chiffre inférieur à ceux du Bocage (39) ou du Pays d’Auge (36), mais assez remarquable cependant compte tenu de l’importance de la production céréalière et des autres élevages49. Les vaches passent l’hiver à l’étable, bien nourries grâce aux réserves de foin, et, pendant le printemps et l’été, elles vont des prairies temporaires (qu’elles pâturent à la clôture électrique) aux herbages permanents et aux regains de prairies artificielles. Le lait occupe, certes, une place relativement moins importante dans l’économie des fermes des plaines que dans celles des régions d’élevage voisines. Il forme néanmoins dans les exploitations des centres de gestion 20 % (grandes exploitations) à 50 % (petites exploitations) des produits bruts. C’est une production techniquement équilibrée, avec des variations saisonnières amorties. Sans qu’aucun chiffre ne soit fourni à ce niveau, il apparaît nettement que les Plaines de Trun et surtout d’Alençon ont une orientation laitière plus marquée que celles d’Argentan et de Falaise.

b) La persistance d’élevages traditionnels

77L’élevage des moutons, l’embouche et l’élevage des chevaux ne concernent qu’un nombre limité d’exploitations, ce qui les différencie nettement de la production laitière. L’évolution économique et technique menace de plus en plus ces activités qui appartiennent aux traditions les plus anciennes des plaines. Avec des fortunes très inégales, elles n’en persistent pas moins dans un nombre restreint d’exploitations qui confèrent aux régions de Falaise à Alençon un cachet original.

  1. Les moutons de parc, comme dans le Pays de Caux ou dans les plaines de l’Eure50, furent les associés traditionnels du vieux système céréalier, les utilisateurs des chaumes et des jachères. Cet élevage survécut à la révolution fourragère et bénéficia d’une meilleure nourriture grâce aux prairies artificielles. Dans les plaines bas-normandes, il tenait encore une place importante dans l’économie des années 1930-40 et chaque commune comptait alors au moins une grande troupe de moutons. Mais cette activité résista mal à la concurrence des bovins, et spécialement à l’accroissement du nombre des vaches laitières qui devinrent les principales utilisatrices des prairies artificielles. Les moutons de parc n’ont cependant pas totalement disparu. La plaine d’Argentan compte encore quatre troupes, dont une de 90 brebis à Goulet51.
  2. L’embouche à l’herbe s’est imposée comme l’activité principale de quelques grandes exploitations, notamment autour des bourgs et le long des principales rivières. De toute part, en effet, de grandes régions d’embouche cernent les petites plaines : le Pays d’Auge et le bocage de Bazoches autour des plaines de Trun, de Falaise et d’Argentan ; le Merlerault et la vallée de la Sarthe en bordure immédiate des plaines de Mortrée, de Sées et d’Alençon. L’Orne, la Dives, la Sarthe et leurs nombreux affluents traversent les plaines et offrent des terroirs d’embouche convenables que peuvent accroître des « herbages secs » conquis sur les pentes où les colluvions retiennent assez bien l’humidité. Toutes les petites villes enfin, auxquelles on doit ajouter Ecouché, constituent depuis longtemps des centres actifs du commerce des bêtes. Déjà, au xixe siècle, les grands propriétaires furent attirés par l’engraissement des animaux à viande et certains se firent les défenseurs de l’introduction des Durham. Leurs techniques combinaient généralement le pâturage des herbages et l’engraissement à l’étable. Toutes ces influences contribuèrent à prolonger dans les plaines les régions d’embouche périphériques. Quelques grandes fermes se spécialisèrent. La plupart des exploitations moyennes se contentent de conserver leurs élèves jusqu’à l’engraissement complet. Une enquête récente révèle que les exploitations des plaines ornaises gardent 81 % de leurs élèves (contre 61,5 % dans le Bocage et 63,2 % dans l’Auge)52. Par la fourniture de fourrages aux régions périphériques et par leur propre production d’animaux à viande, les plaines de Falaise à Alençon font partie intégrante de la grande zone d’embouche de la Normandie centrale.
  3. L’élevage des chevaux augmente encore l’importance des liaisons qui unissent les plaines au Merlerault ou au Pays d’Auge. Les Foires de Guibray et la Chandeleur d’Alençon, Argentan, le Merlerault53 et Le Pin appartiennent à la même tradition qui pendant longtemps donna au cheval la primauté sur tous les élevages. Les qualités naturelles de régions complémentaires, mais aussi la proximité du débouché parisien et la permanence des liaisons commerciales par l’intermédiaire des foires et des marchands expliquent la pérennité de cette tradition.

78A la fin du xixe siècle, après les lois de 1874 sur la remonte militaire, un élevage de masse intéressa tous les agriculteurs des plaines jusqu’à la plaine de Caen comprise : l’élevage de « demi-sangs carrossiers », « poulainnés » dans le Bocage et dressés dans les plaines de 6 mois à 3 ans avant d’être vendus à la remonte militaire. Cet élevage constituait alors un produit fondamental de l’économie des plaines pour toutes les catégories d’exploitations. En 1938, alors que le déclin de cette activité était déjà accentué, une grande ferme de la Plaine d’Argentan pouvait élever une dizaine de chevaux, les utilisant pour le travail, tout en les destinant au commerce. Cette activité a complètement disparu.

  • 54 D’après Agriculture et Elevage dans l’Orne, 170, 1964.
  • 55 Du Hays, 245, 1866.
  • 56 Guénaux, 391, 1902.

79Mais, dans quelques grands établissements, les formes d’élevage noble, pour la course, subsistent. La Plaine d’Alençon abrite 6 haras de pur-sang : Chemoitou, Le But, Lonray, Le Buff, Bois-Roussel, Mieuxcé. Surtout, de Falaise à Alençon, d’assez nombreux petits élevages participent à la production de trotteurs français54. En ce domaine encore, la Plaine d’Alençon conserve une certaine primauté, car elle fait partie, à l’égal du Merlerault, des régions de tradition ancienne. Charles du Hays affirmait en 1866 : « les chevaux d’Alençon, depuis longtemps célèbres luttent d’antiquité avec ceux du Merlerault »55. Et Guénaux, en 1902 : « la Plaine d’Alençon a toujours possédé, ainsi que le Merlerault, de fort belles jumenteries... la commune de Sémallé (peut être considérée)... comme l’un des berceaux du trotteur anglo-normand. Le Haras de La Fontaine qu’y dirige aujourd’hui M. Lallouët, contient une jumenterie absolument remarquable. »56. D’après Guénaux, l’achat par Marchand, éleveur de la plaine d’Alençon, des deux étalons anglais « Parfait » et « Aleyrion », à la fin du xviiie siècle, constitua un événement décisif dans l’histoire de la sélection du demi-sang normand. Car après avoir été offerts par le Comte de Lambesc à Marie-Antoinette, et après un transit chez un marchand parisien au moment de la vente des écuries royales, « Parfait » et « Aleyrion » saillirent, grâce à Marchand, « un grand nombre de belles juments qui constituèrent la souche véritable de tous les chevaux d’élite de la Plaine d’Alençon ».

c) L’apparition de nouvelles formes d’élevage

  • 57 Atlas de Normandie, carte D7.
  • 58 Centre de Gestion, 1962.

80L’embouche, l’élevage laitier, les élevages de chevaux de course (demi-sang et pur-sang) ont fait progresser les surfaces en herbe depuis la fin du xixe siècle jusqu’aux premières années qui suivirent la guerre de 1935-45. Prenant modèle sur les régions voisines, les plaines donnèrent une place accrue aux herbages sans toutefois sacrifier totalement les cultures fourragères, garantie d’un bon équilibre saisonnier dans l’alimentation des animaux. Les résultats auxquels aboutirent les exploitations des plaines furent cependant assez modestes, car pendant toute la première moitié de ce siècle l’opinion prévalut que l’herbage devait constituer la base de l’alimentation des animaux et les cultures fourragères ne représenter qu’un appoint. Aujourd’hui encore, la densité bovine régionale demeure faible57 et de bonnes exploitations comme celles des Centres de Gestion dépassent rarement 1 U.G.B. par ha S.A.U. L’importance des herbages permanents (souvent médiocres) pèse sur la rentabilité d’ensemble des surfaces fourragères. Celles-ci ne nourrissent que 1,2 à 1,4 U.G.B. par ha S.F.P. dans les Plaines de Falaise et d’Argentan, et moins de 1,2 U.G.B. dans la Plaine d’Alençon58. En dépit de possibilités supérieures, les plaines semblent à peine dépasser le niveau d’intensification des régions herbagères.

81Les meilleures exploitations s’efforcent de corriger cette tendance depuis 1950. Les moutons et les chevaux ne retenant l’attention que d’une très petite minorité d’éleveurs, tout l’effort se porte sur les céréales et sur l’élevage bovin. Les surfaces en blé augmentent car leur rentabilité, dans une période de conjoncture favorable, est d’autant mieux assurée que les exploitations peuvent se mécaniser aisément. Elles sont assez vastes et le remembrement les rend cohérentes. Par voie de conséquence, et faute de cultures industrielles, les cultures fourragères progressent aussi, céréales secondaires, prairies temporaires, prairies artificielles... Or, certaines difficultés de main-d’œuvre limitent les possibilités d’extension du cheptel laitier. Ainsi, la valorisation des surfaces fourragères passe-t-elle par la recherche de nouvelles formes d’élevage intensif, toutes consacrées à la production de viande, et beaucoup plus caractéristiques des plaines de grande culture que de régions herbagères : porcheries d’engraissement, production de veaux de boucherie, production accélérée de bœufs de boucherie (de 18 à 30 mois). Si les deux premiers types connaissent un certain développement, le troisième reste encore au stade expérimental.

82Ainsi, au milieu d’influences multiples, les petites plaines bas-normandes semblent-elles hésiter sans cesse entre deux vocations : celle offerte par les vallées humides, favorables à l’herbage permanent qui simplifie le travail mais diminue les rendements, et la vieille tradition culturale des plaines sèches, beaucoup plus intensive, mais qui ne semble jamais avoir trouvé un équilibre aussi harmonieux entre cultures et élevage que celui du Pays de Caux. De la fin du xixe siècle à 1945-50, la conjoncture a favorisé la première tendance. Depuis 15 ans, la seconde progresse.

  • 59 Sur les rapports contemporains des herbages et des labours, Atlas de Normandie, carte D 4.

83Le système agricole de chacune des plaines ne s’est pas stabilisé au même point. Du nord au sud, la tradition culturale se dégrade et la plaine d’Alençon se fond presque au milieu des bocages. A tous les stades de l’analyse, une nuance importante oppose les trois « grandes » plaines du nord, celle de Falaise, de Trun et d’Argentan aux petites unités du sud blotties autour des villes d’Alençon, de Mortrée et de Sées. Dans le premier cas, l’exemple de la Plaine de Caen demeure déterminant dans une structure de grandes exploitations et sur des terroirs où les surfaces sèches l’emportent nettement sur les fonds humides. Là, les labours couvrent toujours plus de 50 % des terres, et, très souvent, plus de 60 %. A côté de l’élevage bovin, les cultures céréalières tiennent une place importante dans l’économie régionale. Au contraire, vers le sud, à partir de Mortrée, le terme de « plaine » ne s’applique plus à des régions, mais à des terroirs isolés, morcelés et dispersés, au milieu des sols argileux et siliceux. L’exemple de la grande culture caennaise ne peut plus équilibrer celui du Merlerault ou la tradition hippique d’Alençon dans une structure hétérogène dominée par les exploitations moyennes, plus que par les grandes. Ici, l’élevage l’emporte, et, couvrant 50 à 70 % des surfaces, les herbages cernent des petites plaines étriquées59.

III. DANS LA PLAINE DE CAEN ET A L’EST DU DEPARTEMENT DE L’EURE, L’ELEVAGE SUBORDONNE A LA GRANDE CULTURE

  • 60 Atlas de Normandie, carte D 7.

84L’élevage, en Normandie, ne domine pas partout l’économie agricole. Dans de vastes régions, il n’occupe qu’un rang secondaire dans les produits bruts et dans les bénéfices ; les densités bovines s’affaissent et deviennent dans chaque commune inférieures à 1 U.G.B. par ha ; très souvent même, elles tombent à moins de 0,5 U.G.B.60. Deux grands ensembles régionaux, de surface très inégale, se distinguent ainsi nettement du reste de la Normandie par la place modeste que tient l’élevage dans l’activité des exploitations : à l’est de la Risle, et le Roumois étant excepté, les plaines du Neubourg, de Saint-André et le Vexin normand couvrent environ les deux tiers du département de l’Eure ; plus à l’ouest, bloquée entre les régions herbagères de l’Auge et du Bocage, allongée du nord au sud depuis la mer jusqu’aux Monts d’Eraines, la Plaine de Caen ne comprend que 7 à 8 cantons. Le premier ensemble prolonge les grandes plaines du Centre du Bassin parisien avec lesquelles il se trouve en continuité directe (Vexin français, Pays de Dreux, Beauce) ; le second est totalement isolé au milieu des régions herbagères et du Bocage.

85La faiblesse de l’élevage dans les plaines de Caen et de l’Eure autorise une description plus rapide de ces régions. Cependant, leur étude ne saurait être totalement négligée, car elle doit compléter l’analyse d’un système que seuls, le cas du Pays de Caux littoral entre Fécamp et Dieppe, et, accessoirement celui des plaines d’Argentan et de Falaise, ont permis d’aborder : l’élevage subordonné à une économie de grande culture.

1°) LES STRUCTURES FONDAMENTALES

86La présence de grandes exploitations supérieures à 50 ha, la primauté des cultures de vente dans l’économie agricole l’existence de bons sols limoneux sous un climat relativement sec se retrouvent dans d’autres régions de la Normandie que la Plaine de Caen ou les Campagnes de l’Eure. Nulle part ailleurs, cependant, ces trois éléments ne forment une combinaison aussi dominante que dans ces deux régions. Ils constituent les assises fondamentales du système que les paysans normands appellent « la grande culture ».

a) De grandes exploitations mécanisées et bien remembrées

  • 61 Atlas de Normandie, cartes D 2 et D 7.

87La taille des exploitations agricoles joue un rôle fondamental dans la détermination des pays de grande culture. De façon remarquable, en effet, l’aire des grandes exploitations dominantes se superpose presque, en Normandie, avec celle des faibles densités bovines61. Les fermes de plus de 50 ha couvrent plus de 60 % des terres de la très grande majorité des communes de la Plaine de Caen et des Campagnes de l’Eure.

  • 62 8 exploitations de 300 à 400 ha occupent le sommet de la hiérarchie des fermes du Vexin.
  • 63 Sion (J.), 1909.
  • 64 Brunet (P.), 1960.

88D’importantes nuances séparent cependant en ce domaine le Vexin des autres grandes plaines. Dans le Vexin, en effet, il faudrait créer une catégorie supplémentaire, celle des « très grandes exploitations » pour bien saisir la structure des entreprises. Dans ce pays, les exploitations de moins de 50 ha sont considérées comme « petites », et celles comprises entre 50 et 100 ha tout juste « moyennes ». Un petit nombre d’exploitations supérieures à 100 ha (2 à 6 ou 7 par commune) couvrent la plus grande partie des finages. Parmi celles-ci, quelques-unes dépassent 300 ha sans jamais excéder 400 ha62. Il semble bien que cette remarquable concentration ait des raisons fort anciennes. J. Sion observe, en effet, d’après un sondage, que dès le xviiie siècle, 68 % des terres du Vexin étaient exploitées dans de grandes unités, supérieures à 40 ha, ce qui constituait déjà la plus forte concentration de la Normandie orientale63. L’évolution agraire du Vexin se rattache beaucoup plus à celle des régions de très grande culture du centre du Bassin de Paris, dont P. Brunet a reconstitué l’évolution, qu’à celles des plaines normandes moyennes64.

Fig. 69. — L’évolution de la population d’un groupe de communes de la Plaine de Caen (Billy Conteville, Chichebouville, Poussy)

  • 65 Plaisse (A.), 1964.
  • 66 L’émigration, mais aussi une forte dénatalité dans la société des petits propriétaires de la Plain (...)

89Très forte encore pour la Normandie, la concentration des exploitations de la Plaine de Caen, des Plaines du Neubourg et de St-André est cependant moins marquée que celle du Vexin. A. Plaisse a bien montré65 l’évolution de la Campagne du Neubourg où les exploitations demeurèrent réparties en petites fermes et leurs tenues dispersées en fines parcelles allongées, jusqu’à une époque toute récente. Du xiie au xixe siècle, selon lui, les finages restèrent figés dans des structures morcelées où quelques grands domaines, le plus souvent affermés, se juxtaposaient à une foule de petites propriétés villageoises. La même opposition, avec des styles d’habitat un peu différents, se retrouve dans la campagne de St-André et dans la Plaine de Caen : vieux villages aux modestes maisons de pierre tassées autour des clochers dans la Plaine de Caen, masures entourées de murs de bauge ou de haies vives dans la Plaine de Neubourg ou de St-André, demeures de petits exploitants ou d’artisans ruraux ; et à l’écart, tranchant nettement par l’importance des bâtiments, les cours fermées, les vastes parcelles de terres, quelques grandes fermes à proximité d’un château ou au centre de leurs plaines, isolées. Il fallut attendre la fin du xixe siècle, et plus nettement encore, la période de l’entre-deux-guerres (1920-1940) pour que s’affirme une concentration rendue aisée par la débâcle démographique66. Les exploitations contemporaines n’ont donc pas atteint la massivité de celles du Vexin, l’évolution étant plus récente : les fermes de moins de 50 ha conservent quelque importance ; les exploitations les plus caractéristiques oscillent entre 50 et 120 ha ; les unités supérieures à 300 ha demeurent tout à fait exceptionnelles. Par ordre de concentration décroissante, une certaine hiérarchie permet de classer ainsi les trois plaines : Plaine de Caen, Plaine de St-André, Neubourg.

  • 67 Atlas de Normandie, carte D 3.
  • 68 Que l’on retrouve dans l’étude de P. Brunet, 1960.

90Quelles que soient ces nuances régionales, l’importance des grandes exploitations confère aux campagnes de l’Eure et à la Plaine de Caen un style d’activité bien différent de celui des autres régions de Normandie. Car dans toutes les communes, les unités de production supérieures à 50 ha couvrent au moins 60 % des terres et parfois nettement plus. A ce facteur s’ajoute une mentalité d’entreprise qui s’oppose à la conception traditionnelle des fermes familiales. Le fermage l’emporte presque partout67, mais, propriétaire ou fermier, l’exploitant est avant tout un entrepreneur dont les attaches avec le fonds de la tradition régionale comptent beaucoup moins que des relations de familles souvent lointaines et une formation technique d’un niveau secondaire, voire supérieur. Ainsi, les grands exploitants du Vexin, souvent ingénieurs agricoles ou agronomes, plus intéressés par la proximité de Paris pour les affaires et les loisirs que par celle de Rouen, représentants en Normandie des grandes familles fermières du centre du Bassin Parisien, les Proffit, les Hamot...68. A un niveau plus modeste, intercalés au milieu de paysans de souche normande dans les Plaines de Caen, du Neubourg et de St-André, des immigrés récents venus chercher des terres en location ou en propriété dans des régions de démographie moins pléthorique que celle de leur pays d’origine : agriculteurs belges ou du nord de la France, bretons, beaucerons, cauchois...

  • 69 A titre d’exemple, matériel d’une très grande exploitation du Vexin. (Ferme de l’Eglise à Boisemon (...)

91De telles conditions rendent possibles le dynamisme des systèmes de production et la recherche du progrès. Le remembrement s’est imposé aisément partout, substituant un réseau cohérent de grandes parcelles blocs aux « delles » de la Plaine de Caen et aux « réages » du Neubourg et de St-André. La mécanisation et la motorisation ne se limitent pas aux tracteurs, elles englobent l’outillage le plus spécialisé pour les façons culturales et les récoltes des grands produits (blé, betteraves, pommes de terre, lin), et, de plus en plus souvent des cellules de stockage climatisées (blé, lait, pommes de terre)69. Grâce à des structures assez concentrées, les agriculteurs des grandes plaines peuvent disposer de moyens de production perfectionnés. Capables de s’adapter aisément aux derniers progrès de la technique agricole, ils constituent, dans ce domaine comme en d’autres, une exception en Normandie.

TABLEAU 24. Les exploitations agricoles des Essarts (Plaine de St-André) 1964

TABLEAU 24. Les exploitations agricoles des Essarts (Plaine de St-André) 1964

b) Un climat de nuance sèche, de bons sols limoneux.

92Si on tient l’humidité, sous toutes ses formes, pour le caractère le plus marquant du climat normand, la plaine de Caen et les campagnes de l’Eure doivent être considérées comme les moins « normandes » de toutes les régions de la province.

  • 70 Sanson, 57, 1954. Seul Bernay compte un nombre de jours de pluie un peu plus faible (151).
  • 71 Pédelaborde, 54, 1957.

93La nuance sèche du climat des plaines s’exprime tout d’abord par une faible pluviosité qui, annuellement, ne dépasse 700 mm ni dans la campagne de Caen ni dans les plaines de l’Eure. Gisors (Vexin) et Caen ne comptent que 155 jours de pluies par an, chiffre le plus faible de toute la Normandie d’après les séries de Sanson70. Ces précipitations se répartissent de façon assez égale entre les différents mois de l’année. Les plaines de l’Eure comme celle de Caen se trouvent en position d’abri par rapport à la trajectoire la plus fréquente des dépressions d’ouest. Les grands abats d’hiver, très lourds sur le Cotentin, le Bocage et le Pays d’Auge, s’atténuent sur ces régions plus basses et parfaitement planes. De plus, l’éloignement relatif de la mer vient s’ajouter au facteur précédent, dans le Vexin et dans la plaine de St-André qui se rattachent à la province « centrale » du climat du Bassin de Paris71. Par contre, la pluviosité faiblit à peine en été, notamment à cause des orages, assez fréquents.

94Toutes les plaines de grande culture ne reçoivent pas cependant des précipitations égales. Une hiérarchie assez nette permet de détacher la plaine de Caen, encore assez bien arrosée (Caen, 681 mm, Bretteville-l’Orgueilleuse, 785 mm) et de classer dans une situation moyenne le Vexin (Gisors, 679 mm) et le Neubourg (664 mm) ; la plaine de St-André, par contre, se singularise par une sècheresse accentuée (Damville, 578 mm ; St-André, 572 mm) qu’explique aisément sa position.

95L’étude du rapport mensuel précipitations/évapotranspiration, sur une période de 5 ou 10 ans, montre qu’en dépit de quelques pluies orageuses, les grandes plaines évitent très mal les sècheresses de l’été et qu’elles peuvent même souffrir du manque d’humidité au printemps. De 1954 à 1963, Caen compte 18 mois secs, et 17 très secs, les Andelys 15 et 15, soit plus que les stations du Bocage, du Cotentin, du Pays d’Auge et du Caux central. Sur 35 mois secs à Caen, 18 se placent au printemps (les Andelys 15 sur 30), contre 14/29 à Lisieux, 15/33 à Domfront, 9/22 à Vire... La sècheresse peut donc se manifester dès avril ou mai, mais les longues périodes de déficit se placent surtout en été avec une fréquence plus élevée que dans les autres régions : deux grandes sécheresses de 4 mois en 10 ans à Caen comme aux Andelys, en 1959 (ce qui est commun à toute la Normandie), mais aussi en 1961 (ce qui singularise ces stations).

  • 72 En janvier et en février (– 0,1°), Evreux est la plus froide des stations normandes et la plus cha (...)
  • 73 En 5 ans (1954-58), Guichainville compte 20 mois secs sur 30 d’avril à septembre (Yvetot, 12 ; Cae (...)

96A tous ces traits s’ajoutent une certaine rigueur de l’hiver, sauf dans la plaine de Caen mais aussi, un réchauffement plus vif de l’été72. Une nuance continentale caractérise le climat des plaines de grande culture, qui, dans une position d’abri, diffère sensiblement de celui du Caux. Cette tendance favorise très nettement les cultures en général, et les céréales en particulier, aux dépens de l’élevage et de la production fourragère. Les herbages « naturels » viennent mal, souffrent souvent de la s7cheresse dès le printemps, et, presque tous les étés, se transforment en « paillassons » imporductifs. La plaine de St-André constitue un cas extrême, unique en Normandie : ses conditions climatiques (auxquelles s’ajoutent des handicaps pédologiques) sont franchement défavorables à la production herbagère73.

97Deux traits morphologiques permettent de compléter la description des conditions naturelles des plaines de grande culture : l’horizontalité quasi absolue de la surface topographique, l’existence d’une couverture limoneuse d’épaisseur discontinue.

  • 74 Notamment, Elhaï, 46, 1963 ; Journaux, 42, 1956.

98Nulle part, les plaines et plateaux de la Normandie sédimentaire ne présentent une surface aussi parfaitement plane sur une aussi vaste étendue que dans les plaines du Neubourg et de St-André, comprises entre la Risle et l’Eure et séparées par l’Iton. Autour de 150 m d’altitude, une horizontalité presque parfaite, interrompue seulement, en bordure des trois rivières par les courtes morsures de vallons affluents, aucune vallée sèche (à l’exception du « sec Iton », ou pertes de l’Iton), aucune ondulation sensible. Les morphologues donnent de cette vaste surface (d’érosion ou d’accumulation ?) des interprétations assez différentes selon l’origine qu’ils attribuent à l’argile à silex, partout présente au-dessus du substrat crayeux74. Quelles que soient ces divergences, la morphologie compose ici un cadre de « plaines » parfaites, beaucoup plus continues que les surfaces du Caux par exemple, un domaine idéal pour le déploiement d’une agriculture très mécanisée.

99Entre l’Eure et la Seine, sur les plateaux compris entre Louviers et Vernon, et au nord de la Seine, dans le Vexin Normand, les nombreux vallons affluents de l’Eure, de la Seine, de l’Andelle et de l’Epte contribuent à fragmenter avec beaucoup plus de variété la surface topographique. Un cadre assez épais et continu de forêts entoure des « plaines » (en fait, des plateaux) beaucoup plus vallonnés que ceux du Neubourg et de St-André, surtout à l’est, dans le Vexin Bossu où quelques buttes tertiaires, avec de maigres sols sableux, apportent un élément supplémentaire de variété.

100Dans la plaine de Caen, quelques vallées, la Mue au nord-ouest, l’Orne au centre, la Muance et le Laison au sud-est, interrompent la continuité de la plaine. Celle-ci ne se développe sur une certaine étendue que dans deux triangles de part et d’autre de Caen : au nord, la plaine de Douvres-Caen (entre la Mue, l’Orne et la mer) ; au sud-est la plaine de Cagny-Bourgebus (entre l’Orne et les buttes qui précèdent les marais de la Dives).

101Trois séries de formations superficielles, d’importance et de valeur très inégale, tapissent toutes ces régions : l’argile à silex qui affleure sur les bordures vallonnées (sauf dans la plaine de Caen) et qui donne des terres « mouillantes » et pierreuses ; les sables tertiaires, assez fréquents dans la plaine de St-André où ils déterminent souvent la localisation de petits boisements ; le limon des plateaux enfin.

  • 75 Etude réalisée dans la Plaine de Caen, sous la direction de A. Journaux, au laboratoire de morphol (...)
  • 76 Journaux et divers, 359, 1966. Une carte des formations superficielles de la Plaine de Caen a été (...)

102Les études entreprises sous la direction de A. Journaux permettent de préciser l’origine, la répartition géographique et les qualités des formations limoneuses75. Dans la Plaine de Caen, A. Journaux et ses élèves distinguent un limon calcaire et un limon non calcaire. Le limon calcaire fait la richesse de la partie septentrionale de la Plaine de Caen où il peut atteindre plusieurs mètres d’épaisseur. D’une granulométrie typiquement éolienne (médiane de 30 microns), de couleur jaunâtre, il contient 14 à 20 % de carbonate de chaux. « Ce limon calcaire est présent presque partout, surtout au nord et au nord-est de la Plaine de Caen. Il est par contre absent sur les hauteurs dépassant 70 m d’altitude au sud-ouest. Son épaisseur est variable, de 1,5 à 7 m, diminuant vers le sud (où il ne dépasse jamais 1,5 m). On note qu’il surmonte toujours les interfluves, plus épais sur les versants exposés au nord-est et à l’est, avec un maximum au bas des versants, et un minimum ou une absence complète au milieu de ce même versant ou aux ruptures de pentes. Il ne se rencontre jamais sur les versants exposés au sud-ouest et à l’ouest, ni en place dans les vallons ». Les limons calcaires portent naturellement des sols remarquables, très favorables aux cultures, mais trop filtrants (surtout lorsqu’ils sont très épais) pour accueillir des prairies permanentes. « Le limon non calcaire se distingue du précédent par sa couleur brun jaune, par l’absence de calcaire actif, et sa composition légèrement argileuse. Il est présent au sud-ouest de notre domaine et s’étend sur les limons calcaires à l’ouest de l’Orne... Son épaisseur diminue vers le nord-est76 ». Elle ne dépasse pas 0,80 m lorsqu’il surmonte le limon calcaire. Le limon non calcaire porte les sols reconnus plus ingrats de la partie sud de la Plaine de Caen.

  • 77 Van Der Meersch et Gay, 342, 1963.

103Dans la Plaine du Neubourg, Van Der Meersch note : « Le limon recouvre presque partout l’argile à silex plus ou moins caillouteuse ou sableuse... Ce limon, grâce à son épaisseur assez forte (souvent plus de 2 m) permet à l’agriculteur de bénéficier de sols riches, profonds, constituant une bonne réserve d’eau au cours des étés secs... Dans l’ensemble l’épaisseur de ces limons est de moins en moins forte du nord au sud où ils ne forment plus qu’une couverture peu épaisse et assez discontinue sur les argiles. Dans le détail, le limon recouvre tout le plateau, sauf les versants raides... Lorsque le limon est absent, les sols sont en général sablo-argileux, plus ou moins caillouteux et légèrement lessivés lorsque la pente est faible... »77. Vers le sud, dans la Plaine de St-André, le limon disparaît presque totalement. Dominent alors des sol peu profonds dérivés de l’argile à silex ou du calcaire des substrats.

104En combinant ce dernier facteur de diversité avec les variations climatiques, on peut classer les terroirs des plaines de grande culture en trois catégories principales :

  1. Les meilleures plaines, celles qui disposent de la gamme d’aptitudes la plus large, bénéficient d’un climat assez humide et de vastes étendues dominantes de sols limoneux, épais de plus de 2 m, et parfois assez peu décalcifiés. Les deux triangles du nord de la plaine de Caen (Douvres-Caen, Cagny-Bourguébus), la plus grande partie de la région du Neubourg et le centre du Vexin Normand (Ecouis, Etrepagny, Gamaches, Tourny) appartiennent à cette catégorie privilégiée.
  2. Les bordures des régions précédentes bénéficient des mêmes conditions climatiques, mais les pentes se multiplient et la craie, le sable ou l’argile à silex concurrencent le limon. Les cultures industrielles deviennent plus difficiles, les rendements en blé moins élevés à la périphérie de la campagne du Neubourg, tout autour du Vexin et notamment dans le Vexin Bossu (à l’est) et le pays de Lyons (au nord), ainsi qu’au sud de la plaine de Caen (en transition avec la plaine de Falaise et avec le Cinglais).
  3. La plaine de St-André se singularise par la sécheresse de son climat, mais aussi par la faible épaisseur de ses limons (souvent moins de 1 m) qui laissent fréquemment affleurer l’argile à silex et le sable. C’est, très nettement, la plus ingrate de toutes les grandes plaines.

c) Une économie dominée par les cultures de vente

105Les cultures de vente dominent l’économie des plaines de Caen, du Neubourg, de St-André et du Vexin Normand. Elles forment généralement plus de 60 % (et parfois plus des deux tiers) des produits bruts et réservent, dans la conjoncture contemporaine, les meilleurs bénéfices. Trois produits viennent nettement en tête de la combinaison agricole, le blé, la betterave sucrière et le lin, mais les rapports varient selon les régions et d’autres spéculations peuvent leur être adjointes. Ces variations achèvent de différencier les plaines entre elles et le tableau régional qui va en être donné permet de comprendre l’armature culturale à laquelle l’élevage se trouve associé. Les études des Centres de Gestion qui ont de nombreux adhérents dans toutes ces régions, fournissent des renseignements précis.

Figure 70. – Structure du produit brut dans les exploitations adhérentes des Centres de Gestion (Plaines Normandes)

1061 – La plaine de Caen bénéficie de bonnes conditions naturelles sur la plus grande partie de son étendue, de structures d’exploitations bien concentrées et l’économie contemporaine prolonge ici, une longue tradition de travail agricole intensif. Dès la première moitié du xixe siècle, comme dans le Pays de Caux, la révolution agricole y était généralisée et les jachères supprimées. Dans les plaines de grande culture, la plaine de Caen se caractérise actuellement par la polyvalence de ses productions où la betterave sucrière, le lin et la pomme de terre tiennent une place comparable, voire supérieure, aux céréales. Par cette ouverture de la gamme des activités, la plaine de Caen s’apparente au Caux, mais elle s’en différencie par le rôle modeste accordé à l’élevage.

107La physionomie moyenne des exploitations du Centre de Gestion (exercice 1960-61) donne une idée précise d’une orientation culturale qui se partage entre les céréales et les cultures industrielles.

Cinquante exploitations environ se répartissant en :
« Exploitations labours » : exploitations de la plaine proprement dites, surtout orientées vers les labours ;
« Exploitations mixtes » : situées surtout en bordure de la plaine de Caen.

1082 – Le Vexin et le Neubourg ont une orientation céréalière plus marquée sans toutefois négliger totalement les cultures industrielles. Ces deux régions disposent de bonnes conditions pédologiques, mais leurs structures d’exploitations diffèrent assez sensiblement, tant par l’ancienneté que par le degré de concentration. Néanmoins la très grande culture mécanisée du Vexin et l’agriculture des exploitations moyennes ou grandes du Neubourg aboutissent à des gammes de productions assez comparables. Les céréales l’emportent nettement sur les cultures de lin, de betteraves sucrières ou sur les autres spéculations culturales (récemment, la cuitare des petits pois dans le Vexin). C’est aussi dans ces deux plaines que l’élevage occupe la place la plus importante.

1093 – La plaine de St-André dispose de potentialités naturelles beaucoup plus limitées que les autres campagnes. La sécheresse du climat, la médiocrité des sols font de cette région, dans une structure dominée par les grandes exploitations mais qui n’exclut pas totalement les moyennes et les petites, une zone nettement spécialisée dans la production céréalière. Les céréales commercialisées forment près des deux tiers des produits bruts et la part des cultures industrielles est inférieure à celle de l’élevage.

110En ne retenant que les grandes exploitations (qui couvrent plus de 60 % des surfaces), et en simplifiant les chiffres des produits bruts, on aboutit à un tableau général qui distingue nettement l’orientation particulière de chaque grande plaine : la plaine de Caen poylvalente, le Neubourg et le Vexin surtout céréaliers, la plaine de St-André nettement céréalière. Selon les cas, les produits de l’élevage forment 25 à 35 % des produits bruts.

2°) L’ASSOCIATION DE L’ÉLEVAGE ET DE LA GRANDE CULTURE

111Les plaines de Caen, du Neubourg, de St-André et le Vexin Normand, où les cultures de vente dominent l’économie agricole, constituent le seul ensemble régional, à l’intérieur de la Normandie, qui ne laisse à l’élevage qu’une place secondaire dans la répartition des surfaces comme dans les budgets d’exploitation. Cependant, dans aucune de ces régions l’élevage ne s’efface totalement. Il apporte à l’économie des grandes fermes un important complément financier qui varie du quart au tiers des produits bruts. Surtout, il joue un rôle souvent indispensable dans le système agricole en fournissant à l’association des cultures et de l’élevage plus que de simples recettes : jadis, l’apport de la traction animale ; maintenant la valorisation des sous-produits et des surfaces fourragères qui ne peuvent être éliminées des assolements ; de plus, et en permanence, des fumures. Depuis quelques décades, les principes de l’association ont beaucoup changé, les systèmes contemporains juxtaposent les types les plus modernes de combinaison et les plus archaïques.

a) La traction animale : les chevaux

  • 78 Morière, 349, 1867.

112Jusqu’à l’apparition du tracteur, l’animal de trait était l’auxiliaire indispensable de tous les exploitants agricoles à l’exception des manouvriers. En ce domaine, les grandes fermes et même les exploitations moyennes des plaines de grande culture avaient de gros besoins pour tous les labours, semis, façons culturales et récoltes exigés par le blé, le colza, le lin, la betterave sucrière... Au milieu du xixe siècle, une ferme moyenne du Neubourg ou de la Campagne de Caen disposait d’un attelage de 4 à 5 chevaux ; une très grande ferme comme celle de Guitry dans le Vexin Normand comptait dans son écurie quelque 36 chevaux (pour 385 ha de terres)...78. Dans ces conditions, une partie importante des récoltes devait être consacrée à l’alimentation des chevaux : la totalité de la sole d’avoine et une proportion variable des prairies artificielles.

  • 79 Troisième partie, chap. I, II/3°.

113Cet élevage donnait lieu à un important commerce. En effet, faire naître et élever un poulain représente une opération assez délicate, plus ou moins incompatible avec le travail continu du cheptel sur la même exploitation. Entre les régions et entre les exploitations s’établissait une certaine spécialisation qui réservait les plus jeunes chevaux aux terres les plus légères, aux fermes les plus petites, et les animaux les plus robustes aux attelages les plus lourds. Le système a déjà été rapidement analysé dans le cadre du Pays de Caux79. Les pays naisseurs des plaines normandes étaient le Boulonnais, la Bretagne et surtout le Perche.

  • 80 Notamment les plaines de Falaise à Alençon et l’Avranchin.
  • 81 Guénaux, 391, 1902.
  • 82 A.N., 1855.

114A la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, les agriculteurs de la Plaine de Caen, comme ceux de bien d’autres régions de Normandie déja citées80, pratiquèrent cet élevage sous une forme plus intensive encore que celle exigée par leurs besoins de traction en utilisant pour les travaux des champs... des demi-sang trotteurs finalement destinés aux remontes de cavalerie. Guénaux a donné une description très précise de cette activité alors qu’elle était à son apogée. Achetés à 7-8 mois dans la Manche, les poulains restaient jusqu’à l’âge de 3 ans, 3 ans et demi, sur les exploitations de la Plaine où ils participaient à une ou deux campagnes de culture tout en recevant dans l’intervalle une alimentation riche et originale : avoine en automne et en hiver, et, d’avril en septembre, trèfle incarnat et sainfoin pâturés au piquet selon une technique tout à fait analogue à celle utilisée pour les vaches dans le Caux81. Classés en deux catégories, d’après leurs qualités, les chevaux à 3 ans ou à 3 ans et demi, étaient vendus comme étalons aux Haras régionaux ou comme hongres à la remonte militaire. D’après Guénaux, les neuf dixièmes des agriculteurs se livraient alors à cette activité qui les passionnait et qui se plaçait aux tout premiers rangs de leurs bénéfices. « Le cheval est l’objet d’un véritable culte dans la plaine de Caen. A ses besoins tout est plié, de lui tout dépend : cultures, habitudes, richesse, renommée ; par lui et pour lui, tout vit et s’agite. Il est intimement lié à la vie du pays, et les coutumes de celui-ci sont si bien en conformité avec les exigences de l’élevage, que l’on saurait difficilement les concevoir l’un sans l’autre »82.

115Maintenant, l’élevage du cheval a pratiquement disparu des grandes plaines, plaine de Caen comprise. Pour cette dernière, le remplacement de la cavalerie militaire par les engins blindés et motorisés a tari le débouché le plus important. Partout, la motorisation des exploitations, très avancée dans le Vexin entre 1920 et 1939, effective dans l’ensemble des plaines à partir de 1955-1960, a entraîné la disparition du cheptel de trait. Seuls demeurent quelques vieux « chevaux de cour », bons domestiques fidèles que les maîtres répugnent à congédier, et, se détachant parfois sur la plaine comme les apparitions d’un autre âge, les derniers attelages de petites exploitations. L’orge peut donc se substituer peu à peu à l’avoine et les bovins disposer de la totalité des surfaces fourragères.

b) L’utilisation des surfaces fourragères : moutons de parc et vaches laitières

116Techniquement, même lorsque la conjoncture rend tentante l’élimination complète de l’élevage, l’agriculteur de plaine ne peut pas supprimer totalement les surfaces fourragères de son exploitation. Sur les marges du domaine, certains herbages, le plus souvent de médiocre valeur, ne peuvent pas être réservés à un autre usage : prés des fonds de vallée de la campagne de Caen, herbages des vallons du Vexin ou des « terres mouillantes » du Neubourg, pacages de pentes ou des sols sableux de St-André. Enfin, les jachères jadis, les légumineuses maintenant, occupent une place quasi obligatoire dans l’assolement en rechargeant le sol en matière azotée après le passage de cultures épuisantes comme le blé, le lin, la betterave sucrière. Pour utiliser ces surfaces qui varient selon les exploitations et selon les époques, deux solutions classiques : le mouton de parc, la vache laitière.

  • 83 A.N., 1855.

1171 — Le mouton de parc, utilisateur traditionnel des jachères et des chaumes, groupé en troupes de plusieurs centaines de têtes, fut, jusqu’au dix-neuvième siècle, le grand élevage des Plaines normandes. Mais partout, en un siècle cet élevage s’est effondré, alors qu’il occupait jadis une place fondamentale dans le système agricole, donnant, grâce à sa viande et à sa laine, d’intéressantes recettes. Les enquêtes du milieu du xixe siècle signalent déja sa disparition de la Plaine de Caen où « la nouvelle culture » (le remplacement des jachères par des prairies artificielles) entraîne la promotion des bovins aux dépens des ovins83. Dans le Pays de Caux, dans les Plaines d’Argentan et de Caen ne subsistent plus maintenant que quelques troupes reliques... Dans les Plaines de l’Eure, par contre, cet élevage conserve une certaine importance. Toujours, il y tint une place éminente, qu’attestent de vieilles coutumes, telles que l’offrande de l’agneau pascal dans les églises du Neubourg. C’est là, dans les plaines du Neubourg et de Saint-André, qu’il conserve encore le plus de vitalité.

118La troupe de Maurice Hocher, aux Essarts, dans la Plaine de Saint-André, fournit un bon exemple des techniques traditionnelles adaptées aux conditions modernes de l’exploitation. Le cadre : une belle ferme-cour isolée dans la plaine au milieu de ses 90 ha de cultures (blé, avoine-orge, prairies artificielles). L’éleveur : un homme du pays, ouvert au progrés, mais encore respectueux de la tradition ; pour désigner les trois soles de la rotation triennale, il emploie les vieux termes de « blé », « printemps » (avoine) et « guérets » (praires artificielles remplaçant la jachère). Il possède une des trois troupes de moutons de la commune, soit 200 brebis et leur suite, de race Ile-de-France, race dominante de la région. Du 1er novembre au 15 mai, la troupe rentre à la bergerie où la luzerne, la paille, l’avoine et quelques betteraves assurent son alimentation. A partir de mai, les moutons « sortent en plaine » sous la garde d’un berger. Aidé par des « chiens de bord », celui-ci conduit librement sa troupe sur les minettes, vesces, sainfoins et luzernes des « guérets », à moins qu’il ne les parque dans des enclos mobiles sur les mêmes terrains. Du 15 août au début de novembre, les moutons glanent derrière les récoltes de blé et d’avoine. La viande constitue le principal produit de cet élevage, sous trois formes principales : « l’agneau blanc » ou « agneau de Pâques », engraissé en 100 jours sous le pis de la brebis avec des compléments de grains et de tourteaux, donne la viande la plus tendre, les gigots les plus fins ; « l’agneau gris », vendu à 6 mois, rentre à la bergerie après le glanage, et est engraissé pendant un mois pour être vendu à Noël ; les vieilles brebis sont éliminées progressivement. Maurice Hocher vend ses produits à un marchand qui les commercialise à Paris et à Rouen.

  • 84 Plaisse (A.), 348, 1964.

119Dans la Campagne du Neubourg, A. Plaisse signale une autre forme d’exploitation : les éleveurs ne possèdent pas de terres et ils louent aux exploitants « sédentaires » les parcours dont ils ont besoin84.

120Mais, quelle que soit sa structure, la régression de cet élevage s’affirme toujours, en dépit de la force de la tradition et du prestige des « riches fermes à moutons ». Aux Essarts, trois troupes ont été dispersées en 10 ans. Pour expliquer ce déclin, les éleveurs et les techniciens invoquent trois causes principales : l’utilisation des désherbants, les difficultés de main-d’œuvre et la faible rentabilité.

121L’utilisation des désherbants et des techniques modernes de déchaumage prive l’élevage du mouton de son infrastructure fourragère. Des impératifs de productivité dans le domaine des cultures tendent à éliminer un vieil élevage.

122La mort du vieux berger entraîne souvent la vente de la troupe qu’il conduisait. En dépit d’une bonne revalorisation financière de la profession, celle-ci ne se renouvelle pas et le recrutement se tarit complètement dans des régions où l’attrait de l’agglomération parisienne et des entreprises industrielles décentralisées s’exerce au maximum. A l’âge des transistors, produits à Evreux ou à Dreux, personne ne veut plus errer et rêver sur les guérets et sur les chaumes.

  • 85 Centre de Gestion de l’Eure, 340, 1956.

123De plus, la rentabilité de l’élevage du mouton demeure aléatoire. Le Centre de Gestion de l’Eure en a bien étudié l’économie. Pour valoriser les surfaces fourragères, le mouton présente de nombreux avantages : apport de fumure directement sur les cultures ; chargement par ha de surface fourragère plus élevé que les bovins ; rendement brut par unité de gros bétail supérieur à celui des bovins. Mais deux conditions sont nécessaires à la rentabilité de l’affaire : une bonne fécondité de la troupe, une base économique d’au moins 250 brebis qui seule peut amortir le travail du berger85. De telles exigences réservent aux très grandes exploitations cet élevage traditionnel. La plupart préfèrent d’autres activités.

  • 86 Le tière était surtout pratiqué dans la Plaine de Caen.

1242 - La vache laitière n’a pas cessé de progresser aux dépens du mouton, depuis le milieu du xixe siècle jusqu’à la période contemporaine. Les deux types d’élevage sont concurrents car ils utilisent les mêmes surfaces : l’érable exclut la troupe et réciproquement. Les techniques traditionnelles de l’élevage laitier dans les plaines de grande culture n’appellent pas de commentaires particuliers, car elles ne font que combiner des usages déjà décrits ailleurs : longues stabulations d’hiver et affourragement grâce aux réserves de foin et aux collets de betteraves, pâturage au tière et maintenant à la clôture électrique des prairies artificielles, pâturage libre des herbages permanents86. A la différence du système cauchois, la luzerne l’emporte sur le trèfle dans les plaines de l’Eure, et le sainfoin dans la plaine de Caen. Les herbages permanents avaient beaucoup augmenté au cours de la première moitié du xixe siècle jusqu’à occuper 10 % de la S.A.U. dans la plaine de St-André, 20 à 30 % dans le Vexin, le Neubourg et la campagne de Caen. L’évolution récente a cependant enrayé et même inversé cette tendance.

Figure 71. – L’utilisation du sol dans quelques grandes exploitations-types des Plaines Normandes

125La progression de l’élevage bovin dans les plaines de l’Eure et, accessoirement, dans la plaine de Caen, s’explique par le développement des bassins laitiers qui se sont constitués autour des grands centres de consommation de Paris et de Caen. Autour de Caen, le phénomène se limite à l’activité de deux laiteries qui travaillent aux confins du Bessin et de la Plaine. Il revêt naturellement une toute autre ampleur autour de Paris. La Plaine de St-André, et accessoirement celle du Neubourg, mais surtout le Vexin Normand font partie intégrante de la ceinture laitière que la société Genvrain a tissée autour de la capitale pour alimenter celle-ci en lait pasteurisé et en produits frais. Un centre de ramassage Nestlé à Conches et la coopérative de Verneuil complètent le réseau de collecte. L’importance du débouché justifie l’existence de densités bovines qui varient de 0,3 à 0,7 U.G.B.B. par ha et qui dépassent même ce chiffre dans les petites exploitations, notamment autour du Neubourg.

126Mais l’élevage des vaches laitières reste-t-il rentable alors qu’il impose de lourdes charges de main-d’œuvre ? Certains exploitants se le demandent et les études des Centres de Gestion n’invitent guère à l’optimisme. Dans toutes les plaines de grande culture, et surtout parmi les grandes exploitations, après les chevaux et les moutons, de nombreuses vacheries disparaissent. L’élevage des vaches laitières subsiste sous trois formes principales : l’étable de 10 à 15 vaches des petites exploitations conduite selon les méthodes traditionnelles par le ménage exploitant lui-même (cas fréquent dans les petites exploitations du Neubourg) ; l’érable moyenne d’une trentaine de vaches exploitée par un ménage vacher dans les grandes fermes ; enfin les grandes stabulations libres de 40 vaches et plus, rationnellement installées, et qui se rencontrent surtout dans le Vexin.

127A Guiseniers, près des Andelys, l’élevage de D. Hamot permet d’illustrer par un exemple cette forme supérieure de l’élevage laitier. Jeune ingénieur agronome, D. Hamot conduit en voiture la visite des 320 ha de la ferme que sa famille exploite en location depuis plusieurs générations. Derrière la cour où les bâtiments traditionnels se serrent à côté d’un pavillon moderne, se dresse le vaste hangar d’une stabulation libre qui abrite 45 laitières Françaises Frisonnes Pie Noire. Depuis quelques années, l’exploitant cultive 40 ha de petits pois qu’il livre à une conserverie après battage. L’ensilage des fanes, les collets et pulpes de betteraves sucrières assurent aux vaches laitières une bonne alimentation que complète le pâturage de 30 ha d’herbages permanents. La stabulation libre, l’installation d’une salle de traite et bac à froid appartenant à la S.A.F.R. (Genvrain) permettent la rationalisation du travail : un vacher, ancien petit exploitant mayennais, soigne seul, ou avec l’aide de sa femme, les 45 vaches. La qualité de la sélection autorise de hauts rendements (4 000 l. par tête et par an). Les camions de la S.A.F.R. ramassent le lait chaque semaine. L’équipement des grandes exploitations en bacs de refroidissement les soustrait aux servitudes des collectes quotidiennes. Le vacher bénéficie d’excellentes conditions de travail et d’un bon salaire. Le fermier et sa famille se promènent en tenue de ville dans les couloirs cimentés de l’installation. Très lointains descendants des paysans crottés, ils vivent de la production laitière mais ils ont cessé de vivre avec les vaches.

c) La valorisation des sous-produits de culture : les bœufs à l’auge

128L’engraissement des bœufs à l’auge, pendant l’hiver, constitue une association classique des cultures et de l’élevage dans les régions betteravières. On a déjà rencontré cette activité dans le Pays de Caux, et, accessoirement, dans les Plaines de Falaise et d’Argentan. Elle prend naturellement une grande importance dans les exploitations betteravières de la Plaine de Caen, du Vexin et du Neubourg. Par contre, elle n’est pas représentée dans la Plaine de St-André où la production de betterave sucrière est très faible (une centaine d’ha au total).

129A Boisemont, sur le plateau du Vexin, Michel Proffit exploite en propriété une grande ferme de 366 ha. Il consacre 64 de ses 310 ha de terres labourables à la betterave sucrière qui constitue ainsi 19 % de son produit brut. Mais, en plus, les pulpes et collets représentent d’intéressants sous-produits, équivalents, d’après le Centre de Gestion de l’Eure, à 1 500 et même 3 000 U.F. par ha. Le sous-produit fourrager d’un ha de betterave sucrière peut donc se comparer à la production d’un herbage permanent. M. Proffit fait consommer les feuilles « en frais » par les bovins sur les parcelles ceintes de clôture électrique ou bien il les conserve en ensilage. Les pulpes lui sont retournées par la sucrerie d’Etrepagny à laquelle il livre ses betteraves. Cela lui permet d’acheter au début d’octobre une cinquantaine de bœufs qu’il engraisse à l’auge pendant l’hiver en joignant des farines de céréales et des tourteaux à la pulpe. Il vend les bêtes « finies », en fin d’hiver, à des bouchers de la région parisienne ou à une S.I.C.A.

130Ce système de production de la viande de bœuf s’oppose par ses techniques comme par son économie à l’embouche herbager. Beaucoup plus limité que ce dernier par l’importance de la production, il n’en présente pas moins de remarquables avantages : valorisation d’un riche sous-produit, faibles exigences de main-d’œuvre brièveté de la rotation, technique d’engraissement efficace et sûre avec n’importe quel bétail, bonne situation des achats et des ventes d’animaux dans le cycle saisonnier. En effet, l’engraisseur de plaine achète ses veaux à l’automne alors que les petits exploitants cherchent à décharger leurs étables et il vend les animaux finis en pleine période de soudure, pendant l’hiver. Cependant, la réussite de l’entreprise exige une solide expérience commerciale. Quelques grands agriculteurs, surtout parmi ceux qui sont d’origine normande, vont effectuer eux-mêmes leurs achats de « maigre » dans les régions d’élevage du Bocage, de la Bretagne et de la Mayenne. La plupart préfèrent s’adresser à des marchands de bestiaux et beaucoup se contentent de prendre les boeufs en pension au prix de 150 à 200 A.F. par bête et par jour. L’homme de la plaine, habitué maintenant à l’efficacité technique et économique, comprend fort mal les finesses et les plaisirs du commerce. Il prend les bêtes commes elles viennent. Il les engraisse. Il les vend. Et cela ne comporte aucun mystère.

  • 87 Une importante difficulté de cet élevage sera analysée plus loin (quatrième partie, chap. 2) : la (...)

131Pour l’avenir, cette activité déjà fort ancienne puisqu’elle existait au xixe siècle, préfigure sans doute les nouvelles formes de production de viande. Il semble bien, en effet, que l’engraisseur des plaines soit beaucoup mieux placé que l’herbager pour s’adapter aux nouvelles techniques accélérées connues sous le nom de « baby-beef ». Techniquement et économiquement, celles-ci peuvent s’imposer assez rapidement et les plaines de grande culture devenir les nouvelles grandes régions d’élevage87.

d) La recherche du plein emploi de la main-d’œuvre : veaux, porcs, volailles

132Les grands élevages ne peuvent convenir à la totalité des exploitations agricoles. Pour être rentables, ils doivent réunir des cheptels importants : une troupe de 50 brebis, une stabulation libre de 40 vaches, une étable d’engraissement de 40 bœufs au minimum. De plus, ils rendent nécessaire la permanence de certaine surfaces fourragères : parcours, herbages, sous-produits de betterave sucrières. Deux catégories d’exploitations ne peuvent répondre à ces conditions.

  • 88 D’après Gautier, 341, 1963.

133Les petites et moyennes exploitations (moins de 40-50 ha) jouent un rôle très faible dans le Vexin Normand sans avoir cependant totalement disparu. Dans les trois autres plaines de grande culture, par contre, elles occupent encore 30 à 40 % des surfaces et elles l’emportent par le nombre sur les autres catégories. Dans la plus morcelée des grandes plaines, la campagne de Neubourg, les unités de moins de 30 ha rassemblent 60 % des exploitations sur 23 % de la S.A.U.88. De telles surfaces excluent l’élevage du mouton de parc et l’engraissement des bœufs. Elles ne peuvent permettre que l’élevage laitier sous une forme traditionnelle.

134Dans la plaine de St-André, le problème s’étend à la quasi-totalité des exploitations, grandes comprises. L’absence des cultures betteravières rend impossible l’engraissement des bœufs et la faible étendue jointe à la médiocrité des herbages limite la production laitière. Le mouton de parc se trouve ici dans son domaine d’élection mais son déclin ne cesse de s’accentuer. Face à la faible rentabilité des grands élevages contemporains, une tentation apparaît à laquelle des fermes de plus en plus nombreuses ne résistent pas : la suppression pure et simple des étables et des parcs.

135Pour ces deux types d’exploitations, se pose le délicat problème du plein emploi de la main-d’œuvre. Car une petite exploitation familiale, resserrée sur de trop faibles surfaces, parvient à des revenus insuffisants lorsque seul un élevage laitier traditionnel complète les cultures de vente sous la forme d’une étable de 10 à 15 vaches. Au même titre que les exploitations du Bocage, les petites fermes des plaines ne peuvent intensifier leur production que par des élevages forcés de porcs et de veaux d’engraissement. Le problème se pose de façon différente pour les grandes exploitations de St-André. Là, la mécanisation, la simplification du travail sur des fermes qui consacrent la plus grande partie de leurs surfaces aux céréales, entraînent une productivité très élevée qui peut ne retenir qu’un travailleur sur 50, voire sur 70 ha. Les exploitants disposent encore d’une main-d’œuvre un peu plus importante, et, surtout, ils tiennent à occuper celle-ci de façon rentable dans les longues périodes qui séparent les saisons de grands travaux (été, automne). Dans les deux cas, sur les petites exploitations du Neubourg et de la Plaine de Caen comme sur les grandes fermes céréalières de St-André, c’est la recherche du plein emploi qui conduit les agriculteurs à développer des élevages de complément. Ceux-ci utilisent des sous-produits de culture mais aussi des aliments achetés qu’un cycle rapide transforme en œufs ou en viandes blanches (veau, porc, poulet).

  1. Le veau de boucherie appartient depuis longtemps à la tradition d’élevage des grandes plaines : sous-produit conjugué de l’étable (petit lait) et des céréales secondaires (farines), il aboutit, après un cycle de production très court (2 à 3 mois environ), sur les étaux des grands centres de consommation de Caen, Rouen et Paris. Au xixe siècle, les marchés du Neubourg et de Damville réunissaient chaque semaine des effectifs très importants. Déjà, l’addition à la ration normale d’aliments très riches comme les œufs permettait de forcer l’engraissement et d’améliorer la qualité de la chair89. Sous cette forme, les techniciens critiquent cet élevage, véritable gaspillage de matière première, surtout lorsqu’il n’épargne ni les mâles ni les femelles, compromettant ainsi le renouvellement du cheptel. Maintenant, les aliments composés remplacent les œufs et parfois même le sous-produit de laiterie, et les exploitants ne sacrifient généralement que leurs veaux mâles et une partie de leurs génisses seulement. Cette activité reste l’élevage de complément habituel des nombreuses fermes qui ont conservé une vacherie. Mais que ce soit dans une grande exploitation du Vexin ou dans une petite ferme du Neubourg, le complément de recette ainsi obtenu ne représente qu’une faible part du produit brut total (5 à 10 % environ).
  2. Le porc suscite beaucoup moins l’intérêt des exploitants et les recettes qu’il apporte tiennent une place plus faible encore que celle des veaux dans les produits bruts moyens (5 % environ). Les techniciens des Centres de Gestion estiment que « la porcherie type industriel se justifie le mieux, mais elle doit constituer une unité économique, un homme pour 15 mères et leurs produits jusqu’à engraissement »90. Toutefois les fluctuations des prix du porc rendent circonspects les agriculteurs. A côté de petits élevages rudimentaires, se sont montées quelques grandes porcheries, mais leur existence est souvent éphémère. Un exemple : à Guichainville, dans la Plaine de St-André, trois agriculteurs ont installé une porcherie d’engraissement de 50 têtes dans une ancienne étable ; fait significatif, les cloisons des cases sont amovibles afin de permettre un éventuel retour à l’élevage laitier.
  3. Les volailles, enfin constituent l’élevage le plus original des Plaines de l’Eure. Dès le xixe siècle, l’importance de la production céréalière et la proximité du débouché parisien suscitèrent le dévelopement de cette activité. Ce fut l’époque des grandes basses-cours de 80 à 100 poules, dont les produits, œufs et poulets, s’écoulaient chaque semaine sur les marchés du Neubourg, de Damville, de Nonancourt et d’Houdan. Deux traits caractérisaient cet ancien type d’élevage qui survit encore dans de nombreuses petites fermes : l’irrégularité saisonnière de la production qui culmine pour les œufs en été alors que la consommation diminue, et l’absence de véritable comptabilité ; la fermière qui dirige la basse-cour connaît bien ses recettes mais les dépenses d’alimentation, puisées dans les stocks de céréales, sont ignorées.

136Ce système disparaît peu à peu, remplacé par de grands élevages spécialisés, soit dans la production de poulets de chair, soit dans la production d’œufs. Dans les deux cas, l’extrême irrégularité des cours, une tendance assez nette à la régression des prix de vente limitent le développement de ces activités nouvelles et obligent les producteurs à améliorer sans cesse l’efficacité de leurs installations.

137A Guichainville (Plaine de St-André), l’association de trois agriculteurs déjà citée a créé un poulailler neuf pour 1 000 pondeuses. Leur nourriture est assurée en grande partie par les grains produits sur les 300 ha des trois exploitations réunies. Très spécialisé, l’élevage achète ses poussins et, après un passage dans des éleveuses chauffées au fuel, les poulettes restent quelque temps à l’extérieur avant de rentrer au poulailler de ponte où elles séjournent un an environ dans une atmosphère conditionnée et en bénéficiant grâce à la lumière électrique d’un éclairement de 14 heures chaque jour. Enfin, les couveuses sont immédiatement sacrifiées, car une deuxième année de ponte accuserait un déficit de 30 % environ par rapport à la première. Toutes ces techniques permettent de maintenir le rendement à un niveau très élevé, indépendamment des fluctuations saisonnières : 800 œufs par jour en moyenne. Grâce à la rationalisation du travail, trois hommes à temps plein et deux aides à temps partiel font face à toutes les tâches du poulailler qui s’ajoutent à celles d’une grande exploitation céréalière et de la porcherie déjà décrite.

138L’exemple de Guichainville se distingue par son efficacité, mais il ne doit cependant pas être considéré comme isolé. Des élevages de poussins, des bandes de production de 500 poulets de chair et plus s’ajoutent aux poulaillers de ponte dans toutes les plaines de l’Eure qui subissent avec force l’attraction du marché parisien. Dans le Vexin, plus encore dans la région du Neubourg, de St-André, de Verneuil, de Nonancourt se multiplient les longs bâtiments bien aérés autour desquels essaiment les taches blanches des pondeuses Leghorn et les plumages acajous des Rhode Island.

  • 91 Leroy (D.), 343, 1964.

139Les éleveurs doivent faire face à deux difficultés principales : la violence des épizooties qui peuvent décimer en quelques heures des poulaillers entiers tellement sont fragiles les volailles sélectionnées, et d’autre part la lourdeur des prix et la précarité des débouchés. Les exploitants s’efforcent d’éviter les crises sanitaires par un gros effort prophylactique. Sur le front commercial, ils luttent en abaissant leurs prix de revient par la rationalisation du travail et en s’assurant de bons débouchés. Couronnant l’édifice, les deux coopératives de commercialisation du Val d’Iton et du Neubourg groupent, en 1963, 56 adhérents (possédant 69 000 pondeuses) et assurent la commercialisation de quelque 12 millions d’œufs par an. Ces deux coopératives n’ont pas éliminé les circuits privés, mais leur essor récent n’en est pas moins remarquable. La coopérative du Val d’Iton fut en effet créée en 1959 (17 adhérents, 1 700 000 œufs) et celle du Neubourg en 1961 (22 adhérents, 5 millions d’œufs)91.

140Tous les types d’élevage subsistent dans les plaines de grande culture. Jamais une même exploitation ne peut les réunir tous. Ils s’associent selon des formules variables et assez souples que résume le tableau suivant.

TALBEAU 25. Types d’associations d’élevage dans les plaines de grande culture

TALBEAU 25. Types d’associations d’élevage dans les plaines de grande culture

141Ainsi, en dépit de la place modeste qu’occupe la production animale dans les recettes brutes, les plaines de grande culture s’imposent finalement comme d’importantes régions d’élevage. Dans tous les secteurs, l’importance du débouché parisien très proche des plaines de l’Eure, et, accessoirement des centres de consommation régionaux de Caen et de Rouen, a favorisé de façon décisive le développement d’élevages de type spéculatif : car, finalement, lait frais, veaux, agneaux, bœufs, poulets, tous les produits de l’élevage régional forment une chaîne d’aliments frais qui doivent être acheminés rapidement vers les lieux de vente. Profitant des périodes de bonne conjoncture, les agriculteurs céréaliers et betteraviers se sont improvisés éleveurs pour édifier, grâce à d’importants moyens, des installations de plus en plus rationnelles et efficaces. Les premières, les grandes fermes du Vexin ont montré l’exemple, mais maintenant celui-ci se diffuse autour de Caen, du Neubourg et de St-André.

  • 92 L’importance de ce problème est tel que des analyses de sol suivies dans les exploitations qui pra (...)

142Un dernier type d’exploitation, récemment apparu, constitue, en Normandie, un cas limite : les grandes fermes qui ont supprimé tout élevage. On en rencontre quelques-unes, assez rares, ici et là, mais dans la Plaine de St-André le phénomène d’abandon commence à s’amplifier. Parmi les exploitations des Centres de Gestion, une bonne quinzaine n’ont déjà plus d’étable en 1962 dans la Plaine de St-André. Les avantages d’un système purement céréalier sans élevage peuvent tenter en effet : mécanisation totale du travail portant au maximum la productivité (1 homme pour 70 ha), fin des servitudes qu’impose l’élevage et dégagement de longues périodes de loisirs, bénéfices accrus grâce à une conjoncture qui favorise nettement la production de céréales aux dépens de l’élevage. Les tenants de l’abandon ont réponse à tous les arguments contraires. Le précédent à blé dans l’assolement ? Le maïs-grain et la luzerne peuvent tenir ce rôle et être commercialisés directement. Plusieurs coopératives assurent la déshydratation de la luzerne. Ainsi s’oriente-t-on vers des assolements du type blé-orge-luzerne ou maïs. La fumure ? Sans convaincre totalement, les agriculteurs estiment que les engrais composés, l’enfouissement des pailles et engrais verts permettent de maintenir la richesse en humus du sol à un taux convenable92. Ainsi les entreprises purement céréalières de la Plaine de St-André forment-elles la gamme des exploitations normandes. De la Bresle au Couesnon existent tous les types de rapports, depuis la dominance absolue de l’élevage des fermes herbagères jusqu’à l’absence de tout élevage dans certaines exploitations des plaines de grande culture.

143Paradoxalement, ce sont probablement les exploitations de grande culture qui expérimentent les formes d’élevage de l’avenir. Elles s’ouvrent sur deux voies principales. La première associe cultures et élevage, et, au sein des mêmes exploitations, réalise des élevages à haut rendement et haut degré de productivité qui utilisent au maximum les cultures fourragères et sous-produits de culture : porcheries et poulaillers industriels, grandes stabulations laitières, étables d’engraissement des bœufs et bientôt de « baby-beefs »... La seconde voie dissocie cultores et élevage et aboutit à une spécialisation accrue. L’agriculteur de St-André produit du maïs, de l’orge, de la farine de luzerne déshydratée que des industriels transforment en aliments du bétail avant de les revendre à des éleveurs. Il fait donc toujours partie de la chaîne de l’élevage. Celle-ci s’allonge avec le progrès des techniques et des tensions opposent les différents maillons du circuit. Car le sol sans élevage de St-André a pour corollaire l’élevage sans sol du Bocage.

  • 93 Godart (J.-L.), film, 1965.

144Quelle que soit la voie choisie, les plaines cultivées disposent de solides avantages. Les porcheries industrielles, les salles de traite rutilantes, les poulaillers à lumière artificielle, les sélections tellement parfaites que les animaux se confondent dans une ressemblance standardisée conduisent très loin des vieux élevages où le paysan compte avec une nature changeante et sait apprécier chaque bête. Devenu parfaitement maître du climat, des sols et des animaux, l’homme débouche sur les élevages d’Alphaville93.

Notes

1 Expression familière des Hauts-normands. Elle comporte une très légère nuance de mépris.

2 Carte 94, Atlas de Normandie.

3 Atlas de Normandie, cartes D2 et D5.

4 Comme les trois autres pays, le Perche se partage entre cultures et prairies permanentes. Situé nettement en marge, beaucoup moins marqué par la proximité de l’Auge et échappant en grande partie à la tradition normande, ce pays ne sera pas spécialement étudié.

5 Dovring, 327, 1953 – Musset (L.), 338, 1952.

6 On emploie dans le Roumois le même mot que dans le Pays de Caux.

7 Esmonin, 119, 1913.

8 A.N., 1839. Sur le Roumois traditionnel, on peut aussi tirer quelques renseignements de Leroy, 125, 1929.

9 Dans les séries de Sanson, une seule station utilisable : Fatouville (787 mm de pluie).

10 Duval, 118, 1910.

11 A.N., 1849.

12 Duval, 118, 1910.

13 Jouis (E.) et Lecacheux (M.-Th.), 317, 1956. – 329, 1956.

14 Frémont, 328, 1958.

15 Sur cette question, bonnes observations dans Mansard. DES. 1952.

16 Perpillou (A.), Cartes inédites.

17 D’après les Congrès de l’A.N., notamment Pont-Audemer (1838) et Bernay (48).

18 A.N., 1864.

19 Musset, 1955.

20 Tous les congrès de l’A.N. tenus à Bernay (1848, 1863 notamment). La technique du baignage est toujours signalée comme très ancienne.

21 Ces querelles, vieilles de plusieurs siècles, se prolongent jusqu’à nos jours avec une telle vivacité qu’elles rendent souvent nécessaire l’arbitrage du Préfet de l’Eure (notamment sur l’Iton).

22 A.N., 1849.

23 La relative médiocrité des sols alluviaux s’explique aisément par les difficultés de drainage et par la nature du bassin-versaut (argile à silex dominant).

24 Mansard, D.E.S., 1952.

25 A.N., 1864.

26 Un exemple démographique et l’étude de ses conséquences agraires dans le Pays d’Ouche : Frémont, 328, 1958 ; 313, 1959.

27 Une étude systématique des fermes d’une commune du Pays d’Ouche ornais (Couvains) et plusieurs enquêtes réalisées auprès de bons observateurs de ces régions permettent de rendre compte des orientations contemporaines. Aucune série statistique homogène ne permet d’étudier l’évolution des surfaces herbagères au cours des dix dernières années.

28 Atlas de Normandie, carte D 2.

29 Source étiquetée « Confidentiel ».

30 D.S.A. de l’Eure, 154, 1964.

31 Tableau 23.

32 Musset (R.), 362, 1917 – Musset (R.), 196, 1960.
Crozet (R.), 353, 1928 – Delvert (J.), 354, 1952.
Streiff (R.), 363, 1956.

33 Notée par Musset (R.), 196, 1960.

34 Delvert, 354, 1952.

35 Le phénomène a été étudié en bordure de la Plaine d’Argentan à Neuvy-au-Houlme par P. Brunet. Document inédit.

36 Entre Caen et Argentan, décalage des températures moyennes d’hiver variant de 1°5 (janvier) à 0°3 (mars). Entre Lisieux et Argentan, de 1°4 (janvier) à 0°2 (mars).

37 Argentan se place au deuxième rang des stations normandes pour le nombre de jours de neige (13 contre 14 à Evreux), au 3e rang pour le nombre de jours de gel (52). On y compte en moyenne 13 jours d’orage par an.

L’étude du rapport précipitations/évapotranspiration place Sées (32 mois secs en 10 ans dont 14 très secs), Alençon (39/15) et Argentan (39/17) parmi les stations les plus défavorisées de toute la Basse-Normandie (Caen, 35/17; Lisieux 29/11).

38 Musset R., 362, 1917.

39 Duval, 118, 1910. (Mémoire de Lallemant de Levignen).

40 D’après un « tableau des marchandises apportées en 1704 » cité, hors texte, par Mériel, 361, 1889.

41 Roman cité dans Mériel, 361, 1889.

42 D’après Fouque, 100, 1958.
Image img12.jpg

43 D’après enquêtes de l’A.N., notamment Argentan (1846), Falaise (1864), Alençon (1858), Trun (1846), Argentan (1879).

44 Perpillou, cartes inédites.

45 Perpillou, cartes inédites.

46 Atlas de Normandie, carte D 2.

47 Atlas de Normandie, carte D11.

48 D’après Delvert (ouvr. cité), on appelle « plaine » dans la région d’Alençon, non l’ensemble de la campagne, mais chaque terroir de « surface nue » (plaines de Lonray, de Godrel, de Malbarde, etc.).

49 D’après Agriculture et Elevage dans l’Orne, 170, 1964.

50 Cette activité sera plus spécialement étudiée à propos de la Plaine de St-André et du Neubourg où elle conserve une certaine vitalité.

51 Enquête personnelle.

52 D’après une enquête du Centre de Gestion de l’Orne, 170, 1964.

53 Argentan, Alençon et Le Merlerault abritèrent avant Le Pin des haras royaux.

54 D’après Agriculture et Elevage dans l’Orne, 170, 1964.

55 Du Hays, 245, 1866.

56 Guénaux, 391, 1902.

57 Atlas de Normandie, carte D7.

58 Centre de Gestion, 1962.

59 Sur les rapports contemporains des herbages et des labours, Atlas de Normandie, carte D 4.

60 Atlas de Normandie, carte D 7.

61 Atlas de Normandie, cartes D 2 et D 7.

62 8 exploitations de 300 à 400 ha occupent le sommet de la hiérarchie des fermes du Vexin.

63 Sion (J.), 1909.

64 Brunet (P.), 1960.

65 Plaisse (A.), 1964.

66 L’émigration, mais aussi une forte dénatalité dans la société des petits propriétaires de la Plaine de Caen et des campagnes de St-André et du Neubourg rendent compte simultanément de cette débâcle démographique dont le point le plus bas se place entre les deux guerres mondiales. Dans la Plaine de Caen (d’après Fouque, 1958) les pertes en un siècle de cantons ruraux comme ceux de Creully, Evrecy, Tilly-sur-Seulles dépassent 50 %. Les chutes sont sensiblement moins fortes dans les Plaines de l’Eure (25 à 50 % selon les cantons) avec une intensité cependant plus marquée dans le Neubourg.

67 Atlas de Normandie, carte D 3.

68 Que l’on retrouve dans l’étude de P. Brunet, 1960.

69 A titre d’exemple, matériel d’une très grande exploitation du Vexin. (Ferme de l’Eglise à Boisemont, 366 ha, exploitée par son propriétaire, Michel Proffit).
7 tracteurs Diesel de 24 à 55 CV.
1 camion P 45, 5 tonnes.
2 remorques basculantes, tombereaux, etc...
2 moissonneuses-batteuses Claeys, automotrices, dont une Diesel.
1 presse moyenne densité « New-Holland ».
1 presse faible densité Rousseau.
1 arracheuse de betteraves CCM
1 chargeuse à betteraves Nolle.
1 silo à blé pour 5.000 qx.
1 silo à pommes de terre pour 400 tonnes.
1 stabulation libre pour 50 vaches.

70 Sanson, 57, 1954. Seul Bernay compte un nombre de jours de pluie un peu plus faible (151).

71 Pédelaborde, 54, 1957.

72 En janvier et en février (– 0,1°), Evreux est la plus froide des stations normandes et la plus chaude en juillet et août par la moyenne des maxima (24,6 et 24,3°).

73 En 5 ans (1954-58), Guichainville compte 20 mois secs sur 30 d’avril à septembre (Yvetot, 12 ; Caen, 15 ; Saint-Lô, 14).

74 Notamment, Elhaï, 46, 1963 ; Journaux, 42, 1956.

75 Etude réalisée dans la Plaine de Caen, sous la direction de A. Journaux, au laboratoire de morphologie du C.N.R.S. (avec la participation de J.-P. Lautridou, M. Helluin, J. Pellerin, M. Lavollé).

76 Journaux et divers, 359, 1966. Une carte des formations superficielles de la Plaine de Caen a été réalisée au Laboratoire de Morphologie du C.N.R.S.

77 Van Der Meersch et Gay, 342, 1963.

78 Morière, 349, 1867.

79 Troisième partie, chap. I, II/3°.

80 Notamment les plaines de Falaise à Alençon et l’Avranchin.

81 Guénaux, 391, 1902.

82 A.N., 1855.

83 A.N., 1855.

84 Plaisse (A.), 348, 1964.

85 Centre de Gestion de l’Eure, 340, 1956.

86 Le tière était surtout pratiqué dans la Plaine de Caen.

87 Une importante difficulté de cet élevage sera analysée plus loin (quatrième partie, chap. 2) : la production des veaux, nécessaires à l’engraissement, et que les grandes exploitations n’assurent pas. Depuis quelques années, les engraisseurs souffrent de la pénurie de « maigre ». Un équilibre technique et économique doit s’établir entre pays naisseurs et régions d’engraissement.

88 D’après Gautier, 341, 1963.

89 A.N., Le Neubourg, 1856.

90 Centre de Gestion de l’Eure, 340, 1956.

91 Leroy (D.), 343, 1964.

92 L’importance de ce problème est tel que des analyses de sol suivies dans les exploitations qui pratiquent ce système devraient être pratiquées afin d’apporter une réponse sans ambiguité.

93 Godart (J.-L.), film, 1965.

Table des illustrations

Légende Fig. 62. – Plaines de l’Eure, Roumois, Lieuvin, Pays d’Ouche. Croquis régional
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 63. – Evolution de la population de la commune de Francheville (Pays d’Ouche, Eure)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende Figure 64. – Structure des produits bruts dans les exploitations adhérentes du Centre de Gestion : Roumois, Lieuvin et Pays d’Ouche (1961-1962)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre TABLEAU 22. Les exploitations de la commune de Couvains (Orne) Pays d’Ouche, 1963
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Légende Figure 65. – L’utilisation du sol dans quelques exploitations-types de la périphérie du Pays d’Auge
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Titre TABLEAU 23. EXPLOITATION de M. André MASDURAUD à BOURNEVILLE(Renseignements communiqués par l’exploitant et par le Centre de Gestion de l’Eure)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Figure 66. – Les Plaines de la Normandie Centrale - Croquis régional
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 67. – Quelques données sur le climat des Plaines Normande»(d’après Sanson)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Légende Figure 68. – Le rapport Précipitation/Evapotranspiration dans quatre stations des Plaines Normandes
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 69. — L’évolution de la population d’un groupe de communes de la Plaine de Caen (Billy Conteville, Chichebouville, Poussy)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre TABLEAU 24. Les exploitations agricoles des Essarts (Plaine de St-André) 1964
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Figure 70. – Structure du produit brut dans les exploitations adhérentes des Centres de Gestion (Plaines Normandes)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende Cinquante exploitations environ se répartissant en :« Exploitations labours » : exploitations de la plaine proprement dites, surtout orientées vers les labours ;« Exploitations mixtes » : situées surtout en bordure de la plaine de Caen.
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 71. – L’utilisation du sol dans quelques grandes exploitations-types des Plaines Normandes
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre TALBEAU 25. Types d’associations d’élevage dans les plaines de grande culture
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1308/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter