Version classiqueVersion mobile

Acteurs et action

 | 
Jean-François Thémines
, 
Sylvain Doussot

Les enseignants, des acteurs contraints

La réception de l’espace Shoah du Mémorial de Caen

Conditions d’une appropriation en situation de visite

Stanislas Hommet, Myriam Chasserieau et Charlotte Devaux

Résumé

L’article analyse des parcours de 82 visiteurs adultes confrontés à la mise en récit de la Shoah au Mémorial de Caen. Il se fonde sur l’observation de ces parcours et sur des entretiens. La dimension émotionnelle prime sur la dimension réflexive et la prise de conscience historique. La force émotionnelle portée par quelques objets précis marque considérablement les visiteurs, bien que le musée ait en premier lieu des ambitions scientifiques et pédagogiques.

Texte intégral

  • 1 Eidelman et al. 2008, 17.
  • 2 Davallon 1999.

1Si l’étude des publics dans un espace muséal a fait l’objet d’un vif intérêt en Amérique du Nord dès les années 1920, il s’agissait alors avant tout de réfléchir à l’ergonomie des dispositifs, notamment la longueur des textes proposés ou encore l’emplacement des cartels. Les premières études portant sur l’appropriation du message véhiculé par un espace muséal apparaissent dix ans plus tard. Mais il faut toutefois attendre les années 1970 pour voir la démarche d’évaluation, liée à une prise en compte progressive de la fonction éducative des musées, se développer en France. Jacqueline Eidelman, Mélanie Roustan et Bernadette Goldstein font en effet remarquer l’émergence, à cette époque, de « la transposition, en milieu muséal, des concepts et méthodes de la programmation de séquences pédagogiques en milieu scolaire »1. Les musées commencent à mener des évaluations formatives et sommatives de leurs espaces d’exposition, avant de laisser la place, dans les années 1990, à de nouvelles analyses s’intéressant autant à ce que fait l’exposition au visiteur qu’à ce que le visiteur fait de l’exposition2.

  • 3 Chaumier 1999, 13.

2Les méthodes d’évaluation des expositions sont variées, et font appel à des champs de connaissance divers, tels que la sociologie, la psychologie, l’ethnologie, ou encore les neurosciences. Le terme d’évaluation recouvre de multiples approches, mais nous retiendrons plus particulièrement la définition proposée par Serge Chaumier : « un outil pour mieux comprendre les utilisations et les modalités d’appropriation de l’exposition par ses visiteurs »3. Se soucier de la réception par les publics implique, pour un musée, de porter une attention particulière à la forme du message transmis.

  • 4 L’étude est conduite dans le cadre du master 2 « Territoire, culture et enseignement », spécialité (...)

3La démarche d’évaluation que nous avons menée4 propose d’apporter quelques éléments de réflexion sur la rencontre entre les visiteurs et un espace muséal consacré à un passé douloureux, et sur la transaction réflexive entre visiteur et exposition. Or, cette rencontre existe, entre autres, dans les situations de visite scolaire. Des professeurs et des élèves visitent l’espace muséal, en font usage en fonction d’objectifs d’apprentissage, mais aussi bien sûr en fonction des aménagements et des choix qui président à leur organisation. Aussi, parmi les contraintes que les enseignants ont à prendre en compte en situation de visite, outre les conceptions et les pratiques des guides examinées dans l’article précédent, il faut compter les espaces et dispositifs d’exposition.

  • 5 Mairesse 2011, 510.
  • 6 Chaumier 1999, 15.
  • 7 Daignault 2011, 45.
  • 8 Rousseau 2012, Louvier et al. 2012.
  • 9 Rousseau 2012, 176.

4Notre démarche vise à apporter des éléments de réflexion sur l’expérience vécue par les visiteurs ainsi que sur la signification qu’elle revêt pour eux. Toute exposition étant un « système de communication »5, l’évaluation s’attache à analyser l’adéquation entre le récit annoncé, le récit mené, et le récit perçu. En ce sens, poursuit Serge Chaumier, « l’évaluateur tient une position de médiateur entre les publics et les concepteurs »6. Parmi les principaux objectifs de l’évaluation identifiés par Lucie Daignault7, notre enquête ambitionne de relever les perceptions des publics et d’apporter des éclairages sur l’appropriation des messages véhiculés par l’exposition, ainsi que sur les préférences, les parcours, les attitudes et les comportements des visiteurs adultes. Elle propose également quelques hypothèses relatives à l’efficacité des choix scénographiques. Les analyses qui suivent se nourrissent des travaux de muséohistoire menés par Frédéric Rousseau, relatifs aux expositions de l’histoire des guerres et des conflits contemporains8. Frédéric Rousseau propose notamment d’examiner l’équilibre, à l’œuvre dans la trame narrative, entre information et émotion, puisque dans certains espaces muséaux, « l’apport rigoureux d’information cohabite avec la volonté d’exploiter les ressorts émotifs comme vecteurs du message délivré »9. Il n’est pas rare en effet pour un musée d’histoire de recourir à l’émotion pour raconter la guerre, les violences de masse, la mort. Notre enquête rencontre ainsi un des enjeux des usages scolaires de ce type d’espace muséal, particulièrement tourné vers les « jeunes publics ». En tant qu’acteurs de l’histoire enseignée et apprise, les professeurs sont, en situation de visite, confrontés à ces enjeux.

L’espace Shoah du Mémorial de Caen

5Le Mémorial de Caen, qui plonge le visiteur dans le temps long des conflits du XXe siècle, consacre une exposition permanente au génocide des populations juives d’Europe entre 1941 et 1944. Celle-ci est la plus importante du parcours de visite « Guerre mondiale, guerre totale », ouvert en 2010. Le Mémorial, qui accueille chaque année près de 400 000 visiteurs dont environ 130 000 scolaires, prévient, dès l’entrée de l’espace, que l’exposition est susceptible de heurter le jeune public. Un panneau, disposé à hauteur des yeux d’un enfant, offre une présentation simple des enjeux historiques et invite ceux qui le souhaitent à emprunter un passage alternatif afin de quitter l’exposition.

6Se pose la question de la mise en récit d’un passé douloureux, celui du génocide de six millions de Juifs au cours du second conflit mondial – un conflit marqué par l’anéantissement de l’être humain, au terme duquel le nombre de victimes civiles reste supérieur au nombre de victimes militaires. L’espace Shoah est organisé de manière chrono-thématique. La liberté déambulatoire n’est pas entière, la scénographie influençant le cheminement du visiteur à travers les grandes étapes du processus génocidaire – le programme d’euthanasie T4 préfigurant l’usage du gaz dans les centres de mise à mort, les différentes formes de persécution et de discrimination des Juifs, la Shoah par balles, les ghettos, le processus d’extermination systématique, avec des focalisations sur le sort des enfants et les Sonderkommandos, ces unités spéciales de déportés contraints d’effectuer les tâches liées au fonctionnement des fours crématoires. La question de la responsabilité du génocide des Juifs apparaît en filigrane dans cet espace – une responsabilité diffuse puisque l’exposition évoque l’antisémitisme d’État, la collaboration, le fanatisme des membres des Einsatzgruppen, ou encore la participation des populations locales à la mise en œuvre des crimes de masse. Adolf Hitler n’apparaît, du reste, qu’une seule fois au sein de l’exposition, dans une vidéo du célèbre discours du 30 janvier 1939 dans lequel il annonce son intention génocidaire. Cette vidéo, diffusée sur un écran de petite taille, est disposée à l’entrée de l’espace. L’exposition s’achève sur une évocation, à travers sept photographies, du sort des Tsiganes qui, comme le souligne le panneau explicatif, s’apparente en de nombreux points à celui des Juifs d’Europe. Les choix de contenu scénographique témoignent des intentions pédagogiques de cet espace. Les programmes d’histoire au collège et au lycée abordent en effet les génocides des Juifs et des Tsiganes en même temps, bien que les politiques d’anéantissement visant ces deux populations reposent sur des fondements idéologiques différents.

7Car l’extermination des populations juives est un crime spécifique, comme l’indique, dès l’entrée, le panneau « La spécificité du génocide » – un panneau qui entend également interpeller le visiteur sur la spécificité même de cet espace muséal. En effet, au cœur de cette exposition figurent plus particulièrement les exécutions d’un million et demi à deux millions de Juifs par fusillades perpétrées au grand jour. La plupart des objets exposés sont des dons du père Patrick Desbois et de l’association qu’il préside, « Yahad-in-Unum », qui mène des recherches sur les sites d’exécutions en Europe de l’Est et sur la mémoire silencieuse de la Shoah par balles. Le panneau revient sur le débat historiographique entre intentionnalistes et fonctionnalistes, sans toutefois expliciter l’orientation historiographique donnée à la narration muséale. Les intentions clairement annoncées reposent ainsi principalement sur la transmission d’une histoire et la construction des connaissances, et non sur une volonté de faire valoir un devoir de mémoire.

L’évaluation de l’appropriation d’un message historique en parcours de visite

8Notre méthode d’évaluation combine une observation in situ du visiteur suivie d’un entretien individuel. Elle s’inscrit dans une démarche qualitative, l’enjeu étant en effet de croiser les données issues de l’observation du visiteur avec ses déclarations obtenues immédiatement après la visite. Il ne s’agit toutefois pas de caractériser le visiteur et d’établir des typologies, dans la mesure où l’entretien ne porte nullement sur ses connaissances préalables, ses motivations ou ses expériences de visite antérieures.

9À cet effet a été conçu un cahier de bord permettant la collecte des données et répondant aux trois grandes étapes de la démarche d’évaluation menée – l’observation au moyen d’un plan de l’espace et d’une grille d’évaluation, l’entretien avec le visiteur, et l’analyse des données obtenues. Le premier stage de deux semaines, effectué en octobre 2013, a été l’occasion de découvrir la structure d’accueil, de définir notre démarche d’évaluation, et de construire l’outil d’observation. Un entretien nous a été accordé par le régisseur des expositions et un historien et graphiste du Mémorial de Caen, au cours duquel ils sont notamment revenus sur la conception scénographique de l’espace Shoah. L’appropriation du scénario de l’exposition a été une première étape indispensable car la compréhension du discours historique véhiculé par l’exposition est en effet primordiale avant d’entrer en relation avec le visiteur et sa subjectivité.

  • 10 Nous reprenons ici la définition proposée par André Desvallées (Desvallées 1976, 10) : « Unité élém (...)

10La construction de l’outil d’observation a été marquée par un souci de précision et d’exhaustivité. Le support de plan nécessaire à l’observation a été discuté du point de vue de sa conception, de sa maniabilité, de la définition des éléments graphiques et de ses rapports avec une grille. Le plan de l’exposition, comme l’illustre la figure 1, reprend fidèlement la configuration de l’espace Shoah avec un découpage par thématiques. Sur ce plan sont retranscrits les déplacements du visiteur. Un code couleur a été établi afin de distinguer les différents types d’« expôts »10 présents qui ont, par ailleurs, été numérotés – jaune pour les photographies, vert pour les vidéos, bleu pour les vitrines, rose pour les dessins, violet pour l’affiche, gris pour les témoignages écrits et les discours, orange pour la table tactile, ou encore marron pour les panneaux avec une distinction, en rouge, pour le panneau « La spécificité du génocide ».

Figure 1 – Plan de l’espace Shoah du Mémorial de Caen

Figure 1 – Plan de l’espace Shoah du Mémorial de Caen

11Conçue dans le but de recueillir les informations de manière systématique et synthétique, la grille d’observation (figure 2), dispose de cinq entrées principales. La première, intitulée « Parcours du visiteur », permet de numéroter les arrêts successifs devant les différents expôts. La deuxième correspond à la liste des expôts présents dans l’espace Shoah associés au numéro et au code couleur préalablement attribués à chacun d’entre eux. Dans la troisième entrée a été dressée une liste de comportements – lit, s’assoit, s’attarde, commente, prend une photographie, jette un œil, regarde, prend des notes, manipule. Les observations menées sont ainsi essentiellement descriptives et ne laissent aucune place à une interprétation de la part de l’évaluateur. L’entrée « Notes » permet toutefois d’inscrire des informations supplémentaires sur les comportements du visiteur, ainsi que sur le contexte global de la visite. En effet, une visite effectuée en famille, la présence d’un groupe scolaire dans l’espace ou l’utilisation de l’audioguide sont autant de paramètres influençant considérablement les déplacements et la perception. Dans la dernière entrée est indiqué le temps passé devant chaque expôt. Le chronomètre est activé dès l’entrée du visiteur dans l’exposition et l’évaluateur reporte sur la grille d’observation le moment précis où l’enquêté quitte un expôt.

12La grille guide ainsi précisément l’évaluateur au cours de son observation, tout en lui offrant également la marge de manœuvre nécessaire pour s’adapter au mieux au parcours du visiteur observé. Ces outils ont toutefois des limites intrinsèques. Calculer le temps exact passé par un visiteur devant un expôt ou encore identifier clairement l’expôt qu’il regarde s’avère souvent difficile à déterminer et à retranscrire.

Figure 2 – Grille d’observation, fiche enquêté no 52

Figure 2 – Grille d’observation, fiche enquêté no 52

13Le guide d’entretien, composé de dix questions, constitue le dernier élément du cahier de bord. L’échange ne porte nullement sur les choix de parcours au sein de l’exposition. Les questions sont de nature ouverte et la formulation n’oriente pas la réponse dans une direction donnée. L’entretien a notamment pour objectifs de dégager les modes de pensée des publics – historicisation, jugement, empathie – et d’apprécier l’appropriation du message historique à l’issue même de la visite :

2. Après avoir visité cet espace, pourriez-vous définir en quelques mots l’idéologie nazie ?
3. Comment pourriez-vous caractériser la persécution des Juifs et des Tsiganes ?
4. Avant cette visite, connaissiez-vous la Shoah par balles ?
5. Si oui, avez-vous appris quelque chose ?
6. Si non, qu’en avez-vous retenu ?
9. Après cette visite pouvez-vous me dire qui, selon vous, sont les responsables de la Shoah ?

14Des questions portent également sur la perception des éléments de scénographie qui fondent la spécificité de cet espace :

7. Le Mémorial a choisi de placer trois témoignages vidéo au centre. Que pouvez-vous en dire ?
8. Que pensez-vous de la place accordée aux camps d’extermination dans cet espace ?

15Le guide d’entretien inclut enfin des questions relatives au ressenti de l’enquêté à l’issue même de sa visite :

1. Pouvez-vous citer trois objets qui vous ont particulièrement marqué dans cet espace ?
10. Pouvez-vous me donner votre ressenti sur cet espace ?

16Les visiteurs adultes ont été sélectionnés de manière arbitraire à l’entrée de l’espace d’exposition. Aucun travail en amont n’a en effet été mené avec la structure d’accueil pour définir un panel de visiteurs. Ils n’ont pas été avertis de l’observation en cours et n’ont été abordés qu’à la sortie de l’espace Shoah, dans l’optique d’un entretien individuel.

Analyse de l’appropriation par des publics adultes de l’espace Shoah

17Les enquêtes ont été menées au cours de deux stages de deux semaines, du 7 au 18 octobre et du 2 au 13 décembre 2013. L’échantillon est composé de 82 visiteurs adultes, parmi lesquels figurent de nombreux touristes étrangers provenant de huit nations, ce qui constitue un panel représentatif du public fréquentant le Mémorial de Caen. Les données collectées ont été centralisées sur un outil informatisé, puis classées et organisées afin de procéder à une analyse horizontale permettant de dégager des occurrences, des itérations et des fréquences. Quelques enquêtés ont refusé de répondre à nos questions. Notre démarche étant qualitative, les données issues de l’observation de leur parcours de visite n’ont pas été prises en compte au cours de la phase d’analyse.

18Nos observations montrent que le visiteur suit généralement le parcours chrono-thématique suggéré par la scénographie. L’unité d’exposition consacrée au programme d’euthanasie T4, bien qu’elle n’ait suscité spontanément aucun commentaire de la part des enquêtés au cours de l’entretien, a été vue par la majorité d’entre eux, ce qui atteste, en effet, du parcours linéaire suivi par les visiteurs. 30 visiteurs ont regardé l’affiche de propagande du parti national-socialiste : « Ce malade héréditaire coûte 60 000 RM à la communauté pour vivre. Citoyen, c’est aussi ton argent ! », 17 ont lu le cartel avec la traduction française et 6 l’ont commenté avec un tiers. Il convient de noter que les visiteurs utilisant un audioguide, concentrés sur l’écoute, tendent à errer au sein de l’espace. Cette donnée est prise en compte dans la grille d’observation dans la mesure où l’audioguide fournit des informations complémentaires susceptibles d’influencer les réponses des enquêtés au cours de la phase d’entretien. Le numéro 18 « La décision génocidaire, automne 1941 » ainsi que le numéro 19 « Les centres de mise à mort » offrent en particulier des repères historiques sur la planification de l’extermination systématique des Juifs d’Europe – repères qui sont précisément absents de l’îlot d’exposition concerné. Le temps de visite moyen de l’espace est d’environ 19 minutes pour une visite globale du Mémorial de Caen estimée à 3 heures. La visite la plus brève a été de 5 minutes et la plus longue de 53 minutes.

19Le panneau intitulé « La spécificité du génocide » annonçant les enjeux historiques et scientifiques à l’entrée de l’espace a été lu par 31 enquêtés et 2 d’entre eux l’ont commenté avec un tiers. Au cours de l’entretien, un seul enquêté a indiqué que ce panneau avait retenu son attention. Il est rare qu’un panneau soit cité comme expôt marquant, ce qui laisse supposer que le visiteur en question était un visiteur informé. Lorsqu’il s’agit de définir l’idéologie nazie, 37 enquêtés historicisent leurs réponses – « fascisme », « exécutions de masse », « guerre totale », « méthodique », « race aryenne ». Ils sont 19 à exprimer un jugement – « inhumain », « fou » – et 14 à manifester une empathie et un choc moral – « impensable », « impossible », « incroyable ». Le rapport entre historicisation, empathie et jugement est toutefois plus équilibré lorsqu’il s’agit de caractériser les persécutions des Juifs et des Tsiganes.

20La première question du guide d’entretien, comme nous l’avons précédemment indiqué, porte sur les expôts qui ont marqué les visiteurs. Les réponses obtenues nous ont permis d’identifier les trois unités d’exposition qui, grâce à la force évocatrice de leurs expôts, ont plus particulièrement retenu l’attention des publics observés – « L’extermination de proximité », « De la persécution à l’extermination » et « Le sort des enfants ».

21L’unité d’exposition « De la persécution à l’extermination » a pour objectif de réactualiser les connaissances du visiteur. Elle s’appuie en effet sur des éléments historiques facilement accessibles tels que les étoiles jaunes, et sur des images connues des mémoires visuelles telles que l’unique photographie de la Rafle du Vél d’Hiv de juillet 1942. Elle retrace, de manière pédagogique, les formes de persécution perpétrées à l’encontre des Juifs, à travers des photographies accompagnées de mots clés – discrimination, stigmatisation, humiliation, marquage, exclusion, déportation, rafle, ghettoïsation. Dans une vitrine sont exposés des documents évoquant l’institutionnalisation de l’antisémitisme en France – un tract de propagande antisémite intitulé « Youpino », le programme de l’exposition « Le Juif et la France » organisée à Paris en septembre 1941, le « Statut des Juifs » par Vichy, une ordonnance de mesures antijuives, un certificat de non-appartenance à la race juive. L’exposition présente également l’édition originale manuscrite du journal tenu par une institutrice, Berthe Auroy, qui constitue un témoignage direct de la politique de discrimination mise en place par le gouvernement de Vichy. Les pages présentées ici relatent le port de l’étoile jaune, rendu obligatoire en France à compter du 7 juin 1942. Trois enquêtés ont indiqué avoir été marqués par le journal, et deux par le tract « Youpino ». Lors de l’entretien, un visiteur d’origine américaine a affirmé avoir pris conscience, au cours de sa visite, de la responsabilité de l’État français dans les persécutions à l’encontre des Juifs. La vidéo des Einsatzgruppen, qui montre des exécutions de Juifs lettons en 1941, fait le lien avec l’îlot suivant consacré à la Shoah par balles. Nos observations démontrent que peu de visiteurs se sont arrêtés devant cette vidéo diffusée sur un écran de petite taille, seuls trois l’ayant identifiée comme marquante. Ces trois visiteurs ont regardé la vidéo en entier, ce qui laisse supposer qu’il s’agissait de visiteurs informés, désireux d’avoir accès à des expôts plus rares.

22Les dimensions histoire et mémoire se confondent, en revanche, dans la partie de l’espace consacrée à « L’extermination de proximité ». Une fosse de taille réduite, comportant des douilles, a été reconstituée au sol. Lorsque nous avons effectué nos observations en octobre et décembre 2013, la vitre de la fosse était brisée. Cet expôt a été, de fait, majoritairement ignoré par les 82 visiteurs observés. La fosse est mise en regard avec une vitrine, située de l’autre côté de la salle, dans laquelle sont exposés des objets personnels retrouvés aux abords de lieux d’exécution en Ukraine – une boucle de ceinture, une toupie de Hanouka, un fragment d’objet de culte, un peigne, une broche, et une alliance qui, comme le précise le cartel, a été jetée par une victime peu avant d’être exécutée. Un espace ouvert et collectif, disposé au centre de l’exposition, propose trois témoignages filmés projetés successivement sur trois pans de murs. Les témoins racontent les exécutions sommaires auxquelles ils ont assisté en Ukraine, en 1942, alors qu’ils étaient enfants. Une signalétique indique que l’accès à cet espace ouvert est déconseillé aux visiteurs âgés de moins de 12 ans bien qu’aucune image ne soit choquante et que les propos soient uniquement disponibles en version originale sous-titrée français. Seuls 34 visiteurs ont vu au moins l’un des témoignages. Parmi ces derniers, 11 ont souligné le caractère marquant, touchant, ou déroutant des propos. 10 ont estimé que la place centrale qui est accordée aux témoignages dans cet espace est correcte. 3 visiteurs ont déploré l’absence de sous-titres anglais. Au cours de l’entretien, près d’un enquêté sur six a plus particulièrement cité la lettre du policier autrichien Walter Mattner comme marquante. Cette lettre est mise en valeur au sein de l’unité d’exposition par un fond rouge ce qui, sans nul doute, attire l’œil du visiteur. Ce témoignage écrit, cité dans l’ouvrage de Christopher Browning Les origines de la solution finale, offre le point de vue d’un exécutant. Il s’agit de l’unique source présentée dans cette exposition qui adresse la question : « comment ont-ils pu faire cela ? » – une question qui a fait l’objet de plusieurs travaux d’historiens depuis 2007. La force de cette lettre réside dans les images insoutenables qu’elle évoque, les populations ciblées étant, du reste, des mères et des nourrissons. Bien que les trois témoignages vidéo, disposés au centre du dispositif muséal, mobilisent plus d’espace, la lettre du policier autrichien est ainsi l’expôt ayant le plus marqué les enquêtés au sein de cet îlot.

2365 visiteurs observés ont déclaré que la Shoah par balles était un sujet connu avant de venir au Mémorial. Parmi ces derniers, 17 ont affirmé n’avoir rien appris de nouveau, et 11 n’ont pas été en mesure de déterminer s’ils avaient acquis de nouvelles connaissances. 16 enquêtés ont souligné avoir pu enrichir leurs connaissances, notamment concernant les lieux d’exécutions et les conditions de mise en œuvre des massacres. 9 ont souligné avoir apprécié l’accès aux différents expôts. 5 visiteurs ont déclaré avoir pris conscience de l’ampleur des massacres. À la question « Après cette visite, pouvez-vous me dire qui sont, selon vous, les responsables de la Shoah ? », 35 enquêtés ont mentionné une responsabilité collective, sans toutefois identifier clairement des acteurs. À cet égard, aucun visiteur n’a distingué les membres des Einsatzgruppen. 20 ont indiqué le régime nazi, et 12 les nazis et les pays alliés de l’Allemagne. 8 ont cité Adolf Hitler seul et 2 ont évoqué la responsabilité d’« un homme » sans toutefois le nommer. Pour 4 enquêtés, les Allemands sont responsables. Un visiteur n’a pas souhaité répondre. Les enquêtés développent peu cette question. Seuls quelques visiteurs expriment des jugements tels que « Hitler était un fou », ou encore, dans le cas d’un homme affirmant que cet espace l’a replongé dans une guerre qu’il a vécue étant enfant, « les collaborateurs auraient dénoncé leur propre père ». Ainsi, sur les 82 visiteurs observés, 46 attribuent la responsabilité du génocide à l’administration politique et aux États, quand l’espace Shoah du Mémorial de Caen met pourtant essentiellement l’accent sur le sort des victimes juives face à leurs persécuteurs et leurs bourreaux. Ces données démontrent que la spécificité du génocide des Juifs telle qu’elle est annoncée à l’entrée de l’espace – la systématisation des massacres à l’échelle européenne et un processus de radicalisation en lien avec le terrain militaire – ne semble pas être perçue par les visiteurs.

24Des expôts relatifs à la Shoah par balles, et en particulier la photographie de l’exécution de Juifs lituaniens ou encore la vidéo d’Edward Anders, ont par ailleurs été largement oubliés par les visiteurs. En effet, la photographie représentant des hommes à genoux, des fusils braqués sur la nuque, a été regardée par seulement cinq visiteurs. Se pose ainsi la question du positionnement de cet expôt, qui, bien qu’étant en grand format, n’a pas attiré l’attention des publics enquêtés. Edward Anders commente par ailleurs, dans une vidéo, des photographies de l’extermination des populations juives de Liepaga, en 1941, à laquelle il a échappé. Les propos tenus par Anders ainsi que les photographies, prises par des SS, évoquent la violence extrême de ces massacres perpétrés au grand jour. Ce témoignage filmé, diffusé sur un écran de petite taille et disposé dans un renfoncement, n’a été regardé que par 4 enquêtés. L’attention des visiteurs s’est en revanche davantage portée sur une autre vidéo disposée dans l’îlot suivant consacré aux ghettos. La vidéo du ghetto de Varsovie a été regardée par 35 enquêtés mais est, à la différence de la vidéo d’Anders, valorisée sur un écran de grande taille. La mise à disposition de bancs sur lesquels les visiteurs peuvent s’asseoir ajoute à l’attractivité de cette vidéo. Peu de visiteurs ont toutefois évoqué les ghettos au cours de l’entretien. Cette unité d’exposition consacrée à la ghettoïsation comporte peu d’expôts, la vidéo constituant l’unique source offrant un aperçu de la vie quotidienne dans le ghetto de Varsovie. Mais la place accordée à cet expôt et l’absence de cartel soulèvent toutefois des interrogations, dans la mesure où les images ont été tournées en 1942 par le service de propagande de la Wehrmacht.

25Si, comme nous l’avons précisément indiqué, la Shoah par balles est au cœur de l’exposition permanente, le Mémorial n’élude pas pour autant la question de l’organisation industrielle des massacres. Toutefois, cette unité d’exposition ne comporte aucun panneau explicatif. Les seuls éléments présentés sur le mur sont les estimations du nombre de victimes juives dans les principaux centres de mise à mort, la carte des camps en Pologne et une photographie de l’entrée du camp d’Auschwitz II – Birkenau. Dans une vitrine sont également exposés la première édition de Se questo è un uomo de Primo Lévi, une chaussure d’enfant et des couverts retrouvés à Auschwitz, ainsi que l’étiquette d’une boîte de Zyklon B. Une fois encore, ces éléments ne font que réactualiser les connaissances des visiteurs. La table tactile, qui constitue l’unique dispositif interactif au sein de l’espace Shoah, propose, au travers de textes et de photographies, des informations sur le fonctionnement du centre d’Auschwitz – Birkenau. Mais les visiteurs se contentent majoritairement de jeter un coup d’œil à la table sans toutefois la manipuler. L’entretien consécutif à la visite valide les données des observations puisque, à la question « Que pensez-vous de la place réservée aux camps d’extermination dans cet espace ? », 59 visiteurs ont répondu : correcte et suffisante. Le peu d’informations sur les centres de mise à mort présentes dans cette unité d’exposition semble ainsi convenir à la majorité des visiteurs observés. 11 ont estimé que la place est insuffisante et faible. 3 ont considéré la place comme étant trop importante. L’unité d’exposition consacrée aux Sonderkommandos a davantage retenu l’attention des publics observés. Plus d’un visiteur sur deux a regardé les quatre dessins et 39 ont lu l’extrait du manuscrit de Zalmen Gradowski, rédigé et retrouvé en 1944, enfoui sous les cendres des fours crématoires d’Auschwitz – Birkenau.

26La question des enfants étant précisément un marqueur de prise de conscience de l’ampleur des massacres, il n’est pas surprenant que les expôts issus de l’îlot consacré au sort des enfants aient été les plus cités par les visiteurs. Cette unité d’exposition ajoute une dimension émotionnelle et empathique à l’espace Shoah, au détriment toutefois de la dimension informative. En effet, le panneau, qui rappelle qu’un million et demi d’enfants juifs ont trouvé la mort au cours de la Seconde Guerre mondiale, ne propose que des informations succinctes, et la question des conditions d’arrestation ou encore celle du sauvetage des enfants sont éludées. Les observations que nous avons menées démontrent que les visiteurs ont passé peu de temps sur cet îlot qui dispose d’une part de peu d’expôts, et d’autre part d’expôts essentiellement visuels.

27Cette unité d’exposition marque toutefois considérablement les publics enquêtés. L’unique vitrine présente un cartable ouvert laissant apparaître des cahiers d’écolier ainsi qu’un double décimètre appartenant à Roger Stern, un jeune garçon déporté à Auschwitz avec son frère et ses parents le 7 décembre 1943. Le cartel informe que ces objets sont exposés dans l’état où ils ont précisément été retrouvés, dans la cour de l’immeuble où la famille habitait. Aux côtés de ces objets personnels est présentée la poupée d’Eva Kirzner, jeune fille juive d’origine polonaise âgée de 11 ans, transférée au camp de Drancy le 17 octobre 1942 avant d’être déportée à Auschwitz. Cette vitrine évoque le destin tragique de nombreux enfants juifs qui, à l’image de Roger Stern, ont été arrêtés sur le chemin de l’école. À cet égard, l’un des visiteurs observés a indiqué, au cours de l’entretien, avoir été marqué par le double décimètre puisqu’il possédait une règle similaire lorsqu’il était enfant. Ces objets du quotidien, dotés d’une force émotionnelle, sont une source d’évocation et renvoient à la sensibilité des visiteurs. L’exposition joue ainsi sur les possibilités d’identification, en insistant également sur le sort d’une famille originaire de Caen, les Kirzner, dont tous les membres furent, les uns après les autres, déportés à Auschwitz.

Conclusion

28Cette première approche de l’analyse des parcours de 82 visiteurs adultes a permis de construire des outils d’évaluation et d’observation dans le cadre d’une formation de médiation culturelle, en s’appuyant sur des protocoles de recherche issus des sciences sociales, pour approcher la transaction réflexive issue de la mise en récit de la Shoah au Mémorial de Caen. Dans cette démarche, la phase d’entretien consécutive à l’observation montre que la dimension émotionnelle prime sur la dimension réflexive et la prise de conscience historique. La force émotionnelle portée par quelques objets précis marque considérablement le visiteur, bien que le musée ait en premier lieu, comme l’indique le panneau « La spécificité du génocide », des ambitions scientifiques et pédagogiques.

29Notre démarche d’évaluation ne permet pas d’affirmer ou d’infirmer que cette dimension émotionnelle sert la connaissance et qu’elle favorise l’appropriation du message historique. Elle offre cependant quelques points de repère sur les comportements et les réactions de visiteurs face à une exposition, l’enjeu d’une démarche d’évaluation étant d’améliorer les outils de médiation proposés pour rendre les publics acteurs de leur compréhension d’un passé douloureux, tout particulièrement les publics scolaires.

30À partir de ce cas de dispositif muséal, se précise le système de contraintes des expositions pour des professeurs d’histoire : contraintes relatives aux finalités d’appropriation de savoirs (histoire et / ou mémoire), à la mise en contact avec le fait historique (information, empathie), à la dimension spatiale et technique de la médiation (accessibilité, visibilité, maniabilité des outils). Au cœur de l’espace muséal pris comme un milieu didactique, il est donc nécessaire de placer, outre les interactions entre intervenants du musée et visiteurs telles qu’elles ont été présentées au chapitre précédent, les interactions de ces visiteurs avec un dispositif matériel et spatial lui-même porteur d’intentions et de contenus déposés par d’autres acteurs (donateurs, muséographes, responsables scientifiques).

Bibliographie

Chaumier S. (1999), « Les méthodes de l’évaluation muséale, quelques repères au sujet des formes et des techniques », La lettre de l’OCIM, no 65, 1999, p. 13-21, en ligne à l’adresse suivante : http://doc.ocim.fr/LO/LO065/LO.65(2)-pp.13-21.pdf.

Daignault L. (2011), L’évaluation muséale, savoirs et savoir-faire, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Davallon J. (1999), L’exposition à l’œuvre : stratégies de communication et médiation symbolique, Paris – Montréal, L’Harmattan.

Desvallées A. (1976), « Les galeries du musée national des Arts et Traditions populaires, une expérience muséologique », Musées et collections publiques de France, no 135, p. 5-37.

Eidelman J., Roustan M., Goldstein B. (dir.) (2008), La place des publics. De l’usage des études et recherches par les musées, Paris, La Documentation française.

Grimaldi S. (2013), « À quoi sert un mémorial ? », in Mémoire et mémorialisation. 1. De l’absence à la représentation, D. Peschanski (dir.), Paris, Hermann, p. 207-217.

Louvier P., Mary J., Rousseau F. (dir.) (2012), Pratiquer la muséohistoire. La guerre et l’histoire au musée. Pour une visite critique, Outremont – Montpellier, Athéna éditions – Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES).

Mairesse F. (2011), « Public », in Dictionnaire encyclopédique de muséologie, A. Desvallées et F. Mairesse (dir.), Paris, A. Colin, p. 497-525.

Rousseau F. (dir.) (2012), Les présents des passés douloureux. Musées d’histoire et configurations mémorielles : essais de muséohistoire, Paris, M. Houdiard.

Notes

1 Eidelman et al. 2008, 17.

2 Davallon 1999.

3 Chaumier 1999, 13.

4 L’étude est conduite dans le cadre du master 2 « Territoire, culture et enseignement », spécialité médiation culturelle, de l’École supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) de l’académie de Caen (université de Caen Normandie), sous la responsabilité scientifique et pédagogique de Stanislas Hommet.

5 Mairesse 2011, 510.

6 Chaumier 1999, 15.

7 Daignault 2011, 45.

8 Rousseau 2012, Louvier et al. 2012.

9 Rousseau 2012, 176.

10 Nous reprenons ici la définition proposée par André Desvallées (Desvallées 1976, 10) : « Unité élémentaire mise en exposition, quelles qu’en soient la nature et la forme, qu’il s’agisse d’une vraie chose, d’un original ou d’un substitut, d’une image ou d’un son. Selon la forme prise par l’exposition, et sa nature, il peut s’agir d’un simple objet de musée, d’une unité écologique ou même d’une installation complexe ».

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Plan de l’espace Shoah du Mémorial de Caen
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/12994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Figure 2 – Grille d’observation, fiche enquêté no 52
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/12994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 821k

Auteurs

Université de Caen Normandie

Stanislas Hommet est titulaire d’un master en histoire et conduit un travail de doctorat en sciences de l’éducation, au laboratoire Théodile-CIREL, sur les modes de pensée du passé chez des lycéens en rapport avec des passés douloureux. Responsable d’un master de médiation culturelle, il est aussi directeur de l’ESPE de l’académie de Caen et vice-président délégué à la communication à l’université de Caen Normandie.

Université de Caen Normandie

Myriam Chasserieau est titulaire d’un master de médiation culturelle et d’un doctorat conduit au LERMA (Laboratoire d’études et de recherche sur le monde anglophone) – université d’Aix-Marseille. Elle est chargée de mission pour la valorisation de la recherche à l’ESPE de l’académie de Caen.

Université de Caen Normandie

Charlotte Devaux est titulaire d’un master de médiation culturelle et responsable de la communication et de la culture à l’ESPE de l’académie de Caen.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search