Version classiqueVersion mobile

Acteurs et action

 | 
Jean-François Thémines
, 
Sylvain Doussot

Les enseignants, des acteurs contraints

Les acteurs de l’enseignement historique dans un contexte particulier : la Biélorussie

Anna Zadora

Résumé

La Biélorussie connaît un contexte politique postsoviétique dans lequel le régime autoritaire en place utilise l’enseignement de l’histoire pour construire et transmettre une identité historique qui le légitime. L’intervention du pouvoir politique sur l’enseignement de l’histoire passe par un certain nombre d’acteurs dans le cadre d’interactions complexes. Cette complexité concerne les contenus, la forme et l’impact social de l’enseignement de l’histoire. L’article analyse l’évolution des acteurs de l’enseignement de l’histoire depuis les années de perestroïka jusqu’à aujourd’hui.

Texte intégral

1La Biélorussie postsoviétique est connue pour son contexte politique particulier où le régime autoritaire fait un appel massif à l’enseignement de l’histoire pour construire et diffuser un message historico-identitaire soumis à la légitimation de ce régime. L’intervention du pouvoir politique dans l’enseignement de l’histoire se traduit par la multiplication des acteurs et la complexité de leurs interactions, ce qui affecte le contenu, la forme et l’efficacité sociale de l’enseignement de l’histoire. Nous analysons dans cette contribution l’évolution du champ des acteurs de l’enseignement historique à partir des années de la perestroïka jusqu’à nos jours.

L’indépendance et le début de l’histoire nationale biélorusse

2Il faut préciser d’emblée que la Biélorussie, devenue indépendante en 1991, a commencé à écrire et à enseigner son histoire nationale seulement en 1992. Nouvelle discipline, l’histoire, ainsi que son contenu, ont été créés à partir de zéro dans l’objectif de la construction des liens d’identification avec l’État nouvellement indépendant : la république de Biélorussie.

3Au début de l’indépendance, dans les années 1990, les acteurs de l’enseignement historique étaient chargés d’une mission majeure : créer la nouvelle matrice de l’enseignement historique et de l’identité d’un nouvel État indépendant. L’héritage soviétique de l’enseignement de l’histoire était très lourd : le rôle de l’histoire a été réduit à la production d’idéologèmes destinés à légitimer l’État soviétique, les histoires nationales n’ont quasi pas existé et les volets pédagogiques et didactiques en étaient extrêmement faibles. Les finalités politiques et sociales de l’enseignement de l’histoire étaient la légitimation du régime soviétique qui s’effectuait non via une réflexion critique, mais une mémorisation mécanique des dogmes. Les finalités de l’enseignement dogmatique soviétique étaient la légitimation d’un régime politique spécifique via la mémorisation des informations présentées comme des vérités ultimes. Le nombre de devoirs proposés à la fin des chapitres et paragraphes dans les manuels dépassait rarement deux, et l’objectif était la mémorisation du texte du manuel.

4L’usage social de l’enseignement historique dans le but de légitimer un régime politique n’est pas une spécificité biélorusse. Le gouvernement soviétique a fait un recours massif à l’histoire et la Biélorussie indépendante a condamné le passé soviétique. Mais elle a eu recours au même instrument – l’histoire – pour légitimer les transformations sociopolitiques et le nouveau message identitaire véhiculé notamment à travers le système éducatif. Elle y a ajouté toutefois une préoccupation pour le développement de compétences nécessaires à la formation de citoyens conscients. Sous la perestroïka, une véritable révolution didactique a été opérée. Les finalités de l’enseignement historique étaient de former des citoyens conscients, responsables, capables de réfléchir et de confronter des points de vue opposés. Le nombre de devoirs accompagnant les chapitres des manuels était de six en moyenne avec de véritables questions de réflexion critique, de comparaison argumentée.

5De nombreuses publications des années 1990 ont dénoncé les spéculations politiques en histoire sous le régime communiste. Ces publications ont répondu à la volonté politique et à la demande sociale de renoncer à l’histoire soviétique et de retrouver une histoire qui légitimerait le projet historique et identitaire de la Biélorussie indépendante. La découverte d’une histoire faussée durant les années de communisme a été un point d’ancrage pour un pays et un peuple en transition. L’histoire était considérée comme l’unique référence stable, d’où sa fonction légitimatrice pour le nouveau modèle social, économique et politique de la Biélorussie indépendante. Les travaux en histoire ont porté sur le rôle de la Biélorussie sur la scène internationale et sur la révision des relations avec les pays voisins. Différents points de vue et idéologies se confrontaient dans une compétition libre encouragée par la mutation du champ de l’historiographie.

6Avec la perestroïka, l’idée nationale devient la nouvelle idéologie de la Biélorussie indépendante et l’histoire du pays acquiert le statut d’une science et d’une discipline à part entière. Les historiens chargés de construire cette nouvelle science et discipline se sont heurtés à une série de difficultés. Premièrement, il a fallu écrire une nouvelle histoire, l’histoire de Biélorussie n’ayant jamais été ni reconnue ni codifiée avant, mis à part dans les quelques ouvrages du début du XXe siècle. Les bribes de l’histoire des peuples soviétiques se rapportant aux terres biélorusses devaient être rassemblées et retravaillées. La mise en place d’une nouvelle science et d’une nouvelle discipline scolaire a été un processus douloureux en raison de la conjoncture économique, de la refonte de la structure sociale, de la nouveauté de cette science et aussi de l’impact social et idéologique de l’histoire sur la sphère politique.

7Les procédures d’écriture et de contrôle des premiers manuels d’histoire de la Biélorussie indépendante étaient assez simples, essentiellement pour deux raisons : la nouveauté de cette écriture et le temps limité pour la mener à bien. D’après la procédure officielle, le manuel devait être validé par les professeurs d’université, ce qui devait garantir le caractère scientifique des ouvrages. Les enseignants du secondaire devaient ensuite effectuer une expertise pédagogique pratique et présenter les résultats de l’utilisation du nouveau livre en classe.

8Dans les années 1990, les débats qui réunissaient les historiens et les enseignants concernaient le fond et la forme des manuels, les aspects idéologiques et les aspects matériels. La période soviétique devait être substantiellement réévaluée et réécrite. Les spécialistes s’opposaient sur la manière de réviser cette période. Les années 1990 étaient, d’un côté, une réaction nationaliste à l’effondrement soviétique et de l’autre, une tentative de rétablir la recherche historique libérée du joug totalitaire. La recherche de l’histoire la plus ancienne et la plus glorieuse possible caractérisait les pays issus de la chute de l’URSS. Même le préambule de la Constitution de la Biélorussie indépendante votée en 1994 mentionne que « l’État biélorusse a une histoire de plusieurs siècles » et que cette longue histoire confère au peuple biélorusse « le droit à l’autodétermination ». Cette référence au sein du recueil de lois essentielles prouve l’importance accordée à l’histoire dans la construction du futur d’un pays devenu indépendant. Dans les ouvrages historiques parus sous la perestroïka, l’accent a souvent été mis sur les pages glorieuses de l’histoire biélorusse, sur les figures de la renaissance biélorusse, sur le grand-duché de Lituanie et sur le début du XXe siècle.

La fracture du champ de l’enseignement historique

9Après les changements sociopolitiques des années 1980 et sous la turbulence de la perestroïka, une fois que les masques idéologiques étaient tombés, le milieu des historiens s’est divisé en deux camps. Il y avait, d’un côté, des historiens qui ont rapidement pris la défense de la version nationaliste de l’histoire et ceux qui étaient des marxistes « durs ».

10La dichotomie marxiste / nationaliste qui a divisé le champ des historiens s’est compliquée au milieu des années 1990, période durant laquelle la liberté d’expression a été considérablement réduite et l’histoire est redevenue une discipline surveillée. Aux deux camps mentionnés s’est ajouté un troisième, qui est un courant officiel auquel il est nécessaire d’appartenir afin de ne pas être ostracisé par les autorités. Ce courant regroupe tous ceux qui abandonnent sous la pression officielle certaines de leurs convictions, ceux qui acceptent les règles du jeu établies par le pouvoir politique, similaires aux règlements de l’historiographie soviétique. La majorité écrasante des historiens biélorusses appartient à ce courant. L’idéologie de l’historiographie officielle est fortement attachée aux dogmes du marxisme-léninisme, sans être une version pure du matérialisme historique. Il faut dire que la majorité des historiens qui adhèrent actuellement au troisième courant ont dû renoncer à leurs points de vue déclarés pendant la perestroïka.

11Actuellement, il y a trois courants dans l’historiographie nationale en Biélorussie qui correspondent aux trois étapes de son évolution : le courant soviétique, le courant nationaliste et le courant actuel, fortement ancré dans la tradition soviétique. Il est important d’insister sur la terminologie employée, à savoir courants et non pas écoles, parce que ces groupes d’historiens n’ont pas les attributs d’une école scientifique tels qu’une conception, un discours stabilisé, un leader, des événements majeurs et institutionnellement reconnus, etc. Qui plus est, la frontière entre les historiens « de la cour », ceux qui défendent la conception soviétique, et les historiens qui adhèrent à cette conception sans l’approuver véritablement, est très difficile à tracer en termes institutionnels. La troisième conception correspond au conformisme et à une soumission aux exigences que le pouvoir politique essaie d’imposer dans le champ historiographique. Les auteurs qui appartiennent à ce courant acceptent de sacrifier certains faits historiques, soit en les passant sous silence, soit en leur donnant une interprétation tendancieuse dans le but de se faire admettre par les autorités en tant qu’historien. Il existe un véritable marchandage entre le gouvernement et les historiens, marchandage par lequel ces derniers modifient les points sensibles de leurs écrits. Un tel arrangement permet aux auteurs de garder leur poste au sein des instituts et des académies d’État, et de publier leurs ouvrages. Pourtant, certains auteurs refusent ces arrangements. Certains historiens qui ont vécu la période de la perestroïka et l’essor de l’histoire nationaliste comme une période de valorisation refusent les dogmes imposés actuellement.

12La période de l’indépendance après la perestroïka a connu une augmentation du nombre d’enseignants d’histoire dans l’enseignement supérieur : de 268 enseignants en 1980 à 321 en 2005. Les intitulés des chaires et des postes ont également évolué : les chaires en histoire de l’URSS, en histoire du marxisme-léninisme, ont été supprimées, les chaires en histoire de Biélorussie, en didactique de l’histoire, ont été créées. Le rôle de l’enseignement supérieur pour l’enseignant de l’histoire est majeur : la recherche universitaire fournit les données pour l’enseignement, les auteurs de manuels scolaires sont pour la plupart des professeurs d’université, et les enseignants du secondaire sont formés par les universités.

13L’analyse de l’évolution de l’historiographie biélorusse doit prendre en compte le fait qu’en Biélorussie être historien-chercheur, auteur de manuels scolaires ou enseignant d’histoire dans le supérieur ou le secondaire engage une responsabilité personnelle. Être historien implique la problématique du positionnement personnel par rapport à la pression du contexte politique et de l’intervention politique dans l’écriture de l’histoire. Le problème de la résistance à la pression politique implique la nécessité de garder la neutralité scientifique et professionnelle pour ne pas tomber dans les extrémités idéologiques, qu’elles soient soviétiques ou nationalistes. La profession d’historien en Biélorussie est donc une profession « à risque ».

14Le risque qu’un historien réfractaire court est de se voir interdire la publication des résultats de sa recherche et de ses manuels ; l’enseignant peut être renvoyé de son poste sans pouvoir trouver un travail dans l’enseignement. Cette situation est très problématique pour les historiens, si nous tenons compte de la difficulté de trouver des ressources alternatives pour financer les publications et exercer le métier d’enseignant.

Les acteurs de l’enseignement historique sous pression politique

  • 1 Hirschman 1970.
  • 2 Bajoit 1992.

15Après la présentation succincte du contexte biélorusse, il est pertinent de considérer la problématique des acteurs de l’enseignement historique qui sont, dans ce contexte, des acteurs sous pression politique. Afin de répertorier les différents types de comportement des historiens et des enseignants d’histoire, nous allons recourir aux typologies proposées par Hirschman1 et reprises par Bajoit2 qui en fait une lecture critique. Les théories mentionnées nous paraissent être les instruments conceptuels les plus appropriés pour analyser la réalité complexe du milieu des historiens biélorusses. Nous retenons les trois types de comportement théorisés par Hirschman qui sont exit (défection), voice (prise de parole) et loyalty (loyauté ou fidélité). Nous y ajoutons la catégorie frontalière du pragmatisme suggérée par Bajoit qui permet de saisir des nuances subtiles de cas qui n’entrent pas dans les concepts trop larges et « inclusifs » selon lui d’Hirschman, lequel qualifie de loyal celui qui hésite à quitter l’organisation à laquelle il appartient même s’il est en désaccord avec elle.

16Tous les historiens à l’époque soviétique, d’après le schéma d’Hirschman, étaient loyaux ; pourtant cette loyauté doit impérativement être nuancée. Nous avons besoin de la notion de pragmatisme introduite par Bajoit pour expliquer le choix de rester dans le système sans protester, comme le faisait la majorité des historiens soviétiques et comme le font aussi beaucoup d’historiens biélorusses à l’heure actuelle. Cette réaction ne relève pas incontestablement de la fidélité ou de la loyauté. Des historiens ont cru et croient toujours aux dogmes marxistes. Ces historiens sont véritablement fidèles au système et soutiennent le retour aux traditions historiographiques soviétiques. Néanmoins, une grande partie des historiens reste dans le système à défaut d’alternatives et évite des réactions explicites de protestation en redoutant leur « coût » – les sanctions qui peuvent être encourues. La loyauté s’avère être la seule option dans une conjoncture qui exclut la défection aussi bien que la prise de parole. Cet amalgame de résignation, de frustration, d’apathie, de repli sur soi et d’opportunisme où l’individu, en recherchant une compensation et un profit personnel, exploite la situation et « s’installe » dans le système, est appelé « pragmatisme » dans les écrits de Bajoit. Le choix des arguments des individus dans leur prise de position est défini par les conditions que leur impose le système, ce dont le cas biélorusse fournit un exemple significatif. La loyauté et le pragmatisme sont deux types de comportement qui se distinguent chez les historiens soviétiques et les spécialistes contemporains. Ce constat met en valeur la similitude des systèmes et des réactions entre l’époque soviétique et la période actuelle.

17Quant au recours à la défection, il est entravé par la restriction du choix et le contrôle étatique quasi total de la sphère des humanités. Pour sortir du système, il faut avoir des ressources alternatives – qui sont peu nombreuses en Biélorussie. Seuls ceux qui ont l’assurance de pouvoir faire de la recherche historique dans des établissements installés en dehors de la Biélorussie (comme l’Université européenne des humanités, l’Institut indépendant des recherches socioéconomiques et politiques, l’Institut biélorusse pour les études stratégiques, basés à Vilnius) ou qui sont placés sous le patronage et la protection d’instances étrangères (comme l’Atelier historique parrainé par l’ambassade d’Allemagne), peuvent se permettre de quitter et de défier le système. Dans le contexte biélorusse d’un système qui puise sa légitimité dans la période soviétique, la prise de parole est encore plus problématique que la défection. Outre son coût élevé, elle est conditionnée par la capacité d’exercer une certaine influence dont doit disposer celui qui y a recours. Il y a très peu d’académiciens qui se sentent en mesure d’influencer la prise de décision dans le domaine de l’écriture de l’histoire, ce qui freine la prise de parole.

18Les entretiens menés entre 2009 et 2011 avec 27 enseignants d’histoire de 14 établissements d’enseignement secondaire biélorusses à Minsk, dans des villes de province et dans des écoles rurales, nous ont permis de confirmer la théorie d’Hirschman. Le premier constat est la diminution des protestations contre la politique officielle et les détournements de l’histoire qui pouvaient avoir lieu à l’époque de la perestroïka. Sous la perestroïka, les enseignants ont apprécié la liberté, le pluralisme, l’absence de dogmes et d’idéologie imposée.

  • 3 Professeure d’histoire au lycée 24 de Minsk. Nous avons réalisé la totalité des traductions (témoig (...)

Sous la perestroïka, on nous a laissé la liberté d’enseigner et de penser pendant quelques années, et c’étaient les meilleures années de ma carrière d’enseignante3.

  • 4 Professeur d’histoire, village de Danilovitchi, région de Minsk.

La perestroïka était une période difficile, l’histoire était une discipline nouvelle, mais on avait la liberté qu’on n’a plus maintenant4.

19Progressivement, sous la pression de l’intervention politique dans l’enseignement de l’histoire, l’expression des désaccords a cédé la place à une protestation muette, au refus d’utiliser le manuel officiel, au courage de donner une interprétation alternative de l’histoire, aux devoirs supplémentaires qui ne figurent pas dans les manuels (organiser des débats sur les sujets complexes, apprendre à argumenter en confrontant plusieurs points de vue, interroger les membres des familles ou l’entourage sur les événements historiques dont ils étaient témoins, organiser les visites des lieux historiques).

  • 5 Professeur d’histoire, village de Ludizanevitchi, région de Gomel.

L’administration de l’établissement m’a demandé de réduire les manifestations extrascolaires, on me demande de ne pas faire de trop pour l’histoire et de faire attention à la vision officielle5.

  • 6 Professeure d’histoire au lycée 24 de Minsk.

Je sais que les parents ne disposent ni du temps, ni de la motivation pour maintenir une transmission du récit mémoriel et historique de la famille, j’ai été obligée de demander aux élèves de dessiner l’arbre généalogique de la famille et de noter les témoignages des parents et des grands-parents sur les événements dont ils étaient témoins. C’est comme cela que nous avons découvert qu’une de mes élèves ignorait que son grand-père était un héros de l’Union soviétique, titre très rare et très valorisé6.

20Une des raisons pour lesquelles la communauté des historiens fait preuve de circonspection pragmatique dans le choix des stratégies, est l’absence de règles stables et définies de fonctionnement de cette communauté. Ce manque renvoie à deux facteurs essentiels. La première explication est la jeunesse relative de ce groupe. Le milieu des historiens biélorusses a commencé à se constituer au moment où la Biélorussie et son histoire sont devenues indépendantes, donc au début des années 1990. Le contexte a nécessité la mise en place de nouveaux schémas destinés à régir la mise en récit de l’histoire et les modes de fonctionnement du milieu des historiens. Deuxième facteur qui peut expliquer une relative autonomie de l’enseignant même dans ce contexte très spécifique, c’est la reconnaissance de l’expertise des enseignants et surtout des enseignants d’histoire. L’histoire a souvent été considérée lors des changements comme un repère stable, comme une source de réponses à de nouvelles questions amenées par les transformations. Sous la perestroïka, les enseignants d’histoire étaient considérés par la société comme détenteurs d’un savoir exclusif et très important pour une société en reconstruction : le savoir historique. Après la perestroïka, au moment d’une considérable intervention politique, les enseignants d’histoire ont gardé leur aura d’experts qui ont vécu sous différents régimes et différentes pressions politiques.

Les acteurs spécifiques de l’enseignement historique

21La Biélorussie a mis en place en 1995 un acteur spécifique de la production de la littérature scolaire : la Commission d’État chargée du contrôle de l’édition des manuels scolaires en sciences humaines. L’analyse du fonctionnement de cette institution (documents de travail, rapports, procès-verbaux des réunions, entretiens avec les membres de la Commission et les auteurs de manuels d’histoire) nous a permis de tracer l’évolution complexe et paradoxale d’un organe de censure politique vers une institution de contrôle de la qualité scientifique et didactique des manuels scolaires.

22Cette structure répond à l’aspiration du pouvoir politique à mettre sous son contrôle l’écriture de l’histoire scolaire. D’innombrables rouages introduits dans la procédure de rédaction des manuels étouffent toute velléité d’aller à l’encontre de la conception officielle de l’histoire. Le but de la Commission est d’encadrer et de contrôler directement la rédaction des manuels. Les dix membres de la Commission ont été désignés par le même ordre. La fonction de contrôle idéologique reste toujours présente, mais la Commission est devenue une instance d’expertise scientifique et didactique.

23La Commission reste la dernière instance à donner un verdict sur les manuscrits. Avant d’être validé par la Commission, un manuscrit doit passer de nombreuses étapes de contrôle et de révision, étapes résumées dans le schéma suivant.

Tableau 1 – Les étapes du contrôle des manuels scolaires d’histoire

Tableau 1 – Les étapes du contrôle des manuels scolaires d’histoire

24Au début, le manuscrit subit deux expertises au sein de l’Institut de l’éducation rattaché au ministère de l’Éducation. Dans le cas où les conclusions générales de ces deux premières expertises sont positives, le manuscrit peut avoir la chance d’être considéré par des instances supérieures. Les experts désignés par l’Institut veillent aux qualités didactiques et à l’idéologie adoptée par l’auteur. S’il s’agit d’un manuscrit qui possède un minimum de qualités pédagogiques et qui n’est pas ouvertement opposé à l’idéologie officielle, il obtient l’approbation de la première instance. En réalité, le secrétariat du Ministère peut envoyer le manuscrit pour « amélioration » plusieurs fois jusqu’à ce qu’il devienne acceptable par la Commission.

25L’étape suivante est celle de l’expertise et des délibérations au sein de la section des manuels d’histoire du ministère de l’Éducation. Des sections identiques existent pour les manuels de toutes les disciplines et elles veillent à la correspondance avec le programme officiel et aux qualités didactiques du manuscrit ainsi qu’à la vision du monde exposée par l’auteur dans son livre. Le manuscrit est soumis à de nouveaux experts et s’il y a des points à retravailler, il est retourné aux auteurs pour qu’ils y apportent des corrections. Les fonctionnaires du Ministère savent quels points il faudrait « polir » pour que le manuscrit puisse être analysé d’abord par le Présidium du conseil scientifique du ministère de l’Éducation, et ensuite, par la Commission.

26Après l’approbation de la section du Ministère, le manuscrit est soumis à l’expertise du Présidium du conseil scientifique du ministère de l’Éducation. Ses membres sont désignés par le ministère de l’Éducation et il est présidé soit par le ministre de l’Éducation, soit par son adjoint. Avant la délibération au sein du conseil, le manuscrit est soumis à l’expertise des membres de la Commission, et d’après les règles non écrites, leur opinion a un « poids » important lors de la délibération. C’est le conseil scientifique qui donne le plus grand nombre de verdicts négatifs aux manuscrits. Cela paraît logique, parce que l’étape suivante étant la Commission qui doit considérer et prononcer la sentence définitive, les manuscrits doivent être très soignés. Concernant la didactique de l’histoire, nous assistons à un véritable retour des traditions pédagogiques soviétiques. Le nombre de questions par paragraphe est d’environ trois, et le développement de la réflexion critique n’est pas une finalité de l’enseignement historique, les questions visent davantage une restitution des informations du manuel.

27Les règles de fonctionnement de la Commission ne sont pas écrites, mais se constituent comme des coutumes d’usage et des précédents. Le terme de « jeu » caractérise le processus de l’écriture de l’histoire biélorusse. Le champ de l’écriture de l’histoire se constitue progressivement en élaborant ses règles de fonctionnement. Les actions et les agissements des acteurs du champ, devenant répétitives et régulières, produisent des régularités et contribuent à la mise en place de règles du jeu, à leur reconnaissance, à leur codification et à leur légitimation. Le sens du jeu social incorporé devient nature, habitus générateur de pratiques et d’actions.

Écriture des manuels scolaires d’histoire : quelques illustrations de tensions entre acteurs

  • 7 Conclusion de l’expert de la Commission d’État Petrykau sur le manuscrit du manuel d’histoire de Bi (...)

28Les documents officiels concernant le fonctionnement de la Commission ont révélé les mécanismes cachés de la procédure de contrôle de l’écriture des manuels. La critique faite par le membre de la Commission d’État Petrykau sur le manuscrit d’histoire de Biélorussie pour la 9e année des auteurs Sidartsou, Famine et Panou est un document intéressant. Ce membre de la Commission est fidèle à l’idéologie soviétique. Il s’oppose ouvertement à la conception assez libérale adoptée par les auteurs du manuscrit en disant que « si les auteurs ne qualifient pas les événements d’octobre 1917 de grande révolution d’Octobre, c’est parce qu’ils sont incompétents »7. Il n’accepte pas que le rôle de cet événement ait été réexaminé et que les auteurs aient le droit légitime de ne pas le qualifier de « grande révolution ». Le vocabulaire et la tonalité du rapport sont très tendus. Dans son rapport, Petrykau indique :

  • 8 Ibid.

En analysant les événements historiques du début du XXe siècle, les auteurs ont tort de ne pas parler de la situation des différentes classes sociales dans l’Empire russe. La notion de classe sociale ne figure pas du tout dans le paragraphe, elle est remplacée par celle de couche sociale. C’est un point à retravailler8.

29Il n’est pas nécessaire de rappeler que la lutte des classes est la pierre angulaire de la doctrine marxiste qui a été largement contestée sous la perestroïka. Cette objection montre la vision du monde de l’expert. Dans la réponse aux critiques, les auteurs signalent qu’ils ont apporté des modifications dans certaines phrases. Dans le paragraphe sur les troubles sociaux à la veille de la révolution de 1917, les auteurs ont introduit les termes de couche et de classe sociale, sans mettre l’accent sur l’interprétation marxiste du terme de classe sociale.

  • 9 Ibid.

30Le professeur Petrykau critique le manuel pour « l’attention exagérée portée à la république populaire de Biélorussie (RPB) »9. Cette formation étatique, la première à comporter le mot « Biélorussie » dans son titre, a été créée en 1918 et n’a existé que quelques mois. Pourtant, la RPB est une référence très importante pour ceux qui veulent affirmer la légitimité de l’indépendance nationale des Biélorusses. Dans la tradition soviétique, cette République n’est mentionnée que d’une manière passagère. Les auteurs du manuel ont introduit la rubrique « Point de vue » où ils ont exposé différentes interprétations de cette formation étatique en stimulant la réflexion critique et personnelle des élèves.

  • 10 Réponse aux critiques faites par le professeur Petrykau des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk (...)

31Dans la réponse aux objections du professeur Petrykau, les auteurs adoptent un ton assez direct. Le document est émaillé de phrases comme : « l’objection sur l’interprétation des événements d’octobre 1917 n’est pas valable, il faut tout considérer dans le contexte » ; « le point de vue sur la RPB n’est que la vision personnelle du professeur Petrykau »10. L’analyse de ces rapports donne une image de la confrontation idéologique et personnelle au sein de la Commission. Dans un document officiel écrit, exigeant une certaine tenue et politesse, les parties se permettent d’aller jusqu’aux confrontations et presque jusqu’aux insultes personnelles. Dans sa conclusion, Petrykau donne un avis défavorable au manuscrit. Cela ne signifie pourtant pas que le manuscrit ne sera jamais publié. Une autre critique de ce même manuscrit a été faite par le professeur de l’Université d’État Arjakhouski. Le manuscrit peut être « sauvé » par la conclusion positive d’un autre expert et par la délibération au sein de la Commission, même après avoir obtenu une conclusion négative d’un membre de la Commission.

  • 11 Sidartsou et al. 1997, 3.
  • 12 Conclusion de l’expert de la Commission d’État Arjakhouski sur le manuscrit du manuel d’histoire de (...)

32Les objections formulées par ce membre de la Commission vont dans le même sens que celles de Petrykau, mais elles sont un peu plus atténuées. Il est moins prosoviétique dans ses jugements, il reconnaît au manuscrit certaines qualités et il le recommande à la publication après correction des erreurs qu’il a indiquées. L’expert Arjakhouski a sévèrement critiqué le paragraphe sur « Les conséquences de l’annexion des terres biélorusses par l’Empire russe après le dernier partage de la Retch Pospolitaya en 1795 » où les auteurs essaient d’analyser toute la complexité des conséquences positives et négatives de cette annexion11. Arjakhouski croit que « ce n’est pas une question légitime pour un manuel scolaire, d’autant qu’il n’y a aucune analyse de la situation des Biélorusses au sein de la Retch Pospolitaya »12. Cela montre que l’expert s’oppose à la réflexion critique sur un événement complexe qui pourrait porter une ombre sur les relations russo-biélorusses.

33Dans leur réponse, les auteurs sont assez bienveillants vis-à-vis des critiques d’Arjakhouski. Le paragraphe critiqué concernant « Les conséquences de l’annexion des terres biélorusses par l’Empire russe après le dernier partage de la Retch Pospolitaya en 1795 » a été complètement éliminé. L’expert a jugé que :

  • 13 Ibid.

[…] dans le chapitre « Printemps des peuples du XIXe siècle », la comparaison du mouvement national biélorusse avec les mouvements nationaux des peuples de l’Europe occidentale et centrale qui s’étend sur une page et demie est exagérée et inutile13.

34Les auteurs ont répondu que :

  • 14 Réponse aux critiques faites par le professeur Arjakhouski des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Mi (...)

Cette comparaison est retirée suite à la critique de l’expert […]14.

  • 15 Conclusion du professeur Arjakhouski sur les corrections faites par les auteurs Sidartsou, Famine, (...)

35Dans l’avis sur les corrections faites d’après ses objections, Arjakhouski a exprimé sa satisfaction aux rectifications apportées en fonction de ses observations. Il indique que « sous quelques réserves, les parties ont trouvé le consensus »15 et il recommande le manuscrit à l’édition.

36Le champ des historiens a su, malgré toutes les pressions, s’autonomiser par rapport au pouvoir. Ce champ est régi par ses propres lois où l’autorité et le prestige ne dépendent pas exclusivement des rapports avec le pouvoir politique. La distribution du capital n’est pas déterminée exclusivement par la loyauté au pouvoir politique. L’autorité des historiens se fonde aussi sur leurs compétences, leur expérience, la cohérence de leur raisonnement historique, leurs qualités personnelles et non pas uniquement sur leur loyauté aux dogmes officiels.

Conclusion

37La pression politique a produit d’importants clivages au sein du milieu des historiens, auteurs de manuels scolaires et même enseignants d’histoire.

38Certains soutiennent la lecture et le mode d’enseignement de l’histoire imposés par le pouvoir politique. Ce mode d’enseignement officiel s’inscrit dans l’héritage soviétique, et cela concerne le contenu de l’enseignement et la didactique. La pression politique sur l’édition de la littérature scolaire a débouché sur le retour des traditions didactiques soviétiques : les méthodes basées sur l’apprentissage par cœur et la mémorisation mécanique des énoncés dogmatiques, la réduction du nombre de devoirs proposés, leur simplification, la réduction du nombre de devoirs créatifs, faisant appel à la réflexion critique, à la comparaison. D’autres historiens et auteurs de manuels défient les dogmes imposés. Pourtant, la plupart des acteurs « composent » avec le système, sans y adhérer véritablement, mais sans pouvoir le défier. Ils n’ont pas les moyens institutionnels, relationnels et économiques de la défection.

39Dans cette configuration, l’enseignant a l’immense responsabilité du choix du modèle pédagogique. Les pratiques pédagogiques sont très variables : des enseignants n’utilisent pas les supports officiels (manuels officiels, atlas, livre du maître) et remplacent le contenu du message officiel et son volet pédagogique par des méthodes qu’ils élaborent eux-mêmes. La plupart des historiens, chercheurs et enseignants suivent la lignée assignée par le pouvoir politique qui va dans le sens d’une idéologisation de l’enseignement ainsi que de l’appauvrissement du contenu et de la didactique de l’histoire. On voit là que la formation des élèves en tant qu’acteurs ou futurs acteurs est fortement affectée par le rapport extrêmement contraint des professeurs avec un système politique et institutionnel.

Bibliographie

Bajoit G. (1992), Pour une sociologie relationnelle, Paris, PUF.

Hirschman A. O. (1970), Exit, Voice, and Loyalty : Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Cambridge, Harvard University Press.

Sources

Documents non édités16

Conclusion de l’expert de la Commission d’État Arjakhouski sur le manuscrit du manuel d’histoire de Biélorussie pour la 9e année des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk, 21 mai 2000.

Conclusion de l’expert de la Commission d’État Petrykau sur le manuscrit du manuel d’histoire de Biélorussie pour la 9e année des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk, 20 avril 2000.

Conclusion du professeur Arjakhouski sur les corrections faites par les auteurs Sidartsou, Famine, Panou en fonction des remarques du professeur Arjakhouski, Minsk, 23 juin 2000.

Réponse aux critiques faites par le professeur Arjakhouski des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk, le 12 juin 2000.

Réponse aux critiques faites par le professeur Petrykau des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk, 6 mai 2000.

Documents édités

Constitution de la république de Biélorussie, Minsk, Belarus’, 1994.

Melnik O. (1998), « Comment faut-il enseigner l’histoire de la période soviétique ? », Le journal des enseignants, no 177, p. 2.

Sidartsou O., Famine V., Panou S. (1997), Manuel d’histoire de Biélorussie pour la 9e année, Minsk, Instruction populaire.

Notes

1 Hirschman 1970.

2 Bajoit 1992.

3 Professeure d’histoire au lycée 24 de Minsk. Nous avons réalisé la totalité des traductions (témoignages, citations) présentes dans cette contribution.

4 Professeur d’histoire, village de Danilovitchi, région de Minsk.

5 Professeur d’histoire, village de Ludizanevitchi, région de Gomel.

6 Professeure d’histoire au lycée 24 de Minsk.

7 Conclusion de l’expert de la Commission d’État Petrykau sur le manuscrit du manuel d’histoire de Biélorussie pour la 9e année des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk, 20 avril 2000.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Réponse aux critiques faites par le professeur Petrykau des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk, 6 mai 2000.

11 Sidartsou et al. 1997, 3.

12 Conclusion de l’expert de la Commission d’État Arjakhouski sur le manuscrit du manuel d’histoire de Biélorussie pour la 9e année des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk, 21 mai 2000.

13 Ibid.

14 Réponse aux critiques faites par le professeur Arjakhouski des auteurs Sidartsou, Famine, Panou, Minsk, le 12 juin 2000.

15 Conclusion du professeur Arjakhouski sur les corrections faites par les auteurs Sidartsou, Famine, Panou en fonction des remarques du professeur Arjakhouski, Minsk, 23 juin 2000.

16 Les documents mentionnés ci-dessous sont conservés aux archives du Centre national du livre scolaire du ministère de l’Éducation à Minsk.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Les étapes du contrôle des manuels scolaires d’histoire
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/12954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteur

Université de Strasbourg

Anna Zadora est chargée d’enseignement à l’université de Strasbourg. Les thématiques de ses recherches sont la sociologie et la didactique de l’enseignement de l’histoire.

© Presses universitaires de Caen, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search