Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'élevage en Normandie, étude géographique. Volume I

 | 
Armand Frémont

Introduction

Texte intégral

1Les tribulations d’un titre, au cours de dix années de recherche, expriment assez bien comme il peut être malaisé, pour un géographe, de choisir un sujet, de s’y tenir et de le traiter, tellement sont difficiles à cerner les limites et la finalité de notre discipline. J’avais la volonté, cependant, et ceci dès l’origine, de consacrer au monde rural normand mon travail de thèse. Celui-ci s’intitula d’abord « Les plaines et plateaux normands et la vallée inférieure de la Seine, étude d’économie rurale ». Son orientation devait être principalement économique et son cadre régional, resserré sur la Haute-Normandie, plus étroit que celui que j’adoptai finalement. Après une période d’incertitude, marquée par 28 mois d’excursions extra-universitaires, j’envisageai pendant quelque temps de réduire encore le cadre régional, afin d’étudier dans sa totalité, « le Pays de Caux » milieu rural particulièrement original et complexe. C’est une sorte de réaction qui me fit choisir finalement « l’élevage en Normandie » en ne retenant qu’un secteur d’activité, le plus important il est vrai dans cette province, et en élargissant le cadre à 2 régions de programme, 5 départements et 3.374 communes. Mais, au terme de mes recherches, je me demande si le titre ne devrait pas se transformer encore pour devenir « Les éleveurs de Normandie ».

***

2Sur cet itinéraire de réflexion, j’ai sans cesse trouvé le secours de trois maîtres. M. André Cholley avait dirigé mon Diplôme d’Etudes Supérieures sur la partie occidentale du Pays de Caux. Ses articles, et spécialement celui des Annales de Géographie de 1946 consacré aux « problèmes de structure agraire et d’économie rurale » fournissent une définition de la « combinaison géographique » qui cerne l’objet de la recherche dans le secteur que j’ai adopté ; ils en montrent la complexité ; mais tout en démontrant le jeu des éléments interdépendants qui constituent la combinaison agricole, ils invitent à dépasser les études trop analytiques, afin de saisir la réalité géographique dans toute sa richesse. C’est ainsi que j’ai retenu le système d’élevage comme unité de recherche. Il exprime, en effet, une combinaison où interfèrent des éléments d’ordre naturel, économique et sociologique. La dominance d’un système à l’intérieur d’une aire plus ou moins nettement délimitée permet de définir une région d’élevage. J’ai été amené à distinguer trois systèmes principaux qui se subdivisent eux-mêmes en sous-types caractérisant des unités régionales inférieures.

3M. Pierre George a dirigé mes premières recherches de thèse et il a bien voulu continuer de suivre mon travail lorsque M. Brunet vint le relayer. Particulièrement attentif à rechercher au sein des combinaisons géographiques ce qui revient aux structures économiques et aux rapports sociaux, il a contribué à orienter dans cette direction mes analyses qui doivent beaucoup à ses ouvrages et à ses leçons. C’est ainsi que la distinction des trois grands systèmes normands, celui des régions herbagères, du Bocage et des Plaines repose avant tout sur une opposition de structures d’exploitation et sur une participation différenciée, le plus souvent en fonction de facteurs sociaux, aux grands mouvements de l’histoire agricole, révolution fourragère des xviiie et xixe siècles, extension des herbages du xixe siècle à 1939, révolution contemporaine. Dans la dialectique complexe qui saisit la combinaison géographique, cette orientation ne souffre cependant nul excès, et M. George l’a enseigné lui-même. Ainsi, en Normandie, l’influence de facteurs naturels comme le climat doux et humide du Cotentin et du Bessin, les argiles des pentes augeronnes, les marais, les sols bocains ingrats et lourds, les limons des Plaines d’une remarquable fertilité joue un rôle trop évident pour être nié. Il appartient au géographe de montrer la façon dont ont été exploitées leurs virtualités et de cerner ainsi l’importance de leur participation à la détermination des systèmes.

4M. Pierre Brunet m’a accueilli en Basse-Normandie et il m’a donné une expérience du terrain qui me manquait. Nous avons ensemble préparé de nombreuses excursions régionales, du Pays de Bray à l’Avranchin, du Cotentin aux Plaines de l’Eure, recouvrant ainsi la quasi-totalité du territoire normand. En m’offrant de faire chaque année un cours d’initiation à la recherche pour ses étudiants de Diplôme, il m’a associé étroitement à ceux-ci, et il m’a permis de développer plus rapidement un travail qui profita d’autant mieux des résultats obtenus par ses étudiants que j’avais eu l’occasion de leur fournir un cadre méthodologique. En outre, par son exemple, M. P. Brunet m’enseigna les vertus de la rigueur et les exigences d’une critique lucide des connaissances généralement acceptées. La Normandie devint un monde à découvrir et à redécouvrir sans cesse dans ses plus fines mailles régionales. J’appris ainsi, après la complexité des combinaisons, la complexité des répartitions que n’arrêtent ni les rivières, ni les affleurements, ni les limites administratives, ni même celles des catégories d’exploitations, mais des lois plus fluides, qu’une évolution permanente remet sans cesse en cause et qu’il appartient au géographe de découvrir dans la précarité d’un instant écoulé avant d’être étudié.

5Je dois avouer enfin, puisqu’aussi bien il s’agit ici d’être jugé, qu’un penchant personnel a conduit peu à peu cette étude dans une direction qu’elle ne devait probablement pas avoir initialement, expliquant ainsi certaines lacunes ou insuffisances. Au cours de mes enquêtes, je suis allé demander aux agriculteurs, aux administrateurs, aux agronomes, des renseignements de tous ordres, techniques, économiques, sociaux, et j’ai scrupuleusement pris note de tout ce que j’ai appris alors. Ces notes sont enfermées dans de lourdes chemises que j’ai utilisées en faisant de mon mieux. Mais tous les hommes que j’ai rencontrés, surtout, m’ont intéressé. Les emboucheurs de Bazoches, les petits paysans du Bocage Virois, les fermiers du Pays de Caux ont de trop fortes personnalités pour se laisser cerner par des tableaux, des statistiques, des systèmes et des limites, même à l’époque des machines électroniques. Parfois, j’ai donc négligé l’appareil scientifique pour essayer de traduire une réalité humaine dont aucune mathématique ne peut rendre compte.

***

  • 1 Compte non tenu des producteurs de moutons du Bassin Méditerranéen.

6Par l’importance de son cheptel, la France se classe parmi les tout premiers pays d’élevage de la zone tempérée. Seuls, les effectifs des Etats-Unis et de l’U.R.S.S. dépassent nettement ceux des troupeaux français de toute espèce. Trois autres pays occupent un meilleur rang que la France dans des secteurs particuliers : la Pologne (chevaux et porcs), l’Argentine (bovins), l’Allemagne Fédérale (porcs)1. Mais, dans l’ensemble, la France se tient à la troisième place des pays d’élevage de la zone tempérée, c’est-à-dire de ceux qui consacrent à la commercialisation l’essentiel de leur production. En Europe, elle occupe incontestablement le premier rang.

7Les cinq départements qui composent la Normandie, l’Eure et la Seine-Maritime (Région de Haute-Normandie), le Calvados, la Manche et l’Orne (Région de Basse-Normandie) apportent une contribution très importante à la production française dans le domaine de l’élevage.

8Dans tous les grands secteurs de l’élevage, à l’exception de celui des ovins, l’apport normand dépasse très nettement les 5,5 % que représentent la surface et la population des cinq départements dans l’ensemble national. Pour le plus important des élevages, l’élevage bovin, la contribution de la Normandie atteint presque 15 % de la production nationale de lait et de viande de bétail adulte. Dans quelques secteurs particuliers, la place de la Normandie devient prépondérante ou, tout au moins, remarquable : c’est le cas des élevages bovins de sélection, de la production de viande de bœuf (vaches de réforme exclues), des élevages de chevaux de selle et de course, sans parler des ânes, les pittoresques « bourris » des herbages du Pays d’Auge et du Cotentin.

L’élevage normand dans la production française - 1964

9Sources : Statistique Agricole Interdépartementale, Ministère de l’Agriculture, 1964

10Ainsi la Normandie se présente-t-elle comme la plus importante et la plus complète des provinces d’élevage française. Aucune des autres régions ne possède une gamme d’activités aussi étendue, ni la Bretagne ou le Centre-Ouest tournés surtout vers la production du lait et des porcs, ni le Charolais-Nivernais qui se livre d’abord à l’embouche, ni les pays de montagne qui élèvent surtout un troupeau laitier, ni les régions flamandes dont l’étendue est beaucoup plus limitée...

11L’importance de cette activité en Normandie se manifeste encore par la place qu’elle occupe dans l’économie agricole de la province. Les travaux de l’Association Normande d’Economie Rurale Appliquée montrent que les apports de l’élevage constituent 60 à 90 % des produits agricoles dans chacun des cinq départements, et, dans l’ensemble de la Normandie, environ 75 % du produit agricole.

Structure du produit brut agricole, 1963

12Sources : Cahiers de l’Association Normande d’Economie Rurale et Appliquée, sept. 1965

13En Normandie, première région d’élevage française par l’importance relative de ses cheptels, l’élevage domine donc très nettement les autres activités agricoles. Ces constatations d’ordre statistique suffiraient pour justifier une étude géographique de l’élevage en Normandie. Car s’il est un thème dont l’étude doit permettre de comprendre la vie rurale de cette province, c’est bien celui-ci. Mais d’autres arguments viennent encore s’ajouter à ces appréciations quantitatives.

14Dés le xviiie siècle les qualités de l’élevage normand étaient parfaitement connues et appréciées des consommateurs et des utilisateurs parisiens. Par l’intermédiaire des chevaux de selle du Cotentin et du Merlerault, des bœufs et des fromages augerons, des beurres d’Isigny, le blason de l’élevage normand s’orne de lettres d’ancienneté que consacre sa célébrité. De nos jours, la production augmente comme elle ne l’a sans doute encore jamais fait à la suite de l’introduction de techniques modernes. Elle n’en reste pas moins tributaire de traditions élaborées au cours d’une longue évolution. Comme la viticulture en Bourgogne ou dans le Bordelais, l’élevage normand appartient à la catégorie des activités agricoles de haut renom qui ont profondément marqué de leur empreinte les régions où elles se pratiquent.

15En outre, si en Normandie, l’élevage domine partout, ou presque, cette prépondérance s’inscrit dans des systèmes de production aussi nombreux que les régions qui composent l’espace agricole des cinq départements. Des sols très variés, les uns issus des terres froides du Massif Armoricain, les autres des argiles lourdes de la bordure sédimentaire ou des limons des plateaux tertiaires, des types d’exploitations allant des plus grandes fermes mécanisées aux petites tenures d’autosubsistance, un réseau urbain qui oppose aux grands foyers de consommation de la Basse-Seine les régions bocaines pratiquement vides de villes importantes, tous ces éléments parmi d’autres composent un espace régional particulièrement différencié où les systèmes de production et de commercialisation de l’élevage varient presque à l’infini. Ce facteur a été déterminant dans le choix et dans la délimitation du sujet. Afin de pouvoir étudier la richesse de l’espace régional et des relations qui le conditionnent, ce qui est l’objet de la géographie, j’ai retenu un champ d’expérience assez vaste et assez diversifié en l’éclairant par le thème le plus suggestif. Ainsi, plutôt que celle d’une petite région, s’est imposée l’étude de la Normandie dans son ensemble.

16Vieille province d’élevage, terre riche de nuances, importante zone de production, la Normandie offre un cadre privilégié pour l’analyse d’une activité dont les produits tiennent une place de plus en plus grande dans les régimes alimentaires de la civilisation contemporaine.

  • 2 La documentation de cette étude a été rassemblée entre 1960 et 1966 Elle a été arrêtée le 1er janv (...)

17Mais les régions ne valent que par les hommes qui les animent Les éleveurs de Normandie, rompus à l’art d’apprécier les bêtes, les terres et les herbages, ajoutent un dernier élément, le plus passionnant à disséquer, dans une combinaison régionale où le pouvoir de décision des producteurs et des marchands joue subtilement avec les réalités naturelles. Finalement, l’analyse des régions d’élevage et des marchés qui en constituent les débouchés conduit à la recherche de l’homme normand2.

FIGURE 1. – Jeune taureau normand. Une remarquable race mixte
(cliché A. Frémont)

FIGURE 2. – Bessin. Les prés baignés de la vallée de l’Aure.
Au nord, grosses fermes dispersées dans un riche bocage herbager (Commune de Canchy)
(photographie aérienne I.G.N.)

Notes

1 Compte non tenu des producteurs de moutons du Bassin Méditerranéen.

2 La documentation de cette étude a été rassemblée entre 1960 et 1966 Elle a été arrêtée le 1er janvier 1967.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende FIGURE 1. – Jeune taureau normand. Une remarquable race mixte(cliché A. Frémont)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende FIGURE 2. – Bessin. Les prés baignés de la vallée de l’Aure.Au nord, grosses fermes dispersées dans un riche bocage herbager (Commune de Canchy)(photographie aérienne I.G.N.)
URL http://books.openedition.org/puc/docannexe/image/1294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Presses universitaires de Caen, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter